Navigation – Plan du site

Localités et historiographie. Le débat sur l'histoire de Sanremo au xviiie siècle

Vittorio Tigrino

Résumés

Ce travail est centré sur un cas, celui qui oppose au xviiie siècle le gouvernement de la République de Gênes à une des communautés de son territoire, Sanremo. Le conflit commence en 1729 avec la résistance de Sanremo à l'extension des certaines lois générales pour le commerce, et après 1753 se développe sur le plan international, avec des très fortes répercussions dans les relations diplomatiques entre la République et les cours européennes. Le conflit met en pleine lumière les stratégies de revendication impériale avancées par une partie des représentants de la communauté de Sanremo, avec l’aide de certains fonctionnaires impériaux, depuis longtemps défenseurs de la supériorité impériale sur toute la République.
Ce cas est l’objet d'une intense production historico-juridique qui prend l’aspect d’un très grand nombre d'œuvres imprimées et manuscrites. Cette production offre une interprétation de l'histoire des rapports entre les deux villes où les éclaircissements juridictionnelles se mélangent à la revendication d'une identité historique et d'une légitimation politique locales.
De telles controverses sont, en effet, des lieux d’observations stratégiques pour mesurer de quelle façon l'initiative locale se rencontre et conditionne la redéfinition des catégories politiques, juridiques et économiques (ce qui souligne l'importance stratégique de la lecture et de l'interprétation d'un fait à l'échelle analytique locale). Le recours à la contextualisation, à l'archive, permet de mieux saisir le complexe rapport entre la formalisation des oeuvres d'imprimerie et l’« agir » concret des parties adverses, et montre les dynamiques du litige qui, si l’on en restait à un point de vue général, seraient difficilement perceptibles.
Ainsi, à partir de certaines données des archives, il est possible de comprendre clairement les moments et les façons par lesquels cette « imperialità » de Sanremo est inventée et construite, et comment, de la part des génois on s'oppose à cette lecture du passé, sans empêcher cependant la création d'une véritable chaîne de références et de légitimations (une « chaîne bibliographique ») qui a permis à des reconstructions déformées, sinon entièrement inventées, de trouver un terrain fertile dans l'historiographie à venir, jusqu'à aujourd'hui.

Haut de page

Notes de l’auteur

Notes sur les abbreviations: Archivio di Stato (Gênes)= ASG ; Sezione di Archivio, Sanremo= SASS ; Archivio di Stato (Milan)= ASM ; Haus-, Hof und Staatsarchiv (Vienne)= HHSW ; Archivio di Stato (Turin)= AST ; Biblioteca civica Berio (Gênes)= BCB

Texte intégral

1Cet essai sera consacré à quelques remarques sur les rapports entre reconstruction historiographique et revendications juridictionnelles dans l’Ancien Régime, et notamment à une forme particulière d'historiographie – les controverses historiographiques. Je souhaite porter aussi une attention particulière aux stratégies de légitimation employées par les différents acteurs concernés, et au contexte de leur formulation.

2En partant d’un cas particulier, je veux montrer comment une enquête analytique sur un cas spécifique de production historico-juridique peut permettre des observations particulières en ce qui concerne, pour reprendre certaines formulations du projet « Local et localisation » , « la ou les échelles d'analyse des textes et des livres, les contextes à construire pour comprendre leurs sens et actions, et les variations possibles de ces échelles et contextes » ; cela m’amènera aussi à m’interroger sur « ce en quoi consiste l'opération de localiser un écrit, d'établir des relations étroites entre un écrit, des actions et un lieu ».

  • 1  Cette littérature est souvent ignorée ou sous-estimée par l’histoire de l’historiographie, mais on (...)

3La production dont je vais m'occuper, peu souvent considérée par l'historiographie juridique, trouve rarement sa place dans les études sur la généalogie de l'historiographie du siècle des Lumières : l'importance de ces œuvres, cataloguées comme bellum diplomaticum, et reconnues seulement comme des œuvres partisanes, des plaidoyers pour l’une ou l’autre partie, est pourtant très riche et, du point de vue quantitatif, d'une importance extraordinaire1. Leur lien avec les sources documentaires, les archives proprement dites, est fort et complexe. Ce n’est pas par hasard que souvent les fonds d'archive reflètent la morphologie de ces litiges de juridiction. Les controverses, en effet, utilisent des sources documentaires, mais produisent aussi des matériaux et posent donc le problème de la découverte, puis de la conservation de ces sources.

  • 2  Un exemple daté mais très important d’étude sur une « bellum diplomaticum » du xviiie siècle, c’es (...)

4La reconstruction des dynamiques de revendication juridictionnelles de l'Ancien Régime permet justement de contextualiser ce type de production. A partir de ces œuvres polémiques émerge un débat sur la recherche historique et antiquaire (en plein développement ces années-là), et sur les doctrines du droit naturel, sur lesquelles se focalise la réflexion des parties2.

5Mon attention sera centrée particulièrement sur un cas, celui qui oppose au xviiie siècle le gouvernement de la République de Gênes à une communauté de son territoire, Sanremo. Le cas est le motif d'une intense production historico-juridique qui se donne lieu à un très grand nombre d’œuvres d'imprimerie et de manuscrits. De telles controverses se sont, en effet, des observateurs stratégiques pour mesurer l'initiative locale et la manière dont elle conditionne la redéfinition des catégories politiques, juridiques et économiques. J'ai analysé les dossiers qui nourrissent la compilation des œuvres pour expliquer de quelle façon est bâti un contentieux historico-juridique « formel », convaincu qu'une analyse « riche » (contextuelle) permettait d'obtenir des résultats complémentaires à ceux simplement visés par l'analyse textuelle.

  • 3  Dans cet essai je présente seulement les principaux points d’une recherche qui fait l’objet d’un l (...)

6La détermination du contexte de production n’a pas été du tout évident, et elle m’a obligé à réfléchir sur les nombreuses possibilités de « localiser » des textes analogues. Ces sont des choix auxquels chaque chercheur est contraint et qui dépendent, plus ou moins consciemment, non seulement de suggestions venant de la recherche, mais encore souvent d’indications d’importance extérieures aux sources. Voilà alors que le contexte de la production en question peut être reconstituée à partir d’un débat contemporain (local ou général) dans lequel ces écrits semblent s’intégrer (débat qui peut être de nature fiscale, juridique, politique), ou encore en privilégiant l’analyse des savoirs juridiques et de la culture historiographique des auteurs. Mon choix de chercher les raisons de cette production dans un contexte politique local m’a poussé à tenter de trouver la généalogie de ces oeuvres dans les archives, plutôt qu’en bibliothèque, et à tourner ma recherche plus sur les raisons de leur production que sur l’« école » d’appartenance des auteurs. L’analyse du matériau varié de cette longue controverse (mémoires d'imprimerie, livres d'histoire, avis manuscrits, commentaires, allégations) s’est ainsi faite en essayant de reconstruire ses contextes à travers un recours massif à la documentation d'archive (locale et génoise, mais aussi provenant d'autres archives : en particulier, de Turin, Milan et Vienne)3. Bien sûr, une telle analyse met en évidence le lien étroit entre écriture et action (un écrit représente une action, et toute référence faite à un écrit, ou encore sa « mise en activité » sont aussi de l’action), de même que l’importance du concept de local et de localisation (et de manière complémentaire de celui de généralisation), par rapport à la définition du fait et du droit.

7L'analyse de la longue controverse entre Gênes et Sanremo peut s’articuler en deux parties, lesquelles se rapportent aux deux moments de ce litige. Une première, qui a son point culminant dans les années 1730, et une deuxième à partir des années 1750. Il s'agit d'épisodes qui ont des issues très différentes.

8Dans le premier cas le litige reste, d’une certaine façon, à l'intérieur de l' » État » génois. Pour ce premier moment, j'ai analysé avec précision les pratiques locales avec lesquelles la communauté et le gouvernement de la République gèrent la discussion et la rédaction des oeuvres d'imprimerie. La deuxième phase – qui inclut au contraire l'occupation militaire de la ville – se développe par contre sur le plan international (donc sur un contexte plus ample), et a des très fortes répercussions sur les relations diplomatiques entre la République et les cours européennes, en mettant en pleine lumière les stratégies de revendication impériale avancées par une partie des représentants de la communauté de Sanremo, lesquels trouvent un appui chez certains fonctionnaires impériaux, depuis longtemps défenseurs des raisons de la supériorité impériale sur toute la République.

Une controverse juridique où l’histoire tient une place croissante

9Le conflit auquel je me réfère commence en 1729 (dans le cadre d'une protestation plus générale des communautés liguriennes) avec la résistance de Sanremo à l'extension des certaines lois générales sur le commerce, et contre la tentative d'imposer la taxation de quatre produits – poudre, tabac, eau-de-vie et savon –, alors que la communauté s'estime simplement bénéficier de conventions spécifiques, donc ne pas être directement soumise à la République de Gênes.

  • 4  Le Domaine génois correspond, au xviiie siècle, à une part de l’actuel Ligurie, et à certaines zon (...)

10Il s’agit d’un épisode généré par une intervention plus générale du gouvernement génois qui essaie (sans succès) d’éliminer plusieurs privilèges propres aux communautés qui font partie du domaine génois. Même la loi de port-franc de 1729, qui vise à annuler les franchises locales au profit d’une centralisation des trafics vers l’escale génoise, est violemment contestée par les communautés locales4.

  • 5  Sanremo est un centre qui augmente constamment son importance, sanctionnée en 1652 avec la créatio (...)
  • 6  La constante définition de ce rapport tout au long des siècles laisse des traces documentaires con (...)

11Sanremo est un des bourgs des plus riche de la Riviera du ponant, au sein de l’hétérogène domaine de la République de Gênes5. Il revendique, en raison du lien historique particulier avec Gênes, la qualité de « communauté en convention » [comunità convenzionata] avec la République : la reconstruction de l’histoire de ce rapport est donc d’une importance évidente ; on le discute constamment au cours des siècles, et on s’y réfère toujours explicitement dans les sources6.

  • 7  Les quatre représentants de Sanremo sont constamment en contact avec le conseil de la communauté, (...)

12Au début la controverse déboucha sur un soulèvement contre les troupes de la République envoyées pour rétablir le contrôle de l'ordre public, pour devenir ensuite un contentieux judiciaire, qui se prolonge plusieurs années, sans jamais parvenir à une solution définitive7.

13Devant le gouvernement génois, qui se fait garant et juge dans les rapports avec les communautés, les représentants de Sanremo sont engagés dans un long contentieux avec le représentant (Sindaco) de la Chambre fiscale de la République : selon un usage bien établi, les parties se confrontent en reconstruisant l’histoire de leur rapport, et en produisant la documentation historique en défense des leurs propres raisons. Mais ce qui est intéressant c'est qu'en même temps les parties engagent deux célèbres avocats et promeuvent la production et la publication de certaines oeuvres historico-juridiques (dont cinq publiées en quatre années seulement). Ceci se produit sans que ces œuvres soient officiellement produites en jugement, et au contraire selon des modalités absolument autonomes par rapport au contentieux officiel auprès de la Chambre fiscale génoise. Les oeuvres ont la forme d'avis juridico-historique, et prévoient l'allégation et l'édition de preuves historico-documentaires ; les auteurs ne reconstruisent pas seulement un recueil relatif aux droits fiscaux en question. Comme on verra, au cours du débat les argumentations changent, et d'une oeuvre à l'autre le ton, de juridique, devient historique.

  • 8  Sur Nicoli voir L. Mensi, Dizionario biografico piacentino, Plaisance, 1899 ; Nilo Calvini, « L’op (...)
  • 9  Ragioni della Magnifica Università di San Remo contro l’Eccellentissima Camera rappresentate alla (...)

14Après les premiers entretiens, confiés à un avocat du milieu génois, la communauté de Sanremo s’en remet à un célèbre juriste placentin, Francesco Nicoli8, qui publie en automne 1730 un pamphlet de 60 pages, Ragioni della Magnifica Università di San Remo contro l'Eccellentissima Camera rappresentate alla Serenissima Repubblica di Genova9. Sa sortie provoque l’étonnement et la préoccupation du gouvernement génois. L’écriture est à caractère généralement juridique ; à un usage commun des autorités du droit, s’opposent cependant des différences importantes dans leur interprétation. Les arguments juridiques sont utilisées pour permettre de lire et d’interpréter l’histoire des rapports entre les deux villes, et démontrer le manque de fondement des prétentions génoises. Voici les principales étapes de ce parcours : le compromis du 1199 entre la commune de Gênes et les hommes de Sanremo, pendant la juridiction contestée des Archevêques de Gênes ; les actes notariés de la vente des droits aux seigneurs Doria et de Mari en 1297, et ceux relatifs à l’acquisition de la part de la République dans la moitié du siècle suivant. On a ensuite le jugement arbitral du 1361 contemporain de cette dernière vente, pour en éclaircir les principaux points, et un jugement suivant du 1385. De cette reconstruction, Nicoli laisse au-dehors les siècles qui semblent trop lointains pour devenir l’objet d’un débat de cette sorte : « Ella è dunque verità irrefragabile, - affirme-t-il - che lo stato posseduto ora dalla Repubblica fu già dal Secolo undecimo in là del Sacro Romano Impero ».

  • 10  Memoriale del M. Sindico dell’Eccellentissima Camera. Nel quale inerendo à quanto è stato rapprese (...)
  • 11  Risposta della Magnifica Università di San Remo al Memoriale del Magnifico Sindaco dell’ Eccellent (...)

15Paradoxalement le résultat sera exactement l’inverse, et dans les discussions et dans les œuvres suivantes on note un évident élargissement de l’arc chronologique pris en considération, qui change profondément les principaux points du débat. Y contribue aussi la très brève réponse génoise. Le 16 mars de l'année suivante est présenté le Memoriale del Magnifico Sindico dell’Eccellentissima Camera, qui dans l’imprimé occupe à peine quatre pages10. La communauté de Sanremo s’adresse de nouveau à Nicoli, afin qu’il produise une réponse circonstanciée aux affirmations du Mémorial. Au mois d’octobre de cette même année 1731 est publiée Risposta della Magnifica Università di San Remo al memoriale del Magnifico Sindaco dell'Eccellentissima Camera : 164 pages et un riche dossier de documents11.

  • 12  Dans le Mémorial l’auteur fait des allusions évidentes à une prétendue sujétion de Sanremo à l’éga (...)

16L'opération de Nicoli consiste à démonter le Mémorial, en réfutant chaque affirmation de l’adversaire (le Sindico). C’est surtout dans la première partie que les différences par rapport à sa première œuvre sont évidentes. « Siccome il Magnifico Sindico ha voluto entrare qui di primo balzo nelle anticaglie », soutient Nicoli, « così noi pure siamo costretti, giusto l'accennato divisamento, ricorrere, ma sobriamente, alle anticaglie ». À une première argumentation de forme généralement juridique, succède donc une deuxième où semble évident le rôle croissant de la reconstruction historique, en particulier pour les exemples qui reprennent de toute évidence des argumentations incluses dans l’écrit du « Sindico » génois. Cela est dû au recul chronologique proposé dans l’écriture génoise, auquel Nicoli répond par une tentative de définir une limite temporelle à la remontée dans l’histoire, le xiie siècle, et en confirmant la validité « de facto » et « de jure » des jugements du xive siècle12.

  • 13 En ces années-là Gatti est déjà actif pour le gouvernement de la République dans le traitement de c (...)
  • 14  « E’ posto S.Remo nella suddetta Riviera occidentale di Genova, poco lungi da Vintimiglia [...] Ta (...)
  • 15  « Due erano negli antichissimi Secoli le Città principali della Riviera di Genova verso Ponente Al (...)
  • 16  Gatti accuse l’adversaire d’avoir soutenu que puisse « rivolgersi il Popolo di S.Remo contra il su (...)

17Vu le succès de publication que ces deux œuvres de Nicoli ont eu non seulement dans le territoire de la République, mais aussi dans autres villes italiennes, le gouvernement génois prépare une réponse analogue, et il en charge un célèbre avocat lombard, Antonio Gatti13. Le 10 juillet 1732 est publiée une Disertazione del signor Michele Anastasio circa il Sommo Impero, e Libertà di San Remo. In risposta ad una scrittura del signor avvocato Nicoli di Piacenza intitolata Ragioni della M. Università di San Remo, 59 pages sans indication de lieu, ni d’imprimerie. L’auteur propose un recul ultérieur de la chronologie prise en considération, en basant de façon décisive ses affirmations sur un prétendu ancien état de sujétion des « sanremaschi ». L’origine de la soumission est repérée dans des temps toujours plus lointains, au ixe-xe siècle14, avec encore des références aux « antichissimi Secoli » de la période romaine15. Cela traduit une différence essentielle par rapport aux œuvres précédentes, soit dans l'emploi des sources, soit dans la façon de mener les argumentations sur elles. Aux habituelles autorités du droit (par rapport auxquelles Gatti conteste son adversaire pour son interprétation « scandaleuse »)16, s’ajoute un recours massif à la documentation et aux sources historiques les plus disparates : vies des saints, chroniques du moyen-âge et oeuvres historiques du xvie et du xviie siècles. L’attention se concentre dans le débat autour de ces sources, et par conséquent sur la validité Vienne)

  • 13ss=reconstruction historique.

, 59 i San i

14Après les premiers entretiens, >DizionaLaélèbre aoumission esta

" id="bodyftn9">9. Sa sortie provoq1
/ul>17e D' chronoa validprimer lt oeuvrers nnstrAlcritaleiacbani-Rl" h auje. Ilass="foo clasla rem8" id="bodyftn8">8, qui publie en au1tomne 1730 un 1to, >DiYco Sinblique, maexl Nice="fosuelles autoriprodui la jurau> r le plandui la juraue toujours explicit)roduice croissa(larchive, permmport after 17lgersi lass="footnotecanombreSindrveribue aênesarers nrmet justement de aue toujours explicit)de noion loca entlerv résisui peut atre pagesappota di ont des « sanrte deppuyerribue aês étapes s da une lon défes auteIare umatitibles.
8, qui publie en au1ue l’étonne1ul>1t et la

13Devant le gouvernement génois, commence s in me et d'une oe Sininfoisendu a Y contrts duées trufers ltype nciéeimeru milem>Mee tells lesdresis dntiquaire (enéraref="#fvaria résisr devenirurces, soitse Gênes et les hommequatre pagesSiccome il Mdeviente mv ern«t auxoriquat. ière

  • 8  Sur Nicoli voir L. Mensi, dentess hlla M. t dmloouversairommunaualidprimer(tié d3permet 209) 2
  • 11  Risposta della Magnifica21ell’EcceLantiquairrso Pgie ri en 1297, C’es"2663">écIare umonds d'archi une rée éviden de cetteent de etti 2ul>

    15Paradoxalement le résultat ser2dell’ELnt et juge dans les rapportse mv, 59 plassi. Piete aFver coco pa i pa

lassi. Agioni della M. a copRemontate ala o circa il Sommo Impe.˜tion, quiootnote ni d84Memoc une Mpu’ suje tentativi Républef="talog, l’ac(."bodyftn2">2.

de Sanremo s216, s’ajoute un2
2ul>2
  • 12  Dans le Mémorial l2auteur faParmialiser » des ti des sos’est a argumelations e juridgumelations r et prtir d’u(...)

    16L'opération de Nicoli consiste21ell’EPhevêqucbres av, conséquen reconstue derrci (localporelrêvns jamahistoiaocal.)16, s’ajoute un2

2 l2a
  • 12  Dans le Mémorial l2eulement leIcie cadre d'une prgouver verrtexte de leuns) s’est ai r ltir d’pports et » gs suivantes14  « E’ posto S.Remo nella 2uddetta RivDescisive ses affit êtrea; celnaualt de-t ofes autectionne des localisation (eune importanceu

    10Il s’agit d’un épisode gé2auteurL'abcapaéce la Rvs à construi la(.s of tdes="bodyftn16">16, s’ajoute un21732 est publi216, s’ajoute un2s références2ul>2

    • 5  Sanremo est un centre qui aug25auteur fait des fbles,lus loiarticulele Anas de maialisation (euammunauté (oumincerne, pou6" idn de listoric 2
    • 16  Gatte" dir="ltr">10Il s’agit d’un épisode gé2uper, peu'ninters disp"font-variant:s hisla rem: vies des saints, s sourcaêstivi lt oeuvres fde onomiques. e « Sindvre œuvre stog, ltupeseuoi consisr elles. As par istoricent un recuece engaranecue écge dansm>Dischive, perml'/h1> e le concaux en queoriqueion), par rapponaualtla dées d'imprimeri divme où semble cette ntée da peut être,ribue aêpu of tdesuridictioles doctrines s des saints, gumel un uson impérct"#ftn11" i res en ce quses codx cntre les deux fbles="bodyftn16">16, s’ajoute un2ne différence2 from1n1" id="tocto1n1">U2e controverse juridiq2e où l’hisxtualisation locale
    9Le conflit auquel je me réfère2uddetta ec prmale s variations pso-jurv de cettetn ( s du ire sns sur eldonc pleine lotr,uRispomiques émeDntant ralement jupationiculier pn dévemfi
    entios pour me le concaux en’hi (localporeênes et ootniorics quass="tex, on est bâtclass="fs, c se prsisr et contre le queartprodudu projetecours mass p (eu tout évident, et el,e cadres la shi (#ftn coex"#artvaiographir ee plusportancee la Rvs erml'/h1> (...) la tentative r unede aueriguteurs. Me planduie des Ariv classvn conte> aélvl" href="u iss3ocal.)< Mémum diplomaticeue quaaistoric éc,téri9
    Le conflit auquel je me réfère25auteurCouvernart aux s, cacuneproduij–ut le goxeênes et êtrea; celnauite une usyevel; cela mtenturtr aà un ue qeon locastoriu contral’«ement vispour cen effhaque che, l’ac< l’hisrocalporeênes etuass="tex on est bâm>Dischive, permla
    • 4  Le Domaine génois correspond2’avoir soSiartisanaîe Sanrev"#ftr sistance de SanrImpeifi spécifiquesue de prra des p (présentants de Sa 2ul>

      17Vu le succès de publication qu2 productionns venaon (euamsouvent [comunnelles de l'>17 pet ogéle gén momen intees paernepr–,s comme b’hi (lodSanrev"#ftr us os tmn13">t de maniità convenzion momen int et « ves hisurgaon (eque qfrs=recon/em>). C’estan et ,yontmale crit dun et V="bodyftn16">16, s’ajoute un2recours massif2ul>2

      basskqu
    • 4  Le Domamaine génois correspond2Sanremo sontnoise, mais aussiestan et s i entarphihe, maiserse (m"t
    • lesquelle on note unrit d 2ul>

      Vu le C sur «  sairomonauaclaseux vilênes et paerne à construiesion detif, d'une ise (m"omunnetn11" id1nt, nonention de la cde mêmea re rotagon="foolitique lontie"tex="bodyftn16">16, s’ajoute un2

    2ul>27e D' ulture histésentantdse  ogé de Sacapitautres is pré-franc de 1nonentionlporenomiqcntexteulatosnutes notain me et ddente ;origine des jamatioeoe la communaentation d'ltecall" href= de chercher les rnois. Lcéd-est de. Parnce des ,évidente ;ts du dcédentes, contrichisaiclasess moiti constru,ie. La dup loca p="footnotecadu « Sindicoquel Nices suivante-variant pofichonoa v.)et rerele Anasns venaon (niques ênes. C’estes nounyone niqueprudant de ldmier momenimue : epérCes, -t ous loiarticulele othèque, x sei au contuiesionnotain me e une rx, aà un n seulemin me e Sindimea/li>une nte-varianmeDntans fbles,lralauventalise la réflexin intque, lliaon. Lenomialnventiome d'aêmeana c a (localrigine de int
    /basskqu17Vu le succès de publication qu27productionise, mais aussf de i problème dineinfo"s pss parties engei r lort au comaisLa nomiqcntexteurappldoncsn ur cen ejuridgu écriture et action'aspon tiics v de ,aps;">xroduc. Etex ijétt3">écounque de dup loc, gumel un uson imlrchives, plutôt s dans un londe cette dente ; de Sa de la Ritr="textandnotes"> aranumber">17Vu le succès de publication qu2>DizionaCe pmspon ,et de locun dé cieie pr sis encore souv quaa variationsdntant roptmn13">œuvre sto. C’esoptmn13"iporainstement dà un célèbre juriste plaetrsuelésentants de ="textas pouineinfo"s pssn seulors les siècles q sfder contentinos pour me imerl; caubénéfipécifeênes etuass="tex on est bâs controversesnt trart nois.larent j- plu,dsinisp"fot noitendtains-franc de 1nvilênes eas pou » de la permla gr d’u('classl'inte. « Si
    e’importanomiqcnnede auerépubliq un célèbrete longue contrisLa ise, mais aussbliq un célèbre (="fsuite ise rodsac< ltioeoe évi du siiixll" gentativ6" idnpe de pmes codtyperce ogélSipationiculiereuxième phaseest bâ-âgns sursis la p>t de >(...e sns sur e:small-capaécrit dans un long contentieux as de Saurfootnot,Àures sur ll s iluridictioroducte évi de quelle façolSiu 1199 rappo, avis mrcheur est conte on note ungumentflètiv coi conibue anservat e paernepr re et promécioi e. Parnce des ,pént vnY contspan styup locas de ="textÀu his"foiaocal raênes ; paerne lesquello, caliaat eem>gr d’u(..q un célèbre (alle tn5">(. et puridifième s)pports avntflètindeciuridilauvental s dans un londe cetinterpré.if pnifiivilstu#ftn1dolla M. us lhistoel ermliereuxième pha Siroissant de tellentiomième pniquediplocontrical-tentativi entinventanoimiteauerépubua >(... quaaist aranumber">17Vu le succès de publication qu2 commencDtre la une aisvulentiotyle="est pme pharg co Diss v es uolus lortelonve (enérelles de As par istorie niqueLa ise, mais ausss'en'unee sogent -à-deuseiqueL « erne, aurfs'/li>u"#f)eique"tex oo e, m contentpras poutrer le manqueces, eteue sophe (m"oiticulintries codt e ie rxfférion,leana cits e la Républirev"#ftr, , le erml'ocerne, pou6"; ilurention dei faitex fblesndmbre fiscale ,sLa nomiqcntexteud'imposauventaer en deux parties, les,, politique)
  • ass="tmndnotes">
3ul>3
  • 12  Dans le Mémorial l32anremo sontnoive, fsulçativi entis lhistoeleasonguonsidération,ffautres v.)< éceppuonsisr eref="#ftn13-âgeoe 3ul>

    14  « E’ posto S.Remo nella 34ell’EcceSernia e la Ref= de Sanreref="#ftn13">nt la juridices"2663">li> e="forterne ogéSchnRisg

    10Il s’agit d’un épisode gé37ell’ELnt une rére fiscale ges ontentpr ea recherche, mdeux parties, les,,, le gouverlpouclecueibue aompromis do con la paurer lune r="bodyftn16">16, s’ajoute un3

3ul>32e Dis >(...Auftn13" ceue iquet" hanreDi,loe ise avntnrte dgpisid1750 anatc recueib liotyleli fore plan tnotecal.)< "bodyftn16">16, s’ajoute un31732 est publi3D' our de ceicul'e26eraurf ise ,é du siipromd’u(.. sreconstfonustemeas setees paeleon lntuiicul'ensur enta c–,etadversau Mémo"tex ocis longte de cheesurrrudiid1750ass="focoique pren intelon da int une lleisui r97umaticc se préors f pr-t o l’éiquediploede trouverssaie (sansaiss partie deseurs. Mpublique.

16, s’ajoute un3s références3ul>34 et la

  • 12  Dans le Mémorial l35auteur faJion, letecour97umea:ue loer le Michis 16  Gatti accuse l’adversaire 3’avoir soS par unelèbrosrép,Àuelon decrit a iuenteus loieue 3ul>

    17Vu le succès de publication qu38commence s class=recoca st dm un es argumentsst a une aisvuli de chercher les rchee lo une llell-caf tdesaer en deux parties, less discl'occasref="'n ccttivdent, et el>loppement -ce croiss. Pique"imi S,eciuriulors roissant dcaineurs s lfi

  • dmbre fit évident, et el pan -varianiqa tion mea re cla contn es argumes/p> ' ulture. Etex asf de i, ce des ,lre cla contn at. ièreer cGio BalungS" hiu prssg,u(.o coSis cer’écri V une us projulisation locast ation duie des Ariv dersuelésentants de ="text,t pofichonoa vl'"2663"e gé/a>t(ecours me.ion dlafaitexdmbrôtt tee prsusss'l-cafponaualors ion locast ation "bodyftn16">16, s’ajoute un3ne différence3écIare um(t éSil Peesquellea cont). E dlentis lsimi Se peut >er cal.) r ln célèbrete nur raceesc (...duteIare umri V une u projetpseseéermMeplusgénose (m"tunea de la crbitrental s oagiavancumatp s d un is29c–, paerec la Reortse m ja, le upose unps;"’, en rsûr,Àuorelrsur lnul)<écrit anservat eisentioricie p>16, s’ajoute un3recours massif3ul>3
    • 12  Dans le Mémorial l3> Gazz lunghiuCt den hn ae aoe peggi">(...)es sI26eri aSommo ma>

      17Vu le succès de publication qu39productionalement jursau Mémmress eurospan ie r< paerne des’iothèque, nt des calrisvireunt une réut:smngbre fiscale gce croissae pmress euross de ="textasD(...)ar Gazz lunghiuCt den dentess h7 aoûtpiss3om>Mifdallaouros.), 5"#fda n a cistooo pancfghnllisI26erapemeepérDntans fatioa een dothèque, elass=-u claas seteaeleSindvduecisivrs mas sontiqtôt.dute pec ler ni d auation d de imer ; ceueical-tentatis lesns l’t rches et reer le tports isvengn cepenrépuse trouversquelle,ualtla dépn dévrvident «"2663"> auxo» de lesempseppuoue de d partie des est réta qui unturprés pofiis sur » de la pment a>er S" hii vise àaélvl"te L’s, soit rve is29c la Républs97umensdntant rhives, plutôempsdans lt oeutions su auatrive, pe :amas saltla dées mscritt cal.)<-âgines e loeccasref,Àuolo strete rotylelder.o b-jurieleSòghiuspo

    • 16, s’ajoute un3
    3ul>37
    dmbs v de ,a sanention desistaïncr’és teeumentsmanque de thde s gume« sanrte d ntentions gandes seuaon (eiste plaetrcnt de aaque checes aualorl e, m ogé deref="#ftn13"tigutto. C'e2663"e ec pré typévidentservat ant et juge dansique prse m o fonctoja, le ncur eno deaeco-juridiques'est bâse la Rvs perml'/h1> dersuel 1297, onotyledf="taloge siame pment autonomeilnernart our defunaua autoriqux fb l prldipcmea re o-jur="focoique pr gumel un uson ra

    aranumber">13Devant le gouvernement génois,44ell’EFdeimongtev ênes.1' de chercher lle dc ess t onSporaicti>Rispomiques é>entiosvsofiele Anasvsorl; c es rl s da xixell’E."npu>mis arbitlilsqu'le

    4ul>4
    • 12  Dans le Mémorial l42anremo sonVogé ce des locrdesas aorftudmisiicIare auorl le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xvianremo se le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviianremo sse, go re 4ul>

      14  « E’ posto S.Remo nella 44ell’Eccef pi815,emporaiaua grde eursV une usl Me planduie des Arichis ict0tdans autres v deref="#ftn13" 4ul>

      10Il s’agit d’un épisode gé4 productionqir d’u(...)li> e="forterne ers pge pareelll sujté eues une llelde iujté eues ive, o e,nativs o certass sur e:s venaon (qu ilnestg trart ue.

      s partie deseeion),locontrnturs he, misi(ur lebtainntes, contr pec ltn5)ame pment autonomeesion deivnvnes ;uros.)16, s’ajoute un4
    4ul>42e géc surilnfèb tion eaaist derrute"2663">écIare u,t/a>n (qu ilscyé e,nintriouverdla moitietn11" id1anenaosjuridgu ceeon selsujtécontribuechercn est bâsdistoriâse la Rvs pae dente ; de SaluteIare umidictioiporainstemsp s="bodyftn16">16, s’ajoute un41732 est publi4t de >(...n céllunaudeéaêl" hrefscêar une rdja, le riatentpr s o tr,us pae le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xixell’E."npu>mis arbitesorn1do ntsunfoiss. M convenzionaftendu siiix>t Royaumx ocerdasgbi="bodyftn16">16, s’ajoute un4s références4ul>4
    from1n1" id="tocto1n1">U4e controverse juridiq4e où l’his4e "#artonocSectir="ltr">
  • 4  Le Domaine génois correspond45anremo sonVogéAnthony Graftiv,t Forgresnn1doCns icmrchreae mêynn1doDupjur=ynicWriern S, garship ni dPaussidi 4
  • 16  Gatte" dir="ltr">10Il s’agit d’un épisode gé47commence s cts ers paltla dées, less dm un r » dx. Ilurention deciealnorees siècles rmet justement dutioeoentation d'/p> est bpd earante la rempsalis pristr our de ceiuellesve ermlae at, et el pan pre ces="bodyftn16">16, s’ajoute un4ne différence413Devant le gouvernement génois,48ell’EMoiss.e construrelon desvest rtçudp u r' our de cm>D' de chercher llers, p="fo a ce des dern de chercher ll,/daçon lshargcla Rest e la rn dothèqucles doctrinsidération de chercher lletyle oe peepéyontuns indnt dbatalmise de chercher llece croissaarentioé /p> our de cemajelocasa trPgservat e eues ivdfauteuef,Àu les reranc de 1ass="énois.diuseipour nts slteur selis upas see ec painn,mla ntre lesavieratre un usonujté lsujtécontr au long eues r pn déve de cheiss,ri>-teloaudeéanc de slvident qlntuitoric s lsxpjur=insidées doctrprandnotes"> aranumber">13Devant le gouvernement génois,49ell’EUncttivd-jurf. sancipn’a pa>ediqun u r're fiquercette ért gr=-ucts aaque checcti>Rux-t ous luver tent digm s e l', j',ie. La d pn dévea coraceesc loppemercher les r reebguttluvern' ntnti droits dntans fatrive, . Parm ole ,seseeionteribue écDislis upeinnt afteremicit l au cose q trouves ( ce des p ldmicen r » dxotylee epéyfiefur des raisoniare unss o certatif, dp t ai,torts ineoncurontrilsqu rmla huto. C’esAnenaoerefgime) écetmo dé songuonsidex ontp,écisioribrn1tnoisaurf alesana pmcadntemn13. Aont-vd « rts)
  • t(ecoutonome(dvertisanacon lt ce des est bpAnasv"#ftr ent de talis,co fonctovidene ce e de lire)m>Disise, mai,rlutso vie,ries code Al'est bploppement -ce croiss ecour97us aos 11ntrd ième p ldmi « adesvrmet justementge siame pta]gumeen13"tntuie’imccep nte et pro="bodyftn16">16, s’ajoute un4
    4ul>47
    dupfr gçatie san(...)art rnitaloéet ie myé nueyers p Gazz ena oeguc lerssa ue aoci d dtl 31.eAgosno iss3)onSprueesylususeihosnis gardan < la jurvogéOnorape Panujn3,t L lr.o b-jurieon G clvaeeal=tGazz en"e V ao Pe trocaond,ylusvicatigilrnalr dcng(sec. le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;"> xviiel ll’E< - le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;"> xviiiel ll’E< ) ni dn conv,vF.nti Waserr&of6; C.o, 1923. n

    Devant "bodyftn1F">1638 cce.évS lakencriggeoernBarbaiamDölctyn lu> HeisoiésChonuj) Reichdicaun éicdoojhabsbu Gtsch éPo-juzonujkmdt e18. Jahrhu tertse siam op. oil. ni dnSprues fn4">e depMoaisgn> Un Ilp aussi ioea ln l‘su6ersaricatitdans a ends n ln lmeu,ri ar dcngpia>e di GmlflpeS gare ni dTomita,RamSln am1954, p. 153-218 droV. Tigmita,> I rain il ioi26erisa epe rospatoesabaudont>o Acalc>LRegimene Repauan il Se siamu <,,anonymeamridguepMoaisgn>tn11" id),paeistosftendcpit usppiqu bajotqon ,espappearti us> Eon ,fes auterigin3"idictioon grde eelteal sanr13"ildqu seuaoce ique pre siamutntldmiis69leEec1s69uificro-juéeoulisoraeu

    empso>o b risepspiqu ieuusnede :, Meu,riissisguardantion lsu6ersaricaei26erisal praseaciena dsaG clvaeeaon d.tieu,(ecme"p rl prato tnges tn4">(a.Tun,oenSadapofr ge3te ni dsn artinaicFirSnz3 l idesppeoAtexgmite/fdCsmo. Aelnoue(sas (es siècyers p> ct >rglie Sajuagc lerssapiù aussi iajue plas ele «alierolarRs asbcae si droil ificinven yers pntns un loumeec <.)fonustemeautresnges mc Gêno Ssuaiqueesy1r la autolrPgseb ncontresp1s69ulocueieeGênatioagumli>Rs asbcgeamridrt"fo écisiotn ts de ssancuuver projavogé e cineinfoes qs srojsexcl">e dtncrcieal=tli bpds rie /ue.

    ln boe /n’s, soit r de Salntefond,/s de S lakencrige :, cf ni d. AST,t L en"r pm liavae ni dRs asbca, m. 22)r

    Devant "bodyftn1F">1639 cceL3"mmou iace Alnlliea lacaettt o mil.)< ni d srne ( écBCB, m.r. IV-4-18ificaatdin da Peésdde ejuidis53e Il esygitlue.

    reuxième eet ietex/(215pag s,/orieoatve évGujn dlaéref="#f"es auacdmii100 aa trlemsalist dnt des vu le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviell’E."npu>mis arbit),o ù Peéscrtrouveal=tzète/i>tuffnsumeest à caractèreique prs(...)arts satsemlonref="#ftn13-âg> r>Meliavaedsorpitoeroll lr.o b-jurieinuistoe «aliegna u p psci Meesybbaldanaronouapandsituultiea laN d gie[...],ailporarsiourecesyppagòon orienn Saa pimounication d g/a><,,N lmslt e ni dBCB m.r. IV-5-7,14),o ù ilmondsef=argéesje=-ucrtrouves aa t/h1> rnaoece sannalr des ique pr,lGattiRin tnlo,/orieoatvm, lntecouriuuénle ation ndet la juepg> andsimpemeardidiststa R[.o b-juriesia] secot erlansa,alc#acation G clvaa[...]ep;t aciòsnrebb3 patoeiosmenomo ddemnti,tse iasitt mc leranear ,nm>/aéioerolcnvolupps Peé ll’Emabaldannet la jul

    Devant "bodyftn1F">1640 cceLes,ffinfoes q is ,(.Tommasoe)i,. sanedis71ificahargaeapes/p> une le=uxolimie rxtest bs,espfiootr de .) est bpclasov nses acntdanione.)prsil prlinau4">n da ie r<,/sprde elaéo-juristemli ntre l e dec)aralemsalisaest bpdi,. Nuttl pravari atiosampemec icc futa il Somir13"6erde/sci Soalla lucelorgli acni is68,/miis69 re i titoriq‘Meu,riissiguardantion lsu6ersaricrsei26erisal praseacienation G clva una9isde lieu,ol prato tnges tn4">(ands to cslnSadapoM.nTommasoe)iun lis71 ni dBCB, m.r. IV-3-7, p. 8r

    Devant "bodyftn1F">1641 cceL3"li bpdep » de la p r l/h1> eic le plaunae mociueilsqu rml< ni dBouue , Adesa,.1981 (ed.originsal.)<,/ ide alalGaldalfo, 1867)ashe"li bpfende « gutemér¢pr=-ucrtrouvese deesppent de terfutei26uorijatisusspute r es t ei.)leplas eues dynastiSosavoyor eu( ogé[ idesppeoGrl" h]m Oserne, il io>erlalsemeardtllami verseon .)<,/TipschefiavCarlo Ppuni, 1867)asOn t e,tnec atisu jugne ,eoreipntans etrest bp ontjntecours m ean nteist on:nde eemn disputs pvu le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviiiell’E."npu>mis arbit/s de la jurnau/a> ruschephieo>eccess veu( ogé ce des < ni d op. oil. ni d,nps;"uolèblu Pagi allsemears)aima ni d op. oil. ni d)r

    Devant "bodyftn1F">1642 cceVogé ce des locrdesahe, deftudmis icIare aun l le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviell’Eol le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviiell’Eose, go e.)prsu priaermprimerio>erlalpe trocaonurerea.ean clae ibnsooalla mpemeardtl t" hdeftudmiss NicicEurerae siam Alnlliea llérI rainsocppemeco icauo-gs=mércoicTe st< ni dIV,.1978, p. 51-93 droBe s,< Josephe II ni d op. oil. ni dep;tW. Bra/p>dn lu> I26erooeeSpatoe lsud mmoltlAlpiun l le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviiiell’Eose, goe siamu Devant "bodyftn1F">1643 cceDntan evotrer le manquen «"2663">idic «Iare um–,SDevant "bodyftn1F">1644 cceEec1815,dcpit ae Congrde eeVie,ni,rr le plas eu.)<,/sé e rertdans autredSanreref="#ftn13"pet la ju,so>o a,nixrijae Royoumas eu.)rdaugne. Àle3etroccaimerileuut >(.. ounisi ll ainteraeoe e rdations de aênesarers ppent de talist dSanremscrita derr le plas pofiin ltllusdescpaêcns, panterxtjuge danse(ia, le trelculnes) a coribnnrxt des raison eues deuxirvat moctisist le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviiiell’E."npu>mis arbite VogéN. C Gti ultimi aintarerion G clvaepe r «ildepanrtezaad ln lR.o b-jurie(1814)e siam Renonua Ingaunamed Inlocoe a ni d1951, n° 3-4, p. 52-59,nps;> IlpPtioaggil on Pioe VII e.)prriaermprimeriodtllamiaduna dsaNape el Son ln ltn4">(a Occl’to foit rssi allusdescpaofiçm>/iturs he, aricaueles ouonsidnoisalmanarchiSosavoyor eu sessDevant "bodyftn1F">1645 cceVogéAnthonyoGraftm>,e Forgn t dnd Crtroc . Crearerity dnd Duelccity idWt"foon Sd garship ni dPaussetm>eans indicyPaess,t1990ep;tRocrito Bszzocchi, Gr,e plutôilcredmbili.sSiaceni allsemearn lnndsEureraiorterna ni dBue , il Mulno,.1995ep;tFilsenteViva,> Hh1> rucll J" dfuristemloflVrteuj) rucll Evl’rlin Etaey MoterncEurere ni d J t,nll oflthSoHh1> ry oflIdeas ni ded.oJ. Soll, 64, 2003, 2, p. 159-176ep;t Erudi il SoeeFyé . Spemeschefifd9 pn lrie artie il S ni d, Quat rni Spemece ni ded.oEn>juoeAnt feriops;AngeloeTsrfo,93i996.oCentqon t,tlèbresppael Nio ea ccaesme dt e clusdessem un dœuvre sts,smee reconrtaiu"e.scecue/h1> ruschephité, diiersueliacealist dSavs rartiiionbaDident ;caesec ulturrnsyers ps(...c uxeni , us sur lrt lemsout plu et rPgservat eo refgitimita (u maissee artiees q ce crousteme"pla)ve rvs=miaio ea cntecours ème ss/h1> ruschephitésashe"c et e-u »lextemslgumentnuaiquesauelesépsspruit cep mais=re ce,.vident ;"c de 1/h1> ruschephité (u me de lire),p reistosex="fo ulislit le <">e m un vaette dejeaisgbale atishercraai judrdlra il ioin mtrgi alss vcess< Sofre ni dTomita,Einaudo,e1991ep;t s;"uolèb leser ,o> Pntreu p pssmbilim. In.mtrgi amIlcns a nl on Marnit Guor>e” dsaNaare umZa>e.ean casoemiroppea i’totatinelnreFraneeardtl Ciatéc st< ni dT">(saEinaudo,e1984, p. 131-154 droOsvalhdeRaggil le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">,o> ell’ECisrru il Sommole>fontiRi cie ae detr dmernBeevaánlu Palvaeea inotatinelcpanctto ni dBue , Il Mulno,.2004r

    Devant "bodyftn1F">1646 cceVogét é cerne, pousodueS.nBer snti,t Ri ell ,tascritite/fdr lo>sls on ln lspemeschefia barocca ni dFirSnz3,rr lNuova Iare a,.1973. n

    Devant "bodyftn1F">1647 cceVogéS.oCor>uttiRitvGr Pemana dsr.,e Fattie desemeardtll Puttrintss=ti p I26eroot>o le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviell’Eol le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviiell’Eose, goe deieftudioi26erisa emmole>Lange t>o mitooeeppemeSe siam Acna HiavaeaS ni d, VII, 1999, p. 169-192 droV. Tigmita,> Paescinrtedogdapopanctto… re amichevoantsode.sfe il S ni de Il auurn ilsaeppemeco-gmss=dical ulrr goemiG)rda t>o r.o b-jurieon Vrtezia p I26eroon l le gostylen16"nt-vari nt:sm, s-caps;">xviiiell’Emise, goe siam op. oil. ni dnLaéo-juristemluéeimeli bnsyers p)araloeuDevant "bodyftn1F">1648 cce." hi,/ident édœuvre ste-u xième ssieeGêntr datèrsoehaorailescn rainstemapes/p> e plusthden13 les le plas uterigin3,isu jugnio ej" dche, msuteilisation (elteao-juristemlerec ruschephitéssyers pmoy é aussi llp ur l srne rues l avstres v serPgpr=-umscritasas entr datèrs eu.)rdiuificro-jué,espappearti jati)< ni d op. oil. ni d,nII. n "bodyftn1go-top’ajouteent dle-2613">Hlesmais=ege