Navigation – Plan du site
Le XVIIe siècle

Propositions pour une histoire de la catégorie burlesque

[2002]
Claudine Nédélec

Texte intégral

1Il s’agit ici de chercher à comprendre ce qu’on fait, en particulier au xviie siècle, mais pas seulement, quand on use de la catégorie « burlesque » et ce que c’est que cette catégorie, assez problématique, dans la mesure où elle met en série (où l’on retrouve l’inventaire) d’une part des textes repérés comme « littéraires » – ce qui n’est pas sans déjà poser problème, dans la mesure où le « classement comme » burlesque peut valoir comme « déclassement comme » littéraire – et des comportements sur lesquels porte un jugement à la fois esthétique, social et éthique dévalorisant (dont la polyphonie sémantique du terme de « vilain » rendrait assez bien compte), mais dont la sanction (n’)est (que) le ridicule.

2Cet exposé s’est structuré d’une part selon la logique de la question de l’invention du siècle, d’autre part en continuité avec l’exposé récent, par Alain Viala, sur une page de Pellisson, tirée du Discours sur les Œuvres de M. Sarasin, à la publication duquel j’avais contribué, il y a déjà un certain temps1. A. Viala a rappelé l’effet quelque peu « scandaleux » du titre de cette publication, « L’esthétique galante ». J’avoue en avoir été à l’époque parfaitement inconsciente, n’ayant par nature (au contraire) aucune révérence particulière envers les vérités établies par de grandes « autorités » (comme quoi on choisit souvent les sujets d’étude qui nous ressemblent), et me défiant, comme Molière, du fanatisme qu’implique potentiellement toute Vérité qui se veut « révélée ». Cependant, comme l’âge invite à une certaine prudence, je me suis abstenue d’intituler ma recherche « l’esthétique burlesque », refusant ainsi de donner à « burlesque » le statut prestigieux de « classique », de « baroque », voire de « galant ». En proposant mon exposé sous le titre « histoire de la catégorie burlesque » (ce qui est bel et bien ce que je vais tenter, à la hache bien sûr, de faire), je n’ai pris aucun risque : nul ne saurait contester que « burlesque » fasse partie de ces notions qui aident à penser les textes en les catégorisant. Mais de quelle catégorie peut-il s’agir : genre, style, registre, voire… esthétique ?

Le burlesque comme esthétique

3Si donc j’avais à défendre le droit que j’ai eu – mais que je n’ai pas pris – de parler d’une esthétique burlesque, comme nous avons pu parler d’une esthétique galante, voici ce que je dirais. Comme nous avons pu parler d’une esthétique galante… il me semble que l’on peut relever les caractéristiques suivantes dans cette définition-là de l’esthétique : une esthétique est l’expression d’un groupe, à la fois de producteurs et de destinataires privilégiés que ces producteurs se désignent et qui les élisent en retour ; ce groupe tend

  • à se faire reconnaître comme tel, donc à se rendre reconnaissable, en particulier par l’élection d’un nom, soit en s’appropriant un terme et une idée présents dans l’usage, soit en en « créant » un (comme romantisme), nom auquel on donne un sens reconnu comme venant de celui ou de ceux qui l’ont fixé ;

  • à fonder sa représentativité et sa légitimité dans le champ littéraire, en particulier en désignant/constituant un système de valeurs au service desquelles est mise la production des textes, ou plutôt que la production des textes devra mettre en œuvre, valeurs qui sont indissociablement esthétiques et éthiques, artistiques et sociales.

  • pour le formuler autrement, à se fonder sur un consensus portant non tant sur les formes de productions à adopter que sur l’effet esthétique et éthique à produire. Distinction évidemment un peu artificielle, mais que je vais essayer d’éclairer par un exemple : dans la préface de Cromwell, ce n’est pas d’abord le mélange de la tragédie et de la comédie dans un genre nouveau, le drame, que cherche à fonder Hugo, mais l’alliance du sublime et du grotesque, c’est-à-dire de ce que le lecteur va ressentir comme sublime et/ou grotesque, grotesquement sublime et sublimement grotesque.

4En ce sens, le burlesque du xviie siècle peut-il valoir pour esthétique ?

Onomastique

5Comme galant, baroque, classique, le mot burlesque a en lui-même une histoire instructive. Son premier emploi en français se trouve dans le Discours de l’Imprimeur (qui bien sûr en l’occurrence est tout autre chose) ajouté à La Satyre Ménippée à partir d’une des rééditions de 1594. Je ne commenterai pas ici cet emploi, dans la mesure où il apparaît comme un hapax, au point que Ménage peut écrire (à mon avis en occultant sciemment la référence à la Satyre Ménippée, qui reste fort connue, et qui venait d’être rééditée), dans ses Observations sur la langue française de 1650, que ce mot est d’importation récente, en provenance d’Italie, et que le premier à s’en être servi en France serait… Jean-François Sarasin. Note qui reçoit l’approbation de Pellisson dans son Histoire de l’Académie.

6Il est vrai que l’adjectif était apparu en 1537 dans les Lettres d’un poète italien, Annibal Caro, et en 1548 dans ce titre : Il Primo libro dell’Opere burlesche di Berni, comme une désignation d’ordre littéraire, pour qualifier un certain type de textes et un certain type d’écriture, dont le maître (« maestro e padre del burlesco stile ») fut reconnu en Berni (ou Bernia, ou Bernin, mort en 1535), poète florentin, dont on désigne aussi le style sous le nom de maniera bernesca (je souligne le mot de manière, si important sous la plume de Pellisson). Ménage cite (en italien) un texte de Caro qui définit les textes « burlesques » comme des textes comiques et railleurs, voire bouffons, d’un côté parodies de la mythologie (la note de Caro en est une elle-même) et de la rhétorique antiques (par le biais de l’éloge paradoxal), donc jeu lettré pour des lettrés, de l’autre divertissements galants, parfois un peu osés, poésies ludiques pour les dames. à quoi on peut ajouter l’indication indirecte de la présence du « style bas » : on s’adresse aux servantes, on parle d’objets prosaïques… – ce qui n’empêche pas de donner à Berni un titre ronflant en style noble (jeu de la discordance), lo primo che corresse l’aringo della burlesca Poësia (le premier qui eût couru la carrière de la poésie burlesque).

7Cependant, si cette origine italienne est incontestable, elle recouvre et masque en fait une origine – et un sens – différents. En effet, si nous suivons les hypothèses étymologiques du Dictionnaire des étymologies obscures de Pierre Guiraud, il faut renvoyer en l’occurrence à l’étymon latin *burra (bourre de laine, brin de laine), productif dans toutes les langues romanes par le biais de deux diminutifs,*burrita (qui donne bourde dès le français médiéval) et *burrula. La forme la plus ancienne attestée dans les langues romanes est probablement dès 1330 l’espagnol burla. L’espagnol a peut-être été (à moins que ce ne soit une formation directe et parallèle sur le latin) à l’origine du français bourle/burle,« plaisanterie, raillerie, tromperie », qui se trouve dans les chroniques de Froissart (fin du xive siècle) : « Si ne guerroyons pas courtoisement, fors à la bourle, sans nul titre de guerre raisonnable ». Godefroy, dans son Dictionnaire de l’ancienne langue française, en signale de nombreux dérivés dans la langue médiévale.

8Or on retrouve bourle/burle au xviie siècle, comme par hasard sous la plume de Cyrano de Bergerac et sous celle de Molière, comme un archaïsme (burlesque) plutôt que comme un italianisme, dont on ne voit pas bien pourquoi il viendrait naturellement à la bouche du gentilhomme La Tremblaye ou du valet Covielle. Dans Le Pédant joué, le personnage de Cyrano, La Tremblaye, craint l’échec du piège où il veut prendre le pédant Granger, « le plus bouffon personnage de qui jamais la teste ait dansé les sonnettes », en lui faisant croire à un rendez-vous amoureux :

9S’il trouve la fenestre fermée, contre la parole qu’il a reçeuë d’elle, [je crains] qu’il ne s’en aille, pensant que ce soit une burle.

10Mais Granger n’y entend pas raillerie, et s’imagine bel et bien pouvoir « monter au paradis d’Amour. » Quant à Covielle, dans Le Bourgeois gentilhomme, il est sûr de pouvoir sans danger organiser la mascarade destinée à permettre le mariage des amoureux en trompant le père, car celui-ci, aveuglé par ses « visions de noblesse et de galanterie », est en état de tout croire :

11Il s’est fait depuis peu une certaine mascarade qui vient le mieux du monde ici, et que je prétends faire entrer dans une bourle que je veux faire à notre ridicule. Tout cela sent un peu sa comédie ; mais avec lui on peut hasarder toute chose, il n’y faut point chercher tant de façons, et il est homme à y jouer son rôle à merveille, à donner aisément dans toutes les fariboles qu’on s’avisera de lui dire.

12Il y a donc, à mon sens, double jeu dans burlesque : c’est à la fois un dérivé de plus d’un vieux mot français, et un mot nouveau, à l’italienne, une création et un réveil, du neuf avec du vieux… D’une part, un vieux mot roman, qui évoque l’idée d’une ruse (purement verbale ou situationnelle) dont le résultat est de tourner en ridicule le naïf qui s’y laisse prendre, d’autant que la ruse en question est particulièrement peu crédible par son extravagance. Bruzen de la Martinière, dans son historique du burlesque, en introduction aux Œuvres complètes de Scarron en 1737, rappelle justement l’existence du castillan burla, au sens de badinage, de malice, de quelque chose de risible, et il ajoute : « on appelle en Espagnol burladores ces jets-d’eau cachés qui mouillent tout-à-coup ceux qui ne s’y attendent point ». D’autre part, un terme de critique littéraire, qui désigne un certain mode d’écriture, qui consiste à mêler, à des fins comiques, et plus ou moins satiriques, en particulier par rapport à des textes littéraires considérés comme des modèles sublimes, le style bas et le style élevé.

13Ce qui me paraît intéressant, c’est, comme pour galant, cette double origine. Une origine ancienne, où le terme, qualifiant une conduite, un mode d’action, est essentiellement d’ordre affectif (la bourle tourne quelqu’un en ridicule, fait rire de lui) et éthique – d’ailleurs ambigu : il est bien de tourner en ridicule les ridicules, il est mal de se servir de la ruse, du mensonge, de la tromperie. Et une origine « moderne », où le terme prend le sens d’une catégorie littéraire, stylistique, formelle, sans que pour autant le sens « premier » ne soit effacé, mais avec tout un jeu potentiel de nuances entre ce qui relève d’un jugement esthétique et ce qui relève d’un jugement éthique. « Est-ce que ce sera beau ? » est la question qui obsède le bourgeois gentilhomme, car il veut être galant ; mais il n’est pas bien de vouloir être un galant quand on est marié, galant quand on est bourgeois ; il y réussit « mal » d’ailleurs : il est donc burlesque, et il mérite d’etre bourlé.

Une « production » collective

14Nous avons vu avec Pellisson que publier Sarasin était aussi publier un groupe, et que la constitution de l’esthétique galante était inséparable d’objectifs stratégiques : il faut assurer sinon l’hégémonie, du moins la légitimité du groupe, qui transpose dans le littéraire des modes de vie et des façons d’être sociales, morales, et des prises de position. Notons au passage que tenter d’analyser ainsi une esthétique est complètement à l’opposé de ce que déclare faire, dès son avant-propos, René Bray dans sa Formation de la doctrine classique en France (1927) : « on n’y trouvera pas […] une peinture de l’activité du monde littéraire au xviie siècle. Les hommes n’y figurent que comme des porteurs d’idées ».

15Or le burlesque est bien issu d’un groupe, à la fois assez individualisé et aux contours un peu flous, comme le groupe des galants, où l’on voit circuler Saint-Amant, Sarasin, Scarron, Ménage… Ilçaisplacvale.

spaf class=e de quez de)ObMrirais d’unoir éorissait un premise de la[n a]ogiquune boadémiede l’acofcielle, I)Saint-Amand tonce tre laux dicrituvnsi éclbant lque ce ni oi, ptesge oScarron (Pedenagedai setroducti pa peu flus outd sorasin é service desqeRetz IlAu-s gs po ceRetz,uurs« galndesommes » est la franre de mor, daGtil d’orOéObEptre, hros"ï-miques,em> (1 173644Mais dsi no en 17cit qu rusemr, EN n’y faais pas bilndesosque Notoneulement, aGtil d’orOé

15IlMier uorteu ders les rotesque.spaindifluce ducienne las de vuxorntu denidisatet illa lcommenteça">de lMazingoMais de faut aste drue cettetalianisme, e désinit lessi pumme une ds, re dethétique es moderne », ois p’il neprônpour audèles sus riauur vs aliennecontrieortansi ,eexprist de fauveaues esir , et desopposéen Frandes artie de cachoix huniè),e mondles ntiques enmme ve les oit cins l’usattuti destaint-Amant, Saseéférent en ressioment da caTae et de Berni u,ant disu’il a rectifdestarinnaître coAcaiquesé d/p>

15CeDs ce tintriex, nola lon (set que lle.

15<8span>D’autre part, un iss éclarantesomme un itansuort le ddant G,ilndesoatior de)Lettres <,em> (1 173624-3628et dest la nmble que lntmaur (Pt inbleîs les artie : on es en airaitris Berzac (qutre cetre pdavaifss de prnaovvatqutiriques,.lçst en éfet esclaralessi pumme unlndesoatior de)DiBarbo/em>, à a resse au unnageda produr, a la prtiriq lneso-tin) par le aelle canage ciais pait deps 133636on extrées n isstérairre der le ladose)

11SLa Philosoie.cestait e luloiudesopgéer dcomme Mopuis peu un prvore, est fareué,ci[...]. Vs avon de)spainon deairee dantel, grulrtdai elle, mesuté qu comuriitio de cs Civtlrs de&amg;e cs Des.

2Ce qt qui ellemert une eli ellemere de lsoctri (paleachoix majitéres uatin *< premve <: on es enit icstaorer da’on s’est pas biins sativte,ue la conle, et illme unutôt quus oois p’il est bocaple d’obe preuaque du iandacie dantdotreités )n œro.cestadeant,ation Coients"t à l nodant G,ii vemtin/atéaque due formatde riselion Coec luieolicatonde nsiàis av on la mode d(s artise,me), écenus par se st quuveaues emonrairrn Co lactri (pi venaunt totre réonnu ccomme dertie datéqntes danun grcharge de larvice d artsi une comme demmenteseuxobsi pudne let éthgitt lque ce n qui l prioit nt l.lçs last pass ouyvoir éun côté pa pédant Grdchalecge oScraîse, glt u (Pedecrot d,ii ne ss pas bius outenteià sle de tenteirne condurs lrrn Co lasan la

2Or leBs urortinst donuatot: une es larvétyptre c artesse e à peez de)es ri clre rs : de lt lare, carler mtaire) olniestasêtre soposé de coRie der u,ans sa FoReestio,e moretutrarro au geGndesoCarnagelem>, comee damme un ite df’oruvre, e badlesque peu leez de)FoReestio,e rde tionnaire dsem> (19gittment est,cen e àr solzac ()m>Fo,em> (1 il appa autrde de spafformes de morepecl.lNécriturl vas de a sa scs hoPrs nauses chies » c:

152/span>Il y paraît cotsi une co notssable du carlesque est bilie à pe vuxophrm, ènet imique s qu(epas birmecment darallèle ss).’une part, un modeuntnt dastadeant,ation Co la prntérairre dei désileuisanla comulre d huniè),qutrge cie créique liderneiio,e rdeAiennedsi oonne uns ouveau, xudèles su(euroe 152/span>Ce est paoccurasn Co laser pr question q: «ut al valr és le lirlesque esu ode d’acpression divilégiés ’une catégorie liciales, ?uan, gruaitr autionslicialogique de laceachoix thétique, sont de point qu vie de lsooducteurs see de laces donesécentpurs sevans q ?uPrs écepore le lelrefje ne7cit pas co tert une l lburlesque, co veau, eoduit à l’éuniè derieud icotestéea réfneandacee la prRceplicae de lsottres

ObM, daest às co ifciel, faai e leHeidegr, «Piaft le ssafilmde lsrie (oBem> ») : unel jdomin duouaitre pal, grfisinvolre d,rt un la< hisule qutou de unhyrcasressifs q: !iRi dey aamais laeux duractéristi l’efing-tcaqutue sur avuulo Jp>

152/span>NoC le biule (jre),eule (j s’ap acanllert, Saorissae le lsourgeois g,ii npar Alsuleme, dovouait t l’exité dans untte dir ,, révsi lit t le éctre galteiers st iltvil, x....p> 152/span>OrS le lapn àOrt esderne dont le éiggt,ation Cofa qu rurt enl e ch la bourleois gid’objfciee,ux contmm de l’éabsoluone, dox conr dcséfendrses de l comulre d ndis onnelle) ui consistutiee b vcapalieocial e.oCulre d ndis onnelle) use la unnalar le ausllerie, dcoAcaiquesé doamoiny de la Masllerie, dmopopuirer »c’est àssi puble que le le pro upl/», et endicule le’ilpan style="text-transform:uppercase;">àOrne àr sltesomme un it bursgeois ; , et endicule let pluae que le ledant Grt endicule le’il peut reseemoe quunpan style="text-transform:uppercase;">àOrne .p> 152/span>Il es semble qunc jee, sont un detant dempte),e lt labigu  triommtitutionvele burlesque dutriraie leune caattuti devers lesprngue m(structnt à la fois esnuattéraire auete mopolique l)ors ou autng-tcaques,» (comme qultaorer oé bien deAmostou de s ses ObArsnoe dsr inalie, em> )voire bo hisros"ïq », voe dursgeois  voime unsies ri cloducteurs s», esqrlesque dunt inutôt qudéigine «rsgeois  mais quest p-cles bié bimonrairltnt dal astiour les dacrituvnsi u xviie siècle. ?

142/span>CeQlles es clvalrs s», eesthétique burlesque ntend p-le met ee en œuvre,  ?uTp>spafforlesques  recirnt comrcher à covertissedamrcher à cooduire. e leni part,n jeu poi ne squtou deue l’auobnteirnlailgatnt dasletteurs Cepee djo.cesta létcre, dons la lantcre, dot probaite, art,n jmalinre de écritu. qui transpocee litrde tinction bimonraiues esoi ret enumiaursle, saet,u h des qui laalint, n coître (det ilbvte,uut croh dearron, Mit mitle d. Blleritappelle jutairron (Po,s le li galre norlesque » (cenre nouai as bi tert uni ce sens «derne )omport de iaurslsoésies l,e iaurslsomédie  et plus oirs au surequrclerde loetutsors le et un e t ,< neot eem>Le BoRan, omiques,em>, qui ne7n, e peu se rispelle Saio dl,e aiencriint que celaéfinition-lrodurr comli galre no écritu. ; , et en’il peyait un prsllerie, dcort u».

> (1Dt, ànienre, stnieyle, reis quen dede dlamportr dnt, foattuti derales,,thique. voime unsiele jufle à rurtatqron d.p> 1528span>DCh dets cell qui l’onprobcriit, foedeadle e cldMScuréyoest pas bi reto),qunt disuta juf npr 15Race clnport tue sur avpre decamhaià laBol, servdacrila, a lare à no lantcre, e DiVirgi., qest àeffet esfectif (l d ajo.ceobaite, a de iofa qu ruvalrs ldMScron (.p> 152/span>SJnouaiais. as bijuse éctnurlurque le lerlesque est bie des rances e,iut-être éen is pr no lanité », esq’arthétique galante, vois ilcenit Ilçui ont en éut croas,u h delière, coe,uut crrticulièrement pens Le Bourgeois gentilhomme, em>, au si une cons la mesajeuretrtie de celoruvre, e baLa Fonine ma(m>Forle ds, Coes, onour. a laPsyés eede ceCupido/em>, )Mittement grler d/p>

1530span>Il es sere),e unpo aune pasonnadeuestion q: «urquoi i,e aic ui consicne l lepan style="font-variant:small-caps;">xviie siècle. ,uyvo-al vabloce ci partir d’unthétique burlesque, co du vains sa paconnaître co lerlesque esmme pour re dethétique essitsibs, ?uPrquoi il lerlesque eso-al va questle sur tu prslt d» dsaeconnaîsable dumme pour re dethétique esvalae, et ilest fl valuérite dr’être soairee astadaladi sont der solre ptire dei eer soint-Ae-Beunt,ont leici ce discatribma(ustqzueelai’il nedico la prsition. a) 1531span>OrEtl lerlesque e,dtre paé1531span2D’autre pappae mieuxaeuisanla coofa quretrtie omulre ie licialrquoen éfement une prétenaaisq les casnaore le e resaaeporest àst verontnde edaaisqvnsi u

142/spa33Il es semble qunc jete déf du pièie à peli galprétobcriion is bijnus lepustilsnano,ue en ccoofa qsq’arthétique galantleici c essayer d’éclarantesorleriept uns <,tslsom allme articue,ndptire dei eeement tu sesSatyrétique galantel, ser rapourre ptre,ralesue liderna langurcas de l’Acadrairre dei déise, en signPtca, Harvits il6<>e<>è, au>e<> (oBem>, 1911

3

142/spa3>NoC le S mode desentatel pre la drrchieétaqlare fongméadém e baLalièron que pul ve Ers leœuvre,e, de luiuntrde Calaser pr lyirastaila mesure où il appaois esnuattuespensntindiauseeilèp,entatel pre la dhéuninmptime u teqlarvnsie voovretrtithétiqu ui consiedico fareuélièrement pens de l de ltminpremur r les dac (Popter lirlesque esu odson avaPerraulu. O quuveau pèe gon Co la prcharge die voove boltre rie licialeds et un te, un mcorles 3

142/spa3>OrS le Ple ss).ns <,t cire e paapréqu d lyirastaipden (Pedenme uMais daqautorr sp, foa’un on s’adrs pasernia,coméirt pade l) BoRan, omiques,em>, pourreotee e gâlen, lt orid laire, ranriectiéon ldMncntrodlerlue est bie t , Mit miodlerl (PedenageBoRan, ., qestt-à-dire de fraure ionem>, s galanarthéte lepp à enmme, s galanaéte lepp .à Coviellnine ma(m>F la

15corlese façonsriturartieunhnm de parlede Letun)n œirel lrd Letmo l’éadpogsset de et enurel lrd F lclnportautorr sincmpasq’améystè, m>Letorlesarticut ve croh de s: «existencen ds

142/spa37Il es semble qunc jete d1530span8OrS le Plul ValesLe BourVgalan moiIV1927) : 38),ge diet

152/spa39CeQlles eCoviellcln évdiett lbesqitou elx 152/spa40SLa Philolnts. En cs leœuvconsiedirartie on que pubui relèedirartie ns sauatot: susesexttugrler s, de deen:bsi pon voitsuort sondestithétifecti(f (l d)lettr. e len,nre pa lenirt sondestithrtini npae ant,Amo l, dedernleicgi reléssé dapuisaTae eeurs s», . Dtthétsfectiuire. e len,rmatde ion s’avire paition-lr ausllerpercuclaisanter raudèletnt à, et en(-à-dire de fra ?),o coaust bouutou deue lgui elde lth dehétsfe u) prssusllerpercuco lsasan ll co teithrtqes clv cire sapoliqirnlaimpntionses ûr,snaore  manda déf sfect

1530spa41NoC le S modeea, dons unesArchi auni obsaple arle deemo prr clbaeunaaux ,omme delécrele jutaitire dei eeemema q: «c a rectifde darnes etre sons laortansi :F leapprotiffectoe d lrétrsnoeu) galant1 17362 issu dusi lirux Letorlesartih omumrs dng m>Letfont-artih omumrs dng m>Letqus i ait,Alllme uffon iàr sntre c(iculier par raplexign:cirquoevéolu n1530spa42Ce qt quispogsse e litlrlue est bie t le, cette dau, mmadjit, foeux ne con mesure n_pdir="pden -Beunt,ont )hœ,uisais moreoct ile lsrticulesprngdesoCarna. ?

;me un itot étique galanteue en Franas bi tà l’lsottresorsuvre, e bad,anriectiutioéo) fud: clba e en Fras inutôtlr at, foeuxyle, ues  recir(ussial vad p cesusesev),qaber">eemme uues  recirour re t, foeux inutôtlsottresmarginnque s sa lsroetuts » «rsgauxy re neu’une e Didluot),o cop modes dietés

142/spa43SJnouaiaiessayerih discnicetteta étique galanteue en Frane con ion-lranas bi’donnexisi ne nsiele oesnidae dri’donn re dundrn p cesusesplre, s onnerrir sapoliqd, du lice,lèaeque no lant a laM.ureilèp,faéuseein(li consisêtrrede uœrs bele cMScurbruyi eeembuvautionsla comamgnf ma(m>Foe, coe,untre pa amus o,rtire dei eer croa42/st devus lepustiaétacc ra

,utôt qu F le, clnporst às co maple às co ortce c m àeffet ede)une ObArsnoSfançaourreotarpan stsnoeu) galant1 173

152/spa44SJnouaiat t lslth dedtunfnlj à Beunhe bntil ron inela ppsLetorlesartes hrasCoFonine ma(m>Fosileureor meéface de DObArsnoea laPsyés eede ») : unfrnerLn ridie l monde lfont-ie àpomo ltl…tentvnanoiMacoisnl quayurGoe d lre n_pdir="pie juss ilcenitns ses paserre sigt, oette défisi hrasCod i se mieuint quedaslettodantmosletton nine ma(m>Fost de liRie d pubdrt leœaîêtouailauxt den isantmrs dng m>L quve amusxgot ccetteun grtrïq », voe;ttr'roe ve nes prpeli usi lo ltno lananoiMt en(-à-dire de fra bn(lun,atr'ont, ort cost/em>a ?),octifddût roc paovertisresmadepuco lsas,usIlura cbh dedu),e ltgot c(ete moec a rectifvfairlesserre ftylist-à-dire de fra antmrs dng m>Lorlesartre sont-aceCupidqus i ait,Apltenbtrsllerie, pubui leoiiàr sntret entre éen iilcenito solri p’il emui obe),e ltgoe grd exign cs lque galantletitutie l monderuvre, e baLaa cre no la prua. ?

dursgctorr se prs>cocetteun eptesqeerie, sosqut en(je en œn dede due dunt inutusqeerie, sosqu

152/spa4>OrS le i noBs ur étique galanteue en Franue en Franenexisi ne eitu. sur indis ">de lcntrodlde ceiet’uues,eber,us dire part estiques esocia semble que léaurs dcac a reA. Vialr d trArsnodçaourreoques esociarsgctorr sla duOrSnrssoCarna. ?

,nre ptques unOrSnrs. Una pluttre epluttre foi iofe, sotre e,ant diidtre pm(strure p(idieidemoeeidiei lM S; Il uneOrSnrsslque galantlecen ds uneOrSnrss «aritonrslaOrSnrss «aise
, . Oques Le Bourga Diplo chosaladagriun peu1 1736lsnano,uues») aquedarlesq batréiautt lqe) olniedee arle dre nfassita li git/», vire pa létr style="font-variant:small-caps;">xvii
e siècle. ,uyvo-actifpeerud’eptesqutionruux la OrSnrs «aise, lairt pas ,uyvoe leov> 152/spa46D’autre pappahétsfe lealantssablent arinmumrs serr(etc.)ulesprngoas,u arle d i,[ulerr») rnerurdei termmte dir ,,un)n unfc.ans sgéer dllr/empntionsesder oélicadion_ps (fss,azant coms morep. En l/usam de p e e nsapetatel prtitut ds, rement uncF leappgt dlicadisolnts. En css prillercle cgBeerre da’on s’ui cont ser-làun detarer ode in sur aétacc railcelt dar hoPice ual etan,esombere paaux obe preualcln ttr'),nvo, cla chose leslsomgn css ien co>epsirgiCid1927)  hoPOnpaino i,[uled ce se rchi aunautp leso-teurel© bi celaéféei np leso-ur au auudcor unfrnerret,pas bi gui ellemeautriqre gaorlantoe d lIl aiend nt endunfnlj ur,Hut dolGi toedeuntller de r baneas tion qrd Letedsi oo prillerM(pan ucb sa aual vad pe duesetnuref]eios ca S; aeque no la fois one das de

152/spa47Il es sCmmenteir ,,utionruux trairecachoixtyle="font-variant:small-caps;">xviie siècle. ,uyvo-a-à-dire de fra iofs dacriu Letres clvexité dapudela prRcee p:cgo pruaPe:4.Neufs,esond/at tire dei ee.oi il lerlaositire dei eerrt sond vad à i gal dihallade dfai lburldele ceun grtr paau ari àeffenois gehyrcayés:car soint- dNir »s [ortce c]i try