Navigation – Plan du site
Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie
II. Libertinages

Cyrano traumatisé. Une conférence de Jean Letrouit

Alain Mothu

Texte intégral

1Les lignes qui suivent transcrivent une communication faite le 17 décembre 2005 par Jean Letrouit au colloque Cyrano de Bergerac, Cyrano de Sannois, organisé par Hervé Bargy à Sannois pour commémorer le 350e anniversaire de la mort de l’écrivain dans cette même ville. Initialement intitulée « Pédant joué et traumatisme scolaire », cette conférence fut publiée par les soins de H. Bargy et les nôtres fin 2008 dans les actes du colloque (Turnhout, Brepols, p. 209-218). Nous la reproduisons ici sans modification. Rappelons qu’elle appartenait à un cycle d’interventions orales intitulé par l’orateur « Dire de l’inédit », par principe « non destinées à l’édition ou à la redite » ; il a nonobstant toléré que nous résumions ses propos, acceptant même que nous le poursuivions de nos questions jusque devant le buffet offert par la mairie de Sannois – inter pocula donc. Par la suite, Jean Letrouit ne s’est pas plaint (au moins ouvertement) de notre travail, aussi nous flattons-nous que celui-ci représente un compte rendu parfaitement objectif et complet des propos tenus.

2Ce texte n’aborde pas seulement la question du « traumatisme scolaire » de Cyrano, mais trouve son prolongement naturel dans la mise en question de certains détails biographiques concernant l’écrivain, prétendument transmis par son ancien ami Le Bret. Nous l’avons communiqué plus d’un an avant sa parution à divers savants qui ont préféré l’ignorer.

3L’édition de référence du Pédant joué à laquelle nous renvoyons dans nos notes est, conformément aux vœux de l’auteur, la princeps de 1654 accessible sur le site Gallica de la B.n.F. Nous lui laissons maintenant la parole.

4Il est souhaitable, à titre préparatoire, que le lecteur essaie de se remémorer ses expériences d’école. Le passage au collège et au lycée laisse nécessairement des traces, pas forcément indélébiles, mais incontestables. On se rappelle tel professeur de grec affligé d’un tic facial le défigurant périodiquement ; tel autre qui devait à une démarche laborieuse le surnom d’escargot ; tel défaut de prononciation, telle manie, etc. C’est ce genre de souvenirs qu’il convient de faire remonter à sa mémoire pour mieux s’amuser des propos qui vont suivre.

  • 1  Réédités dans Ch. Jourdain, Histoire de l’Université de Paris au xviie et au xviiie siècle, Paris, (...)

5Deux remarques liminaires. D’abord, dans ce genre de réminiscences, ce sont surtout les souvenirs relatifs à la personne des maîtres et à la façon dont ils enseignent qui affluent d’emblée. Les détails sur le contenu même de l’enseignement font généralement défaut. Seconde remarque. Le Pédant joué est édité pour la première fois en 1654, sous le nom de Cyrano de Bergerac et de son vivant. Une précision chronologique interne permet de situer l’action en 1645, mais cette date n’est ni celle de la rédaction de la pièce, ni celle de sa mise en circulation dans le public. Jean Grangier, qui fait les frais de cette satire, était un personnage important, ami personnel du pape Urbain VIII et des plus grandes figures du royaume : il est peu probable qu’un pamphlet de ce genre ait circulé avant sa mort vers 1643. À cette époque, la vie de collège est extrêmement encadrée. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter, parmi la longue série de textes normatifs, les Statuta facultatis artium de 1598 et le règlement sur les collèges de 16261. On y verra que le collège n’est pas du tout un lieu de plaisir ou d’amusement, mais une machine à formater dont il est très difficile de sortir psychologiquement indemne. C’est en gardant cela à l’esprit qu’il faut aborder l’étude du Pédant joué, qui se déroule entièrement au collège de Beauvais et dont le protagoniste cumule les emplois de principal et de régent, autrement dit de directeur et de professeur.

  • 2  Théâtre du xviie siècle, Paris, Gallimard, Bibl. de La Pléiade, II, 1986, p. 1468.
  • 3  Acte I, scène 1, réplique 10 et acte III, scène 1, réplique 4 ; éd. 1654 respectivement p. 9 et p. (...)

6Le Pédant joué est une pièce difficile. Son texte est comme farci de citations latines qui ne sont pas nécessairement complexes, mais qui, en situation, posent des problèmes variés. La majorité de ces passages sont tirés de la Grammatica de Jan van Pauteren alias Jean Despautère, manuel de latin en trois parties aux multiples éditions et à la vogue considérable. Jean Truchet relève, dans son édition de La Pléiade, tous les renvois du Pédant joué à cette Grammatica et fait une intéressante remarque sur leurs applications burlesques2, dont l’étude systématique reste à faire, sans pudibonderie ni contresens (cf. « I longum ponat dans son O communè » ou encore « la premiere nuit, Optat ut excedat digito, la seconde nuit elle en veut, Pede longior uno »)3. On doit ajouter que le latin était prononcé « à la française » et non pas « à la restituée », ce qui permit notamment à Pierre-Daniel Huet, de “farcer” Gilles Ménage (autre pédant fameux) en lui présentant comme de Malherbe le distique suivant :

O qua vita Patris qui tanta per se secundos

Illa levi defer quina jam ede redi.

Que l’on interprète sans difficulté :

Au cas, vit à Patris, qui tant a percé ce con d’os :

  • 4  Lettres de Huet à Ménage d’octobre et novembre 1659 citées d’après le BnF ms. n.a. fr. 1341 par D. (...)

Il a le vit de fer qui n’a jamais déraidi4.

  • 5  Acte I, scène 1, réplique 10 ; éd. 1654, p. 8.

7Le latin du Pédant joué se lisant « à la française », plus précisément à la façon dont on prononçait le français au milieu du xviie siècle, on se demandera si un énoncé comme as petit haec5 ne s’entendait pas comme Ah petitesse ! et ainsi de suite.

  • 6  Acte I, scène 1, réplique 10 ; éd. 1654, p. 8-10.
  • 7  Acte III, scène 1, réplique 4 ; éd. 1654, p. 76-78.
  • 8  Acte III, scène 2, réplique 17 ; éd. 1654, p. 85.

8Les constantes références à la grammaire Despautère sont caractéristiques de souvenirs liés au contenu de l’enseignement subit par l’auteur du Pédant joué. Mais ce qui est surtout remarquable de ce point de vue, c’est l’inflation de procédés empruntés à la Rhétorique et aux Topiques d’Aristote, avec leurs commentaires, par l’intermédiaire de manuels qu’il incombe aux spécialistes de Cyrano d’identifier. Tous les personnages de la pièce, du matamore Chasteaufort au paysan Gareau, sont ratiocinants, la palme revenant sans conteste au pédant Granger. On le voit d’entrée de jeu tenter d’éconduire le matamore Chasteaufort, prétendant de sa fille, par un raisonnement en trois points6. Il prépare longuement une déclaration à la femme qu’il aime, d’abord en étudiant son propre vêtement, ses postures, ses mimiques et son ton de voix devant un miroir, puis en se remémorant consciencieusement un certain nombre de lieux communs rhétoriques, correspondant chacun à l’un des sentiments qu’il serait susceptible d’exprimer : dédain, colère, amour7. En présence même de celle qu’il aime, il entend « prouuer par quatre Figures de Rhetorique : les Antitheses, les Metaphores, les Comparaisons & les Argumens »8. Son « argument », qui fait intervenir le « propre du meilleur », vaut la peine d’être cité :

  • 9  Acte III, scène 2, réplique 27 ; éd. 1654, p. 89-90. Avec un clin d’œil à Ronsard.

Du Monde, la plus belle partie, c’est l’Europe. La plus belle partie de l’Europe, c’est la France, Secundum Geographos. La plus belle Ville de la France, c’est Paris. Le plus beau quartier de Paris, c’est l’Vniversité, Propter Musas. Le plus beau College de l’Vniversité, ie soûtiens, à la barbe de Sorbonne, de Nauarre & de Harcour, que c’est Beauuais ; & son nom est le respondant de sa beauté, puis qu’on le nomma Beauuais, quasi beau à voir. La plus belle Chambre de Beauuais, c’est la mienne. Atqui, le plus beau de ma Chambre, c’est moy. Ergo, ie suis le plus beau du monde. Et hinc infero, que vous, Pucelete Mignardelete, Mignardelete Pucelete, estant encore plus belle que moy, il seroit, ie dis Sole ipse clarius, que vous incorporant au Corps de l’Vniversité en vous incorporant au mien, vous seriez plus belle que le plus beau du monde9.

  • 10  Acte IV, scène 2, réplique 4 ; éd. 1654, p. 103.
  • 11  Acte III, scène 2, réplique 6 ; éd. 1654, p. 82.

9Le Pédant joué abonde également en réminiscences de forme, par opposition à des réminiscences de contenu, autrement dit des souvenirs relatifs à la personne du maître et à la manière dont il dispensait son enseignement. Le pédant est parfaitement décrit. « C’est ce petit homme qui auoit vn chapeau à grand bord, & un haut de chausse à la Culotte »10. On s’étend longuement sur ses manies superstitieuses (acte II, scène 8), sa chambre (acte III, scène 1), ses habits vétustes (acte III, scènes 1 et 2), son nez monstrueux : « cet autentique Nez arriue par tout vn quart d’heure deuant son Maistre ; Dix Sauetiers de raisonnable rondeur, vont trauailler dessous à couuert de la pluye »11. Surtout, il doit être fréquemment affligé d’un terrible rictus, comme le professeur de grec rappelé au début, à ceci près que chez le pédant, la déformation du visage est volontaire :

  • 12  Acte III, scène 1, réplique 4 ; éd. 1654, p. 77.

Quand ie ris, ma machoire, ainsi que la muraille d’vne Ville batuë en ruine, découure à costé droit une brêche à passer vingt hommes. C’est pourquoy, mon visage, il vous faut stiler à ne plus rire qu’à gauche ; & pour cet effet ie vais marquer sur mes jouës de petits points, que ie defens à ma bouche quand ie riray, d’outrepasser12.

10Pour ce qui est de sa manière d’enseigner, on notera l’annonce crescendo d’une kyrielle de punitions corporelles, annonce normalement faite par un maître pour se calmer lui-même et effrayer un mauvais élève en arithmétique, mais que le pédant déverse sur le matamore Chasteaufort :

  • 13  Acte I, scène 1, réplique 12 ; éd. 1654, p. 11-12.

Ma colere primò commencera par la Démonstration, puis marchera en suite vne Position de souflets ; Item, vne Addition de bastonades ; Hinc, vne Fraction de bras ; Illinc, vne Soustraction de iambes. De là ie feray gresler vne Multiplication de coups, tapes, taloches, horions, fendans, estocs, reuers, estramaçons & cassemuseaux si épouuantables, qu’apres cela l’œil d’vn Linx ne pourra pas faire la moindre Diuision, ny Subdiuision, de la plus grosse parcelle de vostre miserable indiuidu13.

11La propension du pédant à couper la parole dans la Comédie de la toute dernière scène est également remarquable. On peut la comparer aux interruptions du discours du paysan Gareau par le matamore Chasteaufort transformé pour l’occasion en un maître d’école maniaque. À la scène 2 de l’acte II, en effet, le paysan Gareau entreprend de raconter sa vie en long et en large au matamore Chasteaufort dans une sorte de jargon incompréhensible à l’oral, et à peine compréhensible dans une édition glosée. Le matamore l’encourage d’abord explicitement dans son entreprise (« Et de grace ... », réplique 14), puis va se mettre à le couper systématiquement pour rectifier une phrase de son galimatias (« Tu veux dire… » ; « Il faut dire … »). Le paysan Gareau en oublie son jargon (« Hé si ie ne veux pas dire comme ça moy ? », réplique 29), puis s’énerve tout de go (« si vous estes vn si bon diseux, morgué tapons nous donc la gueule comme il faut », réplique 31), et, submergé par la honte d’être systématiquement repris par le matamore devenu instituteur, administre à ce dernier une sévère correction. Le rêve de tous les collégiens à toutes les époques !

12Dernier mauvais souvenir auquel n’échappe pas le potache du xviie siècle : la pièce de théâtre montée dans l’enceinte de l’établissement. On n’y fait pas n’importe quoi, et il n’est surtout pas question pour les élèves de s’y amuser, le genre – à prétention hautement pédagogique – étant parfaitement défini dès le § 35 des Statuta de 1598. Le Pédant joué en fournit comme un petit précis, qui va jusqu’aux ordres donnés au portier (acte IV, scène 7 ; acte V, scènes 5 et 9). Et lorsque le pédant pressent que la comédie qu’on va lui jouer n’a rien à voir avec le théâtre scolaire qu’il a coutume de régenter, il est tout à fait désorienté :

  • 14  Acte V, scène 9, réplique 3 ; éd. 1654, p. 151.

Hé quoy ie ne vois point de préparatifs ? Où sont donc les masques des Satires ? les chapelets & les barbes d’Hermites ? les trousses des Cupidons ? les flambeaux poiraisins des Furies ? Ie ne vois rien de tout cela14.

13Le Pédant joué ne contient pas simplement quelques réminiscences de la vie de collège dans la première moitié du xviie siècle : il est tout entier l’émanation d’un profond traumatisme scolaire et doit être considéré comme une sorte d’exutoire permettant à son auteur de faire une croix sur ses années de classe et sur la série d’expériences aussi intenses que pénibles qu’il y a associées.

14Cela étant dit, deux constatations s’imposent.

  • 15  Roger Crémant (pseud.), Les Matinées structuralistes, suivies d’un Discours sur l’écriture, Paris, (...)

Le traumatisme scolaire vécu par Cyrano de Bergerac a un indéniable corollaire dans la dramaturgie du Pédant joué. La femme est la grande absente de cette pièce censée traiter de l’amour hétérosexuel. Les personnages aux noms féminins sont très effacés et ne parviennent à subsister qu’en tant que doubles ratiocinants du pédant Granger. La passion, l’amour, le plaisir et la joie n’ont aucune place ici. Par contre, la haine éclate : haine réciproque du fils et du père, haine du paysan pour le matamore, haine de la belle pour le vieux pédant qui la supplie de l’épargner etc. Cruauté sadique du père faisant entraver son fils qu’il veut faire passer pour fou. Honte du paysan corrigé par le matamore et finalement renvoyé par le pédant. Humiliation du matamore constamment battu. Supériorité de la belle sur le pédant, du fils sur le père, de tous sur le matamore. Inquiétude, impuissance et tristesse du pédant sans cesse confronté à l’échec. La palette des sentiments exprimés est bien pauvre eu égard à ce qui se passe dans la vie, et même dans la vie de théâtre ! Il s’agit d’un collège, ou plutôt de souvenirs de collège. Le parallèle avec Les Matinées structuralistes de Clément Rosset s’impose, évidemment15.

  • 16  Archives nationales, MC Ét. LXXIII 361, fol. 323, découvert, reproduit et transcrit par M Alcover, (...)
  • 17  Archives nationales, MC Ét. C, 195, réédité par J. Prévot, Cyrano de Bergerac poète et dramaturge, (...)
  • 18  Ibid.

Seconde constatation : ce que Cyrano de Bergerac nous dévoile de lui-même dans le Pédant joué concorde avec les informations fournies par les rares pièces d’archive le concernant, informations inconciliables avec les prétendues données biographiques de la préface anonyme aux États et Empires de la Lune publiés deux ans après sa mort en 1657. Une transaction sous sein privé datant du 18 juin 1641 nous présente un Cyrano en retard de deux années scolaires, encore élève de Rhétorique à vingt et un ans, ayant lâchement fomenté une machination contre un « pauvre écolier » qu’il a blessé avec l’aide d’un complice du nom de Prévost. La mère de Cyrano étouffe discrètement toute poursuite moyennant la somme de trente livres et en s’engageant à régler d’autres frais. Le père de Cyrano, Abel, qui ne mourra que le 18 janvier 1648, n’est pas cité dans l’acte. Sommes-nous dans le cas de figure : « ne le dites surtout pas à papa, il me tuerait ! » ?16 Moins de quatre mois plus tard, le 8 octobre 1641, notre Cyrano passe un contrat de deux ans, que l’on ne sache pas avoir été annulé ou écourté, avec un maître d’armes qui « sera tenu et obligé de monstrer et enseigner à son pouvoir audit de Cyrano à faire des armes en sa salle [...] comme il faict à ses autres escolliers »17. On en déduit qu’à cette date, Cyrano s’apprête à quitter son collège pour élire domicile chez son père et qu’il doit être un bien piètre escrimeur pour se faire initier auprès d’un maître d’armes tenant école. Quelques jours après, le 21 octobre, Cyrano s’inscrit pour deux ans au cours d’un maître « acceptant de lui montrer et enseigner à danser ainsi et comme il faict à ses autres écoliers »18. Preuve qu’il ignorait aussi la danse, mais était physiquement en état de l’apprendre.

15Comparées à ces faits incontestables, les affirmations de la préface anonyme aux États et Empires de la Lune faisant de Cyrano un fougueux militaire pareil au démon de la bravoure et toujours en campagne de 1638 à 1640 apparaissent clairement fantaisistes. Elles atteignent le comble de la loufoquerie dans le passage suivant :

Il alla quelque temps apres au Siege de Mouzon, où il receut un coup de Mousquet au travers du corps, & depuis un coup d’espée dans la gorge au Siège d’Arras en 1640. Mais les incommoditez qu’il souffrit pendant ces deux Sieges, celles que luy laisserent ces deux grandes plaies […] le firent entièrement renoncer au métier de la guerre.

  • 19  BnF, Cabinet des estampes, N2 Cyrano, reproduite par M. Alcover, dans les Œuvres complètes de Cyra (...)

16La gravure illustrant ce passage se donne comme imaginaire, puisqu’elle a été faite « à partir d’un portrait peint se trouvant chez les nobles maîtres, maîtres Le Bret et de Prade, ses plus anciens amis »19. Cette gravure a bien été remontée dans certains exemplaires des Œuvres diverses, mais rien ne prouve qu’elle date de 1654. Cyrano y arbore, un peu au-dessus de la pomme d’Adam, une horrible balafre s’étendant tout le long de la mâchoire inférieure : de quoi réduire à la bouillie et au silence, ou à tout le moins aux grognements, n’importe quel élève de Rhétorique qui n’en serait pas mort.

17Comment tout cela a-t-il été pris au sérieux ? On peut certes excuser un spécialiste de Cyrano de ne pas savoir quelle arme redoutable était le mousquet, mais pas d’ignorer ce monologue du matamore Chastaufort dans le Pédant joué :

Vous vous estes batu ? Et donc ? Vous avez eû auantage sur vostre ennemy ?  Fort bien. Vous l’auez desarmé ? Facilement. Et blessé ? Hon. Dangereusement, s’entend ? A trauers le corps. Vous vous éloignerez ? Il le faut. Sans dire adieu au roi ? Ha, a, a. Mais cet autre, mordiable, de quelle mort le ferons-nous tomber ? » (Acte II, scène 1 ; éd. 1654, p. 31).

18Ni d’ignorer que ce ridicule matamore Chasteaufort, « Monsieur de Chasteaufort » comme l’appelle le pédant, acte IV, scène II, réplique 5, figure précisément au nombre des prétendus amis de Cyrano énumérés dans la préface anonyme : « Monsieur de Chasteaufort, en qui la mémoire & le iugement sont si admirables, & l’application si heureuse d’une infinité de belles choses qu’il scait ; Monsieur des Billettes qui n’ignore rien à 23 ans de ce que les autres font gloire de sçavoir à cinquante etc. ».

  • 20  « Lecteur, ie te donne l’Ouurage d’un Mort qui m’a chargé de ce soin […]. Son Histoire de l’Estinc (...)
  • 21  « Et puis Monsieur le Bret t’instruisit si particulierement de sa vie, dans la Preface qu’il a fai (...)
  • 22  Un passage de la Préface anonyme de 1657 renvoie à la légende de ce portrait : « Monsieur de Prade (...)
  • 23  BnF, ms. fr. 16754, f. 25r, texte capital signalé par François Rey à Madeleine Alcover qui en fait (...)
  • 24  « J’ay fait mettre au net l’ouvrage du mort […], afin qu’il ne soit plus redevable de vostre estim (...)

19La biographie anonyme peut être attribuée au nommé Lebret, si l’on en compare deux passages avec la fin de la version imprimée des États et Empires de la Lune de 1657, qu’elle préface20. Elle est d’ailleurs explicitement attribuée au nommé Lebret dans une autre préface, anonyme elle aussi, aux Nouvelles œuvres de Cyrano de Bergerac parues en 166221. Ce Lebret, qui signe l’Epistre liminaire des États et Empires de la Lune de 1657, est le soi-disant copropriétaire, avec Jean Le Royer de Prade, de l’original du portrait de Cyrano « à la balafre » dont il a été question22 ; c’est lui qui obtient, le 6 novembre 1655, la permission signée Bouchard « du Livre intitulle Les estatz et empires de la Lune »23 ; enfin, c’est l’avocat au conseil destinataire de quatre lettres de Cyrano éditées du vivant de ce dernier, en tête des Lettres de 1654. Il est impossible de comprendre comment on a pu identifier ce Lebret avec Henry Le Bret, prévôt de l’Église Cathédrale de Montauban depuis 1663, date après laquelle il aurait reçu une lettre, une fois encore anonyme, d’où il ressort : 1) qu’il n’aurait pas connu personnellement Cyrano de Bergerac ; 2) qu’il ne connaîtrait les États et Empires de la Lune que par ouï-dire et aurait demandé des précisions à un tiers ; 3) qu’il se serait satisfait d’un recopiage partiel de la préface de 1657, au point de le faire figurer dans sa correspondance passive imprimée24. Sur la question du recopiage, notons que le héros de The Man in the Moon de Francis Godwin s’élève grâce à une machine tirée par des gansas, féminin pluriel régulier du terme espagnol gansa, aussi bien dans le texte original anglais que dans toutes les traductions consultables, notamment françaises. Or il se trouve que la préface anonyme aux États et Empires de la Lune de 1657 porte gansars, tout comme la lettre anonyme à Henry Le Bret. Du reste, le recueil de Lettres diverses attribué à Henry Le Bret, féroce prévôt de Montauban, a tout l’air d’un pamphlet protestant destiné à discréditer la plus importante personnalité catholique de la ville après l’évêque : il y est question de son intérêt pour l’impie Cyrano, de son goût pour la gent féminine, de sa vérole, etc.

20En fait, tout ce qui touche de près ou de loin à l’œuvre de Cyrano de Bergerac fleure bon le canular de collégien. Jusqu’au Fragment de physique : faire figurer le cours d’un professeur, sans nom d’auteur, en appendice (suivant la règle in cauda veine énorme) d’une Histoire comique, quel merveilleux procédé pour ridiculiser les prétentions de ce professeur à donner la meilleure interprétation scientifique possible des phénomènes de l’univers !

Inter pocula

  • 25  La longue liste de noms propres cités par Jean Letrouit nous a échappé.
  • 26  Pedantius, acte I, scène 2, répliques 20 à 39 ; pages 8-9, lignes 263-294, de l’éd. G. C. Moore Sm (...)

21Lorsqu’un mandarin de la recherche française, ou peut-être même quelque conservateur de nos bibliothèques publiques, s’il n’est pas trop occupé à transformer “sa” réserve en Private Library à l’anglo-saxonne25, décidera de faire (suivant cette autre règle : Cæsar pontem fecit) l’étude comparative des textes issus de traumatismes scolaires, il s’apercevra du remarquable parallélisme existant entre le Pédant joué et le Pedantius latin attribué à Edward Forsett, joué à Cambridge en 1581 et édité pour la première fois à Londres en 1631. Mais l’auteur du Pédant joué en est resté à la classe de Rhétorique, comme le constate Gilles Ménage, tandis que l’auteur du Pedantius a fait sa Philosophie, et est plus abstrait, sans pour autant résister aux attraits du « propre du meilleur »26.

  • 27  Nous n’avons pas retenu l’expression vulgaire employée ici par Jean Letrouit.

22D’une manière générale, l’influence de la littérature d’origine anglaise sur l’œuvre de Cyrano de Bergerac reste tout à fait sous estimée. Or les États et empires de la Lune empruntent à The Man in the Moon – ou plutôt à la traduction française de ce texte parue en 1648 sous le titre L’Homme dans la Lune – jusqu’à ses notes de musique ; et le héros de Godwin, Domingo Gonsales, sert de mâle au héros de Cyrano27, lors de son séjour lunaire !

Haut de page

Notes

1  Réédités dans Ch. Jourdain, Histoire de l’Université de Paris au xviie et au xviiie siècle, Paris, 1862-1866, reprint Bruxelles, 1966, Pièces justificatives, p. 3-7 et p. 55-58.

2  Théâtre du xviie siècle, Paris, Gallimard, Bibl. de La Pléiade, II, 1986, p. 1468.

3  Acte I, scène 1, réplique 10 et acte III, scène 1, réplique 4 ; éd. 1654 respectivement p. 9 et p. 78.

4  Lettres de Huet à Ménage d’octobre et novembre 1659 citées d’après le BnF ms. n.a. fr. 1341 par D. Buisset, D’estoc et d’intaille, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 224. D. Buisset semble vouloir comprendre « Au cul a vit à Patris » avec diérèse, ce que l’on réfute aisément : qui se prononce deux fois [ki].

5  Acte I, scène 1, réplique 10 ; éd. 1654, p. 8.

6  Acte I, scène 1, réplique 10 ; éd. 1654, p. 8-10.

7  Acte III, scène 1, réplique 4 ; éd. 1654, p. 76-78.

8  Acte III, scène 2, réplique 17 ; éd. 1654, p. 85.

9  Acte III, scène 2, réplique 27 ; éd. 1654, p. 89-90. Avec un clin d’œil à Ronsard.

10  Acte IV, scène 2, réplique 4 ; éd. 1654, p. 103.

11  Acte III, scène 2, réplique 6 ; éd. 1654, p. 82.

12  Acte III, scène 1, réplique 4 ; éd. 1654, p. 77.

13  Acte I, scène 1, réplique 12 ; éd. 1654, p. 11-12.

14  Acte V, scène 9, réplique 3 ; éd. 1654, p. 151.

15  Roger Crémant (pseud.), Les Matinées structuralistes, suivies d’un Discours sur l’écriture, Paris, Robert Laffont, 1969.

16  Archives nationales, MC Ét. LXXIII 361, fol. 323, découvert, reproduit et transcrit par M Alcover, Œuvres complètes de Cyrano de Bergerac, I, Paris, 2000, p. xcv, xcvii et 465-466.

17  Archives nationales, MC Ét. C, 195, réédité par J. Prévot, Cyrano de Bergerac poète et dramaturge, Paris, 1978, p. 266.

18  Ibid.

19  BnF, Cabinet des estampes, N2 Cyrano, reproduite par M. Alcover, dans les Œuvres complètes de Cyrano, op. cit., p. lxxxv, et en tête du présent volume.

20  « Lecteur, ie te donne l’Ouurage d’un Mort qui m’a chargé de ce soin […]. Son Histoire de l’Estincelle & de la Republique du Soleil […] estoit encore au dessus de tout cela, & i’avois resolu de la ioindre à celle-cy : mais un voleur qui pilla son coffre pendant sa maladie, m’a privé de cette satisfaction » (Préface anonyme de 1657 ; rééd. par M. Alcover dans les Œuvres complètes de Cyrano, op. cit., p. 479 et 487) ; « i’ay prié Monsieur le Bret, mon plus cher & mon plus inuiolable ami, de les donner au public, avec l’Histoire de la Republique du Soleil, celle de l’Estincelle, & quelques autres ouurages de la mesme façon, si ceux qui nous les ont dérobez les luy rendent, comme ie les en coniure de tout mon cœur » (fin du texte imprimé en 1657).

21  « Et puis Monsieur le Bret t’instruisit si particulierement de sa vie, dans la Preface qu’il a faite aux Empires de la Lune […] ces Illustres dont Monsieur le Bret t’entretient dans sa Preface. » (Préface anonyme des Nouvelles Œuvres, 1662 ; rééd. par M. Alcover dans les Œuvres complètes de Cyrano, op. cit., p. 496 et 503).

22  Un passage de la Préface anonyme de 1657 renvoie à la légende de ce portrait : « Monsieur de Prade […] qui sceut tellement estimer les belles qualitez de Monsieur de Bergerac, qu’il fut après moy le plus ancien de ses amis ».

23  BnF, ms. fr. 16754, f. 25r, texte capital signalé par François Rey à Madeleine Alcover qui en fait état dans Littératures Classiques, n° 53 (2004), p. 302, n. 29.

24  « J’ay fait mettre au net l’ouvrage du mort […], afin qu’il ne soit plus redevable de vostre estime au rapport d’autruy, & que vous le connoissiés par luy-mesme, pour ce qu’il est, c’est à dire pour vn mort qui n’est pas du commun […]. Tout ce que ie vous viens dire n’estant que pour vous donner l’éclaircissement que vous m’avés demandé sur cét ouvrage & son Autheur » (Lettre anonyme adressée à Henry Le Bret, dans Henry Le Bret, Lettres diverses, s.l.n.d., p. 97 et 103, rééd. par M. Alcover dans Littératures Classiques, n° 53 (2004), p. 313 et 315).

25  La longue liste de noms propres cités par Jean Letrouit nous a échappé.

26  Pedantius, acte I, scène 2, répliques 20 à 39 ; pages 8-9, lignes 263-294, de l’éd. G. C. Moore Smith, 1905.

27  Nous n’avons pas retenu l’expression vulgaire employée ici par Jean Letrouit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Mothu, « Cyrano traumatisé. Une conférence de Jean Letrouit », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie, mis en ligne le 07 novembre 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3661

Haut de page

Auteur

Alain Mothu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals