Navigation – Plan du site

Lectures croisées du Gascon extravagant - Présentation

Actes de la journée du 13 juin 2005 (EHESS, Paris)
Jean-Pierre Cavaillé et Laurence Giavarini

Texte intégral

1Successivement attribué à Louis Moreau du Bail et à Onésime de Claireville, ce roman comique, paru sans nom d’auteur en 1637, reste très mal connu de la critique.

2Par un matin de printemps, qui n’est pas sans évoquer d’entrée de jeu La Première Journée de Théophile1, le narrateur ne sait où donner de la tête : une jeune femme, « tout éperdue », écume et pousse des « hurlements épouvantables » ; un cavalier ridicule, dans un gascon impeccable, joue le rôle du capitan de comédie et fait mille extravagances ; un vieil « ermite » entreprend d’exorciser la « fille » qu’il déclare possédée, sous les sarcasmes du gascon, qui n’y voit que « fadaises ». Mieux, cet extravagant raisonnable invite le narrateur, tout plein de perplexité, à ne « point [se] laisser persuader par la rhétorique de l’ermite », car, ajoute-t-il, « jamais nous ne devons appuyer de jugement que dans une infaillible connaissance de la chose qu’on propose ». 1637 est l’année de la parution du Discours de la méthode, et sans aucun doute cette phrase pourrait en être tirée. La préface avertit que le livre se propose de « joindre l’utile au délectable ». S’il se nomme Gascon, c’est « pour se moquer de tous ceux qui se mêlent de contrefaire les Gascons ». Plus, cet extravagant est en fait « philosophe moral », et l’auteur a voulu lui donner « avantage de parler librement de tout, pour ce qu’on dit que tout est permis aux fous » : « L’homme le plus arrogant, renchérit un poème liminaire,/ Confesse franchement qu’en matière de feintes/ Il est sage parfait qui fait l’extravagant ».

3Même si, à plusieurs reprises, le narrateur fait lui-même semblant de se rendre aux raisons de l’ermite, qui prêche régulièrement contre le « libertinage » de ce vrai faux extravagant, la « franchise » ou « liberté » de parole est dans ce texte, proprement programmatique. Elle touche d’abord, par la bouche du gascon, à cette question brûlante de religion, qui court tout au long du livre : la croyance en la possession, aux visions, aux exorcismes… en ces années où le bûcher d’Urbain Grandier fume encore2. Mais elle investit tout autant, au fil de la narration de ses « aventures » par le gascon, l’ensemble du monde social que permet de traverser la fiction picaresque de l’escroc positif : jeunes bourgeois fats et prétentieux, prévôts, sergents et gardiens de prison corrompus, curés entremetteur ou pouilleux, un fermier général inique et son sous-fermier qui ne vaut guère mieux… la liberté satirique règle à chacun son compte, avec amusement mais sans méchanceté, et l’une des particularités du récit est du reste le renversement toujours possible du jugement éthique, son instabilité ; ainsi, lorsque un exemple de perfidie féminine consommée se retourne tout à coup en une apologie inconditionnelle des femmes. C’est d’une manière similaire que sont renversés les préjugés convenus sur les protestants ou sur les gascons, rétablis dans leur dignité bafouée… Ce jeu critique sur la doxa, associé à la satire morale, est inséparable d’un travail sur les registres de langues et les genres du discours, exploités et parodiés, tournés en ridicule, mais aussi susceptibles d’être utilisés par le personnage du gascon pour faire montre de son savoir et de son bel esprit : poésie amoureuse, nouvelle galante, parler Phoebus, galimatias scolastique, rodomontades gasconnes, entretien pointu, etc. Il y aussi le prêche apologétique du curé, la vision allégorique de la possédée, le latin de cuisine du prêtre crotté, etc. De sorte que le texte paraît composé pour une part importante de pièces rapportées qui forment un ensemble linguistique délibérément hétérogène, pluriel et chamarré…

4La liberté de parole et le jeu avec les registres de langue dessinent en filigrane une esthétique de la satire (aux deux sens de la critique des mœurs et de la pluralité des styles et des objets) et une éthique de la « franchise » (qui n’exclut certes pas feinte et dissimulation), autorisée par l’ « extravagance », où se retrouve l’essentiel de la tradition du roman comique depuis le Francion3. Ces deux niveaux – l’esthétique et l’éthique de « l’extravagance » (feinte) – méritent d’être pris en compte simultanément, car il existe sans aucun doute un lien fort entre la satire des mœurs (on ne peut moins rigoriste) et la critique rationaliste des croyances superstitieuses, la saturation parodique des styles de discours et la description foisonnante de certains aspects de la civilisation matérielle (vêtements, intérieur d’une prison, etc.).

5C’est en fait cette hypothèse de « l’extravagance », comme moteur « comique » et « satirique » permettant le développement cohérent de ces dimensions apparemment hétérogènes du texte que nous avons voulu mettre à l’épreuve de la discussion à l’occasion d’une table ronde, et que nous avons proposée plus particulièrement à l’attention des intervenants. D’où les trois perspectives de travail suivantes, qui ont été comprises comme des sollicitations et pouvaient chacune donner lieu à deux interventions conçues de manière complémentaire ou contradictoire, par « binôme » – de manière à organiser trois moments de discussion :

  • le ou les rapports que l’on peut établir entre satire (critique) et satura (compilation de formes et de styles).

  • l’articulation monde social / monde moral envisagée à partir des questions d’énonciation et de point de vue.

  • le jeu des feintes, superstitions, fictions – tout ce qui mobilise le discours de la croyance.

6Si les contributions des différents intervenants présentes dans ce volume développent ces directions et reprennent la plupart des questions récurrentes sur la fiction libertine, elles traitent le Gascon extravagant dans sa singularité de cas, qui n’est pas immédiatement ni entièrement rattachable au genre de l’histoire comique : l’ensemble des discussions et des articles publiés ici fait plutôt apparaître dans une première perspective l’intérêt des différentes modalités de la contextualisation historique du roman, et tout particulièrement en relation avec l’affaire de Loudun dont il est contemporain. Que ce soit pour y lire un exemple d’écriture ordonnée par les contournements de la censure (F. d’Angelo), une mise en scène du théâtre de l’expérience et de la croyance (S. Houdard), une mise en scène du jugement en relation avec les récits de possession et confrontée à la pensée sceptique (A. Blanckaert), voire une « histoire » critique de la possession de Loudun à partir d’un décentrement vers le discours d’une expérience amoureuse (L. Giavarini). Cette expérience, ce « roman du gascon », oriente le lecteur vers une autre perspective sur l’ouvrage, qui y reconnaît l’écriture de schèmes culturels différents : ceux d’un ethnotype qui porte la sagesse paradoxale du personnage et l’ancre dans la mémoire des premières années du siècle, contemporaines du « grand Henri », ainsi que dans la culture et la langue gasconnes (J-P. Cavaillé), d’une figure engagée dans une éthique érotique d’inspiration épicurienne (M. Rosellini). La question d’un libertinage du roman, ou de son auteur, est ainsi à chaque fois réenvisagée à partir de l’une des directions qui en constituent la définition complexe, entre présence des cultures philosophiques antiques (scepticisme, épicurisme), inscription dans les problématiques de la science nouvelle (notamment par la mise à l’épreuve critique de l’expérience de la possession), jeux de la fiction et de la croyance, enfin pratiques auctoriales spécifiques.

Haut de page

Notes

1 Théophile de Viau, Œuvres complètes, éd. Saba, Champion, 1999, tome II.
2 Voir Michel de Certeau, La possession de Loudun, rééd. par Luce Giard, Paris, Gallimard, 2005, Folio Histoire.
3 Sorel, Charles, Histoire comique de Francion, [1633], présentée par Fausta Garavini, établie par Anne Schoysman et annotée par Anna Lia Franchetti, Paris, Gallimard, 1996, Collection Folio Classique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé et Laurence Giavarini, « Lectures croisées du Gascon extravagant - Présentation », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2007-01 | 2007, mis en ligne le 29 juin 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/38

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Cavaillé

Jean-Pierre Cavaillé est membre de Centre de Recherches Historiques. Il enseigne l'histoire intellectuelle du début de l'époque moderne à l'EHESS.

Articles du même auteur

Laurence Giavarini

Laurence Giavarini est maître de conférences en littérature française des xvie et xviie siècles à l’université de Bourgogne. Elle travaille actuellement sur les rapports entre politique et représentation dans les textes et les images de la pastorale de cette époque, ainsi que sur le libertinage comme pratique auctoriale. Elle est l’auteur d’une édition critique, traduction et introduction, du Compendio della poesia tragicomica de G. Guarini (octobre 2007). Elle a fait paraître les actes du colloque de Dijon (mars 2006) « Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècles) » sur le site de Fabula : http://www.fabula.org/colloques/sommaire150.php

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals