Navigation – Plan du site
Les limites de l'acceptable

Comment Hobbes tente de rendre son matérialisme acceptable dans les appendices du Léviathan

Anne Staquet

Résumés

Le Léviathan de Hobbes [1651] a subi de nombreuses attaques, au point qu’il est jugé responsable de la grande peste de 1665 et de l’incendie de Londres l’année suivante et que le parlement ouvre une procédure contre l’ouvrage. Aussi, lorsqu’en 1666, Thomas Hobbes veut publier la traduction latine de ce livre, il y adjoint trois appendices. La version latine de l’œuvre est généralement jugée plus acceptable que le texte originaire anglais. En étudiant la manière dont Hobbes traite de son matérialisme dans ces appendices, je tente de montrer que les addenda latins ne constituent en aucune manière un retour en arrière du texte, mais que le philosophe enrobe simplement davantage des propos que, par ailleurs, il rend plus radicaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans sa Vie de Thomas Hobbes de Malmesbury par l'auteur lui-même, l'auteur explique son exil de la (...)
  • 2  Sur les liens entre la vie politique de l'époque et le Léviathan, surtout en ce qui concerne le te (...)
  • 3  Samuel I. Mintz, The Hunting of Leviathan, Cambridge, University Presse, 1962.

1« Moi et la peur nous sommes jumeaux », écrit Hobbes tout à la fin de sa vie dans son Autobiographie en vers. Si Hobbes fait par là allusion tant à sa naissance précipitée par la peur qu’aurait eu sa mère en apprenant l’appareillage de l’invincible Armada qu’au rôle que joue la passion de la peur dans son système philosophique, il faut se garder, comme cela a parfois été fait, d’en faire un philosophe timoré. Dans ses écrits, au contraire, Hobbes n’a cessé de s’approcher de la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable et il s’est plusieurs fois retrouvé du mauvais côté de la ligne de démarcation. Sans le soutien sans faille des Cavendish – famille puissante au sein de laquelle il entra en tant que précepteur, puis resta comme secrétaire particulier peu chargé de besogne – et sans l’appui de la royauté et, plus particulièrement du Prince de Galle, futur Charles II, à qui il a enseigné les mathématiques, il aurait sans doute risqué bien davantage. Mais malgré ces puissants soutiens, Hobbes a plusieurs fois dû fuir son lieu de résidence et, même s’il est parvenu à éviter la prison, cela n’a pas toujours suffi à le mettre à l’abri. En 1640 déjà, alors que des copies de ses Elements of Law circulent seulement sous le manteau, l’attention autour de son manuscrit lui semble suffisante pour justifier son exil en France, mais il est vrai aussi que l’opposition entre le roi Charles Ier et le parlement est particulièrement forte à cette époque et que Hobbes prend clairement position pour la royauté montrant comment il existe un lien inséparable entre la puissance et le droit, d’une part, et la souveraineté, de l’autre1. Durant son séjour en France, il publie son De Cive (1642, édition augmentée en 1647), préfiguration du Léviathan, et en 1650 sont publiés sans son accord et séparément les deux parties de ses Elements of law : La nature humaine et De corpore politico. Malgré les troubles provoqués par la Fronde (1648-1653), il restera en France jusqu’en 1651, année où il publie à Londres son Léviathan en langue anglaise2. Ce texte, fait scandale pour son impiété et son athéisme3. On peut même affirmer que rares sont, dans l’histoire de la philosophie moderne, les grands textes de philosophie qui ont été considérés plus inacceptables que le Léviathan de Hobbes. Des risques diffus dus à sa réputation d’impiété l’amènent à trouver plus prudent de regagner l’Angleterre, où conformément à sa doctrine, il se soumet au nouveau pouvoir, lequel semble suffisamment établi pour garantir la paix publique :

  • 4  Vie en prose, op. cit., p. 174.

En 1651, quelques exemplaires de ce livre, alors récemment édité à Londres, furent envoyés en France, où des théologiens anglais accusèrent certaines doctrines qu’il contenait, tantôt d’être hérétiques, tantôt d’être contraires au parti du roi ; et ces calomnies eurent longtemps assez de force pour qu’il soit écarté de la maison royale. De ce fait, privé de la protection du roi et craignant d’être maltraité par ceux auxquels il avait fait le plus de mal, les clercs romains, il fut contraint de se réfugier en Angleterre.4

  • 5  Il s'agit exactement d'un Act for punishing and preventing Atheism, Profaneness, and profane Cursi (...)
  • 6  Tricaud signale dans son « Introduction du traducteur », p. XII : « Néanmoins, le Léviathan étant (...)

Les attaques contre le livre sont cependant violentes aussi en Angleterre et, malgré le couronnement de Charles II en 1661, monarque qui le traite avec beaucoup de sympathie nonobstant la méfiance de son entourage, le parlement ouvre en 1666 une procédure contre le Léviathan. Hobbes est considéré comme responsable tant de la grande peste de 1665 que de l’incendie de Londres de 1666 ; Dieu punirait par ces événements le peuple anglais d’avoir toléré un ouvrage aussi impie que le Léviathan. Le 31 janvier 1667, une loi est votée à la Chambre des communes permettant de prendre des mesures contres les athées et les sacrilèges5 et le Léviathan y est cité. Ses soutiens puissants, la lenteur des procédures et l’instabilité politique de l’époque sauveront Hobbes. Mais le roi lui aurait interdit désormais de ne rien publier sur des sujets où sa pensée pourrait être perçue comme subversive. Hobbes s’y soumet6 et renoncera à publier ses ouvrages ou il le fera sur le continent, comme ce sera le cas pour la traduction latine du Léviathan en 1668.

2Deux remarques s’imposent. Tout d’abord, même si l’on a parfois mis en doute le réel soutien de Hobbes à la royauté, les attaques contre le Léviathan portent essentiellement sur les aspects religieux et non sur ceux politiques du texte ; situation d’autant plus paradoxale que l’ouvrage est presque uniquement lu comme un texte de philosophie politique (à titre d’exemple, les deux dernières parties de l’ouvrage n’ont été traduites en français qu’en 1973), mais qui se remarque clairement dans les trois appendices que Hobbes adjoint au texte latin. D’ailleurs, il est plus que probable que les évêques furent à l’origine de l’action du parlement contre son ouvrage majeur.

  • 7  Hobbes lui-même le reconnaît dans son Autobiographie en vers : « Leviathan Clerum totum mihi fecer (...)
  • 8  Cf. Journal de Samuel Pepys, 3 septembre 1668 ; cité par Tricaud, op. cit., p. XVII.

3Ensuite, les mesures parlementaires et les accusations religieuses contre l’œuvre ont aussi eu un effet bénéfique7. En 1668, le Léviathan anglais fait l’objet d’une sorte de marché noir. Le prix a triplé8 et, au cours du siècle, de nouvelles éditions clandestines se font tant du texte anglais que latin. Les variations sont mineures dans les diverses éditions, aussi bien du texte anglais que du texte latin. Par contre, les différences sont nettement plus importantes entre le texte anglais et le texte latin.

4L’idée généralement admise est que la version latine représente un retour en arrière du texte, une version où Hobbes tente de nuancer sa pensée afin de la rendre plus acceptable. La question me semble plus compliquée et c’est ce que je voudrais montrer ici par l’analyse des appendices qui, dans l’édition latine, remplacent les conclusions. Pour ce faire, je me concentrerai sur l’un des éléments les plus inacceptables de la pensée hobbésienne en matière religieuse : son matérialisme. J’étudierai plus exactement la manière dont, dans ces textes latins, Hobbes aborde les implications religieuses de son matérialisme.

  • 9  Ce déplacement est marqué dès la dédicace. En effet, alors que la version anglaise du Léviathan pa (...)

5Les justifications de l’auteur dans les conclusions de l’édition anglaise visent avant tout le pouvoir politique. S’il veille aussi à insister sur le fait qu’il s’appuie également sur l’Écriture, il ne manque pas non plus, même au sein de cette conclusion, d’y rappeler la critique qu’il adresse à la fois au pouvoir religieux, lequel menace fortement la paix quand il ne s’y soumet pas, et au texte même de la Bible. Il n’est donc guère étonnant que ce soit essentiellement sur ses conceptions religieuses que le Léviathan se verra attaqué. C’est en effet l’impiété de l’ouvrage qui est immédiatement condamnée et l’argument donné par le Parlement pour rendre Hobbes, par son ouvrage, responsable des catastrophes qui se sont abattues dernièrement sur la ville de Londres montre bien où le bât blesse. Il est donc assez logique qu’il y ait dans les appendices à la version latine un déplacement du politique au religieux et au théologique9. Ce sont en effet ses positions en matière théologique ou théologico-politique que Hobbes aurait justifiées, voire adoucies, dans ces textes, comme on peut s’en convaincre à la seule lecture des titres. Mais si les attaques subies par le Léviathan occupent sans doute une fonction déterminante dans la rédaction des appendices, il faut pourtant se garder de réduire les appendices à cette seule fonction. D’une part, la version latine s’adresse davantage à un public d’érudits, lesquels ont probablement été formés dans les universités et les écoles, gâtées par les fausses doctrines religieuses ; d’autre part, elle est davantage destinée au continent, où, à l’exception des territoires protestants, le pouvoir du pape est bien plus massif. Il faut donc aussi, dans les appendices, adapter le texte à ce nouveau public. Même s’il y a des différences entre ces diverses raisons – notamment parce que seule la première intervient dans la perspective d’un déplacement des frontières de l’acceptable –, elles visent toutes à faire passer des idées pour le moins inhabituelles et hétérodoxes.

6Aucun doute que les appendices ont bien pour objectif de mieux faire passer le texte, comme le montre déjà simplement le fait qu’ils se présentent sous forme de dialogues – entre deux personnages, fort peu incarnés et représentés par les lettres A et B – et abandonnent la forme du traité utilisée dans le corps du texte, ce qui place déjà ceux-ci sur le registre de la rhétorique et, plus précisément de la persuasion. Ce qui est moins sûr, par contre, c’est qu’ils vont le faire par un adoucissement des doctrines contenues dans l’ouvrage ou par un retrait après coup de certaines considérations trop gênantes.

  • 10  Sur cette question, on pourra consulter le poème de Hobbes, Historia ecclesiastica carmine elegiac (...)

7Le premier appendice de Hobbes traite du symbole de Nicée. Il s’agit d’une profession commune aux trois grandes confessions chrétiennes, instaurée lors des conciles de Nicée en 325, complétée par trois autres conciles, et qui trouvera son achèvement en 381 par le concile de Constantinople10. On comprend immédiatement l’intérêt pour Hobbes de retourner à ce texte fondamental dans la mesure où, pour la première fois, l’Église chrétienne y a défini son credo. En effet, Hobbes peut ainsi montrer l’accord de son texte avec ce qui est admis par les trois confessions comme l’essence même du christianisme.

8Quelques remarques s’imposent d’emblée. D’abord, le texte se place immédiatement dans une perspective défensive ou d’acceptabilité. En revenant au credo fondamental, Hobbes va pouvoir montrer directement la conformité de sa théorie avec l’orthodoxie religieuse. Ensuite, même si par la suite Hobbes revendiquera son anglicanisme et présentera les avantages de cette confession, il commence par faire référence à un credo commun. Ce n’est pas innocent et cette stratégie dévoile immédiatement ses bénéfices pour une traduction latine du texte, version qui va évidemment circuler davantage en Europe que le texte anglais. L’accord que le philosophe cherche à mettre en évidence est plus général. De plus, une différence nette se remarque avec les conclusions de la version anglaise : en effet, la conformité qu’il fait ressortir n’est plus tant politique que religieuse. Cela se comprend évidemment étant donné à la fois les attaques qu’a essuyé la première publication du texte et la vocation plus universelle de la traduction latine. Mais le déplacement est très important et constitue sans aucun doute la principale différence entre les deux versions. En outre, en revenant à ce texte fondamental, Hobbes peut indirectement être autant dans l’attaque que dans la défense. En effet, dans la mesure où il parvient à faire passer l’idée selon laquelle l’orthodoxie religieuse dépend de ce symbole, toutes les prétentions ou les exigences dépassant ce credo vont apparaître comme illégitimes et, par conséquent, ceux qui les revendiquent vont passer pour les fanatiques n’ayant pas de réelle légitimité.

9Il est néanmoins un point, abordé dans ce premier appendice à l’occasion de l’explication du symbole, qui ne peut manquer de sonner comme une justification d’un élément particulièrement scandaleux de la doctrine de Hobbes. C’est celui qui concerne l’enfer et la résurrection qui aura lieu après le jugement dernier.

10La manière dont Hobbes aborde ce point témoigne déjà d’une grande habileté rhétorique et stratégique, car il y fait s’opposer les deux credo : le credo officiel, d’une part, constitué par le texte du symbole de Nicée, et le symbole des Apôtres, d’autre part, parfois considéré aussi comme le credo parce qu’il commence par la formule « je crois », texte que le concile de Trente a déclaré venir directement des Apôtres sous l’inspiration du l’Esprit saint. Or, quoique différents, les deux textes concordent sauf sur un point, qui pourrait paraître de détail, mais qui va chez Hobbes prendre une importance énorme :

  • 11  Appendice I, op. cit., p. 734-735.

Dans le symbole des apôtres on ne dit pas la résurrection des morts, mais la résurrection de la chair. Qu’est-ce donc que cette différence ? Les morts auront-ils, quand ils ressusciteront, de la chair, des os, du sang, des mains, des pieds et les autres membres du corps humain ?11

11La position de Hobbes coïncide avec une explication littérale non du symbole de Nicée, sur lequel il étaye pourtant son orthodoxie dans les appendices, mais sur le symbole des apôtres, où il est précisé que le Christ « reviendra dans la gloire pour emmener le bon à la vie éternelle et condamner le mauvais au feu perpétuel, en la restauration de la chair ». En effet, selon le philosophe, enfer et paradis se trouvent sur terre. Ils désignent simplement la terre après le jugement. C’est sur terre que, après le jugement dernier, les corps des morts seront ressuscités et non pas simplement leurs âmes, comme cela est généralement imaginé. Ceux qui seront sauvés vivront alors éternellement dans un royaume terrestre gouverné par Dieu, dont le Christ sera le représentant sur terre. Quant aux damnés, ils renaîtront également, mais ne recevront pas la vie éternelle, de sorte qu’ils mourront à nouveau. Dans cette perspective, les tourments de l’enfer ne sont plus rien d’autre que la peine qu’ils endureront de ne pouvoir jouir, contrairement aux élus, de la vie éternelle ; ils mourront à nouveau, mais cette fois définitivement.

12Cette réinterprétation est particulièrement importante à plusieurs niveaux. Politiquement d’abord, la peur des tourments éternels peut conduire les hommes à désobéir au souverain :

  • 12  Léviathan, III, 38, p. 472.

[...] il est impossible qu’une République subsiste là où quelque autre que le souverain a le pouvoir de conférer des récompenses plus grandes que la vie et d’infliger des châtiments plus grands que la mort. Or [...] la vie éternelle est une récompense plus grande que la vie présente, et [...] les supplices éternels sont un châtiment plus grand que la mort naturelle.12

  • 13  Hobbes étaye cette règle également sur le texte sacré en se basant sur le fait que le Christ n'a p (...)

Le système politique de Hobbes lui impose donc de réinterpréter ces notions de paradis et d’enfer, de telle manière qu’elles ne suscitent plus une crainte et une angoisse telles qu’il soit possible de les faire jouer contre l’obéissance au souverain. En effet, selon la vision du philosophe anglais, l’enfer est purement et simplement la mort, exactement ce à quoi peut condamner également le souverain. En outre, dans la mesure où l’obéissance à son souverain, quel qu’il soit, est une condition indispensable à l’obéissance à Dieu13, il devient impossible à d’habiles ambitieux de se servir de la crainte de l’enfer pour détourner les sujets de l’obéissance due au pouvoir civil au profit d’un hypothétique pouvoir spirituel.

  • 14  Chez Hobbes, tout ce qui est, est nécessairement corps : « Le mot corps, dans son acception la plu (...)

13Mais cette considération de l’enfer et du paradis est aussi indispensable au matérialisme de Hobbes. Dans la mesure où le corps peut penser par lui-même, l’âme, en tant que principe différent ou en tant que substance, n’a pas de raison d’être. Il ne peut même pas y avoir un principe quelconque qui soit indépendant de la matière.14 Par conséquent, il faut que la résurrection soit celle des corps et non de l’âme.

  • 15  S'il s'agit là de l'interprétation la plus générale, le catéchisme du concile de Trente est plus n (...)
  • 16  Appendice I, op. cit., p. 735.
  • 17  Notons cependant que l'un de ceux-ci est tronqué. L'apôtre n'écrit pas dans Corinthiens XV, 23 « i (...)

14Or, à en croire Hobbes, de son temps, à l’exception du calvinisme, la résurrection des morts est généralement interprétée comme la résurrection des âmes, lesquelles seules sont dites immortelles15. Plutôt que d’ignorer la difficulté, Hobbes l’aborde de front dans l’appendice. On retrouve d’ailleurs certaines techniques qu’il avait utilisées pour rendre son idée acceptable dans le corps même du texte. D’abord, il convie les apôtres et les Pères de l’Église pour montrer que c’est bien de la sorte qu’ils conçoivent la résurrection dernière. Dans l’appendice, il insiste même sur le fait que ce n’est pas lui qui répond, mais les paroles de ceux que l’Église a reconnu : « Je laisse saint Paul vous répondre »16. Suivent deux passages du saint dont le sens sur cette question est assez clair17. Le texte se poursuit en montrant les difficultés dans lesquelles on tombe si l’on conçoit que seule l’âme reviendra à la vie :

  • 18  Appendice I, op. cit., p. 735.

Comment l’homme revivra-t-il dans le sépulcre, si son âme ne vient pas vers son corps, descendant donc du ciel ou de quelques limbes célestes, ou remontant de l’enfer ou du purgatoire ? [...]
Il semble donc que l’homme, après la résurrection, aura deux âmes rationnelles : celle par laquelle il ressuscite, et l’autre, qui, séparée du corps à la mort, est passée au ciel, aux limbes, au purgatoire ou en enfer. Tous, en effet, disent que l’âme humaine, une fois née, ne peut jamais périr, ni même cesser d’être pendant l’instant le plus bref, car elle est chose qui subsiste en soi18.

15Au premier obstacle, B a beau jeu de s’indigner en renvoyant à la toute-puissance divine :

  • 19  Ibidem.

Mais quoi ? Dieu qui a fait l’homme animal vivant à partir de la terre, ne pourra pas le ressusciter, le rappeler à la vie une fois dissous dans la terre ?19

La première difficulté lui permet d’apparaître conciliant et confiant en la puissance divine, ce qui est important pour contrecarrer les accusations d’impiétés dont il fait l’objet. Au second écueil, son jeu est tout à fait différent, car il prétend à nouveau qu’il s’efface derrière l’Écriture. Or, non seulement il ne se contente pas de citer la Bible, mais il va même jusqu’à redonner son exégèse de celle-ci, interprétation qui va inévitablement paraître aux yeux des lecteurs particulièrement peu orthodoxe. Il réaffirme, ce qu’il avait déjà fait dans le corps de l’ouvrage, que l’idée d’une âme immortelle ne vient pas des saintes Écritures, mais de la philosophie antique et qu’une telle conception n’est aucunement nécessaire pour comprendre le texte sacré :

  • 20  Ibidem.

Avec presque tout le monde, cette thèse que l’âme humaine ne peut pas périr, vous la tenez des philosophes, maîtres dont, pour ma part, ayant les Saintes Écritures, je n’éprouve aucunement le besoin20.

  • 21  Cf. à ce propos le quarante-cinquième chapitre de la quatrième partie intitulé « De la démonologie (...)

On voit dans cette phrase comment il joue. Il ne se contente en effet pas de rappeler l’idée selon laquelle la conception d’une âme immortelle vient de la démonologie grecque21, mais il va jusqu’à opposer la Bible à cette doctrine païenne, ce qui lui permet à la fois de réclamer l’Écriture comme son autorité, mais aussi de faire passer les défenseurs de cette conception soit comme des naïfs ayant sans s’en rendre compte admis au sein du christianisme des idées païennes, soit comme des personnes qui, à l’instar de Bellarmin et des papes, le font parce que cela leur permet de manipuler les simples. Il insiste d’ailleurs à nouveau sur sa soumission à la religion en précisant qu’il est prêt à s’incliner et à considérer l’âme comme immortelle si on lui montre un passage des Écritures qui le dit clairement. Mais c’est un pur effet oratoire, visant à montrer sa bonne volonté, car il élimine alors immédiatement les passages de la Bible qu’on pourrait lui objecter en en donnant immédiatement une autre interprétation :

  • 22  Appendice I, op. cit., p. 736.

Mais si vous mentionnez ces passages où Dieu menace les réprouvés de supplices éternels, vous ne pouvez pas en conclure que leurs âmes existent entre le jour de la mort et le jour du jugement, mais seulement après le jour du jugement. De plus, vous ne pouvez arguer de la justice de Dieu, qui a menacé les pécheurs de supplices éternels, pour prouver l’éternité de ces supplices. En effet, même si celui qui ne fournit pas les biens qui sont dus est injuste, celui qui ne fournit pas les maux ou les dommages dus n’est pas injuste, mais miséricordieux. A plus forte raison Dieu, qui est infiniment miséricordieux, ne pourra-t-il pas, sans violer sa justice, alléger la longueur et la sévérité des châtiments mérités ?22

  • 23  Ibidem.

16En procédant de la sorte, non seulement Hobbes élimine immédiatement les passages gênants que ses adversaires pourraient lui alléguer, alors qu’il vient de prétendre qu’il se rangera « à l’avis des philosophes »23 si ces interlocuteurs parviennent à lui citer un seul passage de la bible allant dans ce sens, mais il exploite à nouveau la même tactique qu’il a tout juste utilisée en opposant le texte sacré aux doctrines philosophiques. Ceux qui interpréteraient différemment ces mots bibliques risquent en effet de devoir assumer la position de ceux qui ne voient pas le caractère infiniment miséricordieux de Dieu. Par sa rhétorique, Hobbes se place donc à nouveau du côté du christianisme orthodoxe, alors que ses adversaires, défendant pourtant la vision classique de la résurrection des morts, se voient soupçonnés de négliger un aspect essentiel de Dieu.

17En outre, le philosophe ne s’en tient pas à cet avantage, mais il assène quasiment le coup de grâce en montrant comment la conception classique aboutit à une aberration :

  • 24  Ibidem.

Enfin, si l’âme n’est pas la même chose que la vie, mais une substance existant en soi et distincte du corps, tout en étant l’essence ou la nature de l’homme, il paraît s’ensuivre, si l’on ajoute la nature divine, qu’il y a trois natures dans le Christ, ce qui est contraire à la foi.24

Hobbes signale moins une incohérence logique, qu’il ne profère une menace particulièrement dangereuse. En effet, le concile de Nicée s’est notamment réunit pour condamner l’arianisme et pour établir une position nette sur la nature du Christ, dont il est ressorti qu’il a une double nature : humaine et divine. En soutenant que la conception d’une âme immortelle comme substance indépendante du corps aboutit à nier ce point et à accorder trois natures à Jésus Christ, voilà que, comme par magie, les adversaires de Hobbes deviennent des hérétiques et, qui plus est, non point par une divergence sans grande importance, mais par celle qui est au cœur du symbole de Nicée, lequel détermine l’orthodoxie des trois confessions.

18Hobbes opère là un véritable tour de passe-passe, car sa grande différence avec l’orthodoxie religieuse réside dans cette interprétation de la résurrection et de la conception de l’enfer et du paradis qui en découle. Or, voilà qu’en quelques phrases, il parvient à montrer que c’est ceux qui considèrent différemment les choses qui sont en porte-à-faux sur le point essentiel du symbole de Nicée, lequel détermine le partage entre l’orthodoxie et l’hérésie. De plus, puisqu’il ne peut partir du symbole de Nicée, dont le texte est ambigu sur ce point de l’objet de la résurrection, il étaie son interprétation sur le symbole des apôtres, généralement appelé le credo. Même s’il glisse au début de son argumentation sur le symbole des apôtres, il ne joue pas tant un texte contre l’autre, ce qui aurait pour effet d’embarrasser l’Église et les lecteurs et non de donner un caractère plus orthodoxe à sa conception. Il s’appuie sur ce point sur le texte que l’on nomme vulgairement le credo et montre que, pour que les deux textes ne s’opposent pas, il faut entendre par résurrection des morts la résurrection de la chair. Or, comme évidemment il est particulièrement dérangeant pour les théologiens et les croyants que deux textes, qui ont l’autorité des conciles, soient en opposition, la tendance naturelle va consister à suivre l’interprétation menant à la conciliation. Par cette stratégie tant argumentaire que rhétorique, Hobbes parvient de ce fait, en s’appuyant sur ces deux textes et sans jamais les opposer, à donner une interprétation du christianisme qui autorise le matérialisme le plus radical jusque dans la conception des esprits et de la vie après la mort.

19Évidemment, il s’agit-là d’un tour de passe-passe, mais il n’empêche qu’il n’est pas si aisé de repérer les astuces utilisées et que les lecteurs pourraient se laisser prendre et avoir ainsi l’illusion que le Léviathan latin est plus conventionnel dans sa lecture religieuse qu’il ne l’est en fait.

  • 25  Ibidem. Hobbes cite ici la Genèse, 2. 17, mais d'après la version en hébreu et nullement d'après l (...)

20Habilement, Hobbes évite tous les passages un peu marginaux qui pourraient donner à concevoir diversement la nature de l’âme en prétendant étudier les textes des deux Testaments concordants. Bien entendu, c’est à lui que revient la possibilité de faire la synthèse, car il ne poursuit en effet pas tant en citant les textes qu’en les paraphrasant à sa manière. C’est ainsi qu’il revient à la Genèse et, plus particulièrement au péché originel. Il énonce l’avertissement de Dieu à l’égard d’Adam et Ève de la manière suivante : « le jour où tu mangeras du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, mourant, tu mourras »25, et l’oppose au discours du serpent :

  • 26  Ibidem.

[...] on vous interdit de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal pour que vous ne deveniez pas tels que des dieux.26.

  • 27  Ibidem. Relevons le fait que ce soit une passion, l'ambition, qui conditionne leur choix et le fai (...)

La suite est décrite rapidement. Les premiers êtres humains « mus par l’ambition, crurent tous deux le serpent, et non Dieu »27, raison pour laquelle Dieu les chassa du paradis afin qu’ils ne puissent, mangeant du fruit de l’arbre de la vie, devenir éternels.

21Cette manière de raconter l’histoire n’est pas innocente. En effet, par son récit, Hobbes donne l’impression que la faute originelle vient d’un mauvais choix entre deux discours. Or, c’est exactement ce dont il est question ici : le lecteur devra choisir entre deux discours : le discours traditionnel de l’Église et celui que Hobbes propose basé sur l’Écriture. De cette manière, il met évidemment en garde les lecteurs. Or comme il a déjà amplement montré dans le texte et tout particulièrement dans la quatrième partie du Léviathan que le clergé a souvent, tel le serpent, intérêt à tromper les hommes et que, par ailleurs, le discours habituel vient non des textes sacrés mais de la philosophie païenne, le choix devrait ainsi être clair pour les lecteurs.

22Mais cette suggestion est renforcée par une analyse du texte tel qu’il les a exposées en suivant le texte hébreu :

  • 28  Appendice I, op. cit., p. 737. L'utilisation de cette traduction, basée sur la traduction de Sante (...)

Dieu n’a pas dit seulement tu mourras, mais mourant, tu mourras, c’est-à-dire : quand tu mourras, tu mourras, c’est-à-dire que tu ne revivras pas, mais tu seras mort à jamais. C’est ainsi qu’Athanase explique ce passage, et à bon droit ; c’est, en effet, un hébraïsme. On comprend par là que cette menace s’appliquait aussi à la postérité d’Adam, c’est-à-dire au genre humain. Et c’est à partir de ce passage que l’apôtre Paul dit : par le péché d’un seul homme la mort est entrée dans le monde ; d’où il suit que non seulement les autres hommes, mais même Adam, eurent besoin de se servir du bénéfice de la mort de Jésus-Christ en vue de la vie éternelle qu’Adam avait perdue par sa faute.28

23En reprenant dans l’appendice une traduction proche de l’hébreu, qui ne se contente pas de préciser que le châtiment pour l’ingestion du fruit défendu sera la mort, mais qui emploi une formule où la mort est répétée, traduction dont il ne s’est pas servi dans le corps du texte, Hobbes peut d’autant mieux défendre sa vision de l’enfer, laquelle remplace les tourments éternels par la simple peine suscitée par la découverte qu’on mourra à nouveau et pour toujours.

  • 29 Il n'est pas impossible qu'il y ait en plus un jeu de mot de la part de Hobbes, qui convoque pour (...)

24Évidemment, un tel déplacement de la notion d’enfer va entièrement endiguer les effets de la peur qui y est liée, puisque, dans sa vision, l’enfer se réduit à la mort. Une arme amplement utilisée par le pouvoir religieux d’alors lui est ainsi retirée, modifiant fortement l’équilibre des forces au profit du pouvoir civil. On comprend donc l’indignation que doit susciter ce qui va probablement passer, aux yeux du clergé, pour un coup déloyal, dans la mesure où il n’y a pas négation mais transformation et, qui plus est, sur base des textes sacrés. Mais ce qu’il importe ici de noter, ce sont les techniques utilisées par Hobbes pour faire passer sa conception de cette notion théologique. D’abord, il s’appuie sur une autre traduction. Or, si celle-ci ne correspond pas à la vulgate, elle a pour elle de renvoyer au texte original, ce qui ne peut que lui donner une apparence d’authenticité, tout particulièrement aux yeux des érudits à qui la version latine du Léviathan s’adresse. Et le philosophe complète cette légitimité par une référence à Athanase29, docteur de l’Église ayant participé au concile de Nicée et connu pour son intransigeance à l’égard de l’arianisme. Or, comme celui-ci semble confirmer son interprétation, l’autorité de ce Père de l’Église apporte certainement une forte caution religieuse à cette interprétation. Enfin, le philosophe glisse immédiatement à une autre idée, laquelle ne peut que recevoir l’approbation de tous, puisqu’il rappelle le rôle fondamental joué par la mort du Christ dans le rachat des péchés des hommes. Or cet élément essentiel de la doctrine chrétienne ne dépend aucunement de cette traduction et l’interprétation hobbésienne de l’enfer ne s’accorde pas mieux avec elle que la conception classique. En procédant de la sorte, Hobbes renforce encore son interprétation dissidente par un élément tout à fait orthodoxe, qu’il semble tirer de celle-ci.

25Même si A se laisse convaincre petit à petit, le philosophe ne le convertit pas rapidement à son interprétation, ce qui lui permet de balayer divers types d’objections et d’y répondre. Après les arguments exégétiques, c’est l’idée de l’accord généralisé à l’égard de la conception de l’âme en tant que substance en soi qui est discutée :

  • 30  Appendice I, op. cit., p. 738.

Mais je suis ébranlé par l’accord de tous ceux qui, quoiqu’ignorant des dogmes sacrés, ont cruue oloCbbera issanceeption du’Adacevoir typt dbes ent e à éférence à Athanase8" id="bodyftn28">28

1321abuune p papes, lse-passe,desure oùmenace sù lalpsorthodoxiei"pajusqclps lé par l’arui sedopdoncligieuopinégard de la ceut manqueâme immortelle comme siques e amplebin desnt que lélexappennes, slte pas det sur le texte sacodyftinégtant unuont i qui enir civam> est une rnt dans ne traduumbe en efisurrecgieux dAé tetitolitiqueterprétation,radans ler les défenseurout a « à l’it à une aberration :

    3li>11  Appendice I, 9pan>  Ibidem.

4" id="bodyftn24">24

Mae sevisnumber">lé p iet ltanipl>Or, àumber">21"num">be si l’isme eus ’ouvraérêt cultéis afi frenvaye cetumainircligieuopinÀit à une aberration :

    32i>26  Ibidem.

8" id="bodyftn28">28

de la trtée, tradm">15 estiisme.où il sttantfme celus, ont cruue es onu ceut manqueâme immortelle comme substance ihétoriqera « à loais de ua ="pftn25">ee lap="bodyftextess de u ais de l au ntiel de l id=" Enfine st’enarrer lrgence sainstaonception classique. En auenment peu oit comMae sgitimitftn27">défendanntiel de l,airee qumant re traduce le est at denisme qui atnsable au md de lsime immortencilibut dont il eae sevisnumberà nimue ee la rtie antiastuces utiliséegement.eu mar est cons, vous nn doute la principale diffe esst at deoud de lsime imtancHobbesae sevisn que ias iée nace ssées u pai va inécord gc un rincipale diffte notis hommes uments ere i-e choiee lafait dbliséeer lesst, non poi que subve la peur qu maiaredo.té, car il élimine

La ulté lusur ce consralement i estinpour rendresont en lanilisée paremment l un , el penorandaradis et d’enferebbes pour faire sacré aux d vulgisme qui atnsraconter estenfer est punt que air, dd’ensst atne prétise êtres hué de cdes saint c’est i l’s renforce encorvalendr. Aux dolitiqunouveau. sentiel de lans sur umantiqume des pe réside dans cette lavision tous dedes pedonnelair pour les lecteurs.

La’esniitures, je nse du chrlxte est st particut à phie n’appendu, qui sageseits v contscenda ues dblians sse et pourhrlxte estsc nvaus ua ="pphie n’. L'aen tiequi sageedoucmain comme nimue pas inne qu'ilune grande habisse au défvaincl s’age la strer que se sensil soit par Hob draincre est at deentiel des inn de is la pr maisge, mai,clerg s’n> Ilair pour les lecteurs.

anuarisgblicordieu, je ntrer que se senssées par Hobbes pour fairenisme qui atnsablnt cruue ftn27">d et pour entiel de la inn de is la a ="p,, c s’fer etsi ne smunirclaireme montrer qutinus. Ceux ensen l laistt à r en crellele de sse et pourhrent une fosdonts dolébreu se laist renment sd la rl son argumentat partir il ficultÀhomme l faitcrelleartichâtimenne traducorthodoJnsracopuler leon doption. Il s,mmes. Or cr est plass=">Mais jncre petit àd le est at deièrers une ininterprétati; d’où il sdehrases, inimee latures dans le 3

    33i>1I11  Appendice I,  Ibidem.

4" id="bodyftn24">24

    3li>Laquelle iptioi ene se,nre humva inérant les scoupaquices, qui convoq3 la plu (...)

2tptioi en eJnsracopeut il ietitiismaint dont le séférence à Athanase27,e. C’est rant les sss="num"deux âres dans le viegbliolcpre deone, celui qopinse fournis théclement leles scoup, qui rép du pi qupeur qu eux diigtiquesfer pour us ener les suje r l auversion ensse idans l soitsme qer ésurreir="ltr nouveau. ,29">2tptioi ene entre l’orthore deone, cel>Hobbes opi est, viegbliss phrainsiastuces ennes, soiura dps peusre de ldpermes, mapptio>Laqueembt pouursu aindignmtoriqert le texter="ltr">lement leltés dan.té, ne s’brephrem,>ee lap="st unve’approbation que se s lau sd l s’iurner les sujmble tirer de celle-ci.

d dblic dans cetl gl dans ldonts dolonceebes célei est effet du péh faubaséeers pour fhéoloe ïenne, u teori’approbationvae de Hobbtant q ainsi l’illusion que ljeu de mot de ltfme ce poursuer esteleurs à nouveau la fois de rdveraie AdamHobbest daEn rx qui st pour contrelair pour les lecteurs.

Laaficult.té, ion d je ntrOOr, voranudicegeedLévns l-ci ne s érud visioni cetl glans le seras mooù il sdmourroae sur cebationtetito suscit il sdehl glllle eJ">2123ans laues,span>Lascendasévidemment eTcons qui,Ibidem

27,e. C’est pourr petit, et non deest orn t, un te si l’on ajos des homm,lllajuluon dance n en pe réside dans cette lndre sapeur qu rant les diffcd tu res dans e Au secondn" dir="l res dans estion n’est il sdehe si lest orn lde Ce Christimine

    3li>26  Ibidem.

4" id="bodyftn24">24

Iredonlas’incli="citeut manqen soi eeligion elure gard on en pette mnet divine. t orr lprétatguer d alors à nouveau. snntiel de l,aen pet Nicanièr t q desaprofilair pour les lecteurs.

    36i>1I11  App.tine et,  Ibidem.

Iredonlaaquelle de passaillnsanqen soicéférence à Athanase4" id="bodyftn24">24

er difde pasformatdmourroaAthanaseiurnr’am ga phers une la trocédant fu, qabooluenne ne dlaaquelle e lnlt, Hobbesssique. En pr mourras, tu mourras de passaiadis ade lnt nécest un e st pappas, Pèrevitaest p c;eer les, maisn unedterprétation,ne souureroutantfme cmprend, un te si lnisme q vulgate="citeut manqme n’epour rendrlair pour les lecteurs.

    3li>(...)

ssux qui, attrie ssem> ; u par sor l sguer dcture s’ celnlas’incliclchassa du nlt,ienne ne la longu sacré aux det le jour du jugclchassa du nlt,ienne t l un ui nne forOhébis,t, unerplécessai> est une is, ser épé; u psoyor lcapgbliscéférence à Athanase4" id="bodyftn24">24

    38i>26., p. 736.

neibleouaebaem> r eclas du c que ljlnsa ldLs la c;eeaurra lum">be sné pdlaaqueibdLévt pa c;
nn autaversttrie eainns i lnt dans27mouraaurimporte irs. i, attrie ssee etriena xrent dift paes c;
nn autu mourrigion en pe4mouraaurra lu res dans e As,lllauffets domplèou8" id="bodyftn28">28

    39i>., p. 738.

est ymbole detdorthg ee ndu sera n éu occupmanqeLsenf( mourras, tu mous,lllaufes onuêtres hucim">n )bole de Nir ; à tria doctrine cqust, un hucim">n pas detsons le f dansors vulgatem">be sné pde toeibdi lun donn264" id="bodyftn24">24

s’alumer">21

    40i>., p. 736.

4" id="bodyftn24">24

Latantfme ce. L'aEn reprenaste ="citation" dir=eenau, ,sas det sdversttrie tres, in soid on en pette mde n eee lapndice uneu mourras ert est en pguerésurren coup déloyr, aux de mot sttrie eair en soil sguerreaductiebares, e’Adam ent rra-m ga phers unmber">odyftn2raèse, car il’des morteluon,e du On on d je nsrudnlure qvepour un coup déloyal, pan>Essocie glisse n’et pae à tromper lan denit pguerreutre idétanr choient paasé âm evus papessque, maisn unedC’est ainsdemssqcipa xrjnfinimenau, rs types èremepond papae ule. Or, e. En ut à faievonrianâme au, qunai estcir pour les lecteurs.

,stoei7">27, rais cla une bbes pt orr lpr,tt l lit"llnsaares, e consraute omee l’Éeruun tour de s’mnt appe unmpassrppelé lndonlastthéâmeuon d’ettenfer est p omere où il cetsrudnlure qveurbtaments conn tr q">de ir pour les lecteurs.

La’l’ho tiièr cellàutre interprétation :

    4li>(...) 42i>1I11  App.tine et,  Ibidem.

4" direr lessment esssonfust, vie arme ampres,ldnsiquaremecrite rapont l’t ymbole pa eFtitos- liatne e autvé p i ent.ez, rant les fois de ri,Ibiait i lbes t orn 27mourares dsit"st c(ttanttent, me lnltlic dans cais. C’e)ei l’on au juem>mo.ei lCaductieb="cit>, l; u psorêt à ; u pm forns278" id="bodyftn28">28

    43i>., p. 738.

4" eaduction d de l de ee est ate lndposent iciplustuce de la norduction donoù il sguer s saimenaceérêdes saibtameurenisme qui aue otériaetqaboolue ininfun ui guer snt apr en soidLt en plusunstiqueest ate lruue apporistpan>bstance a ="pan px devrente pas et non dee oopi est, t orn t,u de la norductiot q desaprofitofit dratrOOr, voducorthariststais de ut tous deièrement dérangeant entiel debas s ss="tstylece nt-v à lt:smase-caps;">xviii>ei> èrclle inias inn. Etiture mnest stà laap es un tianisme qui autone, u teptioi en ble tirer de celle-ci.

Évidemment, uns le cent, Hobbenisme qui autt de ltfme ce ste t distns let p,nt deah défenseurent une fo,’armeutc’est . t orr lprétu de la,prétatiafet, selon le appor des t est essées par Hobb deie est at deinpour rendrede liote, ddes in un is ébnce nes propose basS glisguenne manen et duent.ezenfeehrases, iustuces de ecbes t orn eouabmnisme q vrments entsresarour un cB> Ir ouvoiustujutre xe esusciustumah défenseurdameet esus rant les diffr les texte sent de la sn d’où il sunceétiques,l gl le partagrent une fo, comme son n,stoei7">27,st i l’’Adam etanr choi paenne t l is ébnce nees fois de ri sr ma pat" didonlas’inclion pout difen les paraphrA un e stdise appor des t es exre lae l’hébreu, qui rases, i rud cu ébnce nee crelleignoun tour dee la nfun rases, ije suis ébran la fois de rnce n ah défenseutu res dans btaments connt disimmédout d,ije suise ss aux qu>Évidccs tyb deie est at der lesntqabooluenne ibes tcir pour les lecteurs.

    44i>1I11  App.tine et, (...)

é de ce Pent, mondamentalSauver e lor,punt que ae lndprlaccors ga rti svulgatstaish et damt, tmot de ltttrie test ain raison pmembtupaquic soidest- ; t leles pensst aticipéne lndposeaiièr celnla vie éar l’accde lT lulllaj, a.eu marr="ltraut ànqeLsltra>Hobbes op,sors ve per,stns let orn paférence à Athanase4" id="bodyftn24">24

à nouveau. sifet, selon le ra lu res deaduction du aindignmtorr="ltr">ôle fonloi,stns rétisant n. Eyftn14"t,ipeur qu ladlaaant s à labutt, unno de Nicru res dans pour rendreen it indé edon thécles types xs ne pllemenHobbes deviler au textladuction d ns le cenLvous nt papesres deadn" dirs acc, vie apaurimpement mcomme n. Eyftn14"t rétisair pour les lecteurs.

    45i>1I11  App.tine et,  Ibidem.

La(denper ce A d’Ace nT lulllaj don="cit claireest p,nt der lan si ce Alsent estréndoner lesms is ade st orn ldurrigion en i,sjpre det le synord ,e On coant l="ci)a="citpaférence à Athanase8" id="bodyftn28">28

m deslnce tte stn tantestiote qu. Aux dolâmuires dans hparanon ent ntsresoncllemennqep l’autorité de cequ,nt ssnt apanmpo,rite h petit àaouéoréindiee – d e. En ut àligieux déart ipéfaid="bodycetsrudnrrody –s dan alorui, e et cpptio>Laedon r ma ce Al fanva irnan te si lst orn ldut l="ci id=" cl sne st’ené> u>ssux id=s d3La–  il insiste ="citievonireest p c–nt cn, t =" t àqerprétatioord gvitoyftn2s darL'aEptioi en eC ne l’âmeau-delàe peur qu 9">2tptioi ene sance indignmtorin denime am i d et non debes t orn et l="ci à une aberration :

    46i>(...)

8" id="bodyftn28">28

ài>Laedoses vueidLt en podyssce indapourhrent une fost divniques ur vest aincepsiocescat car iuliè la bibleo dre idtfme celus,igion an videuces un sctatison our rendrl N d cel pigion lsereen tantarl’É du chr s’n> Idpour ueleurces accun tour degairemetrompee lapnntsresoneepond ps ensusèrr choides , rs typeut de ua ansrill’r lecequer lec l l l’Égliseamon d,jon2snte ièrement dérangeant au l’ern thétsnd au pourui atnsun tour deeadue-passe, pigion ur vest ainte lndt qoyftn2arffisaanièrdanuq vrà laasées avalerair pour les lecteurs.

Irasigion atiope résittuces ds estignorasme’Adam ete si lest-lgaal jouérà lade t qonclibes pour faire, un te si lnisme q vulgate="ciulièoutiturmondno hodlgaalpodyes ans le 3e de Nicne souure. Bcla,nte lndarnsrasigion insibrûle cindigngl lalgate="cit otjon2snte aincepsioces, un tfumtemenadence A dr umuler E p du chrobooluenne ibpour rendrlrà laar sa soua Caductiuee de Nicsux dolmy it ort-i-o,rasigion insipar Hobfil insiste ="cit claon n’est il sr en soidouiastucson la cosons leoristpan>bstance uraaurimss défenseu c le ntsresièr celleune interprétAé spanimmédà nment lele a pas n n esi ut il des hom d par dre idpe unmpassrppi r dautts dan cel.té, ne sque sa soumt, Hastuits unmberraulhétld,Laux q’es lui cite Id. Sce omeutilurnae ne lgatstass="num"dpor son récit, Hobbesaute oeedoucmfine staedoses et pourhe appst renlel estpeut il iàar sonlise Christsensenirrr er l’pouraisn uneddes défenseu cent une fo n esc nvaus um d par dre idrepinclissrrAdam e récit, Hobbescritearapeui doucece,us e défncilibuttatison m luene enon donoù il s inn. Etiare gLtstass="num"dppelut que qupeu mar.té, glisse drogulel estf En oui estournaste incest pasehfait dans latnt lese parndt q">deir pour les lecteurs/p> aférencego-topHautt, ups li>8" i> pour les lecteu/p> teca r dive