Navigation – Plan du site
Figures et attitudes dissidentes

« Sa main contre tous, la main de tous contre lui » : la dissidence de Pierre Caroli à travers la Défense de Guillaume Farel (1545)

Mathilde Bernard

Résumés

L’étude de cet ouvrage écrit par Calvin et attribué par ce dernier à Nicolas des Gallards permet d’approcher la façon dont Genève luttait par la polémique contre la dissidence – ici, celle de Pierre Caroli, apostat et relaps, un ennemi de l’intérieur. La verve de Calvin anéantit le personnage en détruisant son aura et en présentant son abjuration comme la conséquence d’un ostracisme et non comme un acte volontaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il s’agit de la Refutatio blasphemiae Farellistarum sacrosanctam Trinitatem per Petrum Carolum Ros (...)
  • 2  Pro G. Farello et collegis eius adversus Petri Caroli theologastri calumnias defensio Nicolai Gala (...)
  • 3  C’est ce qu’atteste une lettre de juillet 1545 que Calvin a envoyée à Pierre Viret : « J’emprunter (...)
  • 4  Sur ce point, voir Roland Crahay, « Le non-conformisme religieux du xvie siècle entre l’humanisme (...)
  • 5  Je dois à la lecture de l’introduction de Jean-François Gounelle (Défense de Pierre Caroli, op. ci (...)
  • 6  C’est là qu’il a rencontré Guillaume Farel.
  • 7  Voir note 2. Cet ouvrage était perdu jusque dans les années 1970, mais un exemplaire a été retrouv (...)
  • 8  La Défense est en effet « surtout une attaque, il faudrait même dire une véritable exécution de Ca (...)

1Au milieu des années 1540, Genève est sous la domination de Calvin, et ce dernier n’aime pas qu’on lui tienne tête. Un certain Pierre Caroli n’hésite pourtant pas à écrire un ouvrage contre Farel, et, à travers lui, contre Calvin1. En riposte à cet ouvrage, le Pro G. Farello2 s’annonce comme une défense de Guillaume Farel contre les calomnies de Pierre Caroli, rédigée par un dénommé Nicolas des Gallars. Cet auteur annoncé n’est en fait que le secrétaire de Jean Calvin3, ce dernier étant le véritable auteur du libelle. Pour que le théologien prenne la plume, il faut que ce Caroli soit bien dangereux pour le parti protestant. Il se présente de fait pour les réformés comme le dissident par excellence, celui qui ne cesse de se séparer de l’Église protestante4 pour y revenir, jusqu’à la rupture définitive5. Pierre Caroli commence à fréquenter le « groupe de Meaux » dès la constitution de ce dernier, en 15226 ; il est alors curé mais est vite exclu de la Sorbonne en raison de ses idées novatrices. Obligé de fuir à Genève en 1534, Caroli se montre dès lors un fervent prosélyte de la Réforme, qu’il défend notamment lors de la querelle de Lausanne en 1536, année où il devient pasteur de Neuchâtel. Mais il déplaît bien vite aux Réformateurs en prêchant de manière un peu trop catholique (sur la prière pour les morts, par exemple) et surtout en faisant preuve d’agressivité envers Calvin, Viret et Farel, qu’il accuse d’arianisme. En 1537, il abjure le protestantisme et se range aux côtés des catholiques. À nouveau banni de France pour avoir prêché cette fois de façon trop protestante (sur le salut par la foi seule), il tente de se réconcilier avec les Réformateurs. Mais il ne parvient pas à obtenir un nouveau ministère et se retourne violemment contre eux, jusqu’à la publication en 1545 de sa Réfutation des blasphèmes des Farellistes contre la sacro-sainte trinité7. C’est ce livre qui lui vaut la cinglante réplique8 de Calvin que l’on étudiera ici.

2À travers le Pro Farello, on tentera de saisir la dissidence telle qu’elle est vue par les protestants et l’on verra comment les Réformateurs genevois mènent la guerre contre les dissidents. La lutte polémique, bien que paradoxale, apparaît en effet comme une nécessité. Elle contribuera à la stratégie d’ostracisme du dissident et à la négation de sa cause.

Lutter par la polémique

3Caroli a lui-même déployé un mode de communication ouvertement belliqueux, ce qui expliquerait chez Calvin la nécessité de réagir fermement et de l’attaquer par l’écrit. Cela dit, par ce biais, le théologien se laisse aller à toute sa haine, au risque de se discréditer en portant atteinte à sa propre crédibilité.

  • 9  « Lettre de Pierre Caroli au pape Paul III, juin 1537 » (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p.  (...)
  • 10  Sur ce point voir Ni Rome ni Genève, op. cit., p. 46-47.
  • 11  Voir Max Engamarre, « Pierre Caroli, véritable disciple de Lefèvre d’Étaples ? », art. cit., p. 77
  • 12  Lettre de Pierre Caroli à Guillaume Farel, 14 mai 1543 (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 1 (...)
  • 13  « La Réponse de M. Guillaume Farel à M. Pierre Caroli docteur de la Sorbonne 21 mai 1543 » (Défens (...)

4Pierre Caroli est très probablement, avant toute chose, un homme insatisfait de la rigidité des positions dogmatiques des catholiques comme des protestants. Alors qu’il est pris en défaut sur ses positions théologiques, il abjure d’abord par crainte, comme il l’explique au pape Paul III à qui il demande l’autorisation de réintégrer ses charges9. Selon Thierry Wanegffelen, qui a étudié son cas comme un exemple de ces « chrétiens entre deux chaires », Caroli n’est pas « véritablement scandaleux » et sait, pendant un temps du moins, faire des concessions10, mais il est peu constant dans sa modération et d’une certaine manière trop entier. Il ne comprend pas que les réformateurs puissent être méfiants à l’égard du relaps qu’il est et se considère comme injustement rejeté. Or nul n’est plus prosélyte qu’un nouveau converti, a fortiori lorsqu’il se sent haï11 : c’est pourquoi il se laisse aller à des provocations que Calvin ne peut pas laisser passer. Le 14 mai 1543, Caroli adresse à Guillaume Farel une lettre violente12 dans laquelle il lui propose une rencontre de controverse. Il le convoque selon ses propres conditions bien plus qu’il ne l’invite et il sous-entend clairement qu’il le considère comme un lâche. Enfin il fait de cette missive une lettre ouverte, adressée à plusieurs souverains et à de nombreuses instances catholiques. La grossièreté du procédé outre Farel qui répond la semaine suivante en traitant Caroli de « vrai menteur » et d’« imposteur criminel13 ». L’escalade polémique suit son cours jusqu’à la Défense de Guillaume Farel dans laquelle Calvin exprime la nécessité de faire taire une bonne fois pour toutes la voix dissidente de Caroli.

  • 14  « Lettre de Jean Calvin à Pierre Viret, juillet 1545 » (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 9 (...)

5Juste avant de commencer à rédiger son libelle, Calvin écrit à Pierre Viret qu’il entend « régler son compte à Caroli14 ». Sous le nom de Nicolas des Gallars, il explique à l’orée de son livre les raisons pour lesquelles ce dernier aurait été écrit :

  • 15  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 33.

Certes, ce livre [la Refutatio de Caroli] est rempli d’inepties puériles, et ce rien-du-tout profère contre les meilleurs des hommes des mensonges si éhontés qu’il ne mérite pas d’être réfuté ; mais on trouve tant de personnes trop facilement crédules qui, sauf à être suffisamment prévenues, ne savent bien juger ; en outre ce livre se présentant comme un récit d’événements, aussi bien des gens instruits et lucides peuvent avoir le soupçon que l’auteur ne parle pas complètement en l’air, même s’ils découvrent par là des mensonges évidents : c’est un poison, susceptible de nuire aux personnes inattentives ou peu informées si on ne lui oppose pas d’antidote. Il faut ajouter que, quand on ne connaît pas le caractère de l’individu, on peut être impressionné par son âge : comment croire, en effet, qu’un homme dont la vieillesse touche presque à sa fin étale à ce point une impudence si démesurée15.

  • 16  Peu de temps après, en 1550, Calvin rédige son Traité des scandales. On peut s’y référer pour comp (...)

6Calvin affirme ainsi avoir écrit ce livre avant tout dans un esprit de magnanimité, pour prévenir les conséquences du scandale16 sur les fidèles trop faibles que Caroli risquerait d’entraîner dans sa chute. Le danger le plus grand pour Genève réside cependant dans le fait que Caroli vient de l’intérieur. Il connaît les rouages des ministères genevois et ce seul fait peut amener des gens autrement moins fragiles à le croire. Calvin craint enfin que l’ethos de Caroli ne joue en sa faveur. Avec une habileté certaine, le théologien genevois fait donc d’un vieillard qui pourrait passer pour vénérable et sage un histrion sénile.

7Pour toutes ces raisons il soutient la nécessité de faire entendre une autre voix et de préparer le jugement du lecteur :

  • 17  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 35.

Je reconnais n’avoir rien d’autre à faire qu’à raconter simplement et sans fard ce qui concerne le cas de Caroli, à confirmer mon récit par des témoignages clairs et solides, puis à m’effacer totalement pour laisser le lecteur juge.17

8La dissidence doit être portée au grand jour car elle est insidieuse et le dissident pense pouvoir attaquer son adversaire en toute impunité. Le danger est trop grand pour l’ignorer. Il faut cependant ne pas donner l’impression que l’attaque du dissident est menaçante, car ce serait déjà en un sens lui donner raison. Le premier paradoxe du livre réside dans la conception d’un ouvrage dont l’existence, pourtant justifiée par l’auteur, est présentée comme accessoire. C’est la raison pour laquelle Calvin use du stratagème du nom d’emprunt et parfait cette ruse par l’invention d’une conversation fictive entre Des Gallars et lui-même, rapportée en ces termes :

  • 18 Ibid., p. 34.

J’ai demandé à Calvin d’entreprendre cette tâche [de « remettre à sa place cet insolent »], avec pour raison principale que Caroli, dans sa « dispute » fictive, l’a choisi comme adversaire. Il s’en est excusé, disant être occupé à des travaux plus importants – et je reconnais que c’est vrai – et ne pas vouloir faire à ce pourceau le bel honneur de le citer dans ses écrits. Les deux autres [Farel et Viret] ont la même position.18

9L’excuse faussement proférée par Calvin a le double avantage de présenter ce dernier comme un homme occupé à des activités de haute portée spirituelle et ne s’abaissant pas à la polémique, et de rabaisser Caroli dans le même mouvement. Pour le lecteur, elle offre l’intérêt supplémentaire de montrer à quel point Calvin sait qu’il se livre ici à une œuvre non charitable. Il ne s’agit pas en vérité d’empêcher les fidèles d’être scandalisés, mais sans doute bien davantage de donner libre cours à sa haine et de détruire le dissident.

10Calvin présente Caroli comme un homme méprisable et fou, et le ridiculise à loisir. Selon lui, l’ambition l'a miné au point de le conduire dans une guerre aveugle :

  • 19 Id.

Connaissant bien tous les sentiments de Caroli, je n’ignore pas qu’il ne cherche rien d’autre que de paraître avoir poussé Calvin au combat. Il brûle en effet d’une ambition dévorante, et comme voici plus de vingt-cinq ans qu’il roule cette pierre sans acquérir aucune renommée parmi les hommes19.

11C’est pour cette raison justement, parce que Caroli semble rechercher la polémique, que Calvin se refuse à laisser croire qu’il a pu aller dans le sens de son désir. Il ne peut pas paraître être animé de l’ambition qu’il fustige chez ce Caroli affublé des noms les plus injurieux. Il file ainsi la comparaison entre Caroli et un chien :

  • 20 Ibid., p. 42.

Voici quel est le zèle qui l’a poussé à attaquer Farel : il est venu à Metz, dit-il, sous la direction et la protection de l’abbé de Saint-Vincent : je l’en crois volontiers, car le bon abbé l’a attiré par le fumet de sa cuisine ! Il cherchait partout un chien dont les aboiements pourraient couvrir la doctrine de Farel et trouva que notre homme lui convenait tout à fait : car il était famélique au point de ne rien refuser de faire et de subir pour son estomac.20

  • 21 Ibid., p. 56.

12Selon Calvin, Caroli ne mérite aucune attention, car il n’est guidé que par de bas instincts qui l’éloignent de l’humanité. Si nous suivons sa logique, nous pouvons remarquer que Calvin ne se demande pas un instant pourquoi ce chien aurait justement eu besoin d’aller chercher sa nourriture ailleurs, ni pourquoi il était si famélique. Toutes les dénominations dégradantes, tous les arguments sont bons pour détruire Caroli, et si Calvin ne dédaigne pas l’injure il se plaît également à rappeler des scènes honteuses pour Caroli. Le ridicule est sans doute ce qui tue le mieux le polémiste louvoyant, qui ne mérite pas « que les hommes de bons sens [lui accordent] plus de crédit qu’à un bouffon de foire21 ». Le théologien le donne à voir comme un objet de risée générale ; rapportant la séance du synode réuni pour discuter de l’accusation d’arianisme que Caroli avait fait peser sur Calvin, Viret et Farel, il le décrit

  • 22 Ibid., p. 57.

[...] avec un mouvement de tout le corps si extravagant, des hochements de tête si incongrus, une telle impétuosité de voix qu’il souleva un rire général22.

13Lorsqu’il narre une des exhortations de Caroli envers lui, Calvin se moque des impropriétés de son latin :

  • 23 Ibid., p. 66. Caroli confond « canus » et « calvus ».

Alors qu’à Lausanne il avait exhorté Calvin d’avoir des égards pour sa « barbe chauve » et que ce mot avait soulevé un éclat de rire général, il osa le répéter deux ou trois fois, avec son aplomb habituel, jusqu’à ce qu’on ait crié qu’on riait de son ignorance, lui qui confondait chenu et chauve.23

  • 24  Ibid., p. 68 : la narration de la réponse de Calvin est scandée par les connecteurs logiques qui s (...)

14À côté de cet être à l’ethos déplorable, tel qu’il est présenté par Calvin, le théologien brosse de lui-même la figure d’un homme sage, calme, bon orateur24 – sur ce dernier point tout au moins il ne manque pas de lucidité. Mais le texte même qu’il écrit, cette Défense de Guillaume Farel, vient le contredire, dans la mesure où Calvin se laisse emporter non seulement en répliquant, mais surtout en le faisant avec force injures. Pierre Viret met le théologien en garde sur ces points dans la lettre qu’il lui envoie après avoir reçu le manuscrit : l’artifice du nom d’emprunt palliera sans doute la première erreur, mais il faut

  • 25  « Lettre de Pierre Viret à Jean Calvin », 14 juillet 1545 (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p (...)

[examiner] s’il vaut mieux adoucir quelque peu [les invectives telles que « rien du tout » et « pendard »], pour mieux faire ressortir dans sa pureté le récit des événements, et pour que le narrateur paraisse moins s’abandonner à ses passions.25

15Calvin a écouté Pierre Viret et le texte dont nous disposons est édulcoré. Il n’en reste pas moins plein d’une passion évidente qui fait de la polémique un objet qui a l'air partiellement maîtrisé. Cependant la violence du texte est sans doute voulue par Calvin, en dépit des conseils de Pierre Viret, car toute sa stratégie vise à isoler définitivement Caroli pour anéantir sa virulence dans l’ostracisme.

Ostraciser le dissident

  • 26  Selon Bernard Roussel (« Marguerite de Navarre, les débuts de la Réforme et les troubles d’Alençon (...)

16Pour détruire Caroli, Calvin veut prouver qu’il doit être haï de tous. Selon lui, la cause d’un dissident est nécessairement mauvaise parce qu’elle émane d’un être inconstant26, d’une foi défaillante. C’est cette inconstance qu’il met en avant pour montrer qu’elle mène irrémédiablement à la traîtrise et au parjure et que, dès lors, Caroli ne mérite aucune pitié. Calvin présente son adversaire comme un lâche incapable d’assumer une conviction passée et qui en change au gré de son intérêt, sans aucune pudeur :

  • 27  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 38.

Le voici déjà confondu et pris sur le fait, lui et son impudence de courtisane. […] Je le montre du doigt en train de courir directement auprès d’eux [des réformateurs], d’avouer d’un ton suppliant sa faute et de demander pardon de les avoir maudits, d’approuver toute leur doctrine et de leur demander enfin un endroit où vivre chez eux parce qu’il voulait se racheter de son impiété de papiste !27

  • 28  Pierre Viret, De la communication que ceux qui cognoissent la verité de l’Evangile, ont aus ceremo (...)

17Le réformateur genevois retourne la situation en faisant de Caroli l’objet des poursuites et non le requérant. Il n’est pas même un adversaire à sa hauteur car il n’a plus de dignité. Conformément au vocabulaire qu’emploiera Pierre Viret – écrivant sous le regard de Calvin – dans sa lutte contre les nicodémites28, Calvin traite en effet Caroli de « courtisane », lui refusant ainsi toute considération. Caroli invoque l’incertitude, l’erreur humaine, en appelle à la charité du juge ; ce n’est que mensonge pour Calvin qui interprète ainsi les arguments de l’apostat pour expliquer son départ de Berne en 1537 :

  • 29  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 40.

Restait qu’il était jugé coupable de la plus grande mauvaise foi, pour avoir, sans aucune raison juste, quitté l’Eglise de Christ et abandonné son ministère afin de passer dans le camp de l’Antéchrist. Il fut donc contraint de reconnaître le crime de défection.29

  • 30  « Martyrum veros non facit poena sed causa » (« Ce n’est pas la peine, mais la cause qui fait le m (...)
  • 31  Calvin traite ouvertement Caroli de « transfuge » et de « traître » (Jean Calvin, Défense de Guill (...)

18La cause du dissident est une non-cause, parce qu’elle est injuste or, pour paraphraser la formule d’Augustin30, ce n’est pas l’attitude, mais la cause qui fait le dissident. Ici, Caroli n’est donc qu’un traître31. Calvin ne manque pas de rappeler la façon dont il a lui-même évoqué en public l’infidélité de Caroli, alors que celui-ci accusait les prédicateurs genevois d’arianisme. Calvin, par une réplique improvisée, répondit à notre homme de telle façon qu’il eut fort à se repentir de ses attaques impudentes. Voici son exorde :

  • 32  Ibid., p. 55.

Récemment, Caroli me recevait à dîner ; j’étais alors pour lui son frère le plus irréprochable, et il me demandait de saluer amicalement Farel de sa part. Il tenait pour ses frères tous ceux qu’il appelle maintenant hérétiques ; il déclarait vouloir entretenir des relations fraternelles avec nous, pour toujours.32

  • 33  Ibid., p. 40 : « Il promet pour l’avenir une autre constance dans la foi que celle dont il a fait (...)

19La lâcheté mène irrémédiablement à l’infidélité et cette dernière à la traîtrise et au parjure. Caroli, selon les dires de Calvin, avait juré de rejeter les dogmes catholiques pour toujours33 ; le seul fait d’être revenu au catholicisme discrédite à jamais sa parole.

20La foi de Caroli semble ainsi sans cesse discordante avec celle qu’on lui propose de suivre dans les confessions établies. Il cherche encore un autre courant, qui n’existe pas ; c’est pour cette raison, ainsi que l’explique James K. Farge, qu'il a manqué de fermeté et de constance :

  • 34  James K. Farge, Biographical Register of Paris Doctors of Theology (1500-1536), Toronto, Pontifica (...)

Caroli could never be a martyr, since he could never agree fully enough with any established religion of his time to die for it. He could neither live nor die happily in the camp of a Beda or of a Calvin.34

  • 35  Sur ce point l’article de Mario Turchetti (« Calvin face aux tenants de la concorde (moyenneurs) e (...)

21Caroli est pour un entre-deux, un compromis entre le catholicisme et la Réforme, une position qui le laisse constamment insatisfait et qui le contraint, vis-à-vis des Réformateurs, à se réfugier dans cette posture de dissident. Or Calvin ne pense pas le compromis35, qui est nécessairement négatif à ses yeux. Aussi, s’il est possible que toute l’action de Caroli résulte de cette trouble volonté, il se heurte au mur que dresse Jean Calvin, qui considère tout désir d’évolution interne à la Réforme genevoise comme une marque d’intempérance et, très certainement, même si cela doit rester de l’ordre du secret, comme un très grand danger pour son autorité. Haïssant Caroli pour ces raisons, il entreprend de le faire haïr des autres.

  • 36  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 43. La citation faite par Calvin est extrait (...)

22À découvrir l’ensemble de sa vie, on saisira qu’il est vraiment un second Ismaël, « sa main contre tous, la main de tous contre lui36 ».

23C’est ainsi que Calvin s’exprime à propos de Caroli, le comparant à cet exclu de la Bible, que Dieu qualifie d’« onagre parmi les hommes ». Dès lors, la mise à l’écart du dissident ne résulte pas même d’une volonté assumée et réfléchie, mais d’un ostracisme salutaire pour sauvegarder les héritiers du Peuple élu. Si l’on suit la logique de Calvin, non seulement Caroli s’est rendu haïssable, mais en plus il doit être exclu selon ce que Dieu ordonne par l’exemple d’Ismaël et la bouche de Sarah :

  • 37  Gen., 21, 14.

Chasse cette servante et son fils, car le fils de cette servante n’héritera pas avec mon fils, avec Isaac37.

  • 38  Selon Calvin (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 43), Caroli a tout fait pour être détesté, (...)

C’est donc par son attitude38 certes, mais aussi en raison du fait qu’il est visiblement mis à l’écart par Dieu, pour le bien de la communauté élue, que Caroli doit être exclu et perdre par là le privilège de se séparer lui-même de sa communauté qui, de toute façon, le renie. Dès lors, celui qui voudra accueillir Caroli ne pourra le faire que pour une mauvaise raison, par haine de la justice et des Réformateurs, ainsi que l’exprime Calvin en ces termes :

  • 39  Ibid., p. 45.

Accueilleraient-ils en leur sein un homme qui pour les deux camps fut trois fois déserteur, trois fois transfuge, trois fois traître ? Et je ne parle pas ainsi pour le faire rejeter : je sais en effet que nous, qui suivons la pure doctrine de l’Évangile, sommes en telle grâce auprès des gens de la Sorbonne qu’ils l’accueilleraient plutôt par haine de nous39.

24Quoi qu’il en dise, Calvin parle bien ainsi pour faire rejeter Caroli, pour faire ressentir de la honte à quiconque voudrait l’accueillir. L’éventuelle charité des autorités catholiques est reléguée au rang de calcul et Caroli devient un pantin manipulé par les intrigues de faux religieux.


*

  • 40  Voir introduction de Jean-François Gounelle, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 7.

25Ainsi, à travers la Défense de Guillaume Farel,Caroli est totalement discrédité. En dépit de toutes les motivations troubles qui ont dicté son comportement, on peut considérer qu'il est dissident dans la mesure où il se sépare de son groupe d’origine pour le critiquer. Mais Calvin dresse une figure d’ostracisé honteux, détruisant par là toute revendication légitime, toute cause de la dissidence. Il fait de Caroli sujet un Caroli objet, utilisé par les pécheurs, renié par les justes, réprouvé par Dieu. On ne sait aujourd’hui ce que le dissident est devenu après 1545 ; selon une hypothèse de James K. Farge, s’appuyant sur une phrase de Théodore de Bèze, il serait mort en Italie40. Non content de l’avoir identifié à un nouvel Ismaël, Calvin aurait réussi à faire de lui un nouveau Caïn, toujours fuyant, ou même un homo sacer n’appartenant plus à aucune communauté, à l’image de nombre de ces apostats et relaps du xvie siècle qui, faute d’avoir pu choisir un camp, se sont vus rejetés de tous. C’est en effet Théodore de Bèze qui, en 1565, proclame la victoire écrasante de Calvin, en évoquant Caroli en ces termes :

  • 41  Théodore de Bèze, L’Histoire de la vie et mort de feu M. Jean Calvin, fidele serviteur de Jesus Ch (...)

Ce mal-heureux là ayant esté plusieurs fois abbatu par Calvin tant par escrit que de bouche et puis estant dechassé de l’Eglise de Dieu, est mort miserablement à Rome dedans un hospital, pour servir d’exemple à ceux qui se revoltent de Jesus Christ pour suivre un maistre qui recompense si mal ses serviteurs et en ce monde et en l’autre.41

26Théodore de Bèze montre la misère du pécheur mais on sent, deux décennies après, que la fureur est retombée, alors qu’une autre génération a repris les rênes du pouvoir : la haine s’est muée en compassion condescendante pour une personnalité trop faible qui s’est laissée happer par l’habileté polémique de Calvin.

  • 42  Servet ne voulait pas s’opposer frontalement à Calvin, mais il a considérablement manqué de pruden (...)
  • 43  Les références bibliographiques sont ici trop nombreuses, mais on peut songer aux nombreux pamphle (...)

27Caroli fait partie de ces nombreuses personnalités qui, au cours du siècle, ont servi les deux Églises, s’attirant le mépris ou la haine de l’une comme de l’autre. Il est de la première génération, celle de ces hommes qui, comme Michel Servet42, ont osé défier Calvin et parfois même voulu créer leur propre confession. Leur action est dès lors franchement dissidente et ils sont impitoyablement anéantis par le théologien. Théodore de Bèze fait preuve de plus de charité par la suite, mais il a surtout affaire à cette deuxième génération de convertis, ceux qui, à la manière de Hugues Sureau du Rosier, abjurent en grande partie sous la contrainte de la menace exercée par les catholiques et sans réelle intention de nuire au parti. La compréhension du successeur de Calvin est malgré tout limitée dans les cas où ces apostats doivent aider les convertisseurs, selon une pratique commune au temps des guerres de Religion. Ces hommes qui, de fait, viennent de l’intérieur du parti protestant et se retournent contre lui ne sont sans doute pas pour autant à considérer comme des dissidents, car il leur manque la volonté délibérée de détruire leur milieu d'origine ou du moins d’en dénoncer les torts. Un troisième type d’apostats apparaît après la conversion d’Henri IV ; il s’agit de tous ces hommes qui abjurent pour des raisons troubles : on ne peut décider avec certitude que l’intérêt est seul en cause, dans la mesure où ils ont pu vouloir suivre le roi en bons Politiques. Ils ne sont pas dissidents au même titre que Caroli, puisqu’ils intègrent vite un autre milieu qui les reconnaît ; cependant les zélés du parti protestant mourant les haïssent comme Calvin détestait Caroli. On retrouve ainsi, à un demi-siècle de distance, une volonté similaire de destruction définitive43. C’est paradoxalement par ce biais que la mémoire de ces hommes a été entretenue, mais irrémédiablement souillée. Si Sancy peut survivre à travers le souvenir de son action politique, ou Cayet par l’histoire officielle qu’il a rédigée, Caroli existe essentiellement dans la mémoire des hommes par la violence des invectives de Calvin, illustrant par là le triste sort de ceux qui sont tombés dans la dissidence pour n’avoir jamais été accueillis nulle part.

Bibliographie

Corpus primaire

28Augustin (saint), Contra Cresconium, livre III, dans Œuvres de saint Augustin, 31, G. Finaert (trad.), 1968, vol. IV.

29Aubigné, Agrippa d’, Confession catholique du sieur de Sancy, et declaration des causes, tant d’estat que de religion, qui l’ont meu a se remettre au giron de l’Eglise Romaine, Recueil de diverses pièces servant à l’histoire d’Henri III, Cologne, Pierre Marteau, 1660 [Amsterdam, Louis et Daniel Elzevier].

30Beze, Théodore, L’Histoire de la vie et mort de feu M. Jean Calvin, fidele serviteur de Jesus Christ, prinse de la Preface de Theodore de Besze aux Commentaires dudit Calvin sur Josué, ains qu’elle est maintenant augmentée de nouveau, et deduite selon l’ordre du temps quasi d’an en an, Genève, 1565.

31[Calvin, Jean], Pro G. Farello et collegis eius adversus Petri Caroli theologastri calumnias defensio Nicolai Galasii, trad. Défense de Guillaume Farel et de ses collègues contre les calomnies de Pierre Caroli par Nicolas des Gallars, avec diverses lettres de Calvin, Caroli, Farel, Viret, et autres documents, traduits et présentés par Jean-François Gounelle, Paris, PUF, 1994.

32Caroli, Pierre, Refutatio blasphemiae farellistarum in sacrosanctam Trinitatem, Paris, Goltherot, 1545.

33Viret, Pierre, De la communication que ceux qui cognoissent la verité de l’Evangile, ont aus ceremonies des papistes, & principallement à leurs Baptesmes, Mariages, Messes, Funerailles, & Obseques pour les trespassez, [s.l.n.n.], 1558

Corpus secondaire

34Engamarre, Max, « Pierre Caroli, véritable disciple de Lefèvre d’Étaples ? », in Jacques Lefèvre d’Étaples (1405-1536), Actes du colloque d’Étaples, les 7 et 8 novembre 1992, Paris, Champions, 1995, p. 55-79.

35Farge, James K., « Caroli, Pierre », Bibliophical Register of Paris Doctors of Theology, 1500-1536, Toronto, 1980, p. 65-71.

36— Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris, 1500-1543, leyde, 1985, p. 160-177 et 237-240.

37Lienhard, Marc, Les Dissidents du xvie siècle entre l’humanisme et le catholicisme, Actes du colloque de Strasbourg, 56 février 1982, Baden-Baden, Bibliotheca dissidentium, Scripta et studia 1, 1983.

38Moreri, Louis, Le Grand Dictionnaire historique, Paris, 1694, rééd. 1759, 9 vol., t. III

39Nijenhuis, Walter, Ecclesia reformata. Studies on the Reformation, Leiden, E.J. Brill, 1972, chapter four “Calvin’s attitude towards the symbols of the Early Chuch during the conflict with Caroli”.

40Piaget, Arthur, « Épître de Pierre Caroli à François Ier » dans Documents inédits sur la Réformation dans le pays de Neuchâtel, Neuchâtel, 1909, p. 493-507.

41— Actes de la dispute de Lausanne, Neuchâtel, 1928.

42Roussel, Bernard, « Marguerite de Navarre, les débuts de la Réforme et les troubles d’Alençon, 1530-1534 », dans Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne, décembre 1986, p. 87-106.

43Schrenck, Gilbert, L’Or et la boue. Agrippa d’Aubigné et la Confession catholique du sieur de Sancy. Contribution à l’étude du pamphlet albinéen, thèse pour le doctorat d’État soutenue le 10 janvier 1994 à l’université de Paris IV – Sorbonne, sous la direction de Robert Aulotte et Claude Blum.

44Turchetti, Mario, « Calvin face aux tenants de la concorde (moyenneurs) et aux partisans de la tolérance (castellionistes), dans Millet Olivier (dir.), Calvin et ses contemporains, Actes du colloque de Paris 1995, Genève, Droz, 1998, p. 43-56.

45Van Stal, F.P., « Le livre de Pierre Caroli de 1545 et son conflit avec Calvin », dans Calvin et ses contemporains, Actes du colloque de Paris édités par Olivier Millet, Cahiers d’humanisme et Renaissance, vol. 53, Genève, Droz,1995, p. 21-41.

46Veissiere, Michel, L’Evêque Guillaume Briçonnet (1470-1534), Provins, 1986, p. 234, 254-258, 293-302.

47Wanegffelen, Thierry, Ni Rome, ni Genève : des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, Champion, 1997.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de la Refutatio blasphemiae Farellistarum sacrosanctam Trinitatem per Petrum Carolum Rosetanum, Paris, V. Goltherot, 1545. C’est essentiellement un livre théologique, qui concerne davantage les idées que les hommes. Cependant Farel, « qui est venu à Metz dans l’intention l’infecter de ses erreurs » (f. a2i, je traduis « Farellus Metim venisse nunciatur, eam suis erroribus infecturus »), y est nommé à une quinzaine de reprises, et Calvin plusieurs fois également. Il y est également dénoncé comme « blasphémateur » (f. g3).

2  Pro G. Farello et collegis eius adversus Petri Caroli theologastri calumnias defensio Nicolai Galasii, trad. Défense de Guillaume Farel et de ses collègues contre les calomnies de Pierre Caroli par Nicolas des Gallars, avec diverses lettres de Calvin, Caroli, Farel, Viret, et autres documents, traduits et présentés par Jean-François Gounelle, Paris, PUF, 1994.

3  C’est ce qu’atteste une lettre de juillet 1545 que Calvin a envoyée à Pierre Viret : « J’emprunterai le nom de Des Gallars, dont je signe le livre. On pensera que je l’ai aidé, mais qu’une part lui revient. Et je parle de moi par sa bouche, de façon à pouvoir me railler, grâce à cette couverture, de quiconque me reprocherait d’être l’auteur de ces propos. » (La Défense de Guillaume Farell, op. cit., p. 104).

4  Sur ce point, voir Roland Crahay, « Le non-conformisme religieux du xvie siècle entre l’humanisme et les Églises. Réflexions historiographiques », Les Dissidents du xvie siècle entre l’humanisme et le catholicisme, Actes du colloque de Strasbourg, 56 février 1982, publiés par Marc Lienhard, Baden-Baden, Bibliotheca dissidentium, Scripta et studia 1, 1983, p. 18. Caroli en un sens est aussi dissident à l’égard de l’Église catholique romaine, mais les catholiques n’ont pas écrit de texte contre lui, sans doute parce qu’il a été beaucoup plus virulent envers les protestants. Cependant, à en croire Roland Crahay, seul serait dissident celui qui se sépare d’une église protestante, le catholicisme connaissant « seulement des schismatiques, des hérétiques et des apostats ».

5  Je dois à la lecture de l’introduction de Jean-François Gounelle (Défense de Pierre Caroli, op. cit.), au livre de James K. Farge (Biographical Register of Paris Doctors of Theology (1500-1536), Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, Subsidia Mediaevalia, 1, 1980, p. 65-71), à celle de Max Engamarre (« Pierre Caroli, véritable disciple de Lefèvre d’Étaples ? », dans Jacques Lefèvre d’Étaples (1405-1536), Actes du colloque d’Étaples, les 7 et 8 novembre 1992, Paris, Champions, 1995, p. 55-79.), de F.P. Van Stal, (« Le livre de Pierre Caroli de 1545 et son conflit avec Calvin », dans Calvin et ses contemporains, Actes du colloque de Paris édités par Olivier Millet, Cahiers d’humanisme et de Renaissance, vol. 53, Genève, Droz, 1995, p. 21-41) et à l’ouvrage de Thierry Wanegffelen (Ni Rome, ni Genève : des fidèles entre deux chaires en France au xvie siècle, Paris, Champion, 1997, p. 36-47) les éléments biographiques qui suivent.

6  C’est là qu’il a rencontré Guillaume Farel.

7  Voir note 2. Cet ouvrage était perdu jusque dans les années 1970, mais un exemplaire a été retrouvé à la bibliothèque de Troyes, sous la cote C.15.3202 (voir F.P. Van Stal, « Le livre de Pierre Caroli de 1545 et son conflit avec Calvin », art. cit.). Il est désormais disponible à la BNF sous la cote MFICHE D- 22398 (1). Nous ne nous intéresserons pas ici aux attaques de Pierre Caroli (d’autant plus que le livre reste largement un ouvrage de controverse) mais à la stratégie mise en place par Calvin contre la dissidence.

8  La Défense est en effet « surtout une attaque, il faudrait même dire une véritable exécution de Caroli » (Jean-François Gounelle, Défense de Pierre Caroli, op. cit., p. 3).

9  « Lettre de Pierre Caroli au pape Paul III, juin 1537 » (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 108 sq.).

10  Sur ce point voir Ni Rome ni Genève, op. cit., p. 46-47.

11  Voir Max Engamarre, « Pierre Caroli, véritable disciple de Lefèvre d’Étaples ? », art. cit., p. 77.

12  Lettre de Pierre Caroli à Guillaume Farel, 14 mai 1543 (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 132-134).

13  « La Réponse de M. Guillaume Farel à M. Pierre Caroli docteur de la Sorbonne 21 mai 1543 » (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 136-137).

14  « Lettre de Jean Calvin à Pierre Viret, juillet 1545 » (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 99).

15  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 33.

16  Peu de temps après, en 1550, Calvin rédige son Traité des scandales. On peut s’y référer pour comprendre le danger et la nature du scandale selon le théologien. Sur le scandale, voir également l’article d’Anne-Pascale Pouey-Mounou, dans le présent numéro : http://dossiersgrihl.revues.org/5703.

17  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 35.

18 Ibid., p. 34.

19 Id.

20 Ibid., p. 42.

21 Ibid., p. 56.

22 Ibid., p. 57.

23 Ibid., p. 66. Caroli confond « canus » et « calvus ».

24  Ibid., p. 68 : la narration de la réponse de Calvin est scandée par les connecteurs logiques qui sont la marque d’une clarté de pensée contraire à l’attitude de Caroli.

25  « Lettre de Pierre Viret à Jean Calvin », 14 juillet 1545 (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 100).

26  Selon Bernard Roussel (« Marguerite de Navarre, les débuts de la Réforme et les troubles d’Alençon, 1530-1534 », dans Bulletin de la société historique et archéologique de l’Orne, décembre 1986, p. 97), cette inconstance est révélatrice des « tensions de ce temps, qui contraignaient tant de "bonnes personnes" à l’hésitation, ou les précipitaient dans des situations bien embrouillées ».

27  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 38.

28  Pierre Viret, De la communication que ceux qui cognoissent la verité de l’Evangile, ont aus ceremonies des papistes, & principallement à leurs Baptesmes, Mariages, Messes, Funerailles, & Obseques pour les trespassez, [s.l.n.], 1558, p. 8-9.

29  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 40.

30  « Martyrum veros non facit poena sed causa » (« Ce n’est pas la peine, mais la cause qui fait le martyre », dans Augustin, Contra Cresconium, livre III, dans Œuvres de saint Augustin, 31, G. Finaert (trad.), 1968, vol. IV, p. 376-378).

31  Calvin traite ouvertement Caroli de « transfuge » et de « traître » (Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 44). Par ailleurs, ainsi que Marie-Madeleine Fragonard me l’a signalé, le crime de défection est militaire et politique ; l’accusation portée contre lui est donc grave.

32  Ibid., p. 55.

33  Ibid., p. 40 : « Il promet pour l’avenir une autre constance dans la foi que celle dont il a fait preuve jusqu’à aujourd’hui, et notamment il jure de rejeter pour toujours le sacerdoce papal et les messes qui en dépendent ».

34  James K. Farge, Biographical Register of Paris Doctors of Theology (1500-1536), Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, Subsidia Mediaevalia, 1, 1980, p. 71. Je traduis : « Caroli n’aurait jamais pu être un martyr, dans la mesure où il ne pouvait jamais être suffisamment en accord avec quelque religion établie que ce fût à son époque pour mourir pour elle. Il ne pouvait ni vivre ni mourir heureux dans le camp d’un Beda ou d’un Calvin ».

35  Sur ce point l’article de Mario Turchetti (« Calvin face aux tenants de la concorde (moyenneurs) et aux partisans de la tolérance (castellionistes) », dans Calvin et ses contemporains, Actes du colloque de Paris 1995, édités par O. Millet, Genève, Droz, 1998, p. 43-56) est particulièrement éclairant. Selon M. Turchetti, « L’exclusivisme de Calvin (et de Bèze) […] n’est intrinsèquement pas susceptible de s’adapter à une coexistence (tolérance) ni de condescendre à un compromis (concorde) avec la religion catholique ni avec d’autres religions » (p. 55).

36  Jean Calvin, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 43. La citation faite par Calvin est extraite de Gen, 16, 12.

37  Gen., 21, 14.

38  Selon Calvin (Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 43), Caroli a tout fait pour être détesté, en dépit de la bonne volonté des Réformateurs : « À force d’indignités il en était arrivé à être plus que vraiment détesté, mais exécré dans cette demeure où il avait été trop bien accueilli, parce qu’on le croyait différent ».

39  Ibid., p. 45.

40  Voir introduction de Jean-François Gounelle, Défense de Guillaume Farel, op. cit., p. 7.

41  Théodore de Bèze, L’Histoire de la vie et mort de feu M. Jean Calvin, fidele serviteur de Jesus Christ, prinse de la Preface de Theodore de Besze aux Commentaires dudit Calvin sur Josué, ains qu’elle est maintenant augmentée de nouveau, et deduite selon l’ordre du temps quasi d’an en an, Genève, 1565, p. 19-20.

42  Servet ne voulait pas s’opposer frontalement à Calvin, mais il a considérablement manqué de prudence. Niant avec force conviction la Trinité, il a poussé la patience de Calvin à bout. Il n’a trouvé que Sébastien Castellion pour le défendre et pour reprendre le flambeau de la dissidence, quand Servet fut exécuté à Genève.

43  Les références bibliographiques sont ici trop nombreuses, mais on peut songer aux nombreux pamphlets qui constituent l’entreprise pamphlétaire dirigée contre Pierre-Victor Palma Cayet dès 1595, ou encore à La Confession catholique du sieur de Sancy, et declaration des causes, tant d’estat que de religion, qui l’ont meu a se remettre au giron de l’Eglise Romaine, Recueil de diverses pièces servant à l’histoire d’Henri III, Cologne, Pierre Marteau, d’Agrippa d’Aubigné, qui a la particularité de n’être publiée qu’en 1660. Sur cette œuvre, voir les travaux de Gilbert Schrenck, et notamment L’Or et la boue. Agrippa d’Aubigné et la Confession catholique du sieur de Sancy. Contribution à l’étude du pamphlet albinéen, thèse pour le doctorat d’État soutenue le 10 janvier 1994, à l’université de Paris IV – Sorbonne, sous la direction de Robert Aulotte et Claude Blum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Bernard, « « Sa main contre tous, la main de tous contre lui » : la dissidence de Pierre Caroli à travers la Défense de Guillaume Farel (1545) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5607 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5607

Haut de page

Auteur

Mathilde Bernard

Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle – université de Nice-Sophia Antipolis)
Docteure de l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle, post-doctorante au sein de l’équipe ANR « Les pouvoirs de l’art », Mathilde Bernard est l’auteure de Écrire la peur à l’époque des guerres de Religion : une étude des historiens et mémorialistes contemporains des guerres de Religion en France (1562-1598), paru chez Hermann en 2010, ainsi que de plusieurs articles sur la violence, le martyre et les émotions au xvie siècle. Elle travaille actuellement sur l’expression de la contrainte et ses contournements à la Renaissance.
mbernard4[ @ ] yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals