Navigation – Plan du site
L'animal dissident

De la dignité et excellence de l’animal. Faut-il voir dans la parole de la fable un discours dissident ?

Patricia Eichel-Lojkine

Résumés

Le discours sur la dignitas hominis et les topoi relatifs à l’homme « Dieu terrestre », véritable miracle de la nature comparé aux bêtes brutes créées uniquement pour le servir, se répandent au xvie siècle au point de constituer le discours philosophique dominant, sur lequel fera fonds Descartes au siècle suivant. Toutefois, parallèlement à Montaigne qui pose un regard sceptique et désenchanté sur de tels topoi dans l’Apologie, la tradition du conte qui émerge en Europe à la même époque propose des figurations qui invitent à douter des privilèges de l’homme. Des histoires médiévales comme « Canis » (dans le Dolopathos), qui se fait l’écho de lointains récits de sagesse orientale, des contes de Straparola comme « Fortunio » ou « Il Re Porco » (Le Roi Porc), « Cagliuso » de Basile mettent en valeur des motifs comme la métamorphose, l’animal serviable, l’ingratitude humaine. De tels contes font entendre une voix dissonante par rapport au discours hégémonique de tradition judéo-chrétienne. Le lecteur est ainsi conduit tantôt à s’interroger sur la bordure entre l’homme et l’animal, tantôt à reconsidérer la thèse de la supériorité morale de l’homme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Essais, II, 12, éd. Villey-Saulnier, Paris, PUF, 1965, rééd. 1978, p. 476.
  • 2  La première citation est extraite du Pontus de Tyard, Le Second Curieux (L’Univers, ou discours de (...)

1« Quant à la fidélité, il n’est animal au monde traistre au pris de l’homme », notait Montaigne dans « L’Apologie de Raymond Sebond1 ». Et le moraliste de passer au crible les anciennes histoires recueillies par Plutarque ou Appien d'Alexandrie pour prouver la fidélité d’un chien envers son maître par-delà la mort ou la gratitude d’un lion envers son bienfaiteur. C’est dans des histoires d’animaux que le moraliste choisit de puiser des arguments pour miner les topoi relatifs à l’homme « seul animal celeste & divin » et « finalement Miracle de la nature » comparé aux « bestes brutes, lesquelles Dieu n’a créées sinon que pour servir l’homme2 ».

  • 3  Nos guillemets distinguent les théoriciens de la noblesse foncière et de la prééminence de l’homme (...)

2En s’inspirant de la démarche de Montaigne, on pourrait étendre le corpus d’histoires déstabilisant le thème de la dignitas hominis pour y inclure certains motifs de contes (des histoires d’animaux serviables ou de fiancés animaux). Les textes publiés par Straparola ou Basile sont publiés dans la même aire culturelle et à la même époque que les discours « humanistes3 » se réclamant de l’héritage de la célèbre Oratio de dignitate hominis de Pic. Vus sous l’angle montaignien, ils pourraient faire figure d’antidotes (si l’on peut dire) aux discours hégémoniques sur la dignité de l’homme et l’indignité des animaux.

  • 4  Des chassés croisés sont néanmoins observables. Certes, le penseur livre des discours plus directs (...)

3Certes, ces textes ne relèvent pas du même registre4, n’ont pas le même objet, n’évoquent pas le même « homme » ou « animal » selon qu’ils emploient des concepts ou qu’ils figurent des personnages. Ni le conte écrit en général, ni même le corpus restreint des « antécédents » du Chat botté de Perrault et du Prince Marcassin de Mme d’Aulnoy, n’est porteur d’un « message » univoque, issu d’un corps de doctrine constitué. L’accumulation successive et combinée de couches culturelles diverses, depuis un lointain héritage sapiental indien jusqu’aux reconfigurations de la matière folklorique dans l’Occident chrétien médiéval, est pour beaucoup dans cette plurivocité.

  • 5  Pierre Magnard nous rappelle opportunément que le latin dignitas (traduisant le grec axioma) renvo (...)
  • 6  En référence au titre du livre de Jean-Marie Schaeffer : La Fin de l’exception humaine, Paris, Gal (...)

4Cela dit, on peut reconnaître l’expression de valeurs dans les représentations imaginaires portées par la parole de la fable (nous regroupons sous ce terme le conte, la légende et la fable proprement dite qui pénètrent la sphère de l'écrit lettré aux xvie et xviie siècles). C'est une réalité qu'on a déjà notée avec les anecdotes antiques plus ou moins légendaires qui faisaient les délices de Montaigne, et l’on observe que ces valeurs ne se superposent pas à l’axiologie, au système d’évaluation qui accompagne l’usage de la notion de dignitas dans les discours doctrinaux du temps5. Les contes plébiscités par les lecteurs à partir de la parution des Piacevoli Notti et les textes sur le statut unique et privilégié de l’homme coexistent dans le même espace. Cette coïncidence nous invite à tendre l’oreille pour percevoir une voix qui ne se revendique pas alors comme subversive ou dissidente, mais qui fait entendre sa différence et sa dissonance par rapport à la thèse de « l’exception humaine6 » : la voix issue des contes littéraires publiés en Italie ou en France aux xvie et xviie siècles.

Enjeux philosophiques des contes d’animaux serviables

  • 7  « Fortunio » est la quatrième « fable » de la IIIe Nuit : Straparola, Giovanni Franscesco, Le Piac (...)

5Le conte, à la différence du code de la fable, ne met pas en scène un animal construit à partir d’équivalences symboliques stables et conventionnelles, mais un personnage pris dans un réseau de relations qui déterminent son comportement face à ses congénères, face à d’autres espèces, face aux hommes. Prenons l’histoire de « Fortunio » rapportée par Straparola7. Trois animaux d’espèces différentes réunis dans les bois se trouvent dans une situation de rivalité. La figuration est à l’image du fonctionnement des sociétés humaines (l’animal étant pourvu alors d’un simple rôle symbolique), mais la suite du récit amène à prendre aussi en considération les rapports entre l’homme et les animaux (l’animal étant conçu alors comme un être vivant, évoluant dans un monde partagé, dans un espace où il coexiste avec l’homme). La séquence de « Fortunio » qui nous intéresse inclut d’abord un motif typique, celui du partage, qui réfléchit la question sociale de la répartition équitable : un loup, un aigle et une fourmi ont pris un cerf et se disputent la proie sans parvenir à s’accorder. Mais voilà le héros qui arrive sur les lieux et les départage. Une relation d’échange se met alors en place entre l’homme et le trio. Les animaux, avec leur querelle, font en quelque sorte passer un test à Fortunio qui se qualifie comme héros. De leur côté, ils se retrouvent en situation de dette et deviennent donateurs en accordant au héros un pouvoir magique. En effet, afin de le remercier pour avoir mis fin à leur discorde par une sentence juste et un partage astucieux, ils décident de lui accorder en récompense le pouvoir de se métamorphoser en loup, en aigle ou en fourmi selon ses besoins, ce qui lui permettra d’échapper à des périls mortels.

  • 8  Pour reprendre les mots de Propp, « le héros du conte merveilleux est ou bien le personnage qui so (...)
  • 9  « Fortunio » : Straparola, Les Facétieuses Nuits, III, 4, trad. P. de Larivey (1585), éd. P. Janne (...)

6Par-delà « Fortunio », on reconnaît ici un schéma caractéristique. Des animaux ayant la fonction de donateurs transmettent des objets ou des pouvoirs magiques qui seront des auxiliaires indispensables à la survie du héros et au renversement de sa mauvaise fortune8. Cet aspect structural se double d’enjeux philosophiques qui concernent à la fois le fonctionnement de la société humaine et les relations qui relient l’homme à l’animal. D’une part, en effet, le récit pose la question de la concurrence et de la solidarité, de l’inégalité et de la justice au sein d’une société où chacun, avec ses atouts et ses faiblesses propres, doit pouvoir trouver son compte. Aussi le loup, l’aigle et la fourmi se voient-ils attribuer respectivement les parties du cerf qui conviennent le mieux à leur morphologie et à leur appétit : le premier peut ronger les os avec ses dents, le deuxième peut saisir avec son bec les parties intérieures bien grasses, la dernière peut se nourrir sans effort de la tendre cervelle9.

7D’autre part, le conte interroge les relations entre l’homme et l’animal que ne cherchait aucunement à interroger la fable, puisque l’animal n’y était qu’un substitut de l’homme. L’homme serait-il humain sans l’animal ? Comment établir une relation avec l’animal à la fois sur la base de la réciprocité et de la hiérarchisation ? Sur quels fondements s’appuient les privilèges humains ? – telles sont quelques-unes des questions auxquelles nous confronte le conte merveilleux.

Regards ironiques sur « l’excellence de l’homme » : les exemples de « Cagliuso » et de « Canis »

8On peut faire l’hypothèse que la représentation de l’échange de bienfaits entre l’homme et l’animal – qui n’est pas un motif narratif anodin ou interchangeable dans le conte, mais qui structure maint récit depuis Straparola jusqu’à Grimm (« Le serpent blanc », « La reine des abeilles ») – s’appuie sur une vision du monde aux antipodes de l’idée chrétienne occidentale de l’homme comme exception au sein de la Création. Lorsqu’un contrat d’entraide est scellé entre l’homme et l’animal, le récit montre souvent comment l’homme est pris en faute et ne ressort aucunement grandi d’une comparaison avec l’animal.

  • 10  « Cagliuso » est le quatrième divertissement de la IIe Journée du Conte des contes de Giambattista (...)
  • 11  « Se voyant riche à millions, Cagliuso remercia la chatte tant qu’il pouvait, affirmant qu’il deva (...)
  • 12  « […] et il lui donna sa parole que, lorsqu’elle mourrait, dans au moins cent ans, il la ferait em (...)

9Nous en donnerons deux exemples mettant en scène une chatte serviable dans le premier cas, une mangouste ou un chien (selon les versions) dans le second. Commençons par l’histoire du Chat botté telle qu’elle nous est narrée dans Lo Cunto de li cunti (Le Conte des contes, ou Pentaméron)10. Un maître pauvre et niais est redevable à sa chatte (son seul héritage) pour la richesse et la puissance qu’elle lui a procurées par son ingéniosité11. Mais Basile raconte finalement une autre histoire que Straparola avant lui et Perrault après lui. La dernière séquence de « Cagliuso » est centrée sur le thème de l’ingratitude. Alors que Cagliuso a conscience de ce qu’il doit à sa chatte et lui promet un enterrement royal en souvenir de ses bons et loyaux services12, il est loin de respecter son serment lorsque celle-ci feint la morte :

La chatte écouta cette fanfaronnade, et trois jours après, elle feignit d’être morte en s’étendant de tout son long dans le jardin.

  • 13  II, 12, éd. cit., p. 464.

10L’épisode fait penser au chien de bateleur qui se donnait en spectacle au théâtre Marcellus dans une pièce où il devait « contref[aire] pour un temps le mort pour avoir mangé de certaine drogue » – une anedocte de Plutarque que paraphrase longuement Montaigne dans « L’Apologie13 ». Pour sa part, le conte de Basile tend moins à prouver le pouvoir de « ratiocination » et de « discours » de l’animal que la supériorité morale de la chatte sur ses propriétaires :

En voyant cela la femme de Cagliuso s’écria : « O mon cher mari, quel grand malheur ! La chatte est morte ! ». « Qu’elle s’en aille, et tous les malheurs avec elle ! » répondit Cagliuso, « mieux vaut elle que nous ! »

11L’attitude est vile, sans doute, mais elle paraît encore compréhensible, en comparaison de ce qui va suivre. L’animal sait bien qu’en toute occasion critique, l’homme passera, lui et les siens, avant lui, ce qui n’est pas dénoncé comme illégitime. Car il serait illusoire de croire que l’échange entre l’homme et l’animal se fasse sur la base d’une stricte égalité.

  • 14  « Grannonia, à ces mots, se jeta aux genoux du renard, en le suppliant de capturer pour elle les o (...)
  • 15  Le lecteur est plutôt incité à établir une comparaison étalonnée de la fourberie entre deux êtres (...)

12C’est d’ailleurs l’idée qu’on peut trouver illustrée dans le conte suivant, « Le serpent » (II, 5). Les relations d’entraide entre Grannonia, à la recherche d’un remède pour son époux blessé, et un renard serviable se font sur la base de la réciprocité14, jusqu’à ce qu’il apparaisse que le sang du renard est également nécessaire à la cure. La gratitude envers l’animal cède le pas à la nécessité. Grannonia n’hésite pas un instant à sacrifier le renard pour atteindre son but, sans réprobation aucune de la part du narrateur15. Le devoir de sauver l’époux et la solidarité humaine marquent la limite de la réciprocité dans le pacte conclu avec l’animal.

13Dans ces conditions, le soulagement ressenti par Cagliuso à la disparition d’une chatte qui est aussi le meilleur témoignage de son infortune passée est presque admissible. Cela a quelque chose de profondément humain, de bassement humain, peut-être, de trop humain, mais pas encore d’immoral comme dans la suite des propos :

« Qu’en ferons-nous ? » demanda sa femme. Il dit : « Prends-la par la patte et jette-la par la fenêtre ! »

  • 16  « Voilà ce que c’est que de faire du bien aux ingrats ! […] Ah, servez, travaillez, transpirez, po (...)
  • 17  « Sur ce, elle secoua la tête et s’en alla, et Cagliuso eut beau chercher à l’amadouer avec le mou (...)

14L’ingratitude est patente et le divorce entre maître et serviteur, entre homme et animal est consommé. Entendant ces propos, la chatte s’insurge contre le traitement qui lui est réservé, rappelle à Cagliuso combien il lui est redevable16, et chacun poursuit sa route séparément17, contrairement à ce qui se passe chez Perrault où l’ascension de l’homme et de l’animal est conjointe jusqu’au bout.

  • 18  « On plaignit fort la pauvre chatte qui avait été si mal récompensée [mais] en quoi son cas était- (...)
  • 19  Ibn Al-Muqaffà, Le Livre de Kalila et Dimna, traduit de l’arabe par A. Miquel, Paris, Klincksieck, (...)

15L’ingratitude finale de Cagliuso est tellement monstrueuse qu’elle est encore glosée par les commères à l’ouverture du divertissement suivant18. Sur le thème général de l’échange de services entre homme et animal, Basile propose donc une modulation spécifique, pointant les dysfonctionnements au sein de cet échange, probablement sous l’influence de fables orientales comme « L’ermite et l’orfèvre » du Kalila et Dimna (viiie siècle). Dans cette fable bien connue, qui correspond pour les folkloristes au cycle des ‘Animaux reconnaissants’ (AT. 160) et qui connaît des déclinaisons européennes au xvie siècle (Le Violier des Histoires rommaines), un homme ingrat (l’orfèvre) est opposé à des animaux pleins de gratitude envers leur commun sauveur, un ermite qui les avait tous tirés d’une fosse19.

  • 20  L’ichneumon est une espèce de mangouste qui avait une réputation de destructeur de serpents. Le li (...)
  • 21  Pañcatantra, op. cit., p. 315-316. Dans la classification des contes folkloriques de S. Thompson ((...)

16« Cagliuso » est loin d’être un cas isolé. Parmi les fables d’entraide d’origine orientale, celle qui a connu la plus grande postérité en Europe occidentale est sans doute « Canis », qui oppose la fidélité d’un chien à la récompense qu’il en reçoit. Elle provient d’un lointain apologue en sanskrit du cinquième et dernier livre du Pañcatantra (ou Le livre d'instruction en cinq parties, vie siècle après J.-C.), « Le brahmane, sa femme et l’ichneumon », qui raconte comment une femme nourrit un ichneumon20 en même temps que son fils. Elle s’absente et laisse seule l’enfant avec l’animal (son « frère » de lait), alors qu’un serpent s’introduit dans la maison. L’ichneumon sauve l’enfant du serpent. Mais alors qu’il apparaît devant elle la bouche en sang, la mère imagine le pire et lui fracasse son pot à eau sur la tête, avant de se rendre compte de son erreur en trouvant l’enfant paisiblement endormi sur son lit. Le couple n’a plus qu’à se lamenter sur la perte de leur « fils » adoptif21.

  • 22  Voir Jean-Claude Schmitt, Le Saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le xiiie siècle(...)
  • 23  Ibid., p. 87.
  • 24  L’acte peut se comprendre comme un infanticide déguisé et c’est aussi pour cette raison que la cou (...)

17L’histoire connue sous le nom de « Canis » en Occident est devenue un conte particulièrement populaire, peut-être parce qu’elle fait écho à des légendes paysannes et à des pratiques comme celles qui avaient cours dans le diocèse de Lyon au Moyen Âge : un culte rendu à un saint lévrier, guérisseur d’enfants, saint Guinefort22. Dans la Dombes, au nord de Lyon, le culte dénoncé par le prédicateur dominicain Étienne de Bourbon qui l’a constaté sur place (c. 1250) se serait développé à partir d’une histoire présentée comme un malheureux fait divers. Un lévrier aurait défendu contre un serpent le fils du sieur de Villars, alors nourrisson. Il aurait été pris à tort pour le meurtrier de l’enfant par la nourrice et la mère découvrant le piteux spectacle du berceau renversé et de la mâchoire ensanglantée du chien protecteur. Le lévrier – un animal noble dans le système de valeurs chevaleresques23 – aurait alors été assassiné par l’épée de chevalier du père. Le temps passant et la propriété devenant un désert à l’abandon, le lieu d’inhumation du chien est tenu pour un bois sacré où des mères déposent des enfants souffreteux24, les mettant sous la protection du lévrier « canonisé ». Le prédicateur reconstitue le processus :

  • 25  J.-C. Schmitt, Le Saint Lévrier, op. cit., p. 16 (traduction du document manuscrit d’Étienne de Bo (...)

[...] des paysans, entendant parler de la noble conduite du chien et dire comment il avait été tué, quoiqu’innocent et pour une chose dont il dut attendre du bien, visitèrent le lieu, honorèrent le chien tel un martyr, le prièrent pour leurs infirmités et leurs besoins.25

  • 26  Avec des traits caractéristiques comme la thématique familiale, l’inscription dans l’espace et la (...)
  • 27  Paul Jorion, « J.-C. Schmitt, Le Saint lévrier. Guinefort… » (recension), L’Homme, 1980, tome 20, (...)

18Le récit rapporté se situe dans une zone de chevauchement entre légende26, hagiographie et conte merveilleux et il est difficile d’établir s’il dérive indirectement du récit sanskrit ou s’il s’est élaboré sur des bases autonomes. En tout cas, force est de constater que le christianisme a pu admettre, ne serait-ce que provisoirement, le « scandale d’un chien spontanément sanctifié », ce qui tient sans doute à « la qualité éminemment christique du lévrier sauveur, injustement accusé puis condamné à mort », ce qui « lui permet de transcender [la] frontière […] qui sépare les animaux à quatre pattes de ceux qui n’en ont que deux27 ».

  • 28  Voir J.-C. Schmitt, Le Saint lévrier, op. cit., p. 65.
  • 29  Récit du premier sage (« Canis ») : « Un chevalier, trompé par les apparences, tue son chien fidèl (...)

19L’histoire, bien connue en Orient, de l’animal sauveur d’enfant, accusé à tort et mis à mort, avait migré – peut-être par le biais de la traduction grecque du xie siècle – dans le Dolopathos latin (ou Historia de Rege et Septem Sapientibus) du moine Jean de Haute-Seille à la fin du xiie siècle28. Ce réservoir d’histoires en latin put ensuite traverser aisément les frontières linguistiques dans l’Occident chrétien. C’est ainsi que « Canis » fut traduit et adapté dans les langues vernaculaires. On le retrouve « mis en roman » (en octosyllabes narratifs français) par Herbert au xiiie siècle dans le Roman de Dolopathos29. En Italie, Anton Francesco Doni intègre dans sa Filosofia morale l’histoire d’un lévrier injustement puni après avoir défendu un bébé contre un rat (Venise, 1552, rééditions en 1594 et 1606).

  • 30  La Filosofia morale de Doni a été adaptée en français (avec le discours d’A. Firenzuola) dans Deux (...)
  • 31  Cento novelle de’piu nobili scrittori della lingua volgare, scelte da Francesco Sansovino, Venise, (...)

20Cette histoire d’amitié qui tourne mal entre homme et animal est promise à un grand succès des deux côtés des Alpes au xvie siècle, avec des chassés croisés entre les différentes versions françaises et italiennes. Larivey l’a retenue dans ses Deux Livres de filosofie fabuleuse (1579)30. Le compilateur et éditeur vénitien Francesco Sansovino (1521-1583) en a tiré une de ses Cento novelle scelte (1561)31. Cette nouvelle fut traduite en français par Gabriel Chappuys dans ses Facétieuses Journées parues en 1584 :

  • 32  M. Bideaux (éd.), Gabriel Chappuys, Les Facétieuses Journées, op. cit., p. 716.

Infortunée amitié et infortunée fidelité de beste, laquelle au lieu de recompense, qui luy estoit deue pour la defence de l’enfant, en emporta et eut la mort. La perte d’une tant fidele beste, non seulement fut fort facheuse au maistre, mais aussi à tous les autres qui estoient presens, de maniere que toute la facherie et le pleur se tourna sur la mort du pauvre chien fidele et innocent (IX, 1)32.

21En se structurant autour du motif de l’animal dévoué mal récompensé, le récit, quel que soit le genre auquel on peut l’assigner (conte, légende, exemplum, nouvelle…), porte un regard ironique sur la prétendue supériorité humaine, à l’heure même où elle est proclamée par les penseurs « humanistes ». L’histoire d’une chatte serviable ou celle du sacrifice d’un chien au destin véritablement christique ne remettent pas directement en cause la représentation chrétienne qui postule la similitude originelle de l’homme avec Dieu (l’homme créé à l’image de Dieu). Mais de telles histoires sont susceptibles de jeter le trouble dans des esprits formés par la tradition judéo-chrétienne.  

La bordure entre l’homme et l’animal

  • 33  Voir J.-M. Schaeffer, La Fin de l’exception humaine, op. cit., p. 23-65.

22Pour les théologiens, la semblance originelle de l’homme à Dieu ne reste pas intacte après la Chute, mais est troublée durant le temps de la vie terrestre. On aboutit ainsi à la notion de dissemblance ontologique entre l’homme et Dieu. Mais le glissement « humaniste » du théocentrisme vers l’anthropocentrisme, la célébration de la « dignité de l’homme », l’exaltation de l’intériorité au sein d’un dualisme clivant âme/corps ont eu tendance à mettre entre parenthèses la Chute et la corruption pour simplifier la formule : l’homme, être pensant, se voyait installé dans un statut quasi divin. Créé à la semblance de Dieu, doté d’une âme, d’un souffle spirituel, d’une conscience, il pouvait se penser lui-même et pouvait penser Dieu, il pouvait se fonder lui-même comme sujet à partir de sa conscience de lui-même. Cette « rupture ontique » l’assimilait presque à Dieu, le seul à se fonder lui-même, et faisait de lui un être non naturel, séparé irrémédiablement et radicalement des autres êtres animés, des autres espèces biologiques33.

  • 34  En témoigne cette traduction par Marot du passage du premier livre des Métamorphoses consacré à la (...)
  • 35  Corpus Hermeticum, texte établi par A. D. Nock, trad. A. J. Festugière, Paris, 1946, vol. 2, p. 30 (...)
  • 36  Voir L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 53 et p. 90-91.

23Là où le conte favorisait circulations, brouillages des statuts, renversements paradoxaux et regards ironiques, la proclamation de la « dignité de l’homme » semble creuser l’écart entre les deux types de vivants que sont l’homme et l’animal – qu’elle se dise en prose ou en vers, qu’elle paraphrase Lactance, les Pères grecs ou Ovide34. La Renaissance et l’humanisme italien ont effectivement développé des traditions de pensée qui attribuent à l’homme une place centrale dans le monde et une origine privilégiée, en conciliant des sources multiples : des citations des « anciens philosophes » comme Platon (Timée), Aristote (De anima), Cicéron (De natura deorum, De legibus), ou des auteurs chrétiens comme Lactance (Divinæ Institutiones) ; la tradition hermétique avec l’Asclépius et sa description de la nature divine de l’homme au chapitre 6 (« magnum miraculum […], animal adorandum et honorandum », surtout s’il sait se détacher de sa part terrestre pour tendre vers la divinité35) ; les écrits testamentaires ou patristiques, comme les textes des Pères grecs des IVe et Ve siècles (Grégoire de Nysse, saint Jean Chrysostome)36.

  • 37  Voir Dino Pastine, « Pic de la Mirandole. La liberté : absence de conditions ou ‘ratio’ pédagogiqu (...)
  • 38  « Nec his adhuc contentus, postquam deus creavit homines, “Benedixit – inquit – illis” eosque omni (...)
  • 39  Voir L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 13-14. Jean Chrysostome : De Providentia De (...)

24Le De dignitate et excellentia hominis (1449) de Giannozzo Manetti – écrit en réponse au traité De la misère de l’homme du pape Innocent III (De miseria humanæ conditionis) – est représentatif de ce courant « humaniste » florentin exaltant l’homme37. Y est prouvée, en quatre livres, l’excellence de l’homme par la perfection de ses productions techniques, de son corps, de son âme et de toute sa personne. Non seulement le premier homme fut créé « à l’image et à la similitude de Dieu » pour ce qui est de l’âme mais, après leur avoir insufflé l’esprit, Dieu bénit les hommes et les fit maîtres de toutes les choses produites et rois et empereurs de tout l’univers38. Cette lecture de la Genèse rejoint celle que faisait saint Jean Chrysostome dans des commentaires bibliques (Homiliae in Genesim) publiés à la Renaissance sous des titres significatifs comme De dignitate humanæ originis (1487) ou Discours de S. Jean Bouche d’Or sur la création des animaux et de la dignité de l’homme (1594)39. Pour Manetti, l’homme est le seul animal rationnel, doué de sagacité et de pénétration. Son corps est bien plus noble que celui des bêtes et du bétail par ses aptitudes à l’action, au discours et à l’intelligibilité dont manquent les bêtes. En conséquence, on peut penser que s’il n’avait pas péché, le privilège de sa propre nature l’aurait empêché de tomber sous la loi de la mort.

  • 40  Sur le logocentrisme comme thèse sur l’animal qui court d’Aristote à Descartes (et au-delà), sur l (...)
  • 41  Extraits du Bref Discours de l’excellence et dignité de l’homme (1558), in L. Sozzi, « Un ardent d (...)

25L’exigence d’un dépassement de soi, d’un détachement corporel, d’une attitude contemplative insuffle une dynamique presque mystique aux processus d’élévation décrits par Ficin, Pic ou Manetti. Mais elle a pour revers une thèse implicite sur l’animal privé du privilège humain du logos40. Cette thèse a eu un écho considérable dans toute l’Europe au xvie siècle et elle a été relayée, en France, par Boaistuau qui explicite ses sources et mentionne notamment « Janotius » (Giannozzo Manetti)41. Le Bref Discours de l’excellence et dignité de l’homme (1558) consacre un chapitre à « L’homme Dieu terrestre et miracle de nature ». Si le plaidoyer a tendance à tourner au répertoire de curiosités à la manière de Pline, son orientation est claire. Il s’agit de montrer que l’homme tel qu’il a été créé initialement, avant la Chute, est plus proche de la divinité que des animaux :

  • 42  Ibid., t. 2, p. 233 et p. 238.

Après que nostre Dieu par une providence admirable eut créé l’excellent pourpris de ce monde visible […] soudain il commença à y introduire l’homme, faict à sa semblance et image, à fin qu’il fust Roy, et Empereur de tout ce qui estoit contenu en cest univers […]. Encores pour mieux monstrer la generosité et noblesse de l’homme, et comme il luy estoit plus cher que toutes les autres choses créées, et quasi recongnoissant en luy sa propre figure, et illustre marque, voulut bien garder un autre ordre en sa creation, qu’en celle des bestes brutes, et autres choses inanimées. […] Ce qui nous donne à congnoistre que l’homme est le vray chef d’œuvre de Dieu, lequel si nous le voulons considerer de bien près, nous trouverons qu’il est portrait et tiré d’un pinceau autre que humain42.

  • 43  Pierre Boaistuau, Bref discours de l’excellence et dignité de l’homme, éd. M. Simonin, Genève, Dro (...)

26L’homme est originellement plus proche du divin que de l’animal. Ses capacités d’abstinence, sa faculté à se détacher de son corps émerveillent l’auteur : « Que voulons nous plus chercher d’avantage d’admirable en cest animal, reservé la divinité ?43 » La rupture irrémédiable consécutive à la Chute est ainsi amoindrie. La Chute semble plutôt une parenthèse qui ne remet pas en cause la proximité de l’homme avec le divin (« L’homme Dieu terrestre »). Désireux d’accentuer le statut d’exception conféré à l’homme, Boaistuau ne peut penser la relation à l’animal qu’en termes de rupture :

  • 44  Ibid., p. 77-78.

Puis doncques que l’homme est si digne, et si excellent, si admirable, et celeste, delaissons desormais de le comparer aux animaux, lesquelz encores que Dieu les ait pourveuz de tout ce qui leur est de besoing pour contenir leur vie en seureté […], toutes lesquelles choses neantmoins sont de peu de valeur au regard de l’homme44.

27Le Microcosme de Scève (1562) semble lui faire écho en montrant les animaux qui, au lendemain de la Création, reconnaissent en l’homme son dominateur naturel après Dieu :

  • 45  Extrait in L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 2, p. 251. Sur le topos d’origine platonici (...)

Les Animaux divers l’apercevant marcher
Ainsi la tête en haut, comme leur Seigneur cher
Craignants et étonnés autour l’environnèrent,
Et tous, la tête en bas, humbles le saluèrent ;
Reconnaissants en lui la main de leur facteur,
L’adorèrent ensemble avec son Plasmateur45.

28Dans un climat aussi favorable à l’exaltation de l’homme, Straparola se trouve donc dans une situation incommode, en porte-à-faux. Ses textes se font naturellement l’écho de la conception dominante selon laquelle l’homme peut revendiquer le privilège d’être une créature d’exception, la plus noble que Dieu ait créée en ce monde mortel, alors que l’animal n’a pas été créé à l’image du Créateur. Mais les contes qu’il collecte, met par écrit et publie portent aussi l’empreinte de visions du monde étrangères au christianisme et aux traditions de pensées occidentales.

29Ainsi, dans ce passage de l’histoire d’« Ancilotto », on peut souligner (en se fondant sur la traduction de Larivey) le croisement des formulations qui creusent l’écart avec l’animal (en gras) et de celles qui, par la répétition du terme « animal » appliqué à l’homme, rapprochent au contraire les deux vivants, les deux êtres animés qui se distinguent des végétaux (en italiques) :

  • 46  Straparola, Les Facétieuses Nuits, IV, 3 (« Lancelot, roi de Provins… »), trad. P. de Larivey (158 (...)

J’ay tousjours ouy dire, mes gracieuses dames, que l’homme est le plus notable et le plus vaillant animal que nature creast, veu que Dieu le fit à son image et semblance, le rendant dominateur sur toutes autres creatures, et non point qu’il fust maistrisé. Au moyen de quoy, on dit très-bien que l’homme est le plus parfait animal de tous les autres, parce que tous (voire sans excepter la femme) sont subjects à l’homme. De là vient que ceux qui, par finesse et art, procurent la mort d’un si excellent animal, font un très-grand mal46.

30L’homme créé à la semblance du Créateur domine la gent animale. Défini comme un animal plein de dignité (« sì degno animale »), il ne saurait pourtant s’exclure lui-même de l’espèce.

31C’est encore plus flagrant dans les récits de métamorphose comme le « Re Porco » – un récit se rapportant au conte type AT. 433B (‘Le Prince en Serpent’) qui est l’« ancêtre » du Prince Marcassin de Mme d’Aulnoy. Une reine sans enfant va s’allonger dans son jardin. Trois fées viennent à passer et lui jettent chacune un sort. Elle se retrouve grosse et le fils qu’elle enfante est un marcassin. Malgré sa douleur et sa peine, malgré sa répugnance, elle élève son rejeton :

  • 47  Straparola, II, 1 (« Le Roi Porc »), trad. P. de Larivey (1585), éd. P. Jannet, t. I, p. 91 (éd. C (...)

Et la bonne mère ne laissoit pas de le caresser en luy mettant les mains sur sa peau pelue, et le baisoit et embrassoit tout ainsi qu’une creature humaine.47

La différence abyssale entre enfant et marcassin fait place à la confusion. Pourtant, la narratrice Isabelle faisait précéder l’histoire du préambule suivant qui s’étayait sur la thèse de l’exception humaine (en gras) :

Il n’y a au monde, gracieuses dames, de langue tant éloquente et excellente en bien dire, qui peust assez suffisamment exprimer combien l’homme est tenu à son créateur de l’avoir fait et formé homme en ce monde, et non point beste brute. Et sur cette matière, il me souvient d’une fable advenue de nostre temps, d’un personnage qui nasquit porc, et depuis devint un très beau jeune fils, apellé de tous le roy Porc. (Ibid.)

32La narration elle-même suggère plutôt le contraire, à savoir l’effacement des frontières entre l’humain et le bestial : de même que la mère le caressait comme un enfant, le père du cochon « voulut qu’il fust nourry et entretenu, non point comme beste brute, mais comme animal raisonnable ». Pour finir, après avoir mis à mort ses deux premières épouses, le Porc se dépouille de sa peau devant la troisième des sœurs, son épouse enfin aimante Meldine, et révèle sa nature humaine. Mais la scène qui précède génère un malaise :

  • 48  Ibid., p. 98 (éd. Corti, p. 78). On peut d’ailleurs voir dans le rire final de l’auditoire un sign (...)

Si tost que monsieur le porc fust venu, autant puant et souillé qu’il fut jamais, l’espouse le receut humainement, estendant sa precieuse robe par terre, en le priant qu’il se couchast pres d’elle. […] Monsieur le porc […] se levant sur ses pattes, luy leschoit le visage, la gorge, l’estomac et les espaules. Elle pareillement de son costé le caressoit et baisoit, en s’embrasant du tout d’amour48.

33C’est donc ce brouillage constant des identités au fil du récit qui rend nécessaire le rappel, à son seuil, de la solide et réconfortante thèse de la hiérarchie des « espèces », l’insistance sur la différence ontologique entre des êtres biologiquement proches, l’homme et la bête brute. Cette oscillation de la représentation de l’humain dans le conte littéraire – il est, dans le même texte, tantôt animalisé, tantôt exclu du règne animal – paraît d’autant plus remarquable que les discours philosophiques ambiants tendent à faire de la bordure entre l’humain et l’animal une frontière nette, qui deviendra même infranchissable avec le cartésianisme.

  • 49  La Lettre de Descartes de mars 1638 se trouve en annexe de cet article. Elle provient des Lettres (...)
  • 50  L’usage d’une notion aussi générale que celle d’Animal est vivement critiquée par J. Derrida, L’An (...)

34À l’horizon de ce parcours se profile donc la silhouette de Descartes. Nous mentionnerons pour finir une lettre de mars 1638 sur laquelle Derrida a attiré notre attention dans L’Animal que donc je suis49. Dans ce texte peu connu, Descartes appréhende l’animal de manière générale, comme un tout, comme un ensemble homogène et indifférencié50, et lui dénie toute souffrance, pitié, compassion ou pathos. Le raisonnement vise à contredire, par le détour d’une fiction méthodique proche d’un scénario de science fiction, l’idée d’une faculté de sentir et de souffrir chez l’animal.

  • 51  Extraits de Pontus de Tyard (Le Second curieux, 1557), in L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., (...)

35Or l’observation et l’expérience font que nous portons en nous dès l’enfance une telle intuition. Si l’on suit le point de vue de Descartes, cette intuition serait une pure illusion, assimilable à la pensée animiste de l’enfant attribuant une âme à des objets inanimés. Avec cette position extrême, Descartes se situe en rupture non seulement avec le Montaigne de « L’Apologie », mais avec la tradition philosophique qui, d’Aristote à Pontus de Tyard, établit que l’animal est doté d’« une vie sensitive et mouvante » et que la nature de l’homme participe à la fois des plantes pour la vie végétative, des animaux pour la vie sensitive, des intelligences séparées pour la vie intellectuelle et du principe divin pour la vie éternelle51.

  • 52  Les animaux sont totalement absents, même à titre de nourriture, de la série de science fiction Ba (...)
  • 53  Voir Lettres de Mr. Descartes…, vol. 2, Charles Angot, 1666, p. 9 : « […] un homme qui auroit esté (...)
  • 54  Ibid., p. 10 :« […] qui respiroient, bref qui imitoient, autant qu’il estoit possible, toutes les (...)

36Inutile de préciser que la fréquentation du monde du conte – avant même la lecture des philosophes – nous a prédisposés à l’idée d’une sensibilité animale. La chatte de Costantino prend en pitié son maître (XI, 1), comme le cheval de Livoretto (III, 2) chez Straparola, comme leurs « descendants » dans les contes de fées français (« Le Maître Chat, ou Le Chat botté ») et leurs équivalents dans les contes de Grimm, pour s’en tenir à la seule sphère du conte littéraire. Alors même que le conte parle de l’unicité du vivant, figure l’animal en être sensible, évoque la complémentarité entre les vivants et ne peut imaginer un univers dont les animaux seraient absents, Descartes invente, lui, un monde sans animal, anticipant d’ailleurs sur certaines fictions de notre temps52, pour mener à bien une démonstration visant à éradiquer l’illusion d’une telle sensibilité animale. Dans ce monde laboratoire, dans cet environnement sans animaux53, Descartes place un homme chargé de fabriquer des automates ressemblant à des animaux ou à des hommes, qui en auraient la figure extérieure, qui seraient même capables d’user de signes témoignant de passions, notamment en réponse à des actes de maltraitance54. Il nous met en garde : il ne faudrait pas déduire de ces apparences extérieures que ces simulacres dépourvus d’âme éprouveraient des sentiments. Il suffit de replacer le fabricant dans l’environnement naturel qu’il n’a jamais connu jusqu’alors. L’ingénieur sera-t-il étonné par la nouveauté que constitue la découverte d’animaux vivants ? On pourrait le penser, mais pour Descartes, il n’en est rien. L’ingénieur observera plutôt des similitudes entre ses artefacts et les bêtes. Si jamais il remarque qu’ils ne se confondent pas tout à fait, le philosophe aura beau jeu de rapporter ces différences à l’inégalité qu’il y a entre l’excellence de l’Ouvrier divin et les compétences plus modestes de l’homo faber. Le raisonnement est censé prouver que, chez les animaux, qui sont des automates composés par la nature, il n’y a « aucun vray sentiment, ny aucune vraye passion ». Ceux qui pensent le contraire, qui jugent que les bêtes « agissent par un principe interieur semblable à celuy qui est en nous », devraient « se deffier des opinions dont ils ont esté ainsi prevenus dés leur enfance », même si cela doit les exposer « à la risée des enfans », regroupés avec les « esprits foibles ».

  • 55  Voir L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 31 et Montaigne, II, 12, éd. cit., p. 483-4 (...)
  • 56  Sur ce point, le lecteur pourra se reporter au dernier chapitre de notre livre que le présent arti (...)

37Aux esprits mûrs et lucides, donc, la philosophie cartésienne, et aux enfants et autres esprits faibles, les histoires d’animaux loyaux et compatissants ? Nous avons vu que, non contents d’exercer la fonction de donateurs d’un auxiliaire magique, les animaux des contes de Straparola ou de Basile peuvent en remontrer à l’homme en termes de générosité, de dévouement et de grandeur d’âme, comme le faisaient leurs « ancêtres » du Pañcatantra et du Kalila et Dimna. Parallèlement à Montaigne qui, dans un autre registre, ironise sur le topos ovidien du visage humain tourné vers les cieux (« Os homini sublime dedit »)55, les figurations des contes invitent à douter des privilèges de l’homme. Le flottement et la plasticité de la catégorie « animal » que manifestent les récits de métamorphose, d’une part, et la supériorité morale de l’animal serviable dont témoignent les récits d’entraide, d’autre part, pourraient bien être les deux écueils sur lesquels viennent se fracturer les discours philosophiques sur « l’excellence et dignité de l’homme »56.

  • 57  Dictionnaire de l'Académie, éd. 1694. Cf. Dictionnaire Cotgrave, 1611 : “An Animall ; a creature t (...)

38Il apparaît donc qu'à mesure qu'il gagnait en cohérence et en unité en se constituant en corps de doctrine, le discours sur la dignité de l'homme a éprouvé la nécessité de rabaisser l'animal et de rejeter dans le camp de la dissidence aussi bien les anecdotes antiques sur les capacités de raisonnement des animaux remises à l'honneur par Montaigne que l'héritage oriental des « fables de Pilpay » (Fables de Bidpaï ou Kalila et Dimna) que La Fontaine a pu lire dans le Livre des lumières (Paris, Siméon Piget, 1644) et utiliser dans les livres IX à XI de ses Fables choisies mises en vers (1679) en même temps qu'il se livrait à une réfutation en règle de la thèse cartésienne des animaux-machines (« Discours à Mme de la Sablière » en clôture du livre IX). Selon un penchant bien français pour le contentieux dont participe la querelle des Anciens et des Modernes à la même époque, on voit donc la polémique, l'affrontement, l'antagonisme entre le rationalisme et la « fantaisie » s'installer dans un champ que rien ne destinait pourtant à devenir le champ clos de joutes intellectuelles. Car ni la définition aristotélicienne de l'animal (au sens large) comme créature animée pourvue d'une âme sensitive (et pas seulement végétative), ni son prolongement dans les dictionnaires du xviie siècle avec le sens de « corps animé, qui a du sentiment et du mouvement57 », ni la conception d'un Pic qui évoquait les différences entre les créatures en termes de degrés, et non de frontières infranchissables ne laissaient prévoir un tel raidissement des positions. La disqualification de la parole de la fable et le déclassement de l'animal provoquent une riposte immédiate de la part de La Fontaine, et se prolonge au siècle suivant, indépendamment de la scission entre « Anciens » (La Fontaine) et « Modernes » (Houdar de la Motte) :

  • 58  Houdar de la Motte, « Discours sur la fable » en préambule aux Fables nouvelles dédiées au roi, Pa (...)

Il est vrai que des animaux sont de fort bons acteurs de cette sorte d'allégorie. C'est une espèce si voisine de la nôtre, qu'on n'a presque eu besoin que de leur prêter la parole, pour en faire nos semblables. Tout ce qu'ils font a un si grand air d'intelligence, qu'on a jugé de tout temps qu'ils agissaient avec connaissance. Il n'y a que l'intrépide cartésianisme qui a pu le leur disputer, mais c'est peut-être une débauche de raisonnement, d'en avoir osé faire des machines58.

39C'est dans ces circonstances que le banal constat de la proximité des espèces humaine et animale (« une espèce si voisine de la nôtre »), ou que des histoires faisant allusion à l'indignité de l'homme comparée aux comportements de certains animaux en viennent à être reçus comme des discours contestataires et prennent des allures dissidentes. Il en est ainsi du motif du maître ingrat envers son animal dévoué qu'on trouve dans des contes et des légendes qui circulaient au XVIe siècle en Italie et en France. L'écart par rapport à la doxa, par rapport au discours sur l'excellence de l'homme, se creuse ensuite et surtout il est revendiqué comme tel dans des fables françaises puisant aux sources orientales et faisant le portrait de l'homme en « symbole des ingrats », comme dans cette parenthèse aussi malicieuse qu'amère du fabuliste :

  • 59  La Fontaine, Fables, X, 1, « L'homme et la couleuvre », v. 4-6 (Œuvres complètes, éd. J.-P. Collin (...)

« À ces mots, l'animal pervers
(C'est le serpent que je veux dire,
Et non l'Homme, on pourrait aisément s'y tromper) […]59 »

40Ainsi, au terme d'un processus culturel qui s'est étalé sur plus d'un siècle, la thèse de l'exception humaine s'est incarnée avec Descartes dans des formulations nettes et sans ambiguïté, a pris de l'ampleur en Europe et a fait résolument entrer en dissidence la parole de la fable.

Annexe

41Lettres de Mr. Descartes où sont expliquées plusieurs belles difficultez touchant ses autres ouvrages, vol. 2, Paris, Charles Angot, 1666 [BSB (Bayerische Staatbibliothek), cote 2 Ph.u. 34-2, ressource en ligne]

À un amy de Mr Descartes, pour lui faire tenir, lettre I, §6, p. 2 (objection à la thèse de la nature mécanique des animaux) :
6. L’experience fait voir que les bestes font entendre leurs affections & passions par leur sorte de langage, & que par plusieurs signes elles monstrent leur colere, leur crainte, leur amour, leur douleur, leur regret d’avoir malfait ; tesmoin ce qui se lit de certains chevaux qui ayant esté employez à couvrir leurs meres sans les connoistre, se precipitoient apres les avoir reconnües. Il ne faut pas à la verité s’arrester à ces Histoires ; mais il est evident que les animaux font leurs operations par un principe plus excellent, que par la necessité provenante de la disposition de leurs organes ; à sçavoir par un instinct, qui ne se trouvera jamais en une machine, ou en une horloge, qui n’ont ny passion ny affection, comme ont les animaux.

  • 60  Comprendre : Remarquant que manquent aux vrais animaux dans leurs actions les deux mêmes choses (l (...)

Réponse de Descartes :lettre II (mars 1638), §6, p. 9-10 :
6. Il est certain que la ressemblance qui est entre la pluspart des actions des bestes & les nostres, nous a donné dès le commencement de nostre vie, tant d’occasions de juger qu’elles agissent par un principe interieur semblable à celuy qui est en nous, c’est à dire par moyen d’une Ame qui a des sentimens & des passions comme les nostres, que nous sommes tous naturellement preoccupez de cette opinion ; Et, quelques raisons qu’on puisse avoir pour la nier, on ne sçauroit quasi dire ouvertement ce qui en est, qu’on ne s’exposast à la risée des enfans & des esprits foibles. Mais pour ceux qui veulent connoistre la verité, ils doivent sur tout se deffier des opinions dont ils ont esté ainsi prevenus dès leur enfance : Et pour sçavoir ce que l’on doit croire de celle-cy, on doit ce me semble, considerer quel jugement en feroit un homme, qui auroit esté nourry toute sa vie en quelque lieu où il n’auroit jamais veu aucuns autres animaux que des hommes, & où s’estant fort adonné à l’estude des Mecaniques, il auroit fabriqué, ou aidé à fabriquer plusieurs automates, dont les uns auroient la figure d’un homme, les autres d’un cheval, les autres d’un chien, les autres d’un oyseau, &c et qui marchoient, qui mangeoient, & qui respiroient ; bref qui imitoient autant qu’il estoit possible, toutes les autres actions des animaux dont ils avoient la ressemblance, sans obmettre mesme les signes dont nous usons pour témoigner nos passions, comme de crier lors qu’on les frapoit, de fuïr lors qu’on faisoit quelque grand bruit autour d’eux, &c en sorte que souvent il se seroit trouvé empesché à discerner entre des vrais hommes, ceux qui n’en avoient que la figure, & à qui l’experience auroit appris, qu’il n’y a pour les reconnoistre, que les deux moyens que j’ay expliquez en la page 57 de ma Methode, dont l’un est que jamais, si ce n’est par hazard, ces automates ne répondent, ny de paroles, ny mesme par signes, à propos de ce dont on les interroge : Et l’autre, que bien que souvent les mouvemens qu’ils font, soient plus reguliers & plus certains, que ceux des hommes les plus sages, ils manquent neantmoins en plusieurs choses, qu’ils devroient faire pour nous imiter, plus que ne feroient les plus insensez. Il faut, dis-je, considerer quel jugement cet homme feroit des animaux qui sont parmy nous, lors qu’il les verroit ; Principalement s’il estoit imbu de la connoissance de Dieu, ou du moins qu’il eust remarqué, de combien toute l’industrie dont usent les hommes en leurs ouvrages, est inferieure à celle que la Nature fait paroistre en la composition des plantes ; & en ce qu’elle les remplit d’une infinité de petits conduits imperceptibles à la veuë, par lesquels elle fait monter peu à peu certaines liqueurs, qui estant parvenües au haut de leurs branches, s’y mèlent, s’y agencent, & s’y desseichent en telle façon, qu’elles y forment des feüilles, des fleurs, & des fruits. En sorte qu’il crust fermement, que si Dieu ou la Nature avoit formé quelques automates qui imitassent nos actions, ils les imiteroient plus parfaitement, & seroient sans comparaison plus industrieusement faits, qu’aucun de ceux qui peuvent estre inventez par les hommes. Or il n’y a point de doute que cét homme voyant les animaux qui sont parmy nous, & remarquant en leurs actions les deux mesmes choses qui les rendent differentes des nostres, qu’il auroit accoustumé de remarquer dans ses automates60, ne jugeroit pas qu’il y eust en eux aucun vray sentiment, ny aucune vraye passion, comme en nous, mais seulement que ce seroient des automates, qui estant composez par la Nature, seroient incomparablement plus accomplis, qu’aucun de ceux qu’il auroit fait luy-mesme auparavant. Si bien qu’il ne reste plus icy à considerer, si le jugement qu’il feroit ainsi avec connoissance de cause, & sans avoir esté prevenu d’aucune fausse opinion, est moins croyable que celuy que nous avons fait deslors que nous estions enfans, & que nous n’avons retenu depuis que par coustume, le fondant seulement sur la ressemblance qui est entre quelques actions exterieures des animaux, & les nostres, laquelle n’est nullement suffisante pour prouver qu’il y en ait aussi entre les interieures.

Bibliographie

Corpus primaire

42Corpus Hermeticum, texte établi par A. D. Nock, trad. A. J. Festugière, Paris, Les Belles Lettres, 1946, vol. 2.

43Le Roman des Sept Sages de Rome, ed. Mary B. Speer, Lexington, French Forum Publishers, 1989.

44Pañcatantra, traduit du sanskrit et annoté par Édouard Lancereau, Paris, Gallimard/Unesco, Connaissance de l’Orient, 2006.

45Al-Muqaffà, Ibn, Le Livre de Kalila et Dimna, traduit de l’arabe par A. Miquel, Paris, Klincksieck, 1980.

46Basile, Giambattista, Il racconto dei racconti, traduction italienne de R. Guarini, éd. A. Burani et R. Guarini, Milan, Adelphi, 1994 ; Le Conte des contes, traduction française de Françoise Decroisette,Strasbourg, éd. Circé, 1995, rééd. 2002.

47[Bidpaï], Livre des lumières, ou la Conduite des roys, composé par le sage Pilpay, indien, traduit en François par David Sahid d'Ispahan... (et Gilbert Gaulmin),  Paris, S. Piget, 1644.

48Boaistuau, Pierre, Bref discours de l’excellence et dignité de l’homme, éd. M. Simonin, Genève, Droz, 1982.

49Chappuys, Gabriel, Les Facétieuses Journées [Paris, 1584], éd. Michel Bideaux, Paris, Champion, 2003.

50Descartes, René, Lettres de Mr. Descartes où sont expliquées plusieurs belles difficultez touchant ses autres ouvrages, vol. 2, Paris, Charles Angot, 1666 [BSB (Bayerische Staatbibliothek), cote 2 Ph.u. 34-2, ressource en ligne].

51Herbert (adaptateur), Le Roman de Dolopathos, éd. J.-L. Laplanche, Paris, Champion, 1997.

52Houdar de la Motte, Antoine, Fables nouvelles dédiées au roi,… avec un discours sur la fable, Paris, G. Dupuis, 1719 (dans La Fontaine, Œuvres complètes, éd. J.-P. Collinet, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1991, t. 1, Appendices).

53Jean Chrysostome (saint), De Providentia Dei libri tres... Sermo de dignitate humanæ originis…, Alost,Thierry Martens, 1487.

54—, Discours de S. Jean Bouche d’Or sur la création des animaux et de la dignité de l’homme, Paris, Impr. F. Morel, 1594.

55La Fontaine, Œuvres complètes, éd. J.-P. Collinet, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1991, t. 1.

56Larivey, Pierre de, Deux Livres de filosofie fabuleuse…, Lyon, Benoist Rigaud, 1579.

57Marot, Clément, Œuvres poétiques, éd. G. Defaux, Paris, Garnier, 1993, t. 2.

58Montaigne, Michel de, Essais, éd. Villey-Saulnier, Paris, PUF, 1965, rééd. 1978.

59Paré, Ambroise, Œuvres…, Paris, G. Buon, 1579 ; Œuvres…, Le Second livre Des animaux et de l'excellence de l'homme, Lyon, Jean Grégoire, 1664 (p. 39-56) ; Des monstres et prodiges, Des animaux et de l'excellence de l'homme, Discours de la licorne, Paris, éd. L'Oeil d'or, 2003.

60Sansovino Francesco, Cento novelle de’piu nobili scrittori della lingua volgare, scelte da Francesco Sansovino, Venise, 1561.

61Scève, Maurice, Microcosme, Lyon, J. de Tournes, 1562.

62Straparola, Giovanni Francesco, Le Piacevoli Notti, Venise, per Comin da Trino di Monferrato, 1er tome, 1550, 2e tome, 1553. Le Piacevoli Notti, a cura di Donato Pirovano, Rome, Salerno, 2000. Les Facetieuses Nuits de Straparole, traduites par Jean Louveau et Pierre de Larivey [1585], Paris, Paul Jannet, libraire à Paris, 1857 (Bibliothèque elzévirienne, 60), 2 tomes ; reprint : Milwood (N. Y.), Kraus reprint, 1982 [BnF : NUMM 27794 et 27795].

63Tyard, Pontus de, L’Univers, ou discours des parties et de la nature du monde, Lyon, J. de Tournes et G. Gazeau, 1557.  

Corpus secondaire

64Batany, Jean, « Une reconstitution de Kalila et Dimna : Les Deux Livres de filosofie fabuleuse », in Pierre de Larivey (1541-1619), Y. Bellenger (dir.), Paris, Klincksieck, 1993, p. 83-96.

65Derrida, Jacques, L’Animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.

66Eichel-Lojkine, Patricia, Contes en réseaux. L’émergence du conte sur la scène européenne, Genève, Droz, « Les Seuils de la modernité » 16, 2013 ; « Quelle interprétation pour un objet variable, le conte ? » Théorie, analyse et interprétation des récits (Theory, analysis, interpretation of narratives), Sylvie Patron (dir.), Berne, Peter Lang, 2011, p. 285-308.

67Magnard, Pierre (dir.), La Dignité de l’homme, actes du colloque tenu à la Sorbonne-Paris IV en novembre 1992, Paris, Champion, 1995.

68Propp, Vladimir, Morphologie du conte [1928], traduction française, Paris, Poétique/Seuil, Points, 1973.

69Schaeffer, Jean-Marie, La Fin de l’exception humaine, Paris, Gallimard, 2007.

70Schmitt, Jean-Claude, Le Saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le xiiie siècle, Paris, Flammarion, 1979.

71Sozzi, Lionello, « Un ardent désir ». Études sur « la dignité de l’homme » à la Renaissance, Turin, Il Segnalibro Editore, 1997.

Haut de page

Notes

1  Essais, II, 12, éd. Villey-Saulnier, Paris, PUF, 1965, rééd. 1978, p. 476.

2  La première citation est extraite du Pontus de Tyard, Le Second Curieux (L’Univers, ou discours des parties et de la nature du monde, Lyon, J. de Tournes et G. Gazeau, 1557) : extrait dans Lionello Sozzi, « Un ardent désir ». Études sur « la dignité de l’homme » à la Renaissance, Turin, Il Segnalibro Editore, 1997, t. 2 (Textes), p. 229. La seconde provient du discours en XXVI courts chapitres d'Ambroise Paré, Des animaux et de l’excellence de l’homme (Œuvres, 1579) : Le Second livre : Des animaux et de l'excellence de l'homme, dans Œuvres, Lyon, Jean Grégoire, 1664, chap. XXIV (« Comme Dieu s'est montré admirable en la creation de l'homme »), p. 54 (extrait reproduit aussi dans Lionello Sozzi, ibid., t. 2, p. 268-269). Il est donc entendu que « l'homme est plus excellent et parfait que toutes les bestes ensemble » (titre du chap. XXII, p. 53). Toutefois, le chap. I (« De la nature des bestes brutes », p. 39) était plus nuancé, citait des sources antiques (Plutarque) et bibliques allant en sens contraire, et mentionnait notamment une objection à la thèse de l'absolue supériorité humaine empruntée à Isaïe (1, 2) : le bœuf connaît son possesseur, l'âne la crèche de son maître, alors qu'Israël s'est insurgé contre Celui qui l'a élevé et l'a vu grandir. Mais Paré prenait soin d'atténuer immédiatement l'objection en restreignant l'objet du propos aux seuls Israélites qui ont méconnu le Seigneur.

3  Nos guillemets distinguent les théoriciens de la noblesse foncière et de la prééminence de l’homme (les penseurs florentins du xve siècle et leurs émules), et les « humanistes » à la pensée plus critique et désenchantée (comme Montaigne). Le thème de la dignité de l’homme à la Renaissance a suscité une masse critique considérable (P. O. Kristeller, E. Cassirer, E. Garin, H. de Lubac, Ch. Trinkaus…) que nous ne ferons qu’effleurer, notre propos étant plutôt centré sur la question de l’animal.

4  Des chassés croisés sont néanmoins observables. Certes, le penseur livre des discours plus directs que ne l’est la matière chatoyante du conte, mais il refuse de se priver totalement du recours à l’image et à la fiction (nous le verrons avec Descartes). Symétriquement, le conte ne prétend pas livrer un contenu de pensée, mais il puise ses origines dans des livres de sagesse orientaux et tire son attrait du fait qu’il combine dans le récit trois niveaux herméneutiques : la narration proprement dite, le réseau des images et la « pensée du conte » (pour reprendre le titre du livre de François Flahault, Paris, Anthropos, 2001).

5  Pierre Magnard nous rappelle opportunément que le latin dignitas (traduisant le grec axioma) renvoyait à une table des valeurs qui situait l’homme dans l’échelle des êtres, jusqu’à ce que la notion renaissante de « dignité de l’homme » fasse de l’homme « le principe même de sa propre valorisation » (« La dignité de l’homme de Raymond de Sebond à Montaigne », dans La Dignité de l’homme, actes du colloque tenu à la Sorbonne-Paris IV en novembre 1992, édités par P. Magnard, Paris, Champion, 1995, p. 161).

6  En référence au titre du livre de Jean-Marie Schaeffer : La Fin de l’exception humaine, Paris, Gallimard, 2007.

7  « Fortunio » est la quatrième « fable » de la IIIe Nuit : Straparola, Giovanni Franscesco, Le Piacevoli Notti, Venise, per Comin da Trino di Monferrato, 1er tome, 1550 [Bnf : Rés. Yd 994], 2e tome, 1553. La première partie correspond aux cinq premières Nuits, i.e. aux vingt-cinq premières fables. La seconde partie aux huit dernières Nuits, i.e. aux quarante-huit dernières fables. L’ouvrage fut un bestseller et eut de nombreuses rééditions vénitiennes au xvisiècle et jusqu’au début du xviie siècle. Éd. italienne moderne (éd. Pirovano) : Le Piacevoli Notti, a cura di Donato Pirovano, Rome, Salerno, 2000. Les lecteurs français de l’époque lisaient Straparole grâce aux traductions de Louveau et Larivey. Éd. de référence : Les Facetieuses Nuits de Straparole, traduites par Jean Louveau et Pierre de Larivey [1585], Paris, Paul Jannet, libraire à Paris, 1857 (Bibliothèque elzévirienne, 60), 2 tomes ; reprint : Milwood (N. Y.), Kraus reprint, 1982 [BnF : NUMM-27794 et 27795].

8  Pour reprendre les mots de Propp, « le héros du conte merveilleux est ou bien le personnage qui souffre directement de l’action de l’agresseur au moment où se noue l’intrigue (ou qui ressent un manque) » – personnage féminin (Cendrillon) ou masculin (Costantino ou Cagliuso, dans le cycle du ‘Chat botté’ interprété respectivement par Straparola et par Basile ; « ou bien le personnage qui accepte de réparer le malheur ou de répondre au besoin d’un autre personnage », comme Fortunio. Quoi qu’il en soit, « au cours de l’action, le héros est le personnage pourvu d’un objet magique (ou d’un auxiliaire magique), et qui s’en sert (ou l’utilise comme un serviteur) » (Vladimir Propp, Morphologie du conte [1928], traduction française, Paris, Poétique/Seuil, Points, 1973, p. 62-63). En l’occurrence, Fortunio est un enfant adopté par un couple royal et qui, à l’occasion d’une dispute avec son « frère » (le fils biologique, légitime, du couple), apprend l’obscurité de sa naissance, part vagabonder dans le vaste monde, traverse un bois où il règle la dispute entre trois animaux et finit par conquérir une fille de roi grâce aux dons transmis, avant de se lancer dans de nouvelles aventures. Pour les folkloristes, ce schéma correspond principalement au conte type AT. 460B ‘Le voyage pour aller chercher fortune’. Le canevas du conte de Straparola – passé en France par le biais des traductions de Louveau et Larivey – est repris par le chevalier de Mailly dans ses Illustres Fées avec « Fortunio » (1698).

9  « Fortunio » : Straparola, Les Facétieuses Nuits, III, 4, trad. P. de Larivey (1585), éd. P. Jannet, t. I, p. 210 (éd. Corti, traduction revue par Joël Gayraud, 1999, p. 165).

10  « Cagliuso » est le quatrième divertissement de la IIe Journée du Conte des contes de Giambattista Basile. Il fait suite à l’histoire de Costantino Fortunato par Straparola – que Perrault a très certainement connue par l’intermédiaire de sa traduction française par Louveau et Larivey (Le Piacevoli Notti, 2e partie, Venise, 1553, première fable de la XIe Nuit). Il n’est pas certain, en revanche, que Perrault ait pu avoir accès au conte de Basile. Pour le texte de Basile, la traduction française de référence est celle de Françoise Decroisette, Strasbourg, éd. Circé, 1995, rééd. 2002. Dorénavant : éd. Decroisette.

11  « Se voyant riche à millions, Cagliuso remercia la chatte tant qu’il pouvait, affirmant qu’il devait sa vie et sa grandeur à ses bons offices, que les stratagèmes d’une chatte lui avaient rapporté plus que tout l’esprit de son père, qu’elle pouvait disposer de sa vie et de ses biens comme bon lui semblerait […]. » (« Cagliuso », II, 4, éd. Decroisette, p. 166).

12  « […] et il lui donna sa parole que, lorsqu’elle mourrait, dans au moins cent ans, il la ferait embaumer et placer dans une cage d’or, dans sa propre chambre, pour avoir toujours son souvenir devant les yeux » (id.).

13  II, 12, éd. cit., p. 464.

14  « Grannonia, à ces mots, se jeta aux genoux du renard, en le suppliant de capturer pour elle les oiseaux afin qu’elle en recueillît le sang ; ensuite, ils partageraient le gain, elle et lui, en bons compagnons. » (« Le serpent »/ « Lo serpe », II, 5, éd. Decroisette, p. 172).

15  Le lecteur est plutôt incité à établir une comparaison étalonnée de la fourberie entre deux êtres bien doués en la matière, le renard rusé et la femme artificieuse : « Grannonia, voyant tous ses espoirs s’effondrer, eut recours aux artifices des femmes, l’astuce et la flatterie […]. Le renard, qui ne croyait pas qu’il pût exister plus renard qu’un renard, se trouva envulpiné par une femme […]. » (Ibid., p. 173)

16  « Voilà ce que c’est que de faire du bien aux ingrats ! […] Ah, servez, travaillez, transpirez, pour recevoir ensuite cette belle récompense ! » (Id.)

17  « Sur ce, elle secoua la tête et s’en alla, et Cagliuso eut beau chercher à l’amadouer avec le mou de l’humilité, il n’y eut rien à faire pour qu’elle revienne. » (Id.) « Le mou de l’humilité » est, littéralement, « le poumon de l’humilité ». L’usage de donner du poumon aux chats était si fréquent à Naples qu’il était vendu tous les matins dans les rues par un vendeur ambulant, le pormonaro (note de la traduction italienne : Basile, Il racconto dei racconti, trad. it. R. Guarini, éd. A. Burani et R. Guarini, Milan, Adelphi, 1994, p. 210).

18  « On plaignit fort la pauvre chatte qui avait été si mal récompensée [mais] en quoi son cas était-il exceptionnel, quand de nos jours l’ingratitude est un mal aussi ordinaire que le mal français ou le catarrhe ? Combien ont fait et défait, ont consumé leur fortune et ruiné leur vie au service de cette maudite race des ingrats, qui, alors qu’ils espéraient bien plus que des cages en or, n’ont trouvé devant eux que la fosse commune ? » (« Le serpent », II, 5, éd. Decroisette, p. 167). L’allusion dénonce manifestement le fonctionnement de la société de cour à Naples que Basile connaissait bien.

19  Ibn Al-Muqaffà, Le Livre de Kalila et Dimna, traduit de l’arabe par A. Miquel, Paris, Klincksieck, 1980, « L’ermite et l’orfèvre ».

20  L’ichneumon est une espèce de mangouste qui avait une réputation de destructeur de serpents. Le livre V du Pañcatantra (ou Les Cinq Livres) est intitulé : « La conduite inconsidérée » dans la traduction d'É. Lancereau. De fait, « les deux Livres terminaux […] sont des avertissements donnés à l'homme d'avoir à agir avec prudence et lucidité » (introduction de Louis Renou, Pañcatantra, traduit du sanskrit et annoté par Édouard Lancereau, Paris, Gallimard/Unesco, Connaissance de l’Orient, 2006, p. 18).

21  Pañcatantra, op. cit., p. 315-316. Dans la classification des contes folkloriques de S. Thompson (The Motif-Index), l’épisode correspond au motif « Dog defends master’s child against animal assailant » (B.524). Le Pañcatantra est lui-même issu d'un premier texte sanskrit perdu (Karataka et Damanaka, ive s. apr. J.-C.) ; il connut un très grand succès en Orient au vie s. et fut traduit en pehlvi (traduction perdue, vie s.), et de là en syriaque (VIe s.), en arabe (Kalila et Dimna, viiie s.), en grec (XIe s.) et en hébreu (XIIIe s.), avant de pénétrer dans l'aire occidentale grâce aux traductions-adaptations en latin (Jean de Capoue, Directorium vitae humanae, xiiie s.) et en langues vernaculaires (espagnol, italien, anglais, xve-xvie s.).

22  Voir Jean-Claude Schmitt, Le Saint Lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le xiiie siècle, Paris, Flammarion, 1979.

23  Ibid., p. 87.

24  L’acte peut se comprendre comme un infanticide déguisé et c’est aussi pour cette raison que la coutume est abolie par le dominicain.

25  J.-C. Schmitt, Le Saint Lévrier, op. cit., p. 16 (traduction du document manuscrit d’Étienne de Bourbon).

26  Avec des traits caractéristiques comme la thématique familiale, l’inscription dans l’espace et la mort du héros (Ibid., p. 80 sq.).

27  Paul Jorion, « J.-C. Schmitt, Le Saint lévrier. Guinefort… » (recension), L’Homme, 1980, tome 20, n° 3, p. 162.

28  Voir J.-C. Schmitt, Le Saint lévrier, op. cit., p. 65.

29  Récit du premier sage (« Canis ») : « Un chevalier, trompé par les apparences, tue son chien fidèle, le croyant coupable d’avoir dévoré son fils, alors que le chien, en réalité, a sauvé l’enfant que menaçait un serpent » (Herbert, Le Roman de Dolopathos, Paris, Champion, 1997, Introduction, t. 1, p. 58).

30  La Filosofia morale de Doni a été adaptée en français (avec le discours d’A. Firenzuola) dans Deux Livres de filosofie fabuleuse de Larivey (Lyon, Benoist Rigaud, 1579). Voir à ce propos Jean Batany, « Une reconstitution de Kalila et Dimna : Les Deux Livres de filosofie fabuleuse », in Pierre de Larivey (1541-1619), Y. Bellenger (dir.), Paris, Klincksieck, 1993, p. 83-96.

31  Cento novelle de’piu nobili scrittori della lingua volgare, scelte da Francesco Sansovino, Venise, 1561, in-8° (editio princeps) ; l’anthologie est remaniée au cours des éditions ultérieures (1562, 1563, 1566, 1571). Voir Michel Bideaux (éd.), Gabriel Chappuys, Les Facétieuses Journées (Paris, 1584), Paris, Champion, 2003, « La composition du recueil », p. 41 sq.

32  M. Bideaux (éd.), Gabriel Chappuys, Les Facétieuses Journées, op. cit., p. 716.

33  Voir J.-M. Schaeffer, La Fin de l’exception humaine, op. cit., p. 23-65.

34  En témoigne cette traduction par Marot du passage du premier livre des Métamorphoses consacré à la création de l’homme par Prométhée :
« La trop plus saincte, & noble Creature
Capable de plus hault sens par nature,
Et qui sur tout pouvoir avoit puissance,
Restoit encor. Or print l’homme naissance,
Où l’ouvrier grand de touts biens origine
Le composa de semence divine. […]
Laquelle [semence supernelle] apres Prometheus mesla
En eaue de fleuve, & puis formée l’a
Au propre ymage, & semblable effigie
Des Dieux, par qui toute chose est regie. »
(Les Œuvres translatez, Le Premier Livre de la Métamorphose, « L’origine de l’homme, & comment Prometheus le feit de terre », v. 149-162, dans Œuvres poétiques de Clément Marot, t. II, éd. G. Defaux, Paris, Garnier, 1993, p. 412).

35  Corpus Hermeticum, texte établi par A. D. Nock, trad. A. J. Festugière, Paris, 1946, vol. 2, p. 301. Voir Miguel A. Granada, « Giordano Bruno et la dignitas hominis : présence et modification d’un motif du platonisme de la Renaissance », in P. Magnard (dir.), La Dignité de l’homme, op. cit., p. 185.

36  Voir L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 53 et p. 90-91.

37  Voir Dino Pastine, « Pic de la Mirandole. La liberté : absence de conditions ou ‘ratio’ pédagogique », dans P. Magnard (dir.), La Dignité de l’homme, op. cit., p. 95.

38  « Nec his adhuc contentus, postquam deus creavit homines, “Benedixit – inquit – illis” eosque omnium rerum productarum dominos universique terrarum orbis reges imperatoresque constituit. » (G. Manetti, De dignitate et excellentia hominis, livre II, Padoue, Antenore, 1975 ; ressource en ligne : Biblioteca italiana). À la suite de l’editio princeps, le texte a été publié à Bâle au xvie siècle (Clarissimi viri Janocii de Manectis… de dignitate et excellentia hominis libri IIII, Ex bibliotheca Jo. Alexandri Brassicani…, Bâle, 1532).

39  Voir L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 13-14. Jean Chrysostome : De Providentia Dei libri tres... Sermo de dignitate humanæ originis…, Alost, Thierry Martens, 1487, in-4 (BnF : C-1533) ; Discours de S. Jean Bouche d’Or sur la création des animaux et de la dignité de l’homme, Paris, Impr. F. Morel, 1594, in-8, 16 p. (BnF : C-2721 (3)).

40  Sur le logocentrisme comme thèse sur l’animal qui court d’Aristote à Descartes (et au-delà), sur le raisonnement en termes de faculté, de pouvoir-avoir, qui associe l’animal à la passivité, au non-pouvoir, voir J. Derrida, L’Animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006, p. 48-49. Un changement de perspective consisterait à « se voir vu » par l’animal, là où les textes philosophiques classiques sont des « textes signés par des gens qui ont sans doute vu, observé, analysé, réfléchi l’animal mais ne se sont jamais vus par l’animal » (p. 31).

41  Extraits du Bref Discours de l’excellence et dignité de l’homme (1558), in L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 2, p. 235.

42  Ibid., t. 2, p. 233 et p. 238.

43  Pierre Boaistuau, Bref discours de l’excellence et dignité de l’homme, éd. M. Simonin, Genève, Droz, 1982, p. 70.

44  Ibid., p. 77-78.

45  Extrait in L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 2, p. 251. Sur le topos d’origine platonicienne de l’homme, arbre inversé dont les racines sont attachées au ciel, et sur l’expression de « plasmateur » qu’on trouve chez Lactance, voir les éclaircissements de L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, passim.

46  Straparola, Les Facétieuses Nuits, IV, 3 (« Lancelot, roi de Provins… »), trad. P. de Larivey (1585), éd. P. Jannet, t. I, p. 262-263 (éd. Corti, p. 205). Texte italien : « Ancilotto », éd. Pirovano, p. 274.

47  Straparola, II, 1 (« Le Roi Porc »), trad. P. de Larivey (1585), éd. P. Jannet, t. I, p. 91 (éd. Corti, p. 74). Pelue : poilue. Texte italien : éd. Pirovano, t. 1, p. 97. Les soulignements sont toujours de nous.

48  Ibid., p. 98 (éd. Corti, p. 78). On peut d’ailleurs voir dans le rire final de l’auditoire un signe de ce malaise en même temps que son exutoire : « La fable d’Isabelle estoit desjà finie quand toute la compagnie se mit à rire de grand appetit de monsieur le porc tout souillé, qui caressoit sa chere espouse, couchant avec elle tout puant qu’il estoit. » (Ibid., p. 101 ; éd. Corti, p. 80)

49  La Lettre de Descartes de mars 1638 se trouve en annexe de cet article. Elle provient des Lettres de Mr. Descartes où sont expliquées plusieurs belles difficultez touchant ses autres ouvrages, vol. 2, Paris, Charles Angot, 1666 [BSB (Bayerische Staatbibliothek), cote 2 Ph.u. 34-2, ressource en ligne]. J. Derrida en donne une analyse fouillée : L’Animal que donc je suis, op. cit., p. 47-48 et p. 109-119.

50  L’usage d’une notion aussi générale que celle d’Animal est vivement critiquée par J. Derrida, L’Animal que donc je suis, op. cit., p. 53-56 et p. 73.

51  Extraits de Pontus de Tyard (Le Second curieux, 1557), in L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit.,t. 1, p. 38-39 et t. 2, p. 229-231. Pontus allègue aussi bien Hermès Trismégiste (« Pource disoit Trimegiste, l’homme estre tout en tout […] & par la capacité de son infinie apprenhension approche de celle grande eternelle puissance, que nous appellons Dieu ») que la cabale juive : « Les Juifs […] philosophans sur l’excellence de l’homme, & mesmes du premier, dient les trois lettres du nom de ADM, Adam, signifier de grands secrets ; par Aleph, la partie divine, en l’âme ; par Daleth, la nature celeste, en l’esprit ; & par Mem, le corporel & corruptible, au corps : pource que de telles pieces se voit l’homme composé. »

52  Les animaux sont totalement absents, même à titre de nourriture, de la série de science fiction Battlestar Gallactica (série développée par Ronald D. Moore et diffusée à partir de 2004), qui imagine un conflit entre les humains chassés de la Terre et des humanoïdes, des robots qui ont évolué et qui ressemblent en tous points aux hommes, émotions comprises.

53  Voir Lettres de Mr. Descartes…, vol. 2, Charles Angot, 1666, p. 9 : « […] un homme qui auroit esté nourry toute sa vie en quelque lieu où il n’auroit jamais veu aucuns autres animaux que des hommes ».

54  Ibid., p. 10 :« […] qui respiroient, bref qui imitoient, autant qu’il estoit possible, toutes les autres actions des animaux dont ils avoient la ressemblance, sans obmettre mesme les signes dont nous usons pour témoigner nos passions, comme de crier lors qu’on les frapoit, de fuir lors qu’on faisoit quelque grand bruit autour d’eux, &c. ».

55  Voir L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 31 et Montaigne, II, 12, éd. cit., p. 483-484. Ces vers d’Ovide (Mét., I, 85-87) sont traduits ainsi par Marot : « Et neantmoins que tout aultre animal/ Jette tousjours son regard principal/ Encontre bas, Dieu à l’homme a donné/ La face haulte, et luy a ordonné/ De regarder l’excellence des cieux,/ Et d’eslever aux estoilles ses yeulx. » (Les Œuvres translatez, Premier Livre de la Métamorphose, v. 163-168, éd. cit., p. 412 ; cité aussi par L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 1, p. 24). On retrouve ce topos chez Jacques Tahureau, par exemple : Les Dialogues (1565), extraits in L. Sozzi, « Un ardent désir », op. cit., t. 2, p. 263.

56  Sur ce point, le lecteur pourra se reporter au dernier chapitre de notre livre que le présent article reprend en partie et prolonge : Contes en réseaux, Genève, Droz, coll. Les Seuils de la modernité, 2013.

57  Dictionnaire de l'Académie, éd. 1694. Cf. Dictionnaire Cotgrave, 1611 : “An Animall ; a creature that hath life, spirit, and sence ; (more particularly) a beast.”

58  Houdar de la Motte, « Discours sur la fable » en préambule aux Fables nouvelles dédiées au roi, Paris, G. Dupuis, 1719 (reproduit dans La Fontaine, Œuvres complètes, éd. J.-P. Collinet, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1991, t. 1, Appendices, p. 941).

59  La Fontaine, Fables, X, 1, « L'homme et la couleuvre », v. 4-6 (Œuvres complètes, éd. J.-P. Collinet, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1991, t. 1, p. 393). La fable est d'origine indienne.

60  Comprendre : Remarquant que manquent aux vrais animaux dans leurs actions les deux mêmes choses (la capacité de répondre quand on les interroge et une certaine manière de se mouvoir propres aux actions humaines) dont il avait noté l’absence dans les animaux automates de sa fabrication…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Eichel-Lojkine, « De la dignité et excellence de l’animal. Faut-il voir dans la parole de la fable un discours dissident ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01 | 2013, mis en ligne le 08 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5628

Haut de page

Auteur

Patricia Eichel-Lojkine

Patricia Eichel-Lojkine est professeur de littérature française du XVIe siècle à l'Université du Maine. Ses travaux portent sur les  genres biographique et historiographique (Le Siècle des Grands Hommes, Peeters, 2001 ; éd. Les Louenges du roy Louys XII de Claude de Seyssel, Droz, 2009), la parodie (Excentricité et Humanisme, Droz, 2002), l'allégorie (dir. L'Allégorie de l'Antiquité à la Renaissance, Champion, 2004) et l'émergence du conte écrit sur la scène européenne (Contes en réseaux, Droz, 2013).
Mail : patricia.lojkine [ @ ] univ-lemans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals