Navigation – Plan du site
Les limites de l'acceptable

La Satire XII de Boileau : rendre L’Equivoque inacceptable

Léo Stambul

Résumé

En 1711, quelques mois avant sa mort, Boileau, dont l’autorité littéraire semblait incontestable, voit son dernier texte interdit de publication. Devenue un véritable fantôme qui hante les grandes histoires de la littérature, cette Satire XII sur l’équivoque est volontiers présentée comme un pamphlet violent contre les jésuites et contre le pouvoir vieillissant de Louis XIV. Nous faisons cependant l’hypothèse que cet échec éditorial est tributaire de certaines opérations de programmation du sens du texte, qui furent la conséquence logique du succès de l’Epistre XII sur l’Amour de Dieu publiée par Boileau en 1698. Cette année-là, l’obtention du privilège du Roi avait mis entre parenthèses tout ce que l’Epître XII avait de potentiellement inacceptable vis-à-vis des affaires du dogme. Mais les équivoques de Boileau, rapidement mises à nue, échouent la seconde fois : née dans l’ombre de l’Epître XII, rendue a posteriori inacceptable, la Satire XII est apparue a priori inacceptable et donc impubliable, au point même de faire disparaître des mémoires tout le travail de Boileau pour rendre potentiellement acceptable sa satire. La restitution de la pluralité de sens de la Satire XII permettrait dès lors de comprendre les enjeux des étranges éditions posthumes de Boileau tout au long du XVIIIe siècle, mais aussi d’éclairer en miroir la spécificité des conditions de publication de l’Epître XII avec laquelle il faut la comparer (cf. notre article, « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036).

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent article s’appuie sur notre intervention au séminaire de Jean-Pierre Cavaillé à l’EHESS sur les limites de l’acceptable (11 février 2013), lors de laquelle ont été présentées en parallèle l’Epître XII et la Satire XII de Boileau. Pour des raisons de clarté et de lisibilité, il a semblé préférable de diviser la rédaction en deux articles. Le présent article sur la Satire XII a donc pour complément et pour contrepoint celui consacré à l’Epître XII (« L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036).

Texte intégral

  • 1  Par « doctrine des équivoques », on renvoie à dessein à la définition partiale que raille Pascal d (...)

1Immortalisé en fervent défenseur du canon des règles, fossilisé en chantre outré de la monarchie, Nicolas Boileau-Despréaux (1636-1711) est réputé aujourd’hui pour être un auteur ennuyeusement acceptable, jusqu’à incarner l’emblème du conservatisme littéraire. Cette authentique sommité, devenue historiographe du Roi et membre de l’Académie, obtint en 1698 un privilège du Roi pour publier un poème satirique à sujet religieux : son Epistre XII sur l’Amour de Dieu. Quelques années plus tard, cette même et incontestable sommité demanda un privilège pour publier un deuxième poème satirique à sujet religieux : sa Satire XII contre la doctrine des équivoques1. Mais ce second privilège lui fut définitivement refusé au début de l’année 1711. Ainsi, quoique l’histoire littéraire nous présente volontiers ces deux textes comme un diptyque où Boileau attaquait les jésuites et révélait tout son « jansénisme », il faut partir du constat que, du point de vue des autorités de censure, le premier texte demeura publiquement acceptable, alors que le second fut considéré comme inacceptable.

  • 2  Une telle hypothèse d’un déplacement des limites de l’acceptabilité du discours pro-« janséniste » (...)
  • 3  Pour une analyse des équivoques de l’Epître XII, cf. notre article, « L’Epître XII de Boileau : re (...)

2Pour rendre compte de cette différence de traitement par la censure, une première hypothèse consiste à dire que les limites mêmes de l’acceptabilité des discours anti-jésuite et pro-« janséniste » se seraient déplacées entre ces deux textes. Si tel était le cas, il faudrait pouvoir se figurer que – toutes choses égales par ailleurs – ces écrits satiriques à sujet religieux pouvaient être tolérés en 1698 mais plus en 17112. Or le problème ne semble pas pouvoir être posé tout à fait en ces termes. En effet, comme on a voulu le montrer à propos de l’Epître XII, le privilège d’imprimerie ne signifiait pas que cette épître était en soi parfaitement acceptable. Ce privilège semble plutôt avoir été le résultat d’une stratégie d’équivoque qui permettait à l’Epître XII d’être acceptable pour la censure, mais tout en étant potentiellement inacceptable pour les jésuites que Boileau attaquait3.

  • 4  à propos de cet usage stratégique de l’équivoque, voir le numéro des Cahiers du Centre de Recherch (...)

3Nous faisons donc ici l’hypothèse que cette différence de traitement n’est pas uniquement la conséquence des aléas de la tolérance du pouvoir, mais aussi la conséquence d’une inégale performance de la stratégie adoptée. En d’autres termes, il s’agirait de montrer ici que, malgré les efforts de Boileau, la Satire XII n’a pas su et n’a pas pu bénéficier des équivoques de publication dont avait profité l’Epître XII. Il en résulte alors une situation doublement paradoxale : non seulement cette Satire XII qui dénonce la doctrine des équivoques aurait elle-même usé d’équivoques pour déstabiliser son sens aux yeux de ses censeurs ; mais, comble d’ironie, cette stratégie de l’équivoque aurait elle-même été désambiguïsée4.

  • 5  Cf. par exemple Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, Albin M (...)

4Or d’un point de vue méthodologique, rendre palpable l’existence de telles équivoques nécessite de ne pas solidifier la signification du texte, c’est-à-dire de maintenir tous les sens ouverts et encore à l’état de puissance. C’est pourquoi l’on laisse de côté l’idée, véhiculée par tout un pan de l’historiographie de la littérature du xviie siècle, selon laquelle la Satire XII a été interdite parce qu’elle contenait un discours ostensiblement plus « janséniste » que celui de l’Epître XII, et partant intolérable aux yeux des autorités de censure5. Car si tel avait été le cas, si la Satire XII avait été véritablement si virulente, comment comprendre que Boileau se soit évertué à demander et à redemander une autorisation officielle pour la publier ? A moins de conclure à l’incapacité d’un Boileau sénescent d’anticiper les critères de censure, il faut donner du crédit à l’idée que la Satire XII devait pouvoir être lue en même temps comme un texte potentiellement acceptable. C’est pourquoi l’un des buts de cette enquête sera de comprendre sous quelles conditions (c’est-à-dire à quel moment et dans quel état du texte) Boileau a pu penser que sa Satire XII pouvait être publiquement acceptée.

  • 6  Il faut ici s’interroger sur la position prise par une certaine historiographie qui a vu dans la S (...)

5C’est en ce sens qu’il convient de parler davantage d’acceptable et d’inacceptable, que de légal et d’illégal, car la sanction juridique qui accorde le privilège demeure une action postérieure et secondaire qui précipite le sens du texte d’un côté ou de l’autre de la norme –comme ce fut déjà le cas pour l’Epître XII, lorsque le privilège d’imprimerie imposait son acceptabilité auprès des ennemis de Boileau. Mais cette notion d’acceptabilité devient d’autant plus opératoire dans les cas où, comme pour la Satire XII, aucun texte juridique n’interdit explicitement la publication. Comme souvent à l’époque, les motifs de l’interdiction restent opaques et implicites et imposent à tout le monde (à l’auteur, à son lecteur et même à l’historien de la littérature) d’évaluer par soi-même les limites de ce qui est acceptable ou non. Ainsi, suspendre la solidification du sens du texte, en regardant en amont de la décision juridique, avant qu’il ne soit sanctionné par les autorités de censure, permettrait de rendre véritablement compte de toutes les ambiguïtés de la Satire XII et donc de prendre en égale considération non seulement tout ce qui avait pour but de provoquer l’ennemi, mais inversement tout ce qui avait aussi pour but de produire des compromis en vue d’obtenir le privilège d’imprimerie6.

  • 7  Cf. la lettre de Pierre Le Verrier au Duc de Noailles du 12 juin 1709 : « Son Équivoque est toujou (...)

6Tout comme pour l’Epître XII, la restitution de toutes les potentialités de la Satire XII implique de recontextualiser précisément tous les événements, tous les discours ainsi que les différentes strates d’écriture. Mais dans notre cas précisément, l’étude en contexte de la Satire XII pourrait bien achopper sur un problème matériel. En effet, entre le moment attesté de sa rédaction (à la fin de 1705) et le moment effectif de sa première publication (de façon clandestine en 1711), le texte n’a aucune existence publique et ne laisse quasiment aucune trace concrète, puisque Boileau garde sa satire « enfermée dans son coffre-fort »7. Or, un peu comme pour l’expérience du chat de Schrödinger, vouloir ouvrir le coffre pour observer l’état du texte serait un non-sens expérimental. La Satire XII à l’époque n’existe que par et dans des métadiscours : elle est au mieux un artefact rapiécé de bouts de vers mémorisés par quelques amis à qui Boileau avait fait la faveur de la réciter ; elle est au pire un fantôme fabriqué de toute pièce par la rumeur, les ouï-dire et des connaissances de seconde main. Mais loin de considérer cet état fantomatique du texte comme un obstacle épistémologique à contourner, il est plus qu’opportun ici de faire de nécessité vertu. C’est pourquoi cette « spectralité » du texte, qui semble avoir longtemps dérouté les interprètes, impose de laisser de côté le problème de savoir ce que la Satire XII serait et dirait « en réalité » pour ne se concentrer que sur ce qu’on dit à propos de cette satire, c’est-à-dire sur l’éventail des interprétations et des sens possibles qui ont été projetés dessus par le public et par le pouvoir.

7On se propose ainsi dans un premier temps d’étudier le contexte de rédaction de la Satire XII, c’est-à-dire l’ensemble des discours tenus à propos de la Satire XII et la façon dont la majorité de ces discours l’ont de fait littéralement « programmée » comme un texte inacceptable. Le constat d’une telle programmation permettra alors de rendre compte aussi bien des efforts de Boileau pour désambiguïser son texte et le rendre publiquement acceptable, que des causes de son échec. Enfin, l’étude des éditions posthumes et des querelles entre les commentateurs autour de la Satire XII durant le xviiie siècle révèlerait la prégnance de cette programmation initiale et le tribut que le sens « littéral » du texte doit encore à ces enjeux politiques.

Prologue : contexte de rédaction de la Satire XII (1704-1706)

  • 8  Cf. « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossie (...)
  • 9  Cf. l’épigramme « On ne craint point, Boileau, ta satirique audace », citée par Emile Magne, op. c (...)

8La publication approuvée de l’Epître XII par Boileau en 1698 avait déclenché l’ire de certains membres de la Compagnie de Jésus qui s’étaient sentis visés par le texte. La période qui s’ouvrait alors voyait Boileau et certains Pères jésuites du journal de Trévoux s’affronter vigoureusement, jusqu’à s’échanger, entre 1703 et 1704, des épigrammes de plus en plus violentes8. Le caractère clandestin de la circulation de ces épigrammes permit en effet de libérer les langues et de s’extraire des contraintes de la publication officielle. Dès lors chaque adversaire put mettre au grand jour ses griefs sans avoir à prendre la responsabilité de justifier ses accusations auprès d’une quelconque instance judiciaire de contrôle. Boileau eut ainsi l’occasion d’accuser presque ouvertement certains Pères jésuites d’« attritionnisme », et réciproquement ces derniers d’accuser le poète de « jansénisme » et même d’être « le singe de Pascal »9.

  • 10  Pour comprendre cette transformation, il faudrait faire l’hypothèse un peu structuraliste qu’une a (...)

9Cette entrée de la querelle dans la clandestinité eut pour effet de changer la morphologie des attaques10. Il faut en effet comprendre que, dans le domaine officiel, une accusation doit nécessairement se voiler, parce que son auteur, ayant accepté d’être identifié par les autorités et d’endosser la responsabilité de son écrit, ne peut pas se soustraire aux conséquences juridiques potentiellement fâcheuses de son accusation. Toute la violence de son attaque voilée résidera alors précisément dans le fait d’obtenir l’aval d’une institution juridique (comme c’était le cas pour l’Epître XII). En revanche, dans le domaine clandestin qui nous intéresse ici, une accusation doit nécessairement se montrer, parce qu’en l’absence d’approbation officielle, elle ne peut compenser sa perte de violence qu’en parvenant à se faire percevoir comme une mise en accusation explicite, où figurent à la fois le grief et le nom de l’accusé.

  • 11  Pour donner un exemple d’identification d’auteur par la mise en jeu d’informations notoires préala (...)

10Toutefois, pour qu’il ne soit pas dit que l’un des belligérants ait accepté sa défaite en ne répondant pas, il faut également que celui-ci s’arrange pour que son ennemi et tous les lecteurs puissent l’identifier comme étant l’auteur d’une seconde accusation en réaction à la première. Aussi est-il nécessaire, pour que l’agresseur soit notoirement reconnu comme tel, qu’il montre un peu son visage en mobilisant des informations supposément connues11. Si ce genre d’identification de la source par le public faisait défaut, le coup porté clandestinement ne saurait être considéré comme une contre-attaque valable ; il ne serait tout au plus qu’un coup à blanc, sans intentionnalité claire et interprétable. On assiste ainsi, entre 1703 et 1704, à des tirs croisés dont les auteurs, les cibles et les griefs semblent clairement identifiables, quoiqu’ils montrent encore une certaine prudence. En effet, ces auteurs qui se montrent évitent toutefois de soutenir ouvertement des dogmes « jansénistes » ou « attritionnistes », afin de mieux se soustraire à la juridiction d’une autorité politique toujours encline à outrepasser ses limites et à s’aventurer hors des bornes des publications officielles.

  • 12  Emile Magne a procédé à une recension des textes et des manuscrits en question dans sa Bibliograph (...)

11Malheureusement, comme il arrive souvent autour de ces querelles publiques, un certain nombre de petits textes périphériques se mettent rapidement à circuler sous forme manuscrite12. On trouve ainsi, à côté des attaques et des contre-attaques identifiables que Boileau et certains Pères jésuites s’échangent, d’autres petits textes (épigrammes, épîtres, petits pamphlets) dont les auteurs ne sont plus vraiment identifiables et qui répètent les accusations, les parodient, encouragent l’un ou l’autre camp, voire se posent en spectateur amusé de la querelle :

  • 13  Citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 274. La référence aux « corsaires » et aux « Révérends P (...)

Il paraît chaque jour des vers pour Despréaux
Et nul ne prend parti pour les Révérends Pères.
Il faut donc avouer que ces pieux corsaires
Pour être tant haïs ont fait d’étranges maux.13

12Cette multitude de textes périphériques dont les auteurs ne veulent plus être identifiés pourrait sembler négligeable dans la querelle, du fait même de leur anonymat. Aussi à travers le regard synoptique de l’historien de la littérature, ces petits textes ne formeraient-ils qu’une espèce de nébuleuse en gravitation autour du point chaud de la querelle, dont ils ne feraient que répéter les accusations en échos affaiblis. Mais ce principe de répétition en lui-même ne serait pas sans influence sur le cœur du conflit. En effet, l’absence d’auteur identifiable confère en réalité à ces textes périphériques une liberté de parole véritablement totale, capable d’expliciter ce que les authentiques belligérants pouvaient encore vouloir esquiver. Ainsi, de proche en proche, le fait même de prendre la défense de Boileau a impliqué de faire de lui une victime des jésuites et donc d’acter sans remords les chefs d’accusation qui pesaient sur lui, l’assimilant insensiblement aux « jansénistes » et le défendant en tant que tel :

  • 14  Citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 270.

De quoi diable t’avises-tu
De te faire ennemi de l’Ecole d’Ignace ?
Boileau, ne sais-tu pas que leur jalouse audace
N’a jamais épargné ni savoir ni vertu ?
Tu fus toujours traité par ces faux Molinistes
De pieux écrivain et d’auteur sans défaut :
Bientôt tu te verras au rang des Jansénistes
Et plus persécuté qu’Arnauld.14

13à côté des vrais coups se multiplieraient donc ces balles perdues qui rendent la situation dangereuse ; car en l’absence d’une autorité de contrôle capable d’authentifier (et donc de récuser) officiellement la responsabilité de chaque discours, l’immixtion de ces tiers anonymes perturbe les stratégies visant à manipuler la lisibilité du conflit. Leur entrée en lice aurait donc bel et bien eu un effet : non pas certes sur la querelle elle-même en faisant magiquement pencher la balance dans un sens, mais du moins sur les représentations publiques des enjeux de la querelle. Or ces interprétations explicites des enjeux du conflit ne sont pas négligeables du point de vue de l’histoire littéraire, car elles auraient eu pour conséquence de cristalliser la façon dont les textes de Boileau pouvaient et devaient être lus. Ces blâmes et ces encouragements ont ainsi conduit à programmer un mode de lecture anti-jésuitique, voire pro-« janséniste », des futurs écrits de Boileau :

  • 15  Citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 270.

Courage, Despréaux, ce corps si formidable [la Compagnie de Jésus]
Tremble et pâlit au seul bruit de tes vers,
Il craint pour l’avenir quelque fâcheux revers
Et qu’un pinceau trop véritable
Ne vienne à le dépeindre affreux, noir, détestable
Et tel qu’il est enfin aux yeux de l’univers.15

  • 16  Citée par Emile Magne, op. cit., p. 271-212, v. 1, 17-22, 31-32 et 39-42. Cette épître est présent (...)

Oui, ranime il est temps, ta satirique audace.
[…] Cours aux armes, allons, que ton feu se rallume,
Jamais un plus beau champ s’ouvrit-il à ta plume ?
Et sur les Escobars, et sur les Tambourins
Verse, pour te venger, le fiel à plusieurs mains.
Peins-nous de ces censeurs les détours et les brigues,
Montre au public trompé leur fer et leur poison […].
Mets ce beau dogme en vers : on peut pour une pomme,
Henriquez le soutient, assassiner un homme […]
[Dis] si de flagellants les histoires critiques
Egalent de Sanchez les remarques lubriques,
Suspens pour un moment ton glorieux emploi
Venge un frère outragé, venge Arnauld, venge-toi.16

  • 17  Les noms d’Escobar, Tambourin, Henriquez et Sanchez cités dans l’épître « Oui, ranime il est temps (...)
  • 18  Cf. à ce propos la lettre de Claude Brossette à Boileau 1er mai 1705 : « Comme il est extrêmement (...)
  • 19  Cf. supra notes 8 et 9. L’épigramme du Père jésuite du Cerceau concernerait en effet l’hypothétiqu (...)

14Cet appel à la vengeance martelé dans les textes périphériques mêle le versant personnel au versant doctrinal de la querelle en évoquant simultanément le frère de Boileau et les persécutions contre Arnauld, et en faisant de fortes allusions aux Provinciales de Pascal17. Or à la même époque le camp de Boileau développe en privé une lecture « jansénisante » des écrits du satirique, réinterprétés comme de nouvelles Provinciales18. Mais une telle assimilation pro domo forme alors une étrange communauté de vues avec l’ennemi lui-même, qui avait justement insisté sur la tendance de Boileau à devenir le « singe de Pascal »19. La remarquable récurrence de cet invariant de part et d’autre du champ de bataille accréditerait ainsi insensiblement l’idée notoire que Boileau ne pouvait que préparer une nouvelle Provinciale.

  • 20  Une « paix » semble bien avoir été conclue entre Boileau et les jésuites, mais elle est très fragi (...)
  • 21  Sur le contexte très tendu autour de la question du « jansénisme » dans ces années-là, entre l’aff (...)
  • 22  Cf. Censure et déclaration de l’assemblée générale du clergé de France, tenue dans le château de S (...)

15Dans de telles conditions, les efforts de pacification des relations entre Boileau et ses adversaires jésuites, attestés du moins durant l’année 170420, apparaissent évidemment grevés de l’intérieur. Le Père jésuite Bourdaloue, ami de Boileau qui avait été l’arbitre du conflit déclenché par la publication de l’Epître XII, meurt en 1704. Mais de façon plus générale, ces années-là sont marquées par une modification de toutes les coordonnées du conflit entre jésuites et « jansénistes ». D’un côté, sous l’impulsion de Bossuet, l’assemblée générale du clergé de France venait de condamner en 1700 de nombreuses propositions de morale dite « relâchée » soutenues par certains casuistes de la Compagnie de Jésus. Mais Bossuet meurt également en 1704. Or de l’autre côté, le pouvoir royal accentue la répression contre les promoteurs du « jansénisme », devenus particulièrement prolixes dans cette période où le crédit des jésuites diminue21. Entre ces deux positions, le Cardinal de Noailles, qui fut avec Bossuet l’approbateur officiel de l’Epître XII, se voit accuser par des libelles de jouer double jeu et de temporiser entre l’institution gallicane et l’institution royale. C’est donc en somme la lisibilité même du contexte politique qui semble alors équivoque pour les acteurs des événements. Cela explique sans doute qu’au moment même où l’on prête à Boileau l’intention de fabriquer une arme de destruction massive, celui-ci ait choisi – sans doute dans l’espoir de réitérer un coup d’éclat en obtenant de nouveau l’aval du pouvoir pour attaquer certains casuistes jésuites – d’écrire une satire contre une doctrine ostensiblement condamnée en 1700 par l’assemblée générale du clergé de France, à savoir la doctrine des équivoques22.

La demi-vie de la Satire XII (1706-1711) :

éloge et pouvoir de l’absence

  • 23  Cf. la lettre de Boileau à Claude Brossette du 20 novembre 1705 : « Je ne vous ferai donc point d’ (...)

16Contrairement à l’Epître XII, mais finalement à cause d’elle, la future Satire XII, quoiqu’inexistante et même pas encore écrite, se voit conférer a priori un sens inacceptable – ce dont Boileau d’une part, et ses adversaires jésuites d’autre part, vont savoir tirer parti. En effet, vers la fin de l’année 1705, le texte tant attendu de Boileau, dans lequel tout le monde voulut voir une nouvelle Provinciale en réponse aux jésuites, est enfin achevé23. La nouvelle de cet heureux événement se répand alors rapidement, comme en témoigne Claude Brossette, l’ami et correspondant lyonnais de Boileau :

  • 24  Lettre de Claude Brossette à Boileau du 31 mars 1706.

Quelque envie que j’aie, Monsieur, de voir votre dernière Satyre contre l’Equivoque, je n’ose pas même vous en demandez le moindre lambeau, de peur que si elle ne devenait publique par quelque hasard, vous ne fussiez en droit de me soupçonner d’avoir manqué à la fidélité que je vous dois. […] Ne croyez point pourtant que l’éclat de cette dernière Pièce ait été renfermé dans Paris : toutes nos Provinces en sont informées depuis long-temps. Les Jésuites même de Lyon, qui savent en gros de quoi il s’agit, n’approuvent point la conduite de leurs Confrères les Journalistes de Trévoux, qui vous ont attaqué de gaieté de cœur. Ils les condamnoient même dès le temps que vous leur adressâtes ces vers : Mes Révérends Pères en Dieu, etc.24

17Alors que la Satire XII n’est pas encore proposée à l’impression, la réponse de Brossette à Boileau fait état d’une connaissance « en gros » du contenu du texte. On sait donc de façon notoire en 1706, et jusque dans la ville de Lyon, que la dernière satire de Boileau visera « en gros » la doctrine des équivoques condamnée par l’église et jadis raillée par Pascal. La programmation du sens du texte telle qu’on l’a observée précédemment semble ainsi, dans ce cas précis, tourner à l’avantage de Boileau. En effet le caractère fantomatique du texte permettrait ici de porter un coup à ses ennemis simplement par l’effet de la rumeur ; autrement dit d’attaquer les jésuites tout en contournant le risque de publier officiellement le texte, c’est-à-dire de prendre la responsabilité juridique de lancer une accusation contre une congrégation puissante et soutenue par le pouvoir. Dans cette perspective, il n’est pas étonnant de voir que Boileau, dans ses échanges avec Brossette, joue particulièrement sur les connaissances notoires que le public peut avoir de son texte :

  • 25  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 12 mars 1706.

[...] il n’est pas imaginable combien depuis très long-temps je me suis trouvé occupé de la méchante affaire que je me suis faite par ma satire contre l’Equivoque, qui est l’ouvrage que je vous avais promis de vous communiquer. A peine a-t-elle été composée, que l’ayant récitée dans quelques compagnies, elle a fait un bruit auquel je ne m’attendais point ; la plupart de ceux qui l’ont entendue ayant publié et publiant encore, je ne sais pas sur quoi fondé, que c’est mon chef-d’œuvre. Mais ce qui a encore bien augmenté le bruit, c’est que dans le cours de l’ouvrage j’attaque cinq ou six des méchantes maximes que le pape Innocent XI a condamnées [en 1679] ; car, bien que ces maximes soient horribles, et que, non plus que ce pape, je n’en désigne point les auteurs, Mrs. les Jésuites de Paris, à qui on en a dit quelques endroits qu’on a retenus, ont pris cela pour eux, et ont fait concevoir que d’attaquer l’équivoque, c’était les attaquer dans la plus sensible partie de leur doctrine. J’ai eu beau crier que je n’en voulais à personne qu’à l’équivoque même, c’est-à-dire, au démon, qui seul, comme je l’avance dans ma pièce, a pu dire qu’on n’est point obligé d’aimer Dieu ; qu’on peut prêter sans usure son argent à tout denier ; que tuer un homme pour une pomme, n’est point un mal, etc., ces messieurs ont déclaré qu’ils étaient dans les intérêts du démon, et, sur cela, m’ont menacé de me perdre, moi, ma famille et tous mes amis. Leurs cris n’ont pourtant pas empêché que monseigneur le cardinal de Noailles, mon archevêque, et monseigneur le chancelier [de Pontchartrain], à qui j’ai lu ma pièce, ne m’aient jeté tous deux à la tête leur approbation et le privilège pour la faire imprimer si je voulais ; mais vous savez bien que naturellement je ne me presse pas d’imprimer, et qu’ainsi je pourrai bien la garder dans mon cabinet jusqu’à ce qu’on fasse une nouvelle édition de mon livre. On en sait pourtant plusieurs lambeaux ; mais ce sont des lambeaux, et j’ai résolu de ne la plus dire qu’à des gens qui sûrement ne la retiendront pas. La vérité est qu’à la fin de ma Satire j’attaque directement messieurs les journalistes de Trévoux, qui, depuis notre accommodement, m’ont encore insulté dans trois ou quatre endroits de leur journal ; mais ce que je leur dis ne regarde ni les propositions, ni la religion ; et d’ailleurs je prétends au lieu de leur nom, ne mettre dans l’impression que des étoiles, quoiqu’ils n’aient pas eu la même circonspection à mon égard. Je vous dis tout ceci, monsieur sous le sceau du secret, que je vous prie de me garder.25

18En la lisant partout, en en semant ici ou là des « lambeaux » mais en retenant sa diffusion totale, en lâchant au passage que l’on en fait des éloges mais sans la montrer elle-même, en en parlant sans cesse tout en exigeant le secret, Boileau transforme l’action produite par son texte. Ce n’est plus le texte de la satire dans sa littéralité qui produit un effet, mais seulement l’information plus diffuse qu’elle serait imprimable avec privilège. Concrètement impalpable, la Satire XII acquiert ainsi de fait un caractère spectral dont l’effet est renforcé précisément parce qu’il est indépendant de toute matérialité. En d’autres termes, en affirmant avec une grande désinvolture qu’il pourrait l’imprimer avec l’aval du pouvoir s’il le souhaitait, et en espérant que le public le croie, Boileau donne à sa Satire contre l’équivoque, non pas le pouvoir réel d’un acte d’accusation formel, mais plutôt la puissance d’une menace, qui tire toute sa force du retardement continuel de l’exécution du châtiment.

19En outre, ce que nous apprend cette lettre, c’est que la Satire XII en tant que texte constitué, et non en tant qu’écrit matériel dont on pourrait lire et interpréter les effets rhétoriques concrets, est bel et bien apte à produire un acte d’accusation informel. Cependant, comme on le voit, le caractère informel de l’accusation n’est pas identique à celui de la querelle des épigrammes clandestines des années 1703-1704. En effet, il ne repose plus, comme alors, sur le refus de solliciter une instance juridique plus ou moins compétente, puisque justement Boileau rappelle qu’il s’inscrit ostensiblement dans le sillage d’une bulle papale (et de l’assemblée du clergé de France d’ailleurs). Au contraire, le caractère informel et donc menaçant de l’acte d’accusation repose ici uniquement sur le brouillage du dernier terme de la séquence d’accusation, à savoir la désignation de la cible.

  • 26  Cf. « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossie (...)

20Ainsi, comme il l’avait déjà fait lors de la publication de l’Epître XII26, Boileau entreprend de décrire à Brossette le piège tendu aux jésuites dans la Satire XII, qui repose entièrement sur l’identification de la cible de l’accusation. Il soutient en effet que la Satire XII est inoffensive car elle n’attaque personne nommément et ne fait que reprendre des condamnations papales. Mais simultanément, il ne cherche pas à contredire ce que tout le monde sait déjà « en gros », à savoir que la Satire XII attaque la doctrine des équivoques notoirement soutenue par des jésuites. La logique du syllogisme permet alors de conclure que si les jésuites se sentent visés par la satire, c’est qu’ils se sentent aussi visés par les condamnations papales. En d’autres termes, le piège de Boileau consiste à faire en sorte que la cible ne puisse pas répondre sans actualiser l’accusation et sans s’identifier soi-même comme coupable. Tout empêche ainsi les jésuites de contester légitimement cette publication, car toute contestation officielle sera ipso facto assimilée à un aveu d’être « dans les intérêts du démon ». Mais à l’inverse, rien n’empêche le public de conclure que les jésuites sont bel et bien la cible réelle de la Satire XII, car celle-ci demeure clairement programmée depuis 1704 comme une réponse aux jésuites. Face à l’annonce de cette menace « pré-scripturaire », la réponse des jésuites doit donc se déplacer sur un autre domaine moins exposé, celui des menaces directement orales.

21Or, face à ces menaces orales, Boileau entend simultanément rendre acceptable la Satire XII en brouillant la référence explicite à des cibles identifiables. En effet, « la vérité est que » son texte s’en prend « directement » aux jésuites de Trévoux pour leurs mauvais jugements en tant que critiques journalistiques. Mais ce chef d’accusation succède sans transition aux accusations de morale relâchée dont il ne « désigne point les auteurs ». Cette juxtaposition de deux actes d’accusation partiels conduit alors insensiblement à n’en former plus qu’un seul, complet dans tous ses éléments. Or une telle juxtaposition semble à ce point explicite qu’il devient dès lors nécessaire au satirique d’offrir l’anonymat à ses victimes. Ainsi, pour ne pas que les jésuites de Trévoux se sentent officiellement visés par les accusations d’hétérodoxie proférées à-tout-va, Boileau retoque l’agencement des différents éléments de sa séquence d’accusation. Le prudent satirique, ayant trop laissé voir le grief retenu par le jeu de la surimpression, tirerait du coup le voile sur un autre élément, à savoir l'identité des accusés, grâce au jeu de l'astéronymie.

22Ainsi, en regard de la programmation du sens du texte qui en fait notoirement un nouveau pamphlet contre les jésuites, la Satire contre l’équivoque s’annonce d’emblée pleine d’équivoques. Aussi, en feignant de déprogrammer le sens anti-jésuitique de sa satire, Boileau présente-t-il son texte comme l’inoffensif duplicata poétique d’une bulle papale ; tout en étant parallèlement assuré, par la prégnance même de la programmation, que les identités voilées pourront être reconnues. La Satire XII devient donc un réquisitoire potentiel, selon la capacité du lecteur à en déchiffrer les clés. Cette équivoque référentielle fait ainsi en définitive osciller la Satire XII entre la charité chrétienne observée par la bulle papale qui ne « désigne point les auteurs » et la violence de la diffamation ad hominem, propre au franc-parler satirique, à la parrhèsia.

23Dans de telles circonstances, il semble bien inutile de vouloir publier matériellement la Satire XII, puisque l’effet recherché par Boileau est atteint sans même avoir à la mettre au grand jour. Mais si rien n’impose positivement de la publier, combien de choses au contraire poussent à ne pas le faire, à en croire les menaces qu’évoquait Boileau à Brossette, et qu’il évoque de nouveau au duc de Noailles :

  • 27  Lettre de Boileau au duc de Noailles du 30 juillet 1706. Cf. d’ailleurs dans la continuité de ce p (...)

[…] puisque, même encore aujourd’hui, vous voulez résolument que je vous rende compte de cette dernière pièce de ma façon, je vous dirai que je l’ai achevée immédiatement après votre départ, que je l’ai ensuite récitée à plusieurs personnes de mérite, qui lui ont donné des éloges auxquels je ne m’attendais pas ; que monseigneur le cardinal de Noailles surtout en a paru satisfait, et m’a même en quelque sorte offert son approbation pour la faire imprimer ; mais que comme j’ai attaqué à force ouverte la morale des méchants casuistes, et que j’ai bien prévu l’éclat que cela allait faire, je n’ai pas jugé à propos meam senectutem horum sollicitare amentia [Térence, Andrienne, v. 887 : d’exciter ma vieillesse par leur folie], et de m’attirer peut-être avec eux sur les bras toutes les furies de l’enfer, ou, ce qui est encore pis, toutes les calomnies de … [du Père Le Tellier ?] vous m’entendez bien, monseigneur. Ainsi j’ai pris le parti d’enfermer mon ouvrage, qui vraisemblablement ne verra le jour qu’après ma mort. Peut-être que ce sera bientôt. Dieu veuille que ce soit fort tard !27

24L’évocation de ces menaces jésuites, dignes des « furies de l’enfer », sont loin d’être anodines en cette époque de lutte acharnée entre jésuites et « jansénistes », où attaquer les premiers peut toujours être interprété comme une façon de défendre les seconds, pour peu qu’une personne malveillante émette quelques soupçons et quelques « calomnies ». Tout le pouvoir de la Satire XII repose donc sur le caractère vraisemblable d’une publication effective ; mais simultanément, toute la prudence de Boileau repose sur l’invisibilité impérative du texte : sa mise au secret assure sa sécurité.

La représentation légitime

  • 28  Boileau aux prises avec les jésuites, Cologne, Pierre Marteau, s.n., 1706, p. 41. L’opuscule d’une (...)
  • 29  Certains historiens de la littérature ont en effet traité cet opuscule comme une source historique (...)
  • 30  Boileau aux prises avec les jésuites, op. cit., p. 7 et 41. Le texte qui nous intéresse, qui comme (...)
  • 31  L’année 1707 semble marquée par d’autres périls éditoriaux, puisque c’est également cette même ann (...)

25Malencontreusement, au grand dam de Boileau, est imprimé clandestinement en 1706 un petit opuscule intitulé Boileau aux prises avec les jésuites qui se présente comme le rapport fidèle des démêlés de Boileau avec certains Pères jésuites28. Or ce petit opuscule narratif, qui a souvent été considéré comme une source historiographique fiable de la querelle29, s’avère être de part en part pris dans l’action et traversé par la polémique. En effet, loin de ne faire que rapporter les pièces les plus connues de la querelle, notamment les épigrammes contre Trévoux, le Boileau aux prises avec les jésuites prend sur lui de satisfaire à la « curiosité » publique autour de ce « fameux démêlé » en publiant « la Satire que l’on attendoit de lui contre les Jésuites »30. A une époque où fourmillent les histoires de manuscrits volés, recopiés, édités à l’insu de tous, l’attribution du texte à Boileau peut passer pour vraisemblable aux yeux du lecteur, ce qui semble alors inquiéter Claude Brossette qui en prend connaissance au début de l’année 170731 :

  • 32  Lettre de Claude Brossette à Boileau du 25 janvier 1707. On peut se demander ce que signifie cette (...)

On me prêta hier pour une heure seulement, un livre nouveau, dans lequel vous faites un grand rôle : car vous en êtes le Héros. Ce Livre est intitulé : Boileau aux prises avec les Jésuites, et l’on y décrit toute l’histoire du dernier démêlé que vous avez eu avec eux, au sujet des Journaux de Trévoux. Toutes les pièces de part et d’autre y sont rapportées, et l’on finit par une Epître satyrique de cinquante ou soixante vers, qui vous est attribuée, mais qui est bien indigne de vous. J’avois déjà vu tout cela, excepté cette dernière Pièce, dans laquelle ils ne sont pas ménagés, non plus que dans le reste du livre. Comme je ne doute pas que vous l’ayez lu, je ne m’étendrai pas davantage sur cet article ; mais je vous pris de me mander ce que vous en savez, ut, quod auctore te coepi, adiutore persequar, comme dit Cicéron à son cher Atticus, L. v. Ep. 5.32

26Le texte inséré dans l’opuscule s’en prend ouvertement et sans ambiguïtés aux jésuites dont il dresse la liste des crimes qu’on leur impute à l’époque, sans pourtant jamais évoquer la question de l’« équivoque ». L’argument de Boileau, pour en dénier la paternité est cependant purement stylistique, laissant présumer d’un silence complaisant quant au fond des attaques :

  • 33  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 12 mars 1707.

Cela estant je vous dirai sans m’estendre en de plus longs complimens que si l’ouvrage dont vous me parlés qui a esté faict à l’occasion de mon demeslé avec Mrs de Trevoux est celui qu’on m’a montré et où l’on met en jeu mon frere et moi c’est bien le plus sot le plus impertinent et le plus ridicule ouvrage qui ayt jamais esté faict et qu’il ne sçauroit sortir que de la main de quelque miserable Cuistre de College, qui ne nous connoist ni l’un ni l’autre. Le Miserable m’y attribue une satire où il me faict rimer epargner avec dernier. Il nous donne à l’un et à l’autre pour confident un Mr Marconville qui ne nous a pas seulement veus je croy passer dans les rues. En un mot le Diable y est.33

  • 34  Lettre de Boileau au Père Thoulier du 4 avril 1710. Sur l’intervention du Père Thoulier, futur abb (...)

27Que faire face à cette présence concrète du « Diable », qui brise toute le pouvoir des équivoques du véritable texte ? La solution paradoxale imaginée par Boileau aurait alors été de publier la véritable Satire sur l’équivoque, afin d’en montrer toute la différence d’avec « le plus plat et monstrueux libelle qui ait jamais été fait34 ». Il s’agirait au fond d’essayer de profiter de l’occasion qui lui est donnée de prendre la parole pour battre la fortune et tenter un coup d’éclat en publiant officiellement sa satire et en la sortant enfin du coffre où elle était enfermée :

Pour ma Satire sur l’Equivoque, tout ce que je puis vous en dire maintenant, c’est qu’on va faire une nouvelle édition de mes ouvrages, où selon toutes les apparences je l’insérerai, et que, bien que j’y attaque à force ouverte tous les mauvais Casuistes, je ne crains point que les Jésuites s’en offensent, puisqu’ils y seront mêmes loués, à Mrs de Trévoux près, que je n’y nommerai pourtant point, quoiqu’ils m’ayent attaqué par mes propres noms et surnoms. Mais quoy ?

  • 35  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 14 mai 1707. Boileau cite à la fin un de ses propres vers  (...)

Aujourd’hui vieux Lyon, je suis doux et traitable.35

  • 36  Cf. la lettre de Claude Brossette à Boileau du 10 août 1706 : « Equivoque maudit, ou maudite Equiv (...)
  • 37  Cf. la lettre de Jean-Baptiste Rousseau à Claude Brossette du 13 août 1717, au moment où celui-ci (...)
  • 38  Une autre stratégie de la dilution, que Boileau mentionne à mi-mot ici à Brossette, mais qui sera (...)

28Cette nouvelle perspective d’une publication imminente impose cependant à l’auteur de s’adapter à certaines injonctions, autrement dit, de rendre acceptable ce qui vraisemblablement sera perçu comme trop agressif. Or, étant donné que l’objet global du texte et certains morceaux sont déjà trop connus36, il s’agirait plutôt de montrer que l’attaque n’est pas dirigée contre la seule doctrine casuistique des équivoques, et donc que l’on ne peut réduire le poème à un simple pamphlet religieux anti-jésuite comme le fait le Boileau aux prises avec les jésuites37. Boileau aurait alors entrepris de diluer l’agressivité de l’attaque contre l’équivoque pour qu’elle ne soit pas assimilée à une attaque contre les seuls jésuites. En d’autres termes, face à la désambiguïsation des cibles affermie par la publication de l’opuscule clandestin, il faudrait « réambiguïser » la ligne de mire en étendant la désignation référentielle des cibles. C’est dans ce but que Boileau certifierait, précisément à ce moment là, qu’il respectera l’anonymat des journalistes de Trévoux et qu’il fera même la louange des jésuites, distinguant bien dans une même phrase les « mauvais Casuistes » de toute obédience d’avec les « Jésuites ». Le poète ira même jusqu’à mettre en valeur ostensiblement cette stratégie de la dilution par une mise en scène poétique38 :

  • 39  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 2 août 1707.

J’ay pourtant mis ma satire contre l’Equivoque, adressée à l’Equivoque mesme, en estat de paroistre aux yeux mesmes des plus relaschés Jésuites, sans qu’ils s’en puissent le moins du monde offenser. Et, pour vous en donner ici par avance une preuve, je vous dirai qu’après y avoir attaqué assés fortement les plus affreuses propositions des mauvais Casuistes, et celles surtout qui sont attaquées par le Pape Innocent XI, voici comme je me reprens :
Enfin ce fut alors que sans se corriger
Tout pécheur… Mais où vais-je aujourd’hui m’engager ?
Veux-je ici rassemblant un corps de tes maximes [s’adressant au monstre Equivoque]
Donner Soto, Bannez, Diana mis en rimes ?
Exprimer tes détours burlesquement pieux,
Pour disculper l’Impur, le Gourmand, l’Envieux ;
Tes subtils faux fuians pour sauver la Mollesse,
Le Larcin, le Duel, le Luxe, la Paresse,
En un mot faire voir à fond développés,
Tous ces dogmes affreux d’anathème frappés
Qu’en Chaire tous les jours, combattant son audace,
Blâment plus haut que moi, les vrais Enfans d’Ignace, etc.
Je vous écris ce petit échantillon affin de vous faire concevoir ce que c’est à peu près que la pièce. Je vous prie de ne la confier à personne […].39

  • 40  La lettre de réponse que Claude Brossette envoya à Boileau le 10 août 1707 est parfaitement explic (...)
  • 41  Les premiers textes commentant la querelle de Boileau après sa mort présenteront justement le poèt (...)
  • 42  Cf. la lettre de Claude Brossette à Boileau du 20 juin 1707 : « Vous me donnez une agréable nouvel (...)

29La précaution prise par Boileau, qui semble avoir retouché son texte à dessein de le rendre acceptable, cerne bien le cœur du problème, à savoir la distinction entre les jésuites et les « mauvais Casuistes »40. C’est en effet précisément de cette distinction que le satirique tire toute la puissance de ses écrits, car c’est dans cette distinction que se loge la différence entre les diverses déclarations de Boileau et la rumeur publique41. Mais c’est justement là que la stratégie de l’équivoque échoue, car la promesse de brouillage des cibles n’est possible que dans une lettre privée. Toute l’ironie de l’histoire est que cette promesse de non-agression doit nécessairement être rendue publique pour que le texte soit publiable. Or en même temps elle ne peut être rendue publique sous peine de désamorcer le texte. En d’autres termes, c’est le mécanisme même de la promesse, qui littéralement met quelque chose dans le futur, qui est rendu inopérant par la programmation a priori du sens anti-jésuitique de la Satire XII. La parution de l’opuscule Boileau aux prises avec les jésuites aurait donc, pour ainsi dire, saturé le sens de la Satire XII par des représentations passées, ne laissant plus aucune place aux représentations futures promises. Ne pouvant ainsi promettre publiquement la paix sans abdiquer, Boileau ne peut déconstruire publiquement la lecture anti-jésuitique de la Satire XII, d’autant qu’il en avait lui-même auparavant profité. Est ainsi rendue en pratique impossible toute publication officielle. C’est pourquoi entre 1707 et 1709, en dépit des affirmations de Boileau, rien ne semble attester d’une publication imminente, et tout au contraire montre que la guerre avec Trévoux est rallumée42.

L’assassinat

  • 43  Nous pensons avec Charles-Henri Boudhors qu’il s’agit bel et bien du même texte attribué faussemen (...)

30En 1709, lorsque le Père jésuite Le Tellier accède aux éminentes fonctions de confesseur du Roi pour remplacer le défunt Père de La Chaise, la contre-attaque commence. Ressaisissant le pamphlet contre les jésuites inséré dans le Boileau aux prises avec les jésuites, Le Tellier fait savoir à Boileau, par l’intermédiaire du jeune Père jésuite Thoulier, qu’il demande un désaveu par écrit43 :

  • 44  Lettre du Père Michel Le Tellier [confesseur du Roi] au Père Pierre-Joseph Thoulier [abbé d’Olivet (...)

D’autres Jésuites que vous, mon Révérend Père, m’ont dit aussi que M. Despréaux désavouoit les vers que l’on fait courir sous son nom contre nous. Mais ces discours tenus en particulier n’empêchent point que le public ne continue à les lui attribuer ; et nos ennemis qui répandent ces vers avec empressement, lui en font honneur dans le monde. Ce n’est point nous qu’il est besoin de détromper, soit parce que M. Despréaux n’a point intérêt de ménager les Jésuites, soit qu’ils croyent qu’une telle pièce est plus capable de lui faire tort qu’à eux dans l’esprit des honnêtes gens. C’est le public et le Roi qu’il a intérêt de détromper, et il sait bien les moyens de le faire quand il le voudra, s’il croit qu’il y aille de son honneur. S’il ne le faisoit pas, il donneroit lieu à ceux qui ne l’aiment point, de dire qu’il a bien voulu avoir auprès de nos ennemis le mérite d’avoir fait ces vers là, sans avoir auprès de nous la témérité de les avoir faits.44

  • 45  Cf. supra note 44. Sur le jeu pratiqué, en cette époque de conflit autour du « jansénisme », entre (...)
  • 46  Sur le rôle que l’on fait jouer à ces deux régimes d’information, cf. notre article, « L’Epître XI (...)

31La demande du Père Le Tellier ne doit pas être prise comme une demande de désaveu ponctuel du texte auprès des jésuites, car au fond, peu importe pour eux que Boileau soit ou non véritablement l’auteur de ce pamphlet. Ce qui en revanche est présenté comme capital, c’est qu’on « pût rendre public45 » le désaveu de Boileau, c’est-à-dire qu’on put transformer une information officieuse, qui était jusque là contenue dans des lettres ou dans des conversations privées n’ayant qu’un impact limité, en information publique à caractère officiel46. La production publique d’un tel document serait alors d’une conséquence plus vaste, dépassant la question de ce seul pamphlet. En effet, au-delà du contenu particulier de la fausse satire, c’est la teneur générale de la polémique avec les jésuites qui est transformée, puisqu’un tel désaveu signerait aussitôt l’abdication par Boileau de toute son agressivité. La réponse positive de Boileau au Père Thoulier semble ainsi témoigner de la portée cruciale qu’implique pour un satirique comme lui un tel désaveu :

  • 47  Lettre de Boileau au Père Pierre-Joseph Thoulier [abbé d’Olivet] du 13 août 1709.

Je vous avoue, mon très révérend père, que je suis fort scandalisé qu’il me faille une attestation par écrit pour désabuser le public, et surtout d’aussi bons connaisseurs que les révérends pères jésuites, que j’aie fait un ouvrage aussi impertinent que la fade épître en vers dont vous me parlez. Je m’en vais pourtant vous donner cette attestation, puisque vous le voulez dans ce billet, où je vous déclare qu’il ne s’est jamais rien fait de plus mauvais, ni de plus sottement injurieux que cette grossière boutade de quelque cuistre de l’université ; et que, si je l’avais faite, je me mettrais moi-même au-dessous des Coras, des Pelletiers et des Cotins. J’ajouterai à cette déclaration, que je n’aurai jamais aucune estime pour ceux qui, ayant lu mes ouvrages, ont pu me soupçonner d’avoir fait cette puérile pièce, fussent-ils jésuites.47

32Boileau, qui condamne ici malicieusement davantage la manière que la matière du pamphlet, assimile la demande de Le Tellier à un véritable « scandale ». Or si l’on admet que le scandale puisse être défini comme l’immixtion autoritaire de ce qui ne doit relever que du privé dans le domaine public, alors cette demande de désaveu par écrit en ressortit. En effet, par sa demande, Le Tellier s’arroge ici un droit indu, celui de censure, qui ne peut appartenir qu’à celui qui règne souverainement sur le monde des lettres officielles, à savoir symboliquement le Roi qui est le seul à détenir le monopole de la force légitime pour contraindre un auteur à produire un tel écrit. Autrement dit, le scandale vient de ce qu’une instance non explicitement juridique (le sacerdoce spirituel de confesseur du Roi) demande à un simple particulier la production d’un acte potentiellement juridique (un désaveu écrit publiable au besoin). Le Père Le Tellier impose donc à Boileau de se soumettre à sa nouvelle juridiction censoriale, en lui demandant de se reconnaître par écrit, en tant qu’auteur, comme justiciable de son nouveau pouvoir inquisitorial.

  • 48  Sur les espoirs de Boileau que son désaveu a été efficace, cf. la lettre de Boileau au Père Thouli (...)
  • 49  Ce jeu des privilèges qui vont et qui viennent était déjà à l’œuvre au tout début de la carrière p (...)

33Paradoxalement, loin de mettre fin à ses prétentions éditoriales, Boileau semble avoir cru à ce moment-là à la possibilité d’une autorisation officielle pour publier la Satire XII. En effet, le fait d’avoir donné à Le Tellier le moyen apparent de désamorcer publiquement toute intention pamphlétaire à l’égard de la Compagnie de Jésus semble, aux yeux du satirique, être une défaite suffisante pour obtenir en compensation l’aval du pouvoir48. Mais l’« attestation » en question pouvait-elle être suffisante pour pouvoir détruire la portée corrosive de la Satire XII ? Au contraire, la prégnance de la programmation a priori du sens anti-jésuitique de la Satire XII rendrait concrètement inopérante toute opération a posteriori de reprogrammation. Et au fond, seule une telle interprétation du caractère indélébile de la polémicité de la Satire XII peut expliquer que Boileau ait encore tenu à la publier, et que les jésuites s’y soit encore opposer. On assiste ainsi à une nouvelle journée des dupes, où le privilège de la Satire XII, d’abord accordé, est retiré49 :

  • 50  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 26 août 1709.

Voicy, monseigneur, un grand événement qui arrive dans les lettres, M. Des Préaux va faire imprimer son Equivoque, et il compose actuellement une préface pour remettre le tout à M. le Cardinal de Noailles, affin de ne point agir qu’en conformité de son approbation. Mais, monseigneur, il faut vous compter ce qui a donné lieu à tout cecy :
Un poète jusqu’à présent inconnu s’est avisé de publier contre les Jésuites, sous le nom de M. Des Préaux, les vers que je me donne l’honneur de vous envoier. Les RR. PP. ont soutenu hautement que ces vers estoient en effet de M. Des Préaux, et le Père confesseur du roy est entré dans la querelle. On a donc demandé un désaveu par escrit à vostre cher poète. Mais il a répondu qu’il le donnerait en faisant imprimer son Equivoque pour montrer la différence qu’il y a de ses vers à ceux de ce maudit rimeur qui s’est servi de son nom.
Voilà, monseigneur, ce qui mettra au jour l’Equivoque, qui, sans cette occasion n’auroit peut-estre jamais paru.50

  • 51  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 15 décembre 1710.

M. Des Préaux est enchanté de M. le Cardinal [de Noailles], car S. E. a lu et relu l’Equivoque, et il a permis à M. Des Préaux de dire tout ce qu’il voudrait dans sa préface.51

  • 52  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 30 janvier 1711.

Votre cher poète, monseigneur, a pris courageusement le désastre poétique qui lui est arrivé. M. le chancelier [de Pontchartrain], qui lui avait promis un privilège pour imprimer l’Equivoque, a retiré sa parole, et ne veut point qu’on imprime cette satire. M. le Cardinal, qui a fort examiné cet ouvrage, a offert à M. le chancelier d’en parler au Roi, mais M. Des Préaux a prié S. E. de n’en rien dire.
Il a en mesme temps fait cesser son édition qui estoit commencée, et il a résolu de ne plus rien faire imprimer de son vivant. Je ne sais pas s’il tiendra celle résolution ni ce qui arrivera là-dessus.52

  • 53  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 6 février 1711.

M. Le Bailly m’assura hier, monseigneur, que la deffense d’imprimer l’Equivoque ne vient point de M. le chancelier, mais qu’elle vient directement du Roy que le P. Le Tellier avait prévenu là-dessus.53

  • 54  Boileau, Satire XII, v. 20.
  • 55  On renvoie ici à la façon dont Boileau convoquera justement le cas de l’Epître XII comme précédent (...)

34Il faut cependant remarquer que l’interdiction de publier la Satire XII relève ici davantage de l’acceptable que du légal. En effet, l’intervention du Roi ne serait pas, au sens strict, un acte juridique ; elle n’est pas l’application d’un droit positif, passant par des actes formels, mais la négation, par une autorité absolue, d’un droit qui avait été octroyé par des autorités inférieures, celle du Cardinal de Noailles et du Chancelier de Pontchartrain. Comme le soulignerait le refus de tout plaidoyer auprès du Roi, il est impossible de faire appel du verdict, car celui-ci ne dépend d’aucun cadre juridique : c’est une décision souveraine et absolue dont on ne peut ni demander des comptes, ni vérifier la constitutionnalité. Autrement dit, cette pure et simple décision découpe et isole un cas de tous les autres, en le maintenant sans cesse hors du regard de la loi, empêchant de l’insérer dans une série de cas juridiques. Ainsi, du fait même de la légalité de l’Epître XII, dont la publication officielle en 1698 avait déclenché la guerre avec la Compagnie de Jésus, la Satire XII se voit soustraite de la réalité justiciable et séparée de l’acceptable série de « ses onze sœurs54 » dans laquelle Boileau n’aura cessé de vouloir explicitement l’insérer55.

  • 56  Sur la grande ambiguïté de l’attitude de Noailles qui, en tant qu’archevêque de Paris, est le chef (...)
  • 57  L’accession du Père Le Tellier à un poste aussi éminent que celui de confesseur du Roi aurait reco (...)

35L’intervention directe du Roi, qui enjambe la promesse du Chancelier, révèle que la querelle est entrée dans une nouvelle phase, un nouveau domaine : celui de la politique royale et de la raison d’état. L’irruption du pouvoir royal face aux contre-pouvoirs, et notamment face à l’approbation du Cardinal de Noailles, fait alors écho aux événements contemporains qui, avec la destruction de l’abbaye de Port-Royal-des-Champs en 1710, ont vu un affaiblissement du pouvoir de Noailles face au Roi et au Pape56, ainsi qu’un recentrement de la Compagnie de Jésus autour du Père Le Tellier, nouveau détenteur du secret, et donc du pouvoir57. Boileau meurt quelques mois après, en mars 1711, sans que la Satire XII ait pu voir le jour.

épilogue : la guerre posthume des commentateurs (xviiie siècle)

Le testament

36L’inacceptabilité de la Satire XII ne se lève pas au moment de la mort de Boileau en mars 1711, mais cette disparition semble néanmoins constituer un événement favorable sur le long terme. On va ainsi voir les éditeurs et commentateurs de Boileau longtemps batailler pour donner un caractère acceptable à cette Equivoque rendue inacceptable. Le testament de Boileau en figure la première étape, puisque le satirique, sans doute dans l’idée que sa mort allait créer à plus ou moins court terme une réorganisation des limites de l’acceptable, lègue le texte manuscrit de la Satire XII à son éditeur, le libraire Esprit Billiot :

  • 58  Testament de Monsieur Despréaux du 2 mars 1711, reçu par Me Dionis, cité par Auguste Laverdet dans (...)

[Ce testament] Veut que toutes les nouvelles pièces et ouvrages que le sieur testateur a faits, même celui contre l’Equivoque, et qu’il vouloit comprendre dans une nouvelle édition, soient mis ez mains du sieur Billot, libraire, demeurant rue de La Harpe, pour en faire son profit. Les dits nouveaux ouvrages se trouveront dans un portefeuille à part.58

37Cependant, bien que la personne juridiquement responsable du texte incriminé soit détruite, le texte en lui-même demeure programmé comme un acte d’accusation potentiel. Le fait de l’éditer, de le faire paraître officiellement, présente donc toujours le danger de réactiver la séquence d’accusation et de s’attirer les foudres des jésuites et du pouvoir. Sachant cela, le libraire Billiot semble avoir toutefois bel et bien remis en route la grande édition interrompue du vivant de Boileau, en demandant un privilège pour les œuvres restées inédites (quelques pièces secondaires, mais surtout la Satire XII). En avril 1711 est registrée la réponse officielle à la demande de privilège faite par le libraire Billiot :

  • 59  Privilège des Œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Nouvelle Edition reveuë & de beaucoup augmentée(...)

Le sieur **** Nous a fait remontrer qu’il desireroit faire imprimer les Œuvres du feu sieur Nicolas Boileau Despreaux, tant celles qui ont desja esté imprimées, que celles qui n’ont point encore veû le jour. Et comme cet Auteur Nous a fait, à nostre satisfaction, la lecture de la plus grande partie de ses Ouvrages, Nous accorderons volontiers le privilege necessaire pour les donner au Public.59

  • 60  Nous reprenons cette remarque à Jacques Berriat-Saint-Prix dans son édition des Œuvres complètes d (...)
  • 61  Lettre de Mathieu Marais à Madame de Mérigniac de mars 1711. Le même mois, Mathieu Marais, avocat (...)

38La tournure donnée à ce privilège semble bien cependant contenir une équivoque, puisque, s’il permet bel et bien d’imprimer les pièces « qui n’ont point encore veû le jour », il semble en revanche ne désigner par là que les pièces qui ont effectivement fait l’objet d’une lecture devant le Roi – ce qui exclut de fait la Satire XII60. Le privilège imposerait ainsi au libraire Billiot d’interpréter lui-même personnellement les implications de cette précision anodine. Or en interprétant cette phrase comme une incrimination de la Satire XII, le libraire anticipe les sanctions du pouvoir, et sanctionne lui-même implicitement l’inacceptabilité du texte orphelin. Mais si l’édition officielle de la Satire XII par Billiot, tant espérée par Boileau, ne peut pas voir le jour, toutefois le bruit court à Paris en mars 1711 que « l’Equivoque est imprimée, et qu’il y en a neuf exemplaires du vivant de M. Despréaux, qu’il avait confiées à ses amis61. »

  • 62  Emile Magne, dans sa Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux (op. cit., t.  (...)

39à partir de ces quelques exemplaires privés vont se développer dès 1711 un grand nombre d’arrangements éditoriaux clandestins contenant la véritable Satire XII62. La mort de Boileau n’a donc certes pas modifié l’acceptabilité du texte, mais elle a du moins conduit à son authentique visibilité publique, quoique non officielle. Or, dans cette perspective, les discours préfaciels de ces opuscules clandestins font voir deux façons bien différentes de présenter la publication subreptice de la Satire XII. La première consiste à dire que le caractère clandestin n’est qu’un palliatif à l’absence d’édition officielle, et que cette édition n’a évidemment pour fonction que de satisfaire à l’avide curiosité du public pour l’ultime œuvre de l’« illustre Auteur » : 

  • 63  Avertissement du libraire de la Satire XII de M. Boileau Despréaux sur les équivoques, 1711, s.l.  (...)

Toutes les Pieces de feu Monsieur Despreaux, qui est mort à Paris le 13 Mars de cette année 1711. ont été si bien recuës du Public, que j’ose me flatter que je lui fais un présent de lui donner cette Satire. Personne ne peut douter qu’elle ne soit de cet illustre Auteur. On le reconnoit très-facilement à son stile : et on n’ignore point à Paris qu’il se faisoit un plaisir il y a quelques années de la réciter à ses Amis, et même à des Personnes de la première considération, qui tous l’ont généralement approuvée. On m’a même assuré qu’il avoit eu dessein de la faire imprimer lui-même, et qu’il vouloit l’insérer dans le corps de son Ouvrage avec les onze Satires précédentes. En attendant que toutes ces Œuvres se réimpriment et qu’on sache exactement ce qui a porté M. Despréaux à la faire, et ce qui a empêché qu’elle n’ait paru plutôt, on sera sans doute bien aise de la voir imprimée séparément.63

40Cette innocente préface tente donc bien de faire de la mort de Boileau un événement capable de désamorcer le conflit avec les jésuites. En passant sous silence « ce qui a empêché qu’elle n’ait paru plutôt », ce petit discours tente de dépolitiser la Satire XII et d’en faire un simple monument littéraire. Cependant, très vite, et sans doute même simultanément, d’autres discours préfaciels font davantage apparaître leurs fonctions polémiques, en se présentant moins comme un palliatif que comme une véritable vengeance posthume :

  • 64  Avertissement du libraire de la Satire XII sur l’équivoque, par M. Boileau Despréaux, 1711, s.l. ( (...)

M. Despréaux, quelques mois avant sa mort, avoit conçu le dessein d’une nouvelle edition de ses ouvrages plus exactes que les précedentes et augmentée d’un tiers. Il l’avoit même déjà commencée, ne s’imaginant pas que sa nouvelle Satire contre l’Equivoque dût être un obstacle au Privilège. Il s’en tenoit d’autant plus assuré que M. le Cardinal de Noailles, M. le Chancellier [de Pontchartrain] et plusieurs autres personnes distinguées, à qui il l’avoit récitée, l’avoient entendue avec admiration. On fut donc extrêmement surpris de voir refuser le Privilège à un ouvrage qui, avant que d’être publié, avoit attiré de si grands applaudissements à son auteur. Le public qui l’attendoit avec impatience fut tres touché de ce refus. Il le regarda comme l’effet des intrigues des Jesuites qui croyoient leur morale attaquée dans cette Satire. On sçait cependant que M. Despréaux avoit tâché de les apaiser en ajoutant à sa Preface quelques endroits qui leur étoient favorables. En vain quelques uns de ses Amis essaierent de lui persuader de continuer l’édition de ses ouvrages, en reservant sa Satire pour un autre temps, il ne voulut point y consentir : ce qui donna lieu à une personne de lui demander un jour, si ce ne seroit point aller contre ses intentions que de la faire imprimer après sa mort. Il répondit avec vivacité, que non seulement il vouloit bien qu’on l’imprimât, mais aussi qu’on y retranchât de la Preface les additions insipides qu’il n’y avoit inserées que pour obtenir plus facilement le Privilege. Il ajoûta que si sa santé le lui permettoit, il feroit bien une autre Preface, où il expliqueroit ses sentimens sans contrainte et sans menagement. On ne doit donc pas être surpris de trouver ici cette Preface sans des additions qui ne furent jamais de son gout, et qu’il n’avoit faites que pour des raisons qui ne subsistent plus.64

  • 65  Sur le retrait de ces éléments complaisants, cf. les variantes observables entre les différentes v (...)

41En insistant sur le retrait exprès du privilège et en explicitant publiquement, pour ceux qui l’ignoraient encore, l’intervention des jésuites, cette préface transforme la portée de l’action d’imprimer clandestinement le texte. Désormais, les éditeurs revendiquent et récupèrent à leur charge la séquence d’accusation contenue dans la Satire XII. Ils s’érigent en dernier maillon de l’action politique initiée par Boileau et exhibent leur propre action de résistance au pouvoir des jésuites. Apparemment sans illusion quant à la possibilité d’une édition officielle, ils font de la publication clandestine, non plus une complaisance diligente envers le public, mais un acte politique de provocation contre le pouvoir de censure, en prenant sur eux d’expurger l’avertissement de la Satire XII des « additions insipides » et complaisantes envers les jésuites65. La mort de Boileau en 1711 devient donc paradoxalement le moment d’une réactualisation massive du sens anti-jésuitique du texte, solidifiant durablement la programmation de son sens entamée dix ans plus tôt.

42Cette réactualisation de la fonction polémique et politique de la Satire XII à travers les opuscules clandestins, quoique née de l’obstination du pouvoir à refuser le privilège, ne semble pouvoir qu’accréditer en retour les soupçons mêmes du pouvoir. En effet, toute publication jouant sur la nécessité de produire une édition posthume exhaustive pourra toujours être soupçonnée de vouloir produire une action politique contre le pouvoir. C’est pourquoi, face à ces éditions clandestines hautement polémiques, « expurgées » de toute complaisance, le libraire Billiot abdique ostensiblement toute velléité de publication de la Satire XII. Il place ainsi au tout début de l’édition officielle qu’il offre au public en 1713 une liste des « Œuvres de M. Despreaux. Selon l’ordre où elles sont icy imprimées » et où ne figure évidemment que onze satires, suivi d’un petit discours attribué à Boileau :

  • 66  Œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Nouvelle Edition reveuë & de beaucoup augmentée, Paris, Espri (...)

Voilà au vray, dit M. Despreaux dans un Escrit que l’on a trouvé après sa mort, tous les Ouvrages que j’ay faits. Car pour tous les autres Ouvrages qu’on m’attribuë, & qu’on s’opiniastre de mettre dans les Editions estangeres, il n’y a que des Ridicules qui m’en puissent soupçonner l’Auteur. Dans ce rang on doit mettre une Satire tres-fade contre les frais des Enterremens ; une autre encore plus plate contre le Mariage […]. Celle contre les Jésuites ; & quantité d’autres aussi impertinentes.66

  • 67  Ce phénomène se vérifie jusque dans les rééditions de l’édition Billiot en 1716 (cf. Emile Magne, (...)
  • 68  Nous devons cette remarque sur les éditions et leur typographie à Charles-Henri Boudhors dans son (...)

43L’édition officielle de Billiot multiplie dès l’entrée d’ostensibles avertissements conduisant à montrer l’exclusion de la Satire XII du domaine officielle. Mais dans certains exemplaires de cette grande édition in quarto, se trouve insérée la Satire XII pour le plaisir de quelques clients de confiance67. La comparaison des typographies invite alors à penser que Billiot, sans doute sur le conseil de Valincour et de l’abbé Renaudot, deux proches de Boileau qui se sont probablement chargés de concert de l’apparat critique de cette savante édition, a fait imprimer à part dans son atelier l’un des opuscules clandestins qui circulaient dès 171168. Or il s’agit précisément de l’opuscule le plus agressif, celui dont la préface est expurgée de toutes les « additions insipides qu’il n’y avoit inserées que pour obtenir plus facilement le Privilege ». Par cette production simultanée, Billiot signe ainsi une double action : il accepte et entérine officiellement le pouvoir de la censure, mais en même temps il produit et fait circuler toutes les armes de la résistance politique. Une telle duplicité témoignerait donc de l’impossibilité de produire une quelconque édition de compromis, obligeant du coup à inventer un dispositif scindant et réunissant deux éditions en une : l’une acceptable et l’autre inacceptable.

  • 69  Cf. Emile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, op. cit., t. 2, p (...)

44Toutefois, parallèlement à ces éditions dissociées françaises, on voit se développer hors de la juridiction censoriale de Louis XIV des éditions hollandaises incorporant la Satire XII au reste des Œuvres, sans qu’il soit fait mention d’aucune implication politique69. Décontextualisée de la bataille qui l’a vue naître, puis recontextualisée dans un grand monument funéraire à la gloire de Boileau, finalement rendue à ses onze sœurs, la Satire XII y apparaît comme innocente, désamorcée, dénuée de toute chaleur polémique et prête pour achever le portrait du poète aux yeux de la postérité.

Vers une publication autorisée

45Il faudra attendre encore longtemps pour que de semblables éditions exhaustives paraissent officiellement dans le domaine français. La mort de Louis XIV en septembre 1715, accompagnée d’une expulsion du Père Le Tellier de la cours, semble ainsi offrir une première opportunité éditoriale. Dans cette conjoncture, Claude Brossette, l’ami et correspondant de Boileau à Lyon, fait paraître dès 1716 une monumentale édition des Œuvres de Boileau, assortie de commentaires historiques inédits tirés de leur commerce. Or, quoique cette édition ne paraisse pas en France, mais dans le foyer d’imprimeurs étrangers le plus proche de Lyon, c’est-à-dire à Genève, elle est bel et bien destinée à être « reçue dans le Royaume » de France et est ostensiblement dédiée au Régent Philippe d’Orléans :

  • 70  Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez par lui-même, Genève, (...)

Le désir de procurer le bien public est aujourd’hui l’unique occupation de Votre Altesse Royale. Comptant l’amour des lettres parmi les soins principaux de la Régence, Elle a bien voulu nous permettre de lui dédier les Œuvres nouvellement imprimées & commentées, d’un Auteur universellement estimé. De nôtre côté nous avons fait tous nos efforts, pour embellir cette Edition, persuadez qu’elle seroit reçue dans le Royaume, avec plus d’agrément, qu’elle y seroit introduite sous l’autorité d’un Prince, qui en est les délices […].70

  • 71  Cf. la dépêche de Philippe d’Orléans [Régent de France] au cardinal de La Trémoille du 13 septembr (...)
  • 72  Pour un aperçu plus général sur le travail de commentateur de Brossette dans son édition des Œuvre (...)

46L’accession au pouvoir de Philippe d’Orléans marque sans aucun doute une ouverture politique forte en matière de religion : son soutient envers le gallicanisme et son hostilité à l’enregistrement de la bulle Unigenitus se traduisent entre autre par le retour en grâce du Cardinal de Noailles, nommé président du conseil de conscience71. Fort de ce temps de liberté, mais prudent quant aux limites du laxisme du Régent, Brossette entreprend un exercice éditorial saugrenu : publier la Satire XII, non pas sans aucun commentaire, ce qui aurait pu être encore trop dangereux, mais au contraire avec un commentaire voulant prouver sa totale innocuité72. Or immédiatement après cette tentative de compromis paraît en 1717 et 1718 une nouvelle édition des Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez par lui-même, mais revue et corrigée par un certain Du Monteil, qui fait délibérément éclater le trucage de Brossette :

  • 73  [Du Monteil ?] « Avis sur cette nouvelle édition », Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclai (...)

La nouvelle Edition que l’on donne ici in quarto & in folio a tous les avantages de celle de Geneve : elle contient les mêmes Remarques & les mêmes Pièces : et elle la surpasse à bien des égards.
[…] Cette Edition est augmentée de plusieurs nouvelles Remarques, que l’Imprimeur a distinguées des autres en les renfermant entre deux crochets, avec ces mots à la fin, Addition de l’Edition d’Amsterdam. En parcourant les Notes de l’Edition de Geneve on s’est aperçu que le Commentateur n’avoit pas jugé à propos d’expliquer les endroits où Mr. Despréaux désigne certains Dogmes de Morale, que Mr. Pascal a reprochez aux Jésuites dans ses Provinciales. On a même trouvé qu’il deguisoit quelquefois la pensée de notre Poëte, lorsqu’il s’agit de ce qu’on appelle le Jansénisme. On l’a relevé sur ce dernier Article2) : & dans les autres endroits, on a éclairci & commenté les expressions de Mr. Despréaux, qui étoient auparavant inintelligibles à la plupart des Lecteurs3). Ces Remarques sont purement historiques. On n’y épouse aucun parti : on se contente de fixer le véritable sens de Mr. Despréaux, & de marquer les passages citez par Mr. Pascal, qu’il avoit en vuë.2) Voyez les Remarques sur la Satire XI. vers 146. & Satire XII. vers 1. 328.
3) Satire XII. vers 269, 273, 280, 287, 289, 290, 291, 293, 294, 296, 298, 301, 312, 313, 314.73

47Sous le couvert de l’érudition philologique propre au genre des grandes éditions posthumes des auteurs classiques, Du Monteil propose, non pas une nouvelle édition avec un appareil de notes entièrement repensé, mais une reproduction minutieuse des notes de l’édition de Brossette, toutefois elles-mêmes accompagnées de notes à un second degré permettant de mieux exhiber la malhonnêteté des premières. La remarque que Claude Brossette avait placée ostensiblement au début la Satire XII pour la rendre inoffensive est ainsi complètement retournée par Du Monteil :

  • 74  Remarque de Claude Brossette placée au début de la Satire XII dans son édition de 1716, reprise et (...)

Cette Satire a été composée en l’Année 1705. l’Auteur étant âgé de 69. ans. Il emploïa onze mois à la faire, & trois ans à la corriger. Pendant ce long intervale ses amis l’engageoient souvent à en réciter des lambeaux ; & sur les rapports peu fidèles qu’ils en faisoient dans le monde, on s’imagina que sa principale vûë étoit d’offenser les Jésuites par cet Ouvrage. Mais outre qu’attaquer les Jésuites, & attaquer l’Equivoque, sont deux choses très différentes, la fameuse opinion de l’Equivoque n’étant pas enseignée par tous les Jésuites, & se trouvant en beaucoup d’Auteurs qui ne sont pas Jésuites ; on peut dire en quelque façon que cette Satire n’attaque pas même les Casuistes en général. [Quoi qu’en dise le Commentateur, on ne sauroit douter que la principale vûe de Mr. Despréaux n’aît été d’offenser les Jésuites par cet Ouvrage, c’est-à-dire de satiriser leur Morale, & d’attaquer leurs Casuistes en général. La preuve en est claire. M. Despréaux n’a fait que répeter dans cette Satire les accusations que M. Pascal a faites contre les Jésuites en général dans ses Lettres Procinciales ; comme on le fera voir dans les Remarques sur le vers 265 & sur les suivans. Add]74

  • 75  Remarque de Claude Brossette sur le vers 309 : « Veux-je d’un Pape illustre, &c.] Ceci regarde les (...)
  • 76  Remarque de Claude Brossette sur le vers 328 : « Les cinq dogmes fameux par ta main fabriquez.] On (...)
  • 77  Notons ainsi par exemple que la lettre de Boileau à Arnauld, que Du Monteil accuse d’avoir été tra (...)
  • 78  Cf. Leo Strauss, La persécution et l’art d’écrire, Paris, Gallimard, 2003, p. 68 (trad. de l’angla (...)
  • 79  Cf. la lettre de Claude Brossette à Jean-Baptiste Rousseau du 25 octobre 1729, à propos du projet, (...)

48Le procédé de Du Monteil est absolument récurrent tout au long de la Satire XII, et particulièrement insistant sur les points cruciaux que sont l’identité des Casuistes attaqués75 ou le problème des cinq Propositions76. Mais il faut remarquer avec quelle facilité Du Monteil renverse et retourne les notes de Brossette, par la simple inversion de la polarité des phrases de son prédécesseur, passant de la négation à l’affirmation (« Despréaux en vouloit effectivement aux Jésuites ») : Brossette pouvait-il avoir tant de difficulté à conclure rationnellement ce qu’il fallait conclure des différentes preuves que lui-même venait de produire77. Ne peut-on pas voir dans les trucages très grossiers du fidèle Brossette, relevées dès l’année suivante par un contemporain, une sorte d’ironie simulatrice ? En effet, ces erreurs manifestes et ces falsifications évidentes ne sont pas sans rappeler ce que Leo Strauss postulait à propos des écrits sous contrainte et de l’écriture entre les lignes78. De la à en conclure que Brossette ne souhaitait pas être pris au sérieux par certains de ces lecteurs, prévenus par la notoriété de la Satire XII, il n’y aurait qu’un pas à franchir79.

  • 80  Cf. supra notes 9 et 19.

49En tout état de cause, l’édition de Du Monteil inscrit scrupuleusement les accusations de Boileau dans le sillon des diverses accusations proférées par Pascal dans les Provinciales, si bien que Boileau semble redevenu le « singe de Pascal »80. Le travail philologique de Du Monteil, qui est encore amplement exploité dans nos éditions actuelles, rapproche alors de fil en aiguille tous les passages des différents écrits de Boileau qui avaient pu être soupçonnés d’être favorables aux « jansénistes » (que ce soit la Satire XII, l’Epître XII, la lettre de Boileau à Arnauld ou encore un passage de la Satire XI etc), jusqu’à faire surgir un imposant corpus « jansénisant » difficilement dissimulable à l’intérieur même du monument classique destiné à la postérité. Le surgissement public de ce nouveau massif aurait dès lors mis tous les éditeurs ultérieurs des Œuvres de Boileau en demeure de prendre parti dans le conflit entre Brossette et Du Monteil.

50Cette polémique par éditions interposées semble avoir transformé les termes de l’acceptabilité de la Satire XII. En effet, sous l’influence de la grande édition de Brossette, le texte même de la Satire XII va peu à peu devenir acceptable et être intégrée au sanctuaire des Œuvres de Boileau publiées en France. Cependant, son inacceptable portée anti-jésuitique ne disparaît pas pour autant, mais paraît plutôt déplacée et décentrée du poème vers les notes de bas de page de Du Monteil, lesquelles vont devenir le nouvel objet du débat et la pierre d’achoppement de la plupart des éditions du XVIIIe siècle. Ainsi, la grande édition de 1735, celle qui publie pour la première fois la Satire XII en France avec le privilège du Roi, prend le parti d’éviter le conflit en supprimant ou en réduisant la plupart des notes qu’elle juge inutiles, ce qui inclut autant celles de Brossette que celles de Du Monteil, exactement comme si la querelle des commentateurs n’avait jamais eu lieu. La nécessité politique d’expurger la nouvelle édition se fait alors sur le prétexte de rendre l’œuvre du poète plus lisible, comme en témoigne le commentaire de l’allégorie humoristique placée en frontispice :

  • 81  Commentaire placé au-dessous de la gravure du frontispice de l’édition des Œuvres de Mr. Boileau-D (...)

Thalie presente Boileau au Conseil des Dieux, qui le reçoivent pour Dieu de la Satire. Momus de dépit quitte l’Assemblée. Au bas […] un Commentateur s’endort sur ses longues notes, dont [des] génies supriment les unes, et reduisent les autres.81

51Il semble qu’il faille attendre cependant 1747 pour que paraisse en France avec le privilège du Roi une édition commentée et assortie de remarques des Œuvres de Boileau contenant la Satire XII. Mais la solution imaginée par le nouvel éditeur, Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc, pour ne pas prendre parti dans la querelle éditoriale entre Brossette et Du Monteil est alors de les mettre en parallèle et de montrer le débat tel qu’il a eu lieu :

  • 82  [Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc] « Avertissement » aux Œuvres de M. Boileau-Despréaux, Par (...)

Je me suis imaginé qu’il seroit utile que cette Edition réprésentât, outre celle de M. Brossette, les différentes Editions, qu’on a données d’après ou depuis la sienne. C’est pour cela que je rens comte par tout de ce que les autres Editeurs ont fait. […] Cette partie de mon plan, qui m’a jetté dans beaucoup de menus détails assés ennuïeux, m’oblige de mettre à la suite de cet Avertissement ceux des différents Editeurs, afin qu’on voie d’un coup d’œil ce que chacun s’étoit proposé.82

52La coprésence hautement polémique des avertissements de Brossette et de Du Monteil qui le contredit explicitement est cependant diluée par la rigueur philologique de Saint-Marc, qui cite également avec tout autant de scrupules les avertissements des éditions de 1735 et 1740. Mais la belle égalité qui règne au niveau des avertissements de cette nouvelle édition laisse place à une prise de parti très forte lorsqu’on aborde précisément le texte de la Satire XII, comme en témoigne alors le commentaire que Saint-Marc insère après une des fameuses notes de Brossette :

  • 83  Saint-Marc a en effet remplacé « la fameuse opinion de l’Equivoque n’étant pas enseignée par tous (...)
  • 84  [Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc] Remarque à l’« Avertissement sur la XII. Satire », Œuvres (...)

Je n’ai point nommé les Auteurs de ces propositions.] L’Auteur, n’aïant pas voulu dans la partie de son Ouvrage, où il attaque les Opinions de quelques Casuistes condamnés par l’Eglise, se servir du privilége que la Satire a de nommer les Auteurs, qu’elle censure ; il semble que son exemple & ses intentions ont du servir de regle à son Commentateur [c’est-à-dire à Brossette], quoiqu’en dise M. Du Monteil, qui a fait une Note sur la Remarque précédente, qui est toute de M. Brossette, à la réserve de quelques mots que j’ai cru devoir changer dans la dernière phrase du premier alinea pour donner un sens à ce qui n’en avoit point83. Bien loin donc de penser comme M. Du Monteil, & d’accuser M. Brossette d’avoir usé par tout de déguisement dans ses Remarques sur la XII. Satire, je pense qu’il s’est conduit très-sagement ; & je ne puis que condamner le soin que son Censeur a pris de nous étaler, dans environ une trentaine de Notes, non seulement les noms des Théologiens, dont Mr. Despréaux fronde quelques propositions, mais les propositions elles-mêmes, qui sont ici d’autant plus inutiles, que le Poëte a pris soin de nous apprendre par le Vers 325. qu’il avoit puisé dans des sources très connues, & qu’il nous a par là mis en état de recourir aux mêmes sources, au moment que l’envie nous en prendroit.84

53Quoique Saint-Marc prenne ici ostensiblement la défense de Brossette et repousse avec véhémence l’interprétation de Du Monteil, on peut s’interroger sur la façon qu’a eu le philologue de montrer au grand jour la position adverse, sous couvert de vouloir la condamner. Comme Brossette avant lui, Saint-Marc n’est-il pas en train d’avertir les esprits déliés qu’une « trentaine de notes », très justement qualifiées de scandaleuses, ont été supprimées par ses soins et mériteraient donc d’être relues dans l’édition originale de Du Monteil ? Cela reviendrait à dire que la philologie se retournerait contre la neutralité scientifique qu’elle semblait promettre au départ : la révélation des strates supprimées dénoncerait ainsi implicitement la présence de la censure. Comparée donc à l’édition de 1735 qui affichait un silence respectueux vis-à-vis de la censure pour enfin publier légalement la Satire XII, l’édition de 1747 semble rejouer les ambiguïtés du débat initial en laissant se contredire les remarques de Brossette et celles de Du Monteil.Or ce fait même de montrer qu’il y a de la contradiction permettrait implicitement de forcer le lecteur à mobiliser son propre jugement, et donc à devenir lui-même une autorité interprétative toute personnelle, capable de corriger tel ou tel commentaire, et partant capable de défier la censure. Saint-Marc serait ainsi lui-même en train de nous dire, par une ironie subtile lisible entre les lignes, « qu’il nous a par là mis en état de recourir aux mêmes sources, au moment que l’envie nous en prendroit. »

  • 85  Sur le « jansénsime » de Saint-Marc, qui aurait écrit avec Claude-Pierre Goujet le Supplément au N (...)

54Mais en soupçonnant une édition philologique aussi importante dans l’histoire des éditions de Boileau que celle de Saint-Marc, d’être implicitement favorable au « jansénisme »85, ne risque-t-on pas de soupçonner tous les éditeurs de Boileau de n’éditer et de n’annoter la Satire XII que pour attaquer les jésuites et s’instituer eux-mêmes comme les acteurs d’une lutte entre la liberté de la presse et la censure ? La suppression de la Compagnie de Jésus en 1763 et la mort de Saint-Marc en 1769 vont conduire finalement à une nouvelle édition des Œuvres de Boileau où les remarques anti-jésuitiques de Du Monteil sont intégrées aux commentaires de Brossette et de Saint-Marc. Ce collectif d’éditeurs de 1772 évoque alors explicitement les différents ressorts qui ont agité jusqu’alors l’histoire des éditions posthumes de Boileau :

Des raisons de politique, la crainte bien fondée d’offenser une Société d’hommes d’autant plus redoutables, qu’ils se servoient du prétexte de la religion attaquée pour exercer leur vengeance, avoient porté ces Editeurs, d’ailleurs judicieux, à supprimer bien des choses qui, en irritant les injustes Inquisiteurs de la Littérature, n’eussent pas manqué d’être funestes à ceux qui les auroient divulguées. Le seul M.Du Monteil avoit profité de la liberté de la presse à Amsterdam, pour faire des remarques aussi vraies que judicieuses, surtout sur la douzième Satyre. Mais les motifs qui avoient arrêté la plume des autres Editeurs intimiderent tellement M. De St. MArc, qu’il supprima ces remarques de son Edition. La chute du Colosse qui les avoit effrayés, son discrédit & le peu que nous avons à redouter de ses intrigues au sein de la liberté, nous ont permis de restituer dans notre Edition, non-seulement toutes les Notes de Mr. Du Monteil, mais encore d’y en ajouter de nouvelles, puisées dans les sources les plus sûres & les plus exemtes de partialité. […]

  • 86  « Avertissement du libraire » des Œuvres de Boileau Despréaux avec des éclaircissements historique (...)

On trouvera aussi dans le Tome III. Un morceau intitulé, Boileau aux prises avec les Jésuites, Brochures de 55 Pages qui parut dans le tems des Démêlés de notre Auteur avec ces RR. PP. Nous avons cru propre à faire connoître l’esprit des Adversaires que Despréaux avoit à combattre, & à répandre du jour sur l’historique de cette dispute. M. De St. Marc n’a sans doute osé donner cette Piece, & elle a probablement été inconnue à M. Du Monteil.86

  • 87  Cf. par exemple le commentaire de Jacques Berriat Saint-Prix à propos de l’Epître XII dans son édi (...)
  • 88  Cf. Jean-François de La Harpe, Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne, Paris, Didier, 1 (...)

55Ainsi, ce n’est qu’avec la mort de Boileau, puis celle de Louis XIV, et enfin celle du corps institutionnel de la Compagnie de Jésus, que la Satire XII a pu intégrer à part entière, sans torsion ni rétorsion, le corps monumental des Œuvres de Boileau. Autrement dit, seul un changement radical de contexte peut transformer durablement l’acceptabilité d’un texte ; car toutes les opérations d’ambiguïsation qui tordent le sens du texte pour le rendre acceptable demeurent ponctuelles et peuvent toujours être l’objet d’une autre opération ponctuelle, symétrique et inverse de désambiguïsation du texte, révélant de nouveau son inacceptabilité. Mais malgré ce changement de contexte majeur, qui représente ni plus ni moins l’écroulement de l’autorité royale sur la presse avant la Révolution, ces opérations d’ambiguïsation et de désambiguïsation successives semblent avoir laissé des traces durables87 ; si bien que certains historiens de la littérature, reversant dans le domaine esthétique les condamnations éthiques et doctrinales de l’Epître XII et de la Satire XII, se sont ingéniés à montrer la fadeur, l’obscurité et la servile imitation de Pascal dans ces deux pièces, quoiqu’elles ne fussent pas considérées du vivant de Boileau comme inférieures aux autres88.

Conclusion

  • 89  Notons que si la Satire XII ne cesse d’être réamorcée par les éditeurs, commentateurs et historien (...)

56Comme devait l’indiquer l’équivoque du titre de notre enquête, rendre les équivoques inacceptables et pourfendre les casuistes de la Compagnie de Jésus a paradoxalement impliqué, de la part de Boileau et de ses éditeurs, de recourir eux-mêmes à des équivoques, qui se sont répercutées du texte à son commentaire. La progressive licéité de la Satire XII qui appartient aujourd’hui au monument poétique de Boileau implique donc que la situation observable en 1711 se soit transformée. Or s’il est sûr que la séquence d’accusation anti-jésuitique ait cessé, au milieu du XVIIIe siècle, d’enclencher une réponse de censure, il est moins sûr que la programmation initiale de la Satire XII ait été parfaitement désamorcée. En effet, comme on l’a vu, le sens activement anti-jésuitique de la Satire XII s’est maintenu dans l’histoire littéraire et a été même renforcé par celle-ci, au point justement d’écraser la potentielle acceptabilité du texte89. Dans cette perspective, le présent problème ne consiste donc pas tant à statuer sur le « jansénisme » de Boileau ou à dire que la Satire XII attaquait effectivement les jésuites, qu’à montrer qu’une telle affirmation implique nécessairement en elle-même une opération de réduction du sens, puisque Boileau avait des raisons de vouloir que son texte soit perçu simultanément par le public comme pro-« janséniste » et comme non-« janséniste ». Ainsi, trancher les équivoques en ajoutant de notes désambiguïsantes au texte, voire en lui donnant un arrière-texte polémique comme les Provinciales (dont les enjeux d’anonymat n’ont pourtant rien à voir avec ceux de Boileau) revient à se positionner soi-même dans un des camps de lecteurs dessinés par Boileau, et donc à perpétuer sans cesse la polémique.

Annexe

  • 90  Emile Magne (Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Paris, Giraud-Badin, (...)

57REPONSE GENERALE DE MR DESPREAUX AUX R.R. P.P. JESUITES, citée dans Boileau aux prises avec les jésuites, s.n., Cologne, Pierre Marteau, 1706, p. 43-4690 :

Grands & fameux auteurs dont la docte critique
Se donne sur mes Vers un pouvoir despotique,
Vous tremblez que lassé de suivre Juvenal,
Je ne devienne enfin le signe de Pascal.
Non, sur un tel sujet, ne craignez rien, mes Péres,
Mes veilles desormais me sont un peu trop chéres,
Pour les perdre à montrer aux Peuples abusez,
Sous des peaux de brebis, vos tigres déguisez.
Assez de votre estime on revient de soi-même.
Jadis à vôtre égard nôtre erreur fut extrême,
Mais on ignore plus, vos discours effrontez
Qu’à Sanchez, Belzebut en personne a dictez.
Que Châtel, Ravaillac, gens devouez aux crimes,
Avoient puisé chez vous ces damnables maximes :
« Qu’à qui veut simplement perdre ses ennemis,
« Tout, hormis la vengeance, est louable & permis.
Mais pourquoi recourir aux Histoires antiques ?
Nos jours n’offrent-ils pas mille faits tyranniques ?
Dans l’honneur, dans les biens des Docteurs outragez ;
Les Chinois dans l’erreur par vous seuls replongez ;
De Brest par vos fureurs l’Eglise profanée ;
De Prêtres une troupe éperduë, étonnée,
D’une plainte frivole attendant le succés,
Et déchuë à la fin d’un trop juste procés ;
Dans leurs pieux desseins des Vierges traversées ;
De leurs propres foyers comme infames chassées ;
Arnauld toûjours en butte à vôtre ardent couroux ;
Tout cela sans mes Vers parle trop contre vous.
Sur un si beau sujet pour écrire avec grâce
Ma Muse n’a besoin de Pascal, ni d’Horace ?
Et pour vous décrier chez la postérité,
Un Auteur n’a besoin que de sincérité.
De la mienne déja l’on commence à se plaindre ;
Mais vous la Connoissiez & vous deviez la craindre,
Sans me forcer à rompre un silence obstiné
Où par discrétion je m’étois condamné.
Que de lâches Auteurs craignent vos injustices,
A couvert de ma foi je ris de vos caprices,
Et sous ce boulevart où j’ai sçû me placer,
Vos traits empoisonnez ne sçauroient me percer,
Profitez, s’il se peut,  d’un éxemple fidelle,
Vous devez avoir sçû l’avanture d’Entelle.
Plus sages desormais songez à m’épargner,
Ou sinon, rira bien, qui rira le dernier.

58.

Haut de page

Notes

1  Par « doctrine des équivoques », on renvoie à dessein à la définition partiale que raille Pascal dans sa Neuvième lettre provinciale et que Boileau aurait suivi : « [doctrine] par laquelle il est permis d’user de termes ambigus, en les faisant entendre en un autre sens qu’on ne les entend soi-même ». Toute la polémique se concentre alors sur le caractère permissif de cette doctrine, qui accorderait l’absolution en des cas où d’autres doctrines plus rigoureuses ne l’accorderaient pas.

2  Une telle hypothèse d’un déplacement des limites de l’acceptabilité du discours pro-« janséniste » impliquerait sans doute de trouver un événement, ou du moins un ensemble de causes, capables de rendre compte de ce changement. Pour ce qui est de l’attitude de Louis XIV dans les dernières années de son règne (période qui voit la destruction de Port-Royal-des-Champs), sa constance dans la lutte contre le « jansénisme » est difficilement niable. Cf. Louis Le Gendre, Mémoires de l’abbé Le Gendre, Paris, Charpentier, 1863, p. 256 (à propos de l’affaire dite du cas de conscience en 1700) : « Quelle imprudence, disoient [certains jansénistes], d’avoir proposé ce cas et de l’avoir rendu public dans un temps si peu favorable ! Qu’espérer de cette équipée ? Louis XIV est-il moins puissant, est-il plus janséniste qu’il ne l’étoit il y a dix ans ? » Aussi, au lieu de penser un déplacement massif et linéaire des limites de l’acceptable, faudrait-il plutôt se demander jusqu’où pouvait aller la tolérance de certaines institutions parallèles (l’archevêché de Paris notamment) envers les « jansénistes » et les ennemis des jésuites, et évaluer la marge de manœuvre dont bénéficiaient ces contre-pouvoirs face au pouvoir royal à l’époque.

3  Pour une analyse des équivoques de l’Epître XII, cf. notre article, « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036.

4  à propos de cet usage stratégique de l’équivoque, voir le numéro des Cahiers du Centre de Recherches Historiques consacré aux « Stratégies de l’équivoque » sous la direction de Jean-Pierre Cavaillé (notamment son introduction : Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 33, 2004, http://ccrh.revues.org/231). A propos de la façon dont nous mobilisons la notion de stratégie, on se permet également de renvoyer à la note explicative de notre article concernant « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036, §3, note 3. Pour une analyse plus vaste des enjeux méthodologiques et idéologiques autour de la notion de « stratégie », on renvoie à Dinah Ribard & Nicolas Schapira, On ne peut pas tout réduire à des questions de stratégie, Paris, P.U.F., 2013, p. 5-21.

5  Cf. par exemple Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, Albin Michel, 1997, t. 3, p. 449-450, à propos de la Satire XII : « Jusqu’alors, Boileau avait eu soin de rester étranger aux controverses dogmatiques et les sympathies qu’il ne dissimulait guère pour les Augustiniens allaient à leur doctrine de l’amour de Dieu, c’est-à-dire à leur haute et sévère moralité. Il est clair qu’en 1706 il va plus loin. La querelle s’est aigrie, les oppositions sont devenues plus fortes. Boileau ne recule plus devant certaines formules expressément condamnées par Rome et qui font de lui, au sens le plus précis, un sectateur de Jansénius. » Cf. aussi Précis de littérature française du xviie siècle, sous la direction de Jean Mesnard, Paris, P.U.F., 1990, p. 331 [partie due à Noémi Hepp] : « Autres ennemis pourfendus par Boileau, les jésuites. Dans la ligne du combat mené naguère par le Pascal des Provinciales, il s’en prend à la morale relâchée, à la casuistique trop subtile qui avaient trouvé dans la Compagnie des défenseurs mal inspirés. C’est contre ces défenseurs qu’est écrite l’Epître XII sur l’amour de Dieu qui parut avec deux autres en 1698 (Epîtres nouvelles du sieur D***) ; c’est eux qu’attaque, beaucoup plus précisément et plus violemment, la Satire XII sur l’équivoque qui, composée en 1706, ne verra pas le jour du vivant de Boileau, les jésuites étant intervenus pour en faire empêcher la publication. »

6  Il faut ici s’interroger sur la position prise par une certaine historiographie qui a vu dans la Satire XII un ostensible pamphlet contre le pouvoir. Tout semble alors se passer comme si l’historien de la littérature prétendait fonder son objectivité sur la décision de justice qui a finalement condamné le texte. Or pour qu’une telle instance de justice rende une décision sur l’acceptabilité d’un texte équivoque, il faut qu’elle prenne parti sur son sens et qu’elle le désambiguïse. Une telle opération de désambiguïsation serait nécessaire à l’interprète juridique pour donner au sens du texte un caractère factuel – caractère factuel qui permet de transformer l’écrit en action concrète, et surtout en action offensive qui mérite donc une réaction non moins factuelle, concrète et évidente, c’est-à-dire la coercition. Mais si l’interprétation par une instance juridique n’est donc pas d’ordre spéculatif, mais bien d’ordre pratique, on pourrait conclure inversement que toute décision de trancher les équivoques serait consubstantiellement une décision politique. Ne faut-il pas voir alors dans la tentative de l’historien d’invoquer un caractère supposément « évident » de l’inacceptabilité du texte, une façon de s’instituer lui-même comme une nouvelle autorité, non moins partiale que celle des interprètes chargés de la censure ? Autrement dit, en n’historicisant pas ce processus de fixation du sens mis en œuvre par les institutions juridiques, l’historien qui en suit les verdicts ne s’émanciperait pas au fond de cette autorité souveraine du censeur, quoiqu’il veuille pourtant en prendre le contre-pied : derrière sa fonction de critique, il glisse du rôle d’observateur à celui de juge. Voir à cet égard Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, Albin Michel, 1997, t. 3, p. 449-450, à propos de la Satire XII : « Ces quelques centaines de vers ne sont pas de l’art gratuit, ni le jeu d’un poète amoureux de la rime. Ils sont une sorte de manifeste contre le parti qui s’est emparé du pouvoir et qui gouverne la France sous le nom d’un roi de plus en plus aveugle et tyrannique. […] Replacée dans le climat où elle est née, l’Equivoque prend à certains moments un aspect d’émouvante protestation. C’est la hiérarchie du peuple élu, ce sont les prêtres, les Docteurs, les Pharisiens qui ont, dans la personne du Christ, condamné la Vérité et qui l’ont clouée à la croix. Ce sont les maîtres de Sorbonne, c’est la majorité d’un épiscopat domestiqué, c’est un Vatican asservi aux Jésuites, c’est le roi lui-même qui se sont prononcés pour l’injustice et le mensonge. Le parallèle est évident, il éclate dans les vers de l’Equivoque, il explique les fureurs que devait inspirer cette œuvre de combat, l’interdiction qui la frappa. »

7  Cf. la lettre de Pierre Le Verrier au Duc de Noailles du 12 juin 1709 : « Son Équivoque est toujours enfermée dans son coffre-fort et je ne croy pas qu’elle en sorte tant qu’il vivra. » On aurait d’ailleurs du mal à nommer ce texte invisible, car son titre même n’est pas fixe : est-ce l’Equivoque, la Satire sur l’équivoque, la Satire contre l’Equivoque, la Satire contre les équivoques ? On verra plus loin les enjeux qu’une telle équivoque d’intitulation a pu représenter (cf. infra note 38).

8  Cf. « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013,http://dossiersgrihl.revues.org/6036, § 26-38.

9  Cf. l’épigramme « On ne craint point, Boileau, ta satirique audace », citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 274, et qu’il attribue au Père Jean-Antoine du Cerceau.

10  Pour comprendre cette transformation, il faudrait faire l’hypothèse un peu structuraliste qu’une accusation réussie ne peut être produite que par la convergence de plusieurs critères. D’une part, il faudrait un acte formel d’accusation développé comme une séquence discursive à trois termes : un émetteur (c’est-à-dire un accusateur identifié), un message (c’est-à-dire un chef d’accusation identifié) et une cible (c’est-à-dire un accusé identifié). D’autre part, il faudrait que cette séquence discursive à trois termes soit reçue par une institution judiciaire valide, c’est-à-dire capable de mettre en œuvre la réponse coercitive adaptée à l’accusation. La suppression d’un de ces quatre éléments empêcherait l’acte d’accusation de réussir (ainsi par exemple, quand l’assemblée du clergé de France en 1700 condamnait une proposition hérétique sans vouloir en nommer les auteurs, ou plus récemment lorsqu’un ministre de l’éducation accusait en 2011 à la télévision un ancien ministre de pédophilie sans le nommer). De même, lorsque la coercition a bien lieu malgré l’absence d’un des trois éléments de la séquence, l’accusation prend une couleur d’autoritarisme (par exemple, lorsqu’une lettre de cachet fait arrêter quelqu’un sans expliciter les chefs d’accusation, contrevenant aux explicitations réclamées par un texte comme l’habeas corpus). Dans les cas qui nous intéressent ici, une telle typologie des critères requis devrait permettre de rendre compte de la spécificité des actes de langage produits par ces épigrammes clandestines. Il faudrait alors faire l’hypothèse que le fait de produire une séquence d’accusation complète dans une publication officiellement approuvée par le pouvoir devait pouvoir conduire à mobiliser, de proche en proche, un tribunal agréé qui acterait l’accusation (comme ce fut presque le cas du ministre évoqué ci-dessus). C’est pourquoi le fait de quitter le domaine de la publication officielle pour celui de la clandestinité devrait en retour permettre de produire un acte d’accusation informel, c’est-à-dire de faire connaître plus ou moins publiquement une séquence d’accusation complète, sans pour autant prendre la responsabilité de conduire à un procès en toute formalité. En outre, une telle typologie des critères nécessaires à la production d’un acte formel d’accusation devrait aussi permettre d’éclairer les situations de rétention d’information et d’équivoque, lorsque le locuteur évite les identifications strictes, au profit de simulacres d’identification par des jeux sur l’énonciation (cf. infra, § 19) ou bien lorsqu’il produit par ironie une accusation détournée, en mettant en scène la parole de quelqu’un d’autre, pour ne pas avoir à parler en son nom propre (comme, par exemple, dans le chapitre XIV de la deuxième parti du Page disgracié de Tristan L’Hermite, où le narrateur cite des « hérétiques » en train d’accuser les faux dévots de la « compagnie de Jésus-Christ »).

11  Pour donner un exemple d’identification d’auteur par la mise en jeu d’informations notoires préalables (par opposition à la mise en jeu d’informations publiques, telles que la mention du nom de l’auteur sur un imprimé officiel), on peut penser à la façon dont Boileau rappelle implicitement son identité dans son épigramme « Mes Révérends Pères en Dieu ». En reprenant explicitement dans cette épigramme les attaques produites dans un article du Journal de Trévoux qui le prenait nommément à parti, Boileau permet en effet à ceux des lecteurs qui avait une connaissance de cet article de déduire, avec plus ou moins de certitude, son identité, sans pour autant avoir à prendre le risque de faire figurer explicitement son nom dans son épigramme (Cf. notre article « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », § 29).

12  Emile Magne a procédé à une recension des textes et des manuscrits en question dans sa Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Paris, Giraud-Badin, 1929, t. 2, p. 269-280.

13  Citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 274. La référence aux « corsaires » et aux « Révérends Pères » est une reprise textuelle de la première épigramme lancée par Boileau en octobre 1703 (« Mes Révérends Pères en Dieu »).

14  Citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 270.

15  Citée par Emile Magne, op. cit., t. 2, p. 270.

16  Citée par Emile Magne, op. cit., p. 271-212, v. 1, 17-22, 31-32 et 39-42. Cette épître est présente dans de nombreux manuscrits, avec des variantes significatives, plus ou moins vindicatives. La seule version imprimée l’intitule « Epître de Mr Machuel à Mr Depreaux » (in Boileau aux prises avec les jésuites, Cologne, Pierre Marteau, 1706, p. 30-33. Nous reviendrons plus loin sur les enjeux de la publication de cet opuscule clandestin, cf. infra § 25 sq.).

17  Les noms d’Escobar, Tambourin, Henriquez et Sanchez cités dans l’épître « Oui, ranime il est temps, ta satirique audace » sont ceux de fameux casuistes jésuites longuement raillés par Pascal, notamment à la fin de sa cinquième Provinciale où il en dresse de façon comique la liste nominative.

18  Cf. à ce propos la lettre de Claude Brossette à Boileau 1er mai 1705 : « Comme il est extrêmement régulier en tout ce qu’il fait, [M. de Puget] n’a pas voulu que votre portrait fût tout seul, il l’a mis en regard avec celui de feu M. Pascal, gravé par Edelink, voulant faire connoître que vous êtes les deux plus célèbres satyriques de votre siècle ; et voici des vers qu’il a placés entre vos deux portraits :
Malgré nos deux visages divers,
Nous convenons en une chose :
Si l’un est satyrique en vers,
L’autre fut satyrique en prose. »
Le fonctionnement de ce genre de diptyque, fréquent à une époque où l’on construit l’identité auctoriale en établissant des parallèles entre les auteurs modernes et leurs modèles antiques, permet ici de réunir directement Boileau et Pascal, érigé en supposé modèle. Mais sont-ils rapprochés seulement sur le plan littéraire du genre satirique, ou bien le sont-ils également sur le plan doctrinal de la satire contre les mauvais casuistes jésuites ? Les petits vers placés entre les deux portraits, qui doivent servir à contrôler la signification d’un tel dispositif visuel, ont ainsi peut-être étaient jugés trop ambigus par Boileau qui, prudent, déniera la pertinence de toute interprétation extra-littéraire de ce vis-à-vis. Cf. le lettre de réponse de Boileau à Claude Brossette du 15 mai 1705 : « M. Puget me faict bien de l’honneur de me mettre en regard, pour me servir de vos termes, avec M. Pascal. Rien ne me sçauroit estre plus agréable que de me voir mis en parallèle avec un si merveilleux génie ; mais tout ce que nous avons de semblable, comme l’a fort bien remarqué M. Puget dans ses jolis vers, c’est l’inclination à la satire, si l’on doit donner le nom de satires à des lettres aussi instructives, et aussi chrétiennes que celles de M. Pascal. »

19  Cf. supra notes 8 et 9. L’épigramme du Père jésuite du Cerceau concernerait en effet l’hypothétique réponse tant attendue de Boileau :
« On ne craint point, Boileau, ta satirique audace.
Il ne reste plus rien dans les beaux traits d’Horace
Dont tu puisse te revêtir.
Accablé d’ans, prêt à partir,
Conserve ta première gloire.
Qu’il ne soit pas dit dans l’histoire
Qu’après avoir longtemps copié Juvénal
Tu devins à la fin le singe de Pascal. »

20  Une « paix » semble bien avoir été conclue entre Boileau et les jésuites, mais elle est très fragile comme en témoigne la difficulté de Brossette à en trouver des signes concrets. Cf. la lettre de Claude Brossette à Boileau du 21 juin 1704 : « J’ai vu avec plaisir que les journalistes de Trévoux ont fait un pas pour se rapprocher de vous. C’est dans le journal de mai dernier, page 779, où ils vous ont cité, Monsieur, comme le chef du parti défenseur des anciens contre les modernes. Voilà le premier signe de réconciliation. » Ce timide pas en avant fut le dernier et il n’y en eu pas d’autres, à en croire ce que dit Brossette dans sa lettre à Boileau du 20 juin 1707 (cf. infra note 42).

21  Sur le contexte très tendu autour de la question du « jansénisme » dans ces années-là, entre l’affaire du « Cas de conscience » et celle du Nouveau Testament en français du Père Quesnel, cf. Louis Cognet, Le Jansénisme, Paris, P.U.F., 1968, p. 93 et suivantes.

22  Cf. Censure et déclaration de l’assemblée générale du clergé de France, tenue dans le château de S. Germain, l’an 1700, sur la foi et la morale. Cette censure des propositions hérétiques se clôt sur deux doctrines jugées particulièrement dangereuses, l’une « sur l’Amour de Dieu », l’autre sur « l’usage des opinions probables » : l’Epître XII s’était chargée par anticipation de la première, la Satire XII prend pour cible la seconde. On retrouvera d’ailleurs raillées à la fin de la Satire XII (v. 285 et suivants) un grand nombre des propositions condamnées par cette assemblée du clergé (et déjà par Innocent XI en 1679) : l’absolution dans certains cas du meurtre (propositions 27 à 39), du duel (propositions 40 et 41), du vol (propositions 45 à 53), du faux témoignage, du mensonge et du parjure (propositions 60 à 66), le péché philosophique (proposition 113) ainsi que la morale probabiliste (propositions 117 à 127).

23  Cf. la lettre de Boileau à Claude Brossette du 20 novembre 1705 : « Je ne vous ferai donc point d’excuses de mon silence depuis six mois. J’en pourois pourtant alléguer de très mauvaises, dont la principale est un misérable ouvrage en vers que je n’ay pû m’empescher de composer de nouveau, et qui a emporté toutes les heures de mon plus agréable loisir, c’est-à-dire, tout le temps que je pouvais m’entretenir par escrit avec vous. M’en voilà quitte enfin, et il est achevé. »

24  Lettre de Claude Brossette à Boileau du 31 mars 1706.

25  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 12 mars 1706.

26  Cf. « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036, § 18-19.

27  Lettre de Boileau au duc de Noailles du 30 juillet 1706. Cf. d’ailleurs dans la continuité de ce propos les lettres de Pierre Le Verrier au Duc de Noailles. Lettre du 13 septembre 1706 : « J’ai fait, tout ce que j’ai pu, monseigneur, pour persuader  M. Des Préaux que j’avois quelque crédit sur son esprit, affin qu’il me donnast son Equivoque pour vous l’envoier. Mais je n’ay pas esté plus heureux cette fois-cy que les autres, et il est demeuré dans son air négatif plus que jamais. » Lettre du 3 novembre 1706 : « Il polit et repolit son Equivoque. Souvent il efface, quelquefois il augmente. Il me dist hier dix ou douze vers qu’il veut adjouter à sa pièce, et j’en fus charmé. Je serais ravi qu’il voulût suivre mon avis et vous l’envoier. Il n’y a pas moïen de le vaincre là-dessus. Il ne la dit mesme plus à personne et, excepté M. le Prince de Conti [François-Louis de Bourbon], à qui il l’a récitée depuis son retour de Fontainebleau, et qui en a esté extrêmement frappé, il n’a point voulu escouter les prières de ceux qui voulaient l’entendre. »

28  Boileau aux prises avec les jésuites, Cologne, Pierre Marteau, s.n., 1706, p. 41. L’opuscule d’une cinquantaine de pages, attribué au libraire fictif Pierre Marteau de Cologne, semble avoir été imprimé à Paris. Son frontispice présente une gravure représentant un homme avec une perruque (supposément Boileau) qui ôte le masque à deux religieux (supposément deux Pères jésuites) portant des plumes pour écrire et une feuille imprimée (difficilement déchiffrable, faut-il y voir quelque formulaire en cette période de troubles ecclésiastiques ?). Dans une lettre à l’abbé Du Bos, Pierre Bayle attribue ce livre à « un Abbé François qui se retira de Bruxelles à la Haie, lors que les alliez prirent possession de Bruxelles » (lettre du 7 novembre 1706).

29  Certains historiens de la littérature ont en effet traité cet opuscule comme une source historique permettant de rendre compte fidèlement de la querelle. Ils en reprennent la chronologie et les interprétations, jusqu’à y refaire intervenir un certain « M. Marconville » en dépit de la remarque explicite de Boileau dans sa lettre à Brossette du 12 mars 1707 (cf. infra § 26). Cf. Emile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Paris, Giraud-Badin, 1929, tome 2, p. 268, et Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, Albin Michel, 1997, t. 3, p. 447.

30  Boileau aux prises avec les jésuites, op. cit., p. 7 et 41. Le texte qui nous intéresse, qui commence par « Grands et fameux auteurs dont la docte critique », est intitulé « Réponse générale de Mr Despréaux, aux R.R P.P. Jésuites » (p. 43-46), et est alors présenté comme ayant déjà été communiqué aux jésuites, ce qui semble être une invention de l’éditeur, à en croire la réaction de Boileau et des jésuites à la découverte de cet opuscule (cf. annexe 1).

31  L’année 1707 semble marquée par d’autres périls éditoriaux, puisque c’est également cette même année qu’est publiée pour la première fois et de façon clandestine en Hollande la lettre compromettante que Boileau avait adressée en juin 1694 à Antoine Arnauld en remerciement de son soutien : Œuvres diverses du Sr Boileau Despréaux […] Nouvelle Edition revûe & augmentée de diverses Pièces nouvelles, Amsterdam, chez Henry Frick, tome 2, p. 323-328. Sur le détail de cette édition, cf. Emile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, op. cit., t. 1, p. 284-285, n° 297. Sur le caractère compromettant de cette lettre et sur la censure qu’on a essayé de lui appliquer par la suite, cf. notre article, « L’Épître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036, § 9-10.

32  Lettre de Claude Brossette à Boileau du 25 janvier 1707. On peut se demander ce que signifie cette citation de la phrase de Cicéron (afin que j’obtienne avec ton soutien ce que tu m’as poussé à faire le premier), et si le fait de mentionner explicitement la source n’invite pas, de façon détournée et sous le voile d’une langue étrangère, à faire relire le début de la phrase de Cicéron, que Brossette, devenu étrangement laconique en cette fin de lettre, a tronqué : « Hoc uelim in maximis rebus et maxime necessariis habeas »  (Je voudrais que tu mettes ceci au nombre des affaires les plus importantes et les plus urgentes).

33  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 12 mars 1707.

34  Lettre de Boileau au Père Thoulier du 4 avril 1710. Sur l’intervention du Père Thoulier, futur abbé d’Olivet, dans l’affaire de la Satire XII, cf. infra §30 sq.

35  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 14 mai 1707. Boileau cite à la fin un de ses propres vers : Epître V, v. 18 (publiée en 1675).

36  Cf. la lettre de Claude Brossette à Boileau du 10 août 1706 : « Equivoque maudit, ou maudite Equivoque. Voilà tout ce que j’ai pu savoir de votre dernière Satyre, dont on m’a dit que c’étoit là le premier vers. »

37  Cf. la lettre de Jean-Baptiste Rousseau à Claude Brossette du 13 août 1717, au moment où celui-ci envisage de corriger son édition de 1716 : « [Satire XII], vers 101. Bientôt se signalant par mille faux miracles. Ce vers et ceux qui le suivent jusqu’au 141e ne furent faits qu’un an après que M. Despréaux eut achevé cette satire. Un de ses amis (qu’il n’est pas nécessaire que vous nommiez) lui fit remarquer qu’il ne parlait dans toute sa pièce que des équivoques en matière de religion, et lui conseilla de donner plus d’étendue à son sujet, en touchant quelque chose de l’ambiguïté des oracles, des fausses idées que les hommes se font sur les vertus, et surtout sur celle des héros, et enfin des équivoques et des doubles sens dont les juges déguisent les meilleures lois. M. Despréaux saisit cette pensée et la mit en œuvre dans ces quarante vers qui peuvent être mis au rang des plus beaux de la pièce. »

38  Une autre stratégie de la dilution, que Boileau mentionne à mi-mot ici à Brossette, mais qui sera tout à fait patente une fois le texte publiée, est le recours à l’« âme allégorique », ce procédé dont le poète parlera à la fin de la Satire XII (v. 338). Par le détour de l’allégorie qui fait agir l’Equivoque comme un monstre mythique, le poète invite à ne voir dans son propos qu’une fiction plaisante tout droit sortie de son imagination échauffée. Le monstre « Equivoque » ne doit donc plus être considéré comme le fléau propre à une époque donnée, circonscrit à la morale relâchée des jésuites, mais comme un nouveau mythe de l’humanité, un monstre transhistorique, traversant les différents âges de l’humanité en restant égal à lui-même, à l’image du monstre « Opinion » que Ronsard avait fait parler dans les Discours des misères de ce temps. Un tel processus de généralisation du propos qui étend le domaine d’application du poème à toute l’histoire de l’humanité servirait alors bien à « parler autrement », pour reprendre le sens premier du mot « allégorie ». En ce sens, l’allégorie comme dilution se rattache aux stratégies d’équivoques référentielles autour de la désignation des cibles dans un acte d’accusation. Or c’est précisément là que joue toute l’équivoque des titres que l’on donne à l’époque à la Satire XII : parler d’une « Satire sur les équivoques » renvoie à la doctrine morale des casuistes, mais parler d’une « Satire contre l’Equivoque », comme le fait Boileau dans sa correspondance avec Brossette ou encore dans son testament (cf. infra § 36), renvoie plus globalement au monstre mythique. En tout état de cause, l’expression « Satire sur l’Equivoque » le plus souvent retenue après l’édition de Brossette de 1716 semble donc, de ce point de vue, la plus équivoque justement. Sur les différents titres donnés au texte, cf. Emile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Paris, Giraud-Badin, 1929,  tome 1, p. 113-125 (et spécialement les numéros 73, 74, 76 et 81).

39  Lettre de Boileau à Claude Brossette du 2 août 1707.

40  La lettre de réponse que Claude Brossette envoya à Boileau le 10 août 1707 est parfaitement explicite sur l’effet visé par ces vers : « Vous désignez, avec une ingénieuse malice, tous les vices qui sont autorisés ou admis par certains Docteurs, quoique vous ne fassiez mention que de Soto, Bannez et Diana, qui sont d’un habit différent, mais qui ont soutenu les mêmes maximes. Par là vous mettez les Jésuites hors d’état de se plaindre de votre satyre : vous faites bien plus, Monsieur, car vous les forcez à se ranger eux-mêmes sous votre étendart, quand vous attribuez à d’autres Docteurs
Tous ces dogmes affreux, d’Anathême frappés,
Qu’en Chaire tous les jours, combattant son audace, [celle du monstre Equivoque]
Blâment plus haut que Vous les vrais Enfans d’Ignace. »

41  Les premiers textes commentant la querelle de Boileau après sa mort présenteront justement le poète comme un adversaire des jésuites dans leur totalité. Cf. Pierre Des Maizeaux, La vie de Monsieur Boileau-Despréaux, Amsterdam, Henri Schelte, 1712, p. 278-279 : « Il forma le dessein d’un ouvrage où tous les Jesuites seroient attaqués ». Cf. également les notes d’un éditeur inconnu de Boileau en 1717 qui se fait appeler Du Monteil (cf. infra § 47 et suivants). Enfin sur la question de cette distinction entre tous les jésuites et « quelques Jesuites » on renvoie encore au commentaire d’une lettre de Boileau dans notre article « L’Épître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », Les Dossiers du Grihl, Dossiers de Jean-Pierre Cavaillé 2013, http://dossiersgrihl.revues.org/6036, § 22.

42  Cf. la lettre de Claude Brossette à Boileau du 20 juin 1707 : « Vous me donnez une agréable nouvelle quand vous m’apprenez que l’on fera bientôt une édition de vos Œuvres, et que vous y insérerez votre Satyre sur l’Equivoque. […] N’êtes-vous point un peu frappé de l’affectation des Journalistes de Trévoux, à vous harceler ? Après avoir dit (Mai 1707, pag. 810) que le Roi a proscrit la Satyre, ils citent les vers suivans de M. le Marquis de Saint-Aulaire
J’aime à la voir bannir la piquante Satyre,
Qui briguoit près de lui la liberté de rire.
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
La Satyre dès lors, honteuse, consternée,
De ses rians attraits parut abandonnée. »

43  Nous pensons avec Charles-Henri Boudhors qu’il s’agit bel et bien du même texte attribué faussement à Boileau et qui commence par « Grands et fameux auteurs dont la docte critique » (cf. annexe 1). Cependant, de nombreux historiens de la littérature et éditeurs des œuvres de Boileau (dont Jules Janin, Emile Magne, Antoine Adam et Françoise Escal), ont voulu voir en 1709 un autre pamphlet attribué à Boileau que celui dont parle le poète en 1707. Certains évoquent ainsi une épître en alexandrin adressée à Boileau qui commence par « Oui, ranime, il est temps, ta satirique audace », tandis que d’autres font mention d’une épître hétérométrique commençant par « Oui, Boileau, de l’archet de ta lyre autrefois ». Le problème est que nous manquons de source pour savoir avec certitude à quel texte le Père Le Tellier aussi bien que Pierre Le Verrier faisaient allusion. Il semble cependant plus économe d’écarter l’hypothèse avancée par ces historiens, qui n’ont eu aucune difficulté à postuler que le public pouvait attribuer à Boileau un texte qui lui était adressé et qui dans l’un des cas évoque même la Satire XII comme un texte déjà écrit. Nous suivons quant à nous l’hypothèse d’un éditeur de 1821, M. de Saint-Surin (Œuvres de Boileau-Despréaux, Paris, J. J. Blaise, 1821, t. 4, p. 653, repris par Charles-Henri Boudhors, Œuvres complètes de Boileau. Lettres à Racine et à divers, Paris, Belles Lettres, 1966, p. 323, note 1), qui montre que Boileau avait décrit, dans sa préface à la Satire XII, le texte contrefait comme étant écrit « en mon propre nom », ce qui empêche d’y voir les deux épîtres précédemment évoquées qui sont écrites en délocutant Boileau. Nous pourrions également noter que Boileau désigne l’auteur de ce faux par la même expression quand il s’adressait à Brossette (« Cuistre de college », lettre du 12 mars 1707) et quand il s’adresse au Père Thoulier (« cuistre de l’Université », lettre du 13 août 1709, cf. infra). Mais comment comprendre alors que Le Tellier évoque trois ans après un texte que Brossette avait lu à Lyon dès 1707 ? Nous voudrions faire l’hypothèse que la prise en compte tardive de ce texte par le Père le Tellier vient de ce que celui-ci n’était pas jusque là en pouvoir d’exiger un désaveu public. Seule son accession au très puissant poste de confesseur du Roi lui donne le pouvoir en 1709 de soumettre Boileau. On peut alors faire l’hypothèse plus que probable que Le Tellier réveille en 1709 un ancien pamphlet attribué à Boileau et qui circule abondamment à Paris depuis 1707 (cf. infra note 90 de l’annexe 1). Sur les stratégies politiques du Père Le Tellier, capable de réveiller d’anciens textes pour évincer ses ennemis au moment de son accession au poste de confesseur du Roi en 1709, cf. les commentaires de Saint-Simon sur la bulle Vineam Domini : « [le Père Le Tellier] réveilla ensuite une constitution faite à Rome depuis trois à quatre ans [la bulle Vineam Domini Sabaoth du pape Clément XI en 1705] à la poursuite des molinistes toujours attentifs à revenir à donner le change, et ardents à chercher les moyens de troubler la Paix de l’Eglise de Clément IX. Rome, qui les ménageait comme les athlètes des prétentions ultramontaines auxquelles elle a tant sacrifié de nations, n’osa tout refuser, mais ne voulut pas aller de front contre l’autorité de Clément IX : elle donna donc une constitution ambiguë contre le jansénisme, mais en effleurant, et faite avec assez d’adresse pour que ceux étaient attachés à cette Paix pussent, sans la blesser, recevoir cette constitution, d’ailleurs parfaitement inutile. Les molinistes furent affligés de n’avoir pu obtenir qu’un si faible instrument, qui, en effet, ne faisait que condamner les cinq propositions déjà proscrites, et dont personne n’avait jamais pris la défense, et qui d’ailleurs ne prescrivait rien de nouveau. […] Faute de mieux, le Père Le Tellier résolut d’en faire usage dans l’espérance d’en tirer parti au moins contre Port-Royal, plus délicat là-dessus que personne d’entre les jansénistes, et d’y embarrasser le cardinal de Noailles, à qui le Roi ordonna de faire signer cette constitution. Comme elle n’altérait point dans le fond la Paix de Clément IX, il n’osa contredire, et se mit à faire signer les plus faciles à conduire, et, des uns aux autres, gagner les moins aisés. […] Il y fut détrompé […]. [Les religieuses de Port-Royal-des-Champs] ne purent comprendre qu’une signature nouvelle ne renfermât quelque venin et quelque surprise, et leur courage ne pût être ébranlé par la considération de tout ce dont on les menaçait. » (Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires [1709], édition d’Yves Coirault, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1984, tome 3, p. 633-635).

44  Lettre du Père Michel Le Tellier [confesseur du Roi] au Père Pierre-Joseph Thoulier [abbé d’Olivet] du 12 août 1709. Voici la façon dont le Père Thoulier, qui sert d’intermédiaire, retranscrit la demande du Père Le Tellier dans sa lettre à Boileau du 13 août 1709 : « Je vous ai promis, Monsieur, de vous apprendre ce qui se passeroit à l’occasion des vers qui courent à Paris sous votre nom. Ils ont été montrés au R. P. le Tellier, et aussitôt que j’en ai été averti, je lui ai écrit, que non content de les désavouer, vous m’aviez fait paroistre une estime très-sincère pour notre Compagnie, et toute la vivacité imaginable contre l’Imposteur qui a emprunté votre nom, pour nous insulter. Voici à quoi se réduit la réponse qu’il m’a faite, et dans les propres termes qu’il emploie : Ce n’est point nous, c’est le Public et le Roi même, que M. Despréaux a intérêt de détromper, et il sait bien les moyens de le faire quand il voudra. Ces discours, tenus en particulier, n’empêchent point que le public ne continue à lui attribuer ces vers ; et nos ennemis, qui les répandent avec empressement, lui en font honneur dans le monde.
J’ai cru, Monsieur, vous devoir fidellement rapporter ce qu’il y a d’essentiel dans cette lettre du P. Le Tellier, pour vous prouver en même temps, et mon zèle et ma sincérité. J’irai demain à Versailles, pour une affaire qui ne m’y retiendra qu’une heure ou deux, et je lui répéterai plus au long, ce que je lui ai écrit. Vous savez que les ignorans et nos ennemis ne sont pas en petit nombre : les uns croient que vous avez fait les vers dont il s’agit, et les autres voudroient le persuader. Jugeriez-vous à propos de faire sur ce sujet quelque lettre ou quelque chose de semblable, qu’on pût rendre public, si ces sortes de bruits continuent ?
Au reste cet expédient vient de moi seul, et je vous le propose sans façon, parce que je m’imagine que la droiture de mon intention excuse la liberté que je prends. Qu’on vous attribue de mauvaises pièces, et que les Jésuites soient attaqués et calomniés : en tout cela il n’y a rien de nouveau. Mais il est fâcheux, et pour vous et pour les Jésuites, qu’on emploie hautement votre nom pour flétrir avec plus de succès un corps où votre mérite est si bien reconnu, et où vous avez eu toujours tant d’amis. »

45  Cf. supra note 44. Sur le jeu pratiqué, en cette époque de conflit autour du « jansénisme », entre des déclarations, mêmes privées, faites par écrit et les mêmes déclarations faites à l’oral, cf. les Mémoires de l'abbé Le Gendre, Paris, Charpentier, 1863, p. 257, à propos de l’affaire dite du « Cas de conscience » : « Les quarante [docteurs de Sorbonne qui avaient souscrit au Cas de conscience] disoient pour excuse que, s’ils avoient prévu que le Cas et leur décision dussent jamais devenir publics, ils se seroient contentés de répondre verbalement. Belle excuse pour des docteurs ! Depuis quand donc est-il permis, sur une matière aussi grave, de dire de vive voix ce qu’on n’ose mettre par écrit ? »

46  Sur le rôle que l’on fait jouer à ces deux régimes d’information, cf. notre article, « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », §12 sq.

47  Lettre de Boileau au Père Pierre-Joseph Thoulier [abbé d’Olivet] du 13 août 1709.

48  Sur les espoirs de Boileau que son désaveu a été efficace, cf. la lettre de Boileau au Père Thoulier du 4 avril 1710 : « Adieu, mon illustre père : aimez-moi toujours, et croyez que je ne perdrai jamais la mémoire du service considérable que vous m’avez rendu, en contribuant si bien à détromper les hommes de l’horrible affront qu’on me voulait faire, en m’attribuant le plus plat et le plus monstrueux libelle qui ait jamais été fait. »

49  Ce jeu des privilèges qui vont et qui viennent était déjà à l’œuvre au tout début de la carrière poétique de Boileau, à propos duquel on se permet de renvoyer ici à notre article, « La querelle des Satires de Boileau et les frontières du polémique », Littératures classiques, n°81, 2013, p. 87-88.

50  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 26 août 1709.

51  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 15 décembre 1710.

52  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 30 janvier 1711.

53  Lettre de Pierre Le Verrier au duc de Noailles du 6 février 1711.

54  Boileau, Satire XII, v. 20.

55  On renvoie ici à la façon dont Boileau convoquera justement le cas de l’Epître XII comme précédent dans le dernier paragraphe de son discours pour servir d’Apologie à la Satire XII.

56  Sur la grande ambiguïté de l’attitude de Noailles qui, en tant qu’archevêque de Paris, est le chef de l’Eglise gallicane, mais qui, en tant que Cardinal, est affidé au pouvoir de Rome, tout en restant un proche de madame de Maintenon, on peut se reporter aux récits des contemporains, que ce soit Saint-Simon (supra note 43) ou l’abbé Louis Le Gendre (Mémoires de l'abbé Le Gendre, Paris, Charpentier, 1863, livre sixième).

57  L’accession du Père Le Tellier à un poste aussi éminent que celui de confesseur du Roi aurait reconfiguré les strates d’intégration des différents membres de la Compagnie de Jésus, en excluant implicitement du « corps » de la Compagnie les différents soutiens de Boileau, dont le Père Gaillard. Cf. Mémoires de l'abbé Le Gendre, Paris, Charpentier, 1863, p. 291 (à propos d'une autre affaire supposément tramée par le Père Le Tellier en 1710-1711 autour de la Théologie d'Habert) : « [...] le Père des rues et le Père Gaillard [...] étoient si peu du secret que le Père Le Tellier ne les appeloit jamais que demi-jésuites [...]. » Sur le rapport de Boileau au corps institutionnel de la Compagnie de Jésus, cf. Augustin Simon Irailh, Querelles littéraires ou Mémoires pouvant servir à l’Histoire des Révolutions de la République des Lettres, Paris, Durand, 1761 t. 1, p. 332 : « [Boileau n’était pas l’ennemi] des jésuites au point de n’en voir aucun. Il vivoit avec tout ce qu’ils avoient en France d’écrivains de distinction : mais il n’aimoit pas le corps. » Voir aussi notre article, « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », §32, ainsi que la note 60 à propos de l’intervention du Père Gaillard.

58  Testament de Monsieur Despréaux du 2 mars 1711, reçu par Me Dionis, cité par Auguste Laverdet dans la Correspondance de Boileau-Despréaux et Brossette, avocat au Parlement de Lyon, Paris, Techener, p. 329.

59  Privilège des Œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Nouvelle Edition reveuë & de beaucoup augmentée, Paris, Esprit Billiot, 1713, tome 1, p. XLVII (daté du 19 avril 1711).

60  Nous reprenons cette remarque à Jacques Berriat-Saint-Prix dans son édition des Œuvres complètes de Boileau (Paris, Philippe, 1837, t. 1, p. CLXVI).

61  Lettre de Mathieu Marais à Madame de Mérigniac de mars 1711. Le même mois, Mathieu Marais, avocat au parlement de Paris et proche de Pierre Bayle, venait d’envoyer à Madame de Mérigniac une description complète de la satire telle qu’il venait de la lire : « J’ai vu l’Equivoque manuscrite. C’est un chef d’œuvre, non seulement de la poésie, mais de l’esprit humain. Je l’ai lue avec transport, et je n’ai jamais si bien lu. Imaginez-vous une tradition, suivie depuis le commencement du monde jusqu’à présent, des maux que la fausseté peut avoir faits. On la prend dès le Paradis terrestre dans la bouche du tentateur. De là, elle passe, sous le titre de serpent, dans l’arche ; elle fait le paganisme, l’idolâtrie, les oracles et leurs réponses normandes, la superstition, etc. Dieu envoie son fils pour ramener la vérité dans le monde ; ses apôtres la prêchent, mais elle est bientôt altérée par les équivoques d’un mot, d’une syllabe, d’une lettre ; de là l’arianisme, et tant d’autres hérésies.
La suite de ces hérésies amène celles de Luther et Calvin. Tout protestant fut pape une bible à la main. On disputa sur les termes : les maux de la guerre suivirent, la Saint-Barthélémy arriva (cette effroyable action décrite avec des traits de feu). Il fallut trouver des écrivains qui approuvassent ces guerres et ces homicides, et qui au moins en fissent une opinion probable. De cette probabilité, on descendit à tous les relâchements de la morale, aux palliations de l’usure, du luxe, de la mollesse, aux restrictions mentales, à la dispute de l’amour de Dieu, et la flatteuse complaisance des hommes fit triompher ces écrivains. L’auteur, après cette incomparable énumération qui fait passer d’âge en âge et toucher comme de la main tous les siècles depuis le premier homme, dit qu’il sent bien les injures qu’on lui prépare, et qu’on va l’appeler tout haut, fourbe, imposteur et enfin janséniste achevé, mais il se console avec la vérité, et il finit par renvoyer l’équivoque avec des termes de malédiction, ou dans la Normandie, ou, pour être plus à son aise, dans Trévoux,
Ou, de nouveaux Midas, un sénat monacal,
Pour juger d’Apollon, tient, dit-on, sa séance.
Je vous avoue, Madame, qu’un si grand homme fait bien regretter sa perte, et que le dernier chagrin qu’il a eu, qui a été comme un assassinat, indigne bien les honnêtes gens.
J’admire la fermeté du cardinal [de Noailles], mais il aura son tour, il se venge par les sacrements comme le poète par les vers. Chacun se sert de ses armes et ce monde-ci est une plaisante comédie. »

62  Emile Magne, dans sa Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux (op. cit., t. 1, p. 113-25) a recensé les nombreuses plaquettes imprimées comprenant la Satire XII qui ont circulé entre 1711 et 1713. La satire pouvait alors être reconnue comme la seule et unique que Boileau ait jamais composée, la seule qui correspondait aux descriptions notoires qui circulaient à son propos, la seule enfin que nombre de personnes à qui Boileau l’avait lue pouvaient reconnaître comme authentique. La fausse satire qui commençait par « Grands et fameux auteurs » disparaît simultanément des mémoires. On la retrouve imprimée en 1716 dans l’opuscule clandestin intitulé Bibliothèque jésuitique (p. 55) où elle est certes encore attribuée à Boileau, mais n’est plus présentée comme cette fameuse satire que l’on avait attendue en 1706.

63  Avertissement du libraire de la Satire XII de M. Boileau Despréaux sur les équivoques, 1711, s.l. (B. N. Réserve Ye 3598 et 3601).

64  Avertissement du libraire de la Satire XII sur l’équivoque, par M. Boileau Despréaux, 1711, s.l. (B. N. Réserve Ye 3599 et 3600).

65  Sur le retrait de ces éléments complaisants, cf. les variantes observables entre les différentes versions conservées du Discours de l’auteur pour servir d’Apologie à la Satire suivante : « […] la vérité est pourtant que je n’ai pas regardé comme un médiocre afront, de me voir soupçonné, même par des ridicules, d’avoir fait un Ouvrage si ridicule et qui d’ailleurs tendoit à me brouiller avec une société que j’ai toujours extrêmement honorée et chez qui j’ai toujours eu et j’ai encore d’illustres amis. »

66  Œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Nouvelle Edition reveuë & de beaucoup augmentée, Paris, Esprit Billiot, 1713, tome 1, p. XXV-XXVI.

67  Ce phénomène se vérifie jusque dans les rééditions de l’édition Billiot en 1716 (cf. Emile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, op. cit., t. 2, p. 27-28). Magne  mentionne encore un autre cas d’insertion impromptue de la Satire XII dans des éditions déjà imprimées des Œuvres de Boileau (op. cit., t. 1, p. 124, et 264). On trouve ainsi dans des exemplaires sans doute invendus de l’édition in-8° des Œuvres diverses de 1695 (Paris, Denys Thierry) un petit in-12° contenant la Satire XII. Le fait qu’il s’agisse d’une ancienne édition, celle où la satire de Boileau la plus récente était encore la Satire X contre les femmes, explique sans doute pourquoi la Satire XII y est appelée La dixième sœur des satyres de Mr. Boileau-Despréaux. L’équivoque. Satyre.

68  Nous devons cette remarque sur les éditions et leur typographie à Charles-Henri Boudhors dans son édition des Satires de Boileau (Paris, Belles Lettres, 1966, p. 314). Il relève ainsi l’existence au moins de deux exemplaires subsistants de cette édition Billiot « complétée », conservé pour l’un à la bibliothèque de l’Arsenal et ayant sans doute appartenu à la famille du duc de Mazarin, pour l’autre à la bibliothèque Victor Cousin de la Sorbonne. Cf. aussi la remarque de Pierre Des Maizeaux (La vie de Monsieur Boileau-Despréaux, Amsterdam, Henri Schelte, 1712, p. 284-285) : « […] ses amis […] nous font espérer une nouvelle édition de ses Ouvrages, avec les Pieces qui n’avoient point encore paru. Il ne faut pas s’attendre d’y trouver la Satire sur l’équivoque : mais on y a déjà supléé, en la faisant  imprimer secretement, peu de jours après la mort de l’Auteur. » L’emploi anaphorique du pronom flou « on » pourrait indiquer que les deux différentes impressions pourraient être dues ces mêmes « amis », Valincour et Renaudot.

69  Cf. Emile Magne, Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, op. cit., t. 2, p. 7-9, n° 562 à 566.

70  Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez par lui-même, Genève, Fabri & Barillot, 1716, t. 1, p. II-III. L’édition in-4° s’ouvre sur un grand portrait de Philippe d’Orléans en bas duquel sont placés ces quatre vers d’éloge, quoiqu’étrangement explicites quant à la portée politique du genre de la satire :
« Icy loin de briguer un éloge flatteur
Philippe ami du vrai, qu’il cherche, qu’il désire
D’un critique ingénu se rend le protecteur,
Un Prince sans défauts ne craint point la satyre. »

71  Cf. la dépêche de Philippe d’Orléans [Régent de France] au cardinal de La Trémoille du 13 septembre 1715 (tirée des archives des Affaires étrangères, Rome, volume 556, fos 29 sq., reproduite dans le Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française…, t. 17, Rome, par Jean Hanoteau, Paris, s.d., p. 359-365, cité dans René Taveneaux, Jansénisme et politique, Paris, 1965, Armand Colin, p. 149-150) : « Il y a d’ailleurs dans la minorité des rois des règles par-dessus lesquelles il est presque impossible de passer, sans commettre l’autorité du Régent et exciter une espèce de soulèvement dans le royaume. Un archevêque de Paris est regardé comme ayant presque un droit acquis pour entrer dans un conseil de conscience. Il faudrait de grandes raisons pour l’en exclure et des raisons qui pussent être goûtées du public et, bien loin qu’il y ait des raisons de cette nature contre M. l’archevêque de Paris, on peut dire, au contraire, que c’est le public qui le présente lui-même au Régent et qui ne lui laisse presque pas la liberté de le refuser.
Ce prélat, déjà recommandable par l’innocence de ses mœurs et par la sainteté de sa vie, a été comme consacré par la mauvaise fortune. Sa disgrâce n’a servi qu’à relever l’éclat de sa vertu, à lui attacher non seulement la ville de Paris, mais presque tout le royaume et à le rendre pour ainsi dire l’idole de la France. Il n’aurait pas été sûr pour le Régent de priver un homme de ce caractère du droit que sa place lui semblait donner naturellement ; cette exclusion seule aurait aliéné tous les esprits, déjà trop échauffés sur les affaires de religion […].
[…] il est à craindre que chacun ne s’imagine être dans un temps de pleine liberté : moins les esprits y sont accoutumés, plus ils seront disposés à en jouir avec excès. »

72  Pour un aperçu plus général sur le travail de commentateur de Brossette dans son édition des Œuvres de Boileau, cf. Mathilde Bombart, « Un annotateur de Boileau au XVIIIe siècle », in Notes. Etudes sur l’annotation en littérature, sous la direction de Jean-Claude Arnould et Claudine Poulouin, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008, p. 185-202.

73  [Du Monteil ?] « Avis sur cette nouvelle édition », Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez par lui-même, Amsterdam, David Mortier, 1718 (les notes de bas de page sont de l’éditeur lui-même). La notice bibliographique de l’un des exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France (8-Z R ROLLAND-12676) indique à partir d’une analyse du matériel typographique que l’impression a lieu en France et non en Hollande. N’ayant pu trouver de renseignement sur le nom de cet éditeur, on peut se demander s’il faut y voir un pseudonyme, et si oui, qui il faut voir derrière cette opération éditoriale hautement polémique (cf. l’évocation des « Amis de Mr. Despréaux », infra note 76, qui rappelle également l’intervention de Renaudot et Valincour).

74  Remarque de Claude Brossette placée au début de la Satire XII dans son édition de 1716, reprise et complétée par Du Monteil dans les propos entre crochets portant la mention « Add » (Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclaircissements historiques donnez par lui-même, Amsterdam, David Mortier, 1718, t. 1 p. 151). Du Monteil laisse d’ailleurs figurer à la suite de son intervention entre crochet, et avec une ironie palpable, le reste de la note fallacieuse de Brossette qui tentait de diluer le caractère polémique de la Satire XII : « L’Equivoque se prend ici par Mr. Despréaux, pour tous les abus et toutes les méprises de l’Esprit humain, qui nous font prendre souvent une chose pour une autre. C’est ainsi qu’il s’exprime dans le Discours précédent. Au lieu que les Casuistes, suivant le P. Daniel, appèlent Equivoque, toute proposition qui a plusieurs sens, & que l’on fait en prévoïant que la personne qui nous écoute, la prendra dans un sens différent de celui que nous y donnons dans nôtre esprit.
Cette Satire ne regarde donc nullement l’Equivoque dont il s’agit dans les Ecoles. Mr. Despréaux dit lui-même que c’est un pur Jeu d’Esprit. Ainsi ce seroit une erreur de croire qu’il ait prétendu dogmatiser ; soit dans cet Ouvrage, soit dans son Epitre de l’Amour de Dieu. Il n’épousoit sérieusement nul parti, à l’égard des matières qui ne sont point encore décidées. On en peut juger par cet endroit d’une Lettre qu’il m’écrivit le 7. de Décembre 1703. & où il s’agit de la plus grande contestation des Théologiens de ce Siècle. ‘‘Pour ce qui regarde le démêlé sur la Grâce, c’est sur quoi je n’ai point pris parti, étant tantôt d’un sentiment, & tantôt d’un autre : de sorte que m’étant quelquefois couché Janséniste tirant au Calviniste, je fuis tout étonné que je me réveille Moliniste approchant du Pélagien. Ainsi, sans condamner ni les uns ni les autres, je m’écrië avec St Paul : Ô Altitudo Sapientiae ! Mais après avoir quelquefois en moi-même traduit ces paroles par : Ô que Dieu est sage ! j’ajoûte aussi en même tems : Ô que les hommes sont fous ! Je m’imagine que vous entendez bien pourquoi cette dernière exclamation, & que vous n’y comprenez pas un petit nombre de volumes.’’ »

75  Remarque de Claude Brossette sur le vers 309 : « Veux-je d’un Pape illustre, &c.] Ceci regarde les Propositions condamnées par le Pape Innocent XI. Et ce que je vais ajouter fera voir qu’il n’en veut point aux Jésuites en particulier. Voici dans quels termes il m’écrivit le 2. Août 1707. ‘‘J’ai mis ma Satire contre l’Equivoque, adressée à l’Equivoque même en état de paroître aux yeux même des Jésuites, sans qu’ils s’en puissent le moins du monde offenser. […]’’ » Brossette cite alors sa propre lettre de réponse à Boileau dont il a soigneusement retiré, par autocensure, tous les éléments très clairement compromettant. Il reprend ensuite : « II changea aussi les deux derniers [vers],
Qu’en chaire tous les jours combattant ton audace,
Blâment plus haut que moi les vrais enfans d’Ignace.
En ceux- ci, où il ne loue point les Jésuites, mais où il désigne clairement qu’il ne s’adresse point à Eux.
Que tous les jours, rempli de tes visions folles,
Plus d’un Moine à long froc prêche dans tes Ecoles.
Mais il les changea encore de cette manière :
Que sans peur débitant tes distinctions folles,
L’Erreur encor pourtant maintient dans tes Ecoles.
 »
La courte addition de Du Monteil à la longue remarque de Brossette permet de souligner en creux les ambiguïtés trop visibles des scrupules de Brossette : « [Ces changement font voir que Mr. Despréaux en vouloit effectivement aux Jésuites, & qu’il se faisoit de la peine de prévariquer dans une chose aussi claire que celle-là. Add] »

76  Remarque de Claude Brossette sur le vers 328 : « Les cinq dogmes fameux par ta main fabriquez.] On s’est imaginé en lisant ce vers, que Mr. Despréaux regardoit les cinq Propositions de Jansénius comme des Propositions équivoques, qui peuvent se prendre dans un mauvais sens. Mais il est clair que ce n’est point là sa pensée. Il veut dire que les cinq dogmes fameux ont été fabriquez par l’Equivoque, comme il dit plus haut que l’Arianisme ; le Luthéranisme, & les autres hérésies viennent de l’Equivoque. Ainsi, bien loin que ce vers rende la religion suspecte à l’égard du Jansénisme, c’est une preuve évidente qu’il croioit le Jansénisme une hérésie aussi véritable que l’Arianisme, & toutes les autres, puis qu’il en parle dans les mêmes termes. [Le Commentateur ne représente pas fidélement la pensée de Mr. Despréaux […] Les Partisans de Jansénius, que l’on nomma Jansénistes, se plaignirent que [les 5] Propositions avoient été fabriquées à plaisir, & composées de termes ambigus & équivoques, qui les rendoient en même tems susceptibles du sens de Calvin, condamné par le Concile de Trente comme hérétique ; & du sens de la Grace efficace par elle-même, enseigné par St. Augustin, par St. Thomas & par Jansénius. Et le but des Jésuites étant en effet d’établir la Grace suffisante de Molina sur les ruïnes de la Grace efficace de St. Augustin, ils ne cherchoient qu’à envelopper dans la condamnation du sens de Calvin, la Doctrine de St. Augustin expliquée par Jansénius. […] Mr. Despréaux, qui regardoit ces accusations [proférées par les Jésuites contre les Jansénistes] comme fausses & calomnieuses les censure ici & craint qu’on ne le traite avec la même injustice que l’on a traité les Jansénistes. Comment le Commentateur a-t-il donc osé lui faire dire qu’il croyoit le Jansénisme une hérésie aussi veritable que l’Arianisme &c. ? N’a-t-il pas redouté le Public & les Amis de Mr. Despréaux ? Add] »

77  Notons ainsi par exemple que la lettre de Boileau à Arnauld, que Du Monteil accuse d’avoir été trafiquée, n’est pas du tout un inédit en 1716, puisqu’elle était déjà bien connue dans sa version originale, à travers les éditions hollandaises, depuis 1707, et dans l’édition Billiot de 1713. Sa reproduction manifestement inexacte ne pouvait qu’être un appel à la vigilance du lecteur, invité désormais à soupçonner l’édition de Brossette, trop ostensiblement soumise au bon goût du Régent. Sur cette lettre trafiquée, cf. notre article, « L’Epître XII de Boileau : rendre les équivoques acceptables », note 17.

78  Cf. Leo Strauss, La persécution et l’art d’écrire, Paris, Gallimard, 2003, p. 68 (trad. de l’anglais par Olivier Sedeyn) : « […] obscurité du plan, contradictions, pseudonymes, répétitions inexactes d’affirmations antérieures, expressions bizarres, etc. De tels traits ne troublent pas le sommeil de ceux qui sont incapables de voir la forêt derrière les arbres, mais ils ont pour fonction de dégourdir ceux qui le peuvent. ». Sur cette rhétorique de la dissimulation, on renvoie en outre à Fernand Hallyn, Descartes. Dissimulation et ironie, Genève, Droz, 2006, p. 25 qui rappelle qu’Hermogène mettait déjà l’accent sur le recours au contraire, ainsi qu’à l’oblique et à l’allusion dans sa description des procédés rhétoriques de la dissimulation.

79  Cf. la lettre de Claude Brossette à Jean-Baptiste Rousseau du 25 octobre 1729, à propos du projet, qui sera finalement abandonné, d’une nouvelle édition de Boileau : « Dans la nouvelle édition que je donnerai du Boileau, je me dispose à faire des augmentations et des retranchements considérables, et vous comprenez bien que ces retranchements doivent tomber sur les pièces étrangères qui ont été insérées malgré moi dans les éditions précédentes [des sonnets contre la Satire XII dus à un certain M. de Nantes]. Je serai docile au conseil que vous me donnez sur ce qui concerne les Jésuites. Je puis être de leurs amis, dites-vous, sans relever ce qui peut être contraire à leurs sentiments ; vous ajoutez que mon obligation est d’éclaircir et d’expliquer le texte de mon auteur, mais non pas d’examiner et combattre les siens. Je crois m’être suffisamment contenu dans les bornes de ma mission à l’égard de cette dernière partie, quand j’ai dit, dans ma première note sur l’épître de l’Amour de Dieu, que la fonction que je fais ici de commentateur ne demande pas que je m’érige en théologien, pour appuyer ou combattre les propositions de mon auteur. Laissant donc, ai-je encore dit, tout ce qui concerne le dogme, je me bornerai au peu de remarques historiques qu’il y a occasion de faire par rapport à cette épitre.
Mais à l’égard de la satire de l’Equivoque, je conviens que j’ai un peu excédé les droits du commentateur, non pas en expliquant les sentiments de M. Despréaux, car il est permis, ce me semble, à tout commentateur d’en user ainsi, mais en insinuant qu’il n’a pas eu dessein d’attaquer directement les Jésuites ; en quoi la répréhension est juste, quoiqu’il paraisse bien que je n’ai pas exigé que mes lecteurs prissent ma proposition au pied de la lettre. Cependant il faut toujours revenir à la vérité, et si j’ai cru qu’il était à propos de ne rien dire contre les Jésuites, il est nécessaire aussi que je ne dise rien qui soit contraire aux sentiments de M. Despréaux. Après tout, il me sera aisé de concilier tout cela, ou en ne parlant point de ces mêmes sentiments, ou en prenant le parti d’en dire peu de chose. »

80  Cf. supra notes 9 et 19.

81  Commentaire placé au-dessous de la gravure du frontispice de l’édition des Œuvres de Mr. Boileau-Despréaux avec des éclaircissements historiques. Nouvelle édition revue et corigée, Paris, chez Barthélémy Alix, 1735, tome 1. L’avertissement du libraire explique que cette édition expurgée provient des suppressions que les fidèles Renaudot et Valincour, exaspérés par la prolixité douteuse de Brossette, ont fait subir à un exemplaire de son édition de 1716, exemplaire bien entendu retrouvé par le bienheureux libraire (p. I-II).

82  [Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc] « Avertissement » aux Œuvres de M. Boileau-Despréaux, Paris, David & Durand, 1747, t. 1, p. IV.

83  Saint-Marc a en effet remplacé « la fameuse opinion de l’Equivoque n’étant pas enseignée par tous les jésuites » par « la fameuse opinion de l’Equivoque étant enseignée par beaucoup d’Auteurs qui ne sont pas Jésuites » (p. 233). La phrase de Brossette n’avait-elle vraiment aucun sens, comme le prétend Saint-Marc ? La correction qu’il apporte ayant pour principal effet d’innocenter les jésuites, on peut se demander si la présente remarque, toute anodine, de Saint-Marc n’invite pas au contraire implicitement son lecteur à aller voir précisément le seul endroit de l’édition de l’innocent Brossette qui mettait en cause plus ou moins directement les jésuites.

84  [Charles-Hugues Le Febvre de Saint-Marc] Remarque à l’« Avertissement sur la XII. Satire », Œuvres de M. Boileau-Despréaux, Paris, David & Durand, 1747, t. 1, p. 235-236.

85  Sur le « jansénsime » de Saint-Marc, qui aurait écrit avec Claude-Pierre Goujet le Supplément au Nécrologe de l'abbaie de Notre-Dame de Port-Roïal des Champs, s.l.n.n., 1735 (où figure Boileau, p. 457-459), cf. notamment Charles Augustin Sainte-Beuve, Port-Royal, [1840-1859], Paris, Gallimard, édition de la Pléiade, 1955, t. 3, livre VI, chapitre 7, note 43, p. 921.

86  « Avertissement du libraire » des Œuvres de Boileau Despréaux avec des éclaircissements historiques donnés par lui-même…, par M. de Saint-Marc. Nouvelle édition, augmentée de plusieurs remarques & de pièces relatives aux ouvrages de l’auteur…, Paris, Les Libraires associés, 1772, t. 1, p. II-IV.

87  Cf. par exemple le commentaire de Jacques Berriat Saint-Prix à propos de l’Epître XII dans son édition des Œuvres de Boileau de 1837 (Paris, Philippe, t. 2, p. 146, note 1) :  « Elle a été réduite à-peu-près à moitié […] dans le Boileau de la jeunesse, et supprimée entièrement dans le Boileau classique : ce qui fournit à M. Thiessé (Mercure, 20 déc. 1823, p. 511), l’occasion de demander si les collèges et les écoles ecclésiastiques ne doivent pas mettre l’amour de Dieu au premier rang de leurs besoins et de leurs devoirs ? Ou plutôt si l’on ne punit point ici Boileau d’avoir appuyé une doctrine professée par les Jansénistes ? »

88  Cf. Jean-François de La Harpe, Lycée ou cours de littérature ancienne et moderne, Paris, Didier, 1834, t. 1, p. 688, à propos des satires de Boileau : « […] je les lis toutes avec plaisir, excepté les trois dernières. Celle sur l’Equivoque, qui est la douzième, est généralement condamnée ; c’est un fruit dégénéré, une faible production d’un sol épuisé. On ne reconnaît point le bon esprit de l’auteur dans cette longue et vague déclamation qui roule toute entière sur un abus de mots, et où l’on attribue à l’équivoque tous les malheurs et les crimes de l’univers, à dater du péché originel et de la chute d’Adam, jusqu’à la morale d’Escobar et de Sanchez. Le satirique, vieilli, redit en assez mauvais vers ce qu’avait dit Pascal en très bonne prose, et ce n’est plus, à quelques endroits près, le style de Boileau. » Et à propos de l’Epître XII : « celle de ses épîtres que les connaisseurs goûtent moins que les autres, l’épître sur l’amour de Dieu, sorte de controverse trop peu faite pour la poésie […]. L’on oubliait qu’il fallait laisser ces questions à la Sorbonne, et que les Muses ne veulent point dogmatiser en vers. »

89  Notons que si la Satire XII ne cesse d’être réamorcée par les éditeurs, commentateurs et historiens de la littérature, elle subit cependant un sort inverse de l’Epître XII qui s’est longtemps vu désamorcée par les historiens de la littérature qui la considère souvent comme peu agressive. Ainsi, après les remarques de La Harpe, un autre poncif de l’histoire littéraire déjà répandu à l’époque, veut que Louis  XIV vieillissant serait devenu sensible à son salut et aux écrits saints, et que l’Epître XII ne serait que le signe de la participation de Boileau au mouvement général d’adhésion des écrivains à la nouvelle ambiance dévote de la Cour (cf. Pierre Des Maizeaux, La Vie de Mr. Boileau Despréaux, Amsterdam, Henri Schelte, 1712, p. 210-211).

90  Emile Magne (Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux, Paris, Giraud-Badin, 1929, t. 2, p. 276) ne cite pas l’entièreté du texte, n’y voyant qu’un élément périphérique de la polémique. S’il s’agit bien ici de la seule et unique fausse satire qui obligea Boileau à faire un désaveu public (cf. supra note 43), on peut davantage comprendre le très grand nombre de manuscrits et d’imprimés qui en font état et qui sont relevés sans surprise par Emile Magne (page 276, note 2 : Archives nationales, M. 791 ; Bibliothèque nationale, mss nos 11914 fo 19 ; 12730 f17 ; 19700 fo 31 ; 25065 fo 53 ; Bibliothèque de l’Arsenal, ms. no 3134 fo 129 ; Bibliothèque d’Amiens, ms. no 880 fo 121 ; Bibliothèque de Besançon, ms. 1291 fo 25 ; Bibliothèque d’Orléans, ms. no 503 fo 301 ; elle sera même imprimée en 1716 dans l’opuscule clandestin intitulé Bibliothèque jésuitique, p. 55 sq.). Cette satire fait allusion à des événements politico-religieux contemporains (la querelle des rites chinois, le Cas de conscience, etc.) que l’opuscule Boileau aux prises avec les jésuites explicitent plus longuement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Stambul, « La Satire XII de Boileau : rendre L’Equivoque inacceptable », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Jean-Pierre Cavaillé, Les limites de l'acceptable, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6034

Haut de page

Auteur

Léo Stambul

http://grihl.ehess.fr/index.php?546

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals