Navigation – Plan du site
Regards et images

Tous pour un et un pour tous ou de l’activité de penser en commun mais non en rond(s)

Déborah Blocker

Texte intégral

1Raconter son propre parcours parmi les mousquetaires du GRIHL, vingt ans après, quand on a soi-même (occasionnellement) pris la tangente en matière de travaux collectifs, sans pourtant jamais quitter la brigade pour autant, que ce soit intellectuellement ou sur le plan humain ? L’exercice que me proposa Christian Jouhaud, un soir d’automne 2015 — entre une gorgée de Darjeeling et une bouchée de tarte au chocolat, dans un salon de thé un peu trop cossu de la rue Saint Louis en Isle — m’intimida un peu, au premier abord. « Dans ce numéro, nous aimerions tout particulièrement entendre les voix des amis et correspondants du GRIHL à l’étranger, ajouta-t-il. À vrai dire, tu n’es pas un de nos correspondants étrangers — tu es une des nôtres et le sera toujours, ayant été un membre de l’équipe depuis sa fondation en 1996 et compagne de route depuis lors. Mais tu pourrais parler de ce que le GRIHL fut pour toi depuis que tu es à l’étranger et/ou expliquer comment le travail collectif de l’équipe a continué à informer ton propre travail et/ou ton enseignement aux USA, à partir de 2003. Ton témoignage nous importe à tous — et à moi tout particulièrement », me dit Christian Jouhaud en substance.

  • 1 GRIHL, Écriture et action, xviie-xixe siècle : une enquête collective, Paris, EHESS, 2016. J’avais (...)

2Pareille demande ne saurait se refuser. Ce n’est pas que j’y aie vu un biais pour racheter treize années d’absence quasi-totale aux rituels séminaires du mardi, ou pour me faire pardonner de ne pas avoir écrit, pour le volume Écriture et action, l’article que les mousquetaires m’avaient pourtant bien fait comprendre qu’ils attendaient fermement de moi1. Ce n’était pas même que je comprisse cette invitation au récit de soi au milieu des autres — mais aussi loin des autres, dans mon cas — comme une opportunité de faire du Dumas avec tendresse, vingt ans après, en faisant l’histoire intellectuelle et sociale d’un groupe de recherche si hors-normes dans le monde universitaire moderne qu’il conviendrait sans doute davantage de l’appeler une troupe — au sens d’une troupe d’acteurs, comme celle que fut L’Illustre Théâtre. C’était qu’il était impossible de me défausser une fois de plus, dès lors que c’était celui qui m’avait appris le peu que je sais (ou crois savoir, comme il ne manque jamais de me/nous le faire remarquer, aujourd’hui encore) sur la France d’Ancien Régime, qui me demandait de faire réflexion sur le lieu intellectuel d’où j’étais issue, pour envisager non seulement où j’en étais moi-même et où je pensais aller dans les années qui viennent, mais encore où allait ladite cohorte — qui est, sans conteste mienne, même de loin — et dans quelles nouvelles entreprises j’aimerais éventuellement pouvoir l’accompagner, dans les vingt années (et plus, si affinités décidément persistantes !) qui s’ouvrent maintenant devant nous.

  • 2 Sur ce ms (BNCF Magl. VII, 1199), voir Déborah Blocker, « Dire l’‘art’ à Florence sous Cosme I de M (...)

3D’autant qu’en ce mois d’octobre 2015, alors que — en congé de l’Université de Californie, Berkeley, où j’enseigne la littérature et la culture de la France moderne depuis 2005 — je me trouvais en sabbatique à Paris pour un court semestre, j’avais justement à l’atelier un exemple des plus parlants de la manière dont les perspectives et travaux du GRIHL n’avaient cessé d’informer les miens, jusque dans les moments où je croyais m’en éloigner le plus. Cela faisait même plusieurs années que la contemplation fascinée dudit exemple, me donnait à penser en souriant, tant les pratiques et manières de faire des académiciens de la Renaissance florentine, qui étaient au cœur de mes recherches en histoire sociale et politique de l’esthétique depuis l’été 2008, me rappelaient parfois celles du GRIHL, à quatre siècles de distance. Le livre que j’étais alors en train de rédiger portait en effet sur l’académie des Alterati, dont j’avais découvert l’existence à peu près par hasard, dans la salle des manuscrits de la Biblioteca Nazionale di Firenze, alors que j’étais venue y chercher des renseignements sur l’humaniste Pier Vettori et ses élèves. En égrenant des catalogues manuscrits recensant le contenu de l’ancienne bibliothèque Magliabechiana, j’étais tombée sur un manuscrit de la Poétique d’Aristote — dans la traduction latine que cet helléniste en avait donnée en 1560 — collectivement annoté par une demi-douzaine de mains différentes, qui se livraient dans ses marges et entre toutes ses lignes à des débats aussi savants qu’enthousiastes sur la pensée du Philosophe. Le manuscrit était anonyme, mais un patient travail de contextualisation me permit d’en attribuer paternité initiale à Giovan Battista Strozzi et Filippo Sassetti, deux membres de l’Académie des Alterati (1569-ca. 1630), au sein de laquelle le document fonctionna par la suite — et ce pendant des décennies — comme un ouvrage de référence, se trouvant consulté (et à l’occasion davantage annoté) à chaque fois que la Poétique d’Aristote était mobilisée dans le cours d’une discussion académique2.

4L’objet, dans les pages duquel s’énonçait en filigrane une conception hédoniste de l’utilité des arts, m’avait immédiatement séduite par l’érudition des remarques qu’il contenait. Mais ma fascination pour ce manuscrit tenait sans doute avant tout au fait qu’il s’agissait très évidemment du produit d’un travail collectif, à travers les pages duquel des échanges intellectuels intenses entre une demi-douzaine d’hommes disparus il y a près de quatre cents ans semblaient comme reprendre vie dès qu’on prenait le temps de déchiffrer avec soin la suite des annotations qui s’y étaient accumulées en près de six décennies. Le manuscrit, dont il ne me fallut pas moins de trois mois de travail acharné — sur le plan codicologique et paléographique, non moins que du point de vue philosophique — pour commencer à entrevoir le sens et la portée, devenait ainsi, à chaque annotation dont je croyais avoir percé le sens, la matérialisation d’une oralité depuis longtemps évanouie. Mais surtout, devant mes yeux ébahis, ses folios me donnaient accès non seulement au contenu des discussions qui avaient lieu au sein de l’académie, mais encore aux pratiques discursives dont elles étaient le produit, et même aux contours de l’extraordinaire aventure collective que fut — tant sur le plan social et humain que du point de vue intellectuel — cette institution de savoir d’un genre alors tout à fait nouveau.

  • 3 GRIHL, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002.

5Me trouvant, à l’automne 2015, au milieu de la rédaction d’un chapitre du livre que les Alterati m’avaient, depuis 2008, inspiré, la requête de Christian Jouhaud m’inspira dès lors une sorte de sourire intérieur. Car le chapitre que j’étais alors en train de finir était précisément dédié à l’analyse des productions académiques des Alterati, et avait pour sous-titre « de l’archive à la reconstitution d’un horizon intellectuel collectif ». J’y analysais non seulement les stratégies de publication de l’académie — qui avait usé avec grand art des effets alternés de la publication orale, manuscrite et imprimée, que le GRIHL avait jadis tant fait pour mettre au jour3 —mais encore l’élaboration de perspectives collectives au sein de l’institution, en dépit (ou sans doute plus exactement à cause) de la valeur que ses membres attachaient, en leur sein, au débat et même au dissensus. Ce faisant, je prenais tous les jours plus profondément conscience qu’avec ce projet — dont l’érudition philologique quelque peu extrême aurait sans doute rebuté plusieurs des membres d’une équipe de recherche qui avait, à mon sens au moins, souvent valorisé la réflexion méthodologique interdisciplinaire au-dessus des enquêtes de terrain en archives — je ne m’étais éloignée des préoccupations et enquêtes communes du GRIHL que pour mieux reprendre contact avec les habitudes et activités du groupe, in absentia, au travers d’une étrange cohorte de mauvais garçons de bonne famille, que je pouvais le plus souvent difficilement m’empêcher de voir comme les (improbables) précurseurs de l’institution (ou du moins groupe institutionnalisé) dont j’étais moi-même issue.

6Toute filiation institutionnelle effective restera évidemment à jamais indémontrable — et pour cause! Mais la filiation intellectuelle, du point de vue du développement de mes propres recherches, était à mes yeux indéniable — et elle le demeure. Sans les années passées, depuis 1996, dans le compagnonnage aussi savant que chaleureux des membres du GRIHL, il est fort improbable que le BNCF Magl. VII, 1199 ait jamais suscité chez moi une telle curiosité. Ou, plus exactement, sans l’expérience de camaraderie et d’échanges intellectuels sans cesse plus fructueux qui avait été la mienne au sein de ce groupe pendant tant d’années, l’objet que j’avais découvert fortuitement à Florence — et même, à dire vrai, l’ensemble de l’académie qui se cachait derrière cet objet depuis quatre cents ans — n’auraient sans doute pas été visibles pour et par moi dans le cours de l’après-midi florentine moite et orageuse où j’eus la bonne fortune de commencer à prendre connaissance de leur existence. Car, comme on le sait bien au GRIHL, pour voir le passé, encore faut-il avoir une idée (fût-elle inconsciente) de ce qu’on y cherche — ou sans doute, plus exactement, de ce qu’on pourrait avoir envie d’y reconnaître. Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais pas déjà trouvé — telle est la réalité pratique de tout travail historique. Les expériences tant passées que présentes de l’historien sont en effet ce par quoi une réalité que l’appréhension historique aurait jusqu’ici négligé ou laissé de côté, au point de la rendre presque complétement invisible, est susceptible d’être aperçue de nouveau, au point de pouvoir être progressivement réintégrée aux récits que ces mêmes historiens, et leurs communautés de savoir(s), tissent du passé qui est le nôtre.

7Pareille réintégration est au demeurant ce que fait (ou du moins ce qu’ambitionne de faire) le livre que j’ai consacré aux Alterati, lequel ne prétend à rien de moins qu’à rattacher cette brigade d’impertinents et habiles patriciens, aujourd’hui oubliés de tous, aux macro-récits de l’histoire de l’esthétique européenne et même occidentale — tout en modifiant profondément, au passage, les dits macro-récits. Or voilà ce qui m’aurait en réalité été impossible si la collectivité intellectuelle dont le GRIHL m’avait donné l’expérience n’avait pas rendu le BNCF Magl. IV, 1199 presqu’immédiatement déchiffrable pour moi, malgré les quatre siècles qui me séparaient du moment où les Alterati y avaient entré leurs communes annotations. Car je savais par expérience directe, moi, ce que c’est qu’un penseur qui connaît si bien les perspectives et les points de vue d’un autre, qu’il peut finir les phrases de son interlocuteur, mais aussi y faire sans peine toutes les objections nécessaires. Je savais aussi le rôle que le non-dit, le jeu et même, parfois, la moquerie tendre, tiennent dans ce genre de formations humaines — et ce savoir-là s’avéra par la suite d’une très grande utilité pour voir (ou, plus exactement, imaginer voir) tout ce que les documents de cette institution, qui eut le secret pour principe, se refusèrent toujours à énoncer clairement et/ou n’énoncèrent qu’au travers de pitreries burlesques, qui pouvaient ne sembler d’abord que bouffonneries de potaches attardés. Enfin, je savais, pour l’avoir tant de fois expérimenté au sein du GRIHL, que le désaccord est, dans ce genre d’institution, le signe premier d’une vitalité intellectuelle véritable — et que le consensus est au contraire le signe précurseur d’une mort prochaine de la collectivité savante en tant que telle. C’est aussi mon expérience de la manière dont une pensée collective peut rayonner dans un espace social donné, et même s’y voir conférer une véritable aura, lorsque elle se constitue en forme de résistance groupusculaire à l’univers tant intellectuel que politique qui l’entoure — comme ce fut le cas pour le GRIHL tout autant, étrangement, que pour les Alterati — qui me permit de ressaisir comment le parcours intellectuel de mes académiciens, dans la Florence des Médicis, s’y articulaient à leurs trajectoires sociales et même politiques.

8Car, en dépit de ce que laisse penser le paradigme de l’auteur, écrivant solitaire et toujours individualisé, malencontreusement mis à la mode par la philologie allemande au XIXe siècle, en matière de pensée comme de discours, l’union (dans la plurivocité) fait (presque toujours) la force. De fait, le solide tous pour et un pour tous, qui inspira avec bonheur tant d’entreprises d’écriture et de publication grihliennes, sans pourtant jamais éteindre le débat au sein du groupe sur ce qu’il convenait de faire ou de penser, ne témoigne pas seulement de ce que plusieurs esprits valent en général mieux qu’un seul lorsqu’on veut réfléchir. Il suggère encore que penser en commun et à plusieurs finit toujours par faire masse et même par vous donner publiquement du poids. Comme les Alterati en leur temps, le GRIHL s’est ainsi peu à peu imposé collectivement, en se faisant respecter nationalement, mais aussi internationalement, comme une communauté intellectuelle soudée par des questionnements et des manières de faire communs. Ce développement — qui se poursuit toujours et va même bon train, vingt ans après — permit parallèlement à ses membres de conduire au mieux leurs propres recherches, en s’appuyant sur la réflexion collective. Il les aida aussi, simultanément, à conquérir individuellement des positions (et parfois même des positions d’importance) dans ces mêmes institutions dont leur collectivité de savoir et d’interrogation(s) visait à l’origine à contester l’autorité, au moins sur le plan intellectuel. Or les Alterati, dans la Florence des Médicis, ne s’y prirent en réalité pas autrement.

9Une autre chose rapprochait, à mes yeux, les Alterati de la communauté intellectuelle dont j’étais moi-même issue, à savoir le choix d’une interdisciplinarité radicale, à partir de laquelle interroger un objet de prédilection : le « littéraire » — ou au moins ce qui est devenu tel, à nos yeux de modernes, et les processus historiques par lesquels, justement cet ensemble de pratiques et de représentations, en est venu, depuis l’époque moderne, à être conçu comme le champ du « littéraire ». À un moment où les académies florentines amorçaient un virage marqué vers la spécialisation (l’analyse littéraro-philosophique étroitement conçue pour les membres de l’Accademia Fiorentina, les questions linguistiques, rhétoriques et stylistiques pour l’Accademia della Crusca), à l’invitation discrète mais ferme du pouvoir médicéen, les Alterati — au sein de leur académie très fermée, où les réunions publiques étaient rarissimes — affirmèrent en effet radicalement leur intention d’interroger les lettres et plus généralement les arts, à partir de l’ensemble des questionnaires (ou savoir-faire) disponibles ou en voie de constitution en leur temps (théologie, philosophie morale et politique, histoire tant sociale que politique et même militaire, musicologie, arts du spectacle, poétique, linguistique, etc). Pour eux, comme pour le GRIHL, l’entrecroisement des discours et des perspectives, était un gage tant de liberté que de rigueur. Avec le temps, j’avais moi-même appris à considérer cette interdisciplinarité, qui (m’)était devenue, au sein du GRIHL, comme une seconde nature, comme Obélix envisagerait (si tant qu’Obélix ait jamais longuement envisagé quoique ce soit) la potion magique dans laquelle il est tombé étant tout petit. Pas un seul problème historiographique ou même épistémologique ne pouvait, à mes yeux confiants, résister à qui avait bu pareil breuvage d’interdisciplinarité, tant, en décentrant les questions et en confrontant les protocoles disciplinaires, il s’avérait le plus souvent que ledit problème n’était en réalité qu’une création artificielle d’un de ces irritants Romains qui sont malheureusement légion(s) dans les universités et instituts de recherche du monde entier, sous la forme familière de ces chercheurs complaisamment et/ou défensivement arc-boutés sur leurs disciplines comme les adversaires d’Obélix et de ses compagnons ont l’habitude de se cramponner (vainement) aux branches, dans leurs camps retranchés, lorsque les gaulois viennent les y chercher.

10Il va de soi que pareille attitude — au demeurant largement impensée par moi, après tant de mardi soirs passés au GRIHL, entre 1996 et 2003 — ne m’attira pas que des sympathies dans les institutions universitaires (principalement anglo-saxonnes) où je me trouvais à évoluer par la suite, après avoir quitté la France. Il ne me souvient que trop, par exemple, de ce collègue perpétuellement ronchon et à l’occasion tyrannique, qui se trouvait être le chef de mon département, à UC Berkeley, lorsque je m’efforçai d’y établir fermement un enseignement gradué (ou doctoral) en histoire du livre. Mon but était à la fois de valoriser l’extraordinaire fond ancien de la Bancroft Library et de former nos doctorants à des savoir-faire (bibliographie matérielle, paléographie, codicologie, etc) qui sont devenus indispensables, aux yeux de la plupart des historiens de la culture et de la littérature, à tous ceux qui envisagent de se spécialiser dans l’étude de l’époque moderne. Le collègue ronchon et volontiers tyrannique, pourtant lui aussi early modernist, ne l’entendait néanmoins pas de cette oreille. De sorte qu’au cours d’une pénible après-midi, je me retrouvai bien malgré moi entre lui entre un autre collègue, appelé en médiation, alors que le premier des deux n’hésitait pas à faire pression sur moi, par toutes voies d’intimidation à lui ouvertes, pour que je laisse tomber ledit séminaire d’histoire du livre, prévu pour l’année suivante, et accepte d’enseigner à sa place un séminaire de littérature, sur Molière, qu’il était selon lui de mon devoir, en tant qu’enseignante dans un département de littérature, d’assurer quoiqu’il advienne. J’écoutai avec stupéfaction ses raisons, qui étaient en substance que l’histoire du livre, ce n’était pas de la littérature. Cela n’avait même, d’après lui, à peu près rien à voir avec la littérature, et tout à voir avec cette chose peu recommandable (si ce n’est dangereuse) que je comprenais être de l’histoire. « Allons, bon, voilà bien des syllogismes boiteux » me disais-je en moi-même pendant que le ronchon, parti sur ses grands cheveux, s’égosillait ferme. « Mais, ma parole, mais d’où il me parle celui-là, à la fin ? Il n’est pas sorti de son ornière disciplinaire depuis Mathusalem, peut-être ? », poursuivais-je par devers moi. Soudain, j’eus une illumination. « Bon sang, mais c’est bien sûr! Le pauvre homme (comme dirait Molière) n’a jamais assisté à un séminaire du GRIHL. Dès lors, comment pourrait-il comprendre ce qui pour moi est une évidence méthodologique de premier ordre, à savoir qu’on ne peut plus décemment faire de l’histoire de la littérature, et encore moins du « littéraire », de nos jours, sans jamais avoir été formé à l’histoire du livre ? Il ne peut pas le comprendre, le malheureux. Même la peine d’argumenter, ma fille — ils sont fous ces Romains (voyons, ne le sais-tu donc pas, à cette heure ?) et même, d’une manière générale, assez peu accessibles au raisonnement! Laisse tomber, va. L’orage passera toujours. »

11Il faut préciser — quoiqu’à ma grande honte en tant que membre de ce département — que le collègue ronchon n’accepta semble-t-il jamais cette évidence qui était et est toujours la mienne, laquelle reste donc pour le moins marginale jusqu’au jour d’aujourd’hui parmi tous ceux qui enseignent la littérature française à Berkeley. Aussi marginale que j’y ai moi-même toujours été, sans doute — ayant décidément un peu trop abusé de cette (diabolique) potion magique (résolument pluridisciplinaire), sous d’autres cieux, avant d’arriver. Mais, en dépit de pareille opposition, j’ai en réalité toujours trouvé le moyen d’enseigner à Berkeley l’histoire du livre — fût-ce à l’insu du plein gré dudit collègue — tant au niveau gradué qu’au niveau sous-gradué (où il s’avéra au demeurant qu’elle était en fait susceptible d’exercer un grand pouvoir de fascination sur les jeunes âmes que la littérature intéresse). Mes tentatives d’enseigner, plus généralement, la littérature et l’esthétique du point de vue de l’histoire sociale et politique des pratiques lettrées me valurent, on ne s’en étonnera pas, plusieurs mésaventures du même acabit, sur lesquelles je passe pour l’essentiel ici, par peur de lasser mon lecteur. Certains de mes collègues départementaux — dont bien sûr, le collègue ronchon et volontiers tyrannique, lequel, pour sa part, ne craint jamais la répétition, même quand elle vire au harcèlement — me firent même remarquer, en quelques occasions, qu’ils ne comprenaient pas trop le sens de cette expression étrange (c’était de « l’histoire sociale et politique des pratiques lettrées » qu’ils voulaient parler), par laquelle je définissais mon propre champ d’intervention, et désapprouvaient de ce fait de ce qu’elle apparaisse en haut de ma page web départementale. Toujours abreuvée de potion magique depuis l’outre-Atlantique (sous perfusion, même parfois...) — laquelle mixture me servait trop bien, dans mes divers projets de recherche, pour que je puisse jamais envisager d’y chercher aucune antidote — je les laissais dire sans sourciller. « Les chiens aboient et la caravane passe », avais-je l’habitude de me répéter. Et je fis, là encore, comme bon me semblait, par la bande et en forme de braconnage, non certes sans pester quasi-quotidiennement et sous cape contre la disciplinarité — cette maladie du siècle, qui, dans l’université contemporaine, sert d’œillères à tant de collègues, et même de prétexte, chez certains d’entre eux, à une paresseuse (et en réalité disciplinairement très dommageable) myopie.

12Cependant, pendant que moi-même j’étais en but à pareils épouvantails et perdais souvent beaucoup de temps et énergie avec de tels moulins à vent, les mousquetaires restés en France, ou au moins en Europe, allaient bon train — comme susmentionné. Ils trouvaient place(s) parmi les institutions académiques les plus reconnues, au niveau mondial. Ils publiaient collectivement — beaucoup, même, et toujours avec succès. Leurs séminaires parisiens accueillaient souvent plus de quarante auditeurs, et le nombre de ces participants (venus de toutes les disciplines humanistes, comme il se doit) semblait aller croissant à chaque rentrée universitaire. Ils avaient même des correspondants dans le monde entier — dont moi, du moins quand je ne leur faisais pas défaut en prétextant d’archives florentines à dépouiller. Et leurs positions critiques et propositions méthodologiques, égrenées dans plus une demi-douzaine d’ouvrages (plus ou moins largement, à l’échelle du groupe) collectifs, ainsi que dans leurs travaux individuels, étaient de plus en plus largement acceptées, tant en France qu’à l’étranger. Bref, les membres du GRIHL restés sur le vieux continent étaient en quelque sorte arrivés à leurs fins d’antan, qui n’étaient (au moins peut-on le supposer rétrospectivement) rien moins que de changer en profondeur, sur le plan méthodologique, comment se pense et s’écrit l’histoire du « littéraire ». On pourrait même dire que le succès avait dépassé, en l’espèce, toutes leurs (nos) espérances, quoique les résistances — sans doute pour cette raison même — soient souvent restées féroces, notamment dans les bastions les plus conservateurs de l’institution académique, dont les enseignants-chercheurs qui se consacrent à l’étude de la « littérature (dite) classique » font, hélas, encore trop souvent partie.

13Or, du haut de ce succès pour le moins retentissant, où aller maintenant — et surtout que continuer à faire ensemble ? La question prenait parfois au sein du groupe la tonalité d’une interrogation métaphysique ou même existentielle — surtout quand l’occasionnel conflit surgissait. « Qui sommes-nous ? » « Pourquoi sommes-nous là ? » « Qu’allons-nous faire/devenir ? » « À quel saint se vouer ? » Et même, les mauvais jours : « Survivrons-nous jamais (ou, variante, plus mauvaise encore : serons-nous encore là dans vingt ans) ? » Sans doute, oui, cette vaillante cohorte fleurira (ou sévira, tout dépend de quel point de vue l’on se place) encore longtemps. Car, bien que certains des membres fondateurs de l’équipe (Christian Jouhaud et Alain Viala) prennent (au moins nominalement) leur retraite en cette fatidique année 2017, les plus jeunes des mousquetaires sont actuellement particulièrement vaillants et productifs, et ils restent, dans l’ensemble, très unis. Eux-mêmes ont d’ailleurs des élèves, maintenant, lesquels participent activement aux divers séminaires du GRIHL (car il y en a actuellement plusieurs, des séminaires, au GRIHL : c’est la démultiplication de la manne, en quelque sorte...), avant d’aller eux-mêmes prêcher la bonne parole, oralement et par écrit, aux quatre coins de France et du monde. En fine connaisseuse des académies que je suis maintenant devenue, pendant toutes ces années passées loin de GRIHL, je pronostique donc que cette gaillarde troupe durera au moins aussi longtemps que les Alterati de Florence — lesquels ne plièrent boutique, qu’on se le dise bien, qu’après six décennies (ou trois générations) remplies et même très bien remplies d’activités collectives de toutes sortes.

14Mais, dès lors, que faire de toute cette belle énergie, et vers où aller ensemble, dans le vaste univers des possibles ? Chacun, au GRIHL, ne manquera pas d’avoir son avis là-dessus, comme sur le reste. J’offre donc le mien sans complexe ici, au risque de déplaire à certains ou même à tous, sachant bien, comme je l’ai déjà dit, que le dissensus est ciment de toute communauté intellectuelle sainement comprise, et le principe même de sa capacité à s’inscrire dans la durée. Voici donc, en guise de conclusion sommaire, ce que j’ai à dire sur la question de comment et par quoi continuer – qui inclut la question des types de projets auxquels, pour ma part, j’aimerais participer au sein du GRIHL dans les années qui viennent. Partant du principe que le discours critique et l’énonciation méthodologique à visée rectificatrice, qui y est souvent associée au GRIHL, sont en quelque sorte des discours d’assiégés — ou d’individus qui s’imaginent être assiégés —, je proposerais volontiers, depuis le point d’observation quelque peu extérieur qui est le mien à l’heure actuelle, que l’on prenne (enfin) acte du succès retentissant du GRIHL au sein du GRIHL lui-même, et que l’on tâche d’atténuer l’attitude parfois une peu trop défensive qui fut souvent la nôtre au temps des origines, laquelle a souvent persisté inaperçue parmi nous ces dernières années, malgré toutes les réussites collectives (et individuelles). Nous ne sommes plus un petit village gaulois résistant vaillamment et en chœur aux Romains de tous poils. Nous ne sommes pas non plus devenus des Romains nous-mêmes, à vrai dire — et heureusement ! — mais au moins pouvons-nous maintenant nous payer le luxe de parler, ne fût-ce que de temps en temps, avec l’autorité (tant intellectuelle qu’institutionnelle) que notre travail acharné nous a acquis, en vingt ans. Pareille révolution copernicienne collective (elles le sont toutes) permettrait notamment d’envisager la production d’une littérature savante qui ne soit pas (ou du moins pas toujours) ce que j’appellerai une littérature d’assiégés, sur le plan critique et/ou méthodologique. Il y aurait, selon moi, plusieurs bienfaits à cet ajustement. D’une part, il serait possible d’envisager, à la place ou en parallèle de ces discours critiques et/ou méthodologiques qui furent les nôtres, des projets de recherche collectifs, sur des questions précises (par exemple, celle des intermédiaires culturels dans l’Ancien Régime, ou celle des « cercles » littéraires à l’époque moderne, pour ne prendre que deux exemples parmi mille autres possibles). Ces chantiers demanderaient notamment le travail commun d’une documentation ou d’un corpus spécifique, à dépouiller mais aussi à penser, à contextualiser et à rendre lisible à plusieurs. Ainsi deviendrait-il possible d’ouvrir in concreto de nouveaux sentiers pour l’histoire du littéraire, en toute interdisciplinarité, à partir de travaux collectifs sur des sources insuffisamment inexplorées ou autour d’un problème (selon nous) encore inaperçu. Jusqu’ici, chacun a toujours apporté ses propres recherches aux travaux collectifs. Mais peut-être pourrait-on envisager de faire, au moins de temps en temps, l’inverse, en choisissant des objets de recherche communs et en les construisant (tout autant qu’en les déconstruisant) ensemble. La démarche offrirait l’avantage de permettre au groupe de s’affirmer pleinement en tant que laboratoire où s’élabore des données et des savoirs neufs, en mode positif (mais non triomphaliste, bien sûr), plutôt qu’en mode défensif.

15En second lieu, j’aimerai proposer que, puisque nous étions initialement partis pour refaire l’histoire littéraire ou l’histoire de la littérature, en la remplaçant par une histoire du littéraire, nous respections les termes du programme originel en nous attelant collectivement à l’écriture d’une pareille histoire — toujours en mode positif, plutôt que centralement critique et/ou défensif. Il s’agirait donc d’écrire une ou des histoires du littéraire en assumant la position d’autorité (scientifique) qui est maintenant la nôtre dans le champ des études sur cet objet, mais bien sûr sans jamais prétendre, indument, à une quelconque position dominante (il faut en effet toujours veiller à ne pas agir en Romains dans l’institution académique, de peur quelques gaulois ne surgissent inopinément du bois). Ce second projet permettrait de manifester au travers d’une mise en récit suivie, ce qui change concrètement, dans l’histoire de la littérature, quand on change (radicalement) de lunettes et de méthode(s) pour l’envisager, la construire, et la narrer. Il permettrait aussi de toucher un autre public que celui ou ceux qu’ont touché jusqu’ici la plupart des publications grilhiennes, lesquelles furent principalement destinées à un lectorat relativement étroit d’universitaires spécialisés. Que se passerait-il néanmoins si nous nous adressions à des collégiens, à des lycéens et même à Monsieur Tout le Monde, quelque quelconque qu’il puisse paraître?

  • 4 La Sociologie est un sport de combat, documentaire français de Pierre Carles, sorti en 2001 et (le (...)

16Je penserai, pour ma part, ce projet d’autant plus nécessaire que l’histoire du littéraire a en réalité aussi été pensée, au moins par certains membres du groupe — je pense en particulier à Alain Viala — comme une discipline de combat, dans le sens d’un combat social et politique aux enjeux larges, plutôt qu’étroitement académiques (on se souviendra ici que la sociologie de Pierre Bourdieu a pu être décrite comme « un sport de combat »4). À mes yeux, il conviendrait dès lors de pas oublier que le projet qui était initialement le nôtre était aussi animé du désir de faire advenir non seulement un nouveau régime épistémologique du « littéraire », mais encore de nouvelles fonctions pour celui-ci, à travers le champ social, dans comme en dehors des élites qui, depuis le xviie siècle même, se sont pour l’essentiel arrogées le pouvoir de définir ce que qu’était (et n’était pas) la « littérarité ». Redéfinir le « littéraire » et les manières de le dire comme de le raconter, ce peut en effet aussi être un moyen d’agir sur les fonctions et usages qui sont spontanément attribués à celui-ci dans le champ social, en République. Ne faisons pas l’impasse là-dessus, à l’heure où les démocraties libérales et néo-libérales — déséquilibrées par les désastres financiers et économiques, dont nous avons été les témoins horrifiés depuis vingt ans, et leurs conséquences socio-politiques cauchemardesques — connaissent partout en Europe une vertigineuse crise de légitimité. Du moins, n’en faisons pas l’économie, si nous voulons être fidèles à nous-mêmes, tout autant que porteurs d’une alternative intellectuelle, mais aussi sociale et politique, sincère et durable. « Those are just my two cents (of advice) », comme diraient les Américains — dont je suis, fût-ce seulement pour quelques mois encore. Il est bien évident que, de ces propositions, le GRIHL fera, comme toujours, ce que bon lui semblera.

Haut de page

Notes

1 GRIHL, Écriture et action, xviie-xixe siècle : une enquête collective, Paris, EHESS, 2016. J’avais lâchement esquivé la demande en 2010, en prétextant du travail d’archives dans lequel j’étais alors noyée, à Florence, — et en soulignant que je ne pensais pas avoir grand’chose de neuf à apporter sur la question, au moins sur le strict plan méthodologique. Je m’étais à cette occasion sentie comme un « fidèle » ayant « lâché » se serait sans doute senti le cercle (proustien) des Verdurin, oscillant longtemps entre mauvaise conscience et velléité persistante d’indépendance.

2 Sur ce ms (BNCF Magl. VII, 1199), voir Déborah Blocker, « Dire l’‘art’ à Florence sous Cosme I de Médicis : une Poétique d’Aristote au service du Prince », AISTHE, II, 2, 2008, p. 56-101 (p. 88-94) et « Le lettré, ses pistole et l’académie : comment faire témoigner les lettres de Filippo Sassetti, accademico Alterato (Florence et Pise, 1570-1578) ? », Littératures classiques, 71, 2010, p. 31-66 (en particulier p. 57-62). Voir également, Déborah Blocker, “From book history to social and political history: shedding light on the understanding of Aristotle’s Poetics developed within the Alterati of Florence (1569-ca. 1630) ˮ, à paraître et le chap. 3 de Le Principe de plaisir : esthétique, savoirs et politique dans la Florence des Médicis (xvie-xviie), à paraître également.

3 GRIHL, De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002.

4 La Sociologie est un sport de combat, documentaire français de Pierre Carles, sorti en 2001 et (le plus souvent) accessible sur internet : https://www.youtube.com/watch?v=AVq8XFxbt7s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Blocker, « Tous pour un et un pour tous ou de l’activité de penser en commun mais non en rond(s)  », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-02 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6771 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6771

Haut de page

Auteur

Déborah Blocker

Université de Californie Berkeley — janvier 2017.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals