Navigation – Plan du site
Terrains et figures

Crise de Lettres : La Réception de Malherbe au tournant du XXe siècle

Cinthia Meli

Texte intégral

  • 1 Voir l’entrée « canon, canonisation » dans le Dictionnaire du littéraire, P. Aron, D. Saint-Jacques(...)
  • 2 Revue d’histoire littéraire de la France. Le xixe siècle face aux canons littéraires : persistance, (...)
  • 3 Voir sur ce point André Chervel, Histoire de l’enseignement du français du xviie au xxe siècle, Par (...)

1Le canon littéraire, en tant qu’il réunit les expressions les plus abouties d’une morale et d’une esthétique dont on entend transmettre les principes directifs et les règles de fabrication, joue un rôle fondamental dans l’émergence en France de l’enseignement littéraire, lorsque celui-ci se confond encore dans l’expression « belles-lettres » avec son objet. Si le xviiie siècle voit ainsi s’instituer et se renforcer le canon classique (« classique » parce que réunissant comme son équivalent antique des écrivains et des textes de première classe1, tirés exclusivement d’un Grand Siècle inventé en son mitan par Voltaire), le xixe siècle en revanche est tout à la fois un temps de persistance, de remises en cause et de transformations, pour reprendre le sous-titre d’un numéro récent de la Revue d’histoire littéraire de la France, consacré à des canons littéraires à juste titre pluriels, puisque variant au gré des reconfigurations que leur font subir les inventeurs du monument littéraire, qu’ils soient écrivains, éditeurs, ou même critiques2. Car si l’enseignement scolaire, sous ses formes diverses – écoles, collèges, lycées –, contribue bien pendant tout le siècle à la perpétuation et à la transmission du canon classique, les figures les plus éminentes de la critique, parfois invitées à professer à la Sorbonne, participent activement elles aussi à son remaniement : Nisard et Villemain œuvrent ainsi entre 1830 et 1860 à la dévaluation des poètes néo-classiques, alors que Cousin et Sainte-Beuve s’évertuent quant à eux à faire redécouvrir Pascal et les poètes du xvie siècle3.

  • 4 Voir George Weisz, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton (...)
  • 5 Voir Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 6 On mentionnera notamment les ouvrages d’Émile Hennequin, La Critique scientifique (Paris, Librairie (...)
  • 7 Je pense en particulier à la Revue pédagogique (fondée en 1878), à la Revue internationale de l’ens (...)
  • 8 À ma connaissance, deux autres auteurs classiques se voient disputer au tournant du siècle la place (...)
  • 9 Sur ce point, ma réflexion s’inscrit dans le prolongement des études réunies par Laure Himy-Piéri e (...)
  • 10 Ma réflexion se distingue à cet égard de la critique canonique qui s’est développée depuis une tren (...)

2Mais qu’en est-il à la fin du xixe siècle ? Sous l’impulsion du corps politique, l’institution scolaire s’engage sous la Troisième République dans des réformes profondes, qui touchent tous les niveaux d’enseignement, et se traduisent pour le supérieur par la redéfinition des missions de l’Université, appelée désormais, pour ce qui est des facultés des lettres, à former les enseignants du secondaire et à produire un corps de savoir utile à la défense spirituelle de la nation4. Dans le sillage des disciplines émergentes, au premier rang desquelles l’histoire, les études littéraires françaises aspirent à plus de scientificité dans l’appréhension de leurs objets, même si leurs représentants hésitent encore sur les méthodes à adopter et sur les finalités à poursuivre5 : plus que les ouvrages de théorie ou de méthode de la critique, qui demeurent rares jusqu’à la fin du siècle6, ce sont les revues fondées à la même époque qui témoignent le mieux des hésitations et des tâtonnements de la discipline, au gré des comptes rendus d’ouvrages, des rapports de soutenance de thèse ou des procès-verbaux de commissions qui y sont publiés7. L’application à l’étude de la littérature de méthodes nouvelles pouvait avoir un impact sur le canon classique : il est en effet des cas, certes rares, où la valeur accordée à un auteur est remise en cause par la recherche qui lui est consacrée8. Malherbe en est un : il a fait l’objet au début des années 1890 de deux thèses de doctorat, dues à Ferdinand Brunot et à Gustave Allais, qui ont donné pendant deux ans matière à délibération, sinon à débat. Je voudrais montrer ici que la discussion sur la valeur littéraire de Malherbe – qui est en fin de compte reconduite, mais sous d’autres termes – a surtout eu pour effet de questionner la discipline même qui le prenait pour objet, dans ses méthodes et dans ses finalités : pour parvenir à en saisir les mutations, je suivrai le fil des interventions que les thèses de Brunot puis d’Allais ont suscitées, en prêtant attention à leur dimensions sociales et institutionnelles. L’enjeu de ma réflexion sera triple : il s’agira d’apporter une contribution à l’étude de la réception de Malherbe à la fin du xixe siècle9, d’examiner à partir de son cas selon quels critères se repense, au sein d’une histoire littéraire balbutiante, la valeur des auteurs classiques, et de formuler une première hypothèse sur l’épistémologie de cette discipline en pleine invention10.

L’antipathie contre Malherbe

  • 11 Charles Dejob, « De l’antipathie contre Malherbe. À propos d’un livre récent », Revue international (...)
  • 12 Ferdinand Brunot, La Doctrine de Malherbe d’après son commentaire sur Desportes, Paris, G. Masson, (...)
  • 13 Dejob, « De l’antipathie contre Malherbe », art. cit, p. 444-445.

3En 1892, Charles Dejob publie dans la Revue internationale de l’enseignement supérieur un article intitulé « De l’antipathie contre Malherbe. À propos d’un livre récent11 », dans lequel il prend pour cible la thèse de doctorat de Ferdinand Brunot, soutenue en Sorbonne un an plus tôt12. Le titre choisi procède déjà d’une stratégie argumentative qui démarque l’article d’un compte rendu classique : prétendant renoncer à examiner les « défauts de méthode » de l’ouvrage, au motif qu’il les aurait déjà signalés lors de la soutenance de thèse, Dejob entend faire un sort à « l’antipathie que [Brunot y] laisse voir pour Malherbe, […] qui paraît contraire à la justice autant qu’à la tradition universitaire », en plaçant d’emblée son propos sur le terrain de la morale. L’article s’ouvre en effet sur une interrogation relative à la « vertu » d’une « génération nouvelle » de chercheurs qui, dans des thèses récemment soutenues ou en passe de l’être, appliquent les premiers aux « grands sujets » (Bossuet, Racine, Malherbe), avec un « sentiment de respect » qui aurait fait défaut à Brunot, la « méthode d’investigations patientes qui a depuis cinquante ans renouvelé ou étendu toutes les questions13 », sans que Dejob prenne le soin d’en préciser la teneur exacte.

4En fait de méthode, la thèse de Brunot est fondée principalement sur l’analyse du Commentaire de Desportes, dont est induite la doctrine de Malherbe en matière de poésie, de lexique et de syntaxe. Cette analyse, qui occupe la partie centrale de l’ouvrage, est précédée d’une enquête historique sur le contexte intellectuel et poétique du Commentaire, que Brunot tient pour une œuvre critique et doctrinale, et par une étude philologique de ses divers manuscrits ; elle est suivie d’une recherche sur la réception à court terme de la doctrine qu’elle permet de constituer. Brunot s’appuie ainsi sur l’examen de manuscrits et d’imprimés produits par Malherbe et par d’autres auteurs autour de 1605, date probable de la notation du Commentaire, pour mettre en cause la réputation de l’auteur. Preuves à l’appui, Brunot s’applique en effet à dénoncer sa valeur à la fois comme poète et comme critique, et surtout à relativiser son rôle dans l’élaboration et la diffusion de la doctrine classique : Malherbe en aurait emprunté les principes à Guillaume du Vair, et c’est Boileau, un demi-siècle plus tard, qui l’aurait fait triompher. Loin de constituer la seule expression d’une antipathie, comme Dejob voudrait le faire croire, les critiques de Brunot à l’encontre de Malherbe sont donc fondées en raison, à grands renforts de documents, de citations et de notes de bas de page.

  • 14 Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, XV, 1893, p. 29-34.
  • 15 Voir le compte rendu d’Achille Delboulle dans la Revue critique d’histoire et de littérature, XXXII (...)

5Si Felix Kalepky, auteur de la recension parue dans la revue allemande Zeitschrift für französiche Sprache und Literatur, apprécie l’importance du travail philologique réalisé par Brunot, et trouve en particulier un intérêt lexicographique à son analyse du Commentaire14, tel n’est pas le cas de ses homologues français, qui ne disent rien de l’étude des manuscrits et remarquent en mauvaise part que le candidat au doctorat fait œuvre de grammairien15 : philologie et lexicographie ne font pas partie de leurs centres d’intérêt, ni même peut-être de leurs compétences. Davantage, lors de la soutenance de thèse, c’est le principe même des recherches menées par le candidat qui a été mis en cause par Dejob, si l’on s’en tient du moins au récit qu’en produit le rapporteur resté anonyme de la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur. Après avoir décrit sur un ton léger les circonstances de l’intervention de Dejob, il évoque en ces termes la première critique adressée au candidat :

  • 16 « Thèses et soutenance de M. Ferdinand Brunot, ancien élève de l’École normale supérieure, chargé d (...)

– Je supprimerais, dit carrément M. Dejob, trois cents pages de votre livre. Nous connaissons et Desportes et Malherbe. À quoi bon tant de détails connus ou oiseux ? – C’était tout simplement la querelle des littérateurs et des historiens. M. Brunot, qui est plus historien qu’il ne le croit, éprouve le besoin, quand il avance un fait, d’en chercher et d’en fournir les preuves. M. Dejob se contente de ce qui est connu grosso modo pour en tirer les conséquences littéraires. Il est bien clair que l’esprit moderne, si éminemment historique et critique, serait avec M. Brunot contre M. Dejob. Cependant, la question resterait de savoir si ces détails biographiques, si ces preuves à l’appui sont ou non utiles à la thèse littéraire qu’il s’agit de soutenir.16

  • 17 Ibid., p. 291.

6La référence à « la querelle des littérateurs et des historiens » retient d’une part l’attention, et intéresse d’autant plus qu’elle n’est visiblement pas close pour l’auteur du compte rendu, dont la voix se substitue progressivement à celle de Dejob pour prendre part au débat sur la méthode de la thèse et sur sa finalité : en dépit de « l’esprit moderne » qui prévaut, qu’il associe à une approche « historique et critique », la « thèse littéraire » ne saurait consister selon lui en une thèse d’histoire, et devrait donc faire l’économie de « détails biographiques » et de « preuves » inutiles à son propos, mais qui pourrait servir, ajoute-t-il, à l’élaboration « [d’]une biographie de Desportes ou de Malherbe à placer par exemple en tête d’une édition de ces auteurs »17. Ce passage montre à la fois que l’approche scientifique du texte littéraire est ramenée à son étude historique, et non philologique, une étude qui consisterait pour l’essentiel en l’établissement de la biographie de l’auteur (ce qui ne rend pas justice, du reste, au travail accompli par Brunot), et que son principe même ne fait pas l’unanimité auprès des membres de la discipline. En effet, ceux-ci sont d’abord des enseignants de lycée et de collège formés à une approche de la critique littéraire centrée sur l’appréciation esthétique et morale des œuvres, qui se contente d’une connaissance approximative de leurs circonstances de production. D’autre part, et alors même qu’il souligne à plusieurs reprises dans son texte le caractère combatif de Brunot, l’auteur du compte rendu ne mentionne pas sa réponse à Dejob, amputant ainsi la discussion dont il pourrait rendre compte. En cela, il paraît suivre l’exemple du doyen de la Faculté, qui choisit rapidement, lors de la soutenance, de mettre un terme au débat, ce qui suscite chez le rapporteur le commentaire suivant :

  • 18 Idem.

C’est dommage, pour une fois que l’on commençait vraiment à disputer en Sorbonne ! Mais on en avait assez entendu pour emporter, en allant rejoindre son potage, une haute estime pour le juge qui, en arrivant à l’heure où tout a été dit, trouve encore non seulement à dire, mais aussi à attaquer la thèse dans ses œuvres vives, et pour le candidat un peu désarçonné par cette attaque de l’arrière-garde, qui n’y a pourtant perdu ni sa bonne humeur, ni sa présence d’esprit, ni son esprit.
La Faculté peut marquer cette journée d’un caillou blanc. Je lui en souhaite beaucoup de semblables.18

7Avec ironie, le rapporteur laisse entendre que l’intervention tardive et peut-être même réactionnaire de Dejob (une « attaque de l’arrière-garde ») est jugée déplacée et que, si elle est souhaitée, la discussion en Sorbonne demeure rare (« pour une fois ») et contrevient au fond à l’habitus des intervenants, comme l’attestent ici la substitution du terme « disputer », plus orienté, à celui de « discussion », et encore plus, au début du texte, la caractérisation du candidat hors norme que constitue Brunot :

  • 19 Ibid., p. 286.

Cette soutenance menaçait d’être ennuyeuse, parce que les thèses étaient reconnues exceptionnellement bonnes. Il a fallu, pour la relever, que M. Brunot eût déjà la pratique de l’enseignement supérieur, fût doué d’un caractère peu facile à démonter et osât tenir tête à ses juges. Comme il ne s’est pas montré plus conciliant, – pour le fond s’entend, car pour la forme il l’était toujours, – je ne saurais le dire : ses juges lui faisaient tant d’éloges qu’il aurait bien pu leur passer de petites chicanes. Mais non ! il ne voulait point se contenter d’une demi-victoire.19

  • 20 Il est en effet depuis 1883 maître de conférences à la Faculté des lettres de Lyon, et il est nommé (...)
  • 21 Voir Christophe Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, en particul (...)
  • 22 Voir Antoine Compagnon, La Troisième République des lettres, op. cit., partie I, sections 1-7.
  • 23 Voir notamment les comptes rendus du livre de Gustave Allais par Félix Hémon (mentionné supra, note (...)
  • 24 Voir notamment les chapitres que lui consacrent Gustave Lanson et Louis Petit de Julleville dans le (...)

8Pourtant, malgré ce que ce passage pourrait porter à croire a contrario, cette répugnance à la discussion est peut-être moins l’effet temporaire de la relation hiérarchique induite par la soutenance de thèse (qui, dans le cas particulier de Brunot, est atténuée par la position qu’il occupe déjà dans l’université20) que la tendance durable d’un groupe formé à même école21, et peut-être la manifestation de l’esprit de corps d’une discipline qui serait menacée sur le plan institutionnel22 : c’est ce qui expliquerait du reste que l’auteur rapporte sur le ton de la plaisanterie l’accrochage survenu lors de la soutenance. Le goût de la conciliation imprègne en tout cas profondément les interventions qui ponctuent durant deux ans la discussion sur Malherbe, qui ne se laisse pas ramener à un débat aux parties et aux arguments bien tranchés : Brunot ne saisit pas son droit de réponse, Allais et son principal contradicteur se font des amabilités, et les auteurs de plusieurs comptes rendus consacrés aux ouvrages respectifs de ces trois auteurs cherchent à les réconcilier en dépassant le problème23. Cette culture du front commun – autrement dit, cet académisme – culmine dans les chapitres et articles de synthèse produits au tournant du siècle, qui réalisent un double exploit : renvoyer également aux travaux pourtant contradictoires de Brunot et d’Allais, et réaffirmer la valeur pourtant bien entamée de Malherbe24.

  • 25 Titulaire du doctorat ès lettres depuis 1881, Dejob est « chargé des fonctions de maître de confére (...)
  • 26 En témoigne le rapporteur de la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, (...)
  • 27 Voir encore sur ce point Compagnon, La Troisième République des lettres, op. cit., partie I, sectio (...)

9En d’autres termes, en prenant le contrepied de la culture discursive de la profession à laquelle il appartient, Dejob cherche dans son article à polariser artificiellement le champ de la critique académique à son avantage, pour pouvoir incarner les valeurs d’une institution au sein de laquelle il occupe encore une position fragile25, et qui ne partage du reste pas forcément sa sympathie à l’égard de Malherbe26. Pour y parvenir, il choisit on l’a vu de déplacer le débat sur le terrain moral, plus familier aux membres de la discipline, en accusant Brunot d’avoir manqué de respect à l’écrivain dans l’évocation de son caractère, de sa poésie et de sa doctrine. Et il faut bien l’admettre, Brunot ne se gêne pas de formuler sur ces trois objets des jugements négatifs, fondés certes sur son enquête textuelle et historique, mais qui, fait intéressant, finissent par faire ressortir son ouvrage à une critique dogmatique pourtant disqualifiée par la réforme dans laquelle s’est engagée la discipline27. Vain, orgueilleux, dédaigneux des autres, Malherbe serait un esprit borné, qui ne comprendrait rien à la vraie poésie ; la doctrine classique qu’il a contribué à cristalliser trahirait du reste cette dernière, et serait à la hauteur du génie français – bien inférieur, en la matière, aux génies antique, anglais ou italien. La thèse de Brunot se clôt ainsi sur cinq paragraphes polémiques, qui mettent à mal une vision traditionnelle de l’histoire de la littérature française :

  • 28 Brunot, La Doctrine de Malherbe, op. cit., p. 590.

Si Malherbe a ainsi réussi, ne faut-il pas avouer que c’est parce qu’en dernière analyse ce qui fit la poésie chez d’autres peuples a été longtemps et est peut-être encore en dehors de notre goût français ?
Autrement, comment se fait-il que pendant si longtemps tous ceux qui sont venus rapprocher la poésie de la prose ont chez nous triomphé et régné ? Et comment expliquer Boileau après Malherbe ?
Il semble que toutes les aspirations intimes de nos esprits vers la clarté, la finesse, la distinction, trouvent satisfaction dans de bonnes pages de prose. De là le retard que nos poètes ont eu sur nos prosateurs et qui constitue un fait singulier, dans l’histoire des littératures.
De là aussi, la satisfaction que les hommes éminents de la nation ont trouvée pendant deux siècles, quoi qu’ils connussent et l’Antiquité et l’Italie et l’Angleterre, dans le lyrisme à la façon de Malherbe, où il y a souvent tant de rhétorique, jamais plus en tout cas que de l’éloquence.
Malherbe devait donc réussir, parce qu’il a choisi pour naître non seulement le moment, mais le pays qui lui convenait, s’il n’en est pas même le produit régulier et nécessaire, car lui ou son pareil devait paraître en France, les peuples ayant, suivant un vieux mot qui s’applique mieux encore à la littérature qu’à la politique, les maîtres qu’ils méritent.28

  • 29 Sur Taine et sa doctrine, voir Jean-Thomas Nordmann, Taine et la critique scientifique, Paris, PUF, (...)
  • 30 À cet égard, on mentionnera, le compte rendu paru dans la Revue critique d’histoire et de littératu (...)
  • 31 Le fait est discutable : Delboulle affirme ainsi que Sainte-Beuve aurait déjà émis des doutes sur l (...)

10Le propos associe étroitement histoire littéraire et critique dogmatique, en empruntant à Hyppolite Taine un de ses concepts-clefs (le « moment »)29. Pour reprendre les termes du rapporteur de sa soutenance, Brunot est donc bien l’auteur d’une thèse littéraire, et pour tout dire romantique, qui n’a du reste rien de très nouveau30, mais qui s’appuie sur une enquête historique pour prendre fait et cause contre le classicisme : à travers Malherbe, c’est en fait à l’esthétique et au récit fondateur de Boileau que Brunot s’en prend, une esthétique et un récit que Dejob identifie quant à lui à la tradition universitaire31. Au demeurant, ce dernier ne laisse pas de surprendre dans la réfutation des propositions de son adversaire : certes, il fait à son tour œuvre dogmatique, en proposant sa propre définition de la vraie poésie (qui correspond évidemment à celle engendrée par l’esthétique classique), et en s’en prenant au cosmopolitisme récent qui viendrait trahir le génie français ; mais il récuse le caractère attribué par Brunot au poète à partir d’une lecture de la Vie de Malherbe par Racan sensible à sa logique sociale et hagiographique, lecture qui révèle en lui un habile critique. « L’arrière-garde », en matière de critique, n’est donc pas forcément là où on la croit : Brunot se montre au fond aussi dogmatique que Dejob lorsqu’il s’agit de prendre fait et cause en faveur d’une certaine esthétique, et Dejob ne manque pas d’acuité critique lorsqu’il s’attaque aux arguments historiques de la thèse de Brunot. En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’on soutient la tradition littéraire qu’on est forcément rétrograde sur le plan de la méthode des études littéraires – une observation que confirme la seconde série d’interventions relatives à la valeur de Malherbe, autour cette fois de l’ouvrage d’Allais.

Malherbe, poète lyrique ?

11Quelques mois après Brunot, Allais soutient à son tour en Sorbonne une thèse consacrée à Malherbe, centrée sur l’œuvre poétique antérieure à 1600, et dans laquelle il prend le contre-pied des propositions de son prédécesseur. En conformité avec le récit fondateur de Boileau, Allais réaffirme la valeur de Malherbe comme poète lyrique et le rôle déterminant qu’il aurait joué dans l’histoire de la poésie et de la littérature françaises :

  • 32 Gustave Allais, Malherbe et la poésie française du xvie siècle (1585-1600), Paris, E. Thorin, 1892 (...)

« Enfin Malherbe vint », a dit Boileau ; en effet la venue de Malherbe était chose nécessaire. Après tant d’essais aventureux et d’imitations stériles où s’étaient vainement consumés les disciples de Ronsard, il fallait un homme capable de s’imposer à tous et de leur dicter des préceptes ; il fallait un poète avec assez de puissance pour lancer la poésie française dans une nouvelle voie, assez de méthode pour régler l’art des vers et la langue poétique, assez d’autorité enfin pour établir dans notre littérature une doctrine classique.32

  • 33 Revue internationale de l’enseignement supérieur, XXV, 1893, p. 201-203 (p. 201-202 pour la citatio (...)
  • 34 Maurice Souriau, « La versification de Malherbe », L’Évolution du vers français au xviie siècle, Pa (...)
  • 35 Auguste Ehrhard, « Malherbe et la poésie française du xvie siècle, par Gustave Allais », art. cit., (...)
  • 36 Maurice Souriau, L’Évolution du vers français, op. cit., p. 71-72.

12Pour Auguste Ehrhard, l’auteur d’un des comptes rendus consacrés à la thèse d’Allais, celle-ci constitue au premier abord une « apologie de Malherbe [qui], par le temps qui court, ressemble fort à une bravade »33. Il faut dire qu’est parue entretemps, sous la plume de Souriau, un professeur de la faculté des lettres de Poitiers, une étude de la versification de Malherbe, fondée à la fois sur le Commentaire de Desportes et sur l’œuvre poétique de l’écrivain34, qui vient compléter les travaux de Brunot (à qui on avait reproché du reste, lors de la soutenance, de n’avoir pas abordé cette question), et confirmer le jugement négatif porté par celui-ci sur le poète. Selon Ehrhard, l’étude de Souriau a pour effet de modifier la géographie institutionnelle des fronts en présence : « dans le milieu même où la “tradition” a ses défenseurs attitrés », note-t-il, « la guerre a été déclarée à celui qui fut l’un des premiers représentants de cette tradition [c’est-à-dire Malherbe] : l’Université l’attaque35 ». Ce renversement de l’assignation institutionnelle des fronts (par rapport à celle avancée par Dejob) montre que sa nature est moins polémique que rhétorique : Ehrhard s’appuie sur la synecdoque pour inventer à Allais un ennemi collectif à défier et lui attribuer ainsi l’audace des nouveaux venus. À l’inverse, Souriau, qui est déjà établi, s’inscrit dans une logique consensuelle, en attribuant à ses pairs une modération propice au progrès des études sur Malherbe, qui aurait échappé jusqu’ici « au culte des adorateurs fanatiques » : « Il n’y a pas de “Malherbiste” »36, affirme-t-il dans l’introduction à son étude, après avoir énuméré les interventions récentes au sujet du poète, en y incluant les publications d’Allais. La parution parallèle de leurs ouvrages engage ainsi les deux critiques dans une discussion conciliante – au moins sur la forme, sinon sur le fond – sur les qualités lyriques de Malherbe où l’arrière-garde, encore une fois, n’est pas forcément là où on l’attend.

  • 37 Ibid., p. 73.
  • 38 Auguste Ehrhard note ainsi que « cette haute estime pour Malherbe est fondée sur la conception que (...)
  • 39 Voir Ferdinand Brunetière, « M. Souriau. L’Évolution du vers français au xviie siècle », Revue d’hi (...)
  • 40 Gustave Allais, « Un mot sur Malherbe », Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement su (...)

13L’étude systématique et objective de la versification de Malherbe, sur le plan théorique et pratique, se clôt en effet dans l’ouvrage de Souriau sur une section intitulée « Le lyrisme de Malherbe », un sujet que le professeur de Poitiers prétend traiter avec la même neutralité que la versification, mais qui débouche à nouveau sur une critique de nature dogmatique. Souriau dénie en effet à Malherbe tout tempérament lyrique, en se fondant sur une analyse psychologique de son caractère. Le poète n’aurait pas eu « un assez grand cœur, un assez grand esprit, pour pouvoir s’élever au lyrisme vrai37 », et ses odes manqueraient à la fois de musicalité et d’imagination : les critères évoqués relèvent de l’esthétique romantique qui informait déjà la thèse de Brunot. Certes, Allais n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de défendre les qualités de Malherbe comme poète lyrique : à l’instar de Dejob, sa stratégie consiste d’abord à redéfinir le lyrisme dans des termes qui s’appliquent à la poésie de Malherbe. Les auteurs des recensions consacrées à sa thèse ne manqueront pas du reste de remarquer qu’il joue sur les mots, sans condamner nettement ce qui constitue pourtant un vice logique et qui semble typique des pratiques critiques antérieures38. Mais Allais est amené à préciser et pour tout dire à renforcer sa défense de la poésie de Malherbe dans le compte rendu qu’il donne lui-même de l’étude de Souriau dans la Revue de l’enseignement supérieur et de l’enseignement secondaire. Déjouant la rhétorique sinueuse et les raisonnements imparfaits de Souriau (que Brunetière dénoncera du reste également, même s’il approuve sur le fond ses partis-pris39), Allais ramène d’abord son étude à une forme de critique subjective, dont « la prévention favorable ou contraire » constitue le principe initial ; il la condamne d’autant plus qu’elle aboutit selon lui à « la destruction, à l’émiettement complet de la personnalité d’un écrivain40 », rejoignant sur ce point la position morale de Dejob. Mais il pousse la réflexion d’un cran lorsqu’il s’empare plus précisément de la question du lyrisme de Malherbe, et choisit pour la résoudre de l’inscrire dans une perspective historique :

  • 41 Ibid., p. 467.

Mais ici l’on m’arrête : « Malherbe n’est pas un poète lyrique ». M. Souriau lui refuse le « tempérament lyrique » […] – Pour ce qui est du tempérament lyrique, j’avoue qu’on ne trouve chez Malherbe ni « vibration », ni « effusion », ni « hyperesthésie lyrique ». Les gens de l’époque d’Henri IV étaient bien équilibrés et n’avaient pas encore réduit le génie poétique à n’être qu’une névrose. […]
En somme, ce qui me semble ressortir de toutes ces critiques, c’est qu’on juge Malherbe à travers les impressions que nous ont laissées les poètes lyriques du xixe siècle. […]. La critique, pour être juste, doit tenir compte des profondes modifications morales qu’a produite [la] lente évolution [des mœurs, des idées et des sentiments]. Un poète pense et sent comme ses contemporains ; il est leur interprète ; c’est parce qu’il exprime leurs idées, leurs émotions, leurs préoccupations qu’il leur plaît et leur paraît grand. Pour le comprendre et le bien juger, il faut le replacer parmi les hommes et les idées de son temps ; sa gloire se ramène alors à de justes proportions et s’explique d’elle-même.41

  • 42 Comme l’atteste la table des matières, la description de chaque œuvre constitutive du contexte litt (...)

14On l’aura compris, Allais plaide en faveur d’une approche contextualisée de l’auteur et de son œuvre, qui ne sauraient être appréciés selon lui à l’aune d’une sensibilité et d’une esthétique qui leur seraient postérieures, une approche qui imposerait sur le mode de l’évidence – et donc sans démonstration – la valeur du poète. Or, à certains égards, c’est bien ce qu’il s’est efforcé de faire lui-même dans sa thèse de doctorat, en replaçant d’une année à l’autre la production poétique de Malherbe dans son contexte politique et littéraire. Et alors même qu’il entend par son étude reconduire la place éminente de Malherbe dans le canon et l’histoire littéraires, il consacre paradoxalement une part importante de son ouvrage à l’étude d’auteurs qui avaient été jusque-là négligés, mais qui trouvent leur place dans son livre en tant qu’ils constituent le contexte dans lequel compose le poète. Si l’introduction et la conclusion de sa thèse ressortissent à la critique dogmatique, elles s’appuient sur treize chapitres qui relèvent bien, eux, d’une histoire qui s’efforce d’établir des faits avant de porter des jugements42.

15Cette reconstitution scrupuleuse du paysage littéraire dans lequel s’inscrit Malherbe a été diversement appréciée par les auteurs des recensions. Ehrhard se montre tout à fait convaincu par la démonstration, qui l’incite dans un premier temps à conclure le débat en faveur de Malherbe :

  • 43 REF

M. Allais arrive encore par une autre voie [que celle de la définition du lyrisme] à la même conclusion [celle de la valeur lyrique de Malherbe] ; […]. En étudiant avec une grande finesse de goût les poètes de la fin du seizième siècle, il montre à merveille combien Malherbe leur est supérieur aussi bien par l’inspiration que par la forme. Écrasé par la comparaison avec nos lyriques du xixe siècle, Malherbe apparaît triomphant au milieu de ses contemporains.43

16Certes, il est toujours question de la valeur de Malherbe, mais on en juge désormais à une échelle relative, et non plus absolue : le poète ne règne plus que sur une cour d’auteurs qui lui sont contemporains. Davantage, Ehrard en vient dans un second temps à dépasser les termes mêmes du débat, la visée historique (exposer le contexte) l’emportant en fin de compte sur la visée encomiastique (évaluer l’auteur), jugée désormais sans fondement objectif, même si elle demeure présente au sein du texte critique :

  • 44 Auguste Ehrhard, « Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle, par Gustave Allais », a (...)

Ce n’est pas pour lui en faire un reproche que nous constatons que M. Allais se cantonne dans une époque bien délimitée ; c’est au contraire signaler le très grand mérite de son ouvrage. Le livre nous fait admirablement connaître les quinze dernières années du xvie siècle, et c’est là précisément ce qu’a voulu l’auteur. Le sujet n’est pas une réhabilitation de Malherbe. Ce serait après tout une controverse stérile que de discuter les titres de Malherbe à notre sympathie ou à notre admiration. Tout en faisant un grand éloge du poète, M. Allais est l’historien érudit et sagace de la formation de son talent.44

  • 45 Félix Hémon, « Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle, par Gustave Allais », art.  (...)
  • 46 Ibid., p. 494-495.

17Un autre recenseur, Félix Hémon, prend acte de ce dépassement, qui contribue à déplacer l’enjeu du travail d’Allais, en affirmant d’emblée « qu’il n’a pas à déclarer ici dans quelle mesure le poète est digne, non seulement d’une solide estime, mais d’une admiration plus ou moins enthousiaste45 ». Il se contente de louer la « façon nouvelle » avec laquelle Allais présente une portion de l’œuvre de Malherbe, « la précision de détails » qu’il y met, et les rectifications qu’il apporte ainsi à l’édition des œuvres du poète ; son étude constitue aux yeux d’Hémon « une précieuse contribution à l’histoire littéraire de cette période un peu confuse et mêlée », qui a le mérite de mettre en lumière des auteurs dont « les essais, bien imparfaits littérairement, ne sont pas sans intérêt pour l’historien »46. En d’autres termes, la constitution d’une histoire littéraire qui tienne compte de l’ensemble des auteurs d’une période donnée, quelle que soit la qualité de leur production poétique, devient pour Hémon une fin en soi.

  • 47 Eugène Rigal, « Gustave Allais, Malherbe et la poésie français à la fin du xvie siècle », art. cit. (...)

18Eugène Rigal en revanche se montre plus dubitatif : certes, il loue le soin et la patience d’Allais dans son travail, mais il regrette qu’ils aient servi à l’étude d’une « période mal connue et médiocrement attrayante de l’histoire littéraire de la France » et « de tant d’[…] œuvres, encore médiocres pour la plupart47 ». Le jugement de valeur est ici encore prégnant, qui regarde aussi bien la période que les auteurs, et discrédite a priori leur étude. Davantage, Rigal critique le rapport servile qu’Allais entretient avec la chronologie :

  • 48 Ibid., p. 37.

M. Allais se rend vraiment trop esclave de la chronologie, et ce scrupule – si légitime quand on ne le pousse pas trop loin – a donné à son livre la forme un peu aride d’annales littéraires. Qu’on en juge par ces titres de chapitres : La poésie française en 1585 ; La poésie légère et la poésie héroïque en 1587 ; La poésie en 1588-89 etc. etc. Quelles que soient la précision et la netteté d’exposition de l’auteur, il n’est pas facile de suivre à travers quinze années et treize ou quatorze chapitres la carrière d’un du Perron ou d’un Bertaut. […] Qu’est-ce à dire ? Que l’ordre chronologique, avec son apparence de rigueur, sépare souvent ce qui doit être uni, et qu’une conciliation habile entre l’ordre chronologique et l’ordre méthodique vaudrait mieux ? Fort bien !48

19La critique relève autant d’une question de méthode historique (celle de l’échelle à laquelle et de l’ordre dans lequel étudier les phénomènes) que d’une question de rhétorique (celle de la forme à donner à un livre pour le rendre lisible) : le principe structurant choisi par Allais donne à son propos un caractère énumératif, qui empêche d’avoir une vision nette des trajectoires individuelles étudiées. Le compte rendu de Rigal laisse entrevoir le rôle que la formation initialement rhétorique des chercheurs pourrait être appelée à jouer dans l’histoire littéraire en train de s’inventer ; à cet égard, on notera que le principe de composition choisi par Brunot, dont l’ouvrage est centré sur la rédaction autour de 1605 du Commentaire de Desportes, contribue à souligner le rôle central qu’il donne à ces notes sur le plan historique, et à asseoir ainsi la thèse qu’il défend. Rigal formule en outre une autre critique contre la thèse d’Allais : en adoptant une chronologie trop précise, et bornée arbitrairement à la date de 1600, celui-ci se serait empêché de faire la démonstration d’une thèse qui semble aller de soi pour son recenseur :

  • 49 Ibid., p. 38.

Ici comme ailleurs, la situation sociale et politique a marqué sur la littérature. Et si M. Allais ne s’était pas arrêté à la date de 1600, il eût montré sans peine comment le besoin de paix, d’union et de réorganisation qu’éprouvait si profondément la France devait amener mieux encore le triomphe de la poésie impersonnelle et éloquente, en même temps que le développement du génie propre de Malherbe.49

  • 50 C’est ce que Brunot aurait indiqué lors de la soutenance, pour expliquer l’absence dans sa thèse d’ (...)

20Ironiquement, on notera que le terminus ad quem que regrette Rigal a été imposé à Allais par le doyen de la Faculté des lettres de Paris, qui avait souhaité répartir la matière entre les deux candidats au doctorat50 : Brunot, en choisissant de débuter son propos in medias res, par l’arrivée de Malherbe à Paris, a su mieux qu’Allais tirer parti des limites assignées à son travail par l’autorité académique.

21Quoi qu’il en soit, le débat porte moins, dans ces comptes rendus, sur la valeur de Malherbe que sur ce que la discipline doit entreprendre de produire collectivement, un projet qui, au gré des contributeurs, revêt divers aspects : une histoire littéraire des grands auteurs, qui prenne le soin de les replacer dans leur contexte immédiat et de les comparer aux auteurs mineurs qui sont leurs contemporains ; une histoire de la formation des talents et des carrières littéraires, dans une perspective sans doute plus esthétique que sociale ; une histoire de la versification, des genres et des formes littéraires ; mais également une histoire de la poésie, ou de la littérature en général, en tant qu’elle est agie par le contexte politique et social dans lequel elle se développe. À la question des échelles s’ajoute ainsi celle des objets de l’histoire littéraire, puis celle des causes qui la régissent et, partant, du déterminisme qui la dirige, une question qui se cristallise dans le cas de Malherbe sur le rôle historique qu’il a pu jouer eu égard au classicisme, et qui se traduit, sur le plan lexical, par un usage récurrent des verbes « devoir » et « falloir ». C’est ce que j’aimerais montrer à partir de la dernière intervention que j’envisagerai ici, due à la plume de Ferdinand Brunetière.

La valeur historique de Malherbe

  • 51 Ferdinand Brunetière, « La réforme de Malherbe et l’évolution des genres », Revue des Deux Mondes, (...)
  • 52 Paris, Hachette, 1890.
  • 53 F. Brunetière, « La réforme de Malherbe et l’évolution des genres », art. cit., p. 661.
  • 54 Ibid., p. 679.

22Bien que Brunetière se réfère dans son introduction aux ouvrages de Brunot et d’Allais, l’article qu’il publie dans la Revue des Deux Mondes à la toute fin de l’année 1892 tient moins du compte rendu que de l’apostille51. Comme il l’admet lui-même dans la conclusion, les travaux récents d’Allais et de Brunot lui offrent en effet une occasion qu’il ne saurait manquer, celle de confirmer par un cas d’espèce la doctrine exposée deux ans auparavant dans son ouvrage phare, L’Évolution des genres en littérature52, d’après laquelle les genres littéraires évolueraient selon des lois naturelles, et comme en dépit des auteurs qui les pratiquent. Il affirme ainsi d’emblée, dans l’introduction de son article, qu’on a méconnu le « vrai caractère » de la réforme poétique associée au nom de Malherbe, « en faisant de [celui-ci] une façon de grand poète, ou tout au moins le principal ouvrier […] d’une transformation dont les causes, en vérité, le dépassent de toutes les manières53 ». Loin d’être un génie littéraire, Malherbe lui apparaît comme un auteur médiocre, qui, en raison même de sa médiocrité, a permis au genre lyrique de suivre l’évolution qui devait être la sienne : « c’est sa médiocrité qui a fait de lui, non pas le seul, ni le principal, mais l’un des utiles ouvriers de la transformation à laquelle son nom est demeuré attaché54 ». La proposition est reprise à la fin de l’article dans des termes qui méritent d’être examinés avec attention :

  • 55 Ibid., p. 683.

J’ai trop souvent […] insisté sur ce que peut un seul homme dans la littérature ou dans l’art, comme aussi bien dans l’histoire ; et on ne me soupçonnera pas de vouloir aujourd’hui soumettre le talent à l’empire absolu de l’occasion et de la circonstance. Mais la vérité sur cet empire, c’est qu’il n’est donné de pouvoir s’y soustraire qu’à de rares génies, et Malherbe n’est pas un génie rare, ni même, je pense, du tout un génie. Les circonstances l’ont fait ce qu’il est devenu. Si l’on peut dire de quelqu’un qu’il soit un bel exemple de la manière dont les genres évoluent eux-mêmes dans l’histoire d’une littérature, c’est donc de lui. Ni grand poète, ni grand écrivain peut-être, ni même grand caractère, c’est aussi pour cela que l’histoire de son genre se lit comme à nu dans celle de son œuvre, aussitôt qu’on veut bien seulement la replacer dans le milieu dont elle est l’expression. Je ne me serais pas pardonné de laisser échapper l’occasion de le faire voir.55

23Adepte des raisonnements paradoxaux, Brunetière réalise une gageure, celle de fonder la valeur de Malherbe sur la médiocrité même de son œuvre et de sa personne. Ce faisant, il achève de modifier les critères de la valeur littéraire : celle de Malherbe ne tient plus aux qualités morales de sa personne ou aux qualités esthétiques de son œuvre, mais au rôle historique qu’il a été amené à jouer pour ainsi dire malgré lui vis-à-vis du genre lyrique, en raison même de sa médiocrité morale et poétique – valeur instrumentale, donc, qui fait de lui l’ouvrier circonstanciel d’une évolution naturelle qui le dépasse et qui, au fond, ne le regarde pas. La doctrine de l’évolution des genres littéraires constitue ainsi bien une histoire naturelle, déterminée par une nécessité qui tient à la nature de ses objets, et pas à l’action des individus qui les réalisent, et dont l’échelle temporelle est bien supérieure à celle des générations d’écrivains qui structurent les thèses de Brunot et d’Allais.

  • 56 C’est ce que lui reproche Félix Hémon dans un article paru en 1895 dans la Revue Pédagogique, « M. (...)
  • 57 L’argument qui consiste à fonder la valeur de Malherbe sur sa médiocrité est par exemple repris tel (...)
  • 58 La proposition ne convainc pas Hémon, qui l’invalide en se fondant sur la thèse d’Allais. Voir Féli (...)
  • 59 Sur ce point, ma réflexion rejoint celle de Guillaume Peureux, « Éléments pour une histoire de l’in (...)

24Reste que les exceptions aux lois de l’évolution que Brunetière envisage dans ce passage – celles des génies, capables par leur seule volonté d’arracher le genre à son déterminisme naturel – trahit le caractère rhétorique de sa doctrine, qu’on peut réinterpréter comme une stratégie discursive mise au service d’une idéologie littéraire56. L’histoire soi-disant naturelle de Brunetière ne fait en effet que reconduire le canon et la tradition littéraires, et constitue donc une critique à la fois téléologique et dogmatique, où la causalité, toujours finale, ne fait que confirmer des valeurs établies – au prix d’argumentations et de constructions paradoxales dont Brunetière a le secret, et qui seront scrupuleusement reprises par ses collègues pour réintégrer Malherbe au monument littéraire57. Au fond, l’article de Brunetière constitue l’ultime épisode d’une histoire dont Brunot trace les premiers linéaments dans la troisième partie de sa thèse, consacrée à la réception de Malherbe et de sa doctrine, une histoire de « l’événement Malherbe » ou de « la valeur Malherbe », selon laquelle Malherbe vaut, sur le plan de l’histoire littéraire, en raison même de la valeur qui lui a été accordée jusque-là par la tradition littéraire, et ce depuis le xviie siècle58. En ce moment d’intense réinvention de la discipline, où toutes sortes de voies critiques sont ouvertes, qui ne seront pas toutes suivies, Brunot paraît bien inaugurer l’histoire des valeurs littéraires dans laquelle s’inscrit le présent article59, à une différence près, qui est essentielle : l’enjeu de son propos est polémique, alors que celui du mien est épistémologique.

25La réception universitaire de Malherbe, au tournant du siècle, constitue un cas exemplaire des destins croisés du canon et de la discipline littéraires qui, depuis leur invention, au xviiie siècle, sont constitutifs l’un de l’autre. Le débat sur la valeur de l’écrivain, autour des thèses de Brunot et d’Allais, est escamoté au profit d’une discussion qui maintient l’unité de façade d’une discipline mise en crise par la réforme universitaire, qui peine à opérer sa conversion scientifique et à passer de la critique dogmatique à l’histoire littéraire. Tout se passe comme si la survie de la discipline dépendait de la continuité de ses objets, et l’obligeait à maintenir à tout prix un auteur comme Malherbe dans le canon – quitte à modifier son épistémè, en substituant à la valeur esthétique la valeur historique, ou à dissimuler au grand public les résultats de ses recherches. Quels qu’en soient les critères, esthétiques ou historiques, la valeur littéraire est dans tous les cas éminemment construite, et repose sur l’assentiment d’une communauté professionnelle, celle des professeurs de lettres.

26La discussion sur Malherbe met donc moins en jeu la valeur de l’écrivain que la discipline qui s’emploie à la construire, une discipline qui, dans son cas précis et par la voix des auteurs de recensions, renonce très vite à la philologie et à la lexicographie, reléguées aussitôt au rang de sciences auxiliaires, pour leur préférer une histoire littéraire aux objets et aux échelles encore mouvantes, mais où l’habitus rhétorique des professeurs trouve à se déployer pour ressaisir les faits que l’enquête documentaire aura contribué à établir et les inscrire dans un déterminisme dont une certaine idéologie littéraire – romantique ou classique – constitue le principe. Le canon littéraire n’est donc pas affecté par le changement qui touche à la fin du siècle les études littéraires : l’histoire littéraire émergente participe au contraire activement au triomphe d’une tradition centrée sur des auteurs plutôt que sur leurs textes, qui pourrait informer à long terme les caractéristiques épistémologique de la discipline.

bibliographie

27Sources

[Anonyme], « Thèses et soutenance de M. Ferdinand Brunot, ancien élève de l’École normale supérieure, chargé d’un cours complémentaire à la Faculté des lettres de Lyon, lauréat de l’Académie française (23 juin 1891) », Revue de l’enseignement supérieur et de l’enseignement secondaire, t. XVI, 1891, p. 286-291.

Gustave Allais, Malherbe et la poésie française du xvie siècle (1585-1600), Paris, E. Thorin, 1892 / Genève, Slatkine reprints, 1969.

Gustave Allais, « Un mot sur Malherbe », Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, XVIII, 1892, p. 465-468.

Louis Arnould, « Malherbe et son œuvre », La Quinzaine. Revue littéraire, artistique et scientifique, XLVIII, 1902, p. 429-456.

Emmanuel de Broglie, Malherbe, Paris, Hachette, « Les grands écrivains français », 1897.

Ferdinand Brunetière, « La réforme de Malherbe et l’évolution des genres », Revue des Deux Mondes, 1892, p. 660-683.

Ferdinand Brunetière, « M. Souriau. L’Évolution du vers français au xviie siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, I, 1894, pp. 497-498.

Ferdinand Brunot, La Doctrine de Malherbe d’après son commentaire sur Desportes, Paris, G. Masson, 1891.

Léon Crouslé, Fénelon et Bossuet. Études morales et littéraires, Paris, Honoré Champion, 1894-1895, 2 vol.

Charles Dejob, « De l’antipathie contre Malherbe. À propos d’un livre récent », Revue internationale de l’enseignement supérieur, XXIII, 1892, p. 444-470

Achille Delboulle, « La Doctrine de Malherbe, d'après son commentaire sur Desportes, par Ferdinand Brunot », Revue critique d’histoire et de littérature, XXXII, 1891, p. 289-290.

Edmond Dreyfus-Brisac, Un Faux Classique. Nicolas Boileau. Études littéraires comparées, Paris, Calmann-Lévy, 1901.

Auguste Ehrhard, « Malherbe et la poésie française du xvie siècle, par Gustave Allais », Revue internationale de l’enseignement supérieur, XXV, 1893, p. 201-203.

Félix Hémon, « Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle, par Gustave Allais », Revue critique d’histoire et de littérature, XXXIII, 1892, p. 493-496.

Félix Hémon, « M. Ferdinand Brunetière et Bossuet », Études littéraires et morales, Paris, Delgrave, 1896.

Émile Hennequin, La Critique scientifique, Paris, Librairie académique Didier et Perrin et Cie, 1888.

Felix Kalepky, « Brunot, Ferdinand. La Doctrine de Malherbe d'après son commentaire sur Desportes », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, XV, 1893, p. 29-34.

P. Lacombe, Introduction à l’histoire littéraire, Paris, Hachette, 1898.

Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1895.

Louis Petit de Julleville, Histoire de la langue et de la littérature françaises des origines à 1900, Paris, A. Colin, 1897.

Georges Renard, La Méthode scientifique de l’histoire littéraire, Paris, Félix Alcan, 1900.

Achille Ricardou, La Critique littéraire : étude philosophique, Paris, Hachette, 1896.

Eugène Rigal, « Gustave Allais, […] Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle (1585-1600) », Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, XVI, 1894, p. 37.

Maurice Souriau, « La versification de Malherbe », L’Évolution du vers français au xviie siècle, Paris, Hachette, 1893 / Genève, Slatkine reprints, 1970.

28Littérature secondaire

Dictionnaire du littéraire, P. Aron, D. Saint-Jacques et A. Viala (dir.), Paris, Puf, 2002.

Displacements. Women, Tradition, Literatures in French, Joan Dejean et Nancy K. Miller (dir.), Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Press, 1991.

Literarische Kanonbildung der Romania, Günter Berger et Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Rheinfelden, Schäuble Vlg, 1987.

Pour des Malherbe, Laure Himy-Piéri et Chantal Liaroutzos (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2008.

Revue d’histoire littéraire de la France. Le xixe siècle face aux canons littéraires : persistance, remises en cause, transformations, dir. J.-L. Diaz, 114.1, 2014.

Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Paris, Seuil, 1983.

Christophe Charle, Dictionnaire biographique des universitaires aux xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1985-1986.

Christophe Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil, 1994.

Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités xiie-xxie siècle, Paris, Puf, 2012.

André Chervel, Histoire de l’enseignement du français du xviie au xxe siècle, Paris, Retz, 2008.

John Clarke, La Pensée de Ferdinand Brunetière, Paris, Nizet, 1954.

Alain Genétiot, « Pour relire Malherbe », in xviie siècle. Relire Malherbe, n° 260, 2013/3, p. 379-385.

Martine Jey, La Littérature au Lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Metz, Université de Metz, 1998.

Jean-Thomas Nordmann, Taine et la critique scientifique, Paris, Puf, 1992.

Guillaume Peureux, « Éléments pour une histoire de l’invention d’une figure de poète : Malherbe », in L. Himy-Piéri et Ch. Liaroutzos (dir.), Pour des Malherbe, op. cit., p. 21-30.

George Weisz, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton University Press, 1983.

Stéphane Zékian, L’Invention des classiques. Le « Siècle de Louis XIV » existe-t-il ?, Paris, CNRS Éditions, 2012.

Haut de page

Notes

1 Voir l’entrée « canon, canonisation » dans le Dictionnaire du littéraire, P. Aron, D. Saint-Jacques et A. Viala (dir.), Paris, Puf, 2002, ainsi que le numéro de la revue Littératures classiques intitulé « Qu’est-ce qu’un classique ? », A. Viala (dir.), 19, 1993.

2 Revue d’histoire littéraire de la France. Le xixe siècle face aux canons littéraires : persistance, remises en cause, transformations, dir. J.-L. Diaz, 114.1, 2014. Voir également la thèse de Stéphane Zékian, L’Invention des classiques. Le « Siècle de Louis XIV » existe-t-il ?, Paris, CNRS Éditions, 2012.

3 Voir sur ce point André Chervel, Histoire de l’enseignement du français du xviie au xxe siècle, Paris, Retz, 2008, en particulier le chapitre 7 : « La mise en place du canon des auteurs classiques ».

4 Voir George Weisz, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914, Princeton, Princeton University Press, 1983, Martine Jey, La Littérature au Lycée : invention d’une discipline (1880-1925), Metz, Université de Metz, 1998 et Christophe Charle et Jacques Verger, Histoire des universités xiie-xxie siècle, Paris, Puf, 2012, en particulier le chapitre VI : « La seconde transformation. Recherche ou ouverture sociale ? (1860-1940) ».

5 Voir Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Paris, Seuil, 1983, partie I.

6 On mentionnera notamment les ouvrages d’Émile Hennequin, La Critique scientifique (Paris, Librairie académique Didier et Perrin et Cie, 1888), d’Achille Ricardou, La Critique littéraire : étude philosophique (Paris, Hachette, 1896), de P. Lacombe, Introduction à l’histoire littéraire (Paris, Hachette, 1898) et de Georges Renard, La Méthode scientifique de l’histoire littéraire (Paris, Félix Alcan, 1900).

7 Je pense en particulier à la Revue pédagogique (fondée en 1878), à la Revue internationale de l’enseignement supérieur (1881), à la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur (1884) et à la Revue d’histoire littéraire de la France (1894).

8 À ma connaissance, deux autres auteurs classiques se voient disputer au tournant du siècle la place qu’ils occupent dans la hiérarchie littéraire : Fénelon, attaqué notamment par Léon Crouslé dans Fénelon et Bossuet. Études morales et littéraires (Paris, Honoré Champion, 1894), et Boileau, dont le magistère est violemment remis en cause par Edmond Dreyfus-Brisac dans Un Faux Classique. Nicolas Boileau. Études littéraires comparées (Paris, Calmann-Lévy, 1901).

9 Sur ce point, ma réflexion s’inscrit dans le prolongement des études réunies par Laure Himy-Piéri et Chantal Liaroutzos dans Pour des Malherbe (Caen, Presses universitaires de Caen, 2008), qui visent à déconstruire la figure de Malherbe pour permettre d’en renouveler l’étude.

10 Ma réflexion se distingue à cet égard de la critique canonique qui s’est développée depuis une trentaine d’années aux États-Unis et en Allemagne, et qui s’intéresse davantage aux enjeux idéologiques et politiques de la formation et de la transmission du canon littéraire. Voir par exemple Joan Dejean et Nancy K. Miller (dir.), Displacements. Women, Tradition, Literatures in French (Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 1991) et Günter Berger et Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Literarische Kanonbildung der Romania (Rheinfelden, Schäuble Vlg, 1987). Il n’en demeure pas moins que mon enquête débouche elle aussi, en fin de compte, sur des enjeux d’ordre idéologique et montre comment le littéraire participe de l’action dans la société : elle recoupe à cet égard les préoccupations d’un ouvrage comme Écriture et action. Une enquête collective (Paris, éditions de l’EHESS, 2016).

11 Charles Dejob, « De l’antipathie contre Malherbe. À propos d’un livre récent », Revue internationale de l’enseignement supérieur, XXIII, 1892, p. 444-470.

12 Ferdinand Brunot, La Doctrine de Malherbe d’après son commentaire sur Desportes, Paris, G. Masson, 1891.

13 Dejob, « De l’antipathie contre Malherbe », art. cit, p. 444-445.

14 Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, XV, 1893, p. 29-34.

15 Voir le compte rendu d’Achille Delboulle dans la Revue critique d’histoire et de littérature, XXXII, 1891, p. 289-290, ainsi que les remarques que lui consacre au passage Félix Hémon dans son compte rendu de la thèse de Gustave Allais, « Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle, par Gustave Allais », Revue critique d’histoire et de littérature, XXXIII, 1892, p. 493-496.

16 « Thèses et soutenance de M. Ferdinand Brunot, ancien élève de l’École normale supérieure, chargé d’un cours complémentaire à la Faculté des lettres de Lyon, lauréat de l’Académie française (23 juin 1891) », Revue de l’enseignement supérieur et de l’enseignement secondaire, XVI, 1891, p. 286-291 (p. 290-291 pour la citation).

17 Ibid., p. 291.

18 Idem.

19 Ibid., p. 286.

20 Il est en effet depuis 1883 maître de conférences à la Faculté des lettres de Lyon, et il est nommé l’année même de sa soutenance de thèse maître de conférences de grammaire et philologie à la Faculté des lettres de Paris. Il accède en 1900 à la chaire d’histoire de la langue française de la Sorbonne. Voir sa notice biographique dans Christophe Charle, Dictionnaire biographique des universitaires aux xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1985-1986.

21 Voir Christophe Charle, La République des universitaires 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, en particulier le chapitre II : « L’identité incertaine ».

22 Voir Antoine Compagnon, La Troisième République des lettres, op. cit., partie I, sections 1-7.

23 Voir notamment les comptes rendus du livre de Gustave Allais par Félix Hémon (mentionné supra, note 10) et par Auguste Ehrhard (Revue internationale de l’enseignement supérieur, XXV, 1893, p. 201-203).

24 Voir notamment les chapitres que lui consacrent Gustave Lanson et Louis Petit de Julleville dans leurs histoires de la littérature respectives (Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1895 et Histoire de la langue et de la littérature françaises des origines à 1900, Paris, A. Colin, 1897), sa biographie par le duc de Broglie (Paris, Hachette, « Les grands écrivains français », 1897) et l’article de synthèse de Louis Arnould, « Malherbe et son œuvre », La Quinzaine. Revue littéraire, artistique et scientifique, XLVIII, 1902, p. 429-456. On notera en outre, le fait est révélateur, que si la thèse de Brunot constitue encore aujourd’hui un travail de référence, on n’en mentionne jamais le caractère polémique. Voir par exemple ce qu’en dit Alain Genétiot dans « Pour relire Malherbe », xviie siècle. Relire Malherbe, 260, 2013/3, p. 379-385.

25 Titulaire du doctorat ès lettres depuis 1881, Dejob est « chargé des fonctions de maître de conférences de littérature française à la Faculté des lettres de Paris » depuis 1888. Il accédera en 1894 au poste de maître de conférences de langue et littérature françaises, puis en 1908 à la chaire de langue et de littérature de l’Europe méridionale (voir sa notice biographique dans Christophe Charle, Dictionnaire biographique des universitaires aux xixe et xxe siècles, op. cit.).

26 En témoigne le rapporteur de la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, qui observe que « Brunot ne se montre point favorable à Malherbe, moins bon poète à ses yeux que Desportes », et que « sur ce point, ses juges font chorus avec lui », et « admettent que […] Malherbe est un médiocre écrivain en vers ». « Soutenance de thèses de M. Ferdinand Brunot », art. cit., p. 289.

27 Voir encore sur ce point Compagnon, La Troisième République des lettres, op. cit., partie I, sections 1 à 7.

28 Brunot, La Doctrine de Malherbe, op. cit., p. 590.

29 Sur Taine et sa doctrine, voir Jean-Thomas Nordmann, Taine et la critique scientifique, Paris, PUF, 1992.

30 À cet égard, on mentionnera, le compte rendu paru dans la Revue critique d’histoire et de littérature, dans lequel son auteur, Achille Delboulle, après avoir donné raison à Brunot sur le fond, dénie à sa thèse toute nouveauté et finit par rejoindre la position de Dejob : « M. Brunot a raison : les notes de Malherbe sur les poésies de Desportes ne sont pas d’un poète, mais celles d’un rhéteur qui s’attache beaucoup moins au fond qu’à la forme extérieure du vers. […] Mais il y a longtemps, très longtemps que nous savions tout cela, et je doute qu’il fût nécessaire de consacrer plus de trois cents pages à démontrer ce qui n’était plus à démontrer. » Achille Delboulle, art. cit., p. 289.

31 Le fait est discutable : Delboulle affirme ainsi que Sainte-Beuve aurait déjà émis des doutes sur la qualité de la poésie de Malherbe. Ibid., 289.

32 Gustave Allais, Malherbe et la poésie française du xvie siècle (1585-1600), Paris, E. Thorin, 1892 / Genève, Slatkine reprints, 1969, p. 16.

33 Revue internationale de l’enseignement supérieur, XXV, 1893, p. 201-203 (p. 201-202 pour la citation).

34 Maurice Souriau, « La versification de Malherbe », L’Évolution du vers français au xviie siècle, Paris, Hachette, 1893 / Genève, Slatkine reprints, 1970. L’étude a d’abord été publiée séparément sous forme de plaquette, à Poitiers, en 1892.

35 Auguste Ehrhard, « Malherbe et la poésie française du xvie siècle, par Gustave Allais », art. cit., p. 202.

36 Maurice Souriau, L’Évolution du vers français, op. cit., p. 71-72.

37 Ibid., p. 73.

38 Auguste Ehrhard note ainsi que « cette haute estime pour Malherbe est fondée sur la conception que se fait M. Allais du génie lyrique », puis explique et conclut en ces termes : « Tandis que l’on considère généralement le lyrisme comme ayant sa source dans l’émotion individuelle, M. Allais le définirait volontiers [comme] le don de s’enthousiasmer pour les idées générales et de les exprimer en une forme harmonieuse et pure. […] Si les élans de l’esprit et les beautés de la forme constituent le lyrisme, il est évident que Malherbe est un maître du genre. » « Malherbe et la poésie française du xvie siècle, par Gustave Allais », art. cit., p. 202. De même, Eugène Rigal écrit, avec plus d’ironie : « On le voit, M. Allais appelle Malherbe un excellent poète lyrique pour les raisons mêmes qui nous inciteraient à l’appeler un excellent orateur en vers ; pour lui, le lyrisme c’est la “tendance à concevoir le général, la sérénité d’esprit, le caractère méditatif”. Soit ; après tout, les définitions de mots sont libres, et l’essentiel est de s’entendre. » Zeitschrift für französische Sprache und Literatur, XVI, 1894, p. 37.

39 Voir Ferdinand Brunetière, « M. Souriau. L’Évolution du vers français au xviie siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, I, 1894, p. 497-498. Brunetière suggère que les études réunies par Souriau ont été entreprises à l’occasion d’un cours ex cathedra, et qu’elles manquent pour cette raison d’une cohérence d’ensemble.

40 Gustave Allais, « Un mot sur Malherbe », Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, XVIII, 1892, p. 465-468 (p. 466 pour la citation).

41 Ibid., p. 467.

42 Comme l’atteste la table des matières, la description de chaque œuvre constitutive du contexte littéraire des œuvres de Malherbe est suivie de son appréciation.

43 REF

44 Auguste Ehrhard, « Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle, par Gustave Allais », art. cit., p. 202.

45 Félix Hémon, « Malherbe et la poésie française à la fin du xvie siècle, par Gustave Allais », art. cit., p. 494.

46 Ibid., p. 494-495.

47 Eugène Rigal, « Gustave Allais, Malherbe et la poésie français à la fin du xvie siècle », art. cit., p. 37-38.

48 Ibid., p. 37.

49 Ibid., p. 38.

50 C’est ce que Brunot aurait indiqué lors de la soutenance, pour expliquer l’absence dans sa thèse d’une section consacrée à la versification de Malherbe. « Thèses et soutenance de M. Ferdinand Brunot », art. cit., p. 288.

51 Ferdinand Brunetière, « La réforme de Malherbe et l’évolution des genres », Revue des Deux Mondes, 1892, p. 660-683. Sur la critique de Brunetière, voir John Clarke, La Pensée de Ferdinand Brunetière, Paris, Nizet, 1954.

52 Paris, Hachette, 1890.

53 F. Brunetière, « La réforme de Malherbe et l’évolution des genres », art. cit., p. 661.

54 Ibid., p. 679.

55 Ibid., p. 683.

56 C’est ce que lui reproche Félix Hémon dans un article paru en 1895 dans la Revue Pédagogique, « M. Ferdinand Brunetière et Bossuet » (l’article est réédité dans Études littéraires et morales, Paris, Delgrave, 1896).

57 L’argument qui consiste à fonder la valeur de Malherbe sur sa médiocrité est par exemple repris tel quel par Petit de Julleville dans la section qu’il lui consacre dans l’Histoire de la langue et de la littérature françaises des origines à 1900, IV.

58 La proposition ne convainc pas Hémon, qui l’invalide en se fondant sur la thèse d’Allais. Voir Félix Hémon, art. cit., p. 384-386.

59 Sur ce point, ma réflexion rejoint celle de Guillaume Peureux, « Éléments pour une histoire de l’invention d’une figure de poète : Malherbe », in L. Himy-Piéri et Ch. Liaroutzos (dir.), Pour des Malherbe, op. cit., p. 21-30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cinthia Meli, « Crise de Lettres : La Réception de Malherbe au tournant du XXe siècle », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-02 | 2017, mis en ligne le 14 janvier 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/6774 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6774

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals