Navigation – Plan du site
Dossier

Le sexe des indigènes. Adolphe Kocher et la médecine légale en Algérie

The Sex-Lives of Indigenous People. Adolphe Kocher and Forensic Medicine in Algeria
Fabien Gouriou
p. 59-72

Résumés

En 1884, Adolphe Kocher, élève de Lacassagne, publie une thèse de médecine intitulée De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie. Authentique traité médico-légal à destination des médecins amenés à exercer en Algérie, ce travail constitue l’une des premières études systématiques, de langue française, sur la criminalité au sein d’un peuple colonisé. Après un bref rappel du contexte de rencontre du savoir médical avec la question coloniale, puis du contexte de réception de la thèse elle-même, une lecture critique se propose dans un premier temps de discuter la manière avec laquelle cette étude de la criminalité envisage, non sans paradoxes, la question de la responsabilité pénale de « l’Arabe ». Dans un second temps, il s’agit de montrer comment celui-ci devient peu à peu une figure exemplaire du criminel, en prenant pour illustration principale la catégorie médico-légale des attentats aux mœurs. Jusqu’où soutenir l’étude d’une sexualité indigène en tant que perversion édifiante d’un standard occidental sans définitivement l’indexer à une série exclusive de variations pathologiques ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1   A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en (...)
  • 2 A. Lacassagne, Précis de médecine judiciaire, 2e édition remaniée et au courant des travaux récent (...)

1En 1884, Adolphe Kocher publie une thèse de médecine intitulée De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie1. Authentique traité médico-légal à destination des médecins amenés à exercer en Algérie, ce travail constitue l’une des premières études systématiques, de langue française, sur la criminalité au sein d’un peuple colonisé. Médecin stagiaire de l’École du Val-de-Grâce puis interne de l’Hôpital civil de Mustapha (Alger), Kocher poursuit ses études de médecine au sein du Laboratoire de médecine légale de la Faculté de Lyon où, dit-il, il prit la mesure des particularités, observées lors de son premier séjour, des crimes commis par les « indigènes ». Encouragé par Lacassagne, qui exerça en Algérie comme médecin militaire entre 1872 et 1880, Kocher tâche alors de réunir suffisamment de matériaux pour rédiger une thèse entièrement consacrée à cette question. Pour ce faire, il retourne en Algérie étudier les dossiers du greffe d’Alger ; dossiers d’où il puise la majeure partie de ses sources auxquelles s’adjoignent des notes personnelles issues de son activité médicale, et nombre d’expertises médico-légales réalisées par ses confrères. Inspiré du Précis de médecine judiciaire du maître lyonnais2, Kocher entend donc dresser un vaste panorama de la criminalité des Arabes étayé sur des considérations législatives, judiciaires, statistiques, médicales, anthropologiques, ethnographiques.

2Avant d’en expliciter quelques-unes des lignes de force, il convient de situer, fort partiellement, cette thèse au regard du savoir médical dans sa rencontre avec la question coloniale. Étroitement solidaires des grandes conquêtes ponctuant le XIXe siècle, les médecins des armées ont apporté leur concours aux troupes coloniales mais cette occupation militaire va de pair avec une exploration scientifique mue par au moins deux desseins : contribuer au progrès général de la science médicale et, surtout, agir au nom de l’intérêt spécial d’une « bonne colonisation ». Partant, cette médecine entre pleinement au service de la « mission civilisatrice » par la construction progressive d’un corps de savoirs et de pratiques qui, en retour, consolident sous les oripeaux de la science le socle idéologique de la domination coloniale. C’est ainsi qu’en 1855, le fondateur de l’École de médecine et de pharmacie d’Alger, Émile-Louis Bertherand, assignera les médecins à un rôle fondamental car

  • 3 É.-L. Bertherand, Médecine et hygiène des Arabes, Paris, Librairie G. Baillière, 1855, p. 547.

la France n’a pas seulement en Algérie une conquête à accomplir par les armes, un sol plus ou moins étendu à dominer, à parcourir victorieusement, de nombreuses tribus à forcer au silence, à soumettre à la tranquillité. Elle a également une conquête morale à entreprendre, des préjugés à modifier, des erreurs à redresser, l’ignorance à dissiper, la misère et l’apathie à détruire, des coutumes à métamorphoser, des conditions intellectuelles et morales à conserver ou à réprimer, des idées nouvelles à faire germer, des besoins nouveaux à créer, des bienfaits à répandre, des cœurs à gagner3

3En ce moment paradigmatique de collusion entre discours savant et projet politique, l’une des tâches princeps de l’art médical est de collecter les multiples traits composant, au gré de leur accumulation, un tableau prototypique de ces peuples tour à tour combattus, administrés et rééduqués par le pouvoir colonial. Place alors à l’exploration minutieuse de corps que passionnément l’on scrute, l’on mesure, l’on évalue et l’on classe selon leurs formes, leurs atouts, leurs défauts, leurs maladies. Dans ce mouvement, l’âme indigène n’est pas en reste puisque les usages, les coutumes, les croyances et les mœurs sont eux aussi l’objet d’une attention toute particulière, où la curiosité pour l’exotique côtoie sans peine l’expertise morale des vertus et des vices.

  • 4 Pour une perspective historique détaillée de l’aliénisme puis de la psychiatrie coloniale, dans le (...)
  • 5 J.-J. Moreau (de Tours), « Recherches sur les aliénés, en Orient », Annales médico-psychologiques, (...)
  • 6 A. Brierre de Boismont, « De l’influence de la Civilisation sur le développement de la folie », An (...)
  • 7 S. Furnari, Voyage médical dans l’Afrique septentrionale. Ou : De l’ophtalmologie considérée dans (...)
  • 8 Le débat prend pour point de départ un compte rendu critique de Brierre de Boismont à propos d’un (...)

4Mention doit par ailleurs être faite de la place accordée à la folie indigène du point de vue des aliénistes4. Première revue dédiée à la seule science de l’aliénation mentale, les Annales médico-psychologiques commencent à paraître en 1843, et dans le premier numéro figure un texte de Jacques-Joseph Moreau de Tours intitulé Recherches sur les aliénés, en Orient5. En 1836, l’auteur se voit confier par son maître Esquirol, la responsabilité d’accompagner un patient au cours d’un voyage thérapeutique de trois ans en Orient. Parcourant Malte, l’Égypte, l’Asie-Mineure et la Turquie, sa visite des asiles coloniaux l’amène à vivement les critiquer, tant ils s’apparentent à des ménageries où l’on se contente de séquestrer les malades. Sur le plan clinique, le regard de l’aliéniste suggère que le diagnostic d’aliénation mentale ne pose pas de difficulté majeure. Ainsi la folie orientale ne se distinguerait pas de celle d’Occident quant à ses manifestations symptomatiques, sauf en deux points : la prévalence des idées religieuses puis, surtout, la rareté de la folie – comme si la civilisation exerçait en ce point précis une étonnante influence. Moreau de Tours s’inscrit là dans une problématique esquissée dès 1830 par Alexandre Brierre de Boismont dans son mémoire lu à l’Académie royale des sciences, De l’influence de la civilisation sur le développement de la folie6 ; problématique dont on retrouvera par exemple des développements chez Salvatore Furnari en 18457, ou dans les vifs débats animant la Société médico-psychologique tout au long de l’année 18538. Pour résumer de manière lapidaire, la thèse ici défendue énonce que la rareté de la folie en Orient a pour fondement une quasi absence des causes physiques et morales observées en Occident. Le procès de civilisation s’accompagne en effet d’une prolifération des causes morbides tandis qu’en Orient, affirme Moreau de Tours, règneune « apathie physique et morale » trouvant son analogon dans un climat chaud et stable. L’homme oriental, chez qui domineraient le dogme du fatalisme, la résignation, l’esclavage, la soumission, le penchant à la mollesse, l’aversion pour le travail, la disposition à jouir de l’instant présent… serait ainsi moins exposé à l’aliénation quoiqu’il lui faille en payer un lourd tribut : celui de ne pouvoir emprunter le chemin menant au « but providentiel » de l’humanité. En ces temps de rencontres inaugurales de l’aliénisme avec la question indigène, l’enjeu consiste à élucider le rôle de la civilisation dans l’éclosion de la folie et si, pour cela, le portrait d’une mentalité indigène commence à émerger, il n’a pour le moment valeur que d’argument au sein d’une démonstration qui peu ou prou le dépasse.

  • 9 Pour une vue synthétique de cette problématique, voir : G. Boëtsch, M. Fonton, « L’Ethnographie cri (...)

5Mis en tension avec la folie, le degré présumé de civilisation aurait aussi à voir avec le crime ; c’est là un axe privilégié cette fois, dans le dernier tiers du XIXe siècle, par l’anthropologie criminelle9. Loin de prétendre être en mesure d’éclairer les rapports du crime à la folie dans le contexte colonial, tout comme de rendre compte du problème doctrinal des fondements biologiques et historiques du primitivisme (si l’on tolère ce léger anachronisme sémantique), contentons-nous de rappeler le geste de lier l’homme criminel à une nature sauvage et primitive dont le type idéal serait incarné par les « races » jugées inférieures ou archaïques. Que le crime puisse relever de penchants primitifs implique de facto de montrer en quoi le criminel, par ses traits de comportement, de caractère et parfois de morphologie, fait figure de proche voisin des peuplades indigènes contemporaines voire, si l’on suit la théorie controversée de l’atavisme chère à Lombroso, de nos lointains ancêtres préhistoriques. Le pas supplémentaire, franchi alors par nombre de criminologistes, est de considérer ces peuples primitifs comme naturellement, instinctivement, criminels. Tout se passe comme si le crime ne pouvait être l’apanage que des seuls individus et peuples non civilisés, comme si la supposée inaptitude à la civilisation était finalement solidaire d’une criminalité tant évidente que généralisée. Et nous le verrons bientôt, Kocher emboîtera le pas à cette logique de pensée, non sans quelque nuance et paradoxe.

  • 10   Hormis la thèse, nous n’avons en tout cas retrouvé qu’une seule autre référence publiée, et relat (...)
  • 11   L. Camuset, « De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire (...)
  • 12 A.-J. Meilhon, « L’aliénation mentale chez les Arabes. Études de nosologie comparée », Annales méd (...)
  • 13 É. Laurent, L’anthropologie criminelle et les nouvelles théories du crime, 2e édition revue et trè (...)
  • 14   L. Bertholon, « Esquisse de l’anthropologie criminelle des Tunisiens musulmans », Archives d’anth (...)
  • 15 G. Tarde, « Le type criminel », Revue Philosophique, 1885, XIX, 593-627 ; A. Lacassagne, E. Magito (...)

6Poursuivons cet exposé approximatif du contexte par un rapide éclairage sur la réception de la thèse de Kocher. Si tout porte à croire que l’on est face à un auteur plutôt confidentiel du point de vue éditorial10, il apparaît que ce travail va tout de même, fut-ce dans la discrétion, faire date. Il sera d’abord l’objet d’un compte rendu élogieux dans les Annales médico-psychologiques sous la plume de Louis Camuset, qui salue l’aspect novateur de la thématique puis tout l’intérêt des discussions relatives à la responsabilité pénale des colonisés, au viol dans le mariage et à l’aliénation mentale11. Dix ans plus tard, toujours dans la même revue, Abel-Joseph Meilhon soulignera dans son article majeur sur« L’aliénation mentale chez les Arabes »,le rôle précurseur joué par Kocher dans l’étude statistique de l’aliénation mentale en Algérie, même s’il émet de nombreuses réserves sur les critères nosographiques employés12. Outre le cercle restreint de la médecine mentale, la thèse impactera aussi celui de la médecine légale et, plus globalement, de l’anthropologie criminelle. Cité comme élève de Lacassagne par Laurent en 1893 et Durkheim en 189513, Kocher a sans nul doute contribué à ouvrir la voie à une série de travaux au sein de l’École lyonnaise ; tels l’Esquisse de l’anthropologie criminelle des Tunisiens musulmans de Louis Bertholon, les Facteurs généraux de la criminalité dans les pays créoles et L’ethnographie criminelle d’Armand Corre, ou encore La prostituée arabe d’Émile Laurent14. Par ailleurs, ses observations concernant les tatouages seront utilisées à titre d’illustrations par Tarde en 1885, Lacassagne et Magitot en 1886, Lombroso en 189515.

  • 16 A. Lacassagne, « Attentats à la pudeur sur les petites filles », Archives d’anthropologie criminel (...)

7Pour terminer, signalons le mémoire de Lacassagne consacré aux Attentats à la pudeur sur les petites filles, publié en 1886. Soucieux de qualifier le plus précisément possible les types de lésions provoquées par le viol sur enfant de même que son modus operandi, on sait que l’auteur a attiré l’attention sur une variété de coït bien particulière, le « coït externe »ou « périnéal ». Or s’il est sans nul doute le procédé le plus répandu chez les « violateurs » de nos contrées, il s’avère que tel serait aussi le cas chez les peuples non civilisés. Et Lacassagne de convoquer ici l’un de ses élèves, le Dr Kocher, dont la description chez les Arabes de la position des acteurs lors du coït, rappellerait étrangement celle employée sous nos latitudes par les violeurs d’enfant16. Dans le fil du programme de l’anthropologie criminelle, sont ainsi clairement mis en équivalence les criminels et les primitifs. Sans préjuger de son destin dans l’œuvre de Lacassagne, nous proposerons en revanche d’épingler cette opération comme le point nodal du frayage de Kocher à l’endroit de la « sexualité indigène » : lorsque les mœurs des uns se recollent terme à terme sur les crimes des autres, quel écart reste-t-il pour ne pas faire de cette sexualité une figure exemplaire de la monstruosité ?

  • 17   A. Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, 5e édition, Paris, Librairie J.-B. B (...)

8Il est temps maintenant de se pencher sur le texte de cette Criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie, dont nous expliciterons d’abord le schéma général. Fidèle à la logique d’exposition de la plupart des traités de médecine légale, Kocher inaugure son propos par des considérations anthropologiques sur les habitants de l’Algérie, expose la législation avant et après la conquête et livre, pour terminer, les relevés statistiques des condamnations correctionnelles et celles prononcées par les Cours d’assises de 1879 à 1882. Le premier chapitre porte quant à lui, après un rapide état des lieux de l’organisation de la médecine en Algérie, sur les Questions générales pouvant se présenter dans toute procédure, où sont passées en revue les questions relatives à la personne vivante puis au cadavre. Le deuxième chapitre concerne les Attentats contre les personnes et traite des coups et blessures, des empoisonnements, du suicide, des asphyxies et de la mort par inanition. Le troisième et dernier chapitre consacre enfin les Questions relatives à l’instinct sexuel et aux fonctions de reproduction. Reprenant la classique nosographie forgée par Tardieu au sujet des attentats aux mœurs17, l’auteur y aborde successivement les outrages publics à la pudeur, la pédérastie, la sodomie, la bestialité et le tribadisme, l’attentat à la pudeur simple et le viol. S’ajoutent ensuite les faits relatifs à la grossesse, l’accouchement, l’avortement et l’infanticide.

  • 18 Ce traité fera l’objet de deux traductions françaises, l’une par Perron (1855), l’autre, à laquell (...)

9À l’instar de ses confrères souhaitant contribuer à la mission civilisatrice, Kocher estime que son propre travail entre totalement au service de la colonisation. La tâche n’est pas seulement d’aider les futurs praticiens à exercer l’art médico-légal en Algérie : il y va de la grandeur de la Justice par-delà la Méditerranée. Or l’application progressive de la législation française, amorcée dès le début de la conquête, n’est pas sans poser de sérieux problèmes auxquels se confrontent ipso facto les experts lorsqu’ils sont invités à se prononcer aux assises. En effet, si dès 1830 décision fut prise de respecter la législation et les coutumes algériennes, des décrets successifs vont peu à peu affaiblir la juridiction des juges coutumiers au profit de l’extension du Code pénal français. À partir de 1871, les crimes sont jugés en Cour d’assises tandis que les affaires civiles, contrôlées par l’administration coloniale, restent traitées selon les pratiques et usages locaux. Toute la difficulté réside dans cette imposition du Code à un peuple qui, depuis treize siècles, vivrait et jugerait au travers du prisme du Coran et des traités de jurisprudence musulmane rédigés par les commentateurs officiels. Kocher recourt alors à plusieurs versets du Livre et au traité de jurisprudence de Sidi-Khelil, légiste représentant du rite malékite et mort en 142218, pour démontrer l’incommensurabilité des lois et fixer les caractéristiques d’une mentalité a priori si différente. La citation suivante permet d’approcher l’étendue du problème posé alors à l’expert dans le contexte particulier de l’époque :

  • 19   A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en (...)

Certes, c’est là un magnifique résultat, en apparence ; mais au fond, leur appliquer nos lois avant de les instruire, est-ce vraiment la justice ? Des magistrats, nouveaux venus dans notre colonie, ont-ils pu trancher les questions si délicates qui, à chaque instant, s’imposaient à eux ? Nous sommes bien loin de vouloir excuser l’Arabe, mais nous ne pouvons que remarquer que ce qui pour nous est un crime monstrueux, n’est pour lui qu’une action bien naturelle [...]19.

10Ainsi l’acte de juger ces crimes selon les lois françaises laisse planer nombre de contrariétés en matière d’imputation de la responsabilité pénale. D’où l’impérieuse nécessité pour l’expert d’être dûment renseigné sur les principes de la justice coranique tout comme sur les coutumes et les mœurs des peuples colonisés, pour ne point soumettre l’accusé ou la victime à un examen puis un jugement trop expéditifs. D’une certaine manière, on pourrait reconnaître ici une prudence bien salutaire voire, pourquoi pas, une forme de « relativisme culturel » puisque la question posée n’est rien d’autre que celle du point de référence à partir duquel établir un diagnostic expertal raisonné. Kocher ne cesse de rappeler au fil des pages ces difficultés et, à rebours de l’ignorance et de la sévérité des jurys de cours d’assises, semblerait plaider en faveur d’une contextualisation des actes et de leurs traces susceptible d’introduire l’idée d’une responsabilité parfois atténuée. Cependant, pareil relativisme rencontre d’emblée une limitation interne car si le Code pénal français ne permet certes pas de qualifier à coup sûr les faits et leur intention, le savoir scientifique convoqué pour saisir cette mentalité indigène n’est pas détaché d’une normativité toute ethnocentrée : il n’est pas simple de condamner « l’Arabe » pour ce qu’il fait, mais rien n’empêche alors notre expert de moralement l’accabler pour ce qu’il est. Un autre extrait illustre toute l’ambiguïté de cette posture :

  • 20 Ibid., p. 190-191.

Souvent déjà nous avons prononcé ce mot d’irresponsabilité, nous écartant en cela des usages généralement adoptés en médecine légale, la solution de cette question étant presque toujours réservée aux magistrats, le médecin légiste n’intervenant que dans certains cas bien déterminés de maladies ayant entraîné l’affaiblissement ou la perte de l’entendement. Mais la race qui nous occupe mérite d’être examinée à part, vu la bizarrerie de ses usages qui peuvent créer momentanément chez l’homme une aberration telle de la raison, qu’il se livre dans son empire aux actes les plus monstrueux20.

  • 21   A. Lacassagne, Précis de médecine judiciaire, 1886, op. cit., p. 128.
  • 22 A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en A (...)

11Il faut ici prendre la mesure de la distinction opérée sur le régime des causes de l’atténuation ou de la perte de la raison, entraînant l’irresponsabilité potentielle du criminel : les maladies des uns comme les usages des autres poussent parfois à commettre des actes monstrueux. Autrement dit, selon cette approche, l’Arabe pourrait être jugé irresponsable dans certains cas, mais cela ne signifierait pas pour autant que ses us et coutumes ne soient pas, comme tels, aberrants et condamnables du point de vue de la gente coloniale. La discussion menée par Kocher sur l’imputation de la responsabilité risque de tourner à vide puisqu’elle sera toujours déjà rattrapée par la sentence morale qui, outre ses inévitables retombées sur la qualification des actes, légitime pleinement le programme colonial. Par ailleurs, fidèle aux recommandations de Lacassagne21, Kocher prend soin d’esquiver le débat étiologique relatif à cette supposée nature indigène, au profit de l’interprétation des traces et la projection d’une scène de crime. Mais au détour d’une évocation de la croissance de « l’Arabe homme », dans la première partie de la thèse, notre médecin légiste oppose à la vigueur de l’enfant et de l’adolescent la torpeur de l’adulte ; comme si cette courbe de croissance rencontrait trop vite un point d’arrêt dont la cause, irrésolue, procéderait soit d’un développement inachevé du cerveau, soit de l’acquisition précoce d’un penchant au vice22. Entre immaturité cérébrale et torsion du sens moral, la nature indigène est fixée : non plus différente et curieuse, mais inférieure et vicieuse. L’analyse de la criminalité chez les Arabes consistera donc en une implication logique de ces prémisses.

12Issues du greffe d’Alger, les données statistiques présentées par Kocher suggèrent une sous-représentation des Arabes en matière correctionnelle face aux autres populations d’Algérie tandis qu’aux assises, la tendance serait strictement inverse. À ce constat, une raison majeure : l’extrême gravité des faits commis. Selon les rapports présentés, lorsqu’ils frappent, ils agissent avec préméditation, guidés par le vol, la vengeance, la jalousie ; autant d’inclinations menant implacablement au meurtre. Lorsqu’ils outragent la pudeur ou attentent aux mœurs, l’instinct génésique est si puissant qu’il ne peut se satisfaire que de la jouissance du viol. Nul étonnement, dès lors, à les voir davantage encombrer les Cours d’assises que les tribunaux de première instance... On entrevoit comment l’auteur mésestime ici le réel colonial en imputant à un penchant constitutionnel au crime une série de « faits » qui auraient d’abord, et avant tout, dû se saisir au regard d’un dispositif de domination bien plus enclin, pour asseoir son pouvoir et sa légitimité, à réprimer les colonisés que les européens.

13Captif de ce mouvement d’irréalisation, Kocher peut alors dresser un singulier portrait de « l’Arabe » en idéal-type du criminel dégénéré.

  • 23   Ibid, p. 163.
  • 24 Ibid, p. 225.

14Sur le versant des attentats contre les personnes, force serait de constater la fréquence des coups et blessures et des assassinats. Voleur par habitude sinon par tempérament, l’Arabe possède une sensibilité rancunière hors du commun et conforme à la devise prétendument constitutive de la justice musulmane : « Œil pour œil, dent pour dent, coup pour coup ». Voilà un motif susceptible d’éclairer en retour cette fâcheuse propension au mensonge et au faux témoignage. Prompte à réparer l’honneur bafoué en portant atteinte par tous les moyens à celui de l’ennemi, une telle disposition n’est d’ailleurs pas sans infléchir la crédibilité de la parole – accusée, victime, témoin – lors des procès. Les instruments privilégiés du crime sont quant à eux des plus rudimentaires, contondants ou tranchants, tandis que les armes à feu, proscrites aux colonisés par le pouvoir colonial, sont rarement employées. De même, les poisons appartiennent presque toujours à une variété élémentaire, facile d’accès et loin de la subtilité des substances découvertes par la chimie moderne. Il n’est pas rare enfin que l’arme soit retrouvée à proximité de la scène de crime car l’Arabe, agissant dans la précipitation et sans souci de la portée pénale de son acte, ne cherche même pas à dissimuler les indices de sa culpabilité. Aussi édifiante soit-elle, cette première esquisse n’est rien en comparaison de celle concernant les attentats aux mœurs ; catégorie de crimes la plus caractéristique et malheureuse car si « l’instinct génésique excite souvent l’instinct destructeur23 », il doit par ailleurs être admis que « chez aucun peuple la puissance génésique n’est aussi développée que chez l’Arabe24 ». Sa violence serait donc à la (dé)mesure d’une frénésie libidinale impossible à canaliser autrement que par l’assouvissement brutal et contre-nature des instincts. Laissons-nous désormais conter ce sexe des indigènes afin de percevoir son inscription dans un régime de discours où non seulement le scientifique rejoint le moraliste colonial, mais où une forme de savoir médico-légal dévoile son inconsistance à se faire grille de lecture du dessein d’un grand partage de civilisation.

  • 25 Ibid, p. 181.

15Rappelons que les attentats aux mœurs sont répertoriés dans la droite ligne de la médecine légale de l’époque, puisque Kocher traite tour à tour des outrages publics à la pudeur, de la pédérastie, de la sodomie, de la bestialité et du tribadisme, de l’attentat à la pudeur simple et du viol. L’outrage public à la pudeur et l’attentat à la pudeur simple ne retiennent que peu l’attention de l’auteur car ils n’offriraient pas de particularités intéressantes. Dans le premier cas toutefois, il attire l’attention sur la consommation excessive et fort répandue du kif qui, par l’ivresse et l’excitation génésique qu’elle procure, peut mener à des actes faits pour choquer la pudeur. Par ailleurs le pantalon porté par les indigènes, bouffant et serré à la taille par un cordon, oblige à le dénouer et sortir la verge pour uriner, risquant de faire glisser intégralement le vêtement si une main lâche par inadvertance le cordon. À l’expert donc de s’assurer que l’acte présumé d’exhibitionnisme ne correspond pas plutôt à une maladresse technique. Quant à l’attentat à la pudeur simple, il ne mérite pas que l’on s’y attarde longuement car il demeure rare chez ces hommes dont la « bestialité » pousse à accomplir sans retenue l’acte commencé. Le voisinage avec l’animalité se systématise à l’examen de la classe formée de la pédérastie, de la sodomie, de la bestialité et du tribadisme. La bestialité ici en question ne concerne pas le seul commerce sexuel avec les animaux, et doit surtout être comprise à la lumière de cette autre thèse stipulant que « l’indigène a de l’animal les instincts, il en prend aussi les habitudes25 ». Ce qui de prime abord, et en toute logique médico-légale, devait servir à qualifier un acte isolé se transforme ainsi en un véritable trait de caractère définitoire de l’habitus de tout un peuple. On trouvera d’ailleurs un indice supplémentaire de cette opération dans la brève mention du tribadisme, vice très peu répandu chez la femme arabe puisqu’elle reste une « femelle » incapable d’éprouver la moindre exaltation…

  • 26   Voir en l’occurrence le chapitre « Des signes de la pédérastie » in A. Tardieu, Étude médico-léga (...)
  • 27   A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en (...)

16Ce mouvement d’extension d’une nosographie médico-légale pour prouver la constitution vicieuse des colonisés s’illustre aussi au sujet des sodomistes et des pédérastes. Comme son prédécesseur Auguste Ambroise Tardieu26, Kocher oppose symétriquement le passif à l’actif. Ainsi le sodomiste passif est en général jeune et contrairement à celui de Tardieu, il n’est pas efféminé car ce serait là une injure faite à lui-même. Vêtu d’un costume dissimulant dans ses plis une fente au niveau de l’anus, il peut de la sorte se livrer aisément, sans se dévêtir, à ses passions. À la différence des observations de Tardieu là encore, on ne retrouve pas chez ce sodomiste passif les déformations anales caractéristiques. En revanche, lorsque l’acte est accompli sur un jeune enfant, les lésions provoquées ne laissent planer aucun doute sur la « brutalité bestiale » de son auteur. En miroir du passif, le sodomiste actif portera pour sa part un costume dont les plis dissimuleront un orifice au niveau de la verge. Celle-ci porte-t-elle des stigmates particuliers ? « Chez les Arabes le plus souvent le gland est gros en massue, le pénis grêle. En somme leur membre viril présente tous les signes que Tardieu a décrits chez les « Sodomistes ». Il en résulte qu’en présence de cette généralité de conformation ces signes perdent toute leur valeur27 ».

  • 28   Ibid., p. 169.

17Inaptes à différencier le sodomiste de celui qui ne l’est pas, ces signes physiques n’apportent donc aucun secours à l’expert pourtant soucieux de traquer sur le corps les stigmates de l’infamie. Mais ce que l’on perd visiblement en faculté de distinction pourrait fort bien se transformer en puissance de généralisation, car Kocher affirme ailleurs que « comme tousles peuples de l’Orient, les Arabes sont sodomistes28 ». Et bien que le lecteur ait été à maintes reprises averti que les mœurs des Arabes étaient entièrement gouvernées par le Coran et que ce dernier condamnait sans appel l’acte sodomite, rien ne saurait résister à cette péremptoire assertion qui, de façon subreptice, trouve son plus sûr appui dans l’évidence d’une régularité anatomique. Invertis drapés de curieux costumes, pédérastes lassés de simples attouchements, époux animés de brutales ardeurs… tous portent en définitive les marques d’une pratique honteuse, signes impérieux d’une aberration morale élevée au rang d’état de civilisation.

18C’est le même principe de lecture qui dirige enfin le traitement de la difficile question du viol. D’autant plus facilité que le « violateur » opère loin des centres-villes, tapi dans les broussailles où rien ni personne ne viendra le déranger, le viol est à ce point fréquent et banalisé qu’il représente le crime sexuel le plus typique ; d’où son importance médico-légale. En cette affaire, l’expert appelé à constater les lésions et en déduire un théâtre d’opérations devra absolument tenir compte de deux paramètres : la dimension des organes génitaux et la position des acteurs pendant le coït. Le pénis de l’Arabe aurait en effet des proportions considérables, en raison du large vêtement traditionnel qui jamais ne le comprime et d’un recours, précoce et répété, à la masturbation qui, comme chacun sait, précipite le développement de l’organe. Outre cette conformation déjà éclairante quant aux motifs des déchirures observées, c’est la position adoptée lors du coït qui permettra à coup sûr de mieux les estimer. Que l’on nous permette à ce propos une longue citation, révélatrice des hantises dominantes de l’époque :

  • 29   Ibid, p. 181.

Mais ce qu’il importe surtout de considérer, c’est la position relative des acteurs dans l’accomplissement de l’acte conjugal. L’indigène a de l’animal les instincts, il en prend aussi les habitudes. Ce n’est pas discrètement qu’il opère, cherchant à couvrir mystérieusement le grand acte de la nature. Il terrasse sa victime, se met à genoux devant elle, saisit sous ses bras vigoureux les cuisses de l’infortunée, et cherche à hâter, par des mouvements longtemps étudiés, l’instant où sa lubricité sera satisfaite. D’autrefois il est plus brutal encore. Toujours à genoux il place les membres inférieurs de la femme sur ses épaules, la partie postérieure des cuisses appliquées contre ses parois abdominales, sa poitrine, et, saisissant le bassin, il secoue violemment sa victime passive. Enfin, il agit parfois par surprise, il est là qui attend, il combine son plan d’attaque : l’enfant se baisse, enveloppée aussitôt dans ses propres vêtements qui la paralysent et l’étouffent, elle subit en un instant le dernier des outrages29.

19On reconnaîtra dans cet éloquent passage le fameux coït externe ou périnéal isolé par Lacassagne pour circonscrire le modus operandi de l’attentat à la pudeur sur les petites filles. À ce titre, Kocher n’omet pas de citer le Maître quelques instants plus tard, pour appuyer le rapprochement heuristique des primitifs et des « violateurs ». Ce qui interpelle ici est la profonde ambiguïté à parler de l’acte conjugal en usant de la description du viol ; ambiguïté redoublée par le glissement non fortuit du terme de « femme » à celui d’» enfant ». Ce léger trouble de lecture s’estompe toutefois lorsqu’on prend la mesure du type d’acte auquel il est présentement fait référence pour ensuite l’instituer en véritable paradigme : non pas le viol « simple », mais le viol dans le mariage. Parmi les préceptes dictés par nombres de lois religieuses et, donc, par la loi musulmane en matière de conjugalité, l’auteur met particulièrement en valeur deux aspects : le mari, d’une part prendrait possession d’un « champ génital » dont il use comme bon lui semble, d’autre part userait pour épouse une fille vierge qui, le plus souvent, serait à peine nubile. Dans ce cadre, la consommation du mariage s’apparentera toujours, et nécessairement, ou bien à un viol sur une victime mineure, ou bien à un attentat à la pudeur avec violence sur une victime mineure. Partant, imprégné de la rhétorique colonialiste, Kocher démultiplie les vignettes cliniques, bien sûr plus sordides et parfaites les unes que les autres, pour montrer comment, sous l’empire de vils instincts et de coutumes non moins archaïques, l’Arabe soumet sa victime à une brutalité des plus féroce. On perçoit alors toute la cohérence doctrinale du montage par lequel l’indigène, bestial et sodomiste, endosse désormais l’effroyable masque du violeur d’enfant. Par une étrange équation criminologique qui n’a guère plus besoin de l’épreuve des faits, le particulier du viol atteint le général du sexe pour le marquer du sceau définitif de la monstruosité.

20Ainsi le sexe des indigènes aura-t-il constitué pour Kocher une exemplaire surface de projection des turpitudes physiques et morales d’un peuple jugé en tous points inférieur. Affaire de civilisation, il est le lieu privilégié où s’énoncent distinctement les vices à détruire tout comme, en négatif, les vertus à inculquer. Charge à l’expert de fonder en raison toute médico-légale les motifs du grand partage, quitte à ce qu’une telle entreprise dévoile alors rapidement l’impossible, propre aux discours sur la folie et le crime dans le contexte colonial, sur lequel elle repose. Jusqu’où soutenir en effet l’étude d’une sexualité indigène en tant que perversion édifiante d’un standard occidental sans définitivement l’indexer à une série exclusive de variations pathologiques ? À l’heure de quitter notre médecin légiste, rendons-lui grâce, a minima, d’avoir montré comme tant d’autres certes, mais dans une langue singulière, qu’une science n’est rien sans la dissonance des normes auxquelles elle prête sa voix.

Haut de page

Notes

1   A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie, Paris, Librairie J.-B. Baillière & Fils, 1884.

2 A. Lacassagne, Précis de médecine judiciaire, 2e édition remaniée et au courant des travaux récents de statistique criminelle, Paris, Masson, 1886 (1e édition, 1878).

3 É.-L. Bertherand, Médecine et hygiène des Arabes, Paris, Librairie G. Baillière, 1855, p. 547.

4 Pour une perspective historique détaillée de l’aliénisme puis de la psychiatrie coloniale, dans le contexte nord-africain, voir : R. C. Keller, Colonial Madness. Psychiatry in French North Africa, Chicago, The University of Chicago Press, 2007.

5 J.-J. Moreau (de Tours), « Recherches sur les aliénés, en Orient », Annales médico-psychologiques, 1843, 1, 103-132.

6 A. Brierre de Boismont, « De l’influence de la Civilisation sur le développement de la folie », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1839, 21, 241-295.

7 S. Furnari, Voyage médical dans l’Afrique septentrionale. Ou : De l’ophtalmologie considérée dans ses rapports avec les différentes races, Paris, Librairie J.-B. Baillière, 1845.

8 Le débat prend pour point de départ un compte rendu critique de Brierre de Boismont à propos d’un article du médecin anglais Thomas Wise («Practical remark on insanity as it occurs among the inhabitants of Bengal») : A. Brierre de Boismont, « De la folie au Bengale », Annales médico-psychologiques, 1853, 5, 654-665. Les longues discussions consécutives sont publiées dans la même livraison des AMP : « De l’aliénation mentale au Bengale – De l’influence de la civilisation sur le développement de la folie », Annales médico-psychologiques, 1853, 5, 293-339.

9 Pour une vue synthétique de cette problématique, voir : G. Boëtsch, M. Fonton, « L’Ethnographie criminelle. Les applications de la doctrine lombrosienne aux peuples colonisés au XIXe siècle », in L. Mucchielli (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire des Sciences Humaines », 1994, 139-156.

10   Hormis la thèse, nous n’avons en tout cas retrouvé qu’une seule autre référence publiée, et relativement éloignée des présentes préoccupations : A. Kocher, « Études sur le bandit corse I. Rocchini. Son exécution à Sartène », Archives d’anthropologie criminelle, 1888, 3, 589-599.

11   L. Camuset, « De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie ; par le Dr A. Kocher », Annales médico-psychologiques, 1885, 43, 7, 345-347.

12 A.-J. Meilhon, « L’aliénation mentale chez les Arabes. Études de nosologie comparée », Annales médico-psychologiques, 1896, 54, 3, 17-32, 177-207, 364-377 ; 1896, 54, 4, 27-40, 204-220, 344-363.

13 É. Laurent, L’anthropologie criminelle et les nouvelles théories du crime, 2e édition revue et très augmentée, Paris, Société d’Éditions Scientifiques, 1893 ; É. Durkheim, « L’état actuel des études sociologiques en France » (1895), in É. Durkheim, Textes. 1. Éléments d’une théorie sociale, Paris, Éditions de Minuit, 1975, 73-108.

14   L. Bertholon, « Esquisse de l’anthropologie criminelle des Tunisiens musulmans », Archives d’anthropologie criminelle, 1889, 4, 389-439 ; Corre A., « Facteurs généraux de la criminalité dans les pays créoles », Archives d’anthropologie criminelle, 1889, 4, 162-186 ; A. Corre, L’ethnographie criminelle d’après les observations et les statistiques judiciaires recueillies dans les colonies françaises, Paris, Librairie C. Reinwald & Cie, 1894 ; É. Laurent, « La prostituée arabe », Archives d’anthropologie criminelle, 1893, 8, 315-322.

15 G. Tarde, « Le type criminel », Revue Philosophique, 1885, XIX, 593-627 ; A. Lacassagne, E. Magitot, Du tatouage. Recherches anthropologiques et médico-légales, Paris, Masson, Asselin & Cie, 1886 ; C. Lombroso, L’homme criminel. Étude anthropologique et psychiatrique, 2e édition française, Paris, Alcan, 1895.

16 A. Lacassagne, « Attentats à la pudeur sur les petites filles », Archives d’anthropologie criminelle, 1886, 1, 59-68, p. 63-64.

17   A. Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, 5e édition, Paris, Librairie J.-B. Baillière & Fils, 1867.

18 Ce traité fera l’objet de deux traductions françaises, l’une par Perron (1855), l’autre, à laquelle se réfère visiblement Kocher, par Seignette (1878). Dans les références contemporaines de Kocher, on trouve par exemple chez Le Bon la mention de ces traductions et de brèves précisions sur ces traditions de jurisprudence : G. Le Bon, La civilisation des Arabes, Paris, Librairie Firmin-Didot & Cie, 1884, p. 406.

19   A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie, 1884, op. cit., p. 28-29.

20 Ibid., p. 190-191.

21   A. Lacassagne, Précis de médecine judiciaire, 1886, op. cit., p. 128.

22 A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie, 1884, op. cit., p. 40.

23   Ibid, p. 163.

24 Ibid, p. 225.

25 Ibid, p. 181.

26   Voir en l’occurrence le chapitre « Des signes de la pédérastie » in A. Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, 1867, op. cit., p. 190-215.

27   A. Kocher, De la criminalité chez les Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Algérie, 1884, op. cit., p. 175.

28   Ibid., p. 169.

29   Ibid, p. 181.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Gouriou, « Le sexe des indigènes. Adolphe Kocher et la médecine légale en Algérie », Droit et cultures, 60 | 2010, 59-72.

Référence électronique

Fabien Gouriou, « Le sexe des indigènes. Adolphe Kocher et la médecine légale en Algérie », Droit et cultures [En ligne], 60 | 2010-2, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/2262

Haut de page

Auteur

Fabien Gouriou

Fabien Gouriou, docteur en psychologie, est enseignant-chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche appliquée au champ pénitentiaire (Cirap) et à l’École nationale d’administration pénitentiaire (Énap).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals