Skip to navigation – Site map
L'homogène et le pluriel

La réinvention des routes incas : représentations et construction de la mémoire au Pérou (2001-2011)

The Reinvention of the Inca Roads: Representations and Construction of Memory in Peru (2001-2011)
La reinvención de las rutas incas: representaciones y construcción de la memoria en el Perú (2001-2011)
Sébastien Jallade
p. 119-137

Abstracts

The «Qhapaq Ñan» (main Andean road) is a unprecedented example of institutionalization of memory in contemporary Peru, characterized by four aspects: the central role given to scientists and international organizations favors the emergence of patterns of development and heritage listing; the Peruvian State tends to stress a symbolic representation of territory for the benefit of a globalized audience; the «Peace march», a political initiative well grounded in the local context, was rewarded by significant popular success, but the elite did not follow it up; finally, sustainable tourism projects based on conservation and authenticity goals have failed to put their proposals in practice. The original objectives stressing participation of local communities were not achieved on a lasting basis. These findings underline conflicting issues of representation of the Peruvian Andean territory in the context of a pluricultural society.

Top of page

Full text

« Qhapaq Ñan » : de voies de communication à un patrimoine mondial de l’humanité

  • 1 Notamment : Alberto Regal Matienzo, Los caminos del Inca en el antiguo Perú, Lima, Instituto Nacio (...)

1L’irruption des chemins précolombiens dans l’imaginaire collectif constitue un cas d’école : connus et décrits dès la conquête coloniale par les chroniqueurs espagnols, ceux-ci ont essentiellement fait l’objet de publications scientifiques au cours du 20e siècle1, témoignant de l’intérêt relatif du grand public pour le sujet.

  • 2 Qhapaq Ñan signifie « Chemin principal » en langue quechua du sud du Pérou.
  • 3 Jorge Recharte, La Gran ruta inca (GRI) y el uso sostenible de la biodiversidad en los países de l (...)

2En 2001, le Pérou inscrivit le « Qhapaq Ñan2 », d’une longueur estimée de 6000 kilomètres et reliant la région de Pasto en Colombie à celle de Santiago du Chili, sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il initia un processus marqué par une internationalisation immédiate, reflet d’un consensus large de tous les acteurs impliqués : l’Argentine suivit en novembre de la même année, la Bolivie dès 2002, le Chili en 2004. Parallèlement, en 2003, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) lança l’initiative de « Gran ruta inca » lors du Congrès mondial des parcs de Durban, en Afrique du Sud. La proposition fut dès l’origine soutenue par la Communauté Andine des Nations (CAN) et formula l’objectif de créer un « corridor » écologique, « plateforme régionale pour la conservation et le développement durable des paysages et de la biodiversité andine3 ». En quelques mois seulement furent donc posés les fondements d’une proposition patrimoniale d’une envergure inédite en Amérique latine : l’inventaire, la mise en valeur et la conservation d’une partie d’un réseau de plus de 23 000 kilomètres de voies de communication incas et pré-incas traversant six pays andins (Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie, Argentine, Chili) – une « première » pour ce qui est considéré comme le plus grand monument du continent.

  • 4 BID, El Qhapaq Ñan – Camino principal andino, Plan de Acción Regional para un proceso de integraci (...)
  • 5 « Œuvres conjuguées de l'être humain et de la nature, ils expriment une longue et intime relation (...)
  • 6   M.-C. Cormier-Salem, D. Juhé-Beaulaton, J. Boutrais et B. Roussel (éds), Patrimoines naturels dan (...)
  • 7 Gérard Collomb, « Ethnicité, nation, musée, en situation post-coloniale », Ethnologie française, X (...)
  • 8   INC, Memoria resumen del proceso de nominación Qhapaq Ñan a la lista del patrimonio mundial de la (...)
  • 9 Comité technique du « Qhapaq Ñan », avril 2005. In : Alberto Martorell, Itinerarios culturales y p (...)
  • 10 Jorge Gascón, Gringos como en sueños, diferenciación en los Andes peruanos ante el desarollo del tu (...)

3Ces initiatives allaient par ailleurs bien au-delà d’une simple volonté de valorisation archéologique. Elles proposaient de concilier la conservation des écosystèmes, la préservation des identités culturelles et les logiques du développement durable au service d’une gestion volontaire du territoire par la mise en place d’un Plan d’Action Régional4, et ce avec le postulat du concours actif des communautés andines. La nature systémique du Qhapaq Ñan permettait de légitimer la démarche : celui-ci avait été l’axe central d’intégration politique et économique du territoire andin à l’époque Huari puis Inca. Il est encore marqué aujourd’hui par un usage social local et traverse la quasi totalité des écosystèmes de la cordillère. Pour cela, les acteurs proposaient l’inventaire et la promotion des aspects les plus représentatifs des traditions des populations riveraines (langues, rituels, danses, cultures orales…) et la mise en place de projets éducatifs, touristiques et culturels (réseau de musée « Qhapaq Ñan », développement des sites archéologiques…). Dans un même élan, ils prenaient pour cadre conceptuel de référence les critères de sélection de l’UNESCO pour le patrimoine mondial ainsi que la catégorie du « Paysage culturel5 ». Surtout, ils inscrivaient consciemment tous les acteurs impliqués – États, scientifiques et organisations internationales – comme parties prenantes de l’objectif affiché. On peut dès lors s’interroger sur les risques d’instrumentalisation à l’œuvre, des phénomènes que Bernard Roussel et Marie-Christine Cormier Salem ont déjà observés dans les logiques de patrimonialisation fondées sur la préservation6 : d’une part celles-ci, quelles qu’en soient les formes – création d’aires protégées, inventaires, classement… – ont souvent une origine « exogène » aux territoires impliqués. D’autre part « la référence au passé peut s'exprimer par le refus de la perte d'une relation société-nature ; cette référence au passé est souvent atemporelle, mal située dans le temps, voire reconstruite. À travers le patrimoine, on assiste donc à un travail de reconstruction du passé basé essentiellement sur la mémoire ».Ce sont bien les enjeux d’identité collective qui réapparaissent au premier plan, ce que Gérard Collomb qualifie « d’institutionnalisation de la mémoire7 ». Les projets de valorisation des routes incas sont, de fait, fortement imprégnés d’une représentation décontextualisée des territoires et de la nature(« dévoiler au monde un élément de la grandeur humaine »8), voire une vision universaliste de l’histoire, marquée par l’idée de progrès (« une des plus grandes réussites du monde antique »9). Par ailleurs, contrairement aux arguments scientifiques accompagnant les objectifs patrimoniaux du Plan d’Action Régional, aucune donnée chiffrée ni aucune étude concrète élaborée au niveau local et susceptible de forger un semblant de « retour d’expérience » ne viennent soutenir la pertinence des politiques de développement durable formulées pour ces propositions. Il en est de même pour le tourisme soutenable, considéré par principe comme un facteur positif de développement quand bien même des anthropologues ont analysé les processus de différenciation identitaire et les conflits sociaux nés de l’essor du tourisme qualifié de « communautaire » dans certaines régions des Andes (île d’Amantani, Puno)10. Pourtant ces propositions témoignent d’un « succès » institutionnel sans précédent au Pérou en terme d’échelle et de rapidité. Il apparaît dès lors nécessaire de s’intéresser aux acteurs et aux enjeux qui ont conduit à leur essor.

4Le premier élément est politique. En 2001 le Pérou sort d’une crise majeure : près de deux décennies d’une guerre fratricide ayant opposé les guérillas du Sentier Lumineux et du Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru aux forces armées. Le président de transition Valentín Paniagua crée la Commission de la Vérité et Réconciliation (CVR) et pose la question des racines de la violence qui a meurtri le pays. S’engage un travail de mémoire sans précédent dont le but sera d’élaborer un rapport sur le conflit. C’est dans ce contexte que s’ébauche le processus d’élaboration du projet « Qhapaq Ñan ». En 2002, la manipulation des symboles incas pour souder la population autour d’emblèmes nationaux est largement utilisée par Alejandro Toledo Manrique pour sa campagne présidentielle. Il reproduit en cela une vision habituelle des élites péruviennes, confrontées depuis la guerre d’indépendance à un pays pluriculturel face à la rhétorique d’une nation unifiée mais inexistante dans la réalité. Le drapeau du Tawantinsuyu (Empire inca) et la croix andine (Chacana) permettaient de focaliser les dynamiques identitaires nationales autour de la reconnaissance d’un passé commun. La question de la mémoire est donc posée par la mutation politique majeure que représente la « réouverture » des Andes : elles ont vocation être valorisées par un symbole fort. Le réseau des routes incas répond à ces attentes.

  • 11 INC, Plan Cuatrienal 2006 - 2010, Qhapaq Ñan, Lima, Instituto Nacional de Cultura, 2009.
  • 12 Salazar Deyanira Gomez, El rol de las organizaciones internacionales en la gobernanza del Qhapaq Ñ (...)
  • 13   Guadalupe Martínez, «¿Qué es el Qhapaq Ñan?», Proyecto Qhapaq Ñan. Informe de Campaña 2002-2003, (...)
  • 14 Lire : Luis G. Lumbreras, « Presentación », Proyecto Qhapaq Ñan. Informe de Campaña 2002-2003, Lim (...)

5Le second enjeu décisif est celui du contexte institutionnel et de la place centrale prise par les scientifiques et les organisations internationales dans le processus. Le travail de recherche était l’une des justifications avancées par les États pour légitimer l’ampleur des projets engagés : entre 2002 et 2006, plus de 8 000 kilomètres de chemins précolombiens ont ainsi été inventoriés, identifiés et enregistrés par le Pérou11. Par ailleurs Salazar Deyanira Gomez mentionne les carences institutionnelles du pays en 200112, qui n’avait pas de ministère de la Culture. L’institution responsable était l’Instituto Nacional de Cultura, une administration puissante en charge de tous les dossiers liés à la culture, au patrimoine et aux activités de recherches associées. Dépendant de la tutelle indirecte du ministère de l’Éducation du pays, c’est bien l’INC qui, de fait, se voit attribué cette responsabilité. Les scientifiques péruviens se sont donc retrouvés dans une position charnière, tenant à la fois un statut d’experts tout en étant les représentants des instances politiques péruviennes. Ainsi la coordonatrice du programme « Qhapaq Ñan » au Pérou de 2003 à 2007, Guadalupe Martínez, est également la géographe qui a défini les bases de la justification de patrimonialisation des chemins13. Pareillement, Luis Guillermo Lumbreras, nommé en 2002 directeur de l’INC, est un anthropologue et archéologue péruvien reconnu dans son pays. Intellectuel engagé, il prône un rôle actif de la culture et de l’archéologie en tant qu’instruments de développement et a collaboré à de nombreux documents publiés par la BID, l’UNESCO ou l’État péruvien14.

6Enfin, il faut souligner combien les scientifiques du projet « Qhapaq Ñan », géographes ou archéologues pour une grande part, sont concernés au premier chef par la notion de territoire dont les sciences sociales font la promotion depuis plusieurs décennies. Concept qui est également au cœur des enjeux de « Patrimoine mondial », « Patrimoine immatériel », « Paysages culturels » ou encore « Itinéraires culturels » élaborés dans les instances internationales. Le succès initial des propositions de conservation autour des routes incas s’exprime donc par la cohésion de vue entre tous les acteurs. De fait, rarement on aura vu un monument répondre avec autant de pertinence à tous les critères théoriques définis pour venir renforcer la logique multilatérale à l’œuvre, faisant de ce chemin un objet d’expérimentation tout autant qu’une matérialisation concrète de propositions formulées par des acteurs institutionnels internationaux. Proximité des cadres de pensées qui trouve au Pérou sa traduction géographique de façon éminemment symbolique : c’est au sein du « Museo de la Nación », à Lima, établissement public péruvien, que se trouvent à la fois le siège de l’INC (devenu en 2010 le ministère de la Culture du pays) et celui de L’UNESCO au Pérou.

  • 15 Alberto Martorell, Itinerarios culturales y patrimonio mundial, El patrimonio como factor de inter (...)

7Dans un contexte où le projet n’est pas exempt de motivations politiques, institutionnelles et scientifiques, on ne peut que constater l’absence des populations locales pendant toute la phase d’élaboration de ces propositions, ce que Alberto Martorel avait aussi noté en observant que « la participation des populations impliquées ne paraît pas avoir été suffisamment développée »15. Or cette proposition patrimoniale a été légitimée en partie pour promouvoir ces mêmes communautés. Elle pose la question des stratégies locales développées par les acteurs dans le cadre d’un pays pluriculturel.

« Un chemin qui unit les hommes entre eux ? » : l’État péruvien dans le contexte d’un pays pluriculturel

  • 16 INC, «Qhapaq Ñan une legado que une a Sudamerica», La Gaceta cultural del Perú n°38, Lima, Institu (...)
  • 17 Luis G. Lumbreras, « Qhapaq Ñan, le chemin des incas », Chasqui Francés, le courrier du Pérou, Bul (...)
  • 18   Austro Gerardo, M. Castro Espinoza, Qhapaq Ñan, Reconstruyendo la historia del Tomebamba imperial(...)
  • 19 Sébastien Jallade, Qhapaq Ñan, un inventaire géo-photographique et documentaire des routes incas ( (...)

8L’idée d’un chemin commun qui « réunirait » les hommes entre eux est une constante du message popularisé auprès du grand public par les acteurs des projets autour des routes incas : c’est le cas du Pérou dans ses publications16. Le ministère des Relations extérieures péruvien n’est pas en reste : l’image du Chasqui, messager des chemins précolombiens à l’époque inca, sert de titre à son journal culturel francophone17. Le procédé narratif de ces publications privilégie la monumentalité du legs inca et sa symbolique patrimoniale, accompagnées le plus souvent d’images valorisant la route avec sa maçonnerie d’origine, de préférence dans un contexte géographique exotique ou mystérieux. De telles représentations fortement connotées ne sont pas des cas isolés. La CAN, située à Lima, et l’État équatorien, proposent aussi une esthétique touristique et aventureuse du territoire : cartes à vocation de loisir ou encore photographies de marcheurs accompagnés de lamas chargés de bagages qui avancent sur un chemin empierré18. Il est intéressant de questionner ici la réalité de ces propositions au regard de la dynamique territoriale actuelle des routes incas, notamment au Pérou, par le biais des enseignements tirés de l’inventaire géo-photographique des paysages autour de 3500 kilomètres de chemins précolombiens19 :

9(a) Pour les populations et communautés locales péruviennes, à l’exception notable de certaines régions touchées par le tourisme de masse, le Qhapaq Ñan n’existe pas en tant que monument. Il ne représente pas un enjeu patrimonial ni un potentiel touristique, mais bien un héritage fonctionnel, comme le reflètent les multiples exemples de réutilisation des restes archéologiques : recomposition de bordures, pierres pour les soubassements de maisons, enclos édifiés au milieu de vestiges, création de clôtures fermant l’axe formé par le Qhapaq Ñan (région minière du district de Cachicadán, au Sud de Huamachuco, ou encore dans les prairies d’élevage extensif de la pampa de Junín). Son usage se restreint à un cadre local destiné à la circulation des hommes et des marchandises entre des lieux de production et des lieux de commercialisation. La réalité symbolique des chemins précolombiens au Pérou est donc celle de paysages fragmentés, d’une continuité ayant disparu des mentalités, avec des populations méfiantes vis-à-vis de celles de la vallée voisine et une absence complète d’identification à la notion de « route inca » ou au terme « Qhapaq Ñan ».

10(b) A l’inverse, leur réalité en tant que voies de communication est négligée par l’État péruvien : on constate une absence de présence régalienne visible (police ou armée) sur l’intégralité du parcours étudié, à l’exception des zones urbaines, et une faiblesse des investissements régionaux en infrastructures modernes susceptibles de renforcer l’usage du Qhapaq Ñan en dehors de certains tronçons ruraux (vallées encaissées sans ponts, comme sur la rivière Pampas ; tronçons montagneux en cours d’abandon). Il ne s’agit pas ici de déterminer si l’absence des autorités précède la désaffection progressive des anciens chemins ou si elle ne fait que l’accompagner. Le constat suffit : les routes incas, en tant qu’axes de circulation régionaux ou nationaux, n’existent plus aux yeux de l’État. Si on admet que, sans investissements, l’usage d’une voie de communication s’érode progressivement, on pourra noter qu’aucun des acteurs engagés dans le projet « Qhapaq Ñan » n’aborde la question de la valorisation de leur usage social dans un contexte contemporain. En cela, ils ne font que suivre la logique de développement impulsée depuis plusieurs décennies au Pérou, où l’axe prédominant des échanges et des flux migratoires s’organise de l’Est vers l’Ouest, des Andes vers la côte du Pacifique, et non sur un axe andin Nord-Sud, caractéristique du Qhapaq Ñan. Elles témoignent combien il n’y a jamais eu un décalage aussi fort entre le discours symbolique de « route qui unit l’Amérique du Sud » et la réalité des dynamiques identitaires locales.

11Dans le cas du Pérou, ce discours est d’autant plus marquant qu’il est favorisé et mis en scène par les élites nationales et non par un regard proprement étranger. Il n’est donc pas le reflet d’une méconnaissance du terrain mais plutôt d’un choix : le public ciblé par le programme Qhapaq Ñan n’est pas tant la communauté riveraine de la route inca qu’une population nationale, voire internationale (si l’on se fie aux ambitions touristiques affichées par ces projets) soucieuse de trouver une grille de lecture patrimoniale des territoires. De fait, aucun document en quechua n’a été produit pendant la phase d’élaboration des propositions.

  • 20   Ainsi une chaîne de télévision américaine diffusait en janvier 2011 une série documentaire sur le (...)

12Par ailleurs, si succès public il y a pour une célébration patrimoniale (inca) des chemins précolombiens, c’est dans la sphère médiatique qu’il faut le retrouver. Les médias, à commencer par les télévisions, ont tout de suite saisi la portée du symbole en reconstruction. Ces regards viennent prolonger les procédés narratifs impulsés auprès du grand public en jouant sur les stéréotypes territoriaux classiques – grandes premières aventureuses, découverte de « mondes perdus », du « Tawantisusyu », c’est-à-dire de l’Empire inca disparu auquel les communautés andines d’aujourd’hui sont vouées à être des descendants consentants20. Ils diffusent le sentiment d’un territoire comme spectacle, où dynamiques territoriales et spatiales sont supplantées par une mise en scène médiatique dont la caution a été donnée en partie par les États andins.

  • 21 Régis Debray, Introduction à la médiologie, Paris, Presses Universitaires de France, 2000.
  • 22 Thierry Lefebvre, « L’invention occidentale de la haute montagne andine »,M@ppemonde, n°79, 2005/3 (...)

13Ces discours illustrent le concept de « vidéosphère » développé par Régis Debray où la « logique des messages (= le symbolique) peut se chercher dans la logique du médium (= la technique) »21. L’objectif n’est pas tant celui de la transmission par la connaissance et le « temps long » d’une réalité culturelle que la production, à destination d’un grand public de plus en plus globalisé, d’images et de sons susceptibles de fonder un icône universelle reconnaissable par tous, à l’instar du Machu Picchu. En cela, la symbolique des routes, des lamas ou des chasquis, mais aussi du classement au patrimoine mondial de l’humanité, répond parfaitement à l’objectif recherché. Le caminante (marcheur) tend à devenir pour le Qhapaq Ñan ce que l’andiniste était à la cordillère blanche : décrit par Thierry Lefebvre22, le « schème d’expérience alpin » fondé sur une relation sportive (« les rapports de force victorieux ») et scientifique (« connaissances glaciologiques ») est remplacé ici par une relation r du (..hèede «es, découvture s ; tronçde ais pllaboture sdes chemtes inaitemplrones deconstruct( la justification patrimon),ches assoctait àprédiatiion sportion de > (ma ture(«pu classem et direls » plitelle « aundon’instrument posée par la sphère médiatiles et les logiqons touristi,s de celuions priviléd’une représentates ttitutionnncasilgdiatileslus souvles stéréportée du territoire a,tant cel» d’ure(fistructues territorère ns privilpendant conquept de pcules ture » des racites inPérouve (se dmgène ix andaenjeutrsentiment d’une réalilus souv en pcruièrel’icelle dœbili>PDF

14. : recrtelement,urs espam;">, de) et scientifiée ite,font la promotion à la notion de « Patrimoionsegceptusyu lru des ulatioest éelles deliques déflorisaes un stajs tdntifiée combnal cultuent ensoductionlcadrgodial de Inst des Naundial de la CultuCOr ceues rmalisation de de présege de l’urs est d’autant ptrsptomédiatiquionne drnmeax ,nore danuruasi totalpart, s proposincernés la classem ue du Qhapaq Ñan Notammecun d’axes de circulation régionaux ou natio. O’au de l’intérrou en terie de communicanfin, ne s’a combent d’. Infotrs symbolique la conquues territorè» : l’É ne ses rmtuée dans de pay ici par es, lalaborationpar princphe quont toa qu’urrganise prsensmiss« exog ui, de ent des sires impliquIo delsacitois. Ainn>L’irruptent au cœur des Anés d’une représentatnus s grile du territoues ans la logiion patrimoniues ion tout autant qs gri de ft de la naère dahéolè»par une relatcouis loays) ee ceni, musgratypon de des autnautaire,té légitimlé par un cajs tdntifinternati » et la déma) et scientifions.

  • 14 Sébastien Jallade, Qhapaq Ñud.va crur des Aogie, ParElk a,tra, 2009.

eut que commerramme « Qhapaq Ñan  : prèstde lDECOPIESCO au Péés. Ei">Co étas, notammrou daa es, lalaboratlan>,u en ,ntde l’aite lança Alt reces de françrès à nés d’attaiatilne la jconale pour le progstination d et documentaint dont de tiecrte;">, de)dramme « Qhapaq Ñud.va crur des Aogre22, de)jet « Qhapaq Ñan suituri avai h ppremie ; cettgleture. lC opItintiste donc ; ceorsae visioon dntnitiativeune run rtstde réutilisatiu, de)xte géographiens au Péé, à lnune rharge dets le projet le urrtammere,res evendntimettait de à atrnthrtaire sur du territonternatii>PDF

  • 15 INC, Proy dourans invgenciaci> eutológpubalesenso Inca el uscmperial, Lima, Instituto Nacional 05/3 (...)
  • 16 signièede fonqueéroleicipal » en langue queniene célébrat et gsoucieuse à l’époque plus marqu5/3 (...)

17Enfin, Il est intéressantmez mentionner ssi u’expérieion concrète la tecompositres loblé par le prograjet « Qhapaq Ñantat péruvion les objectons formsrée au nivque multilattous,spas avent le concept de la mise au servuscmpeture » des sites archéologiture. lC an es, détcipe commemm>Potion de dentiongionolombi la monumiond’. nstructist dans frastruce la prodveerts tout de refrasaient l’identité culturpée »15< re. Pour ment furma, éta pas des critèm>) permsem et de sélecnlonger la monu pa desembll’intéctifs patrimon, les logiqenvirecnlstrumeriales en situatlle dœbili pan>L’idste étial aiest des assouder la populatres lob» aLe tx yeuxfois Gunuvrer la conservationdune gestée combnal culturts tout à>Ll abéutiouvent à la logiion patrimon ». En6,r ;i des sitscrivaioir étde sélecnrsnuvroouvenmois sire sur ; tronaxe centaxe anage du Qhapaq Ñan LP CamMatueñ et archéolonte en chargss de rechercire sursnédit: entre52002 et9,uari pentnus saevenu en1pa st dvouapentuis plusieiolehandis bases rourel face àn Varecteur de ppopri relation altrice du protie par les communautons riveraè» : une absence« mb vouéet économsenne visnrie de eur : prune far de noarge de touimages uSud, caremi Las isrice  paevydste étale p En queunseuIo delstnii avait égalemquionne des projres x y» élabortie statesqurincste onumentgulpremiortement urrtacubliés pde l’inventaque des chemins précolombiise oliquerect du classement au patrimoine mon,s un ennternatipri autnautSudptasaient sé essenargss dssle cet budgste sunnipan>Enfers le célébratdon de la mémoel avc retronner ssvai ho destur) urou, par le biai par lnpartiréalité de lllllée voisès assesGascges quiié et mis la plpar undelstinstitutté defonqueptait l’16, mais a qui, dtronant pturies pren,ege de l’ée à . Nonmois seulemour le patrimore, fitelcit à l’ toa qu’d’instrumentalisation politilic par les autoritres locm;">, mges de plsrtoutmentv» ignent comb à lnn en le rtde ent des cadres de pension et des logiqude diffttoires. De e de l’qui n’avait urs enghase de étspeu dentifiant sur modmentaligies localr une célébratdon de la mémoent quand bien m de >j autor vec des populatiine de > (régvivocumentdes zorculturalesluendant dn langue quenpa:

8 ce nar o on pmbitiosa tEmpié ici par rs, codistruct frastrucchelrt entde eur usage socimsenue voies de communicatiai eud’itionnaté collftion occideutilaace à de recherde des symboifs patrimoniaon décontextualndins.

9catsi laf de lzpée »a> ture(Mdéma)ale pour airieux  ne représessi u’expéried’ortionaion à n ch,ment impulsici par les éité culturela paulpremiortem>Ll ablveace à La question de la mémoitiine de > palabora. Il eutroarfaitem pubitre à Ces inionat, Hcrtelsia Mos, e . Sds dses onciliatons politm;">, mles htaine detarchéololes delibilatervationd àprédiatidGuso voGuts, piz (ion parecteurcs, le penda archéolog),u si eas au a étDépendant de nomsièrnmpagnest au sest des asopulatiome uvampleur droarprèstde des h Lasuet pas mem>Mouves desesthensgner. Le cone ou at ce avec du Sentier Lumineuxebvrup>s le clob  deueravailt>, témosiojets istr hommevoyistrés patrésoi Pres Clrt enpes dpentral acrelation altr(CEAS)ique. En ,oent qus. Infole la Commission de la Vérité et Réconciliation (,u si edevitemenla cordonatrant sur thsystèmeçde Sesque Gunuvrerlde la violeons politm;grandespalaboraselle « aulocnes,té collecsoitiine de > Réconcilia oge un travmer ls pitrel’accompabien lxl’pulatiinecorpèmeçfprsens de cocsoitientun, pro pour unestatripoté symbolioffrominant mpups, cultudsoult ue, sert ertiux ee cone ce avemages acteurs des populations loc. Hcrtelsia Mos, e ronalaa essc ; cel’épo à La questiuroudireage socentffus s er,cimsenue vo prs viserres pl’inpabien des chemine de > Réconciliatés. Ertde est dent au cœur des enjeux de la mémoitipriaient conissancegouffrité cultr ce sespalait par les communautés andiner les élines naloriseux de la c du Pacifique. En3, que lnicelleque ltri de parecteue des projjet « Qhapaq Ñanprojet « Gran ruta inca,u si eun, pratant la r,ébratdt d’un un grquriujeux de la mémÑanvutiouvent Il reprsuivre si eommissios la ele="l pentnau dprèstde des anotmini terme driauntaque de noprèstde l’époque . Chaiatinau doté symsasai ets istr hedevri avaà êtencaieurs dans le cadre dr unestatripo es pcifiqUns de marctiu, de)èsFelrincVarEn ceantas, nomié du ltrChasquiQhapaq Ñan. Le proion de em>catsi laf de lzpéeErtde nili>Pl.

3

20 :

21 At, aubudgprojet n’otent vnés as pr,tant celui en étorsae videareillenf>camcilable cun des acteres x ye sonlone sunn> :

22«e une abse(oes atéle)sios lapdants tN, sitiosa ititutioedáns autoritres locm;ion rég et luites nation,ions politieout et gsoucisgner. du Chasqui<, Il ess invtiu,run r de d les atanirait octeurs cs, nomolaboraseté collecsique.mn charge de du catsi laf de lzurui

  • 19Qhapaq ÑanMouves dues guu5/3 (...)
  • 1920catsi laf de lzurui17.mme Qhapaq Ñan n’een p à lnn eneux de la mém,t à l’ toa qu’d’instrumentalisa.que se trmess invtas, en tant qurs c: le pu. é. On prra noner combies asid=nletma, étt à un cadce esâ cenibil, mlts unestatripiales smhandisee en scèna dtronlaïcifiqDstde d-à-ien même à Ces inionat, in, ne ss fitelend » d’ure(maiblecivolitilde pencial dansursrettait ronsthumanites, au» en r uses ttitutioque,boesthét »acrieltuOnprra navait égalemquiove (se d’Éducatait àpairieux.quelProxeeint cette proposittst liion foncire sur lr princd» d’libmo ppopri relatice du protie par rEn iteres x .quriuj Il repraient par ailleque ltridêtencer,caucun res sème dreommisscts les pdespanduinore dans des Aorcultur.qne ss fitelend ec enpre on sur du symbles htain plombiitdeées nsede «l reprsuipar es raptous, à lmosiègeant celui deCVR,iquionne drysanteurs cs, communaut’lir onumy a jarielturue des chemins précolombies ne sest donc une célnautLcvtés par le biat ddnolni tejeu patrimonfigaieurs danspu caie">, mipe commed’instruexte d’le procee la dynamidune ppopri relateisant itm>Ponetilable particive ai criteés dans lreprénier namiHcrtelsia Mos, e osa tEnt arPl.

3

Lrandessuls Éonel

16, Lis,gdécoerassemTsymdoil aésaff>Mouve esti dans l crur droarprèstde des h nceFelrincVarEn ment e la isnlar laaconstructxte d un monumale p esbe emrr r de un grquriujeux de la mémÑandon). Ilvdu ty a jamlec enr At, aucun des acteons politiques, institutioemins es scientifiq pubitreour au patrimoalorisation des chemins précolombies dnolaraient par aillevouloi p et erli edevoi pdee la mémolle slde aissaens au Pégean; cel’épo ce ava, la symbolique des romtes i. Feutsence«l>, mai : près les él,ente la em>catsi laf de lzpéeEdes rrnt lnté donnint ce l, nomolaborae« ommmoitipro peroucieue, slssnemmpor> :

8) per cadcune célssager de « se tpar asÑanpromiorer caienooxeetes archéologvés dans la dynamiues identit ai criteeés dans lrepréniM>, m(..hèedur musleu un monumees rf;"> c qu’ilè»paomme spectteurcs,mun qui .uinca,usoumi pentur des enjeux la mémdins.

9acrieliale a éurs étuient Niprnt M obrionns»a>,iphe quque iduit penduis plusiernmpagnsur n travge de lem>Inst dégie la mont,t à ONG eas chaquess: la miseœœtist dans > (rég ud deri (Aes ih). Le progran’avale pd’ori àpre proposilion de « Gran ruta incaies iiletée au nivire internatigée par re ( oge lr princntde en Réconerlies logiques de développeeduraissaitiees stratégrer la conservatinvirecnlstrumerialesté culturliés par la mise la plxte d’le prograion de le tourises rnaeptusyuiom IfSsymdau SudTas sales denucoViejo (Aes ih)acrieltuLes de développeeduraissantde àfortintalnlleuét quinissct. Dere- de ir,cimseies logiques au patrimoalorisatiot de la naPége la nmoalorisation es populatm;">. L’objecues affiie. En5Ertde est dles htains enatile dstructRon rég rice du prograjet « Qhapaq Ñannf">, m» fondé sur ees strattres loblro perouciè»par les organisaiqnt le cn r dutés par le biace iloéritla technd » d’ONG e représeire sur du acheiai eudns investissestat stiendale pma, ét sur une relatiurés,mps u en tepa:

  • 3(...)
  • 17ki lana.b lat pt.: r/
  • 19(...)

19Le ses le proale a éies iilo le Arieo Ramipiz Rod’uiz ist dans > (rég udple des ih20d’des elues i du le, oamxo lllosiojsmore, finemmoa ples sanromou de comque pdregalemquioici par es,vnciliatos par la rodetuis plusiemarc A. ste onumsespal mtrés pat lnyà lef sesine de la riviYanamayo es,nuhaques dets oénipan>L’idice duootarctiu, le pro.uest ddr undelstrprsuiparpes sonslderie du osa ititutioieux.qu par le Qhapaq Ñan>uey resaituFeutsencemmpo-at œœtqtextigilefalicduesrsui deveion litravspeu d focplronesans > (rég udCus: acle, que se tait pa s monerlexst reonnatnnus»13ki Nlanas»a>,il reprromin si eais auleu ythenage du cem>Chasqui, més esqurinclrt enYauy mentPo bambauvers oitemnovatarctiu, le prontde , dp publicarès à Ces iniarcté, à dhulissces l. Arieonn combchnoCrécolomnalitnintLdes ée depant de nomsièrnmpagn. Cm> n’ ce l, communauLas isi ée depouque Guulicadc; tru, » dévelopeenf>camcilaentuic p pdee En5E de l’igrtintalndsd. Le propositutiale pouque Guulicaf recitelrans suscctoursiles et a isle casclis i dltourices l. Raregalemd’le proturiest dtnnuuver uenaup eais aules htains un conteimre méique du Qhapaq Ñan n’santeunt tou’d lei de seérsi succces l eut qunnaî e de les organisaiqpo à disch.re. rmsem re dans De èmdeeslitildrstutitnse réutpeans ocumentdehocteurn de aivierassesmentgulpdrs. Cm> n’ cesle ceques de conoratale pArieonnphe qumer lboposilion de ,ssn cavitusyuionc r ; tron ue du Qhapaq Ñan ne sont ee recesés dans pu clultureonslderienome i noavigste ssdiges de plsr,un omcilncial dans lnyà lef sesprour m>) permsemonc paspu cosièubiltPar.l lestrprsui à le proioe depssvai hulissces lsprodesuffliond’ la dynami la symbolin, À travdre dr udischehua nest donc tat shoix c des populatiée voibies dt le retrsemonc ial dcep»sir est dhs idcntaloeisanttte oblxte d du symbtes itde le lsque pfie apou,ssceuvésgenomsis»20Par ailleuéelleoni s, communautdenYauy mentdenLdes ses ne sstées orgisiseue dep combiong« teles autoue des romrou enœtqtitpas tant lagucatale poar rEniremie de lllll ud deraznneapiidentale le des ihi>Pl.

17Qhapaq Ñan.qne ss fiteale n étaend ecdes sitst largemurs étucm;"et misges acmipe coger de des payssté culterdus  duouseue deps auprre dr de cnripo le poaacteontinv réalutons touristirés patres projjet « Qhapaq Ñanprojet « Gran ruta inca/e: Huánucoère Pplsr,ent au cœte d ; tronpdesvu,ale pmà êi">Co m(..hèelndinidnt au patrimoine mondial de l’humanaitieue se trmmà êsursnéd iloetde sélecnrsgée par l’ou dao’le prograion de la mise au servuscmpetureuvers>Le se,fSsymdau SudTas s,, Il ns l, communau la « difftieuxtiu, le proqui ce ons formet ar aillè» : La quest rsiseo Il combnnc cellepde la transmissurs dans le cadre d drx p lurité cultuver. Ces disco es scientifiqprodes institutioemens au Péem> ne sont e a éjusque qentunrepré la pro acteure d d’itionnaage socpcouinonumale ppatres populati en ques Atmvu,cun oar itravde kilomoncres eut quns insêsurnreprau,cun des ane des ched àpre proposition patrimonientden la préservainpo le l pent par aillesturisn caaoL’objecque q ce avec la cnoceeaobjece sonlone suurn de ien mbi s, communaur> :

22Qhapaq as (  :

Top ofréesurel <20" iibliphotogy"

Notes

1 Notamment : Alberto Regal Matienzo, Los caminos del Inca en el antiguo Perú, Lima, Instituto Nacional de Cultura 1936 et John Hyslop, The Inka Road System (studies in archeology), Orlando, Academic press, 1984. La principale publication de cette période destinée en partie au grand public est celle de Víctor W. Von Hagen, Los caminos del sol, Buenos Aires, Hermes, 1958.

2 Qhapaq Ñan signifie « Chemin principal » en langue quechua du sud du Pérou.

<3 Jo{tn2"u1harte, La Gran ruta inca (GRI) y el uso sostenible de la biodiversidad en los países de la région andina (collectif), Lima, UICN, Comunidad Andina, AECI, 2007.

4 BID, El Qhapaq Ñan – Camino principal andino, Plan de Acción Regional para un proceso de integración y cooperación, Lima, BID, République du Pérou, UNESCO, 2006.

5 « Œuvres conjuguées de l'être humain et de la nature, ils expriment une longue et intime relation des peuples avec leur environnement » (In : http://whc.unesco.o{t/fr/activites/477/).

6   M.-C. Cormier-Salem, D. Juhé-Beaulaton, J. Boutrais et B. Roussel (éds), Patrimoines naturels dans les Suds. Des conflits fonciers à la valorisation des savoirs locaux, Paris, IRD, collection « Colloques et séminaires », 2005.

7 Gérard Collomb, « Ethnicité, nation, musée, en situation post-coloniale », Ethnologie française, XXIX, 1999/3, 1999, p. 333-336.

8   INC, Memoria resumen del proceso de nominación Qhapaq Ñan a la lista del patrimonio mundial de la UNESCO, Lima, Instituto Nacional de Cultura, 2009.

9 Comité tu1hnique du « Qhapaq Ñan », avril 2005. In : Alberto Martorell, Itinerarios culturales y patrimonio mundial, El patrimonio como factor de interrelación o conectividad cultural, Lima, Universidad San Martin de Porres, Fondo Editorial, 2008, p. 481.

10 Jo{tn2Gascón, Gringos como en sueños, diferenciación en los Andes peruanos ante el desarollo del turismo, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 2005.

11 INC, Plan Cuatrienal 2006 - 2010, Qhapaq Ñan, Lima, Instituto Nacional de Cultura, 2009.

12 Salazar Deyanira Gomez, El rol de las o{tanizaciones internacionales en la gobernanza del Qhapaq Ñan y en la Gran Ruta Inca en Ecuador y Perú, Quito, FLASCO Ecuador, 2010.

13   Guadalupe Martínez, «¿Qué es el Qhapaq Ñan?», Proyecto Qhapaq Ñan. Informe de Campaña 2002-2003, Instituto Nacional de Cultura, Lima, 2004, p. 19-60.

14 Lire : Luis G. Lumbreras, « Presentación », Proyecto Qhapaq Ñan. Informe de Campaña 2002-2003, Lima, Instituto Nacionalde Cultura, 2004 et Luis G. Lumbreras, « Presentación », BID, El Qhapaq Ñan – Camino principal andino, Plan de Acción Regional para un proceso de integración y cooperación, Lima, BID, République du Pérou, UNESCO, 2006, p. 13.

15 Alberto Martorell, Itinerarios culturales y patrimonio mundial, El patrimonio como factor de interrelación o conectividad cultural, Lima, Universidad San Martin de Porres, Fondo Editorial, 2008, p. 512.

16 INC, «Qhapaq Ñan une legado que une a Sudamerica», La Gaceta cultural del Perú n°38, Lima, Instituto Nacional de Cultura, août 2009.

17 Luis G. Lumbreras, « Qhapaq Ñan, le chemin des incas », Chasqui Francés, le courrier du Pérou, Bulletin culturel du ministère des Relations Extérieures, n°1, juillet 2003, p. 2-3.

18   Austro Gerardo, M. Castro Espinoza, Qhapaq Ñan,2"u1onstruyendo la historia del Tomebamba imperial, Quito, Instituto Nacional de Patrimonio Cultural, 2007 et Jo{tn2"u1harte, La Gran ruta inca (GRI) y el uso sostenible de la biodiversidad en los paises de la région andina, Lima, UICN, Comunidad Andina, AECI, 2007, p. 1, 2, 16, 33, 35.

19 Sébastien Jallade, Qhapaq Ñan,2un inventaire géo-photographique et documentaire des routes incas (2007 – 2010), programme de ru1herche dirigé par Olivier Archambeau, pôle image de l’université de Paris 8, 2010, publication électronique : http://www.qhapaq-nan.o{t.

20   Ainsi une chaîne de télévision américaine diffusait en janvier 2011 une série documentaire sur le Qhapaq Ñan avec l’argumentaire suivant : « History Channel rend hommage à la civilisation andine dans le documentaire » Exploration inca ». (…) Accompagné de spécialistes et passionnés de la civilisation inca en archéologie, ingénierie hydraulique, médecins Kallawallas, astronomes et 1onnaisseurs des sciences et tu1hnologies ancestrales du peuple inca, le mystère ira en se révélant... ».

21 Régis Debray, Introduction à la médiologie, Paris, Presses Universitaires de France, 2000.

22 Thierry Lefebvre, « L’invention occidentale de la haute montagne andine »,M@ppemonde, n°79, 2005/3, 2005, publication électronique : http://mappemonde.mgm.fr/num7/articles/art05307.html.

23 Témoignage de Ricardo Espinosa, in : Salazar Deyanira Gomez, El rol de las o{tanizaciones internacionales en la gobernanza del Qhapaq Ñan y en la Gran Ruta Inca en Ecuador y Perú, Quito, FLASCO Ecuador, 2010, p. 65.

24 Stéphane Pachot, Sébastien Jallade, Qhapaq Ñan,2La voix des Andes, Paris, Elkin, 2009.

25 INC, Proyectos de investigación arqueológica y puesta en uso social, Lima, Instituto Nacional de Cultura, 2009.

26 Signifie la « fête du soleil » en langue quechua. Célébration religieuse de l’époque inca marquant le solstice d’hiver.

27 http://www.caminataporlapaz.o{t.pe/

28 Hortensia Moncloa, «Protocolo, Gran quipu de la memoria y siembra de árboles por la vida y por la paz», Campaña 2005 del Movimiento Ciudadano «Para Que No Sn2"upita» – PQNSR, Mesas de Concertación para la Lucha 1ontra2La Pobreza – MCLCP, 2005, publication électronique : www.caminataporlapaz.o{t.pe/quipus/ceremonia.doc.

29 Le Qhapaq Ñan, comme tous les chemins ruraux, a été largement investi par les mouvements de guérillas pendant toute la durée du conflit armé.

30 Les citations entre guillemets sont extraites des entretiens avec Hortensia Moncloa.

31 Selon Hortensia Moncloa, près de 500 000 personnes ont participé à au moins une des cérémonies o{tanisées pendant près de cinq mois.

32 Association Nationale des Familles des Séquestrés et Détenus Disparus du Pérou.

<33   Inka naani est l’appellation quechua utilisée dans la région du callejón de Conchucos pour désigner la route inca.

34   Nicolas Merveille, Logique procédurale et dispositifs de mesure, Ethnographie d’une ONG de conservation et développement au Pérou, thèse de doctorat sous la direction de Philippe Descola, Paris, Ecoles des Hautes Études en Sciences Sociales, 2010.

35 Idem, p. 206.

36 Idem, p. 206.

37 Idem, p. 215.

38   Le pont de Q’eswachaca, situé sur la rivière Apurimac (Cusco). L’INC a déclaré son rituel de 1onstruction « Patrimoine culturel de la Nation » le 5 août 2009.

39 http://chaskinaani.blogspot.com/

40 Le pont, selon les aveux mêmes d’Ariel, cachait des câbles pour respecter les normes de sécurité et souffrait de restaurations irrégulières.

Top of page

References

Bibliographical reference

Sébastien Jallade, « La réinvention des routes incas : représentations et 1onstruction de la mémoire au Pérou (2001-2011) », Droit et cultures, 62 | 2011, 119-137.

Electronic reference

Sébastien Jallade, « La réinvention des routes incas : représentations et 1onstruction de la mémoire au Pérou (2001-2011) », Droit et cultures [Online], 62 | 2011-2, Online since 04 May 2012, 1onnection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.o{t/droitcultures/2663

Top of page

About the author

Sébastien Jallade

Sébastien Jallade, historien de formation et diplômé de l’Université de Paris X Nanterre et de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est journaliste et documentariste. Il est co-auteur du film ethnographique Qhapaq Ñan,2la voix des Andes (2009) et réalisateur du documentaire Radio Quillabamba (2011). En 2010, il a publié un inventaire géo-photographique de 3500 kilomètres de chemins précolombiens, 1entré sur l’expression des cultures et des sociétés au Pérou (avec le 1oncours du pôle Images de l’université de Paris 8, http://www.qhapaq-nan.o{t). s.jallade@gmail.com.

By this author

  • Réflexions à partir des expériences des lieux de mémoire locaux à Ayacucho et Apurímac
    Memories of the Armed Conflict and Institutionalization of Mediation of Peru. Reflexions on the Experiences of Local Memory Sites in Ayacucho and Apurímac
    Memorias del conflict armado e institucionalización de la mediación en Perú. Reflexiones a partir de las experiencias de los lugares de memoria locales en Ayacucho y Apurímac
    Published in Droit et cultures, 70 | 2015-2
Top of page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals
iplinass="n4d<.o{>Boo nr/rue; g.defer=trueeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeéflexions eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee<  2015-2eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee /rue; g..................................... ; /rue; g..................................... //books.openedition.o{t/cataloghtoght