Navigation – Plan du site
Lectures : notes et comptes rendus

« Ce n’est pas un travail de femme ! »1

Gérard Courtois
p. 273-281

Texte intégral

  • 1 Alain Testart vient de nous quitter. Ce grand chercheur travaillait depuis une bonne vingtaine d’a (...)

1Nous connaissons le film d’Hitchcock : Le crime était presque parfait (1954). Un mari (Ray Milland) tente de faire assassiner son épouse (Grace Kelly) par un de ses anciens condisciples. Alors que le meurtrier tente de l’étrangler avec des bas de soie, elle retrouve à tâtons ses ciseaux de couture et les enfonce dans le dos de l’agresseur, à la manière d’une arme de sang.

2On pourrait croire que le metteur en scène a imaginé simplement une heureuse rencontre, tout à fait contingente entre l’héroïne en train de se débattre et ses ciseaux. Mais la lecture de cette péripétie peut aller plus loin.

  • 2 Alain Testart, L’amazone et la cuisinière, anthropologie de la division sexuelle du travail (2014) (...)

3Depuis de nombreux siècles, dans la division du travail entre les sexes, les ciseaux sont un outil typiquement féminin2. Un outil qui agit relativement à un matériau assez mince et qui semble sans intérieur : tissu, cheveux, toison (des moutons). En tout cas un outil qui ne bouleverse pas ce qu’il touche. Or par son usage inopiné, Grace Kelly va transgresser cette limite. Avec ses ciseaux de couture elle va entrer dans un univers de sang qui jaillit et apporte la mort.

4Or, comme va nous le montrer un examen de quelques exemples anthropologiques, l’opération plurimillénaire de la culture concernant les femmes a consisté à les séparer du sang jaillissant. Toute la division sociale du travail est en cause dans cette affaire, mais nous nous focaliserons sur deux secteurs où elle est particulièrement visible : la chasse, chez les chasseurs-pêcheurs-cueilleurs et la religion, dans presque toutes les cultures.

  • 3 Pour clarifier notre propos nous introduirons les distinctions suivantes entre sexe, genre et sexu (...)

5La thèse que nous voulons exposer est la suivante : si on prend en vue, dans sa plus longue durée possible, la répartition des tâches entre les hommes et les femmes, elle n’a pas de rapport direct et simple avec leurs aptitudes naturelles. En revanche, elle est corrélée étroitement avec des représentations du monde, organisées en une idéologie du sang. La division sexuelle du travail ne dépend pas en premier lieu d’évidences naturelles, elle relève de phénomènes symboliques et culturels, autrement dit, elle ressortit à des questions de genre3.

Chasse et « féminité »

6Je vais partir d’un fait majeur de la division du travail, partout présent chez les chasseurs-pêcheurs-cueilleurs : l’homme s’adonne à la chasse, la femme à la cueillette.  

7L’importance de la cueillette ne doit pas être sous-estimée comme elle l’a été pendant longtemps. Dans certaines régions tropicales elle fournit jusqu’à 70% de l’alimentation. Que les femmes aient été cantonnées à cette activité ne signifie donc ni leur exclusion du monde du travail, ni leur confinement dans l’aire domestique car il leur faut très souvent parcourir de nombreux kilomètres pour atteindre les zones où poussent de façon spontanée ignames, noix ou graminées. Chez les chasseurs- pêcheurs-cueilleurs les femmes travaillaient dur, d’autant que dans les activités de subsistance elles avaient aussi la charge de la préparation des végétaux ramassés : découpe, fractionnement, trempage des tubercules, réduction en farine.

8Donc, beaucoup de travail mais celui des hommes leur était « interdit ». Pourquoi ?

  • 4 Ernestine Friedl, Women and men: An anthropologist’s view (1975), New York, Holt, Rinehart and Win (...)

9L’anthropologie américaine a depuis longtemps une explication à ce sujet. Elle estime que cette division est en gros fondée sur les aptitudes naturellement différentes des deux sexes4. La thèse tourne autour de la mobilité respective des deux sexes : les femmes engendrent les enfants, elles allaitent ensuite longtemps, le sevrage dans ces sociétés intervenant seulement vers trois ans. Embarrassées par leur marmaille et par des grossesses répétées, elles ne seraient pas assez mobiles pour la chasse. Comme le remarque Alain Testart, ce raisonnement est à la fois naturaliste et rationaliste. Naturaliste, car il explique un fait social par des données tenant à la physiologie. Rationaliste car il pose que l’interdiction faite aux femmes d’aller à la chasse spécialise chaque sexe en optimisant son rendement social.

10La thèse de la mobilité féminine entravée part d’un noyau de vérité incontestable : l’accouchement est le fait des femmes et la grossesse est peu compatible avec une activité cynégétique ; l’allaitement est le propre des femmes dans des sociétés où il n’existe pas de substitut au lait maternel (pas d’élevage laitier), encore qu’elles connaissent le pré-masticage de la nourriture donnée aux bébés. Mais ces handicaps ne frappent les femmes que pendant certaines périodes au cours de leur vie. Pourquoi n’iraient-elles pas chasser en dehors ? Les tenants du naturalisme ont une réponse à cette objection : puisque les femmes ne peuvent assurer tout le temps l’approvisionnement du groupe en gibier, il est plus simple de les spécialiser dans l’activité de cueillette et les hommes dans celle de la chasse, d’autant que ces travaux font appel à des savoirs différents et à des apprentissages spécifiques. Cet argument n’est pas sans valeur, mais comme le remarque A. Testart, il serait étrange que ces sociétés qui ne connaissent aucune sorte de division du travail l’aient développée seulement entre les femmes et les hommes.

11Le grand point faible de cette théorie est ailleurs : elle ne rend pas compte du détail des activités concrètes de la chasse. Les femmes, en fait, ne sont pas exclues de la chasse en général, mais de certaines chasses ou de certains de leurs aspects de la chasse.

  • 5 En 1938, Arlette et André Leroi-Gourhan avaient remarqué qu’en Hokkaido, « les femmes [Aïnous] ont (...)

12D’abord, elles peuvent chasser de petits animaux, comme les marsupiaux et les opossums qu’elles capturent en les enfumant et, si nécessaire, en les achevant avec des gourdins. Donc elles ne sont pas exclues du fait de donner la mort. Elles peuvent aussi chasser du gibier moyen comme des kangourous, des lamas ou des cerfs avec des chiens, des cordes et des massues, ainsi en Australie, en Terre de feu ou en Hokkaido5. Les hommes aussi peuvent les chasser mais eux utilisent des armes qui font couler le sang : lances, arcs et flèches. Enfin, les femmes peuvent participer à des chasses collectives dans le groupe qui rabat les animaux vers les chasseurs embusqués qui les attendent avec des armes de sang.

13Ce qui est en cause dans tous ces cas n’est pas de l’ordre d’une nature, d’une moindre mobilité des femmes ou de leurs handicaps passagers. C’est une croyance,  

  • 6 Françoise Héritier, « Le sang du guerrier et celui des femmes », L’Africaine, Les cahiers du GRIF, (...)

14Cet interdit culturel renvoie aux multiples précautions et rituels qui ont entouré le sang des femmes depuis des millénaires, le sang des femmes c’est-à-dire le sang spécifique aux femmes : celui de la parturition, de la virginité et surtout celui de la menstruation6.

15Très souvent durant ces écoulements périodiques les femmes sont confinées dans des lieux qui les séparent du groupe quelque temps. Les exemples d’interdits ou de croyance en l’action maléfique du sang menstruel sont légions.

  • 7 Sur les interdits liés à la menstruation, James Georges Frazer a recueilli des dizaines d’exemples (...)

16Pour les Inuit (Nord Alaska) si une fille, lors de ses premières règles, touche une arme, celle-ci n’aura plus aucune efficacité. Chez les Tiwi d’Afrique centrale la femme devait observer un certain nombre d’interdits pendant ses périodes menstruelles. En particulier elle ne devait pas enjamber les lances ou les bâtons de jet, sinon ces projectiles ne seraient plus allés en ligne droite. Dans la plupart des cultures d’Amérique du Sud, si un homme a des rapports sexuels avec une femme pendant ses règles, il devient inefficace à la chasse7.   

17La norme qui impose de séparer les femmes et la chasse est partout à son maximum au cours des périodes menstruelles. Mais l’interdit tend à s’élargir et concerne toutes les femmes qui risquent de saigner, autrement dit qui ne sont ni pré-pubères ni ménopausées. Ainsi chez les Guyaki étudiés par Pierre Clastres, si une femme s’avise de saisir un arc elle attire sur son propriétaire le pané, c’est-à-dire la malchance à la chasse. Dans la même logique, dans de nombreux groupes de chasseurs-cueilleurs, les chasseurs s’abstiennent de tout rapport sexuel avec une femme avant la chasse.

  • 8 Sur l’ensemble de la démonstration nous renvoyons à Testart (1986) et (2014-chap.3). L’auteur fait (...)

18Toutes ces pratiques d’évitement organisent une pseudo évidence : l’incompatibilité entre le sang qui s’écoule des femmes ou pourrait s’en écouler et le sang des animaux. Ces deux sangs ne doivent pas entrer en rapport même médiatisés par les hommes et leurs armes. La contre-épreuve de la force de cette croyance se trouve dans le fait que si l’un des écoulements fait défaut, il n’y a plus de cumul et plus de problème. Ainsi, la chasse non sanglante peut être féminine et les femmes éloignées du sang (pré-pubère, ménopausées) peuvent avoir plus de place à la chasse sanglante8.

  • 9 Depuis les travaux de Henri A. Junod, Mœurs et coutumes des Bantous, 2 tomes, Payot Paris, 1936, p (...)

19La force de cette idéologie du sang ne concerne pas seulement le rapport femmes/chasses mais les hommes eux-mêmes : ceux qui ont tué d’autres hommes (légitimement ou non) ou les initiés qui ont subi des mutilations sexuelles sanglantes doivent être séparés de la chasse pendant quelques temps9. Il s’agit, ici encore, d’introduire des différences dans le flux sanguin et de maintenir un écart entre sang de la guerre ou du meurtre, flux menstruel et sang de la chasse.  

20Revenons aux rapports entre les femmes et la chasse, on peut les présenter sous la forme d’une loi mise en forme par Lucien Scubla (à partir des travaux d’A. Testart). Dans toute société : si la chasse est la prérogative d’un des deux sexes, c’est toujours une activité masculine ; si les deux sexes sont admis à la chasse, mais que la mise à mort est réservée à l’un d’entre eux, c’est toujours aux hommes qu’elle est dévolue, jamais aux femmes ; si les femmes sont autorisées à tuer le gibier mais que l’un des deux sexes seulement peut utiliser les armes qui font couler le sang, c’est l’homme qui en aura le monopole, alors que les femmes pourront seulement assommer les animaux ou les enfumer sans verser le sang.

  • 10 Lucien Scubla, op. cit., p. 277.

21« Le principe de répartition est facile à identifier, il s’agit toujours de séparer le sang d’avec le sang, de maintenir la plus grande distance possible entre le sang menstruel, spontanément versé par les femmes, et le sang du gibier, délibérément versé par le chasseur. Ces deux sangs peuvent se rapprocher, ils ne peuvent jamais coïncider »10.

Les religions et le sang des femmes

22Les religions antiques (pour nous en tenir à l’Occident) sont des religions à sacrifices. Le même interdit qu’à la chasse y pèse sur les femmes. Comme elles ne peuvent pas manier le couteau qui fait jaillir le sang, le rôle de prêtre sacrificateur leur est fermé. Ce n’est pas qu’elles soient exclues de la religion, elles peuvent offrir un sacrifice, fournir l’animal, décider de la raison du sacrifice etc.

23Le cas est patent à Athènes avec les Thesmophories. Cette fête religieuse se déroule sur trois à dix jours et elle est réservée strictement aux femmes, au moment des semailles d’automne. Démeter y est vénérée en tant que déesse de l’agriculture, de la fertilité et du mariage. Au cours des fêtes deux rites de mort sont pratiqués. Le premier revient à précipiter des cochons de lait vivants dans des fosses, les femmes le font elles-mêmes (rite non sanglant). Le second consiste en un sacrifice sanglant d’un bœuf à Démeter ; comme cela est interdit aux femmes, elles font pénétrer un court instant et discrètement un homme pour égorger la victime et les rites continuent entre femmes.

24Examinons maintenant ce qui en est dans les religions abrahamiques.

25Dans la religion catholique les femmes ne peuvent être ordonnées prêtres. La raison la plus profonde de cette exclusion est à chercher dans l’idéologie du sang. Cette religion a aboli tous les sacrifices sauf un. Elle conserve l’idée que le Christ s’est sacrifié sur la croix et depuis le Haut Moyen-Âge elle professe que dans l’Eucharistie le pain et le vin que manipule le prêtre officiant deviennent le corps et le sang du Christ, en réalité, en substance. Prétendre que ce pain et ce vin ne seraient que des symboles de la présence divine a pu constituer au cours des siècles une hérésie très gravement punie par le bûcher. Ce rite de « transsubstantiation » autour du sang du Christ est un des plus fondamentaux de cette religion, c’est sa logique qui exclut les femmes de la prêtrise : Il n’est pas possible qu’une femme, marquée par un autre sang, participe à la réapparition du sang qui a coulé pour nous. Le sang du Christ ne peut être confondu avec celui des femmes.

26La même symbolique a pu régler l’accès des femmes aux espaces ecclésiaux. Elles pouvaient circuler dans toutes les parties d’’une église, sauf une : le chœur, lieu de la transformation du vin en sang. Au plus proche du sang du Christ on trouve donc exclusivement des hommes, dans la périphérie du chœur, des membres du clergé et possiblement des femmes. Au plus lointain des fidèles, sans distinguer femmes et hommes.

27Les canons de l’église catholique ont leur cohérence. Les femmes peuvent être moniales, mère supérieure et même abbesses mais chaque messe de leur ordre doit être dite par un homme, seul habilité à traiter du sang du Christ.

28Le contre-exemple est fourni par les églises protestantes. Leur signe distinctif (église anglicane mise à part) est qu’elles rejettent le dogme de la transsubstantiation, n’y voyant qu’un simple acte de commémoration. Chez elles, les expressions « le sang du Christ », « buvez ce vin » etc. tout cela est traité comme de simples métaphores, souvenirs de la dernière semaine du Christ. D’où une exclusion des femmes moins rigoureuse que dans le catholicisme. Ces églises ont admis depuis longtemps que les pasteurs puissent être mariés, elles acceptent aujourd’hui couramment que des femmes accèdent au statut de pasteur.

29La participation féminine dans la religion comme dans la chasse va croissant dans la mesure où l’on s’éloigne de la question clef du sang. Ainsi dans les trois religions du Livre, la femme est marquée par le sang qu’elle peut perdre, mais la marque est à son intensité maximale dans les périodes où ce sang s’écoule effectivement. Dans ces cas la machine symbolique s’emballe avec des gradations diverses. Dans le catholicisme les femmes « indisposées » devaient éviter de pénétrer dans les sanctuaires, sur l’assistance aux messes les sources sont imprécises. Par contre, pendant les quarante jours qui suivaient l’accouchement, elles ne devaient pas rentrer dans les églises jusqu’au rite des « relevailles », par lequel elles étaient symboliquement séparées de leur période sanglante et réintégrées dans le lot ordinaire des fidèles. En Bretagne, en Alsace, au Québec avec une logique impeccable, le rite devait être pratiqué hors de l’église.

30Ces quarante jours de provenance hébraïque ont été observés par Marie qui ne pouvait venir présenter son fils au Temple plus tôt. La loi dit quarante jours pour un fils mais elle ajoute imperturbablement : quatre-vingts jours pour une fille. Celle-ci est marquée par le sang futur qui s’épanchera d’elle. Il faut donc observer des relevailles doubles. À l’heure actuelle des milliers de femmes en Israël et ailleurs se complaisent dans le respect de ce rite.

31Pour certaines branches de l’église orthodoxe, les femmes menstruées peuvent assister à l’office mais elles doivent se garder de la communion. Lors des baptêmes de rite grec les petits garçons passent quelques instants derrière l’iconostase comme les prêtres mâles mais les petites filles en voie d’être « impures » restent à l’extérieur.

  • 11 Les lois liées à la menstruation imposent une stricte séparation d’avec le mari pendant sept jours (...)

32L’ancienne religion hébraïque interdisait explicitement aux femmes qui ont leurs règles de pénétrer dans le Temple. Aujourd’hui encore, le judaïsme prescrit un rituel de « purification » assez lourd après chaque période menstruelle11. Jusqu’à ces dernières années les femmes juives étaient exclues aussi radicalement du rabbinat que les catholiques de la prêtrise. Il n’y a pourtant plus de sacrifice sanglant dans le judaïsme moderne mais il y en a eu dans toute l’Antiquité et les sacrificateurs ne pouvaient être que masculins.

  • 12 Malek Chebel, Encyclopédie de l’amour en Islam. Erotisme, beauté et sexualité ans le monde arabe, (...)

33En islam, une femme menstruée ne peut ni prier, ni écouter un sermon dans une mosquée. Le sacrifice du mouton, lors de l’Aïd el kebir, lui est interdit avec toutefois une autorisation en cas d’absence d’homme pour le faire. Mais l’opinio communis est bien traduite par le dicton kabyle : » Ce que femme égorge n’est pas immolé licitement »12.

34On remarquera, avec Alain Testart, que les prêtres eux-mêmes sont généralement frappés d’interdits analogues à ceux des meurtriers. Ils ne peuvent pas porter des armes, ni aller à la guerre ou à la chasse, ni être chirurgien ou bourreau. Le sang sacré qu’ils administrent doit être séparé du sang des femmes, de celui de la chasse et de celui de la violence.

  • 13 Lucien Scubla, op. cit.

35Quant au domaine religieux on pourra énoncer une nouvelle loi avec Lucien Scubla : « Dans toute société, si les activités rituelles sont réservées à l’un des deux sexes, c’est toujours aux hommes ; si les femmes peuvent exercer certaines fonctions cérémonielles, mais pas toutes, ce sont les rites sanglants et notamment les sacrifices qui leur sont interdits… ; si elles peuvent organiser des sacrifices, mais sans que les deux sexes puissent participer à toutes les opérations rituelles, l’immolation sera réservée aux hommes ; si elles peuvent faire des sacrifices sanglants, cela leur est interdit avant la ménopause ou en période menstruelle »13.

Les femmes et la violence

36Des travaux de Françoise Héritier et singulièrement d’Alain Testart sur la construction socioculturelle des sexes, on peut tirer deux conclusions.

  • 14 On doit à Laura Levi Makarius, Le sacré et la violation des interdits, Paris, Payot, 1974, la mise (...)

371 – La mise en série cohérente de faits prélevés tout au long de l’histoire humaine révèle, sur une durée immense, la prégnance d’une idéologie du sang qui a saisi l’humanité14. Le sang a servi de fil conducteur aux civilisations anciennes pour séparer des domaines de l’expérience qu’elles ont senti comme dangereusement proches. En jouant sur un signifiant unique, le sang, elles ont marqué des différences, délimités des signifiés à leurs yeux insubstituables. L’idéologie du sang, avec d’autres vecteurs, a permis d’instaurer trois séparations :

a) femmes/hommes

38Tout se passe comme s’il fallait effacer la commune mesure entre le sang qui coule spontanément et celui qui coule volontairement et comme s’il fallait séparer pratiquement et symboliquement les femmes du couteau qui fait jaillir le sang. En réservant aux hommes la castration sous toutes ses formes il s’agissait de préserver le monde de la procréation de la violence du sang.

b) sang du meurtre/sang de la chasse

39Le second peut toujours être excusé. Dans les religions animistes les plus inquiètes de notre proximité avec les animaux les chamans peuvent négocier avec les maîtres des bêtes qui en libéreront quelques-unes pour nous servir de nourriture. Le premier est terrible, quelque part inexpiable avec l’âme du mort qui ne cessera de poursuivre son meurtrier.

c) sang du sacrifice/» autres » sangs

40Dans le rite religieux le sang coule, comme dans le meurtre, la chasse, la guerre, c’est là sa dangereuse ambiguïté. Mais dans le sacrifice rituel, il coule pour le bien. Les flots sur l’autel viennent honorer la divinité, lui montrer le respect que l’on éprouve pour elle. Il s’écoule encore du bouc émissaire chargé des péchés de la communauté, et dont l’expulsion régénère et pacifie les rapports entre les sacrifiants : le sang du sacrifice est source de paix. Comme disent les girardiens, il « contient » la violence : au sens où il implique la mise à mort d’une victime, mais aussi, en tournant la société vers le respect des dieux et la paix, au sens où il borne la violence.

41Cette idéologie des sociétés anciennes a perdu aujourd’hui son pouvoir mais elle laisse des traces. Comment les femmes contemporaines peuvent-elles en lire l’histoire ?

422 – Une certaine manière de faire du sens est aujourd’hui abolie. Nous le devons au bienfaisant « désenchantement du monde ». Rappelez-vous, dit Descartes au Père Mersenne, que « la Nature n’est pas une déesse ». Je transcris : il n’y a plus à chercher de sens là où il n’y en a pas ; ainsi les règles n’ont aucun sens, aucun vouloir dire, aucune raison d’être en conflit avec une autre donnée de l’expérience culturelle. « Nulle n’entre ici si elle a ses règles » est désormais inaudible.

43Reste néanmoins un aspect des antiques interdits plus difficile à liquider. En filigrane, derrière l’antinomie imposée entre l’effusion volontaire de sang et les femmes, il y avait aussi l’idée de créer dans chaque société un sanctuaire moins exposé à la mort que le domaine réservé aux hommes. Désormais cette disposition se fissure, mais très lentement comme si avec cette affaire de genre, l’humanité se plaisait à garder deux fers au chaud : les hommes s’exposent aux avant-postes de la violence, tandis que les femmes y entrent, mais à reculons. Moment ambigu où la violence ne leur est plus interdite alors qu’elles gardent leur statut de barrière à son déferlement.  

Haut de page

Notes

1 Alain Testart vient de nous quitter. Ce grand chercheur travaillait depuis une bonne vingtaine d’année sur l’anthropologie de la division sexuelle du travail. Lui qui s’était attaché à découvrir les raisons culturelles qui interdis(ai)ent certains métiers aux femmes, avait envisagé un temps, par dérision critique, de publier ses recherches sous le titre « Ce n’est pas un travail de femme ». Cette présentation lui rend hommage, on trouvera dans les notes qui suivent les références à ses travaux.

2 Alain Testart, L’amazone et la cuisinière, anthropologie de la division sexuelle du travail (2014), NRF p. 108-110.  

3 Pour clarifier notre propos nous introduirons les distinctions suivantes entre sexe, genre et sexualité. Par « sexe » (stricto sensu) j’entendrai des différences anatomo-physiologiques qui distinguent la femelle et le mâle : c’est le sexe biologique. Aux deux sexes sont associés des comportements et des psychismes, sous l’emprise de la socialisation et de l’éducation différenciées : c’est le sexe comme « genre ». Le fait de vivre ces complexes de sexe et de genre dans des rapports de désir avec autrui ressortit à la « sexualité ». Cf. Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités (2008), Paris, PUF.

4 Ernestine Friedl, Women and men: An anthropologist’s view (1975), New York, Holt, Rinehart and Winston. P. Tabet, « Les mains, les outils, les armes » (1979), L’Homme 19 (3-4), Paris. On trouvera chez Alain Testart, Essai sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs (1986), EHESS, Paris, une discussion étendue d’E. Friedl.  

5 En 1938, Arlette et André Leroi-Gourhan avaient remarqué qu’en Hokkaido, « les femmes [Aïnous] ont le droit de chasser un cerf si elles ne se servent que d’un bâton, il leur est interdit d’utiliser l’arc. Elles peuvent essayer d’attraper l’animal grâce à une corde lancée autour du cou ou des bois et, s’il traverse une rivière, il est relativement facile de le hâler et de le tuer au gourdin », Un voyage chez les Aïnous, Albin Michel, 1989.

6 Françoise Héritier, « Le sang du guerrier et celui des femmes », L’Africaine, Les cahiers du GRIF, 1984 ; « La valence différentielle des sexes au fondement de la société ? », Journal des anthropologues n°45, sept 1991.  

7 Sur les interdits liés à la menstruation, James Georges Frazer a recueilli des dizaines d’exemples : Le Rameau d’or, 4 vol. Robert Laffont, 1981-84, T. 1, p. 542 et s.

8 Sur l’ensemble de la démonstration nous renvoyons à Testart (1986) et (2014-chap.3). L’auteur fait remarquer que si les Grecs ont fait d’Artémis, la déesse de la Chasse, ils ont bien marqué qu’elle défendait farouchement sa virginité. Elle ne connaissait donc ni le sang de la virginité ni celui de l’enfantement comme si décidément ces sangs de déesse ne pouvaient se fondre avec celui de la chasse.  On doit à Françoise Héritier la notion de séparation des semblables. Dans un article de 1979, « Symbolique de l’inceste et de sa prohibition » in M. Izard et P. Smith (éds), La fonction symbolique, Paris, Gallimard, p. 209-243, elle avait montré que pour bâtir une théorie de l’inceste plus générale que celle de Lévi-Strauss, il était indispensable d’associer au principe de réciprocité du structuralisme lévi-straussien un principe de non cumul, ou de non redoublement de l’identique. Comme le remarque Lucien Scubla, Lire Lévi-Strauss (1998), Odile Jacob, Paris, p. 276-77 : » Elle avait tout de suite pressenti que la portée de ce principe s’étendait bien au-delà des interdits matrimoniaux de non-renouvellement de l’alliance, et qu’elle était vraisemblablement universelle. Or, Alain Testart montrait [dès 1986] que le principe de Françoise Héritier s’appliquait à « l’idéologie du sang » qui accompagne les pratiques cynégétiques.

9 Depuis les travaux de Henri A. Junod, Mœurs et coutumes des Bantous, 2 tomes, Payot Paris, 1936, p. 443-447, l’anthropologie de l’Afrique de l’Ouest a bien mis en valeur les interdits issus du sang versé, cf. Michel Cartry, « La dette sacrificielle du meurtrier dans les sociétés des bassins des Volta » in Destins de meurtriers, Systèmes de pensée en Afrique Noire, 1996, EPHESS.

10 Lucien Scubla, op. cit., p. 277.

11 Les lois liées à la menstruation imposent une stricte séparation d’avec le mari pendant sept jours après les règles jusqu’à l’immersion complète dans un bain spécial. Sur l’ensemble de ces interdits : Evyatar Marienberg, Niddah Lorsque les juifs conceptualisent la menstruation, Les Belles lettres, Paris 2003.

12 Malek Chebel, Encyclopédie de l’amour en Islam. Erotisme, beauté et sexualité ans le monde arabe, en Perse et en Turquie, Payot, Paris, 2° éd. 2003.

13 Lucien Scubla, op. cit.

14 On doit à Laura Levi Makarius, Le sacré et la violation des interdits, Paris, Payot, 1974, la mise en évidence de la force de cette idéologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Courtois, « « Ce n’est pas un travail de femme ! » », Droit et cultures, 69 | 2015, 273-281.

Référence électronique

Gérard Courtois, « « Ce n’est pas un travail de femme ! » », Droit et cultures [En ligne], 69 | 2015-1, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/3589

Haut de page

Auteur

Gérard Courtois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals