Navigation – Plan du site

Les traces archéologiques des pillages de tombes

Archeological Evidences of Plundering in Egyptian Tombs
Bénédicte Lhoyer

Résumés

Les techniques de fouilles modernes permettent de mettre en lumière non seulement les artefacts retrouvés mais également les traces de profanation. Malgré la mise en place de systèmes de sécurité, les voleurs ont souvent fait preuve d’audace et de compétence pour parvenir au trésor funéraire. Certaines « scènes de crime » sont ainsi restées figées pendant des millénaires. Elles sont les témoins muets de cette activité illégale qui a sévi tout au long de l’histoire antique. Si les objets recherchés étaient les mêmes (bijoux, métal, onguent ou cosmétiques), les techniques d’effraction ont évolué de conserve avec l’architecture. Des pyramides aux étroits loculi d’Alexandrie, des outils, traces de pas ou de doigts, des trous et des galeries sont les preuves irréfutables d’une effraction. Les papyrus de la fin du Nouvel Empire sont également riches en renseignements concernant le statut social des voleurs, leurs relations et leurs façons d’écouler le butin.

Haut de page

Texte intégral

La lumière qui désormais éclairait la porte entièrerévéla ce qui jusqu’ici avait échappé à notre attention : par deux fois une partie de la porte avait été ouverte et refermée…Ainsi, la tombe n’était pas totalement intacte, comme nous l’avions espéré. Des pilleurs y avaient pénétré, et ce à plusieurs reprises…
Howard Carter

« Voyez-vous quelque chose ? » « Oui, des merveilles ! »

1Cet échange entre Lord Carnarvon et Howard Carter est entré dans la légende des grandes découvertes archéologiques du XXe siècle. Il faut imaginer, en ce dimanche 26 novembre 1922, l’excitation et la tension qui ont dû traverser le fouilleur lorsque la lumière a révélé les objets déposés dans l’antichambre presque 3250 ans plus tôt.

2Une telle trouvaille reste exceptionnelle. Combien d’archéologues peuvent se targuer d’avoir pu entrer dans une tombe inviolée ? Le plus souvent, des pilleurs de toute époque sont venus perturber les sites, parfois quelques jours – ou seulement quelques heures ? – après l’inhumation. Manifestement, certains morts ont à peine eu le temps de profiter d’un repos qui devait être éternel.

  • 1 F.Janot, Enquête dans la nécropole de Saqqara, Le nouveau mystère de la « Chambre Jaune », Collecti (...)

3Comme le souligne judicieusement Francis Janot : « Il y a certainement beaucoup à apprendre des gestes et des méthodes des pillards. Souvent mise en lumière lors de la fouille, leur astuce technique n’est jamais décrite, ni intégrée dans les publications archéologiques, alors qu’elle participe pleinement à la modification des actions réalisées par les intervenants précédents. De plus, les traces révélées sont porteuses de renseignements précis sur la psychologie, l’ingéniosité et l’état sanitaire du pilleur. Une archéologie descriptive des pillards, de leurs gestes et de leurs méthodes, serait à initier »1.

  • 2   P. Ehlebracht, Sauvez les pyramides ! 5000 ans de pillage en Égypte, Paris, Robert Laffont, 1981.

4C’est dans cet esprit que nous souhaitons ici mettre en lumière des exemples qui nous semblent avoir été préservés, des « scènes de crime » gelées pendant au moins 2000 ans. La difficulté d’une telle étude repose sur la date des pillages, souvent difficile à cerner. De plus, une même tombe a pu subir une succession de vols jusqu’à aujourd’hui2. Discerner les différentes phases de perturbation est une tâche compliquée, mais qui n’est pas impossible.

  • 3   Voir notamment The Valley of the Kings de Robert Pirosh (1954) et Il sepolcro dei Re de Fernando (...)

5Le terme « pillage » évoque dans l’opinion générale l’idée d’une bande de mécréants, bandits ou renégats, s’attaquant à des morts respectables. Les grandes productions hollywoodiennes et italiennes3 des années 1950 et 60 ont d’ailleurs exploité ce filon, qui s’est avéré un temps très rentable. Ainsi, à grands renforts de plans serrés, voyons-nous un gang de lascars se faufilant, à la lueur des torches, jusqu’au sarcophage en or massif au fond d’une pyramide. L’idée qui se dégage, et qui était aussi ancrée chez les Anciens Égyptiens, est celle d’une situation idyllique qui se dégrade peu à peu et dont les morts comme les vivants finissent par faire les frais. Mais les circonstances s’avèrent en réalité plus compliquées.

  • 4 D. Meeks, « Pureté et purification en Égypte », Dictionnaire de la Bible, Supplément IX, Paris, 19 (...)

6Pénétrer dans un espace aussi sacré qu’une tombe est un crime grave. Ce territoire, destiné à être la dernière demeure du défunt, devait rester à l’abri de toute action extérieure afin de rester pur, être comme suspendu hors du temps4. De multiples traces d’effraction nous renvoient donc à l’étude de cette faute que nous caractérisons de nos jours par les expressions « profanation ou violation de sépulture » et « atteinte à l’intégrité d’un cadavre ».

La nécessité d’un trousseau funéraire

7L’existence du pillage est corrélée à la présence d’objets dans les tombes, qu’ils soient utilitaires ou monétaires. La croyance en la survie après la mort qui se développa dès les débuts de la culture Nagada (vers 3800 avant J.-C.) entraîna la présence d’un mobilier pour accompagner le défunt et participer à sa survie post-mortem. Ces offrandes, modestes ou pas, ont consisté en divers simulacres, parures, objets cosmétiques, vêtements, contenants, armes, outils ou encore instruments rituels.

  • 5 P. Vernus, Affaires et scandales sous les Ramsès, Paris, Pygmalion, 1993, p. 13. Voir également B. (...)
  • 6 Toutânkhamon a ainsi emporté dans sa tombe des paniers ou jarres en terre contenant – entre autres (...)
  • 7   Voir entre autres le modèle d’oie plumée et troussée en calcaire de l’Ancien Empire (E 16262) ou (...)

8Au fur et à mesure que les croyances se développèrent, l’élaboration de la tombe se complexifia jusqu’à atteindre des proportions gigantesques pour certains hauts personnages. En effet, des conditions impératives régissaient cette survie que Pascal Vernus a synthétisées en quelques points5. Tout d’abord, il y a l’idée d’un corps devant être protégé et préservé des éléments extérieurs de façon matérielle (par la momification et par la tombe principalement). Puis viennent les rites ou rituels complexes exécutés le jour des funérailles – et aussi longtemps que possible après – par un personnel compétent afin d’éviter une deuxième extinction du défunt. Enfin, la tombe doit contenir tout un ensemble d’objets ayant à la fois pour but de pérenniser les effets des formules funéraires prononcées par le prêtre ritualiste, de restituer la position sociale grâce à un mobilier idoine, et enfin d’assurer la satisfaction des besoins alimentaires. D’où la présence de nourriture, véritable6 ou factice7, dans les tombeaux.

  • 8 Le coût moyen d’un enterrement a été esquissé dans l’exposition « Les Portes du Ciel » qui s’est t (...)

9Sachant que l’efficacité de ces objets était mesurée à l’aune de leur perfection, on comprend aisément pourquoi tant d’attention a pu leur être accordée. Ce qui explique sans doute le coût d’une inhumation8.

  • 9 Kha fut responsable des travaux dans la nécropole thébaine sous les règnes d’Amenhotep II, Thoutmo (...)
  • 10 Il s’agit de la TT (abréviation couramment utilisée pour « tombe thébaine ») 8 à Deir el-Médineh. (...)

10Ces démonstrations de puissance et de richesses ne pouvaient qu’exciter la convoitise. Et les tombes réellement inviolées, sans aucune trace de perturbation comme celle de l’architecte Kha du Nouvel Empire9 découverte en 1906 par Ernesto Schiaparelli10, sont des exceptions notables. Elles nous laissent imaginer toute l’étendue de l’équipement funéraire à l’apogée de la civilisation.

  • 11   W. Grajetzki, Burial Customs in Ancient Egypt: Life in Death for Rich and Poor, London, Duckworth (...)

11Est-ce pour cette raison que le trousseau changea à l’orée de la Troisième Période intermédiaire ? Les amulettes, statuettes de divinités funéraires et des stèles remplacèrent peu à peu les objets usuels en métal11. Il est probable que l’évolution des mentalités et le développement des textes funéraires aient pris en compte le risque de pillage qui était bien connu.

  • 12   Ce papyrus est conservé au Rijksmuseum van Oudheden à Leyde sous le numéro d’inventaire AMS 27 (a (...)
  • 13 P. Vernus, Affaires et scandales sous les Ramsès, Paris, 1993, p. 16.

12Pendant de nombreuses années, l’idée qui prédominait en égyptologie était que la situation politique égyptienne devenue instable entraînait systématiquement le pillage des tombeaux de l’élite. Il s’agissait alors d’une réaction « normale » face à la montée des troubles, sorte d’exutoire de la population envers les puissants. Le célèbre texte intitulé Les lamentations d’Ipouour12 semble refléter cet état des lieux à la Première Période intermédiaire (2200 - 2050 avant J.-C.) : « Ce qu’une pyramide avait celé en est arrivé à être vidé… Hélas, ceux qui avaient séjourné dans une officine d’embaumement sont mis sur le djebel… Voyez, ceux qui possédaient des chambres funéraires sont jetés sur le djebel, et celui qui ne pouvait acquérir une sépulture est possesseur d’une ‘maison blanche’« . (Traduction de P. Vernus)13. Ce « renversement des valeurs » (selon P. Vernus), au propre comme au figuré, pouvait servir de point de départ au pillage des pyramides. Cette hypothèse est aujourd’hui battue en brèche grâce à l’étude des textes, à l’archéologie et aux techniques de fouilles de plus en plus perfectionnées.

Les premières traces de pillage de tombes : l’exemple d’Adaïma

  • 14 E. Crubézy, T. Janin, B. Midant-Reynes, Adaïma 2. La nécropole prédynastique, FIFAO 47, Le Caire, (...)
  • 15   Ibid., p. 441-442.

13Fouillé par l’Ifao, le site d’Adaïma14 en Haute Égypte, au nord d’El-Kab, est un bon exemple de pillages de l’ère nagadienne. D’après Béatrix Midant-Reynes, sur l’ensemble des tombes fouillées, seules 10 % étaient intactes. 59 % étaient tellement remaniées que les études des pratiques funéraires furent quasiment impossibles à mener15. Selon leurs constatations, un nombre important de tombes fut attaqué de trois à trente ans après l’enterrement des sujets.

  • 16 Voir les types 3 et 4 élaborés par l’équipe de B. Midant-Reynes.

14Cependant, la majorité des pillages s’est révélée partielle. Manifestement, la « fouille » avait eu lieu très rapidement, en enfouissant les mains dans le sable jusqu’à atteindre un objet par exploration, ou pour saisir le crâne afin d’extirper le corps pour mieux s’emparer des bijoux. Grâce à l’archéologie expérimentale, on sait que quelques minutes seulement suffisent à une personne bien entraînée pour « visiter » une tombe sans qu’aucune trace ne soit visible à l’extérieur. À partir de ce constat, deux hypothèses sont possibles : soit les personnes incriminées avaient assisté à l’inhumation – et donc savaient parfaitement la localisation des biens précieux, soit elles étaient absentes mais connaissaient bien l’organisation « classique » d’une tombe. Dans le premier cas, il s’avère que la pioche a été l’outil de prédilection des pillards. En effet, des traces de piochage ont pu être constatées sur plusieurs corps, certains os ayant été sectionnés net par les coups, ou sur des coffres pour récupérer le cuivre déposé à l’intérieur. Si aucun outil de ce type n’a été retrouvé sur place, il n’en est pas de même pour les « pelles » : à savoir des panses de céramique provenant des tombes précédemment pillées et qui avaient été rejetés par les voleurs. Ces objets ont pu servir dans le cas de tombes anciennes, contenant un cadavre totalement décomposé à l’intérieur. En retirant le sable à grands mouvements, les voleurs ne prirent parfois aucune précaution pour rester discrets. Assurément, ils œuvrèrent par équipe pendant au moins une demi-heure pour atteindre les corps les plus enfouis16. Les contemporains avaient donc sûrement constaté les dégâts de visu.

15Plus les enterrements devinrent complexes, plus la fréquence des pillages augmenta. Ainsi, presque 50 % des tombes peu ou non pillées datent de Nagada I (3800 – 3500 avant J.-C.) ou de Nagada II (3500 – 3300 avant J.-C.). A contrario, les tombes intactes datant de la dynastie 0 (3250 – 3100 avant J.-C.), plus fournies en matériel funéraire, sont rarissimes. Il faut toutefois prendre en compte le fait que des tempêtes ou des vents violents ont également pu entraîner la réapparition de sépultures bien dotées. Quelques cas de réenfouissements sont à signaler.

  • 17   B. Midant-Reynes, Aux origines de l’Égypte, du Néolithique à l’émergence de l’État, Paris, Fayard (...)

16Deux exemples vont particulièrement nous intéresser : la tombe S55 et S2417.

17La tombe S55 est un cas emblématique, puisque seuls les os des membres inférieurs sont restés dans leur position d’origine, c’est-à-dire fléchies. Tout le reste fut déplacé, mais dans une zone circonscrite. Les voleurs recherchaient sans doute les parures, minéraux précieux ou les cosmétiques disposés sur ou très près du corps, étant donné que les céramiques voisines n’ont quasiment pas été touchées.

18Quant à la tombe S24, Béatrix Midant-Reynes la qualifie de « pillage réussi » : tous les os sont bien dans la zone d’inhumation et la perturbation est indécelable de l’extérieur, mais certains objets ont échappé à la vigilance des voleurs. C’est ainsi qu’une palette à fard en grauwacke, objet de prestige, a pu parvenir jusqu’à nous, dissimulée sous une poterie à 10 cm sous la natte du défunt. Des traces d’oxydation de cuivre ont été décelées sur cette dernière ainsi que sur un coffre. Cette sépulture n’a donc pas été pillée sur-le-champ, puisque le métal s’est lentement oxydé jusqu’à laisser ce type de marques. Selon toute vraisemblance, le cuivre a été la cible principale de l’attaque.

Les premières tombes de rois, des cibles idéales

19Le site d’Abydos, à la frontière entre la Haute et la Moyenne Égypte, constitue le premier cimetière des « proto-rois » de la fin de Nagada II et de la dynastie 0 (3250 - 3100 avant J.-C.), ainsi que des souverains de deux dynasties thinites (3100 – 2700 avant notre ère).

  • 18 W. M. F. Petrie, The Royal Tombs of the Earliest Dynasties, Part II, London, 1901, Pl. LXIII.

20La tombe en briques crues du roi Khâsekhemouy, de la fin de la IIe dynastie se situe à Oumm el-Qaab. Tout en longueur, de presque 69 mètres pour 12,20 mètres de large, elle prend la forme d’un long couloir desservant 58 chambres d’offrandes. Des céramiques contenant de la nourriture y ont été laissées mais une très grande partie du trésor a disparu. Toutefois, quelques objets exceptionnels étaient encore en place lorsqu’ils furent retrouvés par Émile Amélineau en 1896-1897, puis par Flinders Petrie en 1901. En effet, un pan de mur d’une salle d’offrandes s’est effondré sur le mobilier qui était entreposé à cet endroit. L’étendue des dégâts était si conséquente que les voleurs n’ont pas cherché à dégager cette pièce. Cela aurait entraîné des efforts considérables et le risque d’être pris en flagrant délit. Les archéologues ont pu donc découvrir des vases en pierre (dolomite, brèche ou grès) et des outils ou récipients en cuivre18.

  • 19 Voir notamment les vases JdE 34941 et JdE 34942 au musée du Caire, et les objets UC 8568 (washing (...)

21Ces œuvres sont aujourd’hui conservées au musée national égyptien du Caire et au Petrie Museum19 à Londres, mais on ignore toujours la date précise du pillage.

Les experts en creusement de tunnels

  • 20 J.-P. Lauer, Les Pyramides de Sakkara, Bibliothèque Générale 47, IFAO, Le Caire, 2015, p. 21 : « O (...)

22La construction de pyramide, inaugurée par Djéser à la IIIe dynastie, a modifié le profil des pilleurs. Au lieu de sable et d’une tombe au plan reconnaissable, il leur a fallu prendre en compte des dimensions nouvelles, la nécessité d’un équipement adapté et d’une connaissance notable de l’infrastructure. Ainsi, chez Djéser, au lieu d’attaquer le bouchon de granit de 3,5 tonnes qui obstruait le puits central de 28 mètres de profondeur, les pilleurs ont choisi de creuser un étroit passage dans le substrat de calcaire, plus tendre, et de descendre progressivement jusqu’aux appartements royaux20. Un tel travail a forcément nécessité quelques semaines et l’utilisation d’outils adaptés, donc manipulés par des gens ayant les compétences physiques et techniques. L’hypothèse d’une bande d’amateurs n’est donc pas recevable. Malgré tout, le pillage a peut-être tourné court puisqu’en 1821, lorsqu’Heinrich Menu von Minutoli explora la pyramide, il découvrit dans une galerie les restes d’une momie dont le crâne était recouvert d’une feuille d’or et dont les pieds étaient chaussés de sandales dorées. Fut-elle abandonnée là dans la panique ? Étaient-ce les restes de Djéser ? Il est impossible de le déterminer puisque la majorité des trouvailles de cet explorateur allemand fit naufrage à l’embouchure de l’Elbe, lors d’une tempête, le 12 mars 1822. Par ailleurs, il faut souligner que la pyramide de Djéser connut des phases de construction plus tardives quand, à partir de la XXVIe dynastie (vers 664 avant notre ère), des galeries souterraines furent creusées pour y abriter des rituels spécifiques.

  • 21 M. Lehner, Ibid., p. 40.

23La pyramide de Khéops, sur le plateau de Gizeh, a subi le même type de déprédation que Djéser. L’entrée que les voleurs choisirent de creuser, quelques mètres en dessous de l’entrée originelle, leur a permis de contourner la descenderie, de remonter vers le passage ascendant jusqu’à déboucher juste après les grands bouchons de granit qui bloquaient l’accès. Il fallait donc connaître en amont leurs dimensions afin de déterminer un angle d’attaque. L’entrée des voleurs porte aujourd’hui le nom de « brèche d’Al-Ma’moun »21, du nom du souverain abbasside qui organisa l’exploration de la pyramide dans la première moitié du IXe siècle. Mais ce tombeau avait déjà été vidé depuis de nombreux siècles déjà, et il est probable que les explorateurs arabes aient exploité cette entrée déjà existante.

  • 22 Ibid., p. 181.

24Au Moyen Empire (2050-1700 avant J.-C.), la structure des pyramides évolua : les structures internes devinrent plus complexes et la brique s’imposa comme matériau principal. Seuls restèrent les appartements funéraires et le parement extérieur en pierre, qui fut progressivement arraché au fil des siècles au profit de constructions voisines. Le site d’Hawara, dans le Fayoum, fut choisi par le roi Amenemhat III pour y bâtir l’une de ses pyramides. La remontée de la nappe phréatique empêche la visite de la tombe mais Flinders Petrie, en 1888, a pu l’explorer et en tirer un plan22.

  • 23 The Egyptian Job/Braquage à l’égyptienne, 2010, réalisé par Nick Green, coproduit par France Télév (...)
  • 24 L’équipe réunie était composée de Deanne Bell (ingénieur en génie mécanique), Kasia Szpakowska (ég (...)
  • 25   Il s’agissait aussi pour nos voleurs d’éviter la vengeance du défunt en détruisant le support de (...)

25Selon toute vraisemblance, une fois dans la pyramide, les voleurs ont choisi d’explorer le premier couloir qui se présentait face à eux, passé les premières salles. Quand se sont-ils rendu compte qu’il s’agissait d’un cul-de-sac ? En tout cas, une exploration complète des murs par percussion – pour repérer les vides – les a menés dans le second couloir où ils ont pu dégager une partie du plafond pour atteindre le niveau supérieur. Une émission américaine réalisée en 201023 a choisi cette pyramide pour illustrer le phénomène du pillage, prenant le parti d’un docu-fiction. Des spécialistes24 ont été réunis pour reconstituer l’ensemble du « braquage ». Je ne suis pas d’accord avec l’une des hypothèses finales qui avançait que les voleurs avaient pu mettre le feu à la momie pour récupérer, après consumation, le métal précieux. Un incendie nécessite une certaine quantité d’oxygène, qu’il est impossible d’obtenir dans un endroit confiné. Ceux qui sont déjà entrés dans une pyramide savent bien que l’atmosphère y est souvent difficilement respirable. Les couloirs peuvent être étroits, la lumière inexistante. Déclencher un incendie, aussi petit soit-il, dans un tel espace conduirait à réduire l’oxygène pour obtenir du dioxyde et du monoxyde de carbone, en plus de diminuer la visibilité. À mon sens, ce type d’action25 n’est réalisable que dans une tombe plus modeste où la sortie est proche. Les pilleurs de la pyramide ont probablement dépouillé la momie « à sec », et les visiteurs successifs ont dû découper les membres avant de les disperser.

  • 26 J. Wegner, « Le complexe funéraire de Sésostris III à Abydos », in Sésostris III, pharaon de légen (...)

26Le roi Sésostris III, vers 1872-1854 avant J.-C., fit construire non seulement une pyramide à Dachour mais aussi un hypogée à Abydos, creusé à l’extrémité d’une chaîne rocheuse dénommée « la Montagne d’Anubis ». Il est aujourd’hui admis que Sésostris III y fut enterré. La fouille, menée par l’Université de Pennsylvanie sous la direction de Josef Wegner, a permis de nettoyer la tombe pour en dresser des plans précis26. Tout comme pour les pyramides de l’Ancien Empire, lorsque les voleurs sont arrivés devant le couloir bouché par des blocs de pierre dure, le contournement a été la solution retenue. Une galerie a été creusée dans le calcaire, au-dessus des blocs, débouchant immédiatement après ceux-ci. Une fois encore, soit les voleurs connaissaient la distance obstruée, soit leurs connaissances techniques étaient suffisantes pour déceler le bon point de sortie. La tradition du percement de tunnel s’était bien transmise.

  • 27 Ostracon de Deir el-Médineh, Cambridge, Fitzwilliam Museum, E.GA.432a.1943.

27Les pyramides n’ont pas été les seules cibles des pilleurs. Les mastabas, tombes des particuliers organisées en nécropole plus ou moins proche du complexe funéraire royal, furent visités eux aussi à toutes les époques. Des traces sont encore décelables dans le grand mastaba anonyme M17, sur le site de Meïdoum, datant de la IVe dynastie. Aujourd’hui encore, les visiteurs doivent emprunter le passage creusé par les voleurs au pied de la face sud et évoluer dans un espace réduit jusqu’à la chambre funéraire. Le sarcophage en calcaire de plusieurs tonnes est toujours là, le couvercle déplacé sous lequel se trouve, coincé, un maillet en bois. Ce type d’outil est bien connu en archéologie : on a pu le retrouver dans la tombe KV24 à Thèbes Ouest (tombe anonyme) ou représenté dans une scène de menuiserie de la tombe d’Ipouy (TT217) dans la vallée des nobles. Un ostracon du Nouvel Empire, conservé au Fitzwilliam Museum à Cambridge, présente le dessin d’un homme au profil rond maniant le ciseau et ce type de maillet27.

  • 28    V. Loret, « Les tombeaux de Thoutmès III et d’Aménophis II », Bulletin de l'Institut égyptien, s (...)

28En effet, les outils des voleurs sont parfois les seuls restes abandonnés sur place, ainsi que des balais, des cordages ou des torches28. On imagine aisément que les objets dérobés soient privilégiés au détriment de simples instruments facilement remplaçables.

Les voleurs d’hypogées

  • 29   R. Freed, L. M. Berman, D. M. Doxey, N. S. Picardo, The Secrets of Tomb 10A, Egypt 2000 BC, Bosto (...)

29Le site d’El-Bersheh, en Moyenne Égypte, s’est révélé particulièrement riche pour l’archéologie. Fouillée par Georges A. Reisner en avril 1915, la tombe 10A présente le double intérêt d’avoir préservé une scène de crime laissée telle quelle et d’avoir bien été documentée par les archéologues. Un ouvrage publié par le Museum of Fine Arts de Boston en fait la synthèse29.

  • 30 M. De Meyer, P. Dils, «Fowl for the Governor: The Tomb of Governor Djehutinakht IV or V at Dayr al- (...)
  • 31 Il s’agit d’une mise en scène macabre, probablement pour faire un pied-de-nez aux autorités et/ou a (...)
  • 32 S. D’Auria, P. Lacovara, C. H. Roehrig, Mummies & Magic, The Funerary Arts of Ancient Egypt, Museum (...)

30Il s’agit d’un hypogée, comme la plupart des tombes de Haute Égypte. De taille modeste (la chambre funéraire fait presque 3,5 mètres de long pour quasiment la même largeur), elle a livré les restes du gouverneur Djéhoutynakht qui vécut à la fin de la XIe/début XIIe dynastie, vers 1980 avant notre ère30. L’étroitesse du lieu et la présence de mobilier ont fait que les voleurs, pour atteindre la momie, ont arraché les panneaux latéraux des deux cercueils emboîtés, côté tête. L’ouverture ainsi pratiquée évitait de déplacer les couvercles et de perdre de l’espace de circulation. Le corps fut extirpé et dispersé : les bandelettes furent repoussées dans le cercueil, le corps démembré et la tête, geste ironique des pilleurs, fut disposée bien en vue sur la cuve31. L’ensemble de la pièce avait été retourné, et les objets jugés inle et dants jéhout cuve(3.

  • 233/span>   R. FEngelbch,avec l’uade de KBtteiscmbe 1Gun, Douilleaégalement p lHrangaune sécropole pd Moyen E(...)
  • 234/span>   R. FEngelbch,aem>MRiqqeh& Mamplhi< VI,1915, l. 182: «Oer dwat Ihad ben trh foiotof the Eoffrn, Bnd m(...)
  • 23   Ibid.<,

21 Tnt de lrofanation ne pouvaient qas recter dmplnie s Il s’agère que laeIhasrd eabien cooisi conttomint pour farppe une pande depilleurs de lombes d ll-BRiqqeh un mite d luelques mkiloètres du sup de lTarkhan La trmbe en bues ion, lortant de numéro d14, B été cfuillée par Glinders Petrie entBeignaledFEngelbchen 19013a class="footnotecall" href="#ftn31" id="bodyftn22">(33/a>. Les couilles de sont-révélée sdifficilem du gfit de d’étendue deucimetière dmusulan,qui vecouveait ne partie du pite drchéologieue. LEndébutsat la mouillesde la tombe d14, Bes archéologues.ont dûcouverte ne momie dncore dtendue dens la vuve(3  !Selon toute vraisemblance, lue émuipe de Billards.avait déjbué lesr sambre iesoine dns la tombe Kn bécupérent les cbjets jes plus erécieux. ULinfivinu pui s’eocupit de d momie vait é peuin comme cé,à touther ues bandelettes fue le trot en ierre du plusieurs tonnes e’esfondr surv ux. UL sautres loleurs ont cans doute lu seanvfuirpuisqu’eucun outrescadavre tnefut resrouvés Mais cesr sompagnen tut rtu sur le moupepe sonttorps, cemprensé lntre la Hierre de le sabcophage me dénomposa La tomie ©tait enles-ussi n ietux dtat dorsqu’Hlle aut rise eu sjur mais aes bajoux.étaient suauf. Un teès ceau apeceoralen caloson é c ln out qui stteingni sonttpogée da Moyen Empire ( ett aujourd’hui aonservé au FMncheter duseum e dynastie, vers 1986 avant J.-C.) Acun ooleurspnes’est rsqu,à treenir j cet endroit.pour sat lrofettrur, lrobablement p cease d l’atplesurde l’esfondrment, eais aussi uar Gsper tituon. Leaborinaiion de cut aute Kst r la mosure qes mualdintions vénoites our le sajambges de lorte aepuis d’Ancien Empire, lt celue s-ciétaient teujours ln vuiueur, À moaconnaissances il s’avit duseulscas de r foagrant délit.» decouverte cetsjur mn égypte. D/p>

12 Le souverains de Nouvel Empire,connaissaient lertsin ment les visque squi posvaient qaeer dur le r sapulture L’enemple de peurs poéducessiurs pt de laursprramide vdée qvait robablement prn,ipar les aer tuadr desdecoune cer le pombeau ad lieu de scltu funéraire. Lar aonséquente,les grands bomplexes erramideux de l’ncien Et du moyen Empire (urent rbandonnés À ma pluce, il nut choisi pn endroit cui stliamitplusieurs tvant ges ,du plas motériel fa plas moythlogieue.: lesgrand mem>Iouadi/em>< ue lous ippe lns afjourd’hui le vallée des nois, dur la criv galuhe du l’atciennesThèbes L’ensroit débsrte t ilslée pouvait stre quadrllé par ls coures de pscupité dmpleoye sd la mur vellagnc. LEndsposnt des tas eateu our luelques mhute rs, fes grrdivns prsvaient qvoir bne fve d’nsemble du ectiur Detpoédvnir tout intruson. Desmême ,la forme d la civm thébaine srppe lantcelle deune pyramide la toadition dtait recspecee. Ceulsl’apoartementsfunéraire de ait stre reusé pe soaviand r tout uu ling pu rognesjusqu’auxdecos du coit

134/span> L vallée des nois,présente ln incérêt darticuliers Cette s fcène de crime » dst bien corconscrite. les toéoitgnges auchéologieue. ou d poas memanruagles d popyrulogieue. oont-rombreux

23 n teglesa réciaptula ifelaboréspar Nickhlos dReeen entBeckhrd eWilknstn,a class="footnotecall" href="#ftn23" id="bodyftn23">(3.gfit dtat desl’inmputedes piriode troubles,our le saillages de lombes ee dynastie, arincipale ent p cartir de la Xmrt de out ânkhmontvers 1932 evant J.-C.)Ia fombe deTet ernir, Petlesde lhutmo ss IIV (KV43)lt celue d’umenhotep III (3WV22)furent visitése sous les Rognes d’aAÿet d’aHoemiheb)Ia fépulture ne SésthiII (3KV15)n majifestement,subi les pillages aors de funérairles. Qais ceest a pertir de lamsès

  • 23   R. WE Quaiblue lem>The Somb of GYuaaond mThuiu/em>, PCataoguesgéniraledu mosée du Caire,15.001-51191 IFAO, La href="#ftn23">(...)
  • <
  • 24 Jhe odre dMonroe Daisi (1837-915,)étati in iichessimeshomme a’acffires eméricainequi fuinnçaide ne (...)
  • 341/span>  N. SReeen «Love(...)
  • 342/span>  N. SReeen R H. RWilknstn, lem>The SCmplexe sVale yof the EKng5 ombs ond mTreasres if tgypt(...)

306/span> L vombe deTYouyaot lTouyao(KV46), eaux -aremts deumenhotep III (31388 -1935 avant J.-C.), lut dépouverte en 19015par NJae dE Quaibluea class="footnotecall" href="#ftn23" id="bodyftn23">(3 our lescompte desJhe odre dDaisia class="footnotecall" href="#ftn24" id="bodyftn34">(40/s>. Seile fépulture ntati ians un ttat dxceptionnelsa class="footnotecall" href="#ftn24" id="bodyftn34">(4, de dépsodre intdeueit la svnue.depilleurs En realisés,sa tombe dut disitésetrois ois en ,lgâce à l’archéologie un mfirscau de Gaemuen ernda aer de daten précis(4.e siècle. /p>

23 L cépouverte ea plupscérlmre ie d’étypt. LMse eu sjur mors del’unltmeshcapagne fu louilles du l’atchéologues,la mombe K pjene scuverain qa mKV62 B mmédiatement antriguspar Nonttonnenauui vnes’eccord at passdvec ls iimensions aodeste sad lieu Le saccessisurde lhut ânkhmont le pire deivn dAÿ,ntati iajà ég pe se pouvaie passdecut r la tonstruction deune prande pombe L’hne de ses pyemières tdcis(46/a>.

  • 247/span> JAcun objet dn mvrre dnefut resrouvésdans ua vépulture lc qui ouppors uue le type de maiériau ptatda href="#ftn247>(...)

23 n efxainait le paemier cmr en gba de desalisrse dHowrd eCrtemrDe sonttmuipe donstratrent lux sraces deesforacion. Le s uverture e dien cocalisase ,avaient été ref=ermes auec le plaâte,pe soeluees por des bscau xqiffirert s Un fois el mur dabattu le pitit souloir quiils fécouvrir nt dtant entore decouvert d pranvat mèés p peusieurs tvtemfacis: ne foint fu lolche des cormétiques , es dégbrs de nvrre a class="footnotecall" href="#ftn24" id="bodyftn247>(47/a>, dus dléeent sle njux, puelques majoux.onsidtanteen amouettes ft dn marses.,foudncore dd sajares lt des sases Le soute lnétait blus errmis : on seulement ua mombe Knétait blastntactes,mais aes boleurs avaient piûqtre érabngs au dcors de laer la rcinpour atoir biisséede seml sbjets dussi uaoche de capsrtie. LArivés evant le cecond cur doeluee,eCrtemrDonstrata(ue la pime tuverture aans la pantie dupérieur. galuhe dvait été rtilisas dour les pux sillages Le s ux sirieu de pscau xqaposés sur le plaâte,pe contfirmient /p>

14 ’est an creuseat un crouvdans le claâte,pe sn étlasiant d la foucie l’intérieur euupombeau fue le térlmre ichagnea csé dvxdecut Xu cut auticue a le lieu LDs ceutinstrnt délutsat la sépouverte ea plupscmplète déalisée eans une tombe poyal,ede la XIVIIe dynastie, /p> 141/span> Oute,pe conrivdoraeentrée ,la mombe Komposre quare prèce : ’atctihambre ,’atcnxe f(acessifbe partene partte duverture , la shambre funéraire fe sn in d la dhapsod». /p>

  • 14  NSrain-ce le ln epremve(...)
  • <
  • 149/span>  N. SReeen em>Thut ânkhmont lVe, amrt de dépouverte e’unemharaon /em>, PErrnces iaris, F2013 rp.d96
  • <
  • 150/span>  Nette soît, cvérpiranpe dosre qe nu°370dans leinventaire Ataiblipar lCrtemr
  • <
  • 15 Moir nes vases Ju° 420de d425

242/span> Undléeent uaocve(48/a> a ciûq’imposar le qajifre a torersles pléeent sles plus ee et dants jvant de les ditoqer daos cie aentrée . Su l’uneGes colihas p la tombe déalisée por dHarey Burtn, lne fve d la pièce a class="footnotecall" href="#ftn34" id="bodyftn24" 149/s> aa iserconstratr qds traces dien cistainceu our lne paît,en bris leuin,en bragncqui oonnenani des s rcsa class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn35" 150/s>. LDsx aums dambre comme les pirtte tar nobrs pien enpace , utaient tisibies,our le torvercle Le soleer lvait iisséede traces de pia dn 1esaliadnt le contculi de mobilier s,cans doute luur atteindre ln objet dn mhute rs MD la pime tajifre Bes archéologues.oprent crnstratr qds traces de dioigt sns leusieurs toses d engueutssen calcate.a class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn35" 15.

143/span> Laypothèsesinletil,ede lCrtemrDvaie due le vremière mande depoleurs avaie pu lccos a l’anvemble de la pombe , andns que Sa mucond ,s’était bonsentrae sr l’arctihambre it laatcnxe En realisés,sa,conneaire fs lrofditsi comme plinfivue Sa murieude pscau xqaposés sors duretouchre aes murs .SCmpmele cecond cillare aonsenrnat s’anvemble de la pépulture lickhlos dReeen eonsiddre que leusieurs tours lnt pu dtre rosabcrs p pontt leploration ». I’est aout c pfit robablem,eompte denaueurombreuldeojets d pfuillesrpt de la fartte se du lieu eui avciûqrae t r nes voérenion /p>

  • 15 (...)
  • <
  • 15 <
  • 154/span>

244/span> n imagine aue le tbrut entgnire par le Mérabngment ,lt les oale s pt dvnue.,ourspecese d’étuipe dens le couadilnt pu donneaiber d l’arcesteiion de pilleurs. LPrs enc oagrant délit., es de nir, avaient puu de schancs deanvrécuhppe (5. ous sur lnemoufortdes’atctihambre iévélala civbe paé.urêe des noleurs : les balues.on co . Fcilement rransmortanles.,feles drsvaient qgalement ptre étouloe sdifcrite ent ,li cetn’est rémeonése sou ondrus CNutn dgalement p’atbence deine sctuettesqui oe ait se trouve,rdens le cnal denr,a class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn25" 154/s> détoqe s(u reprout cu ?)daos cie aeuverture pmnant d l’arcnxe EDns lc pitit soufortspeuau,deor,eCrtemrDetoouvaune smouetteslt dn tcore le p cincruteiion s ainsi queuneGsoue a pelier oenrsl,sir le uel sux sorme de pierdsvaient été rreusée s Un fctuettesqd deivn té dm co ems sof,crobablement pOre t-Hekau r( lGrnde depagin » ),avaie pans doute lté raacé le .Il s’agissait aeune pyèce ad mhoisxsour an ooleurs dvec ls iime tvant ges que les calues.octése sréciéd ment

  • 255/span> L traces de detouchre aont-rlasiament pisibies,our le tmr sapuaent leatctihambre i lacoambre ica href="#ftn255>(...)

24 Arès l Xépouverte e pillage, pe sautrrités efficinlle internvn rnt douvrorganisr la sabngment deucidvau en prochéd rdenouvelu e la fiermeure a class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn255>(5. LHowrd eCrtemrD pu llass=rsles ptprenites pd pscau xqds pdginiaire spd pAdusqu’à lHdour les pmrs, ft de lIdusqu’à lSdour les pojets Le sacau dHiut rijifestement,smpleoyedprès le pillages : li s’agit d’un hovae paé.e ctat un coamallcouvhé la regitra dupérieur. dur eonat loouisregitra de loris dntneis dligoés, ces pmins dens le cdos Luand uu lacau dN il nut cussi uesrouvésdans ua vombe K55i lacallée des nois, dmérnags dour lmkénoatn eorsque laidéppuillesdut rtansmurêe d Thèbes Le sotamle queil’unilisaie paronc dijifestement,sarticuip à lc s ux svélnment slu dcors de laidcrrivre Bc qui onfivue Su comutelap de lomp

  • 256/span>  NKV 43,our le tmr sap de leatctihambre ULinfcritptin de Deéhoutynès Is siteu dusq,en bessius ieuca href="#ftn25">(...)
  • <
  • 257/span>

24Le instritptin s hirenioue. oont-russi un hrécieux.toéoitgnges f’iatsat lue lcetanin restposable dajoutrent lu memanruae sou eurspnomour luelques mojets d la pombe L’hnedeanx.vlté rarticulièrement raciofdens le cecotur : li s sotmmie peéhoutynès ,ouritb i lacécropole pe dss=dtanteeu dioiniaire Maya,aelui-làpime tui vectanuanla tombe deThutmo ss IIV (KV43)ltnleatc 8d’aHoemiheb)Ieéhoutynès Iiiss lumi-ussi nedranfictodens lc te pime tombe a class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn25">(56/a>, de dgrffinnaiponttnomouus le nsoue aeune pjaresa class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn25" 257/s> dns la vombe deThut ânkhmont Ce tyéoitgnges feès cifscet, ©tait sins doute lour leu nedmyen Edela iser dne toacesrarlpble.de pso plasage , dedonneaiber d ls mur vi loust-mrt emsur lnemonilier orensaigeux. UCetanin roufortsdeThut ânkhmontortaniet uur le r sorvercle dalaist de peurstonnenau Leaboence de meusieurs tléeent sl l’antérieur eous irnvemine func dur lc qui ovait dsparu.de dui vnesut prrsremplac. Lhut efis, da sabngment de la tombe diiss l dégsre : luelques maît, eurent rerplaeent laigness.,fuelques mscau xqemplac. et le pmrs,retouché , Cette scène de crime ,é peuin ctuché ltteefiv dinsi plus dee 300 Ban jvant due les crchéologues.on la temottrnt luctours /p>

  • 258/span> Mo Loret, «  L Somb au deAménophis II t la pcachttespoyal,ede lBibal-l-Mloguk» , span cstyle="clogr:#242424;>Bulletin /em> span cstyle="clogr:#242424;>Bde/em> span cstyle="clogr:#242424;>B'Insti /em> s href="#ftn25">(...)

247/span> SiThut ânkhmontou dchappe d ln eporis ème eiage.depillege , c dnefut rajleure sement drrsresnadsdour les putres lépulture si lacallée des nois, Lhut efis, dn outresccuverain ou daeenuer lns lonttombeau ,li s’agit d’umenhotep III(3KV35) LDpouverteiar ViceorLoret,eesn9rajs 19898,dpu de semp après l tombe deThutmo ss IIII(3KV34) dn ooucue tfu lolurs pt dn eciur nne bu loeullage ataient tncore dosés sur le pircophage eoyal,ssors duel’anvemble de la pombe dvait été ris d ls ca class="footnotecall" href="#ftn25" id="bodyftn25">(5. OPur uioiaes boleurs an,s’étaitnt ils rassdenné qa farie bu louther uu dcops d coit? EL présence de majoux.t deagouettes fors de fites odecomiefcaiion etati iosr sat lue srpson surficantse CNus ie bleciaven drobablement pjaais

  • 259/span> em>Ibid., P. 1800-10.
  • <
  • 260/span>  N. SReeen R H. RWilknstn, lem>The SCmplexe sVale yof the EKng5 /em>, Pem>Thubs ond mTreasres if tgypt(...)
  • /ul>

    248/span> ette sombe Kns aeune pimortante dcrucilesen atypt. Seansdour latsat losre rccrrdtij cet elaedeamaginetion, lc te pimie dnt aujourd’hui aonsedda,e omme lelue d coit Sethakht ,du pecut Xu ca XIe synastie, La fyae e pillage,de la pombe dns aefficilemd dégtrmiser eois aeidéppuillesde cet oit st anembnttlfivc Le soleDet pu -tre ieu dpu de semp après l’enterrement luasd ma céusie btilisas dour leemboaumment dtant entore dvsque sem Loresue les cilleurs drrachérent les aandelettes fe dinet dispeoérent l po plastt etérent l pl corps dur la canrqe eutéraire, sa céusie b’ysonlidifiaa class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn36">(60/s>. LMjleure sement drur les puchéologues.,de detouteble dillards.ataient teujours lur le pui -viv Un férlmre ifamllesde coleurs a pvllage,de lGmrnah,Ses mnbdel-MRasiusl,pvlvnt d lrobximté du d momt gen dhébaine ,céussiep poouduer les grrdivns puupombeau fengage por doret,.Il e’esmagrrent lud momie t de la fanrqe eois aurent rerplaeent lrtteerpe por des vutrrités En reffct ils ubleirent lÀesfocer lesrs ptprenites pd pia ,effient linsi p la fpolih pa fposifblesé de detomt r la tpist dusqu’à lasurde enuer

  • 26 G LMjperso,dE QBrugsh,aem>Ma fTouvallesde ceir -l-MBahari/em>, PF LMmrns lamp; MCsup>eie/sup> le Caire, 2988.

24 n eealisés,sl etati iacile.de psoupçgne rSes mnbdel-MRasiusl,pu clasttnooire mnt crnsnudrur lo scomcnxein s vec ls iiuchnds bdatctiui és EDns le taness.29870,pu ces muebre Xu cut t ifamllesdvait ortsute.mnt ropouvertel’antrée deune pcachttespur le sahute rs,fe ceir el-MBahari. Alrtespar Nes sbjets drensaigeux.dvnudu,our le tmuchéode leatte, GstinttMjperso,de.dere otur euupSrvate de tantiui és ,avaie pmnt qaantqute.dusqu’à lerser les mytèrena class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn36" 26.e dynastie, Or,l la fin de Nouvel Empire, one purieude pcatstiopohs mulesire s,étounmieues me sonialie avaient puroondreent umodifi qaagypte. DEnaonséquente, lue iage.depillege s’agbattitdur la criv goes ideThèbes ,entorprgee par leaconrrupion qt,eesngin acile. MD pdginiaire s,crobablement pes vrotre ,efganisérent lvors dne puérenion de lsaver gesevcantsl laist rSes midvau xeoyalx silla. et l tratemble rras restt de tentnruae srur les présen ver.Il eéussiren pans doute lpretéege les pmmie svquae plus ehutede la pombe d’umenhotep III,jvant de lispeoe les putres lris dns la vombe deTPne djem /p>

150/span> Cefut rÉmle.dBrugsh,aonstrvaniur -vdjint ,qui vet lhymcnxurde lpnirter lns lut t icachttespe.d6dusllest2988.,après ltoir bdecrnudule nlits cdedaos cie 12mètres de luroondr rs ML mombe Komnenani des sorcueil,sians un ttat dd constrvanion cxceptionnels UCetanin rd plus erands bris deqaagypte. tciennesTyvecpositete,les gun,our le sautres ,seml smenhotep IIsup>e ,Thutmo ss IIIde IVII,jésthiIIsup>e doudncore damsès 15 Lrs del’ustud aes mumie su sosée du sBoulaq d’atcctre sosée duuCaire, 2Mjpero de sonttmuipe dprent crnstratr qdsevcaul’atplesurde ditgâs LFit recanruagles,dpu de sajoux.urent ropouvertesdors durémeil loere aes mumie Or,lenDonstratat le combreuldegouettes frésente dur la comie eThut ânkhmontÀ poos cie 150À pl ts idupite xqui sculempne smouetteslt aorme duul tem>Ioudjat/em>,fur le pbra laluhe du lésthiIIsup>e douduelques majoux.ur la comie eThutmo ss IIII(ient pu en 1écuhppe

  • 162/span>  NG WE QSmth, span cstyle="clogr:#252525;>Bhe SRyal,s/em> sm>, PCataoguesgGniraledu mosée du Caire,161051-61000/em>, PFAO, Le Caire, 2ca href="#ftn26">(...)

35 Cetanins pmmie svaient tans un ttat dd constrvanion cxceptionnels,dÀiatses eomme lelue de amsès(62/a>.

  • 263/span> em>Ibid., P., LeIX D/pi> <
  • 264/span>  Nhut ânkhmontortanitdne scute ee lalloteslt atss nouvsued ln aandelu efrmt glon co . (n°256 4t).da href="#ftn26">(...)
  • 265/span>  NLsnadsdtaie disfirert srur les prrticuliers EDns ln cnsaitee l2012, Frnces dJaotepu blallo screida href="#ftn265>(...)
  • <
  • 266/span>  N. SReeen R H. RWilknstn, lem>The SCmplexe sVale yof the EKng5 ombs ond mTreasres if tgypt(...)

25 n fecahniqu lajà épouvés ee uisql’usoquesdnagadennesT(IVsup>e dmlla.nire,1vant J.-C.), st an ore dvsqvbe pur lnemoetaninlombreuldemorps Un fois ed tlusi dcest rpa la cête.aue le thavail te dillards.aélutsat Leabrivre des sorân sp lédentptahou des amsès. Onr,la cête.aes mumie soyal,e fe Nouvel Empire, e ait ,l l’anttanrde lhut ânkhmont ltre ur eonée deunesorvere-hefdn matal précieux.tispsimuéesous les Randelettes a class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn26">(64/a>. LEnlécoupeat le ctss nn aline fuoites oescoleer louvaie pitgger uespvcang ps iacre, atnsjbaserder le tmtal a class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn265>(65/s>. LDspime te ctore dst acuvert ropfnc s,s l’anmre aes mumie d la tKV35 ML momie eThutmo ss IIII(pa lexmplae,an ore demeil loee.,momt r uinsi qn crouvdu enivau euupohoacx Le soleer lsest raoharn,à toansmorser les eomuhe de ctss sdusqu’à la cpoieaine,ce sn in dusqu’u dcœr,a class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn26">(66/a>.

154/span>Le instritptin s aposése,our le saandelettes fe dur le saorcueil,sint purmis u xqachéologues.ou cenrouve,rda cacesrdu ol,siaepeéhoutynès ,oe.deriniaire ui ovait dsper vsasea teciermeure d la tombe deThut ânkhmont CBute hmontÀ pcest ronttnomo psuivi ronc des arave de lso plre dsndhtitnt de lonttoite LE aout comme plui,sl emi ronttnomoe dus artees dur le saandelettes fud momie d damsès

  • 267/span> Th. Daisi em>Te dsl./em>, Pem>The Somb of GSiphtah ;Jhe dMonk yoomb ond mTh lGmldoomb /em>, PLondn, 19008 P. 187-18
  • <
  • 168/span> ne frniteur deuHarmldoJae drerésente lctte scène .Voir n. SReeen R H. ,RWilknstn, lem>The SCmplexe s(...)

255/span> L tannmrx.trent rux.-ussi é poubi luelques motsege oem>Toust-mrt em/em>< En reffct il scommagnen eXu cuttanin rotamle aurent romiefcs aurès leuramrt drur ltre nterres au aos cie aurs aoiîees En rjanvr,o9006,d’étypt. LEll scomnenanint teujt de tenie sunnmrls.,fuellc psit un mchint,nsng5 ,aanbouna,fcanrd eoudien cibi En reneait tans ua tKV50,ta plupscirttee,l’atchéologuess setoouvaunezé pnezvec lnemchintrjan ecomiefcs lada lur les pyttee ,oe.dmusau eomrné, aer dnemhtit ssng5 dss=dtlt atalleurs vec ls iiuin rjint s Lealrobximté du d mKV35 aelue d’umenhotep III,jsuggre queil e’agissait apu -tre datcnmrx.e lonttnt mrnge , posiédnt lon seulement un torcueil,dais aussi ue pajoux. CLesailleurs dnt ponc décandelettesea tenie ,cros aes bonller s,ct elabnr,c te pyrtte dmis,en bcène a class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn26">(68/s>.

256/span> Arès leNouvel Empire, oÀiatses eombes d’imstralarent lgalement pur la criv goes ideThèbes . Àsa cTris ème ePtitod snternédiatre (prrtir die 107 avant Joterscren, la svllesdtaie dievnue.de puèmg e piuvani euuprandspiut if d’ument
  • 169/span> oir nhttp://www.meumusaum.org/meu-armund-the-world/?agne=10158

257/span> ’hnede cetshrands brotre la rèmgn irea ivment pcng,sotmm,Menkénprre (1045-992avant J.-C.), lut qli ovssi ureusem saidombe d Teir el-MBahari. Ue émuipe de louilles duuMetopoletntmosaumof GAr la sépouveritl la fin de lahuserso9024qt,eei oennaipa céuirertieQaMA 60.dHarey Burtn,lut qne purieude pclihas p oircophage oisposés spêle-è ldns le chtit snpace ui ovait dsr vsde ctmbe duamllali a class="footnotecall" href="#ftn26" id="bodyftn26" 169/s>.

258/span> Àsa cBaserdÉoquesd(aer d664avant J.-C.), lls eombes de plus eishe p la tesgon,fmemphie ltvolurent laur aoarr uu xsmteaue . LProfiantcureuatau ealcaire, 2a plits cded25l l30mètres de luroondr rsaurent rreusées,ct en incénieux.tsytère duesable ent deuclits cut radtlt alace,dor des vuchie c s LGniralement ,pu coudueare prits caranlarls.,flupscirtte fe demplai de lailes,drejitgngint lesprits centraleà ls fanse lros ciuoircophage . Ansi ,eorsque les boleurs antreaemngint ldsevcdr uesprits cans doute l l’aridshefarnsrse des b flits cdedeconrs :»dl déalism ctaiet .Il sfaleai ronc d pnoscoleurs a pemp ,aaau oupepeecom ivaion qt,ee loure daur ain lement paravnui d lurs ain ,.Voul’atplesurdeuschanter ontreaes, da stemp aroubles efn piûqtre eopote d lcsmype de mouilles Les curvate deiodre ie aitnt crnsentrar lesrs ptform ur le sazone Rens,bies,oe dépa iser des bucropole s
  • 170/span>  Noir nhttp://www.sfdas.omm/ouilles -eu-eopspecein s/atses -ouilles -ientidi es/aticue /sedenca ;Jda href="#ftn27">(...)
  • 17 Cedgstemlouvrrit -l etentaulle,ent uonstrteu rdne scute ee laonaer on qmposae dem>Toust-mrt em/em>

259/span> Nutn deacpur=dtantc datciennesstmtahod plusrimlla.nire, ootemment lens le tucropole see lNube, ÀsSedencaa class="footnotecall" href="#ftn27" id="bodyftn37">(70/a>, du enodreuupSouens,cuttanins eombes d pfitbe paoondr rsaot été rprturebes auec la pime terplaté du’à lausoquesdnagadennes.Il srficantede ppcnge les pmins dens le cailes,drehout rsleuneGes cbra lurémunt eaur ameux.treomrnerpl corps de lateindre le nlus erécieux. Cn tessiu m dsymboe mhortiqn bcine fu lemp at atmp al crime a class="footnotecall" href="#ftn27" id="bodyftn37" 17.

  • 272/span>  NA. Dodtn, lS.Ilkramam>, Phe Somb on dAciennttgypt<,SRyal,sndspPrivaiesSepulhor auom1the EEarly Dnast(...)
  • <
  • 173/span> D combreux.toéoitgngessonfivue t leaexist ce de metshrlemri comme ll pire dVns leb,an voyedar lCoda href="#ftn273>(...)

260/span> Limstralanion de lGrec at agypte. prrtir diu IVsup>e dièclesavant Joterscrenpimortanauec llue deacormeiion, lui ouepiéveloppacaranlarlsent dd momiefcaiion Les caûhr seutéraire, cime t’iml ũtaient tonneaire u xqcoyalncs dlypt(7.B'oulie/em>

  • 274/span>  NJ.-Y.eEmprtur lem>TAlexndsre,letopouverte /em>, PFayard/Stock iaris, F9098 P. 1898

26 Ls tam>B'oulie/em>.

26 Cererplae amle a des tecahniqu de pielages eous ionsditsd pnopscirnhr lur le pitue sonialiles bouvpble ,cie aurs area ionst de laurs aom ivaion /p> 263/span> nr,ln cnvemble de ldoulent sljudiciire spd pa fin de Nouvel Empire,uonstrteu dne scuvre decanruaglespour aoterscrecr hee synastie,,eois aeidoajritésrsecrnsentraeontrele pemgn sd damsès
  • 175/span> G.dAcdtur (ir=), lem>Mats uctitt de Paraon ,Teir el-Médinehht la pVllée des nRis,/em>, Paris, FRMN/Beprolda href="#ftn275>(...)
  • <
  • 276/span> em>Ibid.<,<. 1208-209

264/span>Le iux soulent sle plus eacien suot les apapyrs eEA180055iu Bitishmosaumo(u rPapyrs eSalt 124)a class="footnotecall" href="#ftn27" id="bodyftn275>(75/s>.qt,eesnpapyrs eInv.

  • 277/span>  Nh RWilknstn, lem>TLiv af the EAciennttgypt, PLondn, 1Thae damp; MHudtn, l2007 P. 1259-263
  • <
  • 17  NP. Vrneu em>To. 1cit, P. 1818
  • <
  • 179/span>  NP. Vrneu em>To. 1cit, P. 1816
  • <
  • 180/span>  NP. Vrneu em>To. 1cit, P. 1819

265/span> L paemier cmt dn mcène dls fexaotionsommeis por du couvrersle ceir el-Médinehhievnuerpa la csits phefddàmuipe : lPaneba class="footnotecall" href="#ftn27" id="bodyftn27" 277/s>... OPisqll epnirteaans la tombe Karès l tiermeure fficinlle et l l[l eoleaue pjaress] ’hui le-em>Tin /em>,od tlaraon ,Tvie,cansés,soure ,de duiil epri ronttvinet dueil eeemi r poasisir nur l[e pircophage euupoit],ssors duil etant entsrelui».

267/span> Ctte s fcrs,sde lonsfintc :»dn rele p trrités et la ppopuanion dui ouimstrauanlsors dst anemlfivc dour lappéchend,rda cépanues cece des tistrteuion fe Nouvel Empire,
  • 186/span> T WE QPe t em>TTh lGreatfTmbe-Robbmri af the ETwenioethtgypt, POxourd 19030,srséd)l2006
  • <
  • 187/span>  NB.Menu em>To. 1cit, P. 1875-180

268/span> L pdosifr djudiciire oonsenrnat le spielages euus lamsès. OPusieurs ttffare sisot étquae pxe,fprifis, d’as,reè t OMiifestement,,le cecndnalefui vtait busqu’uors dsitgn sement douverteiar eschute pdginiaire s,c’étveni csits pd mivanesé drandessanct fuposit uPaisa, guvertnxurde la teiv gs ideThèbes ,en uPamrna, guvertnxurde la teiv goes ide demtpossale de la ppolih pe la pucropole , d la tesdacion de lrchès-ertbl , pe sn in d la tesunon de la tGrnde NClur lue juridicion conposae de Nvczr estde lhute pegintratis CNus ie bpuvn duellcnstratr q momrnié du d’uroarrl ejudiciire olypt

169/span> Le amle a décinpteua ifarésentee1ci-dssiupscirrmstde lmeux.tenrnr les eopulture sivsas scor des vuteaue .uinsi que le tarofildes noleurs ,eorsque les blfivca ionssot rficanment lclare s: /p>

  • 18  Nspan cstyle="backgrmund-clogr:#ffffff;">J span cstyle="backgrmund-clogr:#ffffff;">em>TCmplt screudu,ods eopntc sde le'Acaémec des nIstritptin s/em> s href="#ftn28">(...)
  • <
  • 189/span> Lit O fieremr eui a :» dpur=nnege,dui ovconplet ue iites outéraire, dmoyenant arésbend,s
  • <
  • 190/span>     Nspan cstyle="ettesr-paceing:-.0070000007cm;">oir nhttp://www.bitishmusaum.org/eplorae/highlights/highlight_ojetcts/aes/t/he _abbott_iapyrs aspan> s href="#ftn29">(...)
  • /ul> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <(P. Lépoled IIa class="footnotecall" href="#ftn28" id="bodyftn28">(8.)/e> < < < < < < < < < < < < < < < < < <- Imenpanéfsa, ol,siaiInhnrnakhi dcbriv < < < < < <- Hâpylur lol,siaepMnrnrptah,Scbriv < < < < < <- Sethnakhi dol,siaepPenânouks, doharpenioer/s> < < < < < <- Hâpya, talleurs e lmaiesluxdrécieux./s> < < < < < <- Iientomnt doharpenioer/s> < < < < < <- menhemrb donltmaniur /s> < < < < < <- Kaemouasxe,fchoachyt a class="footnotecall" href="#ftn28" id="bodyftn28" 189/s> < < < < < <- Âhanéfsa, ol,sia dNehtemmout/p> < < < < <- Âhay, ol,sia dThesy,plasisurd/e> < < < < < < < < <(Papyrs eAbbotta class="footnotecall" href="#ftn29" id="bodyftn39">(90/s>.)/e> < < < < < < < < < < < < < < < < < <- Pakhaa, ol,sia dKharou dohaudronir,o(ui ouiaccssaperpllage,de la vombe deTl tecn e I=dtlt aeatc 14aois aui out rinspecee dt lécouverte entacteelt aeatc 16) /p> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <- Imenpanéfsa, ol,siaiInhnrnakhi dcbriv < < < < < <- Hâpylur lcbriv < < < < < <- Sethnakhi doharpenioer/s> < < < < < <- Hâpya, talleurs e lmaiesluxdrécieux./s> < < < < < <- Iientomnt doharpenioer/s> < < < < < <- menhemrb donltmaniur /s> < < < < < <- Kaemouasxe,fchoachyt as> < < < < < Tonc des aime tpur=nnege, duellur le tiapyrs eAmr st/em> < < < < < <- Pneht emope, ol,siaiHerourkhâou,spêchur /s> < < < < < <- Pakhihai dol,siaepKedkht ef ( ?) dohaudronir,/s> < < < < < <- Paouars i dol,siaepKedkht ef ( ?) dohaudronir,/s> < < < < < <- Proa hetnakhi dol,siaepKedkht ef ( ?)dohaudronir,/s> < < < < < TSon -l de dfrre ? asm> < < < < < <- Itncier dohaudronir,/s> < < < < < <- Pnakhirs i dol,siaepIyemncieri dmpleoy duuptmplaeoutéraire,/p> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <- Naht mns dol,siaepPentaour/s> < < < < < <- menhoua, ol,siaiHori/s> < < < < < <- Proaalur lol,siaumenhnakhi/s> < < < < < <- menhhotpe, ol,siaepPentaour/s> < < < < < <- Mose, ol,siaepPentaour/s> < < < < < <- Peitn, lol,siaumenhoua/s> < < < < < <- mnqe, lol,siaumenhoua/s> < < < < < <- Hori lol,siaumenhoua/s> < < < < < <+caist de pegrchandsuipleiuaescens le cb sehient deucmtaaldolee/p> < < < < < < < < <(e oto)/e> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <(tc 19pd damsès < < < < < < < < <- Iouefntomnt deopohèt de pMontou/p> < < < < < <- Boukhaâef dbergrsleuptmplaeoaumeon/s> < < < < < <- Paourkhetef dol,siaepHor-Mns dymme dumuipe de ceir el-Médinehh/s> < < < < < <- Nesamn, luritb de lahscri rivn /s> < < < < < <- Chedsoukhonsou,sthurifraire,/p> < < < < < <- Nesamn, luurotmm,Tchyby,sthurifraire,/p> < < < < < <- Ienhkhâou dol,siaupchant srdu d’uutel Hori/s> < < < < < <- Âhkhefntkhonsou,sthurifraire,/p> < < < < < <- Ienhkhâou dol,sia pMoutemrb dserviiur /s> < < < < < <- Osarhatnakhi duus lauutritésrurse otuurde saohat urs deumeon/s> < < < < < <- Paoura, batelier/s> < < < < < <- Paoura, ol,sia pQaqa, e re r /s> < < < < < <- Paâemtaoumxe,fe re r /s> < < < < < <- Perpatohaouemops,sjouesrdu dtroprttes/e> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <(tc 19pe q20pd damsès < < < < Tidemasm> < < < < < < < < <+/s> < < < < < <- Pakamnt duus lauutritésrurse otuurde sabœuf deumeon/s> < < < < < <- Tata-le-jeune dol,siauppe ddivn iaupchât a dHori lrotre -pr /s> < < < < < <- Pabaki dol,siaepNmimen/s> < < < < < <- Nmioumontou/p> < < < < < <- Panéhesy, ol,sia dThai/s> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <(ans doate) Rmgn d damsès < < < < < < < < <- Pas, drteanger/s> < < < < < <- Nesamn, lrteanger/s> < < < < < <-Proa hetnakhi dohaudronir,/s> < < < < < <- Hori lohaudronir,/s> < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <

    170/span> Clme ll pémeo,ret le spaist trédigs scens lcs ppapyrs ,le sp fgangs:»deeaitnt rrarumet uexcédrslquinzeppur=nnel.asi nus irenonscmplt bu la citcrrtin siseimumuexigs . Assurrent,,leuj ds lrmcnissantnt re étqluntnt rens le cime lrmcexte" familiil et/outarofesson nel

    • 191/span> O. Goeexe,f«A New Robbmry Papyrs : Rochestr qMAG 51.346.1» dem>TJEAasm>< 82 PLondrs ,tgypt< Eploranion dSoci s href="#ftn291>(...)
    • <
    • 192/span> P.eVerns ,lem>To. 1cit, P. 155

    271/span> Le necla ionsds ppllagrdsde lahypt< sacienn e aucecn d laursdommeunaui qaursdn,tioermdtlu dtssaerud spaien pe lonsfintc stde ld termdnr les erôl sdetqlu t lchacn ,lenDfuncion de laurs dormo tetce LDspette pfaçn, ll sdcbriv191/sa>peupMemritaldAridGll"mry e lahUniversé du dRochestr qtmeoinert ud spqlssommeis aucecn d scansceaare s: pyacue sue lrevtreent trrahéss b tpbn de teu, detdsurde sastuee, dni, ldetteucuionsds naotlt abis ddorra class="footnotecall" href="#ftn292 id="bodyftn392>192/s>. O/p>

    • 193/span>  NG. Andrsu (ir=.),lem>To. 1cit, P. 1207

    272/span> Ctte saciové diléegals 2ois adanger sem,btait btrs193/s>. ODns le ciapyrs eEA180068,laprs

  • 194/span> S. Bickel,  Clme rçlt sle dbatelier b tpNmvel Empre :»dens lN. Griiil etNB.Menul(sd.),lem>TL sommeers/em>273/span> Ds194/s>. /p>
  • 198/span> oir noteammnt res biapyrs eBM180052,eBM180403poupe ciapyrs eMayrslA

275/span> Ctld si deuatesiudreahntaccessobeudinssap mprte ed dien de dilleurs . OLaarincipl,e motmanion de lom dilleurs ,cuii llstuut bjustifv,epu dnn, lrtit ru séciuaérr ldeduio ou pnusrri do,dui ouus -nnd2u cÉta lécsfganiis qe rininpmle de dfare fnceblx sais tess /p>

276/span> Le noleurs ui puet lcohaple latxtauirités en,tins doujte choisi a ldisaranîeaele de vive oe laurs dertte . Noj dniavonsaucneelisourmtion càdo,dsujet. Quat rdcex.tui outet lareés ee bjugs lla senietc ut rarobmle mnt re vourta hlass="footnotecall" href="#ftn29" id="bodyftn29" 199/s>. OLe egi, ldedhèbes , Pasxr,reudlissan enietdredns le ciapyrs eAbbott: :» Pus deucaritb de l(ahntsrteuion de )re vTmbe dPabs. OLe sermnt raronn,c dra lnemoleursldns le ciapyrs e80052D(Bitishmosaum)ds idu la come lieturs: p  Auqso vrisIue loerdre smeonte aue loerdre slstuuvertans dso jecuisde onceuonupmle deiavor eluaue lquelchos ldvor envecll sdoleurs ,cuiin sieonup slstnezdetde saoreiles ee aue ljstuuts empl,é:»/ class="footnotecall" href="#ftn2801 id="bodyftn2801>1801/s>. OCtte sécolaanion ds iddenotoue ldcellstaupptpyrs eAbbotta class="footnotecall" href="#ftn2102 id="bodyftn2802>1102/s>. OCtte safie semvourt t lut rns dnl coujte dssajasivs 2ois aoa eosficsimmet urur lempêchu le psacillègss /p>

id="bheaing511>1s href="#ftocfrom1n11 id="btocto1n11 >Cn,causion/s>177/span> Tnt aueuildy uutid spombesatxtrmplai deufjett erécieux.,reudpllage,dut rneelonsesuietc onceuepe demoujts . Pur tat,,les etrnce p rchsologoue sunus ilfivqurt uue les bqlssot rpu avor eleuxlauqso ien dn dtmpl de cpaixcuii dtmpl de ctrmublu /p>

178/span> AtpNmvel Empre ,reudrique lauppte, ci st-à-se rneelourt t le qaénobeu,ppuutioranîeaeltrs

179/span> Laacrrnion deuneGgrmup ,p mpemqson cengendrs ,p mchaînede nectpossabiliés ee res birteca ions diseitratiive en,tiûe met ujou er le vcmhs iondetdee eginioe de lcrtean e muipe s,saciovs binndat,dpausiurs p nns s. Luadapabiliésdetdeaaudacede lcrtean sdoleurs forc t aenore daujoureuhi oeaadisanion /p>

180/span> Unedgrnde egîeais pd duutlrtit rnscessgi, lrur lee semrde sapuit.,faerc rde teu, ,dens le vaénlmre de qarrrneeloha r lrtosfinct ,leujtdn dgrait re vfniogu ,reudttecs ee res bteneunlsonupspbn de bu surmmuipeier . Or,leuj dce noleurs aitnt rneelaciové doffnienllsteot le dormo tetce ppuvitnt rtre auiols blrsqias eefieaa ions LDsppaus,laurs dortactesenveclds blfivca urs d(ouvrers de cL vTmbe lrotre s…)o r loerm teit t ds cobeu les pmelleurs pmplaacemet s. No billeurs peelvenaien bonc dpased da plie d da psocité dois adep mprtst dlass=elouyeneelreéegu,epdas eepleoi eosbalnrnu /p>

181/span> Enrou e,lcrtean sd aitnt rneelomcnissance ld tailée des nisoratteucure soutéraire,s do,dui olfivqurde lomvel tdas eexpdin ionsrrgliee s stde vpur=itrnce ld pyacn etrnin ionerls. Or,lci stdn deelretp ota,tioa ee vcmutum aue leurchit otepKhade bun croqus pMreet puet lcohaple latdpllage,. Shntspreat ud spombes doyal,es dKhads pranp mchapnllstespsa chamre dutéraire,,aui out rtailée dens le crocde la vfnlars de ceir el-Médinehh. Aucne sign nhntivquit bonc dn csurfnceb mpesentieldane hypogs . /p>

182/span> Tujteois ,lcrtean sdole peeleseuluntnt rpa deuunurasnmiseuio semmnt rar prae

183/span> Le nue lque eexmplaeseue lnus iavonspu etelople lens lcs atrticlele psn,tiue les bsign stes biausimanifest tdtdpllage,dnt ypt< sacienn e. J lrejois douc dFracies Jaote er le vprtenehtieldane,dut urscseud ponseacrreblx soleurs eepombes lan siduellur learnscessé dduadape de pmsehodologoedetde saouiolsauioliéesdnt urchsologostrur le teaelen lumie dd blfivc blfomupçn,ns OLeslomvel le irechsologoss etelopls scens lduutre bspciealiés esctnt ifoue suot utuvtbdfarto r loace,dens loterscitcilai e. Il serartoalrsqijudiieux.deuahceptu le pll"ince iui onebpeuvet aueutre abéérfoue s. Eles btit rntnt ran sid mprte eirrredinale de dtmeoinege, dhitroroue s. /p>

184/span> H,las,reudpllage,d stdtuvjour lduceaaliésdet,onme blrsqias esièceu drss=es,les etrmublu trulioue suetde saolnflr darmdscengendrnt role pe de tteucuions. Àd’huure soùlnus iscrivonscs bleg e ,aahypt< ,p mSyitetu dntore deiIrakpsn,tioaticuliee met utuvhéss

185/span> Ds etrnce pqu lroobmle mnt ,les e rchsologueseuttrs seudersn,t /p> /div>