Navigation – Plan du site
Lectures : notes et comptes rendus

Alain Bresson, Marie-Paule Masson, Stavros Perentidis, Jérôme Wilgaux, Parenté et société dans le monde grec de l'Antiquité à l’âge moderne

Bordeaux, Ausonius-Éditions (diffusion De Boccard), coll. Études 12, 2006,412p. Bibliogr. Index. Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque international organisé à Volos (Grèce) du 19 au 21 juin 2003 sous les auspices de plusieurs institutions françaises et grecques.
Hervé Guillorel
p. 261-262
Référence(s) :

Alain Bresson, Marie-Paule Masson, Stavros Perentidis et Jérôme Wilgaux
Parenté et société dans le monde grec de l'Antiquité à l’âge moderne

Bordeaux, Ausonius-Éditions (diffusion De Boccard), coll. Études 12, 2006,412p. Bibliogr. Index. Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque international organisé à Volos (Grèce) du 19 au 21 juin 2003 sous les auspices de plusieurs institutions françaises et grecques.

Texte intégral

1Il faut tout d’abord féliciter les Éditions Ausonius et les différentes personnes qui ont supervisé, conçu et mené à bien la publication de ces actes, car il s’agit, sur le plan formel, d’un ouvrage remarquable : qualité de la reliure et du papier, des mises en page (avec des notes en bas de page ce qui évite au lecteur de passer son temps à errer entre la page en cours et la fin de l’ouvrage), choix d’une bibliographie générale et mises au point de plusieurs index (des sources, des lieux et des noms de lieux et de personnes, des notions). Cela est d’autant plus méritoire qu’il s’agit d’actes de colloque dont on sait qu’ils ne se prêtent pas facilement à ce genre de perfectionnements.

2Un seul regret : le lecteur, non spécialiste, aurait aimé en savoir plus sur chacun des auteurs.

3En fait, cette homogénéité formelle ne fait que refléter la qualité de l’ouvrage, à savoir que les responsables du colloque et de l’ouvrage qui en découle, ont réussi, comme ils l’ont voulu, à relever un double défi : « rassembler historiens et anthropologues autour du thème de la parenté dans le monde grec dans une perspective transhistorique, de l’Antiquité à nos jours » pour reprendre les termes mêmes d’Alain Bresson dans son introduction méthodologique.

4Le comparatisme en sciences humaines et sociales est une entreprise à la fois indispensable (c’est la voix royale pour faire avancer la recherche) et très délicate, car il s’agit de trouver le bon équilibre entre le « tout est comparable » et les approches idiosyncrasiques qui, par définition, sont réticentes aux approches comparatives.

5Le succès de l’ouvrage résulte du fait que les responsables ont volontairement « limité » leur désir de comparaison, en contrôlant deux variables : l’aire géographique (la Grèce) et l’objet analysé, à savoir la parenté, mais avec la volonté de confronter ce que deux disciplines, l’histoire et l’anthropologie, ont à dire sur ce sujet. Comme le rappelle Alain Bresson, « Historiens et anthropologues n’ont pas les mêmes méthodes, ne traitent pas à proprement parler les mêmes objets. Quand l’historien paraît principalement voué à rendre compte de la diachronie, l’anthropologue travaille dans la synchronie. Surtout, quand le premier s’intéresse au spécifique, le second a souvent l’ambition de trouver des lois d’une portée qui dépasse le groupe qu’il étudie ».

6On retrouve ici l’opposition classique entre les sciences idiosyncrasiques (représentées ici par l’histoire) et les sciences nomothétiques (représentées par l’anthropologie). On pourrait penser que cette opposition est par trop réifiée pour mieux justifier et valoriser les ambitions de cet ouvrage, d’autant que le même auteur finit par admettre « …qu’avec un peu de bonne volonté de part et d’autre – et, dans ce colloque, il y en avait beaucoup – il soit possible de faire converger deux approches qui, après tout, ont vocation à décrire une seule et même réalité ». Pari réussi.

7Cet ouvrage reprend la quasi-totalité des communications présentées lors du colloque de Volos, en procédant à un réaménagement partiel des titres, des contenus, des regroupements thématiques et du titre général du colloque.

8La problématique de la parenté est abordée par la mobilisation de plusieurs disciplines (à titre principal, l’anthropologie et l’histoire, mais sans oublier le droit et notamment l’histoire du droit) ; l’aire géographique privilégiée, « le monde grec », est analysée à travers des monographies locales : Sparte, Delphes, îles de la mer Égée, Laconie (à deux reprises). Deux chapitres proposent une ouverture sur le monde romain, manière là aussi d’améliorer l’optique comparative sans se disperser pour autant. Cette ouverture concerne également les systèmes philosophiques ou religieux (stoïcisme, christianisme).

9Sur le plan chronologique, comme l’indique le titre de l’ouvrage, les périodes couvertes s’étendent de l’Antiquité à l’âge moderne : l’Antiquité est très bien représentée suivie à part égale de la période byzantine et de l’époque contemporaine.

10Les textes « fondateurs » sont également mobilisés qu’il s’agisse des textes mythologiques (notamment Hésiode) ou philosophiques (Platon), sans oublier tout ce que la littérature grecque ancienne peut donner à voir sur ces questions (comme par exemple les comédies de Ménandre).

11Certaines communications dépassent le niveau de la monographie en analysant un corpus plus étendu, qu’il s’agisse de rappeler les auteurs classiques, tout statut confondu (Denys d’Halicarnasse, Hérodote, Sophocle, etc.) autour de la figure de Zeus, ou en s’attachant à préciser les évolutions du vocabulaire grec de la parenté.

12Certaines notions font l’objet d’une analyse spécifique (adoption, alliance, polyandrie, relations entre maîtres et esclaves, etc.).

13Les corpus étudiés sont très divers : littérature, papyrus, documents juridiques (actes notariés, pratiques coutumières), épigraphie.

14Enfin, l’ensemble de l’ouvrage est introduit par plusieurs chapitres théoriques et comparatifs qui permettent au lecteur de se ressourcer avant de prendre connaissance de communications plus localisées dans le temps et dans l’espace.

15En résumé, un ouvrage très bien conçu où chaque chapitre est passionnant à lui tout seul tout en étant relié aux autres chapitres par un fil directeur qui homogénéise l’ensemble de ces actes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Guillorel, « Alain Bresson, Marie-Paule Masson, Stavros Perentidis, Jérôme Wilgaux, Parenté et société dans le monde grec de l'Antiquité à l’âge moderne », Droit et cultures, 56 | 2008, 261-262.

Référence électronique

Hervé Guillorel, « Alain Bresson, Marie-Paule Masson, Stavros Perentidis, Jérôme Wilgaux, Parenté et société dans le monde grec de l'Antiquité à l’âge moderne », Droit et cultures [En ligne], 56 | 2008-2, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/390

Haut de page

Auteur

Hervé Guillorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals