Navigation – Plan du site
Dossier : Trahison(s)

Réflexions sur la trahison et les proditores sous la République romaine

Cynthia Couhade-Beyneix
p. 15-35

Résumés

Cet article s’intéresse au phénomène de la trahison, et plus particulièrement à son agent : le proditor, ou le traître ordinaire, à la fin de la République romaine. Une enquête menée sur les occurrences du verbe prodere et les substantifs proditor et proditrix a livré plusieurs informations. Premièrement, un grand nombre d’entre elles ne se rapportent pas à la trahison. Deuxièmement, la proditrix n’existe pas, ce qui pose la question des traîtresses et de la trahison féminine. Troisièmement, les occurrences du mot proditor ne sont pas pléthoriques contrairement à ce que l’on aurait pu attendre. Elles ne concernent qu’un nombre restreint de personnages historiques, ce qui interroge. Il semblerait que cette réticence à utiliser ce terme, hautement péjoratif, soit liée au sentiment de pudeur et au fait qu’il renvoie une image négative, celle du mauvais comportement et de l’excès, en contradiction avec l’image collective. En effet, la figure du proditor s’écarte de la norme attendue. En brisant la fides qui lui était accordée, il agit contre l’intérêt commun. Cela fait de lui un individu d’autant plus redoutable que l’on ne peut prévoir sa trahison. C’est pourquoi les Romains éprouvent de la haine pour ces hommes fourbes et opportunistes. En définitive, il apparaît que les Romains manifestaient une aversion plus profonde envers les proditores qu’envers la proditio, parce que celle-ci pouvait s’avérer « bénéfique ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Sur cette question, voir Cynthia Couhade-Beyneix, « La trahison dans les mentalités tardo-républi (...)

1La trahison est une notion complexe, subtile, liée aux affects et aux passions humaines. Nous avons affaire à un phénomène capable d’investir toute forme de lien à l’extérieur comme à l’intérieur de la communauté. La trahison a le pouvoir de porter atteinte aux relations sociales jusqu’à entraîner le chaos au sein du groupe. Elle n’épargne aucun domaine (privé, public, militaire, politique, social). Sa puissance destructrice laisse de profondes marques qui perturbent l’ordre établi. Plus rien ne sera comme avant. C’est pourquoi, les Romains considèrent la proditio comme un acte grave relevant des mauvaises conduites. Perçue comme un acte honteux et déshonorant, elle appartient donc à une catégorie morale négative1.

2L’une des difficultés à surmonter pour appréhender le phénomène général de la trahison est son caractère éminemment subjectif. Comme elle relève d’un jugement émis a posteriori, une fois que l’acte a été accompli, son interprétation dépend d’un point de vue, dont l’objectivité est relative. Il est certain que la période républicaine, et tout particulièrement la fin, représente une période riche en crises et troubles politiques majeurs. De fait, nous avons bien sûr affaire à des sources partisanes. Est-ce à dire que toute réflexion sur la trahison serait donc vaine ? Nous ne le pensons pas. Les caractères insaisissables, relatifs et subjectifs de la trahison n’épuisent pas la question, parce que, en réalité, elle va au-delà du fait historique. Elle interroge sur l’identité d’une société.

3Naturellement, la trahison ne saurait être envisagée sans son agent : le traître et/ou la traîtresse. Dans cette étude, nous avons choisi de nous intéresser plus particulièrement au vecteur de la proditio parce que, sans lui, une trahison ne se réalise pas. Notre enquête s’est portée sur l’attribution du substantif, afin de savoir qui fut considéré comme un proditor, sur les sentiments qu’il inspire et sur ses caractéristiques. Cette approche soulève, bien entendu, la question de la trahison féminine et de sa place au sein de la société républicaine. Pour percevoir comment les Anciens envisageaient cette question, il nous a semblé utile de nous référer aux mots utilisés, et plus particulièrement à ceux de la famille de prodere parce qu’ils désignent la trahison et le traître en général. S’intéresser à l’action et aux agents apporte de précieux indices quant aux représentations mentales d’une époque.

4L’apport de l’analyse terminologique à la compréhension de la trahison

  • 2 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1969, p. 21.
  • 3 Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 33.

5Comme l’a démontré le sémiologue Ferdinand de Saussure, l’étude des mots permet d’apporter un éclairage utile quant à leur sens et à leur usage en histoire. Il considère, en effet, à propos de la culture que « dans la vie des individus et des sociétés, le langage est un facteur plus important qu’aucun autre2 ». En histoire, cette affirmation ne saurait être prise au pied de la lettre, tout simplement parce que cette question ne correspond pas à l’angle d’approche de cette discipline. Cependant, il n’en demeure pas moins que la langue est un fait humain et qu’elle est un système de signes permettant d’exprimer des idées3. C’est pourquoi, pour comprendre l’idée de trahison, il nous semble utile de nous intéresser au verbe prodere et aux substantifs proditor et proditrix.

Prodere : un verbe polysémique

  • 4 Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré Latin-Français, Paris, Hachette, 1934, p. 1245-1246 ; Thesau (...)

6Lorsque l’on cherche dans un dictionnaire de latin le verbe prodere, on s’aperçoit que l’on a affaire à un verbe polysémique, c’est-à-dire qu’il comprend plusieurs sens et des ensembles d’acceptions, dérivables l’une de l’autre par extension. La consultation de plusieurs dictionnaires permet d’énumérer les acceptions suivantes4 :

7– Présenter, montrer, mettre, mettre en avant, faire voir ;

8– Faire naître, faire sortir, dégager, engendrer, produire ;

9– Faire connaître, annoncer, découvrir, révéler, dévoiler, divulguer, diffuser, répandre, rendre public ;

10– Publier, proclamer, nommer, élire ;

11– Trahir, trahir quelqu’un, se montrer infidèle, déloyal, abandonner dans le danger, exposer, mettre en péril, compromettre, livrer aux ennemis, livrer par trahison, trahir la cause de quelqu’un, trahir quelque chose ;

12– Transmettre dans le sens de raconter, rapporter ;

13– Transmettre dans le sens de propager, multiplier, reproduire ;

14– Transmettre dans le sens de laisser en héritage, léguer, faire passer à, transmettre par écrit ou par la parole, transmettre quelque chose à la mémoire, à la postérité ;

15– Renvoyer, remettre, ajourner, reporter, reculer, différer, proroger.

16Un rapide examen des différentes acceptions du verbe prodere permet de constater qu’il recouvre un champ sémantique large et varié. On remarque que son sens premier n’est pas celui de la trahison. De fait, on ne peut d’emblée le traduire par « trahir ». La polysémie du verbe latin, qui est plus étendue que celle du verbe grec prodidomi, constitue une première difficulté quant à la collecte des occurrences. Celles-ci, fort nombreuses, car le verbe appartient à un registre courant, doivent au préalable faire l’objet d’une analyse pour déterminer leur appartenance ou non à l’idée de trahison. Puisque le mot ne se traduit pas forcément par trahir, cela signifie que la notion de trahison ne s’impose pas d’elle-même, qu’elle ne va pas de soi, contrairement à ce que l’on pourrait penser. La langue étant l’expression d’une culture, nous ne pensons pas que cela soit un hasard. 

  • 5 Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 24.

17On observe aussi que prodere ne comporte pas, dans l’ensemble, de signification négative, sauf quand il a le sens étudié ici. Si l’on suit son évolution sémantique, on s’aperçoit que c’est à un moment donné de son histoire qu’il prend cette connotation péjorative. Comme l’a souligné F. de Saussure, le langage « implique à la fois un système établi et une évolution ; à chaque moment, il est une institution actuelle et un produit du passé5 ».

De l’idée de révélation à l’idée de trahison

  • 6 Lucain, Pharsale, I, v. 631-632 : « O dieux ! Dois-je révéler au monde tout ce que vous me laisse (...)

18Nous avons affaire à un verbe qui indique un état de transition entre deux choses, qu’elles soient matérielles ou immatérielles, au sens propre comme au sens figuré. Ce qui était dans l’ombre, caché, inconnu, devient existant, connu, puisque cela est montré, présenté, révélé et rendu public. Cela suppose donc une action, le passage d’un état à un autre en mettant, par exemple, des informations à la disposition d’autrui. Ce partage et cette diffusion n’impliquent pas forcément l’idée de trahison. C’est pourquoi le verbe est la plupart du temps neutre, comme dans l’exemple suivant où Lucain, dans La Pharsale, relate les monstra (prodiges) annonçant la guerre civile entre Pompée et César. Aron, un vieux devin étrusque sacrifie un taureau et constate, à partir de la couleur du sang, à quel point les dieux sont en colère. L’examen des entrailles annonce de mauvais présages, c’est alors qu’il s’écrit : « uix fas, superi, quaecumque mouetis, prodere me populis6 ». La question qu’il se pose en s’adressant aux divinités est de savoir s’il doit rendre public, donc transmettre à la population, ses observations.

  • 7 Tite-Live, Periochae, 77 : « ob scelus proditi domini ».

19Cependant, dans certains cas, suivant les circonstances et l’intention du (ou des) divulgateur(s), la communication d’une information, surtout si elle doit rester secrète, peut faire courir un risque, compromettre et/ou représenter un danger pour l’individu (ou le groupe) qui en est victime. Cela sous-entend aussi que le (ou les) divulgateur(s) avai(en)t un lien privilégié avec la partie lésée, et que celui-ci a été rompu. Dans une periocha de l’Histoire romaine de Tite-Live relatant un épisode des proscriptions syllaniennes, l’auteur évoque le sort tragique du tribun de la plèbe P. Sulpicius Rufus, partisan de C. Marius et adversaire acharné du consul L. Sylla. Recherché par les hommes de main du consul, Sulpicius, qui s’était caché dans une villa, fut retrouvé et mis à mort à la suite d’une dénonciation provenant de l’un de ses esclaves7. En d’autres termes, pour rester sur l’exemple de la révélation, si la divulgation porte préjudice, alors elle n’est plus neutre, et l’on comprend l’évolution du sens de prodere vers l’idée de trahison. Dans l’exemple cité ci-dessus, la dénonciation du maître par l’esclave est, en effet, considérée comme un acte de trahison, d’où l’emploi de prodere dans le sens étudié ici. Les acceptions dérivées citées ci-dessus, telles que se montrer infidèle, déloyal, livrer par trahison, montrent bien qu’il y a rupture du lien de confiance au profit d’un tiers, et que ce lien impliquait la fidélité et la loyauté.

De l’idée de trahison à la transmission d’une chose à la postérité

  • 8 Properce, Elégies, IV, 4, v. 56 « prodita Roma », et v. 87 « prodiderat portaeque patriam » ; Flo (...)

20Un autre glissement sémantique, lié cette fois-ci à la notion de trahison, est observable. En dévoilant ce qui devait rester caché, ou en dénonçant un proche comme dans le cas de l’esclave de Sulpicius, certes il y a trahison ; mais en même temps, cela déclenche un ensemble d’actions qui permettent à la situation d’évoluer. Evidemment, l’interprétation des faits dépendra du point de vue des parties concernées, dont le sentiment variera selon qu’elles sont désavantagées ou favorisées par l’acte de trahison. Néanmoins, à une échelle macroscopique, c’est-à-dire indépendamment de l’affect des protagonistes, la rupture engendrée par la trahison peut s’avérer utile et fondatrice, comme dans l’épisode légendaire de la trahison de Tarpéia8.

  • 9 Tite-Live, Histoire romaine, I, 12.
  • 10 Claude Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, 1976, p. 37-39  (...)

21En trahissant la cité au profit du roi de Cures, la jeune fille a involontairement permis un rapprochement fondateur entre les deux cités ennemies, puisqu’il a abouti à un synœcisme et au règne conjoint des deux rois : Romulus et Titus Tatius. Sa trahison a poussé Romulus à invoquer Jupiter Stator et à trouver l’audace et le courage nécessaires pour rétablir l’équilibre en mettant les Sabins en déroute9. Puis, c’est au tour des Sabines, dont le rapt avait provoqué la guerre, d’intervenir pour supplier les belligérants de mettre fin au conflit. De la succession de ces épisodes, conséquences directes de la trahison de Tarpéia, découle la naissance d’une société complète, qui est en mesure de se pérenniser. Dès lors, Rome apparaît comme une cité capable d’assimiler et d’intégrer dans son sein l’étranger, l’ennemi, ce qui explique sa politique d’ouverture et sa conception de l’octroi du droit de cité, plus généreuse que celle des cités grecques10. La légende a été rapportée par de nombreux auteurs et transmise de siècle en siècle pour parvenir jusqu’à nous.

  • 11 Tite-Live, Histoire romaine, XXX, 3, 6 : « ut Antias Valerius prodit ».
  • 12 Cicéron, Seconde action contre Verrès, livre V : Les supplices, V, 36 : « ius imaginis ad memoria (...)

22Cette idée de faire circuler une information, de la faire passer à autrui ou de la rapporter, donc de la transmettre, y compris à la postérité, est aussi contenue dans le verbe prodere. Ces acceptions, ici encore, n’ont pas de connotation négative. Lorsque Tite-Live raconte la traversée de Scipion en Afrique et le siège qu’il fit devant Utique pendant la deuxième guerre punique, il relate les pourparlers secrets qui auraient eu lieu entre le roi masaesyle Syphax et Scipion au sujet d’une médiation pour la paix. Dans ce passage, Tite-Live donne son opinion quant à une entrevue entre les deux personnages. Contrairement à ce que « rapporte Valérius Antias », écrit-il, il ne croit pas au fait que Syphax se soit rendu en personne au camp romain pour une entrevue et préfère suivre la version d’autres auteurs, dont celle de Polybe11. Citons un autre exemple. Dans ses plaidoiries contre le propréteur Verrès, Cicéron, qui l’interpelle sur ses agissements en Sicile (corruption, violence, détournements de fonds, abus de pouvoir, etc.), s’attache à démontrer qu’à aucun moment de sa magistrature, il n’a fait preuve des qualités attendues. Dans le livre V sur Les supplices, l’avocat rappelle les honneurs attachés à l’exercice des magistratures du cursus honorum. Dans cette énumération, il mentionne le droit d’image pour transmettre son souvenir à la postérité12. Dans les deux exemples cités, c’est bien prodere qui est utilisé, mais il n’a pas le sens de trahir.

  • 13 Alise Lehmann et Françoise Martin-Berthet, Introduction à la lexicologie, Sémantique et morpholog (...)

23Lorsqu’il s’agit des verbes, le polysème présente une pluralité d’acceptions particulièrement foisonnante, ce qui impose d’examiner le contexte à chaque fois pour en connaître le sens exact. En revanche, les acceptions sont plus réduites lorsqu’il s’agit du substantif, ce qui est normal. Comme l’indique A. Lehmann, « la polysémie touche toutes les catégories grammaticales mais ne s’y manifeste pas de la même façon. La polysémie nominale est, en règle générale, moins contrainte par l’entourage syntaxique du mot que la polysémie verbale et adjectivale dans lesquelles sens et emplois sont liés13 ». On ne s’étonnera guère de trouver une polysémie plus réduite pour les substantifs proditor et proditrix.

Proditor, -oris, n.masc.

Le proditor ou le « traître ordinaire »

  • 14 Pour les personnages mythologiques, citons l’exemple de Tantale qu’Ovide qualifie clairement de t (...)
  • 15 Cicéron, Les Philippiques, III, 17 ; François Hinard (dir.), Histoire romaine, T. 1- Des origines (...)
  • 16 Sur perfuga et transfuga, voir Cynthia Couhade-Beyneix, Traîtres et trahisons dans la Rome antiqu (...)

24Pour le philologue F. Gaffiot, proditor est un substantif masculin pour lequel deux acceptions peuvent être retenues : celui qui révèle et le traître. On retrouve ici le glissement sémantique que nous avons évoqué ci-dessus concernant le lien entre la révélation et la trahison. Le proditor désigne donc l’agent par lequel la trahison se réalise. Une étude des contextes montre qu’il est utilisé à la fois dans les domaines militaire, politique, sociologique, privé et mythologique, au sens propre comme au sens figuré. En effet, les auteurs de l’époque républicaine s’en servent pour qualifier aussi bien un personnage mythologique, tel que Tantale14, qu’un personnage historique comme Q. Numitorius Pullus qui livra Frégelles, cité latine, en 125 aux Romains15. En d’autres termes, le mot proditor est un terme appartenant au lexique commun parce qu’il désigne le plus communément le traître. En effet, lorsqu’un personnage est appelé proditor, il est difficile de savoir à quelle sphère cela renvoie sans une analyse du co-texte et du contexte. Contrairement au perfuga (« déserteur », « transfuge ») ou au transfuga (« transfuge ») par exemple, qui appartiennent au registre militaire (guerres menées contre l’ennemi extérieur et guerres civiles), le mot proditor ne renvoie d’emblée à rien de précis16. Dire de quelqu’un qu’il est un proditor ne dit pas si sa trahison doit s’entendre au sens propre ou au sens figuré. On comprend bien que désigner un homme par ce substantif n’est pas très flatteur, mais sans précision supplémentaire, l’information reste vague parce que le terme en lui-même n’indique pas de quel registre il relève, ni de quelle trahison il s’est rendu coupable.

Un substantif utilisé avec parcimonie 

  • 17 Cicéron, Contre Vatinius, 25.
  • 18 Id., 25.
  • 19 Cicéron, Contre Verrès, II, 1, 38 ; II, 5, 152.
  • 20 Cicéron, Pour Sextus Roscius d’Amérie, 117.
  • 21 Cicéron, Pour Sextius, 17 ; 33 ; 35 ; Au Sénat, 23 ; Contre Pison, 11, 31, 78.
  • 22 Cicéron, Pour Sextius 17 ; 35 ; Au Sénat, 23 ; Contre Pison, 31 ; Des provinces consulaires, 14 ; (...)
  • 23 Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 63, 3 et 83, 1.

25Il est intéressant de remarquer que sur le nombre d’occurrences recensées se rapportant à la thématique étudiée, seul un petit nombre d’entre elles concernent le substantif proditor. Il semblerait que les auteurs latins aient préféré recourir à l’emploi du verbe prodere plutôt que d’user du terme proditor. On constate ainsi que les occurrences se rapportant à des personnages nommément cités ne sont pas pléthoriques. En effet, le nom de proditor n’est attribué qu’à un petit nombre de personnages. Pour la période tardo-républicaine, on citera les noms suivants : L. Sergius Catilina17 et C. Cornelius Cethegus18, C. Verrès19, T. Roscius Capito20, L. Calpurnius Pison21, A. Gabinius22 et L. Munatius Plancus23.

  • 24 Cicéron, Lettres à Atticus, 10, 4, 3.
  • 25 Cicéron, Lettres à Quintus, I, 3, 5 et I, 4, 4 ; Lettres à Atticus, 3, 15, 7 ; Plutarque, Vies pa (...)
  • 26 Plutarque, Vie de Pompée, 49, 1.
  • 27 Plutarque, Vie de Cicéron, 39, 1-2.
  • 28 Appien, Les guerres civiles, V, 96.

26Bien entendu, cela ne signifie pas que ces hommes soient les seuls à avoir été traités et/ou considérés comme des proditores pour toute l’histoire républicaine. Il n’est qu’à consulter les sources grecques pour trouver quelques autres noms, comme Cn. Pompée le Grand, Cicéron ou encore Ménas/ Ménodore, auxquels il faut ajouter tous les anonymes. Lors du tribunat de la plèbe de Clodius en 58, Pompée n’aida pas Cicéron, mis au ban par le tribun, parce qu’il n’était pas en position de force pour le soutenir24. C’est du moins l’argument qu’il avança à Cicéron pour éviter de se compromettre. L’orateur fut contraint de s’exiler. Cette lâcheté fut considérée comme une trahison par Cicéron qui ne s’attendait pas à ce que son ami Pompée le trahisse alors qu’il lui avait rendu de grands services25. Le Sénat, lui non plus, n’apprécia guère la trahison de Pompée à l’endroit de l’orateur, et se réjouit des moqueries et des insultes dont il fit l’objet à l’instigation de l’agitateur Clodius26. Toutefois, Pompée ne fut pas le seul à être considéré comme un prodotès. Le biographe rapporte que Cicéron fut à son tour taxé de la sorte lorsqu’en août 48, après la bataille de Pharsale qui opposa les Césariens aux Pompéiens, il refusa de poursuivre la lutte contre César. Pompée assassiné en débarquant à Péluse, il fallait trouver un nouveau chef pour le remplacer. Caton proposa alors à Cicéron de prendre le commandement, mais ce dernier déclina l’offre et se déroba à toute activité militaire. Cnéius Pompée, le fils aîné de Pompée, et ses alliés qui n’apprécièrent guère cette décision, virent en lui un traître à leur cause et tirèrent l’épée contre lui27. Il fut sauvé de justesse par Caton. En ce qui concerne Pompéius Ménas/ Ménodore, le préfet de la flotte de Sextus Pompée, il est qualifié de palimprodotès (renégat qui a retourné plusieurs fois sa veste) par Appien à cause de ses multiples trahisons28. Lors de la guerre civile qui opposa Antoine et Octavien au second fils de Pompée, Ménas n’hésita pas à changer de camp plusieurs fois. Dans l’hiver 39-38, après la paix de Misène, il trahit Sex. Pompée pour rejoindre Octavien qu’il abandonne à la fin de l’année 37 au profit de son ancien chef. Puis dans l’été 36, il trahit une seconde fois Sex. Pompée pour revenir dans le camp d’Octavien. C’est par l’emploi du préfixe palim- qu’Appien indique ces allers et retours d’un camp à l’autre.

  • 29 Cynthia Couhade-Beyneix, op. cit., 2012, vol. 1, p. 29 et s. 

27En outre, le terme proditor n’est pas le seul à signifier le traître. Il peut être désigné, par exemple, par des mots comme perfuga, transfuga, que nous avons cités ci-dessus, et insidiator. La synonymie n’est pas absolue parce que chacun de ces termes apporte des nuances plus ou moins marquées. Nous avons plutôt affaire à des synonymies contextuelles et partielles donc occasionnelles29.

  • 30 Sur la prodosia, voir Anne Queyrel Bottineau, Prodosia. La notion et l’acte de trahison dans l’At (...)
  • 31 Philippe Dubreuil, Le marché aux injures à Rome. Injures et insultes dans la littérature latine, (...)

28Cependant, comme nous l’avons écrit ci-dessus le proditor est le mot désignant le traître dans son sens général. Toutefois, la fréquence de ses occurrences mérite une attention. Il est tout de même curieux de dire que le proditor désigne le traître en général et de constater que le nombre de cas est somme toute peu élevé. Prenons l’exemple du corpus cicéronien, et plus particulièrement celui des Discours et des Plaidoyers. Sur 83 occurrences se rapportant aux mots de la famille de prodere, 60 d’entre elles ont le sens de la trahison. Sur ces 60 cas, seulement 23 concernent le mot proditor. Cela représente 38% des occurrences qui ont un lien avec la trahison, soit à peu près 1/3. Celles-ci désignent principalement les deux consuls Pison et Gabinius. Chez Lucain, nous avons recensé 20 occurrences, mais une seule concerne la trahison. Chez Valère Maxime, sur 10 cas, 7 se rapportent à la trahison dont une au proditor. Chez Velleius Paterculus, nous avons relevé 8 occurrences, mais seulement 3 d’entre elles concernent la trahison ; sur ces 3, deux désignent Plancus comme proditor. Chez Salluste, 8 occurrences sur 9 ont un rapport avec la trahison, mais aucune ne se réfère au substantif masculin. Enfin, dans le corpus livien, nous avons recensé 26 occurrences du mot proditor sur environ 200, ce qui est très peu. On ne peut pas dire que son emploi soit très répandu dans les sources latines, contrairement aux sources grecques dans lesquelles l’usage du terme prodotès est plus fréquent30. Il semblerait donc que les Latins aient été plus réticents que les Grecs à l’employer. Il est difficile d’en connaître la raison. Néanmoins, il est possible de proposer une interprétation. Dire de quelqu’un qu’il est un proditor est assurément loin d’être anodin. Il s’agit d’un mot fort, qui pour garder sa puissance, ne peut être utilisé à tout va. Cette réticence à l’employer couramment est peut-être liée à une sorte de pudeur. Comme le fait remarquer Ph. Dubreuil, « le Romain reste un être social pudique. (…) La pudeur est une des facettes de l’image sociale et collective du Romain. Elle est l’expression de cette « haute valeur morale » dont se drapaient les élites romaines »31. Il n’est donc pas impossible que les Romains aient voulu se préserver d’une mauvaise image collective qui n’était pas en adéquation avec l’image qu’ils avaient d’eux-mêmes et/ou qu’ils voulaient donner. D’une certaine manière, le proditor touche à l’identité collective en offrant un autre visage : celui de la liberté individuelle. Les personnages considérés comme des proditores par les auteurs latins sont des individus qui, par leur comportement et leurs agissements, sont allés au-delà des limites de l’acceptable, du tolérable.

Les femmes romaines et la question de la trahison

De l’inexistence de la proditrix à l’époque républicaine

29Le substantif proditrix est le pendant féminin de proditor. Comme pour ce dernier, F. Gaffiot donne deux sens. Le premier veut dire celle qui révèle et le second traîtresse. L’exemple qui vient immédiatement à l’esprit est celui de la célèbre Tarpéia. Ce personnage légendaire, dont la trahison a passé les siècles, n’est pourtant jamais appelée proditrix dans les sources anciennes alors que le terme existe dans le vocabulaire latin. Lorsque les auteurs anciens évoquent cet épisode, ils utilisent le mot proditio, et ce jusqu’au XIIe siècle avec le théologien et historien byzantin Jean Zonaras. Ainsi Tarpéia n’apparaît pas comme une traîtresse, mais comme l’auteur d’une trahison. C’est donc l’acte qui est condamné et non la personne.

  • 32 Thesaurus Linguae Latinae, Stuttgart/Leipzig, depuis 1900.
  • 33 Ps.-Quintilien, Declamationes minores, orat. 272, pr. 1.
  • 34 Origène, Commentaire sur l’évangile selon Matthieu, I, 78 c. 1726 D.
  • 35 Lactance, Des institutions divines, I, 10, 9.
  • 36 M. Servius Honoratus, Commentaire sur l’Enéide de Virgile, IV, v. 402, l. 15 ; VIII, v. 223, l.1  (...)
  • 37 Zénon de Vérone, Tractatus, 2, 7, 18.
  • 38 Prudence, Peristephanon liber, I, 11.
  • 39 Caelius Sedulius, Le Chant de Pâques, 3, 6 p. 236, 6.
  • 40 Consentius, Lettres à Saint-Augustin., 11, 4, 1.
  • 41 Valerianus de Cemelia, Homilia, 20, 9.
  • 42 En 1862, Wilhelm Freund et Napoléon Theil dans le Grand dictionnaire de la langue latine avaient (...)

30Si l’on s’intéresse aux personnages historiques, on s’aperçoit qu’il n’existe pas de femmes qualifiées de la sorte dans les sources anciennes traitant de la période républicaine. Or le terme existe. Cette absence d’emploi est constatable par une recherche menée dans le CD-Rom du PHI avec le logiciel Pandora des textes latins et bibliques et dans le Thesaurus Linguae Latinae32. Nous avons relevé une quinzaine d’occurrences pour toute l’histoire romaine, ce qui est fort peu. Leur analyse montre qu’en l’état actuel de nos connaissances le premier auteur à avoir utilisé ce mot est le pseudo-Quintilien dans la seconde moitié du Ier siècle33. Ensuite, il faut attendre le IIIe siècle pour le retrouver chez le théologien Origène34. La majorité des occurrences sont toutefois plus tardives. Elles ont été employées principalement aux IVe et Ve siècles chez les auteurs suivants : l’apologiste Lactance35, le grammairien et scholiaste Servius36, l’évêque Zénon de Vérone37, le poète chrétien Prudence38, le prêtre Caelius Sedulius39, le grammairien Consentius40 et l’évêque Valerianus de Cémélia41. Il s’agit donc d’une création tardive en lien avec un contexte historique différent de celui de la République. À ce propos, il est intéressant de remarquer qu’A. Blaise dans le Dictionnaire des auteurs chrétiens corrige l’ordre des sens donnés par F. Gaffiot en l’inversant42. La proditrix est d’abord celle qui trahit, puis par un glissement de sens, lié à l’histoire du christianisme, elle devient celle qui révèle, fait connaître. Puisque le mot n’existe pas sous la République, il ne peut donc être employé.

La proditio féminine : une association impossible ?

  • 43 Appien, Histoire Romaine, IV, 23 ; François Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, Ro (...)

31À cette remarque, il faut en ajouter une autre. Si le terme proditrix est absent du vocabulaire à l’époque républicaine, la recherche menée sur l’association du mot proditio à un nom de personnage historique féminin n’est guère plus porteuse. Est-ce à dire que les femmes romaines ne trahissaient pas ? On peut douter de cette déduction. En effet, Appien rapporte dans son Histoire romaine sur Les guerres civiles des cas de femmes qui ont trahi leur maîtresse ou leur époux au moment des proscriptions de 43. Il cite notamment les cas du sénateur Ligarius et du préteur Septimius43. Le premier fut dénoncé par une esclave et le second par son épouse. Dans le cas de Ligarius, son épouse, qui lui avait trouvé une cachette, commit l’erreur de mettre dans la confidence sa servante. Cette dernière s’empressa de les trahir en révélant l’endroit. Dans le cas de Septimius, c’est son épouse qui le trahit en inscrivant son nom sur la liste des proscrits afin de se débarrasser de lui et d’épouser son amant. La langue dans laquelle Appien écrit n’est certes pas le latin, mais les mots grecs qu’il utilise sont ceux de la trahison (prodidonai, epibouleuein) même s’il n’emploie pas le terme prodotis (traîtresse). Les femmes ne sont donc pas exemptes d’infidélité et de trahison.

  • 44 Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous avons établi le corpus des textes se rapportant à (...)
  • 45 Hygin, Fables, 42 : « fratrem proderet » ; Ovide, Les Héroïdes, 10, 1 : « in quo me somnusque meu (...)
  • 46 Salluste, Conjuration de Catilina, 25 : « prodiderat fidem ».

32Comment interpréter le fait que la proditio ne soit pas employée pour dire la trahison féminine ? Selon nous, il est possible d’envisager une explication à ce vide. Une analyse des contextes dans lesquels est employé le mot proditio montre que ces contextes sont liés à la sphère masculine (politique et militaire), d’où sont exclues les femmes. Par conséquent, il n’est pas surprenant de ne pas trouver d’occurrences associant ces deux éléments. Dans la mesure où la trahison féminine s’inscrit dans la sphère domestique, les auteurs latins utilisaient sans doute d’autres mots pour la dire. En ce sens, la proditio de Tarpéia constitue une exception, voire une anomalie44. En revanche, l’association du verbe prodere à un personnage féminin existe, même si elle n’est pas particulièrement répandue. On la retrouve notamment dans quelques récits sur les héroïnes légendaires et/ou mythologiques, telles que Tarpéia et Ariane. Ainsi, Hygin et Ovide se servent de prodere pour dire la trahison d’Ariane envers son demi-frère le Minotaure lorsqu’elle prend le parti de Thésée et qu’elle l’aide à s’échapper du labyrinthe grâce à un fil45. Sur un plan plus historique, on citera le cas de Sempronia. Dans La Conjuration de Catilina, Salluste brosse un portrait haut en couleur de l’épouse de D. Iunius Brutus, le consul de 77. Appartenant à la haute société, la matrone, bien loin de se comporter en honnête femme, s’est compromise dans la conjuration menée par Catilina en 63. Salluste dit d’elle qu’elle a commis de nombreux forfaits et qu’elle n’a pas hésité à trahir sa foi, sa parole46.

  • 47 Frédéric Lenoir, Du bonheur. Un voyage philosophique, Paris, Fayard, 2013, p. 173.
  • 48 Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 313.
  • 49 Id., p. 25.

33Bien sûr, il ne faut pas se laisser enfermer dans l’usage conventionnel du langage, car « les mots disent très imparfaitement la profondeur, la richesse mouvante et foisonnante du réel de la vie. Ils figent la réalité en recouvrant un point de vue culturel déterminé, et il convient donc de s’en méfier, de les relativiser47 ». En outre, la langue connaît des nuances que nous ne pouvons rendre48. Néanmoins, les mots représentent un indice intéressant à envisager dans ce type de travail, car le langage est un « produit social » comprenant un « ensemble de conventions nécessaires, adoptées par le corps social »49 pour permettre aux individus de communiquer entre eux. Or pour appréhender une notion aussi complexe que celle de la trahison, il faut aller au-delà de la simple étude des faits et réfléchir à une échelle macroscopique en adoptant une approche pluridisciplinaire.

Le proditor : l’agent de la trahison

  • 50 Maurice Olender, « Les secrets de la révélation », dans La trahison, coll. « Le genre humain », 1 (...)

34La trahison ne peut se réaliser sans un vecteur : le traître. Sans lui, une trahison ne peut exister et se réaliser seule, puisqu’elle est inanimée. Elle naît de l’esprit humain. Ainsi, l’agent, cet être pernicieux, sans que l’entourage s’en doute, sans que lui-même en ait forcément conscience, parce qu’il se dévoile dans un temps imprévisible, en fonction des circonstances qui agissent comme un détonateur, ne naît pas traître, mais le devient. Comme l’affirme Maurice Olender, un traître n’est jamais tel par essence, il n’existe pas en soi50. Il le devient parce qu’il a brisé une solidarité pour faire l’essai d’une nouvelle association. C’est donc quelqu’un comme tout le monde, qui passe inaperçu, et qui entretient des relations de fidélité, de pietas et d’amicitia avec ses proches et ses concitoyens dans un cadre privé, institutionnel et politique. On ne peut donc pas prévoir à l’avance que cette personne, qui appartient à la même communauté que soi, puisse être un jour déloyal, violer les officia et se retourner contre elle, contre la res publica, contre le groupe ou même contre soi en s’alliant avec l’ennemi ou l’adversaire, d’où les sentiments négatifs qu’il inspire.

Pourquoi le traître est-il mal considéré ?

Un briseur de la confiance qui lui a été accordée

  • 51 Michel Humbert, Institutions politiques et sociales de l’Antiquité, Dalloz, Paris, 1997, p. 356-3 (...)
  • 52 Aulu-Gelle, Les nuits Attiques, XX, 1, 39.
  • 53 Cicéron, Des Devoirs, I, 23.
  • 54 Michel Meslin, L’homme romain. Des origines au Ier siècle de notre ère, éd. Complexe, Paris, 1985 (...)

35Dans la société romaine, la fides est une valeur centrale et exigeante, présente à tous les niveaux des relations humaines, puisqu’elle régit à la fois les rapports internes de la communauté (mariage, liens de clientélisme, tutelle, contrat, etc.) et les rapports externes avec les autres cités (foedus) et/ou peuples. Elle implique donc le respect de la parole donnée et un comportement éthique dans les rapports religieux et/ou juridiques publics ou privés51. C’est pourquoi, comme l’écrit Aulu-Gelle, elle est une vertu que les Romains honorent le plus52. C’est elle, dit Cicéron, qui définit de manière juste les rapports entre les hommes53. Pour Michel Meslin : « Fides est le fait d’accorder à chacun ce qui lui est dû, dans le respect des choses contractées54 ». Cette vertu impose aux membres de la communauté d’être loyaux non seulement entre eux, mais aussi envers la patrie afin de garantir la cohésion de la societas et l’ordre dans la Cité.

  • 55 Id., p. 232.
  • 56 Cicéron, Contre Verrès, II, 1, 38. 
  • 57 Id., II, 1, 39. Traduction de M. Nisard, Dubochet, Paris, 1840.

36Or, le traître enfreint cet engagement fondamental. Il détruit l’essence même de la fides qui signifie, si l’on reprend la définition de Michel Meslin, « l’abandon, à la fois confiant et total, d’une personne à une autre55 ». Par son action, le proditor brise la confiance qui avait été placée en lui. Il devient donc un homme qui n’est plus en conformité avec le comportement attendu. Autrement dit, il fait preuve d’une conduite déviante, parce qu’elle s’écarte de la norme adoptée par le groupe social. Le fait d’avancer masqué, de pratiquer la simulation et de duper son entourage crée un déséquilibre sournois qui, forcément, est en défaveur de la victime. En outre, comme il n’existe ni signe distinctif, ni signe avant-coureur qui permettraient de démasquer un traître avant que celui-ci ne passe à l’acte, il est difficile de s’en prémunir. Il n’y a rien de pire qu’un ennemi de l’intérieur, parce qu’il n’épargne personne et qu’il touche à l’affectivité. Le jugement de Cicéron à son sujet est d’ailleurs sans appel. Il considère que celui qui a fait preuve d’hostilité contre les siens est l’ennemi commun de tous56. C’est pourquoi, le proditor relève d’une appréciation particulièrement négative. Cicéron exprime bien en quoi le traître représente une menace pour tous : « C’est un mal commun, une crainte commune, un danger qui nous menace tous. Il n’y a pas d’embûches plus secrètes que celles qui se cachent sous les apparences du devoir, ou sous le masque de l’amitié. Car, si l’on a affaire à un ennemi déclaré, on peut aisément lui échapper par la défiance ; tandis que ce mal secret, intérieur, domestique, non seulement ne paraît pas au dehors, mais nous accable avant que nous ayons pu l’apercevoir et l’étudier57 ».

  • 58 Ibid
  • 59 Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 83, 1.
  • 60 Dion Cassius, Histoire romaine, XLI, 62, 5-6.
  • 61 Cicéron, Des Devoirs, I, 2.
  • 62 Cicéron, Pour Sextus Roscius d’Amérie, 111.
  • 63 Id., 112.

37Le proditor est donc celui qui a trompé la confiance d’un proche et qui est passé à l’acte au profit d’un tiers ou pour son propre compte. S’il peut trahir une fois, pourquoi pas une seconde fois ? Qu’est-ce qui l’en empêcherait ? Cicéron ne dit-il pas au sujet du questeur C. Verrès : « Car un être d’un naturel capable d’avoir commis un tel forfait ne saurait se contenter de cette seule action scélérate. C’est une nécessité pour lui qu’il soit toujours en train de préparer quelque attentat du même genre ; c’est une nécessité pour lui qu’il soit toujours engagé dans de semblables projets d’audace et de perfidie58 » ? Les Anciens avaient bien conscience qu’une fois le pas franchi, rien ne garantissait que l’on ne soit pas à son tour trahi. C. Verrès comme L. Munatius Plancus, pour ne citer que ces deux noms, en sont de bons exemples. Le premier n’hésita pas à trahir par deux fois ses supérieurs : le consul marianistes Cn. Papirius Carbo, puis le propréteur syllanien Cn. Cornélius Dolabella. Le second ne se comporta guère mieux. Homme à la fidélité fluctuante et pragmatique, Plancus ne s’attacha durablement à aucun chef, ni à aucun parti politique. Il fut tour à tour partisan de César, des Républicains, d’Antoine et enfin d’Octavien/Auguste, ce qui lui valut d’être qualifiée de « morbo proditor », de traître maladif, par Velleius Paterculus59. Dion Cassius rapporte qu’après la bataille de Pharsale, qui eut lieu le 9 août 48, plusieurs Pompéiens, battus par César, changèrent de camp et le rejoignirent. Il les accepta tout en n’étant pas dupe de leur nouvelle alliance. Il pensait qu’un jour, il ne serait pas plus épargné que Pompée et qu’ils le trahiraient comme ils venaient de le faire avec leur propre ami. C’est pourquoi, dit Dion Cassius, César avait plus d’estime pour les princes et les peuples qui, à la faveur des liens de clientélisme, avaient soutenu Pompée, que pour ceux qui, après avoir obtenu des bienfaits de leur ami, l’avaient abandonné dans le péril60. Il est indéniable que lorsque l’on promet d’aider quelqu’un, c’est un devoir moral que de s’y tenir. Comme l’affirme Cicéron dans son traité sur Les Devoirs : tout dans la vie est soumis à des devoirs, qu’il s’agisse des affaires de la cité ou d’affaires domestiques. S’en acquitter et être fidèle à ses engagements est honorable ; les négliger est honteux61. Dans le procès Pour Sextus Roscius d’Amérie, Cicéron fustige la conduite de T. Roscius Capito qui n’a pas rempli son mandat : « celui qui viole cette fidélité s’attaque à ce qui est le soutien commun de tous les citoyens et met, autant qu’il est en son pouvoir, le désordre dans la vie sociale ». Il ajoute en suivant : « Si l’on se procure des amis, c’est bien pour qu’un échange de bons offices serve l’intérêt commun »62. Il est clair que dans la mentalité romaine, violer l’amicitia et la fides, deux choses très sacrées aux yeux des Romains, est très grave63.

  • 64 César, Guerre des Gaules, VI, 23, 8.
  • 65 Cicéron, Contre Verrès, II, 1, 38 : « Nemo umquam sapiens proditori credendum putauit ». Traducti (...)
  • 66 Id

38Immanquablement un tel comportement suscite de nombreuses questions : comment reconstruire un lien avec un tel individu ? Est-il d’ailleurs possible d’en reconstruire un, et sur quelle base ? Quel rapport de confiance peut-on désormais entretenir avec lui ? César rapporte, à propos des Gaulois, que ceux qui promettent leur concours au chef et qui par la suite se dérobent sont considérés comme des déserteurs (desertores) et des traîtres (proditores). Dès lors, toute confiance leur est retirée64. Ce retrait de la confiance n’est bien sûr pas propre à la société gauloise. Il en est de même dans la société romaine. Lorsque C. Verrès trahit en 83 le consul marianiste Cn. Papirius Carbo pour passer dans le camp de Sylla, ce dernier se réjouit de son arrivée, mais il resta méfiant. Sylla préféra l’éloigner de sa personne et de son armée en l’envoyant à Bénévent afin de se protéger et d’éviter qu’il nuise au succès de sa cause. Cette mise à l’écart inspira à Cicéron la remarque suivante : « Jamais aucun homme de bon sens n’a pensé que l’on devait avoir confiance dans un traître »65. Il ajoute que Sylla lui paya les honoraires que l’on paye à un traître en lui donnant quelques biens de proscrits à piller, mais que celui-ci ne lui accorda pas la confiance que l’on accorde à un ami66.

Un être « criminel » et « abominable »

  • 67 Il s’agit de la gloria dans son sens péjoratif. Sur cette question, voir Paul Jal, « Cicéron et l (...)
  • 68 Cicéron, Pour Sextus Roscius d’Amérie, 19-21.
  • 69 Id., 6, 23, 27, 28 et 61.
  • 70 Ibid., 101.

39Le traître est un individu, qui, par son comportement, s’oppose à la conduite idéale adoptée par la collectivité. Il est en quelque sorte l’antithèse de l’homme sage et vertueux, parce qu’en s’affranchissant des règles morales et sociales, il n’a plus de retenue. Contrairement au sage, le traître ne fait pas preuve d’humanitas, parce qu’il n’est pas – ou plus – guidé par la iustitia (action juste), la prudentia (sagesse, prudence), la temperantia (tempérance), la continentia (maîtrise de soi-même), et encore moins par la diligentia (accomplissement scrupuleux de ses devoirs). En temps de guerres civiles, il est plutôt guidé par la cupiditas gloriae67 (désir de gloire), l’auaritia (convoitise, avidité), la dominatio (pouvoir absolu) et les diuitiae (richesses) qui représentent les valeurs négatives comme l’illustrent les exemples suivants. Lors des épisodes de proscriptions, la délation et les dénonciations allèrent bon train. Les règlements de compte entre membres d’une même famille ne furent pas exceptionnels. En 43, L. Munatius Plancus n’hésita pas à faire assassiner son frère L. Plotius Plancus pour s’emparer de ses biens. Quelques années plus tôt, au lendemain des proscriptions syllaniennes éclata une affaire de spéculation immobilière qui fit scandale. Avec la complicité de L. Cornélius Chrysogonus, un affranchi de Sylla, T. Roscius Capito et T. Roscius Magnus, des cognati du syllanien Sex. Roscius, citoyen du municipe d’Amérie, firent inscrire le nom de leur parent assassiné sur la liste des proscrits marianistes, alors que les listes étaient closes depuis plusieurs mois et que la guerre civile avait pris fin68. La manœuvre avait pour but de s’approprier ses biens et de dépouiller le fils. Chrysogonus fit procéder à la vente publique des biens (bonorum sectio) et s’en rendit adjudicataire à bas prix. T. Roscius Capito reçut pour sa part trois des meilleurs domaines de Sex. Roscius. Quant au fils, il fut expulsé de la maison paternelle et accusé d’avoir commis un parricide69. Il est vrai que ces personnages, peu scrupuleux et aveuglés par la cupiditas, l’auaritia et l’audacia70, profitèrent d’une période de troubles politiques pour s’emparer des biens de leur proche. Mais n’est-ce pas dans ces moments-là que le traître se dévoile ? Pour pouvoir se révéler, encore faut-il qu’il en ait l’occasion. Or, les guerres civiles comme les guerres extérieures offrent de nombreuses possibilités en ce domaine.

  • 71 Id., Contre Verrès, II, 2, 77. 
  • 72 Id., Contre Vatinius, 25.
  • 73 Salluste, La conjuration de Catilina, 32, 2.
  • 74 Id., 36, 2.
  • 75 Appien, La guerre civile, II, 4 ; Cicéron, Les Catilinaires, III, 14.
  • 76 Salluste, La conjuration de Catilina, 32, 2.
  • 77 Philippe Dubreuil, op. cit., p. 22.
  • 78 Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, V, 62.
  • 79 Id., Pour Sextus Roscius d’Amérie, 152 ; 117.
  • 80 Ibid., 112 ; 117.
  • 81 Philippe Dubreuil, op. cit., p. 18, 20-21.

40Le proditor présente une image pervertie des relations interpersonnelles. Il ne saurait être considéré en des termes élogieux. Les mots qui lui sont associés appartiennent au vocabulaire de la dépréciation : ils sont forts et puissants, voire violents. Le traître ne peut, en effet, laisser insensible parce qu’il touche aux émotions et à la subjectivité. Il est vu comme un nefarius, un être criminel, abominable et impie. Cicéron use de cet adjectif pour qualifier C. Verrès, cet homme cruel (homo crudelem), scélérat (sceleratum) et impie (nefarium)71, ainsi que les sénateurs traîtres à la patrie que sont pour lui L. Sergius Catilina et C. Cornélius Céthégus : « duo nefarios patriae proditores »72. Battu deux fois aux élections pour le consulat pour les années 63 et 62, Catilina, blessé dans ses ambitions et dans sa dignitas, fomenta un complot avec d’autres sénateurs et chevaliers afin de s’emparer du pouvoir. Cette conjuration, d’une ampleur exceptionnelle, puisqu’elle se propagea en Italie et dans les provinces, visait comme point d’orgue à assassiner le consul de 63, c’est-à-dire Cicéron en personne, à éliminer de nombreux sénateurs et citoyens, à mettre le feu aux quartiers de Rome et à marcher sur Rome73. Cependant, la conjuration échoua, et Catilina fut déclaré ennemi public (hostis publicus74) par les sénateurs. Après avoir mis en péril le salut de l’État, Catilina mourut en luttant contre sa patrie. Quant à Céthégus, il fut l’un des principaux chefs de la conjuration75. Selon Salluste, Catilina le missionna pour hâter la mort du consul qui tardait à venir76. Il fut également impliqué dans l’affaire des Allobroges, dans laquelle il était chargé d’amadouer les Gaulois pour qu’ils rejoignent la conjuration. Nous avons vu plus haut comment Velleius Paterculus avait appelé L. Munatius Plancus. Ce « morbo proditor » est une marque de mépris qui équivaut à une véritable flétrissure morale. Avec cette expression courte (deux mots), mais ô combien percutante ! – l’auteur, qui ne l’appréciait guère, signifie que chez lui la trahison faisait partie de sa nature, qu’elle était pathologique. Morbus est ici employé dans son sens péjoratif à connotation injurieuse77. Lorsque Q. Numitorius Pullus dénonça ses concitoyens prêts à se révolter contre Rome, qu’inspira-t-il comme sentiment aux Romains, qui pourtant étaient les bénéficiaires ? Cicéron, qui l’appelle le traître de Frégelles (proditor Fregellanum), dit clairement qu’en dépit du service qu’il a rendu à la République, il était haï (odire)78. Que dire de T. Roscius Capito qui a trahi à des fins personnelles la délégation des décurions du municipe d’Amérie, dépêchés par les habitants auprès de Sylla pour porter plainte au sujet de l’affaire Sex. Roscius ? N’est-il pas qualifié de sector (accapareur de biens saisis), d’inimicus (ennemi), de sicarius (sicaire), de transfuga (transfuge) en plus de proditor79 ? C’est un homme perdu d’honneur qui a recouru à la perfidia (perfidie), aux insidiae (piège, tromperie) et qui a commis une iniuria (outrage)80. Bien entendu, Cicéron, l’avocat de Sex. Roscius le fils, use d’une rhétorique puissante pour défendre son client accusé de parricide. L’accusation étant grave, les mots choisis sont forts afin de démontrer que le criminel n’est pas son client, mais qu’il se trouve du côté des accusateurs. Ainsi, comme l’explique Philippe Dubreuil le mot iniuria, construit par dérivation sur le mot ius, désigne ce qui va à l’encontre du droit. C’est une offense grave et délibérée avec un sens de tort immérité et de dommage81. Pour que la plaidoirie soit efficace, il faut que l’argumentation de la division et de la confirmation soient conformes aux représentations mentales. De fait, les mots employés par Cicéron donnent en filigrane des informations sur le proditor en général. En effet, l’audace dont a fait preuve T. Roscius Capito dans cette affaire (solliciter le puissant affranchi de Sylla de s’emparer des biens et surtout trahir la délégation à laquelle il appartenait en empêchant ses neuf collègues de remplir leur mission en jouant le double jeu) sont des offenses graves parce qu’il a manqué à tous ses devoirs. C’est parce qu’il est dans l’excès qu’il est qualifié de traître.

Les caractéristiques du traître

41À l’image négative du traître se superpose des caractéristiques morales toutes aussi négatives. Bien que les informations soient éparses, il est tout de même possible de constituer une sorte de portrait-robot. Quel que soit le domaine (sociologique, juridique, politique, militaire), le proditor est l’anti-modèle du bon comportement personnel, du savoir-être que le droit a codifié. Que l’on soit dans le cadre militaire, rhétorique (combat politique, plaidoyer, réquisitoire) ou des relations interpersonnelles, les caractéristiques du traître sont les mêmes.

Un individu fourbe

  • 82 Cicéron, Contre Pison, 76 : « Vestrae cupiditates prouinciarum effecerunt, uestrae fraudes, uestr (...)
  • 83 Florus, Oeuvres, I, 1 (I, 3), 7 : « Sic fraus proditorum inrita fuit ».

42Le proditor est un homme fourbe, qui a recourt à la fraus, c’est-à-dire à la mauvaise foi, la tromperie, la fraude, la fourberie ou encore la perfidie. Dans la mentalité romaine, la fraus est une valeur péjorative parce qu’elle implique l’idée de dissimulation et de manipulation. Elle s’accompagne aussi de l’idée de ruse. Nous avons donc affaire à un individu qui cherche délibérément à tromper autrui. Lorsque dans son réquisitoire Cicéron invective les anciens consuls Pison et Gabinius au sujet de leurs agissements (ratification de la proposition de loi de Clodius sur son exil par exemple), il n’hésite pas à utiliser cette terminologie dépréciative. Pour obtenir les provinces convoitées (la Syrie et la Macédoine), l’orateur montre qu’ils n’ont pas hésité à le sacrifier en machinant sa perte. C’est pourquoi, il associe leur cupiditas à la fraus, au scelus (crime) et aux insidiae82. Or, celui qui utilise la fraus porte atteinte à la fides. Cette association de la fraus au proditor est une constante, puisqu’on la retrouve chez Florus au IIe siècle ap. J.-C83 lorsqu’il relate la guerre qui opposa les Romains aux Fidénates sous le roi Tullus Hostilius. Les Albains, alliés des Romains, envoyés en renfort lors de la guerre de Fidènes, ne s’empressèrent pas pour lutter contre l’ennemi, attendant de voir de quel côté la fortune tournerait. Tullus Hostilius, point dupe des intentions des alliés, encouragea ses troupes en affirmant que la manœuvre était prévue : « Ainsi fut rendue vaine la fourberie des traîtres » commente Florus.

Un être inconstant et opportuniste

  • 84 Salluste, La guerre de Jugurtha, 47, 4.

43Le proditor est également vu comme un individu calculateur, pragmatique et opportuniste. Les personnages que nous avons cités montrent bien cet état d’esprit. C’est aussi quelqu’un qui hésite à s’engager surtout en période de guerres civiles où il est difficile de savoir quel « parti » va l’emporter. Particulièrement dans ce contexte trahir demande de la réflexion et du temps. D’une manière générale, comme l’indique Salluste dans son ouvrage La guerre contre Jugurtha, le traître doit savoir prendre son temps et attendre le moment opportun pour passer à l’action : « pour trahir, il faut avoir du temps et savoir choisir le moment »84.

  • 85 Sur le ralliement d’Antoine à Plancus, voir Pierre Cosme, Auguste, Perrin, 2005, p. 44.
  • 86 Ronald Syme, La révolution romaine, Gallimard, 1986, p. 268.
  • 87 Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 63, 3 : « Plancus dubia, id est sua fide, diu quarum e (...)

44L. Munatius Plancus était d’une redoutable prudence quant à ses engagements. Après l’assassinat de César, Plancus sut mener une politique ondoyante avec une grande finesse pour conserver sa légitimité politique. Il sut rasséréner le Sénat et Cicéron et se rallier à la cause républicaine pour obtenir légalement la prorogation de son proconsulat en Gaule et le consulat comme cela avait été prévu par César. Toutefois, pour ne pas se brouiller avec Antoine, il sut également rester discret sur son engagement. Ce n’est qu’au mois de mars 43 qu’il promit officiellement de servir la cause du Sénat et qu’il s’engagea militairement contre les troupes antoniennes. Cependant, avant de prendre position, il attendit de voir comment les événements allaient évoluer. Finalement, au mois d’août il accepta les négociations et se rallia à Antoine85. Mais, il ne resta pas durablement à ses côtés. Au cours de l’été 32, sentant que les rapports de force n’étaient plus en faveur d’Antoine mais d’Octavien, il le trahit et passa dans le camp de son adversaire avec son neveu M. Titius86. Homme peu fiable, Plancus est raillé par Velleius Paterculus qui le dépeint comme quelqu’un de particulièrement hésitant : « Plancus, avec la loyauté douteuse qui était dans sa nature, retourna longtemps dans son esprit la question de savoir à quel parti il appartenait ; il ne pouvait se mettre d’accord avec lui-même, soutenant un jour D. Brutus, le consul désigné, son collègue, et se faisant valoir dans des lettres au Sénat, mais bientôt le trahissant87 ».

  • 88 Cicéron, Pour P. Sylla, 88. Dans cette occurrence, le mot dedecus fait référence à la trahison pa (...)

45On comprend dès lors qu’avec un portrait aussi peu louable, il était préférable d’éviter d’être considéré comme un proditor. Ainsi dans son plaidoyer Pour P. Sylla, Cicéron cherche à tout prix à éviter que son client P. Cornelius Sylla, accusé d’être l’un des complices de Catilina, soit considéré comme un proditor. Dans la péroraison, l’avocat appelle à la pitié et demande aux juges d’être cléments, afin que le fils de l’accusé ne soit pas appelé proditoris filius et qu’il « ne reçoive pas en héritage le souvenir éternel de l’infamie » (ne aeternam memoriam dedecoris relinquat)88.

Conclusion

  • 89 Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, II, 46 : « omnia uera diligimus, id est fidel (...)
  • 90 Cynthia Couhade-Beyneix, art. cit., 2012, p. 179-184.
  • 91 Plutarque, Vie de Romulus, 17, 3.

46La trahison appartient à une catégorie morale négative parce qu’elle joue sur l’apparent et le caché, sur la duperie et la fausseté. Or, comme le déclare Cicéron : « nous aimons tout ce qui est vrai, comme la fidélité, la simplicité, la constance ; et nous haïssons tout ce qui est faux et qui nous trompe, comme la fraude, le parjure, la malignité, l’injustice »89. C’est pourquoi, la proditio est considérée comme une action honteuse, déshonorante et criminelle. Cependant, comme nous l’avons montré dans une étude précédente, bien qu’elle soit décriée et fermement condamnée, les Romains entretiennent avec elle un rapport complexe et ambigu. L’acte est blâmable, mais il peut se révéler utile et profitable pour celui qui en bénéficie90 ; d’où la remarque instructive d’Auguste, rapportée par Plutarque, et prononcée au cours d’un banquet à l’adresse des rois orientaux qui avaient abandonné Antoine en 31 et 30 pour se rallier à lui : « Pour ma part, j’aime la trahison, mais je déteste les traîtres »91.

  • 92 Ses intrigues et son habile diplomatie lui permirent de devenir l’un des personnages les plus pui (...)
  • 93 Plutarque, Vie de Romulus, 17, 3.

47En revanche, cette indulgence – somme toute très relative – ne s’applique pas vraiment aux proditores qui, comme le précise l’empereur, sont détestés, même si des L. Munatius Plancus ont réussi à survivre dans les eaux troubles des guerres civiles et à poursuivre sous son règne une carrière brillante92. Certes, Plancus fut honoré, mais il ne put se départir du mépris qu’il suscita auprès de ses contemporains. Il est, en effet, difficile pour un proditor de regagner la confiance qu’il a perdue, parce que son comportement invite à la méfiance, et ce durablement. En réalité, les Anciens prêtaient une oreille complaisante aux traîtres qui allaient trahir, parce que leur trahison pouvait s’avérer utile en reversant la donne à leur avantage. En revanche, une fois l’acte accompli, il ne restait plus que la flétrissure du déshonneur. Cette attitude ambivalente est on ne peut plus clairement exprimée chez Plutarque dans un passage consacré à la trahison de Tarpéia : « Beaucoup d’hommes, je crois, pensent comme Antigone, disant qu’il aimait ceux qui trahissaient, mais qu’il haïssait ceux qui avaient trahi (…) car c’est là un sentiment commun qu’éprouvent à l’égard des méchants ceux qui ont besoin d’eux, comme on a besoin du venin et du fiel de certaines bêtes sauvages : on les aime au moment où l’on se sert d’eux ; on déteste leur méchanceté, quand on en a tiré profit »93.

  • 94 Tacite, Les Annales, I, 58 : « quippe proditores etiam iis quos anteponunt inuisi sunt ».

48On retrouve cette idée chez Tacite lorsqu’il relate la délivrance du Chérusque Ségeste par Germanicus et ses troupes. Celui-ci était assiégé par son gendre Arminius. Lors d’un discours à l’adresse de Germanicus, il rappelle que depuis l’octroi du droit de cité, il leur a été constamment fidèle et qu’il a toujours œuvré dans l’intérêt commun, préférant la paix à la guerre. Ce n’est donc pas en ennemi de sa patrie qu’il a dénoncé Arminius à Varus, mais en défenseur de la paix, car il sait que « les traîtres sont mal vus, même de ceux à qui ils donnent la préférence »94.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question, voir Cynthia Couhade-Beyneix, « La trahison dans les mentalités tardo-républicaines : un acte méprisable dont on s’accommode », in Anne Queyrel Bottineau, Jean-Christophe Couvenhes et Annie Vigourt (dir.), Trahison et traîtres dans l’Antiquité, Actes du colloque international (Paris, 21-22 septembre 2011), éd. De Boccard, Paris, 2012, p. 174-176.

2 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1969, p. 21.

3 Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 33.

4 Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré Latin-Français, Paris, Hachette, 1934, p. 1245-1246 ; Thesaurus Linguae Latinae, X-2, p. 1619-1630, P. Morelli ; P. G. W. Glare, Oxford Latin Dictionary, Oxford University Press, 1996, p. 1472 ; Enrico et Francesca Olivetti, « Prodo », Grand Dictionnaire latin, en ligne, 2003-2020, consulté le 8 juillet 2016, URL : http://www.grand-dictionnaire-latin.com/dictionnaire-latin-francais.php.

5 Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 24.

6 Lucain, Pharsale, I, v. 631-632 : « O dieux ! Dois-je révéler au monde tout ce que vous me laissez voir ? ». Traduction de Marmontel et M. H. Durand, Garnier, Paris, 1865.

7 Tite-Live, Periochae, 77 : « ob scelus proditi domini ».

8 Properce, Elégies, IV, 4, v. 56 « prodita Roma », et v. 87 « prodiderat portaeque patriam » ; Florus, Œuvres, I, 1, 11 : « Sabinis proditae portae per uirginem Tarpeiam » ; Cynthia Couhade-Beyneix, « La trahison de Tarpéia et la fondation de Rome », in Claude Javeau et Sébastien Schehr, La trahison, de l’adultère au crime politique, Paris, Berg International, 2010, p. 17-26.

9 Tite-Live, Histoire romaine, I, 12.

10 Claude Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, 1976, p. 37-39 ; Cynthia Couhade-Beyneix, art. cit., 2010, p. 22-23.

11 Tite-Live, Histoire romaine, XXX, 3, 6 : « ut Antias Valerius prodit ».

12 Cicéron, Seconde action contre Verrès, livre V : Les supplices, V, 36 : « ius imaginis ad memoriam posteritatemque prodendae ».

13 Alise Lehmann et Françoise Martin-Berthet, Introduction à la lexicologie, Sémantique et morphologie, Dunod, Paris, 1998, p. 66.

14 Pour les personnages mythologiques, citons l’exemple de Tantale qu’Ovide qualifie clairement de traître dans le vers suivant : « proditor in medio Tantalus amne sitit » = « le traître Tantale a soif au milieu du fleuve », Les Amours, III, 12, v. 30. Pour avoir trahi l’amitié des dieux qui l’invitaient à sa table, il fut condamné au supplice de l’impossibilité d’étancher sa soif et d’apaiser sa faim, d’où l’expression proverbiale « le supplice de Tantale ». Les poètes posthomériques ajoutèrent une peine supplémentaire, celle du rocher placé au-dessus de sa tête menaçant de tomber.

15 Cicéron, Les Philippiques, III, 17 ; François Hinard (dir.), Histoire romaine, T. 1- Des origines à Auguste, Fayard, Paris, 2000, p. 560.

16 Sur perfuga et transfuga, voir Cynthia Couhade-Beyneix, Traîtres et trahisons dans la Rome antique de la fin de la République au début de l’Empire, EHESS, Paris, 2012, vol. 1, p. 32-33 (non publiée). 

17 Cicéron, Contre Vatinius, 25.

18 Id., 25.

19 Cicéron, Contre Verrès, II, 1, 38 ; II, 5, 152.

20 Cicéron, Pour Sextus Roscius d’Amérie, 117.

21 Cicéron, Pour Sextius, 17 ; 33 ; 35 ; Au Sénat, 23 ; Contre Pison, 11, 31, 78.

22 Cicéron, Pour Sextius 17 ; 35 ; Au Sénat, 23 ; Contre Pison, 31 ; Des provinces consulaires, 14 ; Contre Vatinius, 18.

23 Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 63, 3 et 83, 1.

24 Cicéron, Lettres à Atticus, 10, 4, 3.

25 Cicéron, Lettres à Quintus, I, 3, 5 et I, 4, 4 ; Lettres à Atticus, 3, 15, 7 ; Plutarque, Vies parallèles, Vie de Pompée, 46, 8-9 ; Vie de Cicéron, 31, 3 et 31, 4.

26 Plutarque, Vie de Pompée, 49, 1.

27 Plutarque, Vie de Cicéron, 39, 1-2.

28 Appien, Les guerres civiles, V, 96.

29 Cynthia Couhade-Beyneix, op. cit., 2012, vol. 1, p. 29 et s. 

30 Sur la prodosia, voir Anne Queyrel Bottineau, Prodosia. La notion et l’acte de trahison dans l’Athènes du Vsiècle. Recherche sur la construction de l’identité athénienne, Ausonius, Bordeaux, 2010.

31 Philippe Dubreuil, Le marché aux injures à Rome. Injures et insultes dans la littérature latine, L’Harmattan, Paris, 2013, p. 29.

32 Thesaurus Linguae Latinae, Stuttgart/Leipzig, depuis 1900.

33 Ps.-Quintilien, Declamationes minores, orat. 272, pr. 1.

34 Origène, Commentaire sur l’évangile selon Matthieu, I, 78 c. 1726 D.

35 Lactance, Des institutions divines, I, 10, 9.

36 M. Servius Honoratus, Commentaire sur l’Enéide de Virgile, IV, v. 402, l. 15 ; VIII, v. 223, l.1 ; IX, v. 353, l. 1.

37 Zénon de Vérone, Tractatus, 2, 7, 18.

38 Prudence, Peristephanon liber, I, 11.

39 Caelius Sedulius, Le Chant de Pâques, 3, 6 p. 236, 6.

40 Consentius, Lettres à Saint-Augustin., 11, 4, 1.

41 Valerianus de Cemelia, Homilia, 20, 9.

42 En 1862, Wilhelm Freund et Napoléon Theil dans le Grand dictionnaire de la langue latine avaient déjà donné comme sens premier celle qui trahit, traîtresse, et comme sens second celle qui dénonce, qui révèle, révélatrice.

43 Appien, Histoire Romaine, IV, 23 ; François Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, École Française de Rome, 1985, p. 484, n° 74 (Ligarius) et p. 519-520, n° 121 (Septimius).

44 Dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous avons établi le corpus des textes se rapportant à la trahison de Tarpéia. Nous avons remarqué que seuls deux auteurs ont utilisé le substantif proditio. Il s’agit de Valère Maxime et de Servius. Les autres auteurs, tels que Tite-Live, Properce et Florus, emploient le verbe prodere. Voir C. Couhade-Beyneix, op. cit., 2012, vol. 1, p. 106-126 ; Valère Maxime, Faits et dits mémorables, IX, 6, 1 et Servius, Commentaire à l’Enéide de Virgile, VIII, 348.

45 Hygin, Fables, 42 : « fratrem proderet » ; Ovide, Les Héroïdes, 10, 1 : « in quo me somnusque meus male prodidit » ; 10, 72 : « at pater et tellus iusto regnata parenti prodita sunt facto » ; 10, 137 : « prodidit illa patrem » ; 10, 120 : « prodita sum causis una puella tribus ».

46 Salluste, Conjuration de Catilina, 25 : « prodiderat fidem ».

47 Frédéric Lenoir, Du bonheur. Un voyage philosophique, Paris, Fayard, 2013, p. 173.

48 Ferdinand de Saussure, op. cit., p. 313.

49 Id., p. 25.

50 Maurice Olender, « Les secrets de la révélation », dans La trahison, coll. « Le genre humain », 16-17, Seuil, Paris, 1988, p. 10 et 14.

51 Michel Humbert, Institutions politiques et sociales de l’Antiquité, Dalloz, Paris, 1997, p. 356-357, n° 529.

52 Aulu-Gelle, Les nuits Attiques, XX, 1, 39.

53 Cicéron, Des Devoirs, I, 23.

54 Michel Meslin, L’homme romain. Des origines au Ier siècle de notre ère, éd. Complexe, Paris, 1985, p. 232.

55 Id., p. 232.

56 Cicéron, Contre Verrès, II, 1, 38. 

57 Id., II, 1, 39. Traduction de M. Nisard, Dubochet, Paris, 1840.

58 Ibid

59 Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 83, 1.

60 Dion Cassius, Histoire romaine, XLI, 62, 5-6.

61 Cicéron, Des Devoirs, I, 2.

62 Cicéron, Pour Sextus Roscius d’Amérie, 111.

63 Id., 112.

64 César, Guerre des Gaules, VI, 23, 8.

65 Cicéron, Contre Verrès, II, 1, 38 : « Nemo umquam sapiens proditori credendum putauit ». Traduction de H. de la Ville de Mirmont, CUF, Les Belles-Lettres, Paris, 1960.

66 Id

67 Il s’agit de la gloria dans son sens péjoratif. Sur cette question, voir Paul Jal, « Cicéron et la gloire en tant de guerre civile », Mnémosyne, 16, 1963, p. 43-56.

68 Cicéron, Pour Sextus Roscius d’Amérie, 19-21.

69 Id., 6, 23, 27, 28 et 61.

70 Ibid., 101.

71 Id., Contre Verrès, II, 2, 77. 

72 Id., Contre Vatinius, 25.

73 Salluste, La conjuration de Catilina, 32, 2.

74 Id., 36, 2.

75 Appien, La guerre civile, II, 4 ; Cicéron, Les Catilinaires, III, 14.

76 Salluste, La conjuration de Catilina, 32, 2.

77 Philippe Dubreuil, op. cit., p. 22.

78 Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, V, 62.

79 Id., Pour Sextus Roscius d’Amérie, 152 ; 117.

80 Ibid., 112 ; 117.

81 Philippe Dubreuil, op. cit., p. 18, 20-21.

82 Cicéron, Contre Pison, 76 : « Vestrae cupiditates prouinciarum effecerunt, uestrae fraudes, uestrum scelus, uestrae criminationes insidiarum mearum ».

83 Florus, Oeuvres, I, 1 (I, 3), 7 : « Sic fraus proditorum inrita fuit ».

84 Salluste, La guerre de Jugurtha, 47, 4.

85 Sur le ralliement d’Antoine à Plancus, voir Pierre Cosme, Auguste, Perrin, 2005, p. 44.

86 Ronald Syme, La révolution romaine, Gallimard, 1986, p. 268.

87 Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 63, 3 : « Plancus dubia, id est sua fide, diu quarum esset partium secum luctatus ac sibi difficile consentiens, et nunc adiutor D. Bruti designati consulis, collegae sui, senatuique se litteris uenditans, mox eiusdem proditor ». Traduction de J. Hellegouarc’h, CUF, Les Belles-Lettres, Paris, 1982.

88 Cicéron, Pour P. Sylla, 88. Dans cette occurrence, le mot dedecus fait référence à la trahison paternelle.

89 Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux, II, 46 : « omnia uera diligimus, id est fidelia, simplicia, constantia, tum uana, falsa, fallentia odimus, ut fraudem, periurium, malitiam, iniuriam ».

90 Cynthia Couhade-Beyneix, art. cit., 2012, p. 179-184.

91 Plutarque, Vie de Romulus, 17, 3.

92 Ses intrigues et son habile diplomatie lui permirent de devenir l’un des personnages les plus puissants du régime augustéen. Il accéda à la censure en 22 après J.-C. Voir Ronald Syme, op. cit., p. 162, 379, 385, 486-487.

93 Plutarque, Vie de Romulus, 17, 3.

94 Tacite, Les Annales, I, 58 : « quippe proditores etiam iis quos anteponunt inuisi sunt ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Couhade-Beyneix, « Réflexions sur la trahison et les proditores sous la République romaine », Droit et cultures, 74 | 2017, 15-35.

Référence électronique

Cynthia Couhade-Beyneix, « Réflexions sur la trahison et les proditores sous la République romaine », Droit et cultures [En ligne], 74 | 2017-2, mis en ligne le 31 août 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/4234

Haut de page

Auteur

Cynthia Couhade-Beyneix

Cynthia Couhade-Beyneix est docteur en Histoire et Civilisations. Ancienne boursière de l’École Française de Rome, chercheur rattachée au laboratoire de recherche ANHIMA-UMR 8210, elle a enseigné l’histoire de l’art antique et l’histoire ancienne aux Universités de Bordeaux et de Perpignan. Ses recherches portent sur la société et la mentalité romaine de la République au début de l’Empire. Elle a publié plusieurs articles d’histoire et d’archéologie, dont : « Traîtres et trahisons dans la Rome antique. De la fin de la République au début de l’Empire », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2012, mis en ligne le 22 février 2013, URL : http://acrh.revues.org/5015 ; DOI : 10.4000/acrh.5015 ; « L’évocation de la trahison dans l’iconographie monétaire à la fin de la République romaine et au début du règne d’Auguste », REA, 107, fasc. 2, 2005, p. 675-696. Elle a également participé à des ouvrages collectifs : « La confiscation des biens dans le cadre de la procédure de maiestate », in F. Delrieux et M.-C. Ferriès (éds.), Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain (Ve av. J.-C. – Ier ap. J.-C.), éd. de l’Université de Savoie, Chambéry, 2013, p. 163-178 ; « La trahison dans les mentalités tardo-républicaines : Un acte méprisable dont on s’accommode », in A. Queyrel Bottineau, J.-C. Couvenhes et A. Vigourt (éds.), Trahison et traîtres dans l’Antiquité, Actes du colloque tenu à Paris les 22 et 23 septembre 2011, éd. De Boccard, Paris, 2012, p. 173-187 ; « La trahison de Tarpéia et la fondation de Rome », in Cl. Javeau et S. Schehr (dir.), La trahison de l’adultère au crime politique, éd. Berg international, Paris, 2010, p. 17-26.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals