Navigation – Plan du site

Le vent des deux mondes. Enquête sur les princes iraniens de la Gaule romaine

The Wind from Two Worlds. Research Note on Iranian Princes in Roman Gaul
Jean-Pierre Poly
p. 27-46

Résumés

En 1754, Anquetil-Duperron partit pour les Indes avec l’appui de l’abbé Barthélémy, l’auteur du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce. Il se lia avec des Zoroastriens qui lui firent connaître le Zend Avesta, publiant par la suite l’étude de ces textes qui lui valut de devenir membre de l’Institut. L’Occident était allé chercher au loin les paroles de Zarathoustra. Nul ne s’avisa que la prédication des deux mondes avait pu parvenir d’Iran jusqu’en Occident longtemps auparavant, quand finissait l’Empire de Rome. Témoins deux tombes du Ve siècle dont le matériel est de provenance orientale, l’une en Rhénanie, l’autre en Champagne, celles de deux officiers commandant des unités de cavalerie d’origine iranienne. Ces princes iraniens de Gaule n’étaient pas des émigrés sans attaches. Ils étaient établis à demeure dans le pays, vivant avec leurs hommes dans des cantons qui prirent parfois leurs noms, diffusant autour d’eux des éléments spécifiques de leur ancienne Weltanschauung. Ainsi se formait lentement, en mêlant divers apports, la culture des nations d’Europe occidentale.

Haut de page

Texte intégral

« J’ai nom Vayu le vent qui va par les deux mondes

L’un  fait par l’Esprit Bon, l’autre par le Mauvais …

J’ai nom Glorieux qui plane à l’entour de la gloire,

Invoque donc mes noms, ô saint Zarathustra,

Parmi les hordes hostiles, bataille des nations,

Si contre toi se lève un tyran tout-puissant …

Vayu au collier d’or nous t’offrons sacrifice,

Vayu au brassard d’or nous t’offrons sacrifice,

Vayu  aux armes d’or nous t’offrons sacrifice,

Vayu aux bottes d’or nous t’offrons sacrifice,

Vayu ceinturé d’or nous t’offrons sacrifice,

Vayu à l’acte ultime nous t’offrons sacrifice … »

  • 1   D’après J. Darmesteter, L’Avesta (1893), rééd. Paris, 1960. Cette étude prolonge un mémoire non p (...)

Râm Yasht 1

  • 2   L. Lalanne, Dictionnaire historique de la France, Paris 1877, à ces noms.
  • 3   Notamment, selon une tradition familiale, le dastur Jamasp, un ancêtre de Kasra Vafadari.

1En 1756, Louis-Pierre Anquetil, un homme d’Eglise qui devint plus tard membre de l’Institut, publiait l’Histoire de la ville de Reims en Champagne. Dans le même temps, son frère plus aventureux, Abraham-Hyacinthe Anquetil-Duperron, après avoir étudié l’hébreu, l’arabe et le persan, était parti pour l’Inde d’abord comme soldat, puis comme chercheur avec la protection de l’abbé Barthélémy, l’auteur du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce2. Durant son voyage, Anquetil-Duperron se lia avec des Zoroastriens qui lui firent connaître le Zend Avesta3. Il revint en France en 1762 et publia, dix ans après, la première étude de ces textes qui lui permit de devenir, lui aussi, membre de l’Institut. Nul ne songeait alors, et nul ne s’avise aujourd’hui, que la culture de l’Iran ancien avait pu venir jusqu’en Europe longtemps auparavant, quand finissait l’Empire de Rome.

2Des témoignages concordants le laissent pourtant penser, notamment celui de deux tombes princières de la Gaule du Ve siècle, l’une située en Rhénanie, l’autre en Champagne. Le splendide attirail qu’elles contenaient était de provenance orientale. Mais avant de l’examiner, rappelons les circonstances de ces découvertes au XIXe siècle.

  • 4   Au lieu-dit le Haut de Marisy, aujourd’hui le Martrait, près du chemin dit du Martrait, aujourd’h (...)

3Le 22 août 1842, dit-on, un manoeuvre qui extrayait du gravier près du village de Pouan, en Champagne, aurait trouvé les ossements d’un guerrier, ses armes et ses parures d’or4. L’homme alla proposer les objets au conservateur du musée de Troyes, Corrard de Bréban, originaire de la région, lequel, faute de crédits, ne put acquérir que les moins chers, les deux lames rouillées de l’épée et du sabre. Les pièces d’orfèvrerie furent achetées par un joaillier de la ville qui chercha à son tour un acquéreur.

  • 1

4Durant ce temps, le monde allait son train. En décembre 1851 et en novembre 1852, un coup d’Etat et un plébiscite avaient légitimé le second Empire français. En juin 1853, les objets prétendument trouvés à Pouan furent présentés au congrès archéologique tenu à Troyes qui en établit l’importance : une tombe princière, près des Champs Catalauniques où Attila et ses hordes avaient été arrêtés par la dernière armée de l’empire romain en Gaule5. La tombe supposée était le témoin de la résistance gallo-romaine – donc française ! – à l’invasion. Un tel trésor était sans prix.

  • 6   Dès 1851, l’année du coup d’Etat, Louis-Napoléon aurait entrepris la rédaction d’une Histoire de (...)

5De fait, la somme demandée décourageait les amateurs. Mais on savait l’empereur Napoléon III passionné d’histoire et d’archéologie, passion que manifestait alors le projet des fouilles d’Alésia. L’archéologue Peigné-Delacourt, soutenu par le préfet de l’Aube, le vicomte de Charmailles, informa Sa Majesté qui acheta les objets précieux en 18586. Du coup, les lames acquises par le musée lui furent solennellement apportées, le 11 mars 1860, par le préfet escorté d’une délégation de la Société savante du département. Et là, assaut de générosité, c’est l’empereur qui fit don du trésor entier au musée de la ville où il se trouve aujourd’hui. Au fil de cette belle histoire, on avait oublié de regarder d’un œil tant soit peu critique les circonstances de la trouvaille.

  • 7   Dans le cas de Nagyszeksos, à 40-75 cm de profondeur dans l’humus, sans traces de squelette ou de (...)

6Selon des indications remontant au manoeuvre, « auteur et seul témoin de la découverte » comme le note, un peu inquiet, un archéologue, le corps aurait été inhumé à faible profondeur dans le gravier, recouvert d’environ 40 cm de terre végétale, « les pieds et les mains presque à fleur de grève et le tronc et le bassin plus enfoncés dans le sol ». Mais la tombe, en principe localisée, ne fut jamais retrouvée, ni rien qui pût la signaler. Qu’un roi ou un prince ait pu être enterré sous 40 à 50 centimètres de terre végétale sans qu’il restât la moindre trace de sa sépulture ne semblait surprendre personne7.

  • 8   Pas plus qu’on ne se demanda à qui appartenait le fonds sur lequel travaillait le manœuvre, pour (...)

7Dans le temps même où le manœuvre découvrait une tombe là où elle ne se retrouve pas, l’église de Viâpres-le-Petit, non loin de Pouan, juste de l’autre côté de l’Aube, s’était en partie effondrée. Son curé décida de la reconstruire, à ses frais, à partir de 1852 et en 1861 le nouvel édifice fut consacré. Le prêtre s’y fit inhumer dans l’entrée où l’on peut lire son épitaphe sur une belle dalle funéraire fixée dans le sol, à la manière médiévale. Cette tombe-là est aussi voyante que celle du prince était évanescente. Par quel miracle un curé de campagne avait-il pu financer la reconstruction de son église, nul ne s’en étonna8.

  • 9   Il aurait disparu lors de la dernière guerre avec le curé d’alors qui se joignit à l’exode et qui (...)

8On disait encore, parmi les petits-enfants de ses ouailles, que le prêtre avait reçu de Napoléon III un calice d’or pour le service de sa paroisse. Qu’était cette coupe, nous ne le saurons pas ; elle aurait été perdue pendant l’exode d’un autre curé au début de la dernière guerre9. Reste que dans la conscience des paroissiens, un objet précieux et l’empereur sont associés à l’église nouvelle comme ils l’étaient dans l’histoire de la prétendue tombe de Pouan. Nous entrevoyons d’où aurait pu venir au curé de Viâpres l’argent nécessaire à la reconstruction de son église et où avait pu être la sépulture du guerrier : dans l’église de Viâpres plutôt que dans la gravière de Pouan. Localisée en ce dernier lieu, la tombe perdait toute chance d’identification ; sur le défunt, la gravière n’avait rien à dire.

  • 10   Selon J. Werner, Beiträge zur Archäologie des AttilaReiches, München 1956. Bona p. 142, 229 et 23 (...)
  • 11   Il faudra attendre 1913 pour qu’un archéologue hongrois rattache la tombe aux pérégrinations hunn (...)

9Transportons-nous en Rhénanie, à Wolfsheim. En 1870, y fut trouvée la tombe d’un autre guerrier à l’équipement oriental10. La découverte était mieux localisée qu’en Champagne, mais les circonstances étaient moins favorables à la célébrité : ici, pas de Champs Catalauniques, pas de résistance glorieuse à une invasion, au contraire. La région était en effervescence, la guerre venait d’éclater entre la France et l’Allemagne et au début du mois d’août trois armées allemandes pénétraient en Alsace et en Lorraine. Un autre empire national, celui du roi de Prusse, triomphait de l’empire français. La tombe de Wolfsheim, qui contenait une inscription en caractère persan, n’avait guère l’air d’être germanique. On ne se soucia donc pas trop de la découverte et il n’est pas sûr qu’elle ait été très soigneusement fouillée. Elle fut identifiée comme « barbare » – ce qui était bien vague – et relevant d’une « mode orientale », au mieux d’une « influence orientale »11.

10Reprenons ces deux dossiers pour tenter d’identifier les défunts : nous allons voir qu’il s’agit bien de cavaliers orientaux, princes parmi les leurs. Nous pourrons ensuite, à partir de certains objets de leurs tombes, proposer quelques hypothèses sur la culture qu’ils avaient apportée en Gaule.

Deux cavaliers venus d’Orient

11Plusieurs des objets issus des trouvailles du XIXe siècle ont été décrits et identifiés comme orientaux par les archéologues qui, en revanche, ne se sont guère préoccupés de leur environnement. Que pouvons-nous savoir des deux défunts et de leurs entourages ?

  • 12   Ammien Marcellin, Histoires, 23.6.75-84. éd. J. Fontaine, Paris, 1977. L’absence de fibule pour f (...)
  • 13   Les colliers seraient « caractéristiques des tombes d’hommes hunniques, alaines et germaniques », (...)
  • 14   Bona, p. 124.
  • 15   Pas d’arc, malgré les indications de la tradition, cf. infra ; Bona p. 117 indique que même dans (...)

12Commençons par la tombe du chef enterré à Wolfsheim, sans doute chronologiquement la première. Si son vêtement valait ses parures, il devait être étincelant, comme les nobles iraniens décrits par Ammien Marcellin12. Il avait l’attirail habituel d’un prince de ce temps : un bracelet d’or, un ceinturon à plaque-boucle en cloisonné d’or et grenats et des bottillons dont les sangles avaient des boucles d’or13. Ce qui était moins fréquent en revanche, c’est qu’il portait un collier d’or, non le type devenu alors prédominant – un mince cercle avec fermeture à crochet –, mais une parure ancienne, de facture archaïque avec des extrémités à tête d’animal, très usé, peut-être un bijou de famille. Une ceinture basse à boucle d’or soutenait son épée de cavalier à longue et large lame. A la poignée de l’épée, pendait une dragonne alourdie d’un pendant fait d’une boule d’ambre, et de tels pendants sont un trait oriental14. L’homme n’avait apparemment ni lance, ni arc et carquois. Mais les fragments d’os de l’arc avaient peu de chance d’intéresser les fouilleurs15.

  • 16   Cf. infra n. 27. Plaque maintenue par des bandes sur la poitrine des rois sur les coupes sassanid (...)

13Deux objets trouvés dans sa fosse montrent que le cavalier venait d’Orient. Le premier est un sou d’or, une monnaie frappée pour l’empereur romain d’Orient Valens (364-378). Dans la tombe, la pièce servait peut-être « d’obole à Charon » destinée à payer au batelier des enfers le passage dans l’au-delà : une pratique païenne romaine mise en œuvre par une épouse gauloise ? Le second objet est beaucoup plus rare : c’est une petite plaque carrée, en or et pierreries rouges, en principe portée sur la poitrine. La plaque est gravé d’un nom en caractères persans et ce nom, Ardashir, est sans conteste iranien16.

  • 17   Ausone, La Moselle, 1-6, éd. MGH, AAV2, Berlin, 1883 : champs nuper metata Sarmatis sur l’itinéra (...)

14L’histoire du prince de Wolfsheim peut être entrevue grâce à la localisation de sa tombe. Nous sommes en Nahegau, à quelques lieues du fort de Bingen sur le Rhin, un canton où des cavaliers sarmates avaient été installés en 370-374 par l’empereur Valentinien. C’était le temps où les clans sarmates de la rive gauche du Danube étaient redevenus instables et dangereux. D’autres Sarmates, jadis vaincus par Constantin et installés sur la rive droite, en Thrace, risquaient de se ranger du côté de leurs parents restés libres. Les empereurs avaient donc décidé de les transférer en Gaule et on avait pour eux « borné les terres » à l’ouest de Bingen17. Vers 400, cette troupe était qualifiée de « cataphractaires alains de Bingen ». Des Sarmates danubiens aux Alains originaires des steppes au nord du Caucase, d’où venait le changement ?

  • 18   Il semble que cette politique d’échange de troupes entre Orient et Occident ait eu pour but de re (...)
  • 19 Comites Alani, in Notitia Dignitatum, oc. 6.50, éd. O. Seeck, (1876), Francfort 1983, oc. 6, 50, p. (...)
  • 20   Le Hünnen Ring près de Nonnweiler et Kastel, est sans doute moins significatif, Hund devenu Hun d (...)

15En 378, Gratien, fils et successeur de Valentinien, partit en Orient secourir son oncle Valens. A son retour en 379, il ramena une unité de cavalerie dont il fit son régiment préféré, les « Compagnons Alains »18. Il les établit non loin de Trèves sa capitale, chez les Sarmates du Nahegau19. Par la suite, des locuteurs germaniques, assimilant ces Alains aux Huns qui les avaient soumis, baptisèrent leur établissement Hunsrück, « le Reste des Huns »20.

  • 21   Au début du VIe siècle, un Goar, homonyme et sans doute parent, s’établit dans le pays pour le ré (...)
  • 22   « Méprisant la lance, il porte un arc et un carquois », Waltharius v. 725, éd. M. Dexter Learned, (...)
  • 23   Arda, ‘rd’w, désigne celui qui est « droit », qui relève de la « règle », cf. les noms d’Artaban (...)

16Dans les années 410-413, le chef de ces Alains de Bingen, resté fidèle à Rome malgré l’arrivée d’autres Alains aux côtés des envahisseurs Vandales, se nommait Goar21. La tradition épique germanique le présente comme un compagnon du légendaire roi burgonde de Worms Gunther, mais le considère comme un archer à cheval, une technique de combat orientale22. Un texte du IXe siècle germanise son nom en Wurhardus et le dit Pandaride, renvoyant par souci d’élégance classique au légendaire Pandarius fils de Lycaon. A travers ces formes on identifie un *Gwh’r ‘rdw, « Ardaw au Bijou », fils d’un *Pnd ‘ry’w, « Noble Chemin/Conseil » 23. Le bijou assez remarquable pour valoir son surnom à Ardaw fils de Pandarya doit être la plaque au nom impérial que l’homme emporta dans sa tombe. Il permet d’entrevoir son point de départ en Orient.

  • 24   Ammien Marcellin, Histoires, 18.6.22 éd. G. Sabbah, Paris, 1970 ; étant donnés les autres conting (...)
  • 25   Brosset, II, p. 16, d’après Etienne Orbelian, Histoire de Siounie I, 10, p. 24, reprenant lui-mêm (...)

17Dans la seconde moitié du IVe siècle, au nord de l’empire sassanide, s’était précisée la menace des nomades de « l’Iran extérieur ». Dès 350, aux Gelons de l’Ouest de la Caspienne s’étaient ajoutés à l’Est les Chionites. En 356-358, le roi des rois Shapour II fit campagne contre eux et il réussit à obtenir l’alliance des deux rois, celui des Chionites avec ses clients Kushans de Bactriane et Sakas du Seistan, et celui des Alains. En 359 il les emmena attaquer la Mésopotamie romaine24. En 376, les Huns étendirent leur domination dans les steppes au nord du Caucase, intensifiant la pression des Alains qui franchirent à nouveau les cols vers le Sud. Un texte épique arménien conte les exploits de Babik, prince de Siounie, la marche orientale de l’Arménie : exilé chez les Romains vers 368 puis revenu à la cour de Shapour, il réussit à tuer un chef qui ravageait la frontière. La tradition arménienne nommait ce chef Hounagour, qui pourrait être un *Hwn-e Gw’r, « le Hun au Bijou », vraisemblablement un Alain vassal des véritables Huns, ceux-ci n'étant pas encore arrivés dans la région25.

  • 26   N. Lenski, Failure of Empire, Berkeley 2002, p. 320-367.

18Durant ces mêmes années, l’empereur romain d’Orient, Valens, résidant à Antioche, intriguait en Arménie lorsqu’en 378 les Goths du Bas-Danube, eux aussi refoulés par les Huns, envahirent la Thrace. Il alla les combattre à Andrinople où il mourut26.

  • 27   Ardeshir II devint empereur en 379 et fut déposé quatre ans plus tard, Christensen, op. cit., p. (...)

19C’est dans le cadre de ces années 378-379 qu’il faut replacer la plaque gravée de l’inscription ‘Rthsr, Ardeshir. Le nom est celui du fondateur de la dynastie sassanide, repris au IVe siècle par un prince du sang, gouverneur d’Adiabène puis roi des rois en 37927. De telles plaques gravées du nom impérial sont des présents officiels : en 378, lorsque le vieux Shapour voulut gagner à sa cause un prince arménien influent, Manuel Mamikonean, ex-partisan de Valens, il lui envoya, entre autres présents, « un ornement pour orner sa poitrine comme en portent les rois ». La plaque impériale a dû être offerte par Ardeshir avec les mêmes intentions captatrices. Mais le sou frappé avant la mort de Valens en 378 montre que le chef qui l’avait reçu avait aussi accepté l’or romain. Ce chef pourrait être l’Alain hunnisé vaincu par Babik peu après 378 ; le présent impérial lui aurait valu son surnom épique de « Hun au Bijou ». A sa mort, son clan n’avait plus d’autre choix que de rallier les Romains.

20Le cavalier enterré à Wolfsheim, chef probable des Alains de Bingen, était donc un Iranien du Nord dont le père ou le grand-père, un roi parvenu au sud du Caucase, avait hésité entre les deux empires, le persan et le romain. Lorsqu’il fut éliminé par les gens de Siounie fidèles des Sassanides et alliés des Mamikonean, les siens allèrent à Théodose qui jugea plus expédient de les donner à Gratien. Ainsi se fit que le sou et le bijou arrivèrent en Gaule.

  • 28   Botillons à boucle, Bona p. 102 et 133, mais il n’en reste qu’une. Collier, Girshman, pl. XIV p.  (...)
  • 29   La boule a disparu, il n’en reste que la rondelle en or incrustée de grenats qui bloquait la lani (...)

21Le prince enterré à Viâpres n’était pas moins richement paré que celui de Wolfsheim. Il portait au cou un mince collier d’or, au bras un bracelet d’or, autour de la taille un ceinturon avec une boucle d’or et ses bottillons étaient serrés à la cheville par des sangles à boucle d’or28. Sur sa hanche gauche, une étroite ceinture basse au fermoir d’or et de grenat soutenait son épée de cavalier dans un fourreau fixé à la ceinture par deux passants incrustés de grenat. Cette épée, comme celle du prince de Wolfsheim, était munie, à l’orientale, d’une dragonne au pendant en boule29.

  • 30   « Forme inhabituelle pour un scramasaxe, longue et étroite », Bona 15 et 125 ; sabre à lame droit (...)
  • 31   Cf. les coupes sassanides qui représentent les rois chasseurs en archers à cheval ; ils portent l (...)
  • 32   Anneaux semblables, Bona, p. 135 et 212, qui y voit des anneaux de suspension montés sur la ceint (...)
  • 33   Ce n’est pas un anneau sigillaire, car le nom est gravé à l’endroit, de façon apparemment peu pro (...)

22Deux autres traits sont nettement orientaux. Passé dans son ceinturon, le cavalier avait aussi un long couteau, non un scramasaxe mais un sabre à lame mince, au pommeau d’or et de grenats, une arme orientale dont l’identique a été retrouvée à Oros sur la Haute Tisza en Hongrie 30. Deuxième trait oriental : sur sa hanche droite, une seconde ceinture basse, avec un fermoir identique à celui de la ceinture de l’épée, soutenait, pensons-nous, un carquois à couvercle31. Il n’en reste qu’un élément solide, un petit anneau d’or soudé à un disque d’or et grenats cousu sur le bord, où passait la lanière qui maintenait le couvercle fermé 32. Dans l’équipement retrouvé manquent les bouts d’os de l’arc réflexe ; ils ont pu avoir le même sort que les ossements du défunt, le ou les découvreurs les négligèrent. Le prince champenois, comme son pareil rhénan, était donc un archer à cheval. Lui aussi portait une parure avec un nom : une chevalière d’or où était gravé d’un trait léger, en caractères latins, le nom Heva33.

  • 34   Frédégaire 4.19 connaît le pays sous le nom de campania arciacensis
  • 35   Vita Genofevae 35, étudiée par M. Heinzelmann et J. C. Poulin, Les vies anciennes de sainte Genev (...)
  • 36   L’influence de Geneviève et de son protecteur Germain d’Auxerre – une cité sur le territoire de l (...)

23Le site probable de sa tombe, Viâpres, nous en dit plus. Elle est située en Arcesais. C’était alors, nous l’apprenons par la Vie de sainte Geneviève, un canton militaire placé sous le commandement d’un tribun 34. Entre 471-476 et 481-486, les Francs, refusant le commandement du dernier maître de la milice, avaient bloqué l’arrivage à Paris des surplus de grains venus des grandes plaines à blé de Belgique, réduisant ainsi les Parisiens à une pénurie chronique. Pour déjouer la manœuvre, Geneviève mena un train de péniches par la Seine et par l’Aube jusqu’à Arcis35. Elle y fut bien accueillie par le tribun, l’officier commandant à la fois le « pays » (pagus) et l’unité militaire qui y était établie36.

  • 37   A. Roserot, Dictionnaire de la Champagne méridionale, I-IV, Langres-Troyes, 1942-1948.
  • 38   Le texte de 753 donne Mantavia, mais il n’est connu que par une copie ; on peut songer à une méta (...)
  • 39   « Voie âpre » est aujourd’hui l’étymologie revendiquée par les habitants, qui leur semble plus pr (...)
  • 40   A moins que Vicus Aspar ne soit la transcription d’un *Beh-e Asparr (cf. Beh-Ardashir en Iran), b (...)

24Le nom de Viâpres est aujourd’hui porté par deux localités : Viâpres-le-Grand qui faisait partie du domaine de l’abbaye de Plancy et fut plus tard intégré à cette commune, et Viâpres-le-Petit, la tombe probable du cavalier. Au VIIIe siècle, le premier de ces villages se nommait Vicus asper, le second Mantavia, devenu seulement au XIIe siècle Viaspera parva37. Mantavia pourrait être Mantaiva/*Mandha-e Hewa, « Les restes d’Heua », le nom gravé sur la bague du prince défunt, qui serait la transcription du moyen-persan *‘Hy hwa, « Bon Premier (-né) »38. Celui de Viâpres n’est pas moins révélateur ; il se traduirait en latin par « Apre bourg », mais le village, en plat, n’a rien d’âpre ou de montueux39. La forme médiévale doit être une évolution de Vicus Aspari, « le bourg d’Aspar », un nom iranien bien connu40.

  • 41   AASS Boll. Oct. V, 120. La finale du nom pourrait être le suffixe ‘h, utilisé comme marque d’invo (...)
  • 42   Quelques années plus tard, la tête se retrouva, mais au couvent des dames de Notre-Dame de Troyes (...)

25Ces deux identifications iraniennes sont confirmées par une étrange dévotion locale. A quatre lieues à l’est de Viâpres se trouve une église dédiée à une sainte qui n’est honorée que dans le canton, Tanche41. Tanche posait un sérieux problème à l’évêque de Troyes : elle n’avait pas de corps, témoin un mandement de 1441. A cette date, les paroissiens des trois villages de L’Isle, Ramerupt et Lhuître se disputaient les pèlerins qui voulaient honorer la sainte, chaque paroisse affirmant que le corps était chez elle. L’évêque Jean fit rechercher les reliques mais on ne trouva rien de probant. Dans ces conditions le prélat, que l’on sent passablement énervé, s’en tint à la tradition qui était en faveur de Lhuître : il interdit aux gens de l’Isle et de Ramerupt de prétendre avoir le corps de la sainte et d’empêcher pour ce motif les pélerins de se rendre à Lhuître, autorisant en revanche ceux-ci à continuer de fréquenter cette église ou bien, non loin, la petite église isolée du Bouchet. Mais « parce que de ce temps rien ou peu n’a été trouvé du susdit corps en ces lieux, nous interdisons de même aux habitants du village de Lhuître d’assurer désormais que le corps glorieux de la susdite vierge est dans leur église, sauf si, ultérieurement, elle y est retrouvée »42.

26La vie de la sainte, sans doute rédigée à l’occasion de l’enquête de 1441, se fondait sur la seule tradition populaire. C’est le récit intemporel d’un viol conté de façon réaliste avec force dialogues et exclamations pieuses pour meubler. Le père de Tanche, demeurant à Ramerupt, vient à Arcis visiter son compère, parrain de la jeune fille. Celui-ci regrette de ne pas la voir, « Et où est ma filleule Tanche ? », le père répond « Elle garde nos biens et dirige notre maison ». Un écuyer à cheval est envoyé la chercher. En la ramenant, « il se mit à lui parler d’amour » ; elle refuse, il insiste, elle cherche de l’aide mais personne en vue, ni laboureur, ni pâtre, ni voyageur ; elle prie ; il la jette à bas du cheval et tente de la forcer ; elle se débat, il la frappe avec le pommeau de son épée sur la bouche et les joues, un flot de sang coule de ses narines ; finalement, la colère le prend, il la décapite près d’un lieu nommé Mons Baniae. Elle se relève, porte sa tête « jusqu’à la vallée de Lhuître » et s’étend près d’une aubépine – il fallait bien expliquer qu’assassinée sur le trajet Ramerupt-Arcis, elle soit censée reposer près de Lhuître –. Là, le corps reste exposé, mais « pour que le vol de l’aigle rapace ou les serres du vautour, le loup ou le chien ne violent pas les membres de la gisante », alors même qu’on était en octobre et donc « à l’encontre de la nature », des épines et des halliers poussèrent aussitôt sur la tombe pour la protéger, formant le « Bouchet », le petit bois.

27Reste à expliquer deux absences. Celle du corps ; au miracle du bosquet protecteur, l’auteur de la vie en ajoute un autre : « nul autre que les anges creusèrent sa fosse, nul autre que les anges ensevelirent son corps », une façon élégante d’expliquer pourquoi on était incapable de retrouver l’une et l’autre alors même que l’endroit était identifié. Autre absence, celle d’une parenté ; l’auteur avoue qu’il ne sait ni le nom des parents de la sainte, ni son statut, noble ou roturière, et il tente de s’en justifier en rappelant le commandement de l’Evangile de laisser ses parents pour suivre le Christ. L’essentiel, déclare-t-il, c’est que Tanche, « rutilante au monde, brilla … comme Hesperus ou Lucifer dans les cieux éthérés ». Hesperus et Lucifer, les deux noms de l’étoile du berger, guide et consolation des voyageurs.

28Voyageurs, les parents anonymes de Tanche l’avaient été. Pour éclairer, faute de mieux, les origines de la sainte, l’auteur rapporte une tradition régionale : « Certains très nobles personnages, de la race des chrétiens, partis d’Antioche vers l’Occident avec leurs épouses, leurs enfants et leurs biens, furent transportés en France et certains se reposant au terroir de Ramerupt, d’autres à celui d’Arcis, d’étrangers, ils voulurent devenir colons ».

  • 43   A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 1984 donne pour (...)

29Dans ces conditions, on peut identifier Tanche venue avec les colons d’Orient. Son nom n’est autre, semble-t-il, que le moyen-persan, Tng-’h « Passion ». Le confirmerait le nom du village de Vaupoisson qui se nommait jadis Vadum Pass(i)onis « le gué de la Passion », au passage de l’Aube face à L’Île et au lieu présumé du meurtre. Lhuître, autrefois Lustrum, qualifié dans la Vie non de village mais de « val », pourrait avoir été *Rwz dr, « le Val de Lumière », celle de Tanche/Passion qui brillait comme l’étoile du berger. La troisième paroisse concernée, Ramerupt, autrefois Ramerut, sur la rivière qui forme la frontière du canton, pourrait avoir été *(H)Rwm rwd, « le Rû des Romains », ce que confirmerait le toponyme voisin de Romaines43. Avec le temps, on oublia ces sens et, dans le français du Moyen Age classique, Tanche, Poisson et Huître firent bon ménage. En fait Passion, qui n’avait ni corps ni parents, était, pensons-nous, une allégorie tardivement incarnée. Elle était honorée le 10 octobre et cette date permet de remonter la trace d’Heva et des siens.

  • 44   « Les Bienheureux Immortels », ‘mhr’spnd’n, désigne les cinq éléments de Lumière. Tanche était-el (...)
  • 45   Epitaphe d’un chrétien de Perse mort à Constantinople, N. N. Bogoliukov, L’inscription pehlevie d (...)
  • 46   Huart, p. 427.

30Le 10 octobre est en effet le jour de la passion d’un saint authentique, un prétendant malheureux au trône de Perse, (A)MaharShapur, Shapour l’Immortel44. Au début du Ve siècle le roi des rois Yezdegerd Ier, qui incarnait la tendance ouverte du mazdéisme, s’était montré tolérant envers les chrétiens45. Tant et si bien qu’en 420 ceux-ci n’hésitèrent pas à détruire un temple du feu qu’ils trouvaient trop proche d’une de leurs églises ; on les condamna à le rebâtir, leur évêque refusa46. La réaction des grands et du clergé fut violente : les chrétiens furent persécutés, le roi fut assassiné, et Shapour, son fils aîné, alors vice-roi d’Arménie, fut jeté en prison tandis que son cadet Behram montait sur le trône. Trois ans après, Shapour était exécuté et son martyre lui valut la vénération des chrétiens.

  • 47   Isaac, in Cambridge Ancient Hist. , p. 437 et s.
  • 48   C’était aussi – parce que ses chefs avaient eu cet office ? – le nom d’une des sept grandes ligné (...)

31Entre-temps, la persécution anti-chrétienne avait entraîné une guerre entre les deux empires. En 421, Behram affronta l’armée romaine du côté de l’Arménie, en Arzanène, mais celle-ci contre-attaqua avec succès, contraignant l’armée perse à se retirer sur Nisibe47. Finalement, l’année suivante on fit la paix, la liberté de culte fut accordée aux chrétiens chez les Persans et aux mazdéens chez les Romains. Certains purent même choisir le camp qu’ils souhaitaient. C’est ainsi qu’un chef portant le titre iranien d’aspabedh, « Général de la Cavalerie », passa aux Romains et fut établi en Palestine sous les ordres du Maître de la Milice d’Orient résidant à Antioche48.

  • 49   Un Aerobind fils de Dagalaif et petit-fils d’Aerobind consul en 506, fut ambassadeur en Perse en (...)
  • 1
  • 51   Antioche était le quartier-général du Maître de l’armée d’Orient, dont dépendait la Palestine. Le (...)

32Lors de l’offensive de 421, le commandement de l’armée romaine avait été confié à deux généraux aux noms iraniens, Aerobind, *‘hwr’ bnd, « Lien d’Ahura », et Ardabur, *‘rda br, « Maintient le droit », fils d’Aspar, un Alain49. En 424, Ardabur et son propre fils, nommé Aspar comme le grand-père, furentenvoyés en Italie pour éliminer l’usurpateur Jean et faire couronner Valentinien III ; Aspar le Jeune eut alors l’honneur d’être nommé consul50. En 431, il alla en Afrique aider le comte Boniface attaqué par les Vandales. L’année suivante, les deux généraux se séparèrent, Aspar rentra en Orient et Boniface vint en Italie pour combattre un partisan de Jean, le fameux Aetius. Celui-ci triompha et devint le maître de l’empire d’Occident. Certains cavaliers d’Aspar, restés avec Boniface, durent bon gré mal gré rejoindre ses troupes. C’est ainsi que leur voyage depuis Antioche se termina en Champagne51.

  • 52   Mérobaude avait reçu à l’ouest de Troyes le domaine de Mantaniacus/Mantenay, plus tard abbaye de (...)

33Heva devait être l’un des compagnons d’Aspar, marié à une parente de celui-ci, ensuite passé au service d’Aetius qui lui aurait donné le domaine de Plancy avec le commandement de l’Arcesais. Il dut avoir un successeur nommé Aspar, comme leur parent et protecteur, lequel laissa son nom à sa résidence au terroir de Plancy qui devint ensuite une abbaye comme ce fut le cas, non loin de là, du domaine du patrice Mérobaude, un autre fidèle d’Aetius52.

34Les deux cavaliers orientaux étaient donc des princes arrivés de « l’Iran extérieur » aux marches septentrionales de l’empire sassanide, ensuite passés à l’empire romain d’Orient pour venir finalement commander des troupes de cavalerie en Gaule romaine aux derniers temps de l’empire d’Occident. Le second au moins était chrétien ou christianisant. La culture des leurs était-elle la même que celle des populations gallo-romaines parmi lesquelles ils étaient établis ? Certains objets des deux tombes – chaudrons et colliers – laissent penser que non.

Le chaudron, le collier et la cigale

  • 53   Pour le dastur A. Bode Framroze, « le disque indique l’orbe solaire, les ailes évoquent le libre (...)

35Aspar portait un nom alain et Goar commandait une unité d’Alains. Ce supposé ethnonyme, transcrit en Gaule Alan ou Alon, est considéré comme une variante d’aryan, « les nobles », qui a donné l’Iran des empereurs et l’Iron d’Ossétie. Pour un ethnique, le nom serait bien peu caractéristique. Ne serait-il pas plutôt identique au moyen-persan ahlawan, « les justes » ? Il aurait alors pu désigner ceux des clans de l’Iran extérieur qui avaient jadis adhéré à la prédication de Zarathoustra. Quoi qu’il en soit, aux alentours de 400, il y avait plus d’une génération que les princes alains fréquentaient les palais de l’empire sassanide et s’y familiarisaient avec le mazdéisme. Aux frontons des bâtiments ou sur les sceaux des rois figurait le vieux symbole de leur religion, symbole encore utilisé de nos jours : dans une version simple, un cercle – l’orbe solaire ? –, parfois avec deux pieds recourbés – un chaudron ? – muni des ailes et de la queue d’un rapace ; dans une version plus figurée, de ce cercle sort Ahura Mazda, ou bien l’Esprit saint, présentant un grand anneau 53.

36Le symbole invite à considérer de plus près deux types d’objets considérés comme orientaux dans les tombes du Ve siècle et présents dans l’une de celles qui nous intéressent ici : certains chaudrons et certains colliers.

  • 54   J. Bienaimé, supra n. 4, remarque : « il est troublant de constater que la sépulture de Pouan, qu (...)

37Les chaudrons tout d’abord. Avec les lames du prince Heva, le musée de Troyes avait aussi recueilli deux élégants chaudrons cylindriques à pied évasé, en bronze, et un petit bassin en bronze des alentours de l’an 40054.

  • 55   Bona, p. 90.
  • 56   Hérodote 4.61, 4.26, 1.216 éd. Ph.-E. Legrand, Paris, 1946.
  • 57   Massagètes, Hérodote 1.202. Ivresse du chanvre, 4.73 ; infra n. 60 .
  • 58   Amm. Marc, Histoires 23. Kouznetsov et Lebedynski. Le fait même qu’on puisse se dire à la fois Ma (...)

38Longtemps auparavant, des chaudrons semblables avaient été fréquents dans les tombes scythiques, offerts au défunt après le repas funéraire55. Ils servaient à cuire la viande des bêtes sacrifiées, ensuite consommée par les assistants : « Les victimes écorchées, ils les désossent et jettent la chair dans leurs chaudrons … Ils la font cuire dans ces chaudrons avec comme combustible les os des victimes … Les Scythes sacrifient toute espèce de bétail et surtout des chevaux »56. Plus à l’Est, vers l’Oural et la Caspienne, le repas funéraire aurait impliqué une anthropophagie familiale rituelle, ainsi chez les Massagètes ou chez les Issedones : « Lorsqu’un homme a perdu son père, tous ses proches lui amènent du bétail. Les animaux sont sacrifiés et dépecés, puis on taille aussi le cadavre du père, on mêle toutes les viandes et l’on sert le banquet ». Dans les occasions solennelles, Scythes et Massagètes consommaient aussi du chanvre indien57. Au IVe siècle, les Massagètes étaient devenus Alains ; si le nom désigne des Zoroastriens, ils avaient renoncé aux sacrifices et à la drogue58.

  • 59   Bona, p. 91-95 ; champignons reproduits également sur des diadèmes féminins, p. 96.
  • 60   Sur les drogues et leurs anciens emplois religieux, R. Evans Schultes et A. Hofmann, Les plantes (...)
  • 61   Offrandes funéraires, Bona, p. 146. A Jedrzychowice en Silésie, des éléments de parure, un chaudr (...)
  • 62   Chaudron des environs de Troyes, de forme identique avec la décoration caractéristique des champi (...)

39Mais à la même époque, leurs voisins les Huns liaient encore repas funéraire et drogue de voyance. A preuve les chaudrons hunniques de bronze cylindriques avec le même pied évasé que leurs homologues scythiques, mais un peu plus hauts. Ils sont ornés de figurations de champignons59. Ce champignon est l’ammanite tue-mouche, habituelle comme drogue de l’extase chez les peuples sibériens60. Plusieurs de ces chaudrons ont été retrouvés abîmés et brûlés, rarement dans une tombe ; ils ont dû être utilisés pour la cérémonie d’anniversaire du décès61. Un fragment de ce type de chaudron a été trouvé dans la région de Troyes, peut-être un reste des Huns venus dans la région en 45162.

40Zarathoustra avait catégoriquement interdit les sacrifices d’animaux et la consommation de drogue. Le rituel mazdéen leur substitua des éléments spiritualisés. Le banquet funéraire devint le « pain de Sraosha ». Comme les autres sacrifices (yasna), il comporte la confection par le prêtre du parahôm où quelques brins de la plante haoma sont pilés avec un rameau de grenadier et mouillés d’un peu d’eau bénite, le mélange étant filtré puis mêlé à du lait et conservé dans une sorte de chaudron ; aux temps modernes, seul le prêtre consomme quelques gouttes de ce mélange. Quant au banquet, il est réduit à un repas symbolique composé d’un peu de lait à boire, un peu de beurre et de pain béni à manger. Parahom et pain avaient donc depuis longtemps remplacé la drogue et la viande sacrificielle interdites par le prophète

  • 63   Coupes, Bona, 140-143 ; ou plus simple, Bona, p. 104.

41Si l’on en croît la déclaration du découvreur, Heva avait été inhumé, il n’était donc pas mazdéen. Mais la présence de nombreux objets dans sa tombe montre que son christianisme était un peu particulier. Faute d’indications précises tirées d’une fouille, l’utilisation exacte des chaudrons est difficile à préciser. Chez un chrétien présumé, ils doivent relever d’usages mazdéens repris par les vassaux de la cour sassanide plutôt que du chamanisme des steppes tel que le pratiquaient encore les Huns. Heva étant supposé prendre part à son repas funéraire, on dut déposer dans sa tombe, outre le chaudron du haoma, quelques aliments dans le petit bassin de bronze au bord décoré et une boisson dans une coupe de métal précieux, peut-être le calice conservé par le curé de Viâpres63.

42Pourquoi y avait-il deux chaudrons dans la tombe ? On a vu que, selon la tradition scythique, les familles avaient jadis apporté des viandes qui étaient mêlées dans le récipient, manifestant l’unité de la parentèle. A présent empli d’un contenu symbolique et spirituel, le chaudron était-il resté clanique ? Dans ce cas, la présence de deux d’entre eux signifierait que deux parentèles avaient pris part au repas funéraire, chacune offrant ensuite son récipient. N’importe, l’essentiel est que du chaudron ailé, lumineux cercle de bronze, sortait désormais l’esprit du Seigneur sage. Ce monothéisme et la pratique de l’inhumation devaient être des marques de christianisme suffisantes aux yeux des évêques de Gaule, à cette époque confrontés au paganisme rémanent des campagnes gauloises et à la magie odinique de certains contingents germaniques.

  • 64   Colliers ornés : p. 160 en Altaï, avec extrémités en tête d’animal, parent d’un torque de Crimée  (...)

43Voyons à présent les colliers. Les deux princes, celui de Viâpres et celui de Wolfsheim, avaient un collier, ce qui ne s’observe à l’époque que dans certaines tombes, germaniques ou orientales. Les anciens Gaulois avaient jadis porté des torques qu’on retrouve dans l’armée romaine comme récompense et marque d’honneur, mais au Ve siècle, cet usage était passé. En revanche, les nobles Perses ou Parthes portaient un collier64. Un tel objet était certes une parure, mais dans le cas de princes iraniens, n’était-il que cela ?

  • 65   Du Breuil, p. 24 et 33, parle d’un diadème ; aussi d’une sphère telle celle qui se retrouve sur c (...)

44Dans le symbole zoroastrien, Ahura Mazda, ou l’Esprit saint, tend un objet circulaire. Ce cercle est généralement considéré comme une couronne, le divin conférant le pouvoir au roi, interprétation confirmée, entre autres témoignages, par le relief de Naqsh-i Roustem où Shapour Ier reçoit le cercle d’un personnage explicitement qualifié d’Ahura Mazda65.

  • 66   Sans doute par référence à la pratique scandinave de jurer sur un bijou du clan, souvent un brace (...)
  • 67   Bona, p. 108 et 188.

45Hors de l’Empire perse, au niveau des chefs de clan, on peut songer à ces grands anneaux d’une dizaine de centimètres de diamètre, trop petits pour être des colliers, trop grands pour être des bracelets, nommés par les archéologues allemands « anneaux de serment » (eidringen) 66. On les trouve dans deux trésors appartenant à des groupes alains du bassin des Carpathes, trésors sans doute enfouis en 424-425. L’anneau du trésor de Szilagysomlo, sur la Haute Tisza, est un cercle fermé formé de fils d’argent torsadés sur une âme en argent ; il comporte trois boules placées à égale distance. L’anneau du trésor de Rabapordany, près de Györ, au nord-ouest de l’actuelle Hongrie, est assez semblable de taille et de forme, mais les trois boucles sont remplacées par trois pendentifs en forme de cigale67. De tels anneaux nous paraissent être insignes d’un bon gouvernement, manifestant le lien d’alliance du clan avec l’Esprit sage. Le chef, lors des assemblées, présentait l’anneau d’alliance aux siens et les trois marques – boules ou pendentifs – de l’anneau rappelaient à tous les trois principes qui devaient guider leur conduite : bonne pensée, bonne parole, bonne action (humata, hukhta, hvarshta), triade caractéristique du mazdéisme.

46A un niveau moins élevé, le collier des nobles/libres (azatan) pourrait s’être chargé d’une symbolique identique. D’abord parure traditionnelle, et dans ce cas ciselé et orné de têtes d’animaux, comme le collier archaïque du prince de Wolfsheim, il serait devenu symbole, simple cercle d’or fermé par un crochet, comme le collier du prince de Viâpres.

47Aux trois niveaux supérieurs de la société – les rois, les chefs de clan, les nobles –, le cercle d’or figurait l’alliance que le Bon Dieu avait proposé aux humains, le « lien d’Ahura » auquel le général de l’offensive de 420, Aerobind, et ses deux descendants homonymes devaient leur nom. En des temps moins fastes, le lien fut peut-être matérialisé par le kusti de laine discrétement porté sous la tunique.

  • 68   Bona, p. 144, 173, 219, 222 ; au IIIe s., donc avant l’apparition des Huns, en Pannonie et en Ill (...)
  • 69   Bona, p. 237.

48Au cercle de l’alliance paraît lié un autre symbole, celui de la cigale. L’anneau de Rabapordany portait des pendentifs en forme de cigales. Le motif figure aussi sur des broches trouvées dans les tombes au nord de la Mer Noire et du Bas ou du Moyen Danube. Les archéologues le considèrent comme marqueur d’une mode pontique, sarmato-alane68. Dans les deux tombes que nous venons d’examiner, il n’y avait apparemment pas de cigales, mais on en retrouve en Gaule, près de la Roche sur Foron au sud-est de Genève, à Beaurepaire au sud-est de Vienne ou même près de Namur69.

  • 70   Selon P. Pelliot, in T’oung Pao 26, Leyde 1928-1929, p. 140, et W. Eberhard, ibidem 36, 1942, p. (...)

49Istvan Bona, qui note qu’elles sont parfois en surnombre en plus de la classique paire de fibules utilisée pour fermer un vêtement, rappelle que selon les sources chinoises, les Xiongnu/Hiong-nou, au IIe siècle avant notre ère, portaient des broches-cigales à leurs bonnets. La matière dont était faite la broche marquait leur rang, par ordre hiérarchique décroissant, or, jade jaune, vert ou blanc et finalement os. Il y voit un emprunt à l’Iran70. On sait que les Hiong-nou, pour pouvoir combattre l’empire chinois, ont dû organiser une hiérarchie militaire. Ils ont alors utilisé un symbole déjà existant dans leur culture, utilisation qui manifeste son importance sans pour autant le réduire à une marque de pouvoir.

50Nous croyons qu’il s’agit d’abord d’un symbole religieux, compréhensible par tous ceux qui sont ou ont été familiers des cigales : à la fin du printemps l’insecte sort de la terre où s’est développée sa larve et se dégage de sa mue ; l’enveloppe se fend sur le dos, la cigale parfaite, fraîche et brillante, déploie ses ailes et, abandonnant sa dépouille racornie, s’envole au soleil pour chanter. Tel était, pour les cavaliers nomades de l’Orient iranisant, l’espoir du juste, une moralité bien différente de celle qui opposait, chez les cultivateurs individualistes et parcimonieux de l’Occident latin, la cigale et la fourmi.

  • 71   On ne trouve rien sur les groupes iranophones dans les études récentes consacrées aux « peuples » (...)

51Ce sont d’étonnantes destinées que celles de ces princes de « l’Iran extérieur », émigrés avec leurs suites armées hors de l’empire perse chez son rival romain d’Orient, puis envoyés à l’autre bout du monde pour maintenir l’empire occidental. Si étonnantes que certains historiens, fascinés par une Rome à l’empire présumé partout et toujours triomphant, préfèrent les ignorer comme ils ignorent les autres ethnies dites « barbares » 71.

  • 72   Cf., entre autres études spéciales, M. Kazanski, « Un témoignage de la présence des Alano-sarmate (...)

52Pourtant, leurs traces sont indéniables : ici celles de deux d’entre eux, capitaines de leur bande devenus tribuns-préfets de « pays » militaires en Gaule, Arcesais et Nahegau. C’étaient de tels hommes qui menaient les unités de cavaliers aux cottes d’écailles et aux enseignes-dragons qui furent adoptées par toute la cavalerie. Leurs sépultures ou celles de leurs femmes ou filles, les tombes « orientales » de ce temps, ont été retrouvées non seulement à Viâpres/Pouan et à Wolfsheim, mais aussi à Airan en Normandie, à Hochfelden ou à Mundolsheim en Alsace, à Crimolois en Bourgogne72.

53Ces princes iraniens de Gaule n’étaient pas des émigrés sans attaches, mercenaires étrangers bientôt disparus dans la population indigène. Ils étaient établis à demeure dans le pays, seigneurs de domaines reçus de l’empire, vivant en compagnie de leurs hommes dans des cantons qui prirent parfois leurs noms. Lorsque après leur service ils rentraient avec leurs parents et fidèles dans leurs manoirs campagnards, ils diffusaient autour d’eux des éléments spécifiques de leur Weltanschauung, continuant à honorer la lumière de l’Etoile, la passion – souffrance affrontée, acte suprême – d’un prince impérial.

54Ainsi se formait lentement, en mêlant de multiples et divers apports, la culture des nations d’Europe occidentale. Des nations qui se croient immémoriales parce que l’histoire ancienne reste délaissée, des histoires qui ne sont ou ne furent nationales que par nos ignorances. Du Caucase jusqu’en Rhénanie ou en Champagne, les princes iraniens de Gaule, comme le vent de l’hymne à Vayu, ou comme l’Esprit des Evangiles qui souffle où il le veut, avaient beaucoup voyagé. Ils nous montrent, malgré les bornes des frontières, des haines et les avidités de croisade, que la seule histoire qui vaille pour envisager le passé et par là nos avenirs, c’est celle de l’humanité et de ses choix, les chemins difficiles de sa liberté. C’était en tout cas l’opinion de Kasra Vafadari.

Haut de page

Notes

1   D’après J. Darmesteter, L’Avesta (1893), rééd. Paris, 1960. Cette étude prolonge un mémoire non publié de Kasra Vafadari, « les Sarmates et nous », portant sur les établissements sarmates de Gaule, et les discussions qui l’avaient suivi. Je remercie Aram Mardirossian et Soudabeh Marin pour l’aide qu’ils m’ont apportée dans des domaines où l’intérêt, non la compétence, m’ont poussé à m’aventurer.

2   L. Lalanne, Dictionnaire historique de la France, Paris 1877, à ces noms.

3   Notamment, selon une tradition familiale, le dastur Jamasp, un ancêtre de Kasra Vafadari.

4   Au lieu-dit le Haut de Marisy, aujourd’hui le Martrait, près du chemin dit du Martrait, aujourd’hui de Marisy ( !), selon J. Bienaimé, Le trésor de Pouan au musée de Troyes, 1993. *Maltrait serait un « mauvais transit » , *malo trajecto, pour la traversée d’un marécage de l’Aube, plutôt qu’un martrois/*martyrio, un cimetière.

6   Dès 1851, l’année du coup d’Etat, Louis-Napoléon aurait entrepris la rédaction d’une Histoire de Jules César, publiée en 1865 ; une controverse sur la localisation d’Alésia l’incita à créer en 1858 la Commission de la Topographie des Gaules qui entama les fouilles en 1861 ; O. Büchsenschutz, A. Schnapp, « Alésia », in Pierre Nora, Les lieux de Mémoire, Paris 1992, p. 272 ; M. Reddé, Alésia, l’archéologie face à l’imaginaire, Errance, 2003.

7   Dans le cas de Nagyszeksos, à 40-75 cm de profondeur dans l’humus, sans traces de squelette ou de tombe, ou de Makartet, à 35 cm de profondeur, les traces de feu incitent Istvan Bona, p. 143, à penser à l’incinération avec inhumation des restes osseux ailleurs, ou mieux à des offrandes funéraires. Mais à Pouan, le découvreur disait avoir vu le squelette, en donnant même des détails sur la position du corps.

8   Pas plus qu’on ne se demanda à qui appartenait le fonds sur lequel travaillait le manœuvre, pour le compte de qui il extrayait le gravier et pour fournir quel chantier ; il serait amusant que le gravier ait été destiné à celui de la reconstruction de l’église de Viâpres-le-Petit.

9   Il aurait disparu lors de la dernière guerre avec le curé d’alors qui se joignit à l’exode et qui y aurait péri ; un contemporain en a entendu parler dans sa jeunesse par de vieilles personnes (témoignage recueilli à l’automne 2004 par l’auteur de ces lignes, auprès de cet habitant qui entretenait l’église).

10   Selon J. Werner, Beiträge zur Archäologie des AttilaReiches, München 1956. Bona p. 142, 229 et 236.

11   Il faudra attendre 1913 pour qu’un archéologue hongrois rattache la tombe aux pérégrinations hunniques, Bona p. 229. On n’a pas progressé depuis.

12   Ammien Marcellin, Histoires, 23.6.75-84. éd. J. Fontaine, Paris, 1977. L’absence de fibule pour fermer un manteau laisserait supposer le port d’un caftan comme le Parthe de la statue de Shami en Elam , E. Porada, L’Iran ancien, Paris 1963, p. 185, Girshman pl. XIV, ou les princes des fresques de Pendjikent en Tadjikistan ou de Qyzil au Turkestan ; B. Rowland, L’Asie centrale, Paris 1974, p. 53 et 167 ; A. Belenitsky, Asie centrale, 1968, n° 136-138.

13   Les colliers seraient « caractéristiques des tombes d’hommes hunniques, alaines et germaniques », Bona, p. 138 et 215 ; la statue de Shami en porte un, supra n. 12.

14   Bona, p. 124.

15   Pas d’arc, malgré les indications de la tradition, cf. infra ; Bona p. 117 indique que même dans les tombes hunniques, l’arc réflexe, précieux, est rare.

16   Cf. infra n. 27. Plaque maintenue par des bandes sur la poitrine des rois sur les coupes sassanides (Porada, p. 221 ; Girshman pl. XV ; Huart, pl. XVI) mais elle est ronde ou ovale ; un pendentif carré, de la même époque, a été trouvé à Pendjikent, Bona, p. 227. Celui de Wolfsheim serait de même style que la coupe de verre à monture de métal dite de Khosrau Parvez (531-579, à la Bibliothèque nationale à Paris), qui daterait en fait d’un règne antérieur.

17   Ausone, La Moselle, 1-6, éd. MGH, AAV2, Berlin, 1883 : champs nuper metata Sarmatis sur l’itinéraire de Bingen à Trèves.

18   Il semble que cette politique d’échange de troupes entre Orient et Occident ait eu pour but de remédier à l’indiscipline après la défaite d’Andrinople.

19 Comites Alani, in Notitia Dignitatum, oc. 6.50, éd. O. Seeck, (1876), Francfort 1983, oc. 6, 50, p. 130. De même, des Alains se sont ajoutés (sous Valentinien III ?) aux Sarmates dans la prévôté de Châteaudun, Praefectus Sarmatarum gentilium per tractum (cast)rodunensem <et Alaunorum> (mention ajoutée), Notitia …, oc. 42.68, p. 219. Les Sarmates de Bingen furent un peu plus tard – après la rébellion de Maxime ? – envoyés en Orient sous Théodose avec d’autres cavaliers cuirassés de Gaule et affectés à l’armée de Thrace sour le nom d’Equites catafractarii Al(anorum)Bi(n)genses, Notitia …, or. 8.29, p. 25. On notera Kastellaun/*Castellum Alanorum. Sur les Sarmates, T. Sulimirski, The Sarmatians, Londres 1970 ; J. Harmatta, Studies in the History and Language of the Sarmatians, Szeged, 1970 ; I. Lebedinsky, Les Sarmates, amazones et lanciers cuirassés entre Oural et Danube, Paris, 2002. Sur les Alains, G. Vernadsky, « Sur l’origine des Alains », Byzantion 16, 1942-1943, p. 81 ; B. Bachrach, A History of the Alans in the West, Minneapolis, 1973, malgré ses bévues ; V. Kouznetsov et I. Lebedynsky, Les Alains cavaliers des steppes, seigneurs du Caucase, Paris, 1997. Sur les Huns, E.A. Thompson, A History of Attila and the Huns, 1948 ; F. Altheim, Attila et les Huns, Paris, 1952 ; O. Maenchen-Helfen, The World of the Huns, 1973.

20   Le Hünnen Ring près de Nonnweiler et Kastel, est sans doute moins significatif, Hund devenu Hun désignant souvent les géants légendaires. Sur l’équivalence Alain-Hun, cf. infra n. 24.

21   Au début du VIe siècle, un Goar, homonyme et sans doute parent, s’établit dans le pays pour le réévangéliser ; fils de Georges et de Valérie, il venait d’Aquitaine (de Novempopulanie, Saint-Gor ayant dû être son premier ermitage), AASS Boll. Jul. II, p. 327. Monseigneur Duchesne, repris par Nancy Gauthier, L’évangélisation des pays de la Moselle, Paris, 1980, p. 170, écarte sa vie au motif que la première rédaction (réécrite par Wandalbert de Prüm en 839) a dû être faite pour un procès entre Prüm et Trèves, en 768 ; mais la Vita Ia reprenait des données traditionnelles et sa chronologie est tout à fait juste, comme le notaient les Bollandistes : Goar est devenu ermite en Novempopulanie, donc « sous Childebert », 47 ans avant les accusations de magie portées contre lui vers 562 (donc vers 515) ; il vint dans le diocèse de Trèves « sous l’évêque Fibitius » (Febatius), peut-être installé par Clovis après le départ de Maximianus dans le Midi en 502/518, et homonyme d’un évêque orléanais (entre Anianus 451 et Prosper 479), lui-même homonyme de Phoebadius d’Agen (357-392) ; peut-être Goar était-il dans la suite du futur évêque de Trèves Nicecius, homonyme de l’évêque d’Auch (506-511) ; ensuite accéda à l’évêché Aprunculus (un Auvergnat nommé, comme beaucoup d’autres, par Thierry) ; Nizier parvint à l’évêché en 526/527, fut condamné à l’exil par Clothaire en 561 mais immédiatement rétabli par Sigebert ; il mourut peu après et fut remplacé par un probable Auvergnat nommé Rusticus (vers 562 ?) qui accusa Goar de magie mais fut convaincu d’adultère par un bébé parlant (miracle célèbre repris par Vincent de Beauvais ; selon Grégoire de Tours, l’archidiacre de Nizier avait été convaincu d’adultère sur la tombe de saint Maximien, ce pourrait être l’origine du miracle attribué à Goar) ; Sigebert voulut nommer à sa place Goar, qui refusa au motif que Rusticus était vivant ; sept ans après, vers 569, vraisemblablement à la mort de Rusticus, Sigebert renouvela sa proposition ; Goar refusa encore et Magneric fut nommé (en 568/569 à en juger par Fortunat) ; trois ans après (en 572 ?) Goar mourut après avoir envoyé un message à Sigebert (mort en 575).

22   « Méprisant la lance, il porte un arc et un carquois », Waltharius v. 725, éd. M. Dexter Learned, 1970. Le rédacteur de Saint-Gall au IXe siècle utilise les formes germaniques en W des noms gallo-germaniques en Gu, ainsi précisément Waltharius (Walther) pour Gualterius (Gauthier). Selon les Bollandistes, la forme dialectale de Goar, dans la région de Trèves où l’on a parlé longtemps roman, était Guuer.

23   Arda, ‘rd’w, désigne celui qui est « droit », qui relève de la « règle », cf. les noms d’Artaban ou d’Ardeshir. On pourrait identifier la résidence de Goar, son domaine reçu du fisc, à Wörrstadt (toujours w=gw), deux lieues au sud-est de Wolfsheim. Gôr, surnom de Behram V, semble différent de Goar/Gouhar ; on prétendait que Behram avait tué un onagre (gôr) ou était tombé dans une fosse (ghûr, qui désigne aussi la fosse tombale); faut-il songer à la mort légendaire de Yazdigerd, frappé au cœur par un sabot ? Sur les événements, cf. infra, p. 12.

24   Ammien Marcellin, Histoires, 18.6.22 éd. G. Sabbah, Paris, 1970 ; étant donnés les autres contingents qui représentent les troupes acquises par l’Empire lors de l’offensive contre les Chionites et les Gelons/*Gh-‘hl’wn, « les Alains du troupeau » ?, nous corrigeons « Albanoi » en « Alanoi ». Les premiers raids alains datent de 70 et de 135 en Azerbaïdjan ; en 230, aux dires d’Agathange qui les appelle Huns, l’Arsacide Tiridate II aurait ouvert la « Porte des Alains » (Dar-e Al) pour les lancer contre les Sassanides. Au milieu du Ve siècle, Khosraw Ier établira 10 000 d’entre eux dans son empire, sans doute dans ce qui devint le Ghilan. A. Christensen, L’Iran sous les Sassanides, Copenhague, 1936 ; C. Huart et L. Delaporte, L’Iran antique, Paris, 1943 ; R. Girshman, Parthes et Sassanides, Paris, 1962 et L’Iran, des origines à l’Islam, Paris (1951), 1976 ; B. Isaac, « Rome and Persia » in Cambridge Ancient History XIII (1998), 2003, p. 437. Les Chionites ou Hephtalites, dits aussi Huns Blancs, sont considérés tantôt comme Huns, tantôt comme des Iraniens du Nord soumis aux Huns, peut-être les Hyaona, responsables de la mort de Zarathoustra ; R. Ghirshman, « les Chionites Hephtalites », Mem. Inst. Fran. d’Archéo. Orientale du Caire 80, 1948. J. P. Roux, l’Asie centrale, Paris, 1997, p. 123.

25   Brosset, II, p. 16, d’après Etienne Orbelian, Histoire de Siounie I, 10, p. 24, reprenant lui-même Moïse Daskhurantsi, L’Histoire des Aghouans (du Xe siècle) (non vidi) ; Grousset, Histoire de l’Arménie, Paris, 1984, p. 159 ; N. Garsoïan, prosopographie dans son édition du Buzandaran à ces noms.

26   N. Lenski, Failure of Empire, Berkeley 2002, p. 320-367.

27   Ardeshir II devint empereur en 379 et fut déposé quatre ans plus tard, Christensen, op. cit., p. 160.

28   Botillons à boucle, Bona p. 102 et 133, mais il n’en reste qu’une. Collier, Girshman, pl. XIV p. 192/193 ; Bona, p. 138 ; bracelet, ibidem p. 153.

29   La boule a disparu, il n’en reste que la rondelle en or incrustée de grenats qui bloquait la lanière, Bona, p. 124 ; dans la vallée du Talas, puis à Pecs-Üszögpuszta et Bàtaszék, Ibidem p. 122. Même entrée de fourreau à Apahida.

30   « Forme inhabituelle pour un scramasaxe, longue et étroite », Bona 15 et 125 ; sabre à lame droite, Shapour II ? Porada, op. cit. p. 215 ; sabre ou coutelas en travers de la taille, Koubeï près d’Odessa, Bona, p. 208 ; Pendjikent au VIIIe s. , Rowland, op. cit. p. 167, Belenitsky, n° 142-144.

31   Cf. les coupes sassanides qui représentent les rois chasseurs en archers à cheval ; ils portent leur épée longue sur la hanche gauche et leur carquois à couvercle (on ne voit pas le talon des flèches comme à Dura-Europos au IVe siècle, Poradan, p. 183) sur la hanche droite, fixés à des ceintures basses, Porada, p. 205, 206 (avec cotte de mailles), 215 (couronne à cornes de béliers, Shapour II 309-379) ; coupe de Peroz (457-484) p. 221, très lisible ; Girshman, p. 192-193 pl. XV ; J. J. Mourreau, La Perse des grands rois et de Zoroastre, Genève 1977, p. 81.

32   Anneaux semblables, Bona, p. 135 et 212, qui y voit des anneaux de suspension montés sur la ceinture ; sur un carquois, p. 181 ; petit anneau d’or, reste d’un carquois puisqu’il y a les flèches et l’arc, p. 176, note à la fig. 37 ; sur les carquois, p. 119. L’arc est un arc réflexe aux extrémités plaquées d’or, Bona p. 117 et 141. Un autre élément de carquois de cavalier a été retrouvé dans la région, à Ville-sur-Terre, dans la forêt du Der : une longue agrafe de fer qui servait à fixer le carquois non à une ceinture basse mais, par une bride, au ceinturon ; il était ainsi porté plus haut sur la hanche, ce qui suppose que l’archer attrape les flèches non par le talon, mais par la pointe, une technique développée par les Huns (carquois en bouleau suspendu à la ceinture par un crochet de fer en Khazakhstan, Bona, p. 198 ; crochet de carquois, avec une petite boucle ronde pour la fermeture, près du fleuve Oural, Bona p. 176, note fig. 36) ; de tels carquois ont une forme évasée du bas pour laisser la place aux empennages (ils sont portés avec un étui à arc sur la hanche gauche en plus de l’épée, fresques de Pendjikent et de Qyzil, Rowland, p. 61 et Belenitsky n° 136-138, plat de Malaï Anikowa, VIIIe s., Belenitsky, n° 74 ; déjà à Taq-i Bustan, Porada, p. 206 ?). L’agrafe dite « chinoise » de Ville-sur-Terre, semblable à d’autres trouvées dans les steppes d’Extrême-Orient, serait la trace d’un carquois hunnique abandonné ou pris en butin en 451.

33   Ce n’est pas un anneau sigillaire, car le nom est gravé à l’endroit, de façon apparemment peu professionnelle.

34   Frédégaire 4.19 connaît le pays sous le nom de campania arciacensis

35   Vita Genofevae 35, étudiée par M. Heinzelmann et J. C. Poulin, Les vies anciennes de sainte Geneviève, Paris 1986. En 451, Attila contrôlait le nord-est de la Gaule et Childéric, jeune chef des Lètes francs de Belgique, avait dû se compromettre (selon la tradition franque au VIIIe s., sa mère était otage, LHF 6-9) ; peu après la bataille de 451, alors qu’il occupait Laon et se préparait à faire exécuter des otages parisiens, il les avait épargnés, quittant précipitamment la ville (Heinzelmann voit dans ces otages des adversaires d’Aegidius) ; il s’était alors exilé huit ans, de 451 à 457-458, abandonnant le commandement de ses Lètes au maître de l’armée Aegidius ; en 457-458, il aurait repris le commandement tenu par son père et en 463, il était aux ordres du même général ; entre 451 et 463 un blocage de 10 ans est donc exclu ; en 464, après la mort d’Aegidius, Childéric et le comte Paul opèrent encore de concert sur la Loire. Mais vers 471 Syagrius fils d’Aegidius est nommé maître de l’armée ; c’est alors que les Francs de Childéric puis de Clovis ont dû refuser son commandement et tenter de mettre la main sur Paris avant que Clovis ne batte Syagrius à Soissons en 485-6 (éléments de chronologie dans Rouche, Clovis, Paris 1996, p. 185 et 192).

36   L’influence de Geneviève et de son protecteur Germain d’Auxerre – une cité sur le territoire de laquelle se trouvaient d’autres iranophones, les Sarmates de Chora – apparaît dans la dédicace des églises du canton : celle de Viâpres-le-Petit était dédiée à Denis dont la vénération était répandue par Geneviève ; Viâpres-le-Grand avait une église dédiée à Loup, évêque de Troyes, mais le village faisait partie du terroir de Plancy dont l’église était dédiée à Julien de Vienne/Brioude, un culte promu par Germain.

37   A. Roserot, Dictionnaire de la Champagne méridionale, I-IV, Langres-Troyes, 1942-1948.

38   Le texte de 753 donne Mantavia, mais il n’est connu que par une copie ; on peut songer à une métathèse ou corriger Mantaiva. Hw est parfois rendu par khou ; un frère du shah de Khwaresm, jouxte l’ancienne Alania, se nommait Khourzaï, *Hw rz ‘hy « Premier (-né) du Bon » ?, Girshman, p. 298 (oss. xorz, xuarz, E. Benveniste, Etudes sur la langue ossète, Paris, 1959, p. 129 ; Hurz était le nom d’un Alain/Iasse de Hongrie en 1323, A. Paloczi Horvath, Pechenegs, Cumans, Iasians. Steppe Peoples in Medieval Hungary, 1989, p. 66).

39   « Voie âpre » est aujourd’hui l’étymologie revendiquée par les habitants, qui leur semble plus probable que « l’Apre bourg (vicus) » ; mais la route non plus n’a rien de dur, et la forme carolingienne invite à l’écarter.

40   A moins que Vicus Aspar ne soit la transcription d’un *Beh-e Asparr (cf. Beh-Ardashir en Iran), b étant entendu v en Gaule. Pour Asparr, on connaît le moyen-persan ispedparr, de même sens. Le nom évoque les ailes du symbole zoroastrien, Porada, p. 198-199, tandis que As (cf. ‘sym, « argent » ?) est un nom des Alains.

41   AASS Boll. Oct. V, 120. La finale du nom pourrait être le suffixe ‘h, utilisé comme marque d’invocation.

42   Quelques années plus tard, la tête se retrouva, mais au couvent des dames de Notre-Dame de Troyes, on ne sait comment ; hélas, l’abbé Marie-Nicolas des Guerrois (c.1580-1676), natif d’Arcis et historien de la région, confessait qu’à son époque, même cette tête avait disparu. Il ne restait que la vie de la sainte qu’il transcrivit d’après « un vieux légendier manuscrit de Provins ».

43   A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 1984 donne pour Vaupoisson : Vadum Passonis 1104, « lat. vadum, gué, n. d’h. germ. Pazzo », nous corrigeons vadum Passionis ; pour Lhuître : Lustrum 1120, Lhuistre av. 1147, chez Dauzat « *Lustria (villa) du n. d’h. gaul. *Lustrius » ; l pour r, ruz/ luz, rapproché du latin lux par les oreilles romanes ; pour Ramerupt : Ramerut XIe s., « n. d’h. germ. Rami, Ramo, plutôt que lat. ramus, branche, bois … avec lat. rivus, ruisseau ». Remerud est dans la Vie de Tanche ; on aurait attendu la graphie rû, et non rupt, calqué sur rupta/rupticia/ruptura désignant les défrichements, dont le d terminal de rud aurait été l’écho.

44   « Les Bienheureux Immortels », ‘mhr’spnd’n, désigne les cinq éléments de Lumière. Tanche était-elle la daena, la jeune fille céleste qui était le « miroir » des actes de Shapour, l’acte le plus important étant son martyre ?

45   Epitaphe d’un chrétien de Perse mort à Constantinople, N. N. Bogoliukov, L’inscription pehlevie de Constantinople, in Acta Iranica, 1ère série, vol. II, 1974,p. 281 (Khordad ou Xvarzad/Xvardad, fils d’Ohurmazd afrid (« Béni »), du village de Ašt ou Xašt, au district de Caragan ou Calagan).

46   Huart, p. 427.

47   Isaac, in Cambridge Ancient Hist. , p. 437 et s.

48   C’était aussi – parce que ses chefs avaient eu cet office ? – le nom d’une des sept grandes lignées de l’empire (les vispuhran, « fils des clans ») avec, outre les Arsacides, les Spendiyar, Mihran, Karen et Suren ; comme ces deux derniers, il était dit Pahlav, « Parthe », Huart, p. 364.

49   Un Aerobind fils de Dagalaif et petit-fils d’Aerobind consul en 506, fut ambassadeur en Perse en 535, puis général en Afrique en 545 en compagnie d’un officier arménien qui lui succéda au commandement, l’Arsacide Artaban, ex-réfugié en Perse pour avoir vengé son père Jean assassiné en 539, et frère de Jean intendant militaire de Bélisaire ; Artaban avait comme garde un Ardeshir (Procope, Guerre vandalique, 2.24, 1.17, 2.2, 2.2716-17).

51   Antioche était le quartier-général du Maître de l’armée d’Orient, dont dépendait la Palestine. Le groupe, qui y séjourna une dizaine d’années, dut apporter en Champagne la dévotion à Théodosie, martyre à Césarée (2 avril) honorée non loin de Ramerupt sous le nom de sainte Thuise, et à un saint Balsamius/Barsamius, *Bar/Bal-Sama, adoré à Arcis le 16 août, date où sont honorés les martyrs de Palestine mis à mort par des envahisseurs païens – les contingents arabes de Behram V – au début du Ve siècle (en Champagne, Balsemius, supposé mort au Ve siècle lors d’une invasion devenue celle des Vandales, aurait été jeté dans un puit comme MaharShapour). La tradition a pu être maintenue par suite de l’intérêt pour l’Orient, toujours très vif en Champagne médiévale.

52   Mérobaude avait reçu à l’ouest de Troyes le domaine de Mantaniacus/Mantenay, plus tard abbaye de St-Lyé, ensuite donnée à Reims (Lyé serait le saint orléanais Laetus, cf. au N. dévotion à St-Mesmin).

53   Pour le dastur A. Bode Framroze, « le disque indique l’orbe solaire, les ailes évoquent le libre mouvement de la conscience », cité par P. Du Breuil, Des dieux de l’ancien Iran aux saints du bouddhisme, du christianisme et de l’Islam, Paris, 1989, p. 50. L’emblème a pu reprendre des précédents mésopotamiens où le disque est nettement solaire, ibidem p. 33 ; mais l’auteur s’intéresse plus aux points communs qu’aux différences.

54   J. Bienaimé, supra n. 4, remarque : « il est troublant de constater que la sépulture de Pouan, qui ne faisait pas partie d’une nécropole, se trouvait dans un contexte archéologique original ; en effet dans un rayon restreint autour d’elle, quelques dizaines de mètres, les découvertes hors du commun se multiplièrent, toujours fortuitement » ; la phrase vise les chaudrons et le bassin en bronze qui échouèrent au musée de Troyes en 1843, vraisemblablement acquis après les lames ; une amphore étrusque en bronze de la Tène et une épée du Bronze final peuvent être écartées, ils furent trouvés bien plus tard, peu avant 1883.

55   Bona, p. 90.

56   Hérodote 4.61, 4.26, 1.216 éd. Ph.-E. Legrand, Paris, 1946.

57   Massagètes, Hérodote 1.202. Ivresse du chanvre, 4.73 ; infra n. 60 .

58   Amm. Marc, Histoires 23. Kouznetsov et Lebedynski. Le fait même qu’on puisse se dire à la fois Massagètes et Alains semble indiquer le caractère non proprement ethnique de ce dernier terme. Par extension, on put aussi dire Huns les Massagètes, ainsi les 600 fédérés archers à cheval qui après s’être battus en 530 à Dara, en Mésopotamie du Nord, furent expédiés de force en Afrique avec leur chef Aigan et leurs officiers Sinnion et Balas, Procope, Guerres vandaliques, 1.11.7-11, 1.12.8, 1.18.12, 2.1.5-11, 2.10.3-10.

59   Bona, p. 91-95 ; champignons reproduits également sur des diadèmes féminins, p. 96.

60   Sur les drogues et leurs anciens emplois religieux, R. Evans Schultes et A. Hofmann, Les plantes des dieux, Paris, 1981, carte p. 29 où se distinguent nettement un groupe canabis sativa et datura autour de la Caspienne et de l’Aral, et un groupe amanita muscaria en Sibérie ; sur le champignon, p. 82, sur les « herbes », p. 86 et 106, sur le canabis, p. 92 ; sur le soma, R. Gordon Wasson, in P.T. Furst, (éd.) La chair des dieux, Paris, 1974, p. 204 et ibidem, p. 182. Les auteurs semblent actuellement penser que le soma indien était l’amanite ; mais la tradition indienne parle de fibres et de pâte brune, et un sachet de cannabis a été retrouvé dans une tombe de Pazyryk avec tente d’inhalation et brasero (IVe s. ap. J.C.), et la fameuse tapisserie de Pazyrik montrerait plutôt une plante à belles fleurs retombantes, datura, jusquiame ou belladone. On pourrait identifier deux groupes culturels, l’un scythique, ayant utilisé plantes et chanvre, l’autre hunnique, de tradition sibérienne, utilisant le champignon.

61   Offrandes funéraires, Bona, p. 146. A Jedrzychowice en Silésie, des éléments de parure, un chaudron hunnique et un petit bassin de bronze à forme carénée, p. 90 ; dans la trouvaille de Sestaci en Moldavie, qui n’était pas une tombe mais un reste d’offrande, le chaudron voisinait avec un plat en cuivre, p. 93 ; dans un cimetière alain, à Khabaz, peut-être un don ou une prise, p. 179. Diadème avec champignons de Stara Ihren en Ukraine, accompagné de 29 petites garnitures en feuille d’or, semi-ovales ou rectangulaires, typiques d’un habit chamanique. Des chaudrons sans champignons, mais avec des traces d’offrandes funéraires, se retrouvent dans les forts du Bas-Danube, vers 408, occupés par des garnisons orientales, p. 95.

62   Chaudron des environs de Troyes, de forme identique avec la décoration caractéristique des champignons, ici 1-4-1 de chaque côté, comme à Sestaci, Z. Takacs, Catalaunischer Hunnenfund und seine ostasiatische Verbindungen, Acta Orient. Hung. 5, 1955, p. 143-173 (non vidi), cité par Bona, p. 97 et 227.

63   Coupes, Bona, 140-143 ; ou plus simple, Bona, p. 104.

64   Colliers ornés : p. 160 en Altaï, avec extrémités en tête d’animal, parent d’un torque de Crimée ; Bona, p. 215, parle de « torques » germaniques mais donne comme exemple Wolfsheim. Simples cercles : Parthes, statue de Shami, Girshman, p. 192-193, fig. 14 ou Porada, p. 185 ; Alains, tombes de Tamasi-Adorjanpuszta, Bona, p. 81 ; « massifs » p. 115-116 ; Szeged-Nagyszeksos et Keszthely, p. 138 ; collier féminin et diadème à tête d’oiseau, p. 97 (le sexe est parfois difficile à déterminer, certaines tombes de femme ayant des armes, p. 102) ; « massif », Crimée, p. 182.

65   Du Breuil, p. 24 et 33, parle d’un diadème ; aussi d’une sphère telle celle qui se retrouve sur certaines coiffes royales ; mais elle ne serait pas figurée par un double cercle.

66   Sans doute par référence à la pratique scandinave de jurer sur un bijou du clan, souvent un bracelet.

67   Bona, p. 108 et 188.

68   Bona, p. 144, 173, 219, 222 ; au IIIe s., donc avant l’apparition des Huns, en Pannonie et en Illyricum (influence des Roxolans du nord du Danube ensuite installés en Thrace ?) ; nouvelle forme au Nord Caucase et en Crimée fin IVe, puis de la Baltique au Danube. 

69   Bona, p. 237.

70   Selon P. Pelliot, in T’oung Pao 26, Leyde 1928-1929, p. 140, et W. Eberhard, ibidem 36, 1942, p. 64 (non vidi). Sur l’organisation, Altheim, Attila, p. 14.

71   On ne trouve rien sur les groupes iranophones dans les études récentes consacrées aux « peuples » et aux confrontations ethniques, comme celles du recueil de W. Pohl et H. Reimitz (éd.) Strategies of Distinction, The Construction of Ethnic Communities, Leiden-Boston, 1998 (à l’exception notable de la communication de Michel Kazanski sur le royaume de Vinitharius, p. 228) ou de H.-W. Goetz, J. Jarnut, W. Pohl (éd.) Regna and Gentes, The relationship between Late Antique and Early Medieval Peoples and Kingdoms in the Transformation of the Roman World, Leiden-Boston, 2003 (le groupe le plus oriental pris en compte est celui des Avars, avec les communications de Falko Daim p. 463 et de Walter Pohl p. 571 ; les Alains, par exemple, n’apparaissent que par le biais des Vandales et de l’Espagne). Les efforts, au demeurant sincères, d’aggiornamento ont laissé subsister l’ancien cadre conceptuel – Romania/Germania – né des affrontements nationaux ouest-européens. Les travaux d’histoire du droit de langue française ne sont jamais cités.

72   Cf., entre autres études spéciales, M. Kazanski, « Un témoignage de la présence des Alano-sarmates en Gaule, la sépulture de la fosse Jean-Fat à Reims », Archéo Méd. 16, 1986. Plus généralement, M. Vallet et M. Kazanski, L’armée romaine et les barbares du IIIe au VIIe siècle, Paris 1993 et La noblesse romaine et les chefs barbares du IIIe au VIIe siècle, Paris, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Poly, « Le vent des deux mondes. Enquête sur les princes iraniens de la Gaule romaine », Droit et cultures, 52 | 2006, 27-46.

Référence électronique

Jean-Pierre Poly, « Le vent des deux mondes. Enquête sur les princes iraniens de la Gaule romaine », Droit et cultures [En ligne], 52 | 2006-2, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/554

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Poly

Jean-Pierre Poly est professeur d’Histoire du droit à l’UFR de Sciences juridiques, administratives et politiques de l’Université Paris X-Nanterre et enseignant à l’Institut Henri Motulsky de cette université. Il a travaillé sur le premier Moyen Age, sur les sociétés méridionales post-romaines puis sur les sociétés gentilices germaniques, sur les structures féodales et sur l’anthropologie de la parenté et de la sexualité. Il est responsable de l’équipe de recherche Esdem (Etude des systèmes de droit de l’Europe médiévale), section du centre de recherches GEDEOM (Genèse des Etats et droits de l’Europe et de l’Orient Méditerranéen) et du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit (CHAD, coordonant les centres Gedeom et Droit et Cultures), ainsi que du Master 2 Droit de l’Université Paris X, mention Histoire et anthropologie juridiques. On peut citer parmi ses publications : dir. (avec E. Bournazel), Histoire générale des systèmes politiques. Les féodalités, Paris, PUF, 1998 ; Le chemin des amours barbares. Genèse médiévale de la sexualité européenne, Paris, Lib. Acad. Perrin, 2003 ; « La petite pierre d’Arguel : l’ordalie germanique en Gaule aux Ve-VIIe siècles », in Retour aux sources, textes études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004 ; « L’amour et la cité de Dieu. Utopie et rapport entre les sexes au Moyen Age », in Utopies sexuelles, Clio Histoire, femmes et Sociétés, 22/2205 ; « Am Stram Gram, La chevauchée des chamans », in n°spécial de L’Histoire, janvier 2006, Dieu au Moyen Age, p. 60-63.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • OpenEdition Journals