Navigation – Plan du site

25 | 2011
Évaluation et curriculum

Sous la direction de Jean-François Marcel
Couverture DSE 25
Informations sur cette image
16 x 24 cm - 149 p.
ISBN 978-2-8107-0158-2

La notion de curriculum, d’inspiration anglophone nord-américaine, plus précisément étatsunienne, a aujourd’hui envahi le monde occidental. Dans le même temps, lui est associée tout particulièrement celle de compétence. Ce lien étroit est fondé historiquement, ainsi que nous allons le rappeler dans un premier temps. En effet, poser la question des modalités d’évaluation des processus d’apprentissages et de leur produit (les apprentissages réalisés) requiert de nous arrêter à au moins trois aspects interreliés : premièrement, la spécificité de la conception étatsunienne du curriculum où ce terme a pris sa signification - il serait plus juste de dire “ses significations” - par rapport à la conception française traditionnelle d’un cursus ; deuxièmement, les caractéristiques distinctives d’un curriculum dans ses liens à la notion de compétence qui conduisent à poser différemment la question de l’évaluation, de ses objets et des processus évaluatifs ; troisièmement, les conséquences de la conception curriculaire au regard des objets à évaluer et des processus évaluatifs. Nous entendons ici en rester à l’évaluation des processus et des produits de la relation enseignement-apprentissage et non, par exemple, aux implications des structurations curriculaires sur l’évaluation des établissements. Notre objectif est de souligner seulement quelques changements qui en découlent sur le plan des objets et des processus évaluatifs. De plus, l’évaluation dans un contexte curriculaire requerrait de poser la question de l’évaluation dans un lien étroit et inséparable entre les pratiques d’enseignement et la mise en place de processus d’appréciation des apprentissages (l’évaluation fait dès lors intrinsèquement partie des processus de planification des situations d’enseignement-apprentissage). Nous ne traiterons pas de ce type d’évaluation. Enfin, nous ne portons pas non plus un regard critique sur le bien-fondé du recours aux compétences dans l’enseignement, car il s’agit là d’une autre problématique, qui nécessiterait le recours à d’autres perspectives, politiques, économiques, sociales et culturelles. Nous nous situons ici uniquement sur le plan des processus d’enseignement-apprentissage.

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals