Navigation – Plan du site
Rodericus Campidoctor: literatura latina y materia cidiana temprana

Le premier témoignage chrétien sur la prise de Valence (1098)*

Georges Martin
Cet article est une traduction de :
El primer testimonio cristiano sobre la toma de Valencia (1098)*

Résumés

La charte de la donation faite en 1098 par Rodrigue Diaz à Jérôme, évêque de Valence, nous permet de nous faire une idée de l’organisation de la seigneurie valencienne (au moins dans ses structures de tutelle), de ses relations avec la Castille et de l’imaginaire qui se forgea autour de Rodrigue pour interpréter son aventure et soutenir ses aspirations.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Première publication de cette étude: « Le premier témoignage chrétien sur la prise de Valence. La (...)
  • 1  Références du manuscrit et de toutes les éditions (nombreuses) dans Claude LACOMBE, Jérôme de Péri (...)

1Le document que j’ai choisi d’analyser devant vous présente comme principal intérêt de constituer un témoignage direct et non royal sur la « Reconquête » à la fin du XIe siècle. Il s’agit de la charte des donations faites en 1098 par Rodrigue Diaz à Jérôme, évêque de Valence, nouvellement établi dans la cathédrale Notre-Dame quatre ans après la prise de la ville1. Publiée à de nombreuses reprises, cette charte est conservée dans les archives de la cathédrale de Salamanque où elle fut apportée par Jérôme après qu’ayant quitté Valence à la suite du retrait des chrétiens, il avait été consacré évêque de cet autre diocèse. Il s’agit d’un document authentique et original, dont la rédaction est très probablement due à l’évêque ou à son chapitre et qui porte la confirmation autographe de Rodrigue. Il nous permet de nous faire une idée de l’organisation de la seigneurie valencienne (au moins dans ses structures de tutelle), de ses relations avec la Castille et de l’imaginaire qui se forgea autour de Rodrigue pour interpréter son aventure et soutenir ses aspirations.

  • 2  « Diuicarum gloria et hominum copia opulentissimam urbem cepit ualentiam », PIDAL, EC, 2, p. 869.
  • 3  Ibid., 2, p. 869-870.
  • 4  « Concessimus etjam quod quicumque fidelium pro remedio anime sue uel parentum suorum dare, ex his (...)
  • 5  En novembre 1095, une charte de donation aragonaise est datée relativement à la victoire de Rodrig (...)
  • 6  « Ipsam meschitam, que apud agarenos domus oracionis habebatur, Deo in ecclesiam dicauit, et uener (...)

2L’horizon le plus objectif évoqué par notre document est la prise de Valence, ville qualifiée, sans doute à juste titre, de « très opulente » aussi bien sous le rapport de ses grandes richesses que sous celui de son importante population2. Dans les limites du territoire auquel s’étend la conquête, quelques exploitations agricoles, quelques villages ou groupements de villages sont donnés à la cathédrale : Picasent, Alcanicia, Sabalackem, Farnals, quelques parcelles sur les terres des châteaux de Cebolla et d’Almenar, quelques autres dans le village de Mirisuetero et dans la ville de Burriana3. Apparaissent également des terres acquises ou reçues en donation par les « fidèles » (fideles au sens de chrétiens, semble-t-il) qui se voient autorisés par Rodrigue à donner librement leurs biens à la cathédrale « pro remedio animae »4. Les princes de la reconquête s’étaient toujours efforcés de contrôler le transfert de terres du domaine laïque au domaine ecclésiastique, mais il apparaît surtout que Rodrigue exerçait sur le territoire valencien, sur son sol comme sur ses hommes, des droits aussi complets que ceux détenus par les souverains léonais ou castillans. Accompagnent ces indications politico-économiques, l’évocation d’un fait guerrier – sans doute la victoire de Quart de Poblet, remportée sur les Almoravides en octobre 1094, moins de six mois après la prise de Valence, et dont la documentation montre qu’elle impressionna les esprits contemporains5 –, ainsi que deux événements religieux fort importants : la conversion de la grande mosquée en église – on estime qu’elle eut lieu en 1096 – et l’établissement de l’évêque Jérôme, élu par le chapitre et consacré par le pape Urbain II6 (sans doute en 1098).

  • 7  « Inuictissimum principem Rodericum Campidoctorem », ibid., 2, p. 869 ; « exigente iusticia et pii (...)
  • 8  Karl Ferdinand WERNER, Naissance de la noblesse, Paris : Fayard, 1998, p. 151.
  • 9  Yves BONNAZ (éd.), Chroniques asturiennes (fin IXe siècle), Paris : CNRS, 1987 : « Hic princeps no (...)
  • 10  Real Academia española, Fuero juzgo en latín y castellano, cotejado con los más antiguos y precios (...)
  • 11  Juan A. ESTÉVEZ SOLA (éd.), Chronica naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum, Continu (...)
  • 12  Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen âge (XIe-XVe siècle), Paris : Armand Colin, (...)
  • 13  Charte d’AlphonseVI (1088) : « Ego, Martinus comes confirmo, etc. Ego, Alvarus Diaz princeps, conf (...)
  • 14  Emma FALQUE (éd.), Historia Roderici, Turnhout : Brepols (Continuatio mediaeualis, LXXI, Chronica (...)
  • 15  Id., Chronica Adefonsi imperatoris, ibid. : « [Rex aragonensis] misit nuntios regi legionensi prin (...)
  • 16  Rodrigue est banni définitivement du royaume de Castille après le rendez-vous manqué d’Aledo, en 1 (...)
  • 17  WERNER, op. cit., p. 493.
  • 18  Hypothèse de CURTIUS (« Zur literarästhetik des Mittelalters », II, ZRF, 58, 1938, p. 129-232, p.  (...)

3Le personnage à qui ces biens et ces faits sont rapportés porte le titre de princeps7. Pour le monde franc, Werner a montré que ce titre, d’abord appliqué aux empereurs, puis, dès les Ve-VIe siècles aux rois, s’était étendu aux ducs aux VIIe-VIIIe siècles, puis aux comtes et aux autres seigneurs aux Xe et XIe siècles8. Dans l’Espagne chrétienne, ce terme désignait les rois aussi bien dans les chroniques asturiennes9 de la fin du IXe siècle et du début du Xe que, antérieurement et postérieurement à ces dates, à León comme à Tolède, dans le Liber iudiciorum10. Après avoir transité par l’historiographie léonaise des XIe et XIIe siècles, il parvient, dans le même sens, vers 1160, dans la Rioja, sous la plume des auteurs de la Chronica naiarensis11. Dans les Usatges, princeps est appliqué au comte de Barcelone12. En-dessous de ces souverains seigneurs, la documentation montre que le titre de princeps fût porté en Castille, dans les dernières décennies du XIe siècle, par tel membre de la très haute noblesse13. L’historiographie castillane du milieu du XIIe siècle, qualifie de principes tantôt les seigneurs les plus puissants d’une contrée ou d’un royaume14 tantôt les plus proches conseillers du roi15. Dans le contexte valencien d’une conquête purement personnelle, menée par un homme que son roi avait banni16, sans doute cet emploi indique-t-il d’abord que le seigneur de Valence n’était sous la dépendance de personne. La charte, du reste, ne comporte pas la moinde allusion au roi de Castille, même dans la formule de datation, qui, en règle, mentionnait le monarque régnant. En dépit de ce qu’en disait Menéndez Pidal, si désireux de réconcilier le Cid avec son roi, princeps signifie dans notre charte seigneur indépendant de Valence, « prince non royal », comme l’écrit Werner, « autonome ou même souverain »17 – certainement pas, en tout cas, gouverneur de Valence, comme d’autres l’ont entendu ou l’entendent, au sens où Alvare Fañez, exerçant ses fonctions au service de la royauté castillane, porta le titre de princeps toletanus18. Sans doute ne forcerions-nous pas le trait en ajoutant que cet usage pourrait fort probablement traduire la volonté de Rodrigue et de son entourage de porter le seigneur de Valence au rang des autres principes  péninsulaires… et de le rapprocher des rois.

  • 19  « Concedimus almuniam […] de qua nostra excellentja domino Ieronimo pontifici quandam partem tradi (...)
  • 20  WERNER, op. cit., p. 272 et 301-302. Également DU CANGE, article « Excellentia ».
  • 21  WERNER, p. 280 ; DU CANGE, « Sublimitas ».
  • 22  FALQUE, Historia Roderici, p. 90 (vid. note 14).
  • 23  Il faudrait – je n’ai pas, pour cette occasion, le temps de le faire–  comparer notre document ave (...)

4Les adresses dont se pare le « prince » Rodrigue sont celles d’ « excellence » (« nostra excellentia ») et de « sublimité » (« sublimitas nostra »)19. Aucune, à ma connaissance, n’a été d’usage courant en Espagne au cours du haut Moyen Âge ni du Moyen Âge central, au moins en Castille. Faut-il attribuer leur emploi à l’influence de Jérôme ? La première adresse pourrait émaner du fonds impérial à travers ses expansions franques, patriciales et royales20. La seconde semble avoir donné lieu à une application plus diffuse, puisque, dès le haut Moyen Âge, simultanément ou selon une chronologie courte et mal connue, des papes, des rois et de hauts dignitaires de l’empire d’Orient en bénéficièrent21. À leur tour, ces emplois rapprochent Rodrigue de la dignité royale tout en gardant une distance respectueuse à l’endroit de celle-ci : bien entendu, le « maiestas nostra », seul en vigueur en Castille22, n’est pas employé. Ces adresses, néanmoins, sont bien ronflantes. Dans l’écriture diplomatique, le ton adopté par les comtes et même par les rois est incomparablement plus modeste ; même l’historiographie, qui cède plus volontiers à l’adulation, n’est jamais si pompeuse. Sans doute s’expliquent-elles par la situation tout à fait exceptionnelle où se trouvait Rodrigue, dont l’aventure venait de se solder par une conquête si inouïe, une promotion de fait si prodigieuse et fulgurante que les mots furent sollicités de compenser, et même de surcompenser, le déficit d’une légitimité qui reposait habituellement, fût-il dynastique ou historique, sur la reproduction d’un passé. Les adresses dont la cour de Valence honorait son seigneur, pour clinquantes qu’elles paraissent, portaient celui-ci dans le parage des souverains péninsulaires. Logique, sans doute, d’un modèle despotique qui, au même moment, se développait en Méditerranée et dans le Proche-Orient23.

  • 24  BONNAZ, Chronique d’Alphonse III, p. 57.
  • 25  Ibid., p. 58.
  • 26  FLETCHER, El Cid, p. 180-182.
  • 27  PIDAL, EC, 2, p. 870 (vid. note 19).
  • 28  Ibid., 2, p. 871 (vid. note 43).
  • 29  Vid. Note 14.
  • 30  Id.
  • 31  ESTÉVEZ SOLA, Chronica naierensis, p. 116.
  • 32  Ibid., p. 109. Également dans la Chronique d’Alphonse III (source indirecte) : BONNAZ, p. 54.
  • 33  FALQUE, Chronica Adefonsi imperatoris, p. 163 et 165.
  • 34  ESTÉVEZ SOLA, Chronica naierensis, p. 109 et 116. Egalement dans la Chronique d’Alphonse III (sour (...)
  • 35  WERNER, p. 290-295.
  • 36  Ibid., p. 292-293. Également, BONNAZ, p. 208 (citant Louis HALPHEN, Charlemagne et l’empire caroli (...)
  • 37  « Optimates palatii » : DU CANGE, « Optimates ». WERNER, p. 294.
  • 38  G. MARTIN, Chansons de geste, p. 16-17 et 20-23.
  • 39  Fletcher fait l’hypothèse qu’un autre signataire, Martin, soit le Martin Muñoz de la Chanson, qui (...)
  • 40  PIDAL, EC, 2, p. 564.
  • 41  Ibid., 2, p. 552-555.
  • 42  Ibid.

5Autour de Rodrigue, l’auteur de la charte laisse entrevoir une société qu’il perçoit sous un critère de différenciation politique ou, plus probablement, politico-militaire. La représentation, très simple, obéit à un modèle hiérarchique binaire, « principes ac populos », qui rappelle, en une variante plus politique, les bipartitions guerrières asturiennes : magnates/plebs24 ou, dans une moindre mesure, bellatores/uulgus25. Nulle distinction seconde, en tout cas : aucun indice fonctionnel ou ethnique, aucune allusion à une élite musulmane résiduelle. Là encore, le texte témoigne sans doute de rapports sociaux imposés, récents et peu stables, simplifiés par l’agression conquérante et l’effort de consolidation26. Seule l’ossature politico-militaire la plus manifeste est appréhendée : un modèle pyramidal, s’évasant verticalement de la sublimitas de Rodrigue aux populi en passant par un proche entourage « princier ». Les grands ou, plus probablement, les chefs qui entourent Rodrigue peuvent ainsi être appelés eux-mêmes principes, leur propre chef étant alors désigné par une de ses adresses honorifiques : « sublimitas nostra cunctisque principes nostros »27. Lorsque la formulation réserve le mot princeps au seigneur de Valence, les hommes qui l’entourent sont cette fois qualifiés d’optimates : « princeps optimatesque »28. Optimates n’était pas non plus un terme courant à cette époque en Espagne, du moins en Castille, où l’on préfèrait principes29, nous l’avons vu, mais aussi potestates30, primores31, proceres32, maiores33 ou magnates34. Il s’agit, ici encore, d’un vocable d’origine impériale, ayant transité par les Francs. Dans un premier temps, puis sous les Mérovingiens, il désigna les hommes les plus importants de la cour princière, le « premier groupe des grands laïcs » différencié des potentes locaux,35 avant de devenir, avec les Carolingiens, un désignatif de l’élite nobiliaire inférieure aux comites, puis de disparaître au profit de magnates36. Il fut employé par les Goths dans sa signification palatine et administrative37. Procédant de l’univers gothique ou, plus probablement, importé par Jérôme, il est ici remis au goût du jour dans sa signification la plus ancienne. Le prince de Valence ne jouissait ni d’un rang naturel ni d’une légitimité qui l’eussent autorisé à nommer, par exemple, des comites. Il n’est pas sûr non plus, il est même improbable, que les hommes qui formaient son proche entourage fussent de véritables magnates, à l’exception, peut-être, de son gendre Ramire38, rejeton d’une branche bâtarde de l’ancienne dynastie royale navarraise et qui pourrait bien être le « Ramire » figurant en tête des co-signataires de notre charte39 ainsi qu’en tête de ceux d’une autre donation, faite trois ans plus tard par Chimène, ce qui atteste une forme de permanence à la cour. Certes, de biens grands personnages séjournaient à Valence : Pierre Ier d’Aragon, le comte de Barcelone, lui-même intéressé par l’héritage valencien et qui se marie, l’année même, semble-t-il, où est produit notre document, à une fille du prince40. Mais Ramón Menéndez Pidal, malgré qu’il en ait, se trouve bien en peine d’établir la présence à Valence de nobles de moyenne importance dont seuls les embellissements de la Chanson de Mon Cid font les compagnons du Campéador41. Les historiens musulmans, plus mesurés, évoquent quelques collaborateurs juifs et arabes ainsi qu’une quarantaine de chevaliers aragonais occupés à garder la ville42. Pour désigner Rodrigue et ses compagnons, Jérôme aura cherché dans le modèle impérial, dont s’étaient, à l’origine, inspirés tous les pouvoirs royaux, le vocabulaire grâce auquel affirmer la nouvelle dignitas de la seigneurie valencienne – comme, derrière elle, celle d’un évêché fraîchement restauré.

  • 43  « Ego vero Ieronimus, […] piis precibus nostri principis obtimatumque illius… », PIDAL, EC, 2, p.  (...)
  • 44  « [Rodericus] opulentissimam urbem cepit Valentiam […], ipsam meschitam […] Deo in ecclesiam dicav (...)
  • 45  « Per romani pontificis manus in episcopum consecrato et specialis priuilegii libertate sublimato (...)
  • 46  C’est aussi, en dépit de l’étrange interprétation que je signale dans la note antérieure, l’opinio (...)
  • 47  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE, éd.,RODERICVS XIMENII DE RADA,  Historia de rebus Hispanie siue Historia (...)

6Car la charte de donation laisse aussi entrevoir – est-elle, sur ce point, plus fidèle au réel ? – ce que furent, à Valence, les fondements juridiques et le statut de l’évêché ainsi que les rapports qu’il entretint avec le pouvoir laïque. Si Jérôme reconnaît à Rodrigue le mérite d’avoir conquis Valence et d’avoir transformé sa mosquée en église, s’il se montre déférent envers le prince et son entourage43, on le voit aussi, en bon clunisien, affirmer son autonomie relativement à la puissance séculière, souligner la cohésion de l’institution ecclésiale et rappeler l’émanation pontificale de sa charge44. Ce dernier propos s’enrichit d’une donnée supplémentaire. Jérôme fait allusion à la « liberté » que lui assurerait un « privilège spécial » obtenu, semble-t-il, du pape45. Dans l’ignorance où nous sommes du contenu de ce privilège, ceci pourrait être compris de bien des façons. Une interprétation plausible serait néanmoins que l’évêque de Valence ait bénéficié d’un diocèse indépendant des grandes métropoles d’Espagne, et notamment de Tolède ; qu’il se soit trouvé sous la dépendance directe de Rome46. Il est, quoi qu’il en soit, facile mais sans doute déterminant d’observer que cette charte de donation hantée par le souci de donner sens à l’aventure de Rodrigue et à l’établissement de Jérôme, de même qu’elle ne comporte aucune allusion au roi de Castille, ne mentionne pas non plus la métropole tolédane. Or, non seulement celle-ci venait d’être prise aux musulmans à une date encore récente (1085), mais elle était en outre occupée par le clunisien Bernard de Sédirac, celui-là même qui, en 1097, un an seulement avant la rédaction de notre document, pour soutenir la réforme en Espagne et en particulier à Tolède, où il était confronté à la résistance de la puissante communauté mozarabe, avait amené du sud de la France une cohorte de jeunes moines dont Jérôme avait fait partie47. Cette absence totale de marque de dépendance, aussi bien séculière qu’ecclésiale, est au moins le symptôme de ce que la mésentente entre Rodrigue et Alphonse VI continuait d’être complète et qu’elle affectait le rapport de Rodrigue à toutes les grandes instances du dominium castillan. Si cette hypothèse s’avérait exacte, la dépendance directe de l’évéché valencien relativement à Rome serait, quant à elle, le signe le plus fort de la farouche volonté d’indépendance qui aurait habité le seigneur de Valence. L’esprit de croisade qui baignait alors l’Occident, la puissante remontée des Almoravides, unificateurs d’al-Andalus, auraient convaincu Urbain II, lui-même clunisien, de suivre les volontés princières en un temps où, pourtant, il oeuvrait de toutes ses forces à consolider la puissance autonome de l’Église et son unité. C’est en tout cas la première grande leçon de mon analyse : après la conquête de Valence, tout l’effort de Rodrigue fut tendu vers la consolidation de son indépendance seigneuriale, vers la constitution d’une principauté souveraine déliée de la tutelle séculière du roi de Castille comme de la tutelle ecclésiale de l’archevêché de Tolède.

7Pour en revenir à la société laïque, la réalité nouvelle, fondatrice, mais aussi fragile, extrêmement menacée, de la principauté chrétienne de Valence – ce pur présent que je m’efforce d’appréhender à travers la précieuse charte de 1098 – appela donc un imaginaire juridico-politique qu’on alla chercher dans les institutions impériales dont s’étaient inspirés, autrefois ou naguère, les autres états post-wisigothiques de l’Espagne chrétienne. Notre document montre que fut convoqué en outre un imaginaire plus topique, lié d’abord à l’univers guerrier.

  • 48  PIDAL, EC, 2, p. 869.
  • 49  Ibid.
  • 50  « Inuictissimus princeps Rudericus Campidoctor », ibid., 2, p. 869. Pour l’Espagne, par exemple, C (...)
  • 51  DU CANGE, art. « Campidoctores », cite Juvénal et Végèce. Il donne aussi des sources médiévales, d (...)
  • 52  « Pro remedium anime domini et uiri mei Ruderici Campidoctoris » (PIDAL, EC, 2, p. 872). Une douza (...)
  • 53  « Modo canamus Roderici noua/ principis bella » (v. 7-8) ; « Eia, letando, opuli caterue,/ Campido (...)

8Ainsi, les auteurs de la charte insèrent la prise de Valence dans une chaîne d’exploits qui la précèdent (« Post multiples et eximias quas divinitus assecutus est preliorum victorias »48) et qui lui font suite (« Necnon et innumerabili moabitarum et tocius Hispanie barbarum exercitu superato, velut in momento ultraquam credi potest sine sui detrimento »49). La rhétorique, on le voit, vient exalter chaque fois l’événement. Ce processus amène l’emploi d’un qualificatif traditionnel, appliqué à d’autres guerriers, mais aussi à d’autres princes, et qui est ici employé au superlatif : « invictissimus »50. Surtout, notre charte montre la volonté de l’évêché valencien – et peut-être avant elle, nous allons le voir, celle de l’entourage de Rodrigue – de typifier et de mythifier hic et nunc son chef en associant chaque fois à son nom (Rodericus), en guise de surnom, un titre militaire romain (Campidoctor)51 de façon à forger une identité cognominale figée : Rodericus Campidoctor. On retrouve cette semi-pseudonymie dans un autre document issu de l’évêché de Valence ou du notariat seigneurial : une donation de Chimène à la cathédrale, datée de mai 1101, où, deux ans après la mort de Rodrigue, la femme désigne encore ainsi son défunt mari52. Mais la même identification figure aussi dans le Carmen Campidoctoris, poème héroïque dont elle suffit, du reste, ajoutée, comme dans la charte de 1098, à l’usage de la titulature princière, à établir, contre ce qui s’est écrit récemment, qu’il est contemporain de notre personnage53. Du vivant même de Rodrigue, l’entourage du seigneur de Valence, laïque et clérical, sublima l’histoire, jetant la base narrative et nominale d’une légende héroïque.

  • 54  PIDAL, EC, 2, p. 564. Georges MARTIN, Cantar de Mio Cid/Chanson de Mon Cid, Paris : Aubier, 1996, (...)
  • 55  Un indice pouvant aller dans ce sens est sans doute l’étonnante maîtrise de l’identité pseudonymiq (...)

9J’ai longtemps pensé que le Carmen Campidoctoris était un poème catalan de célébration nuptiale, contemporain, certes, de son héros, mais préoccupé surtout de compenser la mésalliance (ou du moins l’alliance hypogamique) dans laquelle s’était engagé le comte Raymond Bérenger III de Barcelone en épousant une fille du Campéador54. Au regard de la connivence terminologique que cette oeuvre entretient avec la documentation de la principauté valencienne, au moins en ce qui concerne la désignation de son seigneur, je me demande aujourd’hui s’il n’a pas été composé à la cour de Rodrigue, peu après la prise de Valence. Dans ce cas, le poème reflèterait le premier imaginaire, tourné vers leur chef, des conquérants. Jérôme aurait appuyé sur ce socle sa propre construction55. Le fragment conservé du Carmen, toutefois, n’exploite qu’une veine guerrière, plaçant notre personnage au-dessus des parangons antiques (Pâris, Pyrrhus, Énée) et déclamant, sur le ton de l’éloge, les victoires, les mérites et les rancoeurs dont se faisait l’écho la société politique valencienne. Jérôme, quant à lui, préfère placer Rodrigue sur un autre plan : celui de l’imaginaire providentialiste de la Reconquête, empreint de religiosité et associé depuis deux siècles à l’historiographie de la fondation des royautés d’Espagne.

  • 56  PIDAL, EC, 2, p. 868.
  • 57  Saint-Isidore de León a été fondé naguère par le père d’Alphonse VI, Ferdinand Ier, qui y a déposé (...)
  • 58  Charte de 1098 : « At ubi prorsus ex Dei dono abscessit aduersitas, et ad uotum cuncta successit p (...)
  • 59  « Itaque annorum ferme .CCCC.orum in hac calamitate labente curriculo, tandem dignatus clementissi (...)
  • 60  Il est d’autres analogies remarquables entre Rodrigue et Pélage. Le « prince » Pélage avait perdu (...)
  • 61  José Antonio GARCÍA LUJÁN, Privilegios reales de la catedral de Toledo (1086-1462), Grenade : Caja (...)
  • 62  Antonio UBIETO ARTETA, Colección diplomática de Pedro I de Aragón y de Navarra, Saragosse : CSIC ( (...)

10La charte s’ouvre sur l’affirmation que, si Dieu est potentiellement présent partout, il est, en certains lieux, plus proche de ses fidèles. À cette proximité spéciale, deux lieux sont associés : en Orient, au temps de la loi ancienne, mais bénéficiant d’une présence éternelle, Jérusalem et son temple ; en Occident, une fois arrivée « la plénitude des temps », l’Espagne, évangélisée par la prédication apostolique et instruite par les meilleurs docteurs56. Nous sommes dans l’atmosphère néo-isidorienne du XIe siècle castillano-léonais57. Puis vient la rupture traumatique, dont l’évocation – un tissu de citations bibliques – semble une variante des récits asturiens des IXe et Xe siècles. Parmi les causes de la défaite de l’Espagne chrétienne sous le « glaive cruel des fils d’Agar », l’oubli des sentences ou des préceptes divins, la pratique de péchés abominables, la croissance de l’iniquité et la décroissance proportionnelle de la charité, puis, parmi les effets, l’association de l’autorité séculière et de l’autorité sacerdotale dans l’effondrement de la chrétienté, le renversement du rapport « naturel » entre dominants et dominés, entre hommes libres et esclaves, sont autant de motifs, formulés quelquefois au mot près, qui sont communs à l’historiographie royale asturienne primitive – reproduite, au XIe siècle, par Sampire et par Pélage d’Oviedo – et à notre charte58. L’important, bien entendu, est l’évocation du redressement. Au terme de quatre siècles de cette « calamité », le Père très clément suscite Rodrigue, l’ « invictissimus princeps Rodericus Campidoctor », pour venger l’opprobre de son peuple et propager à nouveau la religion chrétienne59. En se donnant Valence pour seul horizon de l’évocation historique, l’imaginaire de Reconquête promu par l’évêché valencien donne à Rodrigue la place qui était celle de Pélage dans l’historiographie royale asturienne60. Nulle allusion aux Goths, ici, néanmoins ; seule l’Hispania chrétienne est en cause. Pélage, les dynastes descendant des Goths, tout cela disparaît au profit d’une vision restreinte et simplificatrice où, après 400 ans de servitude, l’Hispania chrétienne abattue par les « Agarènes » est relevée par Rodrigue. Dans les mêmes années, d’autres chartes dotant des cathédrales nouvellement restaurées – Tolède (1086)61, en Castille, et, en Aragon, Huesca (1097)62 – font référence à une captivité quadriséculaire et, dans le cas de Huesca, à une victoire remportée sur d’ « innombrables Sarrasins ». Mais la perte et la récupération ne concernent chaque fois que la ville et son temple. Dans l’extravagante représentation historique de notre charte, tout se passe comme si Rodrigue et la principauté valencienne prenaient, au bout de 400 années de pouvoir musulman, la relève de l’Hispania chrétienne.

  • 63  Ibn Alkama, traduit par les historiographes d’Alphonse X le Sage : Ramón MENÉNDEZ PIDAL, éd., Prim (...)
  • 64  PIDAL, EC, 2, p. 563.
  • 65  Sur tout ceci, Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Esp (...)

11Ce n’est pas, bien entendu, ce ne pouvait pas être, une offre imaginaire véritable, une représentation produite pour rivaliser effectivement avec la thèse néo-wisigothique du bloc castillano-léonais. Devons-nous, cependant, n’y voir qu’emphase circonstancielle, que pur dithyrambe ? Des sources musulmanes prêtent à Rodrigue le goût d’associer son image victorieuse et dominatrice à celle d’un autre Rodrigue, de dernier roi des Goths, sous lequel l’Espagne chrétienne avait succombé. Selon Ibn Alkama, l’association homonymique n’était pas seulement liée à l’idée d’un relèvement de la chrétienté ; elle exprimait aussi l’aspiration à fonder une royauté nouvelle : « [Je] soumettrai tous les seigneurs d’al-Andalus à mon pouvoir », fait-il dire au maître de Valence, « et puisque le roi Rodrigue régna sans être de sang royal, [je] régnerai aussi et [je] serai le second roi Rodrigue »63. Les mariages princiers des filles du Valencien tendent à confirmer la réalité de cette aspiration, notamment celui de sa fille aînée, Christine, avec Ramire64. Même handicapé par la bâtardise de son père, ce Navarrais de sang royal dont le lignage s’était vu privé de royaume en 1076 attendait son heure. Non loin des terres parcourues ou dominées par Rodrigue, il était seigneur de Monzón, qu’il tenait pour le roi d’Aragon, un des rares amis du seigneur de Valence. Sa position, unique dans l’Espagne de son temps, correspondait parfaitement aux ambitions et aux limitations de Rodrigue. Une même quête de royauté rapprocha sans doute les deux hommes. Du reste, si Ramire ne régna pas à Valence, que les chrétiens durent abandonner dès 1102 aux Almoravides, le fils qu’il eut de Christine, réalisant les vœux de son père, régna quant à lui en Navarre à la faveur de la restauration de 113465.

12La volonté de Rodrigue de préparer l’accession de la principauté souveraine de Valence au rang de royauté constitue la seconde grande leçon de mon analyse. Par la terminologie impériale dont elle use pour évoquer les hommes chargés du gouvernement de Valence, par la configuration héroïque qu’elle fait de son prince, par le schéma providentialiste qu’elle prête à la conquête de la ville, la charte de donation de 1098 montre que l’évêché valencien contribua, avec son arsenal culturel, à compenser le déficit de légitimité, notamment lignager, dont souffrait Rodrigue, à rapprocher celui-ci des autres souverains péninsulaires et à servir, par une assimilation à la figure entre toutes fondatrice de Pélage, son effort pour consolider l’indépendance d’une principauté valencienne qu’il aspirait à hausser au rang de royauté.

Annexe

131098. Donation de Rodrigue à la cathédrale de Valence
et à son évêque, Jérôme

Archives de la cathédrale de Salamanque (caj. 43, leg. 2, n° 72)

Archives de la cathédrale de Salamanque (caj. 43, leg. 2, n° 72)

Photographie : Archives de la cathédrale de Salamanque)

14Archives de la cathédrale de Salamanque (caj. 43, leg. 2, n° 72). Parchemin, 543 x 412 mm. Original. Souscription autographe de Rodrigue. Photographie jointe: Archives de la cathédrale de Salamanque.

15Principales éditions :  Ramón MENÉNDEZ PIDAL, « Autógrafos inéditos del Cid y de Jimena en dos diplomas de 1098 y 1101 », Revista de filología española, 5, 1918 p. 1-15 (p. 11-13) ; id., La España del Cid, 2 vol., Madrid : Espasa-Calpe, (19291), 19697, 2, p. 868-871 ; José Luis MARTÍN MARTÍN, Luis Miguel VILLAR GARCÍA, Florencio MARCO RODRÍGUEZ et Maciano SÁNCHEZ RODRÍGUEZ, Documentos de los Archivos catedralicio y diocesano de Salamanca (siglos XII-XIII), Salamanque : Universidad de Salamanca, 1977, doc. 1, p. 79-81 ; Claude LACOMBE, Jérôme de Périgueux (1060?-1120), chapelain du Cid, Périgueux : Fanlac, 1999, p. 119-121 (traduction en français, p. 121-124).

16La présente édition, destinée aux historiens, a été réalisée à partir de la photographie (par endroits difficilement lisible) des Archives de la cathédrale de Salamanque. Pour faciliter la lecture du document, nous avons harmonisé l'usage graphique et adapté la transcription aux conventions actuelles. La division du texte en paragraphes, la ponctuation, l'emploi des majuscules et des italiques relèvent de notre intervention.

17XPS Cum diuinam presentiam catholicorum nullus ambigat ubique potencialiter adesse, quedam tamen pre ceteris loca ad propiciandum fidelibus sibi legitur omnipotens elegisse. Israhelitico namque populo legalibus cerimoniis obumbrato, et tabernaculo Silo ubi Deus habitauerat in hominibus ex filiorum Heli nequitia reprobato, in monte Syon domum orationis cunctis gentibus instituit in cuius templi dedicatione ad roboranda simplicium corda domini gloria in nebula patenter apparuit. Et deo imperium qui premeditatus hoc fuerat in eternum permanere constituit. Vt autem accedente plenitudine temporis de terra orta est ueritas et mentita est sibi iudeorum iniquitas atque in Sponsi et Redemptoris sui thalamum ingressa est redempta plenitudo gentium. Profecto claruit quod sanctus spiritus per Malachie predixerat uaticinium: A solis ortu usque ad occasum magnum est nomem meum in gentibus et in omni loco sacrificatur et offertur nomini meo oblatio munda. Repulsa igitur primum ut oportuit iudea perfidia, apostolice sonus predicationis ab orientali Syon in fines orbis exiens, totam sub occiduo repleuit Hispaniam, que fermiter ad dei cultum eruditissimis informata doctoribus, abiectis supersticionibus, extirpatis erroribus, nemine resistente, nonullis in pace quieuit temporibus.

18At ubi prorsus ex Dei dono abscessit aduersitas et ad uotum cuncta successit prosperitas, refriguit caritas, habundauit iniquitas, et sectando ocium orrendum Dei oblita iudicium, repentinum est perpessa exterminium, et crudeli filiorum Agar gladio secularis dignitas funditus corruit pariter cum sanctuario, et qui liber seruire noluit domino dominorum iure cogitur fieri seruus naturalium seruorum. Itaque annorum ferme ccccorum in hac calamitate labente curriculo, tandem dignatus clementissimus Pater suo misereri populo, inuictissimum principem Rudericum Campidoctorem obprobrii seruorum suorum suscitauit ultorem et christiane religionis propagatorem. Qui, post multiplices et eximias quas diuinitus assecutus est preliorum uictorias, diuiciarum gloria et hominum copia opulentissimam urbem cepit Ualentiam. Necnon et innumerabili moabitarum et tocius Hispanie barbarorum exercitu superato, uelut in momento ultra quam credi potest sine sui detrimento, ipsam meschitam que apud agarenos domus oracionis habebatur Deo in ecclesiam dicauit et uenerabili Ieronimo presbitero, concordi et canonica acclamatione et electione per romani pontificis manus in episcopum consecrato, et specialis priuilegii libertate sublimato, prelibatam ecclesiam ex suis facultatibus tali dote ditauit:

19Anno siquidem incarnationis dominice lxxxx°viii° post millesimum, ego, Rudericus Campidoctor, et principes ac populos quos deus quandiu ei placuerit mee potestati comisit donamus ipsi Redemptori nostro, qui solus dominatur in regno hominum et cuicunque uoluerit dat illud, et matri nostre ecclesie sedi uidelicet ualentine et uenerabili pastori nostro Ieronimo pontifici uillam que dicitur Pigacen cum uillis et terris et uineis cultis uel incultis et cum diuersi generis arboribus et cum cunctis ad eam quocunque modo pertinentibus; similiter quoque, uillas de Alcanitia omnes cum molendinis et aque ductibus et cum cunctis sibi pertinentibus; municionem etiam quam dicunt almunia de sabaleckem cum suis molendinis et aque ductibus et quodam campo ad meridiem sito et cum cunctis ad eam quoquo modo pertinentibus. Donamus quoque perscripte sedi atque pontifici aliam almuniam que est iuxta ecclesiam beate Marie extra murum prefate urbis. Post mortem meam concedimus almuniam que est infra terminum castri quod uocatur Cepolla de qua nostra excellentia domino Ieronimo pontifici quandam partem tradiderat ante quam ad pontificatus honorem ascenderet eo adueniente de susanna. Placuit insuper sublimitati nostre cunctisque principibus nostris augere uillam que dicitur Frenales cum omnibus suis adiacenciis infra terminum eiusdem castri Cepolle sitam et duodecim pariliatas infra terminum Murisueteri et alias duodecim infra terminum castri quod uocatur Almanar; simili modo in pago Burriane pariliatas duo decim. Concessimus etiam quod quicumque fidelium pro remedio anime sue uel parentum suorum dare ex his que ex hereditario iure uel ex dono nostro siue qualibet iusta adquisitione adeptus est matri nostre ecclesie uel pontifici uoluerit liberam dimitendi facultatem habeat.

20Hec autem omnia superius pertaxata domino Deo et ecclesie ualentine, in honore beate et gloriose semper uirginis genitricis dei Marie consecrate, libere et absolute, remota omnium posterorum nostrorum tociusque successionis nostre callida argumentatione, obstrusa omnium peruersorum uoce, compilataque iniquorum machinatione, sopita omni contradictione, donamus in manu pastoris nostri Ieronimi, ab Urbano papa secundo canonice ordinati et a Deo, ut credimus, ad restaurandam eandem ecclesiam predestinati, quatinus piissimus Dominus a uinculis peccatorum nostrorum nos inmunes efficiat simulque potenter ab hostium nostrorum tam uisibilium quam inuisibilium insidiis clementer expediat. Quod si quis diabolico instinctu uel aliqua contra hec nostra dona uel instituta uenire ad disrumpendum temptauerint, mille libras auri cogantur persoluere pontifici uel ecclesie, et ut que temptauerint se posse minime adimplere confidant, precamur episcopum quatinus eos gladio anathematis feriat et animaduersionis ultime iaculo districte confodiat.

21Ego uero Ieronimus, ualentine ecclesie episcopus, cum omnibus presbiteris mihi subditis, exigente iusticia et piis precibus nostri principis obtimatumque illius, auctoritate Dei patris omnipotentis et Filii et Spiritus Sancti et beate Marie semper uirginis, et beatorum apostolorum Petri et Pauli potestate a Deo diuinitus nobis per eos eorumque successores collata, excomunicamus et anathematizamus et separamus a sinu matris nostre ecclesie et ab omni consorcio christianorum et iungimus diabolo et satellitibus eius omnes homines utriusque sexus qui res uel hec dona ecclesie nostre auferre disrumpere uel alienare presumserit donec resipiscant et canonice episcopo et clericis nostre sedis satisfaciant.

22Ego Ruderico simul cum coniuge mea afirmo oc quod superius scriptum est.

23Martinus qui hoc scripsit die et anno quo supra cum literis superius rasis in uigesima secunda linea.

Ranimirus roborat

Martinus confirmans

Petro testis

Munio roborat

Fredinando confirmans

Fredinando testis

Ruderico roborat

Didaco confirmans

Iohanes testis

24MARTINUS SCRIPSIT

Haut de page

Notes

*  Première publication de cette étude: « Le premier témoignage chrétien sur la prise de Valence. La charte de donation de Rodrigue à la cathédrale (1098) », in : Balaguer, 1105 : cruïlla de civilitzacions, (Flocel SABATÉ, éd.), 2007, p. 121-133.

1  Références du manuscrit et de toutes les éditions (nombreuses) dans Claude LACOMBE, Jérôme de Périgueux (1060 ?-1120), chapelain du Cid, Périgueux : Fanlac, 1999, p. 119. Claude LACOMBE offre une édition correcte mais non dépourvue de quelque faute. Je suivrai l’édition de Ramón MENÉNDEZ PIDAL (La España del Cid, 2 vol., Madrid : Espasa Calpe, 19697, 2, p. 868-871, désormais EC) en supprimant toutefois la codification des interventions de l’éditeur. André VAUCHEZ m’indique cependant qu’il faut corriger « servuise » en « seruire » en page 869, ligne 1. Pour l'ensemble des citations, l'on pourra également se reporter à notre propre édition, placée en annexe. Principales études : Ramón MENÉNDEZ PIDAL, « Autógrafos inéditos del Cid y de Jimena en dos diplomas de 1098 y 1101 », Revista de filología española, 5, 1918, p. 1-15 ; Richard FLETCHER, El Cid, Madrid, 1989, p. 190-195 ; José Luis MARTÍN MARTÍN, Los documentos del Cid Campeador, Valence, 1992 (ouvrage introuvable); Alberto MONTANER et Ángel ESCOBAR, Carmen Campidoctoris o Poema latino del Campeador, Madrid : España nuevo milenio, 2001, p. 72-77.

2  « Diuicarum gloria et hominum copia opulentissimam urbem cepit ualentiam », PIDAL, EC, 2, p. 869.

3  Ibid., 2, p. 869-870.

4  « Concessimus etjam quod quicumque fidelium pro remedio anime sue uel parentum suorum dare, ex his que ex hereditario iure uel ex dono nostro siue qualibet iusta adquisitione adeptus est, matri nostre ecclesie uel pontifici uoluerit, liberam dimitendi facultatem habeat », ibid., 2, p. 870.

5  En novembre 1095, une charte de donation aragonaise est datée relativement à la victoire de Rodrigue sur les Almoravides : « Facta ec carta era mil C. XXX IIIa, pridie kalendas decembris, in anno quod uenerunt illos almorabiddes ad Balencia, et arrankabit illos Rodiric Didaç et presot tota lur almehalla », ibid., 2, p. 867.

6  « Ipsam meschitam, que apud agarenos domus oracionis habebatur, Deo in ecclesiam dicauit, et uenerabili Ieronimo presbitero, concordi et canonica acclamatjone et electione per romani pontificis manus in episcopum consecrato et specialis priuilegii libertate sublimato, prelibatam eclesiam ex suis facultatibus tali dote ditauit : […] », ibid., 2, p. 869. Le pape est nommé quelques lignes plus loin : « donamus in manu pastoris nostri Ieronimi, ab Urbano papa secundo canonice ordinati et a Deo », ibid., 2, p. 870.

7  « Inuictissimum principem Rodericum Campidoctorem », ibid., 2, p. 869 ; « exigente iusticia et piis precibus nostri principis », 2, p. 871.

8  Karl Ferdinand WERNER, Naissance de la noblesse, Paris : Fayard, 1998, p. 151.

9  Yves BONNAZ (éd.), Chroniques asturiennes (fin IXe siècle), Paris : CNRS, 1987 : « Hic princeps noster, gloriosus domnus Adefonsus, proximiori tempore in omni Spania praedicetur regnaturus », p. 3 (Chronique prophétique) ; « Adosindam, Adefonsi principis filiam », p. 49 ; « Ranimirus, filius Veremundi principis », p . 53 ; « Ranimirus princeps », p. 54 (Chronique d’Alphonse III).

10  Real Academia española, Fuero juzgo en latín y castellano, cotejado con los más antiguos y preciosos códices, Madrid : Ibarra, 1815. Ici, rex et princeps sont synonymes. Voir, par exemple, le Premier titre, p. I, IV, V, VIII, IX, etc., ou le Livre II, titre 1, lois 5, 6 et 7, p. 6-9.

11  Juan A. ESTÉVEZ SOLA (éd.), Chronica naierensis, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum, Continuatio mediaeualis LXX1A, Cronica hispana saeculi XII, pars II), par exemple p. 108 (16.2, 16.5, 16.6) et 109 (16.27).

12  Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen âge (XIe-XVe siècle), Paris : Armand Colin, 1994, p. 56.

13  Charte d’AlphonseVI (1088) : « Ego, Martinus comes confirmo, etc. Ego, Alvarus Diaz princeps, confirmo », DU CANGE, Glossarium mediae et infimae latinitas, article « Princeps ».

14  Emma FALQUE (éd.), Historia Roderici, Turnhout : Brepols (Continuatio mediaeualis, LXXI, Chronica hispana saeculi XII, pars 1) : « Comes autem Garsias Ordoniz congregauit omnes parentes suos et potentes potestates et principes, qui dominabantur omni terre illi, que dicitur Zamora usque in Pampilonam », p. 83 ; « Vniversi autem regni eius principes insimul congregati tunc dixerunt regi : ‘Maiestati tue, rex inclite, unanimiter supplicamus quatinus consilium nostrum audire dignatis’ », p. 89-90.

15  Id., Chronica Adefonsi imperatoris, ibid. : « [Rex aragonensis] misit nuntios regi legionensi principes suos, scilicet Gaston de Bear et Centor de Bigorra », p. 154 ; « Hoc audito, rex legionensis cognouit quia cum dolo loquebatur ei et nolebat audire uerba nuntiorum, sed, consilio accepto cum principibus suis, adquieuit uerbis deprecantis », p. 155 ; « Sed rex, audito consilio episcopi, placuit ei et cunctis principibus suis et noluit pugnare aduersus regem Legionis », p. 157. L’auteur de la CAI utilise à plusieurs reprises la notion de « principes regis » : « Quo audito, rex gauisus est gaudio magno et misit festinanter ad eum pro eo comitem Rodericum Martini et Gutterium Fernandi, qui unus erat ex magnis principibus regis », p. 163 ; « Hoc uidentes principes regis Zafadole mirati sunt et dixerunt ad inuicem : ‘Quis similis regi Legionis in regibus ?’ », p. 163.

16  Rodrigue est banni définitivement du royaume de Castille après le rendez-vous manqué d’Aledo, en 1089. Une biographie française de Rodrigue Diaz, rapide mais fondée sur la documentation, dans Georges MARTIN, Chansons de geste espagnoles. Chanson de Mon Cid, Chanson de Rodrigue, Paris : Flammarion (GF, 750), 2005, p. 9-16.

17  WERNER, op. cit., p. 493.

18  Hypothèse de CURTIUS (« Zur literarästhetik des Mittelalters », II, ZRF, 58, 1938, p. 129-232, p. 169) reprise par Alberto MONTANER et Ángel ESCOBAR, Carmen Campidoctoris o Poema latino del Campeador, Madrid : España nuevo milenio, 2001, p. 217.

19  « Concedimus almuniam […] de qua nostra excellentja domino Ieronimo pontifici quandam partem tradiderat », « Placuit insuper sublimitati nostre […] augere uillam que dicitur Frenales », PIDAL, EC, 2, p. 870.

20  WERNER, op. cit., p. 272 et 301-302. Également DU CANGE, article « Excellentia ».

21  WERNER, p. 280 ; DU CANGE, « Sublimitas ».

22  FALQUE, Historia Roderici, p. 90 (vid. note 14).

23  Il faudrait – je n’ai pas, pour cette occasion, le temps de le faire–  comparer notre document avec ceux produits par les notariats d’autres aventuriers fondateurs de principautés au XIe siècle (notamment Roger Guiscard et son fils Bohémond).

24  BONNAZ, Chronique d’Alphonse III, p. 57.

25  Ibid., p. 58.

26  FLETCHER, El Cid, p. 180-182.

27  PIDAL, EC, 2, p. 870 (vid. note 19).

28  Ibid., 2, p. 871 (vid. note 43).

29  Vid. Note 14.

30  Id.

31  ESTÉVEZ SOLA, Chronica naierensis, p. 116.

32  Ibid., p. 109. Également dans la Chronique d’Alphonse III (source indirecte) : BONNAZ, p. 54.

33  FALQUE, Chronica Adefonsi imperatoris, p. 163 et 165.

34  ESTÉVEZ SOLA, Chronica naierensis, p. 109 et 116. Egalement dans la Chronique d’Alphonse III (source indirecte) : BONNAZ, p. 54 et 57.

35  WERNER, p. 290-295.

36  Ibid., p. 292-293. Également, BONNAZ, p. 208 (citant Louis HALPHEN, Charlemagne et l’empire carolingien, Paris, 1949, p. 28 et 146).

37  « Optimates palatii » : DU CANGE, « Optimates ». WERNER, p. 294.

38  G. MARTIN, Chansons de geste, p. 16-17 et 20-23.

39  Fletcher fait l’hypothèse qu’un autre signataire, Martin, soit le Martin Muñoz de la Chanson, qui avait gouverné Montmayor et Coimbre avant 1094 (FLETCHER, p. 196-197).

40  PIDAL, EC, 2, p. 564.

41  Ibid., 2, p. 552-555.

42  Ibid.

43  « Ego vero Ieronimus, […] piis precibus nostri principis obtimatumque illius… », PIDAL, EC, 2, p. 870-871.

44  « [Rodericus] opulentissimam urbem cepit Valentiam […], ipsam meschitam […] Deo in ecclesiam dicavit, et venerabili Ieronimo presbitero, concordi et canonica acclamatione et electione per romani pontificis manus in episcopum consecrato […] prelibatam ecclesiam ex suis facultatibus tali dote ditavit », « Ego Rudeicus […] donamus in manu pastoris nostri Ieronimi ab Urbano papa secundo canonice ordinati et a Deo… », « Ego vero Ieronimus, Valentine ecclesie episcopus, cum omnibus presbiteris mihi subditis, exigente justitia et piis precibus nostri principis obtimatumque illius, auctoritate Dei Patris omnipotens et Filii et Spiritus Sancti et beate Marie semper virginis, et beatorum apostolorum Petri et Pauli potestate a Deo divinitus nobis per eos eorumque successores collata, excomunicamus… », ibid., 2, respectivement p. 869, 870 et 870-871.

45  « Per romani pontificis manus in episcopum consecrato et specialis priuilegii libertate sublimato », ibid., 2, p. 869. Incompréhensiblement (mais sans doute s’agit-il d’une erreur du traducteur espagnol de son ouvrage), c’est le pape lui-même que Fletcher tient pour avoir été l’objet de cette « élévation » (FLETCHER, p. 194).

46  C’est aussi, en dépit de l’étrange interprétation que je signale dans la note antérieure, l’opinion de Fletcher (ibid.).

47  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE, éd.,RODERICVS XIMENII DE RADA,  Historia de rebus Hispanie siue Historia Gothica, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio mediaeualis, LXXII), 1987, p. 209-210. PIDAL, EC, 2, p. 548-549. FLETCHER, p. 193-194. LACOMBE, p. 41-43.

48  PIDAL, EC, 2, p. 869.

49  Ibid.

50  « Inuictissimus princeps Rudericus Campidoctor », ibid., 2, p. 869. Pour l’Espagne, par exemple, Chronique d’Alphons  III (« uictor semper extitit », « semper triumphator extitit », BONNAZ, p. 55).

51  DU CANGE, art. « Campidoctores », cite Juvénal et Végèce. Il donne aussi des sources médiévales, diplomatiques (Eucherius de Lyon) et historiographiques (Pierre le Diacre). Nombreuses références lexicales et bibliographiques dans MONTANER et ESCOBAR, Carmen, p. 137-143. Voir également R. MANCHÓN et J. F. DOMÍNGUEZ, « Cultismo y vulgarismo en el latín medieval hispánico : a propósito de campidoctor, campidoctus y campeator/campiator », in : M. PÉREZ GONZÁLEZ (coord.), Actas del II congreso hispánico de latín medieval, Universidad de León, 1998, 2, p. 615-629. Le Campidoctor était, à l’origine, l’officier romain chargé d’instruire les nouvelles recrues. Dans son emploi proprement cidien on l’a traduit par « expert du champ de bataille ». Les relations de la forme latine avec le roman Campeador sont débattues par les philologues. Je penche pour l’authenticité et la primauté de la forme latine.

52  « Pro remedium anime domini et uiri mei Ruderici Campidoctoris » (PIDAL, EC, 2, p. 872). Une douzaine d’années pus tard, dans un acte de vente qu’elle signe à Saint-Pierre de Cardeña, Chimène a abandonné l’identité cognominale au profit de l’orthonyme Rodericus Didaz : « Ego enim, Scemena uxor Roderiçi Didaz… » (ibid., 2, p. 876).

53  « Modo canamus Roderici noua/ principis bella » (v. 7-8) ; « Eia, letando, opuli caterue,/ Campidoctoris hoc carmen audite ! » (v. 17-18) ; « Hispalis nouit et Iberum litus/ quis Rodericus » (v. 22-23) ; « hinc Campidoctor dictus est maiorum/ ore uirorum » (v. 27-28), MONTANER et ESCOBAR, Carmen, p. 198-200. Ce qui nous est resté de la documentation du notariat valencien de Rodrigue et le Carmen forment l’entier du corpus primaire où notre personnage reçoit cette identité cognominale. Cet usage, ajouté à celui de la titulature princière, constitue la preuve formelle de la contemporanéité de ces textes. Le Carmen, conservé (à la Bibliothèque nationale de France) dans un manuscrit provenant du monastère de Ripoll, fut composé, soit en l’honneur du prince de Valence soit pour servir les intérêts du comte Raymond Bérenger III de Barcelone, gendre de Rodrigue, dans le contexte vivant de la principauté cidienne. Plus tardive (milieu ou seconde moitié du XIIe siècle), l’Historia Roderici désignera Rodrigue par les noms et les surnoms suivants : Rodericus, Rodericus Didaci, Campidoctus, Campeator. Les longues considérations de Montaner et d’Escobar (Carmen Campidoctoris, p. 35-43) tendant à rajeunir la composition du Carmen à partir de l’offre du principatum prime cohortis qu’aurait faite le roi Sanche II à Rodrigue manquent de rigueur et ne sont pas probantes (assimilation stricte du principatum prime cohortis à la charge d’armiger regis ou d’alférez, corrélation de textes trop distants l’un de l’autre dans le temps).

54  PIDAL, EC, 2, p. 564. Georges MARTIN, Cantar de Mio Cid/Chanson de Mon Cid, Paris : Aubier, 1996, p. 17-19 (de même : Chansons de geste espagnoles, p. 17-18).

55  Un indice pouvant aller dans ce sens est sans doute l’étonnante maîtrise de l’identité pseudonymique du prince dont font preuve les personnes les plus directement concernées : Chimène (« pro remedium anime domini et uiri mei Ruderici Campidoctoris ») et surtout Rodrigue lui-même (« ego Rudericus Campidoctor »).

56  PIDAL, EC, 2, p. 868.

57  Saint-Isidore de León a été fondé naguère par le père d’Alphonse VI, Ferdinand Ier, qui y a déposé les restes de l’archevêque ramenés de Séville.

58  Charte de 1098 : « At ubi prorsus ex Dei dono abscessit aduersitas, et ad uotum cuncta successit prosperitas, refriguit caritas, habundauit iniquitas, et sectando ocium orrendum Dei oblita iudicium, repentinum est perpessa exterminium, et crudeli filiorum Agar gladio secularis dignitas funditus corruit pariter cum sanctuario : et qui liber servise noluit Domino dominorum, iure cogitur fieri seruus naturalium seruorum » (MENÉNDEZ PIDAL, EC, 2, p. 868-869). Chronique prophétique (fin IXe siècle) : « Quia non fuit in illis pro suis delictis digna paenitentia, et quia dereliquerunt praecepta Domini et sacrorum canonum instituta , dereliquit illos Dominus ne possiderent desiderabilem terram. Et qui semper dextera Domini adiuti, hostiles impetus deuicebant telasque bellorum prostrabant, iudicio Dei a paganis superati, paene ad nicilum sunt redacti, ex quibus multi hucusque dinoscuntur manere humiliati. Vrbs quoque Toletana cunctarumque gentium uictrix, Ismaeliticis triumphis uicta subcubuit, eisque subiecta deseruit » (BONNAZ, p. 7). Chronique d’Alphonse III (fin IXe/début Xe siècle, version dite vulgaire) : « [Vitiza] quidem probrosus et moribus flagitiosus fuit : concilia dissoluit, canones sigillauit, uxores et concubinas plurimas accepit ; et ne aduersus eum concilium fieret, episcopis, presbyteris seu diaconibus uxores habere praecepit. Istud namque Spaniae causa pereundi fuit. Sicut dicit Scriptura : ‘Quia abundauit iniquitas, refrigescit karitas ». Et alia Scriptura dicit : ’Si peccat populus, orat sacerdos ; si peccat sacerdos, plaga in populo’. Et quia recesserunt a Domino, ut non ambularent in uiis praeceptorum eius, et non obseruantes custodirent, qualiter Dominus prohibet sacerdotibus inique agere, dum dicat ad Moysen in Exodo : ’Sacerdotes qui accedunt ad Dominum Deum sanctificentur ne forte derelinquat illos Dominus’. Et iterum : ‘Cum accedunt ministrare ad altare sanctum, non adducant in se delictum ne forte moriantur’. Et quia reges et sacerdotes Domino deliquerunt, ita cuncta agmina Spaniae perierunt » (BONNAZ, p. 35-36).

59  « Itaque annorum ferme .CCCC.orum in hac calamitate labente curriculo, tandem dignatus clementissimus Pater suo misereri populo, inuictissimum principem Rudericum Campidoctorem obprobrii seruorum suorum suscitauit ultorem et christiane religionis propagatorem », PIDAL, EC, 2, p. 869.

60  Il est d’autres analogies remarquables entre Rodrigue et Pélage. Le « prince » Pélage avait perdu prématurément son fils unique, Fafila, et c’est par sa fille, mariée à Alphonse de Cantabrie, qu’il fonda la première royauté asturienne. Rodrigue eut peut-être un fils, Diègue, dont le Liber regum prétend qu’il fut tué en 1097 à la bataille de Consuegra. En toute éventualité, c’est à travers une de ses filles que son lignage était appelé à régner. La charte de 1098, avec son introduction théologique et historique, rappelle en structure le Testamentum de la donation faite en 812 par Alphonse II à l’église du Saint-Sauveur d’Oviedo : « Et quia tu es rex regum regens celestia simulque terrestria, diligens in temporaliter iustitiam, temporaliter uero terrarum populis pro optinenda iustitia distribuis reges, leges atque iustitia. Cuius dono inter diuersarum gentium regna, non minus in terminis Spanie, clara refulsit gotorum uictoria. Sed quia te offendit eorum prepotens iactantia, in era dcc xl viiii simul cum rege Roderico regni amisit gloria. Merito etenim, arabicum sustinuit gladium. Ex qua peste, tua dextera, Christe, famulum tuuum eruisti Pelagium. Qui, in principis sublimatus, potentia uictorialiter dimicans hostes perculit et christianorum asturorumque gentem uictor sublimando defendit. Cuius ex filia filius clarior regni apice Froila extitit decoratus » (cf. Georges MARTIN, Histoires de l’Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997, p. 25-27). Que l’imaginaire de reconquête valencien emprunte à celui de la reconquête asturienne, voilà qui ne doit pas nous étonner. Ce dernier, reconduit par l’historiographie asturo-léonaise du XIe siècle, avait fondé un modèle de représentation. N’oublions pas, d’autre part, que la mère de Rodrigue appartenait à un haut lignage asturien.

61  José Antonio GARCÍA LUJÁN, Privilegios reales de la catedral de Toledo (1086-1462), Grenade : Caja de Ahorros provincial de Toledo, 1982, 2 vol., doc. 1 ; A. GAMBRA, Alfonso VI: cancillería, curia e imperio, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1997-1998, 2 vol., doc. 86.

62  Antonio UBIETO ARTETA, Colección diplomática de Pedro I de Aragón y de Navarra, Saragosse : CSIC (Escuela de estudios medievales), 1951, doc. 30 ; Antonio DURÁN GUDIOL, Colección diplomática de la catedral de Huesca, Saragosse : CSIC (Escuela de estudios medievales), 1965-1969, 2 vol., doc. 64.

63  Ibn Alkama, traduit par les historiographes d’Alphonse X le Sage : Ramón MENÉNDEZ PIDAL, éd., Primera crónica general de España, 2 t., Madrid : Gredos, 1955, 2, p. 564b. On trouve une autre allusion à la volonté de fonder une royauté valencienne dans le discours que Rodrigue adresse aux Valenciens après la reddition de juin 1094 : « Je suis un homme qui n’a jamais possédé de royaume, et personne de mon lignage n’en a jamais possédé. Mais depuis que je suis venu dans cette ville, je l’ai toujours trouvée à mon goût, je l’ai désirée et j’ai prié Dieu, notre Seigneur, de me la donner. Et voyez quel est le pouvoir de Dieu : le jour où je suis venu assiéger Yuballa, je n’avais pas quatre pains, et Dieu m’a fait la grâce de prendre Valence, dont je suis le maître. À présent, si j’y œuvre en justice et y conduis les choses droitement, Dieu me la laissera, et si j’y œuvre mal, à tort ou à orgueil, je sais qu’il me l’enlèvera » (ibid., p. 588b-589a). S’il faut en croire Ibn Alkama, c’est une image bien isidorienne que se faisait Rodrigue de lui-même en roi…

64  PIDAL, EC, 2, p. 563.

65  Sur tout ceci, Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6, 1992, p. 171-194.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Archives de la cathédrale de Salamanque (caj. 43, leg. 2, n° 72)
Légende Photographie : Archives de la cathédrale de Salamanque)
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/21583/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Martin, « Le premier témoignage chrétien sur la prise de Valence (1098) », e-Spania [En ligne], 10 | décembre 2010, mis en ligne le 20 septembre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/21583 ; DOI : 10.4000/e-spania.21583

Haut de page

Auteur

Georges Martin

Université Paris-Sorbonne
CLEA, EA 4083, y AILP, GDRE 671, CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals