Navigation – Plan du site
La mort des grands : arts, textes et rites (XIe-XVIIIe siècle)

L’impossible description ? Les funérailles de Moctezuma

Patrick Lesbre

Résumés

Les indications concernant les funérailles de Moctezuma sont contradictoires : on trouve de bréves mentions de funérailles solennelles, mais les sources indiennes tardives préfèrent insister sur un cadavre encombrant et objet de mépris. Le Codex Tudela propose une version atypique, mais ses images correspondent plutôt aux enquêtes générales des premiers évangélisateurs, dont le Codex Magliabechi fournit une tout autre interprétation. Il faut alors glaner des informations dans les chapitres consacrés aux rites funéraires préhispaniques en général ou aux funérailles des prédécesseurs de Moctezuma. Mais ces difficultés révèlent plutôt que la description des funérailles de Moctezuma est un exercice historiographiquement impossible à l’époque coloniale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bien qu’il existe en français le nom Montezuma, celui-ci déforme trop le nom nahuatl originel (Mo- (...)
  • 2  Nous renvoyons à l’analyse de Michel Graulich sur les versions contradictoires de la mort de Mocte (...)
  • 3  Fernando Alvarado TEZOZÓMOC, Crónica Mexicáyotl, Mexico : UNAM, 1975, p. 163 : “fue cuando se dió (...)
  • 4  Cf. son testament publié par Amaya GARRITZ, « Carta Ejecutoria del príncipe D. Diego Luis de Mocte (...)

1Sur les funérailles de Moctezuma1, on n’obtient que quelques bribes et versions contradictoires, tant le sujet est brûlant d’un point de vue politique2 et les témoignages directs rendus impossibles par les combats préalables à la Noche Triste.  Seuls les proches de Moctezuma (sa famille) auraient pu témoigner, mais les uns sont retenus comme otages par Cortés (doña Isabel Moctezuma) et les autres ont été massacrés après la fuite des Espagnols par les partisans de Cuauhtemoc3. Don Pedro Moctezuma, l’un des rares survivants avec sa demi-sœur, ne dit rien sur ce moment historique4. Il faut donc se fier aux enquêtes menées par les premiers évangélisateurs ou aux témoignages partiels et fragmentaires des Espagnols.

I. Funérailles contradictoires de Moctezuma dans les chroniques :

  • 5  Le geste de Cortés lors de la rencontre du 8 ou 9 novembre 1519 permet de comprendre cette différe (...)

2On trouve des mentions éparses sur les funérailles de Moctezuma, mais aucune enquête détaillée. Les conquistadores combattaient contre les habitants de Mexico soulevés contre eux après le massacre du Grand Temple : personne côté espagnol n’a pu voir les funérailles de Moctezuma. On suspecte tout de même qu’elles auraient dû être impressionnantes, puisque le tlatoani ou seigneur était de son vivant quelqu’un qu’on ne pouvait pas regarder en face ni toucher, une sorte de gouvernant sacralisé.5

3Les combats préalables à la Noche Triste et le retentissement de cette défaite espagnole éclipsent dans la plupart des chroniques les données concernant les funérailles de Moctezuma (pourtant occasion de décrire pour la première fois les rites funéraires concernant un gouvernant – tlatoani – aztèque). Les Espagnols n’ont pu en avoir que quelques échos éventuels et les fragments d’information dont on dispose semblent plus des reconstructions historiographiques postérieures que des témoignages directs dignes de foi. Quelques rares sources semblent faire état de funérailles solennelles, mais la plupart prétendent que le cadavre de Moctezuma fut rejeté et objet de mépris.

Des funérailles solennelles ?

  • 6  Il signale cependant que toutes les pyramides seraient des tombes : « Todas estas torres son enter (...)

4Cortés n’est guère disert sur les rites funéraires en général6, et sur ceux de Moctezuma en particulier. Il se contente d’indiquer qu’il a remis le corps du souverain à ses sujets :

  • 7  H. Cortés, op. cit., p. 157.

[…] de allí a tres días murió y yo le hice sacar así muerto a dos indios que estaban presos y a cuestas lo llevaron a la gente y no sé lo que de él hicieron, salvo que no por eso cesó la guerra y muy más recia y muy cruda de cada día7.

  • 8  Fray Diego Durán signale avoir « una pintura que lo certificara ». Fray Diego DURÁN, Historia de l (...)

5Il semble même, mais les historiens ne sont pas d’accord sur ce point et ne le seront sans doute jamais, que Cortés ait misé sur les funérailles de Moctezuma pour obtenir un répi du siège du palais où les conquistadors se trouvaient. Qu’il l’ait tué délibérément (version indienne reprise par fray Diego Durán)8 ou pas, toujours est-il qu’il remet son corps aux assiégeants mexicas. Le geste de Cortés signalerait donc l’espoir qu’il mettait dans cette cérémonie ou ces rites funéraires, sans doute parce qu’il avait pu observer ce qu’il en était pour des nobles indiens de rang moindre pendant les huit mois de son séjour ‘pacifique’ à Mexico (exécutions, entre autres, de Quauhpopocatzin, seigneur de Nauhtlan ou de Nezahualquentzin, second personnage en importance du royaume de Tezcoco).

  • 9  Bernal DÍAZ DEL CASTILLO, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid : Historia (...)
  • 10  B. DÍAZ DEL CASTILLO, op. cit., 2a, p. 461 (cap. 127).
  • 11  Cette information pourrait être une indication de Cortés.

6Bernal Díaz del Castillo n’est pas plus loquace. Il se trompe, lors de la mort de Moctezuma sur la cérémonie, en escomptant un enterrement et non une crémation9. Il mentionne cependant une grande clameur lorsque le cadavre de Moctezuma est remis aux assiégeants indiens : « y cuando así le vieron muerto, vimos que hicieron muy gran llanto, que bien oímos las gristas y aullidos que por él daban »10 Ce détail semble cependant inspiré par le récit publié par Francisco López de Gómara en 1552. On apprend par Gómara que, lors de la remise du cadavre de Moctezuma aux assiégeants indiens, il y eut des pleurs du côté de Chapultepec11, donc une cérémonie antérieure à la Noche Triste. Mais rien de plus.

  • 12  Francisco López de GÓMARA, La conquista de México, Madrid : Historia 16, 1985, p. 234 (Muerte de M (...)

[…] mas ni por eso dejaron el combate ni la guerra, como muchos de los nuestros pensaban; antes bien, la hicieron mayor y sin ningún respeto. Al retirarse hicieron grandes llantos para enterrar al rey en Chapultepec. De esta manera murió Moctezumacín, que de los indios era tenido por dios, y que era tan gran rey como se ha dicho12.

  • 13  Pour son analyse nous renvoyons à l’article désormais classique de Nicholson publié en 1961 et aux (...)
  • 14  Limpieza y majestad con que se servía a Moctezuma, Jugadores de pies, Juego de pelota, Bailes de M (...)

7L’indication de funérailles à Chapultepec semble conforme au fait que les souverains mexica se faisaient portraiturer sur ce mont, qui a conservé les restes de trois portraits en bas relief d’empereurs mexica, dont celui de Moctezuma13, isolé et martelé, mais dont on devine encore les attributs malgré les outrages du temps et des hommes. Gómara décrit et consacre plusieurs chapitres à toute une série de coutumes concernant Moctezuma14, mais pas à ses funérailles, qui manifestement dérangent. Au lieu d’y consacrer un chapitre, comme il l’a fait pour ses serviteurs, sa cour ou ses jardins, Gómara préfère revenir à une description plus générale « Enterramiento de los reyes », moins gênante sans doute (cf. Infra, partie III).

  • 15  Pourtant Alonso de Zorita ne mentionne pas ces funérailles, alors qu’il reprend bon nombre de pass (...)

8Si l’on suit fray Diego Durán, le corps de Moctezuma aurait été retrouvé poignardé après la Noche Triste (ce qui invaliderait la version d’une remise du cadavre aux assiégeants indiens). Durán commence par une tradition orale indienne coloniale : il fait allusion à un courant historiographique qui ne nous est pas parvenu, sans doute proche de celui véhiculé par le mari de doña Isabel Moctezuma, l’encomendero Juan Cano15, puisque cette version accorde à Moctezuma des funérailles solennelles, étalées sur plusieurs jours et avec assistance de nombreux seigneurs et nobles. Les funérailles auraient eut lieu après la Noche Triste (donc sans aucun témoin espagnol possible, hormis ceux qui furent capturés et sacrifiés) mais ce n’est pas la version que Durán choisit de suivre :

  • 16  D. DURÁN, op. cit., 2, p. 556-557.

Y es de considerar que, aunque dicen algunos que le hicieron muy rico y solemne entierro y que duraron sus exequias muchos días, y se juntaron a ellas muchos señores y principales, […]16.

9Cette allusion rédigée en 1581 rejoint l’information de Gómara publiée en 1552. Toutes deux sont fondamentales, car elles contredisent une historiographie indienne coloniale plus tardive (1576-1581) et détaillée qui présente le cadavre de Moctezuma comme encombrant, puant et objet de quolibets ou insultes, Moctezuma étant tenu pour responsable du désastre de la conquête.

Cadavre de Moctezuma rejeté ou traité avec mépris 

10La plupart des sources indiennes rédigées entre 1576 et 1581 (Fray Bernardino de Sahagún laissent ses informateurs indiens rédiger la version nahuatl du livre XII sur la conquête, Fray Diego Durán traduit une histoire rédigée en nahuatl) insistent sur le mépris avec lequel le cadavre de Moctezuma fut traité ou rejeté, en contradiction totale avec l’historiographie habituelle véhiculée par Cortés puis Gómara. On en trouve des échos chez Durán, dans le texte ou les illustrations du Codex Aubin et du Codex de Florence.

11Fray Diego Durán a préféré opposer à une tradition orale favorable à Moctezuma une chronique en nahuatl qu’il traduit, historiographie indienne (antérieure à 1581) qui transforme les funérailles de Moctezuma en une manifestation de rejet de la part de son peuple et qu’on retrouve sous la plume des informateurs de Sahagún dès 1576 (donc sans doute contemporaine) :

  • 17  D. DURÁN, op. cit., vol. 2, p. 556-557.

[…] pero esta historia no dice sino que su cuerpo y los demás fueron quemados y hechos polvos, sin honra ni solemnidad ninguna, y que, para más vengarse de él, fueron buscados sus hijos y mujeres para matarlos17.

12Le Codex Aubin, rédigé en nahuatl vers 1576, signale que le corps de Moctezuma fut transporté mais par un seul porteur (et non en litière). On entre déjà dans le récit historiographique occidentalisant du tyran qui finit seul. Le texte confirme cette version en accentuant le rejet du corps du souverain de lieu en lieu, personne ne voulant procéder à ses funérailles :

  • 18 Códice Aubin, México, ed. Innovación, 1980 [1902], p. 86. Pour des raisons de place nous n’incluons (...)

y entonces murió Moctezuma, a quien luego muerto lo echaron a cuestas de Apanecatl; lo llevó a Huitzila, en donde no lo recibieron ; lo condujo a Necatitilan, en donde lo asaetaron; lo llevó a Tecpatzinco y tampoco fue recibido hasta que a la punta de un carrizal lo recibieron, porque dijo Apanecatl: « Dueños míos, Moctezuma sufre descomposición, ¿acaso lo he de andar cargando ? » Respondieron los príncipes : « Tomadlo, » y en seguida se comisionó a los guardianes de las casas de allí que lo ocultasen18.

13On remarquera que le texte conclut non pas sur des funérailles concédées au corps de Moctezuma, mais sur le fait qu’on cacha son cadavre comme s’il était devenu gênant. Le dessin qui accompagne ce texte (p. 44) insiste sur l’absence de grandeur, en contraste voulu avec les coutumes funéraires habituelles : au lieu d’un palanquin ou litière, le corps est porté par un seul tameme ou porteur, comme un vulgaire ballot.

14Dans le Codex de Florence, les informateurs indiens de fray Bernardino de Sahagún détaillent un peu plus ces funérailles, mais a posteriori, plus de cinquante-cinq ans après les faits, avec déjà une déformation historiographique notoire : Moctezuma est devenu, dans la pensée indienne, le responsable du désastre de la conquête. Les dessinateurs indiens opposent donc, à dessein, les funérailles lamentables de Moctezuma (fol. 447v° ; lib. XII, fol. 40v°), présenté comme abandonné de tous, à celles, magnifiques, du seigneur de Tlatelolco, mort à peu près en même temps (juste avant la Noche Triste) (fol. 448v° ; lib. XII, fol. 41r°) [cf. figures 1 et 2].

Figure 1 : Funérailles de Moctezuma

Figure 1 : Funérailles de Moctezuma

Codex de Florence, fol. 447v° (livre XII, fol. 40v°) (Mexico, ed. fac-similé, 1979)

Figure 2 : Funérailles du seigneur de Tlatelolco

Figure 2 : Funérailles du seigneur de Tlatelolco

Codex de Florence, fol. 448r° (livre XII, fol. 41r°) (Mexico, ed. fac-similé, 1979)

15Le bûcher funéraire du premier est désordonné, pour signifier le peu de cas que l’on aurait fait de ses funérailles ; le cadavre est allongé, enseveli sous les bûches et sans offrandes : le temple est secondaire puisque son toit est en chaume ; enfin et surtout le cadavre est seul. Le bûcher funéraire du second est magnifique et parfaitement réglé, pour indiquer au contraire, que tout ce serait passé conformément aux rites et coutumes préhispaniques : le seigneur de Tlatelolco est assis sur un siège en vannerie (icpalli), au-dessus des bûches ; il porte une bannière en papier dans son dos ; l’assistance est nourrie et pleure ; le temple au pied duquel a lieu la crémation est le Temple principal de Tlatelolco avec un double sanctuaire construit en dur au sommet.

16L’un est le mouton noir, responsable de l’invasion espagnole à laquelle il n’a pas su faire face, l’autre est le gouvernant indien dans toute sa splendeur, parce que l’enquête de Sahagún se fait à Santiago Tlatelolco, quartier de Mexico et ancienne cité rivale de Tenochtitlan conquise par les Mexicas en 1473. Signalons cependant que si dans ce discours opposant deux types de souverains, Moctezuma semble privé de funérailles dignes, le moment où les Espagnols se débarassent de son cadavre est l’un des très rares dessins en couleur du livre XII consacré à la Conquête, ce qui reste pour certains scribes une forme d’hommage discrète ou en tout cas l’indication d’un moment clé de la Conquête.

  • 19  Ce motif de l’odeur pestilentielle est également présent dans la version du Codex Aubin.

17Dans leur texte en nahuatl les informateurs indiens coloniaux de Sahagún sont de parti pris et présentent une version déformée des funérailles de Moctezuma, dans laquelle le corps du défunt dégage une odeur pestilencielle pendant sa crémation19, laquelle se fait sous les quolibets de ses anciens sujets :

  • 20  Fray Bernardino de SAHAGÚN, Historia general de las cosas de Nueva España, trad. Ángel María Garib (...)

Y el cuerpo de Motecuhzoma, olía como carne chamuscada, hedía muy mal al arder. En tanto que ardía el cuerpo de Motecuhzoma, con ira y sin afecto, algunos decían zahiriéndolo: - Ese infeliz en todo el mundo infundía miedo, en todo el mundo causaba espanto, en todo el mundo era venerado hasta el exceso, le acataban todos estremecidos. […] Y muchos otros lo reprochaban y hablaban contra él entre dientes, lanzaban gritos de rabia, movían ante él la cabeza20.

18Bien évidemment la description des funérailles du seigneur de Tlatelolco est totalement à l’opposé, puisque les gens le pleurent et le plaignent mais surtout qu’il a droit à des funérailles dignes, ce qui n’était pas le cas de Moctezuma :

  • 21  B. de SAHAGÚN, op. cit., p. 784 (Códice Florentino, lib. XII, cap. 23).

En cuanto a Itzcuauhtzin, lo transportaron en una barca. En barca llevaron su cuerpo, lo condujeron a Tlatilulco. Mucho se entristecieron, mucho sufrían sus corazones; sus lágrimas escurrían. Nadie lo censuraba, nadie sentía desprecio hacia él, sino que decían: - Fatigas pasó el Tlacochcálcatl Itzcuauhtzin. Pasó angustias, fue desdichado en unión de Motecuhzoma21.

19Cette version tlatelolca partiale des funérailles, dans laquelle Moctezuma est détesté et le souverain de Tlatelolco révéré, présente l’avantage d’opposer deux types de funérailles et donc de nous en apprendre un  peu plus sur les rites habituels :

  • 22  Ibid.

Luego prepararon una pira propia de príncipe y los demás adornos y aditamentos de papel. Con esto lo ataviaron y le prepararon los dones exequiales y luego lo llevaron para quemarlo en el patio sagrado en el lugar que se llama Cuauhxicalco. En medio de muy grandes honores fue quemado su cuerpo22.

20Le cadavre est revêtu des attributs du pouvoir, mais aussi d’ornements de papier et on mentionne des offrandes, sans les détailler. Le lieu de la crémation est indiqué (patio du temple principal) et nommé. On remarquera l’habile censure coloniale des sacrifices humains habituels.

21Sahagún, dans son texte espagnol du Codex de Florence, préfère réduire au strict minimum cette version indienne insultante : il censure le ressentiment indien envers Moctezuma et semble mettre à parité ses funérailles et celles du seigneur de Tlatelolco. Il accorde à Moctezuma des funérailles dignes d’un souverain, sans pour autant entrer dans les détails gênants sur le refus d’accepter son corps ou sur l’odeur qu’il dégage.

  • 23  B. de SAHAGÚN, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico : Conaculta, 2000, 3, p. 1199 (...)

Después de lo arriba dicho, cuatro días andados después de la matança que se hizo con cu, hallaron los mexicanos muertos a Motecuçoma y al governador del Tlatilulco, echados fuera de las casas reales cerca del muro donde estava una piedra labrada como galápago, que llamavan Teoáyoc. Y después que conocieron los que los hallaron que eran ellos, dieron mandado y alçáronlos de allí, y llamáronlos a un oratorio que llamavan Copulco, y hiziéronlos allí las cerimonias que solían hazer a los difuntos de gran valor. Y después los quemaron como acostumbravan hazer a todos los señores, y hizieron todas las solemnidades que solían hazer en este caso. Al uno de ellos, que era Motecuçoma, le enterraron en México, y al otro en Tlatilulco. Algunos dezían mal de Motecuçoma, porque havía sido muy cruel. Los de Tlatilulco lloravan mucho a su governador, porque era muy bien quisto23.

22Seule la conclusion du récit rappelle que certains Indiens pouvaient avoir du ressentiment envers Moctezuma.

23Le jésuite Acosta publiera en 1589 une version qui synthétise ces divers récits, dont il a certainement pris connaissance à Mexico :

  • 24  José de ACOSTA, Historia natural y moral de las Indias, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1985, (...)

Porque viniendo a poder de los indios, su cuerpo, no quisieron hacerle exequias de rey, ni aun de hombre común, desechándole con gran desprecio y enojo. Un criado suyo, doliéndose de tanta desventura de un rey, temido y adorado antes como dios, allá le hizo una hoguera y puso sus cenizas donde pudo, en lugar harto desechado24

24Pour plus de détails sur les funérailles des empereurs aztèques il faut se référer aux enquêtes coloniales des premiers évangélisateurs ou aux chapitres des chroniques consacrés aux funérailles d’autres empereurs ou aux rites funéraires aztèques en général.

II. Enquêtes des premiers évangélisateurs : une reconstitution fragmentée et contradictoire

  • 25  Cf. Juan José BATALLA ROSADO, El Códice Tudela y el grupo Magliabechiano : la tradición medieval e (...)

25Une autre catégorie de documents utiles pour les coutumes funéraires des seigneurs, sont les enquêtes diligentées par les religieux espagnols. En regardant le groupe des codex appelés proto-Magliabechi25, on trouve au moins deux mentions de funérailles de Moctezuma, dont une glose atypique du Codex Tudela. La même scène apparaît également, mais commentée totalement différemment dans le Codex Magliabechi. Du coup on se demande si ces documents détaillent plusieurs cérémonies funéraires distinctes ou plusieurs aspects de la même.

Mentions atypiques de funérailles de Moctezuma :

26Deux documents rapportent l’existence de funérailles de Moctezuma : le Codex Vaticano A dans des annales, le Codex Tudela dans la glose d’une scène de crémation. Les versions sont totalement différentes, dans des contextes distincts, mais elles contribuent à contrecarrer la version coloniale tardive d’un Moctezuma responsable de la conquête, dont personne ne voudrait honorer le cadavre.

Codex Vaticano A

27Dans la section consacrée aux annales historiques, le Codex Vaticano A est le seul du groupe proto-Magliabechi à représenter les années concernant la conquête du Mexique. Du coup il présente une scène sobre, malheureusement dépourvue de glose, mais non d’intérêt.

Figure 3 : Massacre du Templo Mayor et funérailles de Moctezuma

Figure 3 : Massacre du Templo Mayor et funérailles de Moctezuma

Codex Vaticano A, fol. 87r (Graz, ed. fac-similé 1996).

  • 26  Ferdinand ANDERS, Maarten JANSEN, Libro explicativo del Códice Vaticano A, Mexico : Fondo de Cultu (...)

28Le folio 89r correspondant aux années 1 Acatl (1519) et 2 Tecpatl (1520) se termine à droite par une représentation de Moctezuma assis sur un tepotzoicpalli (équivalent préhipanique d’un trône) prolongé par une natte (symbole d’autorité). On reconnaît le souverain à son glyphe anthroponymique (le diadème pour indiquer le tecuhtli, seigneur). Il semble règner paisiblement alors que la scène précédente correspond au massacre du Templo Mayor. Au-dessus de lui figure un toponyme constitué d’une colline au sommet arrasé comprenant trois éléments dont une bannière au centre. Ferdinand Anders et Maarten Jansen signalent que ce décor correspond à celui de funérailles et renvoient à la représentation de la Grande Fête des Morts (fol. 47r) où on retrouve les mêmes élements. Ils proposent de lire le toponyme comme Acatliyacapan et d’interpréter la scène comme la réalisation des funérailles de Moctezuma à cet endroit26. Il reste cependant curieux que Moctezuma soit représenté encore vivant et non mort. On regrettera l’absence de gloses alphabétiques pour expliciter la scène et le fait que la version du Codex Telleriano Remensis, bien plus indigène dans son dessin, ne comporte plus les années 1519-1528.

Codex Tudela

29Le Codex Tudela isole au folio 55r la représentation de la crémation d’un cacique ou tlatoani, mais elle différe énormément du Magliabecchi et se rapproche beaucoup de la description de Gómara. On y reconnaît un masque funéraire, ainsi que quelques offrandes, des musiciens. Le paquet funéraire est posé sur une natte et couvert d’ornements en papier. Des offrandes (bol de cacao, viande tamales) sont déposées. Deux musiciens percussionnistes jouent, l’un du huehuetl (tambour vertical), l’autre une carapace de tortue. Les nombreuses volutes de la parole associées à ces musiciens et non à leurs instruments, signalent qu’ils déclaments ou chantent, soit des oraisons funèbres, soit les hauts-faits du défunt. On remarquera qu’aucun sacrifice humain ni animal n’est indiqué, comme si les funérailles avaient été soigneusement nettoyées par le scribe de toute trace sacrificielle, pour n’être plus qu’une coutume funéraire parmi d’autres.

30La glose du Codex Tudela dérape des funérailles d’un cacique en général à la mort de Moctezuma en particulier :

Esta figura es de algun gran s[eño]r o cacique se moría, q le vestían despues de muerto desta manera, y le ponían sobre un petate o estera, y le ponían delante mucha comida y le daban fuego, y se quemava ello, y el, y el pu[ebl]° estaba en gran areyto, y bayle en tanto que se quemava, y los polvos del despues de quemado bevían en vino su muger y hijos o parientes mas cercanos y ansi bevieron los de Moteuçuma despues q le mataron los yndios de Mexc° dandole una pedrada en la cabeca porq le tenian preso los españoles […] (fol. 55rv).

31Cette glose apporte un détail inédit, le fait de boire les cendres de Moctezuma une fois brûlé. Mais elle omet du coup tous les détails concernant ses funérailles, présentées ici comme faites en hâte, sans danse, ni chant, ni sacrifices ni offrandes, ce dont on peut douter, même si les femmes de Moctezuma et la plupart de ses parents étaient retenus en otages par les Espagnols. La description, censée rester proto-ethnographique, dérape vers la justification politique : Cortés n’aurait rien eu à voir avec la mort de Moctezuma et celui-ci serait mort du courroux suscité par la destruction des temples (donc non converti au catholicisme puisqu’encore attaché aux temples préhispaniques) :

[…] llega[do] q fue el marqs del prendim° de Narvaez e su gente le halló herido a Motençuma y mandó el marqs dar fuego a todos los cues y altares q tenían y como se quemavan se cayan y al caer un cu grande hizo gran ruido e preguntando Motençuma q q ruido era [a]ql le dixeron q avía caydo el cu y deste enojo murió, y muerto los españoles se le entregaron a los yndios diziendo q ellos mesmos los yndios le avían muerto y tomaron los yndios el cuerpo y llevaronle de priesa a el cu q se avía caydo y estaba ardiendo y echaron a Motençuma en el y dizen q despues de qmado bebieron los principales los polvos (fol. 55rv).

  • 27  Diego MUÑOZ CAMARGO, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, en Relaciones geográficas d (...)

32Cette version semble reposer sur l’étymologie du nom de l’empereur, Mo-tecuh-zoma signifiant en nahuatl « celui qui se fâche en seigneur », d’où la mention de son courroux. Le type de mort semble induit par le sens du nom du tlatoani. Il convient de rectifier ce récit sur au moins un point : les pyramides n’ont pas pu s’effondrer avec les incendies, il s’agit donc bien des sanctuaires qui les surmontent. Dans cette version le bûcher funéraire de Moctezuma aurait été un des temples sacrés du centre cérémoniel de Tenochtitlan, ce dont on peut douter. La description fait de Moctezuma un païen et ses funérailles correspondent à ce trait qu’on souhaite souligner (il existe au XVIe siècle un courant historiographique proposant que Moctezuma aurait demandé à être baptisé, dont Gómara se fait l’écho en 1552 et Diego Muñoz Camargo en 158327 : la version du glosateur du Tudela est à l’opposé).

Image déformée et lectures contradictoires

33Cette image (fol. 55r° du Codex Tudela), ainsi que les autres scènes funéraires, sont reprises dans le Codex Magliabechi ou le Codex Ixtlilxochitl mais déjà déformées et disposées ou paginées différemment. L’intérêt réside alors plutôt dans les gloses, qui semblent synthétiser celles du Tudela, mais qui ajoutent parfois bon nombre d’informations différentes. Jamais elles ne renvoient aux funérailles de Moctezuma. La lecture qui en est faite est proto-ethnographique et le plus souvent contradictoire.

34Juan José Batalla a bien signalé qu’en réalité l’image indienne rapporterait les rites post mortem une fois le seigneur brûlé, pour rappeler sa mémoire durant  les quatres années qui suivent son décès si l’on se fie à la glose du Magliabechi :

  • 28  Cf. le commentaire du Códice Fiestas f° 39, mais celui-ci se trompe sur la période qu’il assigne a (...)

Esta es una figura de quando los yndios hazian memoria de sus finados en la fiesta que llaman Tititl […] y esto hazian cada año hasta quatro años despues de la muerte del difunto y no maz (fol. 71r)28.

35On passerait donc de la crémation juste après le décès à des rites plus tardifs. Qui se trompe entre le glosateur du Tudela ou ceux du Magliabecchi ou du Códice Fiesta ?

36La première image de funérailles du Codex Magliabecchi concerne les funérailles d’un seigneur mexica d’après la glose en regard sur la page précédente : le commentaire n’évoque plus les funérailles de Moctezuma, mais il mentionne l’existence de sacrifices humains :

Esta figura es de quando algun señor o prencipal moria que luego le amortajavan, sentados en cuclillas, como los indios se asientan y le ponia mucha leña sus parientes. Le hazian ceniza como antiguamente lo solian hazer los Romanos en tpo de su gentilidad. Delante del sacreficavan uno o dos esclavos para q con el le enterrasen despues de q[ue]mados y tanbien algunas partes donde se acostunbrava hazer esto se enterravan con ellos sus mugeres diziendo q alla les avian de servir y enterravaban tanbien su tesoro, si alguno tenian (fol. 65v).

  • 29  Si l’on compare avec le Codex Tudela folio 57r on constate que le copiste a effectivement confondu (...)

37La lecture du glosateur du Magliabechi insiste donc sur le sacrifice de serviteurs, le suicide volontaire des concubines et la présence de riches offrandes (avec la mention d’un ‘trésor’). Le dessinateur ou scribe indigène a parfaitement représenté au folio 66r un cœur humain devant la tête du mort, dans son paquet funéraire, ainsi que les flammes d’un bûcher funéraire. Associé au mort se trouvent deux bannières traditionnelles en papier et motifs de hule (goudron), ainsi qu’un esclave ou prisonnier mort sacrifié, qu’on identifie à ses plumes blanches sur la tête. Curieusement aucune offrande de valeur n’est représentée, comme si la planche était principalement centrée sur la crémation et le sacrifice humain. On observera une plateforme, de forme géométrique, qui renvoie au dieu du feu, et la présence pour le moins déconcertante d’une plante : en fait il semble s’agir de la seule représentation d’une offrande de valeur (en plus des vies humaines), non pas une plante mais des plumes de quetzal, sans doute mal interprétées par le copiste29.

38Il est impossible de détailler ici toutes les scènes funéraires représentées dans le Codex Tudela et le Codex Magliabechi. Toutefois ce dernier présente une spécificité dans son commentaire, puisqu’il relie les différentes scènes entre elles :

Esta figura es de lo mismo lo lloravan sus hijos y parientes y le davan para el camino cacauatl. La figura qsto sig[nifi]ca es de las dos siguientes la postrera.
Esta figura primera es el lugar donde los enterravan q aqui estan los muertos
(fol. 66v).

39Le glosateur du Magliabechi fait donc le lien entre les différentes images, malgré leur catégorisation sociale différente (funérailles d’un marchand fol. 67v, funérailles d’un jeune homme fol. 68v, etc.).

40Ces images détaillées de coutumes funéraires (cinq dans le Tudela, quatre dans le Magliabechi) sont réduites à deux copies tardives dans le Codex Ixtlilxochitl, sans doute du fait de la perte de deux folios. La représentation du fol. 55r° du Tudela n’apparaît pas. La glose du folio 104r permet de comprendre qu’il manque manifestement un folio (et donc deux images). On reconnaît une glose semblable en grande partie à celle du folio 66v du Magliabechi. Mais elle transforme la mort du souverain en une mort ordinaire par un glissement sémantique, qui indique bien que le copiste n’a pas pris en compte les gloses du Codex Tudela, alors que son dessin s’en approche beaucoup plus que le Magliabechi. La « sepultura de un señor » devient un rite funéraire de tous les Indiens préhispaniques, sans distinction de rang social.

41Le folio 104v reprend les riches offrandes concernant les funérailles d’un marchand, mais le dessinateur n’a pas compris bon nombre d’éléments (ornements d’oreilles, bannière de papier), en particulier le fardeau ou paquet funéraire : la tête n’est quasiment plus visible, totalement aplatie.

42Si les dessins des codex Magliabechi (et éventuellement du Codex Ixtlilxochitl) peuvent apporter des détails parfois plus précis que le Codex Tudela, leurs gloses ne renvoient jamais aux funérailles de Moctezuma et semble généraliser abusivement (Codex Ixtlilxochitl) certains rites funéraires réservés aux seigneurs. Il serait trop long de signaler combien cette évolution reflète la déperdition de mémoire des élites indiennes ou métisses à la fin du XVIe siècle ou dans la première moitié du XVIIe siècle.

III. Funérailles d’autres empereurs aztèques ou rites funéraires : une reconstitution détaillée mais occidentalisante

43Moctezuma n’a pas l’honneur d’un chapitre entier consacré à ses funérailles, mais des chroniqueurs comme Gómara, Cervantes de Salazar, Hernández, Mendieta, Pomar, fray Diego Durán ou Tezozomoc consacrent des chapitres ou des pages aux rites funéraires ou aux funérailles d’empereurs aztèques antérieurs à Moctezuma.

44En 1552 le religieux séculier Francisco López de Gómara parvient à publier une Histoire de la conquête du Mexique dans laquelle il détaille dans un chapitre court les pratiques funéraires des souverains aztèques (Enterramiento de los reyes).

  • 30  Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, Mexico : El Colegio de México, 1996, p. 417-421 ((...)

45Comment un chapelain qui n’a jamais mis les pieds en Amérique est-il parvenu à produire en 1552 un chapitre parfaitement informé des rites funéraires préhispaniques concernant les souverains aztèques ? Les informations de Cortés sont possibles, mais il n’a assisté à aucune funérailles des derniers souverains aztèques, du fait des combats pour la conquête de Mexico ou parce qu’il a exécuté Cuauhtemoc en pleine jungle du Peten (Acalan), loin de tout et principalement de ses sujets. Il faut alors considérer la possibilité que Gómara ait eu accès aux premières enquêtes commanditées par Ramirez de Fuenleal et réalisées par fray Andrés de Olmos ou par fray Toribio de Benavente Motolinía, puisque Sahagún n’a toujours pas commencé la sienne en 1552. En rapprochant les textes on comprend que Gómara se contente de résumer le long chapitre que Motolinía consacre vers 1541 aux funérailles des seigneurs du Mexique Central30.

46Gómara ne dépend manifestement pas des enquêtes du Codex Tudela ou du Codex Magliabechi, sans doute encore restées en Nouvelle Espagne pour l’instant (Antonio de Herrera pourra en inclure des dessins dans les frontispices de sa chronique de 1601). Du coup il offre une vision des funérailles plutôt synthétique et réussie, malgré plusieurs absences.

47Gómara parvient à unir la scène de crémation du seigneur, l’évocation de sacrifices humains massifs (détail nouveau) et l’existence d’une image du seigneur mort perpétuant sa mémoire. Bref, il parvient à regrouper ce que les premières enquêtes espagnoles avaient fragmenté (cf. Annexe I).

48On relèvera, pour résumer, la mention de 17 capes pour le fardeau funéraire, la présence d’un masque, le sacrifice d’un serviteur chargé de la lumière, la mention de chants, l’énumération d’offrandes essentiellement guerrières (boucliers, flèches, bannières) destinées à la crémation, la mention d’un chien et surtout, pendant la crémation, la mise à mort de deux cents personnes (sacrifices humains massifs : serviteurs, nains, bossus, femmes). Gómara mentionne ensuite des offrandes de nourriture et de boisson, le recueil des cendres et des dents du défunt rassemblées dans une boîte peinte, la confection d’une image en bois du défunt, habillée comme lui et le sacrifice, au 4e jour, de quinze esclaves.

49Ce chapitre servira de base pour les descriptions à venir. On le retrouve plus ou moins semblable sous la plume de différents chroniqueurs : Cervantes de Salazar (1567), Francisco Hernández (vers 1577), fr. Gerónimo de Mendieta (vers 1596), Antonio de Herrera (1601), fr. Juan de Torquemada (avant 1615), etc. En général ils n’apportent pas beaucoup de choses nouvelles, se contentant de reformuler plus ou moins bien le texte de Gómara publié en 1552 (sa source, Motolinía, reste manuscrite).

50En 1567 Cervantes de Salazar consacre deux chapitres (30 et 31) de son livre I aux coutumes funéraires des Indiens du Mexique central : « De las obsequias y morturios de los indios » et « Donde se prosiguen los entierros y obsequias de los indios ». En général il ne fait que reformuler Gómara sans le citer, mais on trouve tout de même des détails inédits, dont la mention de fouilles ou de rites vus, et surtout un renvoi aux enquêtes du type du Codex Tudela ou Magliabechi.

51Cervantes de Salazar semble se baser sur des fouilles (pillages) de tombes préhispaniques pour apporter des données précises :

  • 31  Francisco CERVANTES DE SALAZAR, Crónica de la Nueva España, Madrid : B.A.E., t. 244, 1971, 1, p. 1 (...)

En otras partes no quemaban a los señores, sino, como se ha visto en nuestros días en algunos entierros que se han descubierto, los componían y adornaban con penachos y plumajes y piedras preciosas, las mejores que tenían; poníanles bezotes de oro, anillos y orejeras, que son de hechura de cañón de candelero; poníanles también brazaletes de oro y plata; enterraban con ellos a sus esclavos, aunque algunos dellos pedían primero la muerte para seguir a sus señores, presciándose de fieles, y entendiendo que por esta fidelidad habían de ser en la otra vida muy honrados31.

  • 32  On trouve une mention similaire dans le dernier chapitre du très controversé Conquistador anonyme: (...)

52Malheureusement ces détails ne sont que partiels. Surtout ils correspondent à des tombes de gens autres que les gouvernants, puisque la pratique de la crémation n’a pas été effective, sans doute du fait d’un rang autre ou d’un type de mort autre (renvoyant peut-être à un autre au-delà, le Tlalocan)32.

  • 33  L’édition de la traduction espagnole de Joaquín García Pimentel en 1945 est posthume.
  • 34  Francisco HERNÁNDEZ, Antigüedades de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1986, p. 81-83 (lib. I (...)

53Dans son ouvrage en latin sur les Antiquités novohispaniques, jamais publié à l’époque, et traduit seulement avant 194533, Francisco Hernández, protomédico de Philippe II envoyé enquêter sur la faune, la flore et la médecine indienne entre 1570 et 1577, s’intéresse aux coutumes funéraires et propose une description de ce rite aztèque34. Mais en réalité Hernández traduit et reformule le texte de Gómara en latin, avec quelques variantes de vocabulaire plus recherché et quelques rares informations additionnelles (le mort montera sur le chien pour voyager dans les aux-delà, etc.).

  • 35  J. de TORQUEMADA, op. cit., 1977, 4, p. 299-308.

54Torquemada reprend la plupart des informations de Gómara y de Cervantes de Salazar. A titre d’exemple son chapitre 45 (livre XIII) est consacré aux funérailles des souverains mexica, et le chapitre 46 aux funérailles des souverains tarasques du Michoacan, tout comme Gómara. Il y ajoute simplement un chapitre 47 pour les funérailles des autres catégories de population et détailler les infra-mondes. Cependant la formulation reprend souvent à la lettre le texte de Cervantes de Salazar35.

  • 36  Fray Gerónimo de MENDIETA, Historia eclesiástica indiana, Mexico : Conaculta,  1997, 1, p. 292- 29 (...)

55Un autre filiation textuelle est celle qui respecte le texte complet de fray Toribio de Benavente Motolinía, que Gómara a simplement résumé. Mendieta reprend en 1596 dans son Historia eclesiástica indiana le texte de Motolinía au mot près36.

56On peut compléter ces informations par ce que dit le métis Juan Bautista Pomar à propos des rites funéraires tezcocans. Il confirme à peu près les détails de Gómara, en y ajoutant celui de la pierre qui permet de conserver le corps pendant les quatre jours préalables à sa crémation :

  • 37  Juan Bautista POMAR, Relación de Tezcoco, in Relaciones geográficas del siglo XVI : México, 3, Ren (...)

Estaba el cuerpo, después de m[uerto en un] aposento airoso [durante] cuatro días, aguardando a los que de todas partes habían de venir a llorarle, poniéndole una pesada losa encima del vientre por que , con su frialdad, le conservase sin corromperse y, con su peso, no le dejase hinchar, adornado de sus hábitos e insignias reales, y cubierto con una ropa real azul37.

57Les informations présentes dans fray Diego Durán sont également un complément utile : mais Durán d’ordinaire plutôt prolixe pour les funérailles d’Axayacatl (cap. 39) ou d’Ahuizotl (cap. 51), ne dit rien des funérailles de Moctezuma. On doit donc compléter les rites funéraires par des détails concernant les tlatoque précédents. Il serait trop long de procéder ici à une comparaison détaillée, mais à titre d’exemple signalons ce que peut apporter une vision indienne tardive (Durán traduit une histoire alphabétique indienne antérieure à 1581) pour le sacrifices d’esclaves ou serviteurs censés accompagner le souverain dans l’au-delà. Là où les sources espagnoles quantifient, ou signalent les disgrâces physiques, Durán et sa source indienne s’intéressent plus aux fonctions remplies par ces serviteurs :

  • 38  D. DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España…, 2, p. 299-300 (cap. 39).

Luego se volvían a los corcobados y a los enanos y domésticos de la casa y les encomendaban tuviesen gran cuenta y cuidado de dar aguamanos a su señor y de aministrarle el vestido y el calzado, como hasta allí habían hecho, y de darle el peine y el espejo que llevaban y de darle la cerbatana, cuando la hubiese menester y el arco y las flechas38.

58La description apporte ensuite une précision capitale sur la façon d’immoler ces serviteurs et d’utiliser leur sang, détail resté jusqu’à présent flou dans les versions de Gómara ou dans les dessins des Codex Tudela ou Magliabechi.

  • 39  D. DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España…, p. 300 (cap. 39).

Y, poniendo junto a las cenizas un teponaztli – que es el instrumento con que ellos tañen cuando bailan- echábanlos junto a aquel teponaztli de espaldas y cortábanles el pecho y sacándoles a todos el corazón y la sangre, cogíanla en unos vasos y derramábanla en la lumbre, donde el cuerpo del rey estaba ardiendo, la cual el fuego juntamente la consumía39.

59Il ajoute des détails concernant la rhétorique funèbre des souverains alliés conviés aux funérailles. Ou bien des détails précieux sur l’image du souverain défunt qui pour lui est confectionnée avant la crémation et brûle avec le corps, détail en contradiction avec la planche du Codex Tudela et qui signalerait déjà une incompréhension manifeste des rites funéraires au fur et à mesure que l’on s’éloigne de l’époque préhispanique :

  • 40 Ibid. p. 298 (cap. 39).

[…] hacían una enramada muy grande, a la cual llamaban tlacochcalli, que quiere decir ‘casa de descanso o de reposo’ y en aquella enramada hacían una estatua, que era semejanza del rey muerto. Y esta estatua era de astillas de tea, atadas unas con otras, y haciéndole su rostro, como de persona, emplumábanle la cabeza y poníanle unas plumas que llaman ichcaxochitl, que quiere decir ‘flor de algodón’, y otras que llaman malacaquetzalli, que quiere decir ‘plumas ahusadas’, y un peto de plumas, colgado al pecho, y cubríanle con una ropa muy galana, con la cual representaban al dios Huitzilopochtli40.

  • 41 Ibid. p. 298 (cap. 39).

60Durán détaille les vêtements et parures de quatre divinités portés par le souverain défunt avant sa crémation : Huitzilopochtli, Tlaloc, Youalahuan et Quetzalcoatl, mentionnant en particulier un papalotilmatli ou ‘manta de mariposa’41.

61A propos des funérailles d’Ahuizotl en 1502, Durán apporte une précision sur l’existence de pleureuses aztèques :

  • 42 Ibid. p. 391 (cap. 51).

[…] por el grandísimo llanto y aullido que en la ciudad se levantó de las que ellos llamaban ‘lloraderas’ que las había para las muertes de los reyes y grandes y para los que morían en la guerra y señaladamente habían de ser todas las del linaje de aquel rey y, con ellas, todas sus mujeres y mancebas y otras muchas viejas que de este oficio se juntaban […]42

62Il signale également que lors des funérailles on brûle tous les vêtements du souverain (détail que l’on retrouve sous la plume de Pomar), apparemment soigneusement conservés jusqu’alors :

  • 43 Ibid. p. 394 (cap. 51). Pour les empereurs incas on brûlait les vêtements qu’ils avaient portés et (...)

[…] sacaron todas las mantas y ceñidores de que el rey había usado en su vida y todas las demás joyas y piedras que tenía en su recámara y para el ornato de su persona. De todo lo cual vistieron y adornaron todos aquellos esclavos acompañadores que habían de morir delante del cuerpo muerto. Y todo lo que sobró, después de vestidos los esclavos, echáronlo en unas petaquillas pequeñas y pusiéronselas en las manos a los esclavos, para que las llevasen al otro mundo43.

  • 44  Cf. Patrick LESBRE, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl, ff. 105-11 (...)

63On s’interrogera simplement sur la véracité de cette affirmation quand on sait que les parures de guerre ou de danse des souverains de Tezcoco étaient encore conservées religieusement en 1575 et on été vues et dessinées par Francisco Hernández (cf. Codex Ixtlillxochitl, fol. 104r)44. Motolinía vers 1541 signalait que certains rois transmettaient leurs parures à leurs fils, d’autres les brûlaient : il distinguait déjà sans doute les rites mexica et tezcocans.

64Durán confirme l’identification des bijoux que l’on voit dans les planches consacrées aux funérailles des pochtecas, en mentionnant leur présence pour les funérailles royales :

  • 45  D. DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España…, 2, p. 394 (cap. 51).

Púsole sus zarcillos y en las narices, su joyel y en el labio bajo, otro, con sus braceletes y medias calcetas de oro y unos zapatos, y embijáronle todo el cuerpo con el betún divino. Con lo cual quedó el rey Ahuitzotl consagrado en dios y canonizado en el número de los dioses45.

  • 46 Ibid. p. 395 (cap. 51).

65Ce que représenterait en partie l’illustration correspondant aux funérailles d’Ahuizotl (avec une subtile censure des sacrifices humains, remplacés ici par l’offrande d’oiseaux, très certainement des cailles).  Enfin, il semble indiquer que l’on n’enterrait pas les cendres des souverains dans le patio de leur palais, contrairement à la glose du Codex Tudela ou Magliabechi, mais « junto a la piedra del sol, que ellos llaman cuauhxicalli, que quiere decir ‘jícara de águilas’. Y esta piedra es la (que) hoy día está a la puerta de la Iglesia Mayor »46.

  • 47  Fernando de ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1977, 2, p. 210 (Historia chichim (...)

66Tezozomoc s’avère lui aussi un auteur précieux pour décrire en détail les funérailles des prédecesseurs de Moctezuma. Mais sa chronique, dans son état actuel, s’interromp avant l’entrée de Cortés à Mexico et donc bien avant la mort de Moctezuma. Il n’est pas sûr, vu qu’il suit de très près la chronique rédigée en nahuatl que traduit fray Diego de Durán, qu’il ait inclus une mention ou description des funérailles de Moctezuma  tant celui-ci est caricaturé dans son œuvre commme responsable de la défaite indienne lors de la Conquête espagnole. C’est d’ailleurs la version que choisit le chroniqueur métis Alva Ixtlilxochitl après 1615, qui ne mentionne aucune funérailles solennelles pour Moctezuma : « y no sintieron mucho su muerte, porque ya estaban indignados contra él por el favor grande que hacía a los españoles, y por la pusilanimidad con que se dejó prender y tratar de ellos »47.

67Bref, les descriptions s’alourdissent (celle de Cervantes de Salazar occupe deux chapitres, celle de Torquemada court sur plus de cinq), mais rares sont les détails réellement inédits. Tout comme les dessins de la fin du XVIe siècle ne comprenaient déjà plus les détails préhispaniques, on relève des incompréhensions patentes des rites funéraires (par exemple Durán à propos du corps artificiel du souverain).

  • 48  P. PIZARRO, op. cit., p. 69.

68On ne peut que regretter l’absence d’une description avec témoignage de visu de certains conquistadors, pour lever les ambiguïtés de certains passages des rites funéraires. Mais cette absence est bien évidemment significative : la capacité de la société aztèque ou mexica à s’autoreprésenter lors des funérailles a été détruite d’abord par le chaos de la conquête, mais ensuite par le nouvel ordre colonial, incapable de produire une description valable pour un moment historique trop chargé de connotations politiques majeures. Du coup on perd une foule d’informations précises et on reste sur sa faim pour comprendre la réalité de ces pratiques funéraires, tant les détails sont parfois contradictoires. La description s’avère donc impossible, contrairement au Pérou où les chroniqueurs mentionnent le suicide de concubines ou serviteurs d’Atahualpa lors de ses funérailles chrétiennes, souhaitant l’accompagner dans l’au-delà48.

Une description impossible ?

69En 1552 Francisco López de Gómara est capable de consacrer un chapitre entier aux rites funéraires du Caltzontzin, gouvernant tarasque du Michoacan. Ce chapitre est remarquablement détaillé,  précisant les bijoux dont on paraît le mort (sandales de peau de cerf, etc.), les offrandes, leur emplacement (un carquois de peau de jaguar d’un côté, un bulto etc.), les détails des rites (laver les futurs sacrifiés, leur peindre le visage de jaune etc.) ainsi que le moment de la journée où ils commençaient (sortir du palais à minuit etc.). Il semble décrire une tombe que les Espagnols auraient pillée ou vue. Rien de tel n’apparaît pour Mexico Tenochtitlan.

  • 49  Cf. Codex Aubin : « [Année 2 Silex,] en Ochpaniztli, alors le 10e souverain règna, Cuitlahuatzin n (...)
  • 50  Aucun chroniqueur ne s’attarde sur cet aspect, tous privilégiant les circonstances et les causes d (...)

70On comprend dès lors que pour le Mexique central les chroniqueurs espagnols, tant laïcs que religieux, se sont heurtés à une difficulté : ils n’ont jamais pu voir les funérailles habituelles d’un empereur aztèque. Dans le cas de Moctezuma à cause des combats contre les habitants de Mexico. Dans le cas de Cuitlahuac, par le simple fait que les Espagnols étaient réfugiés à Tlaxcalla49. Et enfin, dans le cas de Cuauhtemoc, parce qu’ils l’ont exécuté par pendaison à plus de mille kilomètres de la capitale, en pleine jungle du Peten et que, de ce fait, les rites funéraires le concernant n’ont pu qu’être réduits au minimum50.

  • 51  Don Pedro de Moctezuma Tlacahuepantli dans une lettre à Philippe II du 25 mars 1566 indique : « (...)

71Les enquêtes des premiers évangélisateurs ou les chapitres des chroniques consacrées aux funérailles des prédécesseurs de Moctezuma font mieux ressortir le silence concernant les funérailles de celui-ci. Les contingences historiques de la conquête de la Nouvelle Espagne ont donc rendu la description des funérailles de Moctezuma impossible. A moins qu’une version rédigée par l’un de ses descendants surgisse un jour des archives51.

Haut de page

Bibliographie

ACOSTA, José de, Historia natural y moral de las Indias, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1985.

ALVARADO TEZOZÓMOC, Fernando, Crónica Mexicáyotl, Mexico : UNAM, 1975.

ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1977.

ANDERS, Ferdinand, Maarten JANSEN, Libro de la vida. Texto explicativo del llamado Códice Magliabechiano, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1996.

–––––––, Religión, costumbres e historia de los antiguos mexicanos. Libro explicativo del llamado Códice Vaticano A, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1996.

AUBIN, Joseph-Marius-Alexis, Histoire de la nation mexicaine, Paris : Ernest Leroux, 1893.

BATALLA ROSADO, Juan José, El Códice Tudela y el grupo Magliabechiano : la tradición medieval europea de copia de códices en América, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 2002.

CERVANTES DE SALAZAR, Francisco, Crónica de la Nueva España, Madrid : B.A.E. tome 244, 1971.

Codex Ixtlilxochitl, Bibliothèque Nationale Paris (Ms. Mex. 65-71), Graz : Akademische Druck u. Verlagsanstalt, 1976.

Codex Magliabechi, cf. Ferdinand Anders, Maarten Jansen, Graz : Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1996a.

Codex Tudela, cf. Juan José Batalla Rosado.

Codex Vaticano A, cf. Ferdinand ANDERS, Maarten JANSEN, Graz : Akademische Druck-und Verlagsanstalt, 1996b.

Códice Aubin, Mexico : ed. Innovación, 1980 [1902].

Le Conquistadore anonyme, trad. Jean Rose, Montbonnot : Jérome Millon, 1986.

CORTES, Hernán, Cartas de relación, Madrid : Historia 16, 1985.

DÍAZ DEL CASTILLO, Bernal, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1984.

DURÁN, Fray Diego, Historia de las Indias de Nueva España e islas de la Tierra Firme, Mexico : Porrúa, 1984, vol. 2.

GARRITZ, Amaya, “Carta Ejecutoria del príncipe D. Diego Luis de Moctezuma. Testamento del príncipe Pedro Moctezuma”, Históricas, 37, 1993m p. 28-50.

GOMARA,  cf. López de Gómara.

GRAULICH, Michel, Montezuma, Paris : Fayard, 1994.

HAJOVSKI, Patrick, « Without a Face : Voicing Moctezuma II’s Image at Chapultepec Park, Mexico City », in : Dana LEIBSOHN et Jeanette FAVROT PETERSON, Seeing Across Cultures in the Early Modern World, Farnham, Surrey, England –Burlington, VT : Ashgate Press, 2012, p. 171-192.

HERNANDEZ, Francisco, Antigüedades de la Nueva España, Mexico : editorial Pedro Robredo, 1945.

–––––––, Antigüedades de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1986.

LESBRE, Patrick, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl, ff. 105-112) », Journal de la Société des Américanistes, n° 84-2, 1998 (numéro spécial La collection Aubin-Goupil à la Bibliothèque Nationale de France), p. 97-124.

LÓPEZ DE GÓMARA, Francisco, La conquista de México, Madrid : Historia 16, 1985.

MATOS-MOCTEZUMA, Eduardo, « ¿Quién mató a Moctezuma II, los mexicas o los españoles ? », Arqueología mexicana, vol. XX1, n° 123 (sept-oct- 2013), p. 88-89.

MENDIETA, Fray Gerónimo de, Historia eclesiástica indiana, Mexico : Conaculta,  1997.

MOTOLINÍA, Fray Toribio de Benavente, Memoriales, Mexico : El Colegio de México, 1996.

MUÑOZ CAMARGO, Diego, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, in Relaciones geográficas del siglo XVI : Tlaxcala, tome 1, René ACUÑA (ed.), Mexico : UNAM, 1984.

NICHOLSON, Henry, « The Chapultepec Cliff sculpture of Motecuhzoma Xocoyotzin », El México Antiguo, 9, (1961), p. 379-444.

PÉREZ-ROCHA, Emma, Rafael TENA, La nobleza indígena del centro de México después de la conquista, Mexico : INAH, 2000.

PIZARRO, Pedro, Relación del descubrimiento y conquista de los reinos del Perú, Lima : Pontífica Universidad Católica del Perú, 1986.

POMAR, Juan Bautista, Relación de Tezcoco, in Relaciones geográficas del siglo XVI: México, tome 3, René ACUÑA (ed.), Mexico : UNAM, 1986.

SAHAGÚN, Fray Bernardino de, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico: Conaculta, 2000.

––––––, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico : Porrúa, 1975.

Tezozómoc cf. Alvarado Tezozómoc.

TORQUEMADA, fray Juan de, Monarquía Indiana, Mexico : UNAM, 1975.

ZORITA, Alonso de, Relación de la Nueva España, Mexico : Conaculta, 1999.

Haut de page

Annexe

Gómara 1552, Enterramiento de los reyes

Cuando enferma el rey de México ponen máscaras a Tezcatlipuca o Vitcilopuchtli, o a otro ídolo, y no se la quitan hasta que sana o muere. Cuando expiraba lo enviaban a decir a todos los pueblos de su reino para que lo llorasen, y a llamar a los señores que eran parientes y amigos suyos, y que podían venir a las honras dentro de cuatro días; que los vasallos ya estaban allí. Ponían el cuerpo sobre una estera, y lo velaban cuatro noches gimiendo y plañiendo. Lo lavaban, le cortaban una guedeja de cabellos de la coronilla, y los guardaban, diciendo que en ellos quedaba la memoria de su alma. Le metían en la boca una fina esmeralda; le amortajaban con diecisiete mantas muy ricas y muy bordadas de colores, y sobre todas ellas iba la divisa de Vitcilopuchtli o Tezcatlipuca, o la de algún otro ídolo devoto suyo, o la del dios en cuyo templo se mandaba enterrar. Le ponían una máscara muy pintada de diablos y muchas joyas, piedras y perlas. Mataban luego allí al esclavo lamparero, que tenía a su cargo el hacer lumbre y sahumerios a los dioses del palacio, y con tanto llevaban el cuerpo al templo. Unos iban llorando y otros cantando la muerte del rey; que tal era su costumbre. Los señores, los caballeros y criados del difunto llevaban rodelas, flechas, mazas, banderas, penachos y otras cosas así, para echar en la hoguera. Los recibía el gran sacerdote con toda su clerecía a la puerta del patio, en tono triste; decía ciertas palabras, y le hacía echar en un gran fuego que para quemarlo estaba hecho, con todas las joyas que tenía. Echaban también a quemar todas las armas, plumajes y banderas con que le honraban, y un perro que lo guiase a donde había de ir, matado primero con una flecha que le atravesase el pescuezo. Entre tanto que ardía la hoguera y quemaba al rey y al perro, sacrificaban los sacerdotes doscientas personas, aunque en esto no había tasa ni ordinario. Los abrían por el pecho, les sacaban el corazón para arrojarle en el fuego del señor, y luego echaban los cuerpos en un osario. Estos que así morían por honra y para servicio de su amo, como ellos dicen, en el otro siglo, eran en su mayor parte esclavos del muerto y de algunos señores que se los ofrecían; otros eran enanos, otros contrahechos, otros monstruos y algunas eran mujeres. Ponían al difunto, en casa y en el templo, muchas flores y muchas cosas de comer y de beber, y nadie las tocaba más que los sacerdotes, pues debía ser ofrenda. Al otro día cogían la ceniza del quemado y los dientes, que nunca se quemaban, y la esmeralda que llevaba en la boca, todo lo cual lo metían en un arca pintada por dentro de figuras endiabladas, con la guedeja de cabellos, y con otros pocos cabellos que cuando nació le cortaron, y tenían guardados para esto. La cerraban bien, y ponían encima de ella una imagen de palo, hecha y ataviada al natural como el difunto. Duraban las exequias cuatro días, en los cuales llevaban grandes ofrendas las hijas y mujeres del muerto, y otras personas, y las ponían donde fue quemado, y delante del arca y de la figura. Al cuarto día mataban por su alma quince esclavos, o más o menos, según les parecía; a los veinte días mataban cinco; a los sesenta, tres; a los ochenta, que era como final de año, nueve.

Haut de page

Notes

1  Bien qu’il existe en français le nom Montezuma, celui-ci déforme trop le nom nahuatl originel (Mo-tecuh-zoma : celui qui se fâche en seigneur). Nous prendrons donc le nom Moctezuma, en général utilisé par la plupart des chroniqueurs espagnols, à mi-chemin entre la déformation française et l’appelation correcte nahuatl. Son véritable nom est Moctezuma Xocoyotzin, pour le différencier de Moctezuma Ilhuicamina qui régna au milieu du XVe siècle. Par souci de simplification nous n’utiliserons pas son surnom, ni la détestable occidentalisation de Moctezuma II hélas répandue de nos jours.

2  Nous renvoyons à l’analyse de Michel Graulich sur les versions contradictoires de la mort de Moctezuma, bien que nous ne partagions pas sa conclusion finale. Michel GRAULICH, Montezuma, Paris : Fayard, 1994, p. 416-425. Pour une version sommaire mais strictement à l’opposé, cf. Eduardo MATOS-MOCTEZUMA, « ¿Quién mató a Moctezuma II, los mexicas o los españoles ? », Arqueología mexicana , vol. XX1, n° 123 (sept-oct- 2013), p. 88-89.

3  Fernando Alvarado TEZOZÓMOC, Crónica Mexicáyotl, Mexico : UNAM, 1975, p. 163 : “fue cuando se dió muerte a los príncipes hijos del señor Moteuczoma Xocoyotl”; “in mictilloque tlatocapipiltzin inipilhuantzitzinhuan tlacatl Moteuhczomatzin xocoyotl”.

4  Cf. son testament publié par Amaya GARRITZ, « Carta Ejecutoria del príncipe D. Diego Luis de Moctezuma. Testamento del príncipe Pedro Moctezuma », Históricas, 37, 1993, p. 28-50.

5  Le geste de Cortés lors de la rencontre du 8 ou 9 novembre 1519 permet de comprendre cette différence de statut. Torquemada ajoute qu’il fallait détourner le regard du souverain. Fray Juan de TORQUEMADA, Monarquía Indiana, Mexico : UNAM, 1975, 2, p. 152 (lib. IV, cap. 46).

6  Il signale cependant que toutes les pyramides seraient des tombes : « Todas estas torres son enterramiento de señores […] », CORTÉS, Cartas de relación, Madrid : Historia 16, 1985, p. 134 (2a carta, 1522).

7  H. Cortés, op. cit., p. 157.

8  Fray Diego Durán signale avoir « una pintura que lo certificara ». Fray Diego DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España e islas de la Tierra Firme, Mexico : Porrúa, 1984, 2, p. 556. Il se base surtout sur la fameuse Crónica X (histoire rédigée en nahuatl qu’il traduit en 1581) : « Huídos los españoles de México y muertos todos los que cogieron, dice esta historia que entraron los mexicanos a los aposentos a buscar a su rey Motecuhzoma para ejecutar en él no menos crueldades que en los españoles habían ejecutado y que, andándole a buscar por los aposentos, le hallaron muerto, con una cadena a los pies y con cinco puñaladas en el pecho, y junto a él, a muchos principales y señores, que juntamente estaban presos en su compañía, todos muertos a puñaladas, los cuales mataron a la salida que salieron de los aposentos. » Historia de las Indias …, 2, p. 556. Cette version récuserait alors la remise du corps aux Indiens avant la Noche Triste et les possibles échos de funérailles. Il faudrait alors envisager des funérailles postérieures à la Noche Triste, dont Durán ne se fait pas l’écho.

9  Bernal DÍAZ DEL CASTILLO, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1984, 2a, p. 461-462 (cap. 127) : « y que lo enterrasen como gran rey que eran […] ; y del enterramiento, que no tuviesen cuidado, sino de nuestras vidas […] ».

10  B. DÍAZ DEL CASTILLO, op. cit., 2a, p. 461 (cap. 127).

11  Cette information pourrait être une indication de Cortés.

12  Francisco López de GÓMARA, La conquista de México, Madrid : Historia 16, 1985, p. 234 (Muerte de Moctezuma). Cette version est reprise par Antonio de Herrera en 1601 et par fr. Juan de Torquemada en 1612. Cf. TORQUEMADA, op. cit., 2, p. 215 (lib. IV, cap. 70).

13  Pour son analyse nous renvoyons à l’article désormais classique de Nicholson publié en 1961 et aux travaux récents de Patrick HAJOVSKI dont « Without a Face : Voicing Moctezuma II’s Image at Chapultepec Park, Mexico City », in : Dana LEIBSOHN et Jeanette FAVROT PETERSON, Seeing Across Cultures in the Early Modern World, Farnham, Surrey, England – Burlington, VT : Ashgate Press, 2012.

14  Limpieza y majestad con que se servía a Moctezuma, Jugadores de pies, Juego de pelota, Bailes de México, Las muchas mujeres que tenía Moctezuma en palacio, Casa de aves para pluma, Casa de aves para caza, Casa de armas, Jardines de Moctezuma, Corte y guardia de Moctezuma, Tributos que todos hacen al rey de México.

15  Pourtant Alonso de Zorita ne mentionne pas ces funérailles, alors qu’il reprend bon nombre de passages de la chronique de Juan Cano. Pour la mort de Moctezuma il se contente d’une très brève évocation : « y en muriendo lo echaron a los indios para que viesen cómo lo habían muerto y luego lo tomaron y lo llevaron de allí mucha gente y cargó más la guerra […] ». Alonso de ZORITA, Relación de la Nueva España, Mexico : Conaculta, 1999, 2, p. 582 (lib. III, cap. 29). La mention de nombreux Indiens semble renvoyer à l’existence de funérailles, dont rien n’est dit.

16  D. DURÁN, op. cit., 2, p. 556-557.

17  D. DURÁN, op. cit., vol. 2, p. 556-557.

18 Códice Aubin, México, ed. Innovación, 1980 [1902], p. 86. Pour des raisons de place nous n’incluons pas le texte initial en nahuatl et ne mettons que sa traduction espagnole.

19  Ce motif de l’odeur pestilentielle est également présent dans la version du Codex Aubin.

20  Fray Bernardino de SAHAGÚN, Historia general de las cosas de Nueva España, trad. Ángel María Garibay, Mexico : Porrúa, 1975, p. 784 (Códice Florentino, lib. XII, cap. 23). Pour des raisons de longueur le texte nahuatl n’a pas été indiqué ici, mais seulement sa traduction en espagnol. Fray Juan de Torquemada publie en 1612 dans sa Monarquía Indiana des extraits du texte nahuatl du Codex de Florence, qu’il traduit manifestement à partir d’une copie restée à Mexico : il reprend les mêmes éléments du récit. Cf. J. de TORQUEMADA, op. cit., 2, p. 213-214 (lib. IV, cap. 70).

21  B. de SAHAGÚN, op. cit., p. 784 (Códice Florentino, lib. XII, cap. 23).

22  Ibid.

23  B. de SAHAGÚN, Historia general de las cosas de Nueva España, Mexico : Conaculta, 2000, 3, p. 1199 (lib. XII, cap. 23).

24  José de ACOSTA, Historia natural y moral de las Indias, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1985, p. 370 (lib. VII, cap. 26).

25  Cf. Juan José BATALLA ROSADO, El Códice Tudela y el grupo Magliabechiano : la tradición medieval europea de copia de códices en América, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 2002, p. 119-165.

26  Ferdinand ANDERS, Maarten JANSEN, Libro explicativo del Códice Vaticano A, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1996, p. 356 et note 7.

27  Diego MUÑOZ CAMARGO, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, en Relaciones geográficas del siglo XVI : Tlaxcala, Mexico : UNAM, 1984, 1, p. 252 : « Muchos afirman que, estando al punto de la muerte, pidió [el] agua de[l] bautismo, y que fue bautizado y murió cr[ist]iano ; aunque en esto hay grandes variedades y diferentes pareceres. Más, de personas fidedignas, antiguos conquistadores, de quien fuimos informados, supimos cómo murió cr[ist]iano y que fueron sus padrinos don Hernando Cortés y don Pedro de Alvarado ».

28  Cf. le commentaire du Códice Fiestas f° 39, mais celui-ci se trompe sur la période qu’il assigne après les quatre années, contrairement au glosateur du Magliabechi : « […] esto hacen cada año despues de quatro años que ha muerto », Códice Tudela, Madrid : Testimonio Compañía Editorial, 2002, p. 293.

29  Si l’on compare avec le Codex Tudela folio 57r on constate que le copiste a effectivement confondu des panaches de plumes de quetzal avec une plante verte.

30  Fray Toribio de Benavente MOTOLINÍA, Memoriales, Mexico : El Colegio de México, 1996, p. 417-421 (cap. 67 De la çerimonias con que enterravan los señores de la Nueva España e como los adornavan y vestían para los quemar y también la otra gente baxa […]).

31  Francisco CERVANTES DE SALAZAR, Crónica de la Nueva España, Madrid : B.A.E., t. 244, 1971, 1, p. 144 (lib. I, chap. 30).

32  On trouve une mention similaire dans le dernier chapitre du très controversé Conquistador anonyme: « Et à cela ils ajoutaient des bijoux en or ; et, pour moi, j’ai aidé à retirer d’une sépulture trois mille castillans, plus ou moins ». Le Conquistadore anonyme, trad. Jean Rose, Montbonnot : Jérome Millon, 1986, p. 115.

33  L’édition de la traduction espagnole de Joaquín García Pimentel en 1945 est posthume.

34  Francisco HERNÁNDEZ, Antigüedades de la Nueva España, Madrid : Historia 16, 1986, p. 81-83 (lib. I, Cap. 16 De la sepultura de los Reyes mexicanos).

35  J. de TORQUEMADA, op. cit., 1977, 4, p. 299-308.

36  Fray Gerónimo de MENDIETA, Historia eclesiástica indiana, Mexico : Conaculta,  1997, 1, p. 292- 294 (lib. II, cap. 40).

37  Juan Bautista POMAR, Relación de Tezcoco, in Relaciones geográficas del siglo XVI : México, 3, René ACUÑA (ed.), Mexico : UNAM, 1986, p. 82 (fol. 41v-42r).

38  D. DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España…, 2, p. 299-300 (cap. 39).

39  D. DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España…, p. 300 (cap. 39).

40 Ibid. p. 298 (cap. 39).

41 Ibid. p. 298 (cap. 39).

42 Ibid. p. 391 (cap. 51).

43 Ibid. p. 394 (cap. 51). Pour les empereurs incas on brûlait les vêtements qu’ils avaient portés et les objets qu’ils avaient touchés une fois par an : cf. Pedro PIZARRO, Relación del descubrimiento y conquista de los reinos del Perú, Lima : Pontífica Universidad Católica del Perú, 1986, p. 69.

44  Cf. Patrick LESBRE, « Illustrations acolhua de facture européenne (Codex Ixtlilxochitl, ff. 105-112) », Journal de la Société des Américanistes, 84-2, 1998, p. 101-102.

45  D. DURÁN, Historia de las Indias de Nueva España…, 2, p. 394 (cap. 51).

46 Ibid. p. 395 (cap. 51).

47  Fernando de ALVA IXTLILXOCHITL, Obras históricas, Mexico : UNAM, 1977, 2, p. 210 (Historia chichimeca, cap. 88).

48  P. PIZARRO, op. cit., p. 69.

49  Cf. Codex Aubin : « [Année 2 Silex,] en Ochpaniztli, alors le 10e souverain règna, Cuitlahuatzin ne gouverna que 80 jours ; à la fin de Quecholli il mourut de variole, ce fut lorsque les Espagnols allèrent à Tlaxcalla.” Notre traduction.AUBIN, Joseph-Marius-Alexis, Histoire de la nation mexicaine, Paris : Ernest Leroux, 1893, p. 35 :

50  Aucun chroniqueur ne s’attarde sur cet aspect, tous privilégiant les circonstances et les causes de l’exécution.

51  Don Pedro de Moctezuma Tlacahuepantli dans une lettre à Philippe II du 25 mars 1566 indique : « cómo el dicho mi padre murió en servicio de vuestra real corona, como más larga y copiosamente yo ymformé, y es público y notorio, en el año de quarenta […] » Emma PÉREZ-ROCHA, Rafael TENA, La nobleza indígena del centro de México después de la conquista, Mexico : INAH, 2000, p. 369.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Funérailles de Moctezuma
Légende Codex de Florence, fol. 447v° (livre XII, fol. 40v°) (Mexico, ed. fac-similé, 1979)
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/23246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 2 : Funérailles du seigneur de Tlatelolco
Légende Codex de Florence, fol. 448r° (livre XII, fol. 41r°) (Mexico, ed. fac-similé, 1979)
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/23246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 : Massacre du Templo Mayor et funérailles de Moctezuma
Légende Codex Vaticano A, fol. 87r (Graz, ed. fac-similé 1996).
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/23246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Lesbre, « L’impossible description ? Les funérailles de Moctezuma », e-Spania [En ligne], 17 | février 2014, mis en ligne le 01 février 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/23246 ; DOI : 10.4000/e-spania.23246

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals