Navigation – Plan du site
La Paix des dames. Femmes, paix et pacification en péninsule ibérique au moyen âge (Xe-XVe siècle)

Au-delà des topiques : le cas de Juana Pimentel, Triste condesa et seigneure d’Arenas

Ghislaine Fournès

Résumés

Cet article étudie, à travers les chroniques castillanes de la seconde moitié du XVe siècle et des documents d’archives, le rôle joué par Juana Pimentel, veuve de don Álvaro de Luna, également appelée « la Triste Condesa ». Son action fut déterminante pour la préservation du patrimoine des Luna et l’instauration d’une « paix » sociale. Ses interventions dans le jeu socio-politique se déroulèrent selon trois modalités : la négociation (avec Jean II, dès juin 1453), la ruse (notamment à travers une stratégie matrimoniale ambitieuse) et, enfin, l’affrontement direct, militaire (avec Henri IV, dans les années 1460-62). Ce travail, en questionnant le topique du « genre féminin pacificateur », met en évidence le caractère paradoxal de la notion de paix en cette fin de Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur Álvaro de Luna consulter entre autres José SERRANO BELINCHÓN, De la vida, prisión y muerte de (...)
  • 2  Le Connétable écrivit de nombreux intermèdes qui furent représentés à la cour ; il aurait égalemen (...)
  • 3  Ghislaine FOURNES, « De la mort infamante à la glorification : le cas d’Álvaro de Luna », in : Ent (...)
  • 4 Crónica de don Álvaro de Luna, Condestable de Castilla, Maestre de Santiago, éd. Juan Mata de Carri (...)
  • 5 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. don Cayetano Rosell, Madrid : B.A.E., 1953, 2, F. PÉREZ de G (...)
  • 6 Crónica del Halconero de Juan II, Pedro Carillo de Huete, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid : Espas (...)
  • 7  Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, éd. Robert Tate, Londres : Tamesis Books Limite (...)
  • 8  Alfonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, éd. bilingue et trad. (...)
  • 9  Pour cet auteur consulter Julio RODRÍGUEZ PUERTOLAS, Poesía de protesta en la Edad Media castellan (...)

1Le 2 juin 1453 à Valladolid, Álvaro de Luna1, favori déchu de Jean II (1407-1454), Connétable de Castille, comte de San Esteban de Gormaz et Grand Maître de l’Ordre de Saint-Jacques, mourait sur l’échafaud. Cette mort ignominieuse n’empêcha point quelques décennies plus tard la réhabilitation de sa mémoire, notamment à travers le programme iconographique de la chapelle Saint-Jacques à la cathédrale de Tolède et l’ensemble de son œuvre littéraire2 qui atteste qu’il fut, en plus d’un homme politique, un humaniste et un écrivain3. La chronique de sa vie4 rédigée par l’un de ses fidèles, Gonzalo Chacón, contribua également à la glorification tardive du Connétable et, dans une certaine mesure, contrebalança les jugements sévères que l’on lit dans différentes chroniques, la Crónica de Juan II5, la Crónica del Halconero de Juan II6, ou sous la plume d’écrivains comme Fernán Pérez de Guzmán7, Alfonso de Palencia8 ou encore le Marquis de Santillana9.

2Cette entreprise de réhabilitation n’aurait pu, me semble-t-il, se réaliser ni porter tous ses fruits sans le rôle joué par un personnage à peine mentionné dans les chroniques mais dont la belle effigie mortuaire fait pendant, dans la cathédrale de Tolède, à celle du Connétable. Je parle bien sûr de l’épouse d’Álvaro de Luna, Juana Pimentel, qui, devenue veuve, se fit appeler « la triste Condesa » et finit par être perçue par la postérité comme le parangon de la veuve digne et inconsolable. Cependant, certains documents d’archives concernant les évènements qui ont suivi de près l’exécution du Connétable comme les chroniques du règne d’Henri IV narrant les péripéties des années 1460 autour du patrimoine du Connétable, ou plutôt de ce qu’il en restait, démontrent que Juana Pimentel ne se contenta pas de pleurer son mari et que, en femme de haut lignage, elle usa de nombreux procédés afin de sauver l’héritage du Connétable et d’assurer à sa descendance une pérennité politique et économique dans le contexte castillan de la seconde moitié du XVe siècle marqué par les conflits et les luttes incessantes entre la royauté et les factions nobiliaires.

3Je me propose donc, dans l’optique de ce colloque portant sur « la paix des Dames » d’analyser la singularité de l’action d’une femme qui n’est ni reine, ni infante mais qui par sa naissance et son veuvage dut assumer le statut de chef de lignage et œuvrer pour obtenir de son suzerain ce que recouvre à l’époque médiévale le concept de paix, c’est-à-dire le droit et la justice. Il s’agit, à travers le cas de la seigneure d’Arenas de savoir s’il y eût jamais une paix féminine par essence différente de la paix œuvrée par des hommes et, d’autre part, d’examiner la figure royale en qui réside, en ce XVe siècle, la source de toute paix.

  • 10 CAL, p. 120, p. 146 et p. 151.
  • 11  Amalio HUARTE, « Doña Juana Pimentel, señora del castillo de Alamín (1453-62) », Revista de archiv (...)

4Juana Pimentel est la fille de Rodrigo Alonso Pimentel y Téllez y Meneses, deuxième comte de Benavente, et de Leonor Enríquez de Mendoza, elle-même fille d’Alonso Enríquez, Amiral de Castille, et de Juana de Mendoza surnommée « la rica hembra de Guadalajara ». Une ascendance illustre donc qui la place parmi les premières dames de la noblesse et fait d’elle la cousine de Jean II de Castille. Chacón, dans la Crónica de don Álvaro de Luna, mentionne de façon laconique son mariage en 1430 avecÁlvaro de Luna, puis la naissance de son fils, Juan de Luna, en 1435, et enfin, en 1440, celle de sa fille, María de Luna10. À son mariage elle reçut comme dot de don Álvaro la villa d’Adrada et de son père la villa et le château d’Arenas, ce qui lui constituait un patrimoine propre fort important11. Fait singulier : la seigneurie d’Arenas faisait partie des biens confisqués par Jean II à un autre Connétable, Ruy López Dávalos, qui connut lui aussi la disgrâce. Álvaro de Luna qui avait précipité sa chute, s’était s’approprié de la majeure partie de ses biens tandis que le comte de Benavente avait reçu par donation royale la seigneurie d’Arenas en 1423.

  • 12  Pedro A. PORRAS ARBOLEDAS, Juan II (1406-1454), Palencia : La Olmeda (Corona de España, I, Reyes d (...)
  • 13  Ces documents se trouvent dans les Memorias de Enrique IV, n° XXXVII, XLII et XLIII. http://biblio (...)

5Au moment de l’emprisonnement d’Álvaro de Luna à Burgos en avril 1453, la colère royale s’abattit également sur les parents, clients et vassaux du Connétable, qui se réfugièrent au château d’Escalona, résidence principale de la famille Luna et citadelle fort bien pourvue12. Du 8 avril date une ordonnance royale requérant l’arrestation de tous les fidèles de l’ancien favori ; sont concernés Juana Pimentel, ses enfants, Juan de Luna, neveu d’Álvaro de Luna et marié à l’une de ses filles illégitimes, et don Pedro de Luna, seigneur de Fuentidueña ; le 11 avril Jean II envoie une deuxième missive tout aussi comminatoire et, enfin le 20 avril, devant la désobéissance de ceux qu’il faut considérer comme des rebelles, le monarque ordonne la levée de troupes à Tolède afin de marcher sur la forteresse d’Escalona et d’en faire le siège13. Cette résistance armée de la comtesse et de son fils – ils refusèrent en effet l’entrée du château au roi et à ses troupes – est d’ailleurs rappelée dans la lettre de pardon que le roi signa finalement le 28 juin de la même année :

Despues de lo qual yo vine por mi persona real para ser recibido en la villa de Escalona é su fortalesa, de la qual estábades apoderados vos la Condesa doña Johana Pimentel mi prima, muger que fuistes del dicho Condestable don Alvaro de Luna é del Conde don Johan de Luna su fijo, é como quier que vos envié mandar por mis cartas que me recibiésedes en la villa é fortalesa é lo fisiésedes todo llano, para lo qual vos puse é asigné ciertos términos, lo non ficistes nin complistes, antes vos alzastes, é rebelastes contra mí en la dicha villa é su fortaleza, é me regestistes la entrada en ella…14

6Juana Pimentel et son fils veulent par leur révolte armée certes tenter de sauver la vie d’Álvaro de Luna – celui-ci ne sera exécuté que quelques semaines plus tard, le 2 juin  – mais aussi ou peut-être avant tout – car qui pouvait encore douter de la détermination de Jean II à se débarrasser physiquement du Connétable ? – démontrer la puissance militaire de leur lignage ; en cela ils ne se singularisent pas, chaque lignage ou faction nobiliaire jouant à cette époque d’abord la carte de la rébellion pour ensuite mieux négocier sa soumission. La rébellion ouverte et le conflit armé apparaissent alors comme des procédés qui tout en mettant à mal l’ordre social sont aussi un moyen pour sa restauration, la paix se réduisant alors à un équilibre précaire dont la clé de voûte reste le monarque.

7Cette nécessité de convaincre et de fléchir le monarque se traduisit par des échanges entre Juana Pimentel, son fils et Jean II. Une missive est ainsi envoyée par les Luna, sans doute en mai ; cette lettre, aujourd’hui perdue, nous est connue par la réponse que manda le roi le 23 mai, réponse qui fustige l’orgueil et la superbe de la comtesse qui menaçait d’en appeler au Pape et aux autres Princes de la Chrétienté, accusait le roi de parjure pour n’avoir pas respecté les sauf-conduit qu’il avait lui-même octroyés au Connétable et soulignait l’iniquité du procès fait à son mari15. Propos qui furent perçus comme un blasphème et allant à l’encontre de la fidélité et loyauté dues au monarque et qui ne changèrent rien au déroulement des évènements. On lit en effet « Vi un escripto lleno de toda blasfemia e deslealtad é non menos deshonestidad é orgullo é loca soberbia…16», suivi d’un long réquisitoire contre le Connétable et les agissements de la Comtesse, et se terminant par :

 Sabedes o debedes saber que todo aquello vos es espresamente defendido por todo ley é derecho divino é humano, et mayormente por las leyes de mis regnos : et non fagades ende al por alguna manera, sopena de la mi merced é de caer é ayades caido por el mismo fecho en caso de traicion, é que ayades perdido é perdades los cuerpos, é vosotros é los de vuestro linaje seades é quededes por traidores17.

8Ne restait alors à la comtesse, face à la colère royale, après le conflit armé et les menaces restées sans effet, que la voie de la soumission, ce qu’elle fit dès la mort du Connétable en ouvrant son château aux troupes royales et en négociant le partage du patrimoine des Luna, dont le trésor d’Escalona. La lettre de pardon envoyée le 28 juin par Jean II à celle qu’il nomme « sa cousine » est révélatrice à bien des égards :

Por lo qual acatando el debdo é sangre que vos la dicha Condesa alcanzades en mi merced, é queriendo usar de clemencia é piedad é misericordia […] Perdono é remito é alzo é quito a vos la dicha Condesa doña Johana mi prima é Conde don Johan vuestro fijo […] é asimesmo de vos procurar a su leal poder que yo guardaré, é mandaré guardar realmente é con efecto este dicho perdon é endulgencia é gracia é remision, é todo lo en esta mi carta contenido, é asimesmo de ciertas mercedes que yo fise a vos los dichos Condesa e Conde don Johan é a cada uno de vos de ciertas villas é logares é otras cosas en ellas contenidas18.

  • 19  Voir à ce propos Maïté BILLORÉ, Isabelle Mathieu et Carole AVIGNON, La justice dans la France médi (...)
  • 20  Amalio HUARTE, art. cit., p. 280-281. Pour la liste complète des donations et actes de Jean II con (...)

9Les liens du sang renforcent bien le lien politique, la parenté rappelée par Jean II servant dans les deux sens : Juana Pimentel doit allégeance et fidélité à son suzerain et parent, qui doit en retour la pardonner et la traiter avec mansuétude afin de restaurer un ordre un temps perturbé. L’on perçoit dans les termes de la lettre la volonté du roi d’apparaître comme le garant d’un ordre : même en temps de guerre (ou plutôt surtout), la justice est officium proprium regum car si le roi n’exerce pas son autorité, la vengeance prévaut et les conflits s’éternisent. C’est ainsi que Jean II, monarque qui rend la justice au nom de Dieu – en son royaume il est le seul à pouvoir le faire – exerçant sa capacité de justice indissociable de sa mission de paix19, réalise une série de donations en faveur de Juana Pimentel et si le patrimoine du Connétable est bien démantelé, réparti – la plus grande partie dont le château d’Escalona finit par échoir dès 1454 au marquis de Villena, favori du nouveau monarque, Henri IV –, sa veuve se retrouva, ainsi que son fils d’ailleurs, pourvue d’un patrimoine substantiel. Juana Pimentel put récupérer son patrimoine dont le château d’Arenas et, en outre, reçut la seigneurie d’Alamin, les villas de San Martin de Valdeiglesias, de la Torre de Esteban Hambrán, les châteaux de La Puebla de Montalbán, de la Figuera et de Castil de Bayuela, avec les terres et les rentes s’y rapportant20. La Comtesse put alors reprendre sa place à la cour, l’intermède belliqueux n’avait duré que quelques mois, Juana Pimentel passant de la rébellion à l’obéissance et donc de la disgrâce à la grâce.

  • 21  Lire à ce propos, entre autres, Lucien FAGGION et Laure VERDON, Le don et le contre-don, Aix-en-Pr (...)
  • 22  Cité par Amalio HUARTE, art. cit., p. 280.

10Cette paix sociale et politique s’obtint à travers des négociations et donc par une sorte de don et contre-don21, Jean II put récupérer pour la Couronne une partie des biens des Luna et, surtout, les deux tiers du trésor du Connétable. C’est du moins ce qu’affirme un document quelque peu postérieur : « Esto así fallado este rey don Juan tomó para sí las dos tercias partes de lo suçodicho, e dió graciosamente a la Condesa, mujer de este Maestre e Condestable el ajuar de la casa y así los mandó salir del dicho castillo22 ». La négociation – consistant à proposer, donner, recevoir, rendre – apparaît comme le meilleur des procédés puisqu’elle permet de reconstruire le tissu social, un moment défait ; elle est privilégiée par tous, d’abord par le roi qui se doit d’être magnanime, par les factions, par un noble rebelle… Cette pratique signale que, dans les mentalités de cette fin du Moyen Âge, tout peut se racheter et que le pardon et le retour en grâce sont toujours possibles. Ceci renvoie bien entendu aux valeurs chrétiennes : le pardon des offenses est prôné par le Christ et la paix procède de Dieu et donc qui veut la paix sert Dieu.

  • 23  Alfonso FRANCO SILVA, art. cit., p. 572-573.

11Cependant la concorde établie entre Jean II et Juana Pimentel ne dura point : en 1456 Juan de Luna, seul fils légitime d’Álvaro de Luna et qui avait recueilli une part importante du patrimoine du Connétable, mourut. Il était marié à Leonor de Zúñiga, fille du comte de même nom, qui, rappelons-le fut l’un de ceux qui précipitèrent la chute du Connétable, et il ne laissait qu’une héritière, prénommée Juana. De la sorte, le lignage (et le patrimoine) des Luna reposait à présent uniquement sur des femmes, Juana Pimentel, seigneure d’Arenas, sa fille María de Luna et sa petite-fille, Juana de Luna, comtesse de San Esteban de Gormaz. Juan de Luna, neveu et fidèle du Connétable reçut la garde de Juana ; doté du titre de « guarda mayor del rey » il était gouverneur de Soria et, bien en cour auprès du nouveau monarque, Henri IV, semblait à même de pouvoir remplir sa tâche23.

  • 24  Diego Enríquez del Castillo, Crónica del rey Enrique el Cuarto, Madrid : BAE, LXX, 1953, LVIII, p. (...)
  • 25  Alfonso FRANCO SILVA, art. cit., p. 574.

12Mais ces deux héritières fort bien pourvues ne pouvaient que susciter des visées matrimoniales. Juan Pacheco, marquis de Villena, qui avait déjà reçu une part importante du patrimoine,  sollicita pour son fils, Diego López Pacheco, la main de la petite comtesse. Juana Pimentel s’y opposa par inimitié personnelle : elle tenait en effet le favori responsable, avec le nouveau roi, de la mort infamante de son mari. Malgré cela, le favori d’Henri IV prétendit s’emparer de la fillette et entreprit de faire le siège de la villa d’Ayllón où elle se trouvait. Juan de Luna finit bien par capituler, mais Juana Pimentel avait déjà soustrait l’enfant à Juan Pacheco et s’était retranchée à la Puebla de Montalbán24. Qu’à cela ne tienne, en 1458, Henri IV donna à Juan Pacheco le comté de San Esteban de Gormaz ainsi que les villas del Infantado : ainsi la majeure partie du patrimoine du Connétable passait aux mains du marquis de Villena25.

  • 26  Voir à ce propos Le règlement des conflits au Moyen Âge, XXXIe Congrès de la Société des Historien (...)
  • 27  Archivo Histórico Nacional, Osuna, leg. 1860, cité par Amalio HUARTE, art. cit., p. 285.

13La paix socio-politique autour des Luna n’avait donc duré que quelques années, tel un équilibre précaire mis à mal par les coups de force, revirements des lignages rivaux et par les décisions d’un monarque instable et, semble-t-il, partial. On perçoit là que la paix n’est pas un état de grâce pérenne mais bien un effort renouvelé et constant afin de contraindre les adversaires le plus souvent par la violence ou par la ruse26. C’est cette seconde voie que va emprunter Juana Pimentel en se rapprochant du lignage des Mendoza. Les négociations secrètes commencèrent du vivant de Diego Hurtado de Mendoza, et ce bien qu’il eût été l’ennemi juré du Connétable, et avaient pour but l’union entre María de Luna et le petit-fils du marquis de Santillana, don Íñigo López de Mendoza. En 1459, Juana Pimentel, le marquis de Santillana, deuxième du nom, et Juan de Luna signaient après le contrat matrimonial une sorte de pacte ; on lit en effet « juraban y se obligaban a ser todos tres un ánima y una cosa, en público y en secreto, y a mantener una confederación entre sí con sus casas, criados, vasallos y tierras y ampararse sus vidas en todo tiempo y lugar27».

  • 28  Diego Enríquez del Castillo, op. cit., XXV, p. 113-114.

14Cette alliance, quelque peu surprenante, était le résultat d’un même mécontentement suscité par la politique d’Henri IV. Ce dernier, encore infant, avait fait le siège, mais en vain, de Guadalajara qui appartenait aux Mendoza et cet épisode belliqueux détermina la conduite future de ce lignage. En 1458, le marquis de Santillana réunissait à Úceda plusieurs nobles opposés au roi afin de remédier aux malheurs du royaume : cette ligue n’eut aucune suite, mais Henri IV, prévenu et conseillé par Juan Pacheco, confisqua l’année suivante en représailles Guadalajara28. Plusieurs membres de la noblesse, notamment l’archevêque Carrillo et le comte de Alba, apportèrent leur soutien aux Mendoza et, dès 1460, Henri IV devant l’opposition d’une grande partie de sa cour, restituait au marquis de Santillana la villa de Guadalajara mais non le château.

  • 29  Francisco LAYNA SERRANO, Historia de Guadalajara y sus Mendoza en los siglos XV y XVI, Guadalajara (...)
  • 30  A. HUARTE, art. cit., p. 288.

15Le mariage projeté entre Maria de Luna et l’héritier du plus puissant des lignages castillans irritait également le monarque et son favori, et Juana Pimentel dut une nouvelle fois subir la colère royale. Plusieurs sources29 à ce propos rapportent un épisode quelque peu romanesque qui se serait déroulé lorsque la Triste Condesa vivait retirée – il s’agit bien d’une disgrâce – à Arenas et était, de plus, surveillée par des gardes du roi et ce à seule fin d’empêcher les contacts entre les Mendoza et la comtesse : une nuit de juillet 1460, Íñigo López de Mendoza se rendit – certains disent déguisé en marchand – au château d’Arenas et, au signal convenu, une fenêtre s’ouvrit, une corde se déroula et le damoiseau grimpa et se retrouva en présence de Juana Pimentel, accompagnée de sa fille et de dames, ainsi que d’un notaire et d’un curé. Le mariage eut lieu, fut consommé et l’héritier des Mendoza repartit quelques jours plus tard par la même voie. Même s’il est possible de douter de l’entière véracité d’un tel récit, le mariage eut bien lieu car au roi qui la pressait de repousser l’alliance avec les Mendoza, Juana Pimentel put répondre quelques mois plus tard que sa fille était déjà mariée et qu’elle allait bientôt être mère. Le troisième duc del Infantado naquit en effet le 9 mars de l’année suivante30.

16Par cette union matrimoniale, Juana Pimentel s’assurait le soutien politique et militaire des Mendoza et donc d’une bonne partie de la noblesse et se positionnait sur l’échiquier politique castillan comme une adversaire irréductible de Juan Pacheco. Ce faisant elle se déclarait en rébellion contre le roi : elle n’avait pas en effet respecté les accords passés avec le monarque en 1459 au sujet de la tutelle de la petite comtesse et protégeait son neveu, Juan de Luna, qui avait été banni du royaume. La suite des événements montre à quel point la sécurité – nous ne parlerons point de paix – qu’avait obtenue Juana Pimentel par ce mariage était fragile. En effet, en avril 1461, Juan Pacheco obtint du roi la remise de la petite comtesse ainsi que la confiscation de tous les biens de Juana Pimentel y compris ceux donnés en dot à sa fille. Les Mendoza protestèrent alors, se firent rendre les biens propres de María de Luna en échange de quoi, ils promirent de ne plus intervenir en faveur de la Triste Condesa. Les différentes chroniques narrent l’épisode final de l’affrontement : Henri IV s’étant présenté devant la forteresse de Montalbán, Juana Pimentel non seulement lui refusa l’entrée, ce qu’elle avait déjà fait avec Jean II, mais aussi fit tirer sur le héraut porteur de la bannière royale. Pour cette action, Juana Pimentel, fut par Henri IV accusée de crime de lèse-majesté, condamnée à mort et ses biens confisqués.

  • 31  Archivo Histórico Nacional, Osuna, leg. 3329.

[…] por la gran desobediencia e rebelión e otros casos cometidos por la Condesa Doña Juana Pimentel en gran deservicio de Dios e mío […] mayormente que para la más convencer, yo fui en persona cerca del castillo de Montalbán y levantando mi pendón real mi rey de armas, e con trompetas la requería e llamé para que me acogiese en el dicho castillo ofreciéndole para ello suficiente seguridad e todavía perseveró en su rebellion […] e lo que más grave es, mandó e permitió tirar contra mi con truenos e bombardas. […] por cuanto por los excesos e rebelión e desobediencia e otras cosas, fechas e cometidas en mi deservicio por vos la Condesa Doña Juana Pimentel, fue fecho contra vos cierto proceso ante mi a pedimento del mi procurador real e promovedor de la mi justicia e por mi definitiva e real sentencia fuistes condenada a la pena de muerte e a confiscación e perclimiento de todas vuestras villas e logares31.

17La défaite de Juana Pimentel était donc complète, La Puebla de Montalbán fut donnée à Juan Pacheco dont le fils épousa quelques années plus tard, en 1469, la petite comtesse, la villa de Ladrada à Beltrán de la Cueva et celle San Martín de Valdeiglesias à Gonzalo Ruiz de León. Ainsi s’achevait la dispersion du patrimoine d’Álvaro de Luna.

18La sentence de mort ne fut pas appliquée : il devait être difficile de concevoir qu’après son époux, Juana Pimentel allait monter sur l’échafaud. Elle était femme et trop noble, trop bien apparentée pour que sa disgrâce durât. Henri IV pardonna l’outrage reçu et, par un document de février 1462, lui fit donation de rentes de la ville de Séville d’un montant de 125.000 maravédis. Dans un autre document, il s’agit d’un brouillon de l’hommage qu’adressa Juana Pimentel au monarque quelques mois plus tard, la Triste Condesa mentionne les différentes étapes de sa rébellion, la peine encourue, le pardon royal, la donation des rentes de Séville et la restitution par Henri IV de la villa et du château d’Arenas, et ensuite, repentante, semble-t-il, elle promet loyauté et fidélité à son seigneur naturel. On lit en effet :

  • 32  Archivo general de Simancas, Patronato Real, 7-150. Ce document est retranscrit en annexes par A.  (...)

Por ende yo acatando la merced que vuestra señoría en lo suso dicho me fizo e faze e la lealtad e fidelidad que vos devo e soy tenida e obligada como a mi Rey e señor natural por la presente fago plito e omenaje una e dos e tres veces segun fuero de España como condesa e dueña fijadalgo […] que de aqui en adelante en todos los días de mi vida bien e fiel e lealmente con todas mis fuerzas e con mi casa e gente servire a vos el dicho señor Rey contra todas e qualesquier persona e personas del mundo que nombrara se puedan aunque  los tales sean constituidos en dignidad real o descendientes de aquel estirpe e que estare en la dicha villa de Arenas llana e seguramente e no tratare ni fare cosa alguna en vuestro deservicio ni fare liga ni confederacion ni amistad ni trato alguno con caballero ni otra persona ni personas algunas poderosas de vuestros regnos…32

19L’équilibre socio-politique était ainsi restauré, toujours grâce à un échange, la soumission de Juana Pimentel induisant ipso facto la bienveillance du monarque. Là s’arrête l’histoire guerrière de la Triste Condesa qui, à deux reprises, rechercha l’affrontement direct avec son monarque, ou plutôt avec le favori de celui-ci, et qui, par ses alliances et son action, provoqua remous, intrigues et conflits en Castille – elle ne fut d’ailleurs pas la seule en ces années troublées. Après 1462, Juana Pimentel vécut retirée à Arenas puis alla vivre, à partir de l’accession au trône de Ferdinand et Isabelle, à Guadalajara avec les Mendoza et ce jusqu’à sa mort en 1488. L’épitaphe sur son sépulcre passe sous silence ses faits d’armes et son gisant en prière, entouré de franciscains avec un chien couché à ses pieds parachève l’image idéale d’une Dame de haut lignage pieuse, vertueuse et soumise.

20Plusieurs remarques s’imposent : tout d’abord, les conflits narrés semblent être provoqués par deux moteurs puissants : le premier est le désir de vengeance qui engendre la haine, et le second la cupidité. Juana Pimentel entend se venger de celui qui a (ou aurait) mené son mari sur l’échafaud, et défend son patrimoine, Juan Pacheco veut s’approprier des biens du Connétable, les Mendoza se venger de l’affront de Guadalajara…

  • 33  A. HUARTE, art. cit., p. 310.
  • 34 Le règlement des conflits…, concl., p. 390.

21Ensuite, la paix conclue entre Juana Pimentel et Henri IV ressemble plutôt à un compromis ratifiant un rapport de force et obtenu par la violence ou les menaces ; ce compromis n’est pas l’équité mais uniquement ce que nous appellerons la justice du roi ou d’un roi. Il s’agit, en outre, d’un compromis codifié – certaines phrases s’apparentent à des formules – assorti d’un rituel précis ; ainsi Juana Pimentel dit jurer solennellement sur la croix qu’elle touche et sur les Saintes Écritures33. La reconnaissance de ses fautes jointe à l’énumération des donations dont Henri IV l’a finalement pourvue, malgré sa désobéissance, ressemble de fait à une contrition ou à une pénitence publique pour sa conduite passée et la place dans un état de subordination à la fois sur le plan politique et sur le plan moral34.

22Enfin, les modalités mises en œuvre pour la résolution de ces mêmes conflits sont plurielles : la démonstration de force et l’affrontement armé sont parfois privilégiés, mais le plus souvent le conflit belliqueux laisse place à la négociation et/ou à une stratégie d’alliances qui passe bien sûr par des unions matrimoniales et des compensations en terres ou en pécunes. Les modes d’apaisement suivent donc les schémas sociaux et accentuent même la hiérarchie à tous les niveaux : le roi se place comme juge, le favori ou plutôt les favoris en sortent renforcés et Juana Pimentel doit reconnaître ses torts et se conformer à son statut de vassale. Le fait d’être une femme changea-t-elle la donne pour Juana Pimentel ? On est tenté de répondre par la négative car les modalités pour obtenir la « paix » qu’elle mit en œuvre pour faire respecter ce qu’elle considérait comme son droit ne diffèrent pas des modes d’action de ses contemporains, qui furent nombreux à se rebeller, fomenter des ligues, prendre les armes contre leur roi quitte par la suite à faire amende honorable et à marchander leur soumission. Cependant, force est de constater que les actions de la Triste Condesa ne visèrent qu’à défendre à la fois sa lignée et son patrimoine dans une situation d’urgence et dans un contexte de rivalité permanente entre les différents lignages castillans, et qu’elle ne fut seigneure d’Arenas que parce qu’elle était veuve et sans enfant mâle (son fils Juan était sans doute trop jeune en 1453 pour devenir chef de lignage même s’il l’était en titre). À peine mentionnée dans les chroniques avant 1453, elle devient ensuite un acteur de premier plan dans le jeu politique, détient une autorité territoriale, use des mêmes armes que beaucoup de nobles mais, semble-t-il, sans réelle efficience puisqu’elle est finalement déroutée.

  • 35 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1045t/f333.image.
  • 36  N. OFFENSTADT, op. cit., p. 115.
  • 37  ALFONSO X, Cantigas de Santa María, Madrid : Castalia, 1986, t. 1, p. 58.
  • 38  L’histoire d’Esther est par ailleurs narrée par Álvaro de Luna dans son traité en faveur des femme (...)
  • 39  Cette tapisserie de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle se trouve au Musée de Cleveland aux É (...)
  • 40  Cité par Nicolas OFFENSTADT, op. cit., p. 116.

23Il serait alors plus pertinent de dire que Juana Pimentel ne doit pas sa défaite au fait d’être une femme mais plutôt au fait de ne pas s’être comportée comme une femme. En effet, si les femmes ont été, peu ou prou, dans l’Occident médiéval, marginalisées au sein de l’espace public et politique, leur action comme ambassadrices, conciliatrices et donc pacificatrices a toujours été valorisé ; nous pensons notamment à Christine de Pizan qui dans son Livre des trois vertus ou le Trésor de la Cité des Dames célèbre le rôle pacificateur de la princesse veuve35. Selon Nicolas Offenstadt « ces activités de pacification s’inscrivent dans ce que l’on peut appeler, en suivant à la fois le regard chrétien et l’analyse anthropologique, le "pouvoir des faibles" »36. Aux femmes généralement considérées dans ce type de société comme « sans défense » revient donc la charge, par des moyens qui leur sont (ou seraient) propres – c’est-à-dire les larmes, la douceur, les conseils et/ou les prières – d’intercéder, de faire cesser les désordres et de ramener la concorde et l’harmonie. Cette médiation féminine se fonde sur le modèle de La Vierge auprès de qui les hommes se tournent et qu’Alphonse X appelle dans les Cantigas de Santa María « noss’ avogada »37 et sur des exemples fameux tels Esther qui, par ses supplications, sauva son peuple de la destruction38. L’iconographie rend par ailleurs compte de cette féminisation de l’action pacificatrice comme en témoigne une tapisserie de la même époque représentant le Mariage de paix et d’amour39 par une double allégorie féminine, et certains auteurs font intervenir dans leur pièce une Dame de paix ou une reine de paix, c’est le cas de Georges Chastellain dans son exhortation à la paix adressée à Louis XI et à Charles le Téméraire40.

24Mais, en cette seconde moitié du XVe siècle, pour être avocate et pacificatrice dans un conflit il ne faut point être partie prenante, il ne faut pas être chef de lignage et, si les vicissitudes conduisent une femme à devoir assumer tout ou une partie d’un pouvoir temporel alors, force est de constater que, dans ces circonstances, leur rôle et leurs choix politiques ne différent pas de ceux des hommes ; on peut alors conclure que les femmes n’ont pas une vocation particulière à faire ou à ne pas faire la paix. Leur action pacificatrice dépend de la place qui leur échoit de par leur naissance et leur mariage et est fonction également du contexte politique.

25Ces quelques réflexions mettent aussi en évidence l’aspect relatif de toute paix, les aléas que traversa Juana Pimentel démontrant à l’envi combien il est difficile de donner une définition exacte de ce qu’est la paix : est-elle absence de guerre, compromis, équité ou justice ? Quoiqu’il en soit, la paix constitue un moteur puissant, une ligne d’horizon de toute société. C’est en ce sens qu’il faut lire les paroles de saint Augustin :

  • 41  SAINT AUGUSTIN, La Cité de Dieu, Livre dix-neuvième, chapitre 12 « Que les agitations des hommes e (...)

Quiconque observera d’un oeil attentif les affaires humaines et la nature des choses reconnaîtra que, s’il n’y a personne qui ne veuille éprouver de la joie, il n’y a non plus personne qui ne veuille goûter la paix. En effet, ceux mêmes qui font la guerre ne la font que pour vaincre, et par conséquent pour parvenir glorieusement à la paix. Qu’est-ce que la victoire? c’est la soumission des rebelles, c’est-à-dire la paix. Les guerres sont donc toujours faites en vue de la paix, même par ceux qui prennent plaisir à exercer leur vertu guerrière dans les combats ; d’où il faut conclure que le véritable but de la guerre, c’est la paix, l’homme qui fait la guerre cherchant la paix, et nul ne faisant la paix pour avoir la guerre. Ceux mêmes qui rompent la paix à dessein n’agissent point ainsi par haine pour cette paix, mais pour en obtenir une meilleure. Leur volonté n’est pas qu’il n’y ait point de paix, mais qu’il y ait une paix selon leur volonté. […] Chacun souhaite donc d’avoir la paix avec ceux qu’il veut gouverner à son gré, et quand un homme fait la guerre à des hommes, c’est pour les rendre siens, en quelque sorte, et leur dicter ses conditions de paix41.

  • 42  A. FRANCO SILVA, art. cit., p. 581-82.

26Le rôle du roi dans le processus qui conduit à la paix est essentiel mais on l’a vu, la figure d’Henri IV comme dispensateur de paix apparaît comme problématique, car – selon le témoignage quelque peu partisan des chroniqueurs de son règne – soumis à la volonté de son ou ses favoris. L’histoire de Juana Pimentel et celle du patrimoine des Luna se résument dès 1460 à l’affrontement entre le clan des Pacheco et celui des Mendoza, les différends, les réclamations et les procès se poursuivant très tardivement jusqu’au début du XVIe siècle. Seule l’intercession d’une femme qui était aussi reine mit un point final à l’affrontement entre les deux lignages. En 1503, Isabelle la Catholique émit un arbitrage pour faire cesser le conflit entre les parties : le duché d’Escalona, le comté de San Esteban de Gormaz, ainsi que d’autres villas et rentes revenaient au marquis de Villena tandis que les Mendoza recevaient les villas de l’Infantado, d’Arenas de San Pedro, de San Martín de Valdeiglesias ainsi que d’autres lieux. La concorde imposée par la souveraine devait, en outre, être scellée par un mariage, celui d’Íñigo López de Mendoza, le fils de Diego Hurtado et petit-fils donc de María de Luna, avec Francisca Pacheco, fille du marquis de Villena et donc petite-fille de Juana de Luna Pimentel y Zúñiga qui apportait comme dot la somme extravagante de 10.000.000 de maravédis42. Ainsi prenait fin un demi-siècle d’inimitié par la vertu d’une femme qui, on le sait, sut, par une politique ferme mêlant le pardon et la répression, pacifier et ordonner son royaume.

Haut de page

Notes

1  Sur Álvaro de Luna consulter entre autres José SERRANO BELINCHÓN, De la vida, prisión y muerte de don Álvaro de Luna, Guadalajara : Aache, 2000 ; José Manuel CALDERÓN ORTEGA, Álvaro de Luna : riqueza y poder en la Castilla del siglo XV, Madrid : Dykinson, Centro Universitario Ramón Carande, 1998 ; du même auteur, Álvaro de Luna (1419-1453) : colección diplomática, Madrid : Dykinson, 1999 ; Béatrice LEROY, « Autour d’Álvaro de Luna, une suite d’usurpations ou un exemple de chevalerie ? », in : L’univers de la chevalerie en Castille. Fin du Moyen Âge-début des Temps Modernes, Jean-Pierre SÁNCHEZ (dir.), Paris : Éditions du Temps, 2000, p. 104-118.

2  Le Connétable écrivit de nombreux intermèdes qui furent représentés à la cour ; il aurait également rédigé en latin un ouvrage intitulé Corona dominarum, aujourd’hui perdu, mais qui apparaît dans l’inventaire de 1503 de la bibliothèque d’Isabelle la Catholique. Le Cancionero de Palacio renferme quelque seize poésies fort courtes du Connétable. Mais son œuvre majeure reste un ouvrage qui doit beaucoup à Pérez de Guzmán et à la veine des portraits littéraires, le Libro de las virtuosas e claras mujeres, qui, après un proème écrit par Juan de Mena, se présente comme une galerie de femmes exemplaires. Álvaro de LUNA, Virtuosas e Claras mujeres (1446), éd. Lola Pons Rodríguez, Junta de Castilla y León, 2008. Lire à ce propos Ghislaine FOURNES, « De la traduction au manifeste politique : Le Libro de Virtuosas e Claras mujeres d’Álvaro de Luna », Cahiers d’Études Hispaniques Médiévales, 33, 2010, p. 97-108.

3  Ghislaine FOURNES, « De la mort infamante à la glorification : le cas d’Álvaro de Luna », in : Entre ciel et terre. La mort et son dépassement dans le monde hispanique, éd. Daniel LECLER et Patricia ROCHWERT-ZUILI, Paris : Indigo, p. 143-155.

4 Crónica de don Álvaro de Luna, Condestable de Castilla, Maestre de Santiago, éd. Juan Mata de Carriazo, Madrid : Espasa-Calpe, 1940, p. 4. Désormais CAL. Lire à ce propos Ghislaine FOURNES, « Construction et enjeux de l’exemplarité dans la Crónica d’Álvaro de Luna », in :Exemple et exemplarité en péninsule Ibérique, éd. Ghislaine Fournès, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, p. 145-166.

5 Crónicas de los Reyes de Castilla, éd. don Cayetano Rosell, Madrid : B.A.E., 1953, 2, F. PÉREZ de GUZMÁN, Crónica de Juan II, p. 551-695.

6 Crónica del Halconero de Juan II, Pedro Carillo de Huete, éd. Juan de Mata Carriazo, Madrid : Espasa-Calpe, 1946.

7  Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, éd. Robert Tate, Londres : Tamesis Books Limited, 1980.

8  Alfonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, éd. bilingue et trad. espagnole Brian Tate et Jeremy Lawrance, Madrid : Real Academia de la Historia, 1998.

9  Pour cet auteur consulter Julio RODRÍGUEZ PUERTOLAS, Poesía de protesta en la Edad Media castellana, Madrid : Gredos, 1968.

10 CAL, p. 120, p. 146 et p. 151.

11  Amalio HUARTE, « Doña Juana Pimentel, señora del castillo de Alamín (1453-62) », Revista de archivos, bibliotecas y museos, t. 56, 1951, p. 269-316, voir p. 271.

12  Pedro A. PORRAS ARBOLEDAS, Juan II (1406-1454), Palencia : La Olmeda (Corona de España, I, Reyes de Castilla y León), 1995, p. 292-293. Lire également CAL, p. 436 ; F. PÉREZ de GUZMÁN, op. cit., p. 682-684 .

13  Ces documents se trouvent dans les Memorias de Enrique IV, n° XXXVII, XLII et XLIII. http://bibliotecadigital.jcyl.es/i18n/consulta/registro.cmd?id=1318.

14 http://bibliotecadigital.jcyl.es/i18n/consulta/registro.cmd?id=1318, doc. XLII, p. 93.

15  Amalio HUARTE, art. cit., p. 279-280.

16 http://bibliotecadigital.jcyl.es/i18n/consulta/registro.cmd?id=1318, doc. XXXVII, p. 72.

17 http://bibliotecadigital.jcyl.es/i18n/consulta/registro.cmd?id=1318, doc. XXXVII, p. 72-73.

18 http://bibliotecadigital.jcyl.es/i18n/consulta/registro.cmd?id=1318, doc. XLII, p. 94-95.

19  Voir à ce propos Maïté BILLORÉ, Isabelle Mathieu et Carole AVIGNON, La justice dans la France médiévale VIIIe-XVe siècles, Paris : Armand Colin, 2012, p. 25-28.

20  Amalio HUARTE, art. cit., p. 280-281. Pour la liste complète des donations et actes de Jean II consulter Alfonso FRANCO SILVA, « El destino del patrimonio de don Álvaro de Luna », Anuarios de Estudios medievales, 12, 1982, p. 549-583, voir p. 571-572.

21  Lire à ce propos, entre autres, Lucien FAGGION et Laure VERDON, Le don et le contre-don, Aix-en-Provence : Université de Provence, 2010, et Eliana MAGNANI, « Le don au Moyen Âge : pratique sociale et représentations. Perspectives de recherche », Revue du MAUSS, 19/1, 2002, p. 309-322

22  Cité par Amalio HUARTE, art. cit., p. 280.

23  Alfonso FRANCO SILVA, art. cit., p. 572-573.

24  Diego Enríquez del Castillo, Crónica del rey Enrique el Cuarto, Madrid : BAE, LXX, 1953, LVIII, p. 110 et LVIII, p. 132-133, I, p. 298 ; Mosén Diego de Valera, op. cit., XVI, p. 19 et XVIII, p. 21-24.

25  Alfonso FRANCO SILVA, art. cit., p. 574.

26  Voir à ce propos Le règlement des conflits au Moyen Âge, XXXIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Angers, 2000, Paris : Pubications de la Sorbonne, 2001, Int, p. 8.

27  Archivo Histórico Nacional, Osuna, leg. 1860, cité par Amalio HUARTE, art. cit., p. 285.

28  Diego Enríquez del Castillo, op. cit., XXV, p. 113-114.

29  Francisco LAYNA SERRANO, Historia de Guadalajara y sus Mendoza en los siglos XV y XVI, Guadalajara : Ediciones Aache, 2, p. 111-114 et Cristina de ARTEAGA y FALGUERA, La casa del Infantado, cabeza de los Mendoza, Madrid : Duque del Infantado, 1940.

30  A. HUARTE, art. cit., p. 288.

31  Archivo Histórico Nacional, Osuna, leg. 3329.

32  Archivo general de Simancas, Patronato Real, 7-150. Ce document est retranscrit en annexes par A. HUARTE, art. cit., p. 310-311.

33  A. HUARTE, art. cit., p. 310.

34 Le règlement des conflits…, concl., p. 390.

35 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1045t/f333.image.

36  N. OFFENSTADT, op. cit., p. 115.

37  ALFONSO X, Cantigas de Santa María, Madrid : Castalia, 1986, t. 1, p. 58.

38  L’histoire d’Esther est par ailleurs narrée par Álvaro de Luna dans son traité en faveur des femmes, plus exactement dans la partie consacrée aux femmes illustres de la Bible. Álvaro de LUNA, op. cit., p. 233-235.

39  Cette tapisserie de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle se trouve au Musée de Cleveland aux États-Unis.

40  Cité par Nicolas OFFENSTADT, op. cit., p. 116.

41  SAINT AUGUSTIN, La Cité de Dieu, Livre dix-neuvième, chapitre 12 « Que les agitations des hommes et la guerre elle-même tendent à la paix, terme nécessaire où aspirent les hommes », http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/augustin/citededieu/livre19.htm#_Toc510702325.

42  A. FRANCO SILVA, art. cit., p. 581-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « Au-delà des topiques : le cas de Juana Pimentel, Triste condesa et seigneure d’Arenas », e-Spania [En ligne], 20 | février 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/24101 ; DOI : 10.4000/e-spania.24101

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals