Navigation – Plan du site
Des bureaucraties au service des cours. Administrateurs et gestion des affaires curiales dans la Péninsule ibérique aux derniers siècles du Moyen Âge

Les comptables des chambres aux deniers des Évreux-Navarre (1350-1387)

Philippe Charon

Résumés

L’analyse de l’activité des vingt-quatre comptables recensés est le signe que le royaume de Navarre a connu sous le règne de Charles II une incontestable bureaucratisation et a vu émerger une vie curiale organisée autour des hôtels : s’ils payaient les charges des métiers et les besoins domestiques, ils acquittaient aussi des dépenses d’autres types, participant de l’animation politique et diplomatique de la vie de cour. Majoritairement Français et clercs d’Église, leur passage à la tête d’une chambre aux deniers fut court, moins de quatre ans en moyenne, même si sont observés des passages de plus de dix ans. Ces courtes durées ne reflètent pas leur longue carrière au service des Évreux-Navarre, toujours plutôt versée dans la comptabilité. Six d’entre eux devinrent trésoriers ou auditeurs de chambre des comptes. Mais seuls les quatre qui furent distingués aux fonctions de secrétaire sortirent de la spécialité comptable dans laquelle avaient été tenus enfermés leurs collègues.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Élisabeth GONZALEZ, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris (...)
  • 2  Philippe CHARON, « Un hôtel royal et ses dignitaires au XIVe siècle, l’exemple de l’hôtel de Charl (...)
  • 3 Nelly ONGAY, « Notas para una historia de los "hostales" reales (Reino de Navarra, siglo XIV) », Cu (...)
  • 4 Cette imprécision terminologique a été relevée par María Raquel GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la co (...)

1On considère aujourd’hui que les cours des rois et des princes au bas Moyen Âge s’organisaient autour de leur hôtel, qui était davantage que le simple organe destiné à satisfaire leurs besoins matériels et domestiques1. Celle des rois de Navarre de la dynastie des Évreux, montée sur le trône des Sanche et des Thibaud en 1328, n’a pas échappé à ce schéma avec la mise en place d’un hôtel dans le royaume2. Les membres de leur famille, leurs femmes au premier chef, mais aussi leurs enfants, et, dans le cadre du règne du roi de Navarre Charles II (1349-1387), son frère Louis et sa sœur Agnès, comtesse de Foix, en étaient également dotés, dont la finalité était, à l’exception de celui de la comtesse et des infantes, de concourir à l’organisation de la vie curiale3. Les dépenses de chacun de ces hôtels étaient gérées par une chambre aux deniers avec, à sa tête, un comptable, diversement qualifié de maître, de clerc, de commis ou encore de commissaire4.

  • 5 María NARBONA CÁRCELES, La corte de Carlos III el Noble, rey de Navarra : espacio doméstico et esce (...)
  • 6 Voir le tableau généalogique en annexe.

2La période chronologique envisagée, de presque quarante ans, permet de s’intéresser à ces officiers qui illustrent la bureaucratisation des monarchies bas médiévales, mettant de côté la suivante, celle du règne de Charles III (1387-1425), dans la mesure où elle a bénéficié de l’attention de María Narbona Cárceles5. Vingt-quatre comptables ont en effet été retrouvés et identifiés pour les sept hôtels qui ont existé entre 1350 et 13876, ce qui constitue un corpus somme toute non négligeable pour envisager ce groupe d’officiers curiaux. La bi localisation du pouvoir de Charles, roi de Navarre et comte d’Évreux, n’est pas un obstacle à une étude globale de ce groupe et de ses fonctions, puisqu’elle n’a pas entraîné de rupture de fonctionnement de ces hôtels.

  • 7 Un premier essai de ce genre a été fait par Francisco Javier ZABALO ZABALEGUI, La administración de (...)

3Dans le cadre d’une démarche scientifique, on s’attachera à décrire les attributions de ces comptables, en collant au plus près de ce que nous apprend la riche documentation du fonds de la Chambre des Comptes de Pampelune qui renferme l’essentiel des archives des hôtels des princes d’Évreux-Navarre7. On s’interrogera ensuite, aspect totalement inédit, sur les origines et les parcours de ces officiers, pour voir la place et le rôle qu’ils ont effectivement tenu au sein de la cour navarraise sous le règne de Charles II.

Fonctions et attributions

  • 8 Maurice REY, Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris : SEVPEN (...)

4Maurice Rey, dans son étude sur les causes du déficit des finances royales sous Charles VI, présentait le responsable de la chambre aux deniers du roi comme un « comptable qui encaisse et qui débourse »8. Dans quelles mesures cette description s’applique-t-elle aux vingt-quatre comptables recensés ?

Encaisser

Faire rentrer l’argent

  • 9 « Fueron dados a moss. Raoul Ysaac, cometido por el fecho de la cambra a los dineros de mons. moss. (...)
  • 10 3 000 florins remis par le trésorier du royaume au commissaire sur le fait de la chambre aux denier (...)
  • 11 AGN, caj. 24, n° 39, fol. 13r°.
  • 12 Quittance 12/X/1377 de 800 L. carlines (AGN, caj. 33, n° 101 XII).
  • 13   Trésorerie du royaume : 2 000 florins remis au clerc de la chambre aux deniers du roi le 23 févri (...)
  • 14 Exemples : quittance 12/XII/1366 du maître de la chambre aux deniers du roi au receveur de l’impos (...)
  • 15  Par exemple : quittance 17/VII/1367 de Nicolas de Plaisance au receveur de l’emprunt fait sur la v (...)
  • 16  Exemple de sommes provenant des caisses du roi : « Item, receu d’argent prins es coffrez du roy pa (...)
  • 17  Quittances 16/VII et 8/VIII/1367 du maître de la chambre aux deniers du roi à son homologue de cel (...)

5Les caisses des chambres aux deniers étaient alimentées par des versements d’argent de provenance diverse. Lorsque Charles II envoya sur ses terres de France et de Normandie ses deux fils, le cadet Pierre en février 1376 et l’aîné Charles en janvier 1378, ce fut le trésorier qui remit les sommes nécessaires aux comptables que leur père avait chargé des dépenses de leur hôtel. Ainsi, celui de Pierre de Navarre reçut 2 000 l.9, et celui de Charles 3 000 florins10. Ce devait être l’habitude dans le cadre de tels voyages : lorsque Charles, après un séjour de deux ans en France, regagna son royaume en 1371, le trésorier de la principauté remit au maître de la chambre aux deniers du roi pas moins de 10 000 livres11. Celui du royaume remit régulièrement au comptable de la chambre aux deniers de l’hôtel de l’infant Charles les sommes pour les voyages de ce dernier en Castille, comme en octobre 137712. En dehors de cette situation, les sommes pouvaient être versées soit par une trésorerie générale13, soit par les recettes locales14. Les encaissements d’argent pouvaient encore provenir d’emprunts15, des coffres mêmes du roi16, ou encore de transferts de caisses d’un hôtel à l’autre17.

  • 18  AGN, reg. 111, fol. 36v°.
  • 19  Ph. CHARON, « Jeanne de Valois, reine de Navarre et comtesse d’Évreux (1343-1373), En la España me (...)
  • 20  Nombreuses quittances aux receveurs des pechas des juifs dans les merindades en 1359 et 1360 (Cata (...)
  • 21  Florencio IDOATE, Un registro de cancillería del siglo XIV, Pampelune : Institución Príncipe de Vi (...)
  • 22  AGN, caj. 39, n° 14 V.

6On peine à comprendre s’il existait une organisation qui permettait aux comptables d’envisager sereinement l’alimentation régulière de leur caisse. Ce qui est sûr, c’est que certains revenus étaient assignés, comme dans le cas de l’hôtel de la reine. Charles se préoccupa en effet de doter l’hôtel de sa femme Jeanne de Valois des moyens financiers à même de satisfaire les besoins de celles et ceux qui en faisaient partie. Dans un premier temps, cela a consisté dans l’octroi de sommes prises sur les recettes locales ou la trésorerie générale du royaume, comme ces 900 florins délivrés par le receveur d’Estella entre février et avril 1363. Ces sommes furent ensuite précisément assignées. L’ensemble des rentes, pechas, et revenus dus par les juifs du royaume furent ainsi abandonnés à Jeanne. Charles II prit le 2 octobre 1364 une ordonnance qui fixait les autres revenus qui devaient alimenter la caisse de la chambre aux deniers. Dans la merindad de La Ribera, les revenus du fisc royal à Cascante, Cortes avec le tribut de la casa de Lor, Arguedas, Valtierra, Cadreita, Villafranca et Caparosso, la pecha des Maures de Tudela, les bailios de la merindad et les amendes de 60 s. Dans la merindad d’Estella : les revenus tenus à Falces, les rentes, pechas et heredades des banidos, les foseradas à Valle de Yerri, Cinco Villas, Val de Mañeru, Valle de Amézcoa, Valle de Allín et Lodosa. Dans la merindad de Sangüesa, les revenus tenus à San Martín, Ujué, Cáseda, Gallipienzo, Murillo el Fruto et Valdorba. Cette disposition fut complétée le 30 octobre suivant par l’abandon de 400 l. sur le péage de Tudela, de 70 l. sur les moulins de Cintruénigo, de 50 l. sur ceux de Tudela, de 100 l. sur la recette des Montagnes, auxquels venaient s’ajouter 480 l. assignées sur la trésorerie, outre les revenus des terres des absents18. Jeanne disposait aussi de 500 l. sur le péage de Pampelune. Ces revenus ne devait pas suffire pour assurer l’entretien de l’hôtel de la reine, qui comprenait, outre ses enfants, sa belle-sœur la comtesse de Foix depuis que Gaston Fébus l’avait renvoyée de la cour d’Orthez. Aussi Charles II fut-il amené à donner des ordres de versements exceptionnels, comme le 14 septembre 1366, d’un montant de 1 000 florins, ou encore le 2 octobre suivant, d’un montant de 650 florins. Pour pallier cette difficulté, il abandonna à sa femme, le 19 septembre 1366, les revenus des péages du royaume. Enfin, le 4 octobre 1366, Jeanne se voyait octroyer mensuellement 500 florins assignés sur la merindad d’Estella « pour le governement d’elle et de noz enfanz jusques a tant que autrement aions ordené »19. Les revenus des juifs semblent avoir été une source de revenus utilisée couramment pour servir à alimenter les caisses des hôtels, comme celle de Louis de Navarre20. Le maître de la chambre aux deniers du roi était de son côté autorisé en 1366 à requérir des officiers du royaume qu’ils lui remettent pour les frais de l’hôtel la part que les juifs devaient d’un prêt forcé de 8000 florins21. Mais il existait d’autres recettes sur lesquelles pesaient des assignations : ainsi Charles avait-il assigné en mars 1380 les revenus des ferrerias du royaume pour les dépenses de l’hôtel de sa sœur Agnès et de ses filles22.

  • 23  AGN, reg. 130, fol. 134r° (compte de l’hôtel de la reine, X/1369).
  • 24  « A Jehannin Aubery, pour ses despenz faiz par iiii jours allant en (sic !) venant a l’Estelle avo (...)
  • 25  AGN, caj. 16, n° 25 I (compte de l’hôtel du roi, 9/XI/1361).
  • 26  « A J. d’Anet, demourant a Pampelune par iii jourz et une disnee pour avoir argent » (AGN, caj. 68 (...)
  • 27  « A Symon Ridel, despens faiz a Pampelune par vi jours en atendant deniers pour paier » (AGN, leg. (...)
  • 28  « A li, pour i sommier qui apporta argent de Tudelle en ceste ville [d’Olite] » (AGN, reg. 146, fo (...)
  • 29  « Item, pour louier d’un mulet par iii jourz » (AGN, caj. 68, n° 4 II, compte d’hôtel du roi, 5/IX (...)

7En dépit de ces revenus assignés ou de ces ordres de versements adressés à tel ou tel receveur, les comptables étaient parfois à court de numéraire. Ils se voyaient contraints dans ce cas de réclamer des envois d’argent à ceux qui les devaient. Ainsi, le 12 octobre 1369, un clerc de l’hôtel de la reine était dépêché à Larraga et Mendigorría « pour fere venir la pete que il doivent »23. Ils se déplaçaient aussi eux-mêmes pour aller chercher ce qui leur manquait24. En novembre 1361, le clerc de la chambre aux deniers du roi se rendit à Pampelune, « pour querre argent pour ii jourz »25. Les temps d’attente, pour rassembler l’argent, étaient variables, comme les trois jours passés par le même à Pampelune en septembre 1362 avant d’obtenir satisfaction26 ; ou les six jours d’attente par celui de l’hôtel de l’infant Louis en août 135627. Il leur fallait encore payer les frais de transports de retour, en louant des sommiers28, des mules et mulets, et en recourant aux services de valets29.

  • 30  AGN, caj. 48, n° 104 II, et caj. 52, n° 46 VIII.
  • 31  AGN, caj. 52, n° 59 I (28/VII/1386).

8Les sommes encaissées étaient de monnaies variées, navarraises, aragonaises, françaises et encore anglaises, et les comptables devaient connaître leur valeur d’équivalence entre elles pour les transformer en monnaies de compte. Ils devaient aussi en suivre et en maîtriser les fluctuations. Le florin d’Aragon équivalait à 20 maravédis castillans en 1384. En 1386 il était passé à 21 maravédis et 5 d.30. Cette appréciation était consécutive à une forte dévaluation ordonnée par Charles II, qui bouleversa le cours des monnaies entre elles et provoqua un important manque à gagner pour la caisse de la chambre aux deniers31.

Conserver l’argent

  • 32  AGN, reg. 117, fol. 46r° (compte de l’hôtel de la reine, 22/I/1366).
  • 33  « A li, pour sas a metre argent » (AGN, reg. 146, fol. 7r°, compte de l’hôtel de la reine, 9/I/137 (...)
  • 34  « A li, pour vi bourses de cuir pour la chambre aux deniers » (AGN, reg. 142, fol. 11v°, compte de (...)
  • 35  « Pour unes bezasses pour la chambre aux deniers » (AGN, caj. 14, n° 163, compte de l’hôtel du roi (...)
  • 36  « A Ferrando de Mirande, i cofre pour mestre argent » (AGN, reg. 155, fol. 93r°, compte de l’hôtel (...)
  • 37  AGN, reg. 146, fol. 15r° (compte de l’hôtel de la reine, 24/I/1373).
  • 38  « A Gillot, pour une serreure a un coffre pour la chambre aux deniers » (AGN, reg. 142, fol. 35v°, (...)
  • 39  « A Gillot qu’il paia pour les gens d’armes de Jumieges a Rouen qui le conduirent parce qu’il port (...)

9L’hôtel étant itinérant, allant de séjours en séjours, la chambre l’était également. Il fallait donc ranger son matériel dans des conteneurs adéquats et en assurer le transport à dos de bêtes. Ainsi furent achetés en janvier 1366 « ii coffres et une malle avecques le bahu pour le sommier de la chambre aus deniers 32 ». Il fallait aussi conserver l’argent de façon à prévenir les vols. Il était sans doute mis dans des sacs33, des bourses34 ou encore des besaces35, eux-mêmes placés dans des coffres que les comptables achetaient, comme celui « pour mestre argent » que se procura le clerc de la chambre aux deniers de la comtesse de Foix et des infantes36, ou qu’ils faisaient équiper, comme le fit le maître de la chambre aux deniers de la reine en 1366 qui fit « appariller ii petis coffres de la chambre aux deniers »37. Il fallait aussi les maintenir en état de fonctionnement38. Les sommes en jeu pouvaient nécessiter d’assurer la protection de leur transport. Ainsi, lorsque le maître de la chambre aux deniers se rendit en décembre 1371 de Jumièges à Rouen, puis, de là, dans la capitale parisienne rejoindre Charles, il était porteur de « grant finance » : il paya des gens d’armes pour assurer son déplacement et ne pas être détroussé39.

Débourser

Payer les fournitures de l’hôtel et d’autres dépenses

10Les comptables, secondés par des clercs de la dépense, étaient en premier lieu chargés de payer les approvisionnements des métiers de l’hôtel, ceux de la paneterie, de l’échansonnerie, de la fruiterie, de la cuisine et enfin de l’écurie. Ils payaient aussi les frais afférents à ces approvisionnements (location de bêtes de transport, recours aux services de valets, frais des déplacements d’officiers de l’hôtel, etc.). Les gages des officiers de l’hôtel étaient également payés sur la chambre aux deniers, quoiqu’ils pussent aussi être assignés sur la trésorerie et, dans certains cas, sur les recettes locales des merindades.

  • 40  N. ONGAY, « El Hostal de la infanta María (1365-1366) », Príncipe de Viana, 64, 2003, n° 228, p. 1 (...)

11Il existait enfin tout un éventail d’autres dépenses, dont les montants étaient beaucoup moins importants, et qui n’entraient pas dans le cadre de celles des métiers traditionnels. Elles ont été pour partie analysées par Nelly Ongay dans son étude sur l’hôtel de l’infante Marie en 1365-136640. On peut les classer en cinq grands groupes :

  • dépenses de fonctionnement de la chambre,

  • dépenses privées ou personnelles en faveur des titulaires de l’hôtel,

  • dépenses de dévotion,

  • dépenses en faveur d’officiers de l’hôtel,

  • dépenses extra-domestiques.

  • 41  Les dépenses de dévotion ont donné matière à l’article de María Raquel GARCÍA ARANCÓN sur les pouv (...)
  • 42  « Baillié a Rogier, page de mons., pour porter lettres au conseil a Pampelune par ii jours » (AGN, (...)
  • 43  « A i varlet qui li aporta lettres des treves de Castelle que mess. Jehan Remiriz envoia » (AGN, c (...)
  • 44  « Pour don fait par mons. a un vallet du sire de Lescun qui li presenta une haquenee » (AGN, caj.  (...)
  • 45  « Pour deniés donnez par mons. au messager du conte de Foiz » (AGN, caj. 10, n° 9 III, compte de l (...)
  • 46  « A mess. P. d’Achere, pour pou compté d’un messager porter lettres a mess. Jehan Chandoz, au capt (...)
  • 47  « A Bernart, pour don a li fait en gardant la porte du roy en pluseurs parties tant que le prince (...)
  • 48  « A li, autres lettres envoiez de Lagarda en la merintad de l’Estoille a pluseurs personnez, le VI(...)

12Parmi les premières sont rangés les achats de matériels et d’équipements pour la chambre aux deniers qui permettaient au comptable d’exercer ses missions, les travaux à la chambre ou à l’hôtel, comme des travaux de charpenterie ou de jardinage. Les secondes regroupent les dépenses d’habillement (achats de tissus, linges, vêtements, chaussures, etc.), de fournitures pour la chambre (achat de vaisselles, d’épices, de confitures, etc.), d’agrément (jeux, oiseaux, chiens, chasse), d’instruction (livres), et d’hygiène et de santé (recours à des médecins, achats de médicaments, etc.). Les troisièmes ont trait à la pratique religieuse (achat de livres de messes et d’heures, fabrication de reliquaires), aux fournitures de la chapelle, aux offrandes, pitances et aumônes41. Dans les quatrièmes, on trouve des dons de vêtements, des frais de soins médicaux, des frais d’enterrement. C’est dans le cinquième groupe que l’on voit que l’hôtel était un lieu d’animation de la cour : envois de messages auprès d’officiers, de conseillers ou de nobles du royaume touchant à la politique du royaume42 ; arrivée de porteurs de nouvelles43 ; cadeaux offerts aux délégués de princes étrangers44 ; réception diplomatique45 ; envois d’ambassades46. Dans ce cinquième groupe se rangent aussi les dépenses de protection de la personne du titulaire de l’hôtel47, et, celles, particulières, des temps de guerre lorsque l’hôtel se transformait en quartier général48.

  • 49  « A Calabre, Guillaume Periz et Guillaume Garin, pour pluseurs medecines pour le roy, les parties (...)
  • 50 Catalogo del Archivo General de Navarra…, t. 8,  verbo Quesnel.

13Certaines de ces dépenses « hors métiers », toutes catégories confondues, étaient préalablement examinées par le maître d’hôtel avant d’être effectivement payées, ce que traduit l’expression, tirée des documents eux-mêmes, « parties veues par le maistre d’ostel »49. Ce contrôle montre la position subalterne du comptable, soumis hiérarchiquement au chef de l’hôtel. Le comptable recevait toutefois des ordres directs du roi pour procéder à des paiements sur sa caisse qui ne concernaient ni l’approvisionnement des métiers traditionnels, ni ces autres dépenses contrôlées ou non par le maître d’hôtel, tout en pouvant s’en approcher. Charles a abondamment recouru à ce procédé pendant son voyage de retour de France en Navarre en 1372 : c’était la seule source de numéraire disponible50. Ce n’était pas des circonstances particulières, comme ce voyage, qui faisaient que la caisse de la chambre aux deniers jouait le rôle d’une caisse comme une autre. Les sommes que payaient ainsi les comptables étaient de nature très diverse, allant du défraiement de messagers au paiement de gens d’armes, sans lien donc avec le fonctionnement de l’hôtel, en passant par des achats de tissus, d’épices, des dons à des ménestrels et des officiers de l’hôtel, plus en rapport avec la nature même de l’hôtel.

Rester pour payer

  • 51  « Item, pour la disnee de Jean le Seneschal demouré aprés le partement de mons. pour paier et pour (...)
  • 52  AGN, reg. 110, fol. 8r° (compte de l’hôtel du roi, 16/IV/1362).

14Le rôle de payeur amenait parfois les comptables à rejoindre l’hôtel, en cas d’itinérance, le lendemain ou le surlendemain, afin d’acquitter les fournisseurs, si cette opération n’avait pu se faire avant le départ de la cour. Lors du premier séjour de Charles dans son royaume en 1350-1351, le comptable resta ainsi plus d’une fois « en arrière », comme ce 24 mai 1350 où il dut s’attarder à Roncevaux avant de rattraper la cour à Larrasoaña sur le chemin de Pampelune51. Son successeur douze ans plus tard, en 1362, devait faire de même au gré des déplacements du roi : le roi séjourna du 10 au 15 avril à Sangüesa, coucha le 15 au soir à Aibar, et se trouvait le 16 à San Martín d’Unx. Le comptable resta à Sangüesa « derriere pour paier par i giste et une disnee », et ne ne rejoignit le roi qu’à San Martín52.

Où payer ?

  • 53  AGN, caj. 48, n° 82 II (ordre 1/IX/1384 de Charles II de payer à un huissier d’armes ses gages du (...)
  • 54  « A mess. Pere Garsel, qu’il presta au roy le iiiie jour de mars pour joer ad dez sellon ce qu’il (...)
  • 55  « Item, pour un burel achaté pour la chambre as deniers du roy » (AGN, reg. 110, fol. 3r°, compte (...)
  • 56  AGN, caj. 24, n° 24 I (compte d’hôtel de l’infant Louis, 15/II/1361).
  • 57  « A li, vi coudes de drap ver a faire un burel » (AGN, caj. 29, n° 2, fol. 16r°, compte d’hôtel du (...)
  • 58  « A li, pour fere fere un contouoir pour la chambre aus deniers et […] pour ii serreures qui ont e (...)
  • 59  « A li, pour iic de contuers pour la chambre aux deniers » (AGN, leg. 33, n° 18, fol. 11v°, compte (...)

15Les paiements des gages des officiers des hôtels, se faisaient au bureau de la chambre53, comme se faisaient d’autres paiements aux mêmes officiers54. Sans doute les fournisseurs étaient-ils aussi payés au bureau. Les comptes d’hôtel contiennent nombre de mentions d’achat de tel « burel », comme en avril 136355, ou de drap pour en dresser un. Le maître de la chambre aux deniers de l’infant Louis acheta ainsi en février 1361 « quatre couldes de drap pour faire un burel pour la chambre aus deniers »56. Parfois la couleur du drap était précisée, elle était invariablement verte57. D’autres outils étaient nécessaires pour effectuer les paiements et faire les calculs permettant de passer à des monnaies de paiements à celle de comptes : des comptoirs58, et aussi des jetons de comptes, des compteurs59.

Tenir sa comptabilité

Documents comptables

  • 60  L’inventaire des comptes d’hôtel conservés à l’AGN a été dressé, avec quelques inexactitudes et ou (...)
  • 61  AGN, caj. 24, n° 39, fol. 13r°-22r°.
  • 62  AGN, reg. 188, fol. 390r°-399r°.

16La gestion quotidienne des comptables des chambres aux deniers était consignée, soit directement par eux-mêmes soit par des clercs dits du registre, sur deux types de documents. Les premiers d’entre eux sont des comptes journaliers de dépenses, tenus mensuellement60. Les seconds sont des comptes de recettes. Seuls deux exemplaires de ce dernier type sont parvenus jusqu’à nous : la recette de l’hôtel du roi, de décembre 1371 à décembre 137261, et d’avril à décembre 138662.

17Les comptes de dépenses ne s’ouvrent pas par la désignation systématique du titulaire de l’hôtel, et, même lorsqu’elle est faite, le nom du comptable n’est pas toujours indiqué. Les comptes donnent pour chaque jour, les lieux où le titulaire de l’hôtel a mangé le midi (la « disnée »), en soirée (le « soupper »), et a dormi (le « gist ») ; si toute ou partie de ces informations se confondent, il n’est rien précisé. Ils recensent, jour après jour (indiqué par son nom et son quantième), le détail des dépenses des métiers, en « achat » et en « garnisons », c'est-à-dire, pour ces dernières, les entrées en nature et les prélèvements opérés sur les rentes royales que le comptable valorisait (on trouve la mention « sans prix » lorsque la valeur de ces entrées en nature n’était pas prise en compte). Si les gages des officiers se payaient au jour, ils étaient alors consignés à la rubrique de l’écurie. S’ils se payaient au mois ou au trimestre, ils apparaissaient alors après la rubrique de l’écurie. Chaque jour se termine par l’addition des achats (qui comprend aussi les gages) et celle des garnisons. Puis, le cas échéant, vient le détail d’autres dépenses, appelées «  mises », celles-là même qui n’entraient pas dans le cadre des différents métiers et qui ont été analysées plus haut.

18Les comptes de recettes recensent, quant à eux, les différents encaissements de numéraires de toutes origines.

Matériel

  • 63  « A li, pour une escriptouere pour la chambre aus deniers » (AGN, reg. 117, fol. 48v°, compte de l (...)
  • 64  « A Jehannin Aubery, pour deux escriptores pour la chambre aus deniers » (AGN, reg. 130, fol. 140r (...)
  • 65  « Pour un livre de pappier pour escrire les despens de mons. en la chambre aus deniers » (AGN, leg (...)
  • 66  « A Salvadouret, pour viii peaux de parchemin… A li, pour faire rayné le dit parchemin » (AGN, reg (...)
  • 67  « A Domigo l’espicier, une main de papier » (AGN, reg. 155, fol. 96r°, compte de l’hôtel de la com (...)
  • 68  « A li, pour une livre de cire roge » (AGN, caj. 37, n° 18 I, fol. 28r°, compte de l’hôtel du roi, (...)
  • 69  « A lui, enque et i canivet pour la chambre aus deniers ». (AGN, reg. 117, fol. 19v°, compte de l’ (...)
  • 70  « Pour ii livres de chandelle de buef par viii jours pour escripre en la chambre aux deniers » (AG (...)
  • 71 « A lui, pour ferre lier les livres d’un an et demi » (AGN, reg. 188, fol. 72v°, compte de l’hôtel (...)

19La tenue de cette comptabilité en recettes et en dépenses entraînait, outre la rédaction des comptes proprement dits, une production de quittances, cédules, attestations de fournitures, mandements, reconnaissance de dettes, etc., dont un très petit nombre est parvenu jusqu’à nous. Les comptes ont d’abord été tenus sur des feuilles de parchemin, cousues les unes à la suite des autres. Puis le rouleau a cédé la place au registre, toujours sur parchemin, lequel a lui-même cédé la place au registre de papier. Pour écrire, le comptable s’équipait d’une écritoire, comme celles qu’achetèrent, l’une en janvier 136663, l’autre en octobre 136964 le maître de la chambre aux deniers de la reine. Il lui fallait aussi du parchemin65 qui devait être préparé66, du papier67, de la cire68, un couteau pour tailler les plumes et de l’encre69. Il se préoccupait de son éclairage70, et faisait relier ses comptes71.

Être contrôlé

  • 72  « Ce compte fu rendu par mons. J. le Seneschal a mons. Guillaume Auvre thresorier de Navarre, pres (...)
  • 73  AGN, reg. 110, fol. 9v° (compte d’hôtel du roi, 18/IV/1363).
  • 74  AGN, caj. 68, n° 4 II (compte de l’hôtel du roi, 16/IX/1362).
  • 75 « Vistas et examinadas fueron estas partidas con el contrarrolde sieyllado del sieyllo de Guiot de (...)
  • 76 « Vistas et examinadas fueron las partidas d’este compto con el contrarrolde sieyllado del seyllo d (...)
  • 77  « Vistas i examinadas fueron estas partidas con el contra rolde sieyllado del sieyllo de Johan de (...)
  • 78 Sur cet organe de contrôle, Mª Puy HUICI GOÑI, La cámera de Comptos de Navarra entre 1328-1512, con (...)

20Les comptes des dépenses de la chambre aux deniers ont été, dans un premier temps et du moins en Navarre, rendus ou faits, pour reprendre l’expression même des documents, en présence du trésorier72. Le comptable était présent, et, s’il était en déplacement avec la cour, il la quittait quelques jours pour se soumettre à cet exercice. Ainsi Jean d’Anet reçut-il 32 s. en avril 1363 pour « ses despens qu’il a esté a Pampelune par iiii jours pour fere ses comptes du moiz de fevrier derrain passé »73. Le même d’Anet s’était déjà rendu à Pampelune en septembre de l’année précédente, « envoié […] devers le thesorier pour ordener ses comptes »74. Les comptes ont ensuite été vus et examinés, toujours pour reprendre l’expression même des documents, par les commissaires que le roi désignait à cet effet, en présence75 ou non76 du trésorier. Ces commissaires ont été remplacés par les maîtres auditeurs de la chambre des comptes du royaume77, après la création de cette dernière institution en 136578. L’opération de contrôle a invariablement consisté à faire le total des différentes rubriques journalières des comptes, le maître de la chambre aux deniers n’en opérant aucun. Pour cela, deux additions intermédiaires étaient pratiquées, l’une en milieu de mois, l’autre le dernier jour du mois. Étaient consignés, en fin de compte, les totaux des achats, ceux des mises, et ceux des entrées valorisées provenant des garnisons. Les deux premiers faisaient de surcroît l’objet d’une addition. Cette intervention des contrôleurs, ou de leurs clercs, se voit à la différence d’encre, d’écriture et aussi de langue, le « navarrais » étant alors préféré au français qui a caractérisé l’écriture de l’ensemble des comptes conservés. Aucun total général ne venait clore l’opération de contrôle, qui eût donné le montant global de la dépense mensuelle.

21De manière invariable également, les comptes de dépenses étaient confrontés avec le contre-rôle établi par le maître d’hôtel, généralement présent lors des opérations de contrôle, du moins dans les premières années. Ce contre-rôle se présentait sous la forme de bandes étroites de parchemin, écrites verticalement. Il reprenait, jour après jour, de manière très synthétique, les informations détaillées données dans le compte des dépenses : date, personnes présentes, montant des achats du jour, des garnisons, total des deux, et celui des mises. Il ne se terminait pas davantage par un quelconque total général.

  • 79  AGN, caj. 38, n° 38 (20/VI/1369).
  • 80  AGN, caj. 28, n° 63 II.

22Avec l’organisation de la chambre des comptes de Pampelune, la présence du trésorier disparaît, comme celle du maître d’hôtel, mais celle du comptable reste obligatoire. Le clerc de la chambre aux deniers de la reine, Jeannin Aubery, fut ainsi défrayé en juin 1369 « pour ses despens de li, i varlet et ii chevals qu’il a faiz par vii jours a Pampelune ou il a esté pour rendre le compte de ix mois de la despense de l’ostel de la royne… »79. Les gens des comptes informaient ensuite le trésorier de l’audition. Ainsi le 4 août 1374, le trésorier était informé qu’ils avaient passé en revue le compte de la dépense de l’hôtel du roi, de la comtesse de Foix et des infantes des mois de février à juillet de l’année80.

  • 81  AGN, caj. 33, n° 111 II.
  • 82  AGN, caj. 33, n° 56 IV.
  • 83  AGN, caj. 33, n° 56 V (21/VI/1377), et caj. 33, n° 111 III (26/XI/1377).

23Les comptes de recettes faisaient également l’objet d’une audition par la chambre des comptes. Les montants des différents encaissements étaient additionnés, car, comme pour les dépenses, le comptable n’opérait aucun total. Les contrôleurs consignaient ensuite le montant des dépenses, mois par mois, et en faisaient le total. À la suite des deux chapitres, on trouve les dépenses faites sur ordre direct du roi, avec la date des mandements correspondants qui enjoignaient au trésorier et aux maîtres de la chambre des comptes d’en rabattre le montant de la recette de la chambre aux deniers. Les contrôleurs rapprochaient alors le montant des recettes de celui des dépenses cumulées. Était alors constatée la différence. Dans les trois exemples conservés d’une telle opération, les dépenses de l’hôtel étaient supérieures aux recettes, et la trésorerie avait alors renfloué la caisse. Mais on trouve des témoignages indirects de situations analogues. Le 24 octobre 1377, les auditeurs informaient qu’ils avaient vérifié la comptabilité du maître de la chambre aux deniers de l’infant Charles pour la période du 13 octobre au 15 novembre 1377, qui correspondait au séjour de ce dernier en Castille. L’audition conclut à une dépense supérieure à la recette. L’infant avait reçu 800 livres du trésorier avant de quitter le royaume, et le trésorier de Castille lui avait remis 22 600 maravédis. Or, la dépense montait à 594 l. 8 d. et 34 453 maravédis et 9 d. Ainsi le comptable était-il en débet de 6 451 maravédis et 9 d., qui, comptés à 21 maravédis pour 16 s., correspondaient à 245 l. 16 s.81. Le précédent séjour de l’infant en Castille, du 11 mars au 31 avril, avait aussi occasionné une dépense supérieure de 649 l. 18 s. par rapport à la recette82. Dans les deux cas, le roi ordonna au trésorier de combler le déficit83.

  • 84  AGN, caj. 27, n° 78 XII (ordre 30/XII/1372 de Charles II).

24Le travail de contrôle conduisait-il à des rejets de dépenses ? Un seul cas a été retrouvé, mais il montre le sérieux des contrôles et leur réalité. Lorsque la chambre des comptes de Pampelune contrôla, à la fin de 1372, la dépense de l’hôtel, sans doute depuis décembre 1371 qui correspond au début du voyage de retour du roi dans son royaume, elle ne voulut pas accepter les gages payés par le comptable au maître d’hôtel, car elle se demandait si ce dernier n’en avait pas touchés en France. L’affaire se termina par un ordre de Charles II de déduire les gages payés de la recette de la caisse de la chambre aux deniers84.

Origines et carrières

Insertion géographique

  • 85  Un officier fut arrêté en janvier 1350 par le châtelain de Saint-Jean-Pied-de-Port, qui venait de (...)
  • 86  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración..., n. 434 p.124.
  • 87  Le maître de la chambre aux deniers était Jean le Sénéchal (B. LEROY, « La cour des rois de Navarr (...)
  • 88  Pierre Gobart, maître de la chambre aux deniers de Charles II, accompagna ce dernier dans son roya (...)
  • 89  Jean d’Anet s’occupa de la charge de février 1362 (Archivo General…, t. 2, n° 361), à janvier 1363 (...)
  • 90  Il s’agit de Jean du Tilleul, qui apparaît dès janvier 1363 (ibid., t. 2, n° 727).
  • 91  Jean Climence, entre juin et août 1362 « pour le temps que je faisoie la chambre aux deniers de ma (...)
  • 92  Simon de Beuzeville clerc de la dépense de l’hôtel de la comtesse de Foix et des infantes depuis a (...)
  • 93  AGN, caj. 29, n° 1 A, fol. 30r°.
  • 94  M. NARBONA CÁRCELES, op. cit., p. 164 et p. 205.
  • 95 Clerc de la chambre aux deniers de l’infant Louis en 1363 (AGN, caj. 15, n° 95 XXIV (15/III/1363) e (...)
  • 96  Nommé officiellement clerc de la chambre aux deniers le 10 février 1382 (AGN, caj. 54, n° 14), fon (...)
  • 97  Nommé le 1er septembre 1384 commis au fait de la chambre aux deniers du roi après Ceilludo (M. R. (...)
  • 98  B. LEROY, Le royaume de Navarre. Les hommes et le pouvoir, xiiie-xve siècles, Biarritz : J & D, 19 (...)
  • 99  Commissaire pour les dépenses de l’hôtel de l’infante Marie pendant le séjour de la reine en Franc (...)
  • 100  Voir les études de B. LEROY, « Autour de Charles "le Mauvais". Groupes et personnalités », Revue h (...)
  • 101  Sur ces événements, voir Roland DELACHENAL, Histoire de Charles V, Paris : A. Picard, 5 vol., 1909 (...)
  • 102  Ph. CHARON, « Un hôtel royal et ses dignitaires…».

25D’où étaient originaires les maîtres des chambres aux deniers de l’hôtel de Charles et de ceux des membres de sa famille ? Pendant la période de vie française de Charles jusqu’en octobre 1361, c’étaient des officiers français. Cela se comprend aisément. Charles était lui-même un prince français, et il ne connaissait pas encore ses sujets navarrais. Il avait certes eu l’occasion d’aller à leur rencontre lors de son couronnement à Pampelune et du séjour d’un an et demi qu’il effectua alors dans son royaume (1350-1351), mais cela n’était pas suffisant pour distinguer tel ou tel. D’ailleurs la confiance n’était pas encore établie, puisqu’il interdit à la veille de son entrée en Navarre en 1350 aux officiers en place de quitter le royaume85 et fit contrôler la comptabilité des receveurs locaux86. Son hôtel l’accompagna donc, avec ses officiers87. Les rares témoignages recueillis pour la période très troublée des années 1352-1361 montrent qu’il continua de choisir des Français pour gérer sa chambre aux deniers88, et le fit encore une fois installé en Navarre89. Davantage, il plaça un officier originaire du royaume de France à la tête de la chambre aux deniers de sa femme après qu’elle l’eut rejoint fin 136290, ne dérogeant pas non plus sur ce point par rapport aux années pendant lesquelles la reine avait séjourné dans la principauté puisque sa chambre était dirigée par des Français91. Il fit de même pour l’hôtel de sa sœur Agnès, qui avait partagé l’hôtel de sa belle-sœur jusqu’à la mort de cette dernière en 137392. Il ne fit pas un choix différent pour ses deux fils, malgré les quelques quinze ans déjà passés en Navarre. C’est ainsi que, lorsqu’il s’agit d’organiser en mars 1374 le séjour de son fils Pierre en Castille, condition mise à l’accomplissement du traité de paix entre la Castille et la Navarre négocié en 1372, il désigna Jean Aubery pour remplir le rôle de « clerc et commis pour le fait de la chambre aux deniers de nostre tres cher et tres amé fils Pierre »93. De même, lorsqu’il s’agit d’organiser en mars 1377 celui de son fils Charles qui devait rejoindre sa femme Léonor de Trastamare en Castille, c’est Perrinet Magdeleine qu’il désigna pour s’occuper de sa chambre aux deniers, fonction qu’il exerça aussi en France pendant la lieutenance de l’infant dans les terres paternelles en 137894. Seuls quatre, voire cinq, comptables font exception à cette règle. Il s’agit des Navarrais Juan Jiménez de Pamplona95, Juan Ceilludo96, Salvadoret de Lixca97 et de l’Italien Nicolas Gagnebien, originaire de Plaisance en Italie dont il fit son patronyme98. Un cinquième, Jacques Argonel est d’origine géographique inconnue, mais c'est probablement un Navarrais d’Olite99. La « navarrisation » progressive du personnel, constatée dans d’autres secteurs de l’administration du royaume100, toucha donc aussi le cercle des comptables de la chambre aux deniers du roi. Ce constat doit être mis en relation avec la diminution du nombre des officiers français dans le royaume : après 1378, année qui correspond à la conquête militaire de la principauté d’Évreux et à sa confiscation101, il n’y a plus de recrutement français possible puisque la source s’est tarie. Tant que de tels recrutements étaient possibles, Charles avait fait venir des serviteurs de sa principauté pour le servir dans son royaume, et singulièrement dans son hôtel pour remplir les fonctions de responsables des départements fonctionnels. Ils parlaient de surcroît une même langue. Cet aspect linguistique constitue peut-être un autre facteur expliquant que le groupe de ces comptables était composé à 80 % de Français : même si Charles apprit la langue de son royaume, il lui était sans doute plus facile de s’exprimer et d’échanger dans sa langue maternelle102.

Insertion sociale

  • 103  Hélène MILLET, « La place des clercs dans l’appareil d’État en France à la fin du Moyen Âge », in  (...)
  • 104  Jean le Roux se marie à Pampelune en août 1392 avec Johanneta Miguel (AGN, reg. 216, fol. 64r°, et (...)
  • 105 Prêtre, curé d'Achères au diocèse de Paris avant 1360 (Denis François SECOUSSE, Recueil de pièces s (...)
  • 106  Curé d’Ezy au diocèse d'Évreux (supplique 22/II/1363 à Urbain V, n° 3800141 non publiée).
  • 107  Prêtre, prieur (BnF, Clair. 56, fol. 4289r°, n° 136, 22/XII/1364), puis recteur de la maladrerie d (...)
  • 108  Columbia university, New-York, coll. Smith, n° 109.
  • 109  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración..., n. 434 p.124.
  • 110  AGN, caj. 38, n° 22 LXVI (16/I/1358).
  • 111  AD Eure, 2 F 2043.
  • 112  Pierre Godeille était curé (abbé ?) de l’église paroissiale de Monreal au diocèse de Pampelune (su (...)
  • 113  Jean du Tilleul, maître de la chambre aux deniers de la reine, était chanoine prébendé de Sainte-M (...)
  • 114  Comme chanoines de la cathédrale d’Évreux, pour Climence (lettre commune29/I/1371  de Grégoire XI, (...)
  • 115  Jean le Sénéchal est peut-être le même personnage que Johannes Senescalli, clerc du diocèse de Rou (...)
  • 116  Du Tilleul chapelain dans l’église Saint-Georges de Peveris dans le diocèse d’Orléans (supplique30 (...)
  • 117  Magdeleine reçoit l’expectative d’un canonicat à Saint-Hilaire de Poitiers en janvier 1371 (lettre (...)
  • 118  Godeille se voit attribuer l’expectative d’un canonicat à Saint-Gauger au diocèse de Cambrai en 13 (...)

26Deuxième caractéristique de ces responsables financiers, ils étaient majoritairement des hommes d’Église, illustrant le rôle de ces derniers dans la construction des États au bas Moyen Âge103. Seuls deux dérogent de manière certaine à cette qualité. Ce sont Nicolas de Plaisance et Jean le Roux : l’un et l’autre étaient mariés104. On ignore ce qu’il en est exactement pour six autres. Il s’agit de Jacques Argonel, Jean Aubery, Salvadoret de Lixca, Thomas Maupetit, Pierre de Villers et Raoul de Villers. Sur vingt-quatre comptables, seize avaient donc embrassé une carrière religieuse. Neuf étaient prêtres en France (Pierre d’Achères105, Jean d’Anet106, Jean Climence107, Pierre Gobart108, Jean le Sénéchal109, Simon Ridel110, et Raoul Ysac111), ou en Navarre (Pierre Godeille, Juan Ceilludo)112. Ils cumulaient d’autres bénéfices en plus de leurs cures, à l’instar de leurs collègues comme eux de statut religieux. Ils étaient situés soit en Navarre (à Tudela, San Martín d’Unx, Estella, Falces, Orcoyen, Lodosa, Gallipienzo)113, soit en France dans les diocèses d’Évreux114, de Rouen115 ou d’Orléans116, soit dans la Gascogne anglaise, à Poitiers117, soit encore hors du royaume, à Cambrai118. Il n’est pas possible, sur un corpus si faible et une période chronologique si courte, d’apprécier la mise en place d’une politique de collation des bénéfices. Remarquons simplement que Monreal, Notre-Dame du Puy d’Estella en Navarre, et Évreux dans la principauté, constituent des points d’ancrage privilégiés.

  • 119  BnF, coll. Vexin, vol. 15, fol. 201v°-202v°, n° 1222.
  • 120  É. GONZALEZ, Op. cit., p. 102.

27Ces comptables avaient-ils reçu une formation universitaire ? La réponse est négative. Il y a bien un personnage Jean le Sénéchal, qualifié de maître-es-arts119, mais il n’est pas sûr que ce soit le même personnage que le maître de la chambre aux deniers de Charles pendant son séjour de 1350 en Navarre. Quoi qu’il en soit, il serait le seul de son espèce. Nul besoin donc d’être gradué de l’université pour avoir été nommé maître de chambre aux deniers, à l’instar de leurs homologues des hôtels des ducs d’Orléans au XVe siècle120.

Passage dans la charge

  • 121  Par référence aux jugements – variables au demeurant – de Françoise Autrand, Bernard Guénée et Jea (...)
  • 122  M. NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 206.
  • 123  É. GONZALEZ, Op. cit., p. 101.
  • 124  Monique SOMMÉ, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme de pouvoir au XVe siècle, Vi (...)

28Qu’en est-il maintenant de leur longévité dans leur fonction de comptable ? On a recensé vingt-quatre titulaires pour quatre-vingt-cinq années d’exercices cumulés. La durée moyenne d’occupation de la fonction est, dans ces conditions, de trois ans et six mois. Il s’agit d’une durée très courte par rapport aux éléments de comparaison possible121. Charles III, pendant les vingt-neuf années de son règne, n’eut que deux titulaires en titre, et un substitut pendant deux ans, soit une durée moyenne d’occupation de la charge de quatorze ans122. Les maîtres des chambres aux deniers des ducs d’Orléans ont une longévité de sept ans et demi123. Quatre maîtres se sont succédé en vingt-six ans à la tête de la chambre aux deniers de la duchesse Isabelle de Portugal, soit une moyenne de six ans et six mois124. Pour les chambres des hôtels des Évreux-Navarre, la durée moyenne d’occupation de chaque poste (on en dénombre trente-sept) est encore plus courte, deux ans et quatre mois. Le résultat ci-dessous donne le détail par hôtel.

Tableau 1. Durée moyenne de passage dans un poste de comptable de chambre aux deniers (1350-1386)

Hôtel (période chronologique considérée)

Nombre de postes

Durée moyenne du passage dans un poste

Charles II (avril 1350 - décembre 1386)

21

1 an et 9 mois

Jeanne de Navarre (juin 1361 - novembre 1373)

5

2 ans et 4 mois

Louis de Navarre (décembre 1354-août 1364)

2

4 ans et 10 mois

Agnès de Foix (novembre 1373 - décembre 1390)

3

5 ans et 2 mois

Infant Charles (mars 1377 - juillet 1378, et octobre 1381 - janvier 1387)

2

3 ans et 1 mois

Infant Pierre (mars 1374 - avril 1378)

3

1 ans et 4 mois

Infante Jeanne (novembre 1365 - juillet 1366)

1

9 mois

  • 125 Archivo General…, t. 2, n° 727 (30/I/1363), et AGN, caj. 27, n° 10 I (15/II/1373).
  • 126  AGN, caj. 26, n° 87 VII (30/X/1371), et AGN, caj. 54, n° 14 (10/II/1382).
  • 127  AGN, reg. 213, fol. 193r° (3/XII/1390).
  • 128   AGN, reg. 76/2, fol. 206r° (XII/1354), et Archivo General…, t. 2, n° 540 (8/IX/1362).
  • 129  Ma NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 206.
  • 130  AGN, caj. 42, n° 73 (22/XI/1380), et M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte... », p. 97 (1/I (...)
  • 131  Ibid., p. 97, et AGN, caj. 54, n° 34 VI, et caj. 55, n° 60 IV (I/1387).

29Derrière ces chiffres, on observe dans le détail des différences. Quatre comptables ont géré la chambre aux deniers de la reine Jeanne. Deux sont documentés uniquement pendant deux et trois mois en 1361 et 1362. Un troisième a assuré la suppléance de la charge un an et demi le temps que le titulaire, Jean du Tilleul, accomplît une tâche qui l’amenait à s’éloigner de l’hôtel. Ce dernier exerça ainsi ses fonctions de janvier 1363 à novembre 1373125, ce qui fait qu’il occupa son poste, avec cette interruption, pendant neuf ans. Gillot de Quesnel s’est occupé quant à lui de la chambre aux deniers de Charles pendant près de onze ans, d’octobre 1371 à février 1382126. Il s’agit là des plus longs exercices, qu’il faut compléter par la prolongation de service du même Gillot de Quesnel à la tête de la chambre aux deniers de l’hôtel de la comtesse de Foix et des infantes jusqu’en décembre 1390127. Gillot Quesnel cumule ainsi près de vingt ans comme comptable de chambres aux deniers. Vient ensuite Simon Ridel avec sept ans à la chambre aux deniers de Louis de Navarre, de décembre 1354 à septembre 1362128. On passe ensuite à une durée de cinq ans et moins : Jean le Roux, d’octobre 1381 à janvier 1387 pour l’infant Charles (soit un peu plus de cinq ans, mais devenu roi, Charles III lui conserva sa fonction129), Juan Ceilludo entre février 1382 et août 1384130 (un peu plus de deux ans), et Savadoret de Licxa de septembre 1384 à janvier 1387131 (un peu plus de deux ans également) pour Charles II.

  • 132  Voir supra note n° 88.
  • 133  AGN, caj. 15, n° 92 IV (compte d’hôtel du roi, XII/1361), et caj. 15, n° 92 IV (24/II/1362).
  • 134  Voir supra note n° 88.
  • 135  Archivo General…, t. 2, n° 799 (10/IV/1363), et t. 4, n° 1671 (14/X/1366).
  • 136  Ibid., t. 2, n° 361 (25/IV/1362), et n° 698 (13/I/1363).
  • 137  Il s’agit d’un cas particulier, car en fait d’Anet assure les dépenses du roi pendant son voyage à (...)
  • 138  AGN, reg. 131, fol. 146r°, et Le compte, p. 63-64 et 67. Il fut remplacé, tout en gardant sa qual (...)
  • 139  Voir supra notes n° 91 et 135.
  • 140  Voir supra notes n° 88 et 91.
  • 141  AGN, caj. 25, n° 43 XLIX (10/V/1369), et caj. 26, n° 48 XXVII (16/IX/1370).
  • 142  AGN, caj. 28, n° 59 V, et caj. 28, n° 52 VIII (16/III/1374).
  • 143  AGN, caj. 28, n° 52 VIII (16/III/1374, pour Agnès), et caj. 28, n° 28 XXX (15/III/1374, pour Pierr (...)
  • 144  AGN, caj. 29, n° 1 A, fol. 30r° (XI/1374), et caj. 184, n° 23 (7/VI/1375).
  • 145  AGN, caj. 26, n° 70 II (24/IV/1371), et caj. 26, n° 79 (5/VII/1371).
  • 146 « cometido por el fecho de la cambra a los dineros de mons. mossen Pierres de Navarra, conte de Mor (...)

30Le cas de Gillot de Quesnel – ayant occupé deux charges de comptable de manière ininterrompue – n’est pas isolé. D’ailleurs, il illustre la différence entre le nombre de titulaires et le nombre de postes qu’ils ont occupés. Neuf clercs ou maîtres ont ainsi occupé vingt et un postes, soit dans le même hôtel, soit dans des hôtels différents, et que ce soit de manière enchaînée ou à quelques années d’intervalle. Dans l’hôtel même de Charles, Pierre Gobart a exercé une première fois de décembre 1354 à mai 1355132, et à nouveau entre décembre 1361 et février 1362133. Pierre d’Achères est documenté en janvier et octobre 1361134, et à nouveau d’avril 1363 à octobre 1366135. Son collègue Jean d’Anet, une première fois pendant un an, entre février 1362 et janvier 1363136, une deuxième fois en juillet et août 1366137, et de manière intermittente de janvier 1369 à janvier 1371138. Pierre d’Achères, déjà cité, a été clerc de la chambre aux deniers de la reine en novembre et décembre 1362, et retrouve une même fonction dans celui du roi à partir d’avril 1363139. Son collègue Jean Climence en 1361 et  1362 a exercé dans l’hôtel du roi, puis dans celui de la reine140. Jean Aubery commença d’exercer à la chambre aux deniers de la reine, entre mai 1369 et septembre 1370141 ; il devint ensuite commissaire pour la dépense de l’hôtel de la comtesse de Foix pendant son voyage de retour de France en Navarre, fin 1373 après le décès de la reine, et ce jusqu’en mars 1374142 : puis il s’occupa, sans doute concurremment, des comptabilité des hôtels de la comtesse et de Pierre de Navarre en mars 1374143, avant de se consacrer uniquement à celle de l’hôtel de ce dernier en qualité de commis jusqu’en juin 1375144. Voici encore Raoul Ysac : il a été pendant deux mois le comptable de la chambre de Charles, entre avril et juillet 1371145, et fut désigné en février 1376 pour remplir cette même fonction dans l’hôtel de l’infant Pierre envoyé en France146.

Durée de carrière

31Les passages dans la charge (et la fonction) ont été de courte durée, renforcés par les fréquents remplacements des titulaires, surtout pour l’hôtel de Charles. Laisseraient-ils entendre que les maîtres, épuisés par leurs tâches, ou incompétents, ne sont pas restés longtemps au service des Évreux-Navarre ? Tel n’est pas le cas. Ces courts passages sont en effet contrebalancés par la durée totale de leur carrière. Elle a été en moyenne de treize ans et demi, soit plus du quintuple de la durée de leur fonction de comptable de chambre aux deniers. Il s’agit de carrières longues, voire très longues. Leur répartition par tranche de cinq ans est donnée dans le tableau ci-dessous.

Tableau 2. Répartition de la durée totale de la carrière des comptables de chambre aux derniers (1350-1386)

de 1 à 4 ans

de 5 à 9 ans

de 10 à 14 ans

de 15 à 19 ans

plus de 20 ans

Nombre

3

7

4

3

7

  • 147  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 441 p. 126.
  • 148 Ibid., p. 153.
  • 149  M. NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 180.
  • 150 Ibid., p. 207.
  • 151  AGN, reg. 200, fol. 56r°.
  • 152  AGN, reg. 213, fol. 193r° (3/XII/1390).
  • 153  Ma NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 208, 472 et 477.

32Plus de deux cinquièmes (42 %) des comptables a servi les Évreux-Navarre plus de quinze ans, avec des records détenus par Nicolas de Plaisance pendant au moins vingt-six ans (de 1360 au moins – et vraisemblablement 1358 - à 1386), Gillot de Quesnel pendant vingt-six ans (de 1360 à 1386), Pierre Godeille pendant vingt-cinq ans (de 1361 à 1386) à l’instar de Jacques Argonal (de 1355 à 1380), et Simonnet de Mucy pendant vingt-trois ans (de 1355 à 1378). Certaines carrières furent encore plus longues, car, mis à part Salvadoret de Lixca qui disparaît de la documentation après 1386, Charles III garda les serviteurs de son père une fois devenu roi. C’est ainsi que Pierre Godeille servit Charles III jusqu’en 1395147, Simon de Beuzeville jusqu’en 1399148, Juan Ceilludo jusqu’en 1412149 comme Jean le Roux150. Gillot de Quesnel conserva de son côté son poste de comptable de la chambre aux deniers de l’hôtel de la comtesse de Foix jusqu’en 1390151, et devint cette année-là maître de la chambre aux deniers des infantes, filles et nièce de Charles III152. Il remplit encore les mêmes fonctions dans l’hôtel de la reine Léonor entre 1395 et 1401153, totalisant une carrière de comptable de plus de quarante ans. En ne tenant pas compte de la date de la mort de Charles, la durée moyenne de la carrière de ces vingt-quatre comptables est d’un peu plus de dix-sept ans, et plus de la moitié d’entre eux a servi pendant plus de vingt ans. Incontestablement, fidélité et longévité les caractérisent.

33À l’exception de six comptables (Beuzeville, Ceilludo, Chapelle, le Sénéchal, du Tilleul et Ysac), dont l’entrée dans la charge correspond, peut-être en raison de la documentation disponible, à leur entrée dans la carrière, les dix-huit autres ont servi en moyenne sept ans avant de devenir responsable d’une chambre aux deniers. À l’autre bout de la chaîne, à l’exception de quatre comptables (Gobart, Chapelle, Ysac et Ridel), dont le départ de la charge correspond à la fin de leur carrière au service des Evreux-Navarre (le premier décéda en charge, pour les deux suivants leur service prit fin avec la conquête militaire de la principauté, et le quatrième disparaît des sources), les vingt et un autres ont servi en moyenne un peu plus de onze ans après leur départ (avec de fortes disparités allant de deux ans à vingt-huit ans). La charge de clerc ou maître de la chambre aux deniers est donc plutôt une charge de début de carrière, le temps de faire de premières armes, de convaincre de sa capacité. Ce constat permet de poser la question des modes de recrutements de ces comptables (sur quoi le roi fonda-t-il son choix ?), et celle de leurs parcours professionnels (leur technicité les enfermèrent-ils ou non dans leur spécialité ?).

Recrutement

  • 154  BnF, naf 3623, n° 54 (23/XI/1377).
  • 155  Archivo General…, t. 1, n° 270.
  • 156  Le compte…, p. 328, et AGN, caj. 25, n° 44 IX (IX/1369).
  • 157  AGN, caj. 14, n° 165 XII (XI/1361).
  • 158  Le compte…, p. 67 et 376.
  • 159  AGN, reg. 110, fol. 47r°-63v° (22/I/1364).
  • 160  AGN, reg. 117, passim (comptes d’hôtel de la reine pour 1366).

34Sur la question des recrutements, on observe plusieurs cas de figure. Dans cinq cas, les futurs comptables étaient déjà au service d’un serviteur de Charles. Jean le Roux avait été clerc du trésorier de la principauté154 avant d’être retenu par l’infant Charles pour s’occuper en 1381 de sa chambre aux deniers alors qu’il s’apprêtait à regagner le royaume. Simonnet de Mucy avait été, de son côté, familier et serviteur du chancelier Thomas de Ladit155, dont Charles fit le maître de sa chambre aux deniers au cours du dernier trimestre 1368156. Pierre Godeille avait été clerc de Simon d’Escourcy, conseiller du roi157, et Charles lui confia la responsabilité de sa chambre aux deniers comme substitut du titulaire en titre pendant son séjour dans sa principauté en 1370158. Perrinet Magdeleine, futur commis à la chambre aux deniers de l’infant Charles en 1377, avait été clerc de Pierre d’Achères, lui-même maître de la chambre aux deniers de Charles159. Jean Aubery a été clerc du maître de la chambre aux deniers de la reine160, qu’il remplaça quelques mois en 1369 et 1370, avant de s’occuper des dépenses de l’hôtel d’Agnès de Foix fin 1373.

  • 161  Maurice REY, Les finances royales sous Charles VI, les causes du déficit, 1388-1413, Paris : Impr. (...)
  • 162  AGN, caj. 14, n° 33 IX.
  • 163  Voir supra, note n° 128.
  • 164  AGN, caj. 14, n° 167 IV (11/XI/1361).
  • 165  AGN, caj. 14, n° 89 I (17/X/1361), et AGN, caj. 14, n° 168 XVIII (3/II/1362).
  • 166  Le compte…, p. 111.
  • 167  Archivo General…, t. 2, n° 761 (3/III/1363), qu’il occupe jusqu’en 1369 (AGN, caj. 25, n° 44 LXVII (...)
  • 168  AGN, caj. 21, n° 15 XXVIII (25/I/1362), et caj. 21, n° 15 XXVIII (25/I/1366).
  • 169  AGN, caj. 36, n° 5 VI (V/1378).
  • 170  M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte»…, p. 93 et 94, et 104.
  • 171  BnF, fr. 26004, n° 1299.
  • 172  AGN, reg. 105, fol. 40r°.
  • 173  BnF, fr. 25966, n° 189.
  • 174  Le compte…, p. 384.
  • 175  Ibid., p. 67.
  • 176  Ibid., p. 453.
  • 177  Ibid., p. 22 et 312.
  • 178  Jacques Argonel était garde des sceaux du roi à Olite en 1355 (AGN, caj. 12, n° 96). On le trouve (...)
  • 179  Suzanne HONORÉ-DUVERGÉ, « Un testament de Charles le Mauvais (1361) », in : Émile-Aurèle VAN MOÉ, (...)
  • 180  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 434 p. 124. L’infant Louis nomme Pierre Gobart ave (...)
  • 181  AGN, caj. 10, n° 9 I, leg. 33, n° 1 et caj. 10, n° 9 II (comptes d’hôtel du roi).

35Ces exemples montrent qu’avoir été serviteur d’un officier a participé du choix du roi. Ils montrent aussi que la compétence a aussi été un facteur de décision : dans trois cas au moins, on vient de le voir, les responsables des chambres aux deniers avaient une précédente expérience de comptable comme clerc d’un maître déjà en place. Ce ne sont pas les seuls du genre. D’autres, à l’instar d’Aubery ou de Magdeleine, ont acquis une expertise en matière de comptabilité dans l’hôtel lui-même, comme clerc de département, ce qui les amenait à tenir une comptabilité particulière161. Ainsi de Juan Jiménez de Pamplona, clerc de la dépense de l’hôtel de l’infant Louis162, que ce dernier choisit pour remplacer Simon Ridel en 1363163. Jean d’Anet a été clerc de la fourrière164 puis clerc de l'écurie165 ; Simonnet de Mucy clerc de l’échansonnerie dans l’hôtel de Charles en 1361 dans la principauté166, charge qu’il continua d’exercer en Navarre après y avoir été appelé167. Pierre de Villers, quant à lui, a été clerc de la paneterie dans le royaume168, et Salvadoret de Lixca, successivement clerc de la fuiterie169, puis de l’écurie, et enfin de la cuisine170. Cela fait donc huit responsables de chambre qui ont exercé antérieurement à leur nomination des fonctions comptables dans tel ou tel hôtel. Cette compétence a pu être acquise en dehors des hôtels. Jean Climence a été « commissaire sur le fait des finances de mons. es parties de par deça » en 1358171. Pierre Godeille a été chargé d’une recette en 1362, dont la nature est ignorée172. Thomas Maupetit était receveur de Regnéville en 1367173, et peut-être vicomte et receveur de Valognes174 quand Charles lui confia sa chambre aux deniers de septembre 1370 à janvier 1371175, à moins qu’il ne s’agisse du clerc homonyme du vicomte de Mortain documenté en juillet 1370176. Raoul de Villers a été garde des garnisons du château de Cherbourg, en 1367 et 1371177, et Charles en fit le commis sur le fait de sa chambre aux deniers de janvier à septembre 1370. Jacques Argonel était receveur d’Olite178. L’origine italienne de Plaisance fait-elle de lui un comptable ? L’idée est hasardeuse, mais pas totalement incongrue. Il figure dans le testament de Charles de 1361 dans la rubrique « tant pour le fait de nostre delivrance comme pour autres servises a nous faiz »179. Quels étaient ces services ? Certainement pas une participation active dans l’épisode de l’évasion, peut-être son financement. On peut donc avancer que treize comptables (sur vingt-quatre) étaient des hommes expérimentés lorsqu’ils prirent la responsabilité d’une chambre aux deniers. Ce chiffre, élevé, passe à quinze si on lui adjoint deux comptables suffisamment experts pour qu’ils se soient vu confier des opérations de contrôle : il s’agit, d’une part, de Pierre Gobart, qui, avec Jean le Sénéchal notamment, lui-même maître de la chambre, fut commissionné pour auditionner les comptes de la trésorerie du royaume et des recettes locales en 1350180, et, d’autre part, de Simon Ridel dont on voit la signature sur les arrêtés de vérification des comptes de l’hôtel de Charles pendant le séjour de ce dernier en Navarre, sous le sobriquet de Symonnet Ridel181. Bref, seize maîtres sur vingt-quatre avaient une expertise en matière de comptabilité.

Parcours professionnels

  • 182  Avec un autre clerc de Charles II, « comissarios sobre las restanças devidas en la thesoreria », B (...)
  • 183  Ibid., n° 166.
  • 184  AGN, caj. 25, n° 42 III (27/III/1369), et caj. 25, n° 42 LV (IX/1369).
  • 185  M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte… », p. 101.
  • 186  AGN, reg. 206, fol. 2r°. Ces travaux semblent avoir duré au moins jusqu’en 1400 (AGN, reg. 261, fo (...)
  • 187  AGN, caj. 13, n° 130 XXIX (26/VII/1360).
  • 188  BnF, fr. 26014, n° 2076 (18/XII/1377).
  • 189  AGN, reg. 62, fol. 340r°.
  • 190  Jean le Sénéchal était chapelain, en même temps que maître de la chambre aux deniers de Charles II (...)
  • 191  Qualifié de chapelain du roi en 1382 (AGN, caj. 54, n° 14).
  • 192  AGN, reg. 26, fol. 317r°. Il était aussi chapelain du comte (Guillaume MOLLAT (éd.), Jean XXII (13 (...)
  • 193  Iñigo MUGUETA, El dinero de los Évreux. Hacienda y fiscalidad en el reino de Navarra, 1328-1349, P (...)
  • 194  Loc. cit.
  • 195  AGN, caj. 41, n° 37, publiée partiellement dans Jules Auguste BRUTAILS, Documents des Archives de (...)
  • 196  Archivo General…, t. 4, n° 1677.
  • 197  Ibid., t 4, n° 1646 (acte daté de Pampelune du 12 septembre 1366, pris « Par le roy, signé Pierre (...)
  • 198  BnF, PO 2903, doss. 64565 (des Moulins en Normandie), n° 6 (acte daté de Gavray du 6 mai 1378 pris (...)
  • 199  À partir de 1356 (Archivo General…, t. 1, n° 165, acte daté du Pont-Audemer du 31 janvier 1356, pr (...)
  • 200  À partir de 1351 pour le compte de Charles II (Archivo General…, t. 1, no 63, acte daté d’Estella (...)
  • 201  À partir de 1364 (Archivo General…, t. 3, n° 1059, acte daté d’Olite du 8 avril 1364 pris « Par le (...)
  • 202  À partir de 1365 pour le compte du roi (Archivo General…, t. 3, n° 1360, acte daté de Pampelune du (...)

36Ces comptables ont-ils exercé d’autres fonctions pendant qu’ils étaient maîtres de chambre aux deniers ? Ils furent parfois appelés à des responsabilités temporaires qui n’étaient pas sans rapport avec leurs compétences. Louis de Navarre confia ainsi en 1361 à Pierre Gobart la mission de collecter ce qui restait encore dû au Trésor royal des années antérieures182. L’expertise de ce clerc était telle que le même Louis le joignit en août 1361 aux deux commissaires qu’il avait déjà nommés pour auditionner la comptabilité du trésorier du royaume183. Jean du Tilleul se vit confier la responsabilité, entre mars et septembre 1369, de lever une imposition dans les merindades de La Ribera, Tudela et d’Estella et la ville d’Olite184, comme Gillot de Quesnel fut en 1385 receveur dans la merindad d’une autre imposition et en 1386 dans celle de Sangüesa185. Après la mort de Charles, son fils et successeur confia à Quesnel en 1389 la supervision des travaux aux palais d’Olite186, tout en le maintenant dans ses fonctions à la chambre aux deniers de la comtesse de Foix et des infantes. Jacques Argonel était en même temps que receveur d’Olite, receveur de la pecha de tous les juifs du royaume187. Un autre cumul de fonctions s’observe dans quatre autres cas, sans lien entre les deux, celle de comptable et de chapelain. Ainsi de Jean Chapelle, commis pour le fait de la chambre aux deniers de Pierre de Navarre pendant sa lieutenance en 1377-1378 dans la principauté188, de Pierre Gobart, maître de la chambre aux deniers de l’hôtel du roi, ainsi qualifié en 1350189, de son prédécesseur Jean le Sénéchal190, et de Gillot de Quesnel191, un de leur successeur commun. Cette double fonction s’observait déjà sous les règnes des père et mère de Charles : Jean de Paris, chapelain de la comtesse Jeanne d’Évreux192, était aussi maître de sa chambre aux deniers en 1328/1331193. Un de ses prédécesseurs Philippe de Lagny, maître de la chambre aux deniers du comte Philippe en 1328-1331194 dans l'ordonnance organisant l'hôtel du jeune comte d’Évreux en 1319, était aussi chargé de chanter les messes et de s'occuper des aumônes195. Le dernier exemple de cumul de fonctions concerne celui de comptable et de clerc de chancellerie : Perrinet Magdeleine passa ainsi dans le courant de 1366 de la chambre aux deniers à la chancellerie196, et sa signature apparaît ensuite au bas des actes de Charles de Navarre197, et aussi au bas de ceux de l’infant Charles après qu’il fut désigné comme clerc de sa chambre aux deniers198. On voit également la signature de d’Achères199, Gobart200, Godeille201, du Tilleul202 au bas d’actes du roi ou de la reine ou encore de Louis de Navarre et de Pierre de Mortain.

  • 203  Il conserva sa charge jusqu’en 1380 au moins (AGN, caj. 41, n° 1 XLI).
  • 204  Receveur de la merindad d’Estella entre 1373 et 1378 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, (...)
  • 205  Receveur de la merindad d’Estella en 1367 et 1369 (Archivo General…, t. 4, n° 1806, et AGN, reg. 1 (...)
  • 206  Receveur de la nouvelle circonscription d’Olite en 1399 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administració (...)
  • 207  Attesté entre 1352 (AGN, reg. 79, fol. 80r°) et 1354 (AGN, reg. 75, fol. 80r°).
  • 208  Attesté de septembre 1362 (BnF, Clair. 92, fol. 7179r°, n° 94) à janvier 1371 (Le compte..., p. 12 (...)
  • 209  Une première fois en 1364, et une seconde fois en 1367-1368 (voir l'index des tomes V, VI et VII d (...)
  • 210  M. NARBONA CÁRCELES, op. cit., p. 207.
  • 211  Trésorier de 1334 (AGN, caj. 7, n° 57), à 1341 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, « La alta administración (...)
  • 212  Auditeur de la chambre des comptes du royaume à partir d’au moins 1383 (AGN, caj. 47, n° 74 VI), e (...)
  • 213  Nommé conseiller et auditeur de la chambre des comptes du royaume le 1er septembre 1383 (Fr. J. ZA (...)
  • 214  Il passa alors à la chambre des comptes d'Évreux où il exerça la charge d'auditeur (BnF, fr. 26013 (...)
  • 215  « Par compte fait a Evreux le iiie jour de septembre ccclxxvi, presens J. Roussignol, J. Climence, (...)

37La dernière question que l’ont peut poser concerne la manière dont leur carrière se prolongea après leur passage dans une chambre aux deniers. Jacques Argonel continua d’exercer sa fonction de receveur d’Olite après avoir assuré les dépenses de l’hôtel de l’infante Marie203. Nicolas de Plaisance exerça des fonctions de receveur local dans le royaume204, comme Juan Jiménez de Pamplona, ancien maître de la chambre aux deniers de Louis de Navarre205, et Simon de Beuzeville, ancien responsable de la chambre aux deniers de la comtesse de Foix206. Deux devinrent trésoriers de la principauté (Jean le Sénéchal207 et Jean Climence208). Un autre, Jean d’Anet, occupa à deux reprises les fonctions de trésorier des guerres dans le royaume209. Jean le Roux, sous le règne de Charles III, se vit confier en 1404 la charge de trésorier du duché de Nemours, fief reçu en échange de l'héritage normand paternel210. Ce genre de promotion à la plus haute des charges financières n’est pas une particularité du règne de Charles, on la trouve aussi pour Jean de Paris, maître de la chambre aux deniers de la reine Jeanne, qui fut trésorier du royaume211. D’autres comptables terminèrent leur carrière comme auditeurs des comptes, que ce soit à la chambre des comptes d’Évreux ou à celle de Pampelune : Nicolas de Plaisance212 et Pierre Godeille213 en Navarre ; Jean Climence214 et Jean d’Anet215 dans la principauté. De contrôlés, les comptables devenaient ainsi contrôleurs. Pour conclure temporairement, c’est bien l’exercice de la comptabilité qui domine dans le parcours de ces clercs et maîtres des chambres aux deniers. Il permit, pour certains, de faire, dans cette branche, une belle carrière pour atteindre d’éminentes hautes fonctions (et responsabilités) de trésorier et d’auditeur, qui leur donnaient de surcroît rang de conseiller.

  • 216  Archivo General…, t. 3, n° 1408 (12/IX/1365).
  • 217  Qualifié de secrétaire du roi de Navarre en 1372 (AGN, caj. 27, n° 78 VIII [2/XI/1372]).
  • 218  Qualifié de notaire et secrétaire du roi (AGN, caj. 32, n° 16 II [25/X/1376]).
  • 219 Nommé le 20 juin 1369 par Charles II, au moment de son départ pour la France, secrétaire de son fil (...)
  • 220  Avant eux, un de leurs collègues, Pierre Gobart, se vit confier en avril 1361 par Louis de Navarre (...)
  • 221  Après la signature de la paix de Murviedro (juillet 1363) sous l’égide navarraise entre la Castill (...)
  • 222  Le compte…, p. 341.
  • 223  Archivo General…, t. 5, n° 1935.
  • 224  Le compte..., p. 364, 365.
  • 225  Ibid., p. 391. Il s’agissait de renégocier le traité de Paris de 1365 qui avait sanctionné la défa (...)
  • 226  Ibid., p. 300, 364, 366.
  • 227  Ibid., p. 368 et 389.
  • 228  Ibid., p. 373.
  • 229  Ibid., p. 82.
  • 230  Michael JONES, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, t. 1, n° 1-430 (1357-1382), Paris : (...)
  • 231  AGN, caj. 26, n° 95 LV, et caj. 26, n° 62 II.
  • 232  Sur cette lieutenance, voir Ph. CHARON, « Jeanne de Valois, reine de Navarre et comtesse d’Évreux (...)
  • 233  AGN, reg. 130, fol. 113v° (12/IX/1369).
  • 234  AGN, caj. 25, n° 37.
  • 235  AGN, caj. 26, n° 67 V.
  • 236  AGN, caj. 21, n° 65 VI, et Archivo General…, t. 4, n° 1700.
  • 237  Sur le contexte de ces négociations, José AntonioMUNITA LOINAZ, « Intereses político-estratégicos (...)
  • 238  Le compte…, p. 381. En mars 1371, eut lieu la prestation de l’hommage de Charles II à Charles V. L (...)
  • 239  AGN, reg. 144, fol. 94r° (ordre du 29/XII/1372 de lui payer ses dépenses).
  • 240  José Ramón CASTRO ÁLAVA, Carlos III el Noble, Pampelune : Institución Príncipe de Viana / Diputaci (...)
  • 241  AGN, caj. 32, n° 9 VII et VIII.
  • 242  AGN, reg. 156, fol. 31r°.
  • 243  La paix entre Foix et Armagnac se conclut le 3 février 1377 (André WALCKENAER, « Louis Ier, duc d’ (...)
  • 244  AGN, reg. 159, fol. 30r°.
  • 245  AGN, caj. 39, n° 20 I.
  • 246  AGN, caj. 42, n° 44 IV, mentionné dans reg. 163, fol. 30v°.
  • 247  Il se rend en Bretagne en décembre 1384, avec Francés de Villaespesa, le trésorier Planterose et J (...)
  • 248  AGN, caj. 45, n° 26 III (quittance 22/X/1384 de 300 fr. pour ses dépenses à venir).
  • 249  AGN, caj. 46, n° 26 et reg. 179, fol. 35r°. Le séjour de ces ambassadeurs semble avoir duré près d (...)
  • 250  B. LEROY, « Les hommes de gouvernement…», p. 618.

38Certains sont sortis de cet « enfermement » comptable, et singulièrement ceux qui étaient aussi secrétaires « directs » du roi ou de la reine. Tel est le cas de quatre des vingt-quatre comptables du corpus considéré. Leur double qualité de clerc de chancellerie et de clerc de chambre aux deniers leur valut peut-être d’être distingués à la fonction officielle de secrétaire. Ainsi de Pierre d’Achères216, Pierre Godeille217, Perrinet Magdeleine218, et Jean du Tilleul219. Ils furent envoyés auprès de cours étrangères, seuls ou accompagnés d’hommes de l’entourage politique de Charles, conseillers ou négociateurs. Ces  envois, surtout dans le deuxième cas, ont pu ressortir d’une considération pratique, celui de disposer d’un notaire ou secrétaire à même de « prendre des notes » pendant les discussions, de dresser des actes etc. Mais les missions accomplies, dans le premier cas, peuvent ressortir, elles, à celles d’un diplomate220. D’Achères prit ainsi part aux pourparlers avec l’Aragon en 1363 et 1364 qui aboutirent au rapprochement des deux royaumes221. Il fut délégué en France en janvier 1368 en compagnie du captal de Buch et d’un conseiller de Charles pour parler au roi de France « de certaines besoignes »222. Il s’y trouvait de nouveau en septembre de la même année « pour [les] besoignes [du roi] »223. Il revint de cette mission en mars de l’année suivante, et fut de la suite qui accompagna le roi dans sa principauté. Une fois en Normandie, il se rendit avec le chancelier à Paris à la fin de l'année 1369, toujours « pour les besoignes de monseigneur »224, et fit ensuite un séjour prolongé dans la capitale entre mars et août 1370 « qu’il fut continuelment a Paris pour la poursuite des besoignes de monseigneur » sur fond de négociations entre les cours de France et de Navarre225. Son collègue, Perrinet Magdeleine, remplit un rôle analogue : il se rendit par deux fois à Paris sur ordre du roi avant de gagner la Navarre en avril 1370226 ; de retour dans la principauté en août suivant, il fut envoyé en août 1370 « en message devers maistre Pierre du Tertre et Jacquet de Rue qui y estoient », sans doute porteur de ce qui s’était dit à Paris227, et gagna à nouveau Paris en octobre 1370 « devers le roy [de France] et retournant devers monseigneur a Carentan pour certaines besoignes qui li avoient esté chargees par mond. seigneur »228. On ne connaît pas davantage la nature exacte des missions confiées à Perrinet : même si elles peuvent s’apparenter à celles celles de porteur de lettres (mais il y avait des chevaucheurs et messagers pour cela), elles devaient dépasser ce cadre restreint compte tenu de leurs destinations et du contexte de négociations dans lequel elles prenaient place. Perrinet se rendit aussi en Bretagne avant janvier 1371 « pour sez besoignes [du roi] »229 : était-ce pour préparer un rapprochement avec le duc Jean IV ? Le 24 novembre 1371 Charles désignait en effet ce dernier en qualité de lieutenant dans sa principauté230. Perrinet se trouvait à Logroño en Navarre en février 1372 pour préciser les points en suspens concernant l’application de l’accord que venait de conclure la reine avec la Castille231. Jean du Tilleul apparaît plus en retrait, est-ce parce qu’il était maître de la chambre aux deniers d’un hôtel féminin ? Quoi qu’il en soit, la reine Jeanne, pendant sa lieutenance dans le royaume de juin 1369 à août 1372232, confia à son secrétaire plusieurs missions, telle celle d’aller voir le comte de Foix en septembre 1369 sans doute pour le convaincre de reprendre son épouse233, de se rendre en octobre suivant en Aragon (avec lequel elle cherchait à consolider la paix avec en arrière-plan la menace castillane) et en Guipúzcoa (province castillane conquise par Charles en 1368 et que menaçait le nouveau roi Henri de Trastamare)234, et de visiter en mars 1372 les frontières du royaume dans le cadre de la paix qui venait dernièrement d’être signée avec la Castille235. Plus probant encore pour se convaincre du rôle de ces secrétaires dans les pourparlers et les relations diplomatiques est le cas de Pierre Godeille. Charles le désigna début septembre 1366, avec l’alférez du royaume et l’un de ses conseillers, comme procureur pour concrétiser les pourparlers de Bayonne236 qui débouchèrent sur le triple traité de Libourne entre l’Angleterre, la Castille et la Navarre237. Il l’envoya avec d’autres à Paris devers le roi de France en janvier 1371 « pour ses besoignes »238, et à Barcelone en novembre et décembre 1372239 auprès du cardinal de Boulogne dont le pape avait fait son légat, et auquel Charles confia un peu plus tard le soin d’arbitrer ses différends avec la Castille240. En juin 1376, Godeille était auprès du roi de Castille241, et à la fin de cette même année à Tarbes auprès du duc d’Anjou242 dans le cadre des négociations de paix entre Foix et Armagnac pour lesquelles Charles avait offert ses bons offices243. Il effectua fin 1377 – début 1378 un voyage auprès de Gaston Fébus dans le contexte d’une tentative de rapprochement entre Navarre et Foix244. En mars 1379, en pleine attaque du royaume par la Castille, il se rendit à Dax et dans d’autres lieux de Gascogne, avec le trésorier du royaume et l’homme de guerre Bertucat d’Albret que Charles avait pris à son service, pour traiter de « ciertos negocios » du roi et recruter des gens d’armes pour la défense du pays245. Il alla également en Bretagne en juin 1379, peut-être pour solliciter l’aide bretonne246. Il fut des négociateurs du mariage de l’infante Jeanne avec le duc de Bretagne Jean IV de Montfort247. Son homologue, Juan Ceilludo, fut relevé en 1384 de ses fonctions de clerc de la chambre de l’hôtel de Charles pour participer à une ou plusieurs ambassades à Avignon avec l’évêque de Pampelune chancelier du royaume248 sur « sur le fait des paix avec la France »249. Sans doute Charles avait-il déjà pu apprécier ses capacités, et pas uniquement en matière de comptabilité : il récompensa les services de ce clerc en le nommant son secrétaire en 1385 après son ambassade avignonnaise250.

39Ces secrétaires particuliers, anciens comptables de chambres aux deniers, bénéficiaient de la confiance du roi. À cet égard, il faut citer un passage de l’acte de nomination de Juan Ceilludo comme secrétaire par Charles le 25 avril 1385 :

voulons et nous plest que d’ores en avant, de nous, officiers et subgés, il soit tractiés et cogneus en toutes choses pour nostre secretaire, et use et joysse de tels franchises et libertés comme sont e doivent fere nos autres secretaires e familiers continuels de nostre ostel, lequel voulons et nous plest que intre e saille, appelé ou non appelé, en touz nos conseils secrés e autres quelconques.

  • 251  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 285 p. 91.
  • 252  AGN, caj. 54, n° 43 VIII (4/V/1388).
  • 253  AGN, caj. 15, n° 80 IV. La présence du roi dans la capitale du duché anglais est attestée à la dat (...)
  • 254  AGN, caj. 52, n° 11 IV.

40La marge de manœuvre de Ceilludo est exceptionnelle, elle traduit la véritable confiance du roi – il en avait fait en 1380 le garde de ses coffres251. Son rang de secrétaire lui donnait pour ainsi dire celui de conseiller, sans en avoir le titre. Godeille se le vit conférer officiellement par Charles III qui le garda à son service252. Leur compétence initiale continua toutefois de les accompagner : Godeille assura la comptabilité du déplacement de Charles à Bordeaux en octobre-novembre 1378 lorsque ce dernier se rendit dans la capitale du duché de Guyenne pour réclamer l’aide anglaise face à l’invasion castillane253, et c’est à Ceilludo que l’on confia le soin d’examiner, avec le trésorier du royaume et un conseiller de Charles III, les dépenses des obsèques de Charles II254.

Conclusion

41Les comptables des chambres aux deniers des Évreux-Navarre assuraient, comme leurs homologues d’autres cours, le paiement, au bureau, des charges de l’hôtel, et en premier lieu celles des métiers. Pour cela, malgré les assignations qui étaient faites sur telle ou telle recette locale, ils devaient se préoccuper que ces dernières fussent bien versées, ou se procurer l’argent nécessaire, munis de mandements du roi. Ils payaient aussi des dépenses qui n’entraient pas dans les rubriques des métiers, allant de fournitures pour eux-mêmes, à des frais vestimentaires, médicinaux ou de dévotion, des gratifications en argent ou en nature aux officiers de l’hôtel, en passant par des dons aux représentants des princes étrangers et des défraiements de messagers envoyés auprès de ces derniers. Ils exécutaient enfin les ordres que leur donnait directement le roi, ce qui donnait à la chambre aux deniers l’allure d’une caisse comme une autre dont le monarque se servait. Toute leur activité se traduisait par la tenue d’une comptabilité en recettes et dépenses, qui était contrôlée : ce contrôle permettait d’établir si les premières avaient, ou non, couvert les secondes.

42Ces comptables ont majoritairement été Français (80 % de l’effectif), et clercs d’Église (au deux tiers). Leur passage à la tête d’une chambre aux deniers se fit plutôt en milieu de carrière, et celui-ci fut court, moins de quatre ans en moyenne, même si sont observés des passages dépassant les dix ans. Ces courtes occupations du poste ne reflètent pas leur longue carrière au service des Évreux-Navarre de dix-sept ans en moyenne, mais toujours plutôt versés dans la comptabilité, domaine dans lequel deux tiers avaient une expérience comptable avant d’occuper le poste. Il y eut pour six d’entre eux de très beaux parcours ensuite, jusqu’aux fonctions de trésoriers ou d’auditeurs de chambre des comptes. Mais seuls ceux qui furent distingués aux fonctions de secrétaire personnel du roi, de la reine ou de l’infant Charles (soit quatre sur vingt-quatre), sortirent de la spécialité comptable qui avait tenu enfermé leurs collègues.

Haut de page

Notes

1  Élisabeth GONZALEZ, Un Prince en son Hôtel. Les serviteurs des ducs d’Orléans au XVe siècle, Paris : Publications de la Sorbonne, 2004.

2  Philippe CHARON, « Un hôtel royal et ses dignitaires au XIVe siècle, l’exemple de l’hôtel de Charles II roi de Navarre », Revue historique, 2013, n° 667, p. 507-548. Voir aussi les travaux de Béatrice LEROY sur la cour des rois de Navarre, notamment, « À la fin du Moyen Âge, des sociétés en cours de définition, l’exemple de la Navarre », in : Les sociétés fermées dans le monde ibérique (xvie-xviiie siècles). Actes de la table ronde des 8 et 9 février 1985 organisée par la maison des pays ibériques, Paris : CNRS, 1986, p. 13-29; « La cour des rois de Navarre dans la deuxième moitié du XIVe siècle et au début du XVe siècle, une rencontre de techniciens », Anuario de estudios medievales, 16, 1986, p. 307-318 (repris dans Ead., Le royaume de Navarre à la fin du Moyen Âge : gouvernement et société, Londres : Variorum reprints, 1990, article VII) ; « La cour des rois Charles II et Charles III de Navarre (vers 1350-1425) : lieu de rencontre, milieu de gouvernement », in :Adeline RUCQUOI (éd.), Realidad e imagínes del poder : España a fines de la Edad Media. Actes du colloque Genèse médiévale de l’Espagne moderne, 1370-1516 (Madrid, 5-7 nov. 1987), Valladolid : Ámbito, 1988, p. 233-249, et « L’animation de la cour de Navarre (vers 1350-vers 1430) », in :Jean-Louis KUPPER et Alain MARCHANDISSE (éd.), À l’ombre du pouvoir. Les entourages princiers au Moyen Âge. Actes du colloque international (Liège, mai 2000), Liège : Publications de l’université de Liège, 2003, p. 235-244.

3 Nelly ONGAY, « Notas para una historia de los "hostales" reales (Reino de Navarra, siglo XIV) », Cuadernos de historia de España, 77, 2001-2002, p. 41-56.

4 Cette imprécision terminologique a été relevée par María Raquel GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte de Navarra (1384-1387) », Príncipe de Viana, 52, 1991, n° 192, p. 85-110, p. 97. Cet article aborde notammentla question de la chambre aux deniers du roi pendant les trois années qui ont précédé la mort de Charles II.

5 María NARBONA CÁRCELES, La corte de Carlos III el Noble, rey de Navarra : espacio doméstico et escenario del poder, 1376-1415, Pampelune : EUNSA, 2006.

6 Voir le tableau généalogique en annexe.

7 Un premier essai de ce genre a été fait par Francisco Javier ZABALO ZABALEGUI, La administración del reino de Navarra en el siglo XIV, Pampelune : Universidad de Navarra, Facultad de filosofía y letras, 1973, p. 85-90.

8 Maurice REY, Les finances royales sous Charles VI. Les causes du déficit, 1388-1413, Paris : SEVPEN, 1965, p. 55.

9 « Fueron dados a moss. Raoul Ysaac, cometido por el fecho de la cambra a los dineros de mons. moss. Pierres de Navarra, conte de Mortaing, por mandament del rey datum en Olit el Ve dia de febrero anno lxxv por convertir en la despensa de mi dicho seynnor Pierres en yendo en Francia, iim l. » (Archivo General de Navarra [ci-après AGN], reg. 153, fol. 53v°).

10 3 000 florins remis par le trésorier du royaume au commissaire sur le fait de la chambre aux deniers de l’infant Charles « pour convertir en las expensas de su yda en Francia » (AGN, reg. 159, fol. 48v°).

11 AGN, caj. 24, n° 39, fol. 13r°.

12 Quittance 12/X/1377 de 800 L. carlines (AGN, caj. 33, n° 101 XII).

13   Trésorerie du royaume : 2 000 florins remis au clerc de la chambre aux deniers du roi le 23 février 1369 (María Teresa RUIZ SAN PEDRO (éd.), Archivo General de Navarra. Documentación real de Carlos II (1349-1387), 5 vol. parus, Donostia : Eusko Ikaskuntza, 1997-2001, t. 5, n° 1998). Trésorerie de la principauté : sommes versées mensuellement à partir de juillet 1369 (Eugène IZARN (éd.), Le compte des recettes et dépenses du roi de Navarre en France et en Normandie de 1367 à 1370, Paris : A. Picard, 1885, p. 63-67). Trésorerie de Montpellier dont Charles a été le seigneur entre 1365 et 1387 : « Item, de Guillaume de Clappiers, tresorier pour le roy mon dit seigneur a Montpellier, comme appert par mes cedulles par xi parties ... » (AGN, caj. 24, n° 39, fol. 13).

14 Exemples : quittance 12/XII/1366 du maître de la chambre aux deniers du roi au receveur de l’imposition dans la merindad d’Estella (AGN, caj. 21n n° 89 VIII), et quittance 26/V/1386 du clerc de la chambre aux deniers de l’infant au receveur (AGN, caj. 52, n° 37 IV).

15  Par exemple : quittance 17/VII/1367 de Nicolas de Plaisance au receveur de l’emprunt fait sur la ville d’Estella. (AGN, caj. 22, n° 81 XLVIII).

16  Exemple de sommes provenant des caisses du roi : « Item, receu d’argent prins es coffrez du roy par la main de Guillaume des Moulins, comme appert par mes cedulles donnees sur ce par ix parties…. » (AGN, caj. 24, n° 39, fol. 13). Exemple de transferts : quittance 16/V/1363 du clerc de la chambre aux deniers de la reine au maître de la chambre aux deniers du roi de 1 200 florins (AGN, caj. 17, n° 87 XLV).

17  Quittances 16/VII et 8/VIII/1367 du maître de la chambre aux deniers du roi à son homologue de celle de la reine (AGN, caj. 22, nos 81 XXXVII et XXVIII). Ordre 24/V/1374 de Charles II de faire un transfert d’argent de sa chambre aux deniers à celle de son fils Pierre, (AGN, caj. 28, n° 51 XI).

18  AGN, reg. 111, fol. 36v°.

19  Ph. CHARON, « Jeanne de Valois, reine de Navarre et comtesse d’Évreux (1343-1373), En la España medieval, 32, 2009, p. 7-50, p. 22-23.

20  Nombreuses quittances aux receveurs des pechas des juifs dans les merindades en 1359 et 1360 (Catalogo del Archivo General de Navarra - Seccion de comptos, documentos, 50 vol., Pampelune : Diputación foral de Navarra, 1952-1974, t. 3, verbo Ridel).

21  Florencio IDOATE, Un registro de cancillería del siglo XIV, Pampelune : Institución Príncipe de Viana, 1959, n° 587, p. 348 (tiré-à-part de Príncipe de Viana, vol. 74 et 75).

22  AGN, caj. 39, n° 14 V.

23  AGN, reg. 130, fol. 134r° (compte de l’hôtel de la reine, X/1369).

24  « A Jehannin Aubery, pour ses despenz faiz par iiii jours allant en (sic !) venant a l’Estelle avoir argent, de lui, d’un vallet et de ii chevals » (AGN, reg. 130, fol. 47v°, compte de l’hôtel de la reine, 8/IV/1369).

25  AGN, caj. 16, n° 25 I (compte de l’hôtel du roi, 9/XI/1361).

26  « A J. d’Anet, demourant a Pampelune par iii jourz et une disnee pour avoir argent » (AGN, caj. 68, n° 4 II, compte de l’hôtel du roi, 5/IX/1362).

27  « A Symon Ridel, despens faiz a Pampelune par vi jours en atendant deniers pour paier » (AGN, leg. 33, n° 3, compte de l’hôtel de Louis de Navarre, 28/VIII/1356).

28  « A li, pour i sommier qui apporta argent de Tudelle en ceste ville [d’Olite] » (AGN, reg. 146, fol. 7r°, compte de l’hôtel de la reine, 9/I/1373).

29  « Item, pour louier d’un mulet par iii jourz » (AGN, caj. 68, n° 4 II, compte d’hôtel du roi, 5/IX/1362).

30  AGN, caj. 48, n° 104 II, et caj. 52, n° 46 VIII.

31  AGN, caj. 52, n° 59 I (28/VII/1386).

32  AGN, reg. 117, fol. 46r° (compte de l’hôtel de la reine, 22/I/1366).

33  « A li, pour sas a metre argent » (AGN, reg. 146, fol. 7r°, compte de l’hôtel de la reine, 9/I/1373).

34  « A li, pour vi bourses de cuir pour la chambre aux deniers » (AGN, reg. 142, fol. 11v°, compte de l’hôtel du roi, 19/XII/1371).

35  « Pour unes bezasses pour la chambre aux deniers » (AGN, caj. 14, n° 163, compte de l’hôtel du roi, 15/XII/1361).

36  « A Ferrando de Mirande, i cofre pour mestre argent » (AGN, reg. 155, fol. 93r°, compte de l’hôtel de la comtesse de Foix, 6/VII/1376).

37  AGN, reg. 146, fol. 15r° (compte de l’hôtel de la reine, 24/I/1373).

38  « A Gillot, pour une serreure a un coffre pour la chambre aux deniers » (AGN, reg. 142, fol. 35v°, compte de l’hôtel du roi, 22/III/1372). Autre exemple : « A li, … pour apparillier les coffres et pour ii serreures qui ont esté mises en un des coffres [de la chambre aus deniers]…. » (AGN, reg. 120, fol. 353r°, compte d’hôtel de la reine, 10/XI/1366).

39  « A Gillot qu’il paia pour les gens d’armes de Jumieges a Rouen qui le conduirent parce qu’il portoit grant finance, por la desviner ( ?) à Rouen de xx hommes a cheval » (AGN, reg. 142, fol. 21v°, compte de l’hôtel du roi, 31/XII/1371). Il était en effet porteur de près de 10 000 francs (voir supra note n° 11).

40  N. ONGAY, « El Hostal de la infanta María (1365-1366) », Príncipe de Viana, 64, 2003, n° 228, p. 127-157, p. 145-146.

41  Les dépenses de dévotion ont donné matière à l’article de María Raquel GARCÍA ARANCÓN sur les pouvoirs « thaumaturgiques » de Charles (« Los Evreux, ¿reyes “taumaturgos” de Navarra? », Príncipe de Viana, 51, 1990, n° 189, p. 81-88, p. 85).

42  « Baillié a Rogier, page de mons., pour porter lettres au conseil a Pampelune par ii jours » (AGN, caj. 194, n° 11, compte de l’hôtel de l’infant Louis, 2/III/1360). Autre exemple : « A li, pour pluseurs lettres envoyés porr la roy VIIIe jour d’octembre et ses varlez et chevals et benos villes pour venir a l’Ostelle pour aver conseil sur le fait du rayaume » (AGN, reg. 123, fol. 91r°, compte de l’hôtel du roi, 4/XI/1367).

43  « A i varlet qui li aporta lettres des treves de Castelle que mess. Jehan Remiriz envoia » (AGN, caj. 38, n° 38, compte de l’hôtel de la reine, 29/VI/1369). Autre exemple : « Baillé du commandement du roy a un valet de mess. Philippe de Savoisy qui apporta nouvelle que la royne de France avoit eu un fils » (AGN, reg. 142, fol. 38v, compte de l’hôtel du roi, 27/III/1372)

44  « Pour don fait par mons. a un vallet du sire de Lescun qui li presenta une haquenee » (AGN, caj. 24, n° 24 I, compte de l’hôtel de l’infant, 26/II/1361). Autre exemple : « A Jehannin Aubery, que la royne a fait donner au fauconnier de mess. Bertran de Claquin qui luy presenta ii lanerez de par le dit mess. Bertran » (AGN, reg. 130, fol. 37r°, compte de l’hôtel de la reine, 22/II/1369).

45  « Pour deniés donnez par mons. au messager du conte de Foiz » (AGN, caj. 10, n° 9 III, compte de l’hôtel de l’infant Louis, 12/VI/1356). Autre exemple : « Au roy des heraus de France, x fr ; aux menestreux du roy, viii fr. (fragment d’un compte des dépenses de l’hôtel de Pierre de Mortain en Normandie, 14/II/1378, Michel NORTIER, Documents normands du règne de Charles V conservés au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Paris : Bibliothèque nationale de France / Rouen : Société de l’histoire de Normandie, 2000, p.j. n° 8, p. 381).

46  « A mess. P. d’Achere, pour pou compté d’un messager porter lettres a mess. Jehan Chandoz, au captal et a pluseurs autres chevaliers a Poiters, a Bordeaux, a Tours et en pluseurs autres lieux » (AGN, reg. 110, fol. 12v°, compte de l’hôtel du roi, 26/IV/1363). Autre exemple : « Item, pour la despense de Jaquet de Rue et pluseurs gens en sa compagnie en alant a Toulosse devers le duc d’Anjo par comandement du roy depuis le IIIe jour de juillet jusques au mardi XVIIIe jour du dit mois… » (AGN, reg. 146, fol. 206v°, compte de l’hôtel du roi, 22/VII/1374).

47  « A Bernart, pour don a li fait en gardant la porte du roy en pluseurs parties tant que le prince fu en Navarre » (AGN, leg. 33, n° 12, fol. 18v°, compte de l’hôtel du roi, 21/X/1367). Autre exemple : « Item, qu’il paia a Arnaut d’Esparce, connestable de Cherebourc, pour les gaiges de lui, viiie d’ommes d’armes, que mon dit seigneur fist partir de Cherebourc en sa compaignie le IXe jour de decembre et le convoierent jusques a Saint Pierre sur Dive…. Item, au Basquin de Sole, pour lui, VIIe hommes d’armes qui, au mandement de mon dit seigneur, vindrent du Pont Audemer a l’encontre de lui a Saint Pierre sur Dive le XIIIIe jour du dit mois et d’illec alerent en sa compaignie jusques a Bretueil… (fragment d’un compte des dépenses de l’hôtel de Pierre de Mortain en Normandie, 18/XII/1377, M. NORTIER, op. cit., p.j. n° 8, p. 381).

48  « A li, autres lettres envoiez de Lagarda en la merintad de l’Estoille a pluseurs personnez, le VIe jour de mars, pour aller avequec le roy au Groing. A li, se jour, envoiez au prevost de la Navarrarie pour envoier aux fidalgos du païz et des bonez vilas pour aler aveque le roy devant Logroing… » (AGN, reg. 129, fol. 130v° et 131r°, compte d’hôtel du roi de 1368, année de la conquête de Guipúzcoa).

49  « A Calabre, Guillaume Periz et Guillaume Garin, pour pluseurs medecines pour le roy, les parties veuez par le maistre d’ostel et certiffiees par Mahieu de Coquereul… » (AGN, reg. 155, fol. 2v°, compte de l’hôtel du roi, 2/VIII/1375 à la date du 2). Autre exemple : « Baillé a Perrinet Godeille, pour ses depenz en alent et demourant et retournant par le commandement du roy a Congnac par devers le captal de Buch, parties veuez par le mestre d’ostel… » (AGN, caj. 16, n° 25 I, compte de l’hôtel du roi, 3/XI/1362).

50 Catalogo del Archivo General de Navarra…, t. 8,  verbo Quesnel.

51  « Item, pour la disnee de Jean le Seneschal demouré aprés le partement de mons. pour paier et pour autres demourans derriere semblablement » (AGN, caj. 10, n° 8, compte de l’hôtel du roi, 24/V/1350). De manière analogue, Jean le Sénéchal resta à Olite où le roi se trouvait le 25 juin, avant de rejoindre le roi à Pampelune (ibid., fol. 11r°).

52  AGN, reg. 110, fol. 8r° (compte de l’hôtel du roi, 16/IV/1362).

53  AGN, caj. 48, n° 82 II (ordre 1/IX/1384 de Charles II de payer à un huissier d’armes ses gages du temps où il s’est absenté, avec l’autorisation du roi, de l’hôtel, lesquels, en raison de cette absence, n’avaient pas été comptés par le maître d’hôtel au bureau). Autre exemple : AGN, caj. 44, n° 41 V (quittance 20/IV/1382 du physicien du roi pour reste de gages non comptés au bureau).

54  « A mess. Pere Garsel, qu’il presta au roy le iiiie jour de mars pour joer ad dez sellon ce qu’il apparu par cedulle signee de la main du roy, laquelle fu romppue au burel » (AGN, reg. 558, fol. 326, compte d’hôtel du roi, 9/III/1375).

55  « Item, pour un burel achaté pour la chambre as deniers du roy » (AGN, reg. 110, fol. 3r°, compte de l’hôtel du roi, 4/IV/1363).

56  AGN, caj. 24, n° 24 I (compte d’hôtel de l’infant Louis, 15/II/1361).

57  « A li, vi coudes de drap ver a faire un burel » (AGN, caj. 29, n° 2, fol. 16r°, compte d’hôtel du roi, 20/XI/1374).

58  « A li, pour fere fere un contouoir pour la chambre aus deniers et […] pour ii serreures qui ont esté mises en un des coffres et en l’uys du dit contouoir » (AGN, reg. 120, fol. 353r°, compte de l’hôtel de la reine, 10/XI/1366).

59  « A li, pour iic de contuers pour la chambre aux deniers » (AGN, leg. 33, n° 18, fol. 11v°, compte d’hôtel de la reine, 22/V/1372). Autre exemple : « A Gillot, pour iiic de gecteurs » (AGN, reg. 142, fol. 12r°, compte de l’hôtel du roi, 20/XII/1371).

60  L’inventaire des comptes d’hôtel conservés à l’AGN a été dressé, avec quelques inexactitudes et oublis pour le règne de Charles II, par Fernando SERRANO LARRÁYOZ et Margarita VELASCO GARRO, « Inventario de los hostales reales (XIV-XV) : fuentes contables del Archivo General de Navarra », Príncipe de Viana, 71, 2010, n° 250, p. 375-500.

61  AGN, caj. 24, n° 39, fol. 13r°-22r°.

62  AGN, reg. 188, fol. 390r°-399r°.

63  « A li, pour une escriptouere pour la chambre aus deniers » (AGN, reg. 117, fol. 48v°, compte de l’hôtel de la reine, 25/VI/1366).

64  « A Jehannin Aubery, pour deux escriptores pour la chambre aus deniers » (AGN, reg. 130, fol. 140r°, compte de l’hôtel de la reine, 22/X/1369).

65  « Pour un livre de pappier pour escrire les despens de mons. en la chambre aus deniers » (AGN, leg. 33, n° 3, compte de l’hôtel de l’infant Louis, 7/VIII/1356), et « Pour une dousaine de parchemins pour la chambre aux deniers » (ibid., 9/VIII/1356).

66  « A Salvadouret, pour viii peaux de parchemin… A li, pour faire rayné le dit parchemin » (AGN, reg. 188, fol. 72v°, compte de l’hôtel du roi, 7/III/1386).

67  « A Domigo l’espicier, une main de papier » (AGN, reg. 155, fol. 96r°, compte de l’hôtel de la comtesse de Foix et des infantes, 8/VII/1376).

68  « A li, pour une livre de cire roge » (AGN, caj. 37, n° 18 I, fol. 28r°, compte de l’hôtel du roi, 22/X/1379). Autre exemple : « A li, pour une livre et demie de cire blanche » (AGN, reg. 188, fol. 246v°, compte de l’hôtel du roi, 1/IX/1386).

69  « A lui, enque et i canivet pour la chambre aus deniers ». (AGN, reg. 117, fol. 19v°, compte de l’hôtel de la reine, 15/XII/1365). Autre exemple : « A li, ii livres de cire vermeille, i pot de terre a mettre ancre » (AGN, leg. 34, n° 3, fol. 22r°, compte de l’hôtel du roi, 21/IX/1374).

70  « Pour ii livres de chandelle de buef par viii jours pour escripre en la chambre aux deniers » (AGN, caj. 14, n° 163, compte de l’hôtel du roi, 25/XII/1361).

71 « A lui, pour ferre lier les livres d’un an et demi » (AGN, reg. 188, fol. 72v°, compte de l’hôtel du roi, 7/III/1386). Autre exemple : « A li, pour lier et toiller iii livrez pour la chambre aus deniers » (AGN, reg. 117, fol. 69v, compte de l’hôtel de la reine, 26/II/1366).

72  « Ce compte fu rendu par mons. J. le Seneschal a mons. Guillaume Auvre thresorier de Navarre, present mons. Johan de Gravelle [maître d’hôtel du roi] et moi Gobart, Oudinet d’Andeli, Symonnet Ridel et Loppe Loppiz d’Esteylla, clerc du dit thresorier, le secunt jour d’aoust mil CCC cinquante » (AGN, caj. 10, n° 9 I, compte de l’hôtel du roi, VII/1350). L’établissement d’un compte entre le comptable et le trésorier a continué à se pratiquer à une date tardive, comme en février 1378 entre le trésorier de la principauté et le clerc de la chambre aux deniers de l’infant Pierre de Navarre pour les dépenses de l’hôtel de ce dernier (M. NORTIER, Op. cit., p.j. n° 8). Sur le contrôle des comptes, voir notamment Philippe CONTAMINE et Olivier MATTÉONI (éd.), La France des principautés. Les chambres des comptes, xive et xve siècles. Actes du colloque tenu aux archives départementales de l’Allier, à Moulins-Yzeure, les 6, 7 et 8 avril 1995, Paris : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, et O. MATTÉONI, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique 2007, 641, p. 31-69.

73  AGN, reg. 110, fol. 9v° (compte d’hôtel du roi, 18/IV/1363).

74  AGN, caj. 68, n° 4 II (compte de l’hôtel du roi, 16/IX/1362).

75 « Vistas et examinadas fueron estas partidas con el contrarrolde sieyllado del sieyllo de Guiot de Menillas, maestro d’ostal del rey, en Pamplona VIo dia de diziembre anno LXIIII, por don Garcia Miguel d’Elcart, thesorero, Colin le Lievre et Garcia Periz d’Aranguren » (AGN, caj. 16, n° 22, fol. 15v°, compte de l’hôtel du roi de février 1364).

76 « Vistas et examinadas fueron las partidas d’este compto con el contrarrolde sieyllado del seyllo de mons. Guillem Arnaut de Santa Gracia, maestre del hostal del inffant mons. Loys, XIIIIo dia de deziembre anno LXIII, per don Ponz d’Eslava, canonigo de Tudela, Colin Le Lievre et Garcia Periz d’Aranguren, comisarios ordenados por el seynnor rey a oyr los comptos del regno tanto ordinarios como extraordinarios » (AGN, caj. 16, n° 25 II, compte de l’hôtel de l’infant Louis, IV/1363).

77  « Vistas i examinadas fueron estas partidas con el contra rolde sieyllado del sieyllo de Johan de Naufonz, maestre d’ostal de la seynnora reyna, XXX dia de septiembre anno lxvi, por maestre Garcia de Barassoayn et Martin Periz d’Oloriz, maestres oydores generales de los comptos del seynnor rey » (AGN, reg. 117, fol. 9v°, compte de l’hôtel de la reine, XI/1365).

78 Sur cet organe de contrôle, Mª Puy HUICI GOÑI, La cámera de Comptos de Navarra entre 1328-1512, con precedentes desde 1258, Pampelune : cámera de comptos de Navarra, 1988. N’a été conservé aucun témoignage d’examen ou de contrôle de comptabilité de la chambre aux deniers du roi ou de la reine effectué par la chambre des comptes de la principauté installée à Évreux, mais ces auditions n’en sont pas moins réelles (le premier compte de Jean d’Anet, clerc de la chambre aux deniers de Charles à partir du 7 juin 1369 lors du voyage du roi de Navarre en France, a été « rendu en la chambre des comptes devers messeigneurs », Le compte…, p. 63).

79  AGN, caj. 38, n° 38 (20/VI/1369).

80  AGN, caj. 28, n° 63 II.

81  AGN, caj. 33, n° 111 II.

82  AGN, caj. 33, n° 56 IV.

83  AGN, caj. 33, n° 56 V (21/VI/1377), et caj. 33, n° 111 III (26/XI/1377).

84  AGN, caj. 27, n° 78 XII (ordre 30/XII/1372 de Charles II).

85  Un officier fut arrêté en janvier 1350 par le châtelain de Saint-Jean-Pied-de-Port, qui venait de recevoir l’ordre royal (AGN, reg. 61, fol. 15v° ; et reg. 65, fol. 29r°).

86  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración..., n. 434 p.124.

87  Le maître de la chambre aux deniers était Jean le Sénéchal (B. LEROY, « La cour des rois de Navarre…», p. 308).

88  Pierre Gobart, maître de la chambre aux deniers de Charles II, accompagna ce dernier dans son royaume en décembre 1354 et exerça ses missions jusqu’en mai 1355 (AGN, reg. 76/2, fol. 93r° et 206r°), et sans doute encore dans la principauté après cette date (Bibliothèque nationale de France [ci-après BnF], fr. 26013, n° 1875, mandement 31/III/1377 de Pierre de Mortain de payer des fournitures d’hôtel remontant à 1355 de l’époque de Gobart). Pierre d’Achères occupa la charge pendant l’année 1361 (Archives départementales [ci-après AD] Eure, E 247 : quittance de janvier 1361 pour 20 royaux d’or reçus pour « convertir ou paiement de depense de l’hotel du dit seigneur » ; et BnF, fr. 26004, n° 1281, acte du 16 octobre 1361, faisant mention de l’époque « lors commis pour le fait de nostre chambre aux deniers du roi), avec un « intérim » assuré par Jean Climence en mai 1361 (Le compte…, p. 327).

89  Jean d’Anet s’occupa de la charge de février 1362 (Archivo General…, t. 2, n° 361), à janvier 1363 (ibid., n° 698).

90  Il s’agit de Jean du Tilleul, qui apparaît dès janvier 1363 (ibid., t. 2, n° 727).

91  Jean Climence, entre juin et août 1362 « pour le temps que je faisoie la chambre aux deniers de ma dicte dame » (Le compte…, p. 330), et Pierre d’Achères en novembre et décembre 1362 « qu’elle [la reine] vint de France en Navarre » (AGN, reg. 123, fol. 124r° et suiv.).

92  Simon de Beuzeville clerc de la dépense de l’hôtel de la comtesse de Foix et des infantes depuis au moins 1378 (AGN, caj. 34, n° 23 VII, 30/IV/1378).

93  AGN, caj. 29, n° 1 A, fol. 30r°.

94  M. NARBONA CÁRCELES, op. cit., p. 164 et p. 205.

95 Clerc de la chambre aux deniers de l’infant Louis en 1363 (AGN, caj. 15, n° 95 XXIV (15/III/1363) et 1364 (Archivo General…, t. 3, n° 1153 [VIII/1364]).

96  Nommé officiellement clerc de la chambre aux deniers le 10 février 1382 (AGN, caj. 54, n° 14), fonction qu’il exerçait conjointement depuis deux ans avec le titulaire de la charge (AGN, caj. 42, n° 73, 22/XI/1380) auquel il succéda donc. Il quitta ses fonctions en août 1384 (M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte...  », p. 97).

97  Nommé le 1er septembre 1384 commis au fait de la chambre aux deniers du roi après Ceilludo (M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte...  », p. 97). Il délivrait en janvier 1387 des lettres de reconnaissance de dettes à des serviteurs de l’hôtel après la mort de Charles II (AGN, caj. 54, n° 34 VI, et caj. 55, n° 60 IV).

98  B. LEROY, Le royaume de Navarre. Les hommes et le pouvoir, xiiie-xve siècles, Biarritz : J & D, 1995, p. 210. Maître de la chambre aux deniers du roi entre 1366 (Archivo General…, t. 3, n° 1725 [XII/1366] et 1368 (ibid., t. 5, n° 1938 [IX/1368]).

99  Commissaire pour les dépenses de l’hôtel de l’infante Marie pendant le séjour de la reine en France en 1365-1366, N. ONGAY, « El Hostal de la infanta María… »,p. 132 et 133, qui se trompe en désignant Argonel comme maître d’hôtel. Il exerça ses fonctions du 22 novembre 1365 au 17 juillet 1366.

100  Voir les études de B. LEROY, « Autour de Charles "le Mauvais". Groupes et personnalités », Revue historique, 1985, n° 553, p. 3-17, repris dans Ead., Le royaume de Navarre à la fin du Moyen Âge...,article iii ; « Les hommes de gouvernement de Charles II », Príncipe de Viana, 48 : VI centenario de Carlos II de Navarra, 1987, n° 182, p. 609-619, et « Les hommes du pouvoir en Navarre au XIVe siècle : gouvernement et société dans le royaume de Navarre de 1328 à 1425 », Le Moyen Âge, 95, 1989, p. 475-490.

101  Sur ces événements, voir Roland DELACHENAL, Histoire de Charles V, Paris : A. Picard, 5 vol., 1909-1931, t. 5, p. 179 et suiv.

102  Ph. CHARON, « Un hôtel royal et ses dignitaires…».

103  Hélène MILLET, « La place des clercs dans l’appareil d’État en France à la fin du Moyen Âge », in : Jean-Philippe GENET et Jean-Bernard VINCENT (éd.), État et Église dans la genèse de l’État moderne. Actes du colloque organisé par le CNRS et la Casa de Velázquez (Madrid, 30 novembre et 1er décembre 1984), Madrid : Casa de Velázquez, 1986, p. 239-248.

104  Jean le Roux se marie à Pampelune en août 1392 avec Johanneta Miguel (AGN, reg. 216, fol. 64r°, et caj. 63, n° 63 I), et on connaît un fils à Nicolas de Plaisance qui fit souche en Navarre (B. LEROY, Le royaume de Navarre…, p. 210, et M. NARBONA CÁRCELES, op. cit., p. 370).

105 Prêtre, curé d'Achères au diocèse de Paris avant 1360 (Denis François SECOUSSE, Recueil de pièces servant de preuves aux Mémoires sur les troubles excités en France par Charles II dit le Mauvais, roi de Navarre et comte d’Évreux, Paris : Durand, 1755, p. 184), Pierre d'Achères était en 1371 recteur de l'église Saint-Denis d'Aclou (lettre commune 29/I/1371 de Grégoire XI, n° 8161 non publiée).

106  Curé d’Ezy au diocèse d'Évreux (supplique 22/II/1363 à Urbain V, n° 3800141 non publiée).

107  Prêtre, prieur (BnF, Clair. 56, fol. 4289r°, n° 136, 22/XII/1364), puis recteur de la maladrerie de Saint-Nicolas-lès-Évreux en 1371 (lettre commune 29/I/1371 de Grégoire XI, n° 13811 non publiée).

108  Columbia university, New-York, coll. Smith, n° 109.

109  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración..., n. 434 p.124.

110  AGN, caj. 38, n° 22 LXVI (16/I/1358).

111  AD Eure, 2 F 2043.

112  Pierre Godeille était curé (abbé ?) de l’église paroissiale de Monreal au diocèse de Pampelune (supplique 22/II/1363 à Urbain V, n° 3800136 non publiée), et son successeur fut Juan Ceilludo (M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigosen la corte...  », p. 105).

113  Jean du Tilleul, maître de la chambre aux deniers de la reine, était chanoine prébendé de Sainte-Marie majeure de Tudela (supplique 30/I/1371 à Grégoire XI, n° 8173 non publiée). Gillot de Quesnel, à la tête de la chambre aux deniers du roi, était abbé de San Martín d’Unx (AGN, caj. 41, n° 10 XVI [31/III/1380]), Simonnet de Mucy rationnaire de l’église paroissiale de Falces (Archivo General…, t. 2, n° 732 - 1355). Perrinet Magdeleine, commis à la chambre aux deniers de l’infant Charles, abbé d’Orcoyen (AGN, caj. 33, n° 5 V) et prieur de Notre-Dame du Puy d’Estella (Archivo General…, t. 4, n° 1175). Pierre Godeille, portionnaire de l’église de Falces (lettre commune 29/I/1371 de Grégoire XI, n° 8153, non publiée), succéda à Magdeleine comme prieur de Notre-Dame du Puy d’Estella (AGN, caj. 52, n° 41 I [22/V/1386]). Le maître de la chambre aux deniers de Louis de Navarre, Juan Jiménez de Pamplona, a été abbé de Lodosa (caj. 14, n° 33 IX) puis de Gallipienzo (Archivo General…, t. 3, n° 1153).

114  Comme chanoines de la cathédrale d’Évreux, pour Climence (lettre commune29/I/1371  de Grégoire XI, n° 13811 non publiée), et Ysac (AD Eure, 2 F 2043). Du Tilleul obtint en 1371 l’expectative d’un canonicat à Évreux à condition de renoncer aux deux autres bénéfices qu’il détenait déjà (supplique 30/I/1371 à Grégoire XI, n° 8173 non publiée).

115  Jean le Sénéchal est peut-être le même personnage que Johannes Senescalli, clerc du diocèse de Rouen, qui, en 1362, reçut l'expectative des bénéfices de Saint-Georges de Blanquerville et de la Trinité de Fécamp situés dans le même diocèse (Marie-Hyacinthe LAURENT, Pierre GASNAULT, Janine MATHIEU, Marie-France YVAN, Michel et Anne-Marie HAYEZ, Urbain V (1362-1370). Lettres communes, Paris, puis Rome : E. de Boccard, 1954-1989, 12 vol., t. 1, nos 3001 et 3131).

116  Du Tilleul chapelain dans l’église Saint-Georges de Peveris dans le diocèse d’Orléans (supplique30/I/1371 à Grégoire XI, n° 8173 non publiée).

117  Magdeleine reçoit l’expectative d’un canonicat à Saint-Hilaire de Poitiers en janvier 1371 (lettre commune 29/I/1371 de Grégoire XI, n° 8150 non publiée). Simonnet de Mucy figure dans le rôle des suppliques adressé à Urbain V en 1363, pour obtenir un canonicat à Sainte-Radegonde de Poitiers (supplique 22/II/1363 à Urbain V, n° 3800137 non publiée).

118  Godeille se voit attribuer l’expectative d’un canonicat à Saint-Gauger au diocèse de Cambrai en 1371 (lettre commune 29/I/1271 de Grégoire XI, n° 8143 non publiée).

119  BnF, coll. Vexin, vol. 15, fol. 201v°-202v°, n° 1222.

120  É. GONZALEZ, Op. cit., p. 102.

121  Par référence aux jugements – variables au demeurant – de Françoise Autrand, Bernard Guénée et Jean Kerhervé, repris par O. MATTÉONI, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris : Presses universitaires de la Sorbonne, 1999. On estime comme très longue une durée de carrière qui dépasse les vingt ans, longue celle qui excède les dix ans, moyenne celle qui est comprise entre cinq et dix ans, et courte celle qui se situe en dessous de cinq ans.

122  M. NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 206.

123  É. GONZALEZ, Op. cit., p. 101.

124  Monique SOMMÉ, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme de pouvoir au XVe siècle, Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 317. À l’inverse, son mari ne connut qu’un seul maître, pendant vingt-six ans, de 1437 à 1462 (ibid., n. 1 p. 317).

125 Archivo General…, t. 2, n° 727 (30/I/1363), et AGN, caj. 27, n° 10 I (15/II/1373).

126  AGN, caj. 26, n° 87 VII (30/X/1371), et AGN, caj. 54, n° 14 (10/II/1382).

127  AGN, reg. 213, fol. 193r° (3/XII/1390).

128   AGN, reg. 76/2, fol. 206r° (XII/1354), et Archivo General…, t. 2, n° 540 (8/IX/1362).

129  Ma NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 206.

130  AGN, caj. 42, n° 73 (22/XI/1380), et M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte... », p. 97 (1/IX/1384).

131  Ibid., p. 97, et AGN, caj. 54, n° 34 VI, et caj. 55, n° 60 IV (I/1387).

132  Voir supra note n° 88.

133  AGN, caj. 15, n° 92 IV (compte d’hôtel du roi, XII/1361), et caj. 15, n° 92 IV (24/II/1362).

134  Voir supra note n° 88.

135  Archivo General…, t. 2, n° 799 (10/IV/1363), et t. 4, n° 1671 (14/X/1366).

136  Ibid., t. 2, n° 361 (25/IV/1362), et n° 698 (13/I/1363).

137  Il s’agit d’un cas particulier, car en fait d’Anet assure les dépenses du roi pendant son voyage à Bordeaux du 18 juillet au 22 août (AGN, caj. 19, n° 41).

138  AGN, reg. 131, fol. 146r°, et Le compte, p. 63-64 et 67. Il fut remplacé, tout en gardant sa qualité de titulaire, par Raoul de Villiers entre janvier et mai 1370, en octobre par Pierre Godeille, et de septembre 1370 à janvier 1371 par Thomas Maupetit.

139  Voir supra notes n° 91 et 135.

140  Voir supra notes n° 88 et 91.

141  AGN, caj. 25, n° 43 XLIX (10/V/1369), et caj. 26, n° 48 XXVII (16/IX/1370).

142  AGN, caj. 28, n° 59 V, et caj. 28, n° 52 VIII (16/III/1374).

143  AGN, caj. 28, n° 52 VIII (16/III/1374, pour Agnès), et caj. 28, n° 28 XXX (15/III/1374, pour Pierre).

144  AGN, caj. 29, n° 1 A, fol. 30r° (XI/1374), et caj. 184, n° 23 (7/VI/1375).

145  AGN, caj. 26, n° 70 II (24/IV/1371), et caj. 26, n° 79 (5/VII/1371).

146 « cometido por el fecho de la cambra a los dineros de mons. mossen Pierres de Navarra, conte de Mortaing por mandament del rey datum en Olit el Ve dia de febrero anno lxxve por convertir en la despensa de mi dicho seynnor Pierre en yendo en Francia, 2 000 l. » (AGN, reg. 153, fol. 53v°).

147  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 441 p. 126.

148 Ibid., p. 153.

149  M. NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 180.

150 Ibid., p. 207.

151  AGN, reg. 200, fol. 56r°.

152  AGN, reg. 213, fol. 193r° (3/XII/1390).

153  Ma NARBONA CÁRCELES, Op. cit., p. 208, 472 et 477.

154  BnF, naf 3623, n° 54 (23/XI/1377).

155  Archivo General…, t. 1, n° 270.

156  Le compte…, p. 328, et AGN, caj. 25, n° 44 IX (IX/1369).

157  AGN, caj. 14, n° 165 XII (XI/1361).

158  Le compte…, p. 67 et 376.

159  AGN, reg. 110, fol. 47r°-63v° (22/I/1364).

160  AGN, reg. 117, passim (comptes d’hôtel de la reine pour 1366).

161  Maurice REY, Les finances royales sous Charles VI, les causes du déficit, 1388-1413, Paris : Impr. nationale, 1965, p. 22 et suiv., détaille les nombreuses caisses spécialisées qui existaient à l’intérieur des hôtels.

162  AGN, caj. 14, n° 33 IX.

163  Voir supra, note n° 128.

164  AGN, caj. 14, n° 167 IV (11/XI/1361).

165  AGN, caj. 14, n° 89 I (17/X/1361), et AGN, caj. 14, n° 168 XVIII (3/II/1362).

166  Le compte…, p. 111.

167  Archivo General…, t. 2, n° 761 (3/III/1363), qu’il occupe jusqu’en 1369 (AGN, caj. 25, n° 44 LXVIII [23/V/1369]).

168  AGN, caj. 21, n° 15 XXVIII (25/I/1362), et caj. 21, n° 15 XXVIII (25/I/1366).

169  AGN, caj. 36, n° 5 VI (V/1378).

170  M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte»…, p. 93 et 94, et 104.

171  BnF, fr. 26004, n° 1299.

172  AGN, reg. 105, fol. 40r°.

173  BnF, fr. 25966, n° 189.

174  Le compte…, p. 384.

175  Ibid., p. 67.

176  Ibid., p. 453.

177  Ibid., p. 22 et 312.

178  Jacques Argonel était garde des sceaux du roi à Olite en 1355 (AGN, caj. 12, n° 96). On le trouve l’année suivante portier et receveur d’Olite (AGN, caj. 20, n 103 XI).

179  Suzanne HONORÉ-DUVERGÉ, « Un testament de Charles le Mauvais (1361) », in : Émile-Aurèle VAN MOÉ, Jeanne VIELLIARD et Pierre MAROT (éd.), Mélanges dédiés à la mémoire de Félix Grat, 1, Paris :En dépôt chez Mme Pecqueur-Grat, 1946, p. 327-343, art. 14, p. 335. Dans le même article, figure un Lorin le Lombard, que Charles II gratifiait de 100 fr. (BnF, fr. 3863, fol. 120r°).

180  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 434 p. 124. L’infant Louis nomme Pierre Gobart avec Jean Pasquier pour réviser les comptes des trésoriers du royaume ainsi que tous les comptes des receveurs locaux (B. LEROY, « Peut-on parler de résistance au pouvoir dans le royaume de Navarre des xiiie-xve siècles ? », in : A. RUCQUOI (éd.), Genèse médiévale de l'État moderne : la Castille et la Navarre (1250-1370). Actes du colloque organisé par le CNRS (Nice, 1986), Valladolid : Ámbito, 1987, p. 21-30, p. 15).

181  AGN, caj. 10, n° 9 I, leg. 33, n° 1 et caj. 10, n° 9 II (comptes d’hôtel du roi).

182  Avec un autre clerc de Charles II, « comissarios sobre las restanças devidas en la thesoreria », B. LEROY, El cartulario del Infante Luis de Navarra del año 1361, Pampelune : Institución Príncipe de Viana, 1981, n° 155.

183  Ibid., n° 166.

184  AGN, caj. 25, n° 42 III (27/III/1369), et caj. 25, n° 42 LV (IX/1369).

185  M. R. GARCÍA ARANCÓN, « Clérigos en la corte… », p. 101.

186  AGN, reg. 206, fol. 2r°. Ces travaux semblent avoir duré au moins jusqu’en 1400 (AGN, reg. 261, fol. 47r°, et M. NARBONA CÁRCELES, op. cit., p. 420).

187  AGN, caj. 13, n° 130 XXIX (26/VII/1360).

188  BnF, fr. 26014, n° 2076 (18/XII/1377).

189  AGN, reg. 62, fol. 340r°.

190  Jean le Sénéchal était chapelain, en même temps que maître de la chambre aux deniers de Charles II (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración..., p. 124).

191  Qualifié de chapelain du roi en 1382 (AGN, caj. 54, n° 14).

192  AGN, reg. 26, fol. 317r°. Il était aussi chapelain du comte (Guillaume MOLLAT (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes, t. 8, n° 43464).

193  Iñigo MUGUETA, El dinero de los Évreux. Hacienda y fiscalidad en el reino de Navarra, 1328-1349, Pamplona : Gobierno de Navarra / Institución Príncipe de Viana, 2008, p. 383.

194  Loc. cit.

195  AGN, caj. 41, n° 37, publiée partiellement dans Jules Auguste BRUTAILS, Documents des Archives de la chambre des comptes de Navarre, 1196-1384, Paris : E. Bouillon, 1890, n° XXVII.

196  Archivo General…, t. 4, n° 1677.

197  Ibid., t 4, n° 1646 (acte daté de Pampelune du 12 septembre 1366, pris « Par le roy, signé Pierre Magdeline ») et passim., et jusqu’en 1378 (Ph. CHARON, « Actes et mandements de Charles dit le « Mauvais », comte d’Évreux et roi de Navarre, conservés dans les collections Clairambault et Pièces originales du Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale », in : Recueil d’études normandes offert en hommage à Michel Nortier. Cahiers Léopold Delisle, t. 44, 1995, n° 71, acte daté de Tudela du 25 janvier 1378, pris « Par le roy, signé : P. Magdel' »).

198  BnF, PO 2903, doss. 64565 (des Moulins en Normandie), n° 6 (acte daté de Gavray du 6 mai 1378 pris « Par mons., signé : P. Magdel’ »)

199  À partir de 1356 (Archivo General…, t. 1, n° 165, acte daté du Pont-Audemer du 31 janvier 1356, pris « Par le roy, signé :P. d’Acher’ », et passim), et jusqu’en 1370 (Ph. CHARON, « Actes et mandements… », n° 57, acte daté de Gavray du 12 octobre 1370 pris « Par le roy, a la relation de mons. l'evesque d'Avrenches, signé : P. d'Acher').

200  À partir de 1351 pour le compte de Charles II (Archivo General…, t. 1, no 63, acte daté d’Estella du 12 mai 1351 pris « Par le roy a la relation de vous, maestre Thomas de Ladit, chanceller, signé Gobart », et passim), et jusqu’en 1362 (ibid., t. 2, n° 330, acte daté d’Estella du 12 février 1362 pris « Par le roy, signé Gobart »), et pour Louis de Navarre en 1360-1361 (B. LEROY, El cartulario…, passim).

201  À partir de 1364 (Archivo General…, t. 3, n° 1059, acte daté d’Olite du 8 avril 1364 pris « Par le roy a la relation de maistre Symon d’Escourcy, signé Pierre Godeille », et passim).

202  À partir de 1365 pour le compte du roi (Archivo General…, t. 3, n° 1360, acte daté de Pampelune du 7 juillet 1360 pris « Par le roy a vostre relation, signé du Tilleul », et passim) ; en 1366 pour le compte de la reine (BnF, Clair. 50, fol. 3729r°, n° 9, acte daté d’Évreux du 1er juin 1366 pris « Par la reyne, signé du Till’ »), et Louis de Navarre (M. NORTIER, Op. cit., n° 200, acte daté d’Évreux du 1er avril 1366 pris « Par mons. le conte et lieutenant, signé du Till’ »), et en 1377 pour de Pierre de Navarre (ibid., n° 1072, acte daté d’Évreux du 26 juillet 1377 pris « Par mons. le lieut’ a vostre relation, signé J. du Til’ »).

203  Il conserva sa charge jusqu’en 1380 au moins (AGN, caj. 41, n° 1 XLI).

204  Receveur de la merindad d’Estella entre 1373 et 1378 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, p. 152, et AGN, caj. 36, n° 6 II).

205  Receveur de la merindad d’Estella en 1367 et 1369 (Archivo General…, t. 4, n° 1806, et AGN, reg. 131, fol. 49r°), et précédemment maître des garnisons du roi (Archivo General…, t. 5, n° 1936).

206  Receveur de la nouvelle circonscription d’Olite en 1399 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, p. 153).

207  Attesté entre 1352 (AGN, reg. 79, fol. 80r°) et 1354 (AGN, reg. 75, fol. 80r°).

208  Attesté de septembre 1362 (BnF, Clair. 92, fol. 7179r°, n° 94) à janvier 1371 (Le compte..., p. 127].

209  Une première fois en 1364, et une seconde fois en 1367-1368 (voir l'index des tomes V, VI et VII du Catalogo del Archivo General de Navarra - Seccion de comptos, documentos au mot Anet, Juan).

210  M. NARBONA CÁRCELES, op. cit., p. 207.

211  Trésorier de 1334 (AGN, caj. 7, n° 57), à 1341 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, « La alta administración del reino de Navarra en el siglo xiv. Tesoreros y procuradores », Homenaje a don José Esteban Uranga, Pampelune : Aranzadi, 1971, p. 137-153, p. 148).

212  Auditeur de la chambre des comptes du royaume à partir d’au moins 1383 (AGN, caj. 47, n° 74 VI), et jusqu’en 1387 au moins (B. LEROY, Le royaume de Navarre…, p. 210).

213  Nommé conseiller et auditeur de la chambre des comptes du royaume le 1er septembre 1383 (Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 443bis, p. 126).

214  Il passa alors à la chambre des comptes d'Évreux où il exerça la charge d'auditeur (BnF, fr. 26013, n° 1837 [4/IX/1376]).

215  « Par compte fait a Evreux le iiie jour de septembre ccclxxvi, presens J. Roussignol, J. Climence, R. de la Greve et moy J. d’Anet » (BnF, fr. 26013, n° 1837 : vérification du compte ordinaire de la vicomté de Valognes, peut-être du terme de Pâques 1376).

216  Archivo General…, t. 3, n° 1408 (12/IX/1365).

217  Qualifié de secrétaire du roi de Navarre en 1372 (AGN, caj. 27, n° 78 VIII [2/XI/1372]).

218  Qualifié de notaire et secrétaire du roi (AGN, caj. 32, n° 16 II [25/X/1376]).

219 Nommé le 20 juin 1369 par Charles II, au moment de son départ pour la France, secrétaire de son fils l’infant Charles et de lui-même (Archivo General…, t. 5, n° 2085), confirmé dans ses fonctions le 5 mai 1372, tout en étant commissaire de la chambre aux deniers de la reine (AGN, caj. 27, n° 23 II). Qualifié aussi de secrétaire de la reine en 1371 (lettre commune de Grégoire XI non publiée, n° 8173).

220  Avant eux, un de leurs collègues, Pierre Gobart, se vit confier en avril 1361 par Louis de Navarre une mission en Castille, seul cas de ce genre hissant un clerc du roi, comptable de son état, au rang « d’homme de confiance », « qui de mandamiento del dicto seynnor infant va en mandaderia al rey de Castieilla por algnos negocios toquantes el seynnor rey et su regno » (B. LEROY, El cartulario…, n° 119).

221  Après la signature de la paix de Murviedro (juillet 1363) sous l’égide navarraise entre la Castille et l’Aragon en guerre, Charles II et Pierre IV d’Aragon se rencontrèrent, secrètement à Uncastillo le 25 août. Pierre d’Achères y était présent (il remit sur ordre du roi 22 florins à deux trompettes du roi d’Aragon et du comte de Denia (Archivo General…, t. 2, n° 927). Il fut envoyé comme messageren septembre suivant auprès du roi d’Aragon recueillir la réponse à la demande de renouvellement de la trêve entre les royaumes de Navarre et d’Aragon, en guerre l’un contre l’autre (Archivo de la Corona de Aragón, C., reg. 1191, fol. 565v°-566r°). Il séjourna enfin pendant six semaines à Barcelone fin 1363-début 1364 (AGN, reg. 111, fol. 35v° : ordre 8/II/1364 de payer ses dépenses).

222  Le compte…, p. 341.

223  Archivo General…, t. 5, n° 1935.

224  Le compte..., p. 364, 365.

225  Ibid., p. 391. Il s’agissait de renégocier le traité de Paris de 1365 qui avait sanctionné la défaite de Cocherel de l’année précédente.

226  Ibid., p. 300, 364, 366.

227  Ibid., p. 368 et 389.

228  Ibid., p. 373.

229  Ibid., p. 82.

230  Michael JONES, Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, t. 1, n° 1-430 (1357-1382), Paris : A. Klincksieck, 1980, n° 187, p. 202-203

231  AGN, caj. 26, n° 95 LV, et caj. 26, n° 62 II.

232  Sur cette lieutenance, voir Ph. CHARON, « Jeanne de Valois, reine de Navarre et comtesse d’Évreux (1343-1373) », En la España medieval, 32, 2009, p. 7-50, p. 30-44.

233  AGN, reg. 130, fol. 113v° (12/IX/1369).

234  AGN, caj. 25, n° 37.

235  AGN, caj. 26, n° 67 V.

236  AGN, caj. 21, n° 65 VI, et Archivo General…, t. 4, n° 1700.

237  Sur le contexte de ces négociations, José AntonioMUNITA LOINAZ, « Intereses político-estratégicos de Carlos II en Álava y Guipúzcoa : el tradado de Libourne (1366) », in : LaFormación de Álava : comunicaciones presentadas al congreso de estudios históricos celebrado en Vitoria-Gasteiz del 27 de septiembre al 2 de octubre de 1982, en conmemoración del 650 aniversario del pacto de Arriaga (1332-1982), vol. 1, Vitoria-Gasteiz : Diputación foral de Álava, 1985, p. 763-775.

238  Le compte…, p. 381. En mars 1371, eut lieu la prestation de l’hommage de Charles II à Charles V. L’acte en a été dressé par Godeille (D.-Fr. SECOUSSE, Recueil de pièces…, p. 316-317, acte daté de Vernon du 29 mars 1371 pris « Par le roy, signé : Godeille»).

239  AGN, reg. 144, fol. 94r° (ordre du 29/XII/1372 de lui payer ses dépenses).

240  José Ramón CASTRO ÁLAVA, Carlos III el Noble, Pampelune : Institución Príncipe de Viana / Diputación foral de Navarra, 1967, p. 49-51.

241  AGN, caj. 32, n° 9 VII et VIII.

242  AGN, reg. 156, fol. 31r°.

243  La paix entre Foix et Armagnac se conclut le 3 février 1377 (André WALCKENAER, « Louis Ier, duc d’Anjou, lieutenant général en Languedoc (1364-1380) », Positions des thèses de l’École des chartes de la promotion de 1890, p. 187-196, p. 194).

244  AGN, reg. 159, fol. 30r°.

245  AGN, caj. 39, n° 20 I.

246  AGN, caj. 42, n° 44 IV, mentionné dans reg. 163, fol. 30v°.

247  Il se rend en Bretagne en décembre 1384, avec Francés de Villaespesa, le trésorier Planterose et Juan Ruiz de Aibar et un plénipotentiaire breton (AGN reg. 179, fol. 36r°). Sur ce mariage, voir José ZUNZUNEGUI ARAMBURU, « El matrimonio de la infanta Juana con el duque de Bretaña », Príncipe de Viana, 4, 1943, n° 10, p. 51-68.

248  AGN, caj. 45, n° 26 III (quittance 22/X/1384 de 300 fr. pour ses dépenses à venir).

249  AGN, caj. 46, n° 26 et reg. 179, fol. 35r°. Le séjour de ces ambassadeurs semble avoir duré près d’un an (AGN, caj. 49, n° 74 VII).

250  B. LEROY, « Les hommes de gouvernement…», p. 618.

251  Fr. J. ZABALO ZABALEGUI, La administración…, n. 285 p. 91.

252  AGN, caj. 54, n° 43 VIII (4/V/1388).

253  AGN, caj. 15, n° 80 IV. La présence du roi dans la capitale du duché anglais est attestée à la date du 22 octobre 1378 (AGN, caj. 36, n° 42 IV), et celle de son retour dans le royaume à la date du 20 novembre à Saint-Jean-Pied-de-Port (caj. 36, n° 43 II).

254  AGN, caj. 52, n° 11 IV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Charon, « Les comptables des chambres aux deniers des Évreux-Navarre (1350-1387) », e-Spania [En ligne], 20 | février 2015, mis en ligne le 13 février 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/24198 ; DOI : 10.4000/e-spania.24198

Haut de page

Auteur

Philippe Charon

Archives départementales de la Loire-Atlantique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals