Navigation – Plan du site
Rome vue d'Espagne. Humanisme, humanités et littérature en Espagne (XVIe-XVIIe siècles)

Autorités classiques et paratexte au XVIIsiècle

Anne Cayuela

Résumés

Cet article interroge la place et le rôle des autorités dans le paratexte afin de mesurer l’empreinte du monde classique dans la pratique de l’écriture au XVIIe siècle. Lieu idéal pour les développements théoriques sur l’art littéraire, le paratexte permet de définir avec exactitude la relation qu’entretiennent les auteurs du XVIIe siècle avec l’érudition et les modèles antiques. À travers l’étude de quelques paratextes de Lope de Vega, on met au jour les stratégies de défense et de légitimation mises en œuvre. Multipliant les références érudites et les citations latines tout en gardant une distance ironique par rapport à cette vaine ostentation, Lope de Vega invente une forme nouvelle d’auto-consécration, en rupture avec le passé.

Haut de page

Texte intégral

1La place et le rôle des autorités classiques dans le paratexte littéraire est une question qui permet d’interroger de façon privilégiée le lien entre l’Humanisme et la pratique littéraire, afin de mesurer l’empreinte du monde classique dans la pratique de l’écriture au XVIIe siècle. En effet, le paratexte est le lieu idéal pour les développements théoriques, et les réflexions sur l’art littéraire qui y sont développées reposent le plus souvent sur une solide érudition humaniste. De cette érudition que possèdent la plupart des écrivains du XVIIe siècle, Gracián donne une belle définition dans Agudeza y arte de ingenio :

  • 1 Baltasar GRACIÁN, Agudeza y arte de ingenio, Tratado segundo, Discurso LVIII, « De la docta erudici (...)

Consiste en una universal noticia de dichos y de hechos, para ilustrar con ellos la materia de que se discurre, la doctrina que se declara. Tiene la memoria una como despensa, llena de este erudito pasto, para sustentar el ánimo, y de que enriquecer y fecundar los convites que suele hacer a los entendimientos. Es un magacén rebutido, un vestuario curioso, un guardajoyas de la sabiduría. Sin la erudición no tienen gusto ni sustancia los discursos, ni las conversaciones, ni los libros. Con ella ilustra y adorna el varón sabio lo que enseña, porque sirve así para el gusto como para el provecho [...] pero no ha de ser uniforme, ni homogénea, ni toda sacra, ni toda profana, ya la antigua, ya la moderna, una vez un dicho, otra un hecho de la historia, de la poesía, que la hermosa variedad es punto de providencia. Especialmente se ha de atender a la ocasión y a sus circunstancias, de la materia, del lugar, de los oyentes, que la mayor prenda del que habla o escribe, del orador o historiador, es decir con seso1.

  • 2 Baltasar GRACIÁN, Art et figures de l’esprit. Agudeza y arte del ingenio, 1647. Traduction, introdu (...)

2Gracián n’établit pas de jugement de valeur à propos de la bonne ou de la mauvaise érudition mais précise dans le discours XXXIV qu’elle concourt à la création de figures telles que les « figures par accomodation de vers anciens, de quelque texte ou autorité ». Il explique en effet que cette figure requiert deux qualités : érudition et finesse. « La première pour avoir une réserve de lieux et de textes plausibles ; l’autre, pour les savoir ajuster à propos. Son artifice consiste à trouver impromptu le rapport entre la matière à traiter et la référence du texte et à le savoir appliquer avec un esprit et une grâce tout particuliers »2.

  • 3 Alejandro GARCÍA-REIDY, « Lope de Vega y la apología de su musa : autoridades clásicas pro domo sua (...)

3De cette définition nous retiendrons l’idée de l’érudition comme « illustration », « enrichissement » et comme « qualité indispensable pour la composition de figures », la variété de ses sources anciennes et modernes, et l’adaptation au type de récepteur à qui l’on s’adresse. Ce dernier élément est en effet fondamental pour comprendre la place plus ou moins grande des autorités classiques dans les différents paratextes d’un même auteur, en fonction du genre de l’œuvre (prose, poésie, théâtre), ou de la nature du paratexte. Si l’érudition permet à l’auteur de nourrir et d’enrichir son texte, elle est à son tour objet de réflexions dans le cadre du paratexte. Ainsi l’auteur utilise parfois l’espace de la préface ou de la dédicace pour commenter son choix ou son refus des autorités et d’en préciser les raisons. Enfin nous verrons si l’érudition fait partie d’une stratégie de légitimation du discours ou de promotion littéraire comme l’affirme Alejandro García-Reidy à propos de Lope de Vega3. Le paratexte ne constituerait-il pas une sorte de bureau-bibliothèque dans lequel l’auteur fait pénétrer son lecteur afin de lui révéler l’étendue de son savoir, les lectures dont il s’est nourri ? Le lecteur est réellement convié à une visite du bureau de Lope dans le prologue de la Parte XVIII, où le Théâtre à qui le Phénix cède la parole s’exprime en ces termes :

  • 4 « Deben tenerse por igual los honores y los vituperios del vulgo : ni alegrarse ni dolerse por ello (...)

Yo le digo [le Théâtre à Lope] muchas veces las mismas palabras de Séneca que él tiene puestas en su estudio, debajo de su retrato : « Honores et iniuriae vulgi in promiscuo habende sunt, nec illis dolendum »4.

4Mais avant de nous plonger dans cette étude du paratexte et de ses rapports avec l’érudition, dans ce maremagnum de citations latines dont il est parfois difficile d’apprécier la fonction ou même parfois le sens, quelques précisions sur la diffusion des œuvres de l’Antiquité en Espagne au XVIIe siècle me semblent utiles.

La diffusion des œuvres de l’Antiquité en Espagne au XVIIe siècle

5Dans la dédicace de El verdadero amante la recommandation que Lope fait à son fils Lopito d’étudier le latin, mais non le grec, donne toute la mesure du maintien du latin dans la formation intellectuelle et de la désaffection pour la langue d’Homère, considérée comme l’apanage de quelques rares pédants :

  • 5 Félix Lope de VEGA CARPIO, El verdadero amante. Y la primera comedia de Lope de Vega Carpio. Dirigi (...)

No os desanimo para que con menos cuidado estudiéis esta reina de las lenguas, tercera en orden a las del mundo, aunque más común que todas ; procuralda saber, y por ningún caso os acontezca aprender la griega, porque, desvanecido, no digáis lo que algunos que saben poco della y de otras, por vendernos a gran precio la arrogancia de que la entienden5.

6Pour les besoins de sa démonstration, il introduit une anecdote non dépourvue d’humour :

Un catedrático de griego, natural de Guipúzcoa, hallándose en su escuela de Alcalá asaltado de improviso de muchos señores de la corte, oró en vizcaíno delante dellos, y fue tenido por un hombre insigne, hasta que un secretario de un príncipe, que era de la misma patria deshizo el atrevido engaño diciendo que le había entendido (fol. 195v°).

  • 6 Voir l’exposition de la Bibliothèque Nationale d’Espagne 500 años sin Aldo Manuzio, du 10 février a (...)
  • 7 Francisco de QUEVEDO, Los Sueños, éd. de Ignacio ARELLANO, Madrid : Cátedra, 1991, p. 185-186.

7Le grec est une langue peu et mal cultivée en Espagne, les classiques y sont peu traduits et la disparité est colossale avec la France, ou l’Italie qui developpent l’étude du grec et favorisent la diffusion des auteurs de l’Antiquité6. En Espagne, les éditions de classiques gréco-latins en langue originale sont peu nombreuses et de mauvaise qualité. En revanche, de nombreuses éditions en espagnol d’Ovide, Virgile, et Horace sont publiées aux XVIe et XVIIe siècles, l’auteur des Métamorphoses étant le poète latin le plus traduit. La divulgation des classiques constitue alors un objet de débat et de polémiques. En effet, la publication de nouvelles éditions ou de traductions des classiques grâce au développement de l’imprimerie, fait émerger deux positions bien tranchées ainsi qu’une distinction entre les lecteurs « véritables », capables de lires les textes en langue originale, et les lecteurs « vulgaires » dont l’ignorance du latin empêche l’accès à cette culture savante. Le vers latin d’Horace « odi profanum vulgus et arceo » devient une sorte de slogan que l’on retrouve souvent dans le paratexte ou dans les textes. Ainsi Quevedo s’insurge contre cet accès aux Autorités dans le Sueño del infierno lorsqu’il déclare « hasta el lacayo latiniza y hallarán a Horacio en la caballeriza »7. Si le degré de maîtrise du latin et du grec ne fait aucun doute en ce qui concerne Quevedo, il est plus difficile, comme l’explique Jean Canavaggio, de « déterminer à quel degré de maîtrise des deux langues classiques est parvenu Cervantès » :

  • 8 Jean CANAVAGGIO, « L’humanisme de Cervantès », in : Cecilia SUZZONI et Hubert AUPETIT (éd.), Sans l (...)

On peut penser qu’il s’est formé au sein d’un système complexe d’éducation, d’origine gréco-latine, qui associait l’apprentissage conjoint de l’expression parlée et écrite avec la lecture d’auteurs appelés à devenir des modèles ou simplement des autorités. Parvint-il à savoir beaucoup de grec ? c’est peu probable ; mais pour sa connaissance du latin, langue qui figurait dès le programme des études préuniversitaires, on peut l’inférer, jusqu’à un certain point, des références à la Vulgate qu’il met dans la bouche de Tomás Rodaja, le Licencié de verre, ou encore des vers de Virgile, d’Horace ou d’Ovide qu’il cite de temps à autre, bien que parfois de façon inexacte8.

8Quant à Lope de Vega, ses disciples et ses admirateurs brandissent sa connaissance du latin comme instrument de défense face aux attaques de ses ennemis (et en particulier de Torres Rámila), comme le fait par exemple Juan Pérez de Montalbán dans la dédicace de sa nouvelle La mayor confusión adressée à Lope de Vega :

  • 9 Juan PÉREZ DE MONTALBÁN, Sucesos y prodigios de amor, éd. de Luigi GIULIANI, Barcelone : Montesinos (...)

La lengua latina (sin haber sido catedrático de gramática) entiende V.M. como la suya propia : los versos ha puesto en el estado que hoy tienen. Y con ser esto verdad, saber cuatro lenguas, haber visto infinitos poetas y tener de todas las ciencias noticias bastante para hablar en ellas, como si las hubiese profesado, no puede librarse de emulaciones y desatinos9.

  • 10 Voir l’article de Xavier TUBAU, « Temas e ideas de una obra perdida : la Spongia (1617) de Pedro To (...)

9Les « divagations » auxquelles Montalbán se réfère concernent à n’en pas douter les violentes attaques dont Lope avait été la cible dans la Spongia10. Son ignorance du latin fut l’une des critiques qu’il semble avoir eu le plus de mal à digérer et ses défenseurs n’eurent de cesse de brandir sa connaissance de la langue d’Horace pour restaurer sa dignité d’écrivain. On trouve, par exemple, sous la plume de Francisco López de Aguilar (alias Colombarius dans l’Expostulatio Spongiae), cette envolée lyrique tout à la gloire du Phénix :

  • 11 Francisco LÓPEZ DE AGUILAR, Expostulatio spongiae, Troyes : Pierre Chevillot, 1618, fol. 27v°-28r°. (...)

Pero ¡ oh inepta licencia de culpar y absurdo comentario de la envidia, reprocharle que desconoce la lengua de Roma a quien tantas veces escribió a diferentes hombres de la Galia, de Italia y de las otras naciones, que tantas veces respondió con una increíble suavidad de estilo ! ¡ Él, que tantas veces entrelazó versos de sabor desconocido a la Musa española, que tantas veces celebró los hechos de los héroes españoles en un poema latino ! [...] No quiero, sin embargo, que coloques a Lope entre los criados ignorantes del latín, y le reproches esta ignorancia por todas partes, como si no se pudiera defender a sí mismo de tus hachas y borrar tu nombre de la memoria de los mortales, si no te juzgara más digno de conmiseración que de venganza11.

  • 12 Pour les études sur les librairies et bibliothèques du XVIIe siècle, nous renvoyons à l’ouvrage de (...)
  • 13 José María DÍEZ BORQUE, « Libros de poesía en bibliotecas del Siglo de Oro (1600-1650) », Revista d (...)

10Mais revenons à la diffusion des classiques gréco-latins dont nous signalions plus haut la rareté des éditions en langue originale au profit des traductions. Leur présence dans les librairies et les bibliothèques dans la première moitié du XVIIe siècle permet d’appréhender la circulation des éditions de textes classiques12. Ainsi les travaux de José María Díez Borque indiquent que la poésie grecque (Musée, Anacréonte, Homère, Pindare, Théocrite, Hésiode)13, présente dans seulement 20 % des bibliothèques, est bien en retrait par rapport à la poésie latine.

11Selon ses statistiques, le top ten, pour ainsi dire, des poètes présents dans les bibliothèques privées de la première moitié du XVIIe est le suivant :

1. Virgile
2. Ovide
3. Pétrarque
4. Alciat / Lucain
5. L’Arioste / Juan de Mena
6. Horace
7. Lope de Vega / Le Tasse
8. Dante / (romancero de Padilla) / Boiardo
9. Juvénal / Garcilaso / Ausias March / Prudence
10. Homère / Marcial / (Barros)

12On peut déduire de ce classement que le canon d’excellence est la poésie latine et italienne (Juan de Mena, Lope et Garcilaso n’apparaissant qu’en 5e, 7e et 9e positions). Ce résultat indicatif, et qu’il faudrait confirmer à partir d’un nombre plus élevé d’inventaires, est à rapprocher d’un passage du Diablo cojuelo de Vélez de Guevara, lorsque Don Cleofás et Cojuelo voient défiler, dans le cortège de la Fortune, les princes de la poésie :

  • 14 Titus Catius Asconius Silius Italicus.
  • 15 Stace (Publius Papinius Statius) : poète latin de la Rome antique. Auteur de deux épopées, la Théba (...)
  • 16 Camilo Guarino Guarini.
  • 17 Giambattista Marino.
  • 18 Cristóbal de Castillejo.
  • 19 Gregorio Hernández de Velasco, traducteur de l’Énéide.
  • 20 Garci Sánchez de Badajoz.
  • 21 Luis VELEZ DE GUEVARA, El diablo cojuelo, Barcelone : Marte, 1965, p. 113. Sur cette liste voir l’a (...)

Estos que vienen agora a pie […] son lacayos de la fortuna entre los cuales va Homero, Píndaro, Anacreonte, Virgilio, Ovidio, Horacio, Silio Itálico14, Lucano, Claudiano, Estacio Papinio15, Juvenal, Marcial, Catulo, Propercio, el Petrarca, Sanazaro, el Taso, el Bembo, el Dante, el Guarino16, el Ariosto, el caballero Marino17, Juan de Mena, Castillejo18, Gregorio Hernández19, García Sánchez20, Camoes y otros muchos que han sido en diferentes provincias príncipes de la Poesía21.

13On voit là se dessiner un canon dans lequel les auteurs de l’Antiquité sont mis sur un pied d’égalité avec des poètes plus ou moins contemporains de Vélez de Guevara. Dans cette liste de quatorze auteurs, figurent trois Grecs face à onze Latins, dont trois occupent le début de la liste. Homère occupe la première place parmi les Grecs, Virgile la première parmi les Latins. La triade des poètes agustéens Virgile, Ovide, Horace se dégage clairement.

14Les modèles de l’Antiquité sont régulièrement convoqués dans le paratexte comme des modèles d’excellence, que les auteurs auriséculaires peuvent non seulement concurrencer, mais également dépasser. Ainsi l’approbation que rédige Diego Niseno pour les Commentaires du Polyphème de Salcedo Coronel (1629) élève Góngora au niveau d’un Homère ou d’un Virgile, et son commentateur à celui des commentateurs de l’Antiquité de Virgile et Térence, Servius et Donat :

  • 22 Maurus Servius Honoratus, dit Servius, grammairien de la fin du IVe siècle, commentateur de Virgile (...)
  • 23 Luis de GÓNGORA Y ARGOTE, El Polifemo de Don Luis de Góngora comentado por Don García de Salcedo Co (...)

Merece el Autor con la licencia que pide dignas alabanzas a su ingenio, a su estudio y desvelo, pues con ser luz y esplendor de nuestra patria, será admiración y asombro de las de las extranjeras naciones, pues viendo este y otros semejantes escritos, conocerán como tiene España Césares Caballeros, que si con destreza bélica saben jugar las armas, con prodigiosa erudición pueden ocasionar admiraciones y que todo lo produce España, Homeros y Virgilios, tan misteriosos en sus palabras, tan graves en sus conceptos, tan singulares en sus locuciones que no les rinden parias, y Servios22 tan eruditos, Donatos tan doctos, que ilustren, ponderen, descifren sus palabras, sus misterios23.

  • 24 « Don Luis nunca escribió poema épico, por lo cual no le viene bien el nombre de Homero español ; q (...)
  • 25 Martín de Roa, dans son ouvrage intitulé Principado de Córdoba, considère son excellence au-delà de (...)
  • 26 J. PELLICER, op. cit.
  • 27 Francisco de FIGUEROA, Obras de Francisco de Figueroa laureado Píndaro español, Lisbonne : Pedro Cr (...)
  • 28 Luis de GÓNGORA, Todas las obras de Luis de Góngora en varios poemas recogidos por Gonzalo de Hoces (...)

15La référence à Homère est constante et concerne aussi bien Lope, Luis de Camoens, que Góngora. On pense bien sûr à l’édition de López de Vicuña de la poésie de Góngora qui porte le titre de « Obras en verso del Homero español », publiée en 1627, qualificatif au demeurant jugé absurde et inapproprié par José Pellicer qui souligne que don Luis n’a jamais écrit de poème épique24. On voit donc que cet élément paratextuel d’importance, par lequel s’établit le premier contact entre le livre et le lecteur, établit une « nationalisation » des modèles antiques : Lecciones solemnes a las obras de don Luis de Góngora, Píndaro andaluz25, príncipe de los poetas líricos de España por don Joseph Pellicer y Tovar26 ou Obras de Francisco de Figueroa laureado Píndaro español27. Un pas supplémentaire est franchi lorsque dans l’approbation incluse dans l’édition des poèmes de Góngora, Luis Tribaldos de Toledo souligne que « su grandeza es de manera que ni griegos ni latinos pueden competir con la vivacidad de sus conceptos »28.

16On pourraît multiplier à l’envi ces exemples, mais signalons pour finir que l’excellence des auteurs dans les différents genres est également mesurée à l’aune de l’Antiquité comme le suggère le commentateur Manuel de Faria y Sousa dans son prologue aux Lusiades de Luis de Camoens :

  • 29 Lusiadas de Luis de Camoens. Príncipe de los poetas de España. Primero y segundo tomo, Madrid : Jua (...)

Así, luego España en solo Luis de Camoens vio junta la grandeza de Homero y Virgilio en lo heroico, la de Píndaro y Horacio en lo lírico, la de Menandro y Plauto en lo cómico, con igualdad notable, apropiándose a si sólo cuanto consiguieron en diferentes edades y sujetos los griegos y los latinos, los italianos y los españoles29.

  • 30 Caecilius Statius.
  • 31 Quintus Ennius.
  • 32 Tomás TAMAYO DE VARGAS, « A la memoria eterna de nuestro insigne amigo », in : Félix Lope de VEGA C (...)

17L’espace des poèmes préliminaires consacre également Lope de Vega comme autorité incontestable dans les genres dramatique et lyrique. Ainsi, Tomás Tamayo de Vargas compose pour les pages préliminaires de la Oncena parte de las comedias de Lope de Vega une ode castillane A la memoria eterna de nuestro insigne amigo Lope Félix de Vega Carpio por sus escritos dans laquelle il le qualifie de « Sófocles sentencioso, Neuto [sic] elegante, Píndaro suave, Cecilio30 gracioso, Terencio culto, Plauto agudo, grave Ennio31 fue en ti todo lo vemos superior y en mejor modo »32.

18Mais dans le texte rédigé par Alfonso Sánchez pour l’Expostulatio spongiae, c’est chacune des œuvres de Lope qui est jugée à l’aune des modèles grec et latin, pour une affirmation définitive et sans appel de son talent qui confine au ridicule :

  • 33 Alfonso SANCHEZ, Appendix ad Expostulationem Spongiae, traduction de Xavier TUBAU, « El Appendix ad (...)

Encontrarás a pocos entre los latinos que se le igualen en algunas cosas, a ninguno que lo haga en todas ; entre los griegos, todavía menos. En latín está el divino Virgilio ; con todo, pon su Eneida al lado de la Jerusalén de Lope. Virgilio fue grande en aquella, pero más grande fue Lope en esta. Truena en aquella Júpiter, en esta relampaguea. Se enfurece en aquella Marte, en esta está fuera de sí, aunque Homero en la furia de Aquiles y Trifiodoro en la Destrucción no estuvieron muy distintos. En latín no tienes nada que puedas comparar a la Dragontea o a la Angélica : Papinio y Valerio escribieron silvas, pero no son para mi estómago ; Orfeo y Apolo se acercaron un poco en griego ; a la Angélica, nadie, si exceptuamos principalmente muchos versos dispersos en numerosos lugares de las obras de Homero que tratan de Helena y Penélope. Hay alguna cosa sobre Hero en el poema de Museo y algunas otras cosas en otros poetas, de las cuales, sin embargo, solo se burlan. Por lo demás, entre los griegos, las Eróticas son mentirosas y escritas con petulancia, como es propio de un ingenio griego. Italia es muy imitada, como sucede con la sátira y el epigrama. España nunca admitió la poesía erótica ; por esto las obras de Lope que tratan de temas amorosos lo hacen todas con una elegancia e ingenio que cubren lo deshonesto por medio de admirables metáforas. En el Isidro, que por ser un tipo de poesía nueva resulta más dificultosa, tenemos un poema sobre la patria ante el cual no traigas ni un poema griego ni uno latino, ni tampoco creas que responde a las odas de Píndaro y Horacio, pues son diferentes33.

  • 34 À propos de Vicente García Salat, voir la biographie que lui consacre Vicente XIMENO, Escritores de (...)
  • 35 Le licencié Gonzalo Mateo de Berrio figure parmi les « grands poètes de notre temps » cités par Lop (...)
  • 36 Juan Fernández Navarrete.
  • 37 Sur Philippe Rogier, voir l’article de Paul BECQUART, « Quatre documents espagnols inédits relatifs (...)
  • 38 Félix Lope de VEGA CARPIO, El Cardenal de Belén, in : Trecena parte de las comedias de Lope de Vega (...)

19De tels éloges ne devaient pas déplaire à Lope qui défendait de façon véhémente l’idée que la gloire ne devait pas être posthume et réservée aux auctoritates mais bien ancrée dans le présent. Dans la dédicace qui précède El Cardenal de Belén, il fait l’éloge de Fray Hortensio Paravicino et s’appuie sur une citation de Sénèque extraite du livre De la Tranquillité de la Vie selon laquelle la gloire peut également atteindre les hommes de ce siècle. Sénèque qualifie en effet Canius Julius de « vir in primis magnus cuius admirationi ne hoc quidem obstat, quod nostro seculo natus est ». « Antes bien » souligne Lope « me causaron mayor admiración las obras de los ingenios que vi, y traté si los hallé dignos de alabanza, al igual de los Antiguos en las mismas materias que escribieron ». Il poursuit son argumentation en reprenant l’expression de Sénèque pour faire l’éloge de Paravicino « bien puedo yo decir de V.P. lo que Séneca de Canio Julio : Vir in primis magnus, y que no obste a su alabanza : Quod nostro seculo natus est ». Enfin, il termine par une interrogation à propos des hommes célèbres de son temps dans les champs de la médecine, du droit, de la poésie, de la peinture : « ¿ Qué debe el valenciano Salat34 a Hipócrates, ni el granadino Berrio35 a Bártulo ? Fernando de Herrera a Horacio, el Mudo36 a Apeles y Felipe Roger37 a Orfeo Tracio ? »38.

  • 39 Philosophe grec.
  • 40 Empereur romain.
  • 41 Lope convoque également Pic de la Mirandole, Ange Politien, Trajano Boccalini, Philippe Béroalde, P (...)

20Il demeure néanmoins une contradiction majeure entre ces déclarations et la façon dont lui-même convoque les autorités dans sa dédicace où se côtoient Sénèque, Anaxagore39, Cicéron, Aristote, Ovide, Virgile, Claudien, Libius Severus40, Boèce, et Caton41.

Lope et l’érudition

  • 42 « On sait bien, mais on a trop tendance à oublier, qu’un homme cultivé de la Renaissance est loin d (...)

21La critique moderne a souvent taxé Lope de pédant faisant étalage d’une vaine érudition. Si cette érudition n’était pas de première main, comme c’était souvent le cas pour la plupart des auteurs depuis la Renaissance42, elle était néanmoins importante et solide, et la fréquentation assidue du paratexte de ses œuvres en apporte la preuve irréfutable.

  • 43 Víctor INFANTES, « De officinas y polyantheas. Los diccionarios secretos del Siglo de Oro », in : H (...)
  • 44 Lía SCHWARTZ, « La retórica de la cita en las Novelas a Marcia Leonarda de Lope de Vega », Edad de (...)
  • 45 V. INFANTES, ibid., p. 256.

22N’oublions pas qu’écrire au Siècle d’Or suppose plusieurs opérations préalables et concomitantes : la lecture, le commentaire, l’imitation. Selon la belle formule de Víctor Infantes : « Allí donde crece la letra, crece la cita, velada con argucia o declarada con orgullo »43. Le vecteur de transmission des auteurs grecs et latins le plus important n’est donc pas l’édition en langue originale, ni la traduction, mais les manuels de divulgation. Comme le dit très justement Lía Schwartz, Lope est « un digne représentant de cette culture du bricolage que produisit l’humanisme de la Renaissance et doit être réévalué en fonction des paramètres qu’elle a établis. Il est moins important de découvrir si ses citations proviennent de polyanthées ou de collections de dicta, que d’examiner avec quelle habileté elles furent intégrées aux textes […] »44. Il convient donc de découvrir « ce que nous révèle l’utilisation des polyanthées au sujet des mécanismes de création de l’auteur »45. Lope voulait être reconnu comme un « humaniste » du XVIIe siècle en des temps où l’on ne savait plus très bien à quoi cela correspondait exactement, comme le souligne Baltasar de Céspedes en 1600 :

  • 46 Gregorio de ANDRÉS, El Maestro Baltasar de Céspedes y su discurso de las letras humanas, Estudio bi (...)

Unos llaman humanista a los que saben muchos versos de poetas de coro, otros a los que profesan un poco más pulido latín que los demás ; otros a los que saben fábulas y historias humanas, otros a los que alcanzan a saber un poco de griego y otros a otros que están muy lejos de llegar a saber lo que obliga el nombre de humanista46.

  • 47 Juan PÉREZ DE MONTALBÁN, Fama póstuma a la vida y muerte del doctor frey Lope Félix de Vega Carpio (...)
  • 48 « Caton, quitte le théâtre, Cicéron, apporte ton esprit ». Notre traduction.

23Il semble en effet que pour ses contemporains, Lope de Vega ait été considéré comme un véritable « savant ». José Pellicer souligne dans la Fama póstuma que « Lope deseó tanto el saber que no perdonó a erudición o facultad alguna, penetrando los misterios más escondidos a todas »47. L’érudition de Lope est toujours au service de son œuvre et donne parfois les clés de sa poétique. Prenons par exemple la devise qui orne le frontispice de La Dorotea : « Exi de teatro Cato adhibe mentem Cicero »48. Elle suggère un programme littéraire que l’ouvrage va développer, illustrer, mettre en pratique : l’esprit de Cicéron, dont plus d’un auteur se prévaut, c’est celui du beau style et de l’éloquence. Le Livre premier de l’Orateur contient de précieux et éclairants développements sur le rapport entre érudition et éloquence :

  • 49 CICÉRON, Œuvres complètes, traduction de M. NISARD, tome I, Paris : Firmin Didot frères, fils et co (...)

L’éloquence exige une foule de connaissances variées, sans quoi il ne reste qu’une vaine et futile abondance de mots. Il faut, dans la composition du discours, choisir soigneusement les termes, et en étudier l’arrangement ; il faut connaître à fond toutes les passions que la nature a mises dans le cœur de l’homme, puisque tout l’effet du discours consiste à émouvoir ou à calmer les âmes ; il faut joindre à ces qualités les grâces, l’enjouement, l’élégance d’un homme bien né, la rapidité et la précision dans la réplique ou dans l’attaque, unies à la délicatesse et à l’urbanité. L’orateur doit avoir une connaissance approfondie de l’Antiquité, afin de s’appuyer au besoin de l’autorité des exemples49.

  • 50 Félix Lope de VEGA CARPIO, Novelas a Marcia Leonarda, Federico Carlos SÁINZ DE ROBLES (éd.), Madrid (...)
  • 51 Notre traduction.

24Et c’est bien cette idée de la littérature comme science, et du poète comme « scientifique » – on dirait aujourd’hui comme « intellectuel » – que revendique Lope à de nombreuses reprise et en particulier dans le paratexte de ses ouvrages : « Confieso que [las novelas] son libros de grande entretenimiento y que podrían ser ejemplares […] pero habían de escribirlos hombres científicos, o por lo menos cortesanos, gente que halla en los desengaños notables sentencias y aforismos »50. Dans l’approbation qu’il rédige pour La Dorotea, López de Aguilar souligne le fait qu’« en raison de l’érudition peu commune dans les matières et les sciences qu’il traite avec une grande et claire connaissance, il mérite très justement le grand, bien que bref éloge de ce vers : Scientiarum Vega Carpius Phoenix »51.

  • 52 Félix Lope de VEGA CARPIO, Rimas, Felipe B. PEDRAZA (éd.), Ciudad Real : Université de Castilla-La (...)
  • 53 Voir Anne MOSS, Les recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, Genève : Droz, (...)
  • 54 Voir l’article de María Pilar CUARTERO SANCHO, « Las colecciones de Sententiae en la literatura lat (...)
  • 55 Voir la bibliographie citée dans l’article de Julián GONZÁLEZ BARRERA, « Lope y los librotes de lug (...)
  • 56 Alan S. TRUEBLOOD, « The Officina de Ravisius Textor in Lope de Vega’s Dorotea », Hispanic Review, (...)
  • 57 Celius Rhodiginus (Ludovicus Coelius Richerius Rhodiginus).
  • 58 Edwin S. MORBY a étudié l’influence de cet auteur dans La Dorotea, « Levinus Lemnius and Leo Suabiu (...)

25Le paratexte lopesque est à l’image de l’œuvre du Phénix : extrêmement varié, protéiforme, foisonnant. Ses discours sont parfois ceux d’un « scientifique » et les prologues ou dédicaces théoriques conjuguent les modalités polémiques, érudites et affectives au gré des circonstances et des destinataires. Face à l’abondance de citations et d’autorités, les commentateurs taxent parfois l’écriture d’« étalage de fausse érudition »52 sans creuser d’avantage l’analyse. Rien ne permet d’affirmer que Lope possédait une connaissance limitée de la tradition classique fût-elle uniquement basée sur une consultation assidue des répertoires auxiliaires largement utilisés au Siècle d’Or, ces lourdes compilations que déjà raillait Quintilien (Institution oratoire, V, 10). Polyanthées, florilèges, répertoires de lieux communs53, répertoires de sentences54, telle l’Officina de Jean Tixier de Ravisi (l’un des auteurs les plus divulgués et connus au XVIe siècle dont Víctor Infantes ne signale pas moins de 500 000 exemplaires en circulation)55. Les Polyantheae offrent des ressources de deux ordres. D’une part, des rubriques générales où puiser la matière, ou plutôt le point de départ de variations et de développements ; d’autre part, pour chaque thème, une succession de citations qui leur donne déjà forme et corps. Dans les Libros y autores que se citan para la exornación de esta historia qui est incluse à la fin de El Isidro, Lope indique les noms des auteurs de florilèges et autres dictionnaires encyclopédiques qu’il a utilisés : Jean Tixier de Ravisi (et l’on sait en effet grâce aux travaux de A. S. Trueblood que Lope utilisa à maintes reprises son Officinae epitome)56, Lodovico Ricchieri57, dont les seize livres des Lectiones antiquae, publiés à Venise en 1516, sans cesse réédités aux XVIe et XVIIe siècles, constituent une mine inépuisable de références, Constantino Castriota, Pietro Crinito (Petrus Crinitus), auteur des Commentarii de honesta disciplina, Sacrobosco (Joannes de Sacrobosco, auteur de plusieurs traités scientifiques), Frans Titelmans, érudit flamand, pionnier de la théologie franciscaine aux Pays-Bas, Volaterrano (traducteur de l’Odyssée) et Levinus Lemnius, auteur des miracles cachés de la nature, Occulta naturae miracula (Anvers, 1559)58. C’est dire si le spectre de ses sources est vaste et diversifié.

26Certains prologues et dédicaces de Lope apparaissent comme un répertoire de sentences, de citations latines, de lieux communs, de concepts et d’idées diverses en vrac, dont le foisonnement, l’abondance, la diversité et le désordre ne laissent pas de déconcerter le lecteur. C’est pourtant là un procédé bien habituel que le recours aux outils dont nous parlions plus haut, qu’un auteur comme Gonzalo de Céspedes y Meneses n’hésite pas à taxer de vol et de délit dans le prologue du Soldado Píndaro :

  • 59 Gonzalo de CÉSPEDES Y MENESES, Varia fortuna del soldado Píndaro, Lisbonne : Gerardo de la Viña, 16 (...)

Lacónico y conciso verás hoy al Soldado, y no sin sus retazos de moralidad y doctrina gracias a polianteas, brocardicos, proverbios, y lugares comunes. En cuanto a estas alajas yo te confieso el robo, solo lo enjerto y la invectiva es mío. Perdón merece quien por abrazarse a la verdad no niega sus delitos […]59.

  • 60 Lope Félix de VEGA CARPIO, El verdadero amante, op. cit.
  • 61 Juan Luis Vives expose clairement cette méthode d’apprentissage dans son traité De tradendis discip (...)

27Il faut également rappeler que les disciplines étaient perçues depuis le Moyen Âge comme un réservoir de sentences dans lequel on pouvait puiser à l’envi selon les nécessités de la démonstration. C’est ce procédé qu’évoque Lope de Vega dans la dédicace de El verdadero amante lorsqu’il recommande à son fils « que tengáis pocos libros, y esos selectos, y que les saquéis las sentencias, sin dejar pasar cosa que leáis notable sin línea, o margen »60. La copie, mémorisation, citation, la constitution de « cartapacios » et de livres de lieux communs constituaient les opérations habituelles réalisées par l’étudiant au cours de l’apprentissage du savoir61. L’accès au sources classiques était largement contraint par le classement auquel elles étaient soumises (chronologique ou alphabétique) et conduisait à une mise sur le même plan des différents auteurs cités quelle que fût leur importance ou la qualité de leurs écrits. Ce qui retient l’attention dans les prologues les plus denses en matière de citation, c’est la combinaison des sources hétérogènes, hors de leur contexte d’énonciation, l’éloignement du sens original donné par leurs auteurs, le caractère incomplet des citations, dangers contre lesquels le jésuite Pierre Caussin met en garde dans ses Eloquentiae sacrae et humanae parallela publiés en 1619 lorsqu’il dénonce l’utilisation abusive des polyanthées :

  • 62 Texte traduit du latin cité par Sagrario LÓPEZ POZA, « La erudición como nodriza de la invención », (...)

Éste es el camino más breve, no, sin embargo, el más seguro : pues, ¡ con cuánta frecuencia quienes una y otra vez siguen estos riachuelos reciben multitud de informaciones que se apartan del sentido original de sus autores, incompletas, no válidas, exageradas sin mantener la fidelidad, por lo común incluso falsas e inapropiadas62 !

28Ces commentaires sont à rapprocher des déclarations de Manuel de Faria y Sousa, commentateur des Lusiades de Camoens, lorsqu’il explique que ses citations des classiques latins proviennent de ses lectures et non pas de la consultation de polyanthées :

  • 63 Lusiadas de Luis de Camoens. Príncipe de los poetas de España […] comentadas por Manuel de Faria y (...)

De la propria manera lei los latinos clásicos, que los grandes hombres imitaron con frecuencia como se verá de las ocasiones en que los cito declarando las a que ellos dijeron sus pensamientos, y trayéndolas a comparación con la de mi poeta : señal clara que no cito por palabras halladas en índice dellas, que si bien son grandes trabajos de sus autores, han hecho perezosos a muchos, y obligádolos a alegar muchos lugares, sin saber la ocasión con que ellos se ordenaron63.

  • 64 C’est d’ailleurs cette pratique que raille Cervantès dans la préface de la première partie du Quich (...)
  • 65 Voir par exemple la dédicace au Comte-Duc d’Olivares. Obras propias y traducciones latinas, griegas (...)

29N’oublions pas que Lope dote neuf de ses ouvrages d’appendices érudits : on trouve par exemple une « Table des auteurs cités dans l’ouvrage » dans El Peregrino en su patria, un « Index des sentences les plus remarquables de ce discours » dans Triunfo de la fe en los reinos de Japón, un glossaire dans La Dragontea, une « Exposition des noms poétiques, et historiques contenus dans ce livre » dans La Arcadia. La volonté d’asseoir sa pratique littéraire sur un large éventail d’autorités du canon gréco-latin est on ne peut plus ostentatoire64 ; il cite le plus souvent en langue originale, n’indique pas systématiquement ses sources et ne joint pas de marginalia. La différence est notable avec les préliminaires de Quevedo aux œuvres de fray Luis de León et de Francisco de la Torre où les citations en latin sont accompagnées d’une référence précise au texte original et assorties d’une traduction ou d’une paraphrase, voire d’un commentaire65. Dans un autre registre et plus tardivement, José Zatrilla y Vico explique dans son prologue de Engaños y desengaños del profano amor pourquoi il a choisi de placer l’appareil érudit dans la marge et non pas dans le corps du texte, distinguant deux types de lecteurs : « los discretos y científicos » capables de lire les citations en latin, « los idiotas e ignorantes » pour qui la traduction est indispensable :

  • 66 Joseph ZATRILLA Y VICO, Engaños y desengaños del profano amor, Naples : Joseph Roseli, 1687, « Pról (...)

El cuarto reparo me parece podrá ser en que los textos y sentencias no se han incorporado en medio de la Historia, como otros suelen, sino que van puestas a la margen, como algunos lo practican, y también podrán decirme los muy doctos, que habiendo puesto tan a la vista las autoridades, que traigo en prueba de mis discursos, no importaba romancearlas porque es diligencia muy escusada para los entendidos. A esto respondo, que el haberlo dispuesto en esta forma ha sido con particular advertencia, porque como este libro han de leerle los discretos y científicos, y también los que no lo son he querido poniendo a la margen los textos, autoridades y sentencias quitar el embarazo que podían causar a los idiotas y al mismo paso explicarles su expresión en buen romance, para que no se queden en ayunas sin saber lo que contienen y lo que con ellas quiso probarse ; y habiéndolas procurado romancear con las mejores frases que ha podido expresarlas mi corta inteligencia, me persuado que ni a los doctos podrá causarles desazón, ni a los demás podrá dañarles, el que por este medio sepan lo que sin él ignoraban66.

  • 67 Baltasar GRACIÁN, Art et figures de l’esprit, traduction de Benito PELEGRIN, Paris : Editions du Se (...)

30Lope ne mentionne jamais ses sources dans le cadre du paratexte. Lorsque les références érudites abondent de façon excessive, le lecteur n’est parfois pas loin de penser que ces paratextes sont, selon l’expression de Gracián, des « magasins d’érudition ou, pour mieux dire, des fatras où sont entassés mots, apophtegmes et sentences ; ils ressassent et rebutent aussitôt »67. Chez Lope, l’érudition n’est jamais une fin en soi, elle est parfois manipulée, détournée, utilisée de façon ironique, au service d’une stratégie défensive.

31C’est en effet ce procédé de détournement que convoque Lope dans la dédicace du Verdadero amante : les autorités gréco-romaines (Pausanias, Plutarque, Cicéron, Aristote, Pline et Ausone) sont citées avec une intention ironique. Les citations sont volontairement incomplètes, approximatives. Lope se moque de lui-même, suite à l’inclusion d’une série de réflexions adressées à son jeune fils sur le « caractère » :

  • 68 Félix Lope de VEGA CARPIO, El verdadero amante, op. cit., fol. 195r°-196r°.

cuya definición os darán Pausanias y Plutarco cuando sepáis entenderlos ; el uno en los Acaicos, y el otro en la Vida de Bruto. Ni aun conozco la calidad de vuestro ingenio ; que San Agustín tuvo por felicísimo al que nació con él, como en el libro cuarto de la Ciudad de Dios lo siente el Santo ; y fue opinión de Cicerón y de Aristóteles la ventaja que hace al arte la naturaleza, a quien afrenta Plinio pensando que la cultura de las artes se debe a la avaricia ; bien que casi siempre es verdad cuando no las estudia el gran señor y príncipe, y aun entonces puede ser vanidad, y no virtud, como se ha visto en muchos. Mas para qué os persuado con autores, cuando aun estáis en los rudimentos de la lengua latina68.

32Lope « joue » à l’érudit (il en possède les connaissances) mais ne se prend jamais au sérieux. Alors qu’Ausone s’érige dans ses Idylles en modèle pour son fils et son petit-fils, Lope incite son fils à ne pas suivre ses pas et qualifie ses conseils d’inutiles :

  • 69 Ibid., fol. 196r°.

y he adquirido enemigos, censores, asechanzas, envidias, notas, reprensiones y cuidados ; perdido el tiempo preciosísimo, y llegada la non intellecta senectus, que dijo Ausonio, sin dejaros más que estos inútiles consejos69.

  • 70 Dicta notabilia sive illustriores sententiae ad excolendos mortalium mores vitas recte instituendas (...)

33C’est souvent avec beaucoup de distance et d’ironie que Lope de Vega commente son recours aux autorités. Dans le prologue de la Docena parte (1619), les autorités sont au service d’une stratégie défensive contre les attaques dont il est la cible de la part de ceux qu’il définit comme « unos hombres que han hecho juramente de no confesar que nadie sabe […]. Estos no son escorpiones en la triaca, como dijo Aristóteles de la lógica, sino que fuera della vierten veneno ». Cette traduction d’une citation d’Aristote, probablement tirée d’un recueil de sentences70, est suivie d’une raillerie, non exempte d’orgueil, directement adressée à Torres Rámila et non plus à l’ami lecteur du début du prologue :

  • 71 Félix Lope de VEGA CARPIO, « El teatro », in : Docena parte de las comedias de Lope de Vega Carpio, (...)

Paréceme que te ríes de que un Teatro traiga un lugar del Filósofo. Pues persuádete, gramático, que en mí se tratan cada día tantas diferencias de facultades, que me puedo graduar de la que yo quisiere, pues bien sabes (no sé si lo sabes) que las artes no difieren entre sí más que por la nobleza del sujeto71.

34Dans le prologue de la Parte catorce (1620), on retrouve cette même distance ironique par rapport à l’usage des autorités et des citations en latin. Lope cède la parole au théâtre qui exprime ses doléances, se plaint des réactions du public et des auteurs et enchaîne sur une digression à propos de la vertu :

  • 72 [Félix Lope de VEGA CARPIO], Le Théâtre (« El teatro a los lectores »), in : Parte catorce de las c (...)

Con ser la virtud quien es se burló Ariston Quío de su Maestro Zenón, porque dijo que no había cosa buena fuera della, ni mala fuera de su contraria, no dejando alguna para el medio. Así lo refiere Tulio en una de sus cuestiones, pues en cosas tan desiguales, algo se ha de dejar de los extremos buenos y malos para el medio, y no condenarlo todo porque del todo no sea bueno, pues pocas cosas lo son : Ex omni parte. Palabrita de latín es esta. Perdonen que los teatros y los pedantes tenemos licencia de encajar un latinito, para conservar el crédito, aunque nos descuidemos de saber romance […]72.

35Après avoir cité Aristote et Robortello, il insiste de nouveau :

  • 73 Ibid., p. 8.

Sabrosa cosa es esto de latinizar, ya me iba de uno en otro lugar aficionando a lo que reprehendo, pues pudiera haberlo dicho en mi lengua, tan noble, copiosa, y rica como todas, aunque un cierto gregizante dijo, que dejaba de romanzar un texto de Aristóteles, porque hallaba para su declaración baja nuestra lengua siendo certísimo que le leyó en la latina, que tan poco se diferencia de la nuestra […]73.

36Lope se moque de sa propre pratique, de la façon approximative dont il utilise les autorités. Ce qui lui importe c’est de répondre de la façon la plus efficace à ses ennemis, en particulier à Torres Rámila qui l’a blessé en l’attaquant sur la qualité de son érudition.

  • 74 Félix Lope de VEGA CARPIO, La villana de Getafe, in : Parte catorce de las comedias de Lope de Vega(...)
  • 75 Góngora composa également à cette occasion un sonnet : Tonante monseñor, ¿ de cuando acá ?

37Sa stratégie de défense et de légitimation prend la forme d’une multiplication des références érudites et des citations latines. Dans la dédicace à don Francisco López de Aguilar qui précède La villana de Getafe74 il inclut un sonnet qu’il a composé dans une Académie à l’occasion de la mort de Miguel de Guzmán, tué par un éclair au cours d’une partie de chasse75. Il en propose son propre commentaire, destiné à défendre les qualités de son texte et à répondre aux critiques dont il avait été la cible (« satisfacer brevemente a las objeciones propuestas »). Il justifie en particulier le choix des adjectifs « Júpiter servador » (déformation du latin servator : sauveur) et « sierpe trina » (tridens) à grand renfort d’érudition :

  • 76 Ibid., p. 5.

A Júpiter llamaron servator, consagrándole la encina por el primero sustento del mundo. Iovis arbore y sacra Iovi, dijo Ovidio ; Amica Iovi, Valerio Flaco y Claudiano ; y Alciato en una emblema76.

38Ou plus loin

  • 77 Ibid., p. 5.

Llamarla « trina », siendo de tres puntas, ¿ qué dificultad tiene ? Trisulci fulminis, dijo Séneca de los antiguos ; y Poliziano, de los modernos, trifidum fulmen77.

39Cette hypertrophie savante s’achève par une plate paraphrase en prose :

  • 78 Ibid., p. 6.

Y todo el soneto junto se entiende ansí : « Don Miguel de Guzmán era cazador, andaba por los montes, no se hizo hijo del sol, aunque pudiera, siéndolo del duque de Medina Sidonia, pues ¿ cómo le mata Júpiter con su rayo, si fue solo Endimión por las selvas y no por el cielo Faetonte78?

40Par ses commentaires de sa propre poésie, Lope se consacre lui-même comme autorité. Il faut sans doute y voir un procédé parodique visant une fois de plus à railler la poésie gongorine et ses commentateurs. Il faut cependant surtout considérer que ses références érudites ne justifient aucunement la légitimité de ses néologismes, mais affirment d’autant plus sa liberté de poète. Et c’est là un trait fondamental de sa poétique que d’être résolument tournée vers le présent.

Haut de page

Notes

1 Baltasar GRACIÁN, Agudeza y arte de ingenio, Tratado segundo, Discurso LVIII, « De la docta erudición y de las fuentes de que se saca », Madrid : Juan Sánchez, 1642, Obras completas, éd. de E. BLANCO, Madrid : Turner, 1993, II, p. 726-730.

2 Baltasar GRACIÁN, Art et figures de l’esprit. Agudeza y arte del ingenio, 1647. Traduction, introduction et notes de Benito PELEGRIN, Paris : Seuil, 1983, p. 222.

3 Alejandro GARCÍA-REIDY, « Lope de Vega y la apología de su musa : autoridades clásicas pro domo sua », Anuario Lope de Vega, 12, 2006, p. 73-92.

4 « Deben tenerse por igual los honores y los vituperios del vulgo : ni alegrarse ni dolerse por ellos ». Notre traduction. Sebastián Francisco de MEDRANO, « Al lector », in : Lope Félix de VEGA CARPIO, Decimaoctava parte de las comedias de Lope de Vega Carpio, Procurador Fiscal de la Cámara Apostólica, Familiar del Santo Oficio de la Inquisición, dirigida a diversas personas, Madrid : Juan González, a costa de Alonso Pérez, 1623. Voir l’édition annotée de ce prologue réalisée par Victoria PINEDA, en ligne sur le site IdT du projet ANR Les idées du théâtre, consultable à l’adresse http://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Vega-ParteXVIII-Preface.html.

5 Félix Lope de VEGA CARPIO, El verdadero amante. Y la primera comedia de Lope de Vega Carpio. Dirigida a Lope de Vega su hijo, in : Parte catorce de las comedias de Lope de Vega Carpio, Madrid : Juan de la Cuesta, 1620, fol. 195r°-196v°. Voir le bel article de Marie ARANDA, « Paratexto y paternidad. La dedicatoria a El verdadero amante (Parte XIV de las comedias de Lope de Vega) », in : María Soledad ARREDONDO, Pierre CIVIL et Michel MONER (éd.), Paratextos en la literatura española (Siglo XV-XVIII), Madrid : Casa de Velázquez (Collection de la Casa de Velázquez, 111), 2009, p. 111-117.

6 Voir l’exposition de la Bibliothèque Nationale d’Espagne 500 años sin Aldo Manuzio, du 10 février au 19 avril 2015.

7 Francisco de QUEVEDO, Los Sueños, éd. de Ignacio ARELLANO, Madrid : Cátedra, 1991, p. 185-186.

8 Jean CANAVAGGIO, « L’humanisme de Cervantès », in : Cecilia SUZZONI et Hubert AUPETIT (éd.), Sans le latin, Paris : Mille et une nuit, 2012. Consultable à l’adresse www.apfla-cpl.com/telechargement/humacer.doc.

9 Juan PÉREZ DE MONTALBÁN, Sucesos y prodigios de amor, éd. de Luigi GIULIANI, Barcelone : Montesinos, 1992, p. 134.

10 Voir l’article de Xavier TUBAU, « Temas e ideas de una obra perdida : la Spongia (1617) de Pedro Torres Rámila », Revista de Filología Española, 90-2, 2010, p. 303-330.

11 Francisco LÓPEZ DE AGUILAR, Expostulatio spongiae, Troyes : Pierre Chevillot, 1618, fol. 27v°-28r°. Texte traduit par Xavier TUBAU MOREU, dans sa thèse de doctorat Lope de Vega y las polémicas literarias de su época : Pedro Torres Rámila y Diego de Colmenares, soutenue à l’Université Autonome de Barcelone, 2008, consultable en ligne : http://www.tdx.cat/handle/10803/4889, p. 75.

12 Pour les études sur les librairies et bibliothèques du XVIIe siècle, nous renvoyons à l’ouvrage de Trevor DADSON, Libros, lectores y lecturas : estudios sobre bibliotecas particulares españolas del Siglo de Oro, Madrid : Arco Libros, 1998, et à Anne CAYUELA, Alonso Pérez de Montalbán : un librero en el Madrid de los Austria, Madrid : Calambur (Biblioteca Litterae 6), 2005.

13 José María DÍEZ BORQUE, « Libros de poesía en bibliotecas del Siglo de Oro (1600-1650) », Revista de Filología Española, XC, 2010, p. 69-98.

14 Titus Catius Asconius Silius Italicus.

15 Stace (Publius Papinius Statius) : poète latin de la Rome antique. Auteur de deux épopées, la Thébaïde et l’Achilléide.

16 Camilo Guarino Guarini.

17 Giambattista Marino.

18 Cristóbal de Castillejo.

19 Gregorio Hernández de Velasco, traducteur de l’Énéide.

20 Garci Sánchez de Badajoz.

21 Luis VELEZ DE GUEVARA, El diablo cojuelo, Barcelone : Marte, 1965, p. 113. Sur cette liste voir l’article de Miguel Angel RABADE NAVARRO, « Una lista de Auctores en el cortejo de El diablo cojuelo, de Luis Vélez de Guevara », Revista de filología de la Universidad de La Laguna, 8-9, 1989-1990, p. 293-306.

22 Maurus Servius Honoratus, dit Servius, grammairien de la fin du IVe siècle, commentateur de Virgile.

23 Luis de GÓNGORA Y ARGOTE, El Polifemo de Don Luis de Góngora comentado por Don García de Salcedo Coronel, Madrid : Juan González, 1629, fol. IIr° : « Aprobación del padre fray Diego Niseno, Predicador mayor de S. Basilio de Madrid ».

24 « Don Luis nunca escribió poema épico, por lo cual no le viene bien el nombre de Homero español ; que le dio la edición adulterada de sus obras », José PELLICER DE OSSAU Y TOVAR, Lecciones solemnes a las obras de don Luis de Góngora y Argote, Madrid : Imprenta del reino, 1630, p. 3.

25 Martín de Roa, dans son ouvrage intitulé Principado de Córdoba, considère son excellence au-delà des modèles de l’Antiquité : « El Plauto y Marcial de nuestra edad, don Luis de Góngora superior sin agravio de los mejores latinos y griegos en cultura, agudeza, y mucho más en sal y donaire sin comparación » (Martín de ROA, Antiguo Principado de Córdoba en la España ulterior, o andaluz, Cordoue : Salvador de Cea Tesa, 1636, fol. 26v°).

26 J. PELLICER, op. cit.

27 Francisco de FIGUEROA, Obras de Francisco de Figueroa laureado Píndaro español, Lisbonne : Pedro Craesbeek, 1626.

28 Luis de GÓNGORA, Todas las obras de Luis de Góngora en varios poemas recogidos por Gonzalo de Hoces y Córdoba, Madrid : Imprenta del Reino, 1633, « Aprobación de Luis Tribaldos de Toledo ».

29 Lusiadas de Luis de Camoens. Príncipe de los poetas de España. Primero y segundo tomo, Madrid : Juan Sánchez, a costa de Pedro Coello, 1639, p. 47.

30 Caecilius Statius.

31 Quintus Ennius.

32 Tomás TAMAYO DE VARGAS, « A la memoria eterna de nuestro insigne amigo », in : Félix Lope de VEGA CARPIO, Oncena parte de las comedias, Madrid : Casa de la viuda de Alonso Martín de Balboa, 1618. Citons également l’approbation de Fray Onofre de Requesens, qui indique que les œuvres de Lope « mostrarán a las extranjeras naciones, con su impresión, que hay en nuestra España, en un solo sujeto, un Virgilio, Ovidio, Lucano, Petrarca, Dante y Tasso ».

33 Alfonso SANCHEZ, Appendix ad Expostulationem Spongiae, traduction de Xavier TUBAU, « El Appendix ad Expostulationem Spongiae de Alfonso Sánchez. Edición y traducción », in : Xavier TUBAU (éd.), Aún no dejó la pluma. Estudios sobre el teatro de Lope de Vega, Bellaterra : Grupo de Investigación Prolope-Universitat Autònoma de Barcelona, 2009, p. 365-367.

34 À propos de Vicente García Salat, voir la biographie que lui consacre Vicente XIMENO, Escritores del reino de Valencia, Valence : Joseph Estevan Dolz, 1747, vol. I, p. 266-267.

35 Le licencié Gonzalo Mateo de Berrio figure parmi les « grands poètes de notre temps » cités par Lope de Vega dans La Dorotea. Le personnage de César déclare en effet que « Don Francisco de la Cueva y Berrio, jurisconsultos gravísimos (de quien pudiéramos decir lo que de Dino y Alciato, intérpretes consultísimos de las leyes y poetas dulcísimos), escribieron comedias que se representaron con general aplauso ». Cité par Cayetano Alberto de LA BARRERA Y LEIRADO, Catálogo bibliográfico y biográfico del teatro antiguo español desde sus orígenes hasta mediados del siglo XVIII, Madrid : Gredos, 1969 (Biblioteca Románica Hispánica. IX : Facsímiles), p. 40.

36 Juan Fernández Navarrete.

37 Sur Philippe Rogier, voir l’article de Paul BECQUART, « Quatre documents espagnols inédits relatifs à Philippe Rogier », Revue Belge de Musicologie, XIV, 1960, p. 126-131. Je remercie très chaleureusement Víctor Infantes pour les indications bibliographiques concernant Salat, Berrio et Roger.

38 Félix Lope de VEGA CARPIO, El Cardenal de Belén, in : Trecena parte de las comedias de Lope de Vega Carpio, Madrid : Viuda de Alonso Martín, 1620, « Al Padre Maestro fray Hortensio Félix Paravicino, Predicador de su Majestad », p. 126.

39 Philosophe grec.

40 Empereur romain.

41 Lope convoque également Pic de la Mirandole, Ange Politien, Trajano Boccalini, Philippe Béroalde, Pierre Chrysologue.

42 « On sait bien, mais on a trop tendance à oublier, qu’un homme cultivé de la Renaissance est loin de connaître d’original tout ce dont il parle et qu’il peut citer maints auteurs sans les avoir lus. Nous sommes parfois victimes d’un mirage de “la Renaissance”, ce temps merveilleux où les hommes, atteints d’une sorte de voracité intellectuelle, sont censés avoir lu et assimilé tout le trésor des auteurs anciens redécouverts. [...] Or c’est un fait que la culture de la Renaissance a été pour la plupart de ses bénéficiaires, en dehors de cas privilégiés [...], une culture d’excerpta mis à la portée de nombreux esprits par l'école et par le livre imprimé ». Marcel BATAILLON, « Sur l’humanisme du Docteur Laguna », Romance Philology, XVII, 2, 1963, p. 232.

43 Víctor INFANTES, « De officinas y polyantheas. Los diccionarios secretos del Siglo de Oro », in : Homenaje a Eugenio Asensio, Madrid : Gredos, 1988, p. 243.

44 Lía SCHWARTZ, « La retórica de la cita en las Novelas a Marcia Leonarda de Lope de Vega », Edad de Oro, XIX, 2000, p. 285. Notre traduction.

45 V. INFANTES, ibid., p. 256.

46 Gregorio de ANDRÉS, El Maestro Baltasar de Céspedes y su discurso de las letras humanas, Estudio biográfico y edición crítica, Madrid : Biblioteca La ciudad de Dios, 1965, p. 203-204.

47 Juan PÉREZ DE MONTALBÁN, Fama póstuma a la vida y muerte del doctor frey Lope Félix de Vega Carpio y elogios panegíricos a la inmortalidad de su nombre, Enrico DI PASTENA (éd.), Pise : ETS, 2001, 191.

48 « Caton, quitte le théâtre, Cicéron, apporte ton esprit ». Notre traduction.

49 CICÉRON, Œuvres complètes, traduction de M. NISARD, tome I, Paris : Firmin Didot frères, fils et compagnie, 1869. Consultable en ligne à l’adresse http://remacle.org/bloodwolf/orateurs/oratore1.htm.

50 Félix Lope de VEGA CARPIO, Novelas a Marcia Leonarda, Federico Carlos SÁINZ DE ROBLES (éd.), Madrid : Aguilar, 1990, p. 14.

51 Notre traduction.

52 Félix Lope de VEGA CARPIO, Rimas, Felipe B. PEDRAZA (éd.), Ciudad Real : Université de Castilla-La Mancha, 1993, p. 132.

53 Voir Anne MOSS, Les recueils de lieux communs. Apprendre à penser à la Renaissance, Genève : Droz, 2002.

54 Voir l’article de María Pilar CUARTERO SANCHO, « Las colecciones de Sententiae en la literatura latina del Renacimiento », in : José María MAESTRE MAESTRE, Luis CHARLO BREA, Joaquín PASCUAL BAREA (éd.), Humanismo y pervivencia del mundo clásico, Homenaje al profesor Antonio Fontán, Alcañiz : Instituto de Estudios humanísticos, vol. 3, 2002 (Literatura latina renacentista), p. 1571-1584.

55 Voir la bibliographie citée dans l’article de Julián GONZÁLEZ BARRERA, « Lope y los librotes de lugares comunes : su lectura particular de Ravisio Téxtor », Anuario Lope de Vega, XIII, 2007, n. 1.

56 Alan S. TRUEBLOOD, « The Officina de Ravisius Textor in Lope de Vega’s Dorotea », Hispanic Review, XXVI, 1958, p. 135-141.

57 Celius Rhodiginus (Ludovicus Coelius Richerius Rhodiginus).

58 Edwin S. MORBY a étudié l’influence de cet auteur dans La Dorotea, « Levinus Lemnius and Leo Suabius in La Dorotea », Hispanic Review, 20-2, 1952, p. 108-122.

59 Gonzalo de CÉSPEDES Y MENESES, Varia fortuna del soldado Píndaro, Lisbonne : Gerardo de la Viña, 1626, « Prólogo ».

60 Lope Félix de VEGA CARPIO, El verdadero amante, op. cit.

61 Juan Luis Vives expose clairement cette méthode d’apprentissage dans son traité De tradendis disciplinis publié à Bruges en 1531 : « Así es que cada uno de los niños tendrá un cartapacio en blanco, dividido en varias secciones para recoger en él las enseñanzas caídas de la boca del maestro, que son de precio no menor que las perlas. En una sección, las frases y modismos de uso corriente o raro no conocidos de todos, en una tercera sección registrará los hechos históricos y en otras las fábulas ; en otra los dichos y las sentencias graves ; en otra, las sales y las agudezas ; en otra los proverbios y refranes ; en otra, la fauna, la flora, los minerales peregrinos ; en otra, los pasajes difíciles de los autores, con su explicación convincente ; en otra, consignará las dudas que no han tenido solución ». Texte cité et traduit par Manuel BREVA-CLARAMONTE, La didáctica de las lenguas en el Renacimiento. Juan Luis Vives y Pedro Simón Abril. Con selección de textos, Deusto : Universidad de Deusto, Serie Letras, volumen 25, 2009, p. 76.

62 Texte traduit du latin cité par Sagrario LÓPEZ POZA, « La erudición como nodriza de la invención », La Perinola, 3, 1999, p. 176.

63 Lusiadas de Luis de Camoens. Príncipe de los poetas de España […] comentadas por Manuel de Faria y Sousa […]. Primero y segundo tomo, Madrid : Juan Sánchez, a costa de Pedro Coello, 1639, « Prólogo », p. 13.

64 C’est d’ailleurs cette pratique que raille Cervantès dans la préface de la première partie du Quichotte. Voir à ce propos l’article de Pedro CONDE PARRADO et Javier GARCÍA RODRÍGUEZ, « Ravisio Téxtor entre Cervantes y Lope de Vega : una hipótesis y una coda teórica », Tonos, Revista electrónica de estudios filológicos, 4, 2002, consultable à l’adresse https://www.um.es/tonosdigital/znum4/estudios/ravisio.htm.

65 Voir par exemple la dédicace au Comte-Duc d’Olivares. Obras propias y traducciones latinas, griegas y italianas, […] autor Fray Luis de León […] dalas a la impresión don Francisco de Quevedo, Madrid : Imprenta del Reino, 1631, « Al excelentísimo señor Conde Duque, Gran Canciller mi señor ».

66 Joseph ZATRILLA Y VICO, Engaños y desengaños del profano amor, Naples : Joseph Roseli, 1687, « Prólogo ».

67 Baltasar GRACIÁN, Art et figures de l’esprit, traduction de Benito PELEGRIN, Paris : Editions du Seuil, 1983, p. 289.

68 Félix Lope de VEGA CARPIO, El verdadero amante, op. cit., fol. 195r°-196r°.

69 Ibid., fol. 196r°.

70 Dicta notabilia sive illustriores sententiae ad excolendos mortalium mores vitas recte instituendas, ex Platone, Aristotele, et aliis, Venetiis : apud Hieronimum Calepinum, 1551.

71 Félix Lope de VEGA CARPIO, « El teatro », in : Docena parte de las comedias de Lope de Vega Carpio, Madrid : Viuda de Alonso Martín, a costa de Alonso Pérez, 1619. Édition et notes de José Enrique LAPLANA GIL, consultable sur le site Idt http://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Vega-Docena-Preface.odt, p. 4.

72 [Félix Lope de VEGA CARPIO], Le Théâtre (« El teatro a los lectores »), in : Parte catorce de las comedias de Lope de Vega Carpio, procurador fiscal de la Cámara Apostólica y su Notario, descrito en el archivo romano y familiar del Santo oficio de la Inquisición, Madrid : Juan de la Cuesta, a costa de Miguel de Siles, 1620. Édition et notes de Delia GAVELA, consultable sur le site IdT, http://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Vega-ParteXIV-Preface.odt, p. 7.

73 Ibid., p. 8.

74 Félix Lope de VEGA CARPIO, La villana de Getafe, in : Parte catorce de las comedias de Lope de Vega, Madrid : Juan de la Cuesta, 1620. « A don Francisco de Aguilar ». Édition du texte et notes d’Ignacio GARCIA AGUILAR sur le site Idt, consultable à l’adresse http://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Vega-VillanaGetafe-Dedicace.odt. Les citations renvoient à cette édition.

75 Góngora composa également à cette occasion un sonnet : Tonante monseñor, ¿ de cuando acá ?

76 Ibid., p. 5.

77 Ibid., p. 5.

78 Ibid., p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Cayuela, « Autorités classiques et paratexte au XVIIsiècle », e-Spania [En ligne], 21 | juin 2015, mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/24653 ; DOI : 10.4000/e-spania.24653

Haut de page

Auteur

Anne Cayuela

Université Grenoble Alpes, ILCEA 4

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals