Navigation – Plan du site
Les ports de la monarchie espagnole : variété des modèles péninsulaires (XVe-XVIIe siècle)

Le Puerto de Santa María dans le complexe andalou au XVIe siècle

Annie Molinié

Résumés

Étude socio-démographique du Puerto au premier XVIe siècle à partir de recensements (padrones de vecinos). C’est l’histoire locale, quotidienne d’une ville portuaire, avec sa palette d’individus (dont on connaît le nom et la profession) que ce type de documents ardus et émouvants, s’il en est, permet de tirer de l’oubli à tout jamais pour le bénéfice de la grande Histoire.

Haut de page

Texte intégral

1La villa du Puerto de Santa María – située à l’embouchure du Guadalete, dans la province de Séville (aujourd’hui celle de Cadix) – site stratégique de la Basse Andalousie, n’a certes pas le prestige de Séville, de Sanlúcar de Barrameda ou de Cadix – ce groupe portuaire du vaste complexe andalou dont le centre de gravité se déplace peu à peu du Puerto en direction de Sanlúcar et de Séville –. La « villa del gran Puerto » n’exerce pas la même fascination pour l’historien.

2Les bateaux de la Carrera de Indias ne partaient pas du Puerto. Néanmoins, la villa participa au destin de l’Atlantique hispano-américain. On y concentrait en effet galères, chaloupes, pataches et frégates. Toutefois, partirent du Puerto au moins deux expéditions, dont celle d’Alonso de Ojeda en mai 1499 avec le maître Juan de la Cosa, le piloto qui avait dessiné la première carte nautique du monde, portant l’inscription suivante : « Juan de la Cosa la fit [ladite carte] dans le Puerto de Santa María en l’an 1500 ».

3Ajoutons que le Puerto est une ville seigneuriale, ainsi le Duc de Medinaceli, don Luis de la Cerda, est-il qualifié dans les documents d’archives du temps de « Seigneur du Port ». Avec le duc de Medina Sidonia, deux des plus puissants nobles andalous, il fut le protecteur de Christophe Colomb et de Juan de la Cosa, mais c’est une autre histoire !

  • 1 A.G.S., Consejo Real, leg. 3, fol. 7. Au total 140 folios.

4Pourquoi alors cet intérêt pour le Puerto de Santa María ? C’est d’abord une question d’archives et de sources. Il existe en effet dans les archives de Simancas – section Consejo Real1 – deux recensements à vocation fiscale du XVIe siècle – empadronamientos.Le premier date de 1533. Il y avait eu en effet dans l’ensemble du Royaume de Castille une vérification du nombre des vecinos pecheros – entre 1528 et 1536 – pour ajuster la répartition de l’impôt, le servicio ordinario. Le second date de 1548 : Très détaillé, il comporte trois comptages successifs de la population imposable, des vecinos pecheros et fut effectué, selon la coutume de l’époque, maison par maison c’est-à-dire calle ahita, casa ante casa. On justifie ces vérifications du nombre des hommes en raison de la chute spectaculaire démographique de la villa. Il semblerait qu’il y ait eu au moins 222 maisons vides, sans habitants et en ruines « vacías y sin morador, perdidas ».

Le complexe andalou

5Le complexe andalou nous ramène à l’œuvre emblématique et monumentale de Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique, détour obligé pour qui se plonge dans ce thème des ports et du commerce avec le Nouveau Monde. Aussi ai-je eu la tentation de relire – quarante ans après – le tome 8 (il y en a au total douze !) sur les structures et la conjoncture de l’Atlantique espagnol… (1504-1650), publié en 1959, dans une série qui porte un titre braudélien : Ports, routes, trafics. À vrai dire, le Puerto n’y est que fugacement évoqué. En revanche, les rivalités entre Séville et Cadix, le déplacement de la Niebla vers Sanlúcar, les îles et l’Amérique y sont largement traités. Là, nous sommes, selon Fernand Braudel dans la Méditerranée et le monde méditerranéen, sur « les chemins de la Grande Histoire ».

  • 2 Le vecino, c’est le « feu », le foyer fiscal qui équivaut globalement à 4,5 habitants.
  • 3 Voir Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Au Siècle d’Or. L’Espagne et ses hommes. La population du Royaume de C (...)

6Mais revenons au principal, infiniment plus modeste, le Gran Puerto. Comme il n’y a de richesse que d’hommes, il est logique de mesurer en premier lieu l’évolution démographique du Puerto au XVIe siècle. Vers 1508, on dénombre 1 986 vecinos (soit environ 9 000 habitants)2 ; en 1533, la population s’élève à 1 584 vecinos, ce qui signifie une perte de 400 foyers ; en 1548, ils ne sont plus que 1 266, (-318 vecinos) ; enfin lors du fameux Censo de 15913 : on recense 1 069 pecheros, 14 hidalgos, 24 clérigos et 102 religieux. Au long du XVIe siècle, le Puerto a donc perdu 853 vecinos, soit près de 4 000 foyers fiscaux. En 1528, on compte à nouveau la population de la province de Séville et les habitants déclarent que les années antérieures furent stériles : au Puerto, on a manqué de blé, de pain et les faibles récoltes ne suffisaient plus à nourrir les familles. On évoque la baisse des revenus et la chute démographique due au départ des gens partis vivre ailleurs « a fuera parte », à Jerez et à Séville principalement. Le Puerto est confronté à la même situation que Cortegana, Cala, Castil de las Guardas. À Arroche, à El Bodonal ou à Santolalla, on dénonce également la disparition de foyers fiscaux ; à Palos, dont la principale activité est tournée vers la mer « andar por la mar », 300 vecinos (des hommes chefs de famille) sont partis aux Indes. On invoque aussi l’exiguïté du territoire de la commune, le finage, ce fameux et vital término, un cliché de ces déclarations à vocation fiscale tout au long du XVIe siècle. Les habitants étaient dès lors conduits à louer des herbages. On pense par exemple aux Relaciones topográficas du temps de Philippe II qui mentionnent toujours le finage de chaque pueblo ; des impôts trop lourds aussi dont l’almojarifazgo et les dîmes, sans oublier les épidémies et les famines récurrentes : des maux universels des périodes anciennes.

7Ces recensements, permettent d’établir un échantillon significatif de la population du Puerto et fournissent une photographie précieuse de la société au cours du premier XVIe siècle. Grâce aux archives paroissiales et notariales, on pourrait poursuivre cette étude pour le XVIIe siècle.

Une ville portuaire : gens de mer et pêcheurs

8Fernand Braudel, dans le livre culte La Méditerranée et le monde méditerranéen déjà cité ici, évoque

tout un peuple de marins qui de Séville, de Sanlúcar ou du Puerto de Santa María, descendent en pêchant jusqu’à la hauteur de la Mauritanie et, le dimanche, vont entendre la messe dans un des présides portugais de la côte marocaine.

9Les gens de mer sont bien représentés dans les documents, à l’égal des trabajadores, des ouvriers sans spécialité et sans qualification, et le Puerto apparaît comme une pépinière de marins. On y recense en effet de très nombreux marineros et parmi eux un contingent de Portugais, mareantes, hombres de la mar, des capitaines « de la mar », mais aussi des pilotos de la Flotte des Indes. On soulignera la présence des barqueros, bateliers et propriétaires de barques. Ces barques sont surveillées en raison de la contrebande qui sévit sur la côte. Pierre Chaunu parle des « flottes de barques ». Ces barques servent à la pêche et au transport des marchandises d’une rive à l’autre du Guadalete, comme à Séville pour le Guadalquivir.

10Liée à ces activités portuaires, on trouve ceux qui radoubent les navires, 23 charpentiers, une vingtaine de calfats pour la réfection des coques et un certain Diego Hernández qui dessine des cartes pour la navigation. Serait-ce une spécialité du Puerto ? On compte 40 bizcocheros qui pétrissent et cuisent le précieux et indispensable biscuit destiné aux équipages, dans les fours du Puerto. La ration était alors, rappelons-le, de 700 grammes de biscuit par homme et par jour.

11Les pêcheurs sont une composante de la villa depuis le temps où Alphonse X avait exempté les pêcheurs du Puerto de tout impôt. La pêche est l’une des activités phares du Puerto, et cela quelle que soit la date du recensement. En 1533, ils sont au nombre de 112, soit 15 pour cent des vecinos. Parmi eux, de nombreux sardineros. Au Puerto, il y a le quai « de la sardina ». Il convient d’ajouter les fabricants et réparateurs de nasses et de filets ; et un groupe très présent de freydores, ces fricasseurs qui vendent du poisson frit. Les pêches en Afrique du Nord furent une richesse pour ceux du Puerto, une pêche florissante jusqu’à la fin du XVIe siècle. On distingue – une particularité des pêcheurs de cette côte ‒ les « pescadores de lo alto » et ceux « de lo bajo ».

Les galères

12Les galères royales jouent un rôle indispensable au Puerto, lié à Cadix comme les autres ports de la rive continentale de la baie, Puerto Real ou Rota.

13Les galères ont un besoin constant de points d’appui, car elles n’ont qu’une très faible autonomie de navigation. Leurs ports d’attache sont alors Lisbonne ou le Puerto. Elles participent à la défense atlantique et andalouse. La galère protège aussi contre les corsaires. Aussi recense-t-on quelques cómitres de las galeras qui surveillaient la chiourme, tel Alonso Diaz.

  • 4 Pierre CHAUNU, Séville et l’Amérique – XVIe-XVIIe siècle. Paris : Flammarion, 1977, p. 19-50.

14La baie est traversée de galères, rapides et « indépendantes à l’égard du vent » et resteront les auxiliaires indispensables de la défense de Cadix et de ses annexes, « particulièrement vulnérables à l’ennemi », comme l’écrit Pierre Chaunu dans Séville et l’Amérique4. Dans le padrón de 1548, il est fait mention de « casas que son del Comendador Diego de Valera vacias que sirven de almazen del pan para las galeras ».

Le port des salines, l’almojarifazgo et les douanes

15Les salines du Puerto étaient parmi les plus importantes d’Espagne. Une quarantaine de saulniers résident au Puerto en 1533. La villa produit en effet de grandes quantités de sel qui provient de salines appartenant à des particuliers qui payaient des droits au Duc de Medinaceli à la Saint Jean.

  • 5 Modesto ULLOA, La Hacienda Real de Castilla en el reinado de Felipe II, Madrid : FUE, 1977.

16Ce sel est transporté par mer et par terre. Bon an mal an, ce sont 50 000 cahices (mesure qui vaut 12 fanègues) qui ont été vendus en 1531-1532. Modesto Ulloa rapporte dans la Hacienda Real de Castilla en el reinado de Felipe II5qu’on avait obligé les habitants de Vélez Málaga à s’approvisionner en sel au Puerto. Un sel inégalé pour saler la morue, affirme-t-on, dont une grande proportion était exportée.

17Le Puerto est l’une des 31 douanes où est perçu l’almojarifazgo. Il s’agit d’un impôt royal et dans les listes de vecinos figurent plusieurs almojarifes et l’on cite « el aduana del Rey donde estan los almojarifazgos » avec leurs employés – contadores, receptores, guardas – sans oublier les officiers chargés de percevoir les dîmes.

Des marchands : « mercaderes, tratantes et tenderos »

18En 1533, on recense une vingtaine de marchands au Puerto : des marchands installés dans la villa, mais aussi – avec la création de nouveaux espaces – des marchands venus pour faire du commerce et qui louent des maisons. On en a dressé la liste pour 1533 et 1548 : les familles Diaz, Lopez, Gomez, Garcia Alvarez, Jerez… Silvestre Terrón dominent. L’exemple de Martin Garcia, chaussetier, fabricant de pourpoints et « tratante» est significatif de ces profils de commerçants. Les notables déclarent aux enquêteurs qu’auparavant il y avait de nombreux marchands et un commerce florissant : « y mucho trato ». Les activités mercantiles avaient été en effet variées et nombreuses. Mentionnons aussi quantité de tenderos, petits boutiquiers présents dans toutes les rues de la ville. La présence de marchands portugais et flamands est attestée. Ces marchands vendent du drap et de la soie et d’autres toiles et étoffes, voire des habits fabriqués localement ; mais aussi du fer, des clous et du matériel pour réparer les navires et les caravelles, comme dans tous les ports de la côte.

19D’autres marchands achètent du blé, de l’avoine et du vin et de l’huile. Vignobles de Jerez et oliveraies se déploient en effet dans les alentours et sont en expansion. Des ouvriers travaillent dans les vignobles, 19 vendeurs font le commerce du vin et 20 fabriquent les indispensables tonneaux. Le commerce et les échanges intéressent les étrangers qui apportent drap, toiles et serges et remportent des vins doux et des fruits secs ; d’autres livrent du poisson provenant du Cabo de Moguer et de Galice. On ne s’étonnera pas de la présence de 18 transporteurs, voiturant bois, huile… avec leurs mulets ou bœufs. Bien évidemment on trouve 27 auberges, dont 11 tenues par des femmes, mesoneras, souvent veuves. Il en est ainsi dans l’ensemble du Royaume de Castille. À une moindre échelle, les boutiques ou casas/tiendas foisonnent, mais en 1548, beaucoup ont dû fermer. Parmi les boutiquiers, on remarque la présence de nombreux Portugais.

20Le padrón fait état d’un certain nombre d’étrangers, on l’a dit, qui viennent essentiellement par mer : des Portugais, des Flamands mais aussi quelques Génois. On signale aussi des familles morisques.

Propriétaires ou locataires ?

21Le padrón de 1548, effectué quinze ans après l’enquête fiscale de 1533, présente l’originalité d’introduire le concept de « pobre », tellement complexe à définir, dans ses listes et de préciser tous les chefs de famille, résidents ou de passage, qui sont locataires d’une ou plusieurs maisons avec le nom du particulier ou de l’institution loueurs.

22Outre cela, on a un état complet des maisons et boutiques vides, sans habitants ; ces maisons sont tombées en ruines et les gens sont partis pour la plupart vivre à Cadix, Jerez ou Séville ; d’autres sont morts ; d’autres enfin sont partis tenter fortune aux Indes de Castille. Au total, ce sont au moins 222 maisons abandonnées « perdidas y derrocadas » ou bien « vacias y sin morador ». C’est bien évidemment un facteur du dépeuplement de la villa.

23C’est majoritairement une ville où les habitants sont locataires, pour des raisons diverses. Parmi les institutions qui louent des maisons, on trouve les religieuses du Saint Esprit et celles de l’Immaculée Conception ; les moines de la Victoria ; des confréries comme la Santa Misericordia, des hôpitaux : l’hôpital Saint Jean de Dieu et celui de l’Incarnation. La cathédrale possède et loue quantité de maisons. On peut à titre d’exemple nommer un marchand catalan, Juan Morel, qui vit « en unas casas de que paga tributo a las monjas de la Concepción ».

24Les autres propriétaires sont des prêtres de la villa, tel Blas Martinez et des particuliers dont le nom revient plusieurs fois dans le recensement : on remarque en particulier une certaine Catalina de Estopiñan, qui réside à la fois à Jerez et au Puerto ; Juan de la Cerda ; un veinticuatro de Jerez et doña Leonor de la Cerda (membres de la famille du duc).

Une société traditionnelle

  • 6 Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Au Siècle d’Or, op. cit., p. 341-348 et « Les veuves dans l’Espagne classiq (...)

25Les veuves chefs de famille chargées d’enfants représentent au Puerto, en 1533, 21 pour cent des vecinos. Ce fort pourcentage dans cette ville portuaire est comparable à celui de l’ensemble des villes de la Castille au XVIe siècle6. C’est un phénomène urbain caractéristique de cette société traditionnelle. Pour la province de Séville, il est de 18,1 pour cent. Lorsque leur métier est précisé, ce sont les veuves qui ont repris l’occupation du mari défunt : citons en vrac une fabricante de chapines, de gants, de couteaux, une papetière, une autre qui exploite une huerta, de nombreuses aubergistes qui logent les marchands et étrangers de passage, d’autres qui possèdent une échoppe. Beaucoup sont enregistrées comme « veuves et pauvres ». On recense aussi 53 maisons où vivent des jeunes de moins de 25 ans/menores et seize femmes célibataires.

26Comme partout, on nomme les notables : trois apothicaires, trois chirurgiens, deux médecins, deux maîtres d’école dont Maestre Hernando, le bachelier Arévalo, le commandeur Benavides, trois jurats, deux procuradores, huit échevins/regidores et les indispensables notaires/greffiers. Tous les métiers artisanaux des villes de Castille (tailleurs, savetiers, potiers, chaussetiers, fabricants de pourpoints, alfatiers/esparteros…) figurent dans cette liste des vecinos.


***

27Le Puerto de Santa María est lié à Cadix qui ne peut exister au XVIe siècle sans les autres ports de la rive continentale de la baie : Puerto Real, Rota, sans oublier Chipiona mal famée en raison de la présence des voleurs d’épaves et de cordages. Le Puerto appartient à cet espace atlantique à dominante espagnole et surtout andalouse. On le saisit ici en une période de chute démographique et socio-économique qui en fait un port déclassé, même si sa population est encore plus nombreuse que celle de Cadix.

Haut de page

Notes

1 A.G.S., Consejo Real, leg. 3, fol. 7. Au total 140 folios.

2 Le vecino, c’est le « feu », le foyer fiscal qui équivaut globalement à 4,5 habitants.

3 Voir Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Au Siècle d’Or. L’Espagne et ses hommes. La population du Royaume de Castille au XVIe siècle, Paris : Economica, 1985, en particulier le chapitre consacré à la province de Séville.

4 Pierre CHAUNU, Séville et l’Amérique – XVIe-XVIIe siècle. Paris : Flammarion, 1977, p. 19-50.

5 Modesto ULLOA, La Hacienda Real de Castilla en el reinado de Felipe II, Madrid : FUE, 1977.

6 Annie MOLINIÉ-BERTRAND, Au Siècle d’Or, op. cit., p. 341-348 et « Les veuves dans l’Espagne classique (1550-1630) », in : Raphaël CARRASCO (dir.), Solidarités et sociabilités en Espagne (XVIe-XXe siècles), Besançon/Paris : Annales littéraires de l’Université de Besançon/Les Belles Lettres, 1991, p. 267-275.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Molinié, « Le Puerto de Santa María dans le complexe andalou au XVIe siècle », e-Spania [En ligne], 22 | octobre 2015, mis en ligne le 31 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/25005 ; DOI : 10.4000/e-spania.25005

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals