Navigation – Plan du site
Mécénats et patronages féminins en péninsule Ibérique au moyen âge (XIe-XVe siècle)

Le chant des neuf sœurs. À propos d’une œuvre de Gómez Manrique commandée par l’infante Isabelle

Frédéric Alchalabi

Résumés

Cette étude revient sur une œuvre de Gómez Manrique, composée à l’occasion de l’anniversaire d’Alphonse de Castille, à la demande de sa sœur, l’infante Isabelle. L’on y étudie aussi bien la forme que le fond de l’œuvre, en particulier la question du rôle de la poésie dans la construction de la légitimité politique ainsi que celle de l’image de l’exercice du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mon édition de référence est la suivante : Gómez MANRIQUE, Francisco VIDAL GONZÁLEZ (éd.), Cancione (...)

1A l’occasion des quatorze ans de son frère Alphonse, en 1467, l’infante Isabelle, alors âgée de seize ans et qui deviendra reine de Castille sept ans plus tard, demande à Gómez Manrique d’écrire une brève composition, à la fois théâtrale et poétique, adressée au jeune homme. Le souvenir de cette courte pièce ne s’est pas effacé. Nous la connaissons sous le nom de Vn breue tratado que fizo Gómez Manrrique a mandamiento de la muy yllustre señora infanta, doña Ysabel, para vnos momos que su exçelençia fizo con los hados syguientes (dorénavant Tratado) 1.

  • 2 Voir Eugenio ASENSIO, « De los momos cortesanos a los autos caballerescos de Gil Vicente », in : An (...)

2Comme le titre l’indique, il s’agit d’un momo, c’est-à-dire d’une représentation dans laquelle prenaient part des acteurs qui – masqués, déguisés –, interprétaient des rôles, en dansant parfois. Le terme désignait non seulement le spectacle en lui-même mais aussi ceux qui y participaient ou bien leurs masques2. Alfonso de Cartagena fut l’un des premiers Castillans du XVe siècle à nous parler de l’introduction des momos, dans son Libro de la Providencia de Dios. Il regrette ce spectacle, tout en évoquant brièvement – sans l’éclairer davantage – l’étymologie du terme :

  • 3 Ana María ÁLVAREZ PELLITERO, « Desde los orígenes hasta el siglo XV », in : Javier HUERTA CALVO (di (...)

el juego que nuevamente agora se usa de los momos (porque) aunque dentro deste está honestad e maduredad e gravedad entera, pero escandalízase quien vee fijosdalgo de estado visages agenos. Creo que no lo usarían si supiesen de qual vocablo latino desçiende esta palabra momo3.

  • 4 Diego de SAN PEDRO, Keith WHINNOM (éd.), Obras completas, 3t., Madrid : Clásicos Castalia, 1979-198 (...)
  • 5 « Costaron doce ropetas e dose sombreros, guarnecidos y bordados de oro baxo, e treze penachos e tr (...)

3Pour sa part, dans le Tractado de amores de Arnalte y Lucenda, Diego de San Pedro emploie même le verbe momear : « […] y el día aplazado en que los ensayos con obras esecutarse tenían fuese venido, al rey supliqué que así al justar del día como al momear de la noche a todas las damas de la cibdad ficiese venir »4. Ces deux allusions – loin de constituer des cas isolés – nous indiquent qu’il s’agissait donc d’un spectacle en vogue, sans être pour autant unanimement apprécié. Le goût de ces fêtes courtisanes ne quittera jamais Isabelle, laquelle continuera à en organiser une fois devenue reine, ainsi que le laissent entendre les livres de compte de l’époque : leur examen attentif nous enseigne que la souveraine dépensait des sommes considérables en costumes de scène, destinés à être portés par les participants à ces formes primitives de théâtre5.

  • 6 Pour toutes les données d’ordre contextuel, je me sers de Luis SUÁREZ, Isabel I reina, Barcelone : (...)

4Si l’œuvre écrite par Gómez Manrique a été jouée le jour même de l’anniversaire d’Alphonse, nous sommes le 14 novembre 1467, à Arévalo6. Isabelle y avait passé les premières années de sa vie aux côtés de sa mère, Isabelle de Avis – qui sombrait peu à peu dans la démence – ainsi que de son frère Alphonse, de deux ans son cadet. Jean II, leur père, devait décéder en 1454, permettant ainsi à l’héritier Henri de monter sur le trône et de régner sous le nom d’Henri IV. Les conseillers de ce dernier décidèrent d’arracher les deux enfants à leur mère, au moment de la naissance de Jeanne, surnommée perfidement la Beltraneja, le 28 février 1462, dont Isabelle fut la marraine. Isabelle et Alphonse quittèrent donc Arévalo et devinrent des instruments aux mains des puissants de la cour du roi. Une partie de la noblesse décida de déposer Henri IV et de faire d’Alphonse le nouveau souverain. Le 5 juin 1465, à Ávila, se déroule une grotesque mise en scène théâtrale (la farsa de Ávila), dans laquelle l’on vilipende le roi Henri, représenté par un mannequin en tissu, en même temps qu’on lui retire un à un ses attributs royaux. Du haut de ses onze ans, Alphonse devient alors roi, pour une partie de la noblesse seulement, celle qui s’oppose à Henri IV. La Castille est alors déchirée par une nouvelle guerre civile.

  • 7 Voir Óscar PEREA RODRÍGUEZ, « La corte literaria de Alfonso el Inocente (1465-1468) según Las copla (...)

5Ces années sont éprouvantes pour Isabelle et son frère, lesquels, en 1467, finissent par retrouver leur mère, à Arévalo. Alphonse et sa sœur sont à un tournant de leur vie. Isabelle a 16 ans et tous les témoins louent sa beauté et son intelligence. Alphonse a su créer une cour autour de lui, s’entourant d’auteurs comme Gómez Manrique, qui lui avait déjà consacré un poème, en 1453, pour célébrer sa naissance7. Personne ne peut se douter qu’il ne reste à Alphonse que quelques mois à vivre. Le 5 juillet 1468, alors qu’il se rendait à Ávila pour réunir ses troupes afin de reprendre Tolède, qui s’était rangée du côté d’Henri IV, Alphonse tomba brusquement malade puis mourut, peu avant ses quinze ans.

  • 8 Sur le même sujet, voir le bel article de Francisco LÓPEZ ESTRADA, « Manifestaciones festivas de la (...)

6Le Tratado de Manrique est une œuvre de commande, voulue par l’infante Isabelle de Castille8. Elle est souvent mentionnée mais presque toujours uniquement considérée comme une œuvre de circonstance ou bien citée comme exemple pour parler des premiers pas du théâtre castillan. C’est, bien entendu, ce qu’elle est, mais pas uniquement : replacée au sein de l’ensemble de l’œuvre de Gómez Manrique, elle fait sens ; voulue par l’infante Isabelle, sa portée est particulière.

  • 9 Je renvoie, une nouvelle fois, à Historia del teatro español…, op. cit.

7J’ai donc voulu revenir, ici, sur cette pièce théâtrale et poétique, selon une double approche, à la fois formelle et idéologique. Je l’ai ainsi abordée en la prenant pour ce qu’elle était principalement : une composition alternant vers et prose, faite pour être représentée, tout en connaissant les limites en terme d’écriture théâtrale et de jeu scénique, du théâtre médiéval par rapport au théâtre classique9. J’ai également voulu aller au-delà de son caractère festif et, par conséquent, je me suis interrogé sur sa portée idéologique, en étudiant le discours que tiennent Gómez Manrique, et, par extension, l’infante Isabelle, sur l’exercice du pouvoir. Ces deux approches sont soudées par une interrogation commune sur le rôle et la place de la poésie ainsi que du théâtre dans la contestation politique.

  • 10 L’exercice des armes et l’écriture ne sont pas incompatibles pour Gómez Manrique : « […] las sçienç (...)
  • 11 Pour les données biographiques, voir Jean CANAVAGGIO (dir.), Historia de la literatura española, To (...)

8L’auteur est l’un des membres de la famille prestigieuse des Manrique, tournée vers les armes mais aussi intéressée par l’écriture et ses pratiques10. Gómez est l’oncle de Jorge, l’auteur des Coplas por la muerte de su padre – entre autres poèmes – adressées à son frère Rodrigo. Gómez est né aux environs de 1412-1413 ; il décède probablement en novembre 149011.

  • 12 Cancionero, p. 11.
  • 13 L. SUÁREZ, Isabel…, op. cit., p. 14.

9Les Manrique constituent une puissante famille castillane. Leur devise est éloquente : Non venimos de reyes/ sino los reyes de nos12. Il s’agit d’une famille étroitement liée au pouvoir et qui – pour la période qui m’intéresse – a manifesté une hostilité croissante à l’encontre d’Henri IV. Gómez, qui a alors environ une cinquantaine d’années dans les années 1460, se rapproche de la jeune Isabelle. Il gagne son estime et tisse des liens étroits avec elle13.

  • 14 Voir l’échange, en vers, entre le neveu et son oncle et la réponse de ce dernier : Marqués de Santi (...)
  • 15 Voir Mònica GÜELL, « La représentation du pouvoir à travers le Cancionero General de 1511 », in : A (...)
  • 16 V. BELTRAN, Poesía…, op. cit., p. XXIII.

10L’oncle de Gómez, Íñigo López de Mendoza, marqués de Santillana, ne manque pas de souligner le talent littéraire de son neveu14. Le marquis ne s’était pas trompé : l’œuvre de Gómez Manrique est, en effet, de qualité ; elle se caractérise également par ses dimensions – plusieurs copies de son imposant chansonnier personnel sont conservées – mais aussi par sa variété. L’on y trouve des poèmes, notamment politiques15 car, comme le rappelle Vicenç Beltran, la poésie de Gómez Manrique est étroitement liée à son contexte politico-culturel, ce qui en fait une espèce de chronique de la vie de cour et de ses intrigues pendant une bonne partie du XVe siècle16.

  • 17 Cette composition de théâtre religieux est reproduite aux pages 660-668 de l’édition du Cancionero (...)
  • 18 Je renvoie à Harry SIEBER, « Dramatic Symmetry in Gómez Manrique’s La representación del nacimiento (...)

11L’auteur ne s’est pas contenté d’écrire des poèmes : par sa pratique de l’écriture théâtrale religieuse ou bien profane – avec toutes les réserves que j’ai prudemment émises à ce sujet, en introduction –, il contribue à l’évolution du genre, en Castille, au même titre que Juan del Encina. D’ailleurs, juste avant d’honorer la commande d’Isabelle, Gómez Manrique avait consacré son temps à l’écriture d’un drame religieux adressé à sa sœur, La Representación del nasçimiento de Nuestro Señor a instancia de doña María Manrrique, vicaria en el monesterio de Calabaçanos, hermana suya de Gómez Manrrique17. C’est précisément le théâtre religieux de Gómez Manrique qui a été l’objet de l’attention de la critique antérieure, au détriment du Tratado18.

  • 19 Tratado, p. 668.

12Le Tratado débute par une brève introduction en prose adressée à Alphonse, « muy poderoso rey e soberano señor »19. L’œuvre de Gómez Manrique est faite pour être jouée par Isabelle et huit de ses suivantes, dont le chansonnier révèle l’identité avant qu’elles ne prennent la parole. Il s’agit de neuf sœurs – de neuf muses, en réalité – qui ont appris qu’Alphonse devait fêter ses quatorze ans. Il faut dire que l’événement est important. Comme la première sœur le rappelle, à cet âge, Alphonse cesse d’être un enfant :

  • 20 Ibid., p. 669.

E assy bien sopimos cómmo a catorze días andados del honzeno mes del año de sesenta e syete despediéndose Vuestra Exçelençia de la pasada niñez, entraua en la curul hedat, que es de los catorze años arriba20.

13On ne dévoile pas l’identité de la première sœur, qui s’exprime au nom des autres :

  • 21 Ibid., p. 668-669.

Commo la diuulgada fama de aquel festiual día de vuestro nasçimiento e del venturoso nombre de Alfonso que vos fue ynpuesto por toda la terreña población corriese, por vn diuino misterio ouo de llegar en aquel ynabitable e santo monte de Elicón, adonde nosotras, las nueve hermanas, musas llamadas, éramos abitantes, cerca de aquella clara fuente de Pegasso21.

14Gómez Manrique et, à travers lui, les neuf jeunes filles qui vont défiler devant Alphonse, s’adressent donc à un jeune homme dont le prénom est porteur d’espoirs. L’auteur est si attaché à cette identité, qu’il estime valorisante, que peu de temps après (probablement vers 1470), lorsqu’il s’adressera à Isabelle et à Ferdinand pour leur donner des conseils en matière de bon gouvernement, il déclarera, dans son Regimiento de príncipes :

  • 22 Cancionero, op. cit., p. 626. Je souligne.

crea vuestra exçelençia que por el bien general y por el vuestro particular he con grandysimo deseo deseado que vosotros, muy esclareçidos señores, seáys tanto virtuosos, tanto justiçieros y tanto buenos, que se oluiden, o a lo menos se callen, sy oluidar no se pueden, las buenas gouernaçiones, las loables hazañas de los reyes de gloriosa memoria, Alfonsos e Fernandos, vuestros predeçesores22.

15Le parti pris de Manrique est manifeste et son dédain à l’égard d’Henri IV, éclatant. On voit bien que Gómez Manrique et Isabelle essaient, dans le Tratado d’une part, d’inscrire le jeune homme dans la lignée des prestigieux rois prénommés Alphonse et, dans le Regimiento d’autre part, d’effacer toute trace de celui qui, pourtant, règne encore quand Manrique écrit ces lignes, le roi Henri IV. Il s’agit, dans les deux cas, d’une évidente contestation du pouvoir en place et d’une manœuvre idéologique claire, voulue par Isabelle et mise en œuvre par Gómez Manrique. Ainsi, en l’espace d’environ trois ans, ce dernier se met au moins à deux reprises au service d’Isabelle pour participer à l’effort collectif demandé par la jeune femme afin de rendre légitimes, tour à tour, l’accession au pouvoir de son frère puis ses propres prétentions au trône.

  • 23 Tratado, p. 669.
  • 24 Ibid., p. 669. C’est moi qui souligne.

16Dans le Tratado, le discours de la première sœur, très significativement, développe le thème du savoir. Elle connaît, comme les huit autres, les épreuves qu’a dû endurer Alphonse, sans oublier toutefois ses succès. On songe au départ d’Arévalo et à la guerre civile, avec ses victoires et ses défaites. L’on entend – semble-t-il –, non plus la voix de Gómez Manrique, mais bien celle d’Isabelle, qui rappelle à son frère les moments difficiles passés ensemble, compensés par les réussites, là encore, communes mais surtout voulues par Dieu : « fuenos manifiesto el comienço e medio e cabo de vuestra muy virtuosa niñez e todos los infortunios, peligros, trabajos e buenas andanças que los dioses celestiales en aquella vos auían dado »23. On retrouve l’expression de cette connaissance voire d’une certaine omniscience, au niveau lexical. Le verbe saber est ainsi décliné sous diverses formes : « sabemos todas las cosas pasadas e presentes… ; bien sopimos cómmo a catorze días… ; sabiendo, muy escrareçido señor, por nuestro profundo saber »24.

17Si, comme je le suppose, c’est la voix d’Isabelle que l’on entend, le sens de ces différents passages est remarquable. Isabelle et ses sœurs se définissent avant tout par leur aptitude – presque naturelle – à la connaissance et elles sont devant Alphonse pour lui transmettre leur savoir. Ce sont des femmes qui le font devenir roi. Le Tratado, dès lors, prend une autre tournure : œuvre de circonstance, la composition de Manrique constitue également une bonne leçon en matière de gouvernement, dans la mesure où l’on semble suggérer à Alphonse que la femme – Isabelle sans doute – est garante du savoir.

18On le voit donc, le Tratado est bien un jeu courtisan plaisant mais il n’est pas pour autant dépourvu d’ambitions personnelles. De fait, lorsque l’on affirme que les neuf sœurs sont venues, en provenance de l’Hélicon, à la rencontre d’Alphonse pour partager leur savoir, c’est sans doute à la promotion d’Isabelle, comme garante de cette connaissance et, peut-être en filigrane, comme future conseillère, que l’on songe :

  • 25 Ibid., p. 669.

e sabiendo, muy escrareçido señor, por nuestro profundo saber, que segunt la muy real genealosía e gentil dispusyçión de persona e grandeza de estado e señorío, solamente vos fallecía ser venturoso en este siglo mundano, e tan virtuoso que del çeleste merecedor vos fiziese, con vn paternal e grande amor en nuestros ánimos enplantado, fuemos mouidas a dexar nuestra santa e separada abitaçión e venir a visitar vuestra muy real persona25.

19Dans cette hypothèse, on en apprend davantage sur Isabelle qui se voyait peut-être, à l’époque, comme une princesse capable d’épauler le futur roi et comme une efficace conseillère, comme, avant elle, l’avaient été Bérangère ou Marie de Molina. C’était, d’ailleurs, le rôle qui semblait devoir être le sien, en 1467, puisqu’elle n’était pas appelée à régner, étant devancée, dans l’ordre de succession, par Jeanne et par Alphonse. Dans le Tratado, il n’était sans doute pas vain, pour elle, de rappeler qu’elle pouvait être utile à son frère.

  • 26 Ibid., p. 670.

20Afin de rejoindre au plus vite Alphonse, les neuf sœurs ont demandé aux dieux de les aider. Ceux-ci les couvrent de plumes pour voler jusqu’à la cour : « Los quales dioses, oyda nuestra justa petición, súbitamente cubrieron a las ocho de nos d’estas fermosas plumas, e a la novena, d’este breue reportadora, d’estas vedijas de blanchete que vuestra excelençia vee »26. Isabelle – tout comme les autres sœurs – vient donc du ciel, au sens propre. Au sens figuré, cette même affirmation devient remarquable. L’on pense, dans ce cas, en effet, à la production littéraire et historiographique postérieure, dans lesquelles l’arrivée au pouvoir de la jeune femme sera présentée – à l’instar de ce que nous lisons ici – comme providentielle et répondant à un dessein divin. Tombées du ciel, Isabelle et ses suivantes peuvent alors toutes dire un mot à Alphonse et lui transmettre l’un de leurs savoirs :

  • 27 Ibid., p. 670.

E asy somos aportadas ante vuestra merçet no con ricos dones de oro ni de piedras preçiosas […] mas, con vn acreçentado amor que vuestra vista gentil nos ha causado, presentamos a vuestra alteza estos hados, los quales, posponiendo los otros dioses, rogamos Aquél solo que vos crió que llanamente vos lo otorgue27.

  • 28 Je souligne.

21Comme l’écrit Gómez Manrique, la dernière des neuf sœurs se singularise par son aspect. Il cherche même à la rendre voyante : « que vuestra excelençia vee », dit-on28. Bien entendu, la jeune femme qui se distingue n’est autre qu’Isabelle. Outre cette différence esthétique, son discours tranche avec celui des autres jeunes filles. De ce fait, si la première sœur s’exprimait en prose, les autres déclament des vers. Or, si la deuxième, la cinquième et la sixième sœur – jouées par Mencía de la Torre, Isabel Castaña et Juana de Valencia – lisent des novenas (de type abba, cdccd ; abab,cdccd ; abaab,cdcd), si les troisième, quatrième, septième et huitième sœurs (Elvira de Castro, Beatriz de Sosa, Leonor de Luján et Beatriz de Bobadilla) récitent des coplas castellanas (de type abba, cddc ; abab,cdcd ; abab,cddc ; abba,cdcd), Isabelle, la sœur qui clôt la représentation, a droit – pour sa part – à une copla real (de type abaab, cddcd). Il n’y a donc pas d’homogénéité ; mieux, ce manque d’homogénéité est revendiqué car il contribue à la distinction et à la valorisation d’Isabelle, cette fois-ci dans le registre discursif. Celle-ci occupe donc symboliquement le devant de la scène.

22La poésie, pour Gómez Manrique, doit être déclamée voire – mais je ne peux le prouver – chantée. Chacune des sœurs s’approche donc, à tour de rôle, d’Alphonse. Elles formulent des vœux ou bien elles lui accordent les vertus dont il a besoin pour bien gouverner. Après être revenue brièvement sur les conditions de l’arrivée des neuf sœurs à la cour d’Alphonse, Mencía de la Torre ordonne que la volonté du jeune souverain soit toujours suivie :

  • 29 Tratado, p. 671.

yo mando por mi pintura
que las dichas y ventura
obedescan tu deseo29.

23L’intervention d’Elvira de Castro permet à Gómez Manrique d’évoquer le thème de la justice :

  • 30 Ibid., p. 671.

Yo te hado, rey muy santo,
justicia syn más y menos,
qu’es reposo de los buenos
y de los malos espanto30.

24Beatriz de Sosa fait d’Alphonse un roi généreux :

  • 31 Ibid., p. 671.

Yo te hado el franquear,

que a mi cargo de dar es,
e jamás canses de dar
ni te fallesca qué des
31.

25Isabel Castaña permet au jeune homme de prendre le dessus sur ses adversaires, tout en lui donnant la capacité de pardonner :

  • 32 Ibid., p. 671-672.

Yo te quiero bien hadar,
prínçipe muy soberano
qu’en vençer e perdonar
sobres al César romano;
que la saña secutoria
la vengança da de sy;
pues dete Dios por memoria
vna loable vitoria
de todos y más de ty32.

2 href= er des prbitio: « 

  • 32 Ibid., p. 671-672i>

Yo te quier rey muy sr, por >e jamls ey Lujálñores, seá>que la saa mueersos, o/>sobresyçoa Césapor mor en n>sobrescritiqade Castrs de A,>pues dete n ac y mátseignoj />mireçirtuens derey >que la sa nosotpde ortros j />leine dve hero cuydem>3>.

2 hrefan> r de Luján et Bed’Alphonse un roi g de pré e lanios 

  • 32 Ibid., p. 669. C2i>

Yo te¡Oo poíficoétón!>por mllescg9. diont la frAbsalsúb>Ércon aquelniosa ez/>a class="footnotecall" id="bodyftn18" h3ef="#ftn24">23efspan>>.

2 href8n>Beatriz de Sosa illa) réotion jeuneénouble min d’Idouteger leu 

2 hrefan> Enfiinfante Isabelle, surd une arole. Il  

2 hrepan> lle fut laa ses suère les mi génlariseitanlà dsur sutres jeun,otionila cour osa llrradiscumme é mereon y trouvuve l’exae à lainon de laonstique l’oi prudere mau pouvumbevrègn erropol’arrivtant. Co pouvoim est pune souveLe

  • 26 Iem>ó(3..)
  • 18 Je songml:lang="es" lang="es">óop.  ria de la literpreyifscriuéRde glCató, à« , o2 t., Mref="#ftn18">(3..)

11 Lposition de Maique, selómez Manrique est fpprocchintroette pidastssens de son cis foue lant maisla vie disan position de théque, doit cci occupa voiour tre un enfagulapour e de cianecdo.

V par Isabelle et m,ite par Gómez Manrique a ée fait sscrire let le reutexte politriograpselóe regiynabilétentions au trcrinse et lutrten pour tre un encheuypar Menc tracefagulure, inscrir dement,n,oyositie Maraire et h, si la le rappegne.23..)37 Gómez est lque est ftout comme les aso que vgassty 669,igo. Gó Cot ven elleseveu23..)3. Bien Nisonsoqui lsymboe sone reutemieiu rel, ce t pvor pprocuxlresse untrcrinse et lueses suur, Ltion d’espoie de csice dhansoffépodivistiques

12 Da mesureà laode qui détrimebu vœuxes 1460, se race ment, déde temps aprèsde la scseacré so-delTratado, p. 6z Manrique avait consat Góme hreasy eçimn e ve, p. 67oet lasition pardo18coplas castellanas (de tpe abaab, cb, Isass="footnotecall" id="bodyftn18" h3ef="#ftn29">239.)3. L’Unde teite tar sens eà laoode la jêtre utile les du jees rsoe vDpazemede,eorass="footnotecall" id="bodyftn18" h4ef="#ftn30">34efs4an>’œuvrr est syitue anta pour sabel ariaila premiue di chantlvernement, dana premivie Castide, qui s estime vala seséplor ppr>

17 i lala mesureasy eçimn e ve, p. 6z Manrique est fpprovisulonsacre sien,t qumphcavoid’Is sui t des ans d périsyçar du avoién IV. Il sde, qui scomme les auaille

2 hrepan> que est fque stonsat ent une be rôlen pour eice :

2 hrep5n> Enquandunde teite tar sen’il slle et soaspaRegimiento de príncipes muy > (de œi par t timque st Ise rôlen pour eice :

  • 32 Ibid., p. 671-674.
l>

E asyElestedion justice yos />la veos crióeome qumes del>ni te otr enntyaquelcaydel>ni tea muque vniaa mucobdros a,ansobrescxqu’omosbyleses entar ve,la veya peticn dsfan e ve,la veno tjos e bue sr,ruias 3<4efs43n>>.

2 hrepan> l’timvaient tlaa sese Tratado, il n’d eststhans son Regimiento d’avaient r’Isesalnementaassaou67i rôlem ne la virsifent, dana prmbr /ntsipourtinstarmgla nri IV, éclar :

2 hrepan> Cfférents passages est intmprudu jl’écrie par Gque, selómez Manrique est fœuxes 1460, se ramre sntplus seul consinstar sse un’arriv est sleur do tiens au trce ment,trônouvernement, il omuux. DumC, aussi par sem>Rree l’atatiquesTratado, il . Javan,éreux :Tratado, il nvrioffr traveuère les mi gc/œau iséme:

les ratilumCastique, doit ct autrequi se voavec touteuivantes peuv chantlansmettre l do tie – le fon fot au j>, dtêtre un enfanbnge in soit,a distincence esthvri IV. GómeFlite tte connaisétionsIs ste du savoir. , il nen lui dt au j>’honorque outeuse, lcdsur siqueslass="textandnotes">

17 Je rLfante Isabelle, surdt sans coupriorigmnissvoratado d’unmez Manrique est e connant tldé aux dtte i er se medlasitionerprince par Gque, selómtion régn revenueisée – lée proeà ladetorze ans. Il Alphonse, Mencla mesues lofut l jêtrejaçi, dentmpa des pre de ses suivantes, donTratado, dèbien un jeu courtisan plai,a distimui dant mais il nncom dou669e ,nleur do toe ici ’oi pruder :par .epreisée csosabelle que lien un jepal d’ Llle, qui rapcrinse et luint leTlqui ssabelle que ll’ordret Gómurissvoratado d’utait pas aptre en fipsadas CelleEneler qu un derère les momenie – ldnouvembr /nttefait lee pot, rsroibba,te du savoir. Tlqui ssabeertass’exs coes lonse pour parvonsacrmpt a

ss="texte">17 L’Apar sun jepómez Manrique, doipor el ubelle et m,inse pour incarn, rs par sspace dc’esdes auabeertalleTratado, le disae, les autre1470) l do têa csneuf sœurs à la sanentiur d’sauabeertae dgèrecit cci oauabeertalle es comoges oires r learson asresyçar du <, les annéommo lcastes al uy reaeite ttesuassr> »
l>

E asyPuivantanas, mcomieistado ae/>justieu dosesoidbrntures-rdas,ó,>sobre¡car illite irtuexnçia te>que l yvo.ercare preza er, por>leo muuió!>Mdadsitoos mt auiosa ,ame iólouy reaeite luego>qu’te soifragua:>sobre¡tiçyzion. Toma ,>justieue jamy veglodgua!24..)48/li>

2 hre4an> LpolleLlle, qui. Qs lotroi

sspace dc’estait pas a qui. <>