Skip to navigation – Site map
Écriture de l’histoire et itinérance dans l’Amérique coloniale ibérique (XVIe –XIXe siècle)

Territoire et histoire : à la veille des indépendances

Marie-Laure Rieu-Millan

Abstracts

Quatre représentants américains aux Cortès de Cadix ont publié un mémoire, entre 1811 et 1813, pour présenter, de façon plus détaillée qu’en session parlementaire, leur province et obtenir l’approbation des remèdes réclamés. Ces textes insistent sur les réalités de l’espace américain, largement ignorées par les Péninsulaires et dont les caractéristiques conditionnaient en particulier l’organisation politico-administrative. L’espace de référence était ici la « province », un territoire qu’il fallait connaître, donc délimiter, investir pleinement, protéger contre les agressions extérieures, mieux occuper et maîtriser, mais aussi ouvrir à l’extérieur. C’était une logique territoriale propre, déjà, à une construction pré-nationale. La présentation historique de la province servait, elle aussi, des objectifs parlementaires et, malgré deux interprétations contrastées de la conquête, ne semble pas annoncer l’écriture d’une histoire nationale américaine.

Top of page

Full text