Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire
Des échanges et activités économiques

Les travaux féminins de la minorité juive dans le royaume de Majorque au bas Moyen Âge

El trabajo de las mujeres de la minoría judía en el reino de Mallorca en la Baja Edad Media.
The Work of Women of the Jewish minority in the Kingdom of Mallorca in the late Middle Ages.
Jorge Maiz Chacon

Résumés

Cet article revient sur une source précieuse, le Monedatge du Call de Majorque de 1350, pour mieux cerner le rôle des femmes de la minorité juive à Majorque au XIVe siècle, dans la gestion des biens familiaux, en l’absence de leur mari, et sur leur travail en général et la modalité des offices.

Haut de page

Texte intégral

La femme juive à Majorque au XIVe siècle

  • 1 Jaca, 31 octobre - 4 novembre 2006. Jorge Maiz Chacon est docteur en Histoire médievale, Profesor-T (...)

1Voilà maintenant une dizaine d’années, dans le cadre du projet européen Transpyrenalia, était organisée une réunion scientifique dont le titre était « La femme dans la culture juive médiévale »1, dont l’ambition était une mise à jour des connaissances sur la femme juive, dans les milieux socio-économiques, culturels, philosophiques, etc. Les résultats conduisent à certaines hypothèses, dans le cadre géographique auquel nous limitons généralement nos études, qui n’intègrent pas les responsa rabbiniques mal connues, ni la littérature, pourtant particulièrement riche. Quelles conclusions peut-on tirer de l'historiographie majorquine ? Nous verrons que nous disposions réellement de très peu d'interprétations, par rapport aux données qui avaient été compilées.

  • 2 Isabel MORANT, “Historia de las mujeres e historia: innovaciones y confrontaciones", 2e Congreso In (...)
  • 3 Pour le cas majorquin, voir l'exemple du Llibre du Mostassaf, où les unions possèdent une dénominat (...)

2Si nous ouvrons cette enquête sur les travaux judaïques menés à bien par les historiens actuels sur les habitants du royaume de Majorque au XIVe siècle, nous retrouvons un topos historiographique : celui du sujet oublié. Malgré de récents efforts d’actualisation des études sur les femmes médiévales2, presque tous les auteurs commettent l'erreur de confronter des sources et des offices principalement masculins. Par conséquent, la terminologie et les documents ont porté généralement sur l'empreinte masculine3, et négligé l'objet de notre présente étude. Si à cela, nous ajoutons l'hégémonie de l’analyse de la société chrétienne majorquine et, par dessus tout, le faible intérêt que paraît avoir suscité dans notre tradition, le sujet de la femme juive, nous nous trouvons devant quelques problèmes. Nous devons aussi préciser que ce travail s’appuie sur l'analyse du registre 2.408 du Patrimoine royal des Archives de la Couronne d'Aragon.

  • 4 N'apparaissent pas des femmes par les lettres de Droiture, que nous étudions entre 1263-1283, qui c (...)
  • 5 Archive du Royaume de Majorque, ECR, 348, fol. 256.

3Quel rôle jouaient la femme dans le call de Palma ? Grâce à l’apport d'autres études, n’apparaissent pas des femmes qui feraient acquisition de lettres de droiture4 ni des représentantes du secrétariat de l'aljama palmesane. Celles-ci seraient légalement éloignées des noyaux de décision de la Communauté et dépendantes de iure des juifs déjà établis dans le territoire. Par exemple, nous avons ainsi quelques cas de « regroupement familial », notamment à la date précoce de 1274, lorsque le lieutenant royal, Pere de Caldes, accorda licence à Homer Abenjucef, pour transporter sa femme et son fils selon le rite hébreu5.

  • 6 Archive de la Couronne d'Aragon (ACA), Reial Patrimoni (RP), 2.408, transcription de Joan MIRALLES (...)
  • 7 Limitation pour produire une liste de noms hébreux avec une origine fiscale et coïncidant normaleme (...)

4Pour approcher la condition féminine, choisissons d'analyser le document, le plus complet que nous avons, sur les offices hébreux de la Majorque médiévale. La présente étude se fonde sur une base documentaire publiée il y a déjà des années : le Monedatge du Call de la Ciutat de Majorque des Archives de la Couronne d'Aragon6, qui reprend la liste de maisons affrontant le paiement du monedatge l'année 1350. Nous avons décidé d'utiliser ce document, d'abord parce qu’il peut être considéré comme très complet, puisqu'il comprend une liste de plus de 700 trésoriers locaux, qui sont des juifs de Majorque ; ensuite, parce que nous croyons que cette transcription n'a pas été suffisamment analysée ni interprétée. Nous disposons par conséquent d’une liste étendue, représentative car proche, à dix pour cent près, de la population totale et dans laquelle est vérifiée l'activité professionnelle de 301 personnes, ce qui suppose de connaître l'office de plus ou moins quarante pour cent des habitants de l'aljama baléare, vers 1350. Cependant, ce travail ne palliera pas les difficultés nées de la domination des sources d’origine, masculine, et de leurs lacunes7. Nous disposons néanmoins ainsi d’un chiffre, proche à vingt cinq pour cent, de femmes qui habitent l'aljama, et qui sont, dans leur majorité, veuves et sans office reconnu.

  • 8 Jaume RIERA I SANS, Ramon ROSSELLÓ VAQUER : « Deutes fiscals dels jueus de Mallorca…, art. cit.
  • 9 Pour voir le listing complet, utiliser l'annexe 1 en fin d’article.

5Comme nous ne disposons pas de beaucoup de travaux sur l’onomastique hébraïque majorquine, nous nous limiterons à quelques remarques sur ce sujet complexe, qui mériterait une attention spéciale. Jusqu'à présent, en effet, nous pouvons indiquer qu'il existe une remarquable variété de noms hébreux féminins dépassant la quarantaine et dont la caractéristique principale est d’ignorer la filiation familiale biologique. Les femmes apparaissent donc comme muler de… et sont rarement nommées comme appartenant à leur famille biologique. Les données de la liste fiscale de 13398 démontrent aussi la variété onomastique de l'aljama baléare, malgré le peu d'information qui nous est offert. Parmi les noms les plus courants, nous comptons Astruga, Bonadona, Dolsa, Miriam/Mariam, Mignonne et Ragina9.

Le travail, les offices et leurs modalités

6La documentation concernant les activités et métiers médiévaux, bien que lacunaire et aléatoire, dresse un tableau d’une grande variété. Toute simplification qui aurait comme alibi « l’obscurité » médiévale, ne correspondrait pas à la réalité ; nous savons aujourd'hui que pendant les siècles médiévaux, spécialement pendant le Bas Moyen Âge, campagnes et villes nécessitaient une nuée d’offices, de tâches et d’activités aujourd’hui disparues.

  • 10 Enrique CANTERA MONTENEGRO, Aspectos de la vida cotidiana de los judíos en la España medieval, Madr (...)
  • 11 Ils n'atteignent pas 200 individus sur un total de 751.

7En observant attentivement les données dont nous disposons, et en suivant la méthode définie plus haut, nous observons que la grande majorité de femmes ne possèdent pas une activité professionnelle clairement définie dans notre document. En outre, elles apparaissent en général comme « épouse de … », associées ainsi à leurs maris pour les affaires de la famille, et dans – certains cas – dans son travail. La tradition hébraïque conserve une certaine infériorité juridique de la femme, propre à une société caractérisée par son fort caractère patriarcal. La femme, dépend donc légalement et fiscalement de son père ou de son mari10. Le pourcentage de 25, 3%11 de femmes chefs de feux, dans le monedatge de 1350, est alors surprenant, bien que 8,4% de ces dernières possèdent un office reconnu : des chiffres que nous pourrions qualifier de bas et peu représentatifs, si nous n'analysions pas en détail certains cas.

  • 12 Arxiu Parroquial de Santa Eulàlia (Palma), Parchemin, 303, publié dans Joan ROSSELLÓ LLITERES, Els (...)
  • 13 Archive de la Couronne d'Aragón, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 15.
  • 14 Ibid., fol. 41v°.
  • 15 R. ROSSELLÓ VAQUER, Història de Manacor. Segle XIV, Palma: Graphiques Miramar, 1978.

8Si nous détaillons les principales charges administratives et représentatives de la communauté hébraïque majorquine, l’absence de femmes, à ce niveau élevé de pouvoir, ne nous étonnera pas. Par exemple, lors de la réunion tenue dans la schola de Palma, le 12 mars de 1350, pour l'élection des quatre secrétaires de cette dernière, aucune femme n’est choisie12 et aucune ne fait partie des notables qui assistent à l'assemblée. Dans certains lieux publics, la femme demeure à l’écart, même si sans doute certaines juives devaient aider aux tâches communes de la Communauté, surtout dans le monde rural ou dans les petits groupes familiaux. Nous pouvons comprendre que Venguda, qui apparaît dans le monedatge de 1350, assistait son mari, le « rebbí de Sineu », dans ses travaux publics et privés13; il en était de même pour Dosal, femme du rabbin Saltel14. Dans ces sphères socio-économiques, il n'est pas habituel de voir des juives prêter de l'argent. Ainsi, si la norme veut que les femmes soient avant tout « épouses de… », nous comprenons qu’elles ne peuvent rester à l’écart des tâches exercées par leurs maris : par exemple, Miralda Paris, juive de Manacor, qui légua de l'argent vers le milieu du XIVe siècle15.

  • 16 Jorge MAÍZ CHACÓN, "Apreciaciones sobre la part forana. Mentalidad y marginalidad en el siglo XIV m (...)
  • 17 J. MAÍZ CHACÓN, “Tabla XII. Reclamaciones judías y conversas de deudas cristianas (1392)”, Activida (...)

9La situation changea de manière radicale après l'assaut du quartier juif, en 1391. Après ces événements bien connus16, de nombreuses femmes se chargèrent de réclamer des prêts et des possessions que leurs maris, fils et pères avaient en cours avec beaucoup de chrétiens. Nous imaginons que l'exil forcé, la persécution et le décès de ces juifs obligea quelques femmes à réclamer des impayés, actions qu’elles avaient peut-être dû mener auparavant, mais qui sont désormais clairement exprimées dans les sources, à cause de la destruction des nombreux foyers17. La décadence définitive des suivantes nous empêche d'évaluer la nouveauté de cette situation.

  • 18 Lluís TUDELA VILLALONGA, “Les dones dels mercaders genovesos i mallorquins a la primera meitat del (...)
  • 19 Archive du Royaume de Majorque, Reial Patrimoni, 3.810, fol. 153. Vente du médecin Aaron Abdalhac d (...)
  • 20 Ibid., fols 153-153v°, Astruc Cresques « qui fa mappemondes » et vend, en août 1375, les Magdalena (...)
  • 21 Ibid., Maymó Faraig, secrétaire de l'aljama, avait vendu le captif Eulalia, en juin 1375, à Joan de (...)

10Nous avons actuellement peu de doutes au sujet du dynamisme économique et du développement commercial du royaume de Majorque. Dans ce domaine, les juifs jouaient un rôle fondamental, dans le cadre de réseaux d'échange méditerranéen du XIVe siècle. Dans ce contexte, beaucoup de femmes de commerçants prenaient part à ces activités18; quelques-unes agissaient comme négociantes, en l'absence de leur mari et d'autres veuves poursuivaient les affaires familiales. De même, bien des juives exercèrent nécessairement auprès de leurs époux commerçants. Nous pensons que les activités que les femmes développent dépendent du contexte. Les juives de milieux élevés jouaient un rôle totalement différent de celles dont l'origine socio-économique était plus modeste. Par exemple, si nous analysons trois ventes d'esclaves converties au christianisme en 1375, toutes se déroulent dans des familles d'un certain statut social et économique : un médecin19, un cartographe20 et un secrétaire de l'aljama21. Ainsi, seules quelques matrones comptaient sur des esclaves pour assurer les tâches quotidiennes. De ce point de vue, les autres mères de famille devaient supporter une triple discrimination : celle causée par le genre, en tant que femmes, celle motivée par la religion comme juives et celle née de la situation économique pour les pauvres.

  • 22 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 13.
  • 23 Margalida BERNAT I ROCA, Els ‘tres mesters de la llana’ a Ciutat de Mallorca (s. XIV-XVII), Palma: (...)
  • 24 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 20v°.

11De toute façon, nous constatons un univers féminin très hétérogène et divers. Ainsi, le monde artisanal serait totalement différent de celui de l’élite intégrée ; plus les familles étaient modestes, plus la tâche de la femme était lourde – principalement ménagère et ouvrière. Dans le secteur textile, la cardeuse Rahela22, qui vivait dans l'îlot qui partait de la rue qui a été de Sainte-Foi, de la synagogue jusqu'à la porte devant le domaine des Tours-Llavaneres, était la seule cardeuse de l'aljama. Bien que nous ne connaissions pas le nombre de personnes qui travaillaient avec elle, nous supposons qu'il était important, puisque la corporation essaya douze années plus tard de mécaniser cette activité, dans le but de réduire le nombre de femmes qu'il occupait23. On a ensuite la didalera Na Bonadona, qui vivait dans l'îlot qui part de la porte du call, devant les Tours jusqu'au verger des Franciscains, qui n'a pas payé le morabatín : Isac Suyaret et Yucef Voient Nebet ont juré qu'elle n'avait pas de biens24; nous ne connaissons pas si elle travaillait pour un tailleur ou un groupe de tailleurs, si elle avait un atelier propre ou offrait un travail à domicile, de la même manière que nous ne savons rien du matériel employé pour coudre, ni des articles fabriqués.

  • 25 « Palis », Diccionari català-valencià-balear (DCVB) d'Antoni Maria Alcover et Francesc de Borja Mol (...)
  • 26 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 26v°.
  • 27 Ibíd.
  • 28 Thérèse METZGER, Mendel METZGER, La vie juive au Moyen Âge illustrée par les manuscrits hébraïques (...)

12Voici encore deux paliseras, office qu'elles auraient partagé avec les hommes, dont un même nombre se consacrait à ce travail. Les paliseras25, dont l’activité est mal documentée, confectionnaient des toiles rectangulaires, employées dans la liturgie. Bonn26 et la pisane Joyeuse27 se dédiaient à ces travaux, pour fabriquer des vêtements juifs caractéristiques : la saya, cotte courte ou jupon, pour les moins aisées ou les sayas plus longues et larges, qui paraient les plus aisées28.

  • 29 Ce serait le cas de la Bonina tandera (ibid., fol. 32).

13Ainsi, l'aljama s’organisait comme une ville pratiquement autonome au sein de la cité : il fallait y développer le petit commerce des vivres consommés quotidiennement, de petits ateliers et commerces occupés par tisserands29, qui formaient, avec les grandes familles de commerçants, des réseaux d'échange juifs, tant dans la communauté locale qu’à l’échelle de la Méditerranée.

  • 30 Archive de la Couronne d'Aragon, 2.408, fol. 27. Ce serait sûrement la femme aussi du professeur Vi (...)
  • 31 Ibíd., Yahia Abram (fol. 5), Vidal Durent (fol. 6) Vidal Moment (fol. 28), Deví Abram (fol. 33v°), (...)

14Nous avons aussi la preuve, bien que de manière indirecte, de la présence féminine dans les domaines culturel et éducatif. Voici Na Gracia30, femme de Durent qui mostrava à escolans, conjointement avec sept autres juifs, à la même date31. Malgré l’importance de l’intervention masculine dans ce domaine, il semblerait qu'une partie de l'éducation des tout petits et des enfants relevait de la mère dans la maison familiale ; par conséquent, elle demeure généralement peu attestée dans les sources conservées.

  • 32 Enrique FAJARNÉS, “Juseff-Ben-Barahon, rabí de la escuela de los judíos de Mallorca, su familia y s (...)
  • 33 J. RIERA I SANS, R. ROSSELLÓ VAQUER, “Deutes fiscals dels jueus de Mallorca (1339)”, Calls [Tárrega (...)
  • 34 A. CARDONER PLANAS, “Seis mujeres hebreas practicando la medicina en el reino de Aragón”, Sefarad, (...)

15Il ne faut pas s’étonner si quelques femmes exerçaient, avec une assiduité certaine, comme en 1392, la converse Bartolomée, petite-fille et héritière de Jucef ben Barahon, fille de Faraig Voient Mosse et de Na Perciola, qui réclamait l'héritage du rabbin de l'école judaïque de l'aljama, son père qui avait péri dans l'assaut de 139132. Nous disposons également de sources qui nous montrent des juives versées dans les sciences, dès le début de XIVe siècle. Voici enfin Na Gog33 qui exerçait l'office de matjasa, entre 1329 et 1337, un office juif non exceptionnel dans la Couronne d'Aragon à cette époque34.

  • 35 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 29.
  • 36 Antoni PONS, Los judíos del Reino de Mallorca durante los siglos XIII y XIV, Palma: Miquel Font Edi (...)
  • 37 M. BERNAT I ROCA, El call de Ciutat de Mallorca a l’entorn de 1350, Palma: Lleonard Muntaner, 2005; (...)
  • 38 Enrique CANTERA MONTENEGRO, “La mujer judía en la España medieval”, Espacio, Tiempo y Forma (Serie (...)

16Parmi d’autres activités d’un statut moins élevé dans l'aljama, notons la présence de Horó35, una fembra donne setgla ou prostituée. De cette activité, nous n'avons pas beaucoup de références textuelles ; vers 1390, il existerait des auberges juives hors du call36, qui selon des avis de deux années postérieures se réclamaient de la nécessité de développer le judies pecadrius dans la même aljama et non dans les bordels de la ville37. Comme l’indique le professeur Cantera Montenegro, il faut admettre que la prostitution était une activité habituelle dans les communautés juives ibériques du Moyen Âge38.

  • 39 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 19.
  • 40 Ibid., fol. 27.
  • 41 Ibid., fol. 37v°.
  • 42 Ibid. fol. 24v°.
  • 43 Ibid. fol. 26.

17Il faut prêter aussi une attention spéciale aux coiffeurs ou pentinadoras juives, comme Astrugeta39, Na Durane40 et Astruga41, toutes de l'aljama, mais sur lesquelles nous ne pouvons offrir aucune donnée complémentaire. Il en est de même avec les juives Fleur42 et Duda43, dont l'office de vilva demeure mystérieux.

  • 44 Ibid. fol. 40v°.
  • 45 Ibid. fol. 18.
  • 46 Ibid., fol. 36. Il s'agit du seul cas qui apparaît comme « mari de… ».
  • 47 Dans ce cas, apparaissent la femme d'Yucef Nahim, de nom inconnu, et la femme d'Yucef Voient Xocron
  • 48 Ibid., fol. 3.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., fol. 9v°.
  • 51 Ibid. fol. 42.

18Par ailleurs, d'autres juives apparaissent comme épouses de juifs nantis d’un office connu, et nous imaginons qu’elles pouvaient aider leurs époux, telle Bonyorn, femme du boucher Yentó44, Hanna femme du boucher Asua45, jusqu’à la femme du blanchisseur Abrafim, celui qui exercerait le métier de transporteur (traginer)46. Le métier de cordonnier offre le cas où le travail des conjoints est reconnu ; nous disposons d’une documentation assez représentative, seulement inférieure à celle concernant les tailleurs47. Il y a aussi Regina, veuve du cordonnier Alesder48; Ne le Soleil veuve d'Yucef Qetbay49 et Arisa femme d'Isac Iyonís, qui aurait été absent au moment du paiement50. Ce groupe comprendrait donc des veuves ou des femmes qui travaillent en l'absence du mari. Dans cette même typologie, nous pourrions aussi inclure Sutayt, femme de Salomó, un parcheminier51.  

  • 52 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 16.
  • 53 “Trobiguera”, Diccionari català-valencià-balear (DCVB) de Antoni Maria Alcover y Francesc de Borja (...)

19Une juive qui apparaît dans le registre, comme mestra de trabugueras, occupe une place spéciale, mais ce métier est si peu connu que nous ne nous risquerons pas à l’interpréter52 comme trobiguera53 ou comme mestra de liges.

  • 54 Nous avons quelques exemples de filiation géographique d'hébreux, Sóller, Montuiri, Felanitx, de Mi (...)
  • 55 Béatrice LEROY, « Les juifs et le monde rural dans la vallée moyenne de l'Ebre dans la deuxième moi (...)

20Dans ce travail, nous avons laissé de côté les métiers variés des juives des zones rurales majorquines. En effet, la source principale de cette étude ne prête qu’une faible attention aux groupes juifs habitant ces espaces54; en outre, les métiers féminins, bien qu’attestés, laissent encore moins de traces dans la documentation conservée. Dans leur majorité, les femmes rurales aideraient leurs maris et s'occuperaient des tâches familiales. De même répondraient-elles à certaines demandes du marché, en exerçant des tâches complémentaires. Selon les études qui en traitent55, le secteur agricole occuperait un nombre important de femmes, bien que les mentions dans les sources soient moins nombreuses que dans les autres secteurs. Néanmoins, nous trouvons aussi des femmes qui aident leurs maris dans les domaines les plus variés : des manœuvres aux orfèvres, capellà, mercer, ligador, …

Impressions finales

  • 56 R. ROSSELLÓ VAQUER, J. RIERA SANS, "Deutes fiscals dels jueus de Mallorca… ; voir aussi la transcri (...)

21Faut-il limiter nos conclusions ? La difficulté devrait être mise en rapport avec la place qu'offre dans ces documents la femme juive, qui occupe jusqu'à vingt cinq pour cent des mentions. Selon nous, ce chiffre remarquable doit répondre à un élément déterminant : la liste d'endettés de 1339 nous signale des données concernant la gent féminine dès qu'ils atteignent à peine cinq pour cent56. Qu'est-ce qui avait donc changé dans l'aljama de Palma, en à peine onze années ? Nous ne sommes pas en mesure d’expliquer la situation, mais nous pouvons risquer quelques interprétations. D'abord, ce pourrait être la conséquence de la peste noire de 1348, grave épidémie qui aurait frappé spécialement – c’est une hypothèse – la population masculine du call ; ce pourrait aussi être le résultat indirect du dynamisme économique particulier de royaume de Majorque, dont la situation favorisait la prolifération des activités commerciales, causée par une absence remarquable des époux juifs dispersés de par la Méditerranée. Toutefois, cette situation expliquerait difficilement un changement spectaculaire. Peut-être pourrions-nous lire la résultante des deux facteurs, sans compter d'autres causes que nous ne pouvons évaluer ici. 

22En conclusion, nous pouvons observer que l'espace des femmes était principalement limité à la sphère privée, du fait d'être des femmes, mais aussi des juives. Malgré leur infériorité légale et économique, elles se chargaient aussi de transmettre le judaïsme. Elles géraient les biens économiques familiaux, surtout en cas d'absence du mari, et formaient ainsi le noyau de l'organisation sociale juive de base qu’était la famille.

Haut de page

Annexe

Annexe I

Listing des femmes apparaissant dans le Monedatge du Call de Majorque de 1350

NOM

DONNÉE

OFFICE

OFFICE

DU MARI

¿?

ABRAFIM

blanchisseur

transporteur (traginer)57

¿?

MULER YUSEF NAHIM

tailleur58

¿?

FILE DONNENT ABRAFIM VOIENT NATYAR

AHIMHA

MULER YUSEF BUYAC

AHIMHA

MULER ASTRUC SELAMÓ

Il RÉJOUIT

PISANA

palisera

Il RÉJOUIT

MULER AMMOR, CAPELÀ

chapelain59

ANCNÀS

MULER YUSEF VOIENT XOCRON

tailleur ?60

ANINA

MULER YUSEF, MANOBRA

manobra

ARISA

MULER ISAC IYONÍS

cordonnier ?61

ASIMHA

MULER SELAMÓ VOIENT HARÓN

ASTELA

MULER HAYON VOIENT NEBAT

ASTELA

MULER ALBAYT

ASTER

MULER ALLIE

ASTER

MULER BONYORN SELAMÓ

ASTRUGA

¿?

pentinadora

ASTRUGA

MULER DONNENT BARBUT

sans office62

ASTRUGA

MULER ASTRUC BONMASIP

ASTRUGA

MULER VIDAL RÉEL

ASTRUGA

MULER MARDUHAY LIVÍ

ASTRUGA

MULER DONNENT DE LA MODE

sans office63

ASTRUGA

MULER ASTRUC COHÉ

sans office64

ASTRUGA

MULER MAYMÓ, ARGANTER

orfèvre

ASTRUGA

MULER CRESQUES MALAQÍ

ASTRUGA DONNE SABICA

ASTRUGETA

pentinadora

VALABLE

MULER ASTRUC NATYAR

BATLITA

MULER DONNENT DEUET VOIENT BAHARIA

BOUGIE

MULER QUI FO DONNENT YECOP DE PARIS

BOUGIE

MULER DONNE MESTRA VIDAL

BELAYRA

BET

Mestra de trabugueras

BEUTADETTÓ

MULER QUI FO MOXÍ VOIENT ENVOIE (?)

BEVENGUDA

MULER QUI FO DEUET VOIENT HARON

BONN

palisera

BONADONA

didalera

BONADONA65

BONADONA

MULER ASTRUC DEULOSAL

mercier ?66

BONADONA

MULER QUI FO ESMEL ALFANEL

BONADONA

MULER YECOP VOIENT SELAMÓ

BONADONA

MULER DONNENT FURTADÓ

BONADONA

MULER DONNENT SELVAT, GUGLAR

juglar ?

tailleur ?67

BONADONA

MULER ASTRUC NATANEL68

BONADONA

MULER XICATELA

BONADONA

MULER Q FO MOXÍ XULEL

BONINA

MULER QUI FO ABRAM DE ROME

tandera

BONYORN

MULER YENTÓ, CARNISER

boucher69

BUTLARA

MULER AMMOR VOIENT ABHA

CARIMA

MULER ABRAFIM VOIENT ATDE

CARIMA

MULER HARON VOIENT AMMÓ

CRÉPUE

MULER YUSEP CRESP

DOLSA

MULER HAYON DARSAN

DOLSA

MULER MAHALUF ALETSERAC

DOLSA

MULER HARON VOIENT AMMOR

DOLSA

MULER SUSÉN ALETSAR

DOLSA

MARA DONNENT ISAC (PROVANSAL)

DOLSE

MULER SELEMAN VOIENT FEROH

DONETA

MULER DONNENT MARSER

mercier ?70

DOSAL

MULER SALTEL, REBBÍ

rabbin71

DRUDA

vilva

-

DRUDA

MULER MUSA VOIENT SAYT

SILLAGE

MULER SEMUEL UXQI

ESTER

MULER DONNENT CRESQUES, FIL DONNE MESTRA VIDAL

ESTRUGA

ESTRUGA AGARABÍLIA

ESTRUGETA

MULER LEVÍ VOIENT CRAXEL,

FARERA

MULER DE MESTRA VIDAL

FAVA

FILE DE REPBIA

MULER BORÀS VOIENT SETQA

FLEUR

vilva

FLEUR

MULER DONNENT HORÓ

FLEUR

FILE NABET

FLEUR

FILE DONNE VOIENT HABAG

GATHELA

MULER QUI FO YAHUDA VOIENT FARAG

GRÀSIA

MULER DONNENT DURENT

Il montrait

à escolans

Mestre d' escolans72

GRÀSIA

HAHARON

MARE DONNENT ALI

HAHARON

MULER AMARÓ SENQANA (?)

HANA

MULER FERRER LIVÍ73

HANA

MARA ISAC FETLÚS

HANA

MULER HAYHON COHE

HANA

MARE DONNENT MARDUHAY

HANA

MULER QUI FO DEUET VOIENT NAHON

HANINA

MULER QUI FO YECOP HORANDÍ

HANINÍ

MULER DONNE VOIENT DES MAUX (?)

HANINÍ

MARA DE SUSEN VOIENT TABOHA

HANNA

MULER ASUA, QARNISER

boucher74

HANNETA

MULER QUI FO ABRAM MAHEY

HANNÓ

MULER ABRAFIM MOCATÍ

HEHARON

MULER MUSA VOIENT HARON

HOMALHAYYR

MOUDRE QUI FO MOXÍ SAYARÍ

HORÓ

MULER XOCÍ DONNE FALANIG

HORÓ

FEMBRA DONNE SETGLA

ISTER

MULER N'HELFA, SEDER

seder (soie)

ISTER

MULER ISAC DONNE MANORQA

LÍRIA

MARA DONNENT VIDAL IL DONNE BOGIA

LUNE

MULER ABRAFIM MAHELUF

MANINA

MULER QUI FO DONNENT ABRAFIM VOIENT NATYAR

MANINA

MULER QUI FO YECOP HENNON

MARIAM

MULER QUI FO DONNENT BERHON VOIENT HANIN

MARIAM

MULER QUI FO DONNENT ABRAM VOIENT BARHON

MARIAM

MARIAM

MULER QUI FO YEHUDA VOIENT SEMEYA

MARIAM

MULER QUI FO VOIENT SEROR

MARIAM

MULER QUI FO ISAC VOIENT FARAH

MARIAM

MULER SELAMÓ MAXAT

rabbin75

MARIAM

MULER YECOP, LIGADOR

ligador

MARIAM

MULER QUI FO YACOP ATHAR

MARIAM

MULER BERHON VOIENT DU LEL (?)

MARIAM

MULER QUI FO YUSEF VOIENT BARQA

MARIAM76

FILE DE NA SIMHA

MARIAM

MULER QUI FO MUSA GATLEL

MARIAM

MULER QUI FO HALIFA HOREYF

MARIAM

MULER ISAC VOIENT LATSAR

MARIAM

MULER YACOP VOIENT SAVAYA

MARSOQA

MULER QUI FO BENSAYT BENATIA

MARUX

MULER SEMUEL AFRAIM

MAYMONA

MULER QUI FO ABRAFIM VOIENT ATDE

MAYMONA

MULER BACARÍ

MAYMONA

MULER YACOP VOIENT MASOT

MAYRONA

MULER SELAMÓ DONNE TIN ?

MAYRONÍ

MARA DONNENT ISAC

VUE

MULER QUI FO ABRAFIM VOIENT TALIA

MIRIAM

MULER HARON VOIENT ATDE

MIRONA

MULER QUI FO DONNENT SELAMÓ DONNE TIN

MISANDA

MULER QUI FO VOIENT HABAG

MIGNONNE

MULER ABRAFIM ALETSAR

MIGNONNE

MULER QUI FO VIDAL COMPRAT

MIGNONNE

MARE DONNENT AMMOR XULEL

MIGNONNE

MARE D'EN BERHON

MIGNONNE

MULER QUI FO ABRAFIM LETSERAC

MIGNONNE

MULER QUI FO DAVÍ AVOIR L'HABITUDE

MIGNONNE77

MIGNONNE

MULER SALEMA VOIENT BATBASÍ

MIGNONNE

MULER QUI FO YESIRÍ

MOREYMA

MOUDRE QUI FO VOIENT SEPBEN

NA DURANE

pentinadora

NA GRÀSIA

MULER QUI FO BONANAT VIDAL, YERMANA DONNE MESTRA FARER

NANA

MULER QUI FO YACOP MAHUET

NE LE SOLEIL

MULER YUSEF QETBAY, SEBATER

cordonnier

PATITA

MULER ABRAM BOFIL

PER ELLE

MULER ISAC DE BARSELONA,

PER ELLE

MULER MASANELAS

QALIA

MULER MOXÍ SASILIÀ

RAGINA

MULER ALESDER, SABATER

cordonnier

RAGINA

MULER DONNENT DEUET VOIENT CONELA

RAGINA

MULER AMORÓS DARSAN

RAGINA

MARA BONDIA DACS

RAGINA

MARE DELS DAMUNT DITS (Vidal)

RAGINÓ

MULER DONNENT ALIAS

RAHELA

cardeuse

REHEL

MULER QUI FO DONNENT DEUET VOIENT AYMARAN

SAHARON

MULER MAYMÓ VOIENT MEMA

SAHARON

MULER SEMUEL VOIENT AUET

SATATDAR

MULER MAYMÓ ALATSAR

SATAYT

MULER SEMUEL VOIENT HALAYÓ

SATETDAR

MULASSIER SELAMÓ DARSAN

SATTAHUM

MULER ABRAFIM VOIENT HARON

SEHARON

MULER Q MAYMÓ COHÉ

SETAHUM

MULER ISAC VOIENT MAHALUF

SETETNÉS

MULER ABRAM VOIENT APBUBA

SETMONA

MARE DE HAYIM COSTENTINÍ

SETTAHUM

MULER ISAC ADEUDEU

SETTAHUM

MULER DEUET TOUEL

SETTAHUM

MULER VOIENT HANÍN

SETTAHUM

MULER MAHALUF VOIENT HANÍN

SEYEDA

MULER MAYMÓ HELFA

SIMETA

MULER SEMUEL VOIENT LAVÍ

SIMHA

MULER YECOP LETSERAC

SIRONA

MULER ISAC CUBBÍ

Le SOLEIL

MULER SELAMÓ, SABATER

cordonnier

J'AI EU L'HABITUDE

MULER ASTRUC DOLSET

ILS SONT FIL

DE MESTRE SELAMÓ

SUAYRE

MULER SABBAT MANDIL

SUTAYT

MULER SELAMÓ, PRAGAMINER

préparation du parchemin

VENGUDA

MULER REBBÍ DE SINEU

rabbin

VENGUDA

MULER ASTRUC PARATYA

XOMISA

MULER SAYON VOIENT ATDE

YANTEL

MULER BONET DE L'ILA,

YEYMA

MULER ABRAM TOUEL

YOYA

MULER ALRÓ

YOYA

MULER DAYOT

Haut de page

Notes

1 Jaca, 31 octobre - 4 novembre 2006. Jorge Maiz Chacon est docteur en Histoire médievale, Profesor-Tutor del Centre Associat (CA) de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED) de les Illes Balears, membre du Centre d’Études Médiévales de l’Université de Murcie, secrétaire du symposium international des Jeunes médiévistes, rédacteur en chef de médiévalismo.org, .es recherches portent sur l’historiographie, l’histoire économique et les minorités nationales, dont les juifs des Îles Baléares et des royaumes ibériques. L’auteur remercie Claude Denjean et Claire Ponsich pour leur aide à la traduction de l’article.

2 Isabel MORANT, “Historia de las mujeres e historia: innovaciones y confrontaciones", 2e Congreso Internacional Historia a Debate (tomo 3), Problemas de Historiografía, Santiago de Compostela: Historia a Debate, 1999, p. 293-304; María ASENJO GONZÁLEZ, “La mujer en la Edad Media Hispana. Precisiones metodológicas”, Revista de la Universidad Complutense, 4, 1982, p. 233-241; Susan MOSHER STUARD, Women in Medieval History and Historiography, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1987.

3 Pour le cas majorquin, voir l'exemple du Llibre du Mostassaf, où les unions possèdent une dénomination exclusivement masculine ; Antoni PONS, Llibre del Mostassaf de Mallorca, Palma: Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1949.

4 N'apparaissent pas des femmes par les lettres de Droiture, que nous étudions entre 1263-1283, qui correspondent aux données extraites des registres : Archive du Royaume de Majorque, ECR, 348, 349, 350, 643. Publiés in: Jorge MAÍZ CHACÓN, "Política, economía y fiscalización de un espacio urbano. El establecimiento de la aljama de los judíos en la Mallorca cristiana", Espacio, Tiempo y Forma, Serie 3, Historia Medieval, 17, 2004, p. 381-397.

5 Archive du Royaume de Majorque, ECR, 348, fol. 256.

6 Archive de la Couronne d'Aragon (ACA), Reial Patrimoni (RP), 2.408, transcription de Joan MIRALLES MONTSERRAT, Corpus d’antroponims mallorquins del segle XIV, Barcelona: Institut d’Estudis Catalans, 1997.

7 Limitation pour produire une liste de noms hébreux avec une origine fiscale et coïncidant normalement avec le noyau familial, c'est-à-dire avec une figure masculine.

8 Jaume RIERA I SANS, Ramon ROSSELLÓ VAQUER : « Deutes fiscals dels jueus de Mallorca…, art. cit.

9 Pour voir le listing complet, utiliser l'annexe 1 en fin d’article.

10 Enrique CANTERA MONTENEGRO, Aspectos de la vida cotidiana de los judíos en la España medieval, Madrid: Universidad Nacional de Educación a Distancia, 1998, p. 82.

11 Ils n'atteignent pas 200 individus sur un total de 751.

12 Arxiu Parroquial de Santa Eulàlia (Palma), Parchemin, 303, publié dans Joan ROSSELLÓ LLITERES, Els pergamins de l’Arxiu Parroquial de Santa Eulàlia, 2 (1350-1399), Palma: Consell de Mallorca, 2000.

13 Archive de la Couronne d'Aragón, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 15.

14 Ibid., fol. 41v°.

15 R. ROSSELLÓ VAQUER, Història de Manacor. Segle XIV, Palma: Graphiques Miramar, 1978.

16 Jorge MAÍZ CHACÓN, "Apreciaciones sobre la part forana. Mentalidad y marginalidad en el siglo XIV mallorquín (1391)", Mayurqa, 28, 2002, p. 241-246.

17 J. MAÍZ CHACÓN, “Tabla XII. Reclamaciones judías y conversas de deudas cristianas (1392)”, Actividades económicas y políticas de los judíos de Baleares en la Baja Edad Media (1229-1391), inconnu.

18 Lluís TUDELA VILLALONGA, “Les dones dels mercaders genovesos i mallorquins a la primera meitat del segle XIV”, Mayurqa, 28, 2002, p. 223-239; Antonio ORTEGA VILLOSLADA, “El trabajo femenino en Mallorca. La labor de la mujer en la actividad marítima de la primera mitad del siglo XIV”, Espacio, Tiempo y Forma (Serie 3). Historia Medieval, 17, 2004, p. 461-469; voir aussi, Carme BATLLE GALLART, “Noticias sobre la mujer catalana en el mundo de los negocios (siglo XIII)”, El trabajo de las mujeres en la Edad Media hispana, Madrid: Asociación Cultural Al-Mudayna, 1988, p. 201-221.

19 Archive du Royaume de Majorque, Reial Patrimoni, 3.810, fol. 153. Vente du médecin Aaron Abdalhac de la Catalina esclave à Bernat Fuster, en octobre 1375. Sur la diversité des conditions socio-économiques des femmes hébraïques du Moyen Âge, voir Judith R. BASKIN, “Jewish Women in the Middle Ages”, Jewish Women in Historical Perspective, Detroit : Wayne State University, 1991, p. 94–114.

20 Ibid., fols 153-153v°, Astruc Cresques « qui fa mappemondes » et vend, en août 1375, les Magdalena esclaves à Domingo Descoll.

21 Ibid., Maymó Faraig, secrétaire de l'aljama, avait vendu le captif Eulalia, en juin 1375, à Joan de Tarragone.

22 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 13.

23 Margalida BERNAT I ROCA, Els ‘tres mesters de la llana’ a Ciutat de Mallorca (s. XIV-XVII), Palma: Institut d’Estudis Baleàrics, 1995, p. 57. En 1362, nous avons des nouvelles de la présence d'un tisseur florentin, qui porterait une machine de carder, qui permettrait d'économiser huit ou neuf femmes dans le travail.

24 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 20v°.

25 « Palis », Diccionari català-valencià-balear (DCVB) d'Antoni Maria Alcover et Francesc de Borja Moll, extrait de sa version digitale: <http://dcvb.iecat.net/default.asp>

26 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 26v°.

27 Ibíd.

28 Thérèse METZGER, Mendel METZGER, La vie juive au Moyen Âge illustrée par les manuscrits hébraïques enluminés du XIIIe au XVIe siècle, Paris-Gênes : Office du Libre, 1982.

29 Ce serait le cas de la Bonina tandera (ibid., fol. 32).

30 Archive de la Couronne d'Aragon, 2.408, fol. 27. Ce serait sûrement la femme aussi du professeur Vidal ils Durent (ibíd, fol. 6.)

31 Ibíd., Yahia Abram (fol. 5), Vidal Durent (fol. 6) Vidal Moment (fol. 28), Deví Abram (fol. 33v°), Amorós Voient Aymara (fol. 34v°), Maymó Astruc (fol. 38v) et Selamó Dolset (fol. 45v°).

32 Enrique FAJARNÉS, “Juseff-Ben-Barahon, rabí de la escuela de los judíos de Mallorca, su familia y sus bienes, 1392”, Bolletí de la Societat Arqueològica Lul·liana, 7, 1898, p. 376-377.

33 J. RIERA I SANS, R. ROSSELLÓ VAQUER, “Deutes fiscals dels jueus de Mallorca (1339)”, Calls [Tárrega], 3, 1988-1989, p. 83-101; voir aussi: Antoni CONTRERAS MAS, Los médicos judíos en la Mallorca bajomedieval. Siglos XIV-XV, Palma: Miquel Font Editor, 1997.

34 A. CARDONER PLANAS, “Seis mujeres hebreas practicando la medicina en el reino de Aragón”, Sefarad, 9, 1949, p. 441-445; Amada LÓPEZ DE MENESES, “Cinco catalanas licenciadas en medicina por Pedro el Cerimonioso, 1374-1382”, Correo Erudito, 37, 1957, p. 252-254.

35 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 29.

36 Antoni PONS, Los judíos del Reino de Mallorca durante los siglos XIII y XIV, Palma: Miquel Font Editor, 1984, 2, p. 122.

37 M. BERNAT I ROCA, El call de Ciutat de Mallorca a l’entorn de 1350, Palma: Lleonard Muntaner, 2005; voir de même, M. BERNAT I ROCA, Jaume SERRA I BARCELÓ, “Folles, fembres, bordelleres, La prosticució femenina al tombant de l’edat mitjana (Ciutat de Mallorca, segles XIV-XVI)”, XVIII Jornades d’Estudis Històrics Locals, Palma: Institut d’Estudis Baleàrics, 2000, p. 213-249.

38 Enrique CANTERA MONTENEGRO, “La mujer judía en la España medieval”, Espacio, Tiempo y Forma (Serie 3), Historia Medieval, 2, 1989, p. 37-64.

39 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 19.

40 Ibid., fol. 27.

41 Ibid., fol. 37v°.

42 Ibid. fol. 24v°.

43 Ibid. fol. 26.

44 Ibid. fol. 40v°.

45 Ibid. fol. 18.

46 Ibid., fol. 36. Il s'agit du seul cas qui apparaît comme « mari de… ».

47 Dans ce cas, apparaissent la femme d'Yucef Nahim, de nom inconnu, et la femme d'Yucef Voient Xocron.

48 Ibid., fol. 3.

49 Ibid.

50 Ibid., fol. 9v°.

51 Ibid. fol. 42.

52 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 16.

53 “Trobiguera”, Diccionari català-valencià-balear (DCVB) de Antoni Maria Alcover y Francesc de Borja Moll, extrait de sa version digitale : <http://dcvb.iecat.net/default.asp>. De toute façon, nous ne pouvons pas écarter qu'il s'agit d'une autre charge en rapport avec le secteur textile ou même avec la prostitution. Pour cela, nous devrions interpréter « mestra de trabugueras » par « mostra de trabugueras ». Sur cet office, nous n'avons trouvé aucune référence qui complète cette étude.

54 Nous avons quelques exemples de filiation géographique d'hébreux, Sóller, Montuiri, Felanitx, de Minorca…, mais que nous considérons au moins représentatifs dans cette étude.

55 Béatrice LEROY, « Les juifs et le monde rural dans la vallée moyenne de l'Ebre dans la deuxième moitié du XIVe siècle », Proceedings of the 19th World Congress of Jewish Studies, 1, Magnes Press : Jérusalem, 1985, p.  83-90.

56 R. ROSSELLÓ VAQUER, J. RIERA SANS, "Deutes fiscals dels jueus de Mallorca… ; voir aussi la transcription du document dans J. MIRALLES MONTSERRAT, Corpus d'antroponims mallorquins del segle XIV, Institut d'Estudis Catalans : Barcelone, 1997, p. 287-300.

57 Archive de la Couronne d'Aragon, Reial Patrimoni, 2.408, fol. 36.

58 S'il s'agissait d'Yusef Hayim, ce serait la femme du tailleur Hayim (ibid., fol. 17).

59 Ibid. fol. 16.

60 S'il s'agissait de Deuhet ils Voient Xocron, ce serait la femme du tailleur (ibid., fol.11).

61 Il s'agit probablement d'Isac ils Voient Ihonís, cordonnier (ibid., fol. 3v°).

62 S'il s'agissait d'Abrafim ils Voient Barbut, il n'y a pas d’office déclaré (ibid., fol. 22).

63 S'il s'agissait d'Yom Tob il Rame, il n'y a pas office déclaré (ibid., fol. 4v°).

64 Il n'y a pas office déclaré (ibid., fol. 16v°).

65 Pisana (ibid., fol. 26).

66 Le Deolosal juif apparaît avec l'office de marser (ibid., fol. 24v°).

67 Dans le même document apparaît un Salvat avec office tailleur (ibid., fol. 8) et un yuglar dont le nom est Abram (ibid., fol. 26v°).

68 Il s'agirait du fils d'Isaac Natanell, au moins ainsi se référence dans le listing de d'endettés de de 1339. Nous ne connaissons pas l'office. Voir : Ramon ROSSELLÓ VAQUER, Jaume RIERA SANS, "Deutes fiscals dels jueus de Mallorca (1339)", Calls, 3, 1988-1989, p. 83-101.

69 Dans le monedatge apparaissent un total de trois bouchers : Vidal Farag (ibid., fol. 32) et autres : Yentó (ibid., fol. 40v°) et Asua (ibid., fol. 31).

70 Nous n'avons certitude d'aucun « marser » dans nos sources, ce pourquoi il s'agit peut-être de l'office de mercero (ibid., fol. 19).

71 Dans le monedatge, apparaissent deux autres rabbins Hanín Voient Magaluf (ibid., fol. 38v°) et Selamó Maxat (ibid., fol. 14).

72 Nous imaginons qu'il s'agit du Vidal juif ils Durent (fol. 7).

73 En étant, à ce moment-là, en voyage, mais sans indiquer ni le lieu ni le motif (ibib., fol. 9v°).

74 Nous avons déjà indiqué l'existence d'autres bouchers : Vidal Farag (ibid., fol. 32) et Yentó (ibid., fol. 40v°).

75 Ibib., fol. 14.

76 Fille de Selamó Voient Harón (ibib., fol. 30), mariée avec Yecob Aletsarac ibib., fol. 17).

77 Nous pensons qu'il s'agit de la même Mignonne, veuve de Davi. Avoir l'habitude, celui qui payerait par son fils, dans ce cas (fol. 31v°).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jorge Maiz Chacon, « Les travaux féminins de la minorité juive dans le royaume de Majorque au bas Moyen Âge  », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27006 ; DOI : 10.4000/e-spania.27006

Haut de page

Auteur

Jorge Maiz Chacon

Centre Associat (CA) de la Universidad Nacional de Educación a Distancia (UNED) de les Illes Balears, Centre d’Études Médiévales de l’Université de Murcie, rédacteur en chef de médiévalismo.org

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals