Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire
Des contacts politiques

Un moment clé de l’histoire du royaume de Majorque : la fin de la vicomté de Castelnou (1321-1369)

Un momento clave en la historia del reino de Mallorca: el final del Vizconde de Castelnou (1321-1369)
A Key Moment in the History of the Kingdom of Majorca: the End of the Viscounty of Castelnou (1321-1369)
Ein wichtiger Moment in der Geschichte des Königreichs von Mallorca: das Ende die Vize-Grafschaft von Castelnou (1321-1369)
Pierre-Vincent Claverie

Résumés

Une idée reçue voudrait que la vicomté de Castelnou ait disparu en 1321, à l’instigation du roi Sanç de Majorque. Divers documents montrent qu’il n’en fut rien et que la vicomté des Aspres échut en 1321 à une fille du vicomte Jaspert V, âgée de trois ans. Parvenue à l’âge adulte, Sibil·la céda ses droits au roi Jacques III de Majorque, en échange du règlement des dettes de son père et du paiement de sa dot. Cette dernière fut fixée à 10 000 réaux d’or, lorsque Sibil·la épousa, en 1339, un seigneur dauphinois, répondant au nom d’Hugues Alleman. La chute du royaume de Majorque compromit malheureusement l’exécution de l’accord négocié entre les parties. Aussi le roi Pierre le Cérémonieux eût-il à régler au nom de son cousin, en 1353, un arriéré de 1 781 florins et demi, tandis qu’Hugues Alleman obtenait de la justice française une compensation financière de 7 000 florins.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre PONSICH, « Presentació », El Vallespir, El Capcir, El Donasà, La Fenolleda, El Perapertusès, (...)
  • 2 P. PONSICH, Castellnou, château et village médiéval, Perpignan : Le Publicateur, 1990, 46 p. ; Gabr (...)

1Le regretté Pierre Ponsich, historien-archéologue fondateur-directeur des Études Roussillonnaises, revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes et membre correspondant de l’Institut d’Estudis Catalans de Barcelone concluait, en 1996, son article d’introduction d’un volume consacré au Vallespir dans la collection Catalunya Romànica, en déclarant qu’il appartiendrait aux générations futures de parfaire ses recherches sur la féodalité catalane1. L’éparpillement de la documentation existante explique certains jugements rapides portés par les historiens sur la fin de la vicomté de Castelnou dans la première moitié du XIVe siècle. L’essai qui suit a pour objectif de réévaluer cette question, à l’aide de documents inédits et d’ouvrages récents sur la vicomté des Aspres. Ces travaux constituent, à ce jour, les meilleures études dont on dispose sur la famille de Castelnou, malgré leurs limites. Divers documents permettent en effet de corriger leurs vues et d’apprécier le rayonnement de la monarchie majorquine dans le Midi de la France, à l’aune de ses liens diplomatiques et matrimoniaux. La documentation perpignanaise offre de surcroît un éclairage exceptionnel sur la politique féodale développée par la Couronne d’Aragon, après l’absorption du royaume de Majorque en 1344. Cette problématique ne peut se passer toutefois d’une présentation sommaire du territoire considéré, ainsi que de la famille de Castelnou qui jouit d’une influence notable dans la Catalogne médiévale2.

La vicomté de Castelnou à l’époque féodale

  • 3 P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 35 ; id. (...)

2Avant d’aborder le cœur du sujet, dressons un rapide portrait de la vicomté de Castelnou, qui connut un destin exceptionnel entre le XIe et le XIVe siècle. Ce territoire couvrait sous les Capétiens près d’un millier de kilomètres carrés, circonscrits entre les Corbières catalanes, la plaine du Roussillon et la cime des Pyrénées. Ses frontières excédaient de fait les limites du Vallespir, que les comtes de Besalú avaient intégré à leur patrimoine en 988, avec le Fenouillèdes et le Perapertusès. La famille de Castelnou ‒ ou Castellnou ‒ appartenait historiquement au Roussillon. Elle semble avoir tiré profit de sa position frontalière pour prendre le contrôle de divers fiefs et alleux des Aspres et du Vallespir sous la houlette des seigneurs de Camélas, Ansemund et Sentill. Il est possible, à la lueur des travaux des généalogistes catalans, que ces proceres aient été d’origines franques et wisigothiques3.

  • 4 P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 35-36 ; (...)

3Le patrimoine de la famille de Camélas permit à Guillem Ier d’être investi comme vicomte de Vallespir, au tournant de l’an 1000 et de revendiquer le titre de « vicomte de Castelnou », à compter de 1021. Pierre Bonnassie a montré que cet accaparement de fonctions publiques sévit dans l’ensemble de la Catalogne durant le premier âge féodal. La vicomté de Vallespir n’échappa pas à la règle après l’érection d’une forteresse sur un piton des Aspres, capable de communiquer avec les Corbières et la tour de Batère ‒ sur le massif du Canigou ‒ par signaux de fumée. La vicomté arborait la forme d’un triangle isocèle rassemblant une vingtaine de castra, disséminés entre Tautavel, Serralongue et L’Albère. Sa position sur le versant nord des Pyrénées favorisa le développement de tensions avec le comté de Besalú et l’évêché d’Elne, que la famille de Castelnou tentait de phagocyter. Les ambitions du vicomte Guillem II faillirent même compromettre l’avenir du lignage à la fin du XIe siècle, lors d’un bras de fer prolongé avec le comte Bernat II de Besalú. La mort de Guillem II de Castelnou calma semble-t-il le jeu, son neveu Guillem III rentrant dans les grâces du comte Bernat III4.

  • 5 D’après P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. (...)

Les limites de la vicomté de Castelnou aux XIe et XIIe siècles5

Les limites de la vicomté de Castelnou aux XIe et XIIe siècles5
  • 6 P. PONSICH, « Les rois de Majorque (1276-1344) », in : J. SAGNES (dir.), Le Pays catalan, 1, Pau : (...)

4Lorsque Bernat III s’éteignit en 1111, le Vallespir tomba dans l’escarcelle de la Maison de Barcelone, après un rattachement éphémère au comté de Cerdagne. Les vicomtes de Castelnou reconnurent l’autorité des comtes de Barcelone, jusqu’à l’avènement du royaume de Majorque en 1276. La Catalogne du Nord fut alors inféodée à une branche cadette de la Maison de Barcelone, possessionnée dans les Baléares et le Languedoc. La situation se crispa lorsque le vicomte Jaspert V embrassa la cause barcelonaise en 1285, lors de la croisade prêchée contre la Couronne d’Aragon, à la suite des Vêpres siciliennes. Il estimait que son suzerain Jacques de Majorque, en s’alliant avec la France, avait bafoué l’hommage qu’il avait concédé au roi Pierre d’Aragon en 1279. Cette position était aussi discutable sur le plan juridique que la légitimité de l’hommage imposé au roi de Majorque par la force, six ans plus tôt... Il s’ensuivit une confiscation de la vicomté de Castelnou de treize années avant l’entrée en vigueur d’un règlement négocié par la papauté à Anagni6.

  • 7 P. PONSICH, « Les rois de Majorque (1276-1344) »…, p. 372-373 ; Id., « El vescomtat de Vallespir i (...)

5Il est clair que le roi Jacques II de Majorque percevait la vicomté de Castelnou comme une tête de pont aragonaise au milieu de ses États, même s’il développa une politique conciliante à compter de 1295. En témoignent les différents hommages prêtés à la Couronne de Majorque par Jaspert V, en 1306 et 1311, pour ses fiefs et « les nouvelles forteresses construites ou devant être construites dans la terre du Vallespir ». Le vicomte de Castelnou tenait en fiefs de la Couronne à cette époque les justices civiles et temporelles de l’ensemble de ses terres avec le mère et mixte empire attachés à ces juridictions (droits de haute et basse justice). C’est dans ce contexte que le roi Sanç de Majorque (1311-1324) aurait supprimé la vicomté de Castelnou en 1321, après avoir soldé les dettes de Jaspert envers le vicomte d’Ille, Pere VII de Fenollet. La réalité est en fait plus complexe, comme nous allons le voir7.

Le démembrement progressif de la vicomté de Castelnou

  • 8 Jean RÉGNÉ, « Amauri II, vicomte de Narbonne (1260 ?-1328) », Revue de la Commission archéologique (...)
  • 9 Abbé Jean CAPEILLE, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan : imprimerie Joachim Co (...)

6Jaspert V disparut en 1321, dans un contexte particulier lié à son remariage avec la fille du vicomte Amalric II de Narbonne, Galceranda. Il semble que cette dernière ait eu le temps de lui donner, en 1318 et 1319, deux filles prénommées Sibil·la et Francesca8. Le vicomte de Castelnou projeta d’unir Francesca à un fils du vicomte d’Ille, Pere de Fenollet, guère plus âgé qu’elle. On ne sait s’il redoutait une intrusion de Pere VII dans les affaires de la vicomté à sa mort, ou si une brouille surgit à propos de la dot dont hériterait Francesca, lors de son union avec Pericó de Fenollet. Le fait est que Jaspert annula brusquement le projet de mariage, en déclenchant une guerre féodale entre les familles de Castelnou, Corsavy, So et Narbonne, d’une part, et les lignages d’Ille et de Canet, d’autre part. L’engagement dans le conflit du vicomte de Narbonne, Amalric, témoigne de son intérêt grandissant pour la vicomté de Castelnou, dont sa petite-fille Sibil·la devait hériter à la mort de Jaspert. Une trêve finit par être signée au printemps 1320, à l’instigation du roi de Majorque, qui s’alarmait de voir les belligérants ensanglanter le Roussillon. L’intervention de la papauté permit de la prolonger d’une année et d’élaborer un règlement amiable du litige entre les parties9.

  • 10 G. POISSON, op. cit., 1, p. 291-292 et t. 2, p. CLIII ; ADPO, 1B16, fol. 127 v° ; P. PONSICH, « Les (...)
  • 11 ADPO, 1B78. Le tuteur de Francesca était, selon le document de 1331, le vicomte de Narbonne, Aymeri (...)

7Le roi Sanç veilla à l’appliquer, à la mort de Jaspert, en reconnaissant à Galceranda de Narbonne et à Dalmau de Castelnou le rang de tuteurs de « la noble Sibil·la ». Comme l’a fait remarquer judicieusement Gabriel Poisson, le roi n’entendait nullement priver Sibil·la de ses droits à cette époque, ni empêcher la transmission de la vicomté de Castelnou à l’époux qu’elle viendrait à se donner dans l’avenir. Cette évidence ressort des qualificatifs de « pupille, fille et héritière dudit noble et défunt Jaspert » dont une reconnaissance d’hommage l’auréole en octobre 1321. Ce document prouve, en outre, que le roi n’envisagea jamais de transmettre le titre vicomtal de Castelnou au seigneur de Montferrer, Dalmau II († 1324), qui appartenait à une branche collatérale de la famille de Castelnou. Comment aurait-il pu en être différemment, dans la mesure où le droit coutumier catalan ne prévoyait pas l’exhérédation d’une branche féminine au profit d’héritiers mâles comme la loi salique10 ? Si Sibil·la hérita de la vicomté de Castelnou, sa sœur Francesca reçut pour lot la seigneurie de Céret, que leur aïeule Ava de Vernet avait apportée en dot à leur lignage. Francesca épousa, avant d’être émancipée, le seigneur Pere IV de Queralt, d’après un document mutilé de 1331. Cet acte permet de rejeter la date de 1324, associée traditionnellement au décès du sire de Queralt, dont le fils, Pere V, participa à la conquête du Roussillon en 1344. Ces éléments témoignent de la difficulté à reconstituer l’histoire des lignages possessionnés de part et d’autre des Pyrénées11.

  • 12 Perpignan, ADPO, 1B16, fol. 58 r°-59 v°, 71 v°-73 r° et 1B75 ; G. POISSON, op. cit., 1, p. 45 ; J. (...)

8La mort de Jaspert V annonça le début du démembrement de la vicomté qui comportait la baronnie proprement dite de Castelnou aux côtés de divers fiefs inventoriés scrupuleusement dans le Liber feudorum C des archives majorquines (Casefabre, Ponteilla, Céret, Taulis...). On ne sait si le Bâtard de Castelnou, mentionné dans un acte de 1327, était un fils illégitime de Jaspert ou de son cousin Dalmau II. Il fut en tout cas exclu de la succession sans ambages. Restait à dédommager les différents créanciers du vicomte de Vallespir des sommes qu’il avait été amené à emprunter au fil des ans. Le roi Sanç de Majorque ordonna la vente aux enchères des châteaux de Saint-Féliu-d’Amont et d’Avall, afin de renflouer le Trésor royal. Bien que leur adjudication ait rapporté 5 275 livres de Barcelone, le souverain s’estima en droit de procéder à de nouvelles aliénations, au regard de l’ampleur des dettes de Jaspert V. Aux arriérés dus à la Couronne, s’ajoutait une enveloppe de 2 000 livres revenant au vicomte d’Ille, à la suite de la rupture des fiançailles de Francesca de Castelnou. Le 3 juillet 1322, Sanç manda au viguier de Roussillon de procéder à l’adjudication des droits féodaux de Corbère et de Llupia, afin d’épurer les dettes de la famille de Castelnou. Bernat Guillem de Torèn chargea un crieur public de battre la campagne, avant de recevoir, le 14 octobre, l’ordre du lieutenant du roi en Roussillon de procéder à la vente12.

  • 13 ADPO, 1B75 (vidimus du 26 novembre 1538).
  • 14 ADPO, 1B75. Ce procès-verbal du 28 avril 1324 ne reprend que le début du mandement de Sanç : « Sanc (...)

9De nouvelles proclamations publiques virent le jour dans les six semaines qui suivirent afin de trouver des acheteurs éventuels. Le plus offrant fut le damoiseau Bernat Guillem de Vivès, qui proposa 15 000 sous de Barcelone, au nom du vicomte d’Ille pour l’acquisition des droits de Corbère. Le viguier de Roussillon n’eut d’autre choix que d’accepter ce prix de vente et d’informer Galceranda de Narbonne et Dalmau de Castelnou de l’aboutissement de la procédure, par deux courriers en date du 31 décembre 1322 et du 11 janvier 1323. Le juge de la cour vicariale du Roussillon entérina, deux jours plus tard, l’achat des droits d’ost et de chevauchée de la seigneurie de Corbère, contre la remise des dettes de Jaspert de Castelnou13. L’opération fut profitable à Pere de Fenollet, dont un procureur enregistra, l’année suivante, l’hommage d’Agnès de Corbère, après un semblant de résistance. Il fallut en effet produire une lettre du roi Sanç, pour que la dame de Corbère consente à reconnaître l’autorité du vicomte d’Ille sur ses terres. Le document précise que l’intéressée agissait en tant que tutrice du jeune Arnau de Corbère, qui était né de son union avec le défunt seigneur du lieu, Pere Ramon14.

  • 15 ADPO, 1B75 (original du 8 octobre 1313) ; G. POISSON, op. cit., 2, p. 127 et 157-158 ; Bernard ALAR (...)

10Les sommes dues au Trésor royal par Jaspert de Castelnou furent recouvrées, grâce à la dévolution à la Couronne des droits féodaux de Llupia, qui relevaient de la vicomté avant 1321. Le roi Sanç fit saisir dans sa quête d’argent l’honneur de Vilarmilà ou Vilar Milar, qui appartenait au douaire de Galceranda de Narbonne. Cette dernière dut attendre le mois de juillet 1324 pour faire valoir ses droits sur cet écart de Llupia, pourvu de deux sanctuaires. Sa fille Sibil·la continua le combat après sa mort, en réclamant une série de biens conservés dans la demeure seigneuriale de Ponteilla, qui avait été remise sur décision de justice entre les mains d’un marchand nîmois, puis d’un homme d’affaires valencien, à compter de 1327. La seigneurie de Ponteilla, qui avait été saisie pour dettes dès le mois d’octobre 1313, finit par tomber dans l’escarcelle du majordome royal, Pere Ramon de Codalet, en 1337. Cette série d’aliénations rognèrent les franges de la vicomté de Castelnou, sans porter atteinte à son cœur, conformément aux ordres donnés par Sanç de Majorque, au mois de juillet 132215.

  • 16 J. CAPEILLE, op. cit., p. 118 ; P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou (...)

11Les historiens catalans ont longtemps cru que les baronnies de Corsavy, Castelnou et La Bastide étaient revenues à une branche collatérale de la famille de Castelnou, à la mort de Jaspert. Le sire de Montbram, Berenguer de Castelnou, aurait fini par les vendre « en 1370 » à Andreu de Fenollet qui dirigeait depuis deux décennies la vicomté d’Ille. Une série d’actes démontrent pourtant que Galceranda de Narbonne céda, dès 1334, au vicomte de Narbonne Aymeric V, la vicomté de Castelnou, dont Jacques III de Majorque fit l’acquisition peu de temps après. Dès le 7 octobre 1336, la présence d’un châtelain royal du nom de Bernat de Banyuls est en effet attestée à Castelnou. Gabriel Poisson a déduit de cette vente que Sibil·la de Castelnou était morte dans sa prime jeunesse, sans avoir eu le temps de convoler en justes noces. Ce raisonnement à partir d’un argument a silentio a la logique pour lui16.

  • 17 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 (cf. pour un regeste, Ulysse CH (...)

12La réalité fut cependant différente, car Galceranda associa sa fille ‒ parvenue à l’âge adulte ‒ à l’aliénation de la vicomté de Castelnou. Cette évidence ressort du contrat de mariage de Sibil·la, en date de 1339, que conserve un fonds d’archives lyonnais. Le fait que le roi de Majorque s’engage dans ce document à verser la dot de Sibil·la prouve qu’un accord avait été passé entre les deux partenaires, afin de sceller la cession de la vicomté de Castelnou. Le document entérine cette convention, en qualifiant la future mariée non d’héritière de Jaspert de Castelnou, mais de « filia viri magnifici Jasperti quondam vicecomitis Castrinovi »17.

  • 18 ADPO, 1B14 (original du 14 septembre 1335) et 1B110, fol. 49 v°-50° ; G. POISSON, op. cit., 2, p. 1 (...)

13L’achat par le roi de la vicomté de Castelnou s’inscrivit dans un programme d’affirmation de son pouvoir dans le Vallespir. C’est en effet à la fin de l’été 1335 qu’il acquit les seigneuries de Corsavy et de La Bastide auprès de la famille de So, en échange des seigneuries de Calce et de Millas et du détournement par cette dernière ville de la route du Conflent. Les modalités d’acquisition de la vicomté de Castelnou restent obscures, bien qu’un acte de 1353 tende à placer le rachat de la baronnie durant l’été 1336. Le roi d’Aragon, Pierre le Cérémonieux, accepta en effet après la chute de la dynastie majorquine, de régler des arrérages relatifs à l’acquisition de la vicomté auprès de Tiburge de Puisserguier (23 juin 1353). Or, nous savons que cette dernière assuma la direction de la vicomté de Narbonne après la mort de son époux Aymeric V en juin 1336. L’acte de 1353 établit à 11 150 livres petits tournois le prix d’achat de la vicomté de Castelnou. Ce prix équivalait à une tonne d’argent pur, en vertu de l’ordonnance de 1329 établissant le titre des petits tournois à 0,30518.

  • 19 ADPO, 1B95, fol. 63 v°-64 r°, 1B110, fol. 49 v°-50 r° et 1B27, fol. 25 v°-26 r°.
  • 20 ADPO, 1B95, fol. 1 v°-2 r°, 10 r° et 22 v°-24 v° (cf. infra Pièces justificatives 2 et 3). Guérin d (...)

14La somme fut difficile à réunir, comme le prouve l’assignation des revenus de trente-sept villes royales au profit de la vicomtesse de Narbonne, en avril 1340. Bien que Jacques de Majorque fasse état à cette date d’une créance d’un millier de livres de Barcelone, le vicomte Aymeric VI de Narbonne se plaignit en 1353 d’un arriéré de 9 150 livres petits tournois, que Pierre le Cérémonieux s’engagea à rembourser sous la forme de 1 781 florins et demi. Un millier de florins devait revenir à des bourgeois qui avaient avancé de l’argent au vicomte de Narbonne, ce dernier recevant pour solde de tout compte 781 florins et demi. L’ordre de virement de Pierre le Cérémonieux mentionne une dizaine de marchands perpignanais liés à la Couronne d’Aragon, par l’entremise des procureurs Guillem Roig et Pericó Grimau. Parmi ces banquiers figurent plusieurs représentants des familles Alomar, Audiarts, Jaufre, Geli, Gerau, Grimau, Heres et Llop qui jouissaient du statut de ciutadans honrats19. Au prix évoqué dans le document, il convient d’ajouter une indemnité de cent réaux d’or, accordée en 1337 à Tiburge de Puisserguier par Jacques de Majorque, pour des biens (matzem) abandonnés dans le château de Castelnou. Une enveloppe de 1 100 livres de Barcelone permit, en outre, d’acheter entre 1338 et 1341 les droits que le seigneur Guérin VI d’Apcher avait hérités de Galceranda de Narbonne sur la vicomté. La situation financière de la Couronne était si précaire que le roi édicta, au mois de mai 1339, une ordonnance de performance fiscale, sans précédent20.

  • 21 ADPO, 1B95, fol. 63 v°-64 r°. Cette consignation en date du 10 avril 1340 fut présentée, dès le len (...)

Détail des consignations effectuées en 1340, en faveur de Tiburge de Puisserguier21

  • 22 Il s’agit d’une redevance en argent perçue sur les bovins vendus à Collioure, sans y avoir été abat (...)
  • 23 Ce domaine royal regroupait à l’époque les localités de Serdinya, Flaçà, Marinyans, Joncet et La Gu (...)

Nom du lieu

Origine du revenu

Montant en livres de Barcelone

Montant en sous barcelonais

Montant en deniers barcelonais

Montesquieu-des-Albères

Rentes royales

66

13

4

Corsavy

Rentes royales

31

13

4

Corsavy

Pasquier

20

6

8

La Bastide

Rentes royales

32

13

4

Montbolo

Rentes royales

17

13

4

Castelnou

Rentes royales

12

Castelnou

Pasquier

12

Bellpuig

Rentes royales

8

6

8

Estagel

Moulins

11

13

4

Collioure

Droits de vache morte22

17

13

4

Collioure

Mesures

23

6

8

Collioure

Viguerie

5

13

4

Collioure

Boucherie

10

Collioure

Blés et cens

31

16

8

Collioure

Fournage

33

6

8

Collioure

Poids du fer

88

6

8

Claira

Moulins

18

6

8

Sajonia de Cerdagne23

Rentes royales

11

Angoustrine

Rentes royales

8

Bellver [de Cerdanya]

Rentes royales

47

Bar, Músser et Alp (Alt)

Rentes royales

17

Aristot

Rentes royales

4

13

4

Arcavell

Rentes royales

12

6

8

Ribes de Freser et Campelles

Rentes royales

23

6

8

Queralbs et Fustanyà

Rentes royales

21

13

4

Llo

Dîmes

26

13

4

La Roca et Víllec

Rentes royales

8

13

4

Saillagouse

Rentes royales

10

Passage de Sant Martí [d’Aravó]

Rentes royales

20

6

8

Meranges

Rentes royales

20

Niula

Rentes royales

5

Près de Llívia

Rentes royales

8

Prat d’Oró et Bolvir

Rentes royales

11

13

4

Puigcerdà

Moulins

50

13

4

Corbère et Santa Cecília de Rellà

Cens et moulins

8

11

Puigcerdà

Droits notariaux

7

10

Argelès

Rentes royales

53

6

8

Puigcerdà

Boucherie, cens du Call et droits du marché

100

Prades

Rentes royales

50

13

4

TOTAL à verser le 24 juin 1340

967

11

  • 24 G. POISSON, op. cit., 1, p. 295-296 et 2, p. 108, 124, 127, 153C-154 ; P.-V. CLAVERIE, La conquête (...)

15Ces éléments prouvent que Jacques de Majorque acquit en 1336 la baronnie et la seigneurie de la vicomté de Castelnou, dont plusieurs actes de la décennie suivante lui reconnaissent la possession. Le rattachement du Roussillon à la Couronne d’Aragon ne changea pas, dans un premier temps, le statut de ces fiefs. Pierre le Cérémonieux veilla d’ailleurs à placer, en 1346, sous hypothèque, la baronnie de Castelnou, afin de solder les dernières créances de Jaspert V. Rompant avec cette logique patrimoniale, il consentit à aliéner en décembre 1363 les baronnies de Castelnou et de Corsavy, avec le village de La Bastide, à Berenguer de Castelnou qui lui avait prêté hommage, sans barguigner, en août 1344. Berenguer ne conserva guère de temps le berceau historique de sa famille qu’il revendit au vicomte Andreu de Fenollet, dès le 13 juillet 1369. La baronnie de Castelnou comportait encore à cette date les seigneuries de Camélas, Montauriol, Caixas et Fontcouverte, au-delà du fief de Castelnou. Il ne fait guère de doute qu’Andreu de Fenollet souhaitait obtenir le rétablissement du titre vicomtal de Castelnou, en raison de son rang de vicomte d’Ille et de Canet. Il n’y parvint jamais et disparut en 1386, après avoir établi ses dernières volontés. Les vicissitudes de la vicomté de Castelnou sont presque aussi extraordinaires que le destin méconnu de sa dernière héritière, après la cession de ses droits à Jacques de Majorque24.

La destinée dauphinoise de Sibil·la de Castelnou

  • 25 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 ; Auguste PRUDHOMME, Inventaire (...)

16C’est dans le cadre de recherches sur la chute du royaume de Majorque que nous avons retrouvé la trace du contrat de mariage de Sibil·la de Castelnou, acquis au XIXe siècle par l’érudit Henry Morin-Pons. Ce document légué à la Bibliothèque municipale de Lyon est exceptionnel par la richesse des informations qu’il recèle. Deux notaires ont consigné en 1339 les détails du contrat sur une membrane de parchemin de 86 centimètres de haut sur 60 centimètres de large. La procédure eut lieu dans le château royal de Perpignan en présence de représentants des deux parties, comme le chancelier Pierre-Raymond de Montbrun et le chevalier dauphinois, Raymond Bertrand. Le notaire isérois, Jacques Fagnier, s’associa au Perpignanais Pere Jaubert, afin de fixer par écrit les tractations qui se déroulèrent devant le roi de Majorque. C’est en effet sous son patronage et sous celui du dauphin de Viennois, Humbert II, que Sibil·la de Castelnou s’engagea à épouser un seigneur dauphinois répondant au nom d’Hugues Alleman. Sa famille détenait la seigneurie de Valbonnais (Isère, arr. Grenoble, cant. Matheysine-Trièves) et divers fiefs alpins depuis le début du XIIIe siècle. Il est probable que le sire de Valbonnais s’était épris de la fille de Jaspert V lors d’un de ses déplacements à Montpellier. Le fait est qu’elle constituait pour son lignage un beau parti, en raison de ses origines vicomtales et de la dot que le roi de Majorque se proposait de lui assigner25.

  • 26 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 (cf. pour une analyse de ces ac (...)

17Hugues Alleman chargea, le 27 février 1339, le seigneur d’Aix et de Bellegarde, Guillaume Artaud, de prendre la route de Perpignan afin de négocier son union avec la fille de Jaspert V, contre une dot de 10 000 réaux d’or. Guillaume Artaud était un baron du Diois, sensiblement du même âge qu’Hugues Alleman, dans la mesure où il disparut en 1373. Une procuration fut établie à Grenoble, en présence de divers nobles et ecclésiastiques isérois. Devant l’ampleur de la somme promise par le roi de Majorque, Guillaume Artaud se rendit à la cour du dauphin de Viennois afin de rassembler des garanties financières. Il rejoignit Humbert II à Sorgues (Vaucluse, arr. Avignon, c.-l. de canton) avec le prieur de l’église Saint-Laurent de Grenoble, Amédée Alleman, qui souhaitait appuyer la requête de son neveu Hugues. Le dauphin de Viennois se porta garant, le 8 mars 1339, de la restitution de la dot de Sibil·la au roi de Majorque en cas d’annulation du mariage. Guillaume Artaud fit le serment solennel de veiller au respect de ces dispositions devant le notaire Jacques Fagnier, qui devait l’accompagner à Perpignan afin de rédiger le contrat de mariage d’Hugues Alleman. L’ambassade dauphinoise comportait, en plus de ces deux hommes, le chevalier Raymond Bertrand et le seigneur d’Auribel, Guillaume d’Ayglin, originaire de la Drôme26.

  • 27 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 ; Rodrigue TRETON, « Du palais (...)

18Il fallut quinze jours à la petite troupe pour rallier la cour de Majorque et paraître devant Jacques III et son épouse Constance d’Aragon. Le mardi 23 mars, Guillaume Artaud fut admis dans la Chambre du roi et invité à produire les chartes qui engageaient la parole d’Hugues Alleman et d’Humbert de Viennois. Les recherches les plus récentes sur le palais des rois de Majorque tendent à identifier la Camera regis, mentionnée dans les documents médiévaux, avec la chambre d’apparat du souverain, située dans l’angle nord-est du bâtiment. Une suite nombreuse envahit, quoi qu’il en soit, la pièce dans laquelle le roi de Majorque souhaitait régler le mariage de Sibil·la de Castelnou. Le monarque s’engagea devant le maître des comptes, Pere Bosom, et le trésorier royal, Bernat Geli, à verser au sire de Valbonnais un millier de réaux d’or à l’occasion de la célébration du mariage (sollempnizatum matrimonium in facie Ecclesie) dans l’année à venir. Trois versements annuels de 3 000 réaux d’or devaient permettre au monarque de s’acquitter de la totalité de la dot à compter de 1340. Pour gage de sa bonne foi, il fournit comme fidéjusseurs son demi-frère Ferran, le vicomte d’Ille, Pere de Fenollet, avec les seigneurs Guérin VI d’Apcher, Dalmau de Banyuls et Pere de Bellcastell. Ces fidéjusseurs promirent de servir d’otages au sire de Valbonnais si un retard venait à affecter le versement des différentes échéances de la dot. Ils acceptèrent de se présenter à Montpellier dans un délai de huit jours en cas de réquisition officielle de la part d’Hugues Alleman. La dot de Sibil·la de Castelnou avoisinant les 12 500 florins, une clause prévit la transmission éventuelle de la créance d’Hugues Alleman à ses héritiers légitimes27.

  • 28 P.-V. CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux…, p. 32 et 78-79 ; R. TRETON, J (...)
  • 29 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5.

19Le choix d’une monnaie d’or à fort pouvoir libératoire pourrait surprendre de la part de la monarchie majorquine spécialisée dans les frappes de monnaies d’argent depuis le règne du roi Jacques II (1276-1311). Il répondit manifestement à la volonté d’acheminer jusqu’en Dauphiné de petites quantités de numéraire, battues dans les ateliers monétaires de Perpignan. Nous savons que différentes monnaies d’or étaient émises par la seca de Perpignan, à la fin des années 1330. Parmi celles-ci, figuraient des écus d’or et des réaux, copiés sur les standards en vigueur dans le royaume de France. Il s’agit manifestement du type de monnaie qualifié dans le contrat de regales auri de regno Francie et dont le cours avoisinait, en 1339, 25 sous tournois28. La dot de Sibil·la devait être versée en monnaie de bon aloi et garantie par les terres que le roi de Majorque possédait à Montpellier et dans le royaume de France. Le sire de Valbonnais pouvait, de la sorte, intenter une action en justice contre Jacques III, en cas de défaut de paiement. Son procureur s’engagea sur les Évangiles à restituer la dot de Sibil·la, en cas d’annulation du mariage, à partir de l’ensemble des biens d’Hugues Alleman. Il promit également d’assigner à la future dame de Valbonnais un douaire, constitué d’un château ou d’un hôtel (aliud hospicium nobile et condecens), pourvu d’une rente annuelle de 400 florins29.

  • 30 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5.

20Les notaires mandatés par les deux parties veillèrent à insérer dans le contrat de mariage une copie des pouvoirs, confiés à Guillaume Artaud à son départ du Dauphiné. La seconde de ces pièces fournissait une caution de poids au roi de Majorque, en garantissant le remboursement de la dot de Sibil·la de Castelnou à partir des biens du dauphin de Viennois ou de ses successeurs éventuels. Cet engagement aurait pu peser sur la Couronne de France après qu’Humbert II eut choisi de céder ses droits sur le Dauphiné en 1349 au futur roi Charles V. Cette caution resta théorique dans la mesure où l’union d’Hugues Alleman et de Sibil·la ne fut jamais remise en question sur le plan juridique. L’établissement de leur contrat de mariage se conclut en 1339 par un échange de consentements, que Jacques Fagnier et Pere Jaubert se firent un devoir d’enregistrer. Guillaume Artaud sollicita la main de Sibil·la de Castelnou à haute voix, à la demande du roi de Majorque et de son épouse. L’intéressée répondit qu’elle acceptait de prendre comme époux et seigneur, Hugues Alleman (virum meum et dominum), après avoir pris connaissance de sa proposition matrimoniale30.

  • 31 Donald Lindsay GALBRAITH, Inventaire de sceaux vaudois, Lausanne-Genève : Société d'histoire de la (...)
  • 32 P.-V. CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux…, n° 18 p. 280-281. Cette estim (...)

21On ignore le lieu de mariage des deux fiancés, mais il est possible qu’il ait été célébré à Montpellier, en présence du roi de Majorque et d’Humbert II de Viennois. Les Valbonnais cousinaient en effet avec les dauphins de Viennois et arboraient un écu de gueules semé de fleurs de lys, bandé d’argent31. Quant à Sibil·la, elle était devenue après la cession de la vicomté de Castelnou une dame de parage de la reine de Majorque. C’est donc sans surprise qu’elle donna le prénom de Constance à la fille unique qui naquit de son union avec Hugues Alleman, au bout de quelques mois. Le règlement de sa dot alimenta toutefois une longue querelle entre le sire de Valbonnais et le roi de Majorque, dont l’aisance financière pâtit, à compter de 1342, d’un conflit armé avec l’Aragon. Hugues Alleman fit valoir ses droits auprès de la justice française et obtint la confiscation des rentes de Montpellier qui devaient revenir à Jacques III. Le roi de Majorque s’en plaignit à Joan de So, lorsqu’il se résolut à capituler devant son cousin Pierre le Cérémonieux, en juillet 1344. Il semble que 56 % de la dot restaient à payer à cette époque, à la suite du versement de ses deux premières échéances32.

  • 33 Henri FURGEOT (1er auteur), Madeleine DILLAY, S. CLEMENCET et J.-P. LAURENT (révision), Actes du Pa (...)

22L’affaire rebondit lorsque Jacques III se replia à Montpellier, après avoir tenté de soulever la Catalogne du Nord contre les Aragonais. Il produisit des lettres du roi de France qui annulaient la saisie de ses biens par voie judiciaire. Si ce viatique lui permit de recouvrer une certaine autonomie financière, le répit fut de courte durée car Hugues Alleman interjeta rapidement un appel devant le Parlement de Paris. Par un arrêt en date du 19 janvier 1348, il obtint une pension compensatoire de 7 000 florins d’or sur les leudes, aliénées par le roi de Majorque au chevalier Arnaud Flote. Philippe de Valois adressa le 31 janvier des lettres patentes au sénéchal de Beaucaire, afin d’exécuter la sentence sans tarder33.

  • 34 A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 6 ; Archives de la ville de Montpellier : Inventaires et documents pu (...)

23On pourrait croire que ce jugement clôtura une procédure fastidieuse, quelques mois avant la mort de Jacques III à la bataille de Llucmajor. Il n’en fut rien, car la vente de Montpellier au roi de France en avril 1349 relança le débat. Hugues Alleman prétendit en effet avoir été privé par l’administration française des revenus qui devaient lui échoir, à concurrence de 7 000 florins. Bien que l’affaire ait traînée en longueur, le roi Jean le Bon ordonna en 1363, au sénéchal de Beaucaire et au trésorier de Nîmes, de veiller au dédommagement du sire de Valbonnais, si quelque injustice avait été commise à son encontre. Les archives montpelliéraines tendent à prouver que les coupes des blés, farines et leudes de la boucherie et de la poissonnerie avaient continué d’être perçues par le sire de Valbonnais, après le changement de régime. Le mandement royal du 27 mai 1363 fut, quoi qu’il en soit, la dernière décision de justice dont bénéficia Hugues Alleman, avant sa disparition en 136434.

  • 35 BML, MP, Dauph. 17, Carton XI, n° 8 : « In primis, cum anima rebus omnibus sit preferenda, ipsam an (...)
  • 36 Bibliothèque municipale de Lyon, MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 8 ; A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 86  (...)

24Nous disposons de peu d’informations sur les conditions d’existence de « Sybille de Châteauneuf » après son installation dans le Dauphiné. Elle n’eut d’Hugues Alleman qu’une fille qui donna naissance à la fin des années 1350 au futur maréchal de France, Jean Ier de La Baume († 1435). La fille de Jaspert V disparut peu de temps avant son mari, qui, dans son testament en date du 16 septembre 1364, formule le vœu d’être enseveli à ses côtés dans l’église Saint-Pierre de Valbonnais. Hugues Alleman séjournait dans le comté de Provence quand la mort l’étreignit. Il demanda à bénéficier d’une messe funèbre de la part des franciscains de Tarascon et légua trois gros d’argent au chapelain qui s’occuperait de l’inhumation de son corps dans l’église paroissiale de Valbonnais35. Cette dernière abritait à cette date un prieuré clunisien et un complexe de cinq chapelles, qu’Hugues Alleman enrichit d’une fondation. Valbonnais était loin d’être une bourgade populeuse, si l’on se fie à un pouillé du XVe siècle, qui lui prête une centaine de feux, soit un demi-millier d’habitants36.

  • 37 A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 86 ; G. POISSON, « Les vicomtes de Castelnou et la réforme grégorienn (...)

25Castelnou était encore plus petit à l’époque et Sibil·la s’accoutuma sans mal au Valbonnais, dont le climat doux et sec lui rappelait vaguement celui des Aspres. Le testament d’Hugues Alleman nous apprend qu’elle ordonna, sur son lit de mort, la création d’un monastère de treize chanoines de l’ordre d’Oulx ou de Saint-Ruf de Valence, dans le village d’Entraigues (Isère, arr. Grenoble, cant. Matheysine-Trièves). C’était une manière subtile d’inscrire son action dans la continuité de ses ancêtres, qui avaient fondé au XIe siècle deux prieurés rufiniens, dans le ressort de l’évêché d’Elne. Hugues Alleman s’associa à cette initiative, en affectant à l’établissement à venir la centaine de florins qu’il percevait chaque année dans le bourg d’Entraigues. Ce capital devait permettre de transférer à Entraigues le lieu de sépulture des sires de Valbonnais. Les dernières volontés d’Hugues Alleman rappellent avec force le désir de Sibil·la de reposer dans le nouvel établissement religieux après son aménagement dans une demeure familiale. Une partie du testament fixe d’ailleurs le cérémonial qu’il faudra suivre, lors du transfert des dépouilles mortuaires des deux époux37.

  • 38 A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 86-87 ; Yves SOULINGEAS, Archives familiales du Dauphiné, 2, Grenoble (...)

26Ce document montre que la dernière dame de Castelnou tenta d’élever les prétentions lignagères des sires de Valbonnais, même si son projet de nécropole n’aboutit jamais. L’héritage de son mari fut en effet partagé par voie judiciaire, en 1368, entre sa fille Constance, son petit-fils Jean et un oncle d’Hugues Alleman, d’une extrême longévité. Ce partage s’explique par le fait qu’Hugues Alleman avait mis en demeure son petit-fils de reprendre les armes et le nom de sa Maison, afin de jouir du statut de légataire universel. Divers contentieux repoussèrent à l’année 1385 le règlement de sa succession, compliquée par le remariage, puis la disparition de sa fille Constance. Un fils du comte de Gruyère revendiqua même l’héritage d’Hugues Alleman, au nom d’une branche collatérale des sires de Valbonnais ! Ainsi donc, par un curieux hasard, la terre d’adoption de Sibil·la de Castelnou fut démembrée, une année avant la cession de la baronnie des Aspres au vicomte Andreu de Fenollet en 136938.

  • 39 E. FOURNIAL, op. cit., p. 168 et 136 ; Henri COURTEAULT, Gaston  IV, Comte de Foix, Vicomte souvera (...)

27À l’heure du bilan, il convient de rappeler que rien n’établit que le roi Sanç de Majorque tenta de supprimer le titre vicomtal de Castelnou, malgré la captivité humiliante qu’il avait endurée en Aragon dans sa jeunesse, à la suite de la trahison de Jaspert V. C’est en effet à son neveu Jacques III que revint le privilège d’acquérir la vicomté de Castelnou et de négocier le renoncement de Sibil·la à l’héritage de son père. Le roi compensa la disparition de ce fief tri séculaire, en créant une nouvelle vicomté à Évol, en 1335. La guerre avec l’Aragon compromit le défraiement des vicomtes de Narbonne qui détenaient des droits sur Castelnou avec Sibil·la et l’un de ses demi-frères, possessionné dans le Gévaudan. La documentation disponible permet d’estimer le prix de la vicomté à 24 925 livres tournois. Ce montant est sensiblement inférieur aux 31 625 livres déboursées par le comte Gaston IV de Foix en 1448, afin d’acquérir la vicomté de Narbonne. Au-delà des fluctuations monétaires, l’écart de prix semble s’expliquer par le caractère montagneux de la vicomté de Castelnou et l’inclusion de la baronnie de Puisserguier dans la vicomté de Narbonne39.

  • 40 ADPO, 1B110, fol. 49 v°-50 r° ; Philip DAILEADER, De vrais citoyens : violence, mémoire et identité (...)
  • 41 ADPO, 1 B28, fol 37 r°-38 v° (mandement du 19 septembre 1337, ordonnant le versement au marchand Be (...)

28Aussi modique qu’elle fût, la somme fut difficile à rassembler par Jacques de Majorque, qui disparut sans avoir honoré la totalité de ses engagements. Il fallut attendre l’année 1353, dès lors, pour que Pierre le Cérémonieux épure les dettes de son cousin et renforce son emprise sur Castelnou. Comme pour d’autres sujets brûlants, le souverain aragonais assura la continuité de l’État avec le soutien de banquiers appartenant au patriciat de Perpignan40. Le règlement des derniers arrérages incomba toutefois au gouverneur de Roussillon, Guillem de Bellera, avant la cession de la vicomté à Berenguer de Castelnou. La magnanimité de Pierre le Cérémonieux pose la question de la responsabilité morale de Jacques de Majorque qui multiplia les défauts de paiement, au point d’encourir les foudres judiciaires d’Hugues Alleman. On ne saurait accuser le monarque d’avoir été négligent sur le plan successoral, au vu du règlement d’une créance de Jaspert V en 1337 et du versement aux dominicains de Perpignan d’une rente en souffrance depuis 1321. Son comportement à l’égard d’Hugues Alleman est plus discutable au regard du droit civil et du contrat de mariage de Sibil·la, établi dans le palais des rois de Majorque. La dame de Valbonnais coucha probablement sur son testament divers établissements religieux qu’elle avait fréquentés dans sa jeunesse sur les bords de la Méditerranée. La chance permettra peut-être un jour de retrouver une copie de ses dernières volontés et de parachever l’histoire d’un lignage insigne de l’histoire catalane41.

Haut de page

Annexe

Pièces justificatives

1

Bellver (Île de Majorque), 1322 Juillet 3

Le roi Sanç de Majorque mande au viguier de Roussillon, Bernat Guillem de Torèn42, d’aliéner les droits féodaux que possédait le vicomte Jaspert [V] de Castelnou à Corbère et Llupia afin de résorber ses dettes envers la Couronne et le vicomte d’Ille, Pere de Fenollet.

A. Original en latin, aujourd’hui perdu.
B. Copie, d’après A., aujourd’hui perdue, jadis insérée dans un vidimus du 3 août 1322 commandité par le viguier Bernat Guillem de Torèn auprès des scribes publics, Antoni Galotxer et Pere Berenguer.
C. Copie vidimée de B., établie le 26 novembre 1538 par le notaire perpignanais, Carles Compter : Perpignan, Archives des Pyrénées-Orientales, 1B75 (original en parchemin, dépourvu de sous-cote).

Sancius, dei Gratia rex Majoricarum, comes Rossilionis et ll2 Ceritanie et dominus Montispes[s]ulani fideli nostro Bernardo Guillermi de Torenno, militi, vicario Rossilionis et Vallispirii, salutem et gratiam. Intelleximus vos vendidisse castra de Sancto Felice superiori et de Sancto ll3 Felice inferiori nobilis Jazperti vicecomitis Castrinovi quondam precio quinque milium ducentum LXXVe librarum ratione illique peccunie summe in qua idem nobilis nobis erat obligatus. Cumque precium ll4 dictorum castrorum non sufficiat ad satisfaciendum nobis in predicta peccunie summa nobis debita per nobilem antedictum, ideo volumus et vobis mandamus etiam pro residuo dicte peccunie nobis adhucque ll5 restanti ad solvendum et eciam pro illis duabus milibus libris peccunie que comissa fuit nobili Petro de Fenolleto, vicecomiti Insule, ratione matrimonii quod fieri debebat inter Periconum43 de Fenolleto, ll6 filium44 ipsius nobilis, et Franciscam, filiam45 dicti nobilis Jazperti de Castronovo quondam, visis presentibus exponatis venale et vendi ac distrahi faciatis totum jus feudale et quodcunque aliud jus que idem nobilis ll7 quondam habebat in castro de Corbaria quod pro nobis tenetur in feudum ; et etiam totum jus feudale et quodcunque aliud jus que idem nobilis habebat in castro de Lupiano. Etsi precia inde habenda non ll8 sufficerint ad integram solutionem et satisfactionem, residuum dicte peccunie summe nobis adhucque restantis, ut premittitur, ad solvendum et dictorum duorum milium librarum debitarum dicto nobili Petro de Fenolleto ex causa ll9 predicta volumus et vobis mandamus quod de aliis feudis dicti nobilis quoque, que absque minori incomodo pupille heredis sue vendi potuerint, vendatis et distrahatis pro satisfaciendo nobis et dicto nobili Petro de ll10 Fenolleto in premissis. Datum in castro de Pulcrovisu, quinto nonas Julii, anno Domini millesimo trecentesimo vicesimo secundo.

2

Nevers (Nièvre), 1338 Octobre 19

Le roi Jacques [III] de Majorque mande aux procureurs de Roussillon et Cerdagne, Bernat Geli et Miquel Amarell, de verser au seigneur d’Apcher, Guérin [VI] de Châteauneuf[-de-Randon], en quatre annuités la somme de 700 livres de Barcelone due pour l’achat de la vicomté de Castelnou, après le versement d’une enveloppe de 400 livres le 24 juin 1338.

A. Original en latin, aujourd’hui perdu.
B. Copie, d’après A., enregistrée dans les archives de la Procuration royale des comtés de Roussillon et Cerdagne en 1338 : Perpignan Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 1B95, fol. 1 v°-2 r° (Le mandement royal est précédé d’un regeste en catalan, ajouté après coup).

Domini de Apcherio

Jacobus, dei Gratia rex Majoricarum, fidelibus procuratoribus nostris in comitatibus Rossilionis et Ceritanie, Bernardo Egidii et Michaeli Amarelli, salutem et dilectionem. Mandamus vobis quatinus de pecunia nostra nobili et fideli consiliario ac nostro consanguineo carissimo, Guarino de Castronovo, domino de Apcherio, ex illa pecunie quantitate que sibi adjudicata existit per fidelem nostrum consiliarium, religiosum .. abbatem Arularum46, per nos solvendam ratione emptionis quam fecimus de vicecomitatu47 Castrinovi48, demptis ex ipsa quadringentis libris Barcelonensibus sibi jam solutis instanti festo beati Johannis de Junio, septingentas libras et residium dicte pecunie adjudicate infra quatuor annos a dicto festo antea computandos, videlicet quartam partem ipsius residui anno quolibet ipsorum quatuor, integre persolvatis, nostro alio super hoc jussu minime spectato. Datum in civitate Nivercenci49, nonodecimo die mensis Octobris, anno Domini millesimo trecentesimo trigesimo octavo.

Prenetz en compte al portador de la present ; les quals en G[uillem] Maso li Deu per carnsalada que ha comprada e pres de la cort : trente liures, cinch sous, vuit diners50.

3

Perpignan, 1339 Avril 11

Le roi Jacques [III] de Majorque mande aux procureurs de Roussillon et Cerdagne de verser au seigneur d’Apcher, Guérin [VI] de Châteauneuf[-de-Randon], en trois annuités la somme de 700 livres de Barcelone due pour l’achat de la vicomté de Castelnou à la suite de la suspension du mandement royal du 19 octobre 1338, publié ci-dessus.

A. Original en latin, aujourd’hui perdu.
B. Copie, d’après A., enregistrée dans les archives de la Procuration royale des comtés de Roussillon et Cerdagne en 1339 : Perpignan Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 1B95, fol. 10 r°.

Se[n]yor d’Apxer

Jacobus, dei Gratia rex Majoricarum, fidelibus procuratoribus nostris in comitatibus Rossilionis et Ceritanie, salutem et dilectionem. Quamvis per alias solutiones quam inferius contineantur, subscriptam pecuniam solvi jussimus, cum nostro albarano facto in civitate Niver[c]enci51, nonodecimo die mensis Octobris, anno proxime preterito, quod albaranum valere52 nolimus, mandamus vobis quatinus de pecunia nostra nobili et fideli nostro consiliario ac consanguineo, dilecto Garino de Castronovo, domino de Abxerio53, ex illa pecunie quantitate que sibi adjudicata extitit per fidelem nostrum consiliarium, abbatem Arularum54, per nos solvenda ratione emptionis quam fecimus de vicecomitatu castrinovi, demptis ex ipsa quadringentis libris Barcelonensibus jam sibi solutis instanti festo beati Johannis de Junio septingentas libras et residuum dicte pecunie adjudicate infra tres annos a dicto festo inantea computandos, videlicet tertiam partem quolibet anno ipsorum trium annorum integre persolvatis, super hoc jussu nostro alio minime expectato. Datum Perpiniani, undecimo die mensis Aprilis, anno Domini millesimo trecentesimo trigesimo nono.

Restituta fuit dicto domino Garino.

4

Perpignan, 1341 Août 20

Le roi Jacques [III] de Majorque mande aux procureurs de Roussillon et Cerdagne de verser aux frères prêcheurs de Perpignan une rente annuelle de cent sous de Barcelone que le défunt vicomte de Castelnou, Jaspert [V], avait inscrite dans ses dispositions testamentaires.

A. Original en latin, aujourd’hui perdu.
B. Copie, d’après A., enregistrée dans les archives de la Procuration royale des comtés de Roussillon et Cerdagne en 1341 : Perpignan Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 1B95, fol. 134 r° (Le mandement royal est précédé d’un regeste en catalan, sensiblement contemporain).

Jacobus, dei Gratia rex Majoricarum, comes Rossilionis et Ceritanie ac dominus Montispessulani, fidelibus nostris procuratoribus in Rossilione et Ceritania, salutem et gratiam. Cum per nobilem Jaspertum condam vicecomitem Castrinovi legati fuerint centum solidi Barchinonenses rendales annuatim conventui Fratrum Predicatorum Perpiniani pro uno anniversario annis singulis celebrando, prout constare dicitur ex tenore ultimi testamenti dicti Jasperti condam, nosque ad solvendum dictos centum solidos quolibet anno teneamur ex certis causis mandamus vobis quatinus illos annis singulis persolvatis, hoc facientes in libris officii vestri inseri in quibus talia sunt solita registrari. Datum Perpiniani, XX die Augusti, anno Domini trecentesimo quadragesimo uno.

Per dictum regem ad vicecancellarium Arnaldum de Lordato.

Perpianus Ymberti55.

Fo presentada a XXI d’agost MCCCXLI.

Haut de page

Notes

1 Pierre PONSICH, « Presentació », El Vallespir, El Capcir, El Donasà, La Fenolleda, El Perapertusès, in : Antoni PLADEVALL I FONT (dir.), Catalunya Romànica, tome 25, Barcelone : Enciclopèdia Catalana, 1996, p. 14-19. L’article que nous présentons aujourd’hui n’aurait par ailleurs jamais pu voir le jour, sans l’aide d’Aymat Catafau et de Yann Kergunteuil, auxquels nous exprimons nos vifs remerciements.

2 P. PONSICH, Castellnou, château et village médiéval, Perpignan : Le Publicateur, 1990, 46 p. ; Gabriel POISSON, Les Vicomtes de Castelnou (XIe-XIVe siècles), Mémoire de maîtrise dactylographié de l’Université de Toulouse II, 2005, 2 vols ; Henri MAHÉ DE BOISLANDELLE, Castelnou et les Aspres, Canet : Éditions Trabucaire (Coll. Mémoires de pierres, souvenirs d’hommes), 2014, p. 101-105.

3 P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 35 ; id., « El marc històric », in : P. PONSICH (dir.), El Rosselló, in : A. PLADEVALL (dir.), Catalunya Romànica…, t. 14, Barcelone : 1993, p. 29 ; H. MAHÉ DE BOISLANDELLE, op. cit., p. 109. De nombreuses hypothèses découlent cependant de recoupements onomastiques.

4 P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 35-36 ; P. BONNASSIE, La Catalogne du milieu du Xe siècle à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, 1, Toulouse : Publications de l’Université de Toulouse-le-Mirail, p. 79-80 et 170-173.

5 D’après P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 29 : « Mapa del comtat de Rosselló i dels comtats que l’envoltaven […] entre els segles IX i XII ».

6 P. PONSICH, « Les rois de Majorque (1276-1344) », in : J. SAGNES (dir.), Le Pays catalan, 1, Pau : Société nouvelle d’édition régionale et de diffusion, 1983-1986, p. 351-362 ; Pierre-Vincent CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux (1341-1345), Canet-en-Roussillon : Éditions Trabucaire, 2014, p. 20-23.

7 P. PONSICH, « Les rois de Majorque (1276-1344) »…, p. 372-373 ; Id., « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 39 ; Perpignan, Archives départementales des Pyrénées-Orientales (désormais abrégées en ADPO), 1B16, fol. 58 v°-59 r° et 71 v°-73 r°.

8 Jean RÉGNÉ, « Amauri II, vicomte de Narbonne (1260 ?-1328) », Revue de la Commission archéologique de Narbonne, 10, 1908, p. 465 ; G. POISSON, op. cit., 1, p. 94-95.

9 Abbé Jean CAPEILLE, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan : imprimerie Joachim Comet, 1914, p. 117 ; P. PONSICH, « Les rois de Majorque (1276-1344) »…, 1, p. 372 ; Auguste COULON (éd.), JEAN XXII, Lettres secrètes et relatives à la France (publiées ou analysées d’après les registres du Vatican),1, Paris : E. de Boccard, 1906, n° 1139 A col. 961-963, 1139 B col. 963-964 et 1139 C-1144 col. 964 ; Perpignan, ADPO, 1B75 (cf. infra Pièce justificative 1).

10 G. POISSON, op. cit., 1, p. 291-292 et t. 2, p. CLIII ; ADPO, 1B16, fol. 127 v° ; P. PONSICH, « Les rois de Majorque (1276-1344) »…, 1, p. 372-373 ; Joan BASTARDAS I PARERA, Usatges de Barcelona. El codi a mitjan segle XII, Barcelone : Fundació Noguera, 1984.

11 ADPO, 1B78. Le tuteur de Francesca était, selon le document de 1331, le vicomte de Narbonne, Aymeric V.

12 Perpignan, ADPO, 1B16, fol. 58 r°-59 v°, 71 v°-73 r° et 1B75 ; G. POISSON, op. cit., 1, p. 45 ; J. CAPEILLE, op. cit., p. 117. Le hasard voulut que le lieutenant du roi à cette époque fût Pere de Fenollet, auquel le sénéchal Guillem de Canet communiqua la teneur du mandement du 3 juillet 1322.

13 ADPO, 1B75 (vidimus du 26 novembre 1538).

14 ADPO, 1B75. Ce procès-verbal du 28 avril 1324 ne reprend que le début du mandement de Sanç : « Sancius, Dei gratia Majoricarum et comes Rossilionis et Ceritanie et dominus Montispesullani, dilecte nobis Agneti, uxori Petri Raymundi de Corbaria, militis condam domini de Corbaria, tutrici heredis universalis dicti castri de Corbaria, salutem et bonam voluntatem. Cum curia vicarii Rossilionis et Vallispirii pro execucione justicie facienda vendiderit nobili Petro de Ffonolleto (sic), vicecomiti Insule, feudum dicti castri de Corbaria et omnia juria que in illo et pro illo ibidem habebat nobilis Jazpertus condam vicecomes Castrinovi ; et de feudo ipse et pertinentibus ad illud dicta curia posuerit in possessionem vel quasi vicecomitem Insule memoratum etc. ».

15 ADPO, 1B75 (original du 8 octobre 1313) ; G. POISSON, op. cit., 2, p. 127 et 157-158 ; Bernard ALART, Notices historiques sur les communes du Roussillon, 2, Perpignan : C. Latrobe, 1878, p. 20-21. Le négociant François de Langlade avait requis l’aide en 1313 du viguier de Roussillon, afin de prendre le contrôle du village de Ponteilla, en état de rébellion. Sa famille appartenait à la noblesse nîmoise depuis près de deux siècles.

16 J. CAPEILLE, op. cit., p. 118 ; P. PONSICH, « El vescomtat de Vallespir i el llinatge de Castellnou », El Vallespir..., p. 39 ; G. POISSON, op. cit., 1, p. 292-293 et 296,  2, p. 118. Ses devanciers s’étaient contentés de mentionner l’absence d’information sur Sibil·la après l’année 1328 (B. ALART, Notices historiques sur les communes du Roussillon …, 2, p. 15).

17 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 (cf. pour un regeste, Ulysse CHEVALIER, André LACROIX, Inventaire des archives dauphinoises de M. Henry Morin-Pons, Dossiers généalogiques A-C (catalogue inachevé), Lyon, 1878, n° 497 p. 111).

18 ADPO, 1B14 (original du 14 septembre 1335) et 1B110, fol. 49 v°-50° ; G. POISSON, op. cit., 2, p. 127-128 ; Étienne FOURNIAL, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris : Fernand Nathan, 1970, p. 94.

19 ADPO, 1B95, fol. 63 v°-64 r°, 1B110, fol. 49 v°-50 r° et 1B27, fol. 25 v°-26 r°.

20 ADPO, 1B95, fol. 1 v°-2 r°, 10 r° et 22 v°-24 v° (cf. infra Pièces justificatives 2 et 3). Guérin d’Apcher était né d’une première union de Galceranda avec le baron gévaudanais, Guérin V de Châteauneuf-de-Randon (1302-1312). Il joua un rôle important à la cour de Majorque, à l’instar du vicomte Amalric III de Narbonne auquel le roi conféra une rente viagère de 500 livres de Barcelone, le 28 janvier 1339 (cf. ADPO, 1B95, fol. 57 r°).

21 ADPO, 1B95, fol. 63 v°-64 r°. Cette consignation en date du 10 avril 1340 fut présentée, dès le lendemain, par la vicomtesse de Narbonne à la Procuration royale des comtés de Roussillon et de Cerdagne.

22 Il s’agit d’une redevance en argent perçue sur les bovins vendus à Collioure, sans y avoir été abattus.

23 Ce domaine royal regroupait à l’époque les localités de Serdinya, Flaçà, Marinyans, Joncet et La Guàrdia.

24 G. POISSON, op. cit., 1, p. 295-296 et 2, p. 108, 124, 127, 153C-154 ; P.-V. CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux …, p. 203-204 (acte d’hommage en date du 2 août 1344).

25 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 ; Auguste PRUDHOMME, Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Isère, Archives civiles, série B, 4, Grenoble : Allier, 1899-1919, p. 82-86. Une infiltration d’eau compromet malheureusement l’édition intégrale du contrat de mariage.

26 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 (cf. pour une analyse de ces actes U. CHEVALIER, A. LACROIX, op. cit., n° 495-496, p. 110-111) ; A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 85. Auribel est un écart de la commune drômoise de Pradelle (arr. Die, cant. Le Diois), aujourd’hui en ruines.

27 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5 ; Rodrigue TRETON, « Du palais à la forteresse : Les mutations du château royal de Perpignan (XIIIe-XVe siècle) », in : Aymat CATAFAU, Olivier PASSARIUS (dir.), Un palais dans la ville, 1, Perpignan : Éditions Trabucaire, 2014, p. 30 ; Bernard POUSTHOMIS, « Le Palais des rois de Majorque : apports récents de l’archéologie du bâti », Un palais dans la ville …, 1, p. 47 et 53.

28 P.-V. CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux…, p. 32 et 78-79 ; R. TRETON, Jérôme BÉNÉZET, El Llibre de les monedes de Barcelona i dels florins d’or d’Aragó, Barcelone : Fundació Noguera, 2009, p. 50-51 ; E. FOURNIAL, op. cit., p. 93-94 et 106. Ce réal dit « long vêtu » avait été frappé, pour la première fois, en février 1326, avec un titre théorique de 1 et un poids de 4,219 grammes.

29 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5.

30 Bibliothèque municipale de Lyon, Ms. MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 5.

31 Donald Lindsay GALBRAITH, Inventaire de sceaux vaudois, Lausanne-Genève : Société d'histoire de la Suisse romande (hors-série), coll. Mémoires et Documents, 1937, p. 37. Hugues Alleman semble avoir ajouté aux armes génériques de sa famille un lambel de cinq pendants en raison de son appartenance à une branche cadette.

32 P.-V. CLAVERIE, La conquête du Roussillon par Pierre le Cérémonieux…, n° 18 p. 280-281. Cette estimation repose sur les réparations ultérieures imposées à Jacques de Majorque et un taux de change du florin par rapport au réal d’or de 1,25 (cf. E. FOURNIAL, op. cit., p. 106).

33 Henri FURGEOT (1er auteur), Madeleine DILLAY, S. CLEMENCET et J.-P. LAURENT (révision), Actes du Parlement de Paris. Deuxième série : de l'an 1328 à l'an 1350. Jugés (Lettres-Arrêts-Jugés), tome 2 (1343-1350), Paris : Archives nationales. Inventaires et documents, 1960, n° 7910, p. 229 ; U. CHEVALIER, Regestes dauphinois ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349, 6, Valence : Imprimerie Valentinoise, 1923, n° 35 603 col. 656 ; A. PRUDHOMME, op.cit., 4, Grenoble, 1919, p. 20. L’ironie voulut qu’Arnaud Flote fût un cousin d’Hugues Alleman, par le biais de sa mère Béatrice de Valbonnais.

34 A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 6 ; Archives de la ville de Montpellier : Inventaires et documents publiés par les soins de l’administration municipale, 3, Montpellier, 1901-1907, n° 42-43 p. 285.

35 BML, MP, Dauph. 17, Carton XI, n° 8 : « In primis, cum anima rebus omnibus sit preferenda, ipsam animam nostram in manus altissimi Domini, nostri Jhesu Christi creatoris, comandamus et dum II10 nostra anima ex dispositione divina erit a corpore separata, ipsum corpus nostrum volumus in deposito sepeliri in ecclesia sancti Petri Valbonesii in tumulo parhentum nostrorum et consortis nostre, in quo ipsum corpus deponatur, quousque monasterium per consortem nostram II11 in suo testamento ultimo, et per nos in hoc presenti nostro, ordinatum, fuerit constructum et edifficatum in domum nostram de Interaquis per modum et formam inferius conphensos (sic) ».

36 Bibliothèque municipale de Lyon, MP, Dauph. 17, Carton 11, n° 8 ; A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 86 ; Jules MARION, Cartulaires de l’Église cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de Saint-Hugues, Paris : Imprimerie impériale, collection des documents inédits sur l’histoire de France, 1869, p. 312.

37 A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 86 ; G. POISSON, « Les vicomtes de Castelnou et la réforme grégorienne dans le diocèse d’Elne », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 38, 2007, p. 215-221. Entraigues était sensiblement plus petit que Valbonnais, d’après le pouillé de 1497, qui lui prête 85 feux, soit 400 habitants.

38 A. PRUDHOMME, op. cit., 4, p. 86-87 ; Yves SOULINGEAS, Archives familiales du Dauphiné, 2, Grenoble : Archives départementales de l'Isère-Centre Jean-Berthouin, 2001, p. 29 ; Jean Joseph HISELY, Monuments de l’histoire du comté de Gruyère et d’autres fiefs de la maison souveraine de ce nom, 1, Lausanne : éd. J. Gremaud, 1867, n° 118 p. 164-167 et 142 p. 223-224 (actes de 1384 et 1385).

39 E. FOURNIAL, op. cit., p. 168 et 136 ; Henri COURTEAULT, Gaston  IV, Comte de Foix, Vicomte souverain de Béarn, Prince de Navarre, 1423-1472, Étude historique sur le Midi de la France et le Nord de l'Espagne au XVe siècle, Toulouse : Privat, 1895, p. 132-133 (23 000 écus).

40 ADPO, 1B110, fol. 49 v°-50 r° ; Philip DAILEADER, De vrais citoyens : violence, mémoire et identité dans la communauté médiévale de Perpignan, 1162-1397, trad. fr. A. Catafau, Canet-en-Roussillon : Éditions Trabucaire, 2004, p. 243-246.

41 ADPO, 1 B28, fol 37 r°-38 v° (mandement du 19 septembre 1337, ordonnant le versement au marchand Bernat Aybri de 427 livres, 14 sous et 3 deniers de tern) et 1B95, fol. 134 r° (cf. infra Pièce justificative 4). Le testament de Jaspert V de Castelnou est perdu à ce jour, les Archives départementales des Pyrénées-Orientales ne conservant sous la cote 1B72 que celui de son oncle Jaspert IV, disparu en 1268. Aussi est-ce par erreur qu’un ouvrage récent prétend en reproduire un fac-similé partiel (cf. H. MAHÉ DE BOISLANDELLE, op. cit., p. 105).

42 Torèn est un hameau de la commune de Sahorre (arr. Prades, cant. Le Canigou) dont l’intéressé était le seigneur.

43 Pericó est un diminutif catalan du prénom Pere, populaire au Moyen Âge.

44 Ms. « fillum », qui est un catalanisme.

45 Ms. « filliam ».

46 Il s’agit de l’abbé d’Arles-sur-Tech, Bernat IX, qui exerça son ministère de 1332 à 1340.

47 Mot suivi de l’article « de », cancellé.

48 Ms. « Castronovo », corrigé en « Castrinovi » par le scribe.

49 Leg. « Nivernensi ».

50 Cette note en langue vulgaire livre le nom du courrier qui transmit le mandement du roi aux procureurs des comtés de Roussillon et de Cerdagne ainsi que le montant de ses frais de bouche, indemnisés par la Couronne.

51 Leg. « Nivernensi ».

52 Suivi du mot « nonul », cancellé.

53 Sic Ms.

54 Il s’agit de l’abbé d’Arles-sur-Tech, Bernat IX, qui exerça son ministère de 1332 à 1340.

55 Il s’agit du nom du rédacteur de l’acte, Perpinyà Ymbert, le vice-chancelier du roi répondant au nom d’Arnau de Llordat (cf. à propos du comportement ultérieur de ce dernier personnage, P.-V. Claverie, « La part d’ombre du vicomte d’Évol, Joan de So (1344-1347) », Annales du Midi, 126, 2014, p. 33-34 et 39).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les limites de la vicomté de Castelnou aux XIe et XIIe siècles5
URL http://journals.openedition.org/e-spania/docannexe/image/27099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Vincent Claverie, « Un moment clé de l’histoire du royaume de Majorque : la fin de la vicomté de Castelnou (1321-1369) », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27099 ; DOI : 10.4000/e-spania.27099

Haut de page

Auteur

Pierre-Vincent Claverie

Université de Rouen, Centre de recherche scientifique de Chypre (Cyprus Research Centre), à Nicosie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals