Navigation – Plan du site
Le Roussillon et les Baléares, une relation ancienne tri-millénaire
Des liens culturels

La résidence des rois de Majorque

La residencia de los reyes de Mallorca
The Residence of the Kings of Majorca
Zusammenfassung : Die Residenz der Könige von Mallorca 
Roger Figuères

Résumés

Selon un itinéraire établi pour les années 1298-1324 et 1329-1343, les rois de Majorque passaient les deux tiers de leur temps en Roussillon et n’allaient que très rarement à Montpellier. Ils ne se rendaient pas régulièrement à Majorque. Sans doute à cause des aléas de la traversée, ils faisaient aux Baléares de longs séjours de seize à trente et un mois mais, entre deux séjours, ils pouvaient passer jusqu’à sept ans sans aller à Majorque. L’absentéisme royal à Montpellier et à Majorque n’allait pas dans le sens du renforcement de la cohésion du royaume et ne favorisait pas l’émergence, chez les habitants des trois territoires, d’un sentiment national commun.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marcel DURLIAT, Histoire du Roussillon, Paris : PUF, 1962, p. 48.
  • 2 Antoni RIERA MELIS, La corona de Aragon y el reino de Mallorca en el primer quarto del siglo XIV. L (...)

1À la mort de Jacques 1er le Conquérant, en 1276, suivant les dispositions qu’il avait prises dès 1262, son fils cadet Jacques reçut un ensemble de territoires, qu’il est convenu de désigner, dans l’historiographie française, par le terme impropre de « royaume de Majorque ». Cet ensemble comprenait les Îles Baléares (le royaume de Majorque proprement dit), les comtés de Roussillon et de Cerdagne et la seigneurie de Montpellier. Ce nouveau royaume de Majorque voyait le jour avec plusieurs handicaps. L’un d’eux tenait à la structure même du royaume et au « caractère artificiel du regroupement, sous un sceptre fragile de villes et de contrées, très dissemblables entre elles et fort éloignées les unes des autres »1. Au-delà de cet indiscutable constat, on peut se demander comment les rois de Majorque ont fait face à cette difficulté initiale. Ont-ils pris des dispositions pour introduire un minimum de cohérence entre ces trois territoires disparates et dispersés ? Ont-ils œuvré pour que, aux Baléares, en Roussillon et à Montpellier, apparaisse un « sentiment national commun capable de transcender les particularismes de chacun des territoires2 » ?

  • 3 Cet article résume les deux premières parties d’un mémoire de Master 2 : Roger FIGUERES, Les rois d (...)

2L’un des éléments de réponse est naturellement la présence physique du roi dans chacun des trois pôles du royaume, qui n’avaient en commun aucune institution autre que le roi lui-même. On sait que les rois de Majorque avaient fait de Perpignan leur résidence principale. Mais quelle part de leur temps passaient-ils effectivement en Roussillon ? Quelles étaient la fréquence et la durée de leurs séjours à Montpellier et aux Baléares ? Les trois rois successifs ont-ils eu une attitude analogue sur ce plan ? Pour essayer de répondre à ces questions, il était nécessaire d’établir le plus quantitativement possible leur itinéraire3.

Élaboration d’un itinéraire

3Des itinéraires des rois de France et d’Aragon pour la période de la dynastie majorquine ont déjà été publiés, mais aucun itinéraire des rois de Majorque n’est, à ce jour, disponible. Il a donc fallu le créer de toutes pièces. Compte tenu de l’objectif poursuivi, comment les rois de Majorque partageaient-ils leur temps entre le Roussillon, les Baléares et Montpellier (?), les périodes où les Îles étaient sous domination aragonaise (1285-1298 et après juin 1343) ne présentaient pas beaucoup d’intérêt. De même, la période troublée de la régence de Philippe de Majorque (1324-1329) n’était pas très représentative. Tenant compte de ces restrictions, l’itinéraire étudié a porté sur les périodes suivantes : le règne de Jacques II du 29 juin 1298 (retour des Baléares à la couronne de Majorque), à sa mort, le 29 mai 1311 ; le règne de Sanche en totalité, du 30 mai 1311 au 4 septembre 1324 ; et le règne de Jacques III du 25 mai 1329 (fin probable du tutorat de Philippe) au 22 juin 1343 (perte définitive des Baléares). Les périodes retenues pour chacun des trois rois sont de durée quasiment identique, de l’ordre de treize à quatorze ans. L’ensemble couvre quarante années, pendant lesquelles le royaume a été, pourrait-on dire, « en régime permanent ».

4Les auteurs qui ont établi des itinéraires des rois de France et d’Aragon avaient à leur disposition la source majeure que constituent les registres de chancellerie. On sait que les registres de la chancellerie des rois de Majorque n’ont pas été conservés. Leur itinéraire a donc été établi à partir de sources beaucoup plus dispersées. La principale d’entre elles a été la collection de lletres reials de l’Arxiu del regne de Mallorca à Palma, mais des informations sur la présence du roi ont été recueillies dans les sections d’archives les plus variées, à Montpellier, aux Baléares ou en Roussillon. Sur le plan de la méthode, seuls ont été répertoriés les jours où la présence du roi est attestée par un document. Une des tentations de celui qui établit un itinéraire est celle de l’interpolation. Si le roi est à Gérone, les 4 et 5 novembre 1302, et qu’il y est également le 8, il est hautement probable qu’il y était aussi le 6 et le 7. Mais il pouvait aussi bien être dans les environs de Gérone. Devant la difficulté de distinguer entre interpolations justifiées et interpolations hasardeuses, devant les risques d’interprétation personnelle, aucune interpolation, même d’un seul jour, n’a été effectuée.

  • 4 Richard Albert LECOY de la MARCHE, « Les relations politiques de la France avec le royaume de Major (...)
  • 5 R. A. LECOY de la MARCHE, op. cit., p. 30.

5L’élaboration de l’itinéraire a naturellement conduit, bien que ce ne soit pas le but premier, à confronter les informations recueillies à l’historiographie des rois de Majorque. Dans la majorité des cas, les documents internes (lettres du roi à ses lieutenants, concessions diverses, hommages féodaux, etc) confortent les données de cette historiographie. Dans d’autres cas, ils en contredisent les idées reçues. Le cas le plus spectaculaire concerne Jacques III. Selon A. Lecoy de le Marche, Jacques III de Majorque assistait en juin 1329, à Amiens, à l’hommage que le roi d’Angleterre rendait à Philippe VI de Valois4. Selon le même auteur, Jacques III faisait également partie du cortège qui accompagnait Philippe VI de Valois à Bouvines en septembre 13405. De nombreux historiens ont repris ces affirmations qui ne sont pas étrangères à la réputation faite à Jacques III de prince frivole, paradant à la cour de France et absent de son royaume. Or, plusieurs documents internes le prouvent, Jacques III était à Mallorca, pendant que se déroulait à Amiens l’hommage au roi d’Angleterre en 1329. Il était à Perpignan en septembre 1340 et le maillage de l’itinéraire exclut un voyage à Bouvines ce mois là.

Bilan de l’itinéraire6

  • 6 On trouvera l’itinéraire détaillé dans R. FIGUÈRES, « Les rois de Majorque, résidence et déplacemen (...)

6Sur le plan quantitatif, l’ensemble des trois périodes considérées (les quarante années de « régime permanent ») correspond à 14 706 jours. Le nombre de jours pour lesquels le lieu où se trouvait le roi est identifié dans l’itinéraire est de 1 688, soit 11,5%. En pourcentage de ces 1 688 jours, on peut récapituler le temps passé par les rois de Majorque dans leurs trois territoires et à l’extérieur du royaume, dans le tableau suivant :

Comtés

Mallorca

Montpellier

France et Catalogne

Jacques II

78%

16,8%

0,9%

4,7%

Sanche

72,8%

15,3%

3,9%

6,3%

Jacques III

72%

18,9%

3,5%

5,3%

Ensemble

74%

17,6%

2,9%

5,4%

7On peut discuter de la représentativité d’un échantillon de 1688 jours sur les 14706 jours correspondant aux périodes étudiées. Contrairement au cas des sondages où l’échantillon est prédéterminé suivant des règles précises, l’échantillon est ici « subi » et résulte des aléas de la conservation de documents. Les pourcentages observés sur l’échantillon ne peuvent donc pas être extrapolés tels quels à l’ensemble des quarante années. On peut néanmoins faire deux remarques.

8La première concerne les sources utilisées. La richesse des archives conservées à Mallorca par rapport à celles de Perpignan et Montpellier pourrait faire croire que l’analyse est biaisée en faveur du temps passé à Mallorca. Ce n’est pas le cas. La majorité des documents utilisés sont des lettres royales adressées aux lieutenants ou aux procureurs de Mallorca qui ont été conservées ou recopiées à Mallorca. Mais il n’y a aucune raison pour que, dans les archives de Mallorca, les lettres datées de Perpignan, de Montpellier ou d’ailleurs aient été moins bien conservées que celles datées de Mallorca même.

9La deuxième remarque concerne les déplacements des rois de Majorque dans et hors de leur royaume. Un certain nombre de voyages en France, en Catalogne et à Montpellier ont été identifiés dans l’itinéraire qui a été établi. Mais, compte tenu des courtes distances parcourues sur le continent, tous les voyages réellement effectués n’ont pu être repérés dans un échantillon qui ne représente que 11,5% des jours. La situation est très différente dans le cas de Mallorca. Dans ce cas, le maillage de l’itinéraire (la répartition des 1 688 jours répertoriés sur l’ensemble de la période) est suffisamment fin, pour que l’on puisse établir une liste quasiment exhaustive des séjours des rois dans les Îles, ce qui était l’un des premiers objectifs de ce travail. Il n’est pas totalement exclu, mais c’est très improbable, qu’un voyage à Mallorca ait échappé à ce maillage. Si c’était le cas, il s’agirait d’un voyage très court et sa non prise en compte ne modifierait que très peu l’estimation du temps passé par les rois de Majorque aux Baléares. Si l’on considère les séjours à Mallorca ainsi identifiés, on peut pour chacun d’eux faire des interpolations (licites dans ce cas particulier) et donner une estimation de la durée de leur séjour. En procédant de cette manière, on constate que les rois de Majorque ont passé 26% de leur temps dans les Îles. La comparaison de ce chiffre avec celui de 17,6% observé sur l’échantillon montre bien les limites de celui-ci sur le plan quantitatif.

10Malgré ces réserves sur la représentativité de l’échantillon et sur la difficulté d’extrapolation quantitative, l’itinéraire partiel qui a été établi et qui pourra être complété par la suite fournit beaucoup d’informations sur la résidence et les déplacements des rois de Majorque. Il confirme, s’il en était besoin, le choix de Perpignan comme résidence principale. Il apporte un nouvel éclairage (et suscite de nouvelles interrogations) sur les séjours des rois de Majorque à Montpellier et aux Baléares.

Présence du roi sur le continent

Roussillon et Cerdagne

  • 7 M. DURLIAT, Histoire du Roussillon…, p. 55.

11Les rois de Majorque résidaient en gros les deux tiers de leur temps dans les comtés. Les estimations sont quasiment identiques pour les trois rois. Rien ne confirme l’opinion suivant laquelle Jacques III aurait résidé à Perpignan moins souvent que ses prédécesseurs7. Sur les 1297 jours pour lesquels la présence des rois est attestée dans les comtés, 1176 témoignent d’une présence dans la ville même de Perpignan et 121 (environ 9%) dans d’autres localités du Roussillon ou de Cerdagne. On peut noter, en tout cas au niveau de l’échantillon dont nous disposons, une nette différence entre les trois rois pour ce qui concerne leurs déplacements dans les comtés en dehors de Perpignan :

Roussillon

Cerdagne

Total

Jacques II

66

8

74

Sanche

5

20

26

Jacques III

20

1

21

Total

91

30

121

12Il semble que Jacques II se déplaçait en Roussillon beaucoup plus fréquemment que ne l’ont fait ses successeurs. Les localités les plus mentionnées sont Collioure (17), Palau del Vidre (9), Elne (8), Argelés (7) et Claira (6).

13Pour Sanche, l’étude confirme qu’il séjournait en Cerdagne en été :

Période

Durée

Lieux

Commentaires

Juillet/août 1312

1 mois

Llivia/Puigcerdà

Retour de Barcelone

Juillet/août 1313

1 mois

Puigcerdà

-

Juillet 1318

?

Puigcerdà

-

Mai 1324

1 mois

Puigcerdà

-

Juillet/Septembre 1324

2 mois

Formiguères

Maladie et mort de Sanche

14On peut constater que ses séjours n’étaient pas très longs et qu’il ne passait pas tout l’été en Cerdagne, comme cela a été dit quelquefois. D’autre part, à l’exception de son dernier séjour à l’été 1324, les documents émis par Sanche, quand il résidait en Cerdagne/Capcir, étaient datés de Puigcerdá et non de Formiguères.

Perpignan, résidence principale

  • 8 Alexandre GERMAIN, Histoire de la commune de Montpellier, Montpellier : Martel aîné, 1851, 2, p. 90
  • 9 Francis ROQUE, « Les rois de Majorque », Conflent, 1979, p. 35.

15Les raisons pour lesquelles les trois rois de Majorque avaient fait de Perpignan, où ils passaient les deux tiers de leur temps, leur résidence principale sont multiples. Une analyse de ces raisons dépasserait le cadre de cet article. Nous laisserons de côté les aspects économiques, institutionnels, l’existence d’un personnel compétent, etc, pour ne traiter que des aspects géographiques. L’existence même du royaume de Majorque (les événements l’ont montré sous Jacques III) dépendait du soutien du pape et de l’équilibre que Jacques II, Sanche et Jacques III sauraient ou non maintenir dans leurs relations avec le roi de France et le roi d’Aragon. Hommages, rencontres personnelles, négociations, correspondance avec ces trois acteurs avaient une importance vitale. Montpellier étant exclue par la complexité de son statut, Mallorca par son insularité, le choix de Perpignan s’imposait sur le plan géographique, non pas, comme cela a été dit, parce que c’était « le centre de leurs états disséminés8 » ou « leur lieu géométrique9 », mais parce que c’était la ville la mieux placée pour entretenir avec l’Aragon, la France et la papauté des relations permanentes par courrier, ambassades et rencontres personnelles à Barcelone ou Paris bien sûr, mais aussi à Gérone, Narbonne ou Toulouse. Témoignent de cette activité diplomatique les nombreux voyages des rois de Majorque en dehors de leur royaume. Sans que la liste soit exhaustive, l’itinéraire a permis d’identifier onze voyages en France, deux à Avignon et quatorze en Catalogne, pendant les quarante années de référence.

Montpellier

  • 10 Ferran SOLDEVILA, Les quatre grans croniques, Barcelone : Ed. Selecta, 1983, note de la page 1178 : (...)
  • 11 Jean BAUMEL, Histoire d’une seigneurie du Midi de la France, Montpellier : Éd. Causse, 1971, p.196.

16Compte tenu de la courte distance qui sépare Montpellier de Perpignan, le maillage de l’échantillon ne permet pas de fournir une liste complète des séjours des rois de Majorque à Montpellier. On ne peut que constater le nombre de jours où leur présence y est attestée dans l’échantillon de 1 688 jours qui a été constitué. Le résultat est sans équivoque. Tandis que, pour 74% de ces jours, la présence du roi est attestée à Perpignan et pour 17,6% à Mallorca, c’est pour 2,9% des jours seulement que le roi se trouve à Montpellier ou dans la seigneurie. Cette constatation que les rois de Majorque ne venaient pas souvent à Montpellier contredit quelque peu l’idée avancée par Ferran Soldevila, suivant laquelle les rois de Majorque étaient des rois du Midi de la France, qu’ils résidaient plus souvent à Perpignan et à Montpellier qu’à Mallorca, ce qui expliquait que leur langage subissait des influences occitanes10. Il a été dit également que Jacques II se serait beaucoup intéressé à Montpellier, alors que Sanche et Jacques III s’en seraient peu préoccupés11. Cette affirmation n’est pas confirmée, bien au contraire, pour ce qui concerne leur présence dans la ville.

  • 12 Thalamus parvus, Montpellier : éd. Société archéologique de Montpellier, 1840, p. 342.
  • 13 Thalamus parvus, p. 344.

17Quatorze séjours à Montpellier ont été identifiés pendant les quarante années de référence. Sur les trois séjours de Jacques II, deux concernent la réception de personnalités : le pape Clément V en octobre 130512 et le roi Robert de Naples en août 130913. Sur les sept séjours de Sanche, quatre ont eu lieu à l’occasion de voyages en France ou à Avignon (au retour de Paris en janvier 1312 et en février 1316, à l’aller et au retour d’Avignon en novembre et décembre 1316) et ont été de courte durée. Le seul séjour de Sanche d’une durée relativement longue (trois mois) a eu lieu du 15 novembre 1312 au 20 janvier 1313 et s’est terminé par une visite à Carlat, capitale de la vicomté du même nom, qui relevait des rois de Majorque. On ne note que quatre séjours de Jacques III. L’un sur le chemin de Paris, début avril 1333 ; deux autres à l’aller et au retour d’un voyage à Avignon, avec le roi d’Aragon, en novembre 1339. Le séjour le plus long (de l’ordre de trois mois) a été effectué entre janvier et mars 1341, pendant lequel Jacques III organisa le fameux tournoi interdit par le roi de France.

  • 14 A. LECOY de la MARCHE, op. cit., 1, p. 171.
  • 15 Dom Claude DEVIC, Dom Joseph VAISSETE, Histoire générale du Languedoc avec des notes et des pièces (...)

18Les séjours des rois de Majorque à Montpellier étaient donc très peu fréquents et relativement courts (de l’ordre du mois, dans deux cas seulement trois mois). La majorité d’entre eux (neuf sur quatorze) étaient liés à des déplacements en France ou à Avignon et/ou à la réception de visiteurs de marque comme le pape, le roi de Naples ou le roi d’Aragon. Ces événements à caractère diplomatique ont été souvent cités ou commentés dans l’historiographie des rois de Majorque, ce qui pouvait donner l’impression qu’ils se rendaient souvent à Montpellier. Leur itinéraire ne confirme pas cette impression. Ambiguïté du statut de la seigneurie ? Conflits permanents avec les représentants du roi de France ? Les raisons de la faible présence des rois de Majorque à Montpellier ne sont pas claires. Quelques indices semblent montrer que les rois de Majorque éprouvaient une certaine réticence à se rendre à Montpellier. En 1280, pendant « l’affaire de Montpellier », en plein conflit entre les consuls et les officiers de Majorque d’une part et le sénéchal de Beaucaire d’autre part, les consuls envoient une délégation à Mallorca, pour supplier Jacques II de venir en personne à Montpellier14. Le roi rentre à Perpignan peu après, mais se contente de donner par écrit ses consignes aux consuls et au lieutenant, sans se rendre à Montpellier. En 1312, Sanche se trouve à Frontignan, à deux pas de Montpellier, mais envoie son lieutenant recevoir à sa place l’hommage des habitants15.

Les séjours aux Baléares

19Les rois de Majorque ont effectué dix séjours aux Baléares pendant les quarante années prises en compte dans cette étude. Jacques II s’y est rendu deux fois entre la restitution des Îles en 1298 et sa mort en 1311. Sanche trois fois pendant toute la durée de son règne (1311-1324). Enfin Jacques III a effectué cinq séjours, entre le moment où il a pris directement le pouvoir en mai 1329 et la perte des Baléares en 1343. Pour chacun de ces séjours, il a été possible de faire une estimation de leur durée :

Jacques II

Date d’arrivée

Date de départ

Durée estimée du séjour

Décembre 1299 ou Janvier 1300

Août 1302

31 mois

Décembre 1309 ou Janvier 1310

Mai 1311 (décès )

17 mois

Sanche

Date d’arrivée

Date de départ

Durée estimée du séjour

Mai 1311 (décès de Jacques II )

Juillet 1311

1 mois

Février 1314

Septembre 1315

17 mois

Octobre 1321

Juillet 1323

21 mois

Jacques III

Date d’arrivée

Date de départ

Durée estimée du séjour

Mai 1329 (fin du tutorat)

Août 1329

2 mois

Septembre à Novembre 1331

Mars 1333

16,5 mois

Août 1336

Décembre 1337

16 mois

Août 1338

Septembre 1338

0,5 mois

Mai 1343

Juin 1343

0,5 mois

  • 16 Arxiu del regne de Mallorca (ARM), RP3050 fol. 68v° : « lo senyor rey sen torna apres que fo vengut (...)
  • 17 ARM RP3050 fol. 64v°.

20Quatre de ces séjours sont dus à des circonstances particulières : en 1311, Sanche, encore infant, était venu à Mallorca en raison de la maladie de son père. Devenu roi après le décès de celui-ci en mai, il repartit sur le continent en juillet. En 1329, Jacques III, qui avait pris directement en charge le pouvoir fin mai, pendant qu’il séjournait à Mallorca, repartit aussi sur le continent en juillet. Le parti pris adopté pour la confection de l’itinéraire de ne pas tenir compte de la période de régence fait apparaître plus court un séjour qui avait commencé avant mai. En 1338, Jacques III, et c’est un cas unique, a fait un aller-retour rapide à Mallorca, entre le 22 août, où il est à Collioure, et le 22 septembre, où il est à nouveau à Collioure. Ce voyage était lié à la guerre contre le roi du Maroc16 et avait été sans doute improvisé puisqu’un messager, que le lieutenant de Mallorca avait envoyé au roi à Perpignan, apprit en cours de route que celui-ci était parti à Mallorca17. Enfin en 1343, Jacques III, après la tragique entrevue de Barcelone avec Pierre IV d’Aragon, vint passer une dizaine de jours à Mallorca, pour organiser la défense de l’île.

21Les six autres séjours qu’on pourrait qualifier de « normaux » ont duré entre seize et trente et un mois, donc en moyenne vingt mois. Les rois de Majorque résidaient donc aux Baléares pendant de très longues périodes, séparées par de longues années pendant lesquelles ils en étaient absents : Jacques II n’est pas venu à Mallorca d’août 1302 à novembre 1304 (plus de sept ans !), Sanche de septembre 1315 à octobre 1321 (six ans !) et Jacques III de mars 1333 à août 1336 (trois ans et demi).

  • 18 Marta VANLANDINGHAM, Transforming the state. King,Court and political culture in the realms of Arag (...)
  • 19 Francesc CARRERAS i CANDÍ, « Itinerari del rei Alfons II (III d’Aragó) », Boletín de la Real Academ (...)

22On peut s’interroger sur cette pratique, la même pour les trois rois. Devant un problème assez analogue (avec, il est vrai, l’avantage de la continuité terrestre), les rois d’Aragon avait fait, au contraire, le choix d’une présence très régulière dans chacun de leurs trois états. Le 23 avril 1277, peu après son accession au trône, Pierre III d’Aragon publiait une ordonnance sur la question de ses résidences18, tout à fait dans l’esprit de l’organisation confédérale de la Couronne d’Aragon. Pierre III avait été, de 1262 à la mort de son père en 1276, lieutenant de Jacques Ier pour l’Aragon, Valence et la Catalogne. Il avait participé activement à l’administration de ces trois territoires et avait pu se faire une opinion sur la question de ses résidences quand il serait roi d’Aragon. Son ordonnance de 1277, juste après son accession au trône, stipulait qu’il résiderait, chaque année, quatre mois (novembre à février) à Valence et à Murcie, quatre mois (mars à juin) en Aragon et quatre mois (juillet à octobre) en Catalogne. Cette solution présentait l’avantage de respecter un certain équilibre entre les trois territoires et d’assurer une présence régulière, en l’occurrence tous les ans, dans chacun d’eux. Les rois d’Aragon n’ont pas respecté à la lettre une règle aussi rigide. Mais ils séjournaient dans chacun de leurs états au moins une fois par an, souvent plus. Dans l’année qui va de décembre 1285 à décembre 1286, par exemple, Alphonse III d’Aragon a séjourné deux fois à Mallorca (qu’il avait conquise au détriment de Jacques II de Majorque ), deux fois à Valence, deux fois en Aragon et trois fois en Catalogne19.

23Les rois de Majorque auraient pu adopter une solution de ce genre adaptée au cas particulier de leur royaume, par exemple résider à Mallorca quelques mois par an. Ce n’est pas le choix qu’ils ont fait. Ils ont préféré y faire de longs séjours, séparés par plusieurs années d’absence, ce qui présentait au moins deux inconvénients. D’une part, pendant leurs longs séjours à Mallorca, ils s’isolaient de toute l’activité diplomatique qui justifiait d’avoir fait de Perpignan leur résidence principale. D’autre part, pendant leurs années d’absence, ils apparaissaient comme lointains aux gens de Mallorca qui, de plus, n’appréciaient guère que le roi absent soit représenté par un lieutenant, très souvent d’origine continentale. Quelles pouvaient être les raisons de ce choix ? Chacun des séjours à Mallorca serait à situer dans son contexte (état des relations avec la France et l’Aragon, situation dans chacun des territoires, reformes à entreprendre ou à mener à bien, état de santé du roi, etc). Mais le comportement identique des trois rois, la répétition pendant les trois règnes de cette alternance, longs séjours/longues années d’absence, suggèrent des raisons plus structurelles que conjoncturelles. Parmi celles-ci, on peut penser aux difficultés et aux aléas de la traversée entre les Baléares et le continent.

La traversée Baléares-Continent

Les navires

  • 20 ARM RP3035 fol. 58.
  • 21 La tarida était une embarcation de taille moyenne, mais de grande capacité, bien adaptée au transpo (...)
  • 22 La barque de panescalm était une embarcation rapide, avec un grand nombre de rameurs, qui était au (...)
  • 23 ARM RP3036 fol. 10v°.

24Jusqu’en 1316, les rois de Majorque ne disposaient d’aucun navire en propre, ni à Collioure, ni à Mallorca. Quand le roi prévoyait une traversée, les procureurs royaux louaient des embarcations et finançaient les aménagements nécessaires pour le transport du roi, de sa famille et de sa suite. Quand le nouveau roi Sanche revint sur continent, en juillet 1311, après la mort de son père, une petite flotte fut ainsi constituée, pour laquelle les registres des procureurs de Mallorca fournissent une documentation détaillée20. Quatre navires furent loués et équipés pour la circonstance : deux galères, la tarida21 Sta Ana et une barque de panescalm22. En 1313, quand Sanche retourna à Mallorca, on envoya de Mallorca à Collioure une barque de vingt rameurs et la tarida Sta Ana, à nouveau aménagée (entre temps, elle avait effectué des transports commerciaux), pour accueillir les chevaux et la suite du roi (ey feeren alcunes obres de nou per rao dels cavayls e de la companya que hi devien venir)23.

  • 24 Jaume SASTRE MOLL, « Relaciones politico-comerciales entre Mallorca y el Rosellón en el primer terc (...)
  • 25 ARM RP3039 fols. 32-34.
  • 26 J. SASTRE MOLL, op. cit., p. 221-222.

25En 1316, un accord avait été conclu entre Sanche et les jurés de Mallorca pour créer, à frais partagés, une escadre permanente dite du pariatge pour lutter contre la piraterie. L’une des clauses de cet accord prévoyait que le roi pouvait utiliser cette escadre quand il le jugerait opportun. Sanche puis Jacques III utilisèrent ces navires, toujours à frais partagés, pour passer du continent à Mallorca ou vice versa24. En 1323, pour le retour de Sanche sur le continent, quatre galères et deux barques armées avaient été équipées. Le capitaine de la flotte dirigeait 780 personnes dont 536 rameurs et 148 archers. Les dépenses considérables (près de quatre mille livres) de cette véritable expédition avaient été payées, à parts égales, par les procureurs royaux et les jurés de Mallorca25. Même quand les frais étaient partagés avec les jurés, le déplacement du roi et de sa suite représentait, pour les finances du roi, une somme considérable, de l’ordre de mille livres, quelquefois près de deux mille26. Il faut noter que ces dépenses étaient toujours réglées par les procureurs royaux de Mallorca, jamais par ceux de Perpignan, y compris quand il s’agissait d’une barque louée à Collioure.

La durée de la traversée

26Durant les quarante années prises en compte dans l’itinéraire étudié, les rois de Majorque ont effectué vingt traversées, dans un sens ou dans l’autre. Pour sept d’entre elles seulement, nous disposons de la documentation fournie par les registres des procureurs de Mallorca. De plus, cette documentation, très riche pour ce qui concerne les navires, les équipages et les coûts, ne donne que peu d’informations sur les dates. Deux autres sources, bien qu’indirectes, fournissent quelques éléments pour essayer d’évaluer la durée des traversées.

  • 27 ARM RP3036 fol. 10v°.
  • 28 ARM RP3039 fols 32-34 et J. SASTRE MOLL, op. cit. p. 237. 
  • 29 ARM RP3044 fol. 51r°.

27La première, pour les cas documentés dans les livres de compte, est la période pour laquelle l’équipage a été rétribué. L’équipage était réuni bien avant le départ réel du roi et rétribué pour le retour, mais il n’est pas sans intérêt de mentionner ce qui était habituellement noté par les procureurs pour l’ensemble. En 1313, pour aller chercher Sanche à Perpignan, l’équipage a été payé pour un mois et 9 jours27. En 1323, pour le voyage inverse, 2 mois28. Et en 1331, pour aller chercher Jacques III à Sant Feliu de Guixols, un mois et vingt jours29. Dans ce dernier cas, le roi était venu de Perpignan pour embarquer à St Feliu.

28La deuxième source est l’itinéraire lui-même. Les lettres émises par le roi la veille de son départ (et les jours précédents) ou le jour de son arrivée (et les jours suivants) ne nous sont pas forcément parvenues. Mais il y a quelques cas (cinq) où le maillage de l’itinéraire est suffisamment fin pour qu’il soit possible d’évaluer une durée (maximale) du trajet, en confrontant dates et lieux où la présence du roi est attestée, avant et après une traversée :

Année

Date

Lieu

Date

Lieu

Durée max.

1302

5 août

Soller

13 août

Perpignan

8 jours

1315

19 septembre

Soller

26 septembre

St Feliu

7 jours

1321

10 octobre

Collioure

22 octobre

Manacor

12 jours

1333

5 mars

La Palomera

9 mars

Tarragone

4 jours

1338

11 septembre

C. Mallorca

19 septembre

Collioure

8 jours

29Les temps très courts ainsi relevés peuvent paraître contradictoires avec la durée de rétribution des équipages. Il n’y a malheureusement aucun cas où on dispose simultanément des deux informations.

La suite du roi

30Trois groupes de personnes accompagnaient le roi quand il partait pour vingt mois à Mallorca : sa famille, le personnel des organes de gouvernement (conseil du roi, chancellerie, finances) et la maison du roi dirigée par les majordomes et les camerlingues.

  • 30 M. DURLIAT, La cort de Jaume III de Mallorca segons les Lleis palatines, Palma : Ed. José J. de Ola (...)
  • 31 Pau CATEURA BENNÀSSER, El regne esvaït : desenvolupament economic, subordinacio politica, expansio (...)

31La reine de Majorque avait sa propre maison et disposait du budget correspondant. La composition exacte de cette maison n’est pas connue mais on sait que, dans les années 1339/1341, il y avait à son service : un majordome, un trésorier, un acheteur (emptor), un notaire, des dames de compagnie, des femmes de chambre, un chapelain, un cuisinier et un tailleur30. Tout ou partie de cette cour suivait la reine à Mallorca, comme en témoigne la présence, en 1333 à Mallorca, de son acheteur et de son cuisinier, dans la liste établie par les jurés, des membres de la suite royale venus du Roussillon31.

  • 32 Françoise AUTRAND, « L’allée du roi dans les pays de Languedoc », La circulation des nouvelles au M (...)

32Pour ce qui concerne les organes de gouvernement, rien ne permet de penser que les rois de Majorque laissaient à Perpignan une partie de leur gouvernement, comme le faisaient les rois de France, quand ils se déplaçaient, dans la deuxième moitié du XIVe siècle 32. C’est le lieutenant du Roussillon qui, à Perpignan, représentait le roi et gérait les affaires avec son administration locale. Le chancelier, les membres du conseil, le trésorier suivaient le roi au sens propre du terme. Le roi continuait de travailler pendant le trajet et les escales (à St Feliu de Guixols par exemple, d’où plusieurs documents sont datés et contresignés par son entourage). Le conseil du roi à Mallorca était composé des mêmes personnes qui y siégeaient à Perpignan avant le départ. Il est clair que le conseil n’était pas spécialement renouvelé quand le roi venait à Mallorca.

  • 33 M. VANLANDINGHAM, op. cit., p. 212.

33Il en était de même pour les hautes fonctions de la maison du roi : majordome, camerlingue, portarius… Dans l’ordonnance déjà citée33, dans laquelle Pierre III d’Aragon émettait un règlement pour ses résidences successives, il était stipulé que les chevaliers de sa maison, qui étaient originaires de Catalogne, devaient y rester quand le roi quittait la Catalogne. De même pour l’Aragon et Valence. Une liste restreinte de ceux qui suivaient la cour hors de leur pays d’origine était établie par le roi et transmise aux intéressés. On ne trouve, dans le royaume de Majorque, aucune trace d’une telle disposition.

  • 34 P. CATEURA BENNÀSSER, op. cit., p. 119-120.

34La question qui se pose, aussi bien pour la maison de la reine que pour le gouvernement ou la maison du roi, est de savoir si tous les membres de ces institutions accompagnaient le roi à Mallorca. Quelques indices permettent de le penser. En 1333, l’Université de Mallorca donne des subventions pour les vêtements des membres de la suite royale, qui est venue du Roussillon. Parmi ces membres, on note des personnes qui occupaient des postes relativement subalternes : le tailleur du roi et son tambour, deux cuisiniers, treize portiers et un sous-portier.34. Un autre élément est à prendre en compte. Il est très surprenant que les « Lois palatines », qui décrivent dans le moindre détail l’organisation et le fonctionnement de la maison du roi, ne fassent pas mention des dispositions à prendre pour les séjours à Mallorca. Il y est bien prévu, en cas de voyage, que le zembler s’occupe des bagages, que le cambrer précède le roi pour préparer sa chambre ou que l’apothicaire envoie à l’avance son assistant approvisionner les produits nécessaires. Mais les déplacements du roi y sont évoqués sur le plan des principes, sans aucune allusion au cas particulier d’une absence de vingt mois. Tout se passe comme si l’organisation de la cour était indépendante du lieu de résidence et valable aussi bien à Perpignan qu’à Mallorca. Au moment où ont été publiées les « Lois palatines », le roi se trouvait d’ailleurs à Mallorca.

  • 35 M. DURLIAT, « La cort de Jaume III de Mallorca…», p. 49-50.

35Si, comme on peut le penser, l’ensemble du personnel administratif et du personnel de la maison du roi se transportait de Perpignan à Mallorca et vice versa, cela représentait, selon Marcel Durliat, cent quarante à cent cinquante personnes, auxquelles il faut ajouter la cour de la reine. Toujours selon cet auteur, « le séjour du roi à Perpignan ou à Palma représentait un regroupement dans ces villes de trois à quatre cent personnes »35. Le transfert d’un si grand nombre de personnes était une opération très lourde, qui pouvait difficilement être reconduite tous les ans. On peut penser également qu’elle était dangereuse. Les navires qui transportaient le roi étaient armés. Pour le retour de Sanche sur le continent en 1323, on ne compte pas moins de cent cinquante archers. N’était-ce pas risqué d’exposer simultanément le roi, sa famille et tout le gouvernement à des attaques en mer ? Il est vrai cependant qu’on ne connaît aucun exemple d’une telle attaque, pendant les vingt traversées effectuées par les rois de Majorque, au cours des quarante années prises en compte.

Conclusion

36Afin de déterminer la part de leur temps que les rois de Majorque passaient dans chacun de leurs territoires, un itinéraire des rois a été établi pour les années 1298-1324 et 1329-1343. Faute de disposer des registres de chancellerie qui n’ont pas été conservés, les informations ont été recueillies à partir des sources les plus diverses à Palma, Montpellier et Perpignan. Pour les quarante années prises en compte, le lieu où se trouvait le roi a été identifié pour 1688 jours soit 11,5% du total de la période. Bien que non transposable sur le plan quantitatif, l’échantillon donne une bonne estimation du temps passé par les rois de Majorque dans chacun de leurs domaines. Tous les séjours à Montpellier n’ont pu être identifiés, mais l’itinéraire fournit une liste probablement complète des séjours aux Baléares.

37Le choix de Perpignan comme résidence principale est confirmé. Chacun des trois rois a effectivement passé les deux tiers de son temps en Roussillon. Leurs séjours à Montpellier étaient très rares et très courts, souvent liés à des voyages en France ou en Avignon. Ils représentent seulement 3% des 1688 jours répertoriés dans l’itinéraire. Cette très faible présence des rois de Majorque à Montpellier est surprenante, compte tenu du rôle très important qu’a joué la seigneurie dans les relations entre Majorque, la France et l’Aragon. En dehors de quelques cas particuliers, les rois de Majorque ne résidaient pas aux Baléares d’une manière régulière, quelques mois par an par exemple. Ils y résidaient pendant de très longues périodes (seize à trente et un mois) mais ces périodes étaient séparées par plusieurs années d’absence (jusqu’à sept ans). Ce choix, apparemment délibéré, confirmé successivement par les trois rois, était sans doute lié aux difficultés et aux aléas de la traversée Mallorca-Continent (coût élevé, crainte des attaques en mer, transfert d’une suite de plusieurs centaines de personnes, etc), mais il présentait plusieurs inconvénients. Le plus grave était sans doute de donner aux habitants de Mallorca le sentiment que le roi était très peu présent, alors même que chacun des trois monarques a passé aux Baléares un quart de son temps, ce que n’avait jamais fait Jacques Ier et que ne ferait aucun des souverains aragonais après 1343.

38Quelles qu’en soient les raisons, la faible présence des rois de Majorque à Montpellier et leurs très longues absences aux Baléares n’étaient pas de nature à favoriser chez les habitants de ces territoires l’apparition d’un sentiment d’appartenance à un ensemble commun. Cette attitude était d’autant plus préjudiciable que, à Montpellier, la présence de la France se faisait de plus en plus sentir et que, à Mallorca, surtout dans les milieux du commerce, on s’interrogeait périodiquement sur les avantages d’un rattachement à l’Aragon. Il faut ajouter à cela que, en l’absence du roi, à Montpellier comme à Mallorca, les lieutenants qui exerçaient le pouvoir en son nom étaient le plus souvent d’origine roussillonnaise, alors que aucun chevalier originaire de Mallorca ou de Montpellier n’a jamais exercé cette fonction en dehors de son territoire d’origine. Conséquence des absences du roi et du choix de ses lieutenants, on voit se développer, en particulier à Mallorca, non pas le sentiment d’une communauté d’intérêts avec le Roussillon, mais une attitude anti-roussillonnaise.

39La question est dès lors de savoir si les rois de Majorque étaient conscients du caractère hétéroclite de leur royaume, s’ils se souciaient d’y favoriser la cohésion et l’unité, si cela avait un sens à leur époque et dans leur cas particulier. Pour essayer de répondre à ces questions, au delà du problème de leur présence physique à Perpignan, Montpellier ou Mallorca, il faudrait aborder, en considérant toujours le royaume comme un tout, d’autres aspects de son fonctionnement interne, comme le rôle éventuellement unificateur de l’organisation centrale ou la cohérence des politiques économiques.

Haut de page

Notes

1 Marcel DURLIAT, Histoire du Roussillon, Paris : PUF, 1962, p. 48.

2 Antoni RIERA MELIS, La corona de Aragon y el reino de Mallorca en el primer quarto del siglo XIV. Las repercusiones arancelarias de la autonomia balear, Madrid-Barcelone : CSIC, 1986, p. 256.

3 Cet article résume les deux premières parties d’un mémoire de Master 2 : Roger FIGUERES, Les rois de Majorque, résidence et déplacements (sous la direction de Daniel Le Blevec), Université Paul Valery-Montpellier III, 2006.

4 Richard Albert LECOY de la MARCHE, « Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque (Îles Baléares, Roussillon, Montpellier, etc), Paris : éd. Ernest Leroux, 1892, 2, p. 20.

5 R. A. LECOY de la MARCHE, op. cit., p. 30.

6 On trouvera l’itinéraire détaillé dans R. FIGUÈRES, « Les rois de Majorque, résidence et déplacements », op. cit.

7 M. DURLIAT, Histoire du Roussillon…, p. 55.

8 Alexandre GERMAIN, Histoire de la commune de Montpellier, Montpellier : Martel aîné, 1851, 2, p. 90.

9 Francis ROQUE, « Les rois de Majorque », Conflent, 1979, p. 35.

10 Ferran SOLDEVILA, Les quatre grans croniques, Barcelone : Ed. Selecta, 1983, note de la page 1178 : « Recordem que els reis de Mallorca on menys residien era a les illes. Llur residència era, sobretot, a Perpinya i a Montpeller. Aci llur idioma podia rebre influències llengadocianes i provençals no sols per l’idioma que s’hi parlava, sinó també per les relacions amb magnats i cortesans de les contrades veïnes. En realitat els reis de Mallorca eren encara uns reis del Migdia de la França, dels països d’oc ».

11 Jean BAUMEL, Histoire d’une seigneurie du Midi de la France, Montpellier : Éd. Causse, 1971, p.196.

12 Thalamus parvus, Montpellier : éd. Société archéologique de Montpellier, 1840, p. 342.

13 Thalamus parvus, p. 344.

14 A. LECOY de la MARCHE, op. cit., 1, p. 171.

15 Dom Claude DEVIC, Dom Joseph VAISSETE, Histoire générale du Languedoc avec des notes et des pièces justificatives…, Toulouse : Privat, 1840, 9 (1), p. 327.

16 Arxiu del regne de Mallorca (ARM), RP3050 fol. 68v° : « lo senyor rey sen torna apres que fo vengut assi per la armada dels moros ».

17 ARM RP3050 fol. 64v°.

18 Marta VANLANDINGHAM, Transforming the state. King,Court and political culture in the realms of Aragon 1213-1387, Brill : Leiden, Boston, Köln, 2002, p. 212.

19 Francesc CARRERAS i CANDÍ, « Itinerari del rei Alfons II (III d’Aragó) », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 1921, p. 63-67.

20 ARM RP3035 fol. 58.

21 La tarida était une embarcation de taille moyenne, mais de grande capacité, bien adaptée au transport des marchandises, des chevaux et du matériel de guerre.

22 La barque de panescalm était une embarcation rapide, avec un grand nombre de rameurs, qui était au service d’une grande embarcation, pour transporter à terre ou sur un autre navire charge et passagers.

23 ARM RP3036 fol. 10v°.

24 Jaume SASTRE MOLL, « Relaciones politico-comerciales entre Mallorca y el Rosellón en el primer tercio del siglo XIV », Actes du 12e Congrès d’Histoire de la Couronne d’Aragon, Montpellier, 1988, p. 220.

25 ARM RP3039 fols. 32-34.

26 J. SASTRE MOLL, op. cit., p. 221-222.

27 ARM RP3036 fol. 10v°.

28 ARM RP3039 fols 32-34 et J. SASTRE MOLL, op. cit. p. 237. 

29 ARM RP3044 fol. 51r°.

30 M. DURLIAT, La cort de Jaume III de Mallorca segons les Lleis palatines, Palma : Ed. José J. de Olañeta, 1991, p. 45.

31 Pau CATEURA BENNÀSSER, El regne esvaït : desenvolupament economic, subordinacio politica, expansio fiscal, Mallorca 1300-1335, Palma : Ed. El Tall, 1998, p. 119.

32 Françoise AUTRAND, « L’allée du roi dans les pays de Languedoc », La circulation des nouvelles au Moyen Âge, 14e Congrès de la SHMES, Paris : Publications de la Sorbonne, 1994, p. 88-89.

33 M. VANLANDINGHAM, op. cit., p. 212.

34 P. CATEURA BENNÀSSER, op. cit., p. 119-120.

35 M. DURLIAT, « La cort de Jaume III de Mallorca…», p. 49-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Figuères, « La résidence des rois de Majorque », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27179 ; DOI : 10.4000/e-spania.27179

Haut de page

Auteur

Roger Figuères

Doctorant de l’Université Paul Valéry Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals