Navigation – Plan du site
La place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique (XVIe-XVIIe siècles)

L’Asie vue depuis l’Amérique : le Compendio y descripción de las Indias occidentales d’Antonio Vázquez de Espinosa (1628)

Clotilde Jacquelard

Résumés

À travers l’étude de cette œuvre monumentale d’Antonio Vázquez de Espinosa qu’est le Compendio y descripción de las Indias Occidentales nous nous proposons de faire une étude de cas sur la représentation des confins asiatiques depuis l’Amérique espagnole, et d’envisager le poids, le rôle et la représentation de ces régions au sein d’un empire dont les structures se consolident dans les premières décennies du XVIIe siècle. En effet, le Nouveau Monde n’a pas seulement reçu et transformé l’héritage européen, mais il a reçu de même des influences asiatiques à travers la circulation du galion de Manille entre 1565 et 1815, ce qui a contribué à enrichir et complexifier l’identité coloniale hispano-américaine. Cet axe de recherche en cours de développement au plan international, va au-delà des travaux classiques sur le galion du Pacifique1 et donc du questionnement économique et commercial pour s’intéresser à l’histoire sociale, comme la question de l’esclavage asiatique à Mexico2, ou encore l’histoire de l’art qui met en avant la circulation des objets asiatiques et des influences artistiques en Amérique3. Ces études confirment que l’Amérique n’a pas été uniquement le réceptacle d’influences venues de l’est comme de l’ouest, mais qu’elle s’est affirmée, malgré le contexte colonial, comme un acteur de ces processus caractéristiques de la première mondialisation. Et c’est précisément l’impression générale qui ressort de l’étude du Compendio y descripción de las Indias occidentales qui date de la fin du premier tiers du XVIIe siècle mais qui n’a pas été publié intégralement avant le XXe siècle4.

Haut de page

Texte intégral

  • 5 « En todo son peregrinas las tierras de las Indias », A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. V, Cap (...)
  • 6 Voir Juan SOLÓRZANO PEREYRA, Política indiana [1647], édition Francisco Tomás y Valiente et Ana Mar (...)
  • 7 Il serait sans doute intéressant de comparer de plus près le Compendio avec les écrits de Antonio d (...)
  • 8 Voir Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle. L’empire de papier de (...)
  • 9 Miguel Muñoz de San Pedro, « La ‘ Relación de las Indias ’de Fray Antonio Vázquez de Espinosa », Re (...)

1Pour tenter de contribuer à calibrer cette œuvre, peu étudiée pour elle-même, il faut nous attacher à cerner son auteur, et je me fonde pour cet article sur les informations données par Balbino Velasco Bayón – carme –, éditeur par deux fois du Compendio. Antonio Vázquez de Espinosa est un Andalou, né à Castilleja de la Cuesta près de Séville, autour de 1570 et mort en 1630. C’est un carme déchaux. On ne sait rien de sa formation si ce n’est qu’il avait enseigné la théologie pendant six ans avant de passer en Amérique, de façon illicite, puisque l’ordre du Carmel n’avait pas été autorisé par Philippe II à s’associer à l’entreprise d’évangélisation. Parti en 1608, il rentra en 1622 en Espagne après un séjour de 14 ans passé à sillonner le Nouveau-Monde. Ce texte conserve d’ailleurs l’empreinte de l’itinérance propre au récit de voyage, l’auteur mentionnant son séjour dans tel ou tel lieu comme à Mexico en 1612 ou à Lima en 1619. Le Compendio est le fruit de l’observation directe mais il manifeste aussi une certaine distance, puisque l’auteur n’obéissait à aucune commande officielle. Là où passe Vázquez de Espinosa il fait œuvre missionnaire et il a été suffisamment fasciné par l’Amérique5, comme en témoigne l’ampleur de l’ouvrage – plus de mille pages dans l’édition Historia 16 –, pour obtenir en 1627 du supérieur de son ordre l’autorisation de repartir évangéliser au Pérou, projet qu’il ne pourra réaliser. À son retour en Espagne en 1622, Vázquez de Espinosa devint visiblement un personnage d’un certain relief puisqu’il fut confesseur de la comtesse d’Olivares au moment où le comte, puis comte-duc était devenu le grand ministre de Philippe IV. Il a pu rencontrer des fonctionnaires importants à la cour puisqu’il fait référence dans le texte à Juan Solórzano Pereira, qu’il avait déjà pu connaître à Lima où celui-ci était juge de l’Audience entre 1609 et 1626, avant de poursuivre sa prestigieuse carrière au sein des conseils centraux de la Monarchie6. Vázquez de Espinosa reconnaît qu’il s’est inspiré du De Indiarum jure, un texte de Solórzano de 1629 pour la description de l’île Espagnole, allant jusqu’à citer le livre, le chapitre et le folio. À Lima, notre auteur a aussi pu côtoyer Antonio de León Pinelo qui achevait ses études de droit en 1619, puis le retrouver à Madrid à partir de 16227. À Lima résidaient aussi Antonio de la Calancha, cosmographe de la vice-royauté et le Licencié Diego Méndez, chargé de la rédaction d’une chorographie et topographie des régions péruviennes. Ces contacts peuvent expliquer une partie péruvienne plus développée dans le Compendio puisqu’elle compte 181 chapitres – Panama inclus – contre 114 pour la Mésoamérique incluant les Antilles et les confins asiatiques. Quoi qu’il en soit, son expérience des Indes et ses écrits furent consultés à la cour comme en témoigne Antonio de León Pinelo, ou encore d’après certaines traces dans le Memorial, resumen o compendio breve de cédulas, decretos y ordenanças y otras cosas… de 1646 de Juan Díez de la Calle8. Le savoir de Vázquez de Espinosa sur le Nouveau Monde était donc estimé dans les cercles du pouvoir madrilène9.

  • 10 Antonio VÁZQUEZ DE ESPINOSA, in : Miguel Muñoz de San Pedro, art. cit., p. 852.

2En ce qui concerne le terrain asiatique présent dans le Compendio, essentiellement philippin et moluquois, l’auteur reconnaît dans sa Relación de todas las Audiencias, Arçobispados y Obispados que hay en las Indias datant de 1627, qu’il ne s’y est pas rendu à la différence de l’Amérique : « No e estado en estas islas, lo demás e andado y visto, y considerado con particular cuidado »10.

3La question de ses sources sur cet espace insulindien se pose alors. Il n’en mentionne aucune explicitement et il n’est pas simple de les identifier car le style de l’auteur est très succinct, informatif, lisse et laisse peu de place à l’identification de transcriptions directes. Néanmoins, dans le premier tiers du XVIIe siècle, une cinquantaine d’années après la conquête des Philippines, il pouvait avoir accès à un certain nombre de sources à Mexico comme en Espagne : les Sucesos de las islas Filipinas d’Antonio de Morga (Mexico, 1609), La Conquista de las islas Molucas de Bartolomé Leonardo de Argensola (Madrid, 1609) ou encore la première relation jésuite sur les Philippines de Pedro Chirino publiée à Rome en 1604 : Relación de las Islas Filipinas y de lo que en ellas an trabajado los padres de la Companía de Jesús… Par contre l’ellipse est totale sur le Pacifique sud, et sur l’Asie portugaise. Macao est à peine mentionnée sans développement. Vázquez de Espinosa revendique une vision strictement délimitée de l’hémisphère castillan et des zones véritablement intégrées à l’empire. Malgré l’union ibérique, les conséquences des traités de Tordesillas (1494) et de Saragosse (1529), ainsi qu’une répartition otras muchas frutas historiographique partagée demeure. Néanmoins, et fort logiquement, une vision planétaire se manifeste lorsque l’auteur réfléchit sur les navigations.

4Cette Asie espagnole dans le Compendio est décrite en 6 chapitres réunis dans le Livre VI de la 1e partie, décrivant la juridiction de l’Audience des Philippines siégeant à Manille. Il clôt la 1e partie de l’œuvre consacrée à la Méso-Amérique. La construction narrative obéit à l’ordre administratif puisque du fait de la distance avec Madrid l’archipel dépendait directement de Mexico pour son administration. La seconde partie, très développée, est consacrée à l’Amérique du Sud. Malgré le caractère restreint des chapitres consacrés à l’Asie, des mentions éparses sur les liens entre Asie et Amérique espagnole apparaissent dans l’ensemble de l’œuvre et méritent analyse quant à l’intégration des territoires et au fonctionnement de l’empire à ce moment.

Situer le Compendio dans l’historiographie des Indes

5Situer l’œuvre dans le cadre historiographique espagnol nous semble une nécessité pour comprendre la place de l’Asie dans cette description impériale, d’autant que l’absence de paratextes liminaires autographes nous laisse nous interroger sur les circonstances et les objectifs de l’écriture.

  • 11 À notre connaissance il n’existe pas de monographie récente sur cet auteur, mais des articles sur d (...)
  • 12 « Como la ciudad de México ha ido en tan grande aumento y opulencia, se ha fabricado otra insigne i (...)

6Malgré le faible nombre d’études spécialisées11, le Compendio est un texte fréquemment cité par les Américanistes pour rendre compte de la vie coloniale hispano-américaine dans le premier tiers du XVIIe siècle. En effet, avec le recul permis par cette étude, nous pouvons confirmer que Vázquez de Espinosa nous offre un témoignage, un état des lieux de l’empire espagnol dans une phase de grand dynamisme interne, à travers la description des espaces, des grandes institutions, des principales productions, de la vie urbaine, des coutumes de certaines populations indiennes, d’une Église américaine en plein développement. Le projet colonial se consolide et il est considéré, sous la plume de l’Espagnol, comme un facteur de progrès, d’ordre, non seulement religieux mais aussi économique, social et politique12.

  • 13 Manille, Cebu (Santísimo Nombre de Jesús), Nueva Segovia, Nueva Cáceres et Punta Hermosa, de Otón o (...)
  • 14 Cette division géopolitique est parlante lorsqu’on évoque les archevêchés reliés à la Méso-Amérique (...)

7Dans cette somme, Vázquez de Espinosa décrit un monde qui est en train d’être remodelé par les Espagnols dans tous les domaines, et ce sous l’impulsion de la Couronne à travers son administration civile et religieuse. En effet, dans chaque lieu visité, l’auteur énumère les offices « que provee Su Majestad ». Les Philippines sont elles aussi intégrées dans le maillage administratif unifié de l’empire : quatre « ciudades » sont référencées dans la relation des villes espagnoles aux Indes en fonction des districts des Audiences et des évêchés dépendant de la Nouvelle-Espagne et trois « villas »13. Elles sont placées sur le même plan que les possessions méso-américaines ou caribéennes soumises à la Nouvelle-Espagne14. De même l’Audience de Manille apparaît dans la liste dédiée, avec son personnel et ses salaires, ainsi que le découpage des treize « alcaldías mayores » et les cinq « corregimientos ». Le gouverneur nomme à tous les emplois, la justice y est rendue et les forces défensives en matière navale ne présenteraient pas de défaut… ce qui est fort loin de la réalité dans le premier tiers du XVIIe siècle devant la menace conjuguée et concrète des Hollandais et des musulmans du sud philippin et des Moluques.

  • 15 La comparaison est mondiale : « […] pues en todas las más partes de él [mundo] han conquistado los (...)
  • 16 Il décrit en ces termes le couvent des franciscains de Santiago de Guatemala : « El convento de San (...)
  • 17 L’auteur ne nous donne aucune indication sur les fondements de ce chiffre qui est très optimiste po (...)
  • 18 « […] y así este lugar de estos chinos o sangleyes, que han venido de la gran China por ser cristia (...)

8Sur le plan religieux, les ambitions de la christianisation universelle se concrétisent : la conquête victorieuse au service de la foi catholique apparaît toujours comme un signe d’élection divine : par leur fidélité religieuse les Espagnols ont été appuyés par la Providence, au contraire de leurs ennemis ou rivaux à l’échelle mondiale15. L’auteur est fier d’appartenir à cette valeureuse communauté qui convertit et transforme. La question de la légitimité n’est plus à l’ordre du jour, elle est devenue historique. Sa virulence était liée aux combats. À présent, la conquête achevée, les Espagnols et les Philippe à leur tête accomplissent la contrepartie de la donation papale : la christianisation de ces nouveaux mondes se développe avec la paix revenue. L’ensemble de l’œuvre veut refléter une pax hispanica d’ampleur au moins hémisphérique. Les progrès de l’évangélisation, ou de la conquête spirituelle, sont manifestes par la multitude des couvents qui sont aussi des centres de rayonnement culturel16. Auteur de l’âge baroque, il s’attache à décrire églises, chapelles, ornements, offices ostentatoires. L’Église américaine apparaît bien comme un double de l’administration civile : les divisions par évêchés affinent les circonscriptions des audiences dans la description. Ce quadrillage religieux s’applique aux lointaines Philippines qui disposent d’un archevêché à Manille depuis 1595 et de trois évêchés suffragants (Cebu, Nueva Segovia, Nueva Cáceres) avec plus de 2 millions d’âmes converties et baptisées17. Selon Vázquez de Espinosa, l’archipel a beau être situé dans une zone de frontière religieuse au milieu de païens et de musulmans, ceux-ci ne sont que des « morillos » qui n’ont de musulman que les « cérémonies et les rites ». Ils ne font pas peur et l’auteur passe sous silence les guerres de razzia et de déprédation menées par les populations de Mindanao vers les littoraux en voie de christianisation des îles centrales, les Visayas, et même jusqu’aux portes de la baie de Manille depuis le début du XVIIe siècle, soutenues par les Hollandais. Il y a plus, il écrit noir sur blanc que les Chinois viennent à Manille attirés par le christianisme…18 Dans l’hémisphère espagnol, la messe est dite à tout moment dans l’une de ses 70 000 églises. Il y a une dimension propagandiste évidente dans ce texte.

  • 19 Francisco Esteve Barba, Historiografía indiana, Madrid, Gredos, 1992, p. 11.

9Francisco Esteve Barba soulignait dans son classique Historiografía indiana la complexité imposée par le nouveau continent à l’historien des Indes face aux trois fronts que sont l’histoire, la géographie et l’ethnographie19. Vázquez de Espinosa, cherche à tenir ces trois fronts par son encyclopédisme et son érudition caractéristique d’une période d’assimilation, de sédimentation du savoir, qui fait suite aux fracas des armes de la conquête. On peut ainsi rapprocher le Compendio de la Historia del Nuevo Mundo de Bernabé Cobo (achevée en 1638), toutes proportions gardées puisque Cobo passa quarante ans de sa vie en Amérique. Vázquez de Espinosa fait preuve d’une curiosité tous azimuts qui n’est pas nouvelle par rapport aux écrits du XVIe siècle sur le Nouveau Monde. Mais il se situe dans les retombées de la découverte, dans la contemplation et la fierté de ce qui relève désormais du patrimoine territorial de l’Espagne ; et l’inventaire se poursuit. Le savoir s’accumule et se structure au sein d’un empire apparemment bien contrôlé. Au milieu de cette complexité, notre auteur a opté néanmoins pour la mise en valeur de la géographie économique et administrative au détriment d’une histoire événementielle déjà largement traitée et de façon très récente par Antonio de Herrera dont les Décades sont publiées entre 1601 et 1615. Vázquez de Espinosa les cite d’ailleurs. Il écrit lui une histoire complémentaire, un état des lieux. Après le récit des évènements, il relève le défi de donner à voir un tableau qui se veut exhaustif des Indes Occidentales, dans leurs dimensions hémisphériques, hors sphère portugaise et dans une perspective d’exploitation parfaitement acceptable pour les autorités espagnoles.

10Ainsi, l’organisation du livre se fait par audiences, ce que l’auteur a pu reprendre de la Geografía y descripción universal de las Indias de Juan López de Velasco achevée en 1574. Il se situe dans l’héritage des questionnaires administratifs. Chaque chapitre démarre par une ville et son insertion dans un réseau urbain, administratif, religieux, son environnement, ses frontières naturelles, les circonstances de sa fondation. Les villes sont reliées par des chemins, des fleuves ou des rivières ; l’espace est quadrillé à différents niveaux. On mentionne le climat, les ressources spécifiques en matière agricole ou d’élevage, le nombre de « vecinos » et les autres types de populations « de servicio », vivant en périphérie. Ce système vaut pour Manille, l’enclave blanche et ses faubourgs où s’entassent les populations tagalogs et le quartier chinois que Vázquez de Espinosa qualifie de « otra Triana » et qu’il nomme Tondo au lieu de « parián ». À Tondo vivraient plus de 3 000 « vecinos ». Or Tondo était un village où vivaient des Chinois chrétiens et des Tagalogs. Il est étonnant qu’il n’emploie pas le mot « parián » qui était déjà largement diffusé. Sous la plume de Vázquez de Espinosa les populations philippines sont totalement occultées par les Chinois dans ces populations « de servicio » qui approvisionnent la capitale et sont les artisans de la prospérité urbaine. Le carme reprend des auteurs cités au début de cet article et probablement de Morga le lieu commun de leur intelligence pratique, de leur capacité à changer de métier et à y exceller, de même qu’il reprend certaines caractéristiques déjà topiques de l’altérité chinoise : la longue tresse, les ongles longs, l’usage de baguettes pour manger. Ces caractéristiques associées à la féminité vont favoriser les préjugés espagnols antichinois.

11Dans cette vaste description, l’histoire n’est pourtant pas absente : il y a par exemple une trame chronologique de fond avec le chapitre classique sur l’origine du peuplement du continent au chapitre 5 du 1er livre, puis la description de la situation des Antilles, ce premier empire, puis tout l’espace méso-américain avant de passer à l’Amérique du Sud. L’articulation entre l’histoire et la géographie se fait aussi sentir tout particulièrement au niveau des villes qui ont soit connu un illustre passé préhispanique (Mexico, Cuzco), soit une fondation au moment de la conquête : leur inscription dans l’espace est historique autant que géographique. L’histoire émerge aussi dans les zones de frontière où la résistance fut importante ou encore d’actualité (Nouvelle-Biscaye, Nouveau-Mexique, Río de la Plata). Les temps de la Conquête sont derrière, à plus de trois générations de distance. Elle est ressentie comme un passé révolu dans les faits, observé à distance, mais c’est une histoire récente et aux effets positifs de transformation pour l’auteur.

L’empire, cette terre promise

  • 20 Le voyage de Ludovico di Varthema en Arabie & aux Indes orientales (1503-1508), avant-propos de Gen (...)
  • 21 « […] es aquella tierra un pedazo de paraíso con muchas fuentes y arroyos de aguas dulces y cristal (...)
  • 22 Ainsi à propos de Jalapa, « La villa de Xalapa está fundada en maravilloso sitio, de alegre vista, (...)

12La nature américaine occupe le premier plan du Compendio, incluant la faune et la flore, et les cinq sens sont mis en avant pour en rendre compte au lecteur. Dans l’espace asiatique c’est le motif du palmier et de l’ensemble de ses produits dérivés qui intervient, un lieu commun qui s’est développé dans la littérature géographique et proto-ethnographique de l’Asie du Sud-Est depuis Ludovico de Varthema et Antonio Pigafetta20. Cet arbre emblématique de l’autosuffisance locale est traité comme une curiosité à travers l’anecdote d’un navire arrivant à Manille entièrement fabriqué à partir du palmier, de même que l’ensemble de ses marchandises. Aux Philippines Vázquez de Espinosa sélectionne les fruits spécifiques qu’on ne trouve pas aux Indes occidentales et il les décrit selon une méthode éprouvée : l’analogie et la différenciation d’ordre visuel, la saveur, la transformation et les possibles usages médicinaux. Au-delà du discours exotique des « otras muchas frutas estrañas y peregrinas », l’inventaire des ressources naturelles de l’empire se poursuit. Elles sont désormais contrôlées, possédées, exploitées. En ce qui concerne les Moluques il n’échappe pas à la description incontournable des épices : le giroflier, le cannelier, le muscadier de Banda, le poivrier. Ce n’est certes pas nouveau mais on gagne en précision, en exactitude sur les localisations ; l’empire est une immense réserve naturelle en voie de domestication et d’exploitation par les Espagnols. Le modèle européen est en train de s’imposer dans l’agriculture notamment mais en sachant tirer parti des richesses locales. Cette nature féconde – l’auteur emploie l’expression récurrente de « la grosedad de la tierra » pour le continent –, est souvent vue à travers le prisme du paysage bucolique. Si la région de Santiago de Guatemala semble l’avoir particulièrement séduit21, on retrouve nombre de commentaires laudatifs pour d’autres régions avec la répétition de locutions telles que « pedazo de paraíso » ou encore « temple de primavera », ou d’adjectifs comme « maravilloso », « rico », « abundante », « ameno », « fértil »… omniprésents22. L’auteur est admiratif devant les multiples facettes de ces mondes nouveaux, et il ne fait pas l’éloge d’un seul lieu, d’une patria chica qui serait le lieu de naissance d’un créole qu’il n’est pas. Sa fierté est bien celle d’un Espagnol qui contemple les territoires transformés par la vaste machinerie impériale et les rouages apparemment bien huilés de son exploitation au service de la Castille.

  • 23 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 2ª parte, L V, Cap. XIX, p. 847 et 848.
  • 24 Memorial y Relacion para su Magestad, del Procurador General de las Filipinas, de lo que conviene r (...)

13Le volet économique sans doute le plus important est – sans surprise – celui de l’exploitation minière de l’argent, « de donde se sacan grandes riquezas », dont les produits dérivés viennent embellir les couvents et les églises. Rien d’étonnant à cela dans cette période de mercantilisme bullioniste. L’auteur mentionne et recense les sites miniers de façon permanente. Et pour l’Amérique du Sud, on sent que les métaux précieux sont potentiellement omniprésents : que ce soit dans les rivières où les roches des montagnes. Ainsi à propos de la région de Santa Cruz de la Sierra dépendant de l’Audience de Charcas : « con lindas aguas que corren de minerales de oro » ; « toda la serranía de este valle está lastrada de vetas riquísimas de plata y oro » à propos de la vallée de Saguaypata23. Aux Philippines, la première caractéristique de l’île de Luçon citée par l’auteur est sa richesse en or, ce qui est certain et mis en avant dès les premiers récits descriptifs espagnols. Le Compendio sur ce point est contemporain des rapports de Hernando de los Ríos Coronel, représentant des Philippines à Madrid, et particulièrement de son fameux Memorial de 1621 à Philippe IV, où il met en avant les richesses en or de l’archipel – notamment dans les montagnes de Pangasinan, au nord-ouest de Manille où il propose d’obliger les Chinois en surnombre à travailler, au bénéfice des populations philippines décimées par les obligations de la construction navale des galions –24.

  • 25 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 2ª parte, L. VI, Cap. III, p. 383, Cap. IV, p. 384.
  • 26 Ibidem, p. 384.
  • 27 Ce sujet est traité en détail pour l’espace pacifique par Juan GIL, Mitos y utopías del Descubrimie (...)
  • 28 C’est nous qui soulignons.

14Les transformations apportées par la domination espagnole sont considérées par l’auteur comme positives puisqu’elles apportent la prospérité des productions et du commerce. Citons deux exemples emblématiques, Tlaxcala et Cholula, deux cas de villes importantes à l’époque préhispanique, dynamiques grâce entre autres à l’exploitation de la cochenille. Un autre exemple clair de prospérité est bien la ville de Manille au moment de ce qu’on qualifie a posteriori d’apogée du commerce du galion lors des deux premières décennies du XVIIe siècle, avec son urbanisme en pierre de taille entouré de solides murailles. L’indication de mille « vecinos » pour la capitale est un chiffre tout à fait vraisemblable. Cette capitale tropicale vit du riz, des fruits, du sucre et sa richesse commerciale est clairement affirmée et répétée : « la ciudad es de grandísima contratación » puisque sa vocation dans l’empire est l’intermédiation entre les produits chinois et l’argent américain : « engrandece a esta ciudad la rica contratación que tiene con la gran China de sedas, loza y otras riquezas y curiosidades », « poderoso y rico reino »25. Manille prend aussi sa part du commerce des épices et reçoit de même des produits du Japon dont du blé. Les autres îles du vaste archipel insulindien lui envoient des produits encore plus raffinés : « de otras islas, perlas y piedras preciosas, diamantes, rubíes, ámbar y otras cosas aromáticas y de valor, que la hacen rica y opulenta »26. On retrouve ici les accents du fameux poème de Bernardo de Balbuena exaltant l’opulence de la Mexico de 1604, dans Grandeza Mexicana, et au-delà, cette tradition d’idéaliser les trésors potentiels que peuvent receler les îles asiatiques dans cet horizon lointain27. Le chapitre V consacré aux Moluques est ainsi intitulé : « De las islas Malucas, Terrenate y Tidore y las demás, y las cosas peregrinas que hay en ellas »28. Vázquez de Espinosa atteste ainsi et de façon répétée de la conscience de l’importance de la situation géopolitique de Manille dans ce triangle d’or des produits les plus précieux du monde, captés par l’empire espagnol à travers le circuit du galion de Manille.

  • 29 Ramón María SERRERA, La América de los Habsburgo (1517-1700), Séville : Publicaciones de la Univers (...)

15La prospérité conduit à la puissance. On comprend à la lecture du Compendio à quel point l’Amérique était attractive. Cette première moitié du XVIIe siècle compte d’ailleurs la plus forte émigration espagnole pour l’ensemble des XVIe et XVIIe siècles – près de 200 000 Péninsulaires d’après l’historien Ramón María Serrera29 –. Sous la plume de Vázquez de Espinosa, cet empire solidement établi est une vraie terre promise, aux vastes horizons d’enrichissement et donc de promotion sociale, au grand dam, on le sait, des arbitristes qui voyaient dans l’émigration vers les Indes une évidente cause de dépopulation de la Castille.

Les modalités de l’intégration territoriale impériale

16La caractéristique générale du Compendio nous semble être le discours intégrateur des différentes parties de l’empire, comme élément résultant de l’appropriation et de la rentabilisation de ces espaces. Les territoires ultramarins de la Couronne sont articulés et unis par les navigations et les échanges, prolongés à leur tour par les routes terrestres comme la route prospère qui relie Acapulco à Veracruz, mais sans mention précise de circulation de produits asiatiques. L’importance concédée à la navigation n’a rien de nouveau, c’était la révolution technologique du XVIe siècle. Mais au début du XVIIe ces routes maritimes sont devenues stratégiques pour maintenir cette vaste et palpitante machine impériale et en drainer les richesses. Le premier chapitre du livre VI sur l’Asie est consacré à la navigation transpacifique à partir d’Acapulco, port qui fait l’objet d’une très courte description géographique et administrative. Hormis sa vocation commerciale, pas un mot n’est dit sur ses fameuses foires à l’arrivée du galion depuis Manille. L’auteur ne s’y est visiblement pas rendu. Comme pour la navigation atlantique, Vázquez de Espinosa détaille les étapes nautiques de la route avec ses caps, les vents porteurs, la saisonnalité d’une navigation bien connue et maîtrisée. Il rapporte l’étape des Mariannes et le marché flottant qui s’instaure pour l’obtention de fer de la part des populations locales tandis que les galions progressent. La rapidité des pirogues des Chamorros qui multiplient les tours autour du galion permettent la constitution de ce marché flottant mobile. Cette anecdote au fort accent visuel est un motif classique mentionné dans les récits des expéditions dans le Pacifique nord pour caractériser l’arrivée à Guam, unique étape dans le sens Mexique-Philippines.

17Dans ce contexte hémisphérique articulé, les Philippines sont un partenaire commercial de plus, notamment pour la ville de Mexico dont l’opulence est soulignée en ce premier tiers du XVIIe siècle :

  • 30 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 1ª parte, L. III, cap. XIX, p. 245-246.

es de mucha contratación, así por la grosedad de la tierra y ser Corte de aquellos Reinos, como por la grande correspondencia que tiene con España, Pirú, Filipinas y con las provincias de Guatemala y su tierra, Yucatán y Tabasco y todo el reino de la Nueva Galicia30

18Elle est un carrefour commercial de premier plan entre trois continents. Vázquez de Espinosa mentionne la soie sur les marchés sans commenter leur provenance locale, espagnole ou asiatique. Ce faisceau d’absence d’informations ou de manque de précisions nous portent à envisager le faible temps de séjour de l’auteur en Nouvelle-Espagne…

  • 31 « Tiene casa de fundición y moneda con todos los ministros y oficiales necesarios, donde se labra l (...)
  • 32 Ibidem, 1ª parte, L. III, Cap. XXV, p. 260.

19Un autre élément intégrateur, pilier du système est bien sûr la circulation de la monnaie d’argent, frappée à l’hôtel de la monnaie de Mexico et qui voyage aussi bien vers l’Asie que vers l’Europe : les réaux circulent sur les deux océans31. Les mines d’argent de Zumpango seraient les premières à acheminer l’argent mexicain vers les Philippines32.

  • 33 « […] y de la Nueva España, sedas de China y otras muchas mercaderías que se gastan así en la ciuda (...)

20L’auteur témoigne aussi de l’existence de ces liens commerciaux indirects et prohibés entre le Pérou et l’Asie lorsqu’il énumère les marchandises qui parviennent au port du Callao depuis les différentes régions de l’Empire et parmi elles les soieries chinoises depuis la Nouvelle-Espagne33. Ce commerce était en effet interdit depuis 1587, et il atteste du fait qu’une partie de l’argent extrait de Potosí partait pour l’Asie, équivalant au quint royal (20%) selon lui.

  • 34 Ibidem, 2ª parte, L. V, Cap. XI, p. 830.

[…] sin la grande cantidad de plata, que ocultamente han sacado de este cerro a desmar en otras que hay de diezmo, y la por quintar y corriente, que hay en aquellos reinos, en plata labrada y vajillas de particulares, en las iglesias, en cálices, cruces, lámparas y otras vasijas para adorno y servicio del culto divino, y la que se ha traído a España oculta sin quinto, ni registro y a otras partes fuera de ella, y a las Filipinas y China, que es sin número, que me atreveré a pensar, y aun decir que es otra tanta como la quintada la que se ha sacado del gran cerro de Potosí34.

21Vázquez de Espinosa témoigne du fait que toutes les ressources américaines, notamment minières, étaient loin d’être exclusivement drainées vers l’Espagne, dans un contexte de diminution inexorable des arrivées d’argent pour les fonds publics à partir de 1600. L’Amérique disposait de son propre moteur économique interne et d’une volonté propre.

  • 35 Ibidem, 1ª parte, L. V, Cap. XIX, p. 343 et Cap. XXVII, p. 360.

22Parmi les mentions éparses dans l’œuvre concernant les liens entre l’Asie et l’Amérique espagnole, il faut aussi citer la circulation des plantes, présente dans le Compendio : des plantes tinctoriales, comme le rocou, ce colorant rouge-orangé qui teignait les soies, largement exporté vers la Chine d’après l’auteur, et à l’inverse certaines espèces d’arbres comme le tamarinier royal (« tamarindo real »), importé des Philippines à Acapulco et qui s’est bien acclimaté dans la région de Puerto del Realejo, port pacifique de la région de l’actuel Nicaragua35.

***

  • 36 Notons que Vázquez de Espinosa ne dit rien des civilisations chinoise et japonaise.
  • 37 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 1ª parte, L. VI, cap. VI, p. 389. Sur la complexe situation aux (...)

23Nous pouvons conclure sur le fait que l’Asie insulaire qui est entrée dans l’orbite impériale espagnole est bien sûr une zone de frontière sur laquelle Antonio Vázquez de Espinosa s’attarde parce qu’elle est extraordinairement riche, parce qu’elle est encore pour les Espagnols un réservoir de merveilles, et qu’elle est menacée36. En effet malgré la victoire du gouverneur des Philippines Pedro Bravo de Acuña en 1606 aux Moluques, les Hollandais progressent dans leur installation dans la région et dans le commerce du clou de girofle, tandis que l’auteur exalte la résistance héroïque des Espagnols isolés dans ces derniers postes de l’empire que sont Ternate et Tidore, cette fois-ci aidés par des garnisons philippines. Malgré un rapport de force inégal, les forces hispano-philippines « los tienen a raya »…37

  • 38 J. H. Elliott, A. García Sanz (coord.), La España del Conde-duque de Olivares, Valladolid : Secreta (...)
  • 39 Romain Descendre, L’État du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, Dro (...)

24La prospérité de l’empire hispano-américain, étalée sur des centaines de pages, forme un contraste saisissant avec une situation castillane de crise, particulièrement forte entre 1627 et 1630 et décisives pour le ministériat d’Olivares38. On pense à la faillite de 1627 et à la capture de la flotte de l’argent à Matanzas par les Hollandais en 1628. L’Espagne est absente de ce long traité, hormis le fait qu’elle est le siège du pouvoir politique qui envoie ses multiples agents au Nouveau-Monde (« jueces repartidores », « jueces de caminos », « jueces de ingenios de azúcar », « jueces de obrajes », « jueces del pulque »…), et la destinataire majoritaire des exportations. Pourtant, au-delà du quadrillage administratif et religieux qui structure l’œuvre et qui semble assurer une « pleine maîtrise politique du territoire »39, on sent la force d’un développement économique intrinsèque, potentiellement facteur d’autonomie par rapport à l’Espagne, constat qui va se confirmer dans la suite du siècle.

  • 40 Les mentions négatives sont rares dans le Compendio. La critique la plus développée concerne le tra (...)
  • 41 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. II, cap. 1, p. 100.

25Vázquez de Espinosa n’ignore pas les abus du système d’exploitation mais ils sont laissés au deuxième voire au troisième plan40. La violence du monde colonial n’est pas son propos. Il mentionne parfois mais ne commente pas la dépopulation, sauf à faire sentir qu’on manque de bras. Concernant la disparition totale des natifs de la Hispaniola, il la qualifie de « justos juicios de Dios » et renvoie à la narration de Gómara et à d’autres auteurs41. Les Indiens sont bien vus implicitement comme les acteurs de la prospérité, mais en toile de fond, et placés dans un rapport de dépendance, « de servicio ». Le discours est assez « lissé » pour être acceptable officiellement : l’idéal du « buen gobierno » est mis en œuvre et la « quietud » règne ou est rapidement restaurée après la destruction d’un palenque et la récupération d’esclaves marrons. Vázquez de Espinosa se préoccupe avant tout de donner à voir des mondes intégrés et prospères – dont l’Asie insulaire est un cas spécifique – qui fonctionnent au sein d’une structure impériale ; une immense réserve de richesses dont la Couronne pourrait davantage tirer profit.

Haut de page

Notes

1 Les études sont très nombreuses. Nous renvoyons par exemple aux travaux de Carmen YUSTE dont El comercio de la Nueva España con Filipinas 1590-1785, Mexico : INAH, 1984. Plus récemment Salvador BERNABÉU ALBERT et Carlos MARTÍNEZ SHAW (éds.), Un océano de plata y seda : el universo económico del galeón de Manila, Séville : CSIC, 2013. Il faut mentionner la publication toute récente de Mariano JUAN Y FERRAGUT et Pedro GINER LARA (coord.), El galeón de Manila : la ruta española que unió tres continentes, Madrid : Ministerio de Defensa, 2016.

2 Ainsi Tatiana SEIJAS, Asian Slaves in Colonial Mexico. From Chinos to Indians, New York : Cambridge University Pres, 2014.

3 Dennis CARR (éd.), Made in the Americas. The New World Discovers Asia, Boston : Museum of Fine Arts Publications, 2015. Gauvin Alexander Bailey, « Asia in the Arts of Colonial Latin America », in : Joseph J. Rishel, Suzanne Stratton-Pruitt, The Arts in Latin America 1492-1820, New Haven et Londres :Yale University Press, 2006, p. 58-66.

4 Compendium and Description of the West Indies by Antonio Vázquez de Espinosa, traduction de Charles Upson Clark, Washington DC : The Smithsonian Miscellaneus Collection, 102, 1942. La première édition en espagnol date de 1944: Descripción de la Nueva España en el siglo XVII por el padre fray Antonio Vázquez de Espinosa y otros documentos del siglo XVII, édition du père Mariano Cuevas, Mexico : Patria, 1944. Le texte a paru en 1969 chez Atlas avec un prologue du carme Balbino Velasco Bayón a qui l’on doit aussi l’édition du texte à Madrid chez Historia 16 en 1992 qui a été le support de cette étude et à laquelle nous nous référons dans la suite des notes. Le Compendio a néanmoins circulé de façon manuscrite, préalablement à son impression.

5 « En todo son peregrinas las tierras de las Indias », A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. V, Cap. XX, p. 345.

6 Voir Juan SOLÓRZANO PEREYRA, Política indiana [1647], édition Francisco Tomás y Valiente et Ana María Barrero, de 1996, Madrid, Fundación José Antonio de Castro, 3 vol., vol. 1, introduction, p. XXIV-XXV.

7 Il serait sans doute intéressant de comparer de plus près le Compendio avec les écrits de Antonio de León Pinelo, du fait de la convergence d’intérêts envers certains sujets comme les références au Paradis terrestre et à sa localisation, les écrits de León Pinelo relatifs à la géographie et à la description du Nouveau Monde, ou encore ceux qui concernent la navigation.

8 Voir Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris : L’Harmattan, 2013, p. 214.

9 Miguel Muñoz de San Pedro, « La ‘ Relación de las Indias ’de Fray Antonio Vázquez de Espinosa », Revista de Indias, 1 (9), Janvier 1948, p. 837-889, p. 841-842. Don Luis de Tapia y Paredes, membre du Conseil des Indes, disposait de la première relation, courte, sur les Indes de Vázquez de Espinosa, datée de 1627, dans sa collection de documents et intitulée « Relación de todas las audiencias, arçobispados y obispados que ay en las Indias… » et reproduite par Miguel Muñoz de San Pedro dans cet article.

10 Antonio VÁZQUEZ DE ESPINOSA, in : Miguel Muñoz de San Pedro, art. cit., p. 852.

11 À notre connaissance il n’existe pas de monographie récente sur cet auteur, mais des articles sur différents aspects de son œuvre, ainsi : Rubén YGLESIAS HOGÁN, « La descripción y compendio de fray Antonio Vázquez de Espinosa », Revista de los Archivos Nacionales, 25 (7-12), San José de Costa Rica, 1961, p. 177-181 ; María N. MARSILLI et Priscilla CISTERNAS, « Los senderos de la idolatría : el viaje de Vázquez de Espinosa por los altos de Arica, 1618 », Chungara, Revista de Antropología Chilena, 42 (2), 2010, p. 465-476 ; Patricia VALLADARES RUIZ, « El discurso exotérico en el Compendio y Descripción de las Indias occidentales de Antonio Vázquez de Espinosa (1628-1629), eHumanista, 17, 2011, p. 460-477.

12 « Como la ciudad de México ha ido en tan grande aumento y opulencia, se ha fabricado otra insigne iglesia Catedral, que áun no está acabada, que puede competir en grandeza y riqueza con las mejores de toda la cristiandad ». Cette citation du Compendio nous semble illustrer cette avancée de l’occidentalisation. A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. III, Cap. XIX, p. 246.

13 Manille, Cebu (Santísimo Nombre de Jesús), Nueva Segovia, Nueva Cáceres et Punta Hermosa, de Otón o Arévalo, de Panay respectivement.

14 Cette division géopolitique est parlante lorsqu’on évoque les archevêchés reliés à la Méso-Amérique : Mexico, Santo Domingo et Manille.

15 La comparaison est mondiale : « […] pues en todas las más partes de él [mundo] han conquistado los valerosos españoles con ánimo invencible innumerables provincias, reinos y naciones, ganándolas para sus Reyes, en las cuales se ha predicado el sagrado Evangelio con tanta felicidad de la Iglesia y Monarquía de España, que en oposición de las demás naciones y monarquías que no le han admitido, desde los pérfidos herejes del Septentrión, prevaricados, el Turco, Persa, hasta el gran Tártaro y Chino, que no han conocido a Dios, ni servídole en el divino y verdadero culto; el muy Católico y poderoso Rey de España, tiene amparada, extendida y sustentada la santa Fe Católica, con el gran valor y esfuerzo de sus vasallos españoles, con que siempre a todas horas sin cesar se está alabando a Dios y ofreciéndole agradable sacrificio con que será su divina Majestad servido todos vengan en su verdadero conocimiento », A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. I, cap. 2, p. 56.

16 Il décrit en ces termes le couvent des franciscains de Santiago de Guatemala : « El convento de San Francisco de esta ciudad es excelente en fábrica y grandeza. La iglesia es grande y capaz muy bien adornada de capillas, altares y ornamentos en que se celebra el culto divino con gran ostentación, y ejemplo, y devoción a todo el pueblo; tiene muy buenos claustros y dormitorios; muchos religiosos muy observantes de su regla, y entre ellos muchos muy doctos. Léense artes y teología, con gran cuidado y vigilancia, de donde salen aventajados sujetos en cátedras y púlpitos; tiene muy buena enfermería, oficinas, huerta muy grande y capaz, campos de convento, muy grande compas cercado de paredes con sus dos puertas; es este convento, cabeza de provincia y así éste como los demás muy sustentados y descansados », Ibidem, Ia parte, L. V, cap. 8, p. 318. Aucune critique n’est prononcée à l’égard des autres ordres, mais la vision d’une émulation vers une même finalité. L’œuvre des jésuites en matière d’enseignement est vue comme très positive, par contre les résultats des réductions du Paraguay ne lui semblent pas satisfaisants.

17 L’auteur ne nous donne aucune indication sur les fondements de ce chiffre qui est très optimiste pour les Philippines, cinquante ans après leur conquête, puisque la population estimée au XVIe siècle par William Henry Scott ne dépassait pas le million et demi. L’imposition du système colonial n’a pas été un facteur de forte croissance démographique, et toutes les populations de l’archipel n’étaient pas touchées par les missionnaires du fait de la fragmentation géographique. « In the sixteenth century, there were about a million and a half natives », William Henry SCOTT, Barangay: Sixteenth-Century Philippine Culture and Society, Manille : Ateneo de Manila University Press, 1994, p. viii.

18 « […] y así este lugar de estos chinos o sangleyes, que han venido de la gran China por ser cristianos es de mucha importancia para la ciudad », A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, IIa parte, L. VI, cap. III, p. 383.

19 Francisco Esteve Barba, Historiografía indiana, Madrid, Gredos, 1992, p. 11.

20 Le voyage de Ludovico di Varthema en Arabie & aux Indes orientales (1503-1508), avant-propos de Geneviève Bouchon, préface de Jean Aubin, traduction de Paul Teyssier, notes de Luíz Filipe Thomaz, Gilles Tarabout, Paul Teyssier et Gérard Troupeau, Paris : Chandeigne, 2004, Livre II de l’Inde, « l’arbre le plus fécond du monde », p. 166-168.

Navigation & découvrement de l’Inde supérieure & îles de Malucque où naissent les clous de girofle, faite par Antonio Pigafetta, vicentin et chevalier de Rhodes, commençant en l’an 1519, in : Le voyage de Magellan (1519-1522), La relation d’Antonio Pigafetta & autres témoignages, édition de Xavier de Castro, Paris : Chandeigne, 2007, 1, p. 123-125.

21 « […] es aquella tierra un pedazo de paraíso con muchas fuentes y arroyos de aguas dulces y cristalinas, con hermosas huertas y arboledas de frutales de la tierra y de España, que todo el año dan fruto sin cesar, con abundancia de membrillos, melocotones, duraznos y las demás; hay buenos cardos, y todas las hortalizas y legumbres todo el año sin diferencia, por la fertilidad, buen temperamento y uniformidad de él », A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. V, cap. VI, p. 314.

22 Ainsi à propos de Jalapa, « La villa de Xalapa está fundada en maravilloso sitio, de alegre vista, de temple de primavera, de buen cielo y sanos aires; de campañas fértiles y abundantes, en las cuales se da bien el maíz, trigo y toda las frutas de España y de la tierra; […] Está la villa cerca del Camino Real de la Veracruz a México, y la Puebla; toda la tierra es de mucha arboleda muy frondosa, con arroyos de dulces y cristalinas aguas, con gran frescura y regalo, que parece un pedazo de paraíso terrenal, lo cual está siempre de un ser por el buen temperamento », Ibidem, 1ª parte, L. III, cap. 6, p. 215.

23 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 2ª parte, L V, Cap. XIX, p. 847 et 848.

24 Memorial y Relacion para su Magestad, del Procurador General de las Filipinas, de lo que conviene remediar, y de la riqueza que ay en ellas, y en las Islas del Maluco, Madrid : Viuda de Fernando Correa, 1621, fol. 57-58.

25 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 2ª parte, L. VI, Cap. III, p. 383, Cap. IV, p. 384.

26 Ibidem, p. 384.

27 Ce sujet est traité en détail pour l’espace pacifique par Juan GIL, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid : Alianza Editorial, 1989, 3 vol., vol. 2 : El Pacífico.

28 C’est nous qui soulignons.

29 Ramón María SERRERA, La América de los Habsburgo (1517-1700), Séville : Publicaciones de la Universidad de Sevilla, 2013, p. 283, se fondant sur les calculs de Magnus Mörner.

30 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 1ª parte, L. III, cap. XIX, p. 245-246.

31 « Tiene casa de fundición y moneda con todos los ministros y oficiales necesarios, donde se labra la moneda para todo el reino y mucha que va a Filipinas, a todas las islas de Barlovento, y se trae a España, que son reales de a ocho bien conocidos en España los mexicanos y en toda la Europa; », Ibidem, 1ª parte, L. III, cap. XXI, p. 254.

32 Ibidem, 1ª parte, L. III, Cap. XXV, p. 260.

33 « […] y de la Nueva España, sedas de China y otras muchas mercaderías que se gastan así en la ciudad de Lima como para la distribución de todo el Reino », Ibidem, 2ª parte, L. II, Cap. XXI, p. 483.

34 Ibidem, 2ª parte, L. V, Cap. XI, p. 830.

35 Ibidem, 1ª parte, L. V, Cap. XIX, p. 343 et Cap. XXVII, p. 360.

36 Notons que Vázquez de Espinosa ne dit rien des civilisations chinoise et japonaise.

37 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, 1ª parte, L. VI, cap. VI, p. 389. Sur la complexe situation aux Moluques au XVIIsiècle voir Nicholas Tarling (dir.), The Cambridge History of Southeast Asia, vol. 1 : From Early Times to c. 1800, Cambridge : Cambridge University Press, 1992 et Hubert Jacobs, S.J. (ed.), Documenta Malucensia, III (1606-1682), Rome : Monumenta Historica Societatis Iesus, 126, 1984, en particulier l’introduction générale.

38 J. H. Elliott, A. García Sanz (coord.), La España del Conde-duque de Olivares, Valladolid : Secretariado de Publicaciones, 1990, p. 11.

39 Romain Descendre, L’État du monde. Giovanni Botero entre raison d’État et géopolitique, Genève, Droz, 2009, p. 257, cité par Guillaume GAUDIN, Penser et gouverner le Nouveau-Monde au XVIIe siècle. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 241.

40 Les mentions négatives sont rares dans le Compendio. La critique la plus développée concerne le traitement réservé aux Indiens dans les obrajes de la région de Puebla de Los Ángeles en Nouvelle-Espagne, ces ateliers textiles aux sinistres conditions de travail mais alors en plein développement (1e partie, L. III, cap. VIII). L’auteur invoque le triomphe de la cupidité et de la dissimulation qui empêche d’appliquer la loi protectrice.

41 A. VÁZQUEZ DE ESPINOSA, Compendio…, L. II, cap. 1, p. 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Jacquelard, « L’Asie vue depuis l’Amérique : le Compendio y descripción de las Indias occidentales d’Antonio Vázquez de Espinosa (1628) », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27258 ; DOI : 10.4000/e-spania.27258

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals