Navigation – Plan du site
La place de l’Asie dans l’historiographie de la monarchie catholique (XVIe-XVIIe siècles)

La construction de l’Asie magellanique : étude comparée des chroniques de Gonzalo Fernández de Oviedo et Francisco López de Gómara

Louise Bénat-Tachot

Résumés

Les premières chroniques à relater l’expédition de Magellan ont eu une importance capitale, tant pour la diffusion de l’évènement à travers l’Europe que pour la compréhension qu’en donnèrent leurs auteurs. La rivalité qui opposa Castillans et Portugais est bien connue, mais il est plus surprenant d’observer les écarts qui séparent les deux premières chroniques des Indes, celle de Gonzalo Fernández de Oviedo, écrite depuis Saint Domingue et celle de Francisco López de Gómara, rédigée en Espagne, dans le cercle courtisan. De quelle façon est perçue et racontée la geste nautique qui ouvrait l’espace asiatique à partir de l’Amérique, selon quels enjeux et avec quelle vision de la politique impériale, tel est l’objet de cette étude.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francisco Esteve Barba, Historiografia indiana, Madrid : Gredos 1992, Introducción.

1Plusieurs raisons président à la rédaction des chroniques des Indes1 : la manifestation du témoignage, l’urgence à décrire de nouvelles réalités, les enjeux éthiques et spirituels de la conquête, la promotion personnelle et l’intention politique. C’est ainsi que les expéditions de découverte et de conquête ont, dès les premières décennies, provoqué la rédaction d’une foule d’écrits plus ou moins consistants émis par les acteurs eux-mêmes dans « le feu de l’action ». Sous la forme de « cartas » (les Cartas de relación de Hernán Cortés, de Valdivia ou celles du découvreur Amérigo Vespucci) ou sous la forme de textes plus longs et plus complexes de soldats comme Bernal Díaz del Castillo ou Pedro Cieza de León. Ces documents manifestent l’élan de la conquête (el arrojo) et recèlent le plus souvent une indiscutable finesse informative. On peut déplorer leur manque d’élégance ou de méthode, ou bien l’absence de recours aux autorités, il n’empêche : ce sont des textes précieux, justement désencombrés du carcan des modèles ou des conventions.
Les historiens ecclésiastiques (d’abord franciscains et dominicains et plus tard jésuites) constituent un deuxième groupe d’une importance fondatrice surtout s’agissant de la description des mondes indigènes (les autorités convoquées outre l’Antiquité sont celles de la culture biblique et médiévale : la patristique, les docteurs de l’Église, des chroniques universelles ou d’œuvres comme les Etymologies d’Isidore de Séville ou le De animalibus d’Albert le Grand ou encore le De situ orbis de Pomponius Mela).

  • 2 On peut ici renvoyer aux prologues et en particulier aux pièces liminaires de la Historia de las In (...)

2Il y eut enfin des historiens (lettrés, fonctionnaires royaux) hommes de savoir, homme de plume, qui s’attelant à la tâche de raconter la empresa americana, vont en mesurer les enjeux non plus à l’échelle d’une conquête précise et d’un espace dans un temps limité mais en tentant d’édifier une œuvre en surplomb, une histoire « générale », ce qui va imposer une étape réflexive sur l’objet historique qu’ils construisent, et ce qui est l’occasion d’interroger le statut de l’historien et de l’histoire, son opérativité dans cette période particulièrement brillante et polémique de l’histoire de l’Espagne2.

  • 3 Nous empruntons l’adjectif à Andrés GonzÁlez de Barcía Carballido y ZÚñiga qui dès le XVIIIe siècle (...)
  • 4 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, Madrid : Atlas, col. BAE, 19 (...)
  • 5 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias, Madrid : Atlas, col BAE, t. XXII, 1946. Nous la (...)

3De ce point de vue, l’historiographie primitive3 des Indes brouille les frontières de l’art d’historier ; en multipliant modèles et références, elle produit un arte de historiar mêlé qui nous semble constituer une autre forme de modernité, proprement ibérique, bien éloignée du modèle italien de la Renaissance (Guichardin ou Machiavel).
Deux chroniques majeures dites chroniques générales primitives se détachent de cet ensemble, la Historia general y natural de las Indias de Gonzalo Fernández de Oviedo4 et la Historia de las Indias de Francisco López de Gómara5. On pourrait qualifier ces deux auteurs « d’historiens humanistes » moins parce qu’ils seraient latinistes ou férus d’Antiquité que parce que, écrivant l’histoire, ils rendent compte d’un vaste ensemble de données (« estas materias »), qu’ils réfléchissent de façon pragmatique à la méthode qu’ils mettent en œuvre (métadiscours) et à la réception c’est-à-dire l’opérativité contemporaine de leur texte.

  • 6 Gonzalo Fernández de Oviedo, Sumario de la natural historia de las Indias, Tolède : 1526. La traduc (...)
  • 7 La Historia general de las Indias eut une première édition en 1552 à Saragosse. On compte plus de 2 (...)
  • 8 Gómara, dans une pièce liminaire destinée aux traducteurs, annonce : « También los aviso cómo compo (...)
  • 9 Ibid.

4Choisir de mettre en tension ces deux chroniques se justifie par bien des raisons, en particulier leur indiscutable succès éditorial.
La première partie de la HGNI a connu deux éditions (1535 puis 1547) qui faisait suite au succès de l’opuscule qui l’avait précédé et avait fait connaître son auteur, le Sumario de la natural historia de las Indias6, de 1526. Les deux ouvrages furent traduits en italien dès les années suivantes et furent ensuite traduits et diffusés en Europe.
La Historia general de las Indias7 de Gómara connut une histoire éditoriale plus brillante encore. Chacun s’accorde à en reconnaître l’importance fondatrice et le succès. Cette chronique qui synthétise en 214 chapitres l’histoire de soixante années d’expéditions occupe une place de choix pour la compréhension et l’analyse de la conquête des Indes par les Espagnols. Le succès fut immédiat, international et paradoxal dans ses effets en dépit d’une censure qui s’exerça en 1554. Le succès passa néanmoins les frontières de l’Empire et s’étendit en Europe d’une façon tout aussi fulgurante.
Les deux auteurs vont écrire en espagnol (en romance) : sans doute Oviedo n’avait-il guère le choix, mais ce n’est pas le cas de Gómara qui était un remarquable latiniste, formé par un maître Pedro de Rhua8. Il se plaît cependant à signaler que beaucoup reprochent à Pedro Mártir qui rédigea les Décadas del Nuevo mundo en latin d’être obscur et annonce quant à lui, qu’il écrira en espagnol « El romance que lleva es llano y cual agora usan »9.

  • 10 HGNI, 5, p. 416.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

5Oviedo n’use pas du même argument : s’il écrit en romance c’est parce qu’il ne dispose d’aucune autre langue « como no estudié e no vaqué a ellas [les autres langues] e como soldado a la llana digo en la materia lo que he visto y entendido en treinta años de experiencia e curso que ha que pasé a estas indias y las veo »10. Sans doute avec quelque forfanterie, il déclare que ses écrits parviendront « a Italia Alemania y Turquía »11 et seront traduits dans diverses langues. Il ajoute un argument supplémentaire : toutes les lois et ordonnances de la Castille sont rédigées – sur ordre royal – en langue castillane, dès lors il n’est guère justifié qu’une histoire « tan deseada, famosa e grande » comme celle du Nouveau Monde soit écrite en latin. C’est donc un objectif de communication politique qui est avancé12 . Cet argument a une évidente modernité.

6Quelle place l’Asie occupe-t-elle dans ces deux chroniques « primitives » qui affirment glorifier l’entreprise des Indes et la découverte d’un continent nouveau qui est égal en grandeur au vieux monde ? Les deux font état de l’ouverture de l’espace asiatique au sein de la geste espagnole : l’episode de la circumnavigation de Magellan et ses conséquences qui vont nous intéresser est largement décliné dans ces deux textes majeurs. Dans les deux cas, il n’est pas fait état pour des raisons chronologiques évidentes du fameux voyage de retour depuis les îles aux épices (el tornaviaje) de 1565 réalisé par Legazpi sous la houlette du pilote Urdaneta et l’expansion asiatique de la politique philippine. C’est donc plutôt l’exploit nautique inaugural et ses conséquences politiques, économiques et cosmographiques qui vont faire l’objet de la présente étude.

  • 13 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Libro XX. De la segunda parte de la general historia de las I (...)
  • 14 José Amador de los Ríos, Historia general y natural de las Indias, Madrid : Real Academia de la His (...)

7La première partie de la chronique de Gonzalo Fernández de Oviedo est éditée en 1535 et rééditée en 1547 sans changement majeur et ne comptait que 19 livres, le dernier étant constitué par un ensemble de récits de naufrages. Or en 1557 le livre XX est édité puis l’édition est interrompue « por muerte del autor », comme le stipule l’éditeur dans le colophon13. C’est dans ce livre XX que sont relatés les épisodes magellaniques, ce qui lui donne un statut à part du fait de cette édition décalée et tardive. En effet, les 2e et 3e parties ne seront éditées qu’au XIXe siècle par Amador de los Ríos et la Real Academia14.

8La Historia de las Indias de López de Gómara, éditée en 1552 comme on l’a dit, a constitué un véritable best-seller : plus de 20 éditions dans la seconde moitié du XVIe siècle. Tout comme la première partie de la HGNI d’Oviedo, ces deux chroniques vont être traduites en italien, en français et de larges extraits sont dès 1555 traduits en anglais dans le recueil de Richard Eden, Decades of the New World. Nous sommes donc en présence de deux textes légitimement comparables car ils construisent un discours complexe et cohérent sur les épisodes magellaniques dont ils sont les vecteurs de diffusion, et surtout les présentent dans le cadre d’un projet historiographique plus vaste : celui de la chronique générale des Indes.

9Le but de cette étude comparative et contrastive est à la fois de tenter de comprendre ce qui est perçu de l’Asie dans ces premiers récits, de calibrer l’importance qui est concédée à cette suite d’évènements et enfin dans quelle perspective politique et géopolitique ces deux chroniques fabriquent l’Asie depuis le prisme impérial.
Pour bien saisir la spécificité de ces deux chroniques, il importerait de les confronter à d’autres textes produits autour de ces mêmes évènements avec lesquels de façon plus ou moins explicite s’établit une véritable intertextualité : les Décadas del Nuevo Mundo de Pedro Mártir (1530), celui de Giovanni Battista Ramusio (1er volume 1550), exactement contemporain, tout comme une étude attentive des textes imposerait d’opérer un cotejo systématique avec les textes sources (Antonio de Pigafetta et Transylvanus par exemple dont les deux chroniqueurs se servent abondamment). Ce qui ici intéresse est la mise en forme et le sens donné à cette séquence historique majeure dans une perspective plus globale.

Les points communs

10Plusieurs points communs réunissent ces deux textes s’agissant de la séquence magellanique, et permettent d’en mesurer l’immense importance dans un processus d’une véritable conscience-monde de la part des auteurs.
Le premier lien qui réunit ces deux chroniques est la force structurante de l’entrée géographique. Tant la chronique d’Oviedo que celle de Gómara ont un schéma expositif qui suit le tracé hydrographique des côtes américaines. Les deux optent pour énoncer dans un véritable padrón real mis en mots, car elles s’organisent à partir des données topographiques et hydrographiques du continent américain d’abord de la façade atlantique, puis de la façade pacifique, comme préalables à la relation des différentes expéditions de conquêtes qui sont inscrites morceau de côte par morceau de côte (« cada costa su guerra y tiempo »). Ce dispositif assure une double continuité : celle de la dimension continentale de l’Amérique vue comme un tout (une île nous dira Gómara), une masse territoriale offerte aux conquérants, et celle du récit de chaque expédition depuis la découverte et la pénétration territoriale, le contact avec les groupes indigènes et leur conquête jusqu’à la fondation des premières villes et la création des premières institutions coloniales. Autrement dit le schéma classique des annales (qui sera utilisé par Bartolomé de Las Casas dans la Historia de las Indias et par Antonio de Herrera dans La Historia general de los hechos de los castellanos en las Islas y Tierra Firme del mar Océano que llaman Indias Occidentales) est délaissé au profit de ce qui compte aux yeux de ces deux auteurs : l’inscription de la totalité des terres américaines dans la totalité du monde. Tous les deux écrivent le regard rivé sur la cartographie qui se construit à Séville : tous les deux écrivent avec l’impression rétinienne du padrón real de Diego Ribeiro et plus encore celui d’Alonso de Chaves (aujourd’hui perdu mais auquel Oviedo fait explicitement mention).

  • 15 Ricardo Padrón, The Spacious Word. Cartography, Literature and Empire in Early Modern Spain, Chicag (...)
  • 16 Les cartes du monde sont arrivées à Mantoue et à Florence par la voie des ambassadeurs de la cour d (...)

11Parler du monde en train de s’ouvrir aux Espagnols c’est d’abord circonscrire de nouveaux espaces, ainsi donc la première forme de possession est bel et bien celle qu’opèrent depuis le bateau les pilotes qui tracent les premières cartes. Cette entrée géographique a une importance majeure pour l’épisode qui nous concerne aujourd’hui.
En effet, le deuxième point commun est la place et l’importance que celui-ci va occuper sous la plume de nos deux chroniqueurs. Entre le tracé nord-sud de la côte atlantique et le tracé sud-nord de la côte pacifique qui constituent la trame de l’inscription des histoires, à la hauteur la plus méridionale du continent est inséré l’épisode de Magellan, soit au cœur même de la chronique comme une sorte de charnière entre les deux tracés côtiers du continent américain. Mais il y a plus. Sebastián Elcano se retrouvant face aux Portugais à la hauteur des Moluques, le laçage du monde par les navigations ibériques s’opère en tension polémique, avec la première emprise politique globale bien que virtuelle du traité de Tordesillas. Ainsi placée, de façon matricielle au cœur de la chronique, cette nouvelle navigation duplique et magnifie la première, inaugurale, celle de Colomb. Le fait d’en faire la relation complète, d’en refuser une vision fragmentaire dispersée sous la forme des annales donne une envergure majeure, non seulement à l’épisode, mais au sens qu’il prend dans l’ensemble de l’expansion maritime et insulaire de l’empire. C’est aussi une façon de dire qu’inscrire l’Amérique impose d’inscrire l’Asie et in fine la totalité du monde dont on vient de parcourir, pour la première fois, les masses océaniques. De ce point de vue il est impossible de disjoindre la compréhension de la structure de ces deux textes du travail cosmographique des experts de la Casa de la contratación et du tracé de Tordesillas : l’effet visuel de la construction graphique du padrón real trouve son parfait écho épistémologique et politique dans la construction discursive15. Comme nous le verrons, les deux types d’artefacts retiennent une bonne dose de politique, une véritable stratégie de communication autant qu’une quête informative16 : non seulement l’emplacement de cette séquence mais l’importance textuelle qui lui est concédée démontre la force des enjeux.

  • 17 Les principales sources écrites qu’a utilisées Gómara dans ces chapitres sont Pedro MÁrtir (DNM, Dé (...)
  • 18 Édition de José PÉrez de Tudela y Bueso, introduction et édition de la Historia General y Natural d (...)

12Chez Gómara qui revendique un style concis et souvent corrosif (« el romance que lleva es breve ») et pour qui en général un tracé côtier et l’épisode guerrier correspondant font l’objet d’un ou deux chapitres (par exemple Yucatán : deux chapitres, Cenú  et Venezuela : un chapitre etc.), l’épisode de Magellan s’étend sur 16 chapitres (depuis le chapitre 91 « Negociación de Magallanes sobre la Especiería »17 jusqu’au chapitre 107 « Los reyes y naciones que han tenido el trato de las especias »), soit la séquence la plus longue après la conquête du Pérou.
S’agissant de Fernández de Oviedo, c’est encore plus impressionnant : le livre XX compte 36 chapitres, ce qui représente environ quatre-vingt pages en double colonne18. Oviedo souligne que le périple de Magellan est le plus important des voyages après celui de Colomb :

  • 19 Oviedo, op. cit., t. 121, p. 304.

El tercero servicio notable fué el que hizo el capitán Fernando de Magallanes, que descubrió el grande y famoso Estrecho austral [...] dió una vuelta al mundo circuyendo el orbe en que vivimos los mortales, seyendo piloto y capitán de ella, (la nao Vitoria) Sebastián del Cano19.

La navigation de Magellan a vocation d’universalité et propulse la chronique dans la dynamique du globe par la découverte du passage du Sud qui ouvre l’espace infini des îles du Pacifique pour boucler sur l’Occident chrétien, épicentre d’où tout irradie et où tout revient. La logique de l’option géographique n’est donc pas qu’une commodité rédactionnelle, elle est politique ou plutôt géopolitique, c’est l’arc de l’hispanité qui est ainsi apposé sur des espaces à peine défrichés et dont il convient de donner les extrêmes limites.

13Le point commun de ces deux auteurs est donc bien d’une part d’en donner une entrée géographique, celui d’une navigation porteuse d’une histoire d’occupation, de lui ménager une centralité dans la chronique, d’en donner une version exceptionnellement détaillée (l’affaire est d’importance) et de ne pas isoler la navigation de Magellan mais de la livrer avec toutes ses conséquences politiques, économiques et historiques c’est-à-dire l’ensemble des navigations postérieures et qui toutes furent des échecs, qu’elles partent de l’Espagne ou de la Nouvelle Espagne. Dans ces conditions, au-delà de la navigation inouïe qu’elles exaltent, (l’exploit humain qui dépasse toutes les plus grandes navigations de l’Antiquité), les deux chroniques exhibent la question du rapport belliqueux avec le Portugal aux antipodes (à la hauteur de la antiraya) et les conflits qui opposèrent les deux nations dans les îles des Moluques, l’enjeu majeur du commerce des épices, et enfin la controverse entre mathématiciens et cosmographes lors du tracé de la ligne de démarcation de Tordesillas. Bref une guerre des cartes qui finira par avoir les couleurs d’une guerre tout court. Rien à voir donc avec les textes source comme celui de Pigafetta. Ce dernier, médecin italien qui tint un journal de bord précis et rigoureux nous donne une relation précieuse mais nos chroniques vont plus loin : c’est toute la question du sens que prend cette navigation dans le contexte politique du temps, les réactions royales, les expéditions suivantes montées dans une sorte de hâte névrotique par Charles Quint, la vigueur lancinante de l’enjeu des épices, la puissance du mirage asiatique, tout cela donne à l’expédition de Magellan toute sa force de frappe.

14Que la place et l’importance dévolue à l’épisode magellanique soit d’une importance politique cruciale cela apparaît par une courte comparaison avec Pedro Mártir d’une part et Ramusio de l’autre.
Pedro Mártir, en humaniste italien curieux du monde, a immédiatement saisi l’exceptionnalité de la navigation de Magellan-Elcano. Il a vécu au plus près le retour du pilote basque et perçu que cette navigation donne une nouvelle imago mundi. Il est fasciné par exemple par le décalage d’une journée entre le compte des jours opéré par Pigafetta et celui des Portugais rencontrés aux Moluques. Ce fut une curiosité cosmographique qui suscita bien des réflexions et des tentatives d’explication. Mais son récit tourne court car Pedro Mártir meurt en 1529 et ne sait rien des avatars de la deuxième expédition de Loaysa en 1526. Son récit est en quelque sorte amputé et « réduit » même si dans le Chapitre VII de la 5e décade (envoyée au souverain pontife Adrien VI), il prend bien la mesure « globale » de l’évènement, et de l’inscription de la circumnavigation en reconstruisant « el círculo del orbe ». Cependant on est très éloigné de la substantielle version donnée vingt-cinq ans plus tard, quand les opérations maritimes, les tractations diplomatiques se sont multipliées, quand s’est effectuée la retro-vente des Moluques au souverain portugais et que tout un clan de banquiers et marchands pimenteros castillans se lamente, plongé dans la frustration.

15S’agissant de Ramusio, la mise en contrepoint est encore plus spectaculaire. Les Navigatione e viaggi furent éditées en trois volumes qui chacun correspond à une aire d’occupation du globe par les Occidentaux. Le premier tome, paru en 1550, concerne essentiellement les navigations portugaises le long de la côte africaine jusqu’aux Indes, Ramusio y compile une longue série de récits de voyages et d’expéditions maritimes qu’il a traduits en italien ; le deuxième volume concerne l’Eurasie dont le voyage inaugural est celui de Marco Polo et le troisième (qui paraîtra avant le second) présente une compilation de récits concernant l’Amérique du nord et l’Amérique espagnole. Or curieusement c’est dans le premier volume que Ramusio insère en bonne place la circumnavigation de Magellan : en procédant ainsi à l’excision de cet exploit nautique de la geste espagnole et en l’incluant dans le volume consacré au Portugal (où se trouvent mêlés les récits de nombreux italiens comme Varthema, De Conti etc.) d’où l’Espagne est complétement absente. Ramusio confisque le prestige de cette expédition et prive ainsi le projet asiatique espagnol de toute légitimité. Ramusio qui est en contact épistolaire avec Oviedo (ce cher Gonzalo comme il aime à l’appeler, avec qui il a y compris eu le projet d’une société commerciale pour un trafic de perles avec l’Amérique), Ramusio qui aime à lire les chapitres et les dessins de l’histoire naturelle ovédienne, Ramusio enfin qui traduit le Sumario de la natural historia dès 1534 et la première partie de la HGNI dans le troisième volume des Navigatione, Ramusio qui a lu Gómara dont il déteste les longs chapitres guerriers et l’apologie de l’entreprise de conquête et la pauvreté relative des chapitres sur l’histoire naturelle ; Ramusio s’il n’est pas un chroniqueur au sens précis du terme doit cependant être intégré dans cette galaxie comme un contrepoint intertextuel très actif et surtout révélateur de la façon dont un recueil de textes peut modeler une interprétation géopolitique. Magellan appartient à une aire d’occupation que le Vénitien met délibérément hors du champ de la monarchie espagnole. Cette stratégie permet de mesurer en retour les raisons et les effets de son intégration dans la partie médullaire des chroniques que nous étudions.

Les différences

  • 20 Selon Lewis, Gómara aurait été familier de la lecture de Piccolomini (Pie II), Machiavel, ami de Pa (...)

16Pourtant, bien des points semblent séparer voire opposer nos deux auteurs, leur style et leur méthode, mais aussi leur façon de comprendre ces épisodes, autant dire leur « arte de historiar ».
Oviedo se fonde sur son expérience unique (35 années passées aux Indes) qui firent de lui un chroniqueur dont l’expertise fut incontestée par ses contemporains au plus haut niveau. Gómara à l’inverse, ne foula jamais la terre américaine mais il fut un humaniste bien formé, brillant latiniste, ami des historiens et des géographes les plus cultivés de son temps20. Gómara regarde l’Italie brillante, séculière, érudite, la Venise qui s’enrichit du commerce méditerranéen – les épices en particulier – et de leur redistribution à travers l’Europe. Oviedo regarde la cour des Rois Catholiques et les vertus des ordres de chevalerie ; Gómara écrira depuis l’Europe (entre l’Espagne et Anvers peut-être), Oviedo en Amérique, depuis Saint Domingue où il passera une grande partie de sa vie.
L’un connaît l’Amérique par les conversations, les lectures, les échanges européens dans le cercle rapproché du Conseil des Indes où il dispose d’informateurs, l’autre apprend par une expérience de terrain, attentive, exigeante, une observation de plein vent, pour les régions de l’aire caribéenne et de Terre Ferme. À partir de cette expérience, il estime les autres témoignages. Si ces deux auteurs ont une conscience aiguë du devoir de l’historien et affirment y consacrer toute leur énergie, ils ont deux façons de construire leur objet et de lui donner une lisibilité.

17Oviedo : nommé en 1532 chroniqueur, s’attache non seulement à observer le monde américain qui l’entoure mais aussi à recueillir les témoignages écrits et oraux de tous les acteurs de la conquête qui passent par Saint Domingue. Il mêle donc constamment son expérience personnelle et les données qu’il compile avec un sens aigu de son devoir d’historien scrupuleux.
Nombreuses ont été les critiques reprochant au premier chroniqueur des Indes son désordre, ses constantes digressions, et si on lui reconnaît quelque mérite pour avoir classé les données naturelles du Nouveau Monde, il est en revanche taxé d'avoir agglutiné dans le reste de la HGNI une masse informe et hétérogène de notes. C’est que l’entreprise est colossale :

  • 21 Op. cit., t. 121, p. 417.

No es aquesto relatar la vida de un príncipe, ni muchos, ni de un reino o provincia, sino una relación de Nuevo Mundo e un mare magno, en que no puede bastar la pluma ni estilo de uno, ni dos ni muchos historiales, sino de todos aquellos que hobiere e supieren hacer y escribir en todos los tiempos e siglos venideros hasta el final juicio de los humanos21.

  • 22 Op. cit., t. 117, p. 177.

18La HGNI est une œuvre ouverte, commencée par des notes prises dès les années 1520 et suspendues dans les années 1546-1548 (je dis suspendues car je pense qu’il avait en gestation une quatrième partie). Tout se joue dans une génétique textuelle sur le long terme, irrégulière, par des rajouts réalisés au gré des évènements, et au gré des rencontres avec de nouvelles sources, de nouveaux témoins.
Oviedo se voit comme le greffier du Nouveau Monde, un greffier exigeant, enthousiaste, attentif, mais son œuvre est à ses yeux une sorte de mare magnum, qui tente de capter l’infinie diversité du monde et l’inscription de l’Asie est une pièce majeure pour laquelle il dépend de sources secondaires.
Au fond, la modernité d’Oviedo est d’accepter ce principe du désordre, de work in progress « Parecerle ha [al letor] que el desconcierto es concierto e buena orden para que ninguna cosa se olvide de aquellas que se deben escribir »22.

19Le livre XX en particulier est sans cesse assailli par les impératifs de l’histoire et de l’exotisme, de la morale et la politique ; c’est un agencement de textes sources qui constituent un flux d’informations d’importance inégale, selon un dispositif non discriminant car Oviedo veut tout dire : événementielles, géographiques (topographiques), ethnographiques. Écrire pour Oviedo, c’est accumuler de la matière, c’est toujours ajouter. Par un processus d’engendrement infini, la HGNI se construit en se multipliant, en une structure arborescente qui est celle d’une dynamique de connaissance et de commentaires beaucoup plus que d’une vision analytique et nervurée comme Gómara sera capable de le faire depuis la métropole, moins de dix ans plus tard.

20Gómara choisit, cisèle et formule ; Oviedo compare, copie et corrige. L’œuvre d’Oviedo n’est pas celle d’un historien qui, sûr de lui, construit selon un matériel sélectionné et arrête une forme, il est l’historien de l’excursus, de la digression, du raccord voire du repentir, car toujours le savoir est susceptible de révision, sa fonction relève plutôt du témoignage sur la foi du serment, du scrupuleux compte-rendu et peut-être du jugement sentencieux, mais il ne cesse de souligner que d’autres après lui pourront compléter, et dire mieux, plus ou autrement.

  • 23 Ce qui est substantiel, vu à distance, sert également à definir la dimensión exceptionnelle de la d (...)

21Gómara lui, affirme que son travail d’historien est avant tout un travail de sélection et d’organisation : il sait que la valeur de son travail consiste à rassembler et suturer l’ensemble des expéditions soit 60 années de conquêtes réalisées par les Espagnols, « con las armas a cuestas » pour en faire un tout cohérent et maîtrisé.
Il est conscient en revanche que son travail d’historien consiste à réunir, trier, sélectionner et organiser « reducir » en une même œuvre de composition équilibrée l’ensemble des données qui configurent cette entreprise exceptionnelle digne de la grandeur de l’Espagne23. À la lourdeur moralisatrice du style ovédien, Gómara répond par une agilité formelle, une ironie corrosive, des jeux de mots et de formes, une verve sulfureuse qui a fait les délices des lecteurs européens.

22Cette brève comparaison mérite cependant qu’on conclue à la puissance de feu de ces deux textes : ils pourraient paraître très éloignés l’un de l’autre, tant sur le plan de l’écriture, du style que de l’organisation, pourtant la comparaison de la séquence magellanique permet de montrer qu’ils partagent une même modernité, éloignée de la préceptive des historiens italiens de la Renaissance, mais en prise sur le monde contemporain et ses nouveaux enjeux (ceux de l’espace, de la navigation, du droit international, de la construction politique d’un empire, du contact avec d’autres cultures non chrétiennes et des processus politiques que cela suppose). Il est clair que l’histoire américano-asiatique qui se construit là oblige à penser la totalité du monde, fût-ce un monde encore imparfaitement connu. Cette modernité audacieuse fait qu’il n’est guère surprenant que tant Oviedo que Gómara aient compris que la seule façon d’organiser cette énorme et complexe masse d’évènements était de lui donner comme cadre une configuration géographique et politique globale.

Quelle Asie ?

  • 24 Oviedo, op. cit., Livre XX, p. 238.
  • 25 GÓmara, op.cit., chap. 98, « La nao Victoria », p. 218.

23Que nous apprend la mise en rapport des deux chroniques sur la façon dont la monarchie espagnole a pu penser vers 1550 la place de l’Asie ?
L’épisode de la circumnavigation a deux visages : après un magnifique et éclatant succès (le retour de Sebastian Elcano en 1522), c’est une série de sombres échecs qui vont déboucher sur la vente des Moluques, et la prise de conscience de deux obstacles techniques, d’une part la difficulté à affronter les quarantièmes rugissants à la hauteur du détroit, et d’autre part l’incapacité à trouver la route du retour (el tornaviaje). Certes les deux auteurs font du bateau la Victoria une sorte de figure allégorique toute à la gloire de l’exploit nautique : pour Oviedo « es digna de pintarla e colocarla entre las estrellas, una y primera que todo el orbe navego »24 tandis que Gómara affirme qu’elle devrait être exhibée à Séville pour que tous la contemplent et l’honorent : « La nave Argos de Jasón, que pusieron en las estrellas, navegó muy poquito en comparación de la nao Vitoria, la cual se debiera guardar en las atarazanas de Sevilla por memoria »25. Mais face à l’exploit qui rayonne dans les chapitres consacrés à la geste Magellan-Elcano, de longues pages décrivent les échecs, la désillusion et enfin la frustration.

24En premier lieu, cette Asie est insulaire, la Chine n’apparaît que par raccroc (quelques marchands présents en Insulinde), elle naît d’un périple, d’une île à l’autre puisqu’il n’est pas question d’occupation territoriale, ni d’appropriation au nom du roi d’Espagne. Il s’agit au mieux de prendre pied, vu l’état d’affaiblissement des contingents humains après la traversée du Pacifique. C’est là une grande différence avec l’Atlantique que les Espagnols naviguent « a ojos cerrados » nous dit Gómara, un peu fanfaron. Le Pacifique est une rude épreuve qui met les Espagnols dans la position de gens affamés, malades, affaiblis qui espèrent des insulaires qu’ils découvrent une aide logistique sans laquelle ils sont perdus. Cette Asie insulaire perçue depuis l’occident se présente donc comme une sorte de cul de sac (renforcé par la ligne de démarcation) un dédale archipélagique qui ne permet que des jeux d’alliances fragiles et peu maîtrisés avec les indigènes supérieurs en nombre mais aussi en force (nautique en particulier). Il y a du coup une grande différence entre Portugais et Espagnols. Ces derniers sont des rescapés en petit nombre, vulnérables, qui ne sont guère en condition de coloniser ; ils ne déploient pas de bannières, ils ne rebaptisent pas les terres (à la différence de ce que fit Colomb aux Antilles ou Balboa face à la Mer du Sud). Quand ils arrivent aux Célèbes puis aux Moluques ils sont demandeurs de vivres, d’eau potable et s’accompagnent de tout un ensemble d’« indiens » qui leur servent d’interprètes pour établir des alliances et engager des échanges commerciaux, car cette Asie insulaire est la plaque tournante d’un ambitieux projet commercial. De ce point de vue les Espagnols partagent avec les Portugais les mêmes projets, les mêmes attentes : il suffit de voir à quel point la perception de l’islam présent dans la zone passe au second plan… Avec une différence cependant : les Portugais parviennent aux Moluques grâce à une navigation qui jalonne les côtes depuis l’Afrique et Goa où ils se livrent à toute sorte d’échanges, épicier en particulier, et selon un dispositif de factorias. C’est ainsi qu’une fois à Ternate, ils bénéficient d’une chaîne logistique depuis Malacca qu’ils occupent depuis presque dix ans (1511). Les Espagnols sont beaucoup plus mal lotis, ce sont des demandeurs d’asile !! Il va donc falloir que nos chroniqueurs inventent une rhétorique pour façonner la narration de l’échec, de la précarité pour la rendre compatible avec la grandeur de l’Espagne. Nous verrons que chacun a opté pour une stratégie narrative différente.

L’importance économique de l’Asie dans le cadre de la vision impériale

25Comparer la geste magellanique oblige à s’interroger sur la construction de l’évènement et sa définition même.

  • 26 À l’appui de ces affirmations, les cartes de Ruy Faleiro et le globe de Martin de Bohemia, l’expéri (...)
  • 27 « Decían cómo en aquellas tierras e islas que pertenecían al rey de Castilla había minas y arenas d (...)
  • 28 « los embaxadores del rey don Manuel le dixeron muchos males dellos, como de hombres desleales a su (...)

26Chez Gómara dans un chapitre dense et riche, l’évènement est construit sur trois séries de données. En tout premier lieu, les informations venant du Portugal qui garantissent la possibilité et l’intérêt d’accéder à l’Asie par une navigation occidentale – route que les cosmographes affirment plus courte26 –, en deuxième lieu, l’abondance de richesses et surtout des épices27 qui figure dès le titre et qui va être l’axe qui nervure l’ensemble des chapitres (« Negociación de Magallanes sobre la especiería »), enfin l’assurance que les Moluques se trouvent dans la zone castillane, à partir du tracé de Tordesillas. Du coup, même si cette navigation est une aventure « difícil y costosa », cela est éclipsé par la rapidité rendue dans le texte de l’acceptation et du soutien de Charles et du Conseil en dépit des menaces du roi de Portugal qui apparaît dès ce premier chapitre comme l’adversaire agressif et menaçant28 (« hicieronse pues los poderes, libranzas y despachos »). L’affaire est réglée en un court chapitre où chaque mot compte, avec un effet elliptique vertigineux d’une rare efficacité : tous les acteurs sont présents, tous les paramètres politiques, géographiques et économiques sont mentionnés. L’expédition aura lieu.

27Si on regarde la façon dont Oviedo décrit cette même séquence : l’effet est assez différent. Il souligne le temps passé à la préparation d’une expédition d’une telle envergure : « se dilató más de tres años el despacho […] era cosa que se requería tiempo ». Comme Gómara pourtant, il signale le germe de la discorde avec vigueur : ces Portugais disaient « las islas del Maluco de la especieria e la China et otros muchos reinos pertenesce a su Majestad ».

28La deuxième différence est l’importance de la géographie qui n’est pas perçue de la même façon. Chez Gómara, le voyage est décrit selon un ordre précis : les bateaux, les pilotes et capitaines et la route nautique depuis Séville et Sanlúcar jusqu’à atteindre (en deux lignes) la ligne de l’équateur pour faire une halte et hiverner à la hauteur de la Patagonie.

29Oviedo ne procède pas de la même façon : il fait une impasse sur la navigation transatlantique de Magellan mais décrit toute la côte atlantique américaine et l’absence de passage (surtout au niveau de l’Amérique centrale où il était espéré) : « pero no lo hay ». Il manifeste une véritable conscience de la façade atlantique de pôle à pôle car c’est bien depuis l’Amérique et son hydrographie qu’Oviedo pense l’expédition, quand Gómara la présentait depuis sa plateforme de lancement, le port de Séville.

  • 29 HGNI, t. 118, p. 217.

30Il en va de même pour la description des Patagons, plus développée et surtout plus glosée chez Oviedo que chez Gómara qui ouvre cette section, bien à sa manière, en disant que les indiens furent surpris de voir des hommes si petits !!
Oviedo tient beaucoup à souligner comment le monde américain inverse ou déplace les repères habituels de l’Europe. Ainsi il souligne que dans l’hémisphère sud, l’hiver remplace la saison estivale (« en mayo comienza el invierno ») mais mieux encore, il s’amuse à jouer sur la notion d’orient : « aunque dije oriental entiéndese que a espana es oriental, pero aquí en nuestras indias tenemos la especieria y el maluco e sus islas al occidente »29. Autrement dit, Oviedo pense bel et bien l’Asie depuis l’Amérique.

31Si le récit de Gómara suit étape par étape la chronologie du voyage, celui d’Oviedo procède par addition de récits. Le premier cité comme source (ce que ne fait jamais Gómara même si c’est exactement la même source dont il se sert) est la relation de Transylvanus mentionnée plus haut (transcription du rapport de Elcano au Conseil des Indes dès son retour). Du coup, chez Oviedo cela devient le fruit d’une sorte de conversation, car lui-même a connu Elcano (« la relación que Elcano me dio ») et qu’il croise avec celle, presque identique, de Transylvanus ; il annonce qu’il fera ensuite le point grâce la relation de Pigafetta. On suit donc ainsi le travail de ce chroniqueur compilateur, soucieux de tout transcrire, quitte à se répéter ou à truffer le récit de digressions qui plonge le lecteur dans un univers touffu, polyphonique. C’est la vérité de la multitude, de la variété mouvante, du dramatisme des gens qui pleurent, qui ont peur, qui s’extasient. Mais Oviedo ne se contente jamais d’une simple transcription, il commente et ajoute des touches de son expérience personnelle. Ainsi arrivés aux Moluques, les Espagnols découvent un oiseau (sans doute l’oiseau de paradis) appelé mamieco-diatta (dont Gómara parle également) mais le vieux chroniqueur ajoute :

destos trujo a España Joan Sebastián El Cano cinco o seis e después en otro tiempo, trujo otros el capitán Andrés de Urdaneta el cual, como dije, me dio a mi uno desos pájaros; y éste fue en la segunda armada con el capitán general frey García Jofre de Loaysa.

  • 30 Gómara mentionne ce naufrage en s’inspirant du récit de Pedro Mártir (DNM, Déc. V, cap. 7I) qu’il r (...)
  • 31 GÓmara, op. cit., chap. 92, p. 214.

Gómara bâtit un effet de vérité différent. Son récit maîtrisé, concis, n’épargne pas les conflits ou les sentiments mais est toujours arrimé au fil d’une narration soutenue par le rythme des verbes d’action. Le récit tient de l’eau forte et non de la peinture détailliste : À titre d’exemple, cette évocation de la violence du naufrage d’un des bateaux de l’expédition : « Cuando emparejó con la punta de Santa Cruz, vino un torbellino que llevó en peso la menor nao sobre unas peñas, quebrola30, y salvose la gente, ropa y xarcias »31.

32Le traitement des expéditions qui ont succédé à la circumnavigation de Magellan est traité de façon très différente. Elles font l’objet de deux chapitres, l’un porte sur la « segunda armada », celle de Loaysa qui fut la plus importante, et l’autre « De otros españoles que han buscado la Especiería », chapitre 103, qui liquide l’affaire en énonçant de façon lapidaire les échecs successifs. Inutile de s’attarder sur d’aussi misérables récits, la solution est ailleurs pour Gómara, qui sait aussi prendre de la hauteur pour regarder la cartographie américaine d’un œil audacieux.

  • 32 Oviedo, op. cit., t. 118, p. 237-239.

33Oviedo procède de façon strictement inverse. Le chroniqueur américain reçoit à Saint Domingue de nombreux acteurs de ces expéditions, et de nombreux témoignages, et il les transcrit avec la précision d’un évangéliste. On lira donc successivement le récit de Pigafetta (chapitre II et III) puis reprise de Sebastián Elcano (« al cual yo hablé y comuniqué mucho en la corte de Cesar año de 1524 ») dans le chapitre IV auquel Oviedo ajoute pour faire bonne mesure le témoignage de Gonzalo de Espinosa (« le hablé en Sevilla ») qui, après un périple dans les Moluques, fut prisonnier des Portugais pendant quatre ans, comme il le raconte à Oviedo en 1528. Désireux de laisser la parole aux acteurs, Oviedo termine son chapitre en écrivant : « el lector podrá colegir algunas cosas en que discrepan estos capitanes Espinosa y Juan Sebastián Elcano […] que ambos los vi y entendí »32.

34Oviedo va ensuite longuement raconter la seconde expédition en se fondant nous dit-il, à la fois sur les coordonnées du padrón real de Alonso de Chaves qu’il confronte à celui de Diego Ribeiro et sur le récit d’un religieux basque Juan de Areyzaga (chapitres V, VI, VII) ! Notre chroniqueur est très prolixe sur ce voyage qui n’atteint jamais l’Asie mais qui permet de mieux connaître la géographie, la faune, la flore et les hommes du cône sud (los gigantes patagones) et la zone de la passe magellanique à laquelle Oviedo consacre un chapitre entier (IX). Ce chapitre informé sera utilisé par López de Velasco et n’est pas très éloigné d’ailleurs de ce que décrira Sarmiento de Gamboa et avant lui le pilote Ladrillero. C’est dont le premier texte de la littérature australe extrême. Un deuxième chapitre est consacré à la même région avec le souci d’en donner les relevés les plus précis (chapitre XIV). Oviedo mesure parfaitement l’importance de ce savoir géographique et topographique : il en donne les dimensions, les rétrécissements (angosturas), il en trace le long parcours pour conclure de façon solennelle :

  • 33 Oviedo, op. cit., t. 118, p. 260.

Y esto baste cuanto a la medida de la mar y de la tierra del estrecho grande y famoso que descubrió el capitán Fernando de Magallanes con el armada del emperador rey nuestro señor, año de 1520 de la Natividad de Cristo, nuestro Redemptor, para gloria y alabanza suya y en aumentación del ceptro y señorío de la Corona Real de Castilla33.

Il y a bien une louange solennelle de ce Portugais passé à la couronne d’Espagne qui sut trouver le passage interocéanique tant recherché. Autrement dit c’est bien la meilleure connaissance de l’Amérique qui intéresse Oviedo et qui lui laisse penser que là se trouve la véritable grandeur de la geste magellanique et de l’empire.
Gómara, soucieux de glorifier l’Espagne, se dépêche d’oublier Magellan, mort à Mactan par excès de forfanterie, pour ne parler que de Sebastián Elcano et surtout de ce bien nommé bateau La Vitoria : exit le Portugais…

35Mais Oviedo n’est pas un homme de conclusion ni de bilan : l’œuvre continue dans un nouveau rebondissement anachronique, par la reprise du témoignage du pilote Urdaneta qu’il a recueilli en 1539 de la bouche d’Alvarado qui pensait embarquer pour l’Asie (« en demanda de la China ») avec deux membres de l’équipage d’une expédition antérieure : Urdaneta, et Martin de Islares. Les deux hommes « me dieron cumplida relación ». Impossible de ne pas transcrire de tels documents, ce qui impose cependant de revenir à 1526, lors de l’expédition partie d’Espagne dirigée par Elcano. Après sa mort, d’autres capitaines vont se succéder et mourir les uns derrière les autres. Les agissements du capitaine Martín Iñiguez font l’objet d’une passionnante et longue relation où l’on mesure le contact avec les roitelets insulaires et les marchands chinois, les positionnements des Portugais très actifs dans la zone et la vision des insulaires qui ne font guère de différence et les appellent tous faranguis. L’intérêt du texte d’Oviedo est qu’il fait un récit détaillé des affrontements qui eurent lieu aux Moluques entre Portugais et Espagnols (« Como los portugueses fueron a pelear con los castellanos en Tidore » chapitre XXI). Nous sommes en 1527 : il s’agit bien d’une bataille (« lombardear y descargar su artillería »). Tous les chapitres suivants sont les récits de batailles et d’affrontements entre ibériques dans ce maillage d’îles aux antipodes. Ces chapitres sont précieux : on y mesure la complexité et l’incompréhension parfois de ces relations, l’instabilité et la fragilité des alliances : il suffit que le roi de Gilolo meure pour que s’effondre tout un réseau d’alliances et que l’île de Tidore soit perdue. Enfin on mesure qu’en dépit de la vente des Moluques en 1529 qui devait mettre un terme aux hostilités, celles-ci continuèrent, certains Espagnols refusant la paix que le capitaine Fernando de la Torre négociait avec les Portugais sur place. On voit que les années passées dans la zone par Urdaneta et les autres les ont confrontés à la géopolitique locale dans laquelle ils ont pris leur part. Oviedo souligne à plusieurs reprises avec insistance l’importance des différentes embarcations indigènes (les praos, les sampans et les jonques chinoises) et le rôle des pilotes locaux qu’Urdaneta utilise constamment pour reconstruire la diaspora espagnole, ces praos indigènes étant particulièrement bien adaptés à la navigation interinsulaire.

36Ce que Gómara traite en deux chapitres, soit quatre pages, à savoir les années entre 1520 et 1542, Oviedo le développe largement du chapitre V au chapitre XXIII c’est-à-dire presque la totalité du livre XX. Pourquoi une telle importance donnée aux Espagnols de Tidore et Gilolo ? Parce qu’il est en Amérique et que les sources d’informations sont multiples. De l’Amérique vont partir presque toutes les expéditions qui tenteront de rejoindre les Moluques. Sans doute l’enjeu des Moluques et les rivalités avec les Portugais furent probablement exposés de façon détaillée par Urdaneta qu’Oviedo a rencontré. Oviedo rédige du coup une sorte de chronique politique luso-hispanique aux antipodes qui se conclut sur le principe acquis d’une paix entre les deux nations, ce qui va permettre aux Castillans de regagner l’Espagne (« Cómo los castellanos enviaron a la India a pedir pasaje, pues a cabo de tantos años, su majestad no enviaba ningún armada ni socorro y cómo el capitán de la India del rey de Portugal envió el despacho y dineros para que los castellanos se fuesen a la India »). Oviedo donne au Portugal un protagonisme majeur sur le plan de la géopolitique locale. Mais surtout ces chapitres permettent de mesurer à quel point les Espagnols restés aux Moluques étaient isolés et vulnérables, et durent infiltrer la géopolitique locale considérablement transformée par la présence conjointe des Espagnols et des Portugais et les haines que cela avait provoqué. Il n’y a rien là de brillant : plutôt un bricolage précaire de la part de petits groupes qui tentent de jouer les quelques cartes dont ils disposent dans un environnement radicalement incertain.

37Mais Oviedo va trouver une façon de redorer le blason de ces Espagnols, en soulignant leur courage dans l’adversité, leur audace et la loyauté à leur prince ; là où les Portugais se comportent en félons, trahissant leurs engagements, les Espagnols vont montrer qu’ils sont peu mais qu’ils sont meilleurs. Le cas le plus spectaculaire est sans doute le combat inégal et perdu d’avance que les Espagnols vont néanmoins engager contre les Portugais, plus nombreux et mieux armés. Dans les eaux de Tidore, le 4 mai 1528 (et la date énoncée ainsi donne de la gravité à l’évènement) 14 praos et une galère remplie de Portugais assaillent une fusta, embarcation légère dans laquelle se trouvaient 37 hommes avec le capitaine Alonso de Ríos. Dans une mise en scène dramatique, le capitaine espagnol interroge ses hommes : doivent-ils s’enfuir car l’ennemi est supérieur en nombre et la mort presque certaine. Ce à quoi les hommes répondirent :

  • 34 HGNI, op. cit., p. 283.

Aunque [los enemigos] eran muchos, que no podrían tornar sino con mucha vergüenza, si rehusasen las batallas, aunque con su desventaja fuese, que los indios los ternían en poco, y que hombres, que tan lejos tenían el socorro como ellos, era menester que se aventurasen las vidas, pues que era mejor perderlas peleando que no huyendo y que se encomendasen a Dios y diesen en los enemigos34.

Après quoi on pria et on invoqua l’aide de Santiago. Mais il y a plus. Dans cette théâtralité de l’héroïsme, né de la souffrance et du danger, un capitaine indigène Quichilderebas, gouverneur de Ternate décida d’écarter ses praos pour rétablir l’équilibre des forces et observer de quelle façon les chrétiens se combattaient entre eux. Bien sûr les Espagnols ont dès lors vaincu les Portugais et leur galère fut « tomada y presa ». Oviedo construit donc une veine héroïque et morale qui peut le plus souvent s’avérer dans la plus grande tradition des pillages et des actes de vandalisme américain (il utilise d’ailleurs le mot entrada), les Espagnols vont eux aussi régulièrement (Urdaneta en tête) attaquer des villages, les incendier et faire de très nombreux esclaves destinés à la vente. Je crois que c’est ainsi qu’Oviedo crée une forme de continuum entre Amérique et Asie, déjouant ainsi l’impossible installation pérenne, c’est la valeur guerrière des Castillans qui donnera ses marques à cet espace asiatique qu’il faudra finalement abandonner, pour regagner l’Espagne, grâce au souverain portugais puisque la couronne d’Espagne n’envoie aucun secours. Le retour d’Urdaneta par Java, Malacca, Lisbonne puis Valladolid en 1536 ferme cette séquence historique. Ce fameux pilote sera l’expert de l’Asie « de aquellas partes del Maluco por donde ha andado tiene mucha experiencia » et la source d’information la plus importante d’Oviedo.

38Gómara a un point de vue radicalement différent. Il estime que ces guerres aux antipodes sont l’écume fugitive d’évènements sans lendemain, une histoire périphérique négligeable tant que le détroit sera le sépulcre des embarcations espagnoles, car l’avenir pour lui se trouve ailleurs…

39Le point de départ que Gómara ne lâchera jamais et qui figure dès le titre du 1er chapitre de cette longue séquence, ce sont les épices, prisme à travers lequel se profile l’Asie.
Les épices, encore et toujours les épices : tout comme le Vénitien Ramusio dont il a lu le discorso sobre la specieria pour s’en inspirer largement, Gómara a une vision globale d’un des commerces les plus lucratifs du temps : pas question de laisser s’échapper les îles où poussent la noix de muscade, la cannelle et le clou de girofle ou le gingembre. C’est un enjeu majeur, bien plus, c’est la marque de la véritable grandeur de l’empire. Cette extension asiatique pour Gómara constitue donc un projet impérial et économique de première importance. La question du passage interocéanique est donc cruciale et puisque le passage austral est périlleux, il faut en trouver un autre, plus commode, plus court, mieux maîtrisé. Il suffit de creuser un canal à la hauteur la plus étroite du continent, l’isthme panaméen. Le chroniqueur pense et médite politiquement en regardant la mappemonde, tout comme les banquiers épiciers qui avaient investi dans l’expédition de Magellan. Les conséquences de cette ambitieuse autant qu’audacieuse vision sont énormes et éloignent considérablement la chronique de Gómara de la compilation ovédienne.

40Le relief de l’isthme est hostile mais qu’importe, « sierras son pero manos hay » : le coût en main d’œuvre est sans commune mesure avec le prestige d’une telle transformation de la nature et les perspectives économiques qu’elle ouvre. Gómara va donc s’attacher à magnifier l’importance des épices en retraçant l’histoire de ce commerce à longue distance depuis l’Antiquité, et en traçant sur la carte du monde les routes empruntées par les caravanes et les bateaux pour approvisionner l’Europe en ces précieuses marchandises asiatiques. Là où Oviedo transcrivait le détail des hostilités locales entre les différents acteurs des Moluques, Gómara, tout à sa vision eurocentrée, ne voit que des espaces à maîtriser, des victoires cartographiques à assurer.

41Car le véritable ennemi c’est ce Portugal, dont l’esprit belliqueux et la mauvaise foi ne font guère de doute. Or c’est bien l’Asie, riche et cultivée qui est rentrée dans le giron de l’Espagne : Gómara dès l’île de Bruney souligne que les Espagnols sont passés dans une autre civilisation : celle de l’écrit, et ce n’est pas rien, bien éloignée des indigènes sans « letras ni hierro, ni moneda ni bestias de carga » de l’espace américain. C’est bien l’Asie, lue et parfois rêvée par l’Europe depuis Marco Polo qu’atteint – nous fait comprendre Gómara – l’expédition de Magellan. Un chapitre entier sera donc consacré à décrire la richesse et le luxe sophistiqué du sultan. Les Espagnols qui furent reçus en ambassade ont même honte du méchant cadeau qu’ils offrent face à une telle opulence (vêtements de soie, bijoux d’or et pierres précieuses, dagues serties de pierreries et déplacements sur de magnifiques éléphants) :

  • 35 Historia de las Indias, op. cit., cap. 95 : De Siripada, rey de Borney, p. 216-217.

Ellos entonces abrieron su presente, con harta vergüenza por haber visto mucho oro, plata, brocado, sedas y otras grandes riquezas en aquella casa y mesa de rey, y saliéronse con sendos pedazos de telilla de oro que les pusieron al hombro izquierdo por cerimonia. Diéronles colación de canela y clavos confitados y por confitar, y volviéronlos en caballos a casa del gobernador, que los festejó dos noches maravillosísimamente. Traxéronles de palacio doce platos y escudillas de porcelana llenas de fruta y viandas35.

En filigrane le texte de Marco Polo : cette Asie, loin de ressembler aux mondes américains est le lieu espéré où pouvoir, richesses, et raffinement s’offrent aux regards. C’est bien le but ultime que les Espagnols souhaitaient atteindre.

42La deuxième conséquence est la critique que Gómara émet à la politique de Charles Quint qui commit l’erreur d’abandonner sa souveraineté sur les Moluques et la Chine toute proche. Gómara se fait l’écho de l’état de choc dans lequel se trouvèrent les grands marchands, et banquiers castillans qui avaient parié sur le commerce des épices. Il affirme que Charles Quint n’a pas mesuré ce qu’il bradait : l’inscription de l’Asie c’est donc sous la plume de Gómara l’histoire d’un rêve volé, d’un abandon coupable, et si le litige portugais est au cœur de cette séquence, ce n’est pas comme chez Oviedo d’un point de vue local mais au contraire du point de vue politique global, autour du calcul du tracé de Tordesillas, des débats de Badajoz en 1524 entre juristes et cosmographes.

43L’un perçoit l’écho d’affrontements et de conflits qui se jouent dans l’extrême occident de l’Amérique ; l’autre ressent la politique internationale, entre le marché épicier et les traités ibériques aux couleurs mondialisées.

  • 36 C’est bien cette cartographie qui permet que se livre aux antipodes la bataille des cartes entre Po (...)

44Dès les premiers textes, on relève des visions « occidentales » différenciés de l’espace asiatique. Si elles s’inscrivent dans le cadre cartographique ptoléméen mathématisé et apparemment homogène du padrón real36, ce récit de la geste magellanique est porté par des dynamiques géopolitiques sensiblement différentes, non seulement selon qu’il est produit par un Portugais ou un Espagnol, mais par un Oviedo qui s’est « américanisé » ou un Gómara proche du Conseil des Indes.
Certes chez nos deux auteurs, la composante humaine indigène est vue à travers le prisme du jeu des alliances dans une approche essentiellement tactique. Le système insulaire, carrefour de migrations et de marchandises est perçu comme un espace presque indéfinissable dont la géopolitique n’est saisie que par fragments et dans laquelle les Espagnols interviennent avec un évident degré d’improvisation et une réelle incapacité à s’installer durablement. Alors que les Portugais peuvent recevoir une aide logistique depuis Malacca, les Espagnols rescapés des expéditions ratées de Loaysa (dont seul un bateau avec 24 hommes sur les 450 que comptait l’expédition à son départ arrivera aux Moluques) et Álvaro de Saavedra (parti de Nouvelle Espagne arrive avec 5 survivants sur les 110 hommes embarqués) sont dépendants en tous points des indigènes de Tidore et Gilolo. De ce point de vue, la première Asie, insulaire, instable, mal connectée, s’oppose radicalement à l’Amérique caribéenne et a suscité moins d’enthousiasme que de frustration.

45Pourtant les deux chroniqueurs ne perçoivent pas les enjeux humains et politiques de l’espace asiatique de la même façon.
Oviedo pressent une sorte de communauté entre les insulaires asiatiques et caribéens, il aime à en souligner les ressemblances tout comme il aime à établir une connivence entre le récit de Urdaneta et sa propre expérience de l’aire caribéenne. Il est excessif d’en conclure comme le fait Ricardo Padrón que pour Oviedo l’Insulinde s’inscrit dans la continuité de l’Amérique, car notre auteur aime à jouer sa propre partition de juge et chroniqueur même pour des terres qu’il n’a jamais parcourues. Pour lui, « tuto il mondo es como casa nostra ». Les hommes ont les mêmes nécessités auxquelles ils répondent avec les moyens locaux, avec leur « industria », comme il aime à l’observer s’agissant des praos.
Alors que Gómara soulignait les indices asiatiques des îles découvertes, Oviedo voit plutôt les traits qui rapprochent les indiens orientaux et les indiens occidentaux. Mais cela n’a pas pour conséquences une dévalorisation de l’Amérique car Oviedo croit à la cannelle américaine et à l’excellence du piment américain (chile), aux résines et autres baumes (bálsamos) que renferment les terres américaines. Fasciné par l’exploit nautique de Magellan, il ne se lamente pas sur l’amputation des Moluques, il veut simplement ne pas en faire une page honteuse de l’histoire. En dépit des échecs subis, les Espagnols conservent la noblesse et l’honneur des grands soldats dans ces conflits lointains où les traîtres sont indigènes ou portugais.

46Gómara quant à lui fabrique une Asie de vitrine dont l’île de Bruney est le portique inaugural. Une Asie bien éloignée de l’Amérique. Il pense le monde en surplomb, depuis les cartes et les textes et projette sur les Moluques tout l’imaginaire de l’orient. La mappemonde de la puissance impériale se superpose à celle des grands circuits commerciaux dans la grande machine de l’impérialisme monarchique. La chronique de Gómara expose en mots l’enjeu de ces premières cartes que les ambassadeurs espagnols ont diffusé en Italie et en Allemagne, copiées du padrón real. On y voit un océan pacifique presque vide et les îles des Moluques à l’intérieur de la zone castillane, qui accroche aussi une partie de la côte chinoise. Les affrontements d’une poignée d’Espagnols abandonnés aux Moluques sont inaudibles, seule compte la vigueur des combats de la diplomatie européenne mais surtout seul compte ce futur canal qui écourtera la route et permettra aux Castillans d’investir une zone qui leur revient de droit !

47Notre exploration textuelle sur la place et la perception de l’Asie dans les premières chroniques démontre le dépassement de la vision atlantique de l’histoire. Le fait de toucher les îles aux épices et de faire entrer l’Asie dans le champ américano-pacifique a reconfiguré l’espace et la politique impériale dans un contexte mondialisé. Cela a signifié pour nos deux chroniqueurs faire état du raccordement des espaces par la navigation, par la projection cartographique, estimer la grandeur du monde et comparer les cultures entre les continents : l’histoire politique et nautique des Ibériques a créé les conditions de cet élargissement des espaces, des savoirs et des expériences. Le conflit et la rivalité de ce point de vue ont été des moteurs remarquables de l’histoire des savoirs. À travers la chronique américaine, l’Asie est mise en perspective pour la première fois depuis le Nouveau Monde : elle se place par rapport à elle ; elle lui est définitivement attachée mentalement (dans le tramage cartographique) politiquement (dans la ligne de Tordesillas) et culturellement par l’étonnante variation du regard posé sur ces amérindiens et ces insulindiens, qu’il soit unifiant, analogique ou discriminant.

Haut de page

Notes

1 Francisco Esteve Barba, Historiografia indiana, Madrid : Gredos 1992, Introducción.

2 On peut ici renvoyer aux prologues et en particulier aux pièces liminaires de la Historia de las Indias de López de Gómara où il expose de façon synthétique sa méthode et justifie ses choix.

3 Nous empruntons l’adjectif à Andrés GonzÁlez de Barcía Carballido y ZÚñiga qui dès le XVIIIe siècle publia (parfois pour la première fois) en trois volumes les œuvres des Historiadores primitivos de Indias occidentales (1749).

4 Gonzalo Fernández de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, Madrid : Atlas, col. BAE, 1992, 5 vols. Nous la mentionnerons sous la forme HGNI.

5 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias, Madrid : Atlas, col BAE, t. XXII, 1946. Nous la mentionnerons comme Historia.

6 Gonzalo Fernández de Oviedo, Sumario de la natural historia de las Indias, Tolède : 1526. La traduction italienne du texte du Sumario fut éditée à Venise en 1534 et inclut les dessins. Pour la liste des éditions, voir l’article de Daymond Turner « Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés. An annotated bibliography » in : Studies in the languages and Literatures, 66, Chaptel Hill of North Carolina Press, 1966, p. 1-61. Turner inventorie une vingtaine d’éditions entre 1526 y 1966. Le texte de la HGNI (1e partie) fut traduit en italien et edité dans le troisième volume de Giovanni Battista Ramusio, Navigazione e viaggi, puis en français, L’histoire naturelle et generalle des Indes, isles et terre ferme de la grand mer Oceane par Jean Poleur en 1555.

7 La Historia general de las Indias eut une première édition en 1552 à Saragosse. On compte plus de 20 éditions pour le XVIe siècle.

8 Gómara, dans une pièce liminaire destinée aux traducteurs, annonce : « También los aviso cómo compongo estas Historias en latín, para que no tomen trabajo en ello », op. cit., p. 135.

9 Ibid.

10 HGNI, 5, p. 416.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, Libro XX. De la segunda parte de la general historia de las Indias, Valladolid : por Francisco Fernández de Córdoba Impressor de su Magestad, año de 1547.

14 José Amador de los Ríos, Historia general y natural de las Indias, Madrid : Real Academia de la Historia,1851-1852, 4 tomes. José Pérez de Tudela y Bueso, Introduction et édition de la Historia General y Natural de las Indias, Madrid, coll. Atlas, BAE, 1959, tomes 117-121. L’établissement textuel d’Amador sur la base des manuscrits de Muñoz est celui-là même que reprendra Pérez de Tudela y compris les notes de bas de page très précieuses d’Amador.

15 Ricardo Padrón, The Spacious Word. Cartography, Literature and Empire in Early Modern Spain, Chicago : University of Chicago Press, 2004.

16 Les cartes du monde sont arrivées à Mantoue et à Florence par la voie des ambassadeurs de la cour de Charles Quint. On relèvera en 1525 le planisphère de Nuَño García de Toreno (par le nonce Salviatti) ainsi que la carte de Diego Ribeiro (assez semblable à celle de Toreno) ; en 1526 le planisphère de Juan Vespucci lui aussi basé sur le padrón real, en 1530 une copie du padrón real faite par Diego Ribeiro arrive chez les Welser (on n’en a conservé qu’un fragment) ; la carte la plus connue est celle du Vatican de 1529. La carte de l’Amérique et des Philippines entre 1533 et 1535 (Wolfenbüttel) est attribuée par Martin de Meras à Alonso de Chaves, cosmographe « de hacer cartas » de la Casa de la contratación. Elle présente une grande ressemblance avec celle de Diego Ribeiro. Ces exemples montrent que les mappemondes peintes à la main sur parchemin ou cuir et luxueusement décorées sont des copies du padrón real et se distribuaient en Allemagne et en Italie et diffusaient du coup les interprétations politiques du moment, en particulier autour de la question de la ligne de démarcation à la hauteur des Moluques. Le coût élevé du parchemin et ses décorations en faisaient des instruments de propagande très utiles tant pour les Portugais que pour les Espagnols sur les positions respectives de l’Atlantique et du Pacifique récemment traversés. Elles montraient également aux élites européennes (haut clergé, noblesse et grands marchands) le pouvoir qu’avaient acquis sur l’outre-mer les puissances ibériques. Le public et la fonction des cartes imprimées ont sans doute été différents de celui des cartes universelles manuscrites.

17 Les principales sources écrites qu’a utilisées Gómara dans ces chapitres sont Pedro MÁrtir (DNM, Déc. V, cap. 7), Antonio Pigafetta (l’édition italienne de 1536, époque du séjour de Gómara en Italie), et la relation de Maximilien Transylvanus, secrétaire de la chancellerie impériale, informé par le temoignage direct de Sebastián del Cano. Ce dernier texte (qui date du 5 octobre 1522) circula largement, fut édité en latin, De Moluccis Insulis à Cologne en 1523, avec une dédicace au cardinal de Salzbourg, puis en italien en 1536, ll viaggio fatto da gli spagniuoli atorno al mundo. Postérieurement elle fut incluse dans le premier tome des Navigazioni e viaggi en 1550 de G. B. Ramusio (cf. ed. Marica Milanes, Turin, G. Einaudi, 1978).

18 Édition de José PÉrez de Tudela y Bueso, introduction et édition de la Historia General y Natural de las Indias, Madrid : Atlas, col. BAE, 1959, t. 118, p. 213-304.

19 Oviedo, op. cit., t. 121, p. 304.

20 Selon Lewis, Gómara aurait été familier de la lecture de Piccolomini (Pie II), Machiavel, ami de Paez de Castro, Zurita le chroniqueur aragonais, Pedro de Navarra ainsi que Ginés de Sepúlveda. Cf. Robert Earl Lewis, The Humanistic historiography of F. López de Gómara (1511-1559), Ph. D. University of Texas, Austin, 1983, Ann Arbor, Michigan, University Microfilms International, 1987.

21 Op. cit., t. 121, p. 417.

22 Op. cit., t. 117, p. 177.

23 Ce qui est substantiel, vu à distance, sert également à definir la dimensión exceptionnelle de la découverte des Indes Occidentales pour configurer l’histoire du monde comme Gómara le proclame dans le prologue de la Historia de las Indias : « La mayor cosa después de la criación del mundo, sacando la encarnación y muerte del que lo crió, es el descubrimiento de Indias así las llaman Mundo Nuevo ».

24 Oviedo, op. cit., Livre XX, p. 238.

25 GÓmara, op.cit., chap. 98, « La nao Victoria », p. 218.

26 À l’appui de ces affirmations, les cartes de Ruy Faleiro et le globe de Martin de Bohemia, l’expérience portugaise de Magellan et Serrano et Bertomán, les arguments cosmographiques tels que la symétrie attendue entre les continents, entre le cap de Bonne Espérance et le détroit austral américain.

27 « Decían cómo en aquellas tierras e islas que pertenecían al rey de Castilla había minas y arenas de oro, perlas y piedras, allende la mucha canela, clavos, pimienta, nueces muscadas, jengibre, ruibarbo, sándalo, cámfora, ámbar gris, almizcle y otras infinitas cosas de gran valor y riqueza, así para medecina como para gusto y deleite », F. López de Gómara, op.cit., p. 213.

28 « los embaxadores del rey don Manuel le dixeron muchos males dellos, como de hombres desleales a su rey, y que le harían mil engaños y trampas », Ibid.

29 HGNI, t. 118, p. 217.

30 Gómara mentionne ce naufrage en s’inspirant du récit de Pedro Mártir (DNM, Déc. V, cap. 7I) qu’il réduit à trois verbes.

31 GÓmara, op. cit., chap. 92, p. 214.

32 Oviedo, op. cit., t. 118, p. 237-239.

33 Oviedo, op. cit., t. 118, p. 260.

34 HGNI, op. cit., p. 283.

35 Historia de las Indias, op. cit., cap. 95 : De Siripada, rey de Borney, p. 216-217.

36 C’est bien cette cartographie qui permet que se livre aux antipodes la bataille des cartes entre Portugal et Espagne. Ricadro Padrón y voit le support d’un discours colonial ou imperial : « The griddel spaces of Renaissance maps established themeselves, among Europeans of course, as the only true and accurate way of representing territory, thereby stripping the Ameridian territorial imagination of its authority to do likewise (Mignolo, 1995, 219-58) ». Ricardo Padrón, « Charting Empire, Charting Difference: Gomara’s Historia general de las Indias and Spanish maritime cartography », Colonial Latin American Review, 2 (1), 2002, p. 47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « La construction de l’Asie magellanique : étude comparée des chroniques de Gonzalo Fernández de Oviedo et Francisco López de Gómara », e-Spania [En ligne], 28 | octobre 2017, mis en ligne le 18 janvier 2018, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/e-spania/27328 ; DOI : 10.4000/e-spania.27328

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals