Navigation – Plan du site
Les clercs au palais - Amaia Arizaleta
Chapitre troisième

Écrire l’histoire des rois

Texte intégral

I. Histoires royales

  • 1  Iogna-Prat (2003 : 198).
  • 2  Haro Cortés (1996 et 2003).
  • 3  Sur les chroniques et l’historiographie au Moyen Âge, voir Guenée (1980). Sur l’historiographie hi (...)

1La construction biographique du souverain apparaît, bien avant le tournant des XIIe et XIIIe siècles, comme une réalisation textuelle à caractère monumental partagée tant par les monarques que par les clercs – les premiers donnent l’ordre de construire, les deuxièmes construisent1. Monarques et clercs s’engagèrent, dans l’Occident médiéval, dans l’élaboration de modèles scripturaux pour le roi, dont le roi lui-même était la figure centrale. Dans l’espace hispanique, après 1230, une fois la Castille et le León réunis sous le sceptre de Ferdinand III, la littérature didactique en langue romane prend son envol et se décline en formes diverses, parmi lesquelles les « miroirs de princes », véhicule idéal pour la représentation du bon monarque2. Avant 1230, le point d’ancrage choisi pour rendre publique et mémorable l’histoire des rois de Castille aurait essentiellement été celui des récits historiographiques. Les chroniques constitueraient alors les échantillons les plus solides de l’écriture du pouvoir monarchique3.

  • 4  Cf. Barthes (1984 : 173), dans « Le discours de l’histoire ».
  • 5  Pour le genre des annales et des généalogies, Huete Fudío (1997 : ix).
  • 6  « Narration », au sens d’« acte narratif producteur et, par extension, l’ensemble de la situation (...)

2Je m’intéresserai en passant aux textes historiographiques ; mon attention s’arrêtera sur d’autres formes historiques, issues de l’activité de la chancellerie : les diplômes. Le diplôme attire à lui les récits des rois ; il ne « se borne [pas] à une pure série instructurée de notations »4, mais signifie. Le discours diplomatique, comme le discours historiographique et, dans une moindre mesure, le discours annalitique ou généalogique5, est fabriqué par la narration6. Les récits historiques diplomatiques se disposent selon des structures narratives distinctes, embryonnaires si l’on veut, mais clairement destinées à proposer une intrigue cohérente. Le récit envahit donc l’écriture diplomatique ; il s’approprie des documents de la chancellerie comme il avait imprégné les chroniques.

3Je me dispose donc à étudier les récits diplomatiques et à envisager la possibilité que les documents du roi aient été considérés, entre 1157 et 1230, comme un cadre privilégié de l’écriture historique. Ceci pourrait signifier que dans l’espace de la chancellerie se seraient formalisées des compétences historiographiques ou bien, plus simplement, que les mêmes hommes écrivirent des textes qu’on a l’habitude de classer dans des catégories différenciées : c’est effectivement le cas avec Juan Díaz, chancelier et chroniqueur. Nous serions alors confrontés à la possibilité que l’écriture des diplômes et l’écriture des chroniques ait été ressentie comme la pratique de deux versants d’une seule modalité scripturale, celle de l’histoire du roi et du royaume. Une telle modalité aurait été, dans la plupart des cas, entre les mains des clercs, qui auraient développé alors la portée de leur écriture : voués dans un premier temps à rédiger la mémoire juridique des actes du roi, ils auraient ajouté à cette fonction celle de la représentation historiée des actions du monarque. Les techniciens de la clergie auraient donc maîtrisé la composition d’au moins deux des formes qui véhiculaient la représentation royale : la forme historiographique dans toutes ses variantes, et la forme diplomatique.

4Afin de mener à bien cette étude, je présenterai d’abord un panorama des œuvres historiques, pour ensuite me consacrer à exposer quelques éléments qui permettraient éventuellement d’établir les formes possibles de circulation des textes en question. J’espère ainsi pouvoir avancer des informations sur : 1) les relations entre les textes historiques et les textes diplomatiques ; 2) le cadre pragmatique de réception des histoires royales qui devaient circuler au palais ; 3) le plaisir de raconter que devaient ressentir les écrivains du roi et les auditeurs de la cour.

  • 7  Guyotjeannin, Picke & Tock (1993 : 75-86). Pour la tradition cicéronienne de la narratio et sa sig (...)

5La matière historique des diplômes était récurrente. Les textes de mon corpus ont été échafaudés autour de l’image du monarque, qui y est mêlée à celle de ses aïeux : les diplômes exposent nettement la filiation du souverain, se font les garants d’une axiologie de la lignée. Dans les documents, la narratio ou « exposé » dit quelle est l’action juridique qui donne lieu à l’acte7. Cette partie du texte énumère les attributs de la puissance du roi, ses actions dans le cas juridique concret ; on le représente dans sa position d’autorité. Un bref récit d’un ou plusieurs de ses faits mémorables vient souvent clore cette représentation. La disposition des éléments de l’histoire présente, actuelle, du souverain, justifiée par son histoire passée et par son insertion dans une généalogie puissante, configure donc l’armature des documents. Cette structure est gouvernée par une première image : celle du roi qui administre, qui possède la volonté et la faculté de créer l’action juridique consignée dans l’acte.

6Le matériau historique prend donc place dans les textes documentaires. Il les informe. La construction narrative se conjugue naturellement avec le moule du formulaire. On pourrait croire alors que l’une des formes de l’histoire royale à laquelle les sujets des monarques castillans eurent le plus aisément accès fut, précisément, celle qui était contenue dans les diplômes. On lisait les diplômes à leurs bénéficiaires ; ceux-ci pouvaient les consulter pour s’y référer si l’occasion s’en faisait sentir ; ils faisaient partie du bien commun. Histoire événementielle, narration historique et narrations produites à la chancellerie se répondent et se regardent dans le miroir de la figure royale, tout en se donnant aux sujets du monarque. Un premier constat : les récits contenus dans les documents de la chancellerie sont moins élaborés que les récits des chroniques. Une hypothèse : ils auraient véhiculé la représentation du pouvoir royal plus efficacement que les chroniques contemporaines, car ils étaient entendus dans tout le royaume – chansons de geste, généalogies, épitaphes gravées sur les tombes, poèmes didactiques, encyclopédies, se chargeaient aussi d'introduire la représentation des monarques dans l’imaginaire collectif.

Un paysage discursif (1)

  • 8  Sur le nombre de textes historiographiques écrits au long de la période qui nous occupe, Henriet ( (...)
  • 9  Dorénavant CRC.
  • 10  Voir Charlo Brea (1984, 1997, 1999) qui, citant M. D. Cabanes Pecourt, affirme (1999 : 19-20) que (...)
  • 11  Charlo Brea (1995 : 251) : « Todo parece pues indicar que Juan, obispo de Osma […] terminó la reda (...)

7Entre 1157 et 1230, les chroniques qui se consacraient exclusivement à raconter les faits des rois qui gouvernaient alors le royaume de Castille n’étaient pas nombreuses8. Dans le laps de temps qui s’écoule entre la séparation de Castille et León et leur réunification postérieure, seul un texte eut l’ambition exclusive d’exposer les événements du passé et du présent du royaume castillan, dans la perspective de la construction d’une histoire des destinées de ses monarques. Ce texte, c’est la Chronica regum Castellae9; son auteur, le chancelier Juan Díaz10. Dans cette œuvre, vraisemblablement composée en deux temps (elle a été commencée probablement en 1226 et terminée en 1236) on lit un abrégé de l’histoire de la Castille depuis la mort de Fernán González jusqu’à la mort de Sanche III, le fils de l’Empereur, ainsi qu’un long développement qui embrasse tant le passé récent de Castille – les années 1158-1214 – que l’histoire immédiate, c’est-à-dire les années 1215-123011.

  • 12  Maya Sánchez (1990). Pour la date, Ubieto Arteta (1957). Pour une étude de la portée de ce texte, (...)
  • 13  Estévez Solá (1995, 2003). Dorénavant, CN.
  • 14  Voir les travaux publiés dans Chronica naiarensis, e-Spania, 7, juin 2009.

8Un peu avant la période choisie, dans l’espace castillano-léonais, un texte s’était bel et bien donné pour objectif de mettre par écrit les faits d’un monarque. Il s’agit de la Chronica Adefonsi Imperatoris, composée entre 1147 et 1149, alors qu’Alphonse VII, son protagoniste principal, vivait toujours12. Nous avons vu plus haut que Sanche III y fait une brève apparition. Toujours est-il que la fabrique historiographique du passé des monarques ne paraît pas s’être mise en branle avec une acuité particulière dans les années qui séparent la fin de la composition de la CAI et le début de l’écriture de la CRC, si l’on en juge par le nombre de textes qui réservent une place de choix à l’histoire royale : en plus de ces deux chroniques – située l’une dans la dernière fraction de notre éventail temporel, trop précoce l’autre –, on a du mal à apercevoir des textes dont l’objectif primordial ait été de présenter l’histoire des rois de Castille, et de Castille seule. Sauf peut-être à y choisir la Chronica Naiarensis, écrite à Santa María de Nájera, monastère situé dans la Rioja, qui était à nouveau sous domination castillane depuis 117613. Cette chronique fut très probablement composée aux environs de 119014.

9La CN énumère dans sa dernière partie les res gestae de Ferdinand Ier le Grand et celles de ses fils, et se termine par la mort d’Alphonse VI de Castille et León. Si le livre III de la CN se concentre sur le passé du royaume de Castille, enfermant ainsi une histoire castillane récente, dans les livres I et II son auteur a mis par écrit un récit historique à visée universelle, qui commence à la Genèse et parvient jusqu’à l’arrivée des sarrasins en Hispania, et qui reprend ensuite le fil de l’histoire pour, depuis Pélage, atteindre le temps du mariage entre Ferdinand Ier et Sancie. Une longue histoire de la péninsule Ibérique trouve donc sa place dans les pages de cette chronique.

  • 15  Dorénavant, LRT.
  • 16  Dorénavant, LRV. Cette version est contenue dans le Codex Villarensis, d’où son nom. Voir Martin ( (...)
  • 17  Dorénavant, LR.
  • 18  Pour l’analyse de la « solidarité sémantique et génétique » de la CN et du LR dans la construction (...)

10Il en va de même pour un autre texte, le Liber regum toletanus15, qui aurait été composé à Tolède entre 1217 et 1223, et qui contient une histoire généalogique des rois castillans. Son titre seul suffirait à annoncer sa prétention de contenir une histoire des rois ; néanmoins, ce texte ne narre pas la seule histoire des souverains de Castille. Par ailleurs, le LRT constitue la version amplifiée d’un premier récit monarchique, rédigé dans l’espace navarrais entre 1157 et 1194, qu’on appelle Liber regum villarensis16. Il paraît difficile de pouvoir évoquer uniquement la version castillane du Liber regum17, récit primordial lié à la CN18, dont l’écriture s’étend de la deuxième moitié du XIIe siècle au premier tiers du XIIIe siècle. C’est pourquoi j’évoquerai rapidement une ou deux questions relatives à la matière monarchique de ces œuvres.

  • 19  Cependant Martin (1992 : 28) : « La langue du Liber regum (auquel ce titre latin sied fort mal) es (...)
  • 20  On peut voir, dans ce sens, Andrieu (2002).
  • 21  Cooper (1960 : 20-23) : « Apres la muert del rei Dauid, regno so fillo, el rei Salamon […] E priso (...)
  • 22  4 Regum, 24, 15 : « Transtulit quoque Ioachin in Babylonem, et matrem regis, et uxores regis ; et (...)

11Le LR porte bien son nom19 : ses récepteurs avaient sans doute su reconnaître sa parenté avec le subtexte biblique. Variante du grand récit monarchique médiéval, il prolonge le modèle des Libri regum (Liber tertius regum et Liber quartus regum de la Vulgate) qui exposait les destinées des rois et des royaumes20. Intimement attaché au patron vétérotestamentaire, ce « livre des rois » contient des narrations qui cherchent à expliquer et justifier le devenir de la royauté. Le LR résume dans sa première partie les règnes de Salomon et de ses descendants, jusqu’à la destruction de Jérusalem21 ; il est en effet une historia regni, dans laquelle les éléments bibliques ont été très fortement synthétisés et rendus reconnaissables – comme c’est le cas, par exemple, avec le mot « eunucho », traduit par « priuados » dans le texte en langue romane22.

  • 23  Martin (1992 : 29) : « Le Liber s’ouvre sur un abrégé du Chronicon d’Isidore de Séville : généalog (...)
  • 24  Dans le LRT édité par Flórez, la narration historique s’est resserrée autour du lignage des monarq (...)
  • 25  Flórez (1791 : 497).

12Cette chronique n’est pas uniquement biblique, mais aussi romaine, wisigothique, asturienne, léonaise, navarraise, aragonaise et française, dans la première version23 ; toujours castillane, dans la deuxième version éditée partiellement par Enrique Flórez24. Car, si l’on lit dans le LRV, « Tro aqui auemos comtado de los reies de Castiella del tiempo del rey Roderigo e del comte don Iulian en aca tro al rei don Alfonso », ce qui insère l’écriture de cette version dans la contemporanéité du temps d’Alphonse VIII de Castille, dans le LRT on lit « Hata aquí fablamos del linage de los Reyes de Castiella como viene del linaje de Nuño Rasuera, è hasta el Emperador, è hasta el Rey don Ferrando, que es agora Rey de Castiella » : l’ajustage temporel eut lieu dans le premier tiers du XIIIe siècle25.

13Il résulte de ce tableau concis que la seule chronique pleinement intéressée par l’histoire contemporaine des rois castillans entre 1157 et 1230 est la CRC. Comme il a été dit plus haut, cette œuvre présente un intérêt particulier dans le cadre d’une étude sur les textes issus de la chancellerie, parce que son auteur fut le chancelier Juan Díaz. Elle fut terminée en 1236 ; mon cadre chronologique va jusqu’à 1230 ; si j’exploitais ce texte, je serai en dehors de la période choisie. Nonobstant, étant donné que je me limiterai dans ces pages à retracer le rôle de la CRC dans l’édification d’un projet idéologique focalisé sur les souverains de Castille, comme je l’ai fait avec la CN et le LRT, il convient de rappeler que la première partie de cette chronique, telle que nous la connaissons aujourd’hui, était achevée en 1226. Ce premier récit circula à la cour : l’histoire des faits des rois de Castille jusqu’à cette année fut donc opérationnelle à l’intérieur du palais, avant 1230.

14Si l’on considère que la période 1157-1230 fut celle où la Castille, séparée du León, avait le plus grand intérêt à démontrer sa souveraineté et à produire des objets textuels visant à étayer une construction identitaire visible par tous, une telle pénurie de chroniques monarchiques surprend. Que le pouvoir royal castillan n’ait pas parrainé un plus grand nombre de textes chronistiques pourrait nous déconcerter. Peut-être la CN et le LRT furent effectivement conçus comme des édifices textuels totalement imprégnés d’une fonction publicitaire de la royauté, fonction partagée par la CRC des années plus tard ; si ce fut ainsi, l’écriture du passé monarchique prit le dessus, dans le cas des deux premières chroniques citées, sur l’écriture du présent.

15La CN raconte en effet le passé de la Castille ; le LRT, quant à lui, véhicule des informations concernant le passé aussi bien que le présent. Rien de bien neuf à cela : même la CRC, radicalement immédiate, consacre un espace fondamental à la narration du passé castillan récent. Outre le fait que le présent pose des difficultés à sa mise par écrit – la moindre desquelles n’étant pas la perspective floue que l’écrivain, inscrit dans son temps, est obligé de s’imposer –, le passé se matérialisait souvent au Moyen Âge dans la composition généalogique, qui n’est pas tout à fait prépondérante dans la CN mais essentielle dans les versions du Liber regum. Le système généalogique se surimposait en effet aux pratiques scripturales et imaginaires médiévales. Il vaut la peine de citer ici Georges Martin :

  • 26  Martin (1992 : 136-137). Voir aussi Ruiz Domènec (1999).

Les rigueurs du système poussaient à la manipulation généalogique. Celle-ci affectait d’abord les sources – l’espace le plus reculé, le moins vérifiable ; surtout, le plus déterminant : le jaillissement initial influait l’ensemble du cours. Au-delà de ce qui était connu de tous, au-delà du seuil fixé par la mémoire, les chartes ou les livres, on ne se contentait pas d’ignorer : on exploitait la distance et l’oubli pour inventer au gré d’enjeux variables. Mais, entre les sources et l’embouchure, on veillait aussi sur les eaux médianes. Tout n’était pas conservé dans la mémoire qu’on offrait du lignage : seules étaient notées, seules étaient remontées, certaines affluences. Les généalogies se chargeaient ainsi de sens. A engendra B : sur le dépouillement de cette structure narrative élémentaire s’édifiait en réalité l’histoire transitive du sujet : comme tel, l’enchaînement généalogique tenait beaucoup […] du « roman familial ». Vraies ou fausses – et en fait, dans le subtil alliage qu’elles offraient du vrai et du faux – les généalogies constituaient donc une superstructure « littéraire » des pratiques du partage et de la transmission des biens et du pouvoir26.

  • 27  Ong (2004: 98).

16L’inventaire généalogique, le dénombrement des composantes du lignage, ont eu une forte emprise sur les structures sociales, culturelles ou littéraires du Moyen Âge. Mieux : les généalogies narratives configuraient la réception et se prêtaient à l’exercice mnémotechnique27. Elles gouvernent le mouvement du LR, de la CN et la CRC aussi ; elles sont essentielles aux histoires royales contenues dans les textes diplomatiques.


  

17Dans le paysage discursif que je viens d’ébaucher, le LRT apparaît comme un objet politique et culturel prévisible, car sa structure était usuelle aux XIIe et XIIIe siècles. Également concernée par la filiation des princes, également en vogue, la CN, tout en préférant la reconstruction des choses révolues, choisit la narration, s’éloignant du présent pour l’expliquer par le passé. C’est dans cette trame un peu lâche que se livre la CRC, qui néglige l’inventaire au profit de la narration soignée, qui s’enfonce dans le présent pour mieux expliquer le passé. La chronique de Juan Díaz se trouve peut-être entre deux eaux, entre le récit des faits révolus et celui de faits contemporains. Enfin, dans les « eaux médianes » de la construction historique se trouvaient les diplômes de la chancellerie de Castille.

18Les clercs du roi rédigèrent l’histoire des souverains dans les chartes. Cette histoire fut dispersée dans des monastères, palais, scriptoria, semant le royaume du récit fragmentaire, et perpétuel, des faits des rois castillans. Dans les documents de la chancellerie, des lignes, des paragraphes entiers, évoquent les moments marquants de la vie des monarques, leur filiation, leur autorité. Je voudrais par conséquent affirmer ici qu’un pan entier de l’histoire des rois de Castille fut élaborée, entre 1157 et 1230, dans la chancellerie castillane, et prit la forme de mille copeaux, envolés et toujours retournés au palais de la mémoire du roi. Morcelée mais toujours cohérente, elle s’installa dans la durée. Elle était contemporaine : les diplômes présentent l’histoire en train de se faire. Ils font l’histoire. Cette histoire-là, me semble-t-il, se décomposait en mille histoires, des histoires du présent, des histoires agissantes sur ceux qui les écoutaient, qui les écrivaient, qui les commandaient.

  • 28  Les Historiae minores de Rodrigo Jiménez de Rada sont : l’Historia Romanorum, l’Historia Ostrogoth (...)

19Des récits, sertis dans les diplômes, établissent l’histoire des rois. Ils en superposent des tranches, l’offrent aux vassaux des monarques, demeurent dans la mémoire, pénétrent l’imaginaire mythique des sujets de la royauté. Ces narrations sont insérées dans l’actualité ; les jalons sur lesquels elles reposent sont ceux du lignage et du souverain présent ; elles sont l’œuvre d’acteurs primordiaux de la construction de l’histoire au palais: à l’un des grands clercs palatins, le chancelier Juan Díaz, est due la CRC ; quelques années plus tard, un autre grand clerc, Rodrigo Jiménez de Rada, écrira son Historia de rebus et ses « petites histoires »28, pour raconter le passé, lointain et récent, du royaume.

  • 29  Dans l’éventail temporel, je prends les premières dates proposées pour la rédaction de la CN et le (...)

20Précisons encore la chronologie ; l’éventail de 1157-1230 ne suffit pas. Entre 1160 et 121729, plus de cinquante ans s’écoulèrent sans que l’on écrivît des histoires de Castille ; un demi-siècle où l’histoire, semble-t-il, aurait été fondamentalement préservée dans les diplômes des rois, où l’écriture historique et monarchique du présent du royaume aurait pu être celle des diplômes. Ce sont-là des périodes troubles, du fait de l’intense activité guerrière d’Alphonse VIII et la jeunesse de son héritier Henri Ier, dans le premier cas ; de la division du royaume de Castille et de León par Alphonse VII et la minorité d’Alphonse, dans le deuxième. Ces silences historiographiques, furent-ils dus au trop-plein de conflits ?

  • 30  Dorénavant, ATP.
  • 31  Porres Martín-Cleto (1993 : 16).
  • 32  Je dois faire le choix de ne pas m’arrêter longtemps aux annales, proches pourtant de l’écriture h (...)

21Vers 1217-1223, dans un espace proche de celui de la chancellerie, à Tolède, vit le jour le LRT et les Anales Toledanos Primeros30 – datant de 1219, ils sont peut-être l’œuvre d’un clerc proche de la cour et de la cathédrale de Tolède31, ce qui nous ramènerait aux environs de la chancellerie32. C’était le temps des généalogies linéaires. Quelques années plus tard, en 1226, des flancs de la chancellerie surgit la CRC. Il apparaît :

a) que la CN se détache dans un paysage plutôt désertique jusqu’aux alentours de 1217 ;

b) que la période comprise entre 1217 et 1226, dans l’espace tolédan, fut celle où surgit un nombre considérable de discours historiographiques castillans : LRT, CRC, ATP. Les récits continuaient à remplir les documents de Ferdinand III de Castille. Il apparaît qu’un réseau textuel s’établit dans les environs de la cour, probablement à l’instigation du roi, avec la complicité de ses clercs – bien que l’on puisse également proposer l’équation inverse : tel réseau textuel s’établit à l’instigation des clercs, avec la complicité du roi ;

c) que tout au long de la période 1157-1230, seule une écriture se préoccupa constamment de consigner les faits des rois : l’écriture diplomatique. L’histoire royale, d’un point de vue purement quantitatif, semble s’être concentrée dans les diplômes composés au long de ces années. Nous serions alors en mesure de proposer l’hypothèse suivante : la chancellerie se spécialisa dans la fabrication de l’histoire monarchique. Une question surgit : la diplomatique royale fut-elle plus « dense » pendant cette période ? J’espère démontrer que ce fut le cas, notamment entre 1170 et 1214, c’est-à-dire pendant le règne d’Alphonse VIII de Castille.


  

22Assemblons les données : entre 1157 et 1230, chroniques, annales et diplômes racontèrent souvent une seule matière, la matière de la royauté. Le traitement de la figure du roi ne fut pas le même dans tous ces textes ; le souverain ne joua pas toujours le rôle central. En outre, la forme des ces histoires écrites des souverains castillans différait :

a) la CN et la CRC tendent vers une configuration hypotaxique et analytique ;

  • 33  Gómez Redondo (1998 : 96) : « La importancia de estas piezas [les annales] la confirma el Liber re (...)

b) le LRT se présente plutôt sous une apparence sériée, accumulative et parataxique ; il coïncide en cela avec la forme annalitique33 ;

c) les discours diplomatiques se construisent grâce à la coordination, ne négligent pas l’accumulation, et préfèrent la narration événementielle. Ils sont proches aussi des annales et des généalogies.

  • 34  La classification chronologique est plus complexe que ce commentaire schématique ne laisse paraîtr (...)

23Ces textes sont soit consécutifs dans le temps, puisque la CN précède le LRT et les ATP,qui précèdent à leur tour la CRC34, soit englobants, parce que les diplômes royaux couvrent toute la période. Les narrations qu’ils contiennent sont plutôt succinctes (on accorderait volontiers ce qualificatif à celles qu’on trouve dans le LRT), concises (comme celles qu’on lit dans les diplômes), très dépouillées (dans les ATP) ou plus touffues (c’est le cas souvent pour la CRC). De ce paysage formellement et structurellement divers, nous allons garder une seule catégorie textuelle : les documents des chancelleries royales, dont la texture pourrait bien être celle des récits brefs.

24Il s’agira, par conséquent, d’étudier la trame de ces textes, leurs formes et fonctions, leur efficacité narrative. Il en émergera des éléments qui pourront être mis en rapport avec la composition des récits historiographiques longs que j’ai évoqués ici. J'aspire à offrir l’hypothèse de l’existence d’un espace lettré au palais, espace habité par ceux qui possédaient la technique scripturale et par ceux qu’intéressait la construction textuelle d’une idéologie de pouvoir. Dans semblable cadre, où l’on devait encourager l’écriture efficace, la clergie aurait pu développer une conscience de groupe, ainsi que des pratiques créatrices ; aussi, les monarques et leur entourage de nobles et de grands clercs auraient pu favoriser la composition d’autres textes, où il était aussi question de héros, de guerres et de monarchie. Les pages qui suivent prétendent par conséquent affiner l’hypothèse de l’existence d’un public palatin habitué aux histoires royales, histoires qui étaient sans doute sorties des murs des palais par le truchement des diplômes. Elles constituent un complément d’information nécessaire, avant de me consacrer à la seule étude des documents de la chancellerie.

Diffusion et réception des chroniques (fin xiie-début xiiie siècles)

25L’objectif de ces pages est de proposer quelques éléments qui puissent contribuer à esquisser un panorama de la diffusion et de la réception des trois chroniques dont il a été brièvement question plus haut : Chronica Naiarensis, Liber regum toletanus et Chronica regum Castellae.

26L’intérêt pour la CRC semble naturel dans une étude sur l’écriture de la chancellerie : cette chronique doit être reliée à l’écriture d’histoires monarchiques au sein des diplômes ; elle fut composée par celui dont dépendait la rédaction des documents du roi, le chancelier Juan. Un autre point commun entre cette chronique et les textes documentaires est qu’ils racontent essentiellement le présent du royaume castillan. Les auteurs des documents étaient les témoins des actions du souverain, tout comme Juan Díaz avait assisté à bon nombre des événements qu’il raconte. Diplômes et CRC se fondaient sur le témoignage – ce qui leur accordait, en principe, le statut de vérité.

27La CRC est donc un texte clé. Il faut cependant encadrer plus amplement la composition, diffusion et réception des récits historiographiques longs qui virent le jour entre 1157 et 1230 dans l’espace castillan ; j’ai voulu pour cela adopter une perspective large, dans laquelle il y a la place pour l’évocation de questions en rapport avec un texte qui n’est pas issu du domaine castillan : je pense au Liber regum navarrais, plus exactement au Liber regum villarensis, matrice de la version tolédane et, par conséquent, objet textuel nécessaire à cette étude. J’espère ainsi suggérer quelles étaient les lignes maîtresses qui dessinaient le paysage récepteur à la cour aux temps d’Alphonse VIII, Henri Ier et Ferdinand III de Castille. Les résultats de cette première enquête pourront être comparés avec les informations qui surgiront de l’étude du texte des chartes.


  

  • 35  Même si aucune chronique ne fut composée pendant le très bref règne de Sanche III comme souverain (...)

28Quelle fut la portée réelle de la CN, des deux versions du LR qui sont parvenues jusqu’à nous, et de la CRC ? À qui étaient ces textes destinés ? Qui les écouta ou les lut ? On aurait envie d’affirmer que la mémoire monarchique était essentiellement palatine. La réception des histoires royales dut avoir lieu à la cour, selon des modalités que nous aimerions discerner ; cependant, elle aurait pu ne pas être uniquement courtisane. La CN eut probablement un usage monastique ; le cas du LR est complexe ; que dire sur la CRC ? Nous connaissons déjà la difficulté qu’il y a à dénicher des données vérifiables, à proposer une reconstruction un tant soit peu acceptable de ce qui put se passer dans les murs des palais d’Alphonse VIII, Henri Ier et Ferdinand III de Castille35. Comme plus tôt dans ces pages, il me faudra à présent mettre en relation des éléments sommaires, pour essayer d’en extraire des arguments acceptables. Les procédés adoptés pour tenter d’éclairer le panorama de la réception du Liber regum, de la Chronica regum Castellae et de la Chronica Naiarensis différeront volontairement. Le parcours adopté prétend exposer des éléments pour la reconstitution d’une réception évolutive. Cette évolution rendrait compte de la possibilité que les destinataires de la CN et du LRV aient été sollicités pour collaborer à une construction idéologique naissante – celle de monarchies qui cherchaient une légitimation visible –, alors que des années plus tard cette situation aurait changé, si l’on en croit les indices que nous pouvons glaner dans l’énoncé du LRT et de la CRC. J’espère que les conclusions proposées, toutes provisoires qu’elles soient, pourront être acceptées comme base de départ pour des analyses futures sur la question de la diffusion et la réception des textes historiques.

La Chronica Naiarensis

  • 36  Pour le « localisme » monastique de cette chronique, cf. Henriet (sous presse) : « Lorsqu’à la fin (...)

29La CN se présente, d’emblée, comme un texte difficilement saisissable : apparemment plus monastique que palatine36, fut-elle connue des monarques ? Pour évoquer sa diffusion, j’ai fait le choix de commencer par prendre la voie détournée de l’extratextualité, qui nous conduira vers la période où Ferdinand III régnait en Castille, avant de rebrousser chemin pour atteindre le temps d’Alphonse VIII.

  • 37  Estévez Solá (1995 : xxiii-lxvi).
  • 38  Montaner (2009).
  • 39  Martin (1992), Bautista (2006), ainsi que les travaux publiés dans e-Spania, 7, juin 2009.

30Bien que nous connaissions les sources de cette chronique37, contemporaine en gros au LRV38; bien que nous disposions d’excellentes études partielles sur le contenu idéologique qu’elle véhiculait39, et que la silhouette de son auteur ne nous soit pas totalement inconnue, les questions en rapport avec sa diffusion et sa réception restent, à ma connaissance, en suspens. Quels furent les usages de la CN ? Serait-il légitime de lui attribuer une pertinence dans le contexte de la cour castillane à la fin du XIIe siècle, ou dans la première moitié du XIIIe siècle ? Ouvrage issu du contexte monastique, quelle fut sa part, s’il en eut une, dans la configuration des croyances des courtisans et des gouvernants ? Collabora-t-elle au façonnage du passé des acteurs de la vie de la cour, et plus largement, du passé de la nation ? Nous n’avons pas de preuves directes qu’elle ait circulé au palais. Il sera par conséquent difficile de proposer une seule réponse ; nous disposons cependant de quelques éléments qui pourraient nous éclairer.

  • 40  Estévez Solá (2003 : 9-10). Il s’agit du manuscrit S, BRAH 9/450, anciennement G-1, de la fin du X (...)
  • 41  Charlo Brea (1999 : 6).
  • 42  Catalán & Jérez (2005), Fernández-Ordóñez (1992, 2000).
  • 43  Alphonse X ne se servit pas directement de la CN, même s’il connaissait le fonds de Santa María de (...)

31L’un des deux manuscrits par lesquels la CN nous est connue contient, en plus de cette chronique et d’autres textes, la CRC40. Même s’il s’agit d’une « copie d’un original perdu »41, datant du XVe siècle, la réunion de ces deux chroniques dans un même codex laisse songeur. Ce fait pourrait suggérer que les deux textes bénéficièrent d’une diffusion et d’une réception identiques, même tardivement. Pouvons-nous présumer qu’avant le XVe siècle CRC et CN visaient déjà les mêmes destinataires ? J’assume, comme on verra plus bas, que la CRC fut destinée à un public palatin. La CN fut-elle connue à la cour de Castille ? Alphonse X ne s’en servit pas pour la construction de ses propres histoires42 ; cela signifie-t-il qu’il ne la connaissait pas ? Je n’ai pas de réponse. Les interrogations suffisent toutefois à poser le problème, qui mériterait qu’on y revienne43.

  • 44  Pour les avatars de cette copie, voir Estévez Solá (1995 : ix-xiii) ; une opinion contraire dans P (...)
  • 45  Henriet (2003b : 252) : « Au XIIe siècle, l’établissement de Saint-Zoïle de Carrión est avec Saint (...)
  • 46  Estévez Solá (2003 : 8) : « […] en Nájera había sido copiado hacia los años 1232-33 un libro para (...)
  • 47  Castell Maiques (1996).
  • 48  Henriet (2003a : 125).
  • 49  Catalán & Jérez (2005 : 64) : « Ese pleito, conocido como Ordinatio ecclesiae Valentinae, tuvo, en (...)
  • 50  Gonzálvez Ruiz (1997 : 200) explique que, lorsque le procès fut jugé à Rome, après une première ét (...)

32Par ailleurs, la question prend une tournure particulièrement suggestive lorsque l’on constate que cette chronique fut copiée en 1232-123344, qu’elle fut envoyée de Nájera au monastère de San Zoilo de Carrión, également d’appartenance clunisienne45, et qu’elle servit comme preuve dans le procès qui opposa les diocèses de Tolède et Tarragone concernant l’ordinatio ecclesiae Valentinae46. Il s’agissait en effet de décider de quel métropolitain relevait la ville de Valence, conquise en 123847. L’affaire occupa longtemps les esprits, en particulier celui de Rodrigo Jiménez de Rada qui en 1239 « fit inspecter tous les fonds monastiques de l’Espagne du nord pour accumuler des preuves en sa faveur »48. En effet, l’archevêque de Tolède se chargea de faire scruter les bibliothèques de bon nombre de monastères de Castille, León, Aragon et Navarre, sans oublier celles de sa propre cathédrale49. La CN constitua l’une des pièces du dossier qui devait attribuer Valence à la juridiction du métropolitain de Tolède ; Rodrigo fut plus ou moins le perdant dans ce litige50. Pour ce qui m’intéresse, il en résulte que l’archevêque de Tolède connaissait donc la CN, partie intégrante du butin obtenu suite à la fouille des bibliothèques hispaniques. Qu’il s’en servît ou pas dans la composition de son Historia de rebus est une affaire qui ne paraît pas avoir été définitivement résolue aujourd’hui ; toujours est-il que Rodrigo eut accès à la CN.

  • 51  Henriet (2003b).
  • 52  Arizaleta (2000).

33Quelles que soient les circonstances qui déterminèrent son utilisation (ou pas) par Rodrigo Jiménez de Rada, le fait que cette chronique ait pu jouer un rôle dans une affaire comme celle de la réorganisation de l’espace ecclésiastique péninsulaire, affaire hautement politique, est une information importante. Qu’elle ait été conservée dans l’armarium de San Zoilo de Carrión (et donc lue et connue dans ce monastère) n’est pas une donnée négligeable non plus. Car San Zoilo fut un lieu culturel brillant aux XIe et XIIe siècles51 ; les monarques castillans semblent avoir voué une affection particulière à ce monastère. En effet, San Zoilo fut l’endroit où Alphonse VIII prit l’épée, devenant de facto souverain par ce geste52. Ce fut également le lieu où il convoqua, en 1188, une célèbre curia extraordinaria, où il reçut l’hommage d’Alphonse IX de León. Qui plus est, San Zoilo paraît avoir marqué durablement l’imaginaire d’Alphonse VIII : à l’endroit même où il avait acquis son pouvoir de souverain, il mit en scène publiquement la dégradation du pouvoir de son cousin, Alphonse IX le Léonais. Juan Díaz racontera l’épisode comme suit dans sa CRC :

  • 53  « Celebrata namque curia famosa et nobili apud Carrionem, idem rex Legionis accinctus est gladio a (...)

Une curia illustre et noble fut célébrée à Carrión, à l’endroit même où le roi de León fut armé chevalier par le roi de Castille, dans l’église de San Zoilo, là où il baisa la main du roi de Castille, devant les Galiciens, les Léonais et les Castillans53.

34Le chancelier n’oublia pas d’exposer les conséquences du geste du roi de Castille, c’est-à-dire le fait d’avoir provoqué la rancune et la haine d’Alphonse IX de León. Ces sentiments défavorables motivèrent l’absence de celui-ci lors de la bataille d’Alarcos, et contribuèrent donc à la défaite d’Alphonse VIII ; toujours selon le chancelier Juan :

  • 54  « Rex uero Legionis […] de amico factus est crudelissimus enemicus, nempe manebat alta mente repos (...)

En vérité, le roi de León est devenu un ennemi très cruel, alors qu’il était ami. Il gardait toujours présent à l’esprit ce qui lui était arrivé à la curia célébrée à Carrión, dont il a été question plus haut54.

  • 55  Pérez Celada (1997) et Puente (1998).
  • 56  Rodríguez López (1997).
  • 57  Charlo Brea (1984 : 59).
  • 58  Catalán & Gil (1969), Carande Herrero (1997).
  • 59  Catalán & Gil (1969), v. 106 bcd : « exprime patenter / Regis primogenito : suggeras audenter / Gu (...)
  • 60  Ou bien ils n’arrivèrent pas jusqu’au monarque…
  • 61  Catalán & Gil (1969), à partir de la strophe 38, spécialement 39 abc, pour la représentation d’Alp (...)

35San Zoilo de Carrión était proche de la famille royale castillane (et léonaise). L’établissement bénéficia, depuis le temps d’Alphonse VII jusqu’au milieu du XIIIe siècle, de nombreuses donations des monarques55. À Carrión, on avait conclu, en juin 1188, les fiançailles de Bérengère de Castille et de Conrad de Hohenstaufen. Des années plus tard, le prieur du monastère, Juan, camerarius de Cluny, alla en Allemagne pour y chercher Béatrice de Souabe, qui devait épouser Ferdinand III56, comme ne manque pas de le rappeler la CRC57. En définitive, les liens de San Zoilo avec le palais des rois de Castille semblent avoir été plutôt solides. Qui plus est, dans les murs du monastère fut composé autour de 1250, au-delà des limites chronologiques de cette enquête, le poème intitulé Rithmi de Iulia Romula seu Ispalensi Urbe. Son auteur était Guillermo Pérez de la Calzada, ancien abbé de Sahagún qui passa les dernières années de sa vie à Carrión58. Les Rithmi étaient, de l’aveu de leur auteur, destinés à être employés par les historiens de l’atelier d’Alphonse X de Castille et León59. Cependant, ce vœu ne fut pas pris en compte : les Rithmi n’intéressèrent pas assez Alphonse60. Guillermo s’était cependant rappelé les liens étroits du monastère qui l’avait accueilli avec le lignage royal castillan, et écrivit bon nombre de vers de louange aux descendants d’Alphonse VI, s’arrêtant particulièrement sur Alphonse VIII et sur Ferdinand III, dont il chanta avec vigueur les victoires contre les musulmans61.

  • 62  Santa María de Nájera dépendait pleinement de Cluny ; voir Cantera Montenegro (2001 : 212) et Regl (...)

36Retenons ceci : à San Zoilo, au XIIIe siècle, on écrivait des fragments d’histoire royale castillane, et on conservait un manuscrit de la CN, c’est-à-dire une histoire partielle des monarques de Castille. À San Zoilo, en 1169 et en 1188, on avait fait l’histoire de Castille par un double adoubement, dont sortirent respectivement un jeune roi chevalier et un roi humilié ; à San Zoilo, Alphonse VIII de Castille posait les jalons pour que l’imaginaire social fût durablement marqué par sa puissance. À San Zoilo, écriture poétique et historiographique semblent donc avoir partagé un même espace, physique, mais aussi contextuel et idéologique. Les rapports entre Cluny et la monarchie castillane dans l’élaboration graduelle d’une telle concentration d’écritures et de symboles ne sauraient être ignorés62. Je ne peux cependant pas m’attacher plus longuement à la création d’une mythologie zoïlienne, puisque mon enquête s’arrête au palais et à la cour des rois de Castille, dont le périmètre est inconnu, mais dont le rayon d’action avait dû, sûrement, effleurer le monastère de San Zoilo (et la région de Carrión) aux XIIe et XIIIe siècles. Est-il envisageable d’imaginer que Ferdinand III aurait pu lire ou entendre la CN à San Zoilo, quelque part entre 1233 et 1239, lorsque Rodrigo Jiménez de Rada s’empara du texte ? C’est une première question.

  • 63  Doc. datés des 5 et 7 novembre 1170, du 4 novembre 1171, des 22 et 23 août 1176, des 10 au 18 juin (...)
  • 64  Ajoutons que la mère d’Alphonse VIII, Blanche, était enterrée à Santa María de Nájera ; comme le m (...)

37En voici une deuxième : pour rester dans le cadre chronologique que je me suis donné, et sans quitter Nájera, lieu d’écriture de la CN, peut-on concevoir qu’Alphonse VIII ait eu accès à cette chronique lors d’une de ses visites au monastère de Santa María ? Dans le dernier quart du XIIe siècle, le roi séjourna à Nájera au moins à huit reprises, d’après les documents de la chancellerie63. L’éventail chronologique coïncide avec les dates qu’on a suggerées pour la composition de l’œuvre. La question est essentielle, parce que si nous pénétrons le texte de la CN, nous y trouvons un contenu qui aurait dû intéresser la monarchie castillane au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Mieux : la materia de cette chronique pourrait même avoir découlé de la volonté royale. La composition de la CN, en effet, aurait pu entretenir quelque rapport avec les attentes très précises d’un destinataire concret, Alphonse VIII. Supposer que la CN ait été présentée, et lue, à ce souverain ne paraît pas alors totalement absurde64.

  • 65  Martin (1992 : 139).

38De cette chronique, on sait qu’elle est « très vivement pro-castillane »65. On est tenté d’aller plus loin, à la lumière d’un récent travail de Francisco Bautista. L’information qui m’occupera ici est ponctuelle et ne rend pas justice à l’ampleur idéologique de l’œuvre ; toutefois, elle est directement liée à mon corpus de textes documentaires.

39Francisco Bautista, évoquant le fait que le chroniqueur qui rédigea la CN cherchait à assurer l’hégémonie de la Castille face au León, et affirmant la vigueur d’un discours qui prônait la supériorité castillane, ajoute,

  • 66  Bautista (2006 : 75-76). Pour une étude complète du prologue du Forum conche et des questions évoq (...)

Le projet que l’on voit se dessiner dans la CN est très proche de celui que l’on peut lire dans le prologue au Forum Conche, où Alphonse VIII apparaît comme regnum iberiensium potentissimus […] quo rectore regna superbiunt hibera. Après le renoncement, vers 1180, du roi de León à s’intituler Hispaniarum rex, l’usage d’Iberia par Alphonse VIII suggère la tentative de réhabiliter l’idée d’un monarque qui dirigerait la destinée de la péninsule, ce à quoi est conforme le projet historiographique de la CN qui, par la construction d’une mythologie castillane et par l’appropriation de l’idéologie gothique, traduisait et soutenait la confiance, éphémère, surgie de la conquête de Cuenca, que le vasselage d’Alphonse IX de León semblait confirmer66.

40Ces propos m’installent en terrain connu et rapprochent efficacement, dans cette argumentation initiale sur les attentes des destinataires des histoires royales castillanes, chroniques et textes de la chancellerie. Car le prologue au Forum Conche, que Bautista cite partiellement, est l’une des pièces emblématiques du travail des écrivains de la chancellerie au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Ce texte semble partager avec la CN une fonction de propagande indéniable : tous les deux existent pour représenter la figure d’un roi, Alphonse VIII de Castille, qui voudrait détenir vers 1180 la suprématie militaire dans la péninsule, qui est en train de faire savoir à ses vassaux qu’il entend se revêtir du pouvoir de la chrétienté, et qui a trouvé dans la conquête de Cuenca le prétexte pour faire élaborer un récit, teinté de fictionnalité, où il tient le rôle du héros destiné à mener la Castille vers un avenir radieux. Le prologue au Forum Conche, nous le verrons, est bel et bien un magnifique outil de propagande en faveur d’Alphonse VIII. Si Bautista est dans le vrai, les liens entre la chronique de Nájera et le texte issu de la chancellerie recréent un paysage discursif qui, aux environs de 1180, tendrait à la construction d’un modèle royal très positif incarné par Alphonse. Comment admettre, alors, que ce monarque n’ait pas eu connaissance du texte ? Cela dit, peut-on affirmer que le roi est nécessairement à l’origine de tous les textes rédigés à son bénéfice ?

  • 67  Finalement, on retiendra les conclusions de Reglero de la Fuente (2009) : « La relación entre la c (...)

41Quoi qu’il en soit, ces deux œuvres semblent avoir répondu aux attentes d’Alphonse VIII. La CN concrétise remarquablement la généalogie royale castillane : cette chronique, probablement conçue comme un outil de persuasion politique, constitue au premier abord le portrait dynastique dans lequel Alphonse VIII pouvait scruter la mémoire de son lignage – et trouver un magnifique modèle à suivre, celui d’Alphonse VI67.

42Tout mène à croire que la CN fut diffusée, à la fin du XIIe siècle, auprès du roi de Castille. Où ? Dans l’enceinte du monastère de Santa María de Nájera ? Dans l’un des palais du roi ? Mettons fin pour l’instant à ces quelques commentaires épars sur l’hypothétique réception de la CN en constatant que, si ce texte coïncida réellement avec le contexte de réception évoqué ici, sa fonction fut celle de contribuer à édifier la gloire de la Castille. Une minorité l’aurait ouïe : le roi Alphonse, son épouse Aliénor, quelques hauts clercs proches des souverains auraient pu écouter le texte lors d’une lecture publique. J’ai expliqué que le couple royal connaissait probablement le latin. Le contenu panégyrique de la chronique aurait été répandu par ceux qui avaient un intérêt à ce qu’une telle représentation de la Castille forte gagnât du terrain.

43Ces quelques éléments sont sans aucun doute trop superficiels ; il manque à mon analyse une base textuelle détaillée : trouve-t-on des allusions aux destinataires dans le phrasé de la chronique ? Quel est leur teneur ? Malgré l'imperfection de ma démarche, les quelques points énumérés me font présumer que, dans les années finales du XIIe siècle, les histoires royales cherchaient à attirer l’attention de ceux qui les écoutaient, pour que ceux-ci prennent conscience de leur rôle dans la construction idéologique du royaume. Si les choses se passèrent vraiment ainsi, la CN – et le prologue au Forum Conche – posèrent des pierres véritablement résistantes dans l’entreprise d’édification de ce palais mémorable qu’est la représentation textuelle. Les fondations étaient antérieures ; mais le socle dut prendre forme durable à la fin du siècle. La CN et le LRV – ainsi que les diplômes de la période – jouèrent un rôle fondamental dans cette construction idéologique.

Le Liber regum

  • 68  Martin (1992 : 197 et 199).
  • 69  Idem : 46-82.
  • 70  Idem : 180-190.

44Georges Martin a démontré la fortune durable du LR, ainsi que son rôle dans l’« organisation nécessaire et pérenne du pouvoir dans le monde » et dans la préfiguration de l’ordre royal68. La composition et transmission de cette chronique sont complexes69. Le LR a sûrement circulé dans deux espaces politiques : celui de la cour navarraise de la deuxième moitié du XIIe siècle et celui de la cour castillane du premier quart du XIIIe siècle. J’aimerais croire que la version navarraise, ou LRV, fut elle aussi connue des élites castillanes : elle aurait pu circuler à la cour de Castille, qui entretenait avec la Navarre des relations passionnelles70. Citons Georges Martin :

  • 71  Idem : 197.

Sur le succès du Liber, je ne m’étendrai pas. Les causes en furent diverses et varièrent selon les royaumes. La plus immédiate tint sans doute à la facture même de l’œuvre ; courte, écrite en roman, elle était d’une lecture facile, et économique à la copie – née dans un contexte polémique, elle avait été conçue à ce fin : pour que fussent diffusées, le plus largement possible, ses thèses. Bien entendu, le succès fut immédiat et durable en Navarre. La pénétration du Liber en Castille tint, pour une bonne part, à l’élection d’un Navarrais à l’archevêché de Tolède […] Rodrigue Jimenez de Rada profita de l’existence des ateliers de traduction tolédans pour faire exécuter, peu après son intronisation, une version castillane continuée du Liber regum71.

  • 72  J’accepte en principe l’hypothèse de Martin concernant la rédaction du LRT, qui serait due à la vo (...)

45L’un des contextes de réception du LRV fut en effet celui de la cour du royaume de Navarre. Toutefois, ne peut-on pas envisager que le texte ait été connu en Castille avant que Rodrigo Jiménez de Rada en commande l’amplification ?72

  • 73  Cooper (1960 : 26).

46Le LRV réservait un espace important à l’évocation de la dynastie castillane : assez tôt dans le texte, juste après l’énumération des rerum gestarum des rois de Jérusalem, l’auteur annonce que, suivant l’inventaire des rois de Perse et de Rome et le double récit de l’arrivée des Goths dans la péninsule Ibérique et de la perte de l’Espagne, il parlera des rois de Castille (et ensuite, des rois de Navarre et d’Aragon), « E pues faularemos de los reies e de los sennores qui foron en Castiella tro al emperador tro al rei don Alfonso »73. Une telle contiguïté entre Jérusalem et la Castille pourrait bien signifier que le lignage des rois castillans est tressé, au moins textuellement, au lignage des rois d’Israël. Il est vrai que la filiation biblique recouvre, dans le LRV, toutes les dynasties royales énumérées après l’inventaire des souverains israélites : la translatio idéologique du pouvoir, de l’Orient de l’Ancien Testament à l’Occident des nouveaux temps, s’accomplit paisiblement. Ceci dit, l’emplacement initial de cette première entrée dans la matière de Castille ne paraît pas pouvoir être négligé : les référents monarchiques y sont Alphonse VII et Alphonse VIII ; l’Empereur, personnage surplombant de ce concentré d’informations, vient prolonger les dynasties universelles ; c’est son petit-fils qui incarne la continuité de la lignée impériale – Alphonse VIII, dont le père avait si brièvement régné sur le trône de la Castille que le fils pouvait quasiment prétendre à l’héritage direct de son grand-père.

47Ce fragment en précède un autre : on y rappelle à nouveau la mémoire d’Alphonse VII, on cite les noms du père et la mère d’Alphonse VIII, ainsi que de son épouse et son héritier Fernando, on explicite enfin ses liens avec la Navarre et l’Angleterre :

  • 74  Copper (1960: 35).

El rei don Sancho de Castiella, el fillo del emperador, priso muller la reina dona Blanca, la filla del rei don Garcia de Navarra, & ouo en ella fillo al rei don Alfonso de Castiella. El rei don Alfonso de Castiella priso muller la filla del rei d’Angla Terra, donna Alienort, & ouo en ella fillo al ifant don Ferrando74.

  • 75  Dans le testament qu’Alphonse VIII fit en 1204 on lit : « Et dimitto regnum meum filio meo domino (...)

48Dans ce très bref récit, on ajoute un nouveau référent inscrit dans le présent du texte : l’infant « don Ferrando » ; Fernando, considéré au moment de l’écriture du fragment comme l’héritier futur d’Alphonse VIII, comme celui qui accroîtra la gloire du roi75. L’infant mourra avant son père.

49Dans ce passage du LRV, on dénombre quantité d’éléments informatifs de nature géopolitique, concernant tant le lignage d’Alphonse VIII de Castille, d’implantation universelle et prestigieuse, que les alliances internationales de ce monarque ou le poids de son héritage. La Castille voyait, dans ces courts passages, sa situation rehaussée dans l’échiquier stratégique : comment ne pas imaginer, alors, que le Liber regum, même dans sa version navarraise, n’ait pas attiré l’attention des élites castillanes ? Comme le signale Martin, ce texte possède l’avantage d’être écrit en langue romane et de disposer d’une structure simple. Il est de nature récursive, fournit des connaissances simples, demande la participation du récepteur ; sa diffusion fut probablement orale. Les récepteurs du LRV, comme ceux du LRT plus tard, seraient armés pour agir dans le monde du pouvoir : le LRV était, sans aucun doute, un texte politique.

50Nous savons qu’il influença la cohésion de l’univers généalogique des dynasties royales d’Espagne avant l’écriture de la version étendue ou LRT ; si à ce fait nous ajoutons que déjà dans le LRV figurent des éléments qui devaient être appréciés à la cour de Castille, tels l’évocation d’Aristote ou d’Alexandre le Grand, comment ne pas croire que les deux versions avaient eu leurs entrées au palais royal castillan, l’une avant la fin du XIIe siècle et l’autre vers 1220 ? La cour de Castille aurait constitué un bon espace de diffusion et réception des deux versions du Liber regum. La famille royale, ainsi que la clergie présente au palais, auraient goûté aux allusions à Aristote et à Alexandre qu’on lit dans le LRV :

  • 76  Cooper (1960 : 27-28).  

Et en aquel tiempo fo Aristotus & estonz murie Platon […] Regno Alexandre en Grecia xii annos, e pues conquerie Babilonia et tot el regne de los Caldeus e el regne de Persia e toda Eciopia tro a en India ; e priso Iherusalem & entro en el temple e sacrifico i sos deus ; e pues conquerie muita tierra. mas a la finada empozonoronlo sos uasallos, e murie assi como l’auia dito Aristotus, so maiestro76.

  • 77  Arizaleta (1999, 2000b).
  • 78  La materia des conseils d’Aristote aux rois était connue et appréciée par la monarchie hispanique (...)
  • 79  Rodríguez de la Peña (1999).

51Ce passage constitue à lui seul un concentré de l’histoire du conquérant telle qu’elle sera racontée plus tard dans le Libro de Alexandre, qui est probablement un texte de cour77. Le roi grec et son maître étaient des figures connues dans la sphère palatine78 ; elles jouèrent sans doute un rôle fondamental dans la propagation de l’idéologie monarchique, en Castille comme dans le reste de l’Occident latin79. Il n’est pas déraisonnable, par conséquent, de prendre en compte cet élément pour suggérer que le LRV possédait des atouts qui auraient fait de lui un texte estimé des princes et des clercs de cour, en Castille, au tournant des XIIe et XIIIe siècles.

  • 80  Martin (1992).

52En effet, à en juger par sa teneur, tout entière consacrée à l’apologie de la descendance royale, les monarques et leurs proches auraient été les premiers intéressés par ce texte. Dans ses pages se déploie un foisonnement d’informations sur les naissances, les vies et les morts des souverains, avec ici et là des haltes qui évoquent leurs actions mémorables ou qui laissent entrer dans la cantilène monarchique des personnages tels que les Juges de Castille80. Les lettrés aussi, nous venons de le dire, y auraient trouvé matière à leur convenance – un texte en langue romane avait toutes les chances de les séduire. Ils y auraient retrouvé des figures coutumières des histoires royales, ainsi qu’une carte du pouvoir assise sur le texte biblique, et des détails savoureux. Le LRV pouvait prétendre à un ample succès.

53Celui qui écrivit la version navarraise avait prit soin d’ordonner la structure généalogique de son « roman familial » autour de trois pauses dans la narration, qui appellaient à la participation de son public et assuraient le contrôle de la composition par l’auteur anonyme : juste après la première apparition des rois de Castille, Navarre et Aragon, on trouve

  • 81  Copper (1960 : 26)

1) Tornaremos agora a suso por mellor uenir a la razon, como demos cabo ad esto ond uos queremos dezir81.

Immédiatement après l’évocation détaillée de la famille d’Alphonse VIII, de leurs parents, épouse et héritier, on lit :

  • 82  Id. (1960 : 35).

2) Tro aqui auemos contado de los reies de Castiella del tiempo del rei Roderigo e del comte don Iulian en aca tro al rei don Alfonso. Agora comtaremos de los reies de Nauarra e del rei Sanch Auarcha e del rei don Sancho el maior, ond uos dixiemos, e de todos los otros82.

Enfin, après le lignage des rois de Navarre, le texte donne :

  • 83  Id. (1960 : 37). .

3) Tro aqui dixiemos del lignage de los reies de Nauarra ; et agora diremos, si uos plaz, de los reies d’Aragon83.

  • 84  Zumthor (1972 : 37-42).

54Les résumés de la voix d’autorité, ainsi que ses apostrophes discrètes aux destinataires, émaillent les narrations relatives aux monarchies castillane et navarraise, principaux protagonistes et bénéficiaires du Liber regum. Des énoncés comme « uos queremos dezir », « uos dixiemos » ou « si uos plaz » – les jongleurs étaient passés par là –, font la part belle aux auditeurs du texte, vraisemblablement lu à haute voix devant un groupe d’individus appartenant à l’élite du royaume. Le narrateur fait irruption dans le récit pour s’adresser directement au narrataire, lui demandant d’adhérer à la narration. La construction du discours se fait grâce au pluriel de la première personne, qui implique l’auditeur, lequel se voit imposer un contrat de réception. En participant activement à une lecture collective et rituelle84, il souscrit au pacte idéologique qui cherche à faire de lui un pion nécessaire dans la représentation d’une monarchie forte. Narrateur et narrataire se transforment ainsi en médiateurs idéologiques ; le LRV implique dynamiquement ses auditeurs.

  • 85  Conrad de Hohenstaufen meurt avant que le mariage avec Bérengère ait lieu ; celle-ci épousera Alph (...)
  • 86  Martin (1992 : 189) : « Mais dans l’assimilation de la royauté restaurée à la royauté castillane, (...)

55On aurait envie de croire que son auteur était conscient du rôle du public – possiblement composé par les princes, les nobles, et les grands clercs – dans la construction d’une idéologie de domination et de triomphe, aussi nécessaire à la monarchie castillane qu’à la monarchie navarraise dans la deuxième moitié du XIIe siècle et les toutes premières années du XIIIe siècle, entre 1177 et 1209, jalons chronologiques du LRV. Ces années-là furent celles de l’arbitrage anglais d’Henri II Plantagenêt sur les rivalités qui opposaient la Navarre et la Castille, de la perte de La Rioja par la Navarre, au profit de la Castille, de l’alliance avortée de la Castille avec l’Empire85, de la paix, fragile, entre Navarrais et Castillans ; de la défaite d’Alarcos, de l’union de la Castille et de l’Aragon dans le projet de conquérir et de se partager la Navarre ; des velléités d’Alphonse VIII sur la Gascogne ; du mariage de Blanche, fille d’Alphonse le Castillan, avec Louis VIII. Ce furent des années où la victoire de Las Navas se profilait à l’horizon. Les deux couronnes, navarraise et castillane, auraient tiré profit du LRV : les deux ambitions allaient de pair, comme l’a démontré Georges Martin86.

  • 87  Voir supra, citation n° 2.

56En ce qui concerne la réception du LRT, véritablement rivé au contexte castillan d’après ce que nous en savons, la situation semble lègérement différente : dans l’édition partielle de Flórez, le texte est moins marqué par la voix du narrateur que dans le LRV. Lorsque l’auteur de la version castillane aménage le fragment du texte navarrais où il était sobrement question de la famille d’Alphonse VIII87, il amplifie profusément :

  • 88  Flórez (1790 : 496).  

El Emperador tomó por mugier la ermana del Conde de Barcelona, é ovo en ella estos fillos, al Rey D. Sancho de Castiella : et el Rey D. Ferrando de Galiza : et la Reyna de Navarra : et la Reyna de Francia. Murió esta ermana del Conde de Barcelona, et tomó el Emperador otra mugier sobrina del Emperador de Alemaña : e ovo en ella una filla, la Reyna Dona Sancha, et casaronla con el Rey D. Alfonso de Aragón, que fue fillo del Comde de Barcelona. El Rey D. Sancho de Castiella fillo del Emperador, tomó mugier la Reyna Dona Blanca, filla del Rey D. Garcia de Navarra, è ovo en ella fillo al Rey D. Alfonso de Castiella. Este Rey D. Alfonso de Castiella tomó por muger à la filla del Rey de Inglaterra, Dona Alionor : et ovo en ella estos dos fillos : el Infant D. Ferrando, et el Infant D. Enric : é ovo della muchas fillas : et casó la mayor Dona Berenguiela con el Rey de Leon : é ovieron dos fillos, el Infant D. Ferrando, è el Infant Don Alfonso : et casó la otra filla con el Rey de Franza : et la otra con el rey de Portugal : et dejó las otras en el Monesterio de las Huelgas cerca de Burgos. Murió el Rey D. Alfonso, et reynó su fillo D. Enric. Mas trebelló con sus mozos, et ferieronlo con una piedra en la cabeza, et murió : et regnó su ermana Dona Berenguiela : et dio el Regno à su fillo D. Ferrando : et regnó d. Ferrando. Da aqui adelant será lo que Dios quisiere88.

Aussitôt, l’auteur interpelle l’auditeur à nouveau :

  • 89  Idem : 497.

Hata aqui fablamos del linage de los Reyes de Castiella como viene del linage de Nuño Rasuera, è hata el Emperador, è hata el Rey don Ferrando, que es agora Rey de Castiella. Agora vos diremos de los Reyes de Nauarra como viene su linage del Rey Don Sancho el Mayor : ond vos diremos como viene derechamient del linage del rey Sanch Abarca89.

57Cet écrivain a fait en sorte que la filiation des souverains castillans s’en trouve embellie, que les relations internationales entre la famille royale de Castille et les couronnes léonaise, navarraise, aragonaise, française, anglaise, portugaise et allemande apparaissent comme une évidence. Par l’amplificatio du texte du LRV, il a implanté la monarchie castillane dans le meilleur des mondes idéologiques, celui où la Castille figure comme miroir de souveraineté. Il a aussi fixé son écriture dans le présent absolu du temps de Ferdinand le castillan, pressenti presque, rêvé peut-être, comme roi de Castille et de León réunis. La phrase qui clôt le fragment est lapidaire : « Da aqui adelant será lo que Dios quisiere ».

58Ce texte est sous le contrôle de son auteur, mais le récepteur n’y a pas vraiment de place. Si l’on compare rapidement les deux fragments, on constate que les indications déictiques et intentionnelles sont beaucoup plus nombreuses dans le LRV que dans le LRT. Dans le premier, le narrateur domine explicitement l’énonciation à plusieurs reprises : « tornaremos agora a suso », « demos cabo ad esto », « os queremos dezir », « tro aqui auemos contado », « agora comtaremos », « ond uos dixiemos », « tro aqui dixiemos », « agora diremos », « si uos plaz ». Dans le deuxième, on entend sa voix trois fois : « hata aqui fablamos », « agora vos diremos », « ond vos diremos ». Les fragments cités du LRV sont moins longs que ceux du LRT, moins chargés d’informations, plus facilement saisissables donc. Malgrè cette simplicité, ils sont lourdement ordonnés, par les neuf marques d’intromission de la voix narrative qui informe le discours. La construction est prismatique, l’auditeur se trouve installé dans une relation analogue à celle du maître et de l’élève. En revanche, la version castillane du LRT apparaît comme moins didactique. Ici, le maître est sans élève. Le récit est posé devant le destinataire, pour qu’il le contemple ou l’admire, non pour qu’il prenne part à son élaboration.

59Pas de poétique réceptive dans le LRT ; la composition importe plus, l’inventio d’une matière pertinente prend le dessus sur la réaction imaginée du public. Là réside une différence capitale, je crois, entre les deux versions du Liber regum : la version navarraise rend compte des expectatives de son destinataire ; elle a été pensée pour son récepteur. La version tolédane se suffit à elle-même dans sa réalité d’objet textuel ; elle néglige son récepteur, l’information l’emporte. On serait tenté de croire que cela est dû au fait que le LRT était destiné à une lecture individuelle, mais nous nous tromperions très probablement. Le plus vraisemblable, c’est que le contexte de réception de la version rédigée dans les années 1220 n’était pas le même que celui dans lequel prit forme la version navarraise. Je crois que les auditeurs du LRT étaient encore ceux qui configuraient la curia restreinte ou quotidienne, le groupe des proches du monarque. L’un des espaces privilégiés de diffusion de ce texte aurait donc été, comme pour le LRV, celui du palais. Si Rodrigo Jiménez de Rada fut effectivement le responsable de la nouvelle rédaction, il aurait probablement participé à sa lecture collective ; peut-être Juan Díaz aussi, puisqu’il faisait déjà partie de la cour et des proches du roi.

  • 90  Conclusion doublement hypothétique : non seulement les fragments en question sont trop peu nombreu (...)
  • 91  C’est en ce sens qu’il convient probablement de comprendre le fait que Juan Díaz termine la premiè (...)

60À partir de ce quelques fragments, on pourrait éventuellement arriver à la conclusion suivante90 : le texte du LRT ne demande pas ouvertement la collaboration du public. On pourrait donc croire que l’élaboration idéologique d’une Castille forte était achevée. Le nouveau roi régnait ; il fallait, pour ce début de règne, qu’une apparence d’équilibre dominât, qu’une impression de stabilité gagnât le récit. Les troubles dans le royaume ne s’étaient pas évanouis pour autant : il suffit de songer à ce « será lo que Dios quisiere » qui termine la longue énumération des membres de la famille royale castillane. Toutefois, il est possible que des directives aient émané du palais pour faire en sorte que le récit de l’arrivée des temps nouveaux acquît une tonalité apaisante91. Cette nuance d’harmonie politique pourrait bien résulter du mode d’énonciation : dans la version castillane, l’impression de référentialité annule les timides avances du narrateur à l’endroit du narrataire. Le destinataire est gommé du discours : le texte se montre comme un objet fini, stable.

  • 92  Rodríguez López (1994).

61Les renseignements donnés dans le LRT sont de nature à encourager la confiance, à consolider la croyance que la Castille était puissante, que sa monarchie était aux commandes, en dépit des tentatives de déstabilisation qui pouvaient surgir des forces vives du royaume92. Le LRT constitue un élément de propagande, certes, qui vient combler les attentes d’une élite consciente du pouvoir de l’écrit. Mais ces expectatives tendent vers la consolidation de ce qui a été acquis, vers l’expression de la puissance, tandis que le LRV semble faire appel à la participation active de ses auditeurs, afin que la suprématie castillane dans la péninsule devienne un référent inattaquable, dans les faits et dans le discours. Dans le LRT, l’image du récepteur n’est plus posée à l’intérieur du texte : son public, comme celui de la CRC plus tard, est déjà conscient de la nouvelle force monarchique. Le LRV, lui, avait contribué à bâtir cette conscience.

  • 93  Martin (1992 : 171-194).
  • 94  Il faut attirer l’attention sur le fait que l’hypothèse de la connaissance du LRV à la cour de Cas (...)

62Enfin, n’oublions pas que les hommes qui conçurent la version tolédane étaient autres : il s’agissait peut-être d’un archevêque puissant, de ses collaborateurs de la cathédrale ou de la chancellerie. L’objectif n’était plus de rédiger un texte qui renforcerait une monarchie naissante, comme celle de la Castille scindée de León, ou d’une monarchie en quête de légitimité, comme celle de la Navarre93. Il s’agissait d’affermir un pouvoir neuf. Les enjeux étaient autres, les hommes aussi94.

63Pour conclure : dans la période qui nous intéresse, avec les précautions nécessaires permettant de nous retrouver au milieu de repères chronologiques mouvants, et sans savoir exactement qui était derrière la composition des textes qui nous occupent, il semble possible de suggérer que les élites castillanes connurent le Liber regum, livre des rois roman et double, et qu’elles estimèrent les brèves séquences narratives, les unités de sens qui constituent le texte, qui devaient passer si bien à l’oral. Après tout, si la matière leur était familière, la forme l’était aussi : le Liber regum ressemble tant, parfois, aux récits contenus dans les diplômes et aux formes généalogiques et annalitiques qui résonnaient aussi au palais. Des observations que je viens d’exposer on peut déduire que le public qui eut accès au Liber regum dans la deuxième moitié du XIIe siècle et plus précisément, au tournant des XIIe et XIIIe siècles, était probablement palatin, mais aussi non palatin. Ces auditeurs-là étaient probablement appelés à contribuer à ce que le rêve monarchique (navarrais et castillan, portugais aussi) puisse acquérir un semblant de réalité. Le public qui eut accès au Liber regum dans le premier quart du XIIIe siècle paraît en revanche avoir été plutôt composé par des récepteurs de cour, qui ne furent pas convoqués par l’auteur de cette version pour concourir à la construction imaginaire du royaume, mais pour assister au spectacle de sa puissance. La même situation réceptrice semble se dessiner avec la CRC, contemporaine du LRT.

La Chronica regum Castellae

  • 95  González (1975 : 61).
  • 96  On lit uniquement dans la CRC, à la toute fin du texte (Charlo Brea 1984 : 102) : « Hoc opus exple (...)
  • 97  Il est intéressant de constater qu’on lit dans la CRC une allusion au liber regum biblique (Charlo (...)

64Dans les années où l’archevêque de Tolède aurait demandé à ce qu’on réécrive le LRT, un autre clerc lettré, haut placé, « connaisseur des choses du palais »95, et collaborateur officiel de Rodrigo Jiménez de Rada en tant que responsable de la chancellerie, songeait peut-être déjà à la possibilité d’écrire une histoire des rois de Castille, où l’optique prépondérante serait la sienne, où les faits des monarques castillans seraient présentés dans un cadre vaste et cosmopolite, plus vaste et cosmopolite que celui du Liber regum. Ce clerc, qui ne donna pas de titre à son texte96, mais qui était certainement désireux d’écrire un autre livre des rois97, en latin, n’était autre que Juan Díaz.

  • 98  Les 2 et 3 juin 2006 a eu lieu en Sorbonne le colloque, organisé par Georges Martin, « La Chronica (...)

65Il faut beaucoup plus de temps et d’espace que celui dont je dispose ici pour effectuer une étude satisfaisante de la CRC, texte fondamental, qu’on commence à peine à situer dans le paysage discursif des chroniques hispaniques de la première moitié du XIIIe siècle98. La CRC est un grand texte, grand par ses dimensions – même s’il est plus bref que le Chronicon mundi et l’Historia de rebus Hispaniae, avec lesquelles on a l’habitude de le ranger –, et grand par son ambition : sa cohérence idéologique est indéniable, sa nature historique est rénovée par la tentation du récit fictionnel, son style est celui d’un auteur imbu de lectures classiques. C’est l’œuvre d’un clerc conscient de son appartenance à la société ecclésiastique. La CRC constitue, en effet, tant une narration élogieuse de la monarchie castillane contemporaine à l’auteur, qu’un panégyrique actif de la fonction cléricale : le point de vue de l’auteur domine le texte, il s’y impose comme témoin, mais aussi et surtout, comme juge des actions des souverains, observateur averti de leurs gestes, figure dissimulée, certes, sous les voilages de l’écriture, mais toujours présente, exégète de la vie de cour.

  • 99  Quelques aspects des points énumérés ici sont traités dans mon article « La Chronica regum Castell (...)
  • 100  Charlo Brea (1984 : 11) : « Rex Ferrandus predictus duxerat in uxorem Urracam, filiam Alfonsi, reg (...)
  • 101  Charlo Brea (1999 : 115-116), pour les citations qui font partie du texte. Juan Díaz s’est abondam (...)
  • 102  Idem : 15 et 23. Le texte latin, Énéide, I, 26-27 (éd. et trad. en anglais d’H. Rushton Fairclough (...)
  • 103  Charlo Brea (1984 : 51) :  « Declarabatur insuper quod hec fuisset uoluntas gloriosi regis per qua (...)
  • 104  Charlo Brea (1984 : 62-63).
  • 105  Patrick Henriet définit la cléricalisation comme « l’affirmation explicite par les clercs d’un rôl (...)

66Les quelques commentaires qui suivent n’ont qu’une valeur introductive, en attendant une étude plus approfondie de la CRC99. Afin d’ébaucher certains des axes qui portent ce texte, on pourrait signaler l’obsession de l’auteur pour l’observation des dispositions du droit canon en ce qui concerne les mariages entre les monarques. Par exemple, on citera son jugement sur les mariages de Ferdinand II de León et d’Urraca, ou d’Alphonse IX de León et de Bérengère, qu’il trouve condamnables dans la perspective de l’ecclésiastique rompu aux pratiques juridiques100. Également, on remarquera sa connaissance des autorités bibliques, patristiques et classiques, et l’aisance avec laquelle il les emploie pour animer son récit101. Il va jusqu’à décrire, en deux occasions, le chagrin et la rancune ressentis par Alphonse VIII au souvenir de la défaite d’Alarcos avec des mots adaptés de l’Enéide de Virgile : « Manebat in alta mente regis positum » – belle manière d’effectuer sa particulière translatio imperii et studii, en cadrant l’affrontement avec l’Islam dans la tradition troyenne102. Le clerc lettré, le litteratus insigne, le spécialiste du savoir est bien derrière la composition de cette histoire des rois castillans. Il choisit une position active, pour bien montrer sa maîtrise de l’œuvre, comme s’il était assuré d’incarner la scientia et la doctrina de l’Église. Il ne cache pas sa propension à donner dans son texte les clés d’événements historiques remarquables, tels que la découverte providentielle, à Burgos, d’un document signé par Alphonse VIII déclarant sa volonté que son petit-fils Ferdinand monte sur le trône de Castille. Juan se réfère à un document qui serait issu de la chancellerie tenue par Gutierre Rodríguez (puisqu’il serait apparemment daté en 1188, année où eut lieu la célèbre cour de Carrión), apportant ainsi son grain de sable à l’édifice interprétatif que l’on mit en place en 1217 pour résoudre la crise de la succession au trône de Castille103. L’auteur de la CRC garde également une place d’honneur dans son texte pour citer les déclarations que Ferdinand et sa mère auraient échangées, devant les magnates, sur l’opportunité de déclarer la guerre aux musulmans104. Juan Díaz agit comme témoin, comme médiateur aussi, comme maître ; c’est son regard qui écrit l’histoire, qui la domine même, peut-être. Il est proche de Ferdinand de Castille ; c’est en mentor, en expert, qu’il écrit. On est bien là devant ce que Patrick Henriet a nommé « la cléricalisation du pouvoir royal » : la CRC nous laisse entrevoir que les souverains castillans avaient accepté et encouragé que les clercs lettrés participent activement à définir l’exercice monarchique et à dessiner les contours de la figure royale105. Cela est sans doute vrai pour Ferdinand III ; nous pourrions élargir le cadre référentiel à Alphonse VIII, au moins.

  • 106  Voir l’Index Nominum de Charlo Brea (1999 : 107-110).

67On reviendra donc à cette question, fondamentale, du rôle des clercs au palais. Pour l’instant, les éléments que j’ai recensés font penser que les informations que Juan Díaz offrait, en 1226, devaient intéresser ceux qui possédaient, ou bien côtoyaient, le pouvoir : Ferdinand III, sa mère Bérengère, les grands nobles fidèles, le haut clergé – Rodrigo Jiménez de Rada est mentionné à plusieurs reprises dans le texte, plus fréquemment que n’importe lequel des autres prélats hispaniques : est-ce que cela signifie que l’archevêque de Tolède était l’un des destinataires idéaux de l’auteur de la CRC106 ? Un public clérical éclairé aurait certainement été sensible à sa critique des mariages consanguins des monarques et à son étalage modéré d’érudition. Semblable groupe d’auditeurs, au milieu desquels s’asseoirait un Ferdinand entouré de clercs et de sa mère, paraît concevable. N’oublions pas que je crois à une première diffusion de la CRC vers 1226, une fois rédigée la partie initiale du texte. Mon hypothèse, en consonance avec ce que j’ai avancé à propos de la diffusion et la réception du LRT, serait que le public de la CRC était un public de cour, composé de clercs et de laïcs ; un public minoritaire et choisi, soucié de ce qui se passait à l’extérieur de la péninsule et capable d’entendre le latin.

  • 107  Charlo Brea (1999 : 5-6). Rodrigo Jiménez de Rada est plus présent dans la première partie de la C (...)
  • 108  Hernández (2003b : 111-112, spécialement p. 112 et note 30) : « […] todo el libro IX de la Histori (...)
  • 109  On lit dans le Chronicon mundi de Lucas de Tuy (95. IV) l’éloge commun de Rodrigo Jiménez de Rada (...)
  • 110  Rucquoi (2000 : 218-222).

68La réception de la CRC n’a pas vraiment été étudiée. Néanmoins, semble prévaloir le sentiment que cette œuvre n’a pas joui d’une réelle diffusion et qu’elle a été conservée à l’abri du temps et de l’histoire – aussi bien protégée que le document cité plus haut, enfermé in armario, découvert le moment venu. Un seul manuscrit du texte nous est parvenu ; il date de la fin du XVe siècle107. Alphonse X de Castille et León ne se servit pas de la CRC comme source pour ses « estorias ». Mais cette chronique des rois de Castille n’occupa pas une position marginale dans l’historiographie du XIIIe siècle, loin de là. Comme Francisco Javier Hernández et Enrique Jérez l’ont récemment suggéré, la CRC aurait été l’une des sources ponctuelles de l’Historia de rebus Hispaniae et du Chronicon mundi108. Même si cette hypothèse semble devoir être encore approfondie – notamment en ce qui concerne l’éventuelle influence de la CRC sur le Chronicon mundi, la dette de l’Historia de rebus envers le texte de Juan Díaz apparaissant plus vraisemblable –, elle a la vertu de poser la question de la circulation de ces textes et, partant, la relation que ces trois clercs auraient pu entretenir. Il paraît en effet envisageable d’accepter que Lucas, Rodrigo et Juan se connaissaient personnellement109. Je n’aborderai pas la nature de ces hypothétiques rapports, mais j’avancerai volontiers l’idée que ces écrivains faisaient partie d’un cercle clérical stable, avec des assises à la cour, que ce fût la cour castillane, léonaise ou, après 1230, castillano-léonaise. Ce cercle n’aurait pas été composé uniquement par ces trois hommes, qui nous sont un brin familiers, mais aussi par des individus dont nous ne connaissons que les noms, et par des anonymes : leur point commun aurait été d’appartenir au clergé, de faire montre de leur clerecía, et de servir le roi comme écrivains. Unis dans leur travail de construction scripturale et idéologique, ils configurèrent probablement des réseaux d’influence – peut-on supposer que ces hommes, souvent membres de la chancellerie ou en rapport avec le chapitre tolédan (ce qui semble revenir au même), étaient proches de la schola palatina, laquelle aurait fonctionné à la cour déjà du temps d’Alphonse VIII110 ?

  • 111  Voir aussi, infra, mon étude de l’épisode relatif aux seigneurs de Valence et Baeza.
  • 112  Voir Arizaleta (2006 et 2007a).
  • 113  Charlo Brea (1984 : 22) : « Felix dies et regno Castelle semper amabilis, qua gloriosus rex pertin (...)

69Les élites auraient donc tiré le meilleur profit de ce texte. Qu’elle soit rédigée en latin ne me paraît pas poser un problème majeur : j’ai suggéré que Ferdinand, digne descendant d’Aliénor d’Aquitaine et fils de sa mère, devait connaître le latin, tout comme les membres de sa famille. Par ailleurs, le latin écrit de la CRC put avoir été lu « à la manière romane » : il est beaucoup plus proche du romance que celui de Rodrigo Jiménez de Rada. Que la CRC ait été l’une des œuvres qui comptaient le plus dans la cour de Castille me paraît donc être une hypothèse raisonnable. Son auteur a ouvert la narration au récepteur111 ; des fragments de la narration dépendent de la réaction des auditeurs imaginaires, comme c’est le cas avec les évocations successives des morts de l’infant Ferdinand et d’Alphonse VIII et d’Aliénor. Dans ces passages, la tonalité élégiaque est l’un des signes que l’auteur paraît adresser à son public112. Il exprime aussi son allégresse – par exemple, lorsqu’il affirme son soulagement intime devant la retraite d’Alphonse VIII de Gascogne113, ou bien lorsqu’il formule la joie de la victoire de Las Navas qui vint remplacer la douleur du décès de l’héritier.

70La réception du public semble en effet avoir préoccupé l’auteur de la CRC. L’image de la monarchie castillane qu’il cherche à véhiculer est celle d’une puissance consolidée, sûre d’elle-même. Juan Díaz s’essaye en effet à établir que les fondements du pouvoir de Ferdinand, son souverain, prennent racine dans la figure d’Alphonse VIII ; à affirmer que les souverains léonais sont les ennemis naturels de la Castille ; à représenter l’importance du conseil et des conseillers ; à chanter d’une voix forte les victoires des rois castillans ; à dessiner la magnificence des membres de la famille royale ; à placer, enfin, le royaume castillan sur la scène internationale. Juan écrit pour exposer son savoir littéraire, juridique, historique, certes ; mais il écrit, avant tout, pour peser dans la configuration des pouvoirs à la cour. La CRC est un instrument de propagande, nul doute à cela ; cette propagande repose sur des bases idéologiques déjà ancrées dans l’imaginaire social. La CRC ne fait pas appel aux forces vives du royaume pour qu’elles contribuent à édifier le pouvoir de la monarchie ; à elle seule, elle constitue une forme de pouvoir, le pouvoir de son auteur et, au-delà, le pouvoir clérical. La CRC légitime, de par son existence même, le rôle de son auteur à la cour. Cette chronique est donc un argument extraordinaire pour la propagande royale, et elle l’est doublement : elle garantit le pouvoir immanent de la monarchie castillane, et elle démontre le pouvoir du clerc qui écrit pour le roi. Le récepteur fait partie de l’édifice idéologique qui a créé des valeurs nouvelles, il le soutient, l’affermit. La CRC est enracinée dans le présent de Juan Díaz et de Ferdinand III, dans le hic et nunc d’une monarchie nouvelle secondée par l’écriture des clercs. Sa force de propagande réside dans le spectacle équilibré qu’elle propose, où chaque rôle est assuré par ses acteurs : le clerc écrit et observe, le roi gouverne et bataille, les grands nobles – et la mère du monarque – conseillent.

  • 114  Sur ces liens, voir Martin (1992 : 201-230 et 2005).
  • 115  L’archevêque de Palencia n’a pas joué un grand rôle dans ces pages car, à ma connaissance, aucun t (...)
  • 116  González (1960, I : 424).
  • 117  Comme il a été signalé plus haut, Mauricio patronna, avec Rodrigo Jiménez de Rada, la traduction d (...)

71Quelques-uns des traits que j’ai cru déceler dans la CRC caractérisent, on l’a vu, le LRT. L’avènement du fils de Bérengère entraîna des modifications dans le paysage de la représentation idéologique de la royauté. Des hommes nouveaux joignirent l’entourage du monarque ; souvent, il s’agit de clercs puissants, dont les noms les plus connus sont évidemment ceux de Juan Díaz et de Rodrigo Jiménez de Rada – sans oublier Lucas de Tuy, lié au roi par ses liens avec Bérengère114, ou encore Tello Téllez115, archevêque de Palencia et intime du roi Alphonse, promoteur de l’établissement d’un studium generale dans sa ville116, ou encore Mauricio de Burgos117. Le proche entourage de Ferdinand III se dessine comme étant le groupe récepteur privilégié de ces modernes histoires royales, écrites assurément par un clerc du roi, dans le cas de la CRC, vraisemblablement par un clerc proche de la chancellerie et donc de la cour, dans le cas de la LRT.

Un paysage discursif (2)

72Dans les pages qui précèdent, il y a plus de questions que de réponses. On pourrait toutefois accepter un classement possible, pas forcément réel, des différents modes de diffusion et de réception des chroniques étudiées. La CN aurait eu une diffusion minoritaire. La CRC, aussi, aurait été diffusée auprès d’un cercle restreint. Les deux versions du Liber regum, quant à elles, auraient circulé dans plusieurs cours péninsulaires. La diffusion de la version tolédane dut être essentiellement palatine et/ou cléricale, alors que la version navarraise aurait pu jouir d’une plus large diffusion. CN, CRC et LRT auraient alors été reçues au palais, par les courtisans, les monarques et les clercs.

73J’ai cru déceler une évolution au long des années, concernant la place du narrataire au sein de la narration. J’estime en effet que les chroniques de la fin du XIIe siècle ont intensifié leur fonction de propagande en interpellant directement le récepteur, tandis que les chroniques des années 1220-1230 ont opté pour un discours qui se dérobe à son destinataire, lui préférant l’assurance de la représentation d’un pouvoir monarchique ferme et (apparemment) affranchi de la collaboration des auditeurs. Deux conclusions pourraient découler de ces observations ; elles touchent directement les documents de la chancellerie, avec lesquelles les chroniques sont en situation de contiguïté idéologique et textuelle.

74Premièrement, il serait possible de suggérer que si les chroniques de cette période furent majoritairement lues à l’intention des monarques, les diplômes étaient destinés à tous les vassaux des souverains. Deuxièmement, on pourrait défendre l’existence d’un processus de construction idéologique dans l’écriture d’histoires royales de la période qui nous occupe. C’est là que les diplômes trouvent véritablement leur place. Car si cette évolution est perceptible dans le texte des chroniques, elle se vérifie dans les diplômes. Les chroniques laissaient entendre la montée en puissance des exercices de propagande visant à imposer la figure d’un roi fort vers la fin du XIIe siècle, et la sérénité des images royales, contrôlées par les clercs, dans le premier tiers du XIIIe siècle. Les documents de la chancellerie semblent correspondre à un tel mouvement : après la platitude relative des diplômes de Sanche III, les textes rédigés pendant le règne d’Alphonse VIII tendent à présenter une figure héroïque du monarque, insérée dans des narrations centrées sur l’éclat dynastique et les exploits du souverain, contenant des silences significatifs et des clameurs assourdissantes. Ces diplômes-là chercheraient donc à ériger une figure royale, celle du monarque entièrement dévoué à la gloire du royaume. Un changement se produit après 1214 : les documents composés pendant les règnes d’Henri Ier et, surtout, de Ferdinand III se placent plutôt dans la perspective de la consolidation des acquis, le portrait du souverain étincelant à peine, comme si l’héroïsme du roi devait être sauvegardé pour les temps à venir.

  • 118  N’oublions pas que la frontière entre audience illettrée et public lettré n’est pas facile à dessi (...)
  • 119  Carvalho (2003 : 3).

75Les diplômes propagèrent en grande partie ces images royales dans le royaume : ces textes n’étaient pas cantonnés au palais. Ils furent vraisemblablement colportés par leurs bénéficiaires urbains, monastiques ou villageois, en dehors du lieu où se trouvait le monarque118. Les documents de la chancellerie, tout en restant attachés au palais, allaient vers l’extérieur. Je crois que les diplômes fixaient le rêve monarchique de ceux qui entouraient le souverain et buvaient la substantifique matière des res gestae des souverains castillans, comme de ceux qui se trouvaient loin du roi. La fréquence de la diffusion et la forme de vocalisation des textes de la chancellerie garantissaient leur accomplissement dans la répétition. Des publics régulièrement confrontés à la lecture des actes ne pouvaient pas ne pas retenir l’essence des diplômes : on y réitérait les contours de la représentation royale, on y exposait le pouvoir du roi, on y rappelait le lignage des souverains ; le contenu des textes se répétait, le latin était plutôt transparent, les figures de la royauté étaient ébauchées avec simplicité ; les structures généalogiques, les formules de datation, la succession des récits, tout cela devait donner un air de famille aux diplômes. Les auditeurs devaient se trouver en terre connue. Qui plus est, la lecture des documents, dirigée par la structuration forte de ces textes, devait bien s’accommoder des intervalles et pauses méthodiques que les auditeurs et lecteurs médiévaux goûtaient particulièrement119.

76Les diplômes de la période 1157-1230 ont dû façonner grandement, sinon exclusivement, la sensibilité réceptrice de publics divers, ne serait-ce que parce qu’ils englobent les quatre-vingts ans qui nous intéressent. L’histoire qu’ils racontaient était une histoire collective, au sens où elle se destinait à tous : moines, abbés, clercs, évêques, frères des ordres militaires, habitants des villes, paysans, magnates, membres de la maison du roi, médecins… tous les bénéficiaires des actes du roi auraient dispersé la rumeur du pouvoir des monarques ; chacun des auditeurs des diplômes aurait témoigné de la volonté des souverains. Les documents de la chancellerie faisaient l’histoire et renforçaient le royaume ; ils étaient les témoins, aussi, de transformations idéologiques que l’on distingue peut-être plus nettement dans les chroniques, mais qui avaient informé préalablement la texture des diplômes. Leurs auteurs étaient des témoins des intentions des monarques ; ils étaient aussi agents des transformations dont ils témoignaient, en conciliant les structures fixes des textes diplomatiques avec les nouveautés désirées par les souverains qu’ils devaient servir.

II. La texture documentaire

  • 120  Avec l’invocation et l’adresse, la suscription fait partie du protocole du document. Elle se place (...)

77Il nous faut examiner comment prit forme l’écriture de l’histoire royale. Je n’étudierai, dans cette approche initiale, que des suscriptions et des dates, pour deux raisons : d’abord, parce que suscriptions et dates ouvrent et ferment le texte relatif à l’action juridique120. Ensuite, parce que c’est dans ces fragments que l’on évoque l’autorité des monarques et que l’on rapporte des moments marquants de leur vie ; il s’agit donc de parties du discours diplomatique qui constituent autant de récits, dont l’étude thématique et formelle nous permettra d’identifier quelques-uns des matériaux narratifs connus à la cour de Castille – et dans d’autres espaces du royaume.

Récits diplomatiques

78Les textes documentaires de mon corpus véhiculent un premier récit, incarné (fait verbe) dans la suscription ; par exemple,

  • 121  « Ego Ferrandus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, una cum uxore mea regina Beatrice et cum filii (...)

Moi Ferdinand, roi de Castille et de Tolède par la grâce de Dieu, avec mon épouse la reine Béatrice et avec mes fils Alphonse, Frédéric et Ferdinand, avec l’accord et l’approbation de la reine Bérengère, ma mère, je fais la charte de donation […]121.

  • 122  Genette (1972 : 75).
  • 123  Idem : « Je marche, Pierre est venu, sont pour moi des formes minimales de récit, et inversement l (...)

79Nous avons ici « une production linguistique assumant la relation d’un événement »122 ; l’événement en question est celui de la donation d’un moulin par Ferdinand à l’église de Santa María de Valladolid. Le diplôme s’ouvre donc sur l’action principale du souverain, qui va sous-tendre le discours. Le récit reçoit une forme minimale123.

  • 124  Je paraphrase ici Michael Riffaterre, « L’illusion référentielle », in : Littérature et réalité, P (...)

80D’autres faits relatifs au personnage du souverain sont exposés dans cette narration initiale qui se situe à la suscription : son alliance conjugale, sa descendance, son ascendance, son respect filial pour la reine Bérengère. Certes, si ces circonstances se réalisent dans le présent du discours, elles sont ancrées dans le passé de la vie du monarque, elles sont le résultat d’actions antérieures. Elles dépeignent une action sans réellement en indiquer les causes (elles indiquent les buts), de sorte qu’il serait possible d’affirmer que les auditeurs des diplômes croyaient « voir devant eux la chose même »124. Accompagnant un événement mémorable, cette première narration esquisse le cadre à l’intérieur duquel on doit comprendre les décisions du roi. Elle assure les valeurs du lignage et augure l’héritage.

81À l’autre bout du texte, la date configure ce que je nommerai des « micro-récits diplomatiques » : des narrations brèves ou très brèves, organisées autour d’un personnage (ici, le souverain), dont sont racontées des actions qui ne sont pas intimement liées à l’action principale exposée dans le diplôme – c’est-à-dire, l’acte juridique. Par exemple, dans le document qui vient d’être cité,

  • 125  « Eo uidelicet anno quo Ceyd Aue Mafomad, rex Baecie, deuenit uasalus meus et osculatus est manus (...)

[…] la même année où Aven Mahomet, roi de Baecia, est devenu mon vassal et m’a baisé la main, et Salvatierra et Borialamar ont été libérées des mains de Sarrasins et rendues au culte chrétien125.

82La forme de ce récit final est toujours minimale, même si deux actions y sont énumérées : l’assujetissement du roi maure – qui 1) est devenu vassal et 2) a baisé la main de Ferdinand – et la libération des villes. De l’exorde à l’épilogue, le récit s’est épaissi.

83Les micro-récits naissent de la datation des documents, entourent l’action principale (donner ou confirmer), ajoutent des informations relatives aux faits du souverain et composent successivement son portrait. Ils énoncent des décors, des actions, des dénouements, toujours autour d’une même figure, celle du roi castillan. Leur thème est unique – la victoire du monarque –, leur protagoniste aussi – le roi. Les micro-récits couronnent véritablement le texte, permettant la caractérisation graduelle du personnage du monarque par l’addition de ses qualités et de ses exploits. Ils parachèvent donc le récit de la suscription.

  • 126  Parisse (2000).
  • 127  Id. (2000 : 159), « […] ayant aussi vocation à être montrée, [la charte] contient des signes symbo (...)
  • 128  Voir Murphy (1974 : 3-42).

84Peut-être le récit de la suscription n’est pas satisfaisant du point de vue de la tension narrative ; il l’est du point de vue juridique : son effet est immédiat et durable, et il s’associe à la « dimension de texte-objet »126 de la charte. Celle-ci sera lue et montrée, son contenu et son apparence frapperont l’esprit des présents127. La suscription, dans sa valeur narrative, amorce la narration entière et sa construction séquentielle : il faut préciser que le roi donne, mais aussi à qui il donne, ce qu’il donne, pourquoi, quand, comment, etc. Les circonstances de production de l’acte du roi sont soigneusement détaillées – il ne saurait en être autrement, la fonction juridique du texte et la tradition rhétorique exigeant une telle minutie128. La suscription, et le récit qu’elle comprend, préparent et justifient par conséquent la narration à laquelle aura accès chacun des auditeurs des diplômes.

  • 129  Barthes (1984 : 26), dans « Écrire, verbe intransitif ? ».

85Suscriptions et dates apparaissent ainsi comme de bons échantillons de la narrativité des documents de la chancellerie. Le récit serti dans la suscription se fait à la première personne : l’auteur de la charte se présente et instaure sa voix de narrateur, qui narre ses propres actions, enracinées dans le passé et dans le présent. La fiction de la voix du roi se glisse entre les auditeurs du diplôme et la réalité. Dans un deuxième temps, lorsque arrive la séquence de la date, la narration se fait généralement à la troisième personne ; ce n’est plus alors la voix du roi qui porte le récit. Les micro-récits du corpus étudié adoptent majoritairement le « il » de la non-personne, signe de l’absence129. Le narrateur se situe ainsi hors de l’instance du discours. Suscriptions et dates confirmeraient alors que deux modalités d’information sous-tendent le discours diplomatique, que deux voix s’emparent de la communication : celle du roi-narrateur qui n’est pas l’auteur matériel mais intentionnel du texte et qui n’est pas non plus le véritable narrateur de ses actions, et celle du clerc, dépositaire de la responsabilité de la narration. Autrement dit, cette situation assurerait que le pacte entre le monarque et ses clercs se vérifie distinctement dans le texte des documents de la chancellerie.

  • 130  Les dates des documents d’Henri Ier manquent de toute mention narrative des faits de ce monarque e (...)

86Cependant, ce va-et-vient doit être nuancé car, si les micro-récits concernant Sanche, comme beaucoup de ceux signés par Alphonse, sont effectivement rédigés à la troisième personne130, les habitudes de la chancellerie de Castille semblent avoir changé à la fin de l’année 1212. Nous avons pu constater, dans l’exemple cité pour illustrer ma définition de « micro-récit », que la voix du narrateur était à la première personne, et que ce « je » (ego) correspondait au monarque. Les clercs de Ferdinand héritent des usages de leurs prédécesseurs. En effet, sauf erreur de ma part, la voix du roi s’inscrit à la première personne dans le document daté du 9 décembre 1212 : on y entend le « je » du souverain-narrateur pour la première fois (« ego predictus Aldefonsus ») :

  • 131  « Facta carta Solana, era millesima ducentesima quinquagesima, uigesima nona die Decembris, eo sci (...)

Cette charte a été faite à Solana, ère 1250, le 29 décembre, l’année où moi Alphonse, roi de Castille et de Tolède, j’ai vaincu Miramamolín, le roi de Carthage, non par mon mérite mais par la miséricorde de Dieu et le service des mes vassaux131.

  • 132  Voir Annexe 2.

87Le signe de l’absence s’évanouit, pour être remplacé par la personne pleine. La voix d’Alphonse VIII estampille pleinement le récit des dates, pour la première fois. À la fin de 1212, les clercs de sa chancellerie avaient le choix ; ils choisirent la présence. Je voudrais souligner que celui qui rédigea ce document fut Pedro Ponce, qu’on a déjà rencontré dans ces pages, sous l’autorité de Diego García132. Ce fait n’est sans doute pas dû au hasard.

88Le 9 décembre de cette année-là, les écrivains du roi de Castille vivaient la période faste qui suivit la victoire de Las Navas de Tolosa ; la modification qui nous intéresse ici n’est sans doute pas gratuite. Après cette date, et jusqu’en 1230, terme de mon étude, les micro-récits qui ferment les diplômes émis par la chancellerie castillane furent également écrits à la première personne. Il n’y a pas de micro-récits pour Henri Ier ; ce fut donc Ferdinand qui bénéficia de ce nouvel usage. Lorsque le premier micro-récit apparaît dans l’un de ses diplômes, le 12 décembre 1219 (sept ans après le document d’Alphonse VIII), il contient le « je » du souverain :

  • 133  « Facta carta apud Burgis, XIIa die Decembris, era Ma CCa La septima, anno regni mei tercio. Hiis (...)

Cette charte a été faite à Burgos, le 12 décembre, ère 1257, pendant la troisième année de mon règne. C’étaient les jours où moi, le roi Ferdinand, j’ai ceint avec mes propres mains l’épée de chevalier dans le monastère de Santa María la Real. Trois jours plus tard, dans l’église cathédrale de Burgos, j’ai solennellement fait de l’illustre reine Béatrice, fille du roi des Romains, ma femme133.

  • 134  J’emprunte cette formule à Michel Banniard.
  • 135  Les diplômes signés par Alphonse VII édités par Julio González ne contiennent pas des dates à la p (...)
  • 136  Pour la deuxième hypothèse, Martin (2005 : 585), « Juan, dilectus cancellarius de Fernando III, di (...)

89La transformation est de taille : la narration sera désormais soumise à la voix du souverain, non à celle de son scribe. Les clercs du roi refusent, au profit du « je » le « lissage gris et terne » de la troisième personne134. La chancellerie de l’Alphonse après Las Navas, ainsi que celle de Ferdinand, ont accepté de présenter le monarque en position d’autorité absolue, lui cédant même l’un des interstices de liberté que la forme des diplômes consentait aux écrivains du monarque135. Est-ce que cela est en rapport avec l’intensification d’une propagande visant à la reconnaissance universelle de la figure très chrétienne et très puissante du monarque castillan, après juillet 1212, et avec l’hypothétique inféodation de la chancellerie par un Juan Díaz dévoué au souverain, préposé actif à une représentation monarchique solide et fermée à toute velléité de ses subordonnés ? Je le crois ; il faudra néanmoins apporter de preuves textuelles qui permettent d’étayer cette double conjecture136. Suscriptions et dates suffiront à exposer, pour l’instant, la teneur des histoires royales contenues dans les diplômes.

Échantillons

90Prenons quatre documents du corpus, un pour chacun des règnes. La suscription (a) est suivie de la date (b) ; je souligne le nom de chaque roi pour une lecture facile:

  • 137  González (1960 : II, 75), doc. 42, : « facio uos liberos et absolutos ab omni seruicio regio ».

• 4 mai 1158, donné à Carrión par Sanche III, rédigé par Martín Pelaez sous l’autorité de Bernardo : le roi octroie aux chanoines de Santa María de Husillos le for d’infanzón137.

  • 138  Idem : « Eapropter ego rex Sancius, Dei gratia domni Alfonsi, bone recordationis illustris Hispani (...)
  • 139  González (1960 : II, 75), doc. 42 : « Facta carta in Carrione, sub era MaCaLXXXXaVIa, quarto nonas (...)

a. C’est pourquoi moi, le roi Sanche, fils par la grâce de Dieu d’Alphonse de bonne mémoire, empereur illustre des Espagnes, avec le conseil et l’autorité de mes comtes et des mes princes, de bon cœur et avec une volonté spontanée, pour l’âme de mes parents et pour mon salut, je donne et je concède […]138.
b. Charte faite à Carrión, ère 1186, le 4 mai, l’année où est mort Alphonse, le très célèbre empereur des Espagnes. Raymond, comte de Barcelone, et Sanche, roi de Navarre, sont les vassaux du roi139.

• 15 mai 1189, donné à Burgos, rédigé par Mica sous l’autorité de Gutierre Rodríguez : Alphonse VIII octroie à Elvira, nourrice de l’infante Bérengère, le lieu nommé Fuente Peral.

  • 140  Idem, (1960 : II, 907), doc. 530 : « Ego Aldefonsus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, una cum ux (...)
  • 141  Idem : « Facta carta apud Burgis, era MaCCaXXVIIa, idibus Maii, secundo anno postquam serenissimus (...)

a. Moi Alphonse, roi de Castille et de Tolède par la grâce de Dieu, avec mon épouse la reine Aliénor et avec ma fille l’infante Bérengère, à la demande de cette dernière, je donne et je concède […]140 ;
b. Charte faite à Burgos, ère 1227, au mois de mai, deux ans après que le très serein Alphonse, roi de Castille et de Tolède, eut ceint l’épée de la milice à Alphonse, le roi de León, et que ce même Alphonse, roi de León, eut baisé la main d’Alphonse, le roi de Castille et de Tolède ; peu de jours après le même Alphonse, roi illustre de Castille et de Tolède, ceignit l’épée de la milice au fils de l’empereur des Romains, et il lui donna sa fille Bérengère pour épouse141.

• 17 février 1217, rédigé à Talavera par un scribe anonyme, sous l’autorité de Juan Díaz, notaire, et de Diego García, chancelier. Henri Ier donne la ville d’Osma à son évêque Melendo.

  • 142  Idem (1960 : III, 740), doc. 1011 : « Eapropter ego Henricus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, p (...)
  • 143  Idem : « Facta carta apud Talaveram, decimo septimo die Februarii, era MCCLV ».

a. C’est porquoi moi Henri, roi de Castille et Tolède par la grâce de Dieu, je fais savoir aux ci-présents et aux hommes à venir que je fais une charte de donation142.
b. Charte faite à Talavera, le 17 février, ère 1255143.

• 20 septembre 1226, rédigé à Guadalajara par un scribe anonyme, confirmé par Juan, chancelier du roi et abbé de Valladolid, ainsi que par Rodrigo Jiménez de Rada. Ferdinand III confirme au monastère de Santo Domingo de Madrid une donation.

  • 144  González (1983-86 : II, 263), doc. 218 : « Ego Ferrandus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, una c (...)
  • 145  « Facta carta in Guadalfaiara, XX die Septembris, era M.a CC.a LX.a IIII.a, anno regni mei decimo, (...)

a. Moi Ferdinand, roi de Castille et de Tolède par la grâce de Dieu, avec mon épouse la reine Béatrice et avec mes fils Alphonse, Frédéric et Ferdinand, avec l’accord et l’approbation de la reine Bérengère, ma mère, je fais une charte de concession, confirmation et stabilité144.
b. Charte faite à Guadalajara, le 20 septembre, ère 1264, dans la dixième année de mon règne, l’année où le château nommée Capilla, des mains de Sarrasins est retourné au culte chrétien145.

91À eux seuls, ces quatre fragments extraits de documents choisis presque au hasard démontrent que la structure des textes de la chancellerie est uniforme et que la communication de l’information se fait selon des axes thématiques bien établis. Dans le premier récit, contenu par la suscription de chaque document, la voix de chacun des rois expose, soit la filiation dynastique, soit l’environnement familial. Les monarques commencent le récit de leur gouvernement entourés de leurs proches, pour ensuite faire entendre leur voix de pouvoir (« dono et concedo, facio cartam donationis »), juste avant l’adresse où l’on nomme le destinataire de l’acte. Dans cette première partie, est entamée la réalisation de l’acte juridique.

92Quant aux micro-récits contenus dans la date, ils fonctionnent comme de véritables narrations brèves. On y expose un élément chronologique essentiel, le jour de réalisation de l’acte, auquel on ajoute des actions du passé récent. La palme des actions mémorables correspond sans doute, dans les fragments cités, au micro-récit qui clôt le document donné par Alphonse VIII : on y évoque deux adoubements, un hommage, des fiançailles, dont l’agent, le bénéficiaire ou bien le promoteur n’est autre (comme le laisse entendre le texte) que ce monarque. Dans ce micro-récit, les résultats des initiatives royales préfigurent le dénouement, heureux, de la narration, qui se superpose à la biographie du souverain. Les succès d’Alphonse ne sont dus qu’à sa volonté ; du moins, c’est ainsi que l’imagine l’auditeur ou le lecteur.

  • 146  Les formules des dates des documents de Ferdinand sont effectivement très semblables, les variatio (...)

93La texture documentaire s’ouvre légèrement au jeu thématique, car chacun de ces portraits royaux contient des particularités – subtiles, certes –, qui le différencient des autres. Même s’il est absurde de vouloir expliquer le sens de l’écriture des récits monarchiques diplomatiques à partir des seuls échantillons cités, il est possible d’y voir des dissimilitudes qui brisent quelque peu l’analogie formelle de ces textes, tant dans les suscriptions que dans les dates146. Dans les premières, Sanche III est représenté comme l’héritier d’Alphonse VII, comme un souverain bien entouré par ses conseillers ; l’impression finale est celle d’un roi qui se place dans la filiation. Alphonse VIII, en revanche, n’est pas figuré comme le successeur mais, par la présence de sa fille Bérengère, comme l’ascendant, le garant des temps à venir. Henri Ier se place, comme son grand-père, dans la continuité de son père. Ferdinand, enfin, ressemble dans sa représentation à Alphonse : entouré de sa famille, et dans la continuité.

94Dans les micro-récits enfermés dans les eschatocoles des diplômes, Sanche III figure à nouveau comme l’héritier d’Alphonse VII : au « bone recordationis illustris Hispaniarum imperatoris, filius » de la suscription fait écho le rappel de la mort de l’Empereur, « anno quo domnus Alfonsus, famossisimus Hispaniarum imperator, obiit ». La chancellerie de Sanche prit soin de mettre par écrit l’allégeance de l’oncle du roi, Raymond Bérenger IV, comte de Barcelone, ainsi que de son beau-père, Sanche VI de Navarre ; les liens de famille hantent toujours ces textes. Dans le fragment du document donné par Sanche, la mention du Barcelonais et du Navarrais pourraient rappeler antithétiquement les « comitum meorum et principum regni mei » : les Castillans conseillent leur souverain, les autres princes péninsulaires lui rendent hommage. Si c’était le cas, nous aurions ici une exposition assez claire de la position triomphante que les documents réservaient au roi de Castille, déjà en 1158. Ne perdons pas de vue, toutefois, que les actions énumérées dans ces micro-récits cherchent à impressionner la mémoire des vassaux. Sanche III est représenté comme l’héritier, assurément, un héritier prêt à voler de ses propres ailes.

  • 147  On ne saurait nier l’évidence : le document donné par Alphonse VIII est celui d’un roi mûr qui a e (...)
  • 148  González (1960 : I, 707). Pour une opinion contraire, Martínez Díez (1995 : 71). Julio Gónzález év (...)
  • 149  Idem (1960 : 705) : « Eso es lo que resaltaron con especial fruición como un triunfo en la cancill (...)

95Pour Alphonse VIII, les conclusions de ce récit sont claires : non seulement il est maître d’un grand territoire, mais il a adoubé le roi de León qui lui a baisé la main en signe de vassalité. Ce n’est pas fini : il a réussi à fiancer son héritière à l’héritier de l’Empire. Cette histoire-là est celle d’un conquérant147. Non pas que la réalité ait été exactement celle-là. Prenons les événements de la curia tenue à Carrión en 1188, dont il est question dans le micro-récit cité, événements qui paraissent confirmer la réussite de la politique castillane. Julio González infirme cette impression : « un tel triomphe bénéficia à Alphonse IX de León »148. Or la narration des faits d’Alphonse donne à entendre la suprématie castillane sur la monarchie léonaise ; nous sommes devant un cas relativement clair de manipulation du sens des événements. Les hommes de la chancellerie d’Alphonse fabriquèrent ici l’histoire, au profit de leur monarque. Pendant plus de deux ans, ils marquèrent avec opiniâtreté les textes d’Alphonse de cette interprétation – qui, si elle n’était pas fausse, n’était pas entièrement vraie non plus149. L’opération de propagande fut menée à bien avec persévérance. On aurait envie de dire que le canevas proposé par les clercs de Sanche, tendant à dessiner la perfection de l’héritier de l’Empereur, semble avoir été repris par les clercs d’Alphonse, dans le dessein de le parfaire. La construction idéologique est indéniable, l’évolution du discours monarchique aussi.

96Bien loin des succès de son père, Henri Ier n’a rien à demander aux hommes de sa chancellerie. D’après cet échantillonnage, son court règne aurait entraîné un fléchissement dans l’écriture de micro-récits ; nous constaterons en effet que les dates des documents de ce roi sont en effet arides et succinctes : les micro-récits n’existent pas.

97Les diplômes de Ferdinand pourraient témoigner de semblable amoindrissement des péripéties et, par conséquent, de la tension narrative qui porte le discours documentaire : nous verrons que, jusqu’en 1230, la chancellerie du fils de Bérengère semble globalement garder profil bas, même si des micro-récits y sont élaborés. N’oublions pas, cependant, que la rareté (relative) des micro-récits dans le corpus des diplômes émanant de ce souverain semble avoir été compensée par l’intromission perpétuelle de la voix royale dans ces narrations.

98Ouverture et fermeture des quatre diplômes ceignent les images des monarques. Ces images se ressemblent, certes, mais elles ont été suffisamment marquées par des éléments spécifiques. L’idée que les diplômes royaux étaient l’un des espaces de construction d’une idéologie monarchique castillane qui trouva son sens véritable dans la durée finit par s’imposer. Les caractéristiques de chacun des portraits royaux qui nous intéressent ici nous apprendront quelque chose sur les efforts de chaque monarque et de leurs chancelleries pour modifier la représentation que les diplômes transmettaient en tous lieux du royaume. L’addition des figures monarchiques tracées dans les textes entre 1157 et 1230 expliquera peut-être les développements qui suivirent à partir de la réunification de Castille et León.

99À un moment donné, dans cette reconstruction il faudra tenter de discerner les auteurs et les acteurs de la représentation monarchique : qui fit quoi, et quand ? À présent, concentrons nous sur les modalités de construction discursive des histoires des rois : car nous venons de voir que la persistance des formules n’est pas un obstacle majeur à l’élaboration de discours pertinents pour chaque temps, pour chaque souverain.

Formes fixes

  • 150  Beaumatin (1997 : 187).
  • 151  Zimmermann (2001 : 337).
  • 152  García Valle (1999 : 28).
  • 153  Lucas Álvarez (1993 : 335-336) : « Las variantes de estructura que en [en los documentos] se encue (...)

100À l’instar des autres parties du texte documentaire, suscription et date sont des formes fixes, c’est-à-dire des textes, informés par un ensemble de contraintes, qui subissent « une opération de répétition susceptible de les rendre identifiables et signifiants par eux-mêmes »150. Les hommes de la chancellerie devaient en effet composer avec les formulaires, nécessaires au pragmatisme consubstantiel des pratiques diplomatiques. Structure contraignante, certes, que celle des actes ; mais aussi formidable soutien d’écriture151. Les formulaires étaient destinés à une rédaction rapide et correcte du document152 ; ils garantissaient au texte son caractère répétitif, gage d’efficacité et garantie de persévérance idéologique. Les histoires royales contenues dans les diplômes ne cherchaient pas à divertir ou plaire, mais à bâtir une conscience sociale qui admettrait la supériorité de la monarchie castillane sur les autres monarchies hispaniques. Pour bien faire circuler la croyance en la potestas regia, autant se servir d’« opérations de répétition », fondées sur des formules, après tout, assez flexibles153. Les auditeurs des actes se trouvaient ainsi en terrain connu : le cadre formel ne changeant pas, ils pouvaient prêter attention aux variations de détail où résidait le sens de l’édifice idéologique que la monarchie castillane des XIIe et XIIIe siècles voulut ériger, et dont les fondements n’étaient autres que la souveraineté transcendante des héritiers directs de l’Empereur, dans un premier temps, et l’affirmation des droits dynastiques de Ferdinand, plus tard.

  • 154  Pérez González (1987 : 135).
  • 155  Idem (1987 : 136-137), « En total, los documentos de la cancillería de Alfonso VIII con formulismo (...)

101La plupart des documents du corpus sont, en leur totalité, des supports idoines des variations qui, à mon sens, font l’histoire individuelle de chaque souverain. Cela dit, le concentré d’informations réside dans ce que j’ai nommé les « micro-récits », que Maurilio Pérez González a désignés comme formulismo contemporáneo : « nous appelons ainsi un type de formules qui, par leur contenu, contemporain à la documentation, sont incontestablement l’œuvre des scribes »154. Ces micro-récits ou « formules contemporaines » sont très nombreux dans le corpus des documents d’Alphonse VIII, d’après l’étude statistique menée à bien par le professeur Pérez González155 ; le fait ne saurait être négligé.

  • 156  Pérez González (1987 : 135, note 8), à propos de la conquête de Cuenca : « este suceso debió de se (...)
  • 157  Genette (1972 : 147).

102Si ces énoncés contrastent par leur divergence avec l’action principale et constituent donc, dans chacun des textes documentaires, une sorte d’éclair narratif, ils sont répétés de très nombreuses fois dans le corpus. Dans leur production individuelle, ils sont singuliers ; dans la reproduction collective ils apparaissent au contraire comme les réceptacles d’une histoire connue, porteuse de rythme et de sens156. Dans la succession des diplômes, c’est-à-dire dans la diachronie, le contenu des micro-récits est réitéré : on y a « raconté n fois ce qui s’est passé une fois »157. Les variations sont infimes. Les micro-récits appartiendraient donc au type de récit répétitif. Ceci est à mettre en rapport avec la contrainte des formulaires et, bien évidemment, avec l’objectif idéologique désiré : la récurrence gagne l’intérêt du public.

103Signalons enfin que Maurilio Pérez González classe à l’intérieur de la catégorie « formules contemporaines » d’autres parties du document, comme par exemple la signature royale. En ce qui me concerne, tout en ne les considérant pas comme des « micro-récits » – puisqu’elles sont intimement liées à l’action principale –, j’accorde volontiers que les signatures contribuent à l’élaboration des portraits des souverains. Car dans cette autre forme fixe, le souverain confirme le diplôme. Il s’y présente en tant qu’auteur et sa voix atteste, à la première personne, la vérité de la suscription (« manu propria roboro et confirmo »). La signature concourt, elle aussi, à caractériser graduellement le protagoniste des textes documentaires.

104La contemporanéité de toutes ces formules permet au clerc de la chancellerie d’écrire sans entraves : il dispose du moule, il peut y mettre les ingrédients les mieux adaptés à l’œuvre de propagande qu’il veut composer. Les micro-récits en sont la meilleure preuve : véritables cellules narratives, les dates aèrent le texte juridique. Elles me paraissent des indicateurs fiables du désir des clercs du roi de pratiquer les formes du récit et, peut-être, de mettre en pratique les possibilités de la fiction. En conclusion, l’invariabilité structurelle des diplômes ne constitue pas un écueil insurmontable pour l’écriture de variantes narratives, bien au contraire. Une autre des caractéristiques des sections qui structurent les diplômes a dû être aussi appréciée par ceux qui souhaitaient exhiber leur technique scripturale, la brièveté.

Récits brefs

105Deux des catégories historiographiques qui nous intéressent se sont associées à la forme brève : les annales et les diplômes royaux. Ceux-ci n’atteignent jamais les dimensions de la chronique. Qui plus est, ils sont divisés en parties aux proportions réduites. Rien d’étonnant à ceci, si l’on pense d’abord à la nature pragmatique de ces textes. Les diplômes et les chartes étant des écrits authentiques destinés à régler des intérêts et à consigner des droits, les idées qui y sont exprimées passent par le dépouillement formel. De plus, comme il était nécessaire que les auditeurs des actes comprennent vite l’essentiel des dispositions, les formules qui composent le texte adoptaient naturellement le style bref, qui de surcroît s’accommode parfaitement aux opérations de répétition qui accompagnaient la diffusion des textes diplomatiques. La brièveté documentaire apparaît, avant tout, comme un gage d’efficacité.

  • 158  Witt (2005 : 71).
  • 159  Curtius (1956 : 771-75), Faral (1982 :151).
  • 160  Je remercie Éléonore Andrieu pour ses indications à ce sujet.

106L’écriture diplomatique doit beaucoup à l’ars dictaminis, qui réprouve les digressions et encourage, en revanche, l’exposition sommaire des faits relatés158. Les écrivains de la chancellerie étaient sans doute conscients de pratiquer l’art de la persuasion : rompus à l’écriture administrative et bons connaisseurs de la tradition, comment auraient-ils pu ne pas être sensibles à la vertus dicendi d’un procédé dont les lettres de noblesse remontaient à Horace et qui avait été commenté, presque contemporainement à l’activité de nos anonymes, dans l’Ars versificatoria de Matthieu de Vendôme, dont un exemplairese trouvait à Tolède à la fin du XIIe siècle159 ? Certes, il n’y avait pas besoin d’avoir lu le texte de Matthieu pour se remémorer la formule horatienne, brevis esse laboro. Le style bref avait toutes les qualités et aucun inconvénient : il véhiculait l’information avec netteté, conjurait l’ennui des auditeurs, se prêtait à la répétition et, en conséquence, à la manipulation progressive des récepteurs dans le but d’instiller en leurs cœurs l’intuition de l’excellence et de la stabilité de la monarchie castillane. Les micro-récits systématisaient une telle intention, leur concision favorisait l’action politique. La configuration mécanique, immuable et brève des textes de mon corpus n’empêchait en rien la vigilance stylistique ; la narration des faits du roi put même s’entrouvrir sur des présages fictionnels. La brièveté signifie un état de manque ; le destinataire du document était appelé à développer les possibilités à peine effleurées par les récits insérés dans les documents160. Des récits plus longs, plus complexes, sécrétés peut-être par les diplômes, allaient être échafaudés dans les chroniques de la première moitié du XIIIe siècle. Les auditeurs de cour allaient combler ainsi leur appétit d’histoires royales. Aussi, la réception des diplômes dans la diachronie aurait favorisé l’élaboration d’un long et grand récit monarchique, qui déboucherait sur la destinée de l’héritier de Ferdinand III. Dans l’entrelacement de textes, formes, temps et hommes que l’on aperçoit dès que l’on se penche sur les discours historiographiques des XIIe et XIIIe siècles, le désir de plaire joua un rôle aussi prégnant que le désir d’agir sur l’Histoire.

Héros monarchiques

107J’ai défendu jusqu’ici l’adéquation des diplômes à la création idéologique et, au-delà, leur propension à contenir des narrations doucement factices – ou teintées de fiction. On est bien dans le domaine du récit, plus exactement du récit bref et répétitif, imprégné de la rhétorique et de l’esthétique de la concision. Que trouve-t-on dans ces récits ?

  • 161  Pour la postérité de la figure d’Alphonse VIII, on peut voir Stéphanie Jean-Marie, L’Histoire par (...)

108Le sentiment le plus palpable, c’est que les héros sont là. Sanche apparaît comme le chaînon entre le passé et le présent de la Castille. Ferdinand se présente comme l’héritier, le point d’arrivée, le port de salut du lignage de Castille. Entre le fils de l’Empereur et le fils de Bérengère s’érige une figure de bronze, mémorable, celle d’Alphonse VIII. Un héros se détache, et c’est bien celui-là. Nous verrons comment les documents émis par la chancellerie d’Alphonse dessinent dans leur ensemble une sorte d’intrigue au suspense mou (car un héros digne de ce nom triomphe toujours), mais suspense tout de même. Aurait-on raison de penser que les diplômes aidèrent à fixer la figure héroïque d’Alphonse VIII dans la durée ?161 On peut être sûr que la présence d’un héros au milieu de tous ces diplômes n’est pas sans rapport avec la recherche du delectare par les auteurs de ces textes.

  • 162  Deyermond (1998 : 24) : « Para mí una estructura narrativa cerrada […] es la que termina decisivam (...)

109Les micro-récits contenus dans les diplômes d’Alphonse (dans une moindre mesure ceux de Ferdinand) visent à présenter un processus de transformation. Dans leur succession, on raconte comment ce roi imposa sa force après les années de la minorité, comment il devint un monarque conquérant et bâtisseur, comment il fit la loi et se trouva au sommet de la gloire monarchique, après avoir vaincu l'adversaire musulman à Las Navas. Le récit sur Alphonse VIII possède une structure narrative fermée, puisqu’il s’achève sur une conclusion qui n’est pas sujette à ambiguïté162 : le roi Alphonse fut un très grand guerrier – on aurait envie de dire que ce fut un héros épique.

110En nous intéressant aux événements qui composent l’intrigue des micro-récits, nous devons prendre en compte la grille d’analyse que Claude Bremond a élaboré pour les formes narratives brèves, catégorie à laquelle appartiendraient les récits diplomatiques. Il affirme :

  • 163  Bremond (2000 : 243).

[…] les événements de l’intrigue sont en dernier ressort réductibles à une combinaison d’états et de processus très abstraits, à partir de deux catégories fondamentales, Modification et Conservation ; Modification se spécifiant elle-même en Amélioration et Dégradation, Conservation en Protection et Frustration. Je détermine ces processus en fonction des personnages humains qui y participent, soit en qualité de patients soit en qualité d’agents. Les patients se spécifieront ainsi en bénéficiaires d’amélioration ou de protection et en victimes de dégradation ou de frustration ; les agents, de même, en modificateurs (améliorateurs ou dégradateurs) et conservateurs (protecteurs ou frustrateurs)163.

  • 164  On pourrait me reprocher de ne pas avoir tenu compte ici d’un autre processus narratif lié aux nar (...)

111Si nous acceptons ce programme exégétique pour nos récits brefs, nous considérerons que la narration sur Alphonse VIII tend à la Modification et à l’Amélioration ; que ce souverain y figure en tant qu’Agent (modificateur et améliorateur) de la transformation positive mise en avant pendant une bonne quarantaine d’années dans les discours documentaires164.

112Ferdinand, quant à lui, ne paraît pas avoir joui entièrement du statut de héros dans les textes que sa chancellerie composa avant 1230. On y raconte comment il avait reçu l’héritage de son grand-père, comment Bérengère régnait à ses côtés, comment il épousa la fille de Philippe de Souabe. Il n’agit pas, il reçoit. En 1225, ses clercs mettent par écrit les conséquences d’un premier fait héroïque : on commence à dater les diplômes par l’hommage d’un de ses ennemis musulmans. Il devient ainsi, dans le texte que ses écrivains ont ciselé pour la postérité, roi vainqueur. Les documents font également mention de la conquête de Capilla, comme nous l’avons constaté plus haut. À la veille de la réunification de la Castille et le León, Ferdinand semble prêt pour endosser l’habit du héros. Mon analyse du récit sur Ferdinand est incomplète : ce souverain ne trouvera son accomplissement narratif que dans le récit de ses actions postérieures 1230.

113C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le processus, inachevé lui aussi, qui soutient la matière des diplômes émis par sa chancellerie : la narration sur Ferdinand tend à la Modification et à l’Amélioration mais, à la différence de ce qui arrivait avec son grand-père, ce monarque semble jouer le rôle du Patient, bénéficiaire de la transformation positive qu’un jeune roi subit au fur et à mesure qu’il prend les rênes du pouvoir. Ne négligeons pas, cependant, l’information capitale qu’on évoquait plus haut : le choix du « je » narratif pour les micro-récits des diplômes de Ferdinand. Le roi fait entendre sa voix à la première personne dans les dates ; ceci se conjugue mal avec sa représentation comme Patient. Il faudra en tenir compte.

114Enfin, pour ce qui est de Sanche et d’Henri, si les diplômes du premier ébauchent la Modification – digne successeur de son père, il était destiné à de grandes choses –, ceux du deuxième constatent la Conservation : le temps d’Henri Ier est, à tout point de vue, un temps immobile.

115Sur le seuil des pages qui fourniront des éléments empiriques pour l’analyse des récits monarchiques contenus dans les diplômes, on peut conclure que trois des quatre grandes et longues narrations construites par les chancelleries de chacun des rois (je me place ici dans la perspective de la production) aspirent à proposer une image positive des monarques, tournée vers l’avenir. Les contours de ces figures royales diffèrent, certes, mais elles sont globalement des figures en puissance, construites par les écueils qu’elles se doivent de vaincre, protagonistes de la longue histoire du royaume.

III. Récits monarchiques

116En tenant compte des informations contenues dans les récits diplomatiques, cette partie de mon étude se centrera sur les textes de mon corpus pour tenter de dégager des conclusions relatives aux deux modalités principales d’écriture de la materia monarchique dans les diplômes : le récit de filiation et la narration des exploits des rois. Le premier cherche à assurer la stabilité de la dynastie et proclame l’axiologie de la lignée. Il s’agira donc d’analyser comment fut construite, entre 1157 et 1230, dans les textes documentaires, la mémoire du lignage royal de Castille. La deuxième veut défendre la prééminence de la monarchie castillane sur les autres monarchies hispaniques : elle trouve ses meilleurs arguments dans la représentation héroïque des souverains. On étudiera par conséquent la construction biographique des souverains castillans. Je m’intéresserai aux non-dits qui soutiennent cette narration ; c’est pourquoi des œuvres comme les ATP ou la CRC seront ponctuellement sollicitées, afin de souligner ce qui a été passé sous silence, et ce qui a été proclamé haut et fort.

117Je voudrais ensuite prendre le temps de commenter ce que j’ai appelé la « fiction de Cuenca » : il s’agit du récit de la conquête de cette ville par Alphonse VIII en 1177. Le référent est bien réel, ce qui interdit que l’on attribue à ses auteurs une quelconque volonté de se servir de la fiction. Néanmoins, cette narration imite la réalité, est récurrente et semble avoir entraîné la transposition, dans la mémoire collective, des faits historiques en faits épico-romanesques – comme cela a été le cas, d’ailleurs, de ce que j’ai nommé « la fiction de Las Navas ».  Après tout, les clercs qui élaboraient les documents devaient savoir que dans la Rhetorica ad Herennium la fiction est très proche de l’inventio, phase initiale dans l’élaboration du discours. Comme l’a rappelé Cesare Segre,

  • 165  Segre (1985 : 247-250).

Le terme fictio est très proche, sémantiquement parlant, de celui d’inventio, mais le deuxième prend en compte les idées qui doivent être traitées dans l’œuvre, c’est-à-dire, l’ensemble de son contenu rationnel. Il faut comprendre que ces idées n’ont pas été créées, mais trouvées dans la mémoire. La définition de la Rhetorica ad Herennium (I, 3) : « L’invention est la capacité à trouver des arguments vrais ou vraisemblables qui vont rendre la cause convaincante », place l’acte créatif parmi les fonctions de l’art oratoire. Dans ce cas, la res ficta est invention, mais elle se situe à l’intérieur des frontières du vraisemblable165.

118L’écriture des récits diplomatiques trouvait ainsi sa légitimité dans l’intention persuasive des documents (et de leurs auteurs). Les faits racontés étaient bien sûr réels ; mais la répétition des informations et le choix d’une esthétique de la brièveté dut réussir la métamorphose de la vérité en vraisemblance. Les auditeurs des documents effleuraient le chemin de la fable ; on leur proposait le plaisir du récit. Point d’infraction à la vérité, point de simulacre de réalité ; seulement une réalité dont la représentation, de par sa concentration formelle et sa réitération sémantique, côtoyait ce que nous appelons la fiction.

119Pour terminer, il faudra nous interroger sur les contours de chacune des figures des souverains présents dans le corpus diplomatique. Quelles sont les composantes des portraits qui se dessinent dans les textes documentaires ? Peut-on y percevoir une évolution ? Quelle fonction adjugea-t-on à ces quatre images du souverain ? Ces questions nous conduiront vers une réflexion sur l’autorité de celui qui écrit ou fait écrire. Nous nous serons alors rapprochés du domaine des hommes, entraperçus dans le premier chapitre ; nous pourrons nous demander quels furent les acteurs de cette construction idéologique longue.

La mémoire du lignage

  • 166  González (1960, I : 138-142).

120Les histoires des monarques de Castille entre 1157 et 1230 sont, à leurs débuts ou intégralement, des histoires de rois jeunes, sous tutelle : Sanche est nommé rex dans les documents alors que son père vit encore166 ; Alphonse n’a que trois ans lorsque son père meurt, ce qui fait de lui l’objet de convoitises violentes ; Henri, héritier par défaut à la mort de son frère Ferdinand, règne sous le contrôle de sa soeur Bérengère ; Ferdinand, enfin, reste lui aussi à l’ombre de sa mère, « Berengaria regina », au moins jusqu’à la réunification du royaume de Castille et de León.

121La matière dynastique, récurrente dans l’historiographie comme nous l’avons vu, se tresse naturellement à ces histoires de famille : le ‘roman familial’ est plus que jamais d’actualité dans la narration longue des vies des monarques castillano-léonais. Il serait possible de se lancer dans la reconstruction des haines et des désirs de ces souverains, qu’on imagine en filigrane dans les textes qui nous occupent. Une telle opération ne trouverait pas sa place dans ces pages. Je veux en revanche insister sur le fait que la vérité historique se superposa parfaitement aux traditions scripturales généalogiques : le respect de la dynastie s’imposait comme une évidence narrative. Il fallait garantir la continuité du royaume et pour cela, rien de plus efficace que l’ancrage des souverains dans les empreintes de leurs parents.

122Cela dit, il importe de savoir si les clercs de la chancellerie décernèrent exactement le même poids de mémoire dynastique à chacun des monarques dont ils écrivaient les vies ; autrement dit, si les rois furent représentés dans le sillage de leurs aïeux de manière prolongée, ou bien si certains parmi eux furent vite libérés du joug familial. Quelles sont donc les informations véhiculées par nos textes concernant la filiation dynastique des souverains ? Est-ce que chacune de ces figurations comporte des divergences essentielles ? Pour répondre à ces questions, je préférerai à une impossible exhaustivité le choix d’éléments significatifs, pour chacun des souverains.

Sanche III

  • 167  Et si le diplôme n’est pas faux : González (1960 : II, 9), affirme qu’il nous a été transmis par u (...)

123Le premier document signé par Sanche, le 22 avril 1145, fait état de sa dépendance vis-à-vis de son père. Le garçon devait avoir 12 ou 13 ans ; le texte mérite qu’on s’y arrête. Car, si je ne me trompe pas167, il contient un micro-récit qui est narré à la première personne. La signature du document enferme le « je » du narrateur : elle est si proche de la date, que l’on croirait que me Santius a pénétré cette dernière :

  • 168  González (1960 : II, 9), doc. 1 : « Facta et roborata huius regie donationis carta era MCLXXXIIIa, (...)

Cette charte de donation royale a été faite et corroborée le 22 avril, le huitième jour de Pâques, en l’ère 1183, par l’Empereur Alphonse, mon père, qui règne à Tolède, León, Saragosse, Nájera, Castille, Galice, dans la neuvième année de son empire. Sous lui, moi, Sanche, le roi168.

  • 169  Je ne copie que la signature et la liste des témoins (cf. idem) : « Ego quippe rex S., qui hanc ca (...)

124Ce document, s’il est authentique, est manifestement destiné à impressionner les esprits, par la liste d’individus nommés169, et par le ton impérieux. Sanche est lié à Alphonse VII par le sang et par l’écrit ; le discours généalogique est bien présent.

125Les documents des années qui précèdent la mort de l’Empereur et l’avènement de Sanche sont naturellement marqués par la reconnaissance de l’assujettissement du fils au père. Lorsque Sanche monte sur le trône, ses diplômes martèlent la filiation du nouveau roi ; ainsi, dans le premier document qu’il donne en tant que souverain de Castille, le 28 octobre 1157, nous lisons :

  • 170  González (1960 : II, 58-59), doc. 30 : « Eapropter ego rex Sancius, Dei gratia domni Adefonsi bone (...)

Moi, le roi Sanche, fils par la grâce de Dieu d’Alphonse de la bonne mémoire, le très célèbre empereur […] Je fais ceci pour vous, pour l’amour de Dieu, et pour le salut de mon âme, et pour le secours de l’âme de mon père l’empereur, récemment décédé, et de ma mère, et de toute ma famille […] Charte faite à Soria, l’année où Alphonse, le très célèbre empereur, quitta le siècle170.

126Quelques mois plus tard, le 9 avril 1158, alors qu’il confirme son affection pour les ecclésiastiques de Palencia, le souvenir d’Alphonse VII (et des autres membres de sa famille) est toujours présent, en allant jusqu’à emplir le texte :

  • 171  González (1960 : II, 73), doc. 4 : « Idcirco ego rex Santius, Dei gratia doni Adefonsi, incliti im (...)

Moi, le roi Sanche, fils d’Alphonse, l’illustre empereur, par la grâce de Dieu, suivant les traces de mon père et l’excellent souvenir de mes aïeux, les rois Alphonse, Ferdinand et Sanche, je fais un privilège de donation et un texte de garantie, au nom de Dieu, pour l’église de San Antolín de Palencia, et pour vous Raimundo, évêque de Palencia, mon oncle, et pour tous vos successeurs, pour l’amour de Dieu et pour l’âme de mon père, Alphonse l’empereur, et de ma mère, la reine Bérengère, et de toute ma famille, pour le pardon de mes péchés […] comme il avait été institué par mon père l’empereur Alphonse et par mes grands-parents et arrière grands-parents, les rois Alphonse, Ferdinand et Sanche, et comme il est établi dans leurs privilèges171.

  • 172  Voir Manchón Gómez (2000 : 53ss)

127Le temps de Sanche III fut très bref. Il sacrifia au devoir de mémoire, tout comme les écrivains qui travaillaient pour lui et qui savaient qu’il fallait se souvenir du roi mort. La présence permanente des signes de sa filiation ne doit donc pas surprendre. Un autre facteur est à prendre en compte : Sanche avait tout à gagner à se faire représenter dans ses diplômes comme le fils d’Alphonse, famosissimus Hispaniarum imperator, alors que la rivalité avec son frère, Ferdinand II, roi de León, faisait rage. La querelle semble avoir été emportée par ce dernier, qui se fit appeler constamment dans ses documents à lui Hispaniarum/hispanorum rex. La chancellerie léonaise fut alors plus efficace que la chancellerie castillane172. Celle-ci essaya timidement de mettre la figure de Sanche au même niveau que celle de son frère ; le document daté du 13 juillet 1158 comporte dans la suscription une déclaration étonnante, mais éphémère : « Unde ego Sancius, Hispaniarum rex, imperatoris Adefonsi filius ». Sanche III mourra le 31 juillet de cette même année, quelques jours après avoir signé ce texte. Tentative avortée d’une prise de pouvoir dans le domaine de la représentation textuelle ? Nous ne le saurons jamais, même si la figure de Sanche possédait des atouts pour une propagande efficace. Ce ne fut pas au sein des diplômes de sa chancellerie que son image d’héritier fut le plus efficacement mise en avant, cependant, mais dans un texte issu du contexte monastique, le Poème de Benevívere, comme nous verrons plus bas. À la mort de Sanche III, le flambeau d’une représentation royale castillane et percutante était prêt ; ce fut le fils de ce roi qui le saisit.

Alphonse VIII

  • 173  González (1960 : II : 93), doc. 51.

128Le premier des documents portant la signature du petit Alphonse, daté de novembre 1159, contient logiquement la mention du père : « ego rex Adefonsus, Dei gratia rex Castelle, domni Sancii, bone memorie famosissimi Hyspaniarum regis, filius »173. On remarquera qu’un calque quasiment exact de la formule qui qualifiait Alphonse VII, « famosissimus Hispaniarum imperator », a été employé pour désigner l’antécesseur du nouveau souverain : Sanche est devenu « famosissimi Hyspaniarum regis ». Insensiblement dégradés, les mots qui servaient à figurer un roi figurèrent l’autre. Alphonse VIII n’avait pas le pouvoir, mais ceux qui gouvernaient à sa place avaient tenu à ce que la représentation de la filiation fût conservée. Habitude nécessaire, elle pourrait aussi vouloir signifier le maintien de la politique des ancêtres aux yeux (et aux oreilles) des vassaux, ce qui aurait facilité les projets du comte Manrique de Lara, garde du roi – il en avait obtenu la tutelle des mains de Gutierre Fernández de Castro –, et régent du royaume. En pleine discorde entre les Castro et les Lara, un document de janvier 1162 affirme la filiation du jeune souverain et le pouvoir concret des Castro :

  • 174  González (1960 : II, 98), doc. 54 : « Placuit igitur mihi Aldefonso, Hispaniae regi, uoluntate, co (...)

Il me plaît, moi Alphonse, roi d’Espagne, avec la volonté, le conseil et la faveur de mes nobles, le comte Manrique […], pour les âmes de mon père Sanche et de mon grand-père Alphonse, l’empereur174.

129À ces données s’en mêlent d’autres, relatives à l’enjeu de la suprématie politique sur la péninsule Ibérique, tantôt du côté de León, tantôt du côté de la Castille – ici, la qualification d’Hispaniae regi est éloquente.

  • 175  Est-ce que cette persistence est à mettre en rapport avec « la numérologie figurale de l’organisat (...)

130Les textes des débuts du règne d’Alphonse VIII racontent donc la continuité dynastique. J’aimerais attirer l’attention sur un détail : la formule aui mei Aldefonsi, ici rapportée à Alphonse VII, traverse les diplômes des rois castillans, acquérant une acuité particulière dans le cas de Ferdinand, comme nous verrons plus bas. Avançons que l’aïeul qui compte pour Alphonse, le modèle qu’il paraît s’être donné, si nous en jugeons par les documents de sa chancellerie, est Alphonse VII, l’empereur. L'ancêtre dont Ferdinand voudra suivre les traces est Alphonse VIII. Les petits-enfants chérissent les grands-parents ; ils les ramènent à la vie par le souvenir écrit de leur mémoire. Le nom d’« Alphonse » occupe les textes historiques. Certes, il existe une explication toute naturelle à la persistance de ce nom dans la mémoire du lignage de Castille : les deux Alphonses dont il est ici question vécurent bien plus longtemps que les monarques intermédiaires. Ils personnifièrent aussi les attitudes les plus héroïques. Le nom d’Alphonse était chargé d’une signification particulière, avant l’avènement d’Alphonse X de Castille et León175.

  • 176  Par exemple, dans le document du 4 novembre 1171, par lequel Alphonse VIII confirme une donation f (...)

131La filiation est donc racontée au long des premières années du règne d’Alphonse VIII ; le jeune souverain se présente souvent dans ses diplômes comme Santius rege filius. Ceci dit, le récit généalogique semble avoir un poids moindre après le 11 novembre 1169, date de la majorité du roi. À partir de ce moment, les formules pro animabus avi et patris mei continuent de peupler les textes, bien sûr, mais moins intensément que dans les années de la minorité. Le souvenir du père ou du grand-père marque évidemment les documents de confirmation ; il caractérise aussi les donations aux ecclésiastiques176. La mémoire du lignage garantit le salut du roi, constitue une offrande à Dieu. La filiation d’Alphonse VIII demeure dans les textes, comme l’un des attributs latents du monarque. Mais après 1169, elle semble avoir été mise en veille. Le recours explicite aux aïeux d’Alphonse est désormais accessoire ; la chancellerie semble avoir compris qu’elle avait à sa disposition des récits autrement plus efficaces que celui de la filiation du roi.

Henri Ier

  • 177  González (1960 : I, 752-760) : « Adueñado del poder de Castilla el conde don Álvaro Núñez de Lara (...)
  • 178  González (1960 : II, 664), doc. 964.

132Il était tentant de croire que les diplômes d’Henri Ier seraient caractérisés par la présence récurrente des images des ancêtres, étant donné que sa chancellerie semble avoir opté pour la continuité et que les documents de ce roi, qui ne gouvernait pas177, confirmèrent souvent les décisions d’Alphonse VIII. La réalité correspond globalement aux expectatives, même si une surprise attend au détour des textes. Les tout premiers documents d’Henri inscrivent le nouveau roi dans le sillage de ses parents (« patris mei et bonitatem eius »), avec une mention spéciale pour sa mère Aliénor (« illustrissime matris mee domine Alienoris regine bone memorie »)178 ; la figure d’Alphonse VIII apparaît régulièrement. Les éléments que nous avons reconnus dans les autres textes du corpus sont par conséquent présents dans les documents d’Henri. Le facteur nouveau est celui de la présence réitérée d’un troisième personnage, extérieur à la famille royale, dans les documents du début du règne d’Henri Ier : il s’agit de Rodrigo Jiménez de Rada.

  • 179  Idem, doc. 964, 965, 966, 967, 968, 969.
  • 180  Linehan (1993 : 315) : « In November 1214 Archbischop Rodrigo Jiménez de Rada availed himself of t (...)

133Les 5, 6 et 7 de novembre 1214, à Burgos, le roi effectue une batterie de donations en faveur de la cathédrale de Tolède et de son archevêque179. Rodrigo aurait pris le jeune roi dans son giron, à la mort du père180. Grâce aux hommes de sa chancellerie – faut-il rappeler que l’archevêque « disposait » de cet office royal –, sa proximité au monarque fut transformée en portrait héroïque, portrait véhiculé par les diplômes royaux. Le nombre de ces représentations et la minutie avec laquelle elles ont été composées méritent qu’on leur consacre un peu de notre attention.

134Lorsque le 6 novembre 1214 Pedro Ponce, sous l’autorité de Diego García, fait écrire le document par lequel le nouveau roi détermine les limites de Milagro, en faveur de l’église de Tolède, le résultat est le suivant :

  • 181  González (1960 : III, 666), doc. 965 : « Cum ergo Toletana ciuitas, peccatis exigentibus, castris (...)

Comme la cité de Tolède, à cause des péchés des hommes, est proche des châteaux et des places fortes des Sarrasins, elle subit des attaques fréquentes, à l’issue desquelles beaucoup de chrétiens sont emmenés en captivité, et beaucoup périssent par l’épée. Mais le passage des Sarrasins à travers lequel la cité est le plus souvent assaillie est celui d’Alhover, par lequel, comme s’il s’agissait d’une voie publique, ils ne cessent de l’attaquer. Vous, Rodrigo, archevêque de Tolède, primat des Espagnes, vous avez construit au-delà de ce passage une place forte nommée Milagro, et là-bas vous avez enduré des peines, des tribulations et des dangers, pour sauver la ville de Tolède et pour le service de mon père, l’illustre Alphonse de bonne mémoire, et pour mon service. Vous avez aussi dépensé une très grande partie des rentes de l’église tolédane. Dieu, par la main de vos vassaux, dont le sang fut versé par les mains des Sarrasins lors de l’assaut, libéra la place d’Alhover miraculeusement. C’est pourquoi moi, Henri […]181.

135Rodrigo a accepté de vivre des tribulationes et labores et periculum au service de l’ancien et du nouveau monarque ; il est passé à travers l’épreuve du sang (versé par ses vassaux). On n’est pas loin du régistre épique : Rodrigo est représenté comme le héros de Tolède dans cette charte. Beaucoup pourrait être dit sur ce portrait, inséré dans le dispositif du document et construit autour d’une intrigue : le cadre est celui du danger vécu par les chrétiens de Tolède ; le noeud, les travaux de Rodrigo ; le dénouement est double : d’abord, la libération de Milagro, la bien nommée (miraculose liberauit), ensuite la récompense octroyée par la couronne.

136Le 7 novembre 1214, Henri donne des moulins situés près d’Alarcos à la cathédrale de Tolède et à Rodrigo ; on lit dans le document :

  • 182  González (1960 : III, 670), doc. 967 : « Ego Henrricus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, attende (...)

Moi, Henri, roi de Castille et de Tolède par la grâce de Dieu, considérant les divers travaux et les dépenses immenses que vous avez faits pour mon père pendant la prise du château d’Alarcos et d’autres châteaux forts qui furent conquis par mon père lorsqu’il vainquit le roi du Maroc aux Navas de Tolosa, je vous donne et vous concède […]182.

  • 183  Le Planeta de Diego García débute par un très long prologue dont la dédicace, adressée à Rodrigo J (...)
  • 184  Voir Annexe 2 : la même équipe se chargea d’écrire les documents en question.

137À un héros succède l’autre : Alphonse, triomphateur pour l’éternité à Las Navas de Tolosa, était secondé par Rodrigo. Le premier n’aurait rien pu faire sans le second, laisse entendre le texte : l’archevêque a financé la campagne (« expensas quas fecistis ») mais il a aussi donné de sa personne (« attendens labores uarios et graues »). Tressée avec la figure d’Alphonse, celle de Rodrigo est rehaussée – tout comme celle d’Henri, d’ailleurs, qui achève les réalisations du père. À l’ombre d’Alphonse VIII surgissent deux silhouettes intéressées par le pouvoir ; Rodrigo Jiménez de Rada réussit mieux à ce jeu-là qu’Henri Ier : il avait pour lui la chancellerie. Je crois que Rodrigo donna des indications précises à Diego García pour que ses subalternes mettent par écrit des portraits avantageux de sa personne. Les deux hommes étaient proches ; du moins, Diego admirait Rodrigo183. Au risque de me tromper, j’irais jusqu’à suggérer que les idées générales de l’archevêque arrivèrent au notaire Pedro Ponce via Diego García, et que ce fut Pedro Ponce qui mit en ordre la materia et construisit les séquences narratives, pour ensuite demander au scribe Pedro de rédiger les documents contenant la narration des gestae de l’archevêque184. Je n’ai pas de preuves de ce que je viens d’avancer ; le nom de Pedro Ponce revient cependant avec une telle régularité lorsqu’il s’agit de signaler des modifications du code scriptural diplomatique que l’hypothèse ne me paraît pas tout à fait absurde.

138Rodrigo Jiménez de Rada envahit donc ponctuellement l’écriture du lignage d’Henri Ier lorsque celui-ci accède au trône de Castille. La situation redevient rapidement à la normale, la figure du père étant fréquemment remémorée dans les documents du fils. Une évolution imperceptible semble néanmoins se dessiner après les premiers mois de règne. Si les documents de la fin de 1214 et début 1215 sont marqués par l’évocation constante d’Alphonse VIII, bone memorie ou felicissime memorie, la chancellerie d’Henri semble abandonner progressivement le souvenir du père du roi, au moins pour l’écriture des affaires courantes. Les deux dernières années d’Henri sont relativement exemptées du poids du lignage. Ce changement se justifie par le temps qui passe, et par le désir de proposer aux vassaux une figure monarchique consolidée. Que la réalité n’eût pas grande chose à voir avec la représentation, dans le cas d’Henri Ier, est une autre question.

139Nous aurions probablement raison de nous demander si le changement de chancelier eut un rapport avec cette transformation mineure : en avril 1215, Diego García abandonne son poste et est remplacé par Rodrigo Ruiz. Est-ce que les modifications scripturales des documents d’Henri peuvent être expliquées par cette relève du personnel de la chancellerie ? Peut-être ; n’oublions pas toutefois que d’autres interprétations, moins circonstancielles, peuvent être proposées.

140Alphonse VIII reste toujours en place dans les textes : il ne saurait en être autrement, puisque Henri Ier eut à s’entendre avec ceux qui avaient œuvré pour son père. Ceci explique, par exemple, l’évocation dithyrambique qui déclare les raisons d’une donation à l’Ordre de Santiago, le 29 décembre 1216 : « Iccirco ego Henricus […] pro multis et strenuis factis et seruiciis que, tam patri meo domino A., felicissime memorie regis et ducum Cartaginis uictori exhibuistis inclito […] ». Le souvenir du père porte le pouvoir du fils. Les diplômes d’Henri réservent une place d’honneur à l’image du roi Alphonse VIII. La mémoire du lignage imprègne les documents d’un monarque installé au carrefour de la représentation d’images royales diverses : l’arrière grand-père, empereur ; le grand-père, roi désiré ; le père, vainqueur de Las Navas. Les figures ancestrales pesaient très lourd après 1212 ; Henri (ou ceux qui avaient en charge l’appareil idéologique du royaume) réussit avec peine à se manifester individuellement, au milieu de ces géants. Son neveu Ferdinand ne semble pas s’être mieux tiré d’affaire, du moins pendant les premières années de son règne.

Ferdinand III

  • 185  González (1983-86 : 7), doc. 1, daté de 1217, à Burgos.

141Le petit-fils d’Alphonse VIII apparaît en effet, dans le cadre de ses diplômes, entouré des figures de ses aïeux et de sa mère Bérengère. À la différence de Sanche et Alphonse, il n’est pas représenté seul – les figures protectrices s’immiscent dans les textes documentaires après 1214. Le premier des diplômes que nous conservons signé par Ferdinand, objet hautement symbolique, geste initial de pouvoir, est marqué par la mémoire du grand-père : « avus meus dominus Alfonsus recordationis felicissimae […] volo enim quod facta et institua aui mei »185. Le jeune roi confirme une donation effectuée par Alphonse VIII ; il se situe exactement dans le sillage du vainqueur de Las Navas, non dans celui du souverain qui l’avait précédé sur le trône.

  • 186  González (1960 : III, 664), doc. 964. Pour Sanche et Alphonse, voir plus haut.
  • 187  Martin (2005).
  • 188  Voir idem (2005 : 576.

142Il coupe ainsi la chaîne des premières chartes données par les nouveaux rois : Sanche III se plaçait sous la protection de son père (« rex Sancius […] Hispaniarum imperatoris filius »), tout comme Alphonse (« rex Adefonsus […] domni Sancii […] filius ») ; Henri était moins explicite (« ego Henricus, attendens stremitatem et honestatem patris mei »186), mais maintenait la lignée. Ferdinand ne pouvait pas se référer à son père Alphonse IX, roi de León. Il ne trouvait sans doute pas d’intérêt à énoncer ses liens avec Henri. Le socle de son gouvernement, dans la représentation, pouvait être son grand-père Alphonse ; mais il fallait un autre pilier : sa mère, Bérengère187. Car tout au long des années pendant lesquelles Ferdinand régna uniquement sur la Castille, les hommes de sa chancellerie prirent soin d’indiquer que les actions de Ferdinand avaient lieu ex assensu et beneplacito dominae Berengariae reginae (formule qu’on trouve répétée, avec quelques variantes, dans tous les documents émis entre 1217 et 1230188). Le roi castillan n’avait pas une seule ombre tutélaire ; il en avait deux. La présence constante des figures d’Alphonse et de Bérengère dans les actes martèle le lignage du souverain. La chancellerie avait sans doute compris la nécessité d’inculquer dans les croyances collectives la réalité de ce double pouvoir : Ferdinand ne pouvait pas gouverner sans Bérengère, et tous les deux cherchaient la protection accordée par la figure d’Alphonse VIII. Probablement, ce fut Bérengère qui fit le nécessaire pour que la représentation de son père ne quitte pas les textes au bout de quelques mois, comme ce fut le cas pour les ancêtres de Ferdinand, mais demeure ancrée dans les diplômes pendant des années.

  • 189  González (1983-86 : I, 20), doc. 13.
  • 190  Idem (1983-86 : 40, doc. 31).

143La représentation d’Alphonse VIII est très fréquente dans les textes de la chancellerie. Elle adopte des modalités diverses : de l’évocation élogieuse (« ab illustrissimo auo meo domno Alfonso rege felicis recordationis »189, avec des variantes), à la narration des exploits mémorables du monarque (« facta magnifica avi mei, domini Aldefonsi regis praeclarae memoriae, Almiramomini et ducum de Marruecos victoris incliti »190), la figure d’Alphonse est longtemps déclinée. Si la construction idéologique d’un monarque chrétien victorieux, incarnée par Alphonse VIII, exista réellement, elle trouva véritablement un espace privilégié d'épanouissement dans les textes de la chancellerie de Ferdinand III. Avant les chroniques, les récits de la prise de Cuenca et de Las Navas avaient été introduits dans les diplômes, et avaient dû pénétrer l’imaginaire des vassaux du roi. Dans les documents du petit-fils d’Alphonse VIII fut scellée l’aura héroïque de ce roi ; Juan Díaz tenait alors la chancellerie.

144Une telle représentation avait commencé au dernier quart du XIIe siècle, comme on l’a suggéré et on constatera plus loin ; elle avait bénéficié des événements de juillet 1212 et avait été rapidement mise en texte. Cependant, elle restait embryonnaire à la fin du règne d’Alphonse VIII. Les hommes de la chancellerie se chargèrent de développer les images de la gloire de ce monarque. Leur œuvre dans ce sens – plus précisement, l’œuvre du chancelier Juan – fut intense pendant les premières années du règne de Ferdinand. Le contenu des micro-récits des documents d’Alphonse passa souvent dans le corps des textes ; l’esthétique de la brièveté joua son rôle ; l’efficacité et l’acuité de semblable construction idéologique n’est pas à mettre en doute.

  • 191  Idem : 13, doc. 7.
  • 192  Idem : 17, doc. 10.
  • 193  Manchón Gómez (2000 : 204).

145Car les textes de Ferdinand prirent le relais pour véhiculer une épithète qu’une autre chancellerie, castillane aussi, avait attribué à Alphonse de son vivant, avec une intention laudative patente ; il s’agit de serenissimus. Dans nombre des documents rédigés sous le contrôle du chancelier Juan, le grand-père de Ferdinand reçoit à nouveau ce qualificatif : « a serenissimo auo meo domino A. »191, « a serenissimo auo meo domno A., felicis recordationis »192, par exemple. Or serenissimus n’est pas anodin, comme l’a expliqué Raúl Manchón Gómez. Cette épithète, solennelle et attribuée jadis aux rois de León, fut employée par la chancellerie d’Alphonse VIII à de très nombreuses reprises193.

  • 194  Idem.
  • 195  Voir Annexe 3.

146Manchón Gómez suggère que son usage constitue « une manifestation de la propagande destinée à promouvoir l’idée de la supériorité d’Alphonse VIII face à la faiblesse de Ferdinand II, roi de León »194. Trois chanceliers différents avaient eu la charge nominale de la chancellerie en ces années-là : Raimundo, Guillermo et Pedro de Cardona. Que l’initiative d’un choix si significatif revienne à l’un de ces trois hommes aurait pu paraître une hypothèse admisible, n’était-ce la présence dans la chancellerie castillane entre 1169-1182 d’un notaire, actif lorsque cette épithète fut proposée aux vassaux pour qu’ils puissent prendre la mesure de la grandeur de leur souverain. Ce clerc, c’était Pedro de Santa Cruz195.

  • 196  González (1983-86, I : 27), doc. 18.
  • 197  Une série des documents édités par González (1983-86, doc. 64-72), datés de 1219, se passe de la r (...)

147Juan Díaz donna probablement l’ordre de reprendre l’ancienne épithète, qu’il attribua aussi à Bérengère : serenissime matris mee, lit-on dans l’un des documents196. Le grand-père et la mère se retrouvaient ainsi nouvellement liés dans la mémoire textuelle ; le rayonnement du grand-père déteignait sur le petit-fils. Une lecture attentive des documents de Ferdinand montre que, si la figure d’Alphonse va en s’estompant, elle occupe une place régulière jusqu’aux alentours de 1220-1221197. Alors que les images du grand-père commencent à ne plus être tellement assidues, la chancellerie de Ferdinand inaugure l’inclusion de micro-récits dans les dates des diplômes ; s’agit-il d’un hasard ? Ou bien la parution de ces lieux textuels, qui devaient être ressentis comme exclusifs du monarque vivant, chassa-t-elle, en quelque sorte, la représentation d’Alphonse, roi mort ? Même après la rédaction du premier micro-récit l’ombre du grand-père continue de s’allonger sur les textes de Ferdinand, et ce, pendant des années encore. L’évocation d’Alphonse VIII disparaît peu à peu, coïncidant peut-être avec la naissance de l’héritier de Ferdinand, le futur Alphonse X de Castille et León.

148Ferdinand fit écrire des textes qui évoquaient Alphonse VIII pendant une durée relativement longue, au long des quatre ans qui suivirent son avènement. Henri Ier semble s’être défait rapidement de la tutelle des ancêtres ; Alphonse, à partir de sa majorité, à 15 ans, préféra des représentations innovantes de sa puissance à la fidélité aux images traditionnelles de ces aïeux. Pour Sanche, on ne sait pas ce que ses textes auraient pu proposer ; on imagine volontiers que ce souverain se serait affranchi rapidement des figures de son lignage. Le cas de Ferdinand semble donc à part, pour le début de son règne. Dans le paysage que j’ai tenté d’esquisser, il apparaît comme un roi sous influence.

Biographies de rois

149L’étude de la mémoire du lignage nous a plongés dans le passé, que les hommes de la chancellerie faisaient revivre pour mieux donner à entendre les fondements du pouvoir actuel des monarques qu’ils servaient. L’analyse des éléments biographiques des rois que l’on retrouve dans les textes documentaires nous conduira au présent des années 1157-1230 et au choix réalisé, par les clercs de la chancellerie, de certaines actions mémorables réalisées par chacun des souverains. Notre attention se portera vers les micro-récits. Lorsque cela sera possible, nous comparerons les informations véhiculées par les diplômes avec celles qu’on trouve dans la CRC – très ponctuellement aussi, avec le contenu des ATP. Cette comparaison nous permettra peut-être de discerner le degré de vérité et de vraisemblance du discours des textes de la chancellerie.

Sanche III

  • 198  González (1960, II : 14), doc. 4, par exemple (daté du 8 août 1151) : « Facta carta confirmationis (...)

150Les éléments de la vie de Sanche mis en avant par les micro-récits documentaires ne sont pas nombreux. Comme nous l’avons indiqué, c’est sa condition d’héritier de l’Empereur qu’ils soulignent avant 1157198. Ces narrations sont particulièrement intéressées par l’identification des monarques péninsulaires qui doivent allégeance à Alphonse VII, comme on peut le voir dans le document daté du 14 mars 1152, où à l’évocation succincte de l’adoubement de Sanche suit la narration du siège de Jaén et l’énumération des possessions de l’Empereur, ainsi que des vassaux de celui-ci :

  • 199  González (1960 : II, 17), doc. 6 : « Facta carta in Otero de Sellas, quando rex Sancius fuit armat (...)

Charte faite à Otero de Sellas, l’année où le roi Sanche fut adoubé à Valladolid, quand l’empereur assiégeait Jaén, en l’ère 1190, aux premiers jours de mars. Alphonse l’empereur régnait à Tolède, León, Galice, Castille, Nájera, Saragosse, Baeza et Almería. Raymond, le comte de Barcelone, était alors le vassal de l’empereur, et le roi Sanche aussi199.

  • 200  González (1960 : II, 74), doc. 41, daté du 9 avril 1158.

151Bien évidemment, la chancellerie d’Alphonse VII tenait à expliciter la puissance de celui-ci. On a vu plus haut que le vasselage du comte de Barcelone et de Sanche VI de Navarre était un atout de taille : entre l’automne 1157 et la fin de l’été 1158, les documents de la chancellerie castillane se terminent souvent par « Raimundo comite Barchinone et Sancio rege Navarre existentibus vassallis domini regis ». La possession du royaume semble avoir été l’action la plus remarquable de Sanche III ; l’héritage fut son exploit. Pendant le bref règne de Sanche III, les écrivains qui travaillaient pour lui rappellèrent, essentiellement, sa royauté : « Regnante rege Santio »200.

  • 201  González (1960 : II, 90), doc. 50, daté du 30 juillet 1158.

152La biographie de Sanche III dans la CRC mérite notre attention. L’exacte littéralité de la transcription des documents rédigés sous le contrôle de ses prédécesseurs à la chancellerie ne semble pas avoir préoccupé Juan Díaz, qui ne respecte pas la titulature de Sanche dans les diplômes : là où l’on lit, dans le dernier document signé par ce roi, « Regnante eodem rege Sancio in Toleto, in Extremadura, in Castella, in Burgis, in Naiara, in Gronio et in Calagurra »201, Juan a écrit :

  • 202  Charlo Brea (1984 : 8) : « Sancio scilicet, primogenito, dedit Castellam et Abulam et Segouiam et (...)

À Sanche, l’aîné, Alphonse VII donna la Castille et Àvila et Ségovie et d’autres villes de l’Extremadura et de Tolède, et toutes celles qui sont au-delà des montagnes202.

  • 203  Idem (1984 : 5).

153Sanche III ne semble avoir été pour le chancelier de Ferdinand III que le « patrem illustrissimi regis Alfonsi domini nostri »203. Juan va jusqu’à inclure un récit étonnant sur Sanche dans la première partie de sa chronique, consacrée aux aïeuls d’Alphonse VIII. Il y raconte comment,

  • 204  Idem : « Eadem tempestate surrexit alius in Castella, qui se finxit falso tertium/tamen, regem San (...)

Il apparut alors en Castille un individu, qui feignait d’être le roi Sanche III, le fils de l’empereur, le père du très illustre roi Alphonse notre seigneur. Mais il finit sa vie pitoyablement, comme l’autre en Aragon204.

  • 205  Signalons que rien n’est dit dans les micro-récits sur la victoire des chevaliers d’Ávila, command (...)

154Un faux Sanche aurait surgi en Castille, comme le faux Alphonse I le Batailleur en Aragon des années plus tôt. Le texte n’est pas clair, l’information non plus. Elle suggère que Juan aurait inclus des légendes ou des rumeurs dans sa chronique, et confirme que Sanche III était, pour les hommes de 1220-1230, celui qui avait préexisté à Alphonse VIII. Les documents du présent de Sanche, quant à eux, suggèrent uniquement le potentiel du fils de l’Empereur205.

Alphonse VIII

  • 206  Pérez González (1987 : 135). Cf. González (1960, I) et Martínez Díez (1995).

155Des informations relatives à la biographie d’Alphonse VIII dans les chartes émises par sa chancellerie se détachent plusieurs noyaux forts, qui tranchent avec les donations, confirmations, traités de paix, que le roi fait mettre par écrit et constituent, eux aussi, la matière de son histoire de souverain. Ces moments forts ont été narrés dans les micro-récits des dates. Maurilio Pérez González en a fait le relevé ; les événements que la chancellerie castillane met par écrit avec une ténacité particulière, insistant sur l’intrigue, réitérant longtemps les actions du roi, sont : la campagne en Navarre (1172-76), la conquête de Cuenca (1177), le traité de Cazola avec Alphonse II d’Aragón (1179), les fiançailles de Bérengère et Conrad de Hohenstaufen (1188), la récupération de l’Infantazgo et les traités de paix avec le royaume de León (1182-1194), la naissance des infants Sanche (1181) et Ferdinand (1189), la victoire de Las Navas de Tolosa (1212)206. On pourrait ajouter d’autres circonstances, rappelées avec emphase par les clercs de la chancellerie, comme par exemple l’adoubement d’Alphonse IX de León par Alphonse VIII en 1188, dont il a déjà été question dans ces pages.

  • 207  Les documents des mois postérieurs à Alarcos sont peu nombreux, comme s’il y avait eu un ralentiss (...)
  • 208  Il meurt le 14 octobre 1211.

156Il m’importe cependant de signaler à présent que, dans la biographie d’Alphonse VIII échafaudée par les micro-récits documentaires, des lacunes notables apparaissent : quiconque lira l’énumération qui précède remarquera l’absence d’un épisode très connu, aussi connu au moins que celui de Las Navas de Tolosa qui détermina le triomphe de la figure de ce roi. Je pense, bien sûr, à la défaite d’Alarcos en 1195. Rien n’est dit sur Alarcos dans les dates – ni ailleurs – des textes de la chancellerie postérieurs au 18 juillet 1195207. Le silence s’impose aussi pour ce qui est du trépas des fils du roi. Leur décès est évoqué, en revanche, dans le corps du texte ; ainsi, par exemple, la mort de Ferdinand est mise par écrit dans des documents de novembre 1211208 : « spiritum karissimi primogeniti mei dompni Ferrandi, quem troni regni heredem diuina disponente gratia habere non potui ». La douleur du souverain était bel et bien gravée sur les diplômes d’Alphonse VIII ; mais elle n’atteignit pas les micro-récits des dates. Ceux-ci semblent avoir été réservés aux seules narrations des actions victorieuses (ou glorieuses) du monarque. Alphonse y est dépeint avec les couleurs du résultat de ses prouesses ; les écrivains du roi ne retinrent que l’après exploit. L’auditeur des diplômes savait ou imaginait le souverain dans l’aventure et l’affrontement nécessaire à la victoire ; seules les issues favorables au conflit lui étaient présentées. Les micro-récits contiennent des narrations totalement positives des gestes d’Alphonse VIII, d’où la tristesse est bannie. Il y a eu donc sélection dans le choix de la matière apte à la narrativisation.

  • 209  González (1960 : I, 96), doc. 53 daté du mois de mars 1161.
  • 210  Pour le conservatisme ou l’innovation des formules de datation, Pérez González (1987).
  • 211  González (1960 : I, 119), doc. 69, daté du 15 juin 1165 : « Facta carta in Villacisla quando rex t (...)

157Les dates des diplômes du début du règne d’Alphonse VIII s’apparentent à celles que la chancellerie de Sanche III avait rédigées pour celui-ci. Elles exposent la figure du roi, « regnante Adefonso in Toleto et in Castella »209. Très liées à la signature, elles prolongent la datation « classique » des documents jusqu’en 1169210, même si à plusieurs reprises un événement vient marquer, de façon éphémère, la formule de la date et la transforme en très bref récit211. Alphonse devient protagoniste des narrations qui closent ses diplômes l’année de sa majorité ; le 11 novembre 1169, ses clercs écrivaient :

  • 212  Idem (1960 : I, 212), doc. 124 : « Facta carta aput Burgis, era MaCCa VIIa, in die Sancti Martini, (...)

Charte faite à Burgos, ère 1207, le jour de San Martín, au temps où le très serein roi Alphonse y célébra sa première curia, alors qu’il régnait sur Tolède, Castille, Nájera et Extremadura212.

158Le roi, dont il a été dit dans le dispositif comment il prit l’épée de l’autel, marque la mémoire de sa première action réelle de gouvernement – la célébration d’une curia extraordinaire –, ainsi que de l’énumération de ses possessions et de l’épithète serenissimus qui, déjà, en dit long sur la position que sa chancellerie cherche à lui attribuer dans l’édifice de la monarchie péninsulaire.

159Ce micro-récit signifie une intuition des potentialités du récit diplomatique, car il complète l’information du dispositif : le jeune roi a pris les armes et convoqué une curia extraordinaire ; la narration fait le monarque, le présente à ses vassaux dans sa nouvelle position d’autorité. Le document du 11 novembre 1169 est en ce sens exemplaire : seuls les faits réels y sont consignés, mais dans ce cas la réalité narrée prend l’allure du roman. Rappelons ce qui a été dit plus tôt dans ces pages : ce diplôme contient le récit complet de l’adoubement d’un nouvel héros, le roi de Castille Alphonse VIII. Les moines de San Zoilo de Carrión, les habitants de cette ville, ceux qui participèrent à la curia, les proches du monarque, ses clercs… ils eurent tous accès à un récit vrai, qui ressemblait beaucoup aux récits fictionnels qu’ils avaient sans doute entendus.

  • 213  González (1960 : II, 314), doc. 188 :  « tunc temporis serenissimus rex Ildefonsus Nauarrorum rege (...)

160Des années passèrent avant que ce pressentiment du pouvoir de l’écriture ne s’installât dans les usages de la chancellerie. Dans le document rédigé le 18 septembre 1173, la date, jusque-là destinée à la simple indication chronologique et ne contenant que des variantes de la formule regnante serenissimo rege Ildefonso, s’ouvre à nouveau au récit : « Facta carta Artaisone in Navarra, quando rex Aldefonsus uenit cum graui exercitu super Nauarros »213. À partir de ce moment, les micro-récits seront très fréquents dans les diplômes d’Alphonse VIII. Leur présence dans les textes documentaires a quelque chose du cachet, qui montre aux auditeurs du texte qu’ils sont devant une action héroïque et mémorable. Dans la synchronie, les récepteurs des diplômes marqués par les micro-récits se trouvaient devant un concentré d’écriture délectable ; dans la diachronie, ils auraient reconnu le monarque victorieux. Les micro-récits des diplômes d’Alphonse VIII absorbent, d’une certaine manière, le reste du discours : ils attachent une splendeur au bout du texte, destinée à tous, avant les confirmations individuelles. Examinons cela de plus près.

161La grille proposée par Maurilio Pérez González correspond à la réalité du corpus documentaire d’Alphonse VIII ; je ne l’adopte pas totalement, pour ne pas amplifier vainement la démonstration. Je me limiterai à étudier trois épisodes de la biographie d’Alphonse VIII : la campagne de Navarre, la conquête de Cuenca, et la bataille de Las Navas.

La campagne en Navarre

162Le premier micro-récit qui raconte cet événement date donc de septembre 1173. Il marque les diplômes d’Alphonse VIII pendant une année, jusqu’au 14 septembre 1174. Il présente des variantes : à la date citée – « quando rex Aldefonsus uenit cum graui exercitu super Nauarros » – succèdent :

  • 214  Doc. 189, 190, 194, 195, 196, 197, 198, 199, 200, 202, datés du 23 octobre 1173 au 31 mars 1174.
  • 215  Doc. 209 et 210, du mois d’août 1174 : « in anno quo rex Aldefonsus equitauit super Nafarram et de (...)

a. quand le très serein roi Alphonse vainquit le roi de Navarre et parvint jusqu’à Pampelune214,
b. l’année où le roi Alphonse chevaucha sur la Navarre et vainquit le roi de Navarre et obtint la victoire. Par la grâce de Dieu, surpassant le Navarrais, il l’assiégea au château de Leguin pendant deux jours, mais celui-ci s’évada furtivement, la nuit, échappant ainsi à ses mains215,

et enfin :

  • 216  Doc. 211, de septembre 1174 : « anno illo quo serenissimus rex A. Nauarram intrauit et Pampilonam (...)

c. l’année où le très serein roi Alphonse entra en Navarre et parvint jusqu’à Pampelune et vainquit le roi des Navarrais216.

  • 217  González (1960 : I, 800) : « [Alfonso VIII] penetró también en Navarra, como en el año anterior ; (...)
  • 218  « Quando rex Aldefonsus erat in terra de rege Sancio Navarre. Regnante eodem rege Aldefonso in Tol (...)

163Au fur et à mesure que les mois passent, à la chancellerie de Castille on écrit des récits où l’intrigue paraît se trouver enrichie. Ainsi, b. contient des motifs qui ne se trouvent pas dans les autres micro-récits cités et qui correspondent à des prototypes épiques ou romanesques, tels que la chevauchée du souverain/héros, le siège du château et l’évasion nocturne de l’adversaire217. Certes, l’épisode de Leguin eut lieu en août 1174, ce qui signifie que les récits antérieurs ne pouvaient pas raconter cet événement. Le récit de septembre pouvait, en revanche, détailler à nouveau l’aventure d’Alphonse VIII ; il ne le fit pas, préférant se limiter à la victoire du roi castillan sur Sanche VI et à son entrée dans Pampelune. La mise en scène de b. semble se justifier par les faits historiques ; toutefois, la présence de ce joli micro-récit détonne un peu si nous tenons en compte la discrétion qui suivit, d’autant plus qu’un document de La Rioja daté de septembre 1174 (contemporain donc à la circonspection de la chancellerie castillane) se fait l’écho, avec plus de détail, des circonstances de l’expédition218.

164Nous ne saurons pas pourquoi, au cours de l’été 1174, l’un des écrivains du roi se lança dans l’écriture d’un récit bref qui contient en soi le germe d’une grande narration romanesque. J’aimerais affirmer qu’il y eut progression dans les pratiques scripturales de certains des clercs de la chancellerie, mais je craindrais de me tromper. Car si nous nous tournons vers les individus qui étaient derrière ces textes, la situation n’est pas si claire.

  • 219  Voir Annexes 2 et 3.
  • 220  Pour les enjeux de la posession de La Rioja et les conflits avec la Navarre, voir González (1960 : (...)

165Helias écrivit le premier micro-récit de septembre 1173. Il s’agit d’un notaire qui travailla pour le chancelier Raimundo pendant les mois d’été de cette année-là219. Une fois parti, Pedro (‘Petrus’), que nous avons identifié comme Pedro de Santa Cruz, prit le relais. Il n’était pas seul, Veremundo s’occupait aussi de rédiger les diplômes du roi au cours de cette période. Tous les diplômes qui contiennent le micro-récit a. sont dus à Pedro de Santa Cruz (sauf ceux qui ne portent pas de signature ou bien indiquent le seul nom de Raimundo). Le document où se trouve le micro-récit c. n’est pas signé. Les deux micro-récits où la mise en scène des actions d’Alphonse VIII nous frappe, c’est-à-dire ceux qui correspondent à b., portent soit le nom de Raimundo seul, soit celui de Veremundo. On aurait aimé qu’ils fussent signés de Pedro de Santa Cruz… Faut-il plutôt croire que les narrations sont issues de la volonté du chancelier Raimundo ? Je ne sais pas. Nous avons cru constater des changements dans la production de la chancellerie au moment où Pedro de Santa Cruz se chargeait de la rédaction des documents du roi, comme l’utilisation de l’épithète serenissimus ou la composition de l’épisode de l’adoubement d’Alphonse. Que ce clerc ait été séduit par l’écriture et ait participé à la création de l’aventure du château de Leguin est une hypothèse envisageable, qui reste cependant une hypothèse. Nous n’avons pas de preuves, et ce n’est pas son nom qui signe la rédaction des deux textes en question. Toujours est-il que, Pedro de Santa Cruz aux commandes ou pas, à la fin de l’année 1174 Alphonse VIII possédait déjà son aura de héros romanesque, en vertu du travail de ses clercs qui avaient écrit une vérité voisine de la fiction220.

La conquête de Cuenca

  • 221  Dans une bibliographie abondante, voir Díaz-Ibáñez (1997), Grassotti (1982), Powers (1988, 2000, 2 (...)

166Avant d’arriver à l’étude du prologue du Forum Conche, pièce issue de la chancellerie d’Alphonse dont le contenu est en rapport avec la prise de cette ville, il faut commenter le récit qui en fut fait dans les diplômes. La conquête de Cuenca fut un événement majeur dans le règne d’Alphonse VIII221. Juan Díaz la racontait comme suit dans sa CRC :

  • 222  « In adolescentia constitutus obsedit Concam, quam longo tempore tenuit obsessam, et per gratiam d (...)

Alors qu’il était adolescent, il assiégea Cuenca, qu’il tint encerclée pendant longtemps, et il la conquit et la prit ; il lui conféra la dignité pontificale. Elle est aujourd’hui l’une des cités les plus nobles du royaume de Castille, protégée par sa position naturelle et par l’art de l’homme222.

167On sent bien que Juan n’écrit pas en tant que témoin, mais comme récepteur d’une histoire qu’on lui a rapportée ; il semble même plus intéressé par l’état actuel de l’épiscopat de la ville que par l’évocation de sa conquête.

  • 223  Charlo Brea (1984 : 10) : « Recuperauit postea Lucronium et alias uillas et castra uersus Nauarram (...)
  • 224  González (1960 : I, 816-820), Martínez Díez (1995 : 85)
  • 225  González (1960 : II , 583), doc. 344.
  • 226  Nous ne savons pas si le chancelier Juan avait eu accès à des brouillons des documents des annèes (...)

168Pour le chancelier, le premier épisode marquant de la vie du jeune roi est celui de Cuenca. Rien n’est dit dans la CRC sur la campagne en Navarre des années 1173-1174. Aussitôt expédié le récit de Cuenca, on lit dans cette chronique comment le roi castillan avait récupéré Logroño223, dont l’acquisition figure effectivement dans les dates de l’année 1180224 – « anno secundo ex quo A. rex prefatus serenissimus Lucronium a rege Nauarre acquisivit »225. Soit Juan Díaz ne connaissait pas les documents d’août 1174 qui avaient réservé une place d’honneur à la narration de l’aventure de Leguin226, soit cet épisode ne l’avait pas intéressé. La prise de Cuenca elle-même ne semble pas l’avoir beaucoup impressionné, contrairement à ce qu’avaient ressenti les clercs qui travaillaient pour Alphonse VIII durant le dernier quart du XIIe siècle, et contrairement à ce que Rodrigo Jiménez de Rada dut en penser soixante ans plus tard, puisqu’il consacra un chapitre de son Historia de rebus (VII, xxvi) au récit minutieux et dithyrambique de la conquête de cette ville. La vérité de Juan ne correspondait pas à celle de la chancellerie des années 1170-1180 ; à celle de l’archevêque, non plus.

  • 227  González (1960, II : 483), doc. 294.
  • 228  Linehan (1993 : 290).

169Le chancelier de Ferdinand n’accorda donc pas réellement son attention à la conquête de Cuenca ; la chancellerie d’Alphonse fut, en revanche, passionnée par ce fait d’armes du souverain. Les diplômes des années qui suivirent la conquête de la ville sont très fréquemment marqués par des micro-récits sur l’événement, dans lesquels on peut lire, par exemple : « Anno primo Quoncam, diu expugnata, conatu robusto ualidaque manu, diuina fauente gratia, rex Adefonsus cepit »227. Toute la matière des micro-récits qui suivront y est déjà : la puissance d’Alphonse et la faveur divine. Les hommes de la chancellerie répétèrent régulièrement des variantes de ces postulats jusqu’en 1182 ; la prise de Cuenca signa effectivement un avant et un après dans la carrière royale d’Alphonse VIII228.

  • 229  González (1960 : II, 451), doc. 273.
  • 230  Idem (1960 : II, 475), doc. 289.
  • 231  Idem (1960 : III, 682-683), doc. 395.

170Les textes documentaires portent l’estampille de la campagne de Cuenca depuis le début de l’année 1177, lorsque commença le siège – « facta carta in obsidione de super Concam»229 –, en passant par le 14 septembre 1177, date de l’entrée des chrétiens dans la ville – « facta carta in Conca, quando fuit capta »230 –, jusqu’à la fin de 1182 – « facta carta apud Burgis […] anno sexto ex quo serenissimus rex Aldefonsus Concham fidei christiane viriliter subiugauit, anno secundo ex quo Infantaticum a rege Ferrando patruo suo acquisivit »231. Pendant cinq ans, le rythme de l’inclusion des récits de Cuenca varia, ils furent mélangés à d’autres récits. Malgré ces transformations, la durée de vie de cette narration dans les pratiques scripturales de la chancellerie castillane signifia une volonté certaine de conserver l’événement dans la mémoire collective, pour en faire le socle de changements à venir dans le programme idéologique de la royauté. De quoi sont faits les micro-récits de ces années-là ?

171Commençons par dire que la chancellerie enterina l’épithète serenissimus comme attribut spécifique de l’Alphonse VIII victorieux à Cuenca. À partir de la mi-1178, le souverain reçut constamment cet adjectif empreint de magnificence, qui lui avait été déjà assigné par le passé, le 11 novembre 1169, et lors des narrations sur la campagne en Navarre. La période du succès de « serenissimus » dans l’écriture de la chancellerie coïncida avec le départ de Pedro de Santa Cruz et l’arrivée de Gerardo.

  • 232  Par exemple, González (1960 : II, 492), doc. 300, daté du 10 avril 1178.

172Continuons en signalant la modification du sens des récits, des premières années aux dernières. Juste après 1177, les dates se limitaient à constater « facta carta in Conca, anno secundo quo fuit capta »232 ; la ville avait été conquise, c’est tout. Dès 1179, sauf erreur de ma part, les énoncés changent. On lit, par exemple :

  • 233  González (1960 : II, 538-539), doc. 322, daté du 18 avril 1179 : « […] anno tercio ex quo sereniss (...)

1 […] la troisième année après que le roi très serein Alphonse eut pris Cuenca et l’eut libérée énergiquement de la puissance des ennemis de la croix du Christ233,

  • 234  González (1960 : II, 541), doc. 323, du 19 avril 1179 : « ego rex Aldefonsus regnans in Toleto, in (...)

2 […] moi le roi Alphonse, régnant à Tolède et en Castille, je corrobore et confirme par ma main cette charte que j’ai fait faire, la troisième année après la prise de Cuenca, la même année où un concile solennel a été célébré par le Pape Alexandre dans la ville de Rome234,

  • 235  Idem (1960 : II, 543), doc. 324, daté du 30 avril 1179 : « secundo anno quo serenissimus rex Aldef (...)

3 […] la deuxième année après que le très serein roi Alphonse eut gagné Cuenca par la force235,

  • 236  Idem (1960 : II, 544), doc. 325, daté du 9 septembre 1179 : « anno tercio ex quo rex Aldefonsus su (...)

4 […] la troisième année après que le roi Alphonse eut libéré Cuenca pour la Chrétienté236,

  • 237  Idem (1960 : II, 552), doc. 329, daté du 13 octobre 1179 : « anno III ex quo serenissimus rex pref (...)

5 […] la troisième année après que le très serein roi Alphonse eut pris Cuenca et l’eut libérée énergiquement pour la foi chrétienne237.

  • 238  Idem (1960 : II, 563), doc. 335, daté du 25 mars 1180 : « anno quarto rex A. victoriosissimi Conch (...)

6 […] la quatrième année après que le très victorieux roi Alphonse eut pris la cité de Cuenca et l’eut libérée des ennemis du Christ238.

  • 239  Idem (1960 : II, 594), doc. 350, daté du 19 août 1180 : « anno quarto ex quo A. rex serenissimus s (...)

7 […] la quatrième année après que le très serein roi Alphonse eut subjugué Cuenca virilement, pour la foi chrétienne239,

  • 240  Idem (1960 : II, 606), doc. 356, daté 15 janvier 1181 : « anno quinto ex quo Aldefonsus rex sereni (...)

8 […] la cinquième année après que le très serein roi Alphonse eut libéré Cuenca pour la foi chrétienne240.

173Je n’ai pas cité tous les micro-récits ; les dates de cette période 1179-1181 contiennent, aussi, le récit « pauvre » de la simple prise de la ville, évoquent d’autres événements ou bien combinent plusieurs actions d’éclat du souverain. Je crois toutefois que les exemples que j’ai transcrits suffisent à démontrer l’évolution des pratiques de la chancellerie dans les années qui nous occupent : de 1177 à 1179 les récits sont succincts et ne véhiculent que la seule action de la capture de Cuenca ; de 1179 à 1182, à cette action initiale s’ajoute un élément nouveau qui change le sens de la narration.

174Il faut commencer l’analyse de ce développement narratif et idéologique en signalant que le micro-récit 2, où l’on lit une narration à la première personne du souverain – « ego rex […] cepi » – se situe en fait à la corroboration du diplôme, là où le roi doit valider la charte ; la corroboration passe nécessairement par le « je ». Elle a été ici amalgamée avec la date, ce qui explique que ce soit la première personne qui narre l’événement. Comme je l’ai dit plus haut, il faut attendre 1212 pour que le « je » du monarque-narrateur s’introduise définitivement dans les diplômes ; on ne saurait négliger cependant le fait qu’un micro-récit qui contribue à clamer la victoire mémorable d’Alphonse contient, en 1179, l’ego rex qui annoncera officiellement, trente ans plus tard, la grandeur de ce prince.

  • 241  N’accordons pas trop d’importance à l’emploi de cet adverbe, commun dans le récit de batailles (ré (...)
  • 242  González (1960, I : 930, note 20), « Los textos que hablan de ‘prisó’ [les ATP], ‘fuit capta’, ‘ce (...)
  • 243  La description de la ville dans le Sahibasala, (Sahib-al sala, « Historia de los almohades ») fait (...)
  • 244  Idem (1960 : I, 930).
  • 245  Pour la date et l’auteur de ce poème, voir Annexe 5.
  • 246  « Hostibus in Conca clausis castrisque locatis / Astringebat eos obsidione graui / […] supplicat h (...)

175Les micro-récits 3 et 7 méritent également qu’on les observe de près ; non seulement le verbe ‘capere’ a été remplacé par des verbes moins courants, mais ceux-ci sont déterminés par des compléments qui signifient la bravoure de celui qui a pris la ville : « per uim optinuit, uiriliter subiugauit ». Il s’agit de topiques bien rodés, évidemment ; n’empêche, la représentation du souverain s’en trouve rehaussée, car on présente au destinataire des actions quasiment réalisées par le roi en personne ; on est à nouveau dans le registre de l’épique, le souverain agit uiriliter241. Quant à la vérité d’une telle figuration, on peut se poser une ou deux questions. Alors que ces micro-récits reconstruisent l’image d’une conquête par la force, l’entrée des chrétiens dans la ville semble s’être faite grâce à des accords de paix242. Cuenca paraissait inexpugnable243 ; Alphonse dut se servir de machines de guerre244 ; les habitants de la ville capitulèrent sans doute et ouvrirent les portes de la ville à l’envahisseur. C’est ce qu’affirme l’auteur du Poème de Benevívere – composé dans les premières années du XIIIe siècle245 : « Les ennemis étaient enfermés dans Cuenca, les campements avaient été installés. Il faisait pression sur eux par un siège implacable […] ; l’ennemi supplie, le siège se desserre, le roi victorieux gagne la ville »246. Les diplômes des anées 1180 ont préféré la narration d’une conquête personnelle du roi (rex A. victoriosissimi), où il n’y a pas la place pour les suppliques des habitants de Cuenca ; l’imagination d’auditeurs habitués à la cohabitation d’une réalité fictionnalisable et d’une fiction bien réelle aurait légitimé ce glissement minime.

176L’opération qui touche tous les autres récits est de plus ample portée. Ils sont construits soit autour d’un seul verbe qui n’est pas capere (4, 6 et 8), soit autour de capere et d’un deuxième verbe (1 et 5). Dans ce dernier cas, le verbe second vient gloser capere, apportant un commentaire d’ordre causal – le roi fit ceci afin d’obtenir cela, en quelque sorte – et, de fait, devenant le verbe premier : dans 5, par exemple, mancipauit phagocyte cepit. Dans le premier cas, l’importance fondamentale de la variante verbale (toujours par rapport à capere) ne fait pas de doute : le nouveau verbe est seul à dire l’action nouvellement mise en relief par les écrivains de la chancellerie castillane. Cette action est celle de la libération de la ville des mains des ennemis de la Croix – 1 : « de potestate inimicorum crucis Christi strenue liberauit », 6 : « ab inimicis Crucis Christi liberabit » –, de son retour à la foi chrétienne – 8 : « fidei Christiane mancipavit » – ; enfin et au total, de sa délivrance de la religion musulmane et de sa renaissance au christianisme grâce à Alphonse.

177La modification du discours est colossale. Le moule formel du récit reste réduit, le message véhiculé est d’ampleur universelle. Il me semble que nous avons ici la concrétion d’un exercice qui avait été essayé à la chancellerie lors de l’écriture des événements de la campagne en Navarre, où quelques traits légers transformaient un récit sec en récit d’aventures royales. Vers 1180, les clercs de la chancellerie bouleversent le sens des micro-récits en modifiant aussi légèrement le contenant formel des micro-récits. La démarche des écrivains du roi est d’autant plus significative que l’enjeu idéologique est grand. Le récit pauvre est devenu riche, très riche en implications et possibilités.

  • 247  Linehan (1993 : 292) : « This was the new image of the king which the Castilian chancery began to (...)
  • 248  Linehan (1993 : 293).
  • 249  González (1960 : II, 542-543 et 603-604), doc. 324 et 355. Voir Cavero Domínguez & Galván Freile ( (...)

178Peter Linehan a su le mieux commenter cette transformation de la représentation d’Alphonse dans les textes de la chancellerie. Tout en affirmant les ressources de l’image inédite d’Alphonse VIII comme champion de la Chrétienté247, il conclue : « Á présent, Alphonse VIII assumait le commandement de la cause de la Chrétienté internationale »248. L’affirmation peut paraître excessive, mais si nous tenons compte du cosmopolitisme, déjà évoqué, des auditeurs des diplômes, nous serons tentés de nous ranger entièrement à l’avis de Linehan : la propagande intensive qui fut préparée et diffusée par la chancellerie de Castille dut toucher ceux qui étaient présents à la cour dans les années 1179-1182. Dans ces années-là, la reine Aliénor prit sous sa protection l’autel consacré à saint Thomas Becket dans la cathédrale de Tolède et Alphonse fit de même, deux ans plus tard, avec la chapelle tolédane consacrée à l’évêque de Cantorbéry249. Les deux diplômes qui déclarent ces actions respectives sont marqués par deux micro-récits de Cuenca. Ne peut-on pas envisager que des Anglais, présents à la cour de Castille à ce moment-là, auraient eu leur part dans la décision de la reine de rendre hommage à celui que son père Henri II Plantagenêt avait fait assassiner, et qu’ils auraient rapporté la nouvelle image du pouvoir triomphant castillan jusqu’en Angleterre ? Le beau-père d’Alphonse avait dû intervenir dans le conflit castillano-navarrais ; quelle meilleure manière de démontrer au souverain anglais la puissance de son gendre ?

  • 250  Idem (1960 : II, 532-537), doc. 321. Le document fut rédigé par la chancellerie navarraise.
  • 251  Idem (1960 : II, 528-530), doc. 319. Le document fut rédigé par la chancellerie aragonaise.
  • 252  Martínez Díez (1955 : 90-91).

179Cela dit, même si j’accorde du crédit à l’hypothèse d’un rêve monarchique qui irait au delà des frontières de la péninsule Ibérique, il ne faut pas perdre de vue que la nouvelle représentation d’Alphonse dans ses diplômes aurait été essentiellement destinée aux monarques des royaumes voisins. Le premier document à contenir un micro-récit du retour de Cuenca au bercail de la Chrétienté fut écrit trois jours après le traité de paix entre Sanche VI de Navarre et Alphonse VIII, qui se réunirent à Nájera le 15 avril 1179250. Un mois plus tôt, le 20 mars 1179, le roi de Castille avait conclu des accords à Cazola avec Alphonse II d’Aragon251. Le résultat de ces entretiens fut la paix entre la Navarre et la Castille jusqu’en 1196, date de la mort de Sanche VI252. Peut-on vraiment croire que la mise en branle de la machine de propagande castillane, si peu de temps après ces événements, ne fut qu’une coïncidence ? Pour ma part, je suis convaincue qu’Alphonse, en commun accord avec ses clercs, chercha à épater ses voisins. Le Navarrais se serait senti conforté dans l’apaisement des relations avec son ennemi de toujours ; l’Aragonais et, surtout, le Léonais auraient compris les intentions autoritaires du Castillan. Il fallait écrire ce nouveau pouvoir si âprement cherché, pour qu’il soit visible partout.

  • 253  Tolan (2003 : 251).

180Si je ne m’abuse, la composition des micro-récits de victoire chrétienne dans les diplômes castillans est liée aux rapports entre les monarchies péninsulaires ; ainsi, par exemple, la question de la composition de la CN pourrait gagner à être abordée à la lumière de la production diplomatique des années 1179-1182, qui bâtit une parfaite manœuvre publicitaire de diffusion de messages visant à promouvoir la supériorité castillane, aux dépens des autres monarchies péninsulaires, à partir de la représentation de la reconquête des villes tenues par les musulmans et par le langage de la contrainte253. Nous avons là des pièces tangibles de la construction d’une mythologie castillane, issues d’une période de espérance.

  • 254  Voir Annexe 2.
  • 255  Linehan (1993 : 305) : « Pere de Cardona was Alfonso VIII’s chancellor from July 1178 until August (...)

181Pour terminer l’étude de ces premières composantes de la « fiction de Cuenca », où la res ficta reste dans les limites de la vraisemblance, il nous faut nous tourner vers les hommes qui écrivirent ces micro-récits. Juan (« Iohannes ») en rédigea trois ; Egidio, le chancelier de la reine, un ; Gerardo, quatre254. Impossible de savoir qui eut la responsabilité des changements que j’ai analysés. Le chancelier du roi était, entre 1178 et 1182, Pedro de Cardona, dont il a été dit qu’il était absent de la cour précisément pendant ces années-là255. L’initiative de la modification des micro-récits lui fut-elle due ? Difficile à croire. Qui était alors l’homme de l’ombre ? Y en eut-il seulement un ? Gerardo était maître, son style d’écrivain était soigné et tendait à composer des préambules en rapport avec la vie monastique et religieuse, comme nous verrons au moment de tenter d’établir quelques signes d’identité pour ces individus qui travaillaient à la chancellerie. Dans le cas présent, cela ne veut rien dire. Peut-on imaginer un seul instant que celui qui était derrière ces modifications n’était autre que le roi lui-même ?

182Concluons momentanément avec l’idée que la prise de Cuenca constitua le prétexte que la chancellerie castillane attendait pour mettre en marche l’appareil de propagande dont Alphonse VIII avait besoin à la fin du XIIe siècle. Toute florissante qu’elle puisse paraître maintenant, l’évocation de cet événement dans les micro-récits des diplômes ne fut pas la plus éclatante, loin de là. Elle n’intéressa pas Juan Díaz, mais elle semble avoir été le germe pour d’autres textes. Avant d’y parvenir, afin de respecter l’ordre argumentatif que je me suis donné, observons une autre fiction, la plus célèbre sans doute de celles qui s’élevèrent autour d’Alphonse VIII : la « fiction de Las Navas de Tolosa ».

La victoire de Las Navas de Tolosa

  • 256  Les formules dithyrambiques ne manquent pas chez les historiens du XXe siècle ; Martínez Díez (199 (...)
  • 257  Charlo Brea (1984 : 27-34). Voir la thèse doctorale de Martín Alvira Cabrer, Guerra e ideología en (...)
  • 258  Chronicon mundi, IV, 89-90, cf. Falque (2003 : 329-330) ; Historia de Rebus Hispaniae, VIII, i-xi (...)
  • 259  Falque (2003: 330).

183La bataille de Las Navas de Tolosa, qui eut lieu le 16 juillet 1212 et qui se solda par le triomphe des troupes chrétiennes sur l’armée almohade, fut sans aucun doute l’épisode qui fit entrer définitivement le règne d’Alphonse VIII dans la mémoire collective contemporaine aux événements et dans la renommée256. Les récits sur cet événement sont très nombreux ; pour ce qui m’intéresse, Juan Díaz en fit la narration dans sa CRC : si la victoire de Cuenca ne lui avait pas paru assez séduisante, celle de Las Navas mérita en revanche un beau développement dans sa chronique257. Le Chronicon mundi, l’Historia de rebus Hispaniae, les ATP la racontèrent aussi258 : Lucas de Tuy ira même jusqu’à dire, dans sa chronique pro léonaise, que cet exploit castillan était unique (« in Yspania simile bellum nunquam fuit »259). J’étudierai essentiellement les micro-récits diplomatiques, ainsi qu’une donation à l’archevêque de Tolède et trois textes qui figurent dans la collection documentaire publiée par Julio González mais ne sont pas des diplômes : deux lettres d’Alphonse VIII à Innocent III et une lettre de Bérengère à sa soeur, Blanche. Nous constaterons ainsi une fois de plus l’habileté des hommes de la chancellerie (alors dirigée par Diego García) à écrire des concentrés idéologiques, nous confirmerons que derrière l’activité scripturale de ces clercs il y avait, souvent, les personnalités de l’époque et nous illustrerons, enfin, l’imbrication entre écriture politique et écriture esthétique qui est au centre de cette étude.


  • 260  González (1960 : III, 577), doc. 901 : « […] eo scilicet anno quo ego predictus Aldefonsus, rex Ca (...)
  • 261  Idem (1960 : III, 574), doc. 899, daté du 31 octobre 1212 : « […] quod michi in campestri prelio f (...)
  • 262  Je me sers ici du relevé réalisé par Pérez González (1987), que je complète avec les dates des doc (...)

184Le premier micro-récit qui date un diplôme après la victoire est, nous le savons déjà, du 9 décembre 1212. Il en a été question plus haut dans ces pages car il s’agit du premier texte où l’on entend la voix du roi à la première personne, où l’on lit un ego rex qui sera, désormais, détaché de la formule de corroboration et agira, pleinement dans la construction de la narration. L’énoncé, rappelons-le, en est le suivant : « la même année où moi, Alphonse, roi de Castille et Tolède, ai vaincu Miramamolín, le roi de Carthage, non par mon mérite mais par la miséricorde de Dieu et le service de mes vassaux »260. Un mois et demi plus tôt, l’évocation de la défaite des almohades avait déjà eu lieu dans un texte de la chancellerie, mais elle se trouvait dans le dispositif d’une donation en faveur d’Àlvaro Núñez de Lara : « je vous fais, Álvaro Núñez, une charte de donation, parce que vous avez tenu fermement mon bouclier comme l’homme fort que vous êtes, lorsque j’ai vaincu Miramamolín le roi de Carthage »261. Très bientôt, le nom sonore du vaincu, Almiralmomeninum rex Cartaginis (ou de Marrocos) allait être connu de tout le royaume : jusqu’à la mort du roi, le 6 octobre 1214, ses diplômes s’achevèrent très fréquemment sur des micro-récits de la victoire de Las Navas262. À celui que je viens de citer, il faut ajouter :

  • 263  González (1960 : III, 580-581 et 582), doc. 903 et 904, datés du 27 et 28 décembre 1212 respective (...)

1 […] l’année où moi, Alphonse, j’ai vaincu Miramamolín, le roi de Carthage, en bataille en rase campagne263,

  • 264  Idem (1960 : III, 584-585, 595, 600-601, 603, 605, 606, 608, 610, 612, 614, 617, 619 et 621, docs. (...)

2 […] la deuxième année après que moi, le roi Alphonse, eut vaincu Miramamolín, qui était alors roi du Maroc, à Las Navas de Tolosa, en bataille en rase campagne, non par mes mérites mais par la miséricorde de Dieu et le secours de mes vassaux264,

  • 265  Idem (1960 : III, 588 et 589-590), doc. 907 et 908, datés du 28 et 31 juillet 1213 : « secundo uic (...)

3 […] la deuxième année après que moi, le roi Alphonse, eut vaincu Miramamolín, roi de Carthage, en bataille en rase campagne, avec la miséricorde de Dieu et le service de mes vassaux265,

  • 266  Idem (1960 : III, 593), doc. 910, daté du 19 août 1213 : « secundo anno quo ego predictus rex A. r (...)

4 […] la deuxième année après que moi, le roi Alphonse, eut vaincu le roi de Carthage à Las Navas de Tolosa, non par mon mérite, mais par la miséricorde de Dieu et le service de mes vassaux266.

185Trois informations structurent ces récits : la victoire du monarque, la protection divine, l’aide des vassaux. Deux des diplômes (1) contiennent un micro-récit où seul le triomphe d’Alphonse est mis en scène. Le roi caracole à la fin du texte, héros authentique dans un décor adapté (campestri prelio). Ce sont les premiers récits auxquels s’ouvrent les diplômes après la bataille. À la toute fin de l’année 1212, l’image qui prévaut est celle d’un roi héroïque. Après un silence de six mois, la chancellerie se met à produire des micro-récits d’une autre nature : à partir de juin 1213, dans les micro-récits 2, 3 et 4, le roi n’est plus seul sur scène. Il a bénéficié, dit-on, de l’aide de Dieu et de l’auxilium de ses vassaux. Le contrat social est respecté, l’identification du souverain est renouvelée : son identité de héros de la chrétienté, intensément opérationnelle depuis Cuenca, avait sans doute été mise à mal par la défaite d’Alarcos (épisode soigneusement passé sous silence dans les textes documentaires, rappelons-le).

  • 267  Voir Annexe 2. Certains diplômes ne portent pas le nom du scribe.  
  • 268  Pour Rico (1985 : 6), le Planeta est une « selva inagotable de interpretaciones aritmológicas, eti (...)

186Diego García était le chancelier en 1212-1214. Pedro Ponce, son notaire fidèle. Rodrigo Jiménez de Rada était Grand Chancelier. Les scribes des diplômes en question étaient Pedro, Rodrigo, Domingo Àlvaro, Domingo Sancho267. N’importe lequel des trois premiers hommes, Grand Chancelier, chancelier ou notaire, aurait pu avoir l’idée d’enrichir la représentation du souverain pour que celle-ci agisse plus durablement. Diego était voué à l’écriture : il a déjà été dit que son Planeta est l'œuvre d’un homme fasciné par les possibilités de l’écrit, qui était pour lui le code miraculeux d’interprétation du monde268. Il aurait pu comprendre la nécessité d’amplifier la narration. Cela dit, la nécessaire concision des micro-récits se marie mal avec la verbosité incommensurable qui caractérise le Planeta. Mais cette œuvre fut écrite en 1218 ; le contexte historique, les circonstances personnelles, tout comme le cadre générique, n’étaient pas ceux qui avaient encadré la rédaction des micro-récits.

187Pedro Ponce, nous le connaissons à peine. Il est présent lorsque les textes de la chancellerie subissent des transformations ; en est-il le responsable ? reçoit-il, au contraire, les ordres de Diego García ou encore, de Rodrigo Jiménez de Rada ? Car la patte de ce dernier transparaît souvent dans les diplômes rédigés sous le contrôle théorique de Diego, par la main de Pedro Ponce ou, plus souvent, de scribes qui allaient et venaient. Tout cela revient à poser la question de la gestion réelle de la chancellerie, à laquelle nous nous sommes intéressés plus haut. Le plus probable, c’est que les usages aient varié, même lorsque la chancellerie était sous la férule d’un seul homme. En 1212-1214, on pouvait gagner beaucoup à contrôler l’office d’écriture du roi ; celui qui tiendrait concrètement la chancellerie serait aux commandes d’une machine idéologique bien huilée. Il est tentant d’accorder ce rôle au nouvel archevêque de Tolède, très présent dans la production textuelle de ces années.

188Nous avons vu comment l’image de Rodrigo s’enfonçait dans les diplômes d’Henri Ier. Elle s’introduit également dans les documents émis après Las Navas : Alphonse récompensa largement Rodrigo pour sa participation à la campagne. Le 19 août 1213, le scribe Pedro rédigea un diplôme de donation des églises d’Alcaraz et d’autres villes récemment récupérées, à Rodrigo Jiménez de Rada. Le préambule de ce texte interpelle le lecteur comme il dut interpeller l’auditeur :

  • 269  González (196 : III, 592-593) : « Quoniam omne datum optimum et omne donum perfectum descendens a (...)

Puisque tout donné est parfait et tout don est excellent lorsqu’il vient du Père éternel, le sage ne doit pas se vanter de sa sagesse, ni le fort de sa force, ni le riche de sa richesse, car il y en a en effet Un seul qui accomplit tout en toute chose, Notre Seigneur Ihésu Christ. Que tout genou soit plié devant Lui, que toute langue confesse son existence en Lui, car in Lui demeure la sagesse du Père suprême. Le Père Suprême vainc et humilie l’orgueilleux parce que vulnérable ; sa sagesse éclate en ceci : Il a daigné abattre le roi du Maroc, Mohammed Miramamolín, par rapport à la puissance de qui il n’y a pas de puissance qui puisse être comparée sur terre, qui a été fait de telle sorte qu’il ne craignait personne, qui occupait à lui seul la tierce part de tout l’espace qui est appelé ‘Afrique’, et un autre tiers encore, cette fois-ci d’Europe, appelé ‘Espagne’, jusqu’à trente diocèses, qui étaient jadis soumises au culte chrétien. On sait qu’il occupe cet espace. Poussé par son orgueil comme Lucifer, il a proposé une bataille en rase campagne à tous les adorateurs de la Croix du Christ. Ce roi, dis-je, par le mystère de notre humilité, ayant fait venir une multitude avec l’intention de détruire le culte chrétien [a été abattu] à Las Navas de Tolosa par la victoire de la Sainte Croix, en bataille en rase campagne. Les dépouilles de ses hommes atteignant presque le nombre de deux cent mille hommes armés, il s’est sauvé dans un chariot véloce, se protégeant par la fuite. Ainsi, comme nous ne sommes pas capables de rendre à Dieu tout ce qu’il nous a accordé, du moins nous travaillons à une modeste rétribution, en honneur de Sa Mère, en fonction et au titre de notre petitesse. C’est pourquoi moi, Alphonse, parce qu’elles ont été rendues au culte chrétien, non par moi mais par la grâce de Dieu, je vous donne et vous concède entièrement et parfaitement à vous, Rodrigo, archevêque de Tolède et primat d’Espagne, et à vos successeurs, toutes les églises d’Alcaraz et de sa commune, telles qu’elles sont aujourd’hui et telles qu’elle seront à l’avenir si Dieu le veut, s’il est possible de les arracher aux mains des Sarrasins269.

  • 270  Sanz Fuentes (1990 : 390).

189Celui-ci est le plus long des préambules des diplômes d’Alphonse VIII270. Il commence de manière relativement habituelle, par une déclaration générale du pouvoir et la sagesse de Dieu et de la nécessaire humilité humaine, mais il devient rapidement un objet neuf. La réflexion initiale, à valeur universelle, s’ouvre sur une application du cliché au cas concret : Dieu sait vaincre la superbe, la meilleure preuve (« in hoc manifeste ») étant son triomphe sur « regem Marrochitanum Mafomat almiramomelin ». Le discours s’emballe ici, la phrase est très longue, la syntaxe hachée, mais le raisonnement est (relativement) clair : on commence par affirmer la terrible puissance du calife almohade. On énumère ses possessions : il est dit de l’occupation du sol hispanique, avec des critères spécifiquement ecclésiastiques, que « de alia tercia, scilicet, de Europa in Hyspaniis usque ad triginta dioceses, que quondam partem christiano cultui subfuerant ». On progresse, en déclarant que le pouvoir de Dieu est plus grand, puisqu’Il a provoqué la victoire de Las Navas. Le récit de la bataille en soi est très bref, il se caractérise par la tentative de précision numérique (« apud Nauas de Tolosa sternere per Sancte Crucis uictoriam campestri bello misericorditer est dignatus, ubi cesis de suis ferme ducentis milibus armatorum, ipse fugacis uehiculo et fuge presidio est saluatus »). Tous ces éléments conduisent, enfin, à la donation des églises à l’archevêque Rodrigo.

190Le préambule mène à la suscription, où apparaît naturellement le « je » du souverain. Entre l’ancrage énonciatif de la première personne singulière de la fin du fragment et celui de la troisième personne impersonnelle qui amorce le texte, se place une première personne plurielle (« per nostre paruitatis, pro paruitatis nostre et, surtout, nobis retribuit non sufficiamus […] retributionem aliquam laboramus »). Le narrateur joue avec la fiction de la voix du roi. Quelle est cette voix plurielle ? Celle de la Chrétienté toute entière ? Celle du roi ? Celle du roi et d’un autre ? Ou bien celle d’un autre, seul, qui aurait adopté la voix du monarque ?

  • 271  Je dois à Michel Banniard ce commentaire sur l’auteur intellectuel du texte.

191La rhétorique du fragment, sa construction syntaxique, les répétitions, les anacoluthes, font penser plus que jamais à une élaboration orale du discours, mis par écrit par un scribe incapable de corriger (ou réfractaire à la correction des paroles de son supérieur). Celui qui dicte « s’écoute parler »271 ; il neglige ensuite de rendre la phrase plus compréhensible. Il voulait, proablement, un préambule digne de la donation que le roi accordait. La fiction de l’autorité royale se trouve ici amoindrie, au bénéfice de la voix d’un narrateur qui envahit le récit et qui ne fait pas l’effort de laisser vierge l’espace consacré à la voix du monarque. La suscription ressemble plus aux micro-récits : « non meo merito deuici sed Dei misericordia et auxilio uassallorum » n’est pas trop loin de « de his que non ego sed gratia Dei mecum cultui subdidit christiano ». Elle procède du moule des chartes ; le préambule, lui, est tout à fait nouveau.

  • 272  Dans la liste de témoins on lit les noms de Gonzalo Rodríguez, majordome de la cour, Álvaro Núñez (...)

192Pour une fois, nous savons quels étaient les auditeurs de ce diplôme. Au moins, nous en connaissons un : Rodrigo Jiménez de Rada. La liste de témoins confirme sa présence. Le roi Alphonse, les grands nobles et les grands clercs du royaume, le personnel de la chancellerie (Diego García et Pedro Ponce à sa tête) auraient écouté la lecture du texte et la validation de l’acte272. Il s’agit-là, indéniablement, d’une mise en scène réussie du pouvoir de l’archevêque, proche du souverain, acteur à Las Navas, riche propriétaire, clerc de cour. Cette mise en scène dut comporter un facteur qui nous échappe, celui de la lecture publique du diplôme ; mais nous pouvons raisonnablement conclure que l’auteur intellectuel de ce préambule fut Rodrigo lui-même.

  • 273  Henriet (sous presse), chapitre intitulé « Les clercs au service du roi et le roi au service de l’ (...)
  • 274  À propos de Rodrigo Jiménez de Rada, on comparera avec Hernández (2003a).

193Ce préambule met en avant le rôle divin dans le gouvernement de la cité terrestre. On ne lira pas un mot sur l’auxilium uassallorum, qui fait la différence des micro-récits. Derrière ce préambule, il y a un ecclésiastique très sûr de ses prérogatives et concerné par le service des rois à l’Église. Derrière les micro-récits, il y a un monarque conscient de servir Dieu et l’Église, dont la chancellerie est tenue par des clercs à son service. Cela veut dire que les micro-récits ont été chargés d’une représentation assurant la permanence d’un type, étudié par Patrick Henriet, celui du monarque protecteur des clercs et des fidèles273. C’est le souverain qui est au premier plan. Dans les micro-récits analysés, la démonstration de la suprématie de l’Église présente un intérêt moindre, pour ne pas dire inexistant. Dans le préambule commenté, en revanche, elle accompagne en filigrane chacune des séquences de la narration. Il me semble que les textes documentaires de mon corpus, particulièrement ceux d’Alphonse VIII témoignent d’une intégration de leurs auteurs dans le milieu laïc de la cour de Castille. Une bonne entente semble s’être installé entre les objectifs de la couronne et ceux des clercs, qui restent toujours clercs, mais qui eurent peut-être tendance à regarder plus souvent la terre que le ciel. Au moins, une compréhension certaine des intérêts mutuels se dégage des textes de la chancellerie, avec une acuité particulière pour la période postérieure a 1175-1180. La voix qu’on entend dans les micro-récits est celle du souverain, interprétée par ses clercs. La voix qu’on entend dans le préambule du document du 19 août 1213 est celle d’un narrateur soucieux de travailler pour ses propres intérêts et, subsidiairement, pour ceux de l’Église274.

194Dans ce texte brille la rhétorique chrétienne d’opposition à l’Islam – on y lit notamment que l’Almiramomelin est « in superbia elatus tanquam Lucifer ». L’interprétation des faits, cependant, ne semble pas s’incliner vers le dénigrement ou l’aspiration à écraser les infidèles. Patrick Henriet a rappelé comment,

  • 275  Henriet (sous presse), chapitre « Usages du musulman. De l’abstraction ecclésiologique à l’affirma (...)

[…] la lutte est certes religieuse dans la mesure où elle fait partie du plan divin, mais elle n’est pas véritablement présentée comme un affrontement déterminant entre deux blocs religieux antagonistes. Les musulmans sont dans les récits de règnes car ils sont là dans la réalité, et aussi parce que les bons rois chrétiens du haut Moyen Âge sont des rois belliqueux. Mais bien avant d’être musulmans, ils sont ‘païens’, c’est à dire non chrétiens. Leur identité n’existe que par défaut. Ce désintérêt pour l’islam en tant que tel a duré longtemps275.

195La neutralité discursive s’impose, me semble-t-il, dans les textes que nous avons analysés jusqu’ici, même s’ils contiennent les marques d’une caractérisation combative pro-chrétienne qui ne pouvait exister sans une argumentation contradictoire anti-musulmane.

  • 276  González (1960 : III, 557-558), doc. 890. Cette lettre n’est pas datée par Julio González ; elle e (...)

196Cet état de choses est courant dans les diplômes, sauf pour un texte : la lettre qu’Alphonse VIII envoya à Philippe Auguste pour lui demander l’envoi de troupes, afin de combattre les musulmans276. Son ton est le plus exalté de tous ceux qui constituent le corpus diplomatique. Tandis que sa partie finale est un peu plus centrée sur les aspects de l’affrontement militaire et la nécessité de réunir un nombre conséquent de soldats pour faire face à l’ennemi (à partir de « sumus proculdubio conflicturi, firmiter confidentes quod licet pauci simus »), la première partie est brûlante. Il suffit d’en citer une phrase pour s’en rendre compte :

  • 277  « Semen Chanaan, et non Juda, violenta progenies, incircumcissus populus et immundus, maculatae me (...)

La descendance de Canaan, et non de Juda, une progéniture tyrannique, un peuple circoncis et immonde, maculé en son esprit et sa conscience, équivalent et semblable aux Païens, porteur des instruments de la mort dans ses mains, nous poursuit, tant à cause de sa malice innée que de sa perfidie accoutumée, nous autres qui sommes des confesseurs de Sa sainte foi. Nous n’espérons de lui rien de moins que la mort, lui qui, ô douleur !, n’a de cesse de s’attaquer aux ministres de l’autel : leur plaisir est de mutiler les serfs et les fils du Crucifié277.

  • 278  Pour l’assimilation entre la mort au combat contre les ennemis de la foi et le martyre, voir Henri (...)

197L’appel au martyre est catégorique, même s’il se fait progressivement : de l’évocation d’une mort qui ne saurait surprendre le combattant de Dieu (« ab eis non minus quam mortem expectamus »), on arrive, à la toute fin du texte, à la déclaration de son acceptation explicite (« nihil dubitantes quia, si sanguis noster in conflictu Christi respondet sanguini, vere poterimus inter martyres computari »). On est loin de la prudence langagière des micro-récits ; l’apologétique anti-musulmane atteint des sommets278.

  • 279  Tolan (2003 : 229-234).
  • 280  Martínez Díez (1995 : 180).
  • 281  CRC : « rex Castelle gloriosus et nobilis, qui paratus erat magis mori quam uinci », cf. Charlo Br (...)

198Ce texte constitue une exception, sauf erreur de ma part, dans les documents d’Alphonse VIII. Il paraît possible de l’expliquer en tenant compte du destinataire de la lettre : le roi de France. Les attentes de Philippe Auguste devaient requérir une image outrageuse des musulmans d’Hispania, élaborée sur les clichés de l’immondice et l’abomination symboliques279. Il fallait que la chancellerie castillane produise un texte capable de répondre à ces expectatives. La dimension pragmatique des documents du roi est ici à nouveau mise en relief : cette lettre devait pouvoir exercer une influence sur l’agir du lecteur. Malheureusement, le souverain français ne fut nullement ému des demandes du père de sa bru280. Toujours est-il que la réception attendue du texte dut jouer dans sa composition, tout comme le climat d’enthousiasme religieux et guerrier qui précéda la campagne de Las Navas, qui permettait sans doute tous les excès. Peut-être même l’on pourrait suggérer que derrière semblable façon de mettre en paroles le désir des combattants chrétiens de mourir pour Dieu, se trouvait le rêve d’Alphonse VIII en personne. Ce souverain, si nous croyons Juan Díaz et Rodrigo Jiménez de Rada, ses biographes, exprima ardemment sa volonté de périr dans la bataille281.

  • 282  Linehan (1993 : 322) commente à ce sujet : « […] shortly after Las Navas the archbishop own’s eulo (...)

199Qui rédigea cette lettre ? Nous l’ignorons. La véhémence du propos pourrait éventuellement s’assortir à la personnalité du chancelier. Celui-ci, cependant, ne paraît pas avoir expérimenté une acrimonie particulière envers les musulmans. Dans le prologue au Planeta, Diego García pratique la deriuatio à partir du nom de ‘Rodrigo’, puisqu’il destine son prologue à l’archevêque de Tolède ; arrive le moment où il compare Rodrigo le Goth à Rodrigo le Tolédan282. Il écrit alors :

  • 283  Alonso (1943 : 181) : « Quod olim tempore Roderici regis commisso cum agarenis campestri prelio : (...)

Alors que, jadis, le roi Rodrigue combattait les ‘agarènes’ en bataille en rase campagne, la misérable Espagne fut presque totalement dévastée. Maintenant, au temps de notre archevêque Rodrigo, une extraordinaire bataille en rase campagne a eu lieu à nouveau : non seulement ce dernier a imposé une Espagne victorieuse aux Ismaélites, mais encore il les a écrasés énergiquement. Il est significatif et presque antithétique, qu’un roi échoue alors que l’archevêque a réussi. Je pense qu’il a été nommé ‘Rodrigo’ de manière prophétique. Le roi du temps passé eut un règne rouge, car il fut taché du sang des Catholiques tués. Au temps de notre archevêque, le royaume est rouge, car il a été rougi par le fleuve cruel des Païens occis. C’est pourquoi le temps du roi Rodrigue fut achevé lamentablement ; le temps de l’archevêque Rodrigo est restauré avec gloire283.

200Les Ismaélites apparaissent, certes, comme les ennemis des deux Rodrigo, mais le discours critique s’arrête-là. Le texte en dit long sur la dévotion de Diego à Rodrigo, et sur les idées promues par ce dernier, mais il ne me semble pas particulièrement significatif d’une quelconque idéologie providentielle de l’affrontement. Diego García aurait été parfaitement capable de mener à bien un exercice purement rhétorique et pourrait donc, en tant que chancelier du roi, avoir composé cette lettre.

  • 284  Huici (2000 : 304), « La carta de Alfonso VIII, redactada quizás por el mismo arzobispo de Toledo, (...)
  • 285  Historia de rebus, VIII, vii, viii, viiii ; cf. Fernández Valverde (1987 : 268, 269 et 270-271).
  • 286  L’emploi de cette Trinité monarchique a été étudié aussi par Pick (2004 : 195), qui  suggère quant (...)
  • 287  CRC : « Archiepiscopus autem Toletanus adiit regem Francie ; cui cum exposuisset causam uie et nec (...)

201Il a cependant été suggéré que Rodrigo Jiménez de Rada était l’auteur de cette lettre d’Alphonse VIII à Philippe Auguste284. Les raisons d’une telle attribution sont les mêmes auxquelles nous sommes confrontés sans cesse dans ces pages : Grand Chancelier, proche du monarque, ayant l’habitude de prendre les choses en main, l’archevêque aurait pu en effet être l’auteur intellectuel de cette lettre. Martín Alvira Cabrer apporte un nouvel élement pour défendre cette hypothèse, l’emploi commun de la formule « trinitatis hostes » dans la lettre (« memoramus quod idololatrae, Trinitatis hostes ») et dans le récit de la bataille de Las Navas que Rodrigo Jiménez de Rada fait dans son Historia de rebus285, formule qui désigne les rois chrétiens286. Pour étayer l’hypothèse de la rédaction de cette lettre par l’archevêque, on pourrait aussi avancer que cette lettre ne faisait qu’annoncer le périple de celui-ci en France, pour tenter d’obtenir personnellement ce qu’il n’avait pas obtenu par écrit287.


  • 288  González (1960, III : 566-572), doc. 897, non daté ; Alvira Cabrer (2000 : 117) la date d’août-sep (...)
  • 289  Alvira Cabrer (2000 : 117-118).
  • 290  Idem (2000 : 117).

202Une deuxième lettre, envoyée par Alphonse VIII à Innocent III après la victoire de Las Navas, doit nous intéresser288. Elle influença la composition de bon nombre de chroniques françaises et italiennes289. Nous ne connaissons pas le nom de son auteur ; on l’attribue généralement à l’archevêque de Tolède290. Je suis pour ma part persuadée que le roi lui-même fut son auteur intellectuel, qui la dicta à l’un des hommes de sa chancellerie.

  • 291  L’auteur avait eu accès aux documents de l’abbaye de Benevivere ; il aurait pu travailler pour la (...)
  • 292  Poème de Benevivere, v. 75 et 77, cf. Fernández (1961 : 286).
  • 293  Idem, v. 696. cf. Fernández (1961 : 316).
  • 294  Libro de Alexandre, v. 6b, cf. Casas Rigall (2007).
  • 295  Idem, v. 42a.
  • 296  Idem, v. 253c.

203Un témoignage quasiment contemporain de la bataille de Las Navas fait état de l’éloquence d’Alphonse VIII. On lit dans le Poème de Benevívere, vraisemblablement écrit peu avant 1206 par un clerc rompu à l’écriture documentaire291, que ce monarque jouissait de la « facundia linguam » et d’un « sermone benignus »292. Ces facultés sont illustrées amplement dans le texte, lorsque Alphonse s’adresse pendant une cinquantaine de vers (v. 696-742) aux moines de l’abbaye qui donne son nom au poème ; le roi, y est-il dit, tente de consoler les compagnons de Diego Martínez de la mort de ce dernier ; le réconfort qu’il leur offre est de nature verbale : « il tenta de les consoler avec ses mots » – « verbis solamen his sibi ferre cupit »293. Que cette représentation d’Alphonse comme roi doué pour la parole soit fidèle à la réalité importe moins que le fait qu’elle est fondée sur l’eloquentia : Alphonse, par l’intermédiaire d’un texte écrit par un clerc proche du palais, apparaît comme un roi qui partage les traits distinctifs de la clergie. On a rencontré, au premier chapitre de cette étude, un Alphonse sapiens. À présent, un clerc du début du XIIIe siècle attire l’attention sur sa maîtrise de la rhétorique. Des qualités et des actions identiques dessinent les divers avatars de la figure royale à cette période, si nous en jugeons par le Libro de Alexandre : dans cet autre poème, Alexandre est « franc’e ardit e de grant sabïençia »294 ; il dit de lui-même qu’il est « retórico […] fino » car il connaît le « fermoso fablar »295. Enfin, il réconforte ses hommes par un discours efficace lors du départ pour l’Asie : on lit que « el rëy Alexandre dávales grant confuerto »296. Le roi de parchemin avait, dans la Castille des premières années du XIIIe siècle, les vertus élocutives de l’Alphonse VIII décrit par les clercs.

  • 297  L’auteur des ATP n’annonçait pas autre chose quand il rédigea une notice exceptionnellement longue (...)
  • 298  Je paraphrase P. Henriet (sous presse), dans le chapitre « Usages du musulman. De l’abstraction ec (...)
  • 299  Alphonse VIII commence à battre monnaie d’or, et marque ces nouvelles pièces des inscriptions (en (...)
  • 300  Henriet (sous presse).

204À la lumière de ce qui vient d’être dit, on peut défendre l’hypothèse que le roi Alphonse lui-même aurait dicté la lettre au pape Innocent III. L’idée centrale véhiculée par ce texte est celle du triomphe de la Chrétienté le 16 juillet 1212. Nous constatons que l’expression de chacune des actions qui conduisirent au combat, le récit de la victoire sur le champ de bataille de Las Navas, l’écriture même de la lettre, tout a été fait « pro auxilio tote christianitati ». L’idéologie véhiculée par ce texte est sans ambages : le roi castillan est le plus apte à défendre la Chrétienté297. Telle est bien la préoccupation constante des textes de la chancellerie depuis 1180 ; la lettre de 1212 et les chartes ont un objectif commun : imposer le concept et le mot Christianitas298. Certes, les changements que nous avons suivis dans les pratiques scripturales de la chancellerie furent accompagnés par des initiatives plus prégnantes, sans doute, en rapport avec la politique monétaire du royaume299. Le rôle des ordres militaires apparut au tournant du XIIe et XIIIe siècle comme fondamental « dans la cristallisation d’un concept en réalité assez nouveau »300 – elles participèrent à la consolidation de l’idée d’une défense nécessaire du bien commun chrétien : conjointement avec les initiatives politiques de la couronne et la masse d’écrits de propagande commandités par le roi, elles firent en sorte que cette notion imprègne réellement les mentalités des élites dans la péninsule Ibérique.

205Cependant, ce sont les textes documentaires qui paraissent informer, diriger, les modifications idéologiques et politiques dont les ordres militaires se font les acteurs. Nous lisons, par exemple, dans un diplôme de donation à l’Ordre de Santiago daté du 22 avril 1185 :

  • 301  González  (1960 : II, 746), doc. 432 : « Iustum est et rationi consentaneum et regibus et terrarum (...)

Il est juste et conforme à la raison, et principalement adapté aux rois et aux princes de la terre […] de récompenser […] ceux qui, méprisant les fastes mondains et dédaignant le bruit séculier, pour la défense de la religion chrétienne et pour son extension et pour l’assaut des ennemis de la Croix du Christ, construisent des murailles inexpugnables pour faire fléchir la perfidie des Sarrasins et, sans oublier l’agneau qui fut mort pour notre rédemption, militent assidûment en faveur de leur Salvateur, se épuisent dans la bataille, ne redoutent pas de verser leur sang sous la loi du martyre, et ainsi se réjouissent de finir leur vie pour Dieu301.

Dans un autre, du 6 juin de la même année (il s’agit d’une nouvelle donation à l’Ordre de Santiago) :

  • 302  Idem (1960 : II, 750), doc. 435 : « Inter cetera pietatis opera potissimum est et regibus speciali (...)

Parmi les œuvres de piété, il en est une particulièrement qui convient spécialement au roi : multiplier les biens des religieux, surtout de ceux qui assidûment dans la bataille, tant par leurs prières que par l’effusion de leur sang, défendent virilement les lieux chrétiens et les habitations302.

Un peu plus tard, le 8 mars 1189, la chancellerie émet une donation à la ville de Plasencia, où l’on lit :

  • 303  Idem (1960 : II, 892), doc. 520 : « Unde pium est et saluti animarum expedit his in locis paganoru (...)

Il est pieux et bon pour le salut de l’âme d’envoyer ceux-ci dans les lieux des Païens pour construire des villes dans les régions limitrophes et y implanter des communautés chrétiennes, même si les méchancetés des infidèles sont un obstacle, et ainsi chanter la gloire et les louanges de Dieu303.

Enfin, le 6 mars 1195, peu avant la défaite d’Alarcos, Alphonse VIII fait une donation à l’Ordre de Trujillo où l’on lit que :

  • 304  González (1960 : III, 139-140), doc. 641 : « Regali sane maiestati expedit et ad salutem animarum (...)

Il convient à la majesté royale et au salut des âmes et à la progression de la Chrétienté d’envoyer des hommes robustes et constants dans la foi contre la perfidie des infidèles, dans des lieux qui sont attaqués avec cruauté par ceux-ci ; ils opposent un mur sans défense contre les sévices des Païens, pour la défense de la Chrétienté304.

206Les énoncés qui gouvernent les donations aux ordres militaires sont quasiment identiques. Les motifs sur lesquels sont échafaudées ces variantes d’un même discours anti-musulman sont : la défense de la foi chrétienne, la possibilité du martyre, la perfidie des infidèles. Tout cela reste « de bon ton ». Je n’y vois pas d’exaltation particulière, mais l’adéquation d’un discours donné à un récepteur déterminé : tout comme il faut marquer les préambules des donations aux ordres par l’évocation de la générosité des monarques envers les clercs réguliers, il est nécessaire de soutenir, dans ce genre de textes, le discours de défense de la Chrétienté par l’exhortation à la lutte contre le musulman, qui est inévitablement défini de manière négative.

  • 305  Voir Buresi (2000), Echevarría (2003), Henriet (2003).

207Dans ces textes marqués par un discours plus ouvertement et violemment anti-infidèles les clercs surent aussi se servir des images de la construction de villes en espace « païen », pour le plus grand bénéfice de la religion chrétienne et en consonance avec la représentation héroïque des combattants de Dieu. L’on crée ainsi un espace mental, la construction textuelle rend compte et amplifie la construction matérielle des villes nouvelles : Alphonse VIII y apparaît comme le souverain qui bâtit des cités305.

  • 306  Henriet (sous presse).

208L’auteur matériel des textes que je viens de citer est Mica, maître, homme fort de la chancellerie de Gutierre Rodríguez, qui travailla aussi sous Diego García. Il m’est avis que cet homme prit sur soi l’élaboration d’un discours particulier, destiné aux ordres militaires, tissé sur les attentes du récepteur et les ressorts d’une autorité d’écriture double, celle du roi servi par ses clercs. Patrick Henriet a expliqué de quoi il s’agissait : « […] en se posant en bienfaiteur des ordres militaires, le roi peut simultanément apparaître comme defensor Christianitatis – et non pas meae christianitatis – et travailler aux intérêts de son royaume »306.

  • 307  Comparer par exemple avec Jacques Le Goff, « Ville », in : Dictionnaire raisonné de l’Occident Méd (...)
  • 308  Juan Díaz et Rodrigo Jiménez de Rada confirmèrent que peu de chrétiens étaient morts à Las Navas :(...)

209L’œuvre de Mica trouva un écho dans la lettre à Philippe Auguste : qu’ils fussent destinés aux ordres militaires à la fin du XIIe siècle ou bien au roi de France au début du XIIIe, la composition de ce genre de textes se fit à la chancellerie à partir de topoi hérités d’une longue tradition discursive homilétique307. Si nous revenons à la lettre d’Alphonse VIII au pape, en revanche, nous serons peut-être surpris. Il me semble en effet que le corps de ce texte est non-marqué, c’est-à-dire qu’il participe de la neutralité idéologique (« désintérêt pour l’islam en tant que tel », dirait Patrick Henriet) qui caractérise l’immense majorité des diplômes émis par la chancellerie d’Alphonse. Le roi de Castille ne sort pas la machine de guerre, alors même qu’il est, justement, en train de raconter à Innocent III ce qui s’est passé pendant la bataille de Las Navas. Dans la lettre, on trouve certes des formules comme « sarracene gentis perfidiam » ; plus nombreuses sont les expressions objectives comme « de bello saracenorum, rex saracenorum, saracenorum multitudinem », etc. Il est vrai qu’on lit aussi une évocation du martyre des chrétiens – « quod tam pauci martyres de tanto exercitu ad Christum martyrio peruenerunt »308 –, mais elle se trouve juste à la fin du texte, avant les paroles que le roi de Castille adresse à Innoncent III : on ne pouvait pas offrir moins au chef de l’Église chrétienne.

  • 309  La lettre finit par une citation du Livre d’Osée ; Diego García cite Osée dans son Planeta (mais, (...)
  • 310  Martínez Díez (1995 : 192), « A este hecho, en sí nada extraordinario, aunque de gran importancia (...)
  • 311  La description du chemin dans la CRC est la suivante : « transierunt eadem die, scilicet die sabba (...)
  • 312  Voir Jan M. Ziolkowski, « Epic », in :F. A. C. Montello & A. G. Rigg (éd.), Medieval Latin. An Int (...)

210Comme je le suggérais, Alphonse VIII, qui maîtrisait la parole, pourrait avoir dicté la lettre à l’un des successeurs de Mica – peut-être à Diego García lui-même ?309 L’écrivain connaissait son métier ; le texte est porté par la narration, qui développe ce qui était en puissance dans les micro-récits. La représentation du roi est ici héroïque : Alphonse agit courageusement ; il affronte les ennemis ; il écoute les conseils mais se refuse à toute action qui léserait son honneur ; sa conviction ignore les défaillances ; il aspire à la mort. Des concentrations dramatiques émaillent le récit. Le style respecte la transparence langagière ; à l’occasion, une fulgurance : « licet uia esset inuia et inaquosa, lapidosa et nemorosa ». Il s’agit de la description du chemin que les troupes chrétiennes prirent après avoir reçu les indications de « cuiusdam rustici » pour traverser Le Muradal310. L’auteur s’est servi de l’allitération, par les retours des sons ; de l’homéotéleute, par la ressemblance phonétique de la fermeture des adjectifs en -osa, de l’annominatio, par la répétition de uia/inuia ; il a employé anaphoriquement le préfixe in-, a joué avec la disposition binaire, et avec l’énumération. Un léger souffle poétique court dans cette phrase311. Mais ce discours ne saurait être qualifié autrement que d’épique. Nous avons ici l’unité de l’argument narratif, l’extension d’un énoncé qui se complaît dans le détail, la thématique d’une guerre dont l’issue est l’implantation d’une Castille forte dans le paysage politique européen312.

  • 313  « Cum enim uilla nunquam ab imperatore uel ab aliquo regum Hispanie expugnata sciretur uel subiuga (...)
  • 314  Comparer avec le texte du double prologue au Forum Conche ; voir 3. IV et 4. III.

211Il y a en effet une intentionnalité politique dans ce texte : montrer la figure héroïque d’Alphonse VIII comme chef militaire agissant pour la seule cause divine, tout entier pénétré d’enthousiasme spirituel. Chartes et lettres se répondent donc. La lettre du souverain castillan au Pape explicite la généalogie triomphante du premier ; mieux encore, elle affirme qu’Alphonse VIII a réussi là où l’Empereur, et les autres rois péninsulaires, avaient échoué. Il y est dit, à propos d’Úbeda, que « cette ville n’avait jamais été attaquée ou conquise par l’Empereur ni par un autre des rois d’Espagne […] nous l’avons entièrement détruite »313. En 1212, l’ambition du roi Alphonse d’être reconnu comme le plus puissant des monarques hispaniques était plus forte que jamais ; la chancellerie continuait de bien faire son travail314.


  • 315  Alvira Cabrer (2000 : 118) date la lettre de juillet-août 1212. Voir le texte et sa traduction à l (...)

212La troisième lettre, dernier texte relatif à la victoire de Las Navas de Tolosa sur lequel je m’arrêterai, fut envoyée par Bérengère, fille d’Alphonse VIII, à sa soeur Blanche, épouse du futur Louis VIII de France315. Bérengère est l’auteur de cette lettre, sa responsabilité de l’écrit ne laisse pas lieu au doute : « Et sciatis famulum domus patris nostri ista mihi nuntiasse, sed credere illi nolui, donec proprias litteras patris nostri vidi » – elle avoue ne pas avoir voulu croire les nouvelles de la victoire jusqu’à ce qu’elle reçut les lettres personnelles de son père Alphonse.

  • 316  Le récit de Bérengère semble plus digne de crédit que celui de Rodrigo Jiménez de Rada, alors que (...)
  • 317  G. Martin, dans « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiogra (...)

213Dans ce texte, aucune mention à une quelconque idéologie providentielle ou anti-musulmane. Les Sarrasins y apparaissent, exclusivement, comme l’adversaire dans la bataille. Nous avons ici, à nouveau, un récit épique ordonné, clair et précis, où la seule inquiétude qui semble percer est celle de défendre le comportement de Théobald de Blazon, qui n’est pas rentré en France avec les Francigenae et qui a agit fideliter et combatu uiriliter. Le héros du récit est Alphonse VIII, le pater noster qui envahit la narration. Bérengère s’est bien renseignée, et peut transmettre à sa soeur des indications précises sur le nombre des morts : soixante-dix mille hommes et quinze mille femmes dans le camp musulman, deux cents chrétiens316. L’œil et la main de la reine paraissent d’une plus grande acuité que ceux des hommes, et d’une plus grande objectivité317. Bérengère écrit bien, fait preuve de synthèse, son latin est proche de la scripta.

  • 318  Comparer avec Henriet (2003a).
  • 319  La chancellerie castillane garda le silence aussi sur un autre événement, relatif à la curia de 11 (...)

214Ainsi se termine mon analyse des narrations relatives au règne d’Alphonse VIII qu’on trouve dans les textes émis par la chancellerie. Une première conclusion : elles contribuèrent à rendre possible le présent comme création culturelle318. Les clercs représentèrent le temps d’Alphonse VIII, le manipulant quelquefois, mettant au service du roi une habileté scripturale remarquable qui faisait parfaitement la part des contextes de réception. Le ‘je’ du roi côtoie Dieu dans ces textes, une respiration épicobiblique les caractérise. Deux sont les points forts du récit global sur Alphonse VIII : Cuenca et Las Navas. Le schéma d’amélioration, la focalisation sur le héros sont essentiellement contenus dans les histoires de la prise de Cuenca et la bataille de Las Navas, ainsi que dans la non-histoire d’Alarcos, « oubliée » à la chancellerie. D’autres récits, comme celui du triple succès d’Alphonse en 1188 – adoubement du roi léonais et célébration d’une curia au mois de juin, fiançailles de Bérengère avec Conrad de Hohenstaufen en juillet319 – contribuèrent à représenter efficacement Alphonse comme le monarque le plus puissant de la péninsule Ibérique.

  • 320  Rodríguez López (2004c : 152).

215Une deuxième conclusion pourrait s’arrêter au rayonnement des récits de la gloire d’Alphonse VIII qu’on produisit à la chancellerie. Les multiples narrations de Las Navas influencèrent la mentalité collective. Malgré l’absence de preuves, je pense qu’elles constituèrent autant de sources pour d’autres récits, historiques ou pas, écrits dans les années qui suivirent la victoire. Les lettres d’Alphonse et Bérengère furent imitées par des chroniqueurs, en France et en Italie. Pour ce qui est des écrivains hispaniques, il est difficile de trancher. Alors que nous connaissons le rôle de la CRC, ainsi que du Chronicon mundi et de l’Historia de rebus dans l’établissement d’une « confluence entre croisade et reconquête sur le sol péninsulaire et, par conséquent, la convergence entre les intérêts d’Alphonse VIII et ceux du pape Innocent III, tous les deux au faîte de leur pouvoir »320, nous ne savons pas si les textes de la chancellerie, que ce soit les diplômes et leurs micro-récits, ou les lettres d’Alphonse et de sa fille, ont été utilisés par Rodrigo ou Juan – ou même par Lucas. Le chancelier Juan ne s’intéresse pas à Cuenca, mais fait un fort beau et long récit de Las Navas. Nous avons cru constater que la CRC ne présente pas des ressemblances pertinentes avec ces narrations de la chancellerie. Il conviendra alors de s’interroger sur les sources de Juan Díaz pour l’écriture de cet épisode. Pour ce qui est de Rodrigo, les divergences sont nombreuses ; mais l’archevêque était à Las Navas. Ses informations sont donc de première main.

Henri Ier

216Après l’opulence textuelle de la biographie diplomatique d’Alphonse VIII, la courte vie de son fils apparaît bien plate : rien à signaler, sauf ce qui a été dit lorsqu’il s’agissait d’évoquer la mémoire du lignage dans les diplômes émis par sa chancellerie.

Ferdinand III

217Les res gestae racontées dans les micro-récits des documents de la chancellerie de Ferdinand III jusqu’en 1230 sont moins nombreuses que celles que la chancellerie de son grand-père avait incluses dans les dates des textes qu’elle produisait : les treize ans de règne de Ferdinand III ne peuvent pas être légitimement comparés aux cinquante-six ans pendant lesquels Alphonse VIII occupa le trône. La biographie de Ferdinand est, de 1217 à 1230, en devenir ; les commentaires que je serai amenée à proposer auront donc fatalement un caractère incomplet.

  • 321  Ferdinand bénéficiait de ce mariage, qui avait été arrangé par Bérengère ; on lit dans la CRC que (...)

218Au-delà des actions narrées dans le cœur même de l’acte et qui exposent les décisions prises par Ferdinand au long de ces années, aucun événement sans relation avec le contenu juridique des diplômes n’apparaît, comme nous l’avons signalé, jusqu’au 12 décembre 1219. Dans ce document, un micro-récit rédigé par « Egidius » laisse entendre pour la première fois la voix du roi à la première personne, dans la formule de datation. Les événements représentés ici sont la prise de l’épée par Ferdinand au monastère de Las Huelgas, ainsi que son mariage avec Béatrice de Souabe trois jours plus tard, le 30 novembre 1219, à la cathédrale de Burgos. Les histoires racontées sont donc l’adoubement d’un roi et un mariage royal. Nous avons vu comment les diplômes d’Alphonse VIII évoquaient, dans les premières années du règne de celui-ci, des événements semblables. La continuité biographique semble assurée. Un premier fait mémorable s’était greffé à cette narration événementielle : l’épousée était « la fille du roi des Romains ». Ferdinand avait fait un beau mariage, il poursuivait la politique d’alliances prestigieuses que son grand-père avait tenu à cœur de réaliser, il fallait consigner cette réussite321.

  • 322  González (1983-86 : I, 194), doc. 159.

219Cette première affaire à travers laquelle la chancellerie de Ferdinand donna à entendre le parcours glorieux du roi fut évoquée dans les diplômes pendant quelques mois, jusqu’en septembre 1220, où elle disparut des documents. Pendant un an et demi, les formules des dates ne narrent aucune action, si ce n’est l’exécution du texte : facta carta. Le 22 mars 1222, un événement relatif aux affaires du royaume est accueilli dans la date d’une confirmation : « anno regni mei quinto, sequenti die uidelicet postquam hominium de regno factum fuit infanti domno A. sollempniter apud Burgis » – « dans la cinquième année de mon règne, le jour qui suivit l’hommage solennel du royaume à l’infant Alphonse, à Burgos »322. Il s’agissait d’exposer l’hommage fait à l’héritier de la couronne, né le 23 novembre 1221. Le « je » du narrateur adopte la voix du monarque pour raconter le futur de la dynastie castillane. Cependant, ce récit est fugitif ; on ne le retrouve plus dans les dates des diplômes. On n’y trouve pas grande chose, d’ailleurs, jusqu’au 27 mars 1225.

220Ce jour-là, la chancellerie de Juan Díaz mit par écrit une narration dans la date qui était appelée à durer un peu plus que les récits fugaces que je viens d’énumérer. On y racontait l’assujettissement d’un chef almohade au souverain de Castille. Le protagoniste principal était toujours le même, Ferdinand III. Les personnages secondaires changeaient : tantôt c’était Abu Zayd, seigneur de Valence, tantôt Aven Mahomat, seigneur de Baeza. Ces micro-récits mettaient donc en scène la victoire du monarque chrétien sur les ennemis musulmans. Dans le diplôme du 27 mars 1225 on lit :

  • 323  González (1983-86 : 245), doc. 203 : « Facta carta apud era Ma CCa LXa III, apud Munno, XXVII die (...)

Charte faite le 27 mars, ère 1263, à Muñó, dans l’huitième année de mon règne, l’année où le roi de Valence, me rejoignant à Moya avec d’autres nobles maures de sa terre, est devenu mon vassal et m’a baisé les mains323.

Deux mois plus tard, le 26 mai 1225, la chancellerie rappellait que c’était

  • 324  Idem (1983-86 : 247), doc. 205 : « uidelicet anno quo Azeyt Abu Zeit, rex Valencie, accedens ad me (...)

l’année où Abu Zayd, roi de Valence, après être venu me joindre à Moya, est devenu mon vassal et m’a baisé les mains324.

  • 325  Idem (1983-86 : 249), doc. 206 : « anno quo Auen Mahomat, rex Baecie, deuenit uasallus meus et osc (...)

221On restitue aux auditeurs du diplôme le scénario de l’événement de mars, le lieu, les acteurs. Très vite, dans cette narration de triomphe intervient un autre acteur ; le 5 septembre 1225, une confirmation annonce que c’est l’année « où Aven Mahomat, roi de Baeza, est devenu mon vassal et m’a baisé les mains »325.

  • 326  González (1983-86 : 250, 252, 254, 256, 257, 259 et 260), doc. 207, 208, 209, 210, 211, 213, 215 e (...)

222L’hommage d’Aven Mahomat fut raconté pendant quelques mois, jusqu’en mai 1226326. Il m’importe de souligner que, au mois d’avril 1226, les micro-récits relatifs à cet événement ajoutent un élément nouveau, Las Navas de Tolosa. Les 27 et 28 avril 1226, on lit dans les dates :

  • 327  « Facta carta apud Toletum, XXVII die Aprilis, era Ma CCa LXa quarta, anno regni nono, eo uidelice (...)

Charte faite à Tolède, le vingt-sept avril, ère 1264, dans la neuvième année de mon règne, l’année où le roi de Baeza, à côté de Las Navas de Tolosa, est devenu mon vassal et m’a baisé les mains, et Salvatierra et Borialamar ont été libérées des mains des Sarrasins et rendues au culte chrétien327.

  • 328  CRC : « Tunc rex Biacie et Cordube, utpote qui de Mauris non confidebat et in rege nostro totam su (...)

223La CRC informe du fait que, postérieurement à l’hommage d’Aven Mohamet à Ferdinand III, le premier promit au deuxième qu’il lui donnerait les châteaux de Salvatierra, Burgalimar et Capilla328. La date du document se fait l’écho de cette promesse-là.

  • 329  Rodríguez López (1994 : 112), « La orientación hacia Jaén que se percibe desde los primeros moment (...)

224Il n’est pas possible d’affirmer, en vérité, que le souvenir de la victoire d’Alphonse VIII se soit explicitement glissé dans celui de l’hommage d’un seigneur maure à Ferdinand. Toutefois, l’ajout ne peut pas être sans rapport avec la mémoire de la bataille de 1212 : la proximité géographique favorisa sans doute un rapprochement entre le lieu du succès du petit-fils et de la victoire du grand-père. Le temps présent s’accommoda une fois du plus du temps passé ; en quelque sorte, la gloire d’Alphonse coula à nouveau sur Ferdinand329.

  • 330  Voir Annexe 2.

225Le scribe à qui l’on doit la rédaction des deux micro-récits de la fin du mois d’avril 1226 est Juan (« Iohannes »), qui travaillait sous les ordres de Juan Díaz. Martín Juan (« Martinus Iohannis »), Domingo de Segovia (« Dominicus Secobiensis »), Román Aimar (« Romanus Aymari ») et Martín Esteban (« Martinus Stephani ») mirent par écrit les autres documents où il est question de l’hommage du seigneur de Baeza330. Le chancelier contrôlait l’écriture de cet épisode, dont la matière est relativement ample par rapport à celle qu’on avait réservée pour les dates des diplômes depuis l’avènement de Ferdinand, mais tout à fait réduite si on la compare à celle que Juan Díaz lui-même voulut inclure dans sa chronique.

  • 331  À propos de la discorde entre les chefs almohades, on lit dans la CRC : « Ex quo quidem facto quis (...)

226Le récit de l’hommage d’Aven Mahomat et de ses conséquences a en effet une place d’honneur dans la CRC. Le chancelier conclut la première partie de sa chronique par la narration des événements qui menèrent à la prise de Capilla, dernier des châteaux pris par Ferdinand lors de cette campagne. Il construit un récit dont la trame mêle les dissensions des chefs almohades (« diuisio magna facta est inter Mauros ultra mare et citra mare »), les commentaires d’ordre théologique et moral et l’intertexte biblique – le tout mâtiné de figures rhétoriques comme la deriuatio331 –, avec la narration des péripéties qui accompagnèrent la soumission des seigneurs de Baeza et Valence. C’est sur les circonstances du vasselage du premier que le narrateur de la CRC construit l’intrigue. Du frère d’Aven Mohamet, Abu Zayd, peu est dit :

  • 332  « Veniens igitur dictus Aceit de Valencia ad dominum nostrum regem ad uillam, que dicitur Moya, ib (...)

Le dit Zayd de Valence est venu à notre seigneur le roi dans une ville qu’on appelle Moya, et il y est devenu vassal de notre seigneur le roi […] et il lui a baisé sa main332.

227Le texte de la chronique ressemble ici beaucoup à celui des diplômes. Veniens, accedens, il était important de signaler, dans les diplômes et dans la chronique, que c’était le Maure qui avait pris l’initiative de joindre le roi. Le point de vue change cependant : le narrateur-je des diplômes se dissimulait derrière la voix fictionnelle du souverain, alors que c’est bien la voix de Juan qui domine le récit. Cette voix-là ne se contente pas d’évoquer le triomphe de Ferdinand. Elle tient à rendre compte du déroulement de l’épisode et de sa fin, ce qui lui permettra d’y ajouter un commentaire moral, et de qualifier Abu Zayd d’apostat :

  • 333  « Et pactum firmatum est inter eos, quod postea idem Aceit de Valencia tanquam uilis apostata null (...)

[…] et un pacte fut signé entre eux, que Zayd de Valence brisa plus tard sans cause justifiée, comme un vil apostat333,

ainsi que d’insister encore une fois sur la malfaisance du seigneur de Valencia :

  • 334  « Dominus autem Valencie, qui Aceit vocatur, iam tunc recesserat, rupto federe sine causa, a domin (...)

Le seigneur de Valence, appelé Zayd, une fois la confédération détruite sans cause, avait déjà quitté le pouvoir et l’amitié de notre seigneur le roi334.

228Abu Zayd est ainsi relégué au rang des traîtres par Juan Díaz. Aven Mohamet, en revanche, jure fidélité éternelle à Ferdinand :

  • 335  « Rex Biacie occurit ei et factus est uasallus eius ipse et filii sui, et inseparabiliter adhesit (...)

Le roi de Baeza s’est joint à lui et il est devenu, avec son fils, son vassal, et il s’est fidèlement allié à lui, jusqu’à sa mort335 ;

va jusqu’à affronter ses frères de religion avec ses nouveaux alliés,

  • 336  « […] rege Biacie, cui iam multi milites, qui dicuntur alaraues, adherebant » ; idem (1984 : 68).

Au roi de Baeza s’alliaient de nombreux soldats, appelés ‘alaraves’336 ;

honore, enfin, le serment fait :

  • 337  « Regem Biacie, tamquam uasallum suum conuenit, iubentis usus imperio, ut ei munitiones daret […] (...)

Il ordonna au roi de Baeza de lui donner des munitions, puisqu’il était son vassal, selon le pacte écrit et signée entre eux337.

229L’attention du narrateur se focalisant presque entièrement sur lui, il apparaît en somme comme une sorte de héros secondaire dans le récit de la marche sur Capilla, récit à l’intérieur du récit des campagnes de Ferdinand III après 1224. Aven Mohamet devient roi de Cordoue par acclamation populaire (c’est que nous dit le chancelier Juan) :

  • 338  « Tunc autem fere omnes uille et castra, que erant inter Cordubam et Yspalim, conuerse sunt ad reg (...)

Alors presque toutes les villes et tous les châteaux qu’il y a entre Cordoue et Séville ont pris le parti du roi de Baeza et l’ont accepté comme seigneur. Cordoue, noble et célèbre cité, le reçut comme roi et se soumit à son pouvoir, après avoir capturé et avoir mis les fers à son roi, frère du roi de Séville338.

  • 339  Le texte complet de l’épisode la mort d’Aven Mohamet est le suivant dans la CRC : « Comperto rex i (...)

230Enfin, l’auteur de la CRC parachève la narration de la fortune de ce chef musulman par un épisode tragique qui satisfait parfaitement les expectatives créées par l’intrigue : le seigneur almohade, même inseparabiliter fidèle, restait prédestiné à une mort cruelle. Juan Díaz use de toutes les ficelles d’une mise en scène spectaculaire pour raconter la fin d’Aven Mohamet : celui-ci est décapité par les gens de Cordoue, sa tête présentée au calife qui la frappe avec une épée (« virga, quam tenebat in manu, percussit »), ce qui provoque la révolte, des violences généralisées et la mort de nombreux ennemis. L’on ne saurait nier la maîtrise narrative et idéologique de Juan Díaz : il réussit à remettre en ordre les éléments du récit, afin de revenir au seul héros possible, le roi chrétien, et à la nécessaire élimination des antagonistes musulmans. Il élabore ainsi un morceau de choix, qui dut captiver les auditeurs ou lecteurs de la CRC. Désinvolte, Juan Díaz affirme avoir eu accès à cette matière dramatique par le biais de la fama, qui l’avait repandue : « ista didicimus fama referente »339. Alors qu’il n’a pas été témoin des faits qui se sont déroulés au Maroc, il trouve l’inspiration pour bâtir un récit saisissant qui dut sûrement plaire.

  • 340  Rodríguez López (1994 : 101), « De las fuentes cronísticas […] se desprende la idea de que los pro (...)
  • 341  Comparer avec Martin (2003a : 121, et note 114), qui démontre comment Rodrigo Jiménez de Rada, tou (...)

231Ceci, conjointement avec la répétition de certains éléments, tels que l’infidélité d’Abu Zayd et la fidélité d’Aven Mohamet, comme si leur énonciation réitérée visait à une meilleure compréhension des faits et de leur signification politique, confirme que l’auteur de la CRC attendait une certaine réaction de son public. Dans ces récits de vasselage, on voit un appel au respect des obligations nées de l’hommage au souverain, appel que le chancelier proposait à la noblesse du royaume, pacifiée, certes340, mais toujours potentiellement séditieuse. Juan, clerc du roi, œuvra directement en faveur de son monarque, guidant ses récepteurs de la cour vers l’acceptation totale de la nécessaire fidélité au monarque, fidélité si puissante et positive qu’elle pouvait même modifier les actions d’un seigneur musulman, usurpateur d’Hispania. La leçon pragmatique offerte aux nobles aurait été claire : la fidélité paye – surtout, lorsqu’on est chrétien, au vu de l’exemple de la mort tragique d’Aven Mahomet. Juan Díaz apparaît, ainsi, comme l’un des défenseurs (le meilleur défenseur ?) des intérêts de Ferdinand341.

  • 342  Charlo Brea (1984 : 63), préfère « leo frendens », tout en signalant la double lecture de Cirot, « (...)
  • 343  Moralejo (1990).

232Le chancelier Juan était inspiré lorsqu’il écrivit sa CRC ; Ferdinand, comme Alphonse, est comparé dans la chronique avec « un lion qui grince des dents »/« un lion rugissant » (« tanquam leo frendens/fremens »342), au moyen d’une formule biblique bien connue des représentations royales castillano-léonaises343. Cette image précède, dans le cas d’Alphonse, le récit de la défaite d’Alarcos ; dans le cas de Ferdinand, elle ouvre la narration des campagnes du roi castillan vers Jaén. Tout en témoignant du souffle épique qui s’était emparé de l’auteur de la chronique, l’utilisation de cette même image, appliquée à deux souverains différents, suggère que, pour Juan Díaz, Ferdinand avait surpassé son grand-père en 1226 – tout comme la chancellerie de ce dernier affirmait en 1212 qu’Alphonse avait surpassé son grand-père, Alphonse VII. Ferdinand récupérait les terres dont s’était emparé son aïeul. La propagande monarchique pro-fernandienne avait trouvé un paladin doué en la personne du chancelier.

  • 344  Ce n’est point le cas avec l’épisode de la prise de Salvatierra et des autres châteaux que composa (...)

233Le labeur du chancelier en tant que chroniqueur, pas en tant que superviseur de l’écriture produite à l’office dont il était responsable, est comparable à celui que la chancellerie d’Alphonse VIII réalisa entre 1178 et 1214. Un flot de paroles, images, figures et idées lui ont servi à broder le paysage des premiers faits d’armes de Ferdinand344. Les diplômes écrits sous sa responsabilité, auxquels il nous faut revenir, sont bien moins éclatants. Mais même rudimentaires, les micro-récits mettent en avant deux des points clés de la manœuvre de propagande qui s’installa, dans les années 1225-1230, dans des textes reliés à la chancellerie de Castille : l’héritage du pouvoir d’Alphonse VIII et la soumission de l’ennemi musulman.

  • 345  Rodríguez López (1994 : 113-114).

234Le développement autour de la fidélité présent dans la CRC, ainsi que la vigueur narrative de l’épisode, manquent dans les textes documentaires. Si les ressemblances ne sont pas exactement textuelles, chronique et diplômes partagent une même fonction : modeler l’imaginaire social pour asseoir le mythe d’une Castille surpuissante. Qui plus est, tant le récit diplomatique que le récit chronistique semblent avoir été conçus avec une idée nette de ce qu’on attendait de leurs destinataires. Nous avons à nouveau, par conséquent, l’adéquation active du texte à l’idéologie. Il fallait marquer d’une pierre blanche l’entrée de Ferdinand dans la guerre, car le pouvoir théorique qu’il avait reçu de ses vassaux favorisa des conquêtes et fit de lui l’arbitre dans les affaires des royaumes musulmans péninsulaires345.

  • 346  « Facta carta in Guadalfaiara, XX die septembris, era Ma CCa LX IIII, anno regno meo decimo, eo ui (...)
  • 347  Idem (1983-86 : 266), doc. 222.

235La narration des victoires de Ferdinand fut complétée, le 20 septembre 1226, par un nouveau micro-récit qui proclamait sommairement la prise de Capilla346 ; le 16 janvier 1227, la date du diplôme rédigé ce jour-là évoque l’acquisition conjointe de Baeciam, Capellam, Saluaterram, Martos, Anduiar et Borialamar347. Ensuite, il n’y a plus rien. Plus de micro-récits. Les documents de la chancellerie seront désormais, jusqu’à 1230, uniquement concernés par l’acte juridique. Il n’y a plus la place dans ces textes pour des écritures narratives autres que celles qui racontent l’action de donner ou de confirmer, au sein du dispositif. Le tissage scriptural en prose d’une histoire parfois très similaire à la fiction est réservé, vers la fin du premier tiers du XIIIe siècle, à la CRC. Juan Díaz décida sans doute qu’il valait mieux ne pas confondre le plaisir et le travail : dans les documents, on écrirait les actes de loi ; dans les chroniques (dans sa chronique) on écrirait une histoire améliorée, amplifiée ou recentrée, ancrée dans la tradition et l’intertexte, une histoire autre.

  • 348  Berend (2003), Rodríguez López (1994).

236La biographie de Ferdinand III fut consignée, par conséquent, dans les diplômes, comme cela avait été le cas avec ses aïeux. L’événement le plus souvent raconté est celui du vasselage des seigneurs musulmans ; si répétition équivaut à intentionnalité, le projet de la chancellerie de Ferdinand fut certainement de donner à voir l’image d’un roi chrétien qui dominait l’espace hispanique et assujettissait les Maures. Les diplômes de Ferdinand sont en cela semblables à ceux émis par la chancellerie d’Alphonse VIII – la défense de la Chrétienté apparaît comme le socle sur lequel ils ont été bâtis. Que l’hommage constitue un élément de poids dans la narration biographique des souverains qui nous intéressent ne saurait être mis en doute : Sanche III reçoit l’hommage du futur Alphonse II d’Aragon ; Alphonse VIII celui d’Alphonse IX de León… l’épisode est le même, avec des variantes, dans les textes rédigés par chacune des chancelleries (sauf pour Henri Ier). Les variantes sont de taille : alors que l’arrière grand-père et le grand-père recevaient l’hommage des rois chrétiens hispaniques, les textes concernant Ferdinand III racontent celui des seigneurs musulmans. Pour Sanche III et Alphonse VIII, l’adversaire était intérieur ; pour Ferdinand III, l’ennemi est extérieur, extérieur à la religion chrétienne – aux frontières du royaume348.

237La répétition qui rendait identifiables et signifiants les micro-récits sur Alphonse VIII est maintenue dans les diplômes de Ferdinand III, mais elle est beaucoup plus faible. Nous avons vu que les micro-récits sur ce monarque ont une vie brève. Il semblerait que sa chancellerie ait eu le sentiment que le quotidien suffisait à activer le programme idéologique qu’elle devait tout de même prolonger, après 1212, pour continuer à présenter Ferdinand comme le champion de la Chrétienté. La réitération ne dut pas être considérée comme essentielle à la machine de propagande : les informations contenues dans les micro-récits sur Ferdinand constituent autant de données périssables – si on les juge à l’aune de la répétition intensive qui est consubstantielle à la construction biographique des diplômes d’Alphonse VIII. Le chancelier Juan dut prendre la décision de ne pas trop répéter l’information ; après tout, lui-même disposait de moyens qu’il devait juger plus appropriés à la communication des composantes de la nouvelle mythologie royale castillane. À partir de 1217, pour ce qui est des récits monarchiques, les chroniques prirent le dessus sur les diplômes.

238Les éléments biographiques mis en relief par les diplômes de Ferdinand III sont un mariage, un héritier, des hommages, quelques conquêtes. Ferdinand n’agit pas dans les micro-récits, sauf à partir de 1225 ; avant la narration de la campagne de Jaén, le roi reçoit : une épouse, un fils, des vassaux. Ce sont là, certes, des récits sur la façon dont Ferdinand acquit concrètement son pouvoir (avec l’aide constante de sa mère). Le roi en sort grandi, nul doute à cela. Toutefois, l’image qui se détache de ces quelques micro-récits est celle d’un monarque passif, plutôt que d’un conquérant. Cette impression mitigée, qui caractérise à nos yeux le début du règne de Ferdinand, est compensée par l’évocation des conquêtes des châteaux et de la victoire de la religion chrétienne. Il faut attendre 1225-1226, sept ans après son avènement, pour que Ferdinand III soit représenté comme un souverain belliqueux. C’est à ce moment-là que Juan Díaz écrivit la première partie de sa chronique. Le chancelier prit alors les choses en main : il fallait faire en sorte que la figure de Ferdinand III décollât, que le prestige royal fût rehaussé. Le cadre de la chronique dut paraître préférable à ce clerc, intelligent et décideur. J’ai défendu plus haut que la première partie de la CRC fut diffusée immédiatement après son achèvement, fin 1226. Si je ne m’abuse, ce fut alors que la représentation de Ferdinand III, cessant d’être insipide, se para d’atours dignes d’un monarque qui allait régner sur Castille et León.

239Quelles conclusions tirer de cette étude des narrations sur Ferdinand III que la chancellerie castillane composa avant 1230 ? Il faudra probablement se résoudre à croire que, ayant reçu un héritage solide, la chancellerie de Juan Díaz ne ressentit pas le besoin de renouveler une entreprise qui avait porté ses fruits. Les clercs d’Alphonse VIII avaient fait le nécessaire pour que la figure royale soit ornée des qualités de force, foi, détermination et intégration, qui caractérisaient Alphonse mais restaient à la disposition de ses héritiers. La représentation d’un Ferdinand conquérant était donc en puissance. Quelques années de repos scriptural passèrent, avant que le chancelier Juan ne décide de se lancer dans la composition d’un texte plus en adéquation avec la diffusion d’une telle image. À partir de 1217, l’idée qu’il valait mieux quitter le cadre des diplômes pour écrire une histoire vraiment agissante dut s’ancrer progressivement dans les têtes de ceux qui possédaient le pouvoir ; l’histoire se fit ailleurs. Les techniques scripturales étaient les mêmes, les ambitions étaient autres.

  • 349  González (1983-83 : 261), doc. 217 du 8 juin 1226.

240Je ne sais pas d’où vint exactement l’impulsion pour ce changement, qui touchait à des textes produits au sein même du palais : peut-être, comme je l’ai suggéré, l’écriture du LRT témoigna de ce mouvement de transformation des pratiques historiographiques. Que ce texte soit réellement issu d’un programme idéologique rafraîchi, qu’il soit en rapport ou pas avec Rodrigo Jiménez de Rada, ce sont des questions importantes auxquelles je ne peux véritablement répondre. J’irais cependant jusqu’à affirmer que l’homme de la situation, celui sur lequel s’appuyèrent Ferdinand et ses proches pour modifier le mode de représentation du roi fut le chancelier Juan Díaz. Les temps avaient changé, le souverain pouvait toujours se reposer sur ces clercs. Ferdinand estimait Juan, dilecto cancellario meo349 ; l’entente entre les deux hommes dut être cordiale et pragmatique. Le clerc servait son roi, le roi récompensait son clerc.

La figure du souverain

241Il fallait déblayer le terrain ; la synthèse sera aisée. Le corpus des textes de la chancellerie castillane contient quatre figures royales, qui ne sont point superposables. Leurs attributs laissent entendre comment évolua l’idéologie qui donna une forme précise à l’écriture des clercs du palais, entre 1157 et 1230.

242Dans les diplômes, Sanche III est représenté à la fois comme le fils d’Alphonse VII et le père d’Alphonse VIII. Il interprète la filiation et la possibilité de renouvellement. Il s’agit d’une figure passagère, qui dut toutefois impressionner les esprits de certains. Dans le Poème de Benevívere, écrit un demi-siècle après la mort de ce roi, on lit un panégyrique digne d’attention :

  • 350  « Castellae sepelit piscea sub nube nitorem / Atque sui solis lumine priuat eam. / Principe flet u (...)

La splendeur de Castille est ensevelie sous le fond d’un nuage noir / et elle est privée de la lumière de son soleil. / Elle pleure, dépourvue de son roi ; ce n’était pas un roi, mais un père. Un prince, / pour sa justice, et un père, pour sa piété […] / Il s’appelle Sanche, car il sert les saints et les choses saintes ; / dévoué aux saints, ils s’efforce pour être plus saint350.

  • 351  On trouve semblable jeu de mots dans le De preconiis Hispanie de Juan Gil de Zamora (à propos de S (...)

243Sanche III, non principe, sed patre, y est paré des attributs de la justice et de la piété ; par une longue annominatio allitérative, le poète le représente touché par le désir de sainteté : « Sanctius est dictus, quia sanctos sanctaque seruans / Qui sanctis inhiat sanctior esse studens »351. Ce poète était sans doute un admirateur d’Alphonse VIII – son portrait resplendit dans cette œuvre –, ce qui justifia l’image riche et élogieuse de son père. Au début du XIIIe siècle, Sanche préfigurait son fils et méritait l’attention d’un des seigneurs de l’écrit proches du palais, qui en faisait le point d’ancrage de la grandeur d’Alphonse VIII.

244Sur celui-ci, je ne saurais rien ajouter. Il est incontestablement le héros des diplômes de mon corpus. Ceux-ci le dépeignent comme un conquérant doué pour l’aventure, un gouvernant habile et un propagandiste expérimenté, qui sut imposer son image de champion de la Chrétienté. Il y apparaît comme le digne héritier de l’Empereur, et comme l’aïeul honoré de Ferdinand III. Sa figure veille sur un nombre extraordinaire de diplômes, contemporains de son règne ou bien postérieurs. C’est bien l’acteur et le promoteur de l’écriture du pouvoir royal en Castille, dans la période qui nous occupe.

  • 352  González (1983-86 : 140) doc. 115. Il s’agit d’un document de confirmation des privilèges donnés p (...)

245Placée juste après Alphonse VIII, la figure d’Henri Ier passe inaperçue. Celle de Ferdinand III demeure à l’ombre d’Alphonse dans les premiers temps d’activité de sa chancellerie, réglant résolument ses pas sur les pas de son grand-père et émergeant, enfin, comme l’héritier idéal d’une lignée de vainqueurs. La figure de Ferdinand finit par s’arrondir, s'enrichir ; elle restera, avant 1230, débitrice de celle d’Alphonse : même lorsque le petit-fils s’adresse à l’Ordre de Calatrava pour la remercier du service accompli « in defensione regni et Christianitatis Deo », sa chancellerie prend soin de rappeler l’action de l’« illustrissimo auo meo domino A. regi, felicis memorie »352. La représentation de Ferdinand voudrait ressembler à celle d’Alphonse VIII.

246Ces quatre figures royales ont été construites par les clercs de la chancellerie. Alphonse VIII eut sûrement son mot à dire quant à la façon dont il entendait que ses écrivains mènent à bien la tâche qu’il leur avait confiée. Le portrait de Ferdinand fut probablement réalisé à plusieurs ; les directives émanaient peut-être de Bérengère, l’écriture matérielle était supervisée par Juan Díaz.

247Ces figures s’enchâssent dans des textes diplomatiques et chronistiques, qui ne sont finalement pas si différents. Les textes documentaires contiennent le germe des histoires longues, ils enferment le concentré de celles-ci. Si la materia de diplômes et chroniques s’avère identique, formes textuelles et contextes de réception divergent. Les premiers agissent sur le royaume tout entier ; les deuxièmes, uniquement sur le palais. L’histoire des rois est réservée, à partir du règne de Ferdinand III, à la cour. Il y eut une redéfinition du cadre pragmatique de réception des récits monarchiques : de l’extérieur, ils rentrèrent à l’intérieur des murs des palais.

248Les contextes de réception se différencièrent donc au fil du temps. Mais les composantes des narrations monarchiques ne varièrent pas fondamentalement. Si l’on recense les prototypes épiques qui apparaissent dans les textes analysés dans ces pages, on constate d’abord leur nombre limité ; ensuite, leur réitération : tant dans les diplômes que dans les chroniques, les motifs traités sont la filiation, l’adoubement, les conquêtes, les mariages, les naissances, les hommages reçus par les souverains, la prise de villes. Les auditeurs de diplômes et chroniques, spécialement les auditeurs de cour qui auraient eu droit, après 1217, à deux formes textuelles diverses qui racontaient l’histoire des rois, n’auraient eu aucun mal à accepter le contrat de réception qu’on leur proposait. Ils auraient associé la représentation des monarques à un système de signes, de caractérisation épique, dont l’action éventuelle sur des événements vécus dans le présent de la réception leur aurait paru vraisemblable. Une conscience historique se serait ainsi consolidée, d’où émergerait essentiellement la figure imaginaire du roi conquérant. Les auditeurs de cour auraient facilement reconnu l’identité héroïque du souverain, de tout souverain qui figurerait dans des œuvres récitées au palais. Clercs et laïcs, nobles et souverains auraient goûté à des représentations juridiques et historiographiques très fortement imprégnées de fiction. Le rôle des récits monarchiques bâtis par les clercs de la chancellerie aurait par conséquent été de participer activement à la construction idéologique promue par les rois eux-mêmes, et de procurer à des auditeurs entraînés le plaisir du récit d’aventures.

IV. Cristallisation du désir : mémoires de la ville (1)

  • 353  Voir les deux textes, avec leur traduction, en Annexe 6. Ils ont été édités par Ureña y Smenjaud ( (...)
  • 354  Pour l’étude formelle du prologue en vers, voir 4. III.
  • 355  Barrero García (1982 : 45) : « Su lectura hace pensar en la actuación de uno o más juristas expert (...)
  • 356  Linehan (1993 : 305-310), Iglesia Ferreirós (1998).
  • 357  González (1960 : 115), pour qui le for « probablemente fuera escrito por juristas de cierta fama, (...)
  • 358  Ureña y Smenjaud (1935).

249Une pièce manque encore au dossier ; il s’agit du prologue du Forum Conche, qui est composé de deux textes, l’un en vers et l’autre en prose353. Je m’intéresserai ici surtout au prologue en prose354, et uniquement au prologue. Le texte de loi ne fera pas l’objet d’un commentaire dans ces pages, pour une question pratique : n’ayant pas abordé l’étude des autres fors qui font partie du corpus édité par Julio González, je ne m’arrêterai pas non plus à cette œuvre fondamentale de droit local qu’est le Forum Conche, même si elle est liée à la promotion de l’écriture par le roi qui est au cœur de cette étude. Le Forum Conche fut en effet rédigé par des juristes probablement spécialisés dans le droit romain355, qui avaient leurs entrées à la cour356. Ce for est donc né de l’encouragement du monarque et de l’exercice scriptural des clercs357, ce qui justifierait que je l’examine. Il faut cependant savoir se donner des limites ; nous nous restreindrons à l’analyse des pièces liminaires de ce code de loi, très volumineux (885 chapitres)358, composé après la prise de Cuenca.

  • 359  Selon Grassotti (1982 : 33), Cuenca était une « espina irritativa para los reyes de Castilla desde (...)
  • 360  González Alonso, Barrios García & Del Ser Quijano (1996 : 38), Powers (2000).
  • 361  Je simplifie volontairement : pour des mises au point sur la question complexe de la tradition, de (...)
  • 362  Roudil (1968 : 7).

250Le Forum Conche et son prologue témoignent de l’importance de cette ville et de sa conquête pour Alphonse VIII359. Nous avons pu apprécier l’insistance avec laquelle les diplômes consignaient l’événement de septembre 1177 et la portée que prit l’écriture de cette action guerrière du roi castillan. La composition du code de loi et la rédaction de son double prologue relèvent sans doute de l’ambition du souverain de graver cette action dans la mémoire du royaume. D’un point de vue strictement juridique, par le Forum Conche la monarchie castillane chercha à homogénéiser les fors de l’Extremadure360. Son modèle fut adopté par d’autres villes361 ; traduit en roman, le for de Cuenca fut le point de départ d’une vaste famille de textes. Selon Jean Roudil, « ce recueil de lois […] servit à l’organisation municipale et judiciaire des villes de la frontière sud du royaume de Castille »362.

  • 363  Pour un point de vue semblable, Powers (1988 : 1, notes 222-223).

251L’effort juridique qui permit une telle réalisation dut être grand ; l’effort scriptural ne fut pas en reste. Aucun autre texte de loi de cette période n’est inauguré par un double prologue consacré à l’apologie du souverain. La fonction de cette pièce paratextuelle est clairement politique ; sa forme, le fruit du travail d’un lettré chevronné. Alors que le for était destiné aux habitants de Cuenca, les destinataires du prologue étaient le monarque et la cour, ainsi que les clercs du palais, qui apprécieraient l’esthétique du texte et l’érudition de son auteur363. Le prologue du Forum Conche constitue donc un morceau de choix pour notre étude, en ceci qu’il témoigne d’un double désir parfaitement accordé : celui du monarque et celui de ses clercs. L’un obtint une miniature exquise qui lui permettrait de briller dans le contexte politique péninsulaire, les autres démontrèrent leur savoir-faire et leur intelligence pragmatique : le roi aurait rémunéré généreusement ses écrivains.

  • 364  Ureña y Smenjaud (1935 : xv-xxiii) affirme que le ms. Paris Bibliothèque Nationale, Fonds Latin 12 (...)
  • 365  Ureña y Smenjaud (1935 : xi) ; voir aussi Bermejo Cabrero (2001 : 45).
  • 366  Barrero García (1982 : 48-49) ; voir aussi Gutiérrez Cuadrado (2001 : 126)

252Le double prologue est présent dans le manuscrit du XIIIe siècle qui contient la première transcription du Forum Conche qui soit arrivée jusqu’à nous364. La question de sa composition originale est polémique : Rafael Ureña y Smenjaud a défendu qu’il fut écrit, en même temps que le code de loi, à la fin du XIIe siècle365 ; Ana María Barrero García rejette cette idée et propose une datation postérieure366. Ces hypothèses contradictoires ont toutes les deux eu leur lot de défenseurs et de détracteurs. Pour ma part, je partage l’opinion d’Ureña y Smenjaud : mon meilleur argument est celui de son adéquation au contexte très actif de propagande pro Alphonse VIII, élaborée activement par les clercs du roi à cette période-là.

  • 367  Ureña y Smenjaud (1935 : XI), « El Archivo Municipal de Cuenca conserva original una carta donatio (...)
  • 368  Je ne comprends pas les réticences de Barrero García (1982 : 45) à identifier le « Aldefonsus » du (...)

253Nous disposons à peine d’éléments extratextuels pour dater le prologue et le for – une carta donationis datée du 16 janvier 1190 qui serait postérieure à l’octroi du code de loi367. Nous devrons donc prioritairement nous attacher au double texte du prologue, qui contient des indications en apparence fiables. Il y est fait mention de l’adoubement de Conrad de Hohenstaufen et d’Alphonse IX de León par Alphonse VIII (le rex à qui est adressé le prologue368), après le siège de Cuenca :

  • 369  « Rex […] a quo arma milicie, et colafum probitatis memoriale, videlicet dompnus conradus generosa (...)

Un roi […] qui a donné leurs armes de chevalerie, et la colée de la loyauté mémorable, à Conrad, illustre descendant de l’Empéreur Romain, et à Alphonse, roi de León, ce dont ils se réjouissent369 ;

le texte évoque aussi la naissance à Cuenca de l’infant Fernando :

  • 370  « […] ego aldefonsus dei gratia rex, una cum uxore mea alionor regina, et serenissimo filio nostro (...)

Moi, Alphonse, roi par la grâce de Dieu, avec mon épouse la reine Aliénor, et avec notre très serein fils Ferdinand, dont la naissance a honoré cette ville370.

254Ces éléments nous mènent à établir le terminus a quo pour la rédaction du prologue en prose le 29 novembre 1189, jour de la naissance de l’infant Fernando ; l’adoubement de Conrad et d’Alphonse IX avait eu lieu l’été 1188.

  • 371  González (1960 : I, 197-198), « [Berenguela] fue desposada en la curia de Carrión en junio de 1188(...)
  • 372  Du 18 octobre 1189 au 12 février 1190 ; cf. González (1960 : II, 919-928), doc. 536, 537, 538, 539 (...)
  • 373  Après la mort de Sanche, en 1181, et la naissance des princesses Sancie, Urraca et Blanche ; Béren (...)
  • 374  Comparer avec Ureña y Smenjaud (1935 : 113), « […] el Forum Conche fue otorgado por el rey don Alf (...)

255Par ailleurs, le fait que Conrad soit mentionné dans le texte pourrait bien constituer le terminus ante quem : le fils de l’empereur germanique n’aurait pas trouvé sa place dans un texte lié au monarque castillan après sa mort, qui eut lieu en 1196. Qui plus est, son évocation n’aurait pas été vraiment pertinente après la naissance de Ferdinand, moins encore après l’annulation de ses fiançailles avec Bérengère par le cardinal Grégoire, légat pontifical, en 1192371. Si nous acceptons ces données, il faudra conclure que le double prologue fut composé au moment de la naissance de Ferdinand, peut-être même à l’occasion de cet événement, et que sa rédaction acheva l’œuvre juridique que les clercs du roi préparaient pour Cuenca. Le couple royal avait passé quatre mois à Cuenca, fin 1189-début 1190372 ; la reine y avait enfanté. Ces quatre mois semblent suffisants pour qu’un écrivain trouve l’inspiration et les mots justes pour dire la gloire de son souverain, rehaussée par la naissance d’un héritier mâle373, matérialisée dans le grand code de loi qu’Alphonse donnait aux habitants de la ville et, enfin, embellie et proclamée à tous les vents par un prologue unique, splendide, mémorable. Je crois donc que tant le for que les pièces liminaires furent composées pendant l’hiver 1189-1190, sur place, auprès du roi et de sa famille374.

  • 375  Barrero García (1982 : 44-49).

256Telle présomption, que je considère raisonnable, a été critiquée par Ana María Barrero García. Je choisis de commenter rapidement la position de cette spécialiste du droit parce que les arguments qu’elle avance sont en rapport avec la spécificité du double prologue du Forum Conche, spécificité qui relève à mon avis du contexte de production et de la fonction de ce texte. Selon Barrero García, le prologue ne peut pas dater de la fin du XIIe siècle par plusieurs raisons, d’ordre stylistique, thématique et juridique. Je résume son développement : d’abord, le style du prologue en prose est trop érudit, le narrateur est tantôt à la troisième personne, tantôt à la première personne, la formule qui désigne le roi (« regum Iberiensium potentissimum ») n’est pas typique de celles que la chancellerie castillane utilisait à la même période ; ensuite, la déclaration de la volonté du roi de faire de Cuenca sa ville (« utpote concham alphonsipolim elegit et preelegit in habitacionem sibi ») ne peut pas être prise au sérieux, car ce souverain ne fréquenta pas réellement cette cité ; enfin, les juristes connaisseurs du droit romain et du droit canon, qui auraient participé à la rédaction du Forum Conche (et aussi du prologue en prose), n’étaient pas actifs en Castille à la fin du XIIe siècle. Pour toutes ces raisons, conclut Barrero García, il faut dater le Forum Conche du milieu du XIIIe siècle375.

  • 376  Linehan (1993 : 305-310), Iglesia Ferreirós (1998), Miceli (2003).
  • 377  Bermejo Cabrero (2001 : 43), « No hará falta esperar, pues, la plena recepción del derecho romano (...)

257Il me revient de répondre aux questions stylistiques et thématiques. Pour ce qui est de l’argumentation juridique, il n’est pas nécessaire de rappeler, premièrement, que nous savons à présent que l’influence des juristes qui pratiquaient le droit romain et le droit canon dans la péninsule de la deuxième moitié du XIIe siècle fut plus importante qu’on ne l’a souvent cru376 ; deuxièmement, que les traits distinctifs du Forum Conche qui appartiennent au droit romain seraient plutôt d’ordre terminologique377. Par conséquent, le raisonnement de Barrero García ne tient pas, au moins pour ce qui est de la forme juridique du for : celui-ci ne dépendrait pas étroitement du droit romain, dont les praticiens étaient, par ailleurs, tout à fait présents dans les espaces de pouvoir péninsulaires.

258Les autres arguments exposés par Barrero García ne concernent pas le code de loi mais le prologue à celui-ci, et tiennent en un seul adjectif : ce double prologue est unique. Il l’est, effectivement ; une telle singularité prouve, à mon avis, qu’il est une pièce, peut-être la plus éblouissante, parmi celles que la chancellerie castillane produisit au tournant des XIIe et XIIIe en faveur de l’implantation d’une image forte d’Alphonse VIII.

259Le style du prologue en prose serait trop érudit378.

  • 379  Par « hispaniques », j’entends bien les individus originaires d’Hispania, bien ceux qui s’étaient (...)
  • 380  Arizaleta (1999, 2000b), Guijarro González (1998, 2004), Henriet (sous presse), Iglesias Ferreirós (...)

260Il me semble que les adjectifs « fleuri » et « recherché » conviendraient mieux. La détermination subjective par l’adverbe « trop » conduit à nous interroger sur les critères de l’argumentation : si le point de départ est la prétendue sécheresse stylistique de l’écriture des diplômes et la supposée indigence culturelle des clercs hispaniques379 au tournant des XIIe et XIIIe siècles, la conclusion sera éventuellement acceptable – même s’il serait toujours possible d’affirmer qu’un individu isolé, de culture supérieure à la moyenne, a composé le double prologue. Nous savons, cependant, que les clercs lettrés étaient nombreux dans la péninsule : les écoles étaient actives, la cour accueillait volontiers les seigneurs de l’écrit380. La caractérisation spécifique de l’adverbe de quantité n’est pas donc conforme à la réalité : le double prologue témoigne de l’érudition de son auteur, c’est tout.

261Le prologue en prose, par ailleurs, n’est pas un diplôme, même s’il y ressemble, tant par sa forme que par son contenu en rapport avec le roi et la loi. Ce texte a été certainement écrit par quelqu’un qui avait l’habitude des documents de la chancellerie et qui possédait un savoir littéraire sûr, comme c’était sans doute le cas pour bon nombre des clercs que nous avons aperçus au long de ces pages. Mais il ne s’agit pas d’un diplôme, même si le modèle documentaire sous-tend assurément ce texte. Il n’est pas nécessaire, non plus, d’envisager que son auteur avait un diplôme devant les yeux au moment de composer ce texte : on peut présumer une plus grande autonomie chez cet écrivain. Le prologue en prose au Forum Conche est un texte autre, une sorte de « collage » d’au moins quatre discours : le discours diplomatique, le discours juridique, le discours monarchique, et le discours lettré.

  • 381  Voir l’Annexe 6.
  • 382  Voir González (1983/86, I : 520-521), García y García (1994 : 59-60).  

262Il se structure en plusieurs parties381. Nous avons, d’abord, une première section, (a) – « Studeant quibus est studium […] omne tulit punctum qui miscuit utile dulci » – qui précède ce qui ressemble beaucoup à un préambule diplomatique (b), lequel commence par une formule topique – « Quoniam igitur humana labilis est memoria »382 –, et se prolonge par un exposé général sur la loi, la ville et l’autorité royale. Arrive ensuite ce qui semble être la suscription (c), où l’on présente l’auteur de la charte (« Hac ergo consideratione aldefonsus dei gratia rex ductus […] sub equitatis examine liceat diffiniri »). Cette troisième partie se trouve à la place où devrait se situer la suscription, si le prologue en prose était un diplôme, mais elle ignore la première personne caractéristique des suscriptions, contient à nouveau une amplification plus générale qu’applicable au cas concret et surtout, pour ce qui m’intéresse, suspend son mouvement pour proposer une représentation fort élogieuse d’Alphonse VIII. L’image panégyrique s’impose, dans ce fragment certainement composé par un juriste – le lexique, l’ordre syntaxique, tout indique que l’auteur de ce texte était un homme de droit. Qui plus est, cette suscription qui n’en est pas une contient des éléments caractéristiques de la souscription : « aldefonsus rex […] scribi precepit ». On aurait donc ici une suscription insolite contenant une souscription, le tout enveloppé dans de longs développements juridico-politiques où sont mélangés la gloire du roi et la gloire de la loi. Cela apparente la structure du prologue à celle des diplômes, mais n’en fait pas un.

263Suit une quatrième partie (« Rex itaque tam nominate auctoritatis […] liberam et precipuam inter alias in prosperum stabiliret »), où la narration l’emporte (d) : on y raconte l’adoubement de Conrad et du roi de León et les circonstances de la conquête de Cuenca. Toutes précautions prises, j’aurais envie de suggérer que cette partie serait analogue aux micro-récits, puisqu’elle narre les actions d’éclat du roi. La cinquième partie (e) (« Quamobrem ad cognoscendam […] ita unius regis et principis obediant edictis ») est toute entière consacrée au discours sur les bénéfices de la loi et de la justice, qui auront droit de cité parmi les habitants de Cuenca, « conchensibus incolis et populatoribus tam presentibus quam futuris ». Enfin, la sixième et dernière partie, (f), se présente comme le mélange d’une suscription et d’une corroboration : l’auteur de la charte se présente réellement, à la première personne (« ego aldefonsus dei gratia rex, una cum uxore mea alionor regina, et serenissimo filio nostro Fernando »), et il affirme confirmer l’octroi d’un code de loi à la ville de Cuenca (« ac regali munimine confirmo »).

264Les parties du texte seraient donc :

  • un grand préambule, composé d’une préface littéraire (a), et d’un exorde typique – par rapport aux formules de la chancellerie – amplifié (b) ;

  • une suscription atypique contenant une représentation caractérisée de la figure royale (c) ;

  • un récit des actions du monarque (d) ;

  • des réflexions juridiques (e) ;

  • une suscription atypiquement située et une corroboration typique (f).

  • 383  Peset & Gutiérrez Cuadrado (1981).
  • 384  Azaustre & Casas (2004 : 14-15)

265Les sections du texte et le vocabulaire employé sont sans doute l’œuvre d’un auteur familiarisé avec les usages de la chancellerie : ce texte est bel et bien issu des pratiques scripturales de cet office royal. Les nombreuses considérations sur la loi ont surgi du calame d’un clerc spécialiste de droit. Je serais tentée de suggérer que les longues réflexions de nature juridique qui caractérisent en bonne partie ce texte paraissent provenir d’un auteur habitué à réfréner son appétit d’écrire, qui aurait été bridé par l’exercice quotidien de l’écriture diplomatique ! Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un texte très nouveau, une sorte de recueil des connaissances de tout clerc qui travaillerait à la chancellerie. Comme lettré, ce clerc-là maîtrisait les apprêts rhétoriques et connaissait ses classiques – ici, Horace. Comme juriste383, il était capable de disserter sur les vertus de la loi et de pratiquer le style épidictique384. Comme écrivain de la chancellerie, il savait comment composer des textes à partir de formulaires. Comme propagandiste, enfin, il savait quelle était la tâche qu’on lui avait assignée : produire des textes remarquables destinés à impressionner l’imaginaire social, pour le bénéfice du souverain. Le prologue en prose apparaît, donc, comme une compilation d’un genre nouveau, un exercice pratique de science juridique et littéraire, de propagande diplomatique et monarchique.

  • 385  Même Powers (2000 : 223, note 2) semble concevoir ce texte comme une sorte de diplôme mal composé, (...)

266Le prologue en prose au Forum Conche est donc un texte novateur, pas un diplôme. Il ne faudrait par conséquent pas y chercher ce qui n’a pas de raison d’y être. L’affirmation de Barrero García concernant son « excès d’érudition » relève d’une mauvaise compréhension de ce qu’était ce texte : un objet unique385.

  • 386  Barrero García (1982 : 44), « […] si al comienzo del prólogo  el rey Alfonso aparece mencionado ba (...)

267La voix du narrateur change386.

  • 387  Il est intéressant de constater que dans le Fuero de Alcázar, version en langue romane du Forum Co (...)

268Le changement des voix narratives, avec une nette prédominance du narrateur-il, a pu surprendre les spécialistes. L’auteur matériel du prologue transforme sa voix en celle du monarque et poursuit ainsi la fiction de l’autorité scripturale du souverain. Il est dit, dans les hexamètres du poème qui préface le texte en prose presens auctorem codex habet […] Alphonsum. Le « livre » de Cuenca, le codex de la loi a été écrit par Alphonse VIII, selon le poète-prosateur. Médiateur, ce clerc assume la mise en forme d’une idéologie promue par le monarque387. Cette double « auteurité » s’efface à la fin du prologue, où seule on entend la voix du roi : « ego Aldefonsus dei gratia rex […] confirmo ». Nous avons pu suivre les modalités de cette translation du pouvoir, qui se matérialise dans le passage de la troisième personne à la première. Une fois de plus, comme dans les diplômes, écrire pour le roi signifie écrire avec le roi.

269Un dernier mot : le « je » du narrateur ne s’installe dans les micro-récits diplomatiques qu’en 1212. Jusqu’à cette année-là l’énoncé des diplômes royaux était dominé par la voix narrative à la troisième personne – sauf dans les suscriptions et les corroborations. Cette supériorité du « il » dans le prologue en prose, serait-elle une donnée pertinente pour dater ce texte avant 1212 ?

  • 388  Voir supra.

270La formule qui désigne le roi n’est pas typique de celles que la chancellerie castillane utilisait à la même période388.

271Jamais Alphonse VIII n’est représenté dans les diplômes comme « le très puissant roi ibérique/d’Ibérie ». Mais nous savons à présent qu’il est vain de traiter le prologue avec des critères exclusivement diplomatiques. La formule« regum Iberiensium potentissimum » est en étroit rapport sémantique, idéologique et contextuel avec les deux derniers vers de la préface en vers. En effet, les vers 13 et 14 du poème situé juste avant le texte en prose semblent constituer la transition idéale entre le vers et la prose, entre le premier prologue et le deuxième. On y lit :

  • 389  « Sic nauarrensem uicit, sic legionensem, / Sic aragonensem domuit, sic portugalensem ». Voir Anne (...)

Il vainquit ainsi le Navarrais, le Léonais
l’Aragonais, le Portugais389.

  • 390  Voir Carlos Villamarín (1996) : Iberia, comme variante de Spania et de Hesperia, apparaît dans Isi (...)

272Le « roi d’Ibérie » dans la prose est à identifier avec celui qui vainquit le roi de Navarre, de León, d’Aragón et de Portugal dans les vers, c’est à dire Alphonse VIII. Le prolongement idéologique ne fait de doute, et il serait facile de conclure que le même auteur qui composa le poème écrivit le texte en prose. Il faudrait alors chercher la trace d’une utilisation ciblée d’Iberia et de ses dérivés pour signifier l’espace hispanique à la fin du XIIe siècle390, qui serait le signe d’identité de celui qui formula une telle définition d’Alphonse.

  • 391  Martínez Díez (1995 : 230), « Por este convenio Alfonso VIII consentía en que don Fernando Ruiz de (...)
  • 392  Martínez Díez (1995 : 133).
  • 393  Ajoutons que la représentation d’Alphonse VIII comme vainqueur de quatre royaumes rappelle la figu (...)

273Cela dit, ces deux vers me posent problème. Il est vrai que l’on pourrait défendre l’adéquation de la réalité à la représentation, pour ce qui est de la domination castillane sur ses voisins navarrais, léonais et aragonais : le 15 avril 1179, à Cazola, Sanche VI de Navarre et Alphonse VIII de Castille avait signé un traité de paix qui fut respecté jusqu’aux dernières années du XIIe siècle ; l’hommage d’Alphonse IX de León au roi castillan en 1188 fut interprété comme un signe de la faiblesse du premier et de la suprématie du dernier ; le 30 septembre 1187, à Sauquillo de Alcázar, un accord fut passé entre Alphonse II d’Aragon et Alphonse VIII391. À l’exception de l’hémistiche qui concerne le roi de Portugal, alors Sanche Ier, le contenu de ces vers pourrait convenir à la situation historique de l’hiver 1189-1190… si l’on faisait abstraction du fait que León et Portugal étaient, à ce moment-là, en train de préparer une alliance anti-castillane qui allait se solder par le mariage d’Alphonse IX et Thérèse de Portugal. La menace grondait : est-ce que les vers qui nous intéressent, qui explicitent nominalement la formule en prose regum iberiensium, moins compromettante, pouvaient véritablement voir le jour dans un contexte de crise ? Je pense que oui, car il s’agit-là plus d’un espoir que d’une réalité : on est dans l’écriture de propagande, la représentation n’adhèrerait pas nécessairement aux faits. Alphonse VIII se lança dans une série d’attaques contre les almohades en 1189392 ; l’image de dominateur de ses voisins chrétiens véhiculée par les vers, et par la prose, ne ferait qu’accroître son aura de puissance auprès de ses adversaires musulmans. Ces vers constitueraient donc l’expression du rêve royal castillan393.

  • 394  Powers (2000 : 223, note 2).
  • 395  Voir Montaner (1993 : 488-491). Montaner date le Forum Conche de 1220-1230.

274James Powers a suggéré la date de 1196-1197 pour la rédaction du prologue en prose394. Pour ma part, je ne conçois pas l’écriture de cette pièce époustouflante de propagande juste après la défaite d’Alarcos, qui fut passée sous silence dans les documents de la chancellerie. On pourrait effectivement suggérer que la représentation de la supériorité de Castille sur les rois chrétiens de la péninsule aurait été pertinente juste avant la bataille de Las Navas, ou bien après juillet 1212. Mais ce serait sans compter avec les données intratextuelles relatives a Conrad et, surtout, à Fernando, vivant encore au temps de la rédaction du double prologue. Une dernière donnée, enfin : colaphum (étymon probable de « colada »/« colée »), apparaît pour la première fois dans les textes péninsulaires précisément dans le prologue en prose au Forum Conche, lorsque est évoqué l’adoubement de Conrad de Hohenstaufen et d’Alphonse IX de León. S’il s’avérait que le nom donné à l’épée du Cid dans le Cantar procède de colaphum, on disposerait peut-être d’une autre donnée pour dater notre double prologue d’avant 1207395.

  • 396  Il s’agit du manuscrit Escorial Q. iij. 23, de c. 1249-1250 ; cf. Ureña y Smenjaud (1935 : XX), «  (...)
  • 397  Ou bien l’un d’eux, le premier, aurait fait partie de ceux qui s’attelèrent à la rédaction du for  (...)

275Il existerait encore, néanmoins, une autre possibilité, si l’on cherchait à tout prix à harmoniser la représentation et les événements : les deux derniers vers du poème auraient été ajoutés, à une époque où la domination castillane n’aurait pas pu être contestée, c’est-à-dire après juillet 1212. Si la qualification de « roi d’Ibérie » reste, en fin de compte, neutre, les vers en question auraient très certainement provoqué des dissensions et soulevé l’animosité des royaumes voisins. Ils furent supprimés de l’un des manuscrits du Forum Conche, datant du milieu du XIIIsiècle396 ; même tardive, cet acte de censure prouve leur caractère conflictuel. En outre, leur forme ne correspond pas à celle des douze premiers vers, au style très orné : nous avons ici, simplement, deux verbes et quatre adjectifs en juxtaposition. Leur ton, non plus, ne coïncide pas : à l’éloge ampoulé suit une simple information. Le broche final de ce poème semble bien fade, finalement. C’est pourquoi la possibilité qu’un autre clerc ait augmenté une composition qui devait circuler parmi les écrivains du roi me paraît plausible. Cet ajout conviendrait alors à l’après-1212. On serait alors en présence (par texte interposé) de deux des clercs de la chancellerie : l’un aurait composé le poème et le prologue en prose, pendant l’hiver 1189-1190, l’autre aurait rajouté deux vers plus tard. Ces deux individus auraient ainsi, chacun à sa façon, complété le travail d’autres, qui avaient composé le code de loi397. Souvenons-nous, cependant, que nous parlons ici de « représenter », qui n’est pas nécessairement en rapport avec la réalité.

276Encore un mot sur la date de ces textes : ils partagent l’idéologie qui mit en branle la machine de propagande à la chancellerie castillane entre 1180 et 1214. L’analyse des questions formelles et thématiques confirmera qu’ils sont l’œuvre des clercs du roi, qui participèrent ainsi, au profit (et sans nul doute à l’instigation) de leur maître Alphonse VIII, à la consolidation de son pouvoir et à la légitimation de ses initiatives.

  • 398  Barrero García (1982 : 44), « E igualmente extraña resulta la declaración acerca de hacer de Cuenc (...)

277Le roi choisit de faire de Cuenca sa ville398.

278Cette affirmation est la plus visible du prologue en prose : « concham alphonsipolim elegit et preelegit in habitacionem sibi ». La réponse aux réticences de Barrero García doit tenir compte de la fonction de ce texte, ce qui mérite que l’on étudie avec attention son fragment d. Notre point de départ doit être la constatation que toutes les parties du texte découlent d’une intention de propagande, et que la déclaration singulière de la volonté du roi de faire de Cuenca sa ville et de lui donner son nom (« Alphonsipolis ») constitue un élément tout à fait notable dans cette construction politique et littéraire. Le fait que l’histoire nous apprenne qu’Alphonse VIII passa peu de temps à Cuenca, préférant séjourner à Burgos, Palencia ou Tolède, n’a pas beaucoup d’importance ; que cette composante du texte soit placée à la fin d’une section narrativement puissante et idéologiquement imbattable, qu’elle précède une longue disquisition sur la loi et la justice incarnées par le monarque, ce sont-là des données significatives. L’édifice que la chancellerie était en train d’ériger à la fin du XIIe siècle s’enrichissait avec ces quelques lignes saisissantes, où la matière biblique s’entrelace aux motifs les plus prégnants de la rhétorique de la reconquête. Tout mène à croire qu’Alphonse VIII et son entourage disposaient d’un programme, dont l’un des principes était la consolidation d’une mythologie de l’espace chrétien. Le souverain avait besoin de ses clercs pour mettre en forme ce projet.

  • 399  Henriet (2003a : 108).
  • 400  De Polignac (1999).
  • 401  Buresi (2000).
  • 402  Grassotti (1982).
  • 403  Marchello-Nizia (1984).
  • 404  Díaz Ibáñez (1997), Guerrero Navarrete & Sánchez Benito (1984).

279Par le double prologue au Forum Conche, Cuenca apparaît nettement comme l’un des « pôles de référence » d’une topographie légendaire en étroit rapport avec la reconquête399. Les diplômes et le prologue élaboraient une mémoire neuve, quasiment instantanée, de la prise de cette ville. Ces textes échafaudaient alors le présent de la monarchie castillane, et aussi son avenir. Avec la conquête de Cuenca, le roi Alphonse avait repoussé les frontières, avec son entrée dans la ville il avait franchi les murailles : le symbole était fort. Alphonse, comme Alexandre, devenait le maître des seuils et des passages400. Dans une perspective moins universaliste, l'accès du souverain castillan à l’intérieur de la cité reste également emblématique : Pascal Buresi a rappelé comment la frontière entre musulmans et chrétiens fut assimilée métonymiquement à une ville entourée de murailles401. Le franchissement des murs de la citadelle de Cuenca402, et la possession de ses hautes tours, acquérait ainsi un poids symbolique indéniable. La narration contenue en d, grâce à laquelle les actions d’Alphonse étaient revêtues du lustre qui convient à un souverain ambitieux, dut donc jouer un rôle essentiel dans la représentation d’une monarchie puissante appelée à durer. Ce n’est sans doute pas un hasard si cette narration se situe au cœur du prologue, c’est-à-dire dans « la zone de franchissement vers la temporalité narrative, où le locuteur s’instaure en auteur »403. Le récit de Cuenca peuple en effet l’espace intermédiaire où la voix de l’auteur clérical cède sa place à l’auteur monarchique et franchit le pas vers le je fictif d’Alphonse VIII et l’affirmation du pouvoir royal. Entrer dans la ville de Cuenca signifie, dans ce texte, pénétrer l’espace de la royauté conquérante, dont l’attribut concret est le livre de loi auquel le prologue permet l’accès : le Forum Conche proclame la grandeur de ce roi qui donna l’ordre de reconstruire la ville, d’élever des églises et de transformer la mosquée en cathédrale404. Le roi agit ainsi en fondateur, car on est là devant l’image de la renaissance de la ville : une mémoire neuve, apportée par le Forum Conche, sanctionne la nouvelle vie d’une Cuenca chrétienne, en même temps qu’elle efface la mémoire de la Cuenca musulmane. La préface apparaît donc comme l’instrument de l’action politique d’Alphonse VIII qui, une fois la ville libérée, organise la vie de ses habitants : le pragmatisme de l’acte social est illustré par l’auteur du prologue, lorsqu’il énumère les catégories de la population à qui la loi est octroyée (« pro tuicione pacis et iure equitatis inter clericum et laicum, ciuem et agricolam, egenum et pauperem, forensium institutionem summam compilauit »). Ce clerc écrivit la mémoire officielle de Cuenca et la mémoire de l’ordre urbain.

  • 405  Buresi (2000), Echevarría (2003).
  • 406  Les mêmes formules avaient été employées pour raconter la transformation du Panthéon romain en égl (...)
  • 407  Linehan (1993 : 290) a suggeré que le souvenir de la « Reccopolis » de Léovigild aurait pu jouer d (...)

280Le récit de l’entrée du roi dans le prologue réitère les composantes fondamentales des micro-récits : la conquête de la ville et la libération du pouvoir musulman (« intrauit […] eliminata idolatrie spurcicia »). Le texte évoque ici la conversion de la mosquée en cathédrale, au moyen de la rhétorique courante405. Repaire de démons, la mosquée symbolisait avant tout le pouvoir de Cordoue406. Nous n’avons là rien d’inhabituel. Cette séquence narrative est amplifiée par deux autres éléments : le premier, la métaphore in absentia qui fait de Cuenca une nouvelle Babylone et des troupes almohades les armées du Pharaon, n’est somme toute pas extraordinaire dans un texte clérical. Le deuxième, qui donne le nom d’Alphonse à la ville (« Alphonsipolis »), est plus original407 :

  • 408  « […] utpote concham alphonsipolim elegit et preelegit in habitacionem sibi, et ciues eius populum (...)

Il choisit Cuenca comme Alphonsipolis. Il la préféra, comme lieu de résidence, et il adopta ses citoyens comme son peuple particulier, afin d’établir sa liberté et sa prospérité, et de la différencier de toutes les autres villes qu’il avait délivrées de la captivité babylonienne et du joug du Pharaon, avec les armes de son pouvoir royal, une fois écrasé l’immondice de l’idolâtrie408.

  • 409  CN, I, 63 ; cf. Estévez Solá (1995 : 23).
  • 410  Cf. P. Henriet, La parole et la prière au Moyen Age. Le Verbe efficace dans l’hagiographie monasti (...)

281L’auteur de ce texte informe donc ses lecteurs et auditeurs que la ville d’Alphonse avait été libérée de la servitude de Babylone et délivrée du joug du Pharaon. On pourrait invoquer l’atmosphère de triomphe chrétien pour justifier cette figure, et on aurait certainement raison. Cela dit, il faut signaler la coïncidence entre la durée de la captivité des hébreux à Babylone et le temps écoulé entre la prise de Cuenca par les almoravides et sa reprise par les chrétiens : soixante-dix ans. La ville tomba dans les mains des musulmans en 1108, elle fut reconquise en 1177 ; le chiffre est (presque) parfait. La CN, reprenant la Chronica d’Isidore, rappelait que « Hebreorum captiuitas fuit annis LXX »409. L’auteur du prologue au Forum Conche ne confondait pas les païens de Babylone avec les païens de Cuenca, bien au contraire : il faisait dans la broderie lorsqu’il évoquait la babylonica captivitas. Une captivité conduisant à une autre, il voulut rappeler aussi l’épisode d’Égypte, peut-être songeant même à la Babiliyun cairote410. Il disposait de tous les éléments pour entraîner ses lecteurs dans un voyage exotique vers l’espace biblique, il ne s’en priva pas.

  • 411  Dans ce sens, Buresi (2000), Echevarría (2003), Henriet (2003a).
  • 412  Dans le Liber regum la contiguïté entre Jérusalem et Babylone est fréquente : ie, « uino el rei Na (...)
  • 413  Comparer avec Baloup & Josserand (2006), « À la charnière des XIIe et XIIIe siècles, entre la déro (...)

282Au-delà de l’anecdote, ce tissu de références qui soutient le prologue en prose confirme que, à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, un certain public était prêt pour recevoir des discours fondés sur l’assimilation des villes bibliques et des villes de la reconquête411. Dans cette ville de nouveaux habitants et de vieilles pierres qu’était la Cuenca de la fin du XIIe siècle, la conversion de la mosquée en cathédrale aurait pu être vécue comme la reconstruction du Temple. L’ombre de Jérusalem put donc planer sur cette Cuenca de parchemin qui nous occupe, comme elle planait sur la mémoire de Babylone412. Si tel fut le cas, il serait possible d’en tirer deux conséquences : d’abord, que la Cuenca reconquise fut interprétée, au moins pendant quelques brèves années, comme la Jérusalem d’Alphonse VIII. Celui-ci, représenté par sa chancellerie comme étant touché par la grâce de Dieu et couvert de Sa gloire, n’aurait pu trouver de meilleure ville pour gouverner son royaume. L’expression du désir de faire de Cuenca sa capitale s’en trouverait donc justifiée, même si ce désir ne fut jamais accompli413.

  • 414  « Circa tricessimum annum regni eius capta fuit civitas sancta Iherusalem et tota Terra Sancta pre (...)
  • 415  Arizaleta (2000b).
  • 416  Je ne peux pas aborder ici l’étude de textes comme la Semeiança del mundo  ou la Fazienda de Ultra (...)

283Ensuite, on pourrait imaginer que Babylone et Jérusalem auraient été particulièrement opérationnelles dans les discours monarchiques produits par les clercs du roi au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Il ne sera pas inutile de rappeler que Juan Díaz développe dans sa CRC un récit sur ces deux villes juste après avoir raconté la mort d’Alphonse VIII, comme si elles venaient accompagner le souverain dans son mausolée textuel414. Un autre texte de cour, le Libro de Alexandre, propose des épisodes marquants concernant l’entrée du conquérant grec dans Babylone et dans Jérusalem415. Il suffira d’avancer, pour le moment, que la cour de Castille devait être coutumière de l’utilisation de ces villes dans des récits à caractère épico-romanesque ou encyclopédique416, que les récepteurs du palais étaient sans doute habitués aux décors bibliques et aux histoires d’Orient centrées autour d’un roi héroïque : un poème comme le Libro de Apolonio aurait certainement trouvé un public enthousiaste à la cour de Castille-León vers 1240 ; le terrain avait été préparé depuis la fin du XIIe siècle.

284Revenons aux évidences : la prise de Cuenca permit un envol considérable de l’activité scripturale des clercs de la chancellerie. Ils y trouvèrent l’espace d’une grande aventure de leur roi, le socle pour un vaste programme idéologique. Cuenca pouvait légitimement aspirer à porter le nom d’Alphonse, puisqu’elle cristallisa l’image d’un espoir politique qui se mariait bien avec les ambitions littéraires de ceux qui étaient chargés de lui donner une forme textuelle. L’image de Cuenca appartenait au monarque ; il habitait son espace textuel (preelegit in habitacionem sibi). Mais le prologue au Forum Conche était aussi le royaume des lettrés, les seuls à savoir faire briller la matière scripturale.

  • 417  Ureña y Smenjaud (1935 : XII) : « Es un monumento literario, único en su género y en su tiempo, qu (...)

285Les arguments d’Ana María Barrero García pour refuser une datation du prologue au Forum Conche de la fin du XIIe siècle ne paraissent pas convaincants. Cette préface est exceptionnelle417, elle ne peut donc pas être jugée avec des critères qui relèveraient de la mécanique scripturale de la chancellerie – beaucoup moins machinale qu’elle ne semble le penser, d’ailleurs. Cet exercice dialectique m’a permis de présenter un texte central du dossier, d’où surgissent deux figures également lumineuses : celle du roi et celle de son clerc.

286Reprenons encore une fois les formules qui qualifient Alphonse VIII ; il est décrit comme le roi très puissant d’Ibérie, comme celui qui a assujetti les rois à son autorité et par qui sont arrivées la satisfaction et la fierté (« cuius regimine gaudent leges regi, quo rectore regna superbiunt hibera »). L’ornatus de ce texte se distingue par une figure sur laquelle je voudrais attirer l’attention, la prosopographie d’Alphonse VIII. Ce roi est décrit comme le maître des limites de la terre, toute entière enveloppée des échos de sa renommée :

  • 418  « […] cuius inmense celsitudinis et consone uero fame preconium a solis ortus cardine ad usque ter (...)

[Alphonse VIII] dont la notoriété et l’immense grandeur sont connues universellement et résonnent du lever du soleil jusqu’aux confins de la terre, en longueur et en largeur, d’une mer à l’autre418.

287 L’hyperbole prolonge l’idée de la puissance suprême (potentissimus) et, sans l’expliciter, suggère la suprématie d’Alphonse sur les frontières de la péninsule Ibérique (« regum Iberiensium »). Cette image en prolonge une autre, insérée dans le poème préliminaire ; dans ce texte, la métaphore est cosmique, plutôt que topographique : Alphonse VIII y est marqué par les signes de la lueur des astres. Semblable caractérisation fait du souverain l’étoile qui progresse du Levant jusqu’aux bornes de la terre. Il est décrit comme « le flambeau des rois, la splendeur du monde » (« cereus hic regum, iubar orbis », v. 7). Les figures conjointes des vers et de la prose désignent un Alphonse conquérant, dont l’ombre recouvre l’Orient et l’Occident. Le prologue en prose complète le prologue en vers et peaufine la représentation du souverain. Elle pourrait surprendre, n’était-ce le environnement textuel et culturel dont le double prologue semble faire partie.

  • 419  Voir la thèse doctorale de Fernando Galván Freile, La decoración de manuscritos en León en torno a (...)

288En effet, entre 1190 et 1230, plusieurs auteurs attachés au contexte de la cour castillane mirent par écrit des représentations monarchiques dont les référents fondamentaux étaient l’éclat solaire et la renommée qui traversait les mers. Que les rois castillans aient été figurés de la sorte n’a en soi rien d’extraordinaire, ces références étant coutumières de la propagande royale419 ; qu’en un lapse de temps relativement bref une floraison d’images de lumière et d’horizons soumis au souverain vienne peupler les textes des clercs du roi, c’est probablement significatif. Le Poème de Benevívere, le Libro de Alexandre, la CRC, au moins, tous décrivent le roi (Alphonse VIII, Alexandre) au moyen de ces représentations. Même dans l’Historia de rebus nous en trouverons des traces.

  • 420  Voir Annexe 5.

289Dans le Poème de Benevívere, postérieur de quelques années au prologue du Forum Conche, et peut-être composé par un membre de la chancellerie castillane420, on trouve une description d’Alphonse VIII qui rappelle celle des vers liminaires. Le poète compare Sanche III à son fils Alphonse avec les mots suivants :

  • 421  « Languescit splendor candelae solis in ortu : / Laus patris est nati languida laude sui. / Lucife (...)

La splendeur du flambeau solaire languit à sa naissance ;
l’éloge du père est langoureux, par rapport à l’éloge du nouveau-né.
Cette lumière précède, haletante, le nouveau soleil ;
elle fuit au crépuscule, alors que le nouveau soleil est en train de briller421.

290La langueur et les ombres correspondent à Sanche ; Alphonse, c’est le nouveau soleil étincelant. Cette image d’un roi soleil, tressée à celle d’un monarque léonin, le public de cour l’aurait retrouvée aussi dans le Libro de Alexandre, où le héros est décrit comme le lion resplendissant qui foulait Babylone,

  • 422  Libro de Alexandre, strophes 97 ab–98 ab ; cf. Casas Rigall (2007).

En medio de la tavla estava un león
que tenié yus’ la garfa a toda Babilón:
[…]
Tanta echava de lumbre e tanto relampava
que vençié a la Luna e al Sol refertava422.

  • 423  Arizaleta (1999 : 127-130).
  • 424  Charlo Brea (1984 : 42).

291Semblable description trouve ses origines dans l’Alexandreis, modèle de ce poème423. Les raisons qui justifient une telle représentation ne manquent pas. Essayons cependant de ne pas nous restreindre à l’énumération des sources qui ont favorisé l’inventio des textes qui nous intéressent : imaginons plutôt quelle put être la réception de cette figure royale, mi-soleil, mi-lion, composée de motifs réitérés dans un temps homogène, celui de l’existence de Castille comme royaume indépendant, et un espace commun, celui de la cour. N’oublions pas que Juan Díaz se servait d’une métaphore issue de ce même champ sémantique : Alphonse et Ferdinand étaient dépeints comme « leo frendens/fremens ». Le chancelier reprenait aussi la description solaire d’Alphonse VIII pour narrer la mort de ce monarque, se servant pour cela d’une definitio qu’on dirait sortie du prologue en vers du Forum conche ; on lit dans la CRC « tanto sole mundum priuare […] flos regni fuit »424. Les échos d’« Alfonsum florem regum », au vers 6 du poème préliminaire au for, n’étaient peut-être pas loin.

292Toujours dans le Libro de Alexandre, il est dit que le souverain est plus grand que l’orbe :

  • 425  Libro de Alexandre, st. 2672 ab ; cf. Casas Rigall (2007).

Alexandre, que era rëy de grant poder,
que nin mares nin tierra non lo podién caber425.

  • 426  Historia de rebus, VII, xxvi ; cf. Fernández Valverde (1987 : 248-49).

293L’idée, et les mots, ressemblent grandement à « cuius inmense celsitudinis et consone uero fame preconium a solis ortus cardine ad usque terre limitem longue lateque dispersum insonuit », dans la préface au Forum Conche. Rodrigo Jiménez de Rada lui-même dira d’Alphonse VIII dans son Historia de rebus que « la renommée du roi remplit la terre de peur, immobilisa la mer, et son nom arrêta les passants » – « repleuit terram timore suo Fama regis conclusit mare et nomen eius compescuit transeuntes »426. Encore une fois, signifiant et signifié rappellent le prologue en prose, le Libro de Alexandre aussi. On trouve dans cette image du roi qui impressionne ses vassaux des échos de la représentation d’Alexandre dans le premier livre des Machabées, 1, 3 : « siluit terra in conspectu eius » (« la terre devint silencieuse devant son regard »).

  • 427  Aurell (2003 : 9)
  • 428  Cf. J. M. Boivin, L’Irlande au Moyen Age. Giraud de Barri et la Topographia Hibernica (1188), Pari (...)

294Plus significatif encore, peut-être, dans cette écriture d’une « mystique de la royauté conquérante »427, le fait que tous les textes que je viens de citer semblent être aussi en rapport avec les représentations affectionnées par les clercs de la cour anglaise pour figurer leur souverain, Henri II Plantagenêt, beau-père d’Alphonse VIII. Giraud de Barri, dans sa Topographia Hibernica, composée en 1188, écrivait à propos du monarque anglais : « Vos victoires défient les bornes de la terre : vous, notre Alexandre de l’Occident, avez étendu votre bras depuis les Pyrénées jusqu’aux confins occidentaux de l’Océan Septentrional »428. Les dates de composition de la Topographia Hibernica et du double prologue au Forum Conche pourraient coïncider ; des lettrés anglais fréquentaient vraisemblablement la cour castillane. Que le roi d’Angleterre et le roi de Castille aient été représentés, à la même période, au moyen d’images presque parfaitement identiques, où la figure d’Alexandre le Grand joue un rôle central, ne paraît pas être uniquement un hasard. La question devra être creusée.

  • 429  Sans ambition d’exhaustivité, l’on peut signaler que l’épitaphe de Sancie, soeur d’Alphonse VII, c (...)

295Les clercs eurent raison de se servir de cette représentation à tiroirs : elle était agissante et jouissait du prestige de l’autorité textuelle. Bien évidemment, il serait insensé d’affirmer l’originalité de toutes ces figures de l’ornatus, qui étaient communes à des œuvres autres que celles issues de la chancellerie ou de la cour royale castillane entre 1157-1230429. Je ne cherche pas non plus à suggérer des relations d’intertextualité entre les textes cités. Je voudrais, plutôt, expliquer à nouveau que des images solaires et léonines, conjuguées avec la clameur de la fama, auraient pu être particulièrement efficaces dans un contexte d’écriture et de réception, celui de la cour, habitué à la production de cette rhétorique ainsi qu’à la lecture publique de ces images. Les images auraient façonné la réception, les récepteurs se seraient attendus à ce qu’on leur propose des images de semblable teneur. La faveur des auditeurs aurait été assurée, l’habileté des écrivains aussi ; les monarques (Alphonse VIII, Ferdinand III) auraient eu intérêt à encourager le prolongement d’une représentation facilement identifiable et séduisante. Il s’agit, je crois, d’une supposition raisonnable : les textes en question ont, de manière plus ou moins épisodique, un air de famille. Cet air de famille semble provenir de l’écriture de la conquête de Cuenca.

  • 430  C’est Georges Martin qui a su le mieux mettre en lumière « la généalogie de l’autorité scripturale (...)

296Le prologue en prose au Forum Conche constitue un bon exemple, il me semble, de l’accord (tacite ?) passé entre le souverain et ses écrivains. Celui qui composa le double prologue affirma qu’Alphonse VIII était compilateur de la loi : « forensium institucionum summam compilauit, et compilatam diligencius scribi precepit ». Aussi, que ce roi était l’auteur du livre de loi – rappelons-nous « presens auctorem codex habet orbis honorem [Alfonsum] ». À la figure du héros, du bâtisseur, du législateur, du conquérant, on ajoute, à la fin du XIIe siècle, la figure du roi compilateur, maître et auteur, destinée au succès que l’on sait430. Le roi s’empare de l’écrit. Le clerc demeure, toutefois ; il est la main du roi.

297L’art des lettrés du palais soutient l’édifice idéologique. Cet art-là n’est cependant pas subsidiaire de la construction politique, comme le montre le prologue en prose. Nous savons qu’il commence par un exorde qui précède à son tour un préambule qui est composé « à la manière des diplômes ». Cet exorde est le cadre d’une réflexion qu’on pourrait qualifier de « métalittéraire », qui n’appartient en tout cas qu’au clerc qui écrit, qui prit cet espace privilégié de l’ouverture pour une écriture qui n’affectait que lui et son identité de lettré.

  • 431  Curtius (1956 : 635-645 et771-782).
  • 432  Cette métaphore est sans doute en rapport avec celle de « la digestion et la rumination » qui favo (...)

298L’exorde n’est pas original431 : on y trouve une fausse déclaration d’humilité et de refus de la prolixité, le tout agrémenté de citations d’Horace. L’intention proclamée de l’auteur de ne pas choisir l’ornement pour son discours est immédiatement démentie par la forme de l’énoncé : « Ego uero preponderans utile dulci […] proicio ampullas et sexquipedalia verba ». Si, à la rigueur, les mots de six syllabes ne sont pas employés dans le texte, un flot de pentasyllabes et tétrasyllabes se déverse sur le prologue tout entier, avec les termes emphatiques prétendument abhorrés, le tout dans un style, comme nous le disions, fleuri et recherché. L’auteur fait évidemment partie de ceux qui étudient, dont il prétend s’éloigner (« studeant quibus est studium ») et maîtrise parfaitement la trame de la phrase – il se sert de la métaphore classique du texte-tissu (« uerborum flosculis orationem intexere »), comme Rodrigo Jiménez de Rada le fera un demi-siècle plus tard. Il maîtrise les figures, se donnant à cœur joie à l’exercice de l’allitération et de la deriuatio, connaît les topoi privatifs des lettrés en rapport avec la mémoire, tel le fornax ingenii (le « fourneau de l’intellect »432). Il argumente donc efficacement, puisque l’un des objectifs de cet exorde, outre la démonstration des savoirs littéraires de son auteur, est l’impression sur le lecteur ou auditeur, pour que ceux-ci gardent les images de la loi et de l’autorité royale qui suivront – la représentation d’Alphonse VIII étant également l’un des éléménts de cette mémorisation souhaitée : « sub impresione imaginis regie », lit-on.

  • 433  Epître aux Pisons, II, 3, 343. Dans la traduction de F. Villeneuve, Paris, Belles Lettres, 1967, « (...)
  • 434  Epître aux Pisons, II, 3, 25.
  • 435  Idem, I, 7, 98. Trad. de F. Villeneuve, « se mesurer chacun à son aune, à son pied, voilà le vrai  (...)
  • 436  Idem, II, 3, 70-72 : « Multa renascentur quae iam cecidere, cadentque / quae nunc sunt in honore u (...)

299Il ne fait point cas de la nécessité supposée de la breuitas, qu’il met en avant tout en la sabordant (« succincta namque breuitas probanda est, si tamen succi sentencia non fuerit ieiuna »), avant de se lancer dans un exercice brillant d’amplification. Il cite à loisir les épîtres d’Horace : l’Ars poetica est cité à deux reprises, pour compléter une phrase (« ego preponderans utile dulci ») et comme intertexte résolument identifiable plus tard, « omne tulit punctum qui miscuit utile dulci »433. Il se sert également de la formule incontournable, « breuis esse laboro »434, et place au milieu de l’exorde une troisième citation illustre, de la première épître cette fois-ci, « metiri se quemque suo modulo ac pede uerum est »435. L’art poétique d’Horace envahit même le reste du prologue en prose, puisque son auteur a su voir la relation entre les mots et le droit, et a expliqué un fragment sur la loi par une forme à peine modifié du vers « quem penes arbitrium est et ius et norma loquendi »436 – « penes quem ius est et norma loquendi », lit-on dans le prologue, à la section e.

  • 437  Dans le prologue à son Planeta, il cite l’Epître aux Pisons, II, 3, 343 : « et utile dulci permisc (...)
  • 438  Cf. Alonso (1943 : 14). Symistes ou symmystes : au sens figuré, « confrère », « compagnon » ; il e (...)
  • 439  Prologus ; cf. Fernández Valverde (1987 : 7).

300Cet auteur-là connaît son droit, son art et son métier. Sa prose ornée, l’usage des classiques, la maîtrise de l’elocutio, confirment qu’il est un héritier des auctoritates, qu’il prétend ne pas connaître (« nec me nominibus furiosus comparo magnis, illius non in memor »). Cette rhétorique de la dissimulation des savoirs n’est point nouvelle : Diego García, bon connaisseur de l’Ars poetica (comme tout lettré de l’époque) qui se sert souvent de l’hypotexte horatien dans son Planeta437, commence son œuvre par le topos de la fausse modestie : « Hyspanus, Diecus, regisque symistes, et ortus de Campis, legi plurima, pauca scio »438. Rodrigo Jiménez de Rada débutera son Historia de rebus par la même idée : « Rodericus indignus cathedre Toletane sacerdos stilo rudi et sapiencia tenui »439. À la différence du chancelier et de l’archevêque, l’auteur de ce texte n’indique ni son nom ni sa dignité. Tous trois devaient, toutefois, baigner dans une atmosphère culturelle identique.

301L’exorde qui ouvre le prologue contient la justification de la nécessité de mettre par écrit ce que la mémoire labile oublierait. Son auteur a adroitement entrelacé son discours littéraire au discours diplomatique – « quoniam igitur humana labilis est memoria ». Il a donc respecté ses obligations de produire un écrit de nature juridique. Cependant, l’exorde constitue avant tout une œuvre de lettré qui veut prouver son autorité de lettré. Celui-ci choisit de se livrer à cet exercice sur le seuil même du texte qui proclamait l’autorité du roi. En ce faisant, ce fut son « ego » de lettré que les auditeurs ou lecteurs du texte recevaient en premier, son « je » littéraire qui se surimposait au « je » du monarque. Langue poétique et langue juridique s’accommodent l’une à l’autre, et c’est par cette harmonisation mutuelle que le prosateur cherche à s’identifier devant son public. Il écrit pour avoir une identité, celle de l’artifex, du maître lettré. Le désir du clerc bénéficie donc du désir du roi.

  • 440  Ureña y Smenjaud (1935 : XIII), « Lástima es que, a veces, ese anónimo redactor del prologus y de (...)
  • 441  Voir Birger Munk Olsen, « La popularité des textes classiques entre le IXe et le XIIe siècle », Re (...)
  • 442  Cf. Faulhaber (1970 : 157).
  • 443  Idem, pour la liste de manuscrits péninsulaires des XIIe et XIIIe siècles de l’Ars poetica, dont a (...)
  • 444  Charlo Brea (1999 : 116).

302Lequel des clercs du palais composa ce texte ? Il faut poser la question, tout en sachant que nous n’aurons pas de réponse définitive. Pour Rafael de Ureña y Smenjaud, c’était « un théologien et juriste »440. Cela n’engage pas à grand chose, même si, comme on verra lorsqu’on s’intéressera de plus près au poème préliminaire, un ou deux indices pourraient éventuellement suggérer que l’auteur de ces vers – et par conséquent, du poème – connaissait les doctrines de Chartres. Également, nous n’avancerions pas en soulignant sa connaissance de l’œuvre d’Horace : son Ars poetica était connu de tout individu étant passé par les écoles. Des florilèges étaient expréssement composés à l’intention des étudiants ; Horace remplaça même Virgile dans le curriculum441. Pour ce qui nous intéresse, on peut signaler que Hermann l’Allemand employa l’art poétique horatien dans sa traduction des Commentaria media d’Averroes sur la Rhetorica et la Poetica d’Aristote442. La deuxième épître aux Pisons circulait dans la péninsule Ibérique443, et les clercs la connaissaient : le fait qu’elle soit citée dans le prologue n’est donc pas une information qui puisse nous permettre de trancher sur l’identité de l’auteur de ce texte. Pour l’anecdote, Juan Díaz aussi employa des citations de ce texte pour composer sa CRC444.

  • 445  Powers (2001 : 4).
  • 446  Idem (2001 : 5, note 10).

303Que je sache, un seul nom a été proposé pour l’identifier : celui de Diego García445. Les arguments proposés pour soutenir une telle hypothèse sont, explicitement, le goût du chancelier d’Alphonse VIII pour Horace446. Implicitement, l’idée suivante : si Diego fut capable d’écrire le Planeta, il fut capable de composer à peu près tous les textes issus du contexte ample de la chancellerie et du palais. Nous avons vu que le premier argument n’est pas valable ; le deuxième ne saurait être accepté : je me refuse à croire que toute la production textuelle de cette période puisse être attribuée à un seul homme. L’hypothèse que des contacts entre les individus, le travail commun à la chancellerie et ailleurs, les influences venues d’autres espaces culturels aient favorisé la création littéraire me semble plus enrichissante et, en fin de comptes, plus acceptable.

  • 447  Une autre candidature possible, en plus de celles de Diego García et Mica, serait peut-être celle (...)

304Diego García n’était pas encore en charge de la chancellerie en 1189-1190 ; si le prologue fut écrit à ce moment-là, sa candidature perd de sa solidité présumée. Les candidats sont, tout simplement, ceux qui étaient au bon endroit au bon moment, c’est-à-dire ceux qui avaient accompagné Alphonse VIII, faisaient partie de son entourage et maîtrisaient les lignes de force de l’idéologie que celui cherchait à promouvoir. Les bases de cette argumentation sont bien entendu fragiles : il suffirait que l’on démontre que le prologue ne fut pas rédigé en 1189-1190 pour que mon hypothèse prenne de l’eau. Cela dit, regardons du côté des écrivains du roi qui l’avaient accompagné à Cuenca. Deux sont les noms qui se répètent : Gutierre Rodríguez et Mica. Du premier, nous ne savons rien : du deuxième, nous croyons savoir qu’il se chargea de rédiger, à peu près à la même époque que le prologue du Forum Conche (si toutefois celui-ci fut composé en 1189-1190) des diplômes caractérisés par le discours en faveur de la Chrétienté qui installait Alphonse au-dessus des autres monarques occidentaux, en tant que ‘roi très chrétien’. Nous savons aussi que Mica reçut d’Alphonse, fin 1190, des terres et des maisons, et qu’il obtint plus tard, probablement, d’autres biens du roi. Ces éléments ne sont pas concluants, mais ils suggèrent la situation privilégiée de Mica auprès du monarque. Ce notaire maîtrisait la technique scripturale et avait de l’expérience ; en outre, il avait participé à l’entreprise scripturale et idéologique qui se matérialisa de manière éclatante dans le double prologue au Forum Conche. Cela en fait un bon candidat pour la composition de ce texte447.


  • 448  Voir l’Annexe 7 pour une comparaison sommaire entre les deux textes.

305Après ce sondage de la préface au Forum Conche, il me semble tout à fait possible de croire que ces deux textes circulaient au palais, à la chancellerie, et que les lettrés de la première moitié du XIIIe siècle les connaissaient. C’est pourquoi je me permets de suggérer qu’ils auraient pu jouer un rôle dans la composition de l’épisode de la prise de Cuenca dans l’Historia de rebus de Rodrigo Jiménez de Rada. Les ressemblances entre le prologue et le texte de l’archevêque, si elles ne sont pas déterminantes, sont assez nombreuses pour qu’on envisage la possibilité que les choses se passèrent ainsi448. Si Rodrigo s’inspira du prologue, cela signifie qu’il était opérationnel à la cour de Castille dans les années 1240, et qu’il contenait des éléments assez palpitants pour séduire l’archevêque de Tolède. Si Rodrigo s’inspira du prologue, pourquoi Juan Díaz ne fut-il pas touché à son tour ? Je peux poser la question, je n’en ai pas la réponse.

  • 449  Epître aux Pisons, III, 361-362 : « Ut pictura poesis; erit quae, si propius stes, / te capiat mag (...)

306Il faut conclure, sur le prologue en prose au Forum Conche, et sur l’écriture de l’histoire des rois. Nous avons constaté comment les textes de la chancellerie castillane réservaient un espace, même minime ou dérisoire à nos yeux, pour le spectacle du pouvoir royal, de son acquisition, ses circonstances, ses vicissitudes ; pour le récit de l’aventure des monarques, héros reconnaissables d’histoires qui faisaient l’histoire. Cette mise en scène suspend le cours du temps, attire le regard, comme elle dut fasciner l’ouie de ceux qui assistaient à la lecture de ces textes. Ceux-ci constituent, plus ou moins visiblement, autant de lieux de l’exhibition poétique et du savoir-faire rhétorique. L’ornatus s’y allie à leur fonction première, convaincre. Il fallait démontrer, faire la peinture du pouvoir royal. Quoi de plus naturel, dans le double prologue, que l’utilisation de l’hypotexte horatien, alors que cet auctor annonçait que tout était une question de perspective, « ut pictura poesis » : on pourrait croire que les clercs qui composaient les textes de la chancellerie avaient compris qu’il fallait, pour les micro-récits des diplômes, des croquis légers, qui seraient entendus à distance, mais régulièrement, et qui saisiraient ainsi la mémoire et l’imaginaire des vassaux des souverains ; que pour les grandes occasions, il fallait en revanche des tableaux minutieux, où miroiteraient des compositions admirables sur la puissance de la royauté449.

  • 450  Zimmermann (2003 : 174).

307L’étude des textes documentaires nous met constamment devant une double référentialité, celle du pouvoir royal et celle de l’écriture du pouvoir royal. Puissance et écrit s’appuient sur la visibilité et l’ostentation. Pour le clerc, l’exhibition de ses capacités rime avec le service au monarque. C’est pourquoi ces textes, à peine remarqués, constituent à mes yeux un magnifique échantillon d’une conjonction qui m’a captivée : la subordination au puissant et le goût de la création. Michel Zimmermann posait la question de savoir si « l’acte relève […] d’un bonheur d’écrire ou répond […] à un besoin social, culturel, voire métaphysique »450. Pour moi, après cette suspension du temps, que j’ai vécu en compagnie de quelques-uns des textes de la chancellerie de Castille, la réponse est claire : le bonheur d’écrire sert le roi. De cette alliance de plaisirs et désirs en apparence contrastés je voudrais encore parler un peu, dans les pages qui ‘suivent.

Haut de page

Notes

1  Iogna-Prat (2003 : 198).

2  Haro Cortés (1996 et 2003).

3  Sur les chroniques et l’historiographie au Moyen Âge, voir Guenée (1980). Sur l’historiographie hispanique, un premier aperçu dans Huete Fudío (1997). On lira des informations fondamentales dans Martin (1992, 1997).

4  Cf. Barthes (1984 : 173), dans « Le discours de l’histoire ».

5  Pour le genre des annales et des généalogies, Huete Fudío (1997 : ix).

6  « Narration », au sens d’« acte narratif producteur et, par extension, l’ensemble de la situation réelle ou fictive dans laquelle il prend place » ; cf. Genette (1972 : 72).

7  Guyotjeannin, Picke & Tock (1993 : 75-86). Pour la tradition cicéronienne de la narratio et sa signification dans l’ars dictaminis, Murphy (1974 : 220-225).

8  Sur le nombre de textes historiographiques écrits au long de la période qui nous occupe, Henriet (2003a : 93) : « en termes quantitatifs, la production historiographique ibérique reste […] relativement médiocre avant le XIIIe siècle ».

9  Dorénavant CRC.

10  Voir Charlo Brea (1984, 1997, 1999) qui, citant M. D. Cabanes Pecourt, affirme (1999 : 19-20) que la première partie de la CRC fut écrite entre le mois d’août et le mois de novembre 1226 et que la partie finale, « […] la que relata los años 1230-1236, fue escrita con posterioridad a noviembre 1236 […] y antes de mayo 1239 ». Le même Luis Charlo Brea (1995) a suggéré que la CRC est l’œuvre de deux auteurs différents : Juan Díaz aurait écrit la partie qui raconte les événements de l’histoire de Castille jusqu’en 1230, et un autre se serait chargé de compléter le récit en 1236.

11  Charlo Brea (1995 : 251) : « Todo parece pues indicar que Juan, obispo de Osma […] terminó la redacción de la parte que relata el reinado de Fernando III como rey de Castilla y los correspondientes hechos europeos sincrónicos […] ; abandonó su actividad literaria durante, al menos, los meses  centrales de 1230 y reanudó posteriormente el resto de la Crónica […] Encontramos, sin embargo,  indicios que nos hacen replantearnos la autoría de esta Crónica » ; idem : 255 : « […] el autor ha vivido la mayor parte de lo que narra, al menos desde 1211 a 1236 ».

12  Maya Sánchez (1990). Pour la date, Ubieto Arteta (1957). Pour une étude de la portée de ce texte, Baloup (2002).

13  Estévez Solá (1995, 2003). Dorénavant, CN.

14  Voir les travaux publiés dans Chronica naiarensis, e-Spania, 7, juin 2009.

15  Dorénavant, LRT.

16  Dorénavant, LRV. Cette version est contenue dans le Codex Villarensis, d’où son nom. Voir Martin (1992 : 128 et passim) ; Catalán & Jérez (2005 : 81). Le LRV a été édité par Cooper (1960) ; le LRT, de manière incomplète, par Flórez (1790 : 492-505), sous le titre Genealogías de los Reyes de Castilla, Navarra, Francia y del Cid, escritas reynando San Fernando, hasta hoy no publicadas. Il ne reste aucun manuscrit du Liber regum toletanus.

17  Dorénavant, LR.

18  Pour l’analyse de la « solidarité sémantique et génétique » de la CN et du LR dans la construction de la mythologie cidienne, voir Martin (1992 : 27-110).

19  Cependant Martin (1992 : 28) : « La langue du Liber regum (auquel ce titre latin sied fort mal) est le navarro-aragonais ». On se reportera à « ¿Un título vernáculo para el Liber regum ?», du même auteur, à paraître dans les actes du colloque sur le Liber regum qui s’est tenu en Sorbonne les 4 et 5 décembre 2009.

20  On peut voir, dans ce sens, Andrieu (2002).

21  Cooper (1960 : 20-23) : « Apres la muert del rei Dauid, regno so fillo, el rei Salamon […] E priso lo el rei Nabuchodonosor, e desbarato tota la cibdath e destruiela ; et abatie toda la huebra que fizo el rei Salamon en el temple e leuo end todo lo que.l plogo. E leuo cativo Iohachim a Babilonia, & a so madre & sos  mulleres & a todos los priuados ».  

22  4 Regum, 24, 15 : « Transtulit quoque Ioachin in Babylonem, et matrem regis, et uxores regis ; et eunuchos eius ». Pour le texte roman, voir supra.

23  Martin (1992 : 29) : « Le Liber s’ouvre sur un abrégé du Chronicon d’Isidore de Séville : généalogie du Christ depuis la Genèse, comprenant la succession des rois d’Israël ; généalogies et successions des rois et des empereurs païens (assyriens, babyloniens, perses, grecs et romains) ; succession (très incomplète) des empereurs byzantins jusqu’à Héraclius Ier. Bifurquant sur l’évocation d’Isidore de Séville, le propos se centre ensuite sur l’histoire des Wisigoths – ou l’auteur résume l’Historia Gothorum – et la succession – inspirée des Chroniques (dites) d’Alphonse III et de la Chronique de don Pélage – de leurs derniers rois espagnols jusqu’à l’invasion musulmane. Puis, ce sont – dans une version historiée qui continue de s’alimenter à l’historiographie asturienne et léonaise – les successions et généalogies des rois « de Castille » de Pélage à Alphonse VIII ; la généalogie – largement inspirée de la seconde rédaction des Généalogies de Roda – des rois de Navarre d’Iñigo Arista à Sancho VII le Fort ; celle (tronquée) des rois d’Aragon de Ramire Ier à Ramire II le Moine ; et, pour finir, des rois de France de Mérovée à Philippe Auguste ».

24  Dans le LRT édité par Flórez, la narration historique s’est resserrée autour du lignage des monarques asturiens, léonais, castillans, navarrais, aragonais et français.

25  Flórez (1791 : 497).

26  Martin (1992 : 136-137). Voir aussi Ruiz Domènec (1999).

27  Ong (2004: 98).

28  Les Historiae minores de Rodrigo Jiménez de Rada sont : l’Historia Romanorum, l’Historia Ostrogothorum, l’Historia Hunnorum, Vandalorum, Suevorum, Alanorum et Silinguorum, et l’Historia arabum.

29  Dans l’éventail temporel, je prends les premières dates proposées pour la rédaction de la CN et le LRT.

30  Dorénavant, ATP.

31  Porres Martín-Cleto (1993 : 16).

32  Je dois faire le choix de ne pas m’arrêter longtemps aux annales, proches pourtant de l’écriture historique diplomatique. Pour un aperçu de la relation entre annales et chroniques, voir Jerez (2004). Voir aussi Gómez Redondo (1998 : 96-100). Pour le texte des ATP, on peut voir Porres Martín-Cleto (1993).

33  Gómez Redondo (1998 : 96) : « La importancia de estas piezas [les annales] la confirma el Liber regum, que las utilizó como fuente directa para numerosos pasajes ».

34  La classification chronologique est plus complexe que ce commentaire schématique ne laisse paraître : Martin (1992 : 110) précise la datation du Liber regum : « Parmi les sources consultés par l’auteur du Liber, figurait peut-être un Liber composé après la naissance du futur Pierre II (1177), mais avant son accesion à la royauté (1196) ». La CN serait alors contemporaine d’une des versions du LR. Par ailleurs, le LRV fut copié entre 1196 et 1209 ; idem (1992 : 230, note 1).  

35  Même si aucune chronique ne fut composée pendant le très bref règne de Sanche III comme souverain de Castille, ce monarque et ses courtisans auraient vraisemblablement eu accès à la CAI.  

36  Pour le « localisme » monastique de cette chronique, cf. Henriet (sous presse) : « Lorsqu’à la fin du XIIe siècle avait été rédigée la Chronica Najerense, c’est aussi le modèle « localiste » qui l’avait au moins partiellement emporté, l’auteur rapportant la fondation du monastère de Nájera et signalant quelles reliques y avaient été apportées ». Comparer avec Reglero de la Fuente (2009) : « Si se piensa que el autor fue un monje de Santa María de Nájera, esta ambigüedad puede atribuirse a su falta de habilidad. Si se piensa que el autor fue un clérigo del círculo regio, veríamos en el mismo una simpatía hacia el monasterio de Nájera y, puntualmente, hacia Cluny, que en cualquier caso no buscaba defender los intereses del monasterio, sino los de la monarquía castellana. Con todo, ambas autorías no son antagónicas ».

37  Estévez Solá (1995 : xxiii-lxvi).

38  Montaner (2009).

39  Martin (1992), Bautista (2006), ainsi que les travaux publiés dans e-Spania, 7, juin 2009.

40  Estévez Solá (2003 : 9-10). Il s’agit du manuscrit S, BRAH 9/450, anciennement G-1, de la fin du XVe siècle ou début du XVIe siècle. La CN occupe les folios 1r-57r, alors que la CRC occupe les folios 89r-122r. Avec ces deux chroniques, le codex est configuré par les Généalogies de Roda, l’Historia Wambae de Julien de Tolède, l’Epitoma de regno Apulie et Sicilie de Felinus Sandeus et le Paralipomenon Hispanie de Juan Margarit, en plus des Gesta Roderici Campidocti (ou Historia Roderici). Les Gesta Roderici font partie aussi du deuxième manuscrit de la CN, le I, BRAH 9/4922 (anciennement A-189). Il est composé de deux cahiers, le premier datant de 1232-1233, contenant la CN, l’Historia Wambae, les Gesta Roderici et les Généalogies de Roda ; le deuxième du XVe siècle, contenant le De preconiis ciuitatis numantine de Juan Gil de Zamora ; voir Estévez Solá (2003 : 8), Martin (1992 : 33) et, surtout, Montaner (2009).

41  Charlo Brea (1999 : 6).

42  Catalán & Jérez (2005), Fernández-Ordóñez (1992, 2000).

43  Alphonse X ne se servit pas directement de la CN, même s’il connaissait le fonds de Santa María de Nájera, où devait se trouver une copie de cette chronique : l’on sait que le roi emprunta des livres à cette bibliothèque monastique (cf. Fernández-Ordóñez, 2000 : 71). Alphonse X aurait employé la matière de cette chronique indirectement, lorsqu’il adapta le contenu de l’Historia de rebus Hispaniae de Rodrigo Jiménez de Rada, s’il s’avère que celui-ci l’avait effectivement utilisée : pour une opinion favorable à cette hypothèse, Catalán (2001 : 88). Bautista (2006 : 78, note 41) argumente a contrario : « Aunque la CN fue uno de los textos manejados en el pleito entre Toledo y Tarragona por la adscripción eclesiástica de la provincia de Valencia, no parece […] que Rodrigo la haya utilizado directamente en su obra […] las escasas concordancias aducidas por Fernández Valverde [dans son édition de l’Historia de rebus, 1987], cuando no son erróneas, resultan altamente dudosas ».

44  Pour les avatars de cette copie, voir Estévez Solá (1995 : ix-xiii) ; une opinion contraire dans Pérez Rodríguez (1993).

45  Henriet (2003b : 252) : « Au XIIe siècle, l’établissement de Saint-Zoïle de Carrión est avec Sainte-Marie de Nájera l’une des deux pièces maîtresses du dispositif clunisien en Espagne. Il fournit à l’Ecclesia cluniacensis son camérier pour la péninsule ». Voir aussi Bishko (1964).

46  Estévez Solá (2003 : 8) : « […] en Nájera había sido copiado hacia los años 1232-33 un libro para el monasterio de San Zoilo de Carrión que sirvió como prueba para dirimir un pleito entre las diócesis de Toledo y Tarragona a propósito de la adscripción eclesiástica de la provincia de Valencia ».

47  Castell Maiques (1996).

48  Henriet (2003a : 125).

49  Catalán & Jérez (2005 : 64) : « Ese pleito, conocido como Ordinatio ecclesiae Valentinae, tuvo, entre otras consecuencias, la de que el arzobispo don Rodrigo hiciera explorar exhaustivamente las librerías de los monasterios de San Millán, Albelda, Oña, San Pedro de Cardeña, Silos, San Zoilo de Carrión, Sahagún, San Isidoro de León y San Juan de la Peña, junto con las catedralicias de Pamplona, Oviedo y, claro está, de Toledo, en busca de testimonios incontrovertibles de sus derechos ». Castell Maiques (1996 : 160) : « Si el Toledano no quería cejar obstinadamente en su propósito de recuperar para su metrópoli la diócesis Valentina, sin enfrentarse con el propio rey de Aragón, no le quedaba otro recurso que la vía judicial, a la que estaba acostumbrado por los muchos pleitos que hubo de sostener en su ajetreada vida ».

50  Gonzálvez Ruiz (1997 : 200) explique que, lorsque le procès fut jugé à Rome, après une première étape hispanique, il fut sursis : Rodrigo avait fait appel au Pape qui « no le daba ni le quitaba la razón ».

51  Henriet (2003b).

52  Arizaleta (2000).

53  « Celebrata namque curia famosa et nobili apud Carrionem, idem rex Legionis accinctus est gladio a predicto rege Castelle in ecclesia Sancti Zoili et osculatus est manum regis Castelle, presentibus Galleciis et Legionensibus et Castellanis » ; cf. Charlo Brea (1984 : 12).

54  « Rex uero Legionis […] de amico factus est crudelissimus enemicus, nempe manebat alta mente repositum quod ei contingerat in curia, de qua supra facta est mentio, in Carrione celebrata » ; idem (1984 : 15).

55  Pérez Celada (1997) et Puente (1998).

56  Rodríguez López (1997).

57  Charlo Brea (1984 : 59).

58  Catalán & Gil (1969), Carande Herrero (1997).

59  Catalán & Gil (1969), v. 106 bcd : « exprime patenter / Regis primogenito : suggeras audenter / Guillermus ut reddat auctorem clementer ».

60  Ou bien ils n’arrivèrent pas jusqu’au monarque…

61  Catalán & Gil (1969), à partir de la strophe 38, spécialement 39 abc, pour la représentation d’Alphonse VIII (« Alfonsus bellator / Alter Dauid forcior, magnus preliator / Contra omnes Hysmael ») et 45-46 pour celles de Ferdinand III et de Bérengère (« Rex Fernandus filius Regis Legionis / Alfonsi probissimi qui clarus in donis / Et ut sceptra tenuit tot effulsit bonis / Ut locari debeat cum polorum thronis / Extat Rex hic filius tan preclari patris / Atque Berengarie fortunate matris / Que regnum optinuit ». Guillermo ne crut pas nécessaire d’évoquer les figures de Sanche III et d’Henri Ier.

62  Santa María de Nájera dépendait pleinement de Cluny ; voir Cantera Montenegro (2001 : 212) et Reglero de la Fuente (2009).

63  Doc. datés des 5 et 7 novembre 1170, du 4 novembre 1171, des 22 et 23 août 1176, des 10 au 18 juin 1180, du 1er décembre 1184. Voir Annexe 2. Álvarez Borge (2008 : 65-74) étudie les liens de la monarchie de Sanche III et Alphonse VIII de Castille avec le monastère de Nájera ; p. 65 : « Según la documentación conservada, la política regia en la zona entre 1145 y 1220 se dirigió en primer lugar a favorecer al monasterio cluniacense de Santa María la Real de Nájera ». Les deux derniers privilèges accordés par le roi castillan datent de 1197.

64  Ajoutons que la mère d’Alphonse VIII, Blanche, était enterrée à Santa María de Nájera ; comme le montre Reglero de la Fuente (2009), les liens entre ce souverain et le monastère étaient réels : « El recuerdo de la sepultura de doña Blanca también figura entre los motivos aducidos para nuevas donaciones de Alfonso VIII entre 1165 y 1175, durante su minoría y primeros años de gobierno ». Soulignons également un élément important pour mon propos, relatif à l’un des clercs du roi, Pelegrín, étudié par Reglero de la Fuente (ibidem): « Alfonso VIII lo calificaba de dilecto clerico meo en 1200, cuando le donó por su vida todas las iglesias de la nueva villa real de Laredo (Cantabria). Entre 1205 y 1209 Pelegrín aparece como senior del monasterio de Santa María del Puerto, una canóniga de clérigos dependiente de Santa María de Nájera, regida a veces por monjes cluniacenses y otras por clérigos, como en esta ocasión. Su nombre, poco frecuente, hace sospechar que se trate del mismo personaje que entre 1210 y 1221 figura como abad del monasterio premonstratense de Santa María de Retuerta (Valladolid), recibiendo importantes privilegios de Enrique I y Fernando III. La protección de Alfonso VIII habría propiciado su paso de una a otra comunidad ».

65  Martin (1992 : 139).

66  Bautista (2006 : 75-76). Pour une étude complète du prologue du Forum conche et des questions évoquées par F. Bautista, voir 3. IV et 4. III. Pour le texte, voir Annexe 6. Une première approche à cette question, dans Arizaleta (2000).  

67  Finalement, on retiendra les conclusions de Reglero de la Fuente (2009) : « La relación entre la crónica, el priorato y Cluny no deja de ser ambigua. Si se piensa que el autor fue un monje de Santa María de Nájera, esta ambigüedad puede atribuirse a su falta de habilidad. Si se piensa que el autor fue un clérigo del círculo regio, veríamos en el mismo una simpatía hacia el monasterio de Nájera y, puntualmente, hacia Cluny, que en cualquier caso no buscaba defender los intereses del monasterio, sino los de la monarquía castellana. Con todo, ambas autorías no son antagónicas. Al hablar de la comunidad conventual de Santa María de Nájera señalé la existencia de un grupo de clérigos integrados en mayor o menor medida en la misma, pero que no eran monjes cluniacenses ; alguno de ellos era simultáneamente clérigo del rey, o procedía de tales círculos. Creo que es en esta franja de contacto entre el convento najerense y los clérigos de la corte donde mejor cuadrarían las características que se presumen al autor : su conocimiento de Santa María de Nájera, de sus documentos, códices y propiedades, sin por ello convertir su trabajo en una apología del monasterio y sus intereses terrenales o espirituales ; su simpatía hacia Cluny, al menos puntualmente, siempre que ello no fuese en contra de la monarquía castellana ; su permanente defensa de esta última y de la identidad del reino de Castilla ».

68  Martin (1992 : 197 et 199).

69  Idem : 46-82.

70  Idem : 180-190.

71  Idem : 197.

72  J’accepte en principe l’hypothèse de Martin concernant la rédaction du LRT, qui serait due à la volonté de l’archevêque de Tolède. Ceci dit, je constate que Catalán & Andrés (1971 : lvi), ainsi que récemment Catalán & Jerez (2005 : 334, note 210) se limitent à affirmer que le LRV arriva à Tolède lorsque Rodrigue était l’archevêque, sans suggérer que celui-ci ait pu commander l’amplification du texte navarrais. Si Jiménez de Rada est effectivement derrière la rédaction du LRT, nous disposons d’une nouvelle donne quant à ses sentiments linguistiques, dont il a été question plus haut : il aurait privilégié le latin, en tant qu’historien et Grand Chancelier, mais n’aurait nullement empêché la composition en langue romane d’un texte de grande portée idéologique. La question, il me semble, n’est pas tranchée.

73  Cooper (1960 : 26).

74  Copper (1960: 35).

75  Dans le testament qu’Alphonse VIII fit en 1204 on lit : « Et dimitto regnum meum filio meo domino Ferrando, mandans quod idem filius et regnum sint in manu eiusdem regine uxoris mee » ; cf. González (1960, III : 341), doc. 769, du 8 décembre 1204.

76  Cooper (1960 : 27-28).  

77  Arizaleta (1999, 2000b).

78  La materia des conseils d’Aristote aux rois était connue et appréciée par la monarchie hispanique bien avant les années 1230-1250 (sur les textes composés dans cette période, voir Haro Cortés (1996 et 2003) : le ms. 47-15 de l’Archivo Capitular de Toledo contient le texte qui débute Incipit Aristotelis regis magno Alexandro de conservatione humani corporis, traduit de l’arabe par Johannes Hispalensis et destiné à la regine T. . Sur cette question, à laquelle je voudrais revenir, on peut voir, avec précaution, Hernando Pérez (1992: 69-73 et 297-299). Pour la transmission textuelle de ce texte, voir « Poridat de las poridades. Secreto de los secretos » in : Alvar & Lucía Megías (2002 : 926-930).

79  Rodríguez de la Peña (1999).

80  Martin (1992).

81  Copper (1960 : 26)

82  Id. (1960 : 35).

83  Id. (1960 : 37). .

84  Zumthor (1972 : 37-42).

85  Conrad de Hohenstaufen meurt avant que le mariage avec Bérengère ait lieu ; celle-ci épousera Alphonse IX de Léon.

86  Martin (1992 : 189) : « Mais dans l’assimilation de la royauté restaurée à la royauté castillane, on fit un pas de plus : les historiens navarrais s’employèrent à confondre avec la Castille le territoire sur lequel avaient regné Pélage et ses successeurs […] Les auteurs du Liber regum construisaient ainsi minutieusement, dans les origines des monarques castillans auxquels leurs rois étaient confrontés, l’équivalent de la restauration navarraise […] Sur cette parité originelle, entretenue par les liens matrimoniaux et la consanguinité, pouvait reposer la complicité politique latente des royautés navarraise et castillane ».

87  Voir supra, citation n° 2.

88  Flórez (1790 : 496).  

89  Idem : 497.

90  Conclusion doublement hypothétique : non seulement les fragments en question sont trop peu nombreux, mais nous devons travailler à partir de l’édition incomplète du LRTréaliséepar Flórez.

91  C’est en ce sens qu’il convient probablement de comprendre le fait que Juan Díaz termine la première partie de la CRC avec l’évocation du mariage de Jean de Brienne avec l’une des filles de Bérengère : tout comme la mère de Ferdinand III supprime le risque que le roi de Jérusalem devienne l’héritier du royaume de Léon (par son mariage avec une fille d’Alphonse IX et de Thérèse de Portugal), le chancelier coupe court à la narration des dangers qui menaçaient le roi de Castille, cf. Hernández (2003b : 120) : « Con esta narración el Canciller prolonga y cierra el núcleo temático del triunfo de Fernando III sobre las amenazas interiores y exteriores a su patrimonio ».

92  Rodríguez López (1994).

93  Martin (1992 : 171-194).

94  Il faut attirer l’attention sur le fait que l’hypothèse de la connaissance du LRV à la cour de Castille avant 1217-1222 est quelque peu invalidée par l’existence même du LRT : pourquoi Rodrigo Jiménez de Rada aurait-il fait écrire une version élargie, si une première version, suffisamment apologétique des intérêts castillans, circulait déjà à la cour ? Aux arguments que je viens d’exposer et qui tendent à affirmer le besoin, pour un clerc aussi influent que Rodrigo, de contribuer aux nouveaux modes de représentation qui se dessinaient à la cour de Castille alors que Ferdinand commençait à gouverner, on peut ajouter des questions : le LRT servit-il à satisfaire la nécessité de l’archevêque de Tolède de plaire aux souverains ? Fut-il la dîme payée au nouveau roi, l’hommage du navarrais au jeune prince ? Le LRT fut-il la première histoire de rois en langue romane, que l’un des grands clercs du royaume voulut offrir à Ferdinand ? Rodrigo composa, une vingtaine d’années plus tard, une autre histoire où les rois avaient une place d’honneur ; mais ce n’était plus une chronique des rois de Castille, c’était une « histoire des choses de l’Espagne ». La perspective avait changé, le rôle de l’archevêque dans l’élaboration textuelle de l’histoire aussi.

95  González (1975 : 61).

96  On lit uniquement dans la CRC, à la toute fin du texte (Charlo Brea 1984 : 102) : « Hoc opus expleuit tempore, credo, breui ».   

97  Il est intéressant de constater qu’on lit dans la CRC une allusion au liber regum biblique (Charlo Brea 1984 : 30) : « sed disponunt implorare diuinum auxilium iuxta consilium regis Iosaphat, de quo legitur in libro regum ».

98  Les 2 et 3 juin 2006 a eu lieu en Sorbonne le colloque, organisé par Georges Martin, « La Chronica regum Castellae de Jean d’Osma (1236) : sources, formes, sens et influences », dont les actes sont parus dans le numéro 2 d’e-Spania, paru en décembre 2006
(http://e-spania.revues.org/index31.html).

99  Quelques aspects des points énumérés ici sont traités dans mon article « La Chronica regum Castellae : aledaños de la ficción », e-Spania, 2, décembre 2006
(http://e-spania.revues.org/index517.html).

100  Charlo Brea (1984 : 11) : « Rex Ferrandus predictus duxerat in uxorem Urracam, filiam Alfonsi, regis Portugalie, que tamen non poterat esse uxor legitima cum atineret ipsi in tercio gradu secundum computationem canonicam, nam Imperator et dictus rex Portugalie atinebant sibi in secundo gradu, quia filii erant duorum sororum, filiarum regis Alfonsi, qui cepit Toletum […] Tractatum igitur fuit et prouisum ut dicto Alfonso, regi Legionis, desponsaretur una de filiabus regis Castelle, contra Dei decretum et canonicas sanctiones, nam idem reges sibi actinebant in secundo gradu, sicut filii duorum fratrum ».

101  Charlo Brea (1999 : 115-116), pour les citations qui font partie du texte. Juan Díaz s’est abondamment servi du texte biblique ; ses autorités classiques sont celles de Claudien, Horace, Lucain, Sénèque, Tacite et Virgile.

102  Idem : 15 et 23. Le texte latin, Énéide, I, 26-27 (éd. et trad. en anglais d’H. Rushton Fairclough, Londres & Harvard, Heinemann, 1916) « est manet alta mente repostum / iudicium Paridis spretaeque iniuria formae ».

103  Charlo Brea (1984 : 51) :  « Declarabatur insuper quod hec fuisset uoluntas gloriosi regis per quandam cartam, sigilo suo plumbeo munitam, que facta fuerat in curia apud Carrionem celebrata, que reperta fuit in armario Burgensis ecclesie ». Voir Hernández (2003b) et Rodríguez López (2004a). Georges Martin déclare, dans « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiographie de son temps » (version française de Martin 2005, parue dans e-Spania, 1, juin 2006, http://e-spania.revues.org/index326.html) : « En dépit de ce qui pourrait apparaître comme une adhésion générale de nos historiens et des élites castillanes au principe de la succession féminine en cas d’absence d’héritier mâle, Jean d’Osma indique -peut-être en fut-il ainsi- qu’un renfort fut nécessaire. Retrouvée dans l’armarium de Notre-Dame de Burgos, la charte d’une décision prise sous l’autorité d’Alphonse VIII lors d’une cour plénière réunie à Carrión vient confirmer les droits de Bérengère ».

104  Charlo Brea (1984 : 62-63).

105  Patrick Henriet définit la cléricalisation comme « l’affirmation explicite par les clercs d’un rôle central non seulement dans l’économie du salut mais encore dans le fonctionnement de la société, affirmation suivie d’une traduction dans les faits » ; il continue, « La cléricalisation du pouvoir royal est la reconnaissance par ce dernier du rôle des clercs dans la définition de l’office monarchique aussi bien que dans son exercice » ; cf. sa conférence au colloque de la Casa de Velázquez, 27-28 mai 2004, « Sacralités royales en péninsule Ibérique : formes, limites, modalités (VIIe-XVe siècle) - II. Le Moyen Âge central (XIe siècle-milieu du XIIIe siècle) ». Voir aussi, du même auteur (sous presse), le chapitre intitulé « Les clercs au service du roi et le roi au service de l’Église. Lorsque les clercs deviennent acteurs ».

106  Voir l’Index Nominum de Charlo Brea (1999 : 107-110).

107  Charlo Brea (1999 : 5-6). Rodrigo Jiménez de Rada est plus présent dans la première partie de la CRC, qui s’arrête à la conquête de Capilla.

108  Hernández (2003b : 111-112, spécialement p. 112 et note 30) : « […] todo el libro IX de la Historia del Toledano, exceptuado su breve capítulo final, no es mucho más que una paráfrasis y comentario, a veces discrepante, de la Crónica del Canciller […] Esta dependencia no ha sido tenida en cuenta […] es un dato que ayuda a comprender por qué el Toledano cerró su crónica donde lo hizo » ; Jérez (2006 : 42-45, spécialement p. 44), « Don Lucas habría podido tener acceso a la Chronica latina hasta los últimos meses de 1237 o primeros de 1238 ».

109  On lit dans le Chronicon mundi de Lucas de Tuy (95. IV) l’éloge commun de Rodrigo Jiménez de Rada et Juan Díaz (conjointement avec Mauricio de Burgos) pour leur œuvre de bâtisseurs : « Eo tempora reuerentissimus pater Rodericus archiepiscopus Toletanus ecclesiam Toletanam mirabili opere fabricauit, prudentissimus Mauricius episcopus Burgensis ecclesiam Burgensem fortiter et pulchre construxit, et sapientissimus Iohannes regis Ferdinandi cancellarius ecclesiam Vallisoleti fundauit et multis possessionibus gloriose dotauit ». On remarquera que Lucas qualifie Mauricio et Juan de prudentissimus et de sapientissimus, respectivement, alors que pour Rodrigo il préfère reuerentissimus. Juan Díaz, on l’a vu plus haut, évoque fréquemment l’archevêque de Tolède dans son texte, mais il ne se réfère pas à Lucas de Tuy. Quant à Rodrigo Jiménez de Rada, il évoque Juan dans son Historia de rebus (VIIII, XVII : « Et tunc uenerabilis Iohannes Oxomensis episcopus, regalis aule cancellarius », mais pas Lucas. Si l’on se fiait à ces références croisées, il en résulterait que Lucas connaissait Juan et Rodrigo (au moins par ouï-dire), alors que ceux-ci n’auraient pas connu le léonais…

110  Rucquoi (2000 : 218-222).

111  Voir aussi, infra, mon étude de l’épisode relatif aux seigneurs de Valence et Baeza.

112  Voir Arizaleta (2006 et 2007a).

113  Charlo Brea (1984 : 22) : « Felix dies et regno Castelle semper amabilis, qua gloriosus rex pertinacie cessit et destitit ab incepto ».

114  Sur ces liens, voir Martin (1992 : 201-230 et 2005).

115  L’archevêque de Palencia n’a pas joué un grand rôle dans ces pages car, à ma connaissance, aucun texte n’est parvenu jusqu’à nous qui pourrait lui être attribué. Or il s’agit-ici d’une enquête sur les textes écrits par les clercs proches des rois castillans. Ceci dit, Tello Téllez fut assurement l’un des protagonistes de la « cléricalisation du pouvoir royal » qui est au centre de cette étude.

116  González (1960, I : 424).

117  Comme il a été signalé plus haut, Mauricio patronna, avec Rodrigo Jiménez de Rada, la traduction du Coran et de l’‘Aqida de Ibn Tumart par Marc de Tolède. Mauricio semble avoir été un bon litteratus et un bon canoniste, amateur de médecine et connaisseur des idées chartraines qui pourraient avoir circulé à la cour (voir 4. III) ; cf. Alverny & Vajda (1951 et 1952 : 105-106).

118  N’oublions pas que la frontière entre audience illettrée et public lettré n’est pas facile à dessiner : la première devait se superposer à la deuxième, et viceversa ; voir Bayo (2005 : 25), à propos de la réception du Cantar de Mio Cid : « […] neither group formed a separate entity : there was an overlap which cannot be neglected ».

119  Carvalho (2003 : 3).

120  Avec l’invocation et l’adresse, la suscription fait partie du protocole du document. Elle se place après l’invocation. Dans les suscriptions se présente l’auteur de la charte. Quant à la date, elle fait partie de l’eschatocole, avec l’apprécation et les mentions hors teneur (relatives non à l’action juridique mais à l’élaboration de l’acte, telles les souscriptions de la chancellerie) ; cf. Guyotjeannin, Picke et Tock (1993 : 71-88).

121  « Ego Ferrandus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, una cum uxore mea regina Beatrice et cum filiis meis Alfonso, Frederico et Ferrando, ex assensu et beneplacito regine domine Berengarie, genitricis mee, facio cartam donationis » ; cf. González (1983/86 : 260), doc. 216, daté du 2 mai 1226.

122  Genette (1972 : 75).

123  Idem : « Je marche, Pierre est venu, sont pour moi des formes minimales de récit, et inversement l’Odysée ou la Recherche ne font d’une certaine manière qu’amplifier (au sens rhétorique) des énoncés tels qu’Ulysse rentre à Ithaque ou Marcel devient écrivain ». Mieux encore, « Mon récit minimal est sans doute encore plus pauvre, mais pauvreté n’est pas vice […] Tout juste, « The king died ». C’est, me semble-t-il, assez pour faire une manchette. Et si le peuple veut des détails, on lui en donnera », cf. Genette (1983 : 15).

124  Je paraphrase ici Michael Riffaterre, « L’illusion référentielle », in : Littérature et réalité, Paris : Seuil, 1982, cité dans Genette (1983 : 32).

125  « Eo uidelicet anno quo Ceyd Aue Mafomad, rex Baecie, deuenit uasalus meus et osculatus est manus meas, et Saluaterra et Borialamer de manibus Sarracenorum liberata cultui reddidi christiano » ; González (1983/86 : 260), doc. 216.

126  Parisse (2000).

127  Id. (2000 : 159), « […] ayant aussi vocation à être montrée, [la charte] contient des signes symboliques, ostentatoires et rituels – lettres majuscules, mise en page, disposition des noms de témoins en colonnes, mention de chancellerie, sceau … – qui lui confèrent une dimension de texte-objet […] elle peut être recopiée, ou réutilisée, servir de fondement à une confirmation, devenant ainsi une composante de la mémoire du lieu qui la conserve ».

128  Voir Murphy (1974 : 3-42).

129  Barthes (1984 : 26), dans « Écrire, verbe intransitif ? ».

130  Les dates des documents d’Henri Ier manquent de toute mention narrative des faits de ce monarque et sont purement chronologiques.  

131  « Facta carta Solana, era millesima ducentesima quinquagesima, uigesima nona die Decembris, eo scilicet anno quo ego predictus Aldefonsus, rex Castelle et Toleti, Almimamorinum regem Cartaginis deuici, non meo merito set misericordia Dei et seruitio uasallorum meorum » ; González (1960, III : 577-578), doc. 901.

132  Voir Annexe 2.

133  « Facta carta apud Burgis, XIIa die Decembris, era Ma CCa La septima, anno regni mei tercio. Hiis uidelicet diebus quibus ego idem rex F. in dicto monasterio Sancte Marie Regalis manu propria in nouum militem me accinxi, et sequenti die tertia illustrem Beatricem reginam, regis Romanorum filiam, in cathedrali ecclesia Burgensi duxi sollempniter uxorem » ; González (1983/86 : I, 115), doc. 93, déjà cité dans  2. II.

134  J’emprunte cette formule à Michel Banniard.

135  Les diplômes signés par Alphonse VII édités par Julio González ne contiennent pas des dates à la première personne ; les micro-récits de cette période sont racontés par un narrateur extérieur : « Facta carta in Burgis, quando rex Sancius dedit totam Naxara comiti Lupo, in era MCLXXXXIII, et quoto pridie idus Augusti. Imperante Adefonso imperatore Toleto, Legione, Gallecia, Castella, Naggara, saragocia, Baecia et Almaria, Remundus comes Barchinonensis tunc temporis vasallus imperatoris, et rex Sancius de Navarra similiter vasallus imperatoris », cf. González (1960, I : 40-41), doc. 20, du 12 août 1155.

136  Pour la deuxième hypothèse, Martin (2005 : 585), « Juan, dilectus cancellarius de Fernando III, discreto y atareado, aferrado, en contra de la tutela de Berenguela y del peso de la tradición feudal, a ensanchar el poder personal del rey […] ».

137  González (1960 : II, 75), doc. 42, : « facio uos liberos et absolutos ab omni seruicio regio ».

138  Idem : « Eapropter ego rex Sancius, Dei gratia domni Alfonsi, bone recordationis illustris Hispaniarum imperatoris, filius, consilio et auctoritate comitum meorum et principum regni mei, libenti animo et voluntate spontanea, pro animabus parentum meorum et salute propria, dono et concedo […] ».

139  González (1960 : II, 75), doc. 42 : « Facta carta in Carrione, sub era MaCaLXXXXaVIa, quarto nonas Madii, anno quo domnus Alfonsus, famossisimus Hispaniarum imperator, obiit. Reimundo comite Barchinonie et Sancio rege Nauarre existentibus uasallis domini regis ».

140  Idem, (1960 : II, 907), doc. 530 : « Ego Aldefonsus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, una cum uxore mea Alienor regina, et cum filia mea infantissa Berengaria, ad preces dicte filie mee Berengarie, dono et concedo […] ».

141  Idem : « Facta carta apud Burgis, era MaCCaXXVIIa, idibus Maii, secundo anno postquam serenissimus A., rex Castelle et Toleti, A. regem Legionensem, cingulo milicie accinxit, et ipse A., rex Legionis, osculatus est manum dicti A., rex Castelle et Toleti, et consequenter paucis elapsis diebus sepedictus A. illustris rex Castelle et Toleti Romani imperatoris filium, Conradum nomine, in nouum militem accinxit, et ei filiam suam Berengariam tradidit in uxorem ».

142  Idem (1960 : III, 740), doc. 1011 : « Eapropter ego Henricus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, presentibus et futuris notum scire facio quod […] facio cartam donationis […] ».  

143  Idem : « Facta carta apud Talaveram, decimo septimo die Februarii, era MCCLV ».

144  González (1983-86 : II, 263), doc. 218 : « Ego Ferrandus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, una cum uxore mea regina Beatrice et cum filiis meis Alfonso, Frederico et Ferrando, ex assensu et beneplacito regine domine Berengarie, genitriciis mee, facio cartam concessionis, confirmationis et stabilitatis […] ».

145  « Facta carta in Guadalfaiara, XX die Septembris, era M.a CC.a LX.a IIII.a, anno regni mei decimo, eo uidelicet anno quo castrum Capellam a manibus sarracenorum cultui reddidi christiano ».

146  Les formules des dates des documents de Ferdinand sont effectivement très semblables, les variations syntaxiques ou lexicales y sont souvent infimes.

147  On ne saurait nier l’évidence : le document donné par Alphonse VIII est celui d’un roi mûr qui a eu le temps d’accomplir des actions d’éclat. Ceci dit, on serait peut-être surpris de constater que le jeune Alphonse, à l’époque de sa minorité, faisait déjà écrire des diplômes où le lien avec le père ou les aïeux était moins explicite que dans les documents cités de Sanche, Henri et Ferdinand, et où le temps du gouvernement apparaît souvent marqué de l’énumération détaillée des composantes du pouvoir du monarque ; voir par exemple le texte daté du 5 mai 1169 (González 1960, II : 198-199, doc. 116) ; il s’agit d’une donation à l’Ordre de Calatrava. On lit dans la suscription : « Idcirco ego Adefonsus, Dei gratia rex, dono et concedo Deo et uniuersis Calatraue fratribus tam presentibus quam futuris, et vobis Ferdinando Escaza, eiusdem ville magistro, pro animabus aui mei et patris mei, necnon et parentum meorum, pro salutem etiam mee ; dans la date, Facta carta super Zoritam, tunc temporis quando comes Nunnio et comes Pontius a nequissimo illo Lupo de Arenis ibi detinebantur captiui, era MCCVII, tertio nonas Maii. Regnante serenissimo rege Aldefonso in Toleto et Castella, in Naiara et Extrematura et in Asturiis ».

148  González (1960 : I, 707). Pour une opinion contraire, Martínez Díez (1995 : 71). Julio Gónzález évoque ici les fiançailles d’Alphonse IX de Léon avec « une autre » des filles du roi de Castille. Alphonse IX n’épousera Bérengère qu’en 1197.

149  Idem (1960 : 705) : « Eso es lo que resaltaron con especial fruición como un triunfo en la cancillería regia de Castilla durante más de dos años. Y es que ese homenaje tendía a la unidad de las dos coronas en el caso de morir el rey leonés sin descendencia, como ya se había acordado en 1158 ».

150  Beaumatin (1997 : 187).

151  Zimmermann (2001 : 337).

152  García Valle (1999 : 28).

153  Lucas Álvarez (1993 : 335-336) : « Las variantes de estructura que en [en los documentos] se encuentran suelen ser cambios accidentales en la redacción de determinadas fórmulas, que permiten una flexibilidad dentro de una formación similar en los que trabajan en la cancillería ».

154  Pérez González (1987 : 135).

155  Idem (1987 : 136-137), « En total, los documentos de la cancillería de Alfonso VIII con formulismo  contemporáneo sobrepasa el 21% de los 877 fechados. Son los 186 siguientes : 69-76-106-116-118-119-124-125-126-188-189-190-194-195-196-197-198-199-200-202-209-210-211-263-265-266-268-269-270-271-289-291-295-296-297-298-299-300-301-302-303-304-305-306-307-310-311-312-313-314-315-316-317-318-319-320-321-322-323-324-325-326-327-328-329-332-334-346-347-350-351-353-355-356-360-361-363-364-365-366-367-368-370-371-372-373-374-375-376-377-379-380-381-382-383-386-387-389-390-391-392-395-398-471-499-531-532-533-535-536-537-538-539-540-541-542-543-544-545-546-547-548-549-550-551-552-553-554-555-556-559-560-606-607-622-659-745-751-762-775-901-903-904-905-907-908-909-910-911-915-917-918-919-920-921-923-924-925-926-927 ».

156  Pérez González (1987 : 135, note 8), à propos de la conquête de Cuenca : « este suceso debió de ser considerado de capital importancia, ya que las fórmulas contemporáneas lo recuerdan en más de cien documentos ».

157  Genette (1972 : 147).

158  Witt (2005 : 71).

159  Curtius (1956 : 771-75), Faral (1982 :151).

160  Je remercie Éléonore Andrieu pour ses indications à ce sujet.

161  Pour la postérité de la figure d’Alphonse VIII, on peut voir Stéphanie Jean-Marie, L’Histoire par la légende. Le cas d’Alphonse VIII de Castille, Mémoire de DEA, juin 2002, Université de Toulouse II-Le Mirail.

162  Deyermond (1998 : 24) : « Para mí una estructura narrativa cerrada […] es la que termina decisivamente y sin dejar lugar a dudas o ambigüedades, sea terminación feliz (‘Oy los reyes d’España sos parientes son, / a todos alcança ondra por el que buen ora naçió’), sea infeliz ».  Que les vers 3724-25 du Cantar de Mío Cid illustrent cette définition de « structure narrative fermée » paraît de bon augure pour évoquer le sens des micro-récits diplomatiques.

163  Bremond (2000 : 243).

164  On pourrait me reprocher de ne pas avoir tenu compte ici d’un autre processus narratif lié aux narrations sur Alphonse VIII, qui tendrait à la Dégradation, dont seraient victimes le roi et le royaume castillano-léonais. Dans les diplômes et dans les chroniques il est raconté comment Alphonse fonda une famille, comment il mit ses espoirs successoraux dans ses fils et comment ceux-ci moururent tous, sauf Henri, avant de régner. La lignée d’héritiers mâles s’éteignit, ne restant que des filles à Alphonse VIII. Il faut cependant tenir compte que les récits et légendes sur cette dynastie moribonde qui virent le jour dans l’historiographie castillano-léonaise principalement aux XIIIe et XIVe siècles sont des constructions a posteriori. Même si elles sont fondamentales car elles mettent en question la légitimité de l’héritage de Ferdinand III, elles apparaissent comme des édifices narratifs quelque peu marginaux dans le corpus diplomatique. Pour une première approche, Arizaleta (2003b, 2005).

165  Segre (1985 : 247-250).

166  González (1960, I : 138-142).

167  Et si le diplôme n’est pas faux : González (1960 : II, 9), affirme qu’il nous a été transmis par une copie du XIIe siècle de l’Archivo Capitular de Calahorra, n° 40 et par une deuxième, datant aussi du XIIe siècle et appartenant au Cartulario I, n° 30, du même Archivo Capitular. Ce texte serait une copie partielle (de la première ?). Il cite, d’ailleurs, par le ms. 9194 de la Biblioteca Nacional de Madrid, fol. 204.

168  González (1960 : II, 9), doc. 1 : « Facta et roborata huius regie donationis carta era MCLXXXIIIa, VIIIa die Pasche, XXII die mensis Aprilis, Predicto imperatore, patre meo, Adefonso imperante in Toleto, Legione, Cesaraugusta, Naiara, Castella, Galecia, XI° ymperii eius. Sub eo, me Santius rege existente ».

169  Je ne copie que la signature et la liste des témoins (cf. idem) : « Ego quippe rex S., qui hanc cartam fieri precepi, manu mea hoc signo eam roborare curaui coram subscriptis testibus, videlicet, prefatis nutritoribus meis dompno Guterro et dompna Tota, ad hoc opus me quam maxime incitantibus : dompno Martino Ferrandez ; Michael Monioz ; Fortunio Garcez, alchaid ; Garcia Fortunionis de Taroca ; et toto concilio Calagurritano clericorum ac laicorum. De Iudeis etiam sunt testes Iuçef Raioso, maiorino ; Mail et reliquus uulgus Iudaicus. Omnes isti testes et confirmatores huius regis donationis ». 

170  González (1960 : II, 58-59), doc. 30 : « Eapropter ego rex Sancius, Dei gratia domni Adefonsi bone memorie famosissimi Hispaniarum imperatoris filius […] Et hoc facio uobis amore Dei et pro salute anime mee, et remedio anime patris mei imperatoris, nuper defuncti, et matris mee, omniumque meorum parentorum […] Facta carta in Soria […] anno quo domnus Adefonsus, bone memorie, famosissimus imperator, ab hoc seculo migrauit ».

171  González (1960 : II, 73), doc. 4 : « Idcirco ego rex Santius, Dei gratia doni Adefonsi, incliti imperatoris, filius, ipsius sequens uestigia, necnon auorum meorum recordationis eximie,  regis Adefonsi, regis Fredinandi et regis Santii, facio priuilegium donationis et textum firmitatis Deo et ecclesie Sancti Antonini de Palentia, et uobis domino Raimundo, Palentino episcopo, auunculo meo, et omnibus successoribus uestris, pro amore Dei et anima patris mei, Adefonsi imperatoris, et matris mee, Berengarie imperatricis, et omnium parentum meorum, necnon pro peccatorum meorum remissione […] sicut a patre meo Adefonso imperatore et ab auis et proauis meis, rege Adefonso, rege Fredinando et rege Santio, constitutum est et in priuilegiis eorum continetur ».

172  Voir Manchón Gómez (2000 : 53ss)

173  González (1960 : II : 93), doc. 51.

174  González (1960 : II, 98), doc. 54 : « Placuit igitur mihi Aldefonso, Hispaniae regi, uoluntate, consilio et fauore regni mei nobilium, Almanrici comitis […] pro patris mei Sancii et aui mei Aldefonsi imperatoris animabus ».

175  Est-ce que cette persistence est à mettre en rapport avec « la numérologie figurale de l’organisation [du Setenario d’Alphonse X] » que Martin (1993-94 : 93) commente comme suit : « […] les lettres initiales des sept parties qui le composent forment le nom A-L-F-O-N-S-O […] Dieu est placé à l’origine de l’entreprise d’Alphonse, de son pouvoir et de son lignage » ? C’est moi qui souligne.

176  Par exemple, dans le document du 4 novembre 1171, par lequel Alphonse VIII confirme une donation faite par Alphonse VII au monastère de San Millán de la Cogolla, on lit : « quam sancti Emiliani monasterio Ildefonsus auus meus, Yspanorum quondam imperator famossimus (sic) donauit , laudo et confirmo et in perpetuum ratam esse mando […] pro remedio anime mee et parentum meorum », cf. González (1960, II : 277), doc. 277. Ou le 10 mai 1172, lorsqu’il donne à l’église de Santo Domingo de la Calzada et à son évêque une ville : « Eapropter ego Ildefonsus, Dei gratia Ispaniarum rex, una cum uxore mea Alienor regina, pro animabus aui et patris mei, necnon et parentum meorum, pro salute etiam anime mee, dono et concedo Deo et ecclesie Sancti Dominici de Calzada », cf. idem : 289, doc. 170.

177  González (1960 : I, 752-760) : « Adueñado del poder de Castilla el conde don Álvaro Núñez de Lara […] ».

178  González (1960 : II, 664), doc. 964.

179  Idem, doc. 964, 965, 966, 967, 968, 969.

180  Linehan (1993 : 315) : « In November 1214 Archbischop Rodrigo Jiménez de Rada availed himself of the chancellor of Castile’s new ex officio freedom when the death of Alphonso VIII recreated the circumstances of 1166, with D. Rodrigo now playing Juan de Castellmorum to the 11-year-old Enrique I ».

181  González (1960 : III, 666), doc. 965 : « Cum ergo Toletana ciuitas, peccatis exigentibus, castris sarracenorum et munitionibus sit uicina, frequenter eorum experitur insultus, in quibus et plures christiani captiui ducuntur et plures etiam gladio feriuntur, transitus autem sarracenorum, per quem plus predicta ciuitas infestatur, est portus de Alhober, per quem quasi uia publica predictam ciuitatem non desinunt infestare. Quia uero uos, domine Roderice, Toletane archiepiscope, Hispaniarum primas, ultra portum illus castrum quodam construxistis quod Miraculum appelatur, et ibi multas tribulationes et labores et periculum capitis, pro saluatione ciuitatis predicte, et pro illustris patris meis domini A. regis bone memorie et mei seruitio, tolerastis, et etiam ibi de rebus Toletane ecclesie expensas maximas fecistis ; quia etiam Dominus per manus uassallorum uestrorum, quorum sanguis ibidem efusus fuit a manibus sarracenorum predictum castrum expugnatium, miraculose liberauit predictum castrum, ego Henrricus […] »

182  González (1960 : III, 670), doc. 967 : « Ego Henrricus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, attendens labores uarios et graues et expensas quas fecistis cum patre meo in captione castri de Alarcos et aliorum castrorum que fuerunt ab eodem patre meo capta quando deuicit regem Marrochitanum in Nauis de Tolosa, do et concedo […] ».

183  Le Planeta de Diego García débute par un très long prologue dont la dédicace, adressée à Rodrigo Jiménez de Rada, dit ce qui suit : « Prelato nobilium et nobilissimo prelatorum Roderico digna Dei providencia toletane sedis metropolitano, Hyspaniarum primati, suus devotus clericus, Didacus regis Castelle cancellarius », cf. Alonso (1943 : 155).

184  Voir Annexe 2 : la même équipe se chargea d’écrire les documents en question.

185  González (1983-86 : 7), doc. 1, daté de 1217, à Burgos.

186  González (1960 : III, 664), doc. 964. Pour Sanche et Alphonse, voir plus haut.

187  Martin (2005).

188  Voir idem (2005 : 576.

189  González (1983-86 : I, 20), doc. 13.

190  Idem (1983-86 : 40, doc. 31).

191  Idem : 13, doc. 7.

192  Idem : 17, doc. 10.

193  Manchón Gómez (2000 : 204).

194  Idem.

195  Voir Annexe 3.

196  González (1983-86, I : 27), doc. 18.

197  Une série des documents édités par González (1983-86, doc. 64-72), datés de 1219, se passe de la représentation explicite d’Alphonse VIII, mais il s’agit de confirmations de privilèges donnés par ce roi.

198  González (1960, II : 14), doc. 4, par exemple (daté du 8 août 1151) : « Facta carta confirmationis IV idus Augusti, notum diem IIII feria, era MCLXXXVIIII, imperante Aldefonso Leone et Castella, et Gallecia, et Toleto et Baeza ; et Sancio rege filio suo sub eo regnante in Castella ».  

199  González (1960 : II, 17), doc. 6 : « Facta carta in Otero de Sellas, quando rex Sancius fuit armatus in Valladolit, anno quo imperator tenuit circumdatum Jahem, sub era MCLXXXX, pridie idus Martii. Imperante Aldefonso imperatore Toleto, Legione, Gallecia, Castella, Nagera, Saragocia, Baecia et Almaria. Remundus, comes Barchinonensis, tunc temporis vasallus regis, et rex Sancius, similiter, vasallus imperatoris ».

200  González (1960 : II, 74), doc. 41, daté du 9 avril 1158.

201  González (1960 : II, 90), doc. 50, daté du 30 juillet 1158.

202  Charlo Brea (1984 : 8) : « Sancio scilicet, primogenito, dedit Castellam et Abulam et Segouiam et alias uillas circumadiacentes in Extrematura et Tolletum et omnia que sunt ultra serram uersus partes illas ».

203  Idem (1984 : 5).

204  Idem : « Eadem tempestate surrexit alius in Castella, qui se finxit falso tertium/tamen, regem Sancium, filium Imperatoris, patrem illustrissimi regis Alfonsi domini nostri ; sed tam iste in Castella, quam ille in Aragonia, miserabili morte uitam finit ». L’éditeur de la CRC signale (idem), que les deux manuscrits du texte présentent des lectures divergentes dans ce passage, (tamen, tertium) ce qui pose le problème du sens véritable du texte original. Sur cette information, voir mon article « La Chronica regum Castellae : aledaños de la ficción ».

205  Signalons que rien n’est dit dans les micro-récits sur la victoire des chevaliers d’Ávila, commandés par Sancho Jiménez, sur Ibn Yaqub, gouverneur de Séville, ni sur la mort à cette occasion de deux autres seigneurs almohades, alors que ces prouesses sont narrées dans les ATP, dans une entrée correspondante à 1158 ; cf. Porres Martín-Cleto (1993 : 133), ATP, I, 1158 : « Fueron los de Avila a tierra de moros a Sevilla, e vencieron al Rey Aben Jacob, e mataron al rey, fillo Dalagem, e al rey Abengamar » ; González (1960, I : 892). Cette lacune n’est sans doute pas significative ; il convient néanmoins de rappeler que les diplômes d’Alphonse VIII et d’Henri Ier narrent comment les habitants d’Ávila se rangèrent du côté d’Alphonse pendant sa minorité (González 1960, II : 628 et III : 693, doc. datés du 21 avril 1181 et du 21 avril 1215), constituant ainsi le fonds dans lequel puisa la mémoire collective et, en 1255-1256, l’auteur de la Crónica de la población de Ávila. La materia relative à cette ville est donc présente dans le corpus diplomatique de la période qui nous occupe, mais ce ne fut qu’à partir des années du règne d’Alphonse VIII que cette narration fut ébauchée dans les textes de la chancellerie. Elle donna forme à une composante nécessaire au récit épique, celle des villes fidèles aux héros en difficulté, ici les souverains. Sur cette question, voir Ludivine Gaffard, Poétique de la chronique. Autour de la Crónica de la población de Ávila et des Crónicas anónimas de Sahagún, Mémoire de DEA, juin 2004, Université de Toulouse II-Le Mirail.

206  Pérez González (1987 : 135). Cf. González (1960, I) et Martínez Díez (1995).

207  Les documents des mois postérieurs à Alarcos sont peu nombreux, comme s’il y avait eu un ralentissement dans l’activité de la chancellerie. Le premier diplôme émis après la bataille, le 28 juillet 1195, passe totalement sous silence l’événement ; on lit à la date Facta carta in Toleto, era MCCXXXIII, V kalendas Augusti (González, III : 146), doc. 646. Il en va de même pour ceux qui suivent. Les ATP consignent la défaite : « Arrancada sobre el Rey D. Alfonso en Alarcos dia Mercores, en XIX días de Julio, Era MCCXXXIII », cf. Porres Martín-Cleto (1993 : 160). La CRC consacre un récit complet à la bataille : « Mane igitur facto, in campo prodeunt Castellani pugnare parati […] » ; cf. Charlo Brea (1984 : 14-15).

208  Il meurt le 14 octobre 1211.

209  González (1960 : I, 96), doc. 53 daté du mois de mars 1161.

210  Pour le conservatisme ou l’innovation des formules de datation, Pérez González (1987).

211  González (1960 : I, 119), doc. 69, daté du 15 juin 1165 : « Facta carta in Villacisla quando rex tenebat illam […] de Petro Martinez traditore » ; idem (1960 : I, 183), doc. 106, daté du 13 juillet 1168 : « Facta carta Munio, tunc temporis quo fuit captum […] » ; idem (1960 :I, 199), doc. 116, daté du 5 mai 1169 : « Facta carta super Zoritam, tunc temporis quando comes Nunnio et comes Pontius a nequissimo illo Lupo de Arenis ibi detinebantur captiui […] ».

212  Idem (1960 : I, 212), doc. 124 : « Facta carta aput Burgis, era MaCCa VIIa, in die Sancti Martini, tunc temporis quo serenissimus rex Aldefonsus inibi primum curiam tenuit, regnans in Toleto, in Castella, in Najera et Extrematura ».

213  González (1960 : II, 314), doc. 188 :  « tunc temporis serenissimus rex Ildefonsus Nauarrorum regem deuicit et Pampilonam usque peruenit ».

214  Doc. 189, 190, 194, 195, 196, 197, 198, 199, 200, 202, datés du 23 octobre 1173 au 31 mars 1174.

215  Doc. 209 et 210, du mois d’août 1174 : « in anno quo rex Aldefonsus equitauit super Nafarram et deuicit regem Nafarre et obtinuit uictoriam et gratia Dei precurrente obsedit eum in castello Leguin duobus diebus et uix furtim in noctem euasit manus eius ».

216  Doc. 211, de septembre 1174 : « anno illo quo serenissimus rex A. Nauarram intrauit et Pampilonam usque pereuenit et secundo Nauarrorum deuicit ».

217  González (1960 : I, 800) : « [Alfonso VIII] penetró también en Navarra, como en el año anterior ; venció al rey don Sancho y le tuvo sitiado en el castillo de Leguín durante dos días, hasta que se le escapó sigilosamente de noche […] el notario real celebraba el éxito de la campaña, aludiendo a lo de Leguín ».

218  « Quando rex Aldefonsus erat in terra de rege Sancio Navarre. Regnante eodem rege Aldefonso in Toleto, et in tota Strematura, in Burgis, et in tota Castella, in Naiara usque in Calagurra, et transivit Iberum rex A. cum magno exercitu et debellavit cum eo et vincit eum et destruxit totam terram suam »(A.H.N., Cañas, carp. 1023, doc. 17). Cité par González (1960, I : 801, note 16). Deux conclusions importantes découlent de la comparaison possible entre ce texte et ceux de mon corpus : 1) les micro-récits ne sont pas exclusifs des documents de la chancellerie royale ; 2) ils sont effectivement ouverts à tous.

219  Voir Annexes 2 et 3.

220  Pour les enjeux de la posession de La Rioja et les conflits avec la Navarre, voir González (1960 : I, 792-820).

221  Dans une bibliographie abondante, voir Díaz-Ibáñez (1997), Grassotti (1982), Powers (1988, 2000, 2001).

222  « In adolescentia constitutus obsedit Concam, quam longo tempore tenuit obsessam, et per gratiam dei expugnauit eam et cepit ; quam per industriam suam dignitate pontificali decorauit, et est hodie una de nobilioribus et munitioribus natura et arte ciuitatibus regni Castelle » ; cf. Charlo Brea (1984 : 10).

223  Charlo Brea (1984 : 10) : « Recuperauit postea Lucronium et alias uillas et castra uersus Nauarram, que auunculus eius rex Sancius, frater scilicet matris sue, longo tempore detinuerat occupata ».

224  González (1960 : I, 816-820), Martínez Díez (1995 : 85)

225  González (1960 : II , 583), doc. 344.

226  Nous ne savons pas si le chancelier Juan avait eu accès à des brouillons des documents des annèes précédant son arrivée à la cour. Ce matériau s’était probablement perdu, faute de lieu précis d’archivage. Les documents originaux avaient été éparpillés et demeuraient dans les monastères ou dans les villes qui avaient bénéficié d’une donation du roi ; ainsi, le texte d’une enquête qui débute par la narration de la prise de Cuenca était resté au monastère de San Millán de la Cogolla, un fuero daté du récit de la conquête de la ville, à Burgos ; cf. González (1960, II : 483 et 486), doc. 294 et 296. Juan Díaz ne songea pas à rechercher ce matériau (il n’avait pas, par ailleurs, le souci de tout contrôler, comme Rodrigo Jiménez de Rada).

227  González (1960, II : 483), doc. 294.

228  Linehan (1993 : 290).

229  González (1960 : II, 451), doc. 273.

230  Idem (1960 : II, 475), doc. 289.

231  Idem (1960 : III, 682-683), doc. 395.

232  Par exemple, González (1960 : II, 492), doc. 300, daté du 10 avril 1178.

233  González (1960 : II, 538-539), doc. 322, daté du 18 avril 1179 : « […] anno tercio ex quo serenissimus rex prefatus Aldefonsus Concam cepit et eam de potestate inimicorum crucis Christi strenue liberauit ».

234  González (1960 : II, 541), doc. 323, du 19 avril 1179 : « ego rex Aldefonsus regnans in Toleto, in Castella, hanc cartam quam fieri mandaui manu mea roboro et confirmo, anno tercio ex quo Concam cepi, quo anno celebratum est solemne concilium ab Alexandro papa in urbe Roma ».

235  Idem (1960 : II, 543), doc. 324, daté du 30 avril 1179 : « secundo anno quo serenissimus rex Aldefonsus per uim Concam optinuit ».

236  Idem (1960 : II, 544), doc. 325, daté du 9 septembre 1179 : « anno tercio ex quo rex Aldefonsus supranominatus Concam Christianitati mancipauit ».

237  Idem (1960 : II, 552), doc. 329, daté du 13 octobre 1179 : « anno III ex quo serenissimus rex prefatus Aldefonsus Concam cepit et eam fidei christiane strenue mancipauit ».

238  Idem (1960 : II, 563), doc. 335, daté du 25 mars 1180 : « anno quarto rex A. victoriosissimi Concham civitatem ab inimicis Crucis Christi liberabit ».

239  Idem (1960 : II, 594), doc. 350, daté du 19 août 1180 : « anno quarto ex quo A. rex serenissimus supra nominatus Concham fidei Christiane uiriliter subiugauit ».

240  Idem (1960 : II, 606), doc. 356, daté 15 janvier 1181 : « anno quinto ex quo Aldefonsus rex serenissimus Concam fidei Christiane mancipavit ».

241  N’accordons pas trop d’importance à l’emploi de cet adverbe, commun dans le récit de batailles (récit épique le plus souvent) : il est utilisé dans la lettre adressée par Alphonse VIII à Innocent III pour lui faire part de son succès à Las Navas (« Nostri autem, licet pauci essent, se uiriliter defenderunt », cf. González, III : 569, doc. 897 ; voir Annexe 4) et dans celle que Bérengère envoya à sa soeur Blanche de France par la même occasion, où elle évoque l’attitude de Théobald de Blazon : « Licet autem omnes Francigenae reversi fuerint, Theobaldus tamen de Blazon non est reversus, sed fideliter servivit patri nostro, et viriliter militavit in conflictu » (idem : 574, doc. 898). Sur les femmes de la famille royale qui agissaient uiriliter (dont Bérengère), voir Rodríguez López ( 2005 : 566).

242  González (1960, I : 930, note 20), « Los textos que hablan de ‘prisó’ [les ATP], ‘fuit capta’, ‘cepit’, parecen indicar que se tomó por la fuerza, sin pacto, aunque acaso se hiciese por capitulación con las condiciones acostumbradas de evacuación y entrega » ; cf. Martínez Díez (1995 : 124)

243  La description de la ville dans le Sahibasala, (Sahib-al sala, « Historia de los almohades ») fait acte de cette inaccessibilité : « [la alcazaba era] alta, inexpugnable, cuya elevación llega hasta tocar las nubes, que muestra aún huellas de la prosperidad que alcanzó en tiempos de los reyes del Islam y del cuidado que estos pusieron en hacer de ella un fortísimo baluarte para las vicisitudes de los tiempos. La envuelve por la parte occidental el rio Júcar, con bordes escarpados y precipicios que impiden el acceso a ella, y por la parte oriental corre otro río, en iguales condiciones de inexpugnabilidad para la plaza ; ambos vierten sus aguas en una buhaira o lago que provee de agua a sus habitantes, y que está contigua a la muralla. Se entra en la ciudad por un gran puente, flanqueado en sus dos extremos por dos fuertes torreones protectores, sobre ambos ríos, en juridiscción de la ciudad. En la parte septentrional tiene un foso labrado en piedra dura, de profundidad equivalente a la estatura de dos hombres aproximadamente ; encima va un fuerte parapeto. Este foso tiene escalones construídos bajo tierra, por los cuales se baja al río, para la provisión de agua y para moler los alimentos en los molinos que hay sobre el río, y se vuelve por los escalones con seguridad. Sobre el parapeto que hay encima del foso se levanta un gran torreón, de construcción primitiva, y en la parte inferior de los escalones, junto al agua del río, hay una puerta guarnecida con chapas de hierro, que es considerada como la dueña exclusiva de la alcazaba. No hay sitio por donde se pueda atacar esta ciudad mas que por el dicho foso y por la al-buahyra » ; cité par González (1960 : I, 928-30). Voir aussi Guerrero Navarrete & Sánchez Benito (1994).  

244  Idem (1960 : I, 930).

245  Pour la date et l’auteur de ce poème, voir Annexe 5.

246  « Hostibus in Conca clausis castrisque locatis / Astringebat eos obsidione graui / […] supplicat hostis / Claustra elaxantur : opida uictor habet » ; cf. Fernández (1961 : 314-316), v. 641-42, 679-80.

247  Linehan (1993 : 292) : « This was the new image of the king which the Castilian chancery began to promote in the year 1180 ». On pourrait avancer un peu la date du début des opérations de propagande menées à bien par les clercs de la chancellerie, mais la date de 1180 est somme toute acceptable.

248  Linehan (1993 : 293).

249  González (1960 : II, 542-543 et 603-604), doc. 324 et 355. Voir Cavero Domínguez & Galván Freile (2004), pour la présentation du projet 2002/9 de la Junta de Castilla y León, León 08/02, « Origen y difusión del culto a Thomas Becket en la Península Ibérica (1170-1230) : Historia y  arte », qui fera sans doute le point sur les questions évoquées ici.

250  Idem (1960 : II, 532-537), doc. 321. Le document fut rédigé par la chancellerie navarraise.

251  Idem (1960 : II, 528-530), doc. 319. Le document fut rédigé par la chancellerie aragonaise.

252  Martínez Díez (1955 : 90-91).

253  Tolan (2003 : 251).

254  Voir Annexe 2.

255  Linehan (1993 : 305) : « Pere de Cardona was Alfonso VIII’s chancellor from July 1178 until August 1182. But he was not in the king’s chancery throught these four years, as the record suggests, or even necessarily in Castile. In March 1180 for exemple, just eleven days before he was recorded as being on duty at Monforte near Valladolid, his presence is attested at Montpellier more than 500 miles away. Perhaps he was a fast mover. Possibly his tenure of the chancellorship was virtually in commendam ».

256  Les formules dithyrambiques ne manquent pas chez les historiens du XXe siècle ; Martínez Díez (1995 : 189) intitule par exemple le chapitre qu’il y consacre dans sa monographie sur Alphonse VIII, « La batalla más decisiva de ocho siglos de reconquista ».

257  Charlo Brea (1984 : 27-34). Voir la thèse doctorale de Martín Alvira Cabrer, Guerra e ideología en la España medieval : cultura y actitudes históricas ante el giro de principios del siglo XIII. Batallas de Las Navas de Tolosa (1212) y Muret (1213), Universidad Complutense, 2000, Cdrom (seule la partie consacrée à la bataille de Muret a été publiée, sous le titre 12 de Septiembre de 1213. El Jueves de Muret, Barcelona : Universitat, 2002). Voir aussi Jean-Marie (2005).

258  Chronicon mundi, IV, 89-90, cf. Falque (2003 : 329-330) ; Historia de Rebus Hispaniae, VIII, i-xi ; cf. Fernández Valverde (1987 : 259-275) ; le récit des ATP est beaucoup plus long que d’habitude : « Quando se perdio Salvatierra envio el Rey D. Alfonso al Arzobispo D. Rodrigo a Francia, e Alemaña, e al Apostoligo de Roma, e dio el Apostoligo a tal soltura por tod el mundo que fuesen todos soltos de sus pecados : e este perdon fue porque el Rey de Marruecos dixo que lidiare con quantos adoraban Cruz en todo el mundo, e movieronse los dultra puertos, e vinieron a Toledo en dia de Cinquesma, e volvieron todo Toledo, e mataron de los judios dellos muchos, e armaronse los caballeros de Toledo e defendieron a los Judios : e despues a VIII dias entro en Rey D. Alfonso, e el Rey Daragon en Toledo, e ayuntaronse grandes gientes de toda España e de toda ultrapuertos, e cortaron toda la huerta del Rey, e de Alcardet todo, e ficieron mucho mal en Toledo, e duraron y mucho ; después movieronse los Reyes con las huestes, e prisieron a Malagon por espada, e lidiaron mucho a Calatrava, hasta que se dieron, e prisieron Alarcos, e Benavent, e Piedrabuena e Caracuel, e pasaron el puerto de Muradal, e prisieron a Ferrat. E vino el Rey de Marruecos con toda su huest, e priso la Losa, e non los dejaba pasar, e derrompieron la sierra, e pasaron, e fueron posar en las Navas de Tolosa, e paro el rey moro las Azes aderredor de los Christianos IV dias, e dioles grandes torneos ; e Lunes amanecient parose D. Diego Lopez con todos sus Caballeros, e todos los Reyes de los Cinco Regnos a las primeras feridas. E el Rey de Castilla tenia la Zaga con todas las otras gientes del mundo. E paro el Rey Moro sus azes, e ferio la haz de Diego, de los Reyes, e movieron los Moros a la primera az, e ferio el Rey de Navarra sobre ellos, o non los pudo sofrir, e ferio el Rey de Aragon sobre ellos, e non los pudo sofrir, ni los pudo mover. Despues ferio el Rey de Castiella con toda la zaga, e plogo a Dios, que fueron los moros arrancados, e murieron y todos : si non los que escaparon por pie de Caballo, e fugieron los de Baeza, e de otras villas muchas para Ubeda. E fueron los Reyes Cristianos prender a Ubeda e prisieron muchos cautivos e cautivas mas de LX mil. Despues poblo el Rey a Bilch, e Baños, e Tolosa, e Ferrat. E en toda esta facenda non se acercaron y los omes de Ultrapuertos, que se tornaron de Calatrava, e cuydaron de prender a Toledo por trayzon. Mas los omes de Toledo cerraronles las puertas, denostandolos, e clamandolos desleales, e traedores, e descomulgados. E despues que los Reyes pararon bien lo del Christianismo, tornaronse de esa huest. E esto fue en XVI dias de Julio Lunes Era MCCL » ; cf. Porres Martín-Cleto (1993 : 172-173). On remarquera la focalisation sur le héros du récit, le roi de Castille, ainsi que la présence et fonction de motifs épico-romanesques tels que les « torneos ». Pour un commentaire sur cette tactique du « torna-fuye » (« in modum torneamenti » dit la lettre d’Alphonse à Innocent III citée supra ; cf. González (1960 : III, 569, doc. 897), voir Hernández Pérez (1992 : 330-331). Enfin, sur le « défi du Miramomelin », voir Alvira Cabrer (2000 : 280-286).

259  Falque (2003: 330).

260  González (1960 : III, 577), doc. 901 : « […] eo scilicet anno quo ego predictus Aldefonsus, rex Castelle et Toleti, Almiramorinum, regem Cartaginis, deuici non meo merito set misericordia Dei et seruitio uassallorum meorum ».

261  Idem (1960 : III, 574), doc. 899, daté du 31 octobre 1212 : « […] quod michi in campestri prelio fecistis, cum uexillum meum sicut uir strenuus tenuistis, cum Almiralmomeninum regem Cartaginis deuici […] facio cartam  donacionis […] uobis  dono Alvaro Nunii ».

262  Je me sers ici du relevé réalisé par Pérez González (1987), que je complète avec les dates des documents.

263  González (1960 : III, 580-581 et 582), doc. 903 et 904, datés du 27 et 28 décembre 1212 respectivement : « eo uidelicet anno quo ego predictus Aldephonsus rex Almiramomeninum, regem Cartaginis, campestri prelio superaui ».

264  Idem (1960 : III, 584-585, 595, 600-601, 603, 605, 606, 608, 610, 612, 614, 617, 619 et 621, docs. 905, 911, 915, 917, 918, 919, 920, 921, 923, 924, 925, 926 et 927, datés respectivement du 5 juin et 22 août 1213, du 24 janvier, 6 avril, 27 avril, 7 mai, 3 juin, 4 juin, 22 juin (deux fois, doc. 923 et 924), 29 juin et 21 juillet : « secundo uidelicet anno postquam ego A., rex predictus, Almiramomelinum, tunc regem de Marrocos, apud Nauas de Tolosa campestri prelio deuici non meis meritis set Dei misericordia et meorum auxilio uassallorum ». Le dernier document, 927, est mal daté ; cf. idem (1960 : III, 620), « La muerte de don Diego López y del Rey demuestran el error de fecha ; por los confirmantes encaja entre el 21 de junio y el 13 de septiembre ».  

265  Idem (1960 : III, 588 et 589-590), doc. 907 et 908, datés du 28 et 31 juillet 1213 : « secundo uicelicet anno quo ego predictus rex A. Almiramomelinum, regem Cartaginis, campestri prelio superaui cum Dei misericordia et meorum auxilio uassallorum ».

266  Idem (1960 : III, 593), doc. 910, daté du 19 août 1213 : « secundo anno quo ego predictus rex A. regem Cartaginis apud Nauas de Tolosa non meo merito deuici sed Dei misericordia et auxilio uassallorum ».

267  Voir Annexe 2. Certains diplômes ne portent pas le nom du scribe.  

268  Pour Rico (1985 : 6), le Planeta est une « selva inagotable de interpretaciones aritmológicas, etimológicas y de toda laya simbólica » ; Martínez Gázquez (2002 : 138) commente « la aplicación continua y minuciosa de la preceptiva retórica en la composición de múltiples y reiterativas figuras de dicción en la expresión de su pensamiento ».

269  González (196 : III, 592-593) : « Quoniam omne datum optimum et omne donum perfectum descendens a Patre luminum non debet sapiens in sapiencia, non fortis in fortitudine, non diues in diuiciis gloriari, unus enim est qui operatur omnia in omnibus, dominus Ihesus Christus, huic ergo flectatur omne genu, huic omnis lingua confiteatur, quia in eo qui summi Patris sapientia est, summus Pater deuincit superbum et humiliat ut uulneratum, eius uero sapiencia in hoc manifeste claruit quod regem Marrochitanum Mafomat almiramomelin, cuius potestati non est potestas super terram que possit comparari, qui factus est ut neminem timeret, qui solus occupat terciam partem tocius orbis que Affrica dicitur, et de alia tercia, scilicet, de Europa in Hyspaniis usque ad triginta dioceses, que quondam partem christiano cultui subfuerant, noscitur occupare, qui etiam in superbia elatus tanquam Lucifer omnibus crucem Christi adorantibus indixit campestre bellum, hunc inquam regem per nostre paruitatis misterium, uenientem multitudinem maximam et comminantem cultum destruere christianum, apud Nauas de Tolosa sternere per Sancte Crucis uictoriam campestri bello misericorditer est dignatus, ubi cesis de suis ferme ducentis milibus armatorum, ipse fugacis uehiculo et fuge presidio est saluatus. Cum itaque retribuere Domino pro his que nobis retribuit non sufficiamus, saltem de his que tribuit matri sue pro paruitatis nostre titulo modulo retributionem aliquam laboramus. Eapropter ego A. […] de his que non ego sed gratia Dei mecum cultui subdidit christiano, uobis, domine Roderice, Toletane sedis archiepiscopo et Hyspaniarum primati, et successoribus uestris, damus et concedimus plene et perfecte et libere omnes ecclesias de Alacaraz et de omnibus terminis eius quos in presenti habet uel in posterum, dante Domino, a sarracenis poterit adipisci […] ». J’ai grand plaisir à remercier Michel Banniard et Jean Dumont de m’avoir aidée à traduire ce préambule, particulièrement complexe.

270  Sanz Fuentes (1990 : 390).

271  Je dois à Michel Banniard ce commentaire sur l’auteur intellectuel du texte.

272  Dans la liste de témoins on lit les noms de Gonzalo Rodríguez, majordome de la cour, Álvaro Núñez de Lara, alferez du roi, Rodrigo Jiménez de Rada, Tello, evêque de Palencia, Gerardo, évêque de Ségovie, Melendo, évêque d’Osma, Rodrigo, evêque de Sigüenza, Juan, evêque de Calahorra, García, evêque de Cuenca, Domingo, evêque d’Ávila, Domingo, electus de Plasencia, Diego López de Haro, Rodrigo Díaz, Lope Díaz, un autre Rodrigo Díaz, Gómez Pérez, Guillermo González, Martín Muñoz, Pedro Fernández ; cf. González (1960 : III, 593-594). Tous les individus nommés n’auraient pas assisté à la lecture du diplôme, mais un bon nombre parmi eux auraient été aux côtés d’Alphonse VIII et de Rodrigo Jiménez de Rada.

273  Henriet (sous presse), chapitre intitulé « Les clercs au service du roi et le roi au service de l’Église. Lorsque les clercs déviennent acteurs »

274  À propos de Rodrigo Jiménez de Rada, on comparera avec Hernández (2003a).

275  Henriet (sous presse), chapitre « Usages du musulman. De l’abstraction ecclésiologique à l’affirmation d’une logique de chrétienté ».

276  González (1960 : III, 557-558), doc. 890. Cette lettre n’est pas datée par Julio González ; elle est antérieure au mois de mai 1212 (« in instanti die Maii »). Alvira Cabrer (2000 : 116) la situe entre le mois d’octobre 1211 et le mois de mars 1212. Voir le texte et sa traduction à l’Annexe 4.

277  « Semen Chanaan, et non Juda, violenta progenies, incircumcissus populus et immundus, maculatae mentis et conscientiae gentiles regno proximi sunt et confines, vasa mortis in manibus suis continentes, nos et sanctae fidei professores tam innata malitia quam assueta perfidia persequuntur. Proh pudor ! et in ministros altaris non desinunt degrassari. Gaudium eorum est et affectus mutilare servos simul et filios Crucifixi ». Sur « Canaan » et « Juda », Tolan (2003 : 48-53).

278  Pour l’assimilation entre la mort au combat contre les ennemis de la foi et le martyre, voir Henriet (2004a).

279  Tolan (2003 : 229-234).

280  Martínez Díez (1995 : 180).

281  CRC : « rex Castelle gloriosus et nobilis, qui paratus erat magis mori quam uinci », cf. Charlo Brea (1984 : 33). Le récit de l’Historia de rebus Hispaniae, VIII, x, est beaucoup plus long et dramatique : « Quod atendens Aldefonsus nobilis uidensque quosdam plebeya uilitate quid deceat non curare, dixit omnibus audientibus pontifici Toletano : ‘Archiepiscope, ego et uos hic moriamur’. Qui respondit ei : ‘Nequaquam, immo hic preualebitis inimicis’. Rex autem inuictus animo, ‘Festinemus’, inquit, ‘primis sucurrere in periculo constitutis », cf. Fernández Valverde (1987 : 272).

282  Linehan (1993 : 322) commente à ce sujet : « […] shortly after Las Navas the archbishop own’s eulogist made no distinction at all between the two Rodrigos ; Diego García paid his patron the same compliment that Ibn-Bassam had paid the Cid. We would like to know whether D. Rodrigo was himself aware that the compliment was second-hand and whether the fact that it was flattered him by noting a ressemblance which he already cherished ».

283  Alonso (1943 : 181) : « Quod olim tempore Roderici regis commisso cum agarenis campestri prelio : miseranda hyspania fere fuit funditus devastata. Nuper autem tempore Roderici presulis resumto ineffabili campestri certamine cum eisdem : victoriosa hyspania non solum contra hysmaelitas optinuit. set eos strenuissime conculcavit. Significanter igitur et quasi ab oppositis tam rex succumbens quam presul optinens : dictus est puto prophetice Rodericus. Nam tempore regis fuit regnum rubeum. quia occissorum catholicorum sanguine rubricatum. Tempore vero presulis est regnum rubeum : quia occisorum gentilium cruento flumine rubicundum. Quidquid ergo tempore roderici regis lamentabiliter est commisum : tempore roderici presulis est gloriossime restauratum ». Je ne régularise ni les majuscules ni la ponctuation.

284  Huici (2000 : 304), « La carta de Alfonso VIII, redactada quizás por el mismo arzobispo de Toledo, no difiere apenas de la narración de don Rodrigo ». Le dossier des lettres échangées par les souverains éuropéens et le Pape à l’occasion de Las Navas de Tolosa est épais ; voir Alvira Cabrer (2000).

285  Historia de rebus, VIII, vii, viii, viiii ; cf. Fernández Valverde (1987 : 268, 269 et 270-271).

286  L’emploi de cette Trinité monarchique a été étudié aussi par Pick (2004 : 195), qui  suggère quant à elle que cet élément permettrait d’attribuer la composition de l’Auto de los Reyes Magos à l’archevêque de Tolède. Elle argumente cette hypothèse à partir des ressemblances entre le Dialogus libri uitae de Rodrigo Jiménez de Rada et l’Auto. Diego García, féru de symbologie numérique, développe aussi largement les significations du chiffre trois ; cf. Martínez Gázquez (2002 : 144). Je n’ai pas pu consulter le travail du même auteur intitulé « El uso simbólico-alegórico de los números en el Planeta (1218) de Diego García de Campos, canciller de Castilla », sous presse en 2002 pour Leonardo Fibonacci. Matematica e societá nel Mediterráneo del secolo XIII, Florence.

287  CRC : « Archiepiscopus autem Toletanus adiit regem Francie ; cui cum exposuisset causam uie et necessitatem et angustiam populi Christiani, neque uerbum bonum habere potuit ab ore eius. Circuiuit totam Franciam supplicans magnatibus et multa pollicens eis ex parte regis Castelle, sed nec unum ex eis mouere potuit », cf. Charlo Brea (1984 : 27). Voir González (1960 : I, 997-1002).

288  González (1960, III : 566-572), doc. 897, non daté ; Alvira Cabrer (2000 : 117) la date d’août-septembre 1212. Voir le texte et sa traduction à l’Annexe 4.

289  Alvira Cabrer (2000 : 117-118).

290  Idem (2000 : 117).

291  L’auteur avait eu accès aux documents de l’abbaye de Benevivere ; il aurait pu travailler pour la chancellerie de Castille. Voir l’Annexe 5.

292  Poème de Benevivere, v. 75 et 77, cf. Fernández (1961 : 286).

293  Idem, v. 696. cf. Fernández (1961 : 316).

294  Libro de Alexandre, v. 6b, cf. Casas Rigall (2007).

295  Idem, v. 42a.

296  Idem, v. 253c.

297  L’auteur des ATP n’annonçait pas autre chose quand il rédigea une notice exceptionnellement longue pour rendre compte de l’événement, qui se terminait par la phrase suivante : « E despues que los Reyes pararon bien lo del Christianismo, tornaronse de esa huest » (voir supra).

298  Je paraphrase P. Henriet (sous presse), dans le chapitre « Usages du musulman. De l’abstraction ecclésiologique à l’affirmation d’une logique de chrétienté », sous-chapitres « Christianitas : de ‘ma’ chrétienté à la Chrétienté » et « Pape et rois : l’instrumentalisation des ordres militaires ». L’auteur y explique longuement comment « en cette seconde moitié du XIIe siècle, un concept et un mot s’imposent donc : Christianitas ». Je suis pour l’essentiel sa démonstration, qui met de l’ordre dans l’apport, fondamental, de Linehan (1993).

299  Alphonse VIII commence à battre monnaie d’or, et marque ces nouvelles pièces des inscriptions (en arabe) « prince catholique » et « imam de l’église chrétienne, grand pape de Rome ».

300  Henriet (sous presse).

301  González  (1960 : II, 746), doc. 432 : « Iustum est et rationi consentaneum et regibus et terrarum principibus potissimum […] recompensare […] contemptis mundanis pompis et spreto seculari tumultu, in defensionem christiane religionis et eius dilatacionem et inimicorum crucis Christi expugnationem, perfidie sarracenice opprimende se muros inexpugnabiles constituunt, et, non immemores agni qui pro nostra occisus est redemptione, Saluatori suo assidue militant, indesinenti desudant certamine, sanguinem suum sub lege martirii effundere non formidant, et sic tandem Deo soli uitam finire letantur ».

302  Idem (1960 : II, 750), doc. 435 : « Inter cetera pietatis opera potissimum est et regibus specialius conuenit religiosorum bona multiplicare et augere, maxime illorum qui assidue pro patria pugnantes certamine tam oratione quam propri sanguinis effusione Christianitatis loca et habitationes uiriliter in Domino defendunt ».

303  Idem (1960 : II, 892), doc. 520 : « Unde pium est et saluti animarum expedit his in locis paganorum regioni affinibus urbes construere, et Christicolarum eggregationes plantare, que infidelium nequitie sint in obstaculum, et omnium Creatori in gloriam et laudem ».

304  González (1960 : III, 139-140), doc. 641 : « Regali sane maiestati expedit et ad salutem animarum et Christianitatis provectum accedit viros robustos et constantes in fide contra infidelium perfidiam in locis que assidua per eos importunitate infestantur constituere ; […] in defensione Christiane fidei se murum indefensum contra saevitiam paganorum opponunt ».

305  Voir Buresi (2000), Echevarría (2003), Henriet (2003).

306  Henriet (sous presse).

307  Comparer par exemple avec Jacques Le Goff, « Ville », in : Dictionnaire raisonné de l’Occident Médiéval, Paris : Fayard, 1999, p. 1183-1200.

308  Juan Díaz et Rodrigo Jiménez de Rada confirmèrent que peu de chrétiens étaient morts à Las Navas : CRC : « Ex parte uero Christianorum paucissimi mortui sunt in die illa », cf. Charlo Brea (1984 : 34) ; Historia de rebus : « De nostris autem uix deffuere XXV », cf. Fernández Valverde (1987 : 274).

309  La lettre finit par une citation du Livre d’Osée ; Diego García cite Osée dans son Planeta (mais, d’après les relevés d’Alonso 1943 : 475, il ne cite pas le verset en question). Voir Annexe 4, note 8.

310  Martínez Díez (1995 : 192), « A este hecho, en sí nada extraordinario, aunque de gran importancia para la futura batalla de Las Navas, se le aureoló con cierto carácter de milagro ». Il s’agit de la célèbre légende du divin berger. Le commentaire de Juan Díaz est intéressant ; CRC : « Tunc misit Deus quendam in specie pastoris, qui regi glorioso locutus est secreto, promittens se indicaturum, cui ipse mandaret, locum ualde propinquum, per quem totus exercitus sine periculo transire posset montes altissimos […] Creditur ab his, qui recte sapiunt, qui non purus homo, sed aliqua diuina uirtus extitit, que in tanta angustia subuenit populo Christiano, cum tot adalides, tot pastores, tot fratres de Calatraua per loca illa sepe discurrerent, nullus tamen eorum de loco illo aliquid sciret ; nec idem pastor postea comparauit », cf. Charlo Brea (1984 : 31). Pour Rodrigo Jiménez de Rada, en revanche (Historia de rebus, VIII, viii) : « Deus omnipotens, qui negocium speciali gracia dirigebat, misit quendam hominem plebeyum satis despicabilem habitu et persona, qui olim in montanis illis peccora pauerait et cunicolorum et leporum ibidem institerat captioni ». Le contraste entre l’attitude de Rodrigo, pour qui le berger est, simplement, un berger qui se trouvait par là, et de l’auteur de la lettre au Pape, pour qui le berger a été envoyé par Dieu, suffit-t-il à prouver que l’archevêque de Tolède n’écrivit pas la lettre en question ?

311  La description du chemin dans la CRC est la suivante : « transierunt eadem die, scilicet die sabbati, prerupta montium et concaua ualium », cf. Charlo Brea (1984 : 31) ; dans la Historia de rebus, VIII, viii : « ostendit uiam satis facilem », cf. Fernández Valverde (1987 : 268).

312  Voir Jan M. Ziolkowski, « Epic », in :F. A. C. Montello & A. G. Rigg (éd.), Medieval Latin. An Introduction and Bibliographical Guide, Washington D.C. : The Catholic University Press, 1996, p. 547-551.

313  « Cum enim uilla nunquam ab imperatore uel ab aliquo regum Hispanie expugnata sciretur uel subiugata, in eadem posse saluare sua corpora se credebant. Sed et hanc in breui diuina gratia fauente cepimus, et funditus destruximus ».

314  Comparer avec le texte du double prologue au Forum Conche ; voir 3. IV et 4. III.

315  Alvira Cabrer (2000 : 118) date la lettre de juillet-août 1212. Voir le texte et sa traduction à l’Annexe 4.

316  Le récit de Bérengère semble plus digne de crédit que celui de Rodrigo Jiménez de Rada, alors que celui-ci avait participé à la bataille.

317  G. Martin, dans « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiographie de son temps » (version française de Martin 2005), affirme : « Clair indice d’une culture de gouvernement dans la part féminine des lignages royaux, la lettre que Bérengère écrit à sa sœur pour l’informer de la victoire remportée par leur père sur les Almohades à Las Navas de Tolosa, en 1212, témoigne d’une étonnante expertise dans l’art de la guerre ».

318  Comparer avec Henriet (2003a).

319  La chancellerie castillane garda le silence aussi sur un autre événement, relatif à la curia de 1188 : il ne fut pas question dans les diplômes des fiançailles d’Alphonse IX avec une autre des filles du roi de Castille, Blanche ou Urraca ; cf. González (1960 : I, 706-707) : « En la cancillería regia silenciaban otro hecho no menos importante : el concierto matrimonial, el cual se recordaba en la comarca carrionesa todavía treinta y dos años más tarde. Parece natural tal silencio en la cancillería, constituida por eclesiásticos, pues el matrimonio concertado por razones políticas no se podía celebrar a causa, más que de la edad de los contrayentes, por su parentesco ».

320  Rodríguez López (2004c : 152).

321  Ferdinand bénéficiait de ce mariage, qui avait été arrangé par Bérengère ; on lit dans la CRC que « domina Berengaria, cuius intencio tota et desiderium summum erat honorem filii modis omnibus procurare, cepit tractare de querenda uxore filio suo », cf. Charlo Brea (1984 : 58). Juan est désormais témoin des événements qu’il met par écrit.

322  González (1983-86 : I, 194), doc. 159.

323  González (1983-86 : 245), doc. 203 : « Facta carta apud era Ma CCa LXa III, apud Munno, XXVII die Marcii, anno regno meo octauo, eo uidelicet anno quo rex Valencia, ueniens me ad Moyam cum aliis prepotentibus terre sue mauris, deuenit uasallus meus et osculatus est manus meas ».

324  Idem (1983-86 : 247), doc. 205 : « uidelicet anno quo Azeyt Abu Zeit, rex Valencie, accedens ad me apud Moyam uasallus meus et osculatus est manus meas ».

325  Idem (1983-86 : 249), doc. 206 : « anno quo Auen Mahomat, rex Baecie, deuenit uasallus meus et osculatus est manus meas ».

326  González (1983-86 : 250, 252, 254, 256, 257, 259 et 260), doc. 207, 208, 209, 210, 211, 213, 215 et 216, datés du 9 septembre et 4 octobre 1225, 18 et 22 février, 11 mars, 27 et 28 avril et 2 mai 1226.

327  « Facta carta apud Toletum, XXVII die Aprilis, era Ma CCa LXa quarta, anno regni nono, eo uidelicet anno quo rex Baecie apud Nauas de Tolosa deuenit uassallus meus et osculatus est manus meas, et Saluaterram et Borialamer de manibus sarracenorum liberata cultui reddidi christiano ».

328  CRC : « Tunc rex Biacie et Cordube, utpote qui de Mauris non confidebat et in rege nostro totam suam spem posuerat, promissit se daturum ei statim castrum famosum, scilicet Salua Terra et Boriolamel et Capellam », cf. Charlo Brea (1984 : 70).

329  Rodríguez López (1994 : 112), « La orientación hacia Jaén que se percibe desde los primeros momentos parece ser el resultado de la vinculación de las campañas de Fernando III con las de Alfonso VIII ».

330  Voir Annexe 2.

331  À propos de la discorde entre les chefs almohades, on lit dans la CRC : « Ex quo quidem facto quisque uere potest scire quod Daniel propheta dixit : quia regnum hominum in manu Dei est et cuicumque uoluerit dabit illud. Impletum est illud oraculum Ysaye prophete : Ve qui predaris ! nonne depredaberis ? et qui spernis, nonne sperneris ? cum consumaueris depredationem, depredaberis. Sic et el Mahedi, qui dicebatur Abdelmun de hazedus, qui Moabitas, dominos suos, ad praedicationem Auen Tummert, philosophi de Baldach, regno priuauit contra iusticiam sibique gentes et regna subiecit, cum consumauit ista, per Deum zelotem, qui uisitat peccata parentum in filios in terciam et quartam generationem, priuatus est regno in posteris suis in diebus nostris. Sit nomen Domini benedictum » ; cf. Charlo Brea (1984 : 65). L’éditeur de la CRC rappelle que ce fragment est farci de citations du Livre des Nombres, du Livre de Daniel, le Livre d’Isaïe et les Psaumes.

332  « Veniens igitur dictus Aceit de Valencia ad dominum nostrum regem ad uillam, que dicitur Moya, ibidem factus est uasallus domini nostri regis […] et manum eius osculatus est » ; cf. Charlo Brea (1984 : 66).

333  « Et pactum firmatum est inter eos, quod postea idem Aceit de Valencia tanquam uilis apostata nulla iusta causa ductus dirupit » ; cf. idem (1984 : 66).

334  « Dominus autem Valencie, qui Aceit vocatur, iam tunc recesserat, rupto federe sine causa, a domino et amicitia regis nostri » ; idem (1984 : 68).

335  « Rex Biacie occurit ei et factus est uasallus eius ipse et filii sui, et inseparabiliter adhesit ei et usque ad mortem » ; Charlo Brea (1984 : 68).

336  « […] rege Biacie, cui iam multi milites, qui dicuntur alaraues, adherebant » ; idem (1984 : 68).

337  « Regem Biacie, tamquam uasallum suum conuenit, iubentis usus imperio, ut ei munitiones daret […] iuxta pactum inter eos scriptum et firmatum » ; idem (1984 : 69).

338  « Tunc autem fere omnes uille et castra, que erant inter Cordubam et Yspalim, conuerse sunt ad regem Biacie et ipsum in dominum receperunt. Tandem uero Corduba, nobilis et famosa ciuitas, eundem in regem recepit, et se ipsius dominio subiugauit, capto rege proprio et in uincula compedito, fratre scilicet regis Yspalensis » ; idem (1984 : 68).

339  Le texte complet de l’épisode la mort d’Aven Mohamet est le suivant dans la CRC : « Comperto rex idem cum paucis aufugit ; quem Cordubenses insequentes consecuti sunt iuxta castrum, quod dicitur Almodouar, ubi decapitauerunt eum, et caput eius miserunt regi Marroquitano, inimico eius capitali, qui de Yspali non multis diebus ante transierat in partes de Marrocos. Quod ut oblatum est ei, sicut asseritur a multis, virga, quam tenebat in manu, percussit, verbis contumeliosis usus in dedecus ipsius et tocius parentele eius. Cui cum respondisset aspere quidam frater regis Biacie, percussus est ab ipso rege Marroquitano cum gladio, et sic orta seditione multi ex utraque parte cede mutua occubuerunt » ; cf. Charlo Brea (1984 : 71).  

340  Rodríguez López (1994 : 101), « De las fuentes cronísticas […] se desprende la idea de que los problemas en Castilla se resolvieron definitivamente tras la paz con Alfonso IX de León en agosto de 1218 y la desaparición de los miembros más representativos del linaje de Lara. La referencia a las rebeldías del señor de Cameros en 1220 y de Gonzalo Pérez, señor de Molina en 1221, son deliberadamente aisladas […] del contexto general de los conflictos entre la monarquía y la nobleza castellanas ».

341  Comparer avec Martin (2003a : 121, et note 114), qui démontre comment Rodrigo Jiménez de Rada, tout en proclamant les vertus de la fidelitas, brosse le portrait d’un monarque « qui doit s’employer […] à combler les nobles des bienfaits de sa largitas ». Aussi, alors que « […] Rodrigue aura servi astucieusement ses propres intérêts et ceux de la couronne en faisant fonction de pivot entre la noblesse et le roi », Juan se sera définitivement rangé du côté des intérêts de Ferdinand.

342  Charlo Brea (1984 : 63), préfère « leo frendens », tout en signalant la double lecture de Cirot, « frendens uel fremens ». Charlo Brea signale qu’il s’agit d’une citation (pas tout à fait fidèle) du Livre d’Ézéchiel, 22, 25 : « sicut leo rugiens »  Il pourrait s’agir aussi d’une citation de 1 Pierre 5, 8 : « tanquam leo rugiens ».

343  Moralejo (1990).

344  Ce n’est point le cas avec l’épisode de la prise de Salvatierra et des autres châteaux que composa Rodrigo Jiménez de Rada. Le récit qu’on en lit dans l’Historia de rebus, VIIII, xii est beaucoup plus terne et bref que celui de Juan Díaz. Il faut donc approfondir l’hypothèse qui suggère que Rodrigo s’inspira de la CRC pour écrire le dernier chapitre de son historia ; cf. Hernández (2003b).

345  Rodríguez López (1994 : 113-114).

346  « Facta carta in Guadalfaiara, XX die septembris, era Ma CCa LX IIII, anno regno meo decimo, eo uidelicet anno quo castrum Capellam a manibus sarracenorum liberatum cultui rediddi christiano » ; cf. González (1983-86 : 263), doc. 218.

347  Idem (1983-86 : 266), doc. 222.

348  Berend (2003), Rodríguez López (1994).

349  González (1983-83 : 261), doc. 217 du 8 juin 1226.

350  « Castellae sepelit piscea sub nube nitorem / Atque sui solis lumine priuat eam. / Principe flet uidua ; non principe, sed patre : princeps / Iustitia fuerat et pietate pater / […] Sanctius est dictus, quia sanctos sanctaque seruans / Qui sanctis inhiat sanctior esse studens » ; cf. Poème de Benevivere, v. 33-36 et 45-46 (Fernández 1961 : 284-286). E. Pérez Rodríguez corrige « Sanctius est dictus, quia sanctos »  en « Sanctius est dictus quasi sanctus ».

351  On trouve semblable jeu de mots dans le De preconiis Hispanie de Juan Gil de Zamora (à propos de Sanche IV) :  « dicitur enim Sancius a verbo sancio, id est, firmo […] Secundo, quoniam Sancius dicitur quasi Satius, id est, plenus gratia et veritate […] Tertio quoniam Sancius dicitur quasi sanctus, id est, sanctorum cultus […] Quarto, quoniam Sancius dicitur quasi sapidus, id est, sapiens […] » ; voir l’édition de M. de Castro y Castro, Madrid, 1955, p. 345-46. Je remercie Patrick Henriet de m’avoir communiqué cette information.

352  González (1983-86 : 140) doc. 115. Il s’agit d’un document de confirmation des privilèges donnés par « progenitore meo rege domino Sancio et famosissimo auo meo rege domno Alfonso, necnon et rege Henrico, meo auunculo » : Ferdinand est effectivement représenté comme le dernier de la lignée.

353  Voir les deux textes, avec leur traduction, en Annexe 6. Ils ont été édités par Ureña y Smenjaud (1935 : 109-113). Dans l’Index Scriptorum Latinorum Medii Aeui Hispanorum de Manuel C. Díaz y Díaz, Salamanca, 1958, n° 1303, on lit : « Versus ante Forum Conchense traditum in cod. Escorial Q.III.23, s. XIII : Principium sine principio, finis sine fine […] descripsit non edidit », G. Antolín, Catálogo de los Códices Latinos de la Real Biblioteca del Escorial, 3, Madrid, 1913, p. 443.

354  Pour l’étude formelle du prologue en vers, voir 4. III.

355  Barrero García (1982 : 45) : « Su lectura hace pensar en la actuación de uno o más juristas expertos en la técnica jurídica y conocedores no sólo del derecho de la región, sino también del derecho romano ».

356  Linehan (1993 : 305-310), Iglesia Ferreirós (1998).

357  González (1960 : 115), pour qui le for « probablemente fuera escrito por juristas de cierta fama, acaso alcaldes del rey, pues tiene soluciones y puntos de vista acordes con los regios ». Barrero García (1982 : 44) a cependant émis des doutes sur sa composition par les clercs de la chancellerie royale.

358  Ureña y Smenjaud (1935).

359  Selon Grassotti (1982 : 33), Cuenca était une « espina irritativa para los reyes de Castilla desde su ocupación por los almorávides » ; pour Linehan (1993 : 290), sa conqûete fut « almost a blooding ceremony marking the young king’s arrival at full royal manhood ».

360  González Alonso, Barrios García & Del Ser Quijano (1996 : 38), Powers (2000).

361  Je simplifie volontairement : pour des mises au point sur la question complexe de la tradition, des modèles de la famille des fors de Cuenca, à partir d’Ureña y Smenjaud (1935), voir García Gallo (1956), Roudil (1968), Barrero García (1982), Powers (1988), Bermejo Cabrero (2001), Gutiérrez Cuadrado (2003).

362  Roudil (1968 : 7).

363  Pour un point de vue semblable, Powers (1988 : 1, notes 222-223).

364  Ureña y Smenjaud (1935 : xv-xxiii) affirme que le ms. Paris Bibliothèque Nationale, Fonds Latin 12927 date « de la primera mitad o mejor de principios del siglo XIII ». Les quatorze vers du premier prologue ainsi que le texte en prose précèdent le Forum Conche dans ce manuscrit.

365  Ureña y Smenjaud (1935 : xi) ; voir aussi Bermejo Cabrero (2001 : 45).

366  Barrero García (1982 : 48-49) ; voir aussi Gutiérrez Cuadrado (2001 : 126)

367  Ureña y Smenjaud (1935 : XI), « El Archivo Municipal de Cuenca conserva original una carta donationis de don Alfonso VIII fechada en dicha ciudad a 16 de enero de 1190 […]. En este documento, el monarca donó a la ciudad de Cuenca las aldeas ‘mantiel, ceresedam, laporta, bianam, sonaliellam, piedrebuch de suso, arbeteta, palomarcios, orta uelida’ (pertenecientes hoy a la provincia de Guadalajara) y ninguna de ellas se encuentra entre las que aparecen mencionadas en el Fuero. Y es lógico presumir que esta donación se hizo después del otorgamiento de la Carta foral. Así esa fecha, 16 de enero de 1190, se puede considerar como el término ad quem y, por tanto, muy fundamentadamente suponer que el Forum Conche fue otorgado por el rey don Alfonso en los últimos días del año 1189 o en los primeros del 1190 ; probablemente en diciembre de 1189 ».  

368  Je ne comprends pas les réticences de Barrero García (1982 : 45) à identifier le « Aldefonsus » du texte en prose avec Alphonse VIII de Castille.

369  « Rex […] a quo arma milicie, et colafum probitatis memoriale, videlicet dompnus conradus generosa proles romani imperatoris, et dompnus aldefonsus rex legionensium, suscepisse se gaudent »,  voir Annexe 6.

370  « […] ego aldefonsus dei gratia rex, una cum uxore mea alionor regina, et serenissimo filio nostro fernando, cuius ortus urbem prescriptam insigniuit », voir Annexe 6.

371  González (1960 : I, 197-198), « [Berenguela] fue desposada en la curia de Carrión en junio de 1188 […] Ese desposorio se basaba en su carácter de heredera del trono castellano ; a poco de nacer había sido reconocida como tal, pasando tal derecho a su hermano Sancho y recobrándolo al morir éste. Y así Conrado y ella fueron jurados como tales herederos si los reyes, al morir, careciesen de descendencia masculina. Antes del año llegó ésta, y Conrado, que había vuelto a Alemania, no se volvió a acordar del compromiso. Durante la legación del cardenal Gregorio, éste y el arzobispo de Toledo, a instancias de ella, que no quería tal marido, se anuló el vínculo esponsal ».

372  Du 18 octobre 1189 au 12 février 1190 ; cf. González (1960 : II, 919-928), doc. 536, 537, 538, 539 et 540 (ce dernier document, donné à l’auberge de Martín Quendul, sur le chemin de Cuenca à Palencia).

373  Après la mort de Sanche, en 1181, et la naissance des princesses Sancie, Urraca et Blanche ; Bérengère était l’aînée.

374  Comparer avec Ureña y Smenjaud (1935 : 113), « […] el Forum Conche fue otorgado por el rey don Alfonso en los últimos días del año 1189 o en los primeros del 1190 […], probablement en diciembre de 1189 ».

375  Barrero García (1982 : 44-49).

376  Linehan (1993 : 305-310), Iglesia Ferreirós (1998), Miceli (2003).

377  Bermejo Cabrero (2001 : 43), « No hará falta esperar, pues, la plena recepción del derecho romano en Europa para explicar ciertas inclinaciones y apoyaturas semánticas de nuestro fuero. Sin olvidar que antes de fines del siglo XII, algunos eruditos pudieron manejar obras como la Suma Trecensis o la Suma Codicis, de Rogerio, a través de las cuales cabía explicar la utilización de ciertos usos terminológicos de signo romanizante, poca cosa en conjunto, mientras no se demuestre lo contrario a través de una puntual y ceñida investigación ». Ce même auteur démontre l’erreur dans l’argumentation de Barrero García concernant les toits de la ville et les pâturages d’été.

378  Barrero García (1982 : 44), « Su estilo erudito dista mucho del cancilleresco de la época y en él son varios los indicios de que no fue redactado a la vista de un documento real ».

379  Par « hispaniques », j’entends bien les individus originaires d’Hispania, bien ceux qui s’étaient installés dans la péninsule.

380  Arizaleta (1999, 2000b), Guijarro González (1998, 2004), Henriet (sous presse), Iglesias Ferreirós (1998), Linehan (1993, 2003b), Peset & Gutiérrez Cuadrado (1981), Rico (1985), Rucquoi (1998a, 1998b, 2000), Sierra Macarrón (2001).

381  Voir l’Annexe 6.

382  Voir González (1983/86, I : 520-521), García y García (1994 : 59-60).  

383  Peset & Gutiérrez Cuadrado (1981).

384  Azaustre & Casas (2004 : 14-15)

385  Même Powers (2000 : 223, note 2) semble concevoir ce texte comme une sorte de diplôme mal composé, lorsqu’il suggère que le dernier paragraphe (pour moi, f) aurait été le texte original, amplifié par la suite.

386  Barrero García (1982 : 44), « […] si al comienzo del prólogo  el rey Alfonso aparece mencionado bajo el título ‘rex iberiensium potentissimum’, nunca utilizado por él en tercera persona y pasado, unas líneas después le vemos actuando en primera persona y tiempo presente ».  

387  Il est intéressant de constater que dans le Fuero de Alcázar, version en langue romane du Forum Conche datant de la fin du XIIIe siècle, le nom d’Alphonse qu’on trouve dans la corroboration (f) a été remplacée par le nom de Sanche ; il s’agit de Sanche IV ; cf. Roudil (1968 : 20) : « […] à la ligne 91 de Ar [Fuero de Alcázar] nous lisons Sancius Dei gratia rex (= Aldefonsus Dei gratia rex, dans An [Fuero de Alarcón], l. 21 et dans le Forum Conche. La preuve est ainsi apportée que le copiste a réalisé son travail pendant le règne de Sanche IV ».

388  Voir supra.

389  « Sic nauarrensem uicit, sic legionensem, / Sic aragonensem domuit, sic portugalensem ». Voir Annexe 6.

390  Voir Carlos Villamarín (1996) : Iberia, comme variante de Spania et de Hesperia, apparaît dans Isidore. On trouve le terme dans la Chrónica Albeldense ; plus tard, dans la Chronique Mozarabe : Iberia y signifie Hispania, avant la conquête musulmane, ou bien sous la domination chrétienne.

391  Martínez Díez (1995 : 230), « Por este convenio Alfonso VIII consentía en que don Fernando Ruiz de Azagra se hiciera vasallo del aragonés y le entregara el castillo de Alabarracín, previo conocimiento por el rey de Castilla del pacto que se alcanzase. Para este fin se establecía un plazo de dos años ; si al cabo de los mismos no se había prestado el vasallaje, Alfonso VIII ayudaría con todas sus fuerzas al rey aragonés para conquistar a Albarracín ».

392  Martínez Díez (1995 : 133).

393  Ajoutons que la représentation d’Alphonse VIII comme vainqueur de quatre royaumes rappelle la figure de l’Empereur. L’on lit dans le Poème de Benevivere, v. 55-56, que le père de Sanche III (c’est-à-dire, Alphonse VII) « Ampliat imperium bello bellisque quaternis / Bella quatuor faciens regna quaterna capit » ; cf. Fernández (1961 : 286).

394  Powers (2000 : 223, note 2).

395  Voir Montaner (1993 : 488-491). Montaner date le Forum Conche de 1220-1230.

396  Il s’agit du manuscrit Escorial Q. iij. 23, de c. 1249-1250 ; cf. Ureña y Smenjaud (1935 : XX), « […] el copista traslada doce de los catorce versos ya citados […] es decir, que faltan los dos últimos. Esto nada tiene de extraño ; antes bien era muy natural que se omitiesen esos dos versos, tan soberbios de una parte como humillantes a otra […] al hacer la edición reformada del Forum Conche (1249-1250), cuando ya Fernando III había ceñido la corona leonesa y su hijo don Alfonso se acababa de casar con doña Violante, hija de Jaime I de Aragón ».  

397  Ou bien l’un d’eux, le premier, aurait fait partie de ceux qui s’attelèrent à la rédaction du for ; mais là, on est vraiment dans la supposition pure.

398  Barrero García (1982 : 44), « E igualmente extraña resulta la declaración acerca de hacer de Cuenca su ciudad, puesto que las estancias de Alfonso VIII en ella, según la documentación, fueron tan escasas como breves ».

399  Henriet (2003a : 108).

400  De Polignac (1999).

401  Buresi (2000).

402  Grassotti (1982).

403  Marchello-Nizia (1984).

404  Díaz Ibáñez (1997), Guerrero Navarrete & Sánchez Benito (1984).

405  Buresi (2000), Echevarría (2003).

406  Les mêmes formules avaient été employées pour raconter la transformation du Panthéon romain en église chrétienne, en l’an 614. On lit dans l’Historia ecclesiastica de Bède, II, 4 : « templum Romae quod Pantheon vocabatur ab antiquis, quasi simulacrum esset omnium deorum : in quo ipse eliminata omni spurcitia, fecit ecclesiam sanctae Dei genetricis » ; cf. T. Buddensieg, « Criticism and Praise of the Pantheon in the Middle Ages and the Renaissance », in : R. R. Bolgar (éd.), Classical Influences on European Culture, A.D. 500-1500, Cambridge : Cambridge University Press, 1971, p. 259-267, p. 259-60.

407  Linehan (1993 : 290) a suggeré que le souvenir de la « Reccopolis » de Léovigild aurait pu jouer dans l’invention de ce nom pour Cuenca.

408  « […] utpote concham alphonsipolim elegit et preelegit in habitacionem sibi, et ciues eius populum peculiarem sibi adsciuit, ut quam de seruitute babilonis, et iugo pharahonis armis potencie regalis eripuerat, eliminata idolatrie spurcicia, liberam et precipuam inter alias in prosperum stabiliret » ;  voir Annexe 6.

409  CN, I, 63 ; cf. Estévez Solá (1995 : 23).

410  Cf. P. Henriet, La parole et la prière au Moyen Age. Le Verbe efficace dans l’hagiographie monastique des XIe et XIIe siècles, Paris : De Boeck, 2000, p. 226, note 3.  

411  Dans ce sens, Buresi (2000), Echevarría (2003), Henriet (2003a).

412  Dans le Liber regum la contiguïté entre Jérusalem et Babylone est fréquente : ie, « uino el rei Nabuchodonosor de Babilonia e destruie Iherusalem e los leuo catiuos a Babilonia » ; cf. Cooper (1960 : 26). L’auditeur ou lecteur des textes qui m’occupent serait certainement habitué à des références conjointes à ces deux villes. Voir aussi Henriet (2004b : 88-92), sur le programme symbolique voulu par Pélage d’Oviedo, fondé sur la représentation de Jérusalem.

413  Comparer avec Baloup & Josserand (2006), « À la charnière des XIIe et XIIIe siècles, entre la déroute castillane d’Alarcos, en 1195, et la victoire de Las Navas de Tolosa, en 1212, un tournant décisif s’opère : sous le coup de la défaite, Alphonse VIII élabore un projet tout à fait inédit dans la tradition castillano-léonaise, projet d’une véritable croisade, sollicitée par le souverain mais placée sous le patronage pontifical dont l’autorité est requise pour mobiliser à travers l’Occident les troupes dont le renfort est attendu pour repousser les Almohades ».

414  « Circa tricessimum annum regni eius capta fuit civitas sancta Iherusalem et tota Terra Sancta preter Tyrum, qui uulgariter dicitur Sur, et preter Tripolin, que est in partibus Anthiocenis. Zaladinus siquidem, soldanus Damasci et Babilonie, pugnauit contra regem Hierosolymitanum » ; cf. Charlo Brea (1984 : 43).  

415  Arizaleta (2000b).

416  Je ne peux pas aborder ici l’étude de textes comme la Semeiança del mundo  ou la Fazienda de Ultramar, qui contribuèrent sans doute à créer l'atmosphère favorable à la réception d’histoires d’Orient à la cour de Castille, atmosphère que je voudrais ébaucher ici.

417  Ureña y Smenjaud (1935 : XII) : « Es un monumento literario, único en su género y en su tiempo, que representa un potente esfuerzo y una sorprendente manifestación del latín de los jurisconsultos » ; Bermejo Cabrero (2001 : 46) : « La propia excepcionalidad de aquella ‘suma de instituciones forales’ dentro del panorama foral de la época podra explicar ciertos atrevimientos retóricos, a mayor honra y celebridad de la conquista de tan importante plaza como Cuenca, con el premio adicional que suponía el otorgamiento de un Fuero de tal magnitud ».  

418  « […] cuius inmense celsitudinis et consone uero fame preconium a solis ortus cardine ad usque terre limitem longue lateque dispersum insonuit […] quem a mari usque ad mare » ; voir Annexe 6.

419  Voir la thèse doctorale de Fernando Galván Freile, La decoración de manuscritos en León en torno al año 1200, León, Université, 1997, en particulier les pages consacrées à l’image royale.

420  Voir Annexe 5.

421  « Languescit splendor candelae solis in ortu : / Laus patris est nati languida laude sui. / Lucifer ille suum solem precessit anhelus ; / Fugit ad occasum sole micante nouo » ; cf. Poème de Benevivere, v. 67-70 (Fernández, 1961 : 286). Au vers 69, au lieu d’« hanelus » (dans l’édition de Fernández), il faut lire « anhelus ».

422  Libro de Alexandre, strophes 97 ab–98 ab ; cf. Casas Rigall (2007).

423  Arizaleta (1999 : 127-130).

424  Charlo Brea (1984 : 42).

425  Libro de Alexandre, st. 2672 ab ; cf. Casas Rigall (2007).

426  Historia de rebus, VII, xxvi ; cf. Fernández Valverde (1987 : 248-49).

427  Aurell (2003 : 9)

428  Cf. J. M. Boivin, L’Irlande au Moyen Age. Giraud de Barri et la Topographia Hibernica (1188), Paris : Champion, 1993, p. 266.

429  Sans ambition d’exhaustivité, l’on peut signaler que l’épitaphe de Sancie, soeur d’Alphonse VII, contient des formules qu’on trouvera plus tard dans le planctus de Juan Díaz pour Alphonse VIII : « esperie especvlvm, decvs orbis, gloria regni, iusticie cvlmen et pietatis apex/ sancia pro meritis inmensvm nota per orbem. pro dolor ! exigvo clavderis in tvmvlo./†sol bis sexcentos demtis tribus egerat annos cvm pia svbcvbuit. Finis erat febrvarii » ; cf. Suárez González (2003 : 392-393). Ou bien que le planctus à la mort de Ferdinand II de León contient des images solaires tout à fait analogues à celles qu’on a commentées ici (« Sol eclypsim patitur / ex mortis obiectu, / mundi lux extinguitur / solis in defectu. / In celum sol iustitie / raptus, dum terras deserit, / orbem nube tristitie / solis occasus operit » », cf. Rico 1969 : 87).

430  C’est Georges Martin qui a su le mieux mettre en lumière « la généalogie de l’autorité scripturale » d’Alphonse X (cf. Martin 1993-1994 : 90), consubstantielle à celle de son autorité politique. L’étude de C. Mencé-Caster citée plus haut constitue une nouvelle contribution à cette question.

431  Curtius (1956 : 635-645 et771-782).

432  Cette métaphore est sans doute en rapport avec celle de « la digestion et la rumination » qui favorisent la mémorisation, cf. M. Carruthers, The Book of Memory. A Study of Memory in Medieval Culture, Cambridge : Cambridge University Press, 1990, p. 219-220.

433  Epître aux Pisons, II, 3, 343. Dans la traduction de F. Villeneuve, Paris, Belles Lettres, 1967, « il enlève tous les suffrages celui qui mêle l’agréable à l’utile » ; dans celle de la Bibliotheca Classica Selecta, « l’oeuvre qui emporte tous les suffrages est celle où l'utilité du fond s'enveloppe de l'agrément de la forme ».

434  Epître aux Pisons, II, 3, 25.

435  Idem, I, 7, 98. Trad. de F. Villeneuve, « se mesurer chacun à son aune, à son pied, voilà le vrai ».

436  Idem, II, 3, 70-72 : « Multa renascentur quae iam cecidere, cadentque / quae nunc sunt in honore uocabula, si uolet usus / quem penes arbitrium est et ius et norma loquendi ». Trad. de F. Villeneuve, « Beaucoup de mots renaîtront, qui maintenant sont tombés, beaucoup tomberont qui sont en vogue aujourd’hui, si l’usage le veut, l’usage auquel appartient, dans les langues, la souveraineté, le droit, la règle ».

437  Dans le prologue à son Planeta, il cite l’Epître aux Pisons, II, 3, 343 : « et utile dulci permisceat » ; plus loin, idem, I, 2, 40 : « dimidium facti qui bene cepit habet », cf. Alonso (1943 : 165 et 458). Il connaît aussi les Satires (idem : 445).

438  Cf. Alonso (1943 : 14). Symistes ou symmystes : au sens figuré, « confrère », « compagnon » ; il est intéressant de constater comment Diego envisageait sa relation avec Alphonse VIII.

439  Prologus ; cf. Fernández Valverde (1987 : 7).

440  Ureña y Smenjaud (1935 : XIII), « Lástima es que, a veces, ese anónimo redactor del prologus y de los versos se deje llevar algún tanto de la vituperable tendencia al estilo ampuloso y retórico de los escritores eclesiásticos de los siglos medios. Tal vez esta pieza cancilleresca, al par que apologética, fuese obra de algún teólogo-jurista de la corte del monarca castellano. La invocación al Ser Supremo en los cuatro primeros hexámetros de los catorce escritos para enaltecer al rey don Alfonso parece comprobar esta hipótesis, pues sólo un teólogo podía entonces presentar, tan gráficamente expresada, la concepción panteísta contenida en el tercer verso ».

441  Voir Birger Munk Olsen, « La popularité des textes classiques entre le IXe et le XIIe siècle », Revue d’histoire des textes, 14-15, 1984-85, p. 169-181.

442  Cf. Faulhaber (1970 : 157).

443  Idem, pour la liste de manuscrits péninsulaires des XIIe et XIIIe siècles de l’Ars poetica, dont au moins un s’était trouvé à la bibliothèque de la cathédrale de Tolède.

444  Charlo Brea (1999 : 116).

445  Powers (2001 : 4).

446  Idem (2001 : 5, note 10).

447  Une autre candidature possible, en plus de celles de Diego García et Mica, serait peut-être celle de Gerardo, qui fit partie de la chancellerie castillane entre 1178 et 1184 et fut donc concerné par la mise en écriture dans les diplômes du programme idéologique issu de la conquête de la ville. Gerardo semble avoir impresionné la mémoire de Cuenca : il est question d’une hypothétique Storia, datant de 1212 et écrite par « Giraldo », dans la Historia de la muy N.L.E.I. Ciudad de Cuenca, y del territorio de su provincia y obispado desde los tiempos primitivos hasta la edad presente de Trifon Muñoz y Soliva ; cf. Moner (1986). Ce Gerardo nous intéresse : il fut peut-être médiateur entre San Isidro de Dueñas et Palencia, dont il était archidiacre ; cf. Reglero de la Fuente (2009), apud son El monasterio de San Isidro de Dueñas en la Edad Media. Un priorato cluniacense hispano (911-1478). Estudio y colección documental, León : Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 2005.

448  Voir l’Annexe 7 pour une comparaison sommaire entre les deux textes.

449  Epître aux Pisons, III, 361-362 : « Ut pictura poesis; erit quae, si propius stes, / te capiat magis, et quaedam, si longius abstes » ; trad. de la Bibliotheca Classica Selecta, « Il y a, d'ailleurs, pour les poèmes comme pour les tableaux, une question de perspective : les uns doivent être vus, en quelque sorte, à distance; les autres ne redoutent pas un examen minutieux ».

450  Zimmermann (2003 : 174).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaia Arizaleta, « Écrire l’histoire des rois », in Les clercs au palais, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 02 juin 2010, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/196

Haut de page