Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Deuxième partie. Systématiques
Chapitre 2

Alphonse X et la construction de la fonction-compilateur comme fonction-auteur

Pour une poétique de l’hypertextualité dans l’Histoire d’Espagne

Texte intégral

De la fonction-compilateur comme fonction-lecteur-réénonciateur

1En prolongeant la réflexion qui vient d’être menée sur la manière de penser l’auteurité dans la compilation, il est question maintenant de chercher à décrire la fonction-compilateur sous Alphonse X comme possible laboratoire expérimental de la fonction-auteur. Il convient, pour ce faire, de déterminer les postulats méthodologiques qui, dans l’Histoire, sont au fondement de la construction des sous-fonctions lecteur et réénonciateur, ce qui passe par l’examen et le descriptif des charges qui sont liées à ces différentes sous-fonctions.

Précisions méthodologiques

2Appréhender la fonction-compilateur à partir de la sous-fonction-lecteur revient à prendre en compte les modalités particulières à partir desquelles elle est susceptible de s’ériger en fonction-auteur. Dans la première partie de notre étude, nous avons examiné les positions dissidentes qui pouvaient dériver des rôles énonciatifs validés. S’agissant de la fonction-compilateur, il nous était alors apparu que la façon d’exercer la compétence de lecture représentait un point de rupture évident : si la lecture des textes de référence s’opère de façon critique et non sur le mode d’un simple déchiffrage, alors s’actualise une compétence énonciative qui fait aussitôt basculer la fonction-compilateur vers la fonction-auteur, à partir de la sous-fonction (ré)-énonciateur. Il nous faut donc prendre la pleine mesure de cette sous-fonction-lecteur critique en exhibant les postulats méthodologiques qui, en contexte de (ré)-énonciation, sous-tendent les mécanismes de lecture des futurs hypotextes par les compilateurs. Il sera ensuite question de montrer que la fonction de réécriture qui lui est corrélée rend compte du conflit latent entre « sens » et « signification », à la faveur notamment de la non-coïncidence de l’interlocution.

3Poser, en effet, que le « récepteur » exerce sur le texte une action de « re-sémantisation » revient à saisir ce dernier, non plus comme simple medium d’une tradition mais comme « sujet-lecteur-énonciateur » qui s’approprie le texte en exerçant sur lui une forme d’autorité, dont la manifestation la plus évidente est la construction d’un sens partagé. C’est pourquoi le terme de « co-énonciateur », pourrait être particulièrement indiqué pour désigner un tel sujet.

4Si nous posons que la « fonction-auteur » a été engendrée au creux de la « sous-fonction-lecteur », nous sommes bien obligée de nous intéresser à la construction de l’œuvre en tant que communication.

  • 1  A. BERNADET, « L’historicité de l’auteur… », p. 27.

5Sans mettre sur le même plan « la lecture comme réalisation pratique (son effectuation) et la lecture comme mode de transformation des sujets, même si l’une présuppose l’autre »1, la mise en évidence d’un système de chaînage des textes selon des problématiques de l’invariance et de la variation fait du lecteur empirique une figure obligée de notre analyse. Nous voulons dire par là que la compilation nous contraint à affronter la figure du lecteur réel.

6Qu’il s’agisse des fonctions-compilateur/-commentateur (voire même de la fonction-scribe), il est certain qu’elles déterminent des procédures de lecture active, professionnelle, par lesquelles les textes sont appelés à être « interprétés ».

7En conséquence, nous ne pouvons faire fi des différents travaux qui ont cherché à rendre compte de la manière dont s’exerce cette « communication » dans le cadre du texte. Si Aristote, en établissant la nécessité pour tout discours de distinguer trois éléments (celui qui parle, le sujet sur lequel il parle, celui à qui il parle), peut être tenu pour un pionnier en la matière, il n’est plus du tout pour l’analyste actuel, la seule référence. Un invariant demeure cependant, entre la réflexion aristotélicienne et les travaux contemporains : l’inscription de l’Autre (qu’est l’allocutaire ou le co-énonciateur) dans le discours de tout énonciateur comme une donnée incontournable.

8Dans les pages qui vont suivre, nous chercherons à manifester que si la compétence de réécriture qui est annexée par la fonction-compilateur, acquiert un sens, c’est en vertu d’une double hypothèse de départ :
– la reconnaissance d’un écart jamais annulable entre le dit de l’énonciateur et le vouloir-lire du co-énonciateur qu’est le lecteur, qui fait de la réécriture virtuelle, la condition même de toute lecture ;
– la légitimation de l’interprétation anachronique, comme valorisation d’une « signification » issue d’un contexte autre que celui de la réception première de l’œuvre.

9Or, précisément, il nous semble que les problématiques du « sujet » et de « l’intention » donnent une certaine assise à ces présupposés, lorsqu’elles évoquent la dissymétrie inhérente à la relation d’interlocution (systèmes différents des « énonciateur » et « co-énonciateur ») ou encore le lecteur critique comme « co-auteur » d’un texte, distinct de celui du producteur originel. Les concepts d’« intention », d’« inconscient », d’« interdiscours » qui s’y trouvent formulés permettent, en effet, de mieux saisir la complexité de la relation à l’Autre et de relativiser la portée des mécanismes d’ajustement, en montrant précisément que l’adaptation à l’Autre est toujours marquée au sceau d’une faille insurmontable. En ce sens, l’ampleur du phénomène de la réécriture au Moyen âge se doit d’être appréciée à la lumière de cette « communication » sans cesse différée. Nous proposons ci-dessous un bref descriptif de ces approches, ne retenant que ce que nous jugeons pertinent à notre propos.

Descriptif des « charges » liées à la sous-fonction-lecteur

Intention, inconscient et interdiscours

  • 2  La problématique de l’intention a fait couler beaucoup d’encre. Qu’on se souvienne de la célèbre c (...)
  • 3  Il ne nous semble pas que nous faisons violence au texte médiéval quand nous le soumettons à ce ty (...)
  • 4  Voir R. PICARD, Nouvelle critique….

10Une réflexion sur l’intention2 ne peut pas, selon nous, faire l’économie des concepts d’« inconscient »3 et d’« interdiscours » qui obligent à repenser en termes de limites, la validité de « l’intention claire et lucide »4 de l’auteur empirique. Ces concepts peuvent, semble-t-il, nous permettre de mieux comprendre tous les phénomènes d’incompréhension et de méprise qui sont à la base des ratés de la « communication ». Nous verrons plus loin comment Alphonse X, pour avoir formulé une hypothèse de Lecteur Modèle trop distante de celle du lecteur empirique potentiel de son texte, a probablement « fait les frais » d’une réception en échec.

11Si comme l’explique Lacan :

  • 5  Jacques LACAN, Psychanalyse et médecine, cité in M. SAFOUAN, « De la structure en psychanalyse, co (...)

[…] il y a de l’inconscient, c’est-à-dire du langage qui échappe au sujet dans sa structure et ses effets et qu’il y a toujours au niveau du langage quelque chose qui est au-delà de la conscience et c’est là que peut se situer la fonction du désir […]5

  • 6  Louis ALTHUSSER, Positions (1964-1975), Paris : Éditions Sociales, 1976.
  • 7  Michel PÊCHEUX, L’inquiétude du discours, textes choisis et présentés par Denise MALDIDIER, Paris  (...)

alors, le sujet parlant reste toujours décentré par rapport à son langage, ce qui suppose que son propre dire lui échappe partiellement. De fait, le considérer comme « sujet-moi plein », c’est méconnaître le sujet divisé de Freud dont le moi est le fantasme. Inversement le tenir pour un « sujet-moi vide », à l’instar d’Althusser6 ou de Pêcheux7, c’est :

  • 8  J. AUTHIER-REVUZ, Ces mots qui ne vont pas de soi…, p. 89.

[Procéder] à une autre version du recouvrement du sujet par le moi – inverse si l’on veut de la première – […] non plus aux couleurs de la souveraineté d’un sujet-moi-conscient, mais à celles de la détermination sans faille du sujet-moi-conscient par un registre idéologico-discursif souverain8.

12Ce « sujet de l’énonciation » est, en fait, à saisir – sans qu’il s’y réduise pour autant − dans cette double détermination de l’inconscient et de l’interdiscours, ce qui conduit, conformément à l’étymologie du mot « sujet », à le voir comme « un stratège assujetti », c’est-à-dire comme un sujet susceptible d’occuper néanmoins une position de « patient ».

13Dans ces conditions, le sujet de l’énonciation n’est pas totalement maître des stratégies de « calcul interprétatif » de l’Autre qu’il déploie, puisque précisément la faille qu’il y a en lui laisse surgir un « discours-autre ».

14Il ne s’agit point de remettre en cause la réalité de ces mécanismes d’ajustement à « l’autre-cible », inhérents en quelque sorte à l’acte d’interlocution (tout locuteur cherche à s’adapter à son allocutaire, à anticiper ses réactions, à éliminer les malentendus…). Il est plutôt question de considérer avec Jacqueline Authier-Revuz que :

  • 9  J. AUTHIER-REVUZ, Les mots qui…, p.175.

À cette adaptation instrumentale du dire à l’autre- « cible » du sens intentionnel de l’un, fût-ce en y décelant les échecs, ratés, erreurs, inhérents à toute stratégie délicate, on ne peut ramener la relation co-énonciative, sauf à prendre les fantasmes des énonciateurs pour le réel de l’interlocution9.

Ainsi :

  • 10  Ibid.

[…] l’activité de co-énonciation s’inscrit […] dans un écart, un manque à « communiquer » – si par là on entend transmettre un sens fixé- qui ne peut pas se combler, écart dans lequel se produit un sens « partagé », au sens de divisé, de non-coïncidant10.

15S’appuyant sur la théorie de l’énonciation développée par Antoine Culioli, Authier-Revuz reconnaît, avec lui, que :

  • 11  Ibid., p. 176.

[L]’accomodation intersubjective », nécessaire à la production de « la signification de l’énoncé par-delà son sens » est marqué par une « dissymétrie entre production et reconnaissance, [une] non-coïncidence entre les systèmes des énonciateurs qui imposent de placer au centre de la théorie linguistique des phénomènes jusqu’alors rejetés comme des « ratés » de la communication11.

16À cette faille dans la maîtrise, il faut ajouter la dimension « interindividuelle » de tout discours individuel. En ce sens, parler c’est toujours se comprendre et se méprendre, communiquer et non-communiquer. Mais c’est aussi partager un sens, co-produire un discours.

17Comme le dit Bakhtine :

  • 12  Mikhaïl BAKHTINE, Esthétique de la création verbale, Paris : Gallimard, 1984, p. 331.

[…] le discours (comme en général tout signe) est interindividuel. Tout ce qui est dit, exprimé, se trouve en dehors de l’âme du locuteur et ne lui appartient pas uniquement. On ne peut pas attribuer le discours au seul locuteur. L’auteur (le locuteur) a ses droits inaliénables sur le discours, mais l’auditeur a aussi ses droits et en ont aussi ceux dont les voix résonnent dans les mots trouvés par l’auteur (puisqu’il n’existe pas de mots qui ne soient à personne)12.

  • 13  Ibid., p. 41.

18C’est pourquoi Bakhtine est amené à reconnaître que « l’être expressif et parlant ne coïncide jamais avec lui-même et est inépuisable dans son sens et dans sa signification »13. S’il est vrai que l’énonciateur procède tout le long de la constitution de son dire à un calcul interprétatif en cherchant à négocier le mieux possible la distance qui le sépare de son co-énonciateur, il n’est pas pour autant licite de tenir qu’il peut annuler cette non-coïncidence constitutive du fait langagier lui-même. Ainsi, alors que dans les approches pragmatiques, ce « co-énonciateur » reste une « cible » totalement calculable dans sa différence et possible d’être ramenée à un sens voulu, préexistant dans l’intentionnalité de l’énonciateur, dans les théories énonciatives non pragmatiques, une opacité entre les systèmes de l’énonciateur et du co-énonciateur demeure qui crée un écart non annulable.

19De fait, pour ces dernières, le co-énonciateur » ne saurait jamais être l’« énonciateur » virtuel de ce qui est en train d’être dit.

Problématique de l’intention et intersubjectivité

  • 14  Voir R. PICARD, « Nouvelle critique ou nouvelle… », p. 20.
  • 15  Si l’expression « intentio operis » qui s’est substituée à la plus ancienne « intentio auctoris » (...)
  • 16  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 324 : « Lire, c’est bien (ou mal) choisir, et choisir, c’est laisser(...)

20Cette reconnaissance d’un sujet clivé a conduit à réexaminer la problématique de l’intention, autrement que comme « intention claire et lucide »14, ce qui a eu pour effet, de déplacer l’intérêt de l’intention de l’auteur vers ce qu’il conviendrait d’appeler l’intenté15 du texte. Il s’ensuit une délégation d’autorité au lecteur16 qui devient ainsi une nouvelle clef du sens. Nous ne sommes plus très loin alors de ce détournement d’auctoritas, caractéristique des fonctions-scribe/-compilateur/-commentateur où la lecture professionnelle, inhérente à ces fonctions, s’articule à une rhétorique de la réécriture, en raison d’une dissymétrie fondamentale entre « sens » et « signification », entre « vouloir-lire/écrire » et « dit ».

21Dominique Vasse en rend compte, à sa façon, quand il pose l’hétérogénéité radicale de la structure du sujet comme constitutive de la parole :

  • 17  Dominique VASSE, Le poids du réel, sa souffrance, Paris : Seuil, 1983, p. 188.

Le « je » n’est pas le « tu », mais aussi le « je » n’est pas le moi et le « tu » n’est pas le toi. Ce double rapport à l’altérité : l’image que j’ai de vous, « autre » que l’image que vous avez de moi, et le sujet parlant que je suis, « autre » que le sujet parlant que je dis, amène à penser un « degré second de l’altérité » que Lacan nous a appris à reconnaître dans la parole pleine. Cette altérité seconde, qui déloge de l’immédiate identification à l’image de l’autre en tant qu’image de soi excentre l’homme17.

22En distinguant alors entre la poétique consciente d’un énonciateur et sa poétique inconsciente, on se détourne, ne serait-ce que partiellement, de l’idée d’un sens pré-fixé, qui serait seulement imputable au vouloir-dire de cet énonciateur. L’individuation des sujets dans et par le langage conduit-elle alors inexorablement à poser que le sens d’un « texte » advient seulement du dehors et qu’il est de ce fait, toujours détourné, réorienté, multiplié en des significations diverses ?

  • 18  R. BARTHES, « Sur la lecture », in : Bruissements de la langue, p. 47.
  • 19  Ibid.

23C’est la position que défend Barthes. Partant du principe d’un sujet clivé toujours enclin à la méconnaissance, Barthes se place dans ce paradigme du « non-un » qui est celui de l’impossible conjonction des sujets désirants. Il imagine alors un sujet lisant, « dépris de toute unité, perdu dans la double méconnaissance de son inconscient et de son idéologie »18 qui va au texte « comme sujet tout entier »19.

24De sorte que, selon lui :

  • 20  Ibid.

[…] toute lecture procède d’un sujet, et elle n’est séparée de ce sujet que par des médiations rares et ténues, l’apprentissage des lettres, quelques protocoles rhétoriques, au-delà desquels très vite c’est le sujet qui se retrouve dans sa structure propre, individuelle : ou désirante, ou perverse, ou paranoïaque, ou imaginaire, ou névrotique – et bien entendu aussi dans sa structure historique : aliéné par l’idéologie, par des routines de codes20.

  • 21  Ibid.

25Selon cette perspective, loin de décoder, le lecteur « sur-code » : « il ne déchiffre pas, il produit, il entasse des langages »21. Selon Barthes, la lecture échappe par définition à toute tentative de systématisation, parce qu’elle n’est jamais que pure interprétation d’un sujet en prise avec lui-même au travers d’un texte, indépendamment des intentions de son « auteur ». D’ailleurs le refus barthésien de l’intentionnalisme repose sur l’idée que la signification d’un texte n’est pas déterminée par les intentions d’un auteur mais par le système de la langue. En conséquence, le lecteur ne rencontre que la langue, pas l’auteur, postulat contenue dans la célèbre affirmation « ça parle ».

26Plus raisonnable, et sans doute bien plus acceptable, nous paraît être la perspective que propose Umberto Eco lorsqu’il allègue que l’œuvre ne permet jamais de remonter à l’auteur empirique mais à un rôle d’auteur qu’il appelle on l’a vu, « Auteur Modèle ». Il admet donc la possibilité d’une non-coïncidence entre « les intentions du sujet empirique de l’énonciation » et les « intentions virtuellement contenues dans l’énoncé ». Si le texte recèle des intentions « cachées », c’est-à-dire non « prévues » par le sujet empirique, c’est donc que celles-ci lui ont échappé. En considérant que ces intentions virtuelles sont imputables, non au sujet de l’énonciation (qu’il appelle « auteur empirique ») mais à l’hypothèse d’auteur formulée par le lecteur (ou « Auteur Modèle »), à partir des données de stratégie textuelle, Eco admet tacitement la possibilité d’un déphasage entre le vouloir-dire et le dit, entre le conscient et l’inconscient, entre le sens « voulu » par l’énonciateur et celui inscrit dans le texte. Il reconnaît ainsi implicitement que l’intention ne préexiste pas au texte mais qu’elle y est en acte. C’est cette intention en acte –ou intenté- (et non le vouloir-dire virtuel de l’auteur empirique) qui constitue l’objet de l’interprétation. En tenant compte du possible décalage entre cette intention en acte et le vouloir-dire, il nous paraît plus prudent, ainsi qu’on l’a dit, de parler d’« intenté » du texte.

  • 22  U. ECO, Lector…, p. 67: « Pour organiser sa stratégie textuelle, un auteur doit se référer à une s (...)

27L’approche d’Eco a cela de paradoxal qu’elle joue à la fois sur un « sujet-moi plein » qui élabore une stratégie rigoureusement contrôlée22, et un sujet « divisé » susceptible d’exprimer autre chose que ce qu’il croit avoir voulu exprimer. En ce sens, elle est parfaitement applicable à la littérature « politique » qu’est l’historiographie du XIIIe siècle, puisqu’elle nous amène à nous interroger sur les rapports de non-transparence entre le « roi » empirique, et le « roi-historiographe » virtuel.

28Il s’ensuit une série d’écarts qui, du point de vue de « l’interprétation » elle-même, établissent une altérité entre l’hypothèse d’Auteur Modèle « voulue » par le sujet, celles « promues » virtuellement par le texte et celles activées par le lecteur, sur la base de ses propres « interprétations » (conscientes et inconscientes) du texte.

29Il n’empêche qu’à partir de la distinction, reconnue comme acceptable, entre « intention de l’auteur empirique » et « intention de l’Auteur Modèle », il reste possible de définir l’interprétation comme une interaction entre la compétence du lecteur et les instructions virtuellement contenues dans le texte.

30Si la problématique de l’intention nous intéresse d’aussi près, c’est parce que, pour tenter d’appréhender la manière dont la fonction-compilateur construit la sous-fonction-lecteur, il importe de chercher à identifier la réponse qu’elle pourrait donner à la question : quel est le sens d’un texte ? Comment comprendre les textes qui sont distants historiquement et culturellement ?

  • 23  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 7.

31Nous y avons déjà partiellement répondu quand nous avons assimilé la compilation à un mode de pensée et d’écriture relevant de la « transtextualité », c’est-à-dire de « la transcendance textuelle du texte »23. En effet, s’il en est ainsi, c’est que la « compilation-texte » est réécriture, ou dit autrement, écriture hypertextuelle. Or, qu’est-ce que celle-ci, sinon une forme de lecture qui vise à rendre lisible un texte du passé ou un texte étranger pour celui qui n’y a pas directement accès ?

32La prégnance de la réécriture est donc un indicateur de la poétique de la lecture qui sous-tend la construction de la sous-fonction-lecteur. Elle nous invite, en effet, à envisager la lecture comme interprétation anachronique qui vise en priorité à mettre en adéquation le dit du texte premier avec le contexte de référence du lecteur, mais aussi avec son vouloir-lire (ses convictions propres ou l’horizon d’attente de son époque).

33Cette réécriture montre que la signification totale d’une œuvre ne se réduit pas à l’horizon de sa première réception, c’est-à-dire au « sens » qu’elle revêtait à ce moment précis pour son « auteur » et les lecteurs contemporains auxquels il s’adressait. D’où la distinction heuristique entre « sens » et « signification », le « sens » renvoyant à « ce qui reste stable dans la réception d’un texte », la « signification », à « ce qui change dans la réception d’un texte ». En s’intéressant au « sens », on cherche à répondre à la question : « Que veut dire ce texte ? ».

  • 24  Ibid.
  • 25  Pour H. G. GADAMER, Vérité et méthode, Paris : Seuil, 1976, p. 236 : « Sous la forme de l’écrit, t (...)

34En interrogeant la « signification », c’est la question : « Quelle valeur a ce texte ? »24 qui est au centre des débats. Pour qu’une œuvre continue d’avoir de la valeur pour les générations postérieures, il faut que celles-ci y trouvent matière à éclairer un aspect de leur expérience25. Le lecteur qui, face à une œuvre du passé, cherche à appréhender ce qu’elle dit en référence au propre contexte d’origine (historique, culturel et linguistique) du producteur de cette œuvre, pose la question de son sens « originel » (c’est le cas de l’exégète biblique par exemple). En revanche, le lecteur qui met en relation cette œuvre avec son propre contexte de réception, lui confère une valeur hors de son contexte d’origine. Il lui attribue ainsi une signification, non nécessairement valable dans un autre contexte de réception, puisque la « signification » qu’il construit est liée à l’horizon d’attente qui lui est contemporain.

35C’est donc la définition d’une certaine posture de lecture qui nous permettra de définir plus précisément les contours de la sous- fonction-lecteur » dans le contexte de la culture de la compilation. Si la « fonction-compilateur » s’articule à une praxis de la réécriture, et donc du renouvellement du sens (re-sémantisation), c’est que le compilateur, perçu comme lecteur, prend appui sur une sous-fonction-lecteur qui se propose de dégager, non pas le sens originel de l’œuvre, mais la « signification » que celle-ci pourrait avoir dans le contexte où cette sous-fonction est appelée à s’exercer.

36Par sa manière de réaliser la sous-fonction-lecteur, la fonction-compilateur se donne comme finalité partielle de « restaurer » le Un, menacé par la non-coïncidence entre l’« intenté » du texte et le « vouloir-lire » du lecteur. Cette non-coïncidence prend la forme ici d’une résistance du sens « originel », réfractaire à l’éclairage spontané d’un des aspects de l’expérience du lecteur et de son époque.

37Selon cette visée, la « sous-fonction-lecteur » serait à saisir, dans un premier temps, comme une fonction d’« aménagement » d’une réception qui serait en échec si elle se limitait au « sens » de la première réception. On comprend alors que l’idée de « tradition » serait en elle-même vide de sens si elle n’incluait pas une perpétuelle actualisation des textes, manifestée dans un incessant procès de réécriture, dont le substrat est, de toute évidence, cette poétique de l’interprétation anachronique.

La médiation du lecteur réel

38Il faut interpréter ces données en relation avec la problématique de la compilation dans le contexte de la culture médiévale. Nous avons déjà eu l’occasion de souligner la difficulté à exercer pleinement la compétence de collecte de « documents constitués », inhérente pourtant à la fonction-compilateur. Si nous y revenons brièvement, c’est afin cette fois, de mettre en relation, la dispersion et l’inaccessibilité de la documentation avec le rôle de médiation que joue la sous-fonction-lecteur (interne à la fonction-compilation). Celle-ci se présente, en effet, comme une interface entre le texte du passé et la fonction-lecteur (en général).

39Autrement dit, et en laissant de côté pour l’instant, l’approche en termes de « fonction » pour envisager les procédures de façon plus concrète, tout se passe comme si le compilateur était pour les lecteurs de son époque, un des rares (voire le seul) lecteur(s) du texte. Sa mission officielle consistait donc à « transmettre » le texte de façon à ce que d’autres lecteurs pussent le lire et le comprendre. Or, tout dépendait de l’interprétation qui était donnée au verbe « comprendre » : s’agissait-il de restituer le sens originel ou de postuler une signification qui fut en prise plus directe avec le contexte contemporain des lecteurs visés ?

  • 26  Martin HEIDEGGER, Être et temps (1964), E. MARTINEAU (trad.), Paris : Gallimard, 1986, p. 197 : «  (...)

40Nous avons établi précédemment que lorsqu’un texte passe d’un contexte historique ou culturel à un autre, de nouvelles significations se greffent qui pouvaient n’avoir été prévues ni par l’auteur ni par les lecteurs de la « première réception ». Ce surplus de « sens » est aussi à relier à la « transposition passive » qui procède du changement de paramètres interlocutifs. L’importance qui est attribuée – à raison – à ces divers facteurs « contextuels » dans l’acte même de lire, s’enracine dans ce que Heidegger26 évoque comme historicité de l’intentionnalité phénoménologique. Il nous dit par là que notre compréhension d’un texte est toujours soumise à une pré-compréhension qui n’est autre qu’une anticipation du sens, en fonction du projet que nous avons sur ce texte. Or, cette pré-compréhension fait que nous ne pouvons comprendre l’Autre qu’à partir de notre propre condition historique, laquelle devient le « préjugé » de toute interprétation.

41Il est logique de considérer que pour le lecteur qu’est en partie le compilateur, ce qui compte, c’est moins le sens originel, que les réponses que le texte est susceptible d’apporter aux questions que ses lecteurs, tout autant que lui-même, jugent pertinentes. Comme se plaît à le rappeler Antoine Compagnon :

  • 27  A. COMPAGNON, Le démon…, p. 72.

La distance temporelle entre l’interprète et le texte n’est plus à combler, ni pour expliquer ni même pour comprendre, mais, sous le nom de fusions d’horizons, elle devient un trait inéluctable et productif de l’interprétation : celle-ci comme acte, d’une part fait prendre conscience à l’interprète de ses idées anticipatrices, d’autre part préserve le passé dans le présent. La réponse que le texte apporte dépend de la question que nous lui posons de notre point de vue historique, mais aussi de notre faculté de reconstruire la question à laquelle le texte répond, car le texte dialogue également avec sa propre histoire27.

42Ainsi, si l’historien, comme c’était la règle, ressentait le besoin d’intervenir dans les textes-sources pour les conformer à son vouloir-dire, c’était que ces textes lui semblaient, soit poser des questions non pertinentes, soit poser des questions pertinentes en des termes non pertinents. De toute évidence, pour être compris par la génération de lecteurs dont était issu l’historien, ces textes se devaient d’être « rajeunis », c’est-à-dire réévalués à l’aune des problématiques nouvelles, inédites. La distance qui sépare l’historien du texte de la Tradition n’est pas en soi distincte du fossé qui peut séparer le Lecteur Modèle du lecteur réel lorsque la distance a été mal négociée par l’Auteur Modèle, c’est-à-dire quand le lecteur virtuel ne ressemble pas suffisamment au lecteur réel. Tant que le texte reste pour le lecteur réel un « espace du dehors », sa force perlocutoire est quasi nulle.

43C’est donc l’historien qui accapare la tradition pour en donner à ses contemporains une version plus « juste », autrement dit plus lisible. De fait, les lecteurs de l’historien peuvent ne jamais avoir accès aux textes-sources, ce qui revient à dire que l’historien est leur « lecteur » de ces textes. S’il peut en être ainsi, c’est que la réception n’est pas appréhendée comme « individuelle », ni la lecture comme « subjective » : elle est, au contraire, perçue dans sa dimension « intersubjective », c’est-à-dire en rapport avec la codification effectuée par le texte. Il faut alors tenir l’historien pour un « symptôme ».

44C’est précisément ce concept d’intersubjectivité, corrélatif de celui d’« horizon d’attente », qui donne une certaine assise à l’idée de « fracture » entre le Lecteur Modèle postulé par le texte-source et l’historien qui reçoit ce texte, parfois à plusieurs siècles de distance. Les « compétences encyclopédiques » des lecteurs varient selon les époques et ne sont donc pas définies une fois pour toutes. Si le lecteur réel qu’est le compilateur estime que le Lecteur Modèle construit par les discours antérieurs peut ne pas pouvoir servir de « relais de communication » avec le lecteur réel, alors il se propose de réduire la distance entre les deux en réécrivant le texte.

45Si, au contraire, il considère que l’image de lecteur virtuel projetée dans le texte-source est globalement conforme à ses attentes, alors l’action qu’il sera amené à exercer sera plus minime.

46Lorsque le lecteur-compilateur devient ré-énonciateur, c’est la mémoire de sa propre expérience de « lecteur réel » qui lui confère un pouvoir accru de négociation de la distance entre lecteurs virtuel et réel. La prise en compte de cette réversibilité des places est essentielle pour saisir à quel point l’historien médiéval est, plus que tout autre, en mesure d’opérer une telle jonction.

47La problématique de la lecture-réécriture des textes au Moyen Âge donne toute sa légitimité à une approche historique de la réception : l’intense activité de « compilation » peut, en effet, dans une certaine mesure, être appréhendée comme signe de refus d’une réception qui serait en échec si le lecteur ne cherchait à accroître, aux yeux de ses contemporains, la lisibilité des textes-sources. Entendons par là une réception où le « récepteur » ne s’est pas reconnu dans la figure modèle projetée dans le texte.

  • 28  C’est le cas par exemple des compilations historiques de Luc de Tuy, Rodrigue Jiménez de Rada et A (...)
  • 29  G. MARTIN, Les juges de Castille…, Livre II « Idéologiques », p. 201-384.
  • 30  U. ECO, Lector…, p. 105.

48Si cette « fracture » s’explique parfaitement quand les deux textes sont très éloignés dans le temps, elle est plus difficile à établir lorsqu’ils relèvent d’une même « synchronie »28. L’actualisation du texte ne concerne plus seulement alors le lexique, ni de façon plus large, le découpage de la réalité29 : elle engage surtout des problématiques d’ordre idéologique. Si tout texte « prévoit un Lecteur Modèle qui participe d’une compétence idéologique donnée »30, il n’est pas moins vrai que cette compétence idéologique varie d’un « lecteur » à l’autre. Dans cette perspective, le travail de « ré-énonciation » vise en priorité à réaliser une transposition idéologique du texte.

49Le phénomène de « lecture-réécriture » nous offre dès lors l’occasion inespérée d’engager une réflexion sur les rapports effectifs – et non plus seulement virtuels − que peuvent entretenir un lecteur réel (correspondant ici au « compilateur ») et l’hypothèse de lecteur virtuel que ce sujet lisant empirique formule à partir des instructions textuelles et sur la base de ses propres compétences.

  • 31  Vincent JOUVE, L’effet-personnage dans le roman, Paris : P.U.F., 1992, p. 19.
  • 32  Ibid.

50Si ces rapports aboutissent à la reconnaissance, par le lecteur réel, d’une non-coïncidence entre l’hypothèse de Lecteur Modèle que le texte lui paraît formuler et celle qu’il aurait voulu voir inscrite, le lecteur réel peut réagir en allant jusqu’à refuser de poursuivre sa lecture. Vincent Jouve explicite cette logique du refus quand il affirme que « le sujet lisant qui tient le livre entre les mains peut ne pas accepter le rôle que lui assigne le texte »31, entendons dans notre perspective, l’interprétation qu’il fait du rôle que le texte lui assigne, à partir de l’hypothèse de lecteur qu’il formule. Et Jouve d’ajouter : « [o]n remarquera que, même dans les cas-limites (le sujet referme le livre pour protester contre le rôle qu’on lui fait jouer), la réaction du lecteur réel reste déterminée par la position du lecteur virtuel »32.

51Si le co-énonciateur qu’est ce lecteur réel « frustré » lit malgré tout le texte jusqu’au bout et continue de ressentir au sortir de sa lecture, une fracture entre son vouloir-lire et ce « dit-autre », il peut décider de « réécrire » le texte dans l’objectif de réduire ce sentiment d’incomplétude en procédant à un nouveau « calcul interprétatif » plus conforme à ses attentes de lecteur mais aussi à ce qu’il lui semble être les compétences des lecteurs de sa génération. Tout se passe alors comme si le co-énonciateur décidait de devenir le ré-énonciateur du texte lu pour y suturer l’écart perçu.

52En ce sens, la « réécriture » peut être vue simplement comme une procédure de « conversion » d’un « Lecteur Modèle » trop lointain en un « Lecteur Modèle » plus proche car mieux adapté au « programme de vérité » du lecteur réel, lequel programme se fonde principalement sur des critères linguistiques, culturels et idéologiques.

53Dans le contexte médiéval, cette poétique de la « transtextualité » virtuelle trouve son « effectuation » dans la pratique de la « réécriture ». Cette pratique nous montre que le lecteur réel qu’est le compilateur ne se contente pas d’être un scripteur « potentiel » qui désire l’écriture, il devient un scripteur effectif, de sorte que l’on passe d’une poétique de la « réécriture » virtuelle (comme forme de lecture) à une véritable praxis de la réécriture (comme écriture proprement dite). Le lecteur réel devient alors un « re-scripteur » du texte-source et, à travers les écarts entre les deux textes, il s’avère possible de reconstituer l’hypothèse d’Auteur Modèle (ou de Lecteur Modèle) que le lecteur concret avait formulée pour le texte-source et celle qu’il entend par la réécriture, lui opposer.

  • 33  P. ZUMTHOR, Essai de poétique…, p. 72 : « En tant que produit par un individu, le texte est caract (...)

54En ce sens, il est clair que l’interprétation – que nous avons qualifiée d’« anachronique » – est déjà réécriture potentielle, en ce qu’elle récupère « virtuellement » certaine hypothèse de Lecteur Modèle qui était « jouable » à un moment donné mais que le texte a abandonnée au profit d’autres qu’il jugeait plus conformes à son projet. On retrouve ici l’idée du texte médiéval comme « structure ouverte », prompt à être l’objet d’une écriture continuée. Selon cette logique, le texte-source qui fait pourtant autorité est ressenti par le lecteur comme inachevé33 (donc « inactualisé ») et porteur dès lors d’un certain nombre de possibles actualisables dans une nouvelle écriture. La « réécriture » ne serait alors que l’actualisation d’un des textes possibles qui habitent l’interprétation du « lecteur ».

  • 34  Michel CHARLES, Introduction à l’étude des textes, Paris : Seuil, 1995, p. 361-367.
  • 35  S. RABAU, L’intertextualité, p. 40. 
  • 36  Ibid.

55De fait, la théorie des textes possibles développée par Michel Charles34, peut nous aider à mieux comprendre la problématique de la « réécriture » telle qu’elle se pose ici. En effet, en s’attachant à démontrer que tout texte contient des « textes possibles » abandonnés par le producteur du texte à un moment donné de son écriture mais toujours « réactualisables », Charles avance l’idée que tout texte est marqué au sceau d’une contingence essentielle. Il porte ainsi en lui comme le dit Sophie Rabau, « la possibilité de son destin intertextuel et constitue une interprétation préalable de son destin intertextuel »35. Aussi, poursuit-elle, « le texte possible, abandonné dans le passé de la création peut toujours être réactivé par un autre scripteur dans le futur »36.

56Dans cette perspective, la lecture-interprétation est vue comme mode d’exhibition de tous les possibles que recèle un texte : la sous-fonction-lecteur est donc bien au cœur de la construction de la fonction-compilateur comme fonction-auteur.

57Seulement, à la différence de la forme de « réécriture » qu’est l’écriture hypertextuelle « classique », qui aboutit à la production d’une « unité textuelle » dont « l’auteur » revendique la pleine responsabilité auctoriale, la « réécriture » que nous analysons ici, en cherchant à esquiver la responsabilité et en postulant au contraire une identité textuelle, ne peut assumer sa condition « transtextuelle ». Une difficulté d’importance s’offre en effet à notre lecteur-(ré)-énonciateur : outre le fait qu’en tant que « réénonciateur », il ne puisse travailler sur la base de ses seules représentations (il doit d’abord affronter celles de l’Autre), il lui est demandé d’effectuer, en sourdine, sa réélaboration du Lecteur Modèle. « Medium » d’une Tradition qui ne reconnaît pas son action (et surtout qui ne l’admet pas sur le mode explicite), il lui revient de mettre en corrélation l’image de Lecteur Modèle qu’il souhaite projeter dans le texte avec les images − possiblement contradictoires − des divers textes-sources qu’il manie. Cette mise en cohésion, qui est avant tout, mise en ordre, exige un subtil travail de déplacement du sens car il faut « re-créer » en donnant l’impression de « re-produire » à l’identique.

58Comment penser alors cette « transtextualité » ?

  • 32Cedes te,out qui ue nontissle fait quer , slif,ûi est ue n105.

5536.

56-énoncivualitélui comme en rappool de écrelat uxt distace entund’énonlee lala «re-rèle s par le producteus Te lble, à partin d’’énonle La ptse Tifs. L’énonls, red (ne l) de éclité (n)xte contie(n)xet saIl sy de réduble. De façes iviséition pra doi dire q(ne l) adécruyant à n+xion », à n-xion…, c’est-à-dint n du nle » trla fti». il est clair que laltm>Vérita>-énonciv Te les pen rappose T fcidait Teur et Te lees deux textta diffétées en relatidette « transtextualitéque, mars cette « transtextualitéqui, fcidait re l’«s iurntraire-siotassique>La prégt,ûi enlifi’en tant qtntielln. Tout se passe alors comme se l’«ltrla>-énoncivualitélr une . Auagissuit pas s d’iseteur com’«ltrlanstextualitéqudir="ltrlass=s entonnaui rueur com’i conon-texteque.

36.

51on dans le contexte de la « compilatier dttéqudr laisation dl cléciatde r, 3233Intricture entet ce «cture tque lui-mêmit uremarcteurs la distgociatie (ou rejeffesr la responsabilité as sot autoritui retrondan corde méssibleme’en id. an>Ai is que inescuale JosrtsorRey-Debov  n :

  • 34JosrtsorREY-DEBOJOUVE, 78)<ParisArséds.ltc,o1997», p.1-384.

36.

54réécriva/Xqu le duxique/et sauremarcturs la distgociat,que ce sujne le fastorie d’autqe que dl affir /js la uel que re qXqu le don esont/ond, c: «d]iautre qu’uphrasedon esont une signe de nt-mochoponse qrs laitulserhraseté »

33t,vaictsfem dans en mesuun o