Navigation – Plan du site
Un roi en quête d’auteurité - Corinne Mencé-Caster
Deuxième partie. Systématiques
Chapitre 3

Alphonse X et la construction de l’auteur historiographique dans l’Histoire d’Espagne

Texte intégral

1Nous nous situons désormais de plain-pied dans l’espace du texte. Il s’agira d’analyser les modalités de construction de l’auteur historiographique dans l’Histoire d’Espagne, à partir du relevé et l’étude des fonctions paradigmatiques auxquelles la « forme-auteur » historiographique s’articule pour se construire. La détermination des quelques traits saillants de l’écriture alphonsine nous a, en effet, permis d’entrevoir que, derrière la pratique scripturale alphonsine, se profilait un « auteur » (c’est-à-dire une stratégie), conscient de la fonction moralisante ou idéologique à assumer vis-à-vis de son récepteur, tout autant que de ce que nous avons convenu d’appeler la « fonction de régie ». Cette fonction de régie, primordiale, nous l’appréhenderons comme fonction cardinale de l’auteurité, en ce qu’elle témoigne véritablement d’une prise en charge de la responsabilité énonciative qui est assumée et revendiquée par un scripteur, qui se révèle être bien plus proche de l’« auctor » que de l’« actor ».

2En nous fondant sur les stratégies textuelles mises en œuvre, nous espérons ainsi pouvoir dégager les images de « roi » et de « sujet du roi » qui se trouvent projetées dans un texte qui, rappelons-le, dès le prologue, met en scène un roi hautement conscient de sa position « en surplomb ».

La fonction de régie : l’assomption d’auteurité

La fonction critique d’autorité : « intertextualité » et brouillage des voix d’auctores

Intertextualité et hypertextualité

3Nous avons largement mis en évidence que le récit historique, pour se constituer, devait s’adosser aux écrits des auctores. Nous avons aussi fait remarquer, dans notre étude sur la problématique de l’autorité discursive au Moyen Âge, qu’Alphonse X, en tant que roi très conscient de la suprématie de son pouvoir, ne pouvait raisonnablement assumer la position d’actor. Les résultats des analyses qui viennent d’être conduites quant à la poétique de l’écriture alphonsine ne peuvent que confirmer cette intuition initiale. Dès lors, il est aisé d’imaginer qu’Alphonse X, pour orchestrer le jeu de sa propre partition, a dû s’engager dans une procédure de brouillage des voix d’auctores, afin d’assurer par ce biais l’émergence de sa voix propre, et ce, sans pour autant contrevenir aux exigences de l’imaginaire d’autorité.

4En ce sens, il n’est pas surprenant de constater la duplicité qui préside à l’inscription de la fonction d’indexation du récit à ses textes-sources. Nous en venons donc à l’étude de l’« intertextualité » proprement dite, telle qu’elle est définie par Genette :

  • 1  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 8.

Je définis [l’intertextualité] pour ma part, d’une manière sans doute restrictive, par une relation de coprésence entre deux ou plusieurs textes, c’est-à-dire, eidétiquement et le plus souvent, par la présence effective d’un texte dans un autre. Sous sa forme la plus explicite et la plus littérale, c’est la pratique traditionnelle de la citation (avec guillemets, avec ou sans référence précise) ; sous une forme moins explicite et moins canonique, celle du plagiat […], qui est un emprunt non déclaré mais encore littéral ; sous forme encore moins explicite et moins littérale, celle de l’allusion, c’est-à-dire d’un énoncé dont la pleine intelligence suppose la pleine perception d’un rapport entre lui et un autre auquel renvoie nécessairement telle ou telle de ses inflexions, autrement non recevable […]1.

5Si nous avons choisi de reproduire intégralement cette définition, c’est précisément parce qu’elle nous plonge au cœur de la problématique du brouillage des voix, c’est-à-dire du rapport que le texte alphonsin entend instituer avec ses sources. À la différence de l’hypertextualité qui envisageait le texte de l’Histoire à partir des transformations qu’il faisait subir aux textes-sources, perçus dès lors comme hypotextes, l’« intertextualité » s’intéresse, elle, à la manière dont l’Histoire parle de ses sources et témoigne de leur présence.

6De sorte que si l’étude de l’« hypertextualité » rendait compte du pouvoir que le scripteur entend exercer sur ses sources, l’« intertextualité » témoigne en retour de la dette que ce scripteur contracte, dès lors qu’il se résout à assumer un tel rôle, dette que l’« imaginaire sémiotique » lui demande d’acquitter par l’affichage dans son texte d’un jeu de renvois à l’« extérieur discursif » qu’implique toute intertextualité.

7Or, cet « affichage » lui-même est à examiner dans ce qui le fonde et lui donne sens : est-il à considérer comme marque d’une « vraie soumission » aux sources ? Comme désir de restituer à autrui ce qui lui revient ? Ou faut-il au contraire le percevoir comme une simple stratégie par laquelle le scripteur, sous couvert de cet Autre, entend en réalité se constituer en autorité suprême qui filtre, sélectionne, organise, hiérarchise, évalue le dire d’autrui ?

8Les textes historiques médiévaux, on le sait, répondent à des modèles qui se transmettent d’un texte à l’autre. Aux trois modèles principaux bien connus, vidi (j’ai vu), audivi (j’ai entendu), legi (j’ai lu), il conviendrait d’ajouter un quatrième qui se définirait dans la relation critique que ces textes maintiendraient à leurs sources. Il est évident que cette critique des sources ne peut s’exercer de façon ouverte, délibérée : aussi doit-elle prendre la forme d’un « brouillage », c’est-à-dire d’un mélange de « voix » différentes qui rendent proprement inaudible chacune de ces « voix » d’auctor prise dans sa singularité, mais qui, par le travail de « refonte » dont il rend compte témoigne en quelque sorte du primat d’une « voix » souveraine (d’hyper-auctor) qui orchestre toute la procédure. C’est pourquoi nous avons choisi de parler de « fonction critique d’autorité » pour rendre compte tout à la fois de la critique sous-jacente des sources qui s’exerce, à travers l’ordonnancement qui en est proposé, mais aussi de la conscience auctoriale qui lui est corrélée.

9S’agissant d’Alphonse X, roi-historiographe, assuré d’être le détenteur d’une sagesse procédant directement de Dieu, il est clair que le statut d’« hyper-auctor » que nous venons de postuler se présente d’emblée comme le plus recevable. Néanmoins, dans la mesure où ce compilateur se trouve, à l’instar de tous les autres, soumis à l’imaginaire d’autorité en vigueur, il ne peut s’affranchir de manière totale et délibérée de cette position d’actor. C’est donc la double nécessité de construire la fonction-compilateur comme fonction-auteur « en surplomb » (donc comme fonction- « hyper-auctor ») et comme fonction-actor qui le conduit à entreprendre ce jeu de brouillage des voix, dont nous chercherons maintenant à rendre compte.

10Dans la mesure où la catégorie sémantique de l’évidentialité que nous analyserons ci-après, a trait à l’origine du savoir, elle est en liaison avec l’« intertextualité » explicite ou diffuse, puisque celle-ci, quand elle emprunte la forme de la « citation » ou du « plagiat », voire de l’« allusion », renvoie précisément à la capacité qu’a un texte de rendre transparente ou opaque l’origine de ce qu’il énonce, et donc d’attester la présence de ce texte en son sein – d’où le terme de « co-présence » auquel recourt Genette. On entrevoit à quel point une attention trop soutenue portée à l’« intertextualité » dans le texte historique médiéval pourrait masquer l’« hypertextualité » qui le fonde, en donnant à voir comme prédominante la fonction d’indexation, alors même que celle-ci participe, en cas de « brouillage » des « voix », à la transformation du texte-source inhérente à la procédure hypertextuelle.

11Intertextualité et hypertextualité sont donc tout à la fois complémentaires et antonymes : là où l’« intertextualité » semble sacrifier au « diktat » de la « fonction-auctor », l’hypertextualité paraît plutôt travailler en sourdine à l’« intronisation » de la « fonction-auteur », mais toutes deux visent à rappeler les liens secrets ou manifestes qu’un texte, pour se constituer, tisse avec d’autres textes, liens qui font alors de toute écriture, qu’elle soit ou non compilation, une écriture au second degré.

La réalisation ambiguë de la catégorie de l’évidentialité2

  • 2  Nous n’examinerons pas pour le moment la fonction testimoniale ou modalisante proprement dite, c’e (...)

12L’évidentialité concerne les différents moyens par lesquels un énonciateur a pu entrer en possession des connaissances et des informations dont il dispose. Si, dans certaines langues, cette information est marquée grammaticalement par des particules ou des formes verbales spécifiques, il n’en va pas de même pour toutes. Il n’empêche que les langues, quelles qu’elles soient, sont en mesure de fournir à un énonciateur donné, les moyens d’indiquer si sa connaissance est de première main, si elle a été obtenue par déduction ou grâce à des sources autres, etc. Ainsi, tout énonciateur a les moyens de réaliser linguistiquement cette catégorie, notamment par le recours à un certain nombre de marqueurs (verbes, adverbes de phrase, expression relevant du testimonial ou du non-testimonial). Il peut, ce faisant, introduire entre les propositions qu’il énonce sur le mode de l’assertion et lui-même une distance, ou au contraire exprimer son adhésion, sa croyance.

13Dans le contexte de l’écriture historique médiévale qui nous intéresse spécifiquement ici, il est certain que la réalisation discursive de la catégorie de l’évidentialité constitue un moment fort de l’inscription textuelle prise dans son ensemble. En effet, les marqueurs d’évidentialité jouent le rôle d’indices de fiabilité car les noms d’auctores ou d’œuvres autorisées qui émaillent le discours du compilateur, donnent au lecteur l’assurance que le propos qu’il reçoit provient de sources authentifiées par la tradition. En ce sens, l’analyse de l’« intertextualité » peut se résumer à l’identification des « sources », c’est-à-dire à l’élucidation de l’origine des informations, attendu que le compilateur peut faciliter cette recherche ou au contraire la rendre extrêmement aventureuse.

  • 3  L. CHALON, « Comment travaillaient les compilateurs… », p. 291-292 : « Toutes ces sources ne sont (...)
  • 4  Ibid., p. 293.
  • 5  Ibid.

14Les études d’identification des sources qui ont été menées dans le cadre de la compilation historique qu’est l’Histoire d’Espagne ne manquent pas de rendre compte d’une certaine duplicité dans la réalisation de cette catégorie. Ainsi, Louis Chalon met en évidence que les compilateurs alphonsins prétendent avoir consulté de première main des « sources » auxquelles ils n’ont eu accès que par l’intermédiaire de compilations3. Ils sont amenés à taire des sources qu’ils ont massivement compulsées, comme c’est le cas du Speculum Historiale de Vincent de Beauvais qui n’est jamais directement cité. Si Chalon constate que « les collaborateurs d’Alfonso X [n’] éprouvent [pas] le besoin d’avertir leur lecteur »4 de « plusieurs sources [qui] sont exploitées directement ou indirectement, selon le cas »5, il ne cherche pas pour autant à examiner les causes de ce silence, à savoir, ce que celui-ci pourrait être en mesure de nous dire quant à la « politique » alphonsine d’inscription discursive de la fonction d’indexation.

15Or, notre hypothèse est que ces silences, ces séries de non-dits qui se trouvent associés par ailleurs à un « affichage » explicite de noms d’auctores nous informent, si nous parvenons à les décrypter, sur le degré de responsabilité que l’énonciateur entend assumer, ou dit autrement, sur les modalités de gestion des « voix » d’auctores au sein de son propre discours. Il nous faut alors analyser le “flou” qui entoure les marqueurs d’évidentialité comme une volonté de brouillage des « voix » d’auctores, brouillage tout à la fois qualitatif et quantitatif.

Brouillage qualitatif des « voix » : la critique implicite des sources

16Dans la partie de l’Histoire d’Espagne qui narre les événements antérieurs à l’histoire castillane du XIIIe siècle, l’essentiel des informations procède des lectures (legi), c’est-à-dire de sources écrites. Dans ces conditions où la réalisation de la catégorie de l’évidentialité implique l’insertion d’un discours en provenance d’un discours antérieur, elle renvoie en fait à la problématique du discours rapporté comme représentation de l’acte d’énonciation d’autrui dans l’énonciateur d’un locuteur.

17Il existe diverses procédures d’intégration d’un discours cité à l’intérieur d’un discours citant (discours direct, discours indirect, discours indirect libre…), mais il est évident que le choix de l’une ou l’autre de ces formes n’est pas indifférent quant à la responsabilité que l’énonciateur entend indiquer qu’il assume. Un bref rappel des spécificités de ces différents discours nous permettra de le poser plus clairement et de mettre en évidence que le choix majoritaire du discours indirect et de ses variantes témoigne bien de la procédure de brouillage qualitatif des « voix » qui est engagée par l’énonciateur.

Rappels
  • 6  D. MAINGUENEAU, Éléments de linguistique pour le texte littéraire (1986), Paris : Bordas, 1990, p. (...)
  • 7  Voir A. COMPAGNON, La seconde main…, p. 55.

18Il faut sans doute rappeler dans un premier temps le statut de « discours rapporté » des discours direct et indirect, c’est-à-dire d’un discours qui « n’a d’existence qu’à travers le discours citant, qui construit comme il l’entend un simulacre de la situation d’énonciation citée »6. Du fait de ce « simulacre », il est possible de détourner complètement le sens d’un texte qui du point de vue de la littérarité, ne s’écarte pas de l’« original ». On voit donc déjà l’espace de liberté énonciative qu’offre le recours aux formes de discours rapporté. Pourtant, même si les diverses formes ont en partage cette capacité de « ré-énonciation » ou de « dénonciation »7, elles ne l’exercent pas de la même façon, chacune jouant différemment de l’« effet de fidélité ». Ainsi, un énonciateur qui veut donner l’illusion de « fidélité » maximale au discours citant aura tout intérêt à recourir au discours dit « direct ». En effet, le discours direct, comme la citation qui pourrait en être une des modalités, se caractérise par la répétition du « signifiant » du discours cité, et donc, par la dissociation entre les deux situations d’énonciation, citante et citée. Le propre du discours direct est donc de faire coexister deux actes d’énonciation, deux systèmes énonciatifs, ce qui a pour conséquence d’entraîner une délégation de la responsabilité du « rapporteur » à un second locuteur, celui du discours direct.

19En prétendant restituer le discours sous sa double face de signifiant et de signifié, le discours direct pourrait se présenter comme le mode idéal de discours rapporté pour l’énonciateur qu’est le compilateur, dans la mesure où non seulement il crée cette illusion de « fidélité », mais de plus, décharge le « rapporteur » de la responsabilité du propos cité, en référant ce propos à l’énonciateur du discours direct.

  • 8  Nous empruntons ce terme à Antoine COMPAGNON, ibid.

20En ce sens, discours direct et citation semblent avoir de nombreux points de convergence, puisque la citation, elle aussi, est un « énoncé répété » dans sa littéralité. Seulement, à la différence du discours direct qui peut rapporter des propos énoncés verbalement et dont la littéralité n’est pas aisément vérifiable, la citation, le plus souvent, engage le « rapportage »8 de propos consignés dans des textes écrits et dont on peut contrôler l’exacte littéralité. Pourtant, il serait erroné de croire que la citation ne se trouve pas engagée dans la même procédure d’« illusion » de fidélité que le discours direct. S’il est vrai que cette « fidélité » ne touche pas à l’identité littérale du propos, elle a à voir avec l’impact que la « décontextualisation » d’un propos peut avoir sur son sens. Nous renvoyons donc à l’analyse que nous avons déjà menée sur la question, en rappelant simplement, avec Compagnon, que :

  • 9  Ibid., p. 57.

Dans la mesure où il n’y a pas d’énoncé sans énonciation (sinon, peut-être dans le discours de la logique), et où le système du texte comprend l’énoncé et l’énonciation […] deux textes, à admettre que leurs énoncés soient identiques, ne demeureraient pas moins dans une irréductible différence qui ne tiendrait plus qu’à leur énonciation9.

21Ainsi, à travers cette déclaration, se trouve réaffirmée la singularité de toute énonciation, indépendamment de l’identité littérale possible entre les énoncés d’un texte et d’un autre. Ces indices donnent déjà à voir le « brouillage » naturel des « voix » qui se déclenche dès qu’un énoncé test transféré d’un texte T1 à un texte T2, c’est-à-dire dès que le même énoncé se trouve référé à deux énonciations distinctes.

22Le « brouillage » intervient donc même dans les cas où, comme dans le discours direct ou la citation, la « reprise » de l’énoncé est littérale. On comprend alors que, cette reprise, quand elle concerne seulement le « signifié », indépendamment du « signifiant », puisse renforcer l’impression de « brouillage », en créant une « illusion » de « fidélité » plus diffuse. Or, comme on sait, c’est le propre du discours indirect que de n’être discours rapporté que par le sens (interprétation de re) et de constituer ainsi une sorte de « traduction » du discours cité. Le discours indirect pose donc le problème de l’interprétation de l’énonciation « citée » et de son rendu, de la sélection des informations pertinentes, de la valorisation de cette information, etc., c’est-à-dire de toute une série de questions liées à l’expression. Mais précisément parce qu’il se propose de « ré-énoncer » un dit antérieur pour en donner un équivalent, le discours indirect suppose un transfert de la responsabilité énonciative, l’énonciateur du discours indirect prenant en charge l’ensemble de l’énonciation. La subordination du discours cité qui est corrélative à un tel transfert est donc particulièrement révélatrice de la manière dont l’énonciateur entend se positionner par rapport au discours d’autrui.

Le choix majoritaire du discours indirect et de ses variantes
  • 10  La référence à ces treize premiers chapitres nous semble particulièrement intéressante et signific (...)
  • 11  P.C.G., p. 4.
  • 12  Ibid., p. 8.
  • 13  Ibid., p. 9.
  • 14  Ibid.
  • 15  Ibid.
  • 16  Ibid., p. 10.

23Si nous avons émis l’hypothèse d’une duplicité dans l’inscription de la fonction d’indexation, c’est parce que nous interprétons le recours massif à la forme de discours rapporté que constitue le discours indirect, comme un indicateur de la volonté de « responsabilisation » énonciative de la part du locuteur. En effet, un relevé minutieux des marqueurs de la catégorie de l’évidentialité montre que le texte de l’Histoire d’Espagne n’est guère friand de citations littérales ni de discours direct. Il est nettement plus favorable au discours indirect « classique » (avec verbe introducteur + que) et à ses variantes représentées dans le texte par des formules introduites par les marqueurs « segund », « assi cuemo ». Si nous considérons, par exemple, les treize premiers chapitres10, nous pouvons établir l’absence de toute citation, ainsi que la prédominance absolue du discours indirect, avec une majorité de formules introduites par le marqueur « segund ». Ainsi, au chapitre 1, on trouve« e cuenta otrossi en aquel libro que… »11. Au chapitre 4, on peut lire :« E segund cuenta la su estoria deste Hercules… »12. Il en est de mêmeau chapitre 6, où les séquences introduites par « segund » sont récurrentes : « E segund cuenta Lucan, que escribio esta estoria… »13, « E cuenta Lucan que… »14, « […] assi cuemo la su estoria lo cuenta »15. On peut aussi citer cette référence du chapitre 7 :« […] segund cuenta la su estoria »16.

  • 17  P.C.G., p. 13 : « Dixol Rocas que no lo fiziesse, que el guisarie cuemo nol uinies del danno ; e f (...)

24Il convient cependant de préciser que l’énonciateur recourt au discours direct pour mettre en scène la parole des personnages qui sont impliqués dans les histoires qu’il raconte, selon des procédures d’enchâssement assez complexes, car il donne accès « directement » aux propos du personnage sans préciser nullement l’origine de ceux-ci. De même, on remarque dans ce dernier cas, notamment pour ce qui est du chapitre 12, que le discours du personnage est rapporté de façon « indirecte » au moyen de la formule « dixo que » sans que l’origine de ce dire soit mentionnée pour autant17.

  • 18  P.C.G., chapitre 23 : « Les estorias antiguas cuentan que… » ; chapitre 34 : « E segund cuentan la (...)
  • 19  P.C.G., p. 57.

25Il n’est pas difficile de tenir ces treize premiers chapitres pour représentatifs des modalités de réalisation de la catégorie de l’évidentialité dans tout le texte de l’Histoire. En effet, un échantillonnage effectué sur d’autres parties du textes18, quelles qu’elles soient, révéleraient à l’identique, la préférence de l’énonciateur pour des formes de discours rapporté qui engagent véritablement sa responsabilité énonciative, c’est-à-dire qui subordonnent le discours cité au sien propre. À cet égard, le chapitre 78 est un exemple intéressant car il intègre quelques variantes qui tendent à brouiller les frontières entre discours direct et discours indirect. On trouve ainsi, en plus des formulations habituelles19 :

Onde cuentan las estorias que fueron y aduchos desta guisa…
[…] et aun, segund diz Plinio, y auien la aue que dizen fenix…

  • 20  Ibid.

des formulations du type20 :

Onde diz Lucano en el libro que fizo desta estoria : Destos dos principes… », « Onde cuenta la estoria sobre recebimiento deste Pompeyo e diz assi : Torno desta uez Pompeyo… 

26Si le recours au verbe « diz » non suivi de la conjonction « que » paraît indiquer qu’il s’agit d’une citation littérale, la longueur de la « citation », le fait même qu’elle relève d’une « transposition linguistique » et qu’elle soit à cheval sur plusieurs phrases tendent à rendre difficile la détermination exacte du type de discours rapporté dont il est question. On peut simplement supposer que l’énonciateur varie la formule sans nécessairement se donner les moyens d’inscrire le discours cité dans un cadre énonciatif clairement identifiable.

27L’exemple suivant, tiré du chapitre 173, est à cet égard éclairant, car il montre bien qu’il ne saurait être question pour les compilateurs-traducteurs alphonsins de « reproduire » fidèlement le discours cité, même lorsque ce dernier est présenté explicitement comme une citation littérale, à « traduire » :

  • 21  Ibid., p.125.

Et assi lo cuenta Lucan en un so libro, o dize :
Corduba me genuit, rapuit Nero, prelia dixi
Que quiere dezir :
« en Cordoua nasci, leuome Nero por fuerça a Roma, et fiz un libro de las batallas de los romanos »21.

  • 22 H. LAUSBERG, Manual de retórica…, p. 251 : « El de eadem dicere (=expolitio conceptual) no solo afe (...)
  • 23  QUINTILIEN, De institutione oratoria, trad. franç. 1975 : Institution oratoire, Paris : Belles Let (...)

28Point n’est besoin de s’étendre démesurément sur la relation qui peut être établie entre cette « traduction-amplification » et le procédé rhétorique connu comme expolitio, « de eadem re dicere »22. Ce procédé qui relève de la « variatio » était couramment utilisé par les « traducteurs » médiévaux pour interpréter un passage en l’explicitant pour le lecteur-cible. Il renvoie aussi à la « paraphrasis » que nous étudierons plus avant, et que Quintilien23 définit comme étant la reproduction, modifiée et libre, du texte du modèle. Selon cette perspective, il est évident que la « transposition » de la citation latine en « castillan » ne saurait être « littérale ».

29La « transposition linguistique » rompt donc le contrat de délégation de responsabilité du « dire » rapporté, puisqu’elle suppose la prise en charge de ce « dire » par le « sujet énonçant » qui, en le « traduisant-adaptant », le reprend à son compte. L’exhibition de la médiation de ce sujet, au travers de cet exemple précis, sert à nous rappeler que cette médiation a lieu, même lorsqu’elle n’est pas déclarée de façon explicite. Entre la « citation » en latin et sa transposition en castillan, il y a toujours l’intrusion d’une subjectivité, un possible enjeu de « ré-énonciation ». De sorte que les frontières entre « citation » et « discours indirect » se révèlent extrêmement poreuses.

30De toute évidence, le caractère exceptionnel des « citations » qui s’affichent comme telles, ne fait en réalité que confirmer le primat absolu du discours indirect, sous toutes ses formes, avec la prédominance du verbe introducteur « contar » et de la préposition « segund », dans des formules telles que « cuenta la estoria que » ou encore « segund cuenta la estoria ».

31Or, à bien y regarder, si cette dernière formulation introduite par « segund » (ou par une variante « assi cuemo »), pose une relation d’équivalence sémantique entre le discours cité et le discours citant, elle présuppose surtout une liberté interprétative, qui en appelle à la responsabilité de celui qui prend en charge un processus de reformulation qui n’est guère distinct de celui de la « paraphrase ». Nous proposons donc d’identifier ces divers opérateurs d’équivalence paraphrastique comme étant des marqueurs de « traduction-adaptation ».

La double fonction des marqueurs de « traduction-adaptation »

32Nous englobons dans cette catégorie, à la fois les marqueurs prépositionnels de la forme « segund », « assi cuemo » et les formules phrastiques introduites par « cuenta la estoria que » et leurs variantes. En effet, à la différence du verbe introducteur « dezir », le verbe « contar » suppose déjà un détour sémantique, un possible remaniement du contenu (soit par condensation, amplification, valorisation, etc.), c’est-à-dire un certain déplacement du sens, même si ce déplacement est enregistré sous le signe de l’équivalence. En ce sens, le rapport qu’il institue au discours rapporté nous paraît être sensiblement le même que celui des marqueurs évoqués précédemment.

  • 24  Voir J. REY-DEBOVE, Le métalangage…, p. 207.

33De fait, on est amené à considérer que ces divers marqueurs, pris dans leur ensemble, remplissent une double fonction, l’une explicite, l’autre, plus indirecte. La fonction « explicite » de ces marqueurs consiste donc à assurer l’indexation du récit à ses sources. Ils témoignent ainsi de l’allégeance de la « compilation-texte » aux discours des auctores, constituant par-là même, des indicateurs de fiabilité qui autorisent le discours du compilateur. Dire, en effet, /Y selon X/ revient à alléguer que la vérité de Y dépend de celle de X, ce qui correspond à une « prédication métalinguistique de vérité »24. C’est donc d’abord de l’adéquation entre deux discours dont il est question, c’est-à-dire d’un signifié métalinguistique. Le signifié mondain y est secondaire. C’est ce qu’explicite Josette Rey-Debove, quand elle affirme :

  • 25  Ibid, p. 209-210.

La vérité d’une phrase métalinguistique est l’adéquation de cette phrase à l’état de choses linguistiques : ou la langue comme système ou le discours. […] On prédique sur la vérité d’un discours, et de façon secondaire, sur la vérité du monde impliquée par ce discours25.

  • 26  G. MARTIN, « L’hiatus référentiel… », p. 55.

34On voit tout l’intérêt qu’Alphonse X pouvait tirer de ce système d’adéquation qui lui permettait, en « adossant » son discours à celui des auctores, de voir celui-ci immédiatement crédité d’un très lourd coefficient de « vérité », alors même que le propos pouvait en être détourné. Il n’empêche que le recours à de tels marqueurs s’avérait indispensable à la « réception » du discours historique, le rôle de l’historien étant d’abord perçu comme un rôle de transmission d’une vérité déjà consignée par écrit26 et qu’il fallait conserver indemne à travers le temps. On peut remarquer que dans l’Histoire, ces marqueurs d’indexation, quoiqu’ils ponctuent régulièrement le texte, ne sont pas pour autant pléthoriques, comme si l’énonciateur, en les introduisant avec une certaine parcimonie, cherchait à manifester sa liberté énonciative.

  • 27  Catherine FUCHS, Paraphrase et énonciation, Paris : Ophrys, 1994.
  • 28  Ibid., p. 8.

35La fonction « implicite » ou « indirecte », pour sa part, est de « configurer » le quatrième modèle historique que constitue la relation critique que le compilateur est susceptible d’entretenir à l’égard de ses sources. En effet, en introduisant ces marqueurs de « traduction-adaptation », et en particulier, ceux de la forme « segund cuenta… »,tout se passe comme si l’énonciateur cherchait à indiquer subrepticement qu’il « adapte » le discours d’autrui en s’efforçant d’en donner une reformulation sémantique acceptable, car ce discours lui paraît devoir être redressé sémantiquement. Dans ce cas, on se trouve directement confronté à ce que, dans l’ouvrage qu’elle consacre à la paraphrase27, Catherine Fuchs appelle « reformulations (à visée) explicative ». Celle-ci met en scène un producteur X’ « capable de restituer [l]e message sous une forme intelligible par ses interlocuteurs » et se faisant « l’interprète » du T-source et de son producteur d’origine »28.

  • 29  Cf. G. MARTIN, « Compilation : cinq procédures…», p. 107-121.

36La reformulation explicative, impliquée par le marqueur « segund », renvoie donc d’emblée au problème de la légitimité de l’interprétation mais aussi de ses limites. Si elle semble être en prise directe avec la « fonction-commentateur », elle n’en est pas moins liée à la « fonction-traducteur-adaptateur » telle que nous l’avons analysée antérieurement. En effet, la volonté d’intelligibilité dont parle Fuchs nous ramène du côté de la « signification » comme détermination d’un sens lié au contexte de la réception, avec ce qu’elle suppose comme opérations de transpositions formelles et sémantiques propres, ainsi qu’on l’a vu, à la compilation29.

  • 30  Car, au fond, qu’est-ce donc que la paraphrase sinon la liberté au cœur même de la soumission ? Da (...)

37En ce sens, bien que le recours à ces marqueurs dits par nous de « traduction-adaptation » confère une certaine validité au postulat tacite (plus qu’explicite) de la « paraphrase » comme respect de « l’esprit » du texte, les variations mêmes quant à l’interprétation de cet « esprit » (est-il question de « l’esprit » du texte dans le contexte de sa première réception ? ou faut-il au contraire référer cet « esprit » à l’horizon des nouveaux récepteurs ?) délimitent, dans la contrainte, un espace de liberté dont le champ exact reste impossible à déterminer30.

38Il nous paraît alors que le choix de tels marqueurs signe la volonté très nette de l’énonciateur de la « compilation-texte » de manifester qu’il affranchit son discours des limites étroites de la simple reproduction en indiquant, à travers une préposition telle que « segund » par exemple, que le texte qu’il propose est une « paraphrase » explicative (ou transformation) du texte-source qu’il mentionne, et non une « citation » ou « reproduction » de ce dernier.

  • 31  C. FUCHS, La paraphrase, p. 9 : « La reformulation T’ est souvent insérée elle-même dans un texte- (...)
  • 32  Nous en donnons pour preuve un seul exemple ; l’énoncé suivant du texte de Rodrigue : « […] e dum (...)

39Il en résulte – si l’on pose la « compilation-texte » comme paraphrase d’un texte-source T donné – que celle-ci, quoique indexée à T, se définit, toujours selon Fuchs, comme « texte-mixte »31. Ce « texte-mixte », qui contient dans leur littéralité, tressés dans ses propres énoncés de reformulation ou d’amplification, nombre des énoncés de T, nous renvoie à cette « hyperénonciativité » que nous évoquions dans un des chapitres précédents. Ainsi, en revenant au récit de la rencontre de Didon et d’Énée, on pourrait montrer que la réécriture de ce récit par les compilateurs alphonsins en fait un « texte-mixte »32, c’est-à-dire, selon notre point de vue, un texte autre qui tout à la fois contient le texte-source (qui devient alors un hypotexte) et le transforme en s’en affranchissant (c’est ce qui fait de ce texte autre un hypertexte).

40On pourrait donc dire que si le texte-source est présent dans le texte issu de la compilation, c’est-à-dire s’il y a bien une relation intertextuelle entre les deux textes, cette « intertextualité » est à la fois déclarée (l’intertexte est souvent explicité par le compilateur) et silencieuse (de nombreux intertextes sont dissimulés, cachés), la relation paraphrastique contribuant par ailleurs à la rendre allusive par moments, puisque l’intertexte peut s’en trouver masqué si la paraphrase est trop distante du texte-source. À ce premier type de « brouillage » d’ordre qualitatif, lié à la présence de ces marqueurs de « traduction-adaptation », s’en ajoute un second, en relation avec le masquage de l’identité des intertextes.

Le masquage de l’identité des intertextes
  • 33  L. CHALON, « Comment travaillaient… », p. 292.
  • 34  P.C.G., p. 20.
  • 35  G. Martin, Les juges…, p. 332 : « En s’instituant comme compilation, en se donnant à percevoir com (...)
  • 36  Ibid.
  • 37  Ibid.
  • 38  P.C.G., p. 38.

41En tenant compte, en effet, des nombreuses « sources » qui sont tues par le compilateur, il apparaît que certaines « voix » d’auctores sont comme étouffées par d’autres, ce qui renvoie à des problèmes d’identification de l’intertexte effectif. Si l’on en croit Chalon, non seulement la liste des « sources » que ne mentionne pas Alphonse X est relativement importante, mais de plus, les sources qui ont été consultées « de seconde main », à travers une compilation, ne sont pas « discriminées ». Chalon signale même qu’« [i]l arrive que, dans un même chapitre, se mêlent emprunts directs et indirects […] »33. Par ailleurs, en dépit des renvois réguliers à un « extérieur discursif » par le biais des marqueurs d’indexation, il est clair que l’énonciateur ne se montre guère soucieux de « promouvoir » une identification scrupuleuse de son « intertexte ». Les noms d’auctores qui sont inscrits dans son texte (on trouve surtout des références à Orose, Lucain, Pline l’Ancien, Eusèbe de Césarée) ne sont pas légion. À la désignation par le nom propre, l’énonciateur paraît nettement préférer celles qui renvoient à la fonction ou au statut, lesquelles laissent planer un certain « anonymat ». On trouve ainsi pour référer aux auteurs des histoires mentionnées : « los sabios que estorias fizieron »34, « los escriuidores »35, « los antigos »36, « los que escriuieron las estorias dAffrica e de Roma »37. On peut même trouver « otros cuentan que »38 où l’indéfini gomme toute possibilité d’identification, même par le statut.

  • 39  Ibid., p. 61.
  • 40  Ibid., p. 57.
  • 41  Ibid., p. 48.
  • 42  Cf. n. 36.
  • 43  P.C.G., p. 15.
  • 44  Ibid., p. 48.
  • 45  Cf. n. 36.
  • 46  C’est le cas par exemple du récit relatif à l’histoire de Didon.

42Les titres des ouvrages sont pratiquement inexistants : même quand le nom de l’auteur est indiqué, la référence à l’ouvrage se fait, soit en relation avec l’auteur (« E assi cuemo cuenta Eusebio en su estoria »39, « Onde diz Lucano en el libro que fizo desta estoria »40, « Paulo Orosio cuenta en sos estorias »41, etc.), soit en relation avec le personnage « historique » concerné (« E segund cuenta la su estoria deste Hercules »42, « E de cuemo cada uno destos ganaron las tierras, en las sus estorias lo cuentan »43), soit en relation avec la thématique (« E segund cuentan las estorias que fablan dello »44). Abondent en revanche les références d’ordre générique telles que « estorias », « escripturas », « escriptos » pour désigner ces ouvrages45. Il n’est pas rare que certains récits ne comportent aucune mention de sources, même floue46.

43Il en découle l’instauration d’un jeu de pistes qui n’est pas sans évoquer les jeux de masquage de l’écriture intertextuelle, dans la mesure où elle rend malaisée la mise au jour des divers intertextes.

44Deux brèves conclusions s’imposent : l’énonciateur utilise les marqueurs de « traduction-adaptation » (Y segund X) pour manifester que la vérité du propos Y qu’il tient dépend de celle de X. Mais, dans le même temps, la relation d’ordre paraphrastique qui se trouve établie entre les deux propos (le sien et celui de l’auctor concerné), en faisant de l’énonciateur, le vrai maître du jeu, octroie à celui-ci, un réel espace de liberté énonciative.

Le brouillage quantitatif des sources

45Il a été posé précédemment que s’effectuait un « brouillage » qui faisait écran à l’identification qualitative des sources dans la mesure où il s’avérait difficile de faire le point sur leur « nature » même, du fait de la relation critique que l’énonciateur institue envers ses sources. Il est certain que ce « brouillage » incluait aussi une dimension quantitative, puisque nous avons mentionné que le nombre de sources consultées pouvait être bien plus important que celui indiqué. On pourrait dire que le texte rend compte à sa façon d’un tel état de choses. Un premier indice pourrait nous servir de repère : il s’agit de l’usage du pluriel que nous avons relevé sans toutefois nous y arrêter encore. Il est, en effet, relativement fréquent qu’Alphonse X utilise le pluriel pour référer aux sources qu’il a maniées. Il suffit, pour s’en convaincre, de se reporter aux différents exemples que nous avons cités. Considérons les références suivantes :

  • 47  P.C.G., p. 7.

Tres Hercules ouo que fueron muy connombrados por el mundo segund cuentan las estorias siguientes […]47

  • 48  Ibid., p. 48.

E segund cuentan las estorias que fablan dello […]48

  • 49  Ibid., p. 57.

Onde cuentan las estorias que […]49.

46Nous constatons qu’elles tendent à rendre compte d’une base infratextuelle très large, voire absolue : le syntagme nominal « las estorias », de par la valeur généralisante de l’article défini, exprime une idée d’exhaustivité qui confère au compilateur une posture de « superviseur ». Il nous est dit de la sorte que, ce n’est qu’après que celui-ci a compulsé toutes les « sources », qu’il se sent apte à en proposer une reformulation. Cependant, dans la mesure où le nombre exact de « sources » consultées n’est jamais indiqué, dans la mesure où il paraît difficile de croire en une pluralité de sources pour toutes les « histoires », ce pluriel tend à revêtir une valeur emphatique. Parfois même l’exhaustivité n’est pas seulement indiquée en filigrane, elle est explicitement affirmée :

  • 50  P.C.G., p. 20.

[…]e deste [Hercules] fablaron todos los sabios que estorias fizieron, e […] dixieron que […]50

  • 51  Ibid., p. 24.

E segund cuentan las estorias, este Cipion fue el primero princep que se fio en la palaura […]51

  • 52  Ibid., p. 57.

Onde cuentan las estorias que fueron y aduchos desta guisa leones y elefantes […]52

47Dans ce cas, Alphonse X reconnaît, semble-t-il, la concordance de toutes les « sources ». Son rôle de « superviseur » consiste non pas à déterminer le degré de fiabilité de chacune d’entre elles, mais à témoigner de l’importance qu’il a accordée à la « sous-fonction-collecteur » dans sa construction de la « fonction-compilateur ». L’étendue de ce « brassage » lui permet dès lors de contrôler la concordance des « sources », ce qui présuppose un travail de confrontation préalable :

  • 53  Ibid., p. 79.

E contar las emos aqui segund que las fallamos en la estoria de Paulo Orosio, et en la de los principes de Roma, et en otras que acuerdan con ellas53.

48Le segment final « et en otras que acuerdan con ellas » mérite d’être analysé de façon attentive, et bien entendu, en relation avec ce qui précède. Il témoigne, en effet, de l’importance (déjà maintes fois signalée) que revêt aux yeux d’Alphonse la sous-fonction-collecteur dans la construction de la fonction-compilateur. En déclarant avoir consulté d’autres sources (« otras ») que celles constituées respectivement, par l’histoire d’Orose et par celle des Princes de Rome, Alphonse X exhibe la richesse de la base infratextuelle de son Histoire. Cependant, en employant le verbe « acuerdan » qui atteste une concordance, il révèle du même coup que cette consultation de sources diverses et variées s’effectue sur le mode de la confrontation. En ce sens, par le recours à « acuerdan », il témoigne d’un résultat, en l’occurrence dans le présent cas, celui d’une confrontation « heureuse ».

49Ce type de segment peut donc être tenu pour un marqueur de « compilation réussie ». Toutefois, la présence de l’indéfini « otras », avec sa valeur de partitif, indique, certes de façon implicite, qu’il existe d’autres sources qui, elles, ne sont pas concordantes, mais que le compilateur a délibérément laissées de côté pour privilégier celles-ci. Le rôle de ces « marqueurs » qui intègrent un indéfini « partitif » tel que « otras » non précédé de l’article défini, n’est pas à négliger, dans la mesure où l’attention portée à ces derniers, nous permet de reconstituer, en filigrane, l’image d’un compilateur qui, en cas de « désaccord » ou de « divergence » entre les sources, s’arroge le droit de privilégier les versions qui lui semblent les plus recevables (soit sur le plan de la vraisemblance, soit sur celui de l’idéologie, les deux étant, par ailleurs, liés).

50Mais l’exercice de cette fonction « critique », par laquelle le compilateur s’autorise à « trancher » entre des versions concurrentes et à occuper de la sorte une position « en surplomb », peut être atténué, moyennant l’argument du « plus grand nombre », grâce auquel il déclare se ranger à l’avis général :

  • 54  Ibid., p. 44.

De esta manera que uos auemos contado se mato la reyna Dido con su mano, con ell espada misma que Eneas le diera, por grand pesar que auie del por que la dexara e se fuera ; y en esto se acuerdan todas las mas estorias que dello fablan54.

51Il nous faut donc distinguer deux types de marqueurs de « compilation réussie » : ceux qui sont « absolus », c’est-à-dire qui rendent compte d’une concordance entre toutes les sources consultées et dont un exemple paradigmatique est « E segund cuentan las estorias que fablan dello », et ceux qui sont « relatifs » en ce qu’ils témoignent d’une compilation réussie, uniquement en raison de l’interventionnisme d’un compilateur qui a écarté les versions divergente. Ce sont bien entendu les « marqueurs » construits à partir de l’indéfini « otro(a)s » dans sa valeur de « partitif ».

  • 55  Ibid., p. 37.
  • 56  Ibid., p. 38.

52Il n’est donc pas étonnant que le texte soit aussi émaillé de ce qu’il conviendrait d’appeler des marqueurs de « compilation en échec », lesquels sont construits à partir d’indéfinis (« algunos », « otras ») marquant une alternative. Dans ce cas, au lieu d’écarter une version et de privilégier une autre, le compilateur juxtapose les deux versions. C’est ainsi qu’il procède, par exemple, quand il évoque les deux versions « inconciliables » du suicide de Didon, le titre du chapitre relatif à la première version est le suivant : « De cuemo murio la reyna Dido segund que algunas estorias cuentan »55. En fin de chapitre, est annoncé le récit de la seconde version comme suit :« Pero otros cuentan que esta reyna Dido se mato… »56. En juxtaposant les deux versions et en « promouvant » une certaine concurrence entre elles, le compilateur semble référer à la liberté de jugement et d’appréciation de son lecteur. Pourtant, très rapidement, cette « illusion » de liberté se voit détruite lorsque ce même compilateur impose à son lecteur sa propre hiérarchie « intertextuelle », en favorisant finalement une des deux versions concurrentes. Nous en avons donné un exemple précédemment, à travers la citation qui réfère à la conclusion qu’Alphonse formule à propos de la seconde version de la mort de Didon.

53Dans ce cas, le compilateur qui exerce sa fonction critique (même si elle se limite ici à l’expression d’un accord avec le plus grand nombre) sous les yeux de son lecteur, et non pas dans les secrets de son atelier, paraît agir en toute transparence. En réalité, il n’en est rien puisque le recours à l’argument du plus grand nombre lui permet de masquer qu’il favorise la version « poétique » du suicide, au détriment de la version « historique », d’autant que la mention des auctores responsables de cette version « poétique » s’était réalisée au moyen de l’indéfini « otros ».

54Les divergences entre les versions consultées peuvent être plus ténues et se limiter à des « détails » qui, absents d’une source, sont contenus, en revanche, dans une autre. Le compilateur signale généralement ces variations, par des formules telles « pero algunos dizen » qui lui permettent, en fin de parcours, d’introduire le détail significatif tout en spécifiant qu’il provient d’une source autre que celle qu’il avait suivie jusqu’ici :

  • 57  Ibid., p. 10

E por aquellos iuegos que el fizo alli dizen algunos que puso a aquella tierra nombre Lusitanna, que quier dezir en romanz tanto como iuegos de Ana57.

  • 58  Ibid.

[…] e algunos dizen que, por despecho quel fizieron los daquella tierra, que passo aquend mar en Espanna e poblo otra uilla que dizen Carthagena58.

55Il est alors en mesure d’apporter un surplus de connaissances et il ne se prive pas de le faire, isolant ainsi dans la masse des « sources », celles qui présentent ces détails qui ont leur importance.

  • 59  Ibid.

56Cependant, en servant de l’indéfini, « dizen algunos »,« e algunos dizen »59, il ajoute au « brouillage » quantitatif, un « brouillage » qualitatif, puisqu’il ne donne pas les moyens d’identifier le « nombre » de « sources » concernées pas plus que leur « nature ».

57Il révèle ainsi qu’il distille l’information comme bon lui semble et qu’il se réserve le droit d’« améliorer » une version, en lui ajoutant des détails qu’elle ne contenait pas, ce qui lui permet d’ordonner et de ré-ordonner la vérité :

  • 60  Ibid., p. 77.

Las razones que nos fallamos que Lucano dixo de los fechos que Julio Cesar fizo en Espanna, contadas las auemos aqui, et daqui adelant diremos otrosi de lo que las estorias cuentan60.

  • 61  Ibid., p. 57.

Onde cuentan las estorias que fueron y aduchos desta guisa leones et elefantes, et bubalos et otras bestias et animalias muy mas estrannas que estas, et tantas de ellas que serie muy luenga cosa de contar ; et aun, segund diz Plinio, y auien la aue que dizen fenix, et por esto entendet que segund aquellos que lo cuentan, que destas aues no a mas de una61.

58Il est donc évident que le compilateur de l’Histoire exhibe sa pratique, soit en indiquant la « refonte » des autorités qu’il réalise dans son texte, soit en juxtaposant les versions contradictoires pour mieux guider ensuite le lecteur dans le choix de la bonne version, soit en ajoutant des détails à des versions qu’il juge incomplètes. Dans tous les cas, ce qui est manifesté, c’est une relation critique envers les sources, relation qui ne prend sens qu’en regard d’une base infratextuelle dont la richesse et la densité sont affichées pour mieux faire ressortir que cette relation est prise en charge par un sujet qui cherche aussi à se représenter dans le discours qu’il produit.

La fonction de régie explicite

59Les marqueurs de compilation qui sont disséminés dans le texte renvoient, on l’a dit, à un sujet énonçant qui se désigne implicitement comme l’artisan de la « refonte » des discours différents, voire divergents, dans un discours cohérent et continu : le sien. On peut, en effet, noter que si l’énonciateur assume « mollement » (ou plutôt fort habilement !) l’inscription de la fonction d’indexation, s’il est avare de détails sur les sources qu’il a effectivement consultées, il se montre, au contraire, nettement plus rigoureux et assidu dans l’inscription de la fonction de régie ou de contrôle. Cette fonction de régie est, en réalité, le contrepoint de la fonction critique d’autorité, car elle a pour objet premier de rappeler que le discours produit est totalement pris en charge par un énonciateur qui n’hésite pas à montrer qu’il est en mesure non seulement d’en assurer l’organisation interne mais aussi de commenter celle-ci de façon explicite, en indiquant par exemple le bien-fondé de ses choix, les orientations qu’il a suivies, etc.

  • 62  Si l’on en croit Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 2 t.,Paris : Gallimard, 196 (...)
  • 63  Voir aussi pour l’affirmation d’une telle conscience ou « voix » auctoriale, Fernando GÓMEZ-REDOND (...)

60À la différence de la fonction critique d’autorité qui était vue davantage comme une fonction visant à assurer l’ordonnancement des « sources » au sein du récit, selon les modèles historiques disponibles ou à inventer, la fonction de régie explicite (fonction métanarrative), qui se trouve corrélée à la fonction narrative62, renvoie, pour sa part, à l’existence d’un sujet énonçant qui s’exhibe véritablement en se mettant en scène et en donnant à voir les procédés (ou plus familièrement les « ficelles ») narratifs dont il s’est servi pour construire et organiser son récit. De fait, la mise en évidence de cette fonction témoigne sans ambiguïté aucune de l’affirmation d’une conscience auctoriale63, sûre de son bon droit, et désireuse de légitimer, par ce biais, la position « en surplomb » qu’elle avait déjà commencé d’assumer, au travers de la fonction critique d’autorité.

Les marques énonciatives du sujet énonçant : la fonction métanarrative

61Pour bien comprendre le rapport de complémentarité, mais aussi le rapport possiblement hiérarchique, qui s’établit entre les deux fonctions – la fonction critique et la fonction de régie –, il faut examiner leur ordonnancement mutuel dans le texte. Ainsi, on peut remarquer que l’énonciateur, après avoir indiqué les « sources » existantes et signalé celles qui lui semblent pertinentes (fonction critique), revendique de façon explicite son droit à « utiliser » uniquement celles qui s’inscrivent dans le droit fil de son « projet » narratif :

  • 64  Ibid., p. 4-5.

Tod esto cuenta Moysen en este sobredicho libro, que es en comienço de la Biblia. Mas por que no fablo de cuemo aquellos que se partieron a quales tierras fueron poblar, queremos lo contar en est estoria, segun lo fallamos en las estorias antiguas ; e dezimos lo assi64.

62Ce faisant, non seulement il souligne la sélection qu’il opère mais explique, en plus, les raisons qui ont présidé aux choix qu’il a effectués, en mettant ainsi en évidence l’existence d’un projet global qui sous-tend l’ensemble d’une démarche dont la dimension critique devient alors évidente. En effet, nous sommes très loin de la méthode « accumulative » qui pourrait sembler être au fondement de la pratique de la compilation. Tout en reconnaissant être en possession de nombreuses sources, l’énonciateur n’hésite pas à justifier la nécessité de la méthode « sélective » qui est la sienne, ce qui lui permet par ailleurs de manifester le tri qu’il opère entre la « matière » adéquate et celle qui, selon lui, est « hors sujet » :

  • 65  Ibid., p. 5.

De Asia e de Affrica oydo auedes ya en otros libros quamanna son e quales, mas aqui queremos fablar de Europa por que tanne a la estoria de Espanna de que uos queremos contar, onde dezimos assi : que despues que desampararon […]65.

63Cette mise en scène d’un sujet énonçant, qui contrôle chacun de ses gestes d’écriture, atteint son point culminant, dans le déploiement d’un incessant jeu de renvois internes grâce auquel ce sujet organise la fonction de « guidage » de son lecteur. Il est frappant de constater que cette fonction de guidage, quoique, de toute évidence, orientée vers le destinataire du texte, paraît tout autant destinée à satisfaire le « narcissisme » d’un narrateur s’assurant, au miroir de ces renvois, de la projection de son reflet d’« auteur » efficace.

Le plaisir de l’auto-contemplation

  • 66  Ibid.
  • 67  Ibid., p. 6-7.
  • 68  Ibid., p. 12.
  • 69  Ibid., p. 277.

64En effet, cette « auto-projection », perceptible surtout dans les premiers chapitres de l’Histoire, est manifestée dans la formulation même des marqueurs de « guidage », laquelle, on l’a dit, semble orientée, moins vers le destinataire du texte, que vers son « producteur ». On trouve ainsi au chapitre 266,« assi cuemo uos dixiemos », « todo lo que es destos terminos, que uos dixiemos, heredaron […] », au chapitre 367, « Et aquestas gentes de que uos dixiemos », « assi cuemo uos contamos […] », au chapitre 1168, « […] fue y coronado por rey Pirus, so yerno, de que uos dixiemos […] », au chapitre50069,« Despues desto murio assi como uos dixiemos […] », etc.

65S’il est vrai que l’inscription textuelle du «uos » témoigne d’une tension vers le lecteur, les dizaines d’occurrences de la forme « nos » suivi de « dixiemos », « contamos », « fablamos », semblent désireuses d’effacer ce « lecteur » pour mettre en avant la primauté du sujet énonçant.

  • 70  R. BARTHES, « Le discours de l’histoire »…, p. 167.

66En ce sens, l’Histoire se présente comme un texte qui se prévaut des « signes de destination »70, pour valoriser et mettre l’accent sur la « création », sur l’acte d’énonciation lui-même.

67Or, précisément, les constants rappels (dont la forme canonique est du type : « assi cuemo uos dixiemos ») qui émaillent le texte, sont à mettre en relation avec un sujet qui, par ces formules, atteste le pouvoir qu’il est en mesure d’exercer sur la « matière » des autres. Les renvois internes concernent, en effet, son « dire » à lui, et non celui des auctores. Il est donc possible d’interpréter cette « exhibition » du « nos » énonçant, comme une autre forme de stratégie de mise à distance ou brouillage des « voix » des auctores. Dans le face-à-face qu’il instaure avec son lecteur, le « nos » énonçant s’évertue ainsi à rappeler que c’est lui, l’instance d’organisation et de contrôle, et ce, quel que soit le nombre de ses références textuelles à des écrits ou scripteurs prestigieux (auctores).

68Toutefois, il peut sembler curieux que l’énonciateur choisisse d’adopter une stratégie aussi « ouverte », en revendiquant de manière si affirmée l’« autorité » du « dit », alors qu’on s’attendrait plutôt à une stratégie de repli. En réalité, ce modus operandi relève d’un stratagème soigneusement préparé, dont l’objectif est triple :

  • 71  P.C.G., p. 5. Le « gras » est de nous.

De Asia e de Affrica oydo auedes ya en otros libros quamannas son e quales, mas aqui queremos fablar de Europa por que tanne a la estoria de Espanna de que uos queremos contar, onde dezimos assi : que pues que desampararon aquellos de fazer la torre e derramaron por el mundo, los fijos de Sem, ell hermano mayor, heredaron Asia, mas non toda ; los fijos de Cam, ell hermano mediano, heredaron toda Affrica ; mas los fijos de Japhet, ell hermano menor, començaron a heredar desde Amano e Thoro que son dos montes en la tierra que es llamada Cilicia, e de Siria la mayor, que son amas en Asia, et heredaron a buelta con ellas toda Europa desde la gran mar, que cerca toda la tierra, que es llamado en griego Oceano, fasta la otra mar que llaman Mediterraneo por que ua por medio de la tierra e faze departimiento entre Europa e Affrica, e acabasse Europa encabo dEspanna en Caliz, que es llamada ysla dErcules, o se ayuntan amas mares sobredichas. Onde estos tres linages desque ouieron partidas las tierras, assi cuemo uos dixiemos, nos touieron por complidos de lo que auien, e punnaron en toller se las tierras los unos a los otros […]71.

69Il s’agit, en premier lieu, après avoir développé un propos d’une certaine longueur, d’introduire une formule de reprise grâce à laquelle ce propos est tout à la fois « résumé » et « reformulé ». Cette « reformulation » (second objectif) intègre généralement une dimension « axiologique », car l’énonciateur tend alors à recourir à une terminologie « marquée ». Ainsi, on peut noter dans l’extrait cité, le passage de « fijos » à « linages », c’est-à-dire d’un vocabulaire « courant », de type orthonymique, à un vocabulaire à connotation « politique ». Parce qu’elle est aussi un redressement du sens (nous y reviendrons plus avant), cette « reprise » constitue une façon de « récupérer » le lecteur, lequel, s’il se montre distrait, peut se retrouver piégé par une « lecture » qui n’est pas forcément la sienne.

  • 72  Olivier SOUTET, Claude THOMASSET, « Des marques de la subjectivité dans les « Mémoires » de Commyn (...)

70Si nous avons pris le parti d’insister sur le caractère stratégique de ces formules de reprise, c’est pour mieux faire apparaître, à travers la prise de pouvoir qu’elles supposent sur le « lecteur », comment elles connotent également ce qui s’apparente chez l’énonciateur à un « plaisir » de l’« énonciation » et de l’« intelligence »72. En effet, cet énonciateur semble se délecter du pouvoir que l’autorité qu’il a sur son texte, lui confère sur son lecteur (et inversement), ainsi que des possibilités illimitées que ce pouvoir lui offre pour affirmer sa primauté sur la population des autres « énonciateurs » potentiels. On peut donc interpréter la réitération de ces formules de reprise comme une stratégie de valorisation d’un énonciateur, heureux de s’assurer, avec une régularité digne d’un métronome, qu’il sait « administrer » un texte parce qu’il sait ne rien oublier d’essentiel à la progression logique des événements, dont il a une parfaite maîtrise. L’Histoire d’Espagne peut, en ce sens, être perçue comme l’histoire de la création d’un « auteur » et d’un « texte ».

  • 73  Ibid., p. 20.
  • 74  Ibid., p. 25. On trouve également de nombreux autres exemples : chapitre 40 : « Mas agora dexa ell (...)

71Vue sous cet angle, l’introduction, déjà signalée, d’une variante dans la formulation, à partir du chapitre 27, semble nettement moins énigmatique ou contradictoire, qu’il n’y paraît au premier abord. Ce « nos » auctorial, qui était jusqu’alors sujet grammatical des verbes « dezir », « fablar » ou autres verbes de sémantisme analogue, en s’effaçant pour céder la place à un sujet abstrait « ell estoria », témoigne d’une volonté de souligner la « naissance » d’un texte historique qui a pris corps et est désormais en droit, à l’instar de ceux qui l’ont précédé et auxquels il s’adosse, d’assurer, de façon autonome, la prise en charge de son propre récit, de sa propre histoire. Ainsi au chapitre 27, on peut lire, « Mas agora dexa ell estoria de fablar dellos e torna a contar de cuemo los romanos enuiaron a Cipion el mancebo a Espanna »73.Au chapitre 36, on trouve de même,« Mas agora dexa ell estoria de fablar desto, e torna a contar de cuemo Annibal se torno a Affrica e de lo quel auino con Cipion »74.

72L’effacement « en surface » de l’énonciateur sert donc, en réalité, à travers l’événement de cette « naissance » textuelle, à attester l’identité « construite » d’un sujet auctorial qui n’a plus besoin dès lors de revendiquer, avec autant de « vigueur », le premier plan.

73En ce sens, les préoccupations du sujet énonçant, à l’égard de la modulation en volume du texte, ne peuvent que confirmer son souci de maîtriser au mieux cette double « création ».

La modulation en volume du texte

74Il est évident que le sujet énonçant est conscient de l’étendue de son pouvoir : pouvoir de choisir, de filtrer, de faire accéder à l’existence ou de réduire à l’oubli. Cette conscience qui manifeste une identité d’« auteur » construite et souveraine, se révèle dans le soin constant que le sujet énonçant prend à expliquer, justifier et donc valider a posteriori toute une série de choix d’écriture. Ceux-ci peuvent concerner l’ordonnancement du récit :

  • 75  Ibid., p. 5.

[…] conuiene que uos digamos primero quamanna es Europa e quantas otras tierras se encierran en ella75.

  • 76  Ibid., p. 31.

Mas por mostrar esto mas complidamientre, queremos contar como fue primeramientre poblada Cartago, e quales fueron los que la poblaron76.

75Ils peuvent également en souligner une articulation, en renvoyant à la mention d’un propos antérieur :

  • 77  Ibid., p. 121.

[…] auino assi que Agripa, fijo de Herodes Agripa, de qui uos dessuso fablamos, uiuie en Roma con Claudi ell emperador77.

76Il n’est pas rare non plus que l’énonciateur s’attarde à justifier une lacune de son texte, par l’évocation d’une documentation inexistante ou inaccessible :

  • 78  Ibid., p. 215.

Del quinto anno no fallamos escripta ninguna cosa, si no tanto que fue el primero dell imperio de Marciano78.

  • 79  Ibid., p. 279.

Del segundo anno fastal quinto del regnado del rey Cindasuindo non fallamos ninguna ocsa que de contar sea que a la estoria pertenesca et en estas cosas passaron79.

  • 80  H. LAUSBERG, Manual de retórica…, p. 269 : « El quantum satis est (Quint. 4, 2, 45) constituye la (...)

77Cependant, il ne fait aucun doute que les interventions les plus significatives (et les plus fréquentes) de l’énonciateur témoignent d’un souci constant d’assurer une maîtrise, aussi parfaite que possible, de la quantité informative, que nous avons qualifiée de modulation en volume. Il est évident que ce souci traduit une allégeance aux exigences rhétoriques de la breuitas, lesquelles sont à mettre en relation avec le « quantum satis est »80, c’est-à-dire avec la quantité d’informations pertinente par rapport au sujet traité. On doit noter cependant que, dans l’« esprit » de la rhétorique classique, cette vertu, tout autant que les autres (puritas, perspicuitas, ornatus) est seulement appelée à commander en sourdine l’opération d’écriture, sans qu’il soit jamais question de la mettre en scène dans le récit. Or, quand l’énonciateur indique, à chaque « carrefour » de la narration, les choix qu’il opère et les raisons qui président à ces choix, et que ces raisons concernent le « volume » informatif pertinent pour son projet, il exhibe cette exigence de brevitas aux yeux du lecteur, en dévoilant de la sorte les « artifices » rhétoriques qui sont au fondement de son écriture. Ce jeu de dévoilement le conduit ainsi à un détournement savamment orchestré des lois mêmes de la rhétorique, et à une distanciation qui renvoie à la déconstruction que nous avons déjà évoquée.

78C’est le cas quand ces interventions servent à expliquer de façon argumentée les raisons du traitement privilégié que reçoit tel ou tel autre personnage, c’est-à-dire les hiérarchies internes du récit, en fonction des priorités qui sont les siennes :

  • 81  Ibid., p. 5.

E cuemo quier que los fijos de Cam e de Japhet ganaron alguna cosa en Asia por fuerça, nos non queremos fablar de los otros linages, fueras solamientre de los fijos de japhet, por que ellos fueron comienço de poblar Espanna81.

  • 82  Ibid., p. 7.

[…] mas por que los sos fechos no fueron muy sennalados pora contar en est estoria, tornaremos a fablar de Hercules, que fue ell omne que mas fechos sennalados fizo en Espanna en aquella sazon, lo uno en conquerir las tierras, lo al en poblando las82.

  • 83  Ibid., p. 9.

Mas agora tornamos a fablar de Hercules por contar los fechos que fizo en Espanna83.

  • 84  Ibid., p. 10.

Mas por que esto non non conuiene a los fechos dEspanna, dexamos de fablar dello, e tornamos a contar dErcules e de las cosas que fizo en Espanna depues que uencio a Caco84.

79De fait, l’exercice de la fonction de régie est pour le sujet énonçant, le moyen idoine de rappeler sans cesse son pouvoir sur le texte : c’est lui et lui seul qui organise son récit, de l’intérieur, sur la base des seules exigences de son projet. Il importe, en effet, au sujet énonçant de montrer, de démontrer sans cesse qu’il n’assume pas le statut d’« actor », même s’il a sacrifié par ailleurs aux contraintes que lui impose l’imaginaire d’autorité. C’est pourquoi il occupe un « entre-deux » puisque, tout en assurant l’indexation de son récit à des « sources » autorisées, il n’a de cesse que cette indexation soit simultanément le siège d’une critique des sources.

80De fait, si le détournement des sources constituait une première étape dans la construction de son auteurité, un pas bien plus décisif est franchi dans la manière qu’il a d’exercer la fonction de contrôle. En « truffant » son texte de « marqueurs » qui renvoient à son « faire » de narrateur, de critique, de commentateur, l’énonciateur cherche à être omniprésent, et surtout à convaincre son lecteur de son « omnipotence ». C’est pourquoi il lui importe d’assurer à tous égards l’« effacement » des autres concurrents potentiels, « effacement » que lui-même avait déjà entrepris d’assumer.

  • 85  Par « discours », É. BENVENISTE, Problèmes de linguistique…, p. 242, entend : « […] toute énonciat (...)
  • 86  Nous procéderons à l’examen de la « fonction modalisante » dans la section suivante, car il nous s (...)

81Quelques commentaires d’ensemble s’imposent : il convient, en effet, de souligner la place importante qu’occupe le plan du « discours »85 (au sens de Benveniste) dans l’économie générale du texte alphonsin. Nous avons déjà commencé d’identifier cette place à travers les marques énonciatives d’un « locuteur » qui intervient dans le texte pour expliciter sa démarche, ses choix, faire des annonces, déplorer une documentation lacunaire, etc. L’emploi du présent de l’indicatif est à cet égard significatif de cet embrayage sur le moment de l’énonciation (« repérage déictique »), d’autant qu’il est accompagné de façon quasi systématique de l’adverbe « agora ». Cependant, cet empire du discours est repérable au travers d’autres signes tout aussi manifestes, représentés par exemple par la modalisation86 et les marques énonciatives de l’allocutaire.

Les marques énonciatives de l’allocutaire : la fonction communicative

  • 87  La fonction modalisante, que nous analyserons ci-après, en est une autre.

82Il n’est pas exagéré d’affirmer que la fonction communicative (ou phatique) constitue une sous-fonction essentielle de la fonction de régie87 telle qu’elle s’exerce dans le discours de l’Histoire. Cette fonction qui consiste à s’adresser à l’allocutaire pour agir sur lui et maintenir le contact nous permet de revenir sur le rôle central qu’occupe ce dernier dans la stratégie énonciative alphonsine. En effet, si nous avons choisi ici pour des raisons d’ordre méthodologique de traiter la fonction communicative séparément de la fonction métanarrative que nous venons d’examiner, il faut reconnaître cependant leur indissociabilité, attendu que la fonction de régie explicite ne s’entend que rapportée à l’allocutaire qu’elle présuppose.

  • 88  Pour le choix de marqueurs de l’oralité, voir Fernando GÓMEZ REDONDO, « La voz y el discurso… », p (...)

83Le texte alphonsin comporte de très nombreuses marques énonciatives d’un allocutaire qui est sans cesse interpelé, convoqué, sollicité. Si, au départ, comme on l’a dit, les formulations mettaient l’accent davantage sur ce que le locuteur avait « dit » à l’allocutaire (« uos dixiemos »), très rapidement (en réalité, dès le chapitre 3), on note un déplacement, puisque celles-ci visent à faire ressortir ce que l’allocutaire a « entendu » ou entendra88 :

  • 89  Ibid., p. 7.

Hya oystes de suso contar de cuemo se partieron los lenguajes en Babilonia[…]89.

  • 90  Ibid.

[…]assi cuemo adelant oyredes en est estoria[…]90.

  • 91  Ibid., p. 10.

Ya oyestes desuso cuemo Caco fue uendido y Hercules[…]91.

  • 92  Ibid., p. 12.

Depues que fue soterrado el rey Espan en Caliz, assi cuemo oystes, fue y coronado por rey Pirus, so yerno, de que uos dixiemos[…]92.

  • 93  Ibid., p. 14. On peut citer aussi ces autres exemples : chapitre 18 : « E quando passo a Espanna, (...)

E fueron assi poblando […] fasta que uino el rey Pirus, el que fue yerno del rey Espan, assi cuemo de suso oystes[…]93.

84L’« adresse » à l’allocutaire peut être plus directe, lorsque c’est l’usage de l’impératif qui est requis :

  • 94  Ibid., p. 118.

Luego que ell emperador Cesar Gayo fue muerto, leuantosse grand desauenencia en la cibdat de Roma entre la cort et los caualleros et el pueblo. E sabet que eran llamados cort los senadores et los consules […]94.

  • 95  Ibid., p. 249.

Et agora sabet aqui los que esta estoria oydes que los godos, los ostrogodos, los vuandalos, los alanos et los sueuos que touieron la porfia daquella mala secta desdell tiempo dell emperador Valent fasta aquella sazon […]95.

85À la lumière de ces quelques exemples, que dire ?

86On peut remarquer que si le locuteur s’adresse à son « allocutaire » pour vérifier la bonne tenue de son « attention », créer et maintenir un contact permanent, il paraît surtout très soucieux de « guider » et d’« encadrer » sa « compréhension » du texte en soulignant les points stratégiques du discours qu’il a tenu, tient ou tiendra. En effet, un rapide coup d’œil aux divers exemples cités suffit à manifester que chacune des « adresses » à l’allocutaire constitue pour le locuteur une occasion favorable à une « reprise », sous forme de résumé, du discours antérieur. En « imposant » de façon presque systématique à l’allocutaire, une version condensée, « ramassée » des « faits » qui viennent d’être contés, le locuteur lui « inflige » sa propre vision des choses, tout à la fois au niveau du « contenu factuel » (ce qu’il juge pertinent de garder en mémoire) et de « l’orientation axiologique » qu’il convient d’en donner. Or, il est clair qu’en « résumant » ce qu’il a lui-même déjà « réécrit », le locuteur « verrouille » doublement l’espace de « lecture » de l’allocutaire en cherchant à contrôler strictement tous les « possibles » de la lecture de celui-ci. Ce locuteur cherche ainsi constamment à prévenir et/ou redresser toute dérive interprétative : c’est ce qui le conduit à ponctuer très régulièrement son texte de « résumés » succincts qui ont pour fonction de récupérer en chemin le « lecteur » fautif.

87De fait, la fonction communicative telle qu’elle s’exerce dans le texte de l’Histoire s’apparente, du fait de ce didactisme exacerbé, plus à une fonction « répressive », qu’à une réelle fonction de contact. L’importance qui, au plan de l’énonciation, se voit accordée au « discours » pourrait donc s’expliquer par la nécessité pour le sujet énonçant de « s’exhiber » comme « maître du jeu ». Or, s’il avait sacrifié aux principes de l’écriture du récit historique, tels qu’ils sont énoncés par Benveniste, c’est-à-dire en privilégiant le plan du « récit », ce sujet se serait retrouvé entièrement dominé par un « récit » parlant de lui-même, ou alors du dehors, depuis un autre lieu qui serait celui des auctores. La nécessité de faire du « lieu » de l’Histoire, le « lieu » de sa propre parole le conduit à se mettre en scène et à organiser ce qu’il dit dans la « catégorie de la personne ». Le « discours », perçu comme plan d’énonciation, n’est rien moins alors qu’un « tremplin » vers l’auteurité : il est ce par quoi un scripteur peut abandonner son rôle de « stratège assujetti » pour s’énoncer comme « locuteur », comme « sujet ». L’hybridation des éléments propres au « repérage anaphorique » (plan du récit) et de ceux caractéristiques du « repérage déictique » (plan du discours) se réalise de façon tellement inégale qu’elle finit par produire un texte historique où c’est curieusement l’effet « discours » qui prédomine.

88Seulement cet « effet » peut être de prime abord trompeur. S’il peut, dans un premier temps, donner à croire en l’image d’un locuteur entièrement « tourné » vers un allocutaire qu’il veut « accompagner » patiemment, tel un guide plein de sollicitude, une simple analyse suffit à révéler que cette inscription massive des marques de subjectivité a surtout pour objet de projeter dans le discours l’ombre quasi menaçante d’un sujet qui veut éliminer tout vertige des possibles, en forgeant un texte « fermé » à toutes les lectures que lui-même ne postule pas.

89En ce sens, l’examen des modalités de construction de l’auteurité dans l’Histoire serait grandement incomplet s’il n’intégrait pas, outre l’analyse du mode d’inscription de la fonction idéologique, une réflexion sur ses effets.

La fonction idéologique : de la construction spéculaire d’un roi et d’un sujet du roi

L’inscription d’un système axiologique

90Si on se fonde sur la prégnance du plan « discours » dans l’écriture de l’Histoire d’Espagne, il est clair que l’importance qui se trouve attribuée à la catégorie de la personne révèle la place qu’occupe la fonction modalisante dans la construction de l’auteurité. Cette fonction qui exprime globalement le rapport que le « narrateur » entretient avec l’histoire qu’il raconte est loin d’être étrangère à la catégorie de l’évidentialité, puisqu’elle met en relation savoir et subjectivité. En effet, lorsqu’elle est perçue comme testimoniale, elle est centrée sur l’« attestation », c’est-à-dire sur le degré de certitude ou de distance que le narrateur exprime à l’endroit de ce qu’il raconte. Nous avons vu, d’une part, que l’énonciateur de l’Histoire ne se privait pas d’engager, quand il en ressentait le besoin, une relation critique à l’égard de ses « sources », et que d’autre part, il n’hésitait pas à revendiquer la pleine « assomption » de l’énonciation qu’il profère, en l’exhibant comme « sienne », à partir d’un certain nombre de marqueurs de subjectivité.

91Il nous revient maintenant d’examiner la dimension plus proprement « modalisante », entendons par là, celle qui prend en compte l’« émotion » que l’énonciateur est susceptible d’exprimer à l’endroit de ce qu’il narre et l’« évaluation » qu’il porte sur les actions et les situations qu’il rapporte.

92Pour bien comprendre les enjeux que la fonction modalisante revêt dans l’entier du programme d’écriture de l’Histoire, il nous paraît opportun de commencer par expliciter ce programme.

Mise au jour des structures discursives du texte : la reconstruction du « premier » schéma de lecture

  • 96  U. ECO, Lector…, p. 111.
  • 97  Ibid., p. 115.
  • 98  Ibid.

93Nous chercherons à répondre brièvement à l’une des questions qu’Umberto Eco se posait naguère, à propos de la manière dont « un texte, en soi potentiellement infini, peut générer uniquement les interprétations que sa stratégie a prévues »96. Il est question en réalité de « savoir de quelle manière le Lecteur Modèle […] est orienté à la reconstruction » d’un schéma hypothétique de lecture »97. Pour Eco, c’est à partir de « la réitération d’une série de sémèmes, autrement dit de mots clefs »98 que le texte établit le « schéma ». Ces expressions, on le conçoit, sont généralement placées en quelques lieux stratégiques, comme par exemple, le titre, le prologue et les chapitres d’ouverture du texte, quoiqu’elles puissent être également abondamment distribuées. Puisque nous avons émis une hypothèse sur le caractère « répressif » du texte alphonsin, il est à prévoir qu’il se montre dirigiste dans la manière de « gérer » la reconstruction du schéma de lecture (ou topic) par le lecteur, ce qui suppose une dissémination beaucoup plus forte des « mots » et « expressions » clefs.

94Il n’empêche qu’une telle reconstruction pose un certain nombre de problèmes dans la mesure où il faut décider d’un parcours de lecture, alors que le texte peut présenter (ou sembler le faire, en tout cas), plusieurs schémas. Il en découle un problème de hiérarchisation des schémas de lecture, en fonction d’un niveau donné de sens. La reconstruction du schéma actualise donc tous les problèmes liés à l’interprétation, à la compréhension, à l’initiative du lecteur qui doit formuler une hypothèse de lecture, en fonction d’une compétence intertextuelle plus ou moins grande.

95S’agissant de l’Histoire d’Espagne, quelle réponse acceptable le texte permet-il de fournir à la question : « de quoi parle-t-on » ? On voit bien que là encore, la réponse dépend des « munitions » intertextuelles du lecteur ou, en se plaçant dans la perspective du lecteur « contemporain » d’Alphonse, de ce que ses connaissances intertextuelles certes, mais aussi (voire surtout) son savoir extra-discursif, lui permet d’inférer.

96Pourtant, il est possible, si l’on se fonde sur le contenu sémantique du prologue, de déterminer les éléments d’un « programme », à partir duquel peut s’opérer la formulation d’une hypothèse de lecture, vérifiable dans le reste du texte, et en particulier dans les treize premiers chapitres.

Le prologue

97Le prologue – seuil du texte –, constitue le lieu privilégié d’inscription du « projet » puisque le sujet locuteur s’y trouve autorisé à exposer les fondements et les motivations de sa démarche. Dans l’Histoire d’Espagne, ce qui tient lieu de « programme » se voit ainsi défini en deux temps. On peut d’abord mettre en évidence un « programme » moral lié à la visée édifiante de l’Histoire (et plus généralement de la mémoire et du savoir véhiculés par la culture écrite) :

  • 99  Ibid., p. 3.

[…] fueron sobresto apercebudos los sabios ancianos, […] et escriuieron otrossi las gestas de los principes, tan bien de los que fizieron mal cuemo de los que fizieron bien, por que los que despues uiniessen por los fechos de los buenos punnassen en fazer bien, et por los de los malos que se castigassen de fazer mal, et por esto fue endereçado el curso del mundo de cada una cosa en su orden99.

98Se détache ensuite, un « programme » politique enraciné dans un espace précis (Espanna) dont il s’agit de fonder la mémoire, à partir d’une axiologie clairement affirmée :

  • 100  Ibid., p. 4.

[…] et compusiemos este libro de todos los fechos que fallar se pudieron della, desdel tiempo de Noe fasta este nuestro. Et esto fiziemos por que fuesse sabudo el comienço de los espannoles et de quales yentes fuera Espanna maltrecha et por mostrar la nobleza de los godos […] et como por el desacuerdo que ouieron los godos con so sennor el rey Rodrigo […] passaron los de Affrica et ganaron todo lo mas d’Espanna ; et como fueron los cristianos despues cobrando la tierra ; et del danno que uino en ella por partir los regnos100.

99Il est question, en effet, de conter l’histoire de l’Espagne comme histoire de la lutte d’influences entre les « destructeurs » de cet espace et ses « (re)-constructeurs », parmi lesquels le peuple goth fait figure de fondateur. D’emblée, se dessine une « normativité » (les bons versus les méchants) qui renvoie du point de vue rhétorique au genre épidictique : distribution d’éloges (« mostrar la nobleza de los godos ») et de blâmes (« de quales yentes espanna fuera maltrecha »), de conduites à suivre et de comportements à proscrire (« del danno que uino en ella por partir los regnos »).

L’impact des treize premiers chapitres

100La prégnance de cette normativité se voit confirmée dans les treize chapitres initiaux. La réitération des sémèmes « amor » et « fuerça » qui ne prennent sens que par rapport à un certain type de dispositio, fondé sur la relation « violente » (« fuerça ») ou « légitime » (« amor »), mais toujours « verticale », s’instaurant entre un « seigneur » et un « espace » géo-politique, met en évidence le caractère « politique » qui sera donné à cette histoire :

  • 101  Ibid., p.10.

Tod estas tierras sobredichas fueron pobladas assi cuemo uos contamos, e ouo y muchos cabdiellos que fueron sennores dellas e que ouieron grandes guerras entre si ; mas […] tornaremos a fablar de Hercules, que fue ell omne que mas fechos sennalados fizo en Espanna en aquella sazon, lo uno en conquerir las tierras, lo al en poblando las101.

101L’accent est mis, dès les tous premiers chapitres, sur la nécessité d’assurer l’extension territoriale, la continuité du lignage ; c’est pour manifester une telle continuité qu’Espan est présenté comme le « neveu » d’Hercule :

  • 102  Ibid., p. 9.

Desque Hercules ouo conquista toda Esperia e tornada en so sennorio, ouo sabor dir andar por el mundo por las otras tierras e prouar los grandes fechos que y fallasse ; empero non quiso que fincasse la tierra sin omnes de so linaje, en manera que por los que el y dexasse, fuesse sabudo que el la ganara ; e por esso la poblo daquellas yentes que troxiera consigo que eran de Grecia e puso en cada logar omnes de so linage. E sobre todos fizo sennor de un so sobrino, que criara de pequenno, que auie nombre Espan […] e por amor del camio el nombre a la tierra que ante dizien Esperia e pusol nombre Espanna. […] Espan, sobrino dErcules, que finco por sennor en Espanna […]102.

102Mais l’énonciateur ne se contente pas de retracer l’histoire des différents « seigneurs naturels » qui ont dominé l’Espagne.

  • 103  Dans l’étude qu’il consacre à « La Voz y el Discurso… », p. 156, F. GÓMEZ REDONDO souligne l’impor (...)

103Il est question, à travers les divers faits narrés, de manifester que parmi les possibles stratégies de gouvernement, seules sont légitimes celles qui sont fondées sur la raison et l’amour103. Loin de laisser son « lecteur » libre de se constituer son jugement, le sujet énonçant lui impose constamment sa propre appréciation des faits. Nombre d’exemples significatifs nous sont donnés : ainsi, dans le chapitre intitulé « De como Hercules lidio con el rey Gerion yl mato », on peut lire :

  • 104  P.C.G., p. 9.

E cuando Hercules llego a aquel logar, sopo como un rey muy poderoso auie en Esperia que tenie la tierra […] y este fue Gerion, y era gigante muy fuerte e muy liger, de guisa que por fuerça derecha auie conquista la tierra e auien le por fuerça a dar los omnes la meatad de quanto auien, […] e a los que no lo querien fazer mataualos. E por esto era muy mal quisto de todas las gentes, mas no osauan yr contra el por que no auie y qui los deffender ; et cuando sopieron que Hercules uinie, enuiaron le dezir, que el, que tantos buenos fechos fiziera e tantos omnes sacara de premia e de mal sennorio, que acorriesse a ellos, e quel darien toda la tierra. Quando esto oyo Hercules, plogol mucho e fuesse pora alla ; ca maguer ell era del linage de los gigantes e muy fuerte, no era por esso omne cruo ni de mala sennoria, ante era muy piadoso a los buenos e muy brauo e fuert a los malos104.

104À travers l’opposition Gerion/Hercules se dessine un axe de positivités et de négativités représenté dans le texte respectivement par la lexie « fuerça » et par l’adjectif évaluatif « piadoso », ainsi que par les champs lexicaux qui leur sont associés (« fuerça » : « mataua los » ; « mal quisto » ; « premia » « mal sennorio », « omne cruo »/ « piadoso » : « tantos buenos fechos », « muy piadoso a los buenos », « muy brauo a los malos »).

105Ces divers évaluatifs permettent au locuteur de délimiter un double réseau de connotations (négatives pour l’un, positives pour l’autre) au moyen desquels il exprime son désaccord envers le modèle de gouvernement érigé par Gérion, et son adhésion envers celui promu par Hercule. Cet investissement axiologique a pour effet d’indiquer de façon claire et définitive les stratégies de gouvernement qu’il juge acceptables ou irrecevables, dessinant en creux dès ces premières pages une certaine image du souverain idéal. Ainsi, Espan qui fonde son modèle de gouvernement sur la raison et l’amour, se voit qualifié de façon extrêmemement laudative. Le texte se trouve alors « truffé » de « modalisateurs », le récit factuel se trouvant soumis à une interprétation constante, destinée à prévenir toute dérive interprétative :

  • 105  Ibid., p. 11.

Espan, sobrino dercules, que finco por sennor en Espanna, andudo por la tierra e fizo la poblar y endereçar, […] e com era omne sabio y entendudo, soposse apoderar della, […] e com era omne muy sabidor, fizo fazer por grand sabiduria un grand espeio […] E por que ell era omne que amaua iusticia e dercho e fazie bien a los omnes, amauan le todos tanto, que assi cuemo Hercules se apoderaua de la tirra por fuerça, assi este se apoderaua della por amor105.

  • 106  On peut citer l’exemple de Liberia, ibid. : « era much entenduda e sabidor destrolomia ».

106Ces commentaires évaluatifs qui ponctuent incessamment le discours106, assurent le repérage des figures de « seigneurs » exemplaires, au travers du couple sémantique « amour/raison ».

Le reste du texte

  • 107  P.C.G., p. 33.
  • 108  Ibid., p. 35.
  • 109  Ibid., p. 34.
  • 110  Ibid., p. 38.

107Ce parti pris de l’énonciateur continue de s’affirmer dans le reste du texte, où il apparaît qu’il demeure tout aussi attentif à la manière dont les différents « seigneurs » s’emparent des terres, conquièrent les « gens » (par des exactions ou une justice fondée sur la sagesse) et maîtrisent la gestion d’un royaume. Aussi se montre-t-il extrêmement admiratif des stratégies déployées par Jules César et Didon par exemple. Relativement à cette dernière, il convient de souligner l’ardeur qu’il manifeste à souligner son savoir-faire, son savoir-être. L’intrusion massive de modalisateurs sert à la description d’un parcours hors du commun qui soumet le récit factuel à la loi d’une évaluation extrêmement positive. Didon est modalisée tout à la fois par son vouloir-faire (elle met en œuvre un certain nombre de programmes : « por end busco carrera cuemo se pudiesse salir de la tierra »107), par son pouvoir-faire (elle dispose des compétences requises : « Mas Dido, com era muy sesuda »108), par son savoir-faire (« Dido sopo traer art e maestria »109). De fait, les énoncés des compétences modales dont elle est le sujet sont autant d’énoncés de ses performances (son /faire/ est multiple et profitable), lesquelles performances légitiment pleinement la sanction positive finale de l’énonciateur. Didon sait être reine (« Estando la reyna Dido en Carthago muy poderosa e much onrada »110), et la prospérité incontestable de la ville de Carthage est là pour le rappeler :

  • 111  Ibid., p. 36.

Dido [] fizo la cercar toda de muy grandes torres e muy fuertes muros, e de grandes carcauas e fondas, e todas las otras cosas por que ella entendio que mas fuerte serie, ebasteciola darmas e de navios, y enriqueciola tanto que todas las otras tierras que eran en Affrica tremien antel so nombre, e aun las dasia e de Europa que eran sobrel mar Mediterraneo […]111.

108De fait, le schéma de lecture de l’Histoire est sans conteste « description des modèles de gouvernement à imiter ». Mais ce schéma de lecture resterait incomplet s’il ne s’assortissait d’un second avec lequel il est appelé à fusionner.

  • 112  Lucien FEBVRE, « Avant-Propos à Charles Morazé », in : Trois essais sur Histoire et culture, Paris (...)
  • 113  Michel Meyer, Questions de rhétorique, Paris, Librairie Générale Française, 1993, p. 27.

109Il nous faut revenir dès lors sur l’autre volet du « second » programme contenu dans le prologue, lequel met en perspective l’édification des récepteurs (« los que despues uiniessen […] punnassen de fazer bien »). La narration de la chose faite (« res gestae narratio ») est alors à percevoir comme narration de ce qui aurait pu être autre si ce travail d’« édification » avait déjà été mené à son terme. En ce sens, le discours épidictique renferme déjà le discours délibératif puisque l’intérêt du récit historique est moins d’instaurer une ligne de partage entre bons et mauvais sujets que de susciter une réflexion sur le lieu que le lecteur-récepteur de cette histoire serait amené à occuper s’il était appelé à être « acteur » plutôt que « spectateur ». Or, si précisément comme l’écrit Lucien Febvre, « le passé, c’est une reconstitution des sociétés et des êtres humains d’autrefois par des hommes engagés dans le réseau des réalités humaines d’aujourd’hui »112, alors l’enjeu pour l’historien consiste bien à faire de la connaissance du passé un outil d’analyse de son présent. Si l’histoire peut constituer un terrain public où traiter de politique, l’objet premier de cette analyse est de permettre de déboucher sur « l’action politique, la décision à prendre, celle qui est la plus utile pour les personnes de la Cité »113. Autrement dit, il s’agit de susciter un jeu de rôles par le biais duquel le lecteur-récepteur − qui est au départ un « spectateur » − sera en mesure de se projeter virtuellement à la place des acteurs de la vie du passé, et être orienté à « choisir » le rôle qui lui est assigné dans le système axiologique alphonsin.

Mise au jour des structures actantielles et idéologiques : reconstruction du « second » schéma de lecture

  • 114  P.C.G., p. 31-32. Le titre du chapitre 49 est : De cuemo la cibdat de Tiro fue poblada e de la tra (...)
  • 115  Ce récit manifeste en effet la manière dont la « voix » d’Alphonse se greffe sur celle des auctore (...)

110Un bel exemple de « projection-repoussoir », c’est-à-dire d’anti-modèle de « sujet du roi » nous est donné au travers des chapitres 49 et 50114 qui racontent la fondation de la ville de Tyr et la trahison des esclaves envers leurs maîtres. Cet exemple est intéressant car, à la différence des précédents, il représente une tentative d’« objectivation » (partielle) de la subjectivité. Il nous permet ainsi de mettre en évidence la manière dont l’« identité idéologique » du texte est en prise avec son identité « stylistique »115.

  • 116  Bernard POTTIER, Théorie et analyse en linguistique (1987), Paris : Hachette, 1992, chap. 16, p. 2 (...)

111L’examen de l’expression de la modalité factuelle dans l’énoncé est de nature à éclairer ces diverses modalités, d’où la nécessité d’établir une typologie des « faire », en se fondant sur les lexèmes qui sont appelés à les exprimer : selon la nature des lexèmes, causatif ou subjectif, la structure des prédicats verbaux, il sera possible de distinguer, ainsi que le propose Bernard Pottier116, des « faire » par les actes, des « faire » par les sens, des « faire » modulés (modalisés) afin d’inférer, sur cette base la nature de l’origine des connaissances.

112Le « faire par les actes », exprimé par des lexèmes causatifs tels que « guerrear », « poblar », « echar de tierra », « matar »… n’engage pas de prise de position par rapport au dénoté : elles dessinent l’armature narrative du récit et renvoient à un certain nombre de garants, situés hors de l’espace textuel mais aussi en son sein, puisque l’énonciateur, en l’absence de marqueurs de distanciation, est le garant premier de ce qu’il énonce.

113En revanche, le « faire par les sens » correspondant, si l’on en croit Pottier « à une classe de lexèmes que l’on retrouve dans la voix dite subjective […] » ne laisse de surprendre dans un discours à la troisième personne. Ainsi en est-il du prédicat« ver » dans l’exemple suivant :

  • 117  P.C.G., p. 31.

E por que vieron que avie y unas angosturas que eran grandes fortalezas pora poderse deffender daquellos que les mal quisiessen fazer, poblaron y una gran cibdat […]117.

114Ce prédicat implique un cheminement mental, qui se traduit par une remontée vers l’avant du procès : il dénote donc une expérience intime, et comme tel, ne devrait fonctionner qu’à la première personne. Utilisé à la troisième personne, il doit être interprété comme relevant du style indirect implicite, ce qui suppose un glissement d’énonciateur. Comme il n’est guère probable que l’agent du procès ait pu communiquer directement ces informations, il faut bien admettre qu’elles ne peuvent provenir que d’un raisonnement reposant sur un certain vraisemblable référentiel. Qui a élaboré « en premier » un tel raisonnement ? L’énonciateur de l’Histoire ? Celui du texte-source consulté ? Ce raisonnement serait-il alors simplement repris ? Ne serait-ce pas plutôt « notre » énonciateur qui, sur la base des procès dénotés a opéré des déductions par inférence ?

115Même dans le cas d’une hypothèse « minimaliste » selon laquelle ce raisonnement figurerait déjà dans un des textes-sources, il ne saurait être question de dégager la responsabilité de l’énonciateur de l’Histoire. En effet, si ce dernier souhaitait introduire une distance, il aurait, soit ponctué son discours d’indices « centrifuges », soit élaboré, à partir de la charpente des faits, un raisonnement distinct.

116En s’abstenant de le faire, il a du même coup marqué son adhésion : il peut donc être tenu pour le garant de ces assertions.

117Le « faire » modalisé est exprimé par le truchement de prédicats verbaux intégrant des modaux. Il importe d’opérer une certaine catégorisation à partir d’indices qui concernent à la fois le type de procès dénoté et le modal impliqué dans l’opération. L’indice de personne, quoique essentiel, n’est pas pertinent pour cette catégorisation, puisque tous les énoncés sont à la troisième personne.

118On s’intéressera en priorité aux prédicats verbaux de la forme : querer + procès non-terminatif / aver a + procès terminatif, car il s’agira de manifester qu’ils peuvent être appréhendés, à l’instar des lexèmes exprimant un « faire par les sens » comme de vrais marqueurs d’évidentialité.

  • 118  Ibid., p. 32.

119D’abord, les prédicats de la forme querer + non-terminatif : « […] cada uno querie aver el sennorio »118.

120En dénotant, eux aussi, à la troisième personne, une expérience intime, ces prédicats, de par la non-coïncidence entre sujet d’énonciation et sujet d’énoncé qu’ils supposent, soulèvent, eux aussi, le problème du statut des informations rapportées.

121On est toujours en droit de se demander si les pensées ou réactions exprimées sont conformes à celles de l’agent ou s’il s’agit plutôt de faire dire par quelqu’un ce que l’on pense soi. La nature même du discours plébiscite la seconde hypothèse et pose ainsi l’énonciateur du texte en instance d’évaluation implicite.

122De fait, l’analyse du rôle énonciatif des lexèmes qui dénotent à la troisième personne, une expérience intime permet de les tenir pour de véritables marqueurs d’évidentialité.

123En révélant que le locuteur tire ses connaissances d’une déduction par inférence, ils instituent d’emblée le caractère seulement plausible, vraisemblable de ces connaissances.

124Aussi l’énoncé cité précédemment (« E por que vieron […] »)serait-il fortement compatible avec un adverbe modalisateur portant sur l’acte d’énonciation, tel « probablemente », qui aurait déterminé en profondeur, sous forme adjective, un verbe d’opinion (« creo que », « pienso que »…) effacé en surface. Mais l’absence de tels marqueurs révèle bien que le sujet qui est à la source de ces assertions ne veut pas être tenu pour le garant de leur vérité. Il s’agit au contraire, pour lui, de s’inscrire dans la plus parfaite clandestinité, comme en filigrane et donc d’emprunter pour la réalisation linguistique des diverses modalités des voies détournées qui, si elles ne sont pas exhibées, dans leurs expressions et leurs fonctionnements, font illusion et masquent la subjectivité qui est à l’oeuvre.

125L’analyse du cas des prédicats verbaux de la forme « aver a » + procès terminatifs ne pourra que confirmer une telle observation. Ils permettent, en effet, de mettre en relief certains choix de réalisations linguistiques qui se justifient pleinement par rapport à cette problématique de la duplicité. Il faut noter en premier lieu que « aver a » affectionne tout particulièrement les structures de conséquence :

  • 119  Ibid.

[] levantos un rey duna tierra que llamavan Escalona, e guerreolos tan fierament que no lo pudieron soffrir ; e con coyta del, ouieron se los mas dellos a meter se en navios por la mar fasta que fallaron una ribera […]119.

  • 120  Ibid.

Y esta guerra duro luengo tiempo ; pero en cabo fueron vençudos los de Persia, ca de guissa sopieron los de Tiro sofrillos e deffender se dellos, que por fuerça los ovieron a vencer […]120.

126Les procès ainsi dénotés sont présentés comme la résultante logique et nécessaire d’une série d’actes, de faits ou de circonstances qui sont énoncés en structure de cause ou qui se présentent comme tels. Le schéma le plus récurrent est le suivant : « Por que A, B » mais on trouve aussi « B ca A ».

127Le recours quasi systématique à la structure « Por que A, B » (au détriment par exemple de celle « B por que A ») révèle qu’il est question de justifier, plutôt que d’expliquer. D’où un « Por que » équivalent à un « Puesto que ».

128Tout se passe comme si c’était l’événement décrit en B qui se trouvait placé sous le joug de l’hypothèse, alors même que c’est le monde posé en A qui relève d’un tel ordre. Cette inversion de l’ordre de la chronologie de raison permet précisément de camoufler le caractère hypothétique de A, puisque c’est A, et non B qui est présenté comme admis par le destinataire.

129De sorte que la relation « Por que A, B » doive rétroactivement être interprétée comme Puisque B, peut-être A, alors qu’elle tend à vouloir se faire comprendre comme Puisque A, B.

130C’est, en effet, sur la base de l’existence de B que se construit l’échafaudage sémantique qui confère à A une certaine existence.

  • 121  B. POTTIER, Théorie et analyse…, p. 213.

131On comprend bien ce que cache le rejet de la structure d’hypothèse introduite par Si : « considérée comme une attitude modale corrélative d’une thèse[…] »121, l’hypothèse est trop liée à la modalité épistémique pour avoir droit de cité. Non seulement elle aurait obligé le locuteur à restituer l’ordre de la chronologie de raison (détournant ainsi l’hypothèse de B vers A) mais de plus, elle aurait dénoncé le caractère seulement vraisemblable, plausible du propos, révélant ainsi que ce qui est asserté ne procède que d’un échafaudage sémantique.

132L’atténuation de la force d’un propos qui ne serait plus perçu alors comme « vérité vraie » aurait donc pour conséquence de détourner l’attention du destinataire, de l’objet du discours vers le sujet discourant.

  • 122  P.C.G., p. 31.
  • 123  Loc. cit.

133La faible occurrence de la structure « B ca A » s’explique alors par sa faible rentabilité, du point de vue de la légitimation de A. Cette structure présente, en effet, le désavantage, comparativement à celle « Por que A, B » de ne pas contraindre le destinataire à admettre A. Dans « B ca A » la justification A n’est pas l’objet de l’acte de parole, de par l’orientation exclusive de la structure vers B. Elle n’a donc de pertinence que lorsque B implique un constat de réalisation (ex : « […] fueron vençudos los de Persia […] »122) qui confère déjà à A une valeur de réalisation (« […] ca de guisa sopieron los de Tiro sofrillos e deffenderse […] »123).

134C’est pourquoi le locuteur préfère recourir à des formes d’expression qui relèvent de la modalité factuelle, lesquelles non seulement masquent la prise en charge épistémique mais de plus, instaurent une relation de nécessité – physique – entre A et B par laquelle l’aléthique est supposé. Il n’est pas rare non plus de trouver le schéma « Por que A, B, de guisa (assi) que C » qui renvoie au niveau le plus complexe de l’échafaudage sémantique.

  • 124  Voir C. MENCÉ-CASTER, « Du rôle des modalités dans la construction de l’ethos discursif du locuteu (...)

135On l’aura compris : ce sujet, c’est bien l’énonciateur du texte, mais un énonciateur qui parvient à « objectiver » la subjectivité de son énonciation, en se dissimulant sous le masque d’un sujet universel (qui se confond par endroits avec ce qui pourrait être dit le « locuteur-reproducteur »124).

136En gommant le lien qui relie à sa propre subjectivité la proposition assertée, ce sujet d’énonciation fait comme si c’était la vérité qui parlait par sa bouche, alors même que le « savoir » qu’il inscrit réfère à ses propres systèmes d’évaluation.

137Aussi, pour « injecter » ce « savoir » au sein de l’énoncé, doit-il l’enter le plus naturellement possible sur celui de son homologue reproducteur. L’exemple des énoncés intégrant des opérateurs de discours rapportés est à cet égard édifiant : en effet, comment déterminer le rayon d’action exact du verbe introducteur, lorsque son incidence enjambe une phrase ? Se crée ainsi une zone trouble où le glissement énonciatif devient imperceptible. Cette zone est celle qui se déploie autour des connecteurs propositionnels tels que ceux signalés antérieurement, en particulier, ca , por que , de guisa que …

138C’est en effet, à la droite de ces connecteurs que prennent place toute la série de marqueurs, subjectifs « objectivés » qui viennent d’être identifiés, lesquels quoique par ricochet, ont le mérite, non seulement de signaler son territoire propre, mais surtout d’être de véritables opérateurs de sémiotisation, grâce auxquels il devient possible d’approcher encore l’un des modes de la transposition recréatrice.

139Il faut, pour ce faire, interroger l’incidence de cet ensemble de modalisateurs sur l’infléchissement sémantique du récit, non sans avoir rappelé qu’ils témoignent d’emblée une intentionnalité précise : opérer une définition modale des actants selon un principe de hiérarchisation, ce qui permet de distinguer un sujet de droit (les seigneurs de Tyr) dont l’identité est fondée sur le Savoir et un sujet de quête (les esclaves) dont la modalité première est le Vouloir.

140C’est pourquoi il importe moins à ce locuteur de dénoter des actes que d’installer, à côté des valeurs descriptives, des valeurs modales perçues comme objet dans la visée du sujet.

141D’où la nécessité d’opter pour une organisation syntagmatique qui envisage l’actant sous une forme évolutive, le long d’un parcours qui engage une modification de son identité.

142C’est ce qui explique l’importance accordée au causatif et au conséquentiel qui permettent tous deux la prise en compte de l’histoire transformationnelle de l’actant. Ainsi, au chapitre 49, ce qui était annoncé dès le titre comme le récit de la fondation d’une ville se transforme rapidement en récit de la genèse d’un peuple souverain. La fondation d’une ville devient de la sorte un événement connexe de celui de la genèse d’un peuple souverain : c’est dire à quel point l’espace physique associé à la fondation ne fait sens que lorsqu’il se trouve rapporté à l’espace politique de la territorialité naturelle.

143La visée transformationnelle de l’actant est marquée par le jeu qui s’engage entre les prédicats modaux poder et saber. L’utilisation de poder en contexte d’échec (« […] non lo pudieron soffrir […] ») se doit d’être soulignée, car tout se passe comme si le locuteur hésitait entre inscrire une franche incompétence et indiquer simplement une contre-performance, légitimée par la férocité exemplaire de l’ennemi : « [Escalona] guerreolos tan fierament que non lo pudieron soffrir […] ».

144Il n’empêche que les Seigneurs de Tyr accomplissent bien un parcours transformationnel, jalonné par deux étapes essentielles :
– l’accomplissement d’une performance, indiquée par saber au passé simple ([…] sopieron soffrirlos e deffenderse[…] »)
– l’acquisition d’une compétence réelle, exprimée par saber à l’imparfait ([…]« maguer se sabien guardar de los enemigos de fuera[…] »).

145L’affirmation, au seuil du récit, de la compétence acquise a pour objet de rappeler le caractère « accidentel » de la contre-performance.

146C’est pourquoi, en présentant, au chapitre 50, le récit de la révolte – trahison sous l’angle d’une lutte entre la Contingence (représentée par le lexème Ventura) et la Nécessité (signifiée par le lexème Dios), le locuteur verrouille d’entrée de jeu l’événement de la révolte, et en consacre l’échec. De sorte que ce qui aurait pu être aussi le récit de la genèse d’un peuple souverain – celui des esclaves – devient le récit d’une genèse impossible. Comme le dit si bien Inés Fernández-Ordóñez :

El imperium recibido de Dios está exclusivamente reservado para los miembros de esta linna y vedado para el resto de los hombres 20.

147De fait, le second schéma de lecture qui vient compléter le premier ne saurait être que celui-ci : « des modèles de “vassaux” à imiter », le schéma de lecture de l’Histoire étant : « de la description des modèles de “rois” et de “sujets du roi” à imiter pour une cité prospère ».

  • 125  U. ECO, Lector…, p. 132.
  • 126  Ibid., p. 130 : « La fabula, c’est le schéma fondamental de la narration, la logique des actions e (...)

148Après avoir actualisé le niveau discursif, il est possible de formuler les macropropositions narratives, en fonction du « niveau d’abstraction que l’on juge interprétativement le plus fructueux »125. C’est ce que Eco appelle « construction de la fabula »126.

149Dans cette perspective, l’Histoire d’Espagne, c’est soit l’histoire du peuplement du territoire espagnol et des seigneurs qui y ont régné ; soit l’histoire du partage des pouvoirs entre seigneurs et « vassaux » au sein du territoire espagnol, tel que l’envisage l’actuel « seigneur » de cet espace, etc.

150En ce sens, on voit à quel point il est difficile d’édifier une ligne de partage stricte entre « structures narratives » et « structures actantielles », puisqu’en déterminant la fabula à partir des rôles de « seigneur » et de « vassal », on identifie déjà deux actants principaux dont les différents acteurs individuels ou collectifs qui apparaissent au fil de l’Histoire sont la manifestation figurative. Cependant, le fait de pouvoir parler de « rôle » nous indique que l’on se situe encore au niveau des structures narratives.

  • 127  Ibid., p. 145.

151Nous avons pu mettre en évidence dans les sections antérieures, la manière dont l’écriture de l’Histoire empruntait certaines des formes de l’écriture romanesque, avec notamment le recours à la motivation psychologique, à la dramatisation, au détail « réaliste ». Il est cependant un domaine où elle ne fait aucune concession à cette forme d’écriture : la liberté d’anticipation du lecteur, ou plutôt sa capacité de libre interprétation des événements. En effet, s’agissant d’un récit historique, le lecteur n’est pas tenu de prévoir « les états de la fabula »127 comme il serait tenté de le faire face à un texte romanesque ; il peut cependant développer un processus d’interprétation « évaluative » à partir duquel il établit sa propre taxinomie axiologique. Or, ainsi qu’on l’a déjà fait remarquer, l’entreprise alphonsine semble être vouée dans son entier à « neutraliser » toute capacité interprétative du lecteur, tout pouvoir de jugement en lui imposant le monde axiologique construit par le texte comme le seul monde possible. Nous avons vu comment il évaluait constamment les « personnages » et les « situations », comment à travers les versions condensées qu’il proposait régulièrement, il cherchait à éradiquer les réactions, évaluations et interprétations contraires aux thèses qu’il admet. La forte récurrence des « connecteurs » logiques (tels que « por que » et « ca ») témoigne de cette obsession d’une « causalité » qui est perçue comme le moyen le plus sûr de contrôler, de susciter et de diriger la coopération du lecteur.

152Il en découle un texte extrêmement « fermé », caractérisé par une préoccupation didactico-idéologique telle qu’il se complique de redondances et se définit comme un tissu de « trop-dit », plutôt que que de « non-dit ».

Des stratégies énonciatives aux sujets représentrés

  • 128  Ibid., p. 65.

153Si, comme l’allègue Eco, « générer un texte signifie mettre en oeuvre une stratégie dont font partie les prévisions des mouvements de l’autre »128, alors on peut en conclure que le stratège de l’Histoire s’est dessiné un modèle de Lecteur identifiable à un adversaire redoutable, capable à chaque « coup » de prendre le contrepied des thèses qu’il présente, un contestataire endurci à qui il convient d’ôter toute liberté interprétative, en lui imposant pas à pas un système de valeurs rigides et univoque. C’est ce qui explique sans doute cette prise en charge drastique et systématique, ce dirigisme permanent.

154Néanmoins, si l’Auteur Modèle a construit toute sa stratégie autour de la « causalité », c’est qu’il a aussi prévu un Lecteur doté d’une certaine compétence « logique » et donc capable de comprendre le bien-fondé d’une démarche « rationnelle », à condition que celle-ci lui soit « suffisamment » explicitée, voire « martelée ».

155Mais la dimension « répressive » du texte relève sans doute également d’une stratégie de « conversion » du lecteur doxique, tenu pour rebelle, insoumis, déraisonnable, en un Lecteur Modèle, docile, heureux d’être « éduqué » et « pris en main », auquel cas la stratégie textuelle qu’est l’Auteur Modèle en tant que « sujet de l’énoncé », gagnerait à être référée au « sujet de l’énonciation » (ou auteur empirique) qui a formulé une telle hypothèse de lecteur.

156Ce « sujet de l’énonciation » qui s’est présenté dans le prologue en tant que roi (« Nos don Alfonsso […] rey de Castiella […] compusiemos este libro […] ») est aussi « sujet de l’énoncé », ainsi qu’en témoigne l’usage du « nos ». Le problème qui se trouve dès lors posé est bien celui de la nature et de la définition du rapport qui lie ces deux sujets, car le discours impose une médiation, une distance qui rend impossible leur totale identification.

157À travers la fiction de l’Auteur Modèle, nous nous sommes intéressée jusque-là au sujet de l’énoncé comme stratégie qui postule un Lecteur capable de coopérer textuellement : c’est donc, dans et par les mots, que cette stratégie produit ses effets. Mais si, comme on l’a posé au début de notre étude, la lecture, de même que l’écriture, peut être perçue comme un mode de transformation des sujets, alors il importe de sortir des « mots », du « texte » pour examiner ce qui se cache derrière « eux » et appréhender la « lecture » comme rencontre entre deux « sujets ». Si en lisant un texte, le lecteur empirique est « ému », « convaincu », « indigné », « déçu »…, c’est parce que dans les « mots », il a trouvé « quelqu’un », et que ce « sujet » a fait de lui un autre « sujet ».

158Si c’est toujours dans et par les mots que se développent de tels sujets, comme se développent leurs passions et leurs convictions, il n’en reste pas moins que nul argument, nul mot ne se présente sans que quelqu’un l’émette pour quelqu’un, sans destinateur ni destinataire. Par-delà la construction des stratégies textuelles qui ne met en jeu qu’un art des mots, il faut prendre en compte une sorte de « rhétorique » qui serait à définir comme un « art de la personne » et qui nous obligerait à nous pencher sur la question du sujet.

159Dès lors, comment articuler les deux « arts », et partant, les deux « sujets » (sujet de l’énoncé/sujet de l’énonciation) ? Nous sommes ainsi amenée à nous affronter à la question de l’èthos. Pour Cornilliat et Lockwood, le problème se pose en ces termes :

  • 129  F. CORNILLIAT, R. LOCKWOOD (coord.), Èthos et pathos…, p. 9.

[…] on ne peut guère poser le sujet comme purement extérieur au discours qu’il énonce, parce que la question pertinente est de savoir, dès lors qu’il y a discours, comment le sujet « se » représente dans le discours. Du côté de l’èthos, on reconnaît d’emblée que le sujet ne peut pas sortir de la rhétorique. Inversement, situer le sujet « éthique » à l’intérieur du discours, le concevoir comme un pur « effet », ne peut éviter de soulever la question […] du rapport de cet effet sur ce quoi il fait effet. Le propre de l’èthos est de jumeler l’intérieur et l’extérieur, de mettre le sujet dans le discours tout en rapportant le discours à un sujet. D’où une série de problèmes non seulement rhétoriques, mais proprement philosophiques (éthiques précisément). Si l’èthos est la présentation de l’orateur dans son discours, quel est le rapport entre ce sujet discursif et le « vrai » caractère du « vrai » sujet qu’il parle ?129

  • 130  Ruth AMOSSY (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne : Delacha (...)
  • 131  Georges MARTIN, « Alphonse X et le pouvoir… »,p. 233.

160Sans entrer dans les détails d’une problématique ardue et qui constitue à elle seule un champ d’étude vaste et complexe, il nous paraît utile néanmoins de souligner sa pertinence pour notre propos. Car, si Alphonse X en tant que sujet empirique prend la « parole », par le truchement d’un discours historique dont bien d’autres avant nous, ont souligné la dimension éminemment politique, c’est bien qu’il compte faire de ce nouveau mode de communication, une cellule dialogique avec ses grands sujets. Dans ces conditions, il est logique de considérer qu’il espère « projeter », et donc construire, par son discours une image de lui-même130, autre que celle qui est attachée à son èthos réel ou pré-discursif, tout en visant dans le même temps à proposer à ses « sujets » une image autre d’eux-mêmes, plus conforme au rôle qu’il leur a réservé dans son projet politique. Dès que l’on quitte le strict univers du « verbe » pour s’attacher à celui du sujet qui s’y trouve représenté, on ne peut, il est vrai, négliger le contexte historique, social et politique dans lequel une œuvre s’inscrit. De fait, il faut bien avouer que vers 1270, ainsi que l’a établi Georges Martin, « le miroir des faits grimace »131 autour d’Alphonse X :

  • 132  Ibid.

En Castille, la répression du soulèvement mudéjare a entraîné, en chaîne, le tarissement du tribut du royaume vassal, impliqué dans la rébellion, de Grenade et la fondation, à Lerma, d’une puissante opposition nobiliaire132.

161En ce sens, il est cohérent de penser que l’Histoire a été écrite pour répondre à un double objectif : rappeler les fondements de la légitimité absolue d’Alphonse au trône et expliquer le bien-fondé du modèle politique « vertical » qu’il entend imposer.

162Dès lors quelles images de « roi » et de « sujet de roi » semblent se dégager de la construction discursive qu’est l’Histoire ?

  • 133  On peut noter la fréquence des expressions de la forme « los de Espanna », « los espannoles », com (...)

163On peut retenir – nous l’avons déjà indiqué –, qu’en formulant son hypothèse de Lecteur Modèle, Alphonse X en tant que sujet empirique a travaillé sur la base d’un lecteur doxique (empirique) qu’il se représentait semblable à ses grands nobles hostiles et rebelles. De fait, il s’est ingénié à « contraindre » ce lecteur de toutes les manières possibles en mettant en œuvre tous les dispositifs de coercition que lui offrait le discours, afin d’être assuré de ne pas perdre son pouvoir sur lui. Mais on peut aussi penser qu’en exhibant aussi librement et aussi puissamment son axiologie, il a cherché à « déconstruire » ce lecteur doxique insoumis, en le « repensant » comme Lecteur « ami », susceptible de s’identifier avec bonheur à l’image valorisante, et virtuellement construite, d’un projet de royaume (le sien, le leur) vivant dans l’harmonie, la paix et la prospérité. Dans ce cas, il faudrait interpréter l’« exhibition » de l’idéologie comme un signe de connivence de la part d’un énonciateur feignant d’être assuré de partager avec son Lecteur un certain nombre d’« évidences » telles que la suprématie de la raison, l’obéissance au seigneur naturel, l’amour du savoir, la nécessité de la continuité lignagière, l’unité territoriale, et surtout la fierté d’être « espagnol »133 et de relever d’un espace territorial, marqué au sceau d’un passé prestigieux et grandiose.

164En ce sens, la fondation de l’origine, c’est-à-dire l’assignation d’un « commencement » est à percevoir comme un moment fort de la stratégie de l’auteur virtuel, puisqu’il lui donne l’occasion de relier l’Espagne à des grands hommes et à des mythes connus de tous.

165En réalité, par un investissement axiologique aussi « massif », l’Auteur Modèle cherche plutôt à « forcer » l’adhésion de son lecteur en faisant comme si ces différentes valeurs allaient de soi pour l’un et l’autre, et que leur « violation » représentait obligatoirement un fait répréhensible dont il faut s’émouvoir et s’indigner.

166Il n’est donc pas étonnant que, dans son écriture, il accorde une importance non négligeable à la dimension du delectare, dans l’objectif de constituer un terrain d’entente qui se fonde sur la communion à des valeurs partagées, mais cette fois sur un plan esthétique, et non plus seulement idéologique. On peut, à cet égard, considérer, par exemple le choix du modèle d’écriture ovidienne comme un « clin d’œil » d’Alphonse à des grands sujets qui affectionnent autant que lui cette « littérature » courtoise et chevaleresque émergente. De même, le soin mis à certaines descriptions n’est pas étranger au désir de susciter une « émotion » esthétique et de renforcer le sentiment d’appartenance commune à un même territoire.

167Mais pour que cette dimension esthétique, qui se trouve associée au plaisir de la lecture, puisse réellement susciter l’adhésion du lecteur au projet alphonsin, encore faudrait-il que ce lecteur accepte de s’identifier au Lecteur Modèle que postule le texte, lecteur auquel, rappelons-le, est dénié le droit de « coopérer » de façon autonome à l’actualisation de ce dernier.

168La surveillance étroite dont ce lecteur fait l’objet le rend coupable en permanence d’un délit intentionnel de « trahison » : en se projetant à l’extérieur du texte, dans le monde réel de référence alphonsin, on pourrait dire que le Lecteur Modèle, tel qu’il est conçu dans le texte de l’Histoire renvoie à un « sujet du roi », soupçonné en permanence de félonie, en dépit de sa sensibilité esthétique. Esclave de Tyr en puissance, ce Lecteur n’est pas digne de confiance, pas plus que ne le sont les grands nobles, toujours susceptibles de contester l’autorité royale.

169De fait, cette « crise de confiance » conduit l’auteur empirique à projeter dans le texte une image de l’Autre comme « traître en puissance », corrélée à une image de soi, semblable à celle d’un « censeur » de la pensée, de l’ordre, de la raison, image qui, par sa prégnance, « écrase » celle de guide et d’« esthète » attentionné et patient qui aurait pu émerger.

170Il en découle la construction d’un « roi » virtuel, plus proche du « tyran » que du roi juste et sage. En se présentant pétri de compétences idéologiques très strictes, et au travers d’un style éminemment didactique, voire coercitif, le sujet énonçant projette de lui une image qui contredit celle qui structure le paradigme du roi-modèle (sage, aimant et juste), que son discours cherchait à fonder. Cette image contradictoire renvoie sans doute à la dimension « inconsciente » de la présentation de soi, qui ne peut être entièrement contrôlée par un sujet qui est lui-même assujetti partiellement à sa propre stratégie.

171On peut se douter que le lecteur empirique, contemporain d’Alphonse X, que nous avons globalement assimilé au « grand sujet », n’ait pas cherché à discerner l’Auteur Modèle dans ce qui pourrait constituer sa dimension « séductrice », mais qu’il ait plutôt eu tendance à l’aplatir (à partir du savoir extra-discursif et intertextuel dont il disposait déjà) sur l’auteur empririque en tant que sujet de l’énonciation. Comment aurait-il pu adhérer, en effet, à un projet qui le « cantonne » au rôle servile d’exécutant docile et malléable, encadré par un « tuteur » à la vigilance exacerbée, alors que l’image qu’il avait de lui-même le conduisait à se représenter tel l’égal du roi ?

Haut de page

Notes

1  G. GENETTE, Palimpsestes…, p. 8.

2  Nous n’examinerons pas pour le moment la fonction testimoniale ou modalisante proprement dite, c’est-à-dire plus exactement le rapport entre savoir et subjectivité, qui concerne l’attitude propositionnelle de l’énonciateur. Nous réservons cette étude à la section « la fonction idéologique » intégrée à ce même chapitre.

3  L. CHALON, « Comment travaillaient les compilateurs… », p. 291-292 : « Toutes ces sources ne sont pas avouées, un grand nombre d’entre elles n’ont été identifiées que grâce au patient labeur d’investigation mené par Ramón Menéndez Pidal et ses prédécesseurs. Le prologue de la PCG comprend bien une liste des auteurs compilés, mais nous ne pouvons lui accorder qu’une confiance très limitée […] Ce que les collaborateurs d’Alfonso X se gardent bien d’avouer, c’est qu’un certain nombre de leurs sources n’ont pas été consultées directement mais par l’intermédiaire d’un compilateur, le plus souvent Vincent de Beauvais (c. 1190-1264). Celui-ci n’est jamais mentionné ; ce n’est pourtant qu’au travers de son Speculum Historiale que sont passés dans la P.C.G. des fragments des œuvres de Comestor, de saint Elinando, d’Haimon, d’Hugues de Fleury, de Mileto, du Pseudi-Egésippe, de Suétone, des Actes de saint Ponce, des Vies du philosophe Segond et de saint Basile. Un examen attentif du texte de la P.C.G. montre que, même lorsqu’une source est nommément désignée, cela ne signifie pas qu’elle a été consultée directement ».

4  Ibid., p. 293.

5  Ibid.

6  D. MAINGUENEAU, Éléments de linguistique pour le texte littéraire (1986), Paris : Bordas, 1990, p. 87.

7  Voir A. COMPAGNON, La seconde main…, p. 55.

8  Nous empruntons ce terme à Antoine COMPAGNON, ibid.

9  Ibid., p. 57.

10  La référence à ces treize premiers chapitres nous semble particulièrement intéressante et significative, car ces chapitres constituent un noyau de base dans la constitution de l’Histoire : voir, à ce propos, F. GÓMEZ REDONDO, « La Voz y el Discurso Narrativo de la Estoria de España. Los trece primeros capítulos », in : L’histoire et ses nouveaux publics, p. 145-164. De plus, leur situation liminaire fait d’eux des lieux cardinaux de la « politique » énonciative du compilateur. En effet, si ce dernier veut convaincre ses lecteurs de la fiabilité de son discours, c’est dans ces premiers chapitres qu’il doit le faire.

11  P.C.G., p. 4.

12  Ibid., p. 8.

13  Ibid., p. 9.

14  Ibid.

15  Ibid.

16  Ibid., p. 10.

17  P.C.G., p. 13 : « Dixol Rocas que no lo fiziesse, que el guisarie cuemo nol uinies del danno ; e fue estonçe Rocas al dragon e començol de falagar, y el dragon echol un medio buey delant qu etraye, ca ell otro medio auie el comido ; e dixo a Tharcus que si querie comer daquel buey. Tharcus dixo que no, ca mas querie yr comer con su conpanna. Puez diz : yo tal uida fago, pero tengo lo por uicio por amor de los saberes.’ Dixo estonce Tharcus : sal aca e uayamos, ca no es este logar pora ti.’ Estonce dixo Rocas al dragon : ‘amigo, diz, dexar te quiero, ca assaz e morado contigo.’ E salieron amos de la cueua e fue cada uno a su parte, e iamas numqua y uieron al dragon ».

18  P.C.G., chapitre 23 : « Les estorias antiguas cuentan que… » ; chapitre 34 : « E segund cuentan las estorias, este Cipion fue el primero… » ; chapitre 61 : « E segund cuentan los que escriuieron las estorias de Affrica e de Roma, que esta guerra mal la ouieron por enuidia… » ; chapitre 65 : « E segund cuentan las estorias que fablan dello… » ; chapitre 66 : « Paulo Orosio cuenta en sos estorias que los romanos fueron… » ; chapitre 80 : « Cuenta la estoria de Paulo Orosio que… » / « […] assi cuemo cuentan las estorias… » ; chapitre 98 : « E sobresto dixo Lucan que fiz est estoria… » ; chapitre 99 : « […] segund las estorias cuentan esta batalla… »/ « E diz Lucano que les contecio… » ; chapitre 195 :« […] e segund cuentan los escriuidores de las estorias… » ; chapitre 265 : « […] ca, segund cuenta Hugo el de Floriaco, el imperio de Roma… » ; chapitre 401 : « Segund cuentan los antigos… », etc.

19  P.C.G., p. 57.

20  Ibid.

21  Ibid., p.125.

22 H. LAUSBERG, Manual de retórica…, p. 251 : « El de eadem dicere (=expolitio conceptual) no solo afecta a la exteriorización elocutiva (como el eandem rem dicere), sino también a la misma esfera conceptual, como que el de eadem re dicere consiste en la agregación de nuevos pensamientos agrupados en torno a la idea capiatal (res) con la que guardan relación y de la que derivan ».

23  QUINTILIEN, De institutione oratoria, trad. franç. 1975 : Institution oratoire, Paris : Belles Lettres, Livre I, Ch. IX.

24  Voir J. REY-DEBOVE, Le métalangage…, p. 207.

25  Ibid, p. 209-210.

26  G. MARTIN, « L’hiatus référentiel… », p. 55.

27  Catherine FUCHS, Paraphrase et énonciation, Paris : Ophrys, 1994.

28  Ibid., p. 8.

29  Cf. G. MARTIN, « Compilation : cinq procédures…», p. 107-121.

30  Car, au fond, qu’est-ce donc que la paraphrase sinon la liberté au cœur même de la soumission ? Dans le De Institutione oratoria de Quintilien, la paraphrase se trouve définie comme un exercice de reformulation des textes d’auctores. Prolongement presque obligé de la lecture, la paraphrase trouve sa place parmi les exercices pratiques de lecture fondés sur la reformulation écrite, qui en est la forme principale quand il est question de « procéder à une paraphrase plus libre, où il est permis d’abréger ou d’embellir ici ou là, tout en respectant la pensée du poète » [Quintilien, De institutione…, Ch. IX.]

31  C. FUCHS, La paraphrase, p. 9 : « La reformulation T’ est souvent insérée elle-même dans un texte-mixte, où se trouvent réimportés, plus ou moins littéralement, certains passages du texte T […]. [Ce] texte-mixte contient certains marqueurs méta-linguistiques dont le rôle est précisément d’assurer l’ancrage de passages de T à l’intérieur du texte-mixte, et de permettre leur reformulation : les uns sont spécialisés dans la référence au texte T et introduisent de façon plus ou moins fidèles des passages extraits de T […] ; les autres introduisent des reformulations […] ». Il est donc clair que la paraphrase est au fondement de la poétique de ces discours de « l’entre-deux » car elle concentre le double avantage de permettre l’esquive de la responsabilité auctoriale et des risques qui lui sont afférents, tout en légitimant une certaine liberté énonciative. Catherine FUCHS, ibid., p. 22, rappelle ainsi qu’« Origène recourait déjà à la notion de « paraphrase » pour stigmatiser chez autrui un commentaire tendancieux correspondant à une interprétation qu’il jugeait erronée du texte biblique : « paraphraser » signifiait sous la plume de ce Père de l’Eglise, « modifier », « déformer », « trahir » le contenu du texte d’origine ». Les possibles dérives liées à la conformité ne relèvent plus alors seulement de simples conflits d’ordre interprétatif. Elles engagent aussi une dimension plus polémique en rapport avec ce que l’on pourrait assez justement dénommer l’interdit qui, dans la culture médiévale, pèse sur la vérité de l’individu. Dans ces conditions, l’écart entre T et T’ n’est plus à mesurer seulement à l’aune de la légitimité de l’interprétation de T par le producteur de T’ – que nous appelons x’ – mais surtout à celle de la légitimation de la vérité de x’ par T’.

32  Nous en donnons pour preuve un seul exemple ; l’énoncé suivant du texte de Rodrigue : « […] e dum dormiret, audiuit in sompnis : ‘Prius Didoni coniugo sociaberis et post Ytaliam reverteris’ » auquel pourrait correspondre cet énoncé alphonsin que nous pourrions qualifier d’« énoncé-mixte » : « E quando fue en la noche, echos a dormir, e ante ques adormeciesse, començo a cuydar en su fazienda e de cuemo podrie yr en suennos que primero casarie con la reyna Dido, e despues irie a aquel logar o el cobdiciaua ».

33  L. CHALON, « Comment travaillaient… », p. 292.

34  P.C.G., p. 20.

35  G. Martin, Les juges…, p. 332 : « En s’instituant comme compilation, en se donnant à percevoir comme une imbrication d’autorités filtrées par une imbrication d’autorités filtrées par une autorité suprême, le texte issu de l’atelier royal représente sans relâche un rapport de domination ».

36  Ibid.

37  Ibid.

38  P.C.G., p. 38.

39  Ibid., p. 61.

40  Ibid., p. 57.

41  Ibid., p. 48.

42  Cf. n. 36.

43  P.C.G., p. 15.

44  Ibid., p. 48.

45  Cf. n. 36.

46  C’est le cas par exemple du récit relatif à l’histoire de Didon.

47  P.C.G., p. 7.

48  Ibid., p. 48.

49  Ibid., p. 57.

50  P.C.G., p. 20.

51  Ibid., p. 24.

52  Ibid., p. 57.

53  Ibid., p. 79.

54  Ibid., p. 44.

55  Ibid., p. 37.

56  Ibid., p. 38.

57  Ibid., p. 10

58  Ibid.

59  Ibid.

60  Ibid., p. 77.

61  Ibid., p. 57.

62  Si l’on en croit Émile Benveniste, Problèmes de linguistique générale, 2 t.,Paris : Gallimard, 1966, 1, p. 241, la « fonction narrative » est comme « suspendue » par le récit historique : « Il faut et il suffit que l’auteur reste fidèle à son propos d’historien et qu’il proscrive tout ce qui est étranger au récit des événements (discours, réflexions, comparaisons). À vrai dire, il n’y a même plus alors de narrateur. Les événements sont posés comme ils se sont produits à mesure qu’ils apparaissent à l’horizon de l’histoire. Personne ne parle ici ; les événements semblent se raconter d’eux-mêmes ». Nous verrons précisément au cours de cette section que la construction de l’auteurité passe par l’importance considérable qui est attribuée au plan du « discours », par rapport à ce plan du « récit » qui vient d’être décrit.

63  Voir aussi pour l’affirmation d’une telle conscience ou « voix » auctoriale, Fernando GÓMEZ-REDONDO, « La Voz y el Discurso… », p. 148-155.

64  Ibid., p. 4-5.

65  Ibid., p. 5.

66  Ibid.

67  Ibid., p. 6-7.

68  Ibid., p. 12.

69  Ibid., p. 277.

70  R. BARTHES, « Le discours de l’histoire »…, p. 167.

71  P.C.G., p. 5. Le « gras » est de nous.

72  Olivier SOUTET, Claude THOMASSET, « Des marques de la subjectivité dans les « Mémoires » de Commynes », in : Histoire et chronique…, p. 31.

73  Ibid., p. 20.

74  Ibid., p. 25. On trouve également de nombreux autres exemples : chapitre 40 : « Mas agora dexa ell estoria de fablar dellos, e torna a contar como los espannoles se alçaron contra Roma, e de las muy porfiosas contiendas que ouieron con ellos fasta que uinieron los godos ». Chapitre 51 : « Mas agora dexa la estoria de fablar desto e torna a conter cuemo la reina Dido fue casada con Acervo so tio ». Chapitre 117 : « Mas agora dexa aqui la estoria de fablar daquesto, e cuenta de cuemo Julio Cesar puso nombre del suyo al mes de julio ». Chapitre 38 : « Mas agora dexa ell estoria de fablar del, por contar de cuemo los dEspanna se alçaron a Roma despues que el se partio dend ».

75  Ibid., p. 5.

76  Ibid., p. 31.

77  Ibid., p. 121.

78  Ibid., p. 215.

79  Ibid., p. 279.

80  H. LAUSBERG, Manual de retórica…, p. 269 : « El quantum satis est (Quint. 4, 2, 45) constituye la tendencia propia de la breuitas, la cual debe evitar el ‘demasiado’ (Quint. 4, 2, 43 plus dicere quam oportet). El vitium de la demasía engendra en el público el taedium : Quint.4, 2, 44 supervacua cum taedio dicuntur ; Hor. serm. 1, 10, 9, est brevitate opus, ut currat sententia neu/se impediat verbis lassas onerantibus aures ; Hor. ars 337 omne supervacuum pleno de pectore manat […] La ‘demasía’ (supervacuum) debe, pues, cercenarse (Quint. 4, 2, 40 cognitio) respecto a la narratio aperta, o no ayude al credere ([…] Quint. 4, 2, 30 utilitas) respecto a la narration probabilis, constituye un ‘exceso, demasía’ ».

81  Ibid., p. 5.

82  Ibid., p. 7.

83  Ibid., p. 9.

84  Ibid., p. 10.

85  Par « discours », É. BENVENISTE, Problèmes de linguistique…, p. 242, entend : « […] toute énonciation supposant un locuteur et un auditeur, et chez le premier l’intention d’influencer l’autre en quelque manière. C’est d’abord la diversité des discours oraux […] [m]ais c’est aussi la masse des écrits […] bref tous les genres où quelqu’un s’adresse à quelqu’un, s’énonce comme locuteur et organise ce qu’il dit dans la catégorie de la personne ».

86  Nous procéderons à l’examen de la « fonction modalisante » dans la section suivante, car il nous semble essentiel de l’étudier dans le cadre plus général de la « fonction idéologique ».

87  La fonction modalisante, que nous analyserons ci-après, en est une autre.

88  Pour le choix de marqueurs de l’oralité, voir Fernando GÓMEZ REDONDO, « La voz y el discurso… », p. 151.

89  Ibid., p. 7.

90  Ibid.

91  Ibid., p. 10.

92  Ibid., p. 12.

93  Ibid., p. 14. On peut citer aussi ces autres exemples : chapitre 18 : « E quando passo a Espanna, assi cuemo oyestes, dexo a el e a sos hermanos en guarda de Asdrubal so yerno, e otrossi todo so emperio ». Chapitre 25 : « Estonce eran sennores de la tierra Asdrubal e Margon, hermanos de Annibal, que dexara en so logar quando se fuera, assi cuemo oyestes desuso ; […] ». Chapitre 37 : « Los de tierra dAffrica fueron muy quebrantados por aquellas dos batallas que Cipion auie uençudas, assi cuemo ya oyestes, […] ». Chapitre 40 : « Ya oystes de suso en ell estoria, de los grandes fechos que Scipion fiziera en Espanna y en Affrica […] ». Chapitre 63 : « […] ca maguer lo mas dEspanna era en sennorio de Roma, los de Carthago numqua se les quisieron tornar, mas siempre touieron con los de Carthago dAffrica catando la naturaleza y el debdo que auien con ellos, segund de suso oyestes que las poblara amas la reyna Dido ».

94  Ibid., p. 118.

95  Ibid., p. 249.

96  U. ECO, Lector…, p. 111.

97  Ibid., p. 115.

98  Ibid.

99  Ibid., p. 3.

100  Ibid., p. 4.

101  Ibid., p.10.

102  Ibid., p. 9.

103  Dans l’étude qu’il consacre à « La Voz y el Discurso… », p. 156, F. GÓMEZ REDONDO souligne l’importance de l’axe « savoir » / « amour » dans la mise en place de l’axiologie alphonsine : « No sólo son rasgos de comportamiento propuestos para que los receptores del texto puedan asumirlos, sino que a ellos se vinculan consecuencias narrativas –o sea, verdaderas pautas de actuación- que delimitan el modo en que la historia podía servir de regimiento de príncipes […] En el fondo, se trata del mismo esquema que regula las líneas argumentales de la narrativa medieval : a) la extensión territorial de un estado o condición social recibida, b) el mantenimiento del mismo, mediante la demostración de que el personaje sabe defenderlo y c) la voluntad política de gobernarlo y de ganar el “amor” de sus gentes ».

104  P.C.G., p. 9.

105  Ibid., p. 11.

106  On peut citer l’exemple de Liberia, ibid. : « era much entenduda e sabidor destrolomia ».

107  P.C.G., p. 33.

108  Ibid., p. 35.

109  Ibid., p. 34.

110  Ibid., p. 38.

111  Ibid., p. 36.

112  Lucien FEBVRE, « Avant-Propos à Charles Morazé », in : Trois essais sur Histoire et culture, Paris :Armand Colin (Cahier des Annales), 1948, p. 8.

113  Michel Meyer, Questions de rhétorique, Paris, Librairie Générale Française, 1993, p. 27.

114  P.C.G., p. 31-32. Le titre du chapitre 49 est : De cuemo la cibdat de Tiro fue poblada e de la traycion que fizieron los siervos a sos sennores ». Le titre du chapitre 50 est : « Cuemo los sieruos de Tiro mataron a sos sennores ».

115  Ce récit manifeste en effet la manière dont la « voix » d’Alphonse se greffe sur celle des auctores pour créer un récit « factuellement » identique mais sémantiquement autre. On voit alors comment la problématique de la transposition recréatrice rejoint celle de la « reproduction ». En cherchant à «brouiller » l’origine du dire, cette greffe tend à rendre problématique la réponse à la question « qui parle ? », comme si elle invitait à postuler une schizophrénie du locuteur. De fait, il convient d’effectuer une mise au point sur la question de l’identité de l’énonciateur-source, et partant, sur celle du texte de la compilation. En « [a]dossant son dire à un déjà –dit[…] », le locuteur semble postuler une origine du dire unique, enracinée dans des sources qui font autorité, comme si tout pouvait être tenu pour emprunt. C’est ce jeu de mise en retrait qui a conduit de nombreux analystes à conférer un rôle primordial à la problématique de la « reproduction » et à la délégation de l’autorité énonciative, alors même que le « rapport » des paroles d’autrui engage la responsabilité du locuteur presque tout autant que l’énonciation de ses propres paroles. Pour mettre en évidence la manière dont le locuteur, en se réfugiant à l’ombre des auctores, vise à inscrire sa propre parole dans celle de ces derniers, il peut être intéressant d’examiner comment le récit factuel qu’il « hérite » de ses sources est « interprété » et redressé sémantiquement, mais de telle sorte que cette interprétation soit comme « tressée » dans le récit et produise une impression d’ « objectivation » de la subjectivité qui se trouve ainsi engagée.

116  Bernard POTTIER, Théorie et analyse en linguistique (1987), Paris : Hachette, 1992, chap. 16, p. 218.

117  P.C.G., p. 31.

118  Ibid., p. 32.

119  Ibid.

120  Ibid.

121  B. POTTIER, Théorie et analyse…, p. 213.

122  P.C.G., p. 31.

123  Loc. cit.

124  Voir C. MENCÉ-CASTER, « Du rôle des modalités dans la construction de l’ethos discursif du locuteur : le récit de la révolte des esclaves de Tyr contre leurs maîtres dans la Première chronique générale d’Espagne », Cahiers de linguistique et de civilisation hispanique médiévales, Lyon : ENS-Éditions, 27, 2004, p. 95-106.

125  U. ECO, Lector…, p. 132.

126  Ibid., p. 130 : « La fabula, c’est le schéma fondamental de la narration, la logique des actions et la syntaxe des personnages, le cours des événements ordonnés temporellement ».

127  Ibid., p. 145.

128  Ibid., p. 65.

129  F. CORNILLIAT, R. LOCKWOOD (coord.), Èthos et pathos…, p. 9.

130  Ruth AMOSSY (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne : Delachaux et Niestlé, 1999, p. 9 : « Toute prise de parole implique la construction d’une image de soi. À cet effet, il n’est pas nécessaire que le locuteur trace son portrait, détaille ses qualités ni même qu’il parle explicitement de lui. Son style, ses compétences langagières et encyclopédiques, ses croyances implicites suffisent à donner une représentation de sa personne. Délibérément ou non, le locuteur effectue ainsi dans son discours une présentation de soi. »

131  Georges MARTIN, « Alphonse X et le pouvoir… »,p. 233.

132  Ibid.

133  On peut noter la fréquence des expressions de la forme « los de Espanna », « los espannoles », comme si Alphonse X misait sur un dénominateur commun « l’identité espagnole », dénominateur que son récit contribue à construire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Alphonse X et la construction de l’auteur historiographique dans l’Histoire d’Espagne », in Un roi en quête d’auteurité, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Études », 2), 2011, [En ligne], Mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/278

Haut de page