Navigation – Plan du site
Présentation

Avant-propos de 2012

Texte intégral

À mon père, in memoriam
« 
Que por mayo era, por mayo, cuando empieza la calor »

1Les pages qui vont suivre ont déjà derrière elles une longue histoire, à croire que le destin de l’œuvre du grand dépensier de la reine Aliénor est de ne jamais connaître le repos et de parcourir le monde –ou une petite partie de celui-ci- sous des formes sans cesse renouvelées. Cette fois, la voilà sur le point de se faire admettre dans la prestigieuse collection des Livres d’e-Spania, un destin que son premier auteur n’aurait jamais pu rêver. Quant à moi, simple parrain chargé, après d’autres, de la porter sur les fonts baptismaux par le biais de cette édition critique aux multiples vicissitudes, je voudrais sur le seuil de celle-ci exprimer ma gratitude aux responsables de cette collection, Patricia Rochwert-Zuili, Hélène Thieulin-Pardo et Georges Martin, qui n’ont pas hésité une minute à accueillir ce texte qui fut sur le point de devenir SDF (ou plutôt SSF, sans serveur fixe).

2Ces noms, le lecteur les retrouvera cités dans les remerciements qui concluent le prologue de 2006, qui suit cet avant-propos, et que je n’ai pas souhaité corriger. Certes, le temps a passé et provoqué des changements considérables dans la vie de tel ou tel d’entre nous : ainsi, Georges Martin est passé de l’ENS LSH de Lyon à l’université Paris-Sorbonne, et au SIREM, qui était un GDR, a succédé AILP, qui est un GDRE. Patricia Rochwert-Zuili a soutenu son Habilitation à diriger des recherches et occupe aujourd’hui un poste de professeur à l’université d’Artois ; Flora, étudiante décidément fidèle, vient de soutenir sa thèse de doctorat sous ma direction. Quant à l’université Paris 13, elle n’est plus aujourd’hui à mes yeux qu’un paradis perdu, dont le médiévisme hispanique a fini par être chassé par des divinités au petit pied qui se sont crues seules propriétaires de l’arbre de la connaissance, trompées sans doute par l’hypocrite serpent.

3Plus douloureusement, le temps cruel a eu raison de ma mère, dont je saluais la patience au terme de mon prologue et qui a finalement rejoint mon père dans un monde que l’on dit meilleur. Tous les deux sont à présent réunis dans le souvenir affectueux que leur fils garde précieusement au plus profond de son cœur. Pour finir cet « ubi sunt » sur une note plus légère, j’ajouterai que je rédige ces lignes sur un nouvel ordinateur –un de plus !

4Cette nouvelle étape de la diffusion de la Somme des rois aurait pu être l’occasion d’une réécriture des pages de présentation et d’une révision en profondeur de l’appareil critique. J’y ai songé, mais j’y ai finalement renoncé devant l’ampleur de la tâche, alors même que je n’ai pas fondamentalement changé d’opinion, ni sur la signification du texte ni sur la façon dont il peut être présenté au public. Quelques éléments nouveaux, cependant, sont apparus lors de ces six dernières années, et le but de ces quelques pages est de les traiter brièvement, en attendant que je puisse leur consacrer une étude plus approfondie dans un futur nécessairement proche (décidément, non ! L’histoire de la somme du grand dépensier n’est pas achevée).

5Le principal de ces éléments est sans aucun doute la prise de conscience d’un oubli. Dans le cadre d’études consacrées à un autre texte de l’historiographie castillano-léonaise, l’Historia Silense, il m’est en effet apparu que dans ma recension des manuscrits du Despensero, j’en avais oublié un, pourtant parfaitement référencé. Ce codex porte la cote 9317 de la BNE, et le texte de la somme qui nous intéresse y occupe la quatrième place. On trouvera plus loin quelques données plus précises sur ce manuscrit, curieusement oublié de tous ceux qui, à ce jour, se sont intéressés à la somme du grand dépensier. Pour aller vite, je dirais simplement ici que la description de l’inventaire des manuscrits de la BNE ne me permet pas, sans un examen plus approfondi, de déterminer la place que ce représentant du texte doit occuper dans le stemma de l’œuvre, même si le caractère très tardif de la copie, réalisée par Juan de Ferreras (1652-1735), me laisse une certaine tranquillité d’esprit, dans la mesure où sa prise en compte ne bouleversera pas l’histoire de la diffusion du Despensero. L’intérêt de ce manuscrit pourrait cependant résider dans le fait qu’il fut –pourrait avoir été- l’un de ceux que consulta en son temps Llaguno Amírola.

6Les autres éléments que j’aimerais évoquer ici sont secondaires pour le sujet qui nous occupe. Je signalerai dans un premier temps les éditions critiques que j’ai réalisées ces dernières années de certains des textes cités dans la présentation de la somme du grand dépensier comme sources de ce dernier, éditions dans lesquelles apparaissent des données plus précises et surtout plus exactes que celles qui sont évoquées dans les pages qui suivent. Ces éditions sont référencées dans la bibliographie, dans le but de faciliter leur accès pour le lecteur désireux d’en savoir plus. J’y ajouterai deux informations en relation avec la Suma de virtuoso deseo et l’histoire de ses sources, dont l’une est pour l’instant encore plus une promesse de découvertes futures qu’autre chose :

  • 1 Stéphanie Aubert, Les Cronice ab origine mundi de Gonzalo de Hinojosa. Une chronique universelle éc (...)
  • 2 Jesús Domínguez Bordona, Manuscritos con pintura, Madrid, Centro de Estudios Sociales, 1933, I, p. (...)
  • 3 Manuscrit 7415 : XIVe siècle, parchemin, 295 x 208 mm, 44 folios, 2 colonnes. Ex-libris sur le foli (...)
  • 4 David Nogales Rincón, « Las series iconográficas de la realeza castellano-leonesa », in Miguel Ánge (...)

7D’une part, le texte latin de la chronique universelle de Gonzalo de Hinojosa (texte du premier quart du xive siècle dont on a avancé l’idée qu’il était l’original dont la Suma de virtuoso deseo, ou plus précisément la seconde partie de celle-ci, serait la traduction castillane) a fait l’objet d’une étude et d’une édition (partielle) récentes, dans le cadre d’une thèse de l’École des chartes, dont l’auteur est la jeune historienne Stéphanie Aubert1. Cette édition est à même d’ouvrir de nouvelles pistes concernant les questions qui se posent à nous. D’autre part, comme nous le présupposions, le manuscrit de la bibliothèque du comte de Campo Alange qu’avait consulté en son temps Amador de los Ríos et qui contenait la somme de rois qui compose la deuxième partie de la Suma de virtuoso deseo, n’a pas disparu, bien au contraire. Lui aussi est actuellement conservé à la BNE de Madrid, sous la cote Mss 7415 et le titre développé de Compendio de crónicas de los reyes del Antiguo Testamento, gentiles, cónsules y emperadores romanos, reyes godos y de los reinos de Castilla, Aragón, Navarra y Portugal, le plus souvent abrégé en Semblanzas de reyes. Ce manuscrit a été recensé dès 1933 par Jesús Domínguez Bordona2 et se trouve brièvement décrit dans l’Inventario general de la BNE, tome XII, p. 893. Ces quelques informations m’ont été transmises par David Nogales Rincón, qui a lui-même travaillé sur ce manuscrit4 et que je remercie vivement pour son aide bibliographique.

8Pour le reste, je n’ai rien à retirer à ce que j’écrivais voilà six ans. Une ultime fois, je prie le lecteur attentif de bien vouloir excuser les insuffisances et les erreurs qui peuvent encore figurer dans cet ouvrage, qu’il ne manquera pas de relever, et dont je suis bien entendu le seul responsable. Telle qu’elle est, cette édition permettra, je l’espère, de mieux appréhender l’importance d’un texte unique en son genre, qui a joué un rôle encore mal connu dans la diffusion du savoir historique à la fin du moyen âge et à l’orée de l’époque moderne.

Haut de page

Notes

1 Stéphanie Aubert, Les Cronice ab origine mundi de Gonzalo de Hinojosa. Une chronique universelle écrite par un évêque castillan au début du xive siècle et traduite pour Charles V. Étude et édition critique partielle, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, École nationale des chartes, 2007.

2 Jesús Domínguez Bordona, Manuscritos con pintura, Madrid, Centro de Estudios Sociales, 1933, I, p. 277, note 608.

3 Manuscrit 7415 : XIVe siècle, parchemin, 295 x 208 mm, 44 folios, 2 colonnes. Ex-libris sur le folio 2. Reliure moderne imitant une reliure Renaissance, de couleur verte.

4 David Nogales Rincón, « Las series iconográficas de la realeza castellano-leonesa », in Miguel Ángel Ladero Quesada (éd.), Estudios de genealogía, heráldica y nobiliaria, Anejos de En la España medieval, n°1, Madrid, Universidad Complutense, 2006, p. 81-111, notamment p. 106-109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Avant-propos de 2012 », in Suma de Reyes du Despensero, Paris, CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Sources », 4), 2013, [En ligne], Mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/484

Haut de page