Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre XXII. Sur les adalides1, les almogavares2 et les piétons

Texte intégral

  • 1 Chef d’un détachement opérant en territoire ennemi.
  • 2 Compagnies franches.

1Nous avons traité dans le précédent titre des chevaliers. Maintenant, nous voulons parler des adalides, des almogaraves et des piétons, qui sont très nécessaires en temps de guerre. Nous parlerons d’abord des adalides, des qualités qu’ils doivent posséder, de la raison pour laquelle ils sont ainsi appelés, des choses qu’ils doivent savoir, de la façon dont on doit les choisir, de qui les nomme et de la façon dont ils doivent être nommés. Ensuite nous traiterons des almogaraves et de la façon dont ils doivent être nommés, et des hommes qu’ils doivent choisir pour les emmener avec eux à la guerre.

Loi I. Quelles choses un adalid doit avoir en lui, comment il doit être et pourquoi il est ainsi appelé

2Les anciens ont dit que les adalides devaient avoir en eux quatre choses : premièrement du savoir, deuxièmement du courage, troisièmement un bon jugement naturel, quatrièmement de la loyauté. Ils doivent être experts dans la protection des armées pour savoir les protéger des mauvais pas et des périls. Et ils doivent aussi savoir où doivent passer les armées et les chevauchées, aussi bien celles qui sont menées ouvertement que celles qu’ils font en cachette, en les guidant vers les lieux où les hommes pourront trouver de l’eau, du bois et de l’herbe, et où tous pourront faire halte ensemble. Ils doivent également connaître les lieux propices aux embuscades, aussi bien de piétons que de cavaliers, et savoir faire en sorte que ceux-ci attendent en silence et jaillissent au moment opportun. Il convient aussi qu’ils connaissent la terre qu’ils doivent dévaster et où ils doivent faire des incursions, et cela pour les mener le plus rapidement et le mieux possible et revenir sains et saufs avec ce qu’ils auront dérobé. Et qu’ils sachent aussi placer des sentinelles et des écoutes, aussi bien celles qui sont visibles que les autres, que l’on appelle espions, et obtenir des informations sur leurs ennemis pour avoir toujours connaissance de leurs faits et gestes. Et dans le cas où ils ne pourraient pas agir ainsi, ils doivent s’efforcer de s’emparer de certains habitants du lieu qu’ils souhaitent attaquer, afin de savoir par eux, avec certitude, la situation des ennemis et comment ils doivent les guerroyer. L’une des choses auxquelles ils doivent veiller, est la quantité de vivres que doivent emmener ceux qui feront partie des armées et des chevauchées, et pour combien de jours, et la façon de faire durer ces vivres plus longtemps en cas de besoin. C’est pourquoi que les anciens, qui étaient très versés en matière de guerre, avaient un si grand désir de causer du mal à leurs ennemis qu’ils portaient leurs vivres enveloppés dans les sacoches ou dans des besaces quand ils participaient à des chevauchées, et qu’ils ne voulaient pas emmener d’autres bêtes de somme.

3Et ils faisaient cela pour aller plus vite et être plus discrets. Et plus ils étaient honorables, plus ils estimaient que savoir endurer des peines et se contenter de peu en temps de guerre les rendait meilleurs et leur donnait du prix. Ils faisaient cela pour vaincre leurs ennemis car il leur semblait que rien au monde n’était plus estimable ni désirable. Et parce qu’ils transportaient leurs vivres comme il a été dit plus haut dans des besaces, leur ration fut appelée besace. En conséquence, de toutes ces choses que nous avons décrites à présent dans cette loi, les adalides doivent être bons connaisseurs, pour savoir les montrer à tous les autres hommes afin que ceux-ci les connaissent. Et en tout ce qui leur incombe, les hommes doivent leur montrer une parfaite obéissance, tant les Empereurs que les Rois et tous les autres qui prennent part à la guerre et les ont pour guides, si bien que l’autorité de leur commandement est très grande. Et ceux qui ne leur montrent pas une parfaite obéissance, doivent recevoir la peine que le Roi considèrera méritée, selon le tort qu’auront subi ceux de la chevauchée en raison de cette désobéissance. Il est nécessaire qu’ils aient le cœur vaillant, pour ne pas s’égarrer ni fablir face aux dangers qui pourraient advenir, par exemple, s’ils font erreur sur le lieu où ils pensaient aller et se retrouvent dans un autre endroit, plus dangereux, ou lorsqu’ils sont assaillis à l’improviste par des ennemis en grand nombre et qu’ils ont peu de gens avec eux, ou en d’autres situations similaires. Ils doivent au contraire avoir un cœur bien valeureux afin d’encourager et de conforter aussi bien eux-mêmes que les autres, et à en découdre pour les aider si le besoin s’en fait sentir. Il n’est pas juste, en effet, que ces adalides ménagent leur corps, quand les autres exposent le leur aux dangers alors qu’ils sont sous leur commandement. Les adalides ne doivent pas seulement montrer du courage dans leurs actes mais aussi dans leurs paroles, de sorte que les autres puissent y trouver courage et réconfort. C’est parole véritable des anciens que bien des fois cœur vaillant vainc mauvaise fortune. Ils doivent avoir un bon jugement naturel, afin de savoir mettre en œuvre ces choses, aussi bien celles qui relèvent de la sagesse que celles qui relèvent du courage, chacune en son lieu. Qu’ils sachent accorder les hommes quand ils sont en désaccord, partager avec eux ce qu’ils possèdent, honorer et servir les hommes de haut rang qui font partie des armées ou des chevauchées dont ils sont les guides. Mais par-dessus tout, il convient qu’ils soient loyaux, de façon qu’ils sachent aimer leur Loi, leur seigneur naturel, et la compagnie dont ils sont les guides, et que ni le désamour, ni la haine, ni la cupidité ne les incitent à faire rien qui ne soit contre cela. Car, une fois que les guides ont conduit les hommes qui leur font confiance à s’exposer à leurs ennemis ou à entrer en des lieux inconnus, s’ils n’étaient pas loyaux, leur trahison n’en serait que plus grande et plus dommageable que celle de nul autre, parce qu’on pourrait à volonté faire à leurs hommes tout le mal possible. C’est pourquoi, les anciens ont considéré que l’adalid devait être doté de ces quatre choses. Et c’est pourquoi ils sont appelés adalides, ce qui signifie guides, et qu’ils doivent posséder en eux toutes ces choses susdites pour bien savoir guider les armées et les chevauchées en temps de guerre.

Haut de page

Notes

1 Chef d’un détachement opérant en territoire ennemi.

2 Compagnies franches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre XXII. Sur les adalides, les almogavares et les piétons », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/696

Haut de page