Navigation – Plan du site
Alphonse X le Sage Deuxième partie - Georges Martin (dir.)

Titre X. Comment doit être le roi, en général, pour tous ceux de son royaume

Texte intégral

1Le roi doit avoir un commerce avec tous ceux de son royaume pour aimer, honorer et garder chacun d’eux, selon leur rang ou le service qu’il reçoit d’eux. C’est pourquoi, puisque dans les titres précédents nous avons dit comment doit être le roi pour les officiers de sa maison et de sa terre, nous voulons dire, à présent, comment il doit être, en général, pour tout le peuple. Et ensuite, comment le roi doit l’aimer, et le garder, et pour quelles raisons.

Loi I. De la signification de peuple

2Certains pensent que l’on nomme peuple les petites gens, comme les artisans ou les laboureurs. Mais ce n’est pas cela. Car jadis à Babylone, à Troie, et à Rome, qui furent des lieux très illustres, toutes ces choses ont été consignées avec ordre, et des noms ont été donnés à chacune d’entre elles, comme il convient. On nomme peuple l’ensemble de tous les hommes en général, des plus importants/puissants, des moyens et des plus petits/humbles. Et tous sont nécessaires : et ils ne peuvent se passer les uns des autres, et ils doivent s’entraider, afin de pouvoir bien vivre, être gardés et sustentés.

Loi II. Comment le roi doit aimer, honorer et garder son peuple

3Le peuple doit être très aimé de son roi et ce dernier doit, tout particulièrement, lui montrer son amour de trois façons. La première, en ayant grâce de lui, en lui accordant sa grâce lorsqu’il estimera qu’il en aura besoin. Car, comme il est l’âme et la vie du peuple, ainsi que l’on dit les sages, c’est une chose très juste qu’il lui accorde sa grâce, comme à ceux qui attendent de vivre par lui, en étant maintenus dans la justice. La deuxième, en ayant pour le peuple de la pitié, en compatissant à sa souffrance lorsqu’il devrait lui infliger un châtiment. Car puisque le roi est la tête de tous, il se doit de prendre part au mal dont souffre le peuple, comme il le ferait pour ses membres (pour les membres de son corps). Et, de même, s’il agit contre eux, il agira comme un père qui élève ses enfants avec amour et les punit avec pitié, comme l’on dit les sages. La troisième, en faisant preuve à son égard de miséricorde, de manière à lui épargner, parfois, le châtiment qu’il mériterait pour certaines erreurs qu’il aurait commises. Car, bien que la justice soit une bonne chose en soi, et que le roi doive toujours en user, elle est cependant très cruelle lorsque, comme il arrive parfois, elle n’est pas tempérée par la miséricorde. C’est pourquoi elle a été fort louée par les anciens, notamment par le roi David qui a dit, en ce sens, que le royaume est bien gouverné lorsque la miséricorde et la vérité ne font qu’un et que la paix et la justice s’unissent. Il doit aussi honorer le peuple de trois façons. La première, en accordant à chacun la place qu’il mérite selon son lignage, sa qualité ou son service/le service qu’il aurait accompli. Et également en le maintenant à cette place, en ne faisant rien qui puisse la lui faire perdre, car ce serait alors le peuple qui ferait la loi, ainsi que l’on écrit les sages. La deuxième, en l’honorant de sa parole, en louant les bonnes actions qu’il a accomplies pour lui, de façon à gagner la gloire et la bonne renommée. La troisième, en voulant que les autres raisonnent de la même manière et en les honorant ; il sera honoré de l’honneur de son peuple. De même, il doit le garder de trois façons. La première, en le gardant de lui-même, en ne lui faisant pas une injure qu’il ne voudrait pas que d’autres lui fassent, ni en lui prenant tant, à un moment où il pourrait s’en passer, qu’ensuite il ne pourrait pas s’appuyer sur lui lorsqu’il en aurait besoin. Et en le protégeant ainsi, il l’unira, afin qu’il ne se sépare pas, et il l’accroîtra, comme (on accroît) son propre bien. La seconde manière dont il doit protéger le peuple, c’est en le gardant du mal qui viendrait de lui-même, lorsque les uns commettraient à l’égard des autres une violence ou un tort. Et, pour cela, il est nécessaire qu’il maintienne le peuple dans la justice et dans le droit. Et qu’il ne consente pas que les plus puissants soient orgueilleux envers les plus humbles, ni qu’ils prennent, ne volent, ne violent, ou ne causent de tort à leur bien. Et alors il sera tel qu’il doit être selon les sages, c’est-à-dire l’oppresseur des orgueilleux et le défenseur des humbles, et, s’il les protège ainsi, ils vivront en sécurité et chacun jouira de ce qu’il aura. La troisième chose dont il doit garder le peuple est du danger qui pourrait lui venir de l’extérieur, à savoir de ses ennemis. Et, de ces derniers, il doit le garder de toutes les façons qu’il le pourra, et il sera alors son rempart et sa protection, comme les anciens ont dit qu’il devait l’être. C’est pourquoi le roi qui aimera, et honorera et protègera son peuple de la sorte sera aimé, craint et obéi de lui ; et il occupera véritablement la place que Dieu lui a attribuée ; et il sera tenu pour bon en ce monde et gagnera par conséquent le bien dans l’autre monde pour toujours. Et celui qui agira d’une autre façon recevra de Dieu tout le contraire de cela.

Loi III.Des raisons pour lesquelles le roi doit aimer, honorer et garder son peuple

4Nous avons dit, dans la loi précédente, que le roi doit honorer, aimer et garder son peuple, et nous avons montré en quoi. A présent, nous voulons dire pourquoi il doit le faire. Et pour bien le faire comprendre, il est bon que nous exposions la similitude établie par Aristote auprès du roi Alexandre, au sujet du gouvernement du royaume et du peuple ; celle-ci dit que le royaume est comme un verger, le peuple comme des arbres, et que le roi en est le maître, et ses officiers (qui doivent juger et aider à l’accomplissement de la justice) sont comme les laboureurs, et les gentilshommes et les chevaliers sont comme des soldats qui doivent le défendre, et les lois, les fors et les droits sont comme une muraille qui l’entoure. Et les juges et officiers de justice, comme des murs et des haies, pour les garder afin que personne n’y entre pour y causer des dommages. De même, selon cette logique, Aristote a dit ce que le roi doit faire, dans son royaume et, en premier lieu, faire du bien à chacun selon son mérite. Et cela est comme l’eau, qui fait croître toutes choses ; et il doit s’entourer de gens de bien, en leur donnant des biens et des honneurs, et pourfendre les mauvaises gens du royaume avec l’épée de la justice, et arracher les criminels en les expulsant de sa terre pour qu’ils n’y causent pas de dommages. Et pour accomplir cela, il doit avoir des officiers de justice qui sachent connaître le droit et le juger/ en faire bon usage De même, il doit tenir la chevalerie prête, ainsi que les autres militaires, pour défendre le royaume, afin qu’il ne reçoive pas de dommages de la part des malfaiteurs de l’intérieur ni de ceux de l’extérieur, qui sont les ennemis. Et il doit donner au peuple des lois et des fors excellents sur lesquels régler sa conduite, et faire en sorte que le peuple prenne l’habitude de vivre selon les lois et ne veuille pas agir en dehors d’elles dans les affaires. Et surtout, il doit l’entourer de justice, et de vérité, en faisant en sorte que nul n’ose les transgresser. Et, s’il agit ainsi, il lui arrivera ce qu’a dit le prophète Jérémie : je t’établis au-dessus des nations, et des royaumes, pour que tu arraches et démolisses, que tu bâtisses et que tu plantes. Et le même Jérémie a dit aussi, ailleurs, que c’est une fonction toute particulière des rois que de régler les discordes entre les hommes, en faisant la justice et le droit, et en libérant les opprimés du pouvoir des criminels et en aidant les veuves et les orphelins qui sont des gens faibles, et même les étrangers, pour qu’aucun tort, ni aucun mal, ne leur soit infligé sur sa terre. Et cela concorde avec ce que disent les anciennes lois, qu’il appartient à leurs attributions, tout particulièrement, d’aider et de garder toutes les personnes comme ces dernières, plus encore que toutes les autres personnes de son royaume. C’est pourquoi, pour toutes les raisons énumérées, c’est une très bonne chose que les rois défendent leurs royaumes, et qu’ils aiment, honorent et gardent leurs peuples, chacun selon sa condition : et les prélats de la sainte Église, car ils sont sur terre en lieu et place des Apôtres, pour prédiquer, et enseigner la religion de Jésus Christ Notre Seigneur. Il doit aussi aimer tout le clergé, aussi bien les séculiers que les réguliers, car ils ont le devoir de prier Dieu pour tous les chrétiens, afin qu’il leur pardonne leurs péchés, et les guide à son service. Et il doit aussi aimer, et honorer, et garder les églises en les maintenant dans leur droit, car il est très juste que les lieux où l’on consacre le corps de Notre Seigneur Jésus Christ soient aimés, honorés et gardés. Il doit aussi aimer et honorer les gentilshommes car ils sont la noblesse et l’honneur de ses assemblées, et de ses royaumes. Et il doit aimer les chevaliers, car ils sont la protection et la défense de la terre : car ils ne doivent pas avoir peur de recevoir la mort pour garder la foi et l’accroître. Et ils doivent aussi honorer et aimer les maîtres des grands savoirs. Car c’est grâce à eux que se forment beaucoup d’hommes de valeur, et sur leur conseil que se maintiennent et se redressent bien souvent les royaumes, et les grands seigneurs. Car, comme l’ont dit les anciens sages, la connaissance des droits est une autre forme de chevalerie, grâce à laquelle on brise les audaces et on redresse les torts. Et ils doivent aussi aimer et honorer les habitants des villes, car ils sont, en quelque sorte, les trésors et la racine des royaumes. Et ils doivent faire de même pour les marchands, qui rapportent d’ailleurs, dans leurs terres, ce qui y est nécessaire. Et ils doivent aussi aimer et défendre les artisans et les laboureurs, car c’est dans l’artisanat des uns et le labeur des autres que les rois et tous les habitants de leurs royaumes trouvent leur soutien et leur subsistance, et nul ne peut vivre sans eux. Et, également, tous les sus-nommés, et chacun selon sa condition, doivent honorer et aimer le roi, et le royaume, et garder et accroître ses droits, et chacun doit le servir de la façon dont il doit le faire, comme leur seigneur naturel, car il est leur tête, et leur vie et leur subsistance. Et si le roi agit ainsi à l’égard de son peuple, il y aura de l’abondance dans son royaume : et il sera puissant pour cette raison, et il devra s’appuyer sur les biens qui s’y trouveront quand il en aura besoin, et il sera tenu pour raisonnable. Et tous, en général, l’aimeront, et le loueront, et il sera craint aussi bien des étrangers que des siens. Et s’il agissait autrement, c’est le contraire de cela qui lui adviendrait, ce qui serait un grand châtiment dans ce monde et dans l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Titre X. Comment doit être le roi, en général, pour tous ceux de son royaume », in Georges Martin (dir.), Alphonse X le Sage Deuxième partie, Paris, SEMH-Sorbonne - CLEA (EA 4083) (Les Livres d’e-Spania « Travaux en cours », 1), 2010, [En ligne], Mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/e-spanialivres/76

Haut de page