Navigation – Plan du site
Deuxième partie : Éditions et commentaires

Jean de Roquetaillade (1310 ? - 1366)

Texte intégral

Jean de Roquetaillade (vers 1310-1366[?])

1) Liber de Oneribus Orbis (1354-1355, LOO)

  • 1 Jeanne BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade, théologien, polémiste, alchimiste », Histoire littér (...)

1Identifié par Jeanne Bignami-Odier comme oeuvre authentique de Roquetaillade1, le Liber de Oneribus Orbis demeurait inédit à ce jour, malgré son intérêt.

  • 2 Référence donnée par J. BIGNAMI-ODIER, op. cit., p. 134. Le Liber de Oneribus Orbis se trouve p. 17 (...)
  • 3 D’après Juana María ARCELUS ULIBARRENA et José María POU I MARTÍ, (éds.), Visonarios, beguinos y fr (...)

2Seuls deux témoins de cet opuscule sont conservés : le manuscrit 18 de la Real Academia de la Lengua de Madrid (fols. 76r°-86r°) et le manuscrit 520 de la bibliothèque municipale de Tours (fols. 18v°-32v°), ce dernier ayant été édité au milieu du XVIe siècle par Matthias Francovitch (1520-1575), mais sans avoir été identifié2. La copie madrilène du LOO (XVe siècle) fait partie d’une anthologie prophétique issue de la bibliothèque papale de Peñíscola3, qui comprend également le Liber Secretorum Eventuum. Elle livre un texte complet.

  • 4 D’après Matthew TOBBIN, « Une collection de textes prophétiques du XVe siècle : le manuscrit 520 de (...)

3Le texte conservé dans Tours 520 aurait été copié en France, aux alentours de 1425-1450, peut-être à l’abbaye de Noirmoutiers, qui conservait ce manuscrit jusqu’à son acquisition par la bibliothèque municipale de Tours4. Il fait partie d’une anthologie prophétique consacrée au Grand Schisme et à la Guerre de Cent Ans. Il présente une importante lacune.

  • 5 Christine MOREROD-FATTEBERT fait remarquer, concernant le LSE que « la transcription des chiffres l (...)

4J’ai utilisé le texte madrilène comme base de mon édition, car outre le fait qu’il est complet, il est syntaxiquement plus cohérent que le texte tourangeau. Il malmène également moins la déclinaison et le vocabulaire latins. Un autre élément à porter à son crédit est qu’il reproduit correctement — à deux exceptions près — les calculs pourtant fort compliqués de Roquetaillade sur la fin de la secte de Mahomet, signe que son copiste était particulièrement attentif à ce qu’il écrivait5.

  • 6 Le huitième fléau est présenté comme le neuvième par Tours 520 et RAL 18, et ainsi de suite jusqu’à (...)

5Deux manuscrits ne suffisent bien entendu pas à définir des familles de textes, mais on peut néanmoins faire observer qu’aucun des deux témoins n’est une copie de l’autre et que tous les deux présentent, dans le commentaire, les mêmes erreurs de numérotation des fléaux, à partir du huitième inclus6. Cette erreur ne vient pas des textes du Vae Mundo que nos deux témoins ont recopiés, où les onze fléaux sont bien distincts et apparaissent les uns à la suite des autres. L’erreur partagée par Tours 520 et RAL 18 remonte donc à un ancêtre commun. Les deux textes datent également la prise de Tripoli de 1288, alors qu’elle a eu lieu en 1289, mais seul M date erronément la chute de Saint Jean d’Acre de 1290.

  • 7 La remarque vaut pour tous les autres traités de Roquetaillade dont plusieurs témoins sont conservé (...)
  • 8 Je ferai donc mienne la réflexion de l’éditrice du LSE : « Si le texte que je propose aujourd’hui n (...)

6Ici comme ailleurs, la variabilité extrême de la tradition manuscrite a rendu périlleux le travail d’édition, ce dont témoigne le volume important de l’apparat critique joint au texte7. La principale difficulté vient du nombre non négligeable de variantes alternatives existant entre M et T, qu’elles soient lexicales ou syntaxiques. J’ai en général retenu les leçons de M, car ce manuscrit m’a semblé globalement meilleur que T, mais sans aucune garantie que c’était bien là le texte voulu par Roquetaillade. J’ignore d’ailleurs s’il existe plusieurs recensions du LOO. Dans les cas où le sens littéral du texte posait problème dans les deux manuscrits, j’ai risqué des interprétations personnelles, appuyées sur le contexte et sur les autres traités de Roquetaillade, reconstruisant le texte pour tenter de donner une cohérence aux passages en question8. Les lectures de M et de T apparaissent alors en note.

  • 9 Tours 520 donnait le texte du Vae Mundo sous le LOO, dans un module plus grand, folios 18vo à 24ro, (...)
  • 10 Si cette prophétie n’est pas d’Arnaud de Villeneuve, force est cependant de constater qu’elle illus (...)

7Je suis responsable de la ponctuation du texte et des subdivisions à l’intérieur du découpage en fléaux livré par les deux manuscrits. J’ai reproduit la présentation du manuscrit de Madrid : le Vae Mundo est donc donné au complet, avant le LOO, puis partiellement cité au fil du commentaire9. Tours 520 et RAL 18 n’utilisaient pas exactement le même Vae Mundo : j’ai donc choisi comme texte de base de cette prophétie celui qui figure dans le manuscrit Vat. Lat. 3824. Il s’agit en effet d’un manuscrit contenant le Tractatus de Cymbalorum Ecclesie d’Arnaud de Villeneuve, première occurrence connue du Vae Mundo, et qui a été révisé par le médecin valencien lui-même. Nous disposions donc là d’un texte fidèle aux intentions de celui qui pourrait bien en être l’auteur10. Les variantes de M et de T sont reportées en note.

8Le texte tourangeau présente deux lacunes importantes, totalisant 14,8% du volume du traité.

9Tout d’abord, le folio 25 du manuscrit a été arraché, nous privant d’une partie du commentaire des sixième et septième fléaux. La lacune affecte de façon inégale trois passages: l’exposition des calamités devant frapper l’Empire et l’Église — mais seulement en partie, la totalité de l’introduction au commentaire du septième fléau, où Roquetaillade explique pourquoi le roi et le royaume de France souffriront des tribulations et en quoi celles-ci sont un châtiment divin, et enfin le début du long développement concernant les Angevins de Naples. Les raisons de cette mutilation ne sont pas évidentes, mais il est possible qu’elle soit le fait d’un lecteur irrité — ou intéressé — par les propos fort critiques de Roquetaillade sur la politique monétaire des rois de France pendant la Guerre de Cent Ans. La mutilation pourrait être très ancienne : rappelons que le manuscrit a été copié en France, alors que la Guerre de Cent Ans n’était pas tout à fait terminée.

10En effet, s’il s’était agi de supprimer du manuscrit les menaces pesant sur la descendance de Charles Ier d’Anjou, on voit mal pourquoi le censeur n’aurait pas également fait disparaître le reste du commentaire du septième fléau et la totalité de celui du troisième. La même remarque vaut concernant les tribulations promises à l’Empire et à l’Église. En effet, Roquetaillade annonce à de nombreuses reprises dans le LOO le châtiment de l’Église corrompue et son remplacement par une Église purifiée : pourquoi n’avoir supprimé — ou prélevé — que ce passage, certes synthétique, mais qui est loin d’être le plus virulent? Enfin, si c’était le sixième fléau qui avait intéressé notre censeur, on comprend mal pourquoi il n’aurait pas prélevé — ou biffé — le fragment où Roquetaillade explique quel territoire ces malheurs allaient frapper, qui se trouve sur le folio précédent.

  • 11 Tours 520 dit : « [...] depositor scelestino corum [sic] a gradibus dignitatis, reformator evangeli (...)

11Enfin, le texte livré par Tours 520 s’interrompt au milieu de l’énumération des vertus du pape angélique, à laquelle un «Explicit» vient brutalement mettre fin, privant deux groupes nominaux du substantif dont ils sont compléments11.

12Le long passage qui prolonge cette énumération dans RAL 18 et termine le LOO me semble bien appartenir au LOO et être de Jean de Roquetaillade.

  • 12 Tours donne : « ad illuminationem simplicium clericorum », qui est également recevable.

13Tout d’abord, ce passage reprend la liste des événements prévus pour les années 1354-1388 là où le texte de Tours l’avait interrompue et la complète : « decimo, est futura evacuatio nidi Aristotelici » s’inscrit bien dans la suite logique de «nono, est futurus post Innocentium papam VIum unus sumus pontifex in Ecclesia Dei [...]». Les dates qui y figurent sont en plus parfaitement compatibles avec celles qui avaient été données par ailleurs. En outre, les événements qu’annonce ce passage ont déjà été envisagés précédemment —pontificat du pape angélique, persécution de l’Église par une incarnation de Néron au début du pontificat de ce pape admirable, alliance de ce dernier et du «vespertilio», défaite des théologiens aristotéliciens et enfin élimination de la secte de Mahomet. Enfin, il comporte un renvoi précis à un autre fragment du commentaire — « iste futurus lapis mortuus [...] videtur esse magno amore in futurum conjunctus superiori vespertilio jam dicto» —, alors que la formule «hunc codicillum composui ad illuminationem simplicium et in cautionem prelatorum Ecclesie sacrosante romane» semble bien être un écho de la formule liminaire « ad illuminationem simplicium electorum in presenti opusculo [...] quem composui super sequenti prophetia12 ».

  • 13 Vaticinia de Summis Pontificibus, Merlinus de Summis Pontificibus, visions 13 et 18 de Robert d’Uzè (...)

14Les sources de cette partie du LOO sont des sources que Roquetaillade utilise habituellement13, à l’exception d’Albumasar, qui apparaît là pour la première fois dans un ouvrage attribué au franciscain, mais qui sera par la suite repris dans son Liber Ostensor de 1356. On peut donc supposer que Roquetaillade a pris connaissance des oeuvres de l’astronome entre 1349 — date à laquelle il achève son commentaire à l’Oracle de Cyrille, où Albumasar n’est pas cité — et 1354.

15Par ailleurs, l’auteur de la fin du LOO se réfère à ses différentes sources exactement de la même façon que Roquetaillade. L’Apocalypse de Jean est ainsi qualifiée de «Liber scriptum digito Dei vivi», Robert d’Uzès présenté comme «frater [...] Robertus de Usecici [...] qui exorsus est prophetare sub Nicolao papa IV°», Édouard le Confesseur comme «sanctus Odoardus, rex Anglicorum», la Sybille Érythrée comme «Sybilla, quam approbat Augustinum» et Vincent de Beauvais simplement désigné comme «Vicencium», toutes formulations qui apparaissent également, par exemple, dans le Liber Ostensor.

  • 14 Sur les différentes parties de ce traité, voir LSE, éd. cit., p. 123-124. Sa première partie est co (...)
  • 15 Références à la date d’apparition de l’Antéchrist et à l’extinction de la religion musulmane (§ 67 (...)

16Encore plus convaincante est la référence faite au LSE : cet ouvrage y est désigné comme Roquetaillade le désigna toujours — Primus liber conspectoris secretorum archanorum in visu Dei14 — et les deux renvois qui y sont ici faits sont parfaitement exacts15.

17Par ailleurs, on ne peut qu’être frappé par la coïncidence des affirmations finales de l’auteur avec celles sur lesquelles Roquetaillade conclut tous ses ouvrages : totale soumission à l’Église catholique romaine et au jugement qu’elle pourrait émettre sur l’ouvrage et foi dans son triomphe final.

18Enfin, chose extrêmement rare chez les faussaires, toutes les données biographiques concernant Roquetaillade, le roi de France, l’empereur et le pape sont non seulement exactes, mais concordantes.

19Le manuscrit de Tours est donc bien lacunaire et les passages qui le complètent dans le manuscrit madrilène sont authentiques et constituent bien la fin du LOO telle que l’a composée Roquetaillade.

20La mutilation pourrait être le fait du copiste tourangeau, car il place en note des réflexions sur l’auteur du traité qui tendent à prouver qu’il disposait du passage final, où celui-ci s’identifie :

 Actor seu expositor hujus operis erat de ordine fratrem minorum ; ignoro si fuerit Johannes de Rupecisci [sic], quia illo anno 1354 erat in carceribus in Avinione et tunc plura scripsit et denunciavit future : ita teneo quod sit Johannes de Rupescisa (fol. 32ro).

21Le manuscrit qu’il copie portait donc peut-être « fratis Johannis ordinis fratrum minorum » plutôt que « fratris Johannis de Ruppecisa, ordinis fratrum minorum », mais ce n’est même par certain, car, fol. 19vo, le copiste a précisé « nota annum in quo actor inchoavit opus, idest Johannes de Rupescisa ». Pourquoi alors avoir mutilé le texte? Peut-être parce qu’en pleine période d’offensive ottomane (1422-1456), la prévision de l’anéantissement des musulmans pour la fin du XIVe siècle n’avait plus guère de sens.

  • 16 Voir les paragraphes 17, 18, 21, 27, 28, 45, 48, 63, 67 et 69 de notre édition.

22La datation du Liber de Oneribus Orbis ne pose guère de problèmes : l’année 1354 y est présentée de nombreuses fois comme étant en cours16, y compris dans l’explicit. Roquetaillade n’a cependant probablement pas écrit son ouvrage d’une seule traite. En effet, commentant le troisième fléau, il annonce, § 27, une possible rébellion des Siciliens contre la dynastie catalane : « futurum erit ut Sicilia ei rebellis effugeret ungues ejus adherendo Ludovico rege Apulie [...] et si, Sicilia, rebellas regi Trinacrie (Louis Ier) eris a procellisnauticis absorbenda sive conterenda », puis, § 63 il reprend : « apostasia insule Sicilie de manu seminis Petri Aragonum qui forsitan jam sit ». Cette rébellion est présentée comme déjà en cours § 28 : « hic ergo annus Domini 1354 in quo rebellat Sicilia regi Trinacrie », ce que confirme le § 47 : « cervicosa Sicilia que rebellat hodie Ludovico regi Trinacrie ». Roquetaillade a donc introduit dans son commentaire des informations sur l’actualité, au fur et à mesure qu’elles lui parvenaient. Il semble enfin être revenu sur son ouvrage au cours de 1355, après avoir appris la fondation de l’Ordre de Sanct Jordi par Pierre III d’Aragon puisque § 48, on lit : « quoniam anno preterito 1354 accepit idem rex (Pierre III) cum nobilibus regni mantellum album cum cruce rubea ».

23Par la publication du LOO, sont maintenant disponibles tous les traités de Roquetaillade correspondant au premier stade d’élaboration de son scénario eschatologique, stade antérieur à la mort de Louis Ier de Sicile et où les maisons d’Aragon et de Trinacrie jouent un rôle-clef. Je souhaitais également par là disposer d’un support à l’étude de la lectio chez le franciscain, support qui permît en outre de poser le délicat problème du rapport entre prophétie et exégèse. Le LOO me semblait particulièrement indiqué, puisqu’il repose sur un texte dont les remplois et les réécritures jalonnent toute ma période d’étude et illustrent les différents modes de la prophétie.

2) Lettre à Étienne Haldebrand, 1356

  • 17 Pere BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies de Merlí i altres profecies contingudes en manuscripts catalan (...)
  • 18 Voir : Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval del Liber futurorum eventuum de Jo (...)
  • 19 Edward BROWN, (éd.), « Jean de Roquetaillade (Vade mecum in tribulatione) », Fasciculum rerum expet (...)
  • 20 « Copia prophetiae fratris Johannis de Rupescisa, ordinis Fratrum Minorum, provincie Aquitanie, cus (...)

24Le manuscrit BC271 contient le témoin le plus ancien d’une lettre adressée en 1356 par Roquetaillade à l’archevêque de Toulouse Étienne Haldebrand, en réponse à une consultation de celui-ci portant sur l’issue de la Guerre de Cent Ans. Ce texte était connu de Pere Bohigas i Balaguer, qui en a livré un court extrait dans sa présentation du contenu du manuscrit BC271, et inconnu de Jeanne Bignami-Odier17. Josep Perarnau i Espelt l’a transcrit, en annexe à son édition de la traduction catalane du LSE18. Je n’ai pas pu consulter les deux manuscrits anglais qui contiennent cette lettre et n’ai donc pu comparer le contenu de BC 271 qu’aux versions de ce texte données par Edward Brown et l’éditeur du continuateur de Guillaume de Nangis19. Comme aucune des trois versions dont je disposais n’offrait un texte satisfaisant, et qu’il était par ailleurs évident que Roquetaillade cherchait bien là à être compris, j’ai tenté une édition critique de sa lettre, en prenant comme base BC271 et en l’amendant par le recours aux textes donnés par Edward Brown et Hercule Géraud. Ni l’un ni l’autre n’indiquent malheureusement de quels manuscrits ils se sont servis : Hercule Géraud se contente d’une vague mention à un « manuscrit de Cîteaux », alors qu’Edward Brown reste totalement muet sur le sujet. Curieusement, Edward Brown date les deux lettres de Roquetaillade qu’il reproduit de novembre 1349, alors qu’elles sont toutes les deux de 1356, comme l’indique leur contenu. Or, la formule qui contient cette datation semble bien être empruntée à la signature du LSE20. Edward Brown se serait-il servi d’un manuscrit qui contenait les lettres et le LSE, manuscrit qui n’aurait pas encore été retrouvé, puisqu’aucun de ceux qu’a consultés l’éditrice du LSE ne contient également les lettres du franciscain?

Traductions catalanes du Vade Mecum in tribulatione et du Liber Secretorum Eventuum

  • 21 Traduction catalane du Liber Secretorum : édition par Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catal (...)

25Ces deux traductions sont conservées dans le manuscrit 336 de la bibliothèque municipale de Carpentras, où elles ont été copiées par la même main dans le dernier tiers du XVe siècle (ou au tout début du XVIe). Elles ont toutes les deux été éditées et étudiées par Josep Perarnau i Espelt21, et c’est aux travaux de cet auteur que j’emprunterai les remarques qui suivent.

26La traduction catalane du LSE serait de peu postérieure à sa composition et refléterait l’intérêt des souverains aragonais pour les prévisions du franciscain, notamment quant à l’Empire universel et à la domination sur la Sicile. Plus encore :

  • 22 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida… », p. 20.

El gran interès dels nostres reis (o dels seus cortesans) per ventura no era tant el d’aceptar els pronòstics de Joan de Rocatalhada, però sí el de conèixer-los, ni que fos per posar-hi mur de defensa; en aquest sentit, qui més hi era interessada, pet tots dos cantons, el del germà i el del marit era la reina Elionor de Trinàcria, des del 1349 reina de la corona catalano-aragonesa22.

  • 23 «Ella, no sabria dir si gaire directament o gaire indirectament, hi féu posar un antídot: el ‘Brevi (...)

27La rédaction du Breviloquium aurait alors été une sorte de réponse aux prévisions de Roquetaillade, orchestrée depuis l’entourage de la reine. En effet, le franciscain annonçait la poursuite de la domination française sur la Sicile et l’accession de Louis Ier de Sicile à l’Empire universel. Le Breviloquium, au contraire, fait de Pierre III le futur empereur universel, lui promet non seulement la couronne de Trinacrie, mais aussi celle de Naples, et présente la reine Éléonore comme l’instigatrice de sa politique en Méditerranée et la source de ses droits sur la Sicile23.

  • 24 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval … », p. 27-28. L’auteur a la prudence de fai (...)

28La copie, qui porte la trace de modifications pro-françaises du texte, pourrait dater de 1474-1493, période d’occupation française du Roussillon, et aurait pu servir à des fins de propagande24.

  • 25 Ibid, p. 22-23; le manuscrit de Turin porte la cote Bibl. Nazionale, K2IV 13, il est du milieu du X (...)

29Il est très difficile de déterminer à partir de quel texte latin le traducteur du LSE a travaillé : son original semble bien appartenir à la même famille que le manuscrit conservé à Turin, mais des rapprochements sont également possibles avec des représentants d’autres familles de textes. Josep Perarnau i Espelt suppose donc que, soit le traducteur disposait de plusieurs versions latines du LSE, soit qu’il a travaillé : « damunt una còpia molt primitiva, en la cual encara s’acomunaven característiques que després serien exclusives d’alguna de les línies de transmissió textual25 ».

  • 26 Pour une liste des erreurs, voir ibid, p. 23-27. Quant au dernier point, notons que quelques notes (...)

30La traduction est d’une qualité déplorable et rend le texte incompréhensible en de nombreux endroits. À l’ignorance du latin manifestée par le traducteur, se sont ajoutées des erreurs liées à l’évolution de la langue entre le XIVe et la fin du XVe siècle, ou encore à la négligence des copistes26. L’éditeur a donc choisi de livrer tel quel le texte de BMC 336 et de faire figurer en note les passages latins mal traduits ou omis, ainsi que ce qui aurait été leur traduction correcte ; les sources bibliques du LSE sont également indiquées en note.

31La traduction catalane du VMT présente l’intérêt d’être datable autrement que par des conjectures concernant son destinataire : le traducteur répondait à une commande et a exposé assez clairement les conditions de son travail dans un brève dédicace. On y apprend qu’il s’agissait d’un clerc, à qui son frère (ou un ami proche), un laïc, avait demandé de lui ramener d’Avignon « alguna cosa scrita dels libres de frare Johan de Rocha Tayllada, qui són tots en latí ». C’est sur le « derrer libre dels seus » que s’est porté le choix du traducteur. Le VMT ayant été rédigé après la bataille de Poitiers, qu’il mentionne, la traduction est donc nécessairement de peu postérieure à septembre 1356.

  • 27 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida...», p. 57-59.

32Le traducteur étant un professeur de droit civil ayant séjourné à Avignon suffisamment longtemps pour entreprendre ce genre de tâche, Josep Perarnau i Espelt envisage qu’il pourrait s’agir soit du cardinal Nicolau Rossell, qui entra à la Curie le 30/03/1357, ou encore de l’un de ses serviteurs, soit de Fransesc Romà, « legum doctorem, vicecancellarium », qui fut envoyé à Rome par Pierre III en janvier 135827.

  • 28 Hypothèse très vraisemblable (ibid, p. 66), qui en contredit une autre, formulée un peu plus haut : (...)
  • 29 Rappelons que c’est précisément son entêtement à vouloir fixer une date à la venue de l’Antéchrist (...)

33Il affirme dans sa dédicace, avoir opéré un choix de passages dans le VMT, n’en retenant que ce qu’il convenait à un laïc de savoir. Ont effectivement disparu : les réflexions sur la nature de l’ouvrage, un grand nombre de références bibliques, la majorité des dates précises fixées aux événements futurs et les calculs permettant de les obtenir, ainsi qu’une bonne partie de la critique très acide sur l’état du clergé et toute mention trop positive au rôle eschatologique des souverains français. Il s’agit donc bien probablement d’un « clergue, qui sap si relativament ben instal.lat, al qual no feia massa gràcia el tema de la pobresa28 », évidemment sujet de la couronne d’Aragon et peut-être au service de ses souverains. La censure des dates et des calculs du franciscain est par ailleurs tout à fait conforme à ce que l’on pourrait attendre de l’ancien inquisiteur qu’était Nicolau Rossell29.

  • 30 Roquetaillade affirmait lui-même que le VMT présenterait une sorte de résumé du contenu de ses autr (...)

34Le choix du VMT tient probablement à ce qu’il offre une exposition claire et rapide, en vingt points, des tribulations qui étaient sur le point de s’abattre sur la chrétienté et que ce sont probablement uniquement ces événements qui intéressaient le destinataire de la traduction30.

  • 31 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 8950, fol. 218 sq, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, C (...)

35La traduction du VMT est de bien meilleure qualité que celle du LSE — ce qui confirme qu’elles ne sont pas de la même main— et n’a donc nécessité que quelques corrections, portées en note, de même qu’y sont expliquées les erreurs dues à l’évolution de la langue entre la traduction et sa copie. Les références bibliques et les échos d’ouvrages d’Arnaud de Villeneuve ont été signalés dans l’apparatus fontum. Le texte de Carpentras est confronté à celui de quatre témoins latins31. Il a été impossible à l’éditeur de déterminer de quel texte latin pouvait dériver cette traduction, tant la tradition textuelle du VMT est fluctuante.

  • 32 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida...», p. 57.

36Aucune remise à jour ne semble avoir affecté le texte entre sa traduction au milieu du XIVe et sa copie à la fin du XVe : « tenim, al menys globalment considerat, el que isqué de les mans del traductor-resumidor32 ». Les motivations de la copie tiendraient donc seulement à un intérêt pour la littérature eschatologique et en particulier pour le thème de la fin du monde.

Textes directement inspirés de Jean de Roquetaillade

1) Prophétie pour 1372 (anonyme, avant 1369)

  • 33 P. BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies de Merlí.. », p. 257-258.
  • 34 J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade... », p. 175. Pour un repérage des emprunts à Roquetailla (...)
  • 35 C’est donc une erreur que d’affirmer, s’agissant de l’intérêt que la maison d’Aragon portait aux pr (...)

37Cette lettre prophétique, signalée et partiellement transcrite par Pere Bohigas i Balaguer33, s’inspire des prévisions de Jean de Roquetaillade, mais elle n’est pas du visionnaire, comme l’avait déjà supposé Jeanne Bignami-Odier34. Il est vrai que Roquetaillade a parfois écrit de courts textes, en réponse à des consultations. Cependant, il est invraisemblable qu’il se désigne comme « quidam moderni », se contente d’introduire ses prévisions par un simple « dicunt » et ne cite aucune ses sources, s’agissant en outre de ses propres ouvrages35.

  • 36 Se reporter à l’apparat critique joint au texte.

38L’auteur de ce texte connait des motifs issus du commentaire à l’Oracle de Cyrille, du VMT et du Liber Ostensor de Roquetaillade et les réunit pour élaborer un bref programme eschatologique, qui fait de son souverain le futur monarque universel36. Ce souverain ne semble être ni le roi d’Aragon, ni le roi de France, ni le roi de Castille, mais il est évident que l’avenir de ces trois monarques intéresse notre auteur. Celui-ci pourrait donc être un sujet du roi de Navarre : qui plus qu’un Navarrais aurait pu être intéressé tout à la fois par le destin de la France, de l’Aragon et de la Castille, au milieu du XIVe siècle? Partis castillans, Castille et Aragon, France et Angleterre se disputaient l’alliance du petit royaume à la position stratégique clef — lequel n’y jouait rien de moins que sa survie, alors que la guerre civile castillane, le conflit entre la Castille et l’Aragon et la guerre de Cent Ans déchiraient les royaumes péninsulaires.

  • 37 « Non sine grandi admiratione vidi in hoc carcere ante tres annos ab hoc ab Ispaniis quasi supra mo (...)

39La validité de l’hypothèse navarraise serait renforcée par l’existence d’autres textes messianiques concernant Charles le Mauvais, mais je n’en connais malheureusement aucun. Le seul auteur à mentionner ce roi, à ma connaissance, est Roquetaillade, dans le huitième traité du LO, mais il le place du côté du mal, ce qui ne nous étonnera guère, vu la politique de Charles Ier pendant la Guerre de Cent Ans, très hostile à Jean II37.

40Si « potencia enim minuetur [...] domini regis nostri » est à prendre comme prophétie post eventuum, la composition du texte pourrait être postérieure à la bataille de Cocherel, où Charles le Mauvais fut défait par Du Guesclin (16/05/1364). Elle est de toute façon postérieure au déclenchement de la guerre civile castillane et antérieure à la victoire d’Henri de Trastamare (1369), qui n’est même pas envisagée.

  • 38 J. PERARNAU I ESPELT, « LLibre dels grans esdeveniments... », ATCA, 17, Barcelone : IEC, 1998, p. 2 (...)

41Josep Perarnau i Espelt a transcrit ce texte en 1998, en annexe à la publication de la traduction catalane du Liber Secretorum Eventuum38. Lorsque j’ai pris connaissance de ce travail, j’ai intégré ses variantes en notes de mon édition.

2) Profecia de fra Johan de la Ordre de Cistell en València (anonyme, entre 09/1420 et 1440)

  • 39 P. BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies catalanes… », p. 40, n. 30. J. de PUIG I OLIVER, «Unes prediccio (...)

42Ce texte, connu de Pere Bohigas i Balaguer, a été transcrit sans commentaires ni indication de sources par Jaume de Puig i Oliver en 199439.

43Il offre un scénario eschatologique qui emprunte tous ses motifs, parfois à la lettre, au Vade Mecum in Tribulatione de Roquetaillade.

44Les dates données par le franciscain ont cependant été actualisées : la période qui verra les pires tribulations et l’apparition du pape angélique, prévue dans le VMT pour 1360-1365, est reportée à 1440-1445. La chronologie relative des événements reste la même que dans l’ouvrage de Roquetaillade.

45Deux modifications importantes sont par ailleurs à noter : l’auteur de la prophétie a fait disparaître toute mention à un schisme et a séparé en deux personnages le Néron-Antéchrist occidental du VMT. Dans le deuxième cas, il n’est pas impossible que d’autres traditions se soient imposées à l’auteur de la prophétie, dans lesquelles empereur et Antéchrist sont bien distincts. La censure portant sur le schisme pourrait indiquer que l’auteur écrit après la fin du Grand Schisme (1417) et avant l’affrontement violent entre le pape Eugène IV et le concile de Bâle, manifeste dès 12/1431. Le fait que la prophétie prévoie la fuite de « la cort romana » et non, comme le VMT, la fuite des cardinaux « de hac peccatrice Avinione » semble indiquer que le texte a été rédigé après le retour de la papauté à Rome, en septembre 1420. Il est de toutes façons antérieur à 1440, car aucune de ses prédictions ne semble rendre compte d’événements ayant eu lieu.

[Jean de Roquetaillade, Liber de Oneribus Orbis, 1354]

  • 40 a) Veh T ; b) elongantus M ; c) non leg. T ; d) Scire M ; e) in om M ; f) indi [non leg.] T ; g) li (...)

4640Vea mundo in centum annis, quoniam elongatusb est a decore meo! Habitatoresc Syried, quos studia prophana dilacerant, ine indignationef mea de litoreg maris ejicieth gens prophana ; eritque solitudoi in terra quousquej novus David arcem Sion veniat reparare.

  • 41 a) destructioni M ; b) arte vespertilionis : non leg.T ; c) donum M.

4741Grecia concubinaria rursum direptionia patebit et arte vespertilionisb occidui reducetur ad domumc sponse.

  • 42 a) non leg. T ; b) ungues aquile : un [non leg.] T ; c) astringere M ; d) quin T; e) absorbebit eam (...)

4842Cervicosa Sicilia triturabitur donec, consumptis apibus, sponsa fuerita reformata, cumque desinent ipsam ungues aquileb stringerec, non evadet, quoniamd gemina procella superveniens absorbebit eame.

  • 43 a) unicornum V [Vat. Lat. 3824, qui sert ici de texte de base pour le Vae Mundo], unicornu T ; b) n (...)

4943Romanorum fastigia diruet unicornisa et ipsi propriis furoribusb vorabunturc, quibus fractura pontis et asini submersio dabuntd signa ruine appropinquantis, quando, suggestione bilinguise, conflabiturf idolumg populo impudico ; tacentibusque senioribus denegabitur audientia veritati et obtegetur, intuituh simulacrorum Egipti.

  • 44 a) onagorum M ; b) et laceratis inguinibus om M, unguibus T ; c) usque : donec ab inguine M ; e) po (...)

5044Nidus onagroruma Italia leonibus et lupis de propria silva natis mordebitur, et, laceratis inguinibusc, usqued ad poplicese fluetf sanguis et terrenam experta voraginem discetg medelamh cognoscerei sue sitis.

  • 45 a) cujus V, M ; b) beluarum V,T ; balenarum M ; c) suscitabit M ; d) non leg. T.

5145Germania viscerum dolore torquebitur et, fractis cervicibus, bibet de calice furoris1 cum sacerdotibus giganteis; in pelago ejusa multitudo bellorumb excitabitc procellam subjiciens periculo navigantes. Nam, conturbatis principibus, periclitabitur tranquillitas popularisd.

  • 46 a) astringent M ; b) usque om. V ; c) complicabitur M ; d) repleccione M ; e) rex om V ; f) mestrua (...)

5246Serpiginosa brachia regis apum constringenta latera subditorum et a mari usqueb ad mare2 protensa complicabunturc immoderata repletioned. Nam rexe qui sponse menstruaf deglutivit fune proprio strangulatus de solio corruet odio vicinorum, arentibus vicibusg federis simulati, nec ambitiosa pollutio sanguinis impune transibit merentibus genitis.

  • 47 a) etiam om T ; b) Aristotilis V,M,T ; c) quoniam M ; d) pull[non leg.] T; e) tacentibus enim senio (...)

5347Nidus etiama Aristotelisb contabescens evacuabitur, quiac pullorumd garritus abominabilis obteget veritatem irridendo ministris ejuse.

  • 48 a) stremitus M.

5448Hibernorum cavernas proprii maris fremitusa conturbabit et ut indomita ferocitas mansuescat, sub uno rege pressura dabitur populo indiscreto.

  • 49 a) Ypania M ; b) maphometice M ; c) in add. V ; d) ejus M ; e) filius T ; f) [non leg.]ans T ; g) n (...)

5549Hispaniaa, nutrix Machometiceb pravitatis reciproca furia laniabitur, nam invicemc ipsiusd regna consurgent, et cum pulluse jumentalis tria septenna compleverit, multiplicabitur ignis voransf donecg vespertilio scinifes Hispanie devoret, subjiciensque Africam et caputh bestie conterens, accipiat Monarchiam et in posteris humiliet Nili habitatores.

  • 50 a) Post hec T ; b) consurget T, M ; c) tribulandum M, crebrandum T ; d) seviciem M ; e) e[non leg.] (...)

5650Postquea filius perdicionis exsurgetb impetu repentino ad cribrandumc mortales3, ut filios Jherusalem acerbissimo gladio separet a filiis Babilonis et draco sui furoris extremam sevitiamd in eo concludens illusus et victus maneat in eternum4e.

571 Jer. 25.15 et 25.28.

582 Voir, notamment, Éz. 45.37, Mt 8.11 et Ps. 71.7-8.

593 Am. 9.9 et Lc. 22.31.

604 Apc. 19.15 et 20.10.

 

  • 51 a) Sequitur expositio prophetie Arnoldi de Villanoua De Oneribus Orbis add. T ; b) clericorum T ; c (...)

6151aAd illuminationem simplicium electorumb in presenti opusculo librum De oneribus mundi sive orbisc quem composui superd sequenti prophetia que incipit : « Vee mundo in centum annis », notabiliter breviabo et sine enigmataf misteria sigillata in ea sub occultis verbis in lumine Christi reserabog ad plenum, quia tempora valde instant ut ea que prophetantur in ea penitus compleantur, licet una pars appareat jam completa sive preterita et alia futurah, nisi enim preintelligerenturi terribileseventus quij predicanturk hic frustraet sine utilitate hec scripta revelata fuissentm. Constat autem quod omnisciens infinitus etn sapiens gubernator nature Deus nichil revelat frustra, nichilo agit inutiliterp, ymmo ad utilitatem Ecclesie veros prophetasp ordinavit solerter.

  • 52 a) autem add. T ; b) inseret T ; c) simplice T ; d) tamen om M ; e) et om. M ; f) primi T ; g) sed (...)

6252 Hanca prophetiam inseritb magister Arnaldus de Vilanova in libro suo quem intitulavit De mysteriis cimbalorum, sed eam non exposuit, et dicit ipsam uni simplicic viro fere sine litteris devoto et sancto revelatam fuisse1. Salva tamend semper sentencia Ecclesie sacro sancte romane, causa principalis ete primaria revelans fuit Spiritus Sanctus — juxta illud, Petrif, capitulo secundo2 : « Non enim voluntate humana adlata est aliquando prophetia sedg, Spiritu Sancto inspiranteh, locuti sunt sancti Dei homines » — ; causa secundaria et mysterialisi fuit illej sanctus homo cujus nomine ignoro ; causa materialis sunt terribilia onerak totius orbis que describuntur in ea ; causa formalis est stilus celestis stole qui manifeste relucet in flamine prophetalil ; causa finalis est gloriam omnipotentis Christi et informatio, premunitio et instructio totius corporis mystici ejus adversus maliciasn proximi Antichristi3.

  • 53 a) sive Spiritus Sanctus in proposita prophetia om M ; b) Veh T, Vehe M ; c) debeant M ; d) et om M (...)

6353Dicit ergo Deus sive Spiritus Sanctusa in proposita prophetia: « Veb mundo in etc ». Hic statim queritur primo a quo anno et tempore isti centum anni debentc incohari, etd infra quos mundus nequam pro quoe Christusf in Evangelio recusavit orare4 maledici et onerari omnibus ponderibus sequentibus perhibeturg, infra quosh — ut infra dicituri — veniet proximus Antichristus.

  • 54 a) et add T ; b) anno om M ; c) christiana om M ; d) prophetia om M ; e) quia-Tripolis : quia primu (...)

6454aRespondeo breviter, quia prolixe in Libro Majori5 respondi, quod, omni ambiguitate et disputatione abjecta, isti centum anni incipiunt ab anno Domini M°CC°LXXX°VIII°, in quo annob capta fuit civitas christianac Tripolis sub Nicolao papa IV, de ordine fratrum minorum, cujus ratio est quia primum in speciali prophetiad prophetatur hic captio Tripolise, destructio Achonisf, expulsio christianorum de totag Syria ; et illud onus fuit incohatum super Tripoli anno prenunciato, sicut clare digessi in libro meo De chronici 6et patet per alios chronicosh.

  • 55 a) tunc om M ; b) vehe M ; c) hec-demostratio : et hoc demostrative M ; d) concludetur T ; e) in ad (...)

6555Nam, postquam in generali mundus maledictioni in centum annis subjicitur, tunca a quo tempore incohetur prima maledictio specialis seu primum onusb, evidenter ostendit cum dicit : « Habitatores Syrie etc » ; hec enim demostratioc concluditurd ex hoc, quia fantasticum esset dicere quod illa tribulatio christianorum in Syria — postquam expresse poniture « Ve C annorum » — literaliter excludereturf ; fuit ergo ante illud tempus factag hec revelatio, et non ponitur quota anni in quo facta est, quia a captione predictah Tripolis hii C anni incohantur pro certo. Ex quo certificatur universis de Ecclesiai quod Antichristus proximusj futurus est circakannum Domini MmCCCmLXXXmVIIIIm, quia, a captione Tripolis usque ad illum annum sunt C anni, neque plus, neque minus.

  • 56 a) hec T ; b) et hoc per : quod M ; c) demostrantur T ; d) subtrahantur T ; e) nunc om M ; f) et-qu (...)

6656Et ex eisdem fundamentis infallibilibus concluditur pro certo quod Antichristus apparebit in mundo ab hoc anno Domini M°CCC°LIIII° infra XXXIIII annos immediate sequentes, et hoca perb calculatione certissima demostraturc : quia, si ab annis M°CCC°LXXX°VIIII° subtrahasd XXXIIII, remanent anni MCCCLIIII, in quo nunce sumus. Et notatur quodf licet ab hocg anno Domini M°CCC°LXXX°IIII° infra XXXIIII annosh immediate sequentes dicatur filius perditionis venire, non tamen intelligas quod tantum tardet venire, sed quod infra illos veniet Antichristus, maxime ab anno Domini M°CCC°LX°VI° et ultra, sicut digessi in librisi aliis extra istumj, ex numeris Danielis7.

  • 57 a) quorum-hoc anno om T ; b) subdatur T ; c) subjungit dicens : subjungitur dicendo T ; d) evangeli (...)

6757Quare autem maledictioni C annorum, quorum tamen XXXIIII restant complendi ab hoc annoa, hic mundus subjiciaturb, immediate ratio redditur cum subjungit dicensc : « quoniam elongatus est a decore meo », hoc est ab omni pulchritudine evangelistarum veritatisd et introducta est ine reprobis plenitudof omnium viciorum in maxima parteg carnalissimih cleri et deturpati pro magna parte populi christiani, sicut occulus probat ad sensum. Et hoc ampliori probatione non eget, et hoc primum onusi est toti seculo generalij, quia sicut non est in mundo natio aliqua que coram Deo possit dicere « non offendi », ita non est in mundok patria aliqual que non sentiat furiam Crucifixi iratim.

  • 58 a) ergo-onus speciale om M ; b) in om M ; c) vehe M ; d) Tripolem et Achon : Tripolim et Achona T, (...)

6858Sequitur ergo primum onus specialea : « Habitatores Syrie, quos studia prophana dilacerant inb indignatione mea etc » ; hoc est primum onusc speciale a quo centum anni incipiunt computari et tangit maledictio ista Tripolem et Achond, que in Libris Macchabeorum8 civitas Cholonianis nuncupatur, que in IV° Libro Regum9 Accaronf appelatur. Et, quia anno Domini M°CC°LXXXVIII° capta fuit Tripolis tunc civitas christiana per soldanum Egipti, ab illo temporeg infra C annos immediate sequentes tota hujus prophetie seriesh afirmatur essei complendaj.

  • 59 a) 1290 M ; b) videlicet add T ; c) scelerati om T ; d) illa om. M ; e) evidenter om M ; f) dub. : (...)

6959Et, anno Domini M°CC°X°CIa, bpost duos annos a captione Tripolis, capta est et Achon civitas christiana a soldano Egipti pariter et destructa, juxta prophetias VeterisTestamenti. Et ab eodem tempore usque ad istam diem, expulsus est totus populus christianus catholicus de regno Israël et Syrie, et data est terra in manus impii sceleratic populi Sarraceni et celebrat terra illad sabbata sua, expulso scelerato populo christiano, prout Dominus evidentere testatur dicens : « Quos studia prophana dilacerant », videlicet universa peccata quibus, ob abundantiam mercatorumf, deditus erat cultuig carnis sirus populus christianus. Et quia iratus erath Deus contra populum christianum, missit super ipsum populum sarracenumi, ob magnitudinem ire, hereditatemquej populi christiani tradidit Christus alieno populo, id estk Sarraceno, usque ad tempus certuml, ut impleatur quod subdit dicens : « Eritque solitudo in terra » Syrie et Israël, Tripolis et Achonis et Damascim « donec novus David arcem Sion veniat reparare ».

  • 60 a) recuperatorem-Sion : recuperationem et hedificationem seu reparationem arcis Sion M ; b) unitore (...)

7060Per hunc David, recuperatorem et edificatorem seu reparatorem arcis Siona — hoc est Jerusalem et regni Syrie —, futurum papam victoremb, universi orbisc reparatorem intelligo, de quo in Commento Horoscopid prophetia10 abundanter digessi, ac insuper principem christianum secularem qui sub eo dux erit belli universi populi christiani. Sed quando hoc erit, certe prope est ute veniat tempus ejus, et dies ejus non elongabuntur11f. Et infra hos proximos X annos immediate futuros — scilicet ab hoc anno Domini M°CCC°L°IIII° usque ad annum Domini M°CCC°LXIIIIg audientur rumores per mundumh, sicut ex totisi annorum Libri Horoscopij in commento meo manifeste probavi, quia infra hos proximos XXXIIII annos necesse est destrui Sarracenos et Judeos converti et juridictionem summi pontificis per universum seculum dilatari.

  • 61 a) textus om. M ; b) et est tertium onus add. T ; c) vehe M ; d) Tertium-quod : Hoc est 3um onus sp (...)

7161Sequitur textusa,b : « Grecia concubinaria, etc ». Secundum onusc speciale erit quodd tangit Grecos specialitere, et, sub nomine Grecorum, ceteros scismaticos et erroneos populos et naciones orientalesf queg ab unitateh, obedientia et fide universalis romane Ecclesie recesserunt cum eis ; quia ergoi, spreto vero sponso romano pontifice, meretricarie cum pseudo patriarchis Grecis hereticis adulteriamj commisserunt, merito Dominus contra eosk ita dixit : « Grecia concubinaria » — id est adulteral meretrix a thoro legitimo romani pontificis heretice declinans —, « rursum » — id est iterato etm de novon — « diruptioni » — id est Turcorum et Sarracenorum ac Latinorum afflicta destructionibuso — « patebit », justo judicio Jhesu Christop permitenteq ; juxta illud, Apocalipsis, capitulo XI12p : « Atrium autems quod est foris templum eice foras et ne metierist eumu quoniam datum est gentibus, etcv,w ». Etx quod yhoc ad litteram impletur omni diezaamaxime a captione Tripolis et citrabb — probatione non eget, quiacc ob culpam inobedientie et errorum, potentiam, sapientiam et fere presidentiam perdiderunt, etdd regna et ecclesias multas, famosas etee antiquas, sicut probant septem ecclesieffApocalipsis13, et continuegg gravatur jugumhh Sarracenorum in ipsosii, etjj usque quo Grecia concubinaria fugitiva extrakk Ecclesiam vagabit in vinisll, mmDeus immediate subjungit cum dicit : « Et arte vespertilionis occidui reducetur ad domum sponse ».

  • 62 a) quaquam T ; b) preposita M ; c) erit T ; d) Equitania M ; e) certum vicinis om M ; f) sive M ; g (...)

7262Quis sit futurus vespertilio iste non claret usque quama ex textu, sed omni ambiguitate postpositab, firmiter confitemur quod unus princeps estc christianus venturus de finibus Occidentis ; et ex hoc vespertilio mystice nuncupatur quia, sicut vespertilio apparet in occasu solis, ita iste princeps sub quo Grecia heretica est ad domum sponse — id est romane Ecclesie — reducenda a solis occasu sine dubio apparebit — id est de Aquitaniad, aut de Hispania, aut de partibus illis certum vicinise — etf aliquis secularis princeps hic vespertilio fueritg, sive papa victor predictus futurus in proximo, seculi reparatorh ; et procul dubio tempora sunt propinqua, sicut in aliis libris meis clarissime probavi. Nam et sub immediatoi successore domini nostrij summi pontificis Innocentii papek VI, miraculal,m videbuntur quoniam erit solusn unus seculi reparator, successor ejuso, ab angelo Domini inducendus14.

  • 63 a) textus om ; b) tertium-hoc : hoc onus speciale T ; c) et om T ; d) tuccie dub. M, in marg : alia (...)

7363Sequitur textusa: « Cervicosa Sicila triturabitur, etc ». Tertium onus speciale hocb gravissimum, plenum periculis etc summed dolorosum, tangit contumacem Siciliam pariter et rebellem Ecclesie romane, que reges seuose tyrannos habuit ab antiquo. Et predicitf Dominus in furore et ira qualiter erat ab anno Domini M°CC°LXXXVIII° et ultra multifarie cervicosa Sicilia flagellandag a Francis Neapolitanis — a Karolo II°h et rege Roberto sancte memoriei — sicut rei eventus evidenter probavitj. Et debetk flagellum Sicilie perdurare donec impleatur quod subditl videlicetm : « donec, consumptis apibus, sponsa fuerit reformata ».

  • 64 a) ululatus om M ; b) continantur M ; c) verbis om, T ; d) dicit om. M ; e) signate M ; f) apis T; (...)

7464O quantus luctus et dolor, ululatusa et planctus contingunturb in enigmatibus istis verbisc! Vide quid Deus dicitd : « donec consumptis apibus, sponsa fuerit reformata » : notate verba et signatae mysteria « apes», Ysaïae capitulo VII15g, quoniamh, tempore Manfredi, Karolus comes Provincie fuiti, jadvocatusk a Deo, ad Siciliam aufferendaml seminim Frederici, quapropter clarum est et certum quod apes pungitive rebellumn Ecclesie sunt Franci de Neapoli, heredes incliti Karoli Gallici, fratris sancti Ludovici imperatoris Franci. Et pro muro eneo positi fuerunt Franci Neapolitanio, ne de semine crudelis Frederici ab insula Sicilie ante tempus statutum surgeret malleator cleri etp destructor populi scelerati, id est proximus Ludovicusq.

  • 65 a) et add T ; b) ut ex texto dub.M ; c) ecclesiasticus T ; d) diruatur M ; e) testatur T ; f) id es (...)

7565Sed, quia necesse est ut veniant scandala multiplicatis criminibus, necesse esta ut veniat malleus seculi, castigator, siculus Trinacrieb Ludovicus. Sed, quia sibi est impossibile seculum malleare et transgressores superbissimos ad nuditatem apostolicam revocare, nisi prius contra ipsum murus erectusc neapolitanus gallicus deruaturd, merito Dominus consentiete Neapolitanos Gallicos — heu dolor! — conterendos, cum dicit « donec consumptis apibus » — id est Gallicis Neapolitanis a Ludovico siculo et rege Aragonie conterendis in proximo — « sponsa » Christi fgeneralis Ecclesia « fuerit reformata », id est ad paupertatem Christi primitivam et apostolorum per duos reges predictos fuerit revocata, quia predicti duo principes universalem Ecclesiam in toto orbe, non solum in Italia sed ubique, omnibus temporalibus denudabunt, ut discant superbi clerici humilibus de cetero consentire.

  • 66 a) confederabuntur T, federabuntur M ; b) Cirulo M ; c) in Cirilo et sibi : ibi T ; d) federati M ; (...)

7666Rex enim Ludovicus Trinacrie et rex inclitus Aragonie ac domus colubri tortuosi — id est Mediolani — in futuro confederabunta in unum, prout revelat Dominus in Cirilo16b, et sibic subjicient confederatid totum orbem ad tempus et preponetur omnibus Ludovicus ut puto, quia — eApocalipsis, capitulo XIII17 — necesse est ascendere imperatoriam bestiam de mari — id est Sicilie — et ipsam generaliter principari, sicut alibi prolixius detexi18. Sed non fiet nisi rumpatur murus eneusf apum Francorum etg Neapolitanorum potentia tam antiqua et magna. Sed quomodo rumpetur et quando, Dominush immediate subjungit dicens : « Et cum desinenti eam » — id est cervicosam Siciliam — « ungues aquile » — id est potentia et dominatio Ludovici regis Trinacrie, qui in scuto portat signum duarum aquilarum imperialiumj — « restringere », quia futurum erat ut Sicilia ei rebellis effugeret ungues ejus adherendo Ludovico rege Apulie. Tunc, Sicilia cervicosa credens evadere vindictam Ludovici regis Trinacrie non evadet, quia licet Ludovicus rex Trinacrie, propter rebellionem Sicilie videaturk succumbere ad breve tempusl, non tamenm erit sic in fine, propter hoc quodn Dominus subjungit dicenso « non evadet » Sicilia cervicosa, id est fugiendo ungues aquile siculi Ludovici, « quoniam gemina procella », id est nautica « superveniens » ab Aragonia « absorbebit eam ». Notetisp verba, rebelles Sicilie, quiaq regi Trinacrie bis estis in bellicosis conflictibus perimendi a rege Aragonie et ab unguibus insuper aquilarum Trinacrie predictarum et eritr vobis baculus arundineus potencia Gallicorum de Neapoli cuis, si quis innititur, perforatur manus ejust. Etu si, Sicilia, rebellasv regi Trinacrie, eris a procellis nauticis Aragonie absorbenda sive conterendaw.

  • 67 a) tamen add T ; b) protegere-conterentur : prosternentur T ; c) quo add M ; d) et om M ; e) suprad (...)

7767Quida futurum sit apibus neapolitanis jam non ambigitur, quia rex cum Siculis — quos adversus regem Trinacrie cepit protegere — contereturb, ut verbum Domini impleatur cum dixit : « donec consumptis apibus sponsa fuerit reformata ». Hic ergo annusc Domini M°CCC°LIIII° in quo rebellat Sicilia regi Trinacrie est principium occultum consumptionis Francorum de Neapoli etd collapsionis muri enei Ecclesie supradictie, introductoriumf persecutionis future Ecclesie, occultumqueg intromicatoriumh maximi Antichristi et reductorumi universalis Ecclesie ad mendicitatem Ecclesie primitive et hec, occulta sententia, pullulabuntj paulatimk ab hoc anno prescritol usque adm annum Domini MCCCLXVI° et ultra per IIIIor annos, donec appareat in sua plena executione Antichristus predictus.

  • 68 a) hic ergo liber : hunc ergo librum T, M ; b) romane add T ; c) domino M ; d) jocale om M ; e) int (...)

7868Hic ergo libera, constituto sancto zelo et bono, testis est nostri, Deus, ut sciant prelati Ecclesie sacrosancteb qualiter gubernentur semetipsos et populum, ne ceci recipiant Antichristum, quem « in januis » habent19 pro certo. Illuminet eos Dominusc Jhesus Christus : maximum enim jocaled est scire intentionese bellorum presentium et seminaria occultorum malorumf. Alioquin, « si cecus ceco ducatum prebeat, ambo in foveam cadunt20g », quod absit : maximumh enim munus Dei est istud et preciosumi jocale Ecclesie sacrosanctej romane ut sciant per hanc prophetiam Domini Ecclesie generalis ad quem finem tendunt conatus Aragonentium ac regis Trinacrie et colubrum Mediolanensium, ut adhibeant adversus malleatores seculi remedium opportunum, si possunt, et sciantk qui favere debeant quive repugnare.

  • 69 a) textus add T ; b) unicornio M ; c) percutietur T ; d) unicornio-monarca : unicornu generali mona (...)

7969Sequitura : « Fastigia Romanorum diruet unicornisb etc » ; quartum onus est istud in quo percutiturc domina regnorum Roma et ejus sublimes principes sunt conterendi ab unicorno generali monarcad imperatore potissime ab Antichristo futuro, per quem fastigium superbiee Romanorum et omnia sceleraf Ecclesie prelatorum deicientur ad ima. Et non solum fastigium superbie ecclesiasticorum malorum conteretur et dirueturg ad ima per unicornumh — id est imperatorem Romanum —, sed « ipsi propriis furoribus vorabuntur », quia clerici Ecclesie invicem turpiter dividenturi, ut omnis superbia congregatio dividaturj ut sic facilius desoletur et cadat21. Et quidam ex romanis clericis favebunt tirannis contrariis Ecclesie et alii inversok resistent. Sed quia melius previsa jacula feriunt22, subjungit Dominus signum per quod possint ecclesiastici cognoscere appropinquantem ruinam si volunt, dicens quomodol nobilibus romanis, maxime dominis pape et cardinalibus : « fractura pontis », videlicetm, nove Rome — id est Avinionis — facta anno Domini M°CCC°XL°V°23, quandon Clemens papa VIus fecerat compleri ex integro pontem et cum transisset super eumo, eundo ab Avinione ad Villamnovam, vel ergo post duos dies a suo transitu, rupto ponte subito, ceciditp integre unus arcus ; « et asini submersio », quia in hora ruptionis illius arcus erat asinus — id est unus capellanus cantor domini cardinalis Ostiensis Bertrandiq de Pogeto, olim legati Johannis pape XXIIr in Italiam — super arcums et submersus fuit ett nunquam ex tunc inventus. Et vocabatur asinus duabus de causis publice in tota civitate. Primo, quia passimu quasi in quolibet verbo veretrum asiniv nominabat ; erat enimw homo turpis, xinverecundus. Secundo, quiay gloriabatur in veretro suo illez pollutus homo quod tam magnumaa habebatbb ut non hominis, sed asini videturcc. Et eratdd turpisee homo, luxuriosus et glorians in eo ; ipsum passim sociis et mulieribus ostendebatff. Et sacerdotes etgg cantores illius temporis hoc michi narraverunt, nescienteshh hunc passum, sed ego hoc audiens obstupui et in eo hancii prophetiam impletam diligenter notavi. Quibus ergo pape et cardinalibus et Romanis « fractura pontis » Avinionis predicta sub Clemente papa VI° et « asini » — bestialis presbiteri antedictijj — « submersio », quia in hora casus pontis super rupto ponte eratkk et submersus etll nunquam inventus estmm, hec duo prebebuntnn « signao ruine appropinquantis », fiende per unicornem romanumpp cesarem in breviqq, heu dolor !

  • 70 a) Et dicto T ; b) VIumom T, vera add T ; c) erat M ; d) unicornium M ; e) et add T ; f) hic om M ; (...)

8070Eodema anno, apes de Neapoli inceperunt consumi in suspensione regis Andree et in vastatione quam fecit rex Ungarie in semine regali. Et dicit « ruine appropinquantis » et non tunc presentis, quia post Clementem papam VIumb eritc ruina notabilis secutura, licet Karolus de Boemia in unicornemd,e imperatorem electus fuerit anno immediate sequenti post fractionem pontis et submersionem feculenti asini memorati. Sed, an ille sit unicornis de quo hicf agitur qui destruere venire debetg cum dominis Ecclesie, hoc scietur in brevi, experientia exponente magistra, tamen ille unicornis erith principaliter Antichristus futurus, licet non excludatur tirannus alius predecessor natusi, quia potest esse unicornis iste domitorj cleri unus in spiritu et duplex in persona.

  • 71 a) alia pars textus predicti add T ; b) quoniam T ; c) usque ad illam partem Egipti § Idolum confla (...)

8171Sequitura : « Quandob, suggestione bilinguisc, etc ». « Suggestione bilinguisd » fuit pseudo pontifex Petrus de Corbariae, qui, tempore Johannis pape XXII multos seduxit in Italia iste prophetia pseudof sub Ludovico de Bavaria, quo tempore ab hereticis Mauris24, dicentibus Johannem papam damnasse tanquam hereticam determinationem evangelice paupertatis Ecclesie romane contentamg in decretali « Exiit qui seminat » hdomini Nicolai, est in multis hereticis obtecta veritas Christiquei paupertatis cum dicuntj decretales contrarias [esse], gravantes hereticos asserentes sub Johanne papa et ab eo et citrak in prelatis potestateml universalis Ecclesie defecisse, quem omnia dicta ejusn fuerunt seminariao errorum temporump Antichristi propinqui. Novit hoc Jhesus Christus quomodoq — « tacentibusque senioribus » — locuti sunt falsa contra sanctam fidem catholicam orthodoxam romane Ecclesie de evangelica paupertate crudeles heretici blasfemantes declarationem seur determinationem domini Nicolai, « intuitu simulacrorum Egipti », hoc est pullorum nidi Aristotelis de quo infra. Et quia hoc in parte preteriit quod dictum est, non expono, sed qui legit intelligat aut quiescat ; Egiptus enim Franciam prefigurat, quia regnum Egipti datum est per Ecclesiam adquisitioni Francorum25.

  • 72 a) textus add T; b) notabilibus T ; c) cujus dub. M ; d) sanctissimis om. T ; e) usque ad finem orb (...)

8272Sequitura : « Nidus onagrorum Italia etc ». Percussa Roma et romanis nobilibusb, excepta Ecclesia generali cujusc usque ad finem orbis remanebit sua generalis potestas auctoritas et fides intacta in viris humilibus sanctissimisd — licet pauperibus — usque ad finem orbis in proximoe, tumf superbissimis peccatoribus extirpatis a malleo futuro. In hoc Vto onere consequenter totam Italiamg, Lombardiam et Tusciam percutith spiritus prophecie dicens : « Nidus onagrorum Italia » ; ivult dicere plenam multitudinemj agrestium et crudelium tirannorum in onagris asinis, scilicet agrestibus, mystice signatorum, de quibus onagris — scilicet tirannis — kJob XXXIX, lita dicit « Quis dimisit onagrum liberum et vincula ejus quis solvit, qui dedim in solitudine domum et tabernacula ejus in terra salsuginis, contempnit multitudinem civitatis, clamorem exactoris non audit, circumspicit montes pascue et virencia quaequen perquirit26 ». Iste sunt conditiones tirannorum Italieo experientiump libertatem, qnon audientium vocem exactoris justicie, summi pontificis aut magni imperatoris. Et quia sunt ambiciosi regnantesr ut leo et rapacess bonat civitatum ut lupus, ideo merito subinfertur leonibus ambiciosis tirannis — id est lupisu mordacibus — simplicium populorum « de propria silva » — id est de interna Italia — « natis mordebunturv ». Et hoc est certum sicutw est dies ista, quia hoc exposicione non eget, cum rei experiencia hoc exponat, sicut probant Mediolanensesx colubri tortuosi27 cum illis de Ferrariay, de Padua, Mantua et de Scala, cum illis de Cadiaz, Tuderioaa, Malatestabb, Marchie ac prefecto Viterbiicc, qui tam terras Ecclesie quam Imperii pro posse lacerando, Italiam rapere non desistunt cum aliis quam plurimis tirannis. Et rapient amplius in futurum donec in bellis plurimis affuturis « ab inguine usque ad poplicesdd fluat sanguis » cum gladiis bisacutis28. Et cito hoc fiet, justo Dei judicio, ut « terrenamee experta voraginem », ffin vulneribus voraginosis futurorum bellorum fiendorum per romanos generales augustos — potissime per bestiam de mari Sicilie ascensuramgg — « discat » ambiciosa Italia « medelam accipere sue sitis ».

  • 73 a) ambisioser T ; b) -que add T ; c) Italie add T ; d) eis M ; e) adheserit T; f) impleatur T.

8373O quantus luctus ambiciosisa Italicis preparatur, quantab mala eis comminatur spiritus prophetie! Pars enimc que resistet proxime bestie Antichristo perdetur corporaliter affligenda et conterenda in bellis, et pars que eid adherebite cum eo ab infernali voragine glutietur, ut adimpleaturf quod Dominus per Ezechielem intonuit dicens : « Justum cum impio ego interficiam, dicit Dominus, sed illum ad gloriamet istum ad gehennam29 ».

  • 74 a) textus expositio add. T ; b) tata T ; c) viscerum T, visceorum M ; d) inmititur M ; e) quod popu (...)

8474Sequitura : « Germania viscerum dolore torquebitur, etc ». Sextum onus est istud in quo percutitur generaliter totab Alammania, Boemia, Ungaria, Esclavonia, Norvegia et Dacia et reliqua barbara patria Aquilonis sub nomine Germanorum, hoc est Alamannorum. Et quia perhibetur gens barbara nominata internorum viscerorumc dolore torquenda, evidenter intuiturd quod populuse Germanicus Alammanicus giganteus consurget bellando in vicinum Alammanicum, ut impleantur Jeremie vaticinia cum est dictum : « fortis impegit in fortem et ambo pariter corruerunt30f » ut impleatur quod subditurg « et, fractis cervicibus, bibet de calice furoris ». Cervices germanorum frangende sunt eorum duces, comites et barones fortissimi a suo robore mutuo confringendi, quibus, con[s]trictis laboribus ac frangoribus bellicis, bibet Germania de calice furoris — Jeremie capitulo XXV°31 —, qui legit intelligat et qui nequit ad Librum Majorem preallegatum recurrat.

  • 75 a) casus M ; b) [a]propinquante add. M ; c) ruina om. M, [et solution proposée sous toute réserve] (...)

85« 75Cum sacerdotibus giganteis »: hec fractura Alamannie fiet tempore quo gigantes superbissimi sacerdotes Ecclesie sunt a sua sumpta abominabili superbia deponendi a bestia ascendente de mari Sicilie et in brevi tempore namque quo Antichristus subjiciet Alammanniam super cleri casuma sua appropinquanteb [ruina]c turbabitur Alamannia tota et infra semetipsam a suis propriis nobilibus crudeliter conficieturd, et populus Germanicus periculo maximo subponetur quia « omne regnume in se ipsum divisum desolabitur32 ». Et sic Antichristus per divisiones nimias seculo nequam colendus infertur et licet sacerdotes gigantei superbi asserantur portari de calici furoris, nunquam tamen sacerdotium catholicum a romana ac universali Ecclesia auferetur, sicut nec potestas principalis et juridictio, nec substitutio prelatorum, sed pro malis superbis substituentur in Ecclesia meliores et sanctiores prelati ad sublimem honorem et gloriam Jhesu Christi et ad utilitatem maximam populi christiani ; quia, si fluctuari potest Petri navicula, non tamen perire33, donec in fine seculi transferatur in celum beatificanda in eternum.

  • 76 a) suctis M .

8676Et ultra sequitur : « Serpiginosa brachia regis apum constringent latera subditorum et a mari ad mare protensa, complicabitur immoderata repletione ». Septimum onus lugubre istud est in quo pungit gloriosus spiritus prophecie inclitum principem imperatorem gallicum et affligi demostrat — heu dolor! — graviter totum regnum Franchorum dicens « Serpiginosa » — recurva ad modum complicati et recurvi serpentis — « brachia regis apum » — id est regalis imperatoris Franchorum ex avaritia inmoderata — « constringent latera subditorum », rapiendo immoderate ab eis, nunc mutatione frequenti monetarum, nunc impositione insolita gabellorum, nuncex accionibus in sucisa variis ac diversis, « et a mari » Aquarum Mortuarum, Montispesullani et Narbone « ad mare » Oceanum Aquitanie, Britannie et Flandrie « protensa » ad colligendum temporalia subditorum « complicantur immoderata repletione ». Et hoc expositione non eget, quia jam hoc videmus ad occulum, experiencia lugubrosa docente, — maxime occasione bellorum que quasi continuis annis XX jam durant, heu me!

  • 77 a) ad sepulia ore peccator M ; b) mestrua M ; c) inclitus : reprise du texte de T ; d) romane Eccle (...)

8777Ex hoc textu clarissime jam habes, quia sicut in hoc loco rex apum est sublimis imperator Franchorum, ita supra, cum dixit in onere Sicilie « donec consumptis apibus sponsa fuerit reformata », apes consumendi sunt nobiles regales Francie de Neapoli a duplici clade « nautica » Aragonie consumendi aut dubium ad perducendum in Roma percussorem mundi futurum generalem augustum de insula Sicilie adsumendum. Aliter enim nunquam veniret domator superborum clericorum de Sicilia nisi apes de Napoli tollerentur ad tempus ad sepulta ore peccatoris et cito, quia pervenerunt ipsa peccata nostra usque ad celum et recordatus est Dominus iniquitatum nostrarum ; propter quod de tribulatione regni neapolitani et consuptione principum Gallicorum Italie Dominus ita dicit : « Nam rex qui sponse menstruab deglutivit ». Hoc estc inclitus Karolus comes Provincie, primus ex Francis rex Sicilie, qui « sibi menstrua sponse » — id est temporalia regni Sicilie, que sunt de jure sponse romane Ecclesied sponse Christi —, « deglutivite », id est sibif incorporavit, auferendo regnum ing armorumh a semine Frederici scismatici, a Manfredo et Corradino, isic in suis posteris apibus incipiet consumari, quia non in se sed in posteris post tempora longa, « fune proprio strangulatus », in rege Andrea anno Domini M°CCC°XL°V°, « de solio » regni Apulie corruitj, sicut est — pro dolor! — de presentik impletum. Sed per quos eritl rex Andreas « fune proprio strangulatusm », Dominus immediate revelat dicens « odio vicinorum », ergo non odio uxoris sue regine Johanne, ut eam emuli false criminanturn, ob quam falsitatem obloquentes de eao animas suas damnant. Innocens enim est de morte viri sui gloriosa regina, Domino revelante unde interiitp inclitus rex Andreas cum dicit « odio vicinorum ». Hoc est quia vicini sui nobiles aliqui invidebant ei quia de Ungaria venerat ad obtinendum regnumq, licet esset filius filiir Karoli Marcelli, primogeniti Karoli secundi olim in Aragonia capti. Et ob hanc rem Dominuss conservavitt reginam Johannam velut innoxiam de manu furie regis Ungarie, et ut veram dominam ipsam reformavitu reginam usque adv istam diem. Sed ex qua causa et ex quo Dei judiciow, accidere debuit tam nefarius casus et quo temporex, Dominus ita dicity fiat hocz « arentibus vicibus», id est mortuobb rege Roberto sancte memoriecc et regina uxore sua Sancia de Majoricis de mundo sublatadd ne tantum scandalum prospiceretee, post tres menses enim vel circa a morte regine Sancie, Andreas suffocatusff est, ut impleaturgg quod hic diciturhh « arentibus vicibusii federis simulati », id est defunctis predictisjj qui vices fructifere federis simulati Ecclesiekk appelantur, non quod factall sit romana Ecclesia domina generalis, que non habet maculam neque rugammm secundum Apostolum34, sednn Francioo de Neapoli propter temporalia regni Sicilie cum viris Ecclesie fedus inhierunt etpp amiciciam confixerunt.

  • 78 a) Sed om. T ; b) quam T ; c) caus T ; d) Dominus : et Dominus eum T ; e) impunita T ; f) ideo-Kar (...)

8878Seda quamb ob causam accidit talis casusc, Dominusd immediate subiungit dicens : « Nec ambiciosa pollutio sanguinis transibit impunee merentibus genitis ». Vult dicere Dominus quod ideo fiet quia rex Karolusf primus cum tanta ambitione, complacentiag, desiderio et vindicta effudit sanguinem generis imperialiumh Manfredi, Coradini et Alamannorum ac Italicorum et Siculorum foventium partes imperialium, occulto Dei judicio disponentei, hoc scelusj non transibit impune, licet Franci haberent pro sek justiciam, quia justuml potestm prossequi35, njuste et injuste interveniente, id esto bello justo etp malitiosa vindicta. Sed hec pena filiis inferetur, cum dicit « merentibus genitis », id est rege Andrea et uxore ejus Johanna et aliis ex Francisq, et venit super eos sentencia Christi — Matthei XXIII — dicentisr « ut veniat super vos omnis sanguis justus etc36 », quia forsitan rex Andreas vindictam patrum priorums exercere in Siculos cogitabat, quod Domino forsitan non placebat.

  • 79 a) textus add T ; b) pupillorum M ; c) nonum M,T , illud T ; d) Aristolicum M ; e) quomodo T ; f) A (...)

8979Sequitura : « Nidus Aristotelis contabescens evacuabitur, quoniam pullorumb garritus abominabilis obteget veritatem irridendo ministris ejus ». [Octavum] onus est istudc in quo ferit furia terribilis Jhesu Christi nidum Aristotelicumd studium Parisiensem, quiae perhibetur omnibus clericis Aristotelicisf, vacuandum et reducendumg in nichilum, cujus causam consignath Dominus dicens « quoniam pullorumi » — id est clericorum aristotelicorumj parisiensium — « garritus » — id est disputationumk conflictus contrarius veritati, Deo odibilis — « obteget veritatem » fidei catholice « irridendo ministris ejus ». Id estl quod dicit Johannes capitulo XIV°37m « ego sum via veritas et vita etc », quod completum fuit et initiatumn per Guillermum de Sancto Amore, Johannem de Poolinio et Enricum de Alta Curia et alios nonnullos, contra romanam Ecclesiam et Christum ponentes errores acp per romanam Ecclesiam condemnatos. Nam primus heretice dogmatice nuntiavitq ordines mendicantiumr,s non esse de numero salvandorum, secundus [dicit] mendicantes auctoritatet eis ab apostolica sede comissa non posse absolvere confitentes eisdem, et tercius quodu non contingit aliquid infallibiliter sciri, evacuans totam infallibilem certitudinem Ecclesie generalis, fidei et sacramentorumv — sicut ostenditurw in libro Clavi fragi [sic] Antichristi38factox ay clavibus catholicis Jhesu Christi, et hoc circa annum Domini MmCCCmXLm — qui abjuravit in manibus domini Guillermi cardinalis Albi. Et quidam alii asseruerunt hereticam essez determinationem de evangelica paupertate contentamaa in decretali domini pape Nicolai tertii incipientebbExiit qui seminat39, quorum perditiocc non dormitat40!

  • 80 a) ymmo T ; b) adhuc add T ; c) Arstotilici M ; d) apostolicus veritatem M ; e) viri M ; f) romani (...)

9080Eta in futurumb obtegent pulli Aristotelicic amplius veritatemd « irridendo ministris ejus », tempore dissensionis ab obedientia verie,f pontificis, cum erumpetg malleus generalis orbis proximus Antichristus in pseudo prophetish in seculo, intendis in vicibusi « contabescensj », ergo id est simul marcensk, in parte et in toto studiol Parisiensi, Cataloniem, Uxonien, Tolose, Montispesullani, Aurelianis, Bononie et sic de singuliso evacuabunturp, quia garritus filiorum Aristotelis in futurum obtegetq veritatem, viris evangelicisr irridendo.

  • 81 a) textus add T ; b) decimum M, T, hoc om M ; c) maris om M ; d) sive add T ; e) 3 add T ; f) Ercad (...)

9181Sequitura : « Hibernorum cavernas etc ». [Nonum] onus est hocb in quo Dominus percutit insulas marisc Occeanid Occidentise Britaniam majorem — hoc est Angliam, Scotiam et Hiberniam — cum XIII Orcadisf insulisg habitabilibus, in quibus morantur barbare nationes feroces. Et hiis omnibus brutish nationibus Dominus comminatur ipsisi affuturum flagellum durissimum unum regem sub quo mansuescantj, velint nolint, oppresse per violentiam nationes feroces, id estk hunc regem, puto fore hodiernum Eduardum regeml ferocem anglicum, qui circa annum Domini MmCCCmXXXVm incipit conterere ferocissimum regem Scotium, quim longo tempore regnum maceraverat Anglicorum ; et feriendo consequenter Francos, dedit pressuram non modicam Anglicis et Hibernicis, quia omne agens, maxime violentiamn agendo, graviter patitur et ita superbis Angliciso fortiter vulneratur, etp ita etiamq videmus barbaros Anglicos aliqualiter mansuescere saltimr ad tempus breves ; pressuram itaque affuturam XXXm Hibernicis regulis non ambigo, quam ipsis ab uno rege Anglicorumt expecto.

  • 82 a) textus add T ; b) undecimum M, T, illud T ; c) sicut patebit om M ; d) dominus om M ; e) regens (...)

9282Sequitura : « Hispania nutrix Machometice pravitatis etc ». [Decimum] onus est istudb in quo Dominus iratus percutit Hispaniam peccatricem, sicut patebitc. Et propter quod scelus sit principaliter Hispania ferienda premittit Dominusd dicens : « Hispania, nutrix Mahometice pravitatis », hoc est quia regese Hispanie in suis regnis sustinent vivere Sarracenosf propter commodum temporale, quod Jhesu Christo non placet ; propter quod quinque regna Hispanorum, scilicet regnum Majoricisg, Aragonie, Navarre, Castelle et Portugalie reciproca furia sunt crudeliter lacerandah. Et qualiter hoc fiet immediate subjiungit dicens : « Nam invicem ipsius » — peccatricis Hispanie regna V° predicta — « consurgent », cum armis, « ad invicem » — contra se pugnando et semetipsos conterendo —, quod cernimusi anno Domini M°CCC°XL°V° in regno Majoricis translato ad Aragonenses impletum estj, et comminative inceptum prosequeturk in unione Valencie contra regem Aragonie, ubi effectus seu incohatus dolorosus conflictus exstitit et crudelel bellum emersit.

  • 83 a) et T ; b) consurgere reciproce : se con [non leg.]-gere et decipere T ; c) Aliaziram T, ante cas (...)

9383Seda, quo tempore debent invicem consurgere reciproceb regna Hispanie, Dominus immediate revelat dicens : « Et cum pullus jumentalis tria septenna compleverit », id est hodiernus juvenis rex Castelle Petrus, filius inclitissimi principis Alfonsi regis Castelle, qui cepit Alzeziramc, et centum milia et eo amplius Sarracenorum occidit et regem Marochiorum et Granate devicit, ante castrum Gibraltaris in obsidione defuncti ; cum ergo hicd hodiernus rex Castelle filius ejus tria septennae annorum — id est XXI annos — compleverit in etatef, multiplicabitur, promissione Deig, in Hispaniah ignis vorans bellorum, quia tunc contra se Hispanorum regna consurgent occidendo mutuo semetipsos.

  • 84 a) quomodo T ; b) vocabatur T ; c) triplicis de causis om M ; d) et add T ; e) equini jumenti M ; f (...)

9484Et notatur quoda hodiernus juvenis rex Petrus Castelle mystice merito pullus jumentalis vocaturb a Deo triplicis de causisc : primo, quia in regno suo sunt nobiliorad, majora et excellentiora equina jumenta quam sint in toto mundo. Secundo, vocatur pullus jumentalis quia pater more equi et jumentie, preterf uxorem sanctissimam quam habebatg, filiam christianissimi regis Portugalie, tenebat meretricem barracanamh de qua genuit brutaliter prolem adulterinamj non legitimamj, que est causa bellorum intestinorumk in patrial. Tertio, quia ipse pullus jumentalis hodiernus juvenis, dem meretriciis vestigiisn patris secutus, inclitissime regine legitime uxorio sue Blanche nomine de Borboniop,q, de semine imperatorum Francorum, dedit libellum repudii ; jumentalis homor, cum sit domina honestissima et ipsas vivente, aliam sibit uxorem nomineu Sastemv in faciemw Ecclesie duxit cum maximis cautelisx, in vituperium sacramenti et prejudicium Ecclesie generalis et injuriamy domus precelse regalis Francie, ut adveniret tempus inz Hispaniis prophetate ruine, cum dicitur quodaa cum XXI annos compleverit in etate in Hispaniisbb multiplicabitur ignis voranscc. Nam, ut referuntdd Hispani, hoc annoee M°CCC°L°IIII° jamff hic XX annos [complevit] et incipiuntgg ei XXI, et ita non restat ultra unum annumhh aut duoii donec veniat ignis vorans bellorum et mutua confractio regnorum Hispanorumjj. Et quiakk propter adulterii ac divorcii scandalum inceptum, jamll expelluntmm Hispani juvenem jumentalem et rebellantnn ei Johannes Alfonsusoo cum spuriis et comunitatespp sceleratum stultum non recipiuntqq et jam ignem confractionisrr Hispanorum incenduntss, nec obstat quod quasi idem alibi clarius prophetatur, quia Micheas et Isaias eadem de montett Domini prophetavisseuu leguntur41.

  • 85 a) et om T ; b) autem add T ; c) est om M ; d) insurguent T ; e) in om T ; f) dolososam T ; g) capu (...)

9585aEt de paceb futura valde sciendum estc quod regnum Aragonum et Navarre contra regna Castellanorum insurgantd et prophetatam ine Hispaniis dolorosamf ruinam inducant, et perdurabit tribulatio ista in Hispanis donec impleatur quod Dominus immediate subjungit dicens : « donec vespertilio scinifes Hispanie devoret, subjiciensque Africam et, caputg bestie conterens, accipiat Monarchiam et in posteris humiliet Nilih habitatores ». Futurum enim est ex hoc textui ut insurgat unus princeps ab occasu solis et consumat scinifes — id estj muscasimportunas christianitati, id est Sarracenos universos Granate et regni Valencie et Castelle et deleat Mahometum de terrak.

  • 86 a) sed M ; b) vespertilio-appelatus : qui vespertilio mistice appelatur T ; c) ac T ; d) nove T ; e (...)

9686Eta quis est iste princeps Occidentis vespertilio mystice appellatusb, grave est videre. Pro certo tamen ego non ambigo hunc fore regem Aragonie autc Ludovicum regem Trinacrie, quibus dabitur celsitudo universi seculi romaned monarchie ad tempus. Nam, sicute ex onere supradicto Sicilie, manifeste apparet quodf cervicosa Sicilia que rebellat hodie Ludovicog regi Trinacrie — quia timent comitesh puniri per juvenem Ludovicum regemi, sicut punivit alium comitem in Messina rebellem — duabus vicibus a classe regis Aragonum est crudeliter absorbenda, in tantum ut apes de Neapoli consumanturj ad tempus, erecto rege Trinacrie Ludovico super Apuliam reverenter. Et reges victoresk, consumptis Gallicis de Neapoli ad tempusl, obtinebunt regnum Granate ad placitum et facient in Hispanism vindictas graves in populis rebellibus Mahometicis et aliis sceleratibusn.

  • 87 a) suam add T ; b) nuncupantur M, appelatur T ; c) notatur hoc valde : nota hoc valde T, M ; d) aut (...)

9787Et dicunt aliqui quod rex Aragonum portat insigne vespertilionis super galeama, quod insigne « timbre » gallice nuncupaturb, quod si ita sit, jam clarus est quod illud insigne alludit mystice huic sacratissime prophetie : notatur hoc valdec. Alii autemd dicunt quod illud insigne draco niger alatus est ; et si ita est, non melius alludit verbo Domini in Cirilo ubi dicite de Manfredo colubro adherenti sicco draconif Petro quondam regig Aragonum, ita dicith « Coluber sicco draconi confederabituri et sanguine vulpisj de Anglia. Castrum quoque cum turri favebit eidem etc42 ». Quid amplius moramur in verbisk? Universus orbisl dabitur occulto Dei judicio seminim Frederici secundi magni imperatoris et Petri regis quondamn Aragonie, scilicet Ludovico regi Trinacrie et regio fortunatissimo Aragonie, et usque ad tempus flagellabunt orbem ut volentp et clericos superbissimosq domabunt, Ecclesiam universis temporalibus spoliabuntr et ad mendicitatem Christi et apostolorum reducent, ut discant superbi homines cum humili Christo et humilibuss apostolist evangelicis humilitatibus etu perfeccionibus obedirev, nec irascantur Dominiw Ecclesie sacro sancte romane ; quia pro certo sic erit, et est maximum jocalex scire unde oportety cavere aut ex quaz parte erumpetaa flagellum grave populi clericalisbb. Nec irascatur Ludovicus rex neapolitanus si regnum Apulie revertatur ad siculum Ludovicum regem Trinacrie, quia de mari Sicilie necesse est bestiam ascenderecc, juxta Apocalipsim capitulo XIII43, ut in istodd generaliter seculo possit imperareee ad tempus. Nam et Italia tota cadetff in eorum dominium et provincia Provinciegg non evadet et per ipsos graviter in futurum flagellabitur imperium Gallicorum ad tempus. Novit hoc Jhesus Christus. Nam, sicut in Minorihh expositione Cirilli44 scripsiii, scio hominem in Christo cui infra viginti quatuor horasjj ter revelavit Deus quod filius hodierni Regis Aragonie quasikk seculo imperaret, propter quod non ambigo Aragoniamll exaltari usque ad celum ad vivammm Ecclesiam Domininn et tempera flagellum. Subjiciet ergooo vespertilio inclitus rex Aragonum regnum Granate et jam mysteria inchoari videntur, quoniam anno preterito M°CCC°L°IIII°, accepit idem rex cum nobilibuspp regni mantellum album cum cruce rubea, que res mysterium preferreqq videtur futurorum bellorum adversus Sarracenos.

  • 88 a) quando T ; b) filius M ; c) quid de te : quid ad te T ; d) confederati T ; e) et T ; f) spiritus (...)

9888O, pseudo propheta Machomete, quomodoa in vituperium Christi tantum durasti in mundo! Ecce finisb tuus! Audi quid de tec Dominus dicat : « donec vespertilio » id est rex Aragonum cum rege Trinacrie Ludovico federatusd in unum, « scinifes », id est muscas, id est sarracenos Hispanie, id este regni Valencie et Granate « devoret », delendo Mahometum et sectam ejus de terra. Et quod per scinifes spiritus prophetie Sarracenos intelligatf, Dominus hoc demostrative declarat dicens « subjiciensque Africam ». Ergo, vespertilioni regi Aragonum et Frederico regi Trinacrieg data est terra Africe, hregnum Marochiorum, Algarbii, Bellamari, Trimicii, Bugie, Tenazri, Ramaniii et regna universa usque ad introitumj Egipti et montes Ethiopie et mare Oceanum Occidentis cumk intermediis. Nec erit qui resistat regibus federatis invisus vidensl et non solum facient hii reges inm impiisn Sarracenis quod volent, quocumque vellento, subjiciendo terras illas populo christiano, sedp totam sectam machometicam et ipsum Machometum et sepulcrum ejus exterminabunt de terra, ut impleatur quod Dominus immediate subjungit dicens : « et caputq bestie conterens », hoc est corpus Machometi a magneter suspensums45 et sepulcrum ejus ett civitatem illam que vocatur de Mecha et generaliter totam sectam bestialem et omnes reges et gentes ejus in capite et in membris. Et quia vespertilio de semine Petri regis quondam Aragonum hec magnalia facturus est, imperiou Crucifixi exaltabitur vespertilio istev ad sublimitatem romani Imperii — non est autem dubium — ut impleaturw quod Dominus adjungit dicens « accipiat Monarchiam » id est totius Africe tertie partis orbis et demum romaniw Imperii principatum.

  • 89 a) mari T ; b) hoc add T ; c) celeratissimi M ; d) in tempore imminenti : tempore inmediate T ; e) (...)

9989Ascendet enim de mari ad litteram Sicilie romanus generalis monarcha, flagellum in marea seculi scelerati etb cito. Sed, quia secta bestialis Machometi sceleratissimic in tempore imminentid funditus destruenda este, quia nunc est maxime in Egipto fundata videlicetf sub soldano Babilonisg, subjiciet vespertilio iste, post acceptum romanum Imperium, hsoldanum Egipti, quod Dominus affirmat dicens « et in posteris humiliet Nili habitatores ». Nilus enim est unus ex quatuor fluminibus paradisi terrestis de quo habeturi Genesis capitulo II° : « Et nomen fluvio secundoj Geon ; ipse est qui circuit totam terram Ethiopie etc46 ». Nam, abk Ethiopia descendit in Egiptum : vult ergo dicere manifeste Dominus quod soldanus Babilonis Egiptiacel cum omnibus terris sue tirannie crudelem subjectis destruentur et subjicienturn a vespertilione predicto, ut tota secta reproba Machometi deleatur de terra.

  • 90 a) et add T ; b) recipiat T ; c) christianitatis T ; d) Machometo-repulso : Mahometo videlicet de t (...)

10090aEx hoc textu multe consequentie necessarie concluduntur. Primo, sequitur quod postquam iste vespertilio devincet Egiptum et soldanum ejus, futurum est ut recuperetb Terram Sanctam Jherusalem, et sepulcrum Christi reparet, et regnum Syrie sibi subjiciat, et omnes terras ad fidem christianamc reducat, Machometo de Terra Sancta repulsod.

  • 91 a) regnum-deleat : regnum Turque rebelle subiciat T ; b) constringet T ; c) effectos T.

10191Secundo, sequitur quod vespertilio iste regnum Turquie deleata et confringatb Turcos Christo obnoxios Sarracenos adfectosc, quia non est verissimile quod iste generalis monarcha vespertilio occiduus Turcos infestos populo christiano juxta se patiatur manere. Et per ulteriorem consequentiam, manifeste habetur quod ipse reparabit Anthiochiam et ecclesiam illam ad statum integritatis reducet.

  • 92 a) iste vespertilio-ideo supra om T ; b) videlicet add T.

10292Tertio, ex textu manifeste perpenditur quod iste vespertilio sibi et romane Ecclesie universam Greciam subjugabit, quia ideo supraa in onere Grecie non sine causa dicitur bquod « Grecia arte vespertilionis occidui reducetur ad domum sponse ».

  • 93 a) effugabat M ; b) universalem T ; c) dicioni M ; d) submitteat T.

10393Quarto, perpenditur evidenter quod ipse Tartaros infideles effugabita de mundo et universamb Asiam sue directionic submittetd.

  • 94 a) pasus add T ; b) ex textu dicente : ut ex textu habetur T ; c) generalem-romanum : generalis imp (...)

10494Quinto, perpenditur ipso facto quoda postquam Africam et Asiam sibi — ex textu dicenteb — subiciet, cum de Europa fugatus sit et per generalem imperatorem romanumc — propter textum dicentemd — accipiat monarchiam, toti seculo generaliter imperabit et omnes reges christiani subjicientur eidem.

  • 95 a) usurpabit T ; b) flagellabit T ; c) -que add M ; d) et om M.

10595Sexto, sequitur manifeste quod ambitiosus iste vespertilio imperium Francorum conabitur usurparea et graviter flagellareb et in eo exercebit ruinas graves et timorosas vindictasc, quia semem Frederici etc Petri quondam Aragonum regis non multum amat principem gallicum imperatorem Francorum.

  • 96 a) quanta-preparatur : quanta mala secula preparantur T ; b) monarchiarum mundialis : monarchie mun (...)

10696Septimo, perpenditur evidenter ex hiis quanta confusio seculo preparatura, quanta bella, quante transmutationes regnorum, quanta effusio sanguinis et quanta submersio monarchiarum mundialis! Sed est diligenterc notandumd quod vespertilio iste unus solus homo non est, sede plures principes in unum corpus misticef unius finalis monarchie finaliterg concurrentes, quia fantasticum esset putare quod unus solus hech faceret et adjutores alios non haberet. Rex tameni Aragonum erit vespertilio iste caputj et cor et promotor et factork et rex Trinacrie Ludovicusl ut puto efficietur generalis augustus per mysterium ejus, quiam si Ludovicusn deficeret, officium monarcie donareturo alicui de genere suop, sicut in primo libro Conspectorum archanorum secretorumq in visu Dei47 recolo me scripsisse. Ale hujusmodir vespertilionis erunt tiranni de Mediolanos qui in futurum unientt cum eo et decem reges ei obedientes, usicut textusvApocalipsis48 evidenter testatur. Necesse enimw est de mari Sicilie ascendere bestiam generaliterx toti seculo imperantem, clericos yapostatas ad vitam Christi et apostolorum et antiquorum sanctorum proculdubio reformantem cum gladio bisacuto utz ad litteram perpendituraa, et hoc benebb cito, quia finis venit, finis nostrorum scelerum ecce, fratres, « in januis est ». Flagellum percutietcc enim — id est bestia seva Sicilie — meretricemdd nephariam menstruosamee mundo abhominabilem, cum decem regibusff et nongg Ecclesiam sacrosanctam romanam que, secundum Apostolum, non habethh maculam neque rugam49 — absitii hoc —!

  • 97 a) incorrigibiles om T ; b) omni T ; c) spurcicia T, spurcicis M ; d) et om T ; e) tales om T, cane (...)

10797Sed veros et reales apostatas, reprobatos, incorrigibilesa, plenos enimb spurcitiisc mortalium criminum et in omnibus sceleribus induratos incorrigibiles, solum superbiam, avariciam etd luxuriam et omnium viciorum spurcitiam appetentes, talese lupos rapaces, injustos, crudeles, devoratores oviumf, semetipsos exaltantes, non Christum, oppressores mundi, devorabit Ludovicus cum regibusg. Et rex Aragonum jam incipit ministrare flagellum ; salvabunturh tameni domina generalis romana Ecclesia, prelatij sancti et justi velk minus malil in montibus Pyreneis Occidentibusm adpplicantes — fugiendo a Portun Veneris prope Narbonam ad Umbriamo —, culmine du [non leg.]p vel caverne reservatisq a Deo, meretricalibus reprobis trucidatisr.

  • 98 a) prolixitatem M ; b) enim om M ; c) quod om M ; d) et add T ; e) ecce-ruine : Ecclesie prolixitas (...)

10898Audi, domine papa, cum Ecclesia sacrosancta, perplexitatema horrendam! Ponatur enimb casus quodc surgit rex Aragonum contra Ludovicum regem Neapolis in spiritu furorisd in auxilium Ludovici regis Trinacrie, ut ipsum manu teneat in regno Sicilie. Ecce perplexitas ruinee si tu, pater, non defendis murum Ecclesie regem Apulie et permittis prevalere ei regem Aragonum. Sequiturf quod non impedis clericorum peccatorum futurum flagellum, quia sic ascendetg faciliterh regulus Trinacrie ad romanum imperium et sic permittisi induci proximum Antichristum, o, pater. Si autem te opponas pro rege Apulie contra regem Aragonum, super te et Ecclesiam universamj suscitabis tormentumk, quia irascentur contra te reges etl ipsi irati mefficientur rebelles, sicut olim pater eorum — antiquus rex Petrus et Fredericus magnus —, et ita in Ecclesia suscitabis vindictam. Si ergo dissimulasn, flagellum Antichristio gratis in naviculap intrare permittis. Si autem te opponas, iram regum victorum acceleras, ut dictum estq, et fortius accendis et itar per accidens flagellum adducis. Prudenter ergo videat domina generalis Ecclesia quomodo agat in hiis, quias nequaquam impedire poterit ascensumt bestie marinalis — heu me! —, quia siccus dracho rex Aragonum prevalebit et corruet — juxta Ysaïamu: « auxiliator et cui prestaturv auxilium, simulque omnes superbissimi consumentur50 ». Sed interimw per Alamannos flagellandus est orbis in parte, ut tribulacionesx de malo in pejus continue concrescant.

  • 99 a) alius textus add T ; b) postque M ; c) consurget T ; d) duodecimum M, T, illud T ; e) introduxer (...)

10999Sequitura : « Postquamb filius perdicionis exsurgetc etc ». [Undecimum] onus est istudd in quo Dominus introducite Antichristum in mundo. Et quia non de alio corpore erit filius iste perditionis maximus Antichristus quam de corpore predictif vespertilionis mistice, gcum conjunctione copulativa introducit eum spiritus prophetie dicens « Postquamh ». iCum predictus vespertilio adquisiveritj regnum Granate et Marrochiorum et omnia regna Affrice, monarchiamk romani Imperii et Egiptum, Terraml Sanctam et Syriamm, Greciam, Asiam et Europam, filius perditionis mundi generalis monarchan consurget — Apocalipsis capitulo XIII°51 — « de mari » ut puto Sicilie, « impetu repentino » — id est subito —. Perverteturo a pseudo religiosis hypocritis etp judeis deceptisq dicentibusr eis quod ipse est Christus. Consurget, inquam, occulto Dei judicio et permissut, a diabolo incitatusu, ut « filios Jherusalem » — id est Ecclesie generalis romane — sacratosv electos « acerbissimo gladio » bis acuto bellorum « separetw » ; [Separet] sanctos filios Ecclesiex quosdam occidendo, alios ad deserta fugando, ya filiis Babilonis nefarie meretricis, omnes justo Dei judicio tremendoz, sicut textus Apocalipsis52 testatur.

  • 100 a) quia om. T ; b) separatos M ; c) excessurus T ; d) quam T, quantum M ; e) premittendo M ; f) ex (...)

110100Et hic habes causam quare mititur Antichristus quiaa ut malos occidat et bonos exercitet, quosdam ad palmam martirii perducendo, alios separansb a malis ad deserta fugando. Et ita vides reparatorem seculi fore per accidens Antichristum quia per ejus excessumc Ecclesia ad sanctitatem et paupertatem primariam conducetur ad plenum, quodd factus est imitandoe Christum et Petrum; licet sanctitas et veritas et perfectiof nunquam defficiant ab Ecclesia sacrosanta, potest tamen intendi et remitti secundum gradumg et gradus perficiendo de bono in melius donec in fine mundi transferatur in celum. « Et dracho sui furoris extremam sevitiamh in eo concludens », id esti in Antichristo, in quo tres erunt principales persone : primo draco jLucifer Satanas dissolutus, secundo, bestia ascendens de mari futurus imperator romanus, tercio, pseudo propheta id est bestiak ascendens de terra nutul Mediolanensis colubri tortuosi mentirosim, et secundum hoc, Apocalipsis capitulo XIII, ponitur bestia ascendens de mari ut puto Sicilie imperator romanus et draco dans ein virtutem ac bestia bicornuta habens duo cornua agni. Et de istis tribus simul collectis quasi in unum, id est ino Antichristum diciturp : « Et vidi de ore drachonis et de ore bestie et de ore pseudo prophete exire tres spiritus inmundos in modumq ranarum ad congregandum reges terre in prelum », Apocalipsis capitulo XVI°53.

  • 101 a) ita add T ; b) separatio T ; c) seviciem T, M ; d) id est om M ; e) in dracone illuso : draco il (...)

111101Eta hoc textu manifeste habetur quod temptaciob hec erit sevissima in summo cum dicit « extremam sevitiamc in eo concludens » id estd in drachone illusoe quia creditf sectam Antichristi ad longum tempus fundarig in mundoh, neci poterit. « jEt victus maneat in eternum » et ultra dampnatus sitk, sicut Apocalipsis XIX°l capitulo determinatur expresse. Etiamm in capitulo XIX°, ubi duabus bestiis in stagno ignisn conclusis, apprehendituro dracho ab angelo, pad mille annos solarisq carceraturr in puteo, qui mille anni fluent a morte proxime besties usque ad Gog novissimumt et tunc solvetur Satanas ad modicum tempus donecu — in eodem capitulo — ponatur in stagnum ignis cum bestiis, et tunc venietv in proximo dies extremi examinis generalis54w. Sic ergo breviter et summatimx apparet intencio hujus obscuriy oraculi venerandi. Et cum ad occulum compleri ceperit anno Domini MCC°LXXX°VIII° in destructione et captione Tripolis et Achonisz, jam patet quid completum est et quid restat complendum. Et cum de centum annis qui in principio premittunturaabbnon restantcc nisi tamendd XXXIII, demostratione certissima calculatur quod ab hocee anno Domini MCCCLIIII° usque ad annum Domini MCCCLXXXVIII in XXXmIIII° annis qui restantff sunt ista que secuntur per ordinem futura : primo, ggapostasia insule Sicilie de manu seminis Petri Aragonum quihh forsitan jam sit. Secundo, [non leg.]ii percussio eiusdem Sicilie per regem Aragonum in classe nautica et consumptio apum de Neapoli et reductio Apulie ad semen Frederici, nonjj sine gemitu Provincie et gentis Ytalicekk que plorabunt pro certo etll cito. Tertio, destructio secte Mahometice etmm occisio populi Sarraceni. Quarto, reductio Grecorum ad unitatem Ecclesie sacrosancte romane. Quinto, recuperatio totius Terre Sancte et reparationn civitatis Jherusalem et regni Sirie restitutio et captio Turquorum. Sexto, erectio bestie ascendentis de mari ut puto Sicilie que generalem tribulacionem summam et maximam est factura. Septimo, maxima effusio sanguinis in Italia contrictioqueoo populorum et confractio crudelium tirannorum. Octavo, maxima percussiopp gladialis et afflictio popularis in Alamannia, maxime post mortem Karoli incliti hodie seculo imperantis. Nono, est futurus post Innocentium papam VIumqq unus summus pontifex in Ecclesia Dei qui vincet unum crudelem demoniacumrr tirannum quiss tempore hujus domini Innocentii incipiet affligere Ecclesiam et prelatos.

  • 102 a) papa om M ; b) mitente dub. M, c) et om M ; d) et erit om M ; e) et add. T ; f) imitabitur M ; g (...)

112102Hic papaa inducetur per miraculum Dei nutub etc adjutorio angeli et eritd homo de quo non crederetur paupertatis exigue, humilitatis perfecte, singularis bonitatis55, qui vitam Christi et apostolorume modum vivendi eorum imitabitf quantum poterit, fereg seculi reparator eth paupertatis evangelice sicut et precessori ita et defensator, hereticorumquej Christi vitam persequentium condemnator, superbie clericalis destructor, simoniace pravitatis percussor, elevatorque sanctorum in candelabris Ecclesie generalis, ut luceant in firmamento celi, depositor celatororumk,l a gradibus dignitatis, reformator evangelice religionis etm seraphicin patris nostri Francisci contrariorum veritatis evangelice emulorumo,p domator, visitator Grecorum et emptorum eorum et sarraceni populi et secte nefarieq effugator, eterni Christi Evangeli eloquentissimusr predicator. Quid plura? Clarius sole huic datum est aperire disserte Librum scriptum digito Dei vivi. Secta corvina superba casum sues depositionis lugebit56, pacem generalem catholicis penitentibus iste papa donabit ; antiquos tenebrosos conflictus prospere terminabit in lucem; multos profugos revocabit ad pacem ; mortui resurgent et claritatem reddet cum admiratione non pauca ; novos canones construet admirandos, ut populus incedat per viam probatorum antiquorum sanctorum ; Terram Sanctam reducetur ; procreabit non sine precedente, sanguinis quorumdam effusione adveniet.

  • 103 a) co[non leg.]biliter M, je propose « commutabiliter » sous toute réserve ; b) « gradibus » est un (...)

113103Papa iste mugiet ut taurus57, rugiet ut leo, videbit et volabit ut aquila ; commutabilitera infimis condescendet ut homo ; ante adventum hujusdem tribulationis precedat per validam persecutionem, quia necesse est ipsum Spiritum regnare cum executione rationale magni proximi Antichristi, ut Ecclesia contra illam tribulacionem prevalidam sanctissimis personis in gradibusb Ecclesie roboretur, ne ruat. In principio sui principatus, neronicam persecutionem patietur ad breve et prevalebit, jubente Christo, qui ipsamc faciet exaltari. Et hoc ei accidit antequam sedatur in solio Jhesu Christi, ex invidia malignorum inferorum a malicia precedente. Si ultra sexm annos et sex menses vixerit, dum laudesd vix Dei signa precedent, quia mare rubescet in parte et in parte nigrescet ; quidam Ecclesiasticus malignus et quidam tirannus crudelis contra Ecclesiam rebellabunt ; multe novitates advenient, sed, antequam compleatur annus Domini MCCCLXXXVIII, mirabilia videbuntur in mundo.

  • 104 a) « summis » est une lecture donnée en marge, le texte porte « suis » ; b) il manquait ici un verb (...)

114104Hec dicta sunt per spiritum intelligentie prophetarum, preter alia infinita que causa brevitatis relinquo. De sepulcro resurget hic homo et vivet et lucebit supra splendorem solis super candelabrum Ecclesie generalis romane, de quo Ambrosius Merlinus vates britanicus hec scripsit : « Surget lapis mortuus de cavernis montium et egredietur et stabit in populos, vivit et non vivit, est et non est, et post multa tempora et conversos resurget, et [non leg.]tabit Deus nomen suum et tunc emitet cornua super omnia cornua, et juxta potentes mittet primas et donabitur virtute divina, crux Christi erigetur in omni populo idolorum et paganorum58 » — hec Merlinus de Summisa Contingentibus Clericorum. Frater autem Robertus de Usecici, ordinis predicatorum, vir propheta qui exorsus est prophetare sub Nicolao papa IIII°, de ordine fratrum minorum, in visione XIII et XVIII [dicit quod]b iste futurus lapis mortuus de quo dicit Merlinus quod sub eo crux Christi dirigetur in omni populo idolorum, videtur esse magno amore in futurum conjunctus superiori vespertilioni jam dicto59, quia postquam vespertilio subjugabit populum sarracenum, jam clarum est quod hic papa dabit vespertilioni favorem et crucem et ad ipsum habebit amorem.

  • 105 a) Aristotili M ; b) philososus M ; c) dub. venus M ; d) [non leg.] M ; e) pera[c]tet M ; f) XXXII (...)

115105Decimo, est futura evacuatio nidi Aristotelicia — studii Parisiensis et aliorum — quia illa non est facta ; et alia insuper sunt futura, sed non immerito queri potest utrum tempus hujus vespertilionis et destructionis secte Machometi sit prope. Et claret ex scripturis prophetarum quod hec tempora plurimum sunt propinqua. Primo, quia sanctus Edoardus rex anglicorum — qui habuit spiritum prophetie — prophetavit expresse quod circa annum Domini MCCCLX complerentur tribulaciones quas Christus venturas [esse] tempore Antichristi in Evangelio prophetavit60. Constat autem ex textu sancto quod Antichristus subjugabit populum sarracenum, quia secte Machometi destructio est propinqua. Secundo, quia sicut declaravi in Primo libroconspectoris secretorum archanorum in visu Dei ex numeris Danielis61, probatur expresse quod Antichristus incipiet imperare circa annum Domini MCCCLXVI et ultra, quo subjugationis sarracenorum tempora sunt propinqua. Tertio, quia ex hoc libro supra clarius sole probavi quod de C annis infra quos destrui debet secta Machometi per hunc vespertilionem, non restant hoc anno Domini M°CCC°LIIII° nisi XXXIIII anni complendi, ex quo clare sequitur quod propinqua sit destructio secte. Quarto, quia sicut dicit Albumazar sarracenus philosophusb et astronomus maximus in Libro conjunctionum et revolutionibus annorum ac eorum perfectionibus62c qui habuit in conjunctione magnam significationem super durationem secte Mahometi, habebat pertransire XI ultimos gradus signi Piscium, quos XI gradus dividit Albumazar per minuta et faciunt XI gradus sexcenta LX minuta rotunda, cuilibet gradui dando LX minuta. Albumazar autem dicitd cuilibet minuta datur unus annus numerus et ita secta Mahometi debuit secundum judicia astrorum, prout Albumazar dicit, durare per DCLX annos. Constat autem ex tabulis Toletanis quod hoc anno Christi MCCCLIIII transiuerunt anni Arabum — id est Sarracenorum — DCCLIII anni lunares perfecti et aliquid amplius et DCCXXXII anni solares et aliquid et ultra quia, secundum Vicencium63 et cronicase, secta incepit [non leg.]-matio anno DCXXVI et aliter XXIIf. Clarum est quod jam transierunt anni astrologici durationis secte, cujus probatio est quia, si conjugans annos DCXXIIg qui a Christo precesserunt sectam omnibus quibus jam duravit, scilicet DCCXXXII solaribus, consurgent anni MCCCLIIII. Sed, quia secta non debuit durare secundum Albumazar DCCXXXII annis solaribus — quibus hoc anno Christi MCCCLIIII duravit DCLX —, rotunde debemus de summa presentis anni demere annos LXXII, in quibus numerus DCCXXXII excedunt DCLX, quos LXXII annos si demamus ab hoc anno Christi MCCCLIIII, restant MCCCLXXXII. Et ita, ex tali calculacione certissima, anno Christi MCCLXXXII debuit deficere secundum Albumazar secta Machometi. Ergo, hoc anno Domini MCCCLIIII, durabit secta ultra quam secundum astronomiaml debebat durare LXXII annos solares. Heryth[r]ei autem Sibilla, quam approbat Augustinus, in suo libro dicit quod bestia habebat DCLXIII pedes64 — id est totidem annos durationis sue — et ponit eosdem annos durationis secte sicut et Albumazar sarracenus, nisi quod Sibilla superaddit tres annos. Quod si dicas ergo Sibilla mendax est cum predicto Albumazar, quia ultra terminum quem ipsi statuerunt jam duravit per LXX[II]h annos Machometi secta, solucio est in proximumquod non est, quia secundum Librum florum historiarum, terris Orientis circa annum domini MCCLXXXII et ante et post circa illud tempus, Tartari cum rege christiano Erinenie ceperunt regnum Persarum, ubi primo Sarraceni inceperunt regnare, et signantur civitatem Baldacis, ubi sedes erat summi califf eorum — id est summi sacerdotis — et ipsum perimerunt et ex tunc ibi nullum califf esse Tartaris permisserunt. Et ita initium destructionis eorum ad litteram tunc incepit, quare patetp quod negligentie christianorum imputatur quia non sunt penitus Sarraceni destructi.

  • 106 a) anime M ; b) Jhesu M ; c) in cautionem : in cautationem M ; d) prelatum M.

116106Surge vespertilio, bellicose summe faretram et arcum, acue gladium bis acutum, vibra lanceam, subjice sarracenos Granate, posside Africam, universam sectam mahometicam extermina, expelle Mahometum de Mecha, subjice reges brutales et populos bestiales eorum, adquire Monarchiam, recupera Terram Sanctam, quia et soldanum subjugabis animosea, dicit in prophecia65 Dominus Jhesusb Christus, ad cujus gloriam et honorem hunc codicillum composui, ad illuminacionem simplicium et in cautionemc prelatorum Ecclesie sacrosancte romane, ut sciant unde eis propinarentur flagella durissima et ut precaveant a propinqua ruina. Siqui autem contra fidem romane Ecclesie aut contra bonos mores aut qualitercumque contra veritatem in hoc libro ex ignorantia vel inadvertentia reperiatur dictum aut contra honorem romane Ecclesie prelatorumd in hiis scriptis, revoco et habeo pro non dicto.

117Tirannos autem ad quorum manus liber iste pervenire posset — quod absit! —, qui sunt in futurum romanam Ecclesiam aflicturi exortor ut a tota malicia retrahant pedem suum et recordentur qualiter per justum sunt ad terram ultimam transmittendi cum hiis qui descendunt in lacum, quia terrorem suum in terra viventium ponent homines infelices, ideo dormient cum incircuncisis, et triumphabit victorialiter Ecclesia generalis romana, quia agitari potest in tempestuosis fluctibus Petri navicula, non subjungi, orante pro ea Domino Jhesu Christo : « Petre, rogavi pro te ut non deficiat fides tua, sed tu aliquando conversus confirma fratres tuos in fide66 » — in fine — Trinitatis veritate, cui est honor, potestas et imperium per infinita secula seculorum. Amen

118Facto fine, Christe, habundat servus iste, virgo laudetur, Johannes glorificetur.

  • 107 a) Avinionensis M ; b) ponticatus M.

119107Explicit Brevi eloquium de XIIci oneribus orbis ex ordinatione fratris Johannis de Ruppecisa, ordinis fratrum minorum, provincie Aquitanie, editum anno Domini MCCCLIIII, Avinionea, in carcere soldani domini pape Innocentii VI pontificatusb sui anno secundo, Karulo inclito Romanorum augusto imperante Romanis et rege Johanne Gallicis imperante.

 

1201 Arnaud de Villeneuve, Tractatus de cymbalorum Ecclesie, 1301, adressé à leur demande au prieur et aux moines de la Chartreuse de Scala Dei. Le passage auquel fait référence Roquetaillade est le suivant : « Accedant ergo precones in spiritu supradicto, indubitanter sperantes quod illuminabuntur a Christo, maxime cum constet eum illuminare simplices et idiotas, qui zelum ipsium habent, et per eos etiam transfundere lumen ad peritorum devotionem, ut mutuo illuminationis munere consolati, fortius in amorem ipsius conglutinentur. Nec dessunt exempla sicut stelle celi crebrescere. Nam ego, qui sum vermis et non homo, in multis fidelibus istud vidi ; et quod maius est, virum fere illiteratum, qui totum ad exaltationem fidei suspirabat, revelationem futurorum vidisse atque scripsisse sub latina facundia miro stilo » (édition par Josep PERARNAU I ESPELT, « El text primitiu del De mysterio cymbalorum Ecclesiae d’Arnaud de Vilanova », ATCA 7/8, Barcelone : IEC, 1989, p. 101-102). Effectivement, Arnaud de Villeneuve « eam non exposuit », parce que « cum ad credendum predicta nemo cogatur, Deo et doctoribus relinquo determinandum an sint credenda. Sed hoc mihi sufficit ex omnibus intelligere quod in centum annis dicantur esse ventura, consonant Augusto et Erithee ac supradicto intellectui Danielis » (éd. cit., p. 103). Cette prophétie, composée à la fin du XIIIe siècle, et qu’Arnaud de Villeneuve fut le premier à mentionner, venait à point nommé pour appuyer les thèses centrales du Valencien : imminence de la venue de l’Antéchrist, nécessité pour l’Église d’être informée du moment précis de cette apparition afin de s’en prémunir et existence, dans l’Église, mais pas nécessairement au sein de la hiérarchie cléricale, de personnes désignées par Dieu pour remplir les fonctions de sentinelles et d’annonciatrices des temps derniers.

1212 2 Pt. 1.21.

1223 Le prologue du Liber de Oneribus Orbis, bien que très bref, suit un schéma classique, puisqu’il offre une édicace, suivie d’un accesus qui mentionne l’auctor, la materia, le modus agendi et l’intentio de l’ouvrage. Il s’ouvre sur une présentation de la prophétie Vae Mundo qui adapte le modèle de l’accesus au schéma des quatre causes aristotéliciennes (cause efficiente, matérielle, formelle et finale).

1234 Lc. 11.29 et Mt. 12.39.

1245 Dans le Liber Ostensor (1356), fol. 74ro, se trouve l’affirmation suivante : « in pluribus libris meis, scilicet in commentis duobus, majoris et minoris, editis super Cyrillum », confirmée par un passage du Vade Mecum où il est question de « duobus commentariis super Librum tabularum Dei » (Edward BROWN (éd.), « Jean de Roquetaillade (Vade Mecum in tribulatione)», Fasciculum rerum expetendarum et fugiendarum ab Orthuino Gratio editum Coloniae A. D. 1535, sive tomus secundum, operer et studio Edwardi Brown , Londres : Chiswell, 1690, p. 501). Roquetaillade a donc composé deux commentaires à l’Oracle de Cyrille. D’après Jeanne BIGNAMI-ODIER (« Jean de Roquetaillade, théologien, polémiste, alchimiste », Histoire littéraire de la France, 41, Paris : 1981, p. 182), on ne conserve plus que l’Expositio major, écrite entre 1345 et 1349 et recueillie dans le manuscrit latin 2599 de la BN de Paris. Ces faits sont confirmés par Marc BOILLOUX (Étude d’un commentaire prophétique du XIVe siécle : Jean de Roquetaillade et l’Oracle de Cyrille (v. 1345-1349), Thèse inédite de l’Ecole des Chartes, 1993). Il est question de la prise de Tripoli et de ses conséquences dans les traités II et IV de l’Expositio major.

1256 Ouvrage effectivement composé par Roquetaillade, également mentionné dans le Liber Ostensor (fols. 65vo, 144vo — « sicut distincxi in Cronicis meis » — et 148ro), mais qui est aujourd’hui perdu (J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade... »).

1267 Roquetaillade expose ses conclusions quant à la date de l’apparition de l’Antéchrist dans les traités 6 et 8 de son Expositio major (il parvient alors à la date de 1365), le chapitre 14, points 6 à 17 de son Liber secretorum eventuum et les chapitres 5, 6, 8 (en particulier) et 20 de son Vade mecum in tribulatione.

1278 I Macc. 10.85.

1289 IV Reg. 1.2.

12910 Ce commentaire, aujourd’hui perdu, est également mentionné dans le Vade mecum (chapitre 9, éd. cit. p. 501) et dans le Liber Ostensor (fols. 10vo, 17vo, 74ro). Sur cet ouvrage, voir J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade... ». Dans le chapitre 9 du Vade mecum, le visionnaire énumère tous les textes qui lui ont servi à élaborer son personnage de réparateur franciscain.

13011 Contrairement à ce qui est annoncé en Mt. 24.22 et probablement en l’ayant présent à l’esprit.

13112 Apc. 11.2.

13213 En vertu d’une lecture typologico-historique d’Apc. 2 et 3.

13314 C’est la première fois que Roquetaillade affirme que le saint pape réparateur sera le successeur d’Innocent VI ; il ne varia plus par la suite, appuyant cette affirmation notamment sur la série « Ascende, calve » des Vaticinia et sur un Liber de summis pontificibus attribué à Merlin. Ce personnage de réparateur sera évoqué notamment dans les traités 1 à 5 du LO.

13415 Is. 7.18-19.

13516 Le visionnaire se réfère ici à son interprétation des chapitres 1, 4 et 5 de l’Oracle de Cyrille, dans lesquels il voyait l’annonce de l’alliance de Pierre III d’Aragon et Louis de Sicile, puis l’avènement de Louis comme Antéchrist.

13617 Apc. 13.1-10.

13718 Référence plus que probable au LSE de 1349, où la présentation des événements est exactement la même, notamment dans les chapitres 4 à 8 (éd. cit., p. 138-141) ; retenons, en particulier : « Et quam maxime intellexi capitulum ejusdem Apocalipsis ubi dicitur : ‘Et vidi bestiam ascendentem de mari’, quia hec bestia erat ad litteram de mari Sicilie ascensura [...]‘ Et plaga mortis ejus curata est’, complebitur cum prescriptus Ludovicus in generalem seculi principem eligetur. Nam tunc ad litteram ‘admirabitur universa terra post bestiam’ et complebuntur omnia que sequuntur ». Louis est également identifié à la bête de la mer dans le commentaire de Roquetaillade aux chapitres 1 à 5 de l’Oracle de Cyrille.

13819 Mt. 24.32-33, Mc. 13.28-29 et Lc. 21.29-31.

13920 Mt. 15.14. Cette fonction de sentinelle et d’annonciateur des temps derniers est constamment revendiquée par le franciscain, qui ira jusqu’à s’identifier au « denunciator tribulationis instantis », « homo qui militans in Ecclesia denunciaret destructionem nove Troie » prédit par le Liber de Flore (LO, traité 9). L’utilité de ce type de prophètes est également exposée dans le VMT (chapitre 6, quitum remedium, puis épilogue). Ces affirmations rapellent bien entendu les positions d’Arnaud de Villeneuve sur la question, fondées sur Jer. 7.17, Is. 43.1 et 53.2, Ez. 3.17 et 33.2-6, Jb. 4.27 et Apc. 2.7, développées dans le Tractatus de adventu Antichristi et le Tractatus de cymbalorum Ecclesie (J. PERARNAU I ESPELT, « El text primitiu del De mysterio cymbalorum… », parties I à VI et III-IV, respectivement ; voir en particulier TAA, p. 135, l. 38-52).

14021 Car chacun sait que « omne regnum in se ipsum divisum desolabitur » (Lc. 11.17 et Mt. 12.25 ; voir aussi Mc. 3.4).

14122 Grégoire, Homiliarum in Evangelia, Sup. Luc, 21, PL 76, 1259.

14223 L’année 1345 vit la conjonction des trois planètes supérieures dans le Verseau. Ce type de conjonction devait entraîner, selon les astrologues « destructio sectorum, minutiones regnorum, apparitio prophetarum, seditio populorum, ritus novus et finaliter ventorum flatus, horridus et timendus » (cité par Jean Patrice BOUDET, « Simon de Phares et les raports entre astrologie et prophétie à la fin du Moyen Âge », MEFREM 102, Rome : École française de Rome, p. 634). Cette année devint donc un élément essentiel dans l’apocalyptique de Roquetaillade, en tant que point de départ de bouleversements eschatologiques. Il en arriva d’ailleurs à manipuler la chronologie, pour faire coïncider certains événements avec cette date fatidique (voir Martin AURELL, « Prophétie et messianisme politique.La péninsule ibérique au miroir du Liber Ostensor de Jean de Roquetaillade », MEFREM 102, Rome : École française de Rome, 1990 p. 317-361).

14324 Ce sont bien les dominicains qui sont ici qualifiés de Maures, ce que le LO confirme : « Et quia dicunt predictam sanctam et catholicam decretalem et determinationem romane Ecclesie ibi contentam de altissima vita Christi [et] Apostolorum, de sacratissima evangelica paupertate [Exiit qui seminat] fore hereticam et insanam, mittetur iste pauperculus [le pape angélique] [...] ad confundendum et destruendum inimicos Dei, hereticos mammonistas, Mauros, nigros ordinis Praedictorum, licet forte aliqui sint catholici, contra quos nichil dico », (fol. 18, traité IV).

14425 L’identification de la France à l’Égypte de l’Ancien Testament semble remonter au Super Esaïam, traité pseudo-joachimite composé vers 1260-1266, au coeur de la lutte entre Manfred et Charles Ier d’Anjou (voir Breviloquium, éd. cit. p. 172, l. 136, à partir du Super Esaïam, fols. 9vo-10ro).

14526 Jb. 39.5-8.

14627 Ces affirmations s’appuient sur une exégèse des chapitres 4 et 9 de l’Oracle de Cyrille, dans lesquels on lit notamment : « Illis diebus frigescens coluber reintrabit cavernam, qua ortus et alitus fuerat, simulans se velle quiescere, ubi per minutu dumtaxat quiescet » (chap. 4) et « Tortuosus coluber mentosusque tibi ex latere conjungetur et quasi plurium conventu procul dubio fortunaberis » (chap. 9). Roquetaillade hésita sur l’identification de cette couleuvre barbue : tyran de Milan, comme ici, ou roi Pierre III d’Aragon ; les deux hypothèses sont examinées dans l’Expositio major.

14728 Ce glaive à deux tranchants rapelle celui d’Apc. 1.16, 2.12 et 19.15.

14829 Ez. 21.8-9 : « Haec dicit Dominus :Ecce ego ad te et eiciam gladium meum de vagina sua et occidam in te justum et impium’ ».

14930 Jer. 46.12.

15031 Jer. 25.15 et 27.25.

15132 Lc. 11.17, Mt. 12.25 et Mc. 3.4.

15233 Formule obtenue à partir de l’épisode relaté en Mt. 23-27, Mc. 4.35-40 et Lc. 8.22-25.

15334 Éph. 5.27.

15435 En écho à Ez. 21.8-9.

15536 Mt. 23.35 et 27.25.

15637 Jo. 14.6.

15738 On ne conserve aucun exemplaire de ce traité. La forme « frangi » n’est en outre pas une forme attestée. Jeanne Bignami-Odier se demandait s’il fallait identifier cet ouvrage au Liber clavis finalium temporum, mentionné aux fols. 45vo, 64vo et 74ro du LO (J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade … », p. 181).

15839 Bulle Exiit qui seminat, de 08/1279, in : Bullarium franciscanum, III, Santa Maria degli Angeli : Porziuncola, 1983, p. 404-426 et Emil FRIEDBERG, Corpus juris canonici, Liepzig : Tauchniz, 1879-1881, II, 1109-1121.

15940 2Pt. 2.1-3.1.

16041 S’il faut bien lire « de monte Domini », alors Roquetaillade fait référence à Is. 2.2-4 et Michée 4, passages amenés de la même façon dans le LSE (§123, éd. cit., p. 231), mais dans un tout autre contexte. Je ne m’explique pas l’insertion de ces références à cet endroit-ci du LOO, où elles n’ont aucun rapport avec ce qui vient d’être dit : peut-être faut-il supposer que notre texte présente une lacune, due à un saut du même au même?

16142 Le début du chapitre IV de l’Oracle de Cyrille dit en effet : « Insidiabitur autem Leoni, ut eum calvificet et Leo insidiabitur illis, ut ejus cavillam excerebret, propter quod sicco Draconi confederabitur et sanguinee vulpi de Anglia ; Castrum quoque Turri favebit eidem » (éd. par Paul PIUR in : Konrad BURDACH, Vom Mittelalter zur Reformation, II, Pt. IV, Berlin, 1928, p. 269). Dans l’Expositio major, le camp de l’Antéchrist est, comme ici, constitué de la race serpentine de Frédéric II, du dragon sec-Pierre III d’Aragon, du roi-renard d’Angleterre, du roi de Castille (le château) et du tyran de Milan (la ville aux mille tours).

16243 Apc. 13.1-10

16344 L’Expositio minor est perdue (J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade… », p. 182) ; aucun autre extrait n’en est par ailleurs conservé.

16445 Voir Alexandre ECKHARD, « Le cercueil flottant de Mahomet », Mélanges de philologie romane et de littérature médiévale offerts à Ernest Hoepffner, Paris : Les Belles Lettres, 1949, p. 77-88 (référence donnée par Jeanne Bignami-Odier). Christine Morerod-Fattebert (LSE, éd. cit., p. 282, n. 29) rappelle que la description du temple de Sérapis à Alexandrie faite par Rufin d’Aquilée est à l’origine de cette représentation, qui s’élabora ensuite progressivement, notamment avec Augustin et la Chanson d’Antioche.

16546 Gen. 2.10-11.

16647 C’est ainsi que Roquetaillade désigne habituellement le traité aujourd’hui connu comme Liber secretorum eventuum ; les trois autres parties du Liber conspectorum sont perdues (LSE, éd. cit, « composition et unité de l’oeuvre : le titre », p. 123-127). Quant à Louis de Sicile et à sa race : « si contingeret, quia viator est, ut Ludovicus ante tempora migraret a seculo — quia novit Deus mutare sententiam si peccator noverit mutare delictum, sicut probant populi Ninive — Antichristi officium ad aliquem reprobum de illo genere transferretur » (LSE, éd. cit., chap. 8, p. 140-141).

16748 Apc. 13.1.

16849 Éph. 5.27.

16950 Is. 31.3.

17051 Apc. 13.1-10.

17152 Apc. 19.15.

17253 Apc. 20.10, puis Apc. 13.1-10 et enfin Apc. 16.13-14 (même affirmation que l’Antéchrist a trois composantes dans LSE, § 75, éd. cit., p. 292).

17354 Les mentions au chapitre 19 de l’Apocalypse concernent en particulier et successivement : Apc. 19.9, 19.20 et 19.12-15.

17455 Le Liber Horoscopus, cité au fol. 7vo du LO, dit, au sujet du pape réparateur franciscain : « Sic nomen Domini benedictum, qui posuit te solis horoscopum! In solio sacro in medio lapidum ignitorum posuit quidem carbunculum lapidem preciosum, humilitatis perfecte, paupertatis eximie, singularis bonitatis, angelica custodia custodium, quem Dominus mirabiliter insignivit [...] ». Je ne crois pas que la coïncidence des désignations soit due au hasard.

17556 Roquetaillade affirme avoir écrit un commentaire à la deuxième série des Vaticinia, commentaire mentionné dans le LO et dans le VMT. « Secta corvina » fait probablement référence à une interprétation du Vaticinium 7, où on lit : « Haecest avis nigerrima corvina, nigra Neronis opera discipans ». L’expression « aperire librum scriptum digito Dei vivi » apparaît toujours chez Roquetaillade au sujet du pape angélique, et toujours associée aux Vaticinia, sans qu’elle en soit pourtant extraite. Je n’ai pas retrouvé le texte dont elle pourrait provenir.

17657« Papa iste mugiet ut taurus » est extrait d’un livre que Roquetaillade évoque de la façon suivante : « Merlinus Britannicus in libro suo De summis ponticifibus, quem composuit ad preces sancti Blasii Londoniensi antistiti » (LO, fol. 10vo), « [Liber Merlini] incipit ‘Glorioso patri domino Blasio’ » (LO, fol. 74ro) et « Librum Ambrosii Merlini vatis Britanniae et De summis pontificibus quem direxit sancto Blasio Londoniensi episcopio » (VMT, chap. 9) ; références données par Jeanne Bignami-Odier. Le passage en question est plus largement cité dans le LO, fol. 11ro et dans une prophétie du manuscrit Palacio II/3096, fol. 44vo, où il est cette fois appliqué à Urbain VI.

17758 Je n’ai pas retrouvé ce passage, mais il semble bien qu’il s’agit là du livre mentionné dans la note précédente. Jeanne Bignami-Odier fait remarquer que les extraits de ce Merlin livrés par Roquetaillade figurent également dans le Liber de Flore et chez Télesphore de Cosenza (J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade… », p. 182 et 189).

17859 Les visions 13 et 18 de Robert d’Uzès, si elles mettent bien en scène un personnage présentant des caractéristiques qui sont habituellement celles du pape angélique, ne mentionnent pas explicitement le vespertilio, ni son alliance future avec le saint pape. Jeanne Bignami-Odier suppose que la vision XIII concernerait soit Nicolas IV, soit Célestin V, alors que la vision XVIII, d’après Barthélémy Hauréau, est certainement un hommage à ce dernier (voir Jeanne BIGNAMI-ODIER, « Les visions de Robert d’Uzès O.P († 1296», Archivum Fratrum Praedicatorum, XXV, 1955, p. 258-310). Roquetaillade interprète toujours ces deux textes comme se référant au futur pape réparateur : « Frater quidam Robertus de nobile genere vice comitum Uticensi ordinis praedicatorum [...] qui exorsus est prophetare anno Domini MCCXCI sub Nicolao papa quarto [...] in libro suo qui dicitur Visionum in visione XIIIa et in visione XVIIIa quarum libet intitulatur De futuro statu Ecclesie expresse dicit predictum reparatorem et reductorem ecclesiasticorum ad humilitatem et modum vivendi Christi et apostolorum se vidisse in habitu fratrum minorum et se in visu obstaculum fuise pedem ejus nudum »  (LO, fol. 7ro-vo).

17960 La vision d’Édouard le confesseur (ou vision prophétique des sept dormants d’Éphèse) se trouve dans la Vie d’Édouard écrite par Ailred, Patrologie Latine, CXCV, col. 768. Roquetaillade ne varia pas dans sa lecture de ce texte : « hec omnia confirmantur per prophetias sancti Odoardi regis Anglorum qui sicut in suis dictis propheticis habetur expresse ei revelatum extitit quod anno [...] MCCCLX venirent omnes ille tribulationes quas evenire tempore Antichristi Mt. 24 et in aliis Evangelistis salvator noster Christus limpide prophetavit » (LO, fol. 4ro).

18061 Voir LSE, chapitres 15 à 17 et 102 à 106 (éd. cit., p. 144-145 et 190-192). On retrouvera la même affirmation dans le Liber Ostensor : « auctor hujus libri in omnibus libris suis fundavit denuntiationes eventuum futurorum in quotis annorum secundum archanum Danielis prophete, sicut patere potest legenti primum librum Conspectoris secretorum archanorum in visu Dei (fol. 83ro) ».

18162 DJAFAR ibn Mohamed, ABOU Mashar (Al Balkhi, 787-886), Albumasar de magnis conjunctionibus, annorum revolutionibus ac eorum perfectionibus, octo continens tractatus. Il existe de nombreuses éditions de cet ouvrage astronomique ; Jeanne Bignami-Odier (Jean de Roquetaillade…, p. 148) a établi que Roquetaillade se servait d’une traduction latine de Jean de Séville (éd. Augustae, 1489, Venise, 1515).

18263 Vincent de BEAUVAIS, Speculum Historiale, Biblioteca mundi, tome IV, Douai : Bénédictins de saint Vaast, 1624.

18364 La Sibylle Érythrée prévoit effectivement que « erit autem bestia horribilis ab Oriente veniens, cujus rugitu usque ad gentes Punicas audietur, cujus capita VIIem, sceptra innumera, pedes sexenti sexaginta tres ». Oswald HOLDER-EGGER (« De Oneribus Prophetarum », Neues Archiv der Gesllshaft für ältere deutscheGeschichtkunde, XV, 1889, p. 162) fait remarquer que c’est bien Mahomet qui est désigné comme « bestia horribilis » dans ce passage.

18465 Ce texte anonyme, et dont je n’ai su trouver d’autres versions, fut traduit en 1476 par Pere Azamar dans la dédicace de son traité d’art militaire. Le texte rapporté par Pere Azamar est attribué à Merlin et dit « Leuantate, ratapenada o murcielago, con las armas en la mano, toma el carcaxe i el arco e aguza el cuchillo de dos puntas, fas retemblar la lança, sojusga los moros de Granada, posee a Africa, destruye toda la secta de Mahomad, echa aquel fuera de la tierra de Mecha, sojudga los reyes brutales e los pueblos bestiales, alcança la monarchia, recobra la tierra sancta, que tu soiusgaras el soldan ». Cette traduction témoigne de la consultation d’un texte extrêmement proche de celui que cite Roquetaillade, puisque deux variantes seulement semblent les distinguer : l’absence d’une traduction de « eorum » (« e los pueblos bestiales » traduisant « et populos bestiales eorum ») et du second « animose », à condition toutefois de considérer « con las armas en la mano » comme la traduction de « bellicose ». Jeroni Torrella, en 1496, dans son traité De imaginibus astrologia, a réécrit cette prophétie à l’intention de Ferdinand le Catholique, en la datant de 1455, en l’attribuant à un ermite de Constantinople et en l’adaptant à la situation politique d’alors (transcription de cette adaptation dans Eulàlia DURAN et Joan REQUESENS, Profecia i poder al Renaixement, Valence : Eliseu Climent, 1994, p. 378).

18566 Lc. 22.32.

 

Liber de Oneribus Orbis : notes historiques

Vae mundo in centum annis

186Premier fléau. Si mes hypothèses de lecture sont bonnes, le premier fléau rend compte de la fin du royaume chrétien de Jérusalem, par les prises de Jérusalem (1244), Tripoli (04/1289) et Saint Jean d’Acre (03/1291). À la fin du XIIIe siècle, la Palestine — y compris Jérusalem — et la Syrie faisaient partie des états de la dynastie d’origine mamelouke régnant en Égypte.

187Deuxième fléau. Le concile tenu à Lyon en 1274 proclama l’union des Églises latines et grecques. Résultat d’un compromis obtenu par l’empereur byzantin Michel VIII, cette union souleva rapidement l’opposition des moines lorsqu’il apparut que les usages grecs ne seraient pas respectés, contrairement aux promesses de l’empereur. Le successeur de Michel VIII — son fils Andronic II — se rangea résolument du côté des antilatins et dénonça l’union en 1282. Le Vae Mundo pourrait donc être soit antérieur à 1274, soit postérieur à 1282.

188Troisième fléau. La rédaction du fléau frappant la Sicile me semble devoir être placée après les Vêpres siciliennes (30/03/1282), violente révolte contre les abus de l’administration de Charles Ier d’Anjou et qui mit un terme à la domination angevine dans l’île. N’ayant pas obtenu la protection du pape, qu’ils réclamèrent au printemps et au début de l’été 1282, les rebelles offrirent alors la couronne à Pierre II d’Aragon, comme époux de Constance de Souabe. Pierre II fut couronné roi de Sicile à Palerme le 04/09/1282 : la Sicile, naguère terre d’Empire, repassait bien par là sous la domination de l’aigle impériale car Constance était la petite-fille de Frédéric II — « cumque [...] absorbebit eam ».

189Quatrième fléau. Si « unicornis » désigne bien le pape, ce passage pourrait avoir été inspiré par les luttes entre Colonna et Orsini à Rome — « ipsi propriis furoribus vorabuntur », puis par l’écrasement des Colonna par Boniface VIII (1294) — « romanorum fastigia diruet unicornis ». Les romains étant qualifiés d’idolâtres et d’opposants à la « vérité », peut-être faut-il voir là une allusion à la persécution des Spirituels, qui se présentaient comme incarnant la vérité évangélique, persécution qui débuta en 1299 et fut appuyée par Boniface VIII. Le Vae Mundo serait alors une production de l’extrême fin du XIIIe siècle, de peu antérieure au Tractatus de Cymbalorum Ecclesie d’Arnaud de Villeneuve (1301), première occurrence actuellement connue de cette prophétie.

190Cinquième fléau. La fin des Hohenstaufen marqua le début d’une période troublée pour l’Empire. Entre 1256 et 1272, Alphonse X de Castille et Richard de Cornouailles, tous deux élus roi des Romains en janvier 1257, se disputèrent le titre impérial. Aucun des deux concurrents ne put s’imposer définitivement et aucune autorité souveraine ne s’exerça alors dans l’Empire. Cette période fut donc marquée par la désagrégation des structures mises en place par les Hohenstaufen ; ceci se traduisit par le grignotage des droits et des terres impériaux par les princes et par une insécurité croissante, des fonctionnaires impériaux s’étant transformés en hobereaux brigands. Parallèlement, les prérogatives politiques des sept électeurs s’étant prononcés en 1257 s’accrurent au détriment des autres princes, voire de l’empereur lui-même, qu’ils s’arrogèrent le droit de déposer. En dehors des frontières de l’Allemagne, la construction des Hohenstaufen semblait promise à l’effondrement. Le règne de Rodolphe de Habsbourg (10/1273-07/1291) vit un début de restauration de l’autorité impériale, avec le rétablissement de l’ordre en Thuringe, le châtiment des chevaliers brigands, la soumission de la Bohême et de la Bourgogne, ainsi que la sauvegarde de l’Empire en Italie. Adolphe de Nassau, élu en mai 1292 et déposé en juillet 1298, eut les mains liées par les promesses qu’il avait faites au moment de son élection et ne réussit pas à s’affranchir de la tutelle de ses électeurs. Son successeur, Albert de Habsbourg (08/1298-05/1308), qui souhaitait renforcer le pouvoir impérial, se heurta très rapidement à l’hostilité des électeurs et notamment à celle des archevêques de Trèves, de Coblence et de Mayence, qui se liguèrent contre lui en 10/1300. Il ne réussit que très difficilement à les soumettre, alors qu’en 1300-1301 la Pologne, la Hongrie et la Bohême passaient pour un temps sous la domination des Przemislides et que les fils du landgrave de Thuringe refusaient de lui remettre ce que leur père avait cédé en 1296 à Adolphe de Nassau.

191Huitième fléau. L’hostilité évidente du prophète envers la théologie scholastique, qualifiée de bavardage importun, et envers les maîtres en théologie des universités, le rapproche encore des spirituels franciscains et de leurs disciples laïcs...voire d’Arnaud de Villeneuve lui-même dont les démêlés avec les docteurs de la Sorbonne furent à l’origine de la rédaction du TCE. L’enjeu ultime du débat était alors la définition de la théologie : exercice purement spéculatif, réservé à des professionnels de l’exégèse ou bien, comme le défendait Arnaud de Villeneuve, praxis visant à conformer le peuple chrétien au message évangélique pour gagner son salut.

192Neuvième fléau. Adrien IV avait fait don de l’Irlande à Henri II d’Angleterre en 1155, mais ce dernier n’y rendit sa domination effective qu’en novembre 1171. La suppression de la constitution irlandaise et la concession de nombreux fiefs à des barons anglais furent à l’origine de la haine durable des indigènes envers les colons britanniques. Le départ d’Henri II fut immédiatement suivi d’une révolte des Irlandais (1174), qui s’acheva par un traité en vertu duquel l’île était divisée en un royaume indépendant et une colonie anglaise (1175). Dès sa fondation, le royaume d’Irlande fut marqué par une instabilité politique chronique, les luttes entre barons s’ajoutant aux combats contre les occupants britanniques. La zone sous domination anglaise, qui n’acceptait pas son statut de colonie, tenta à plusieurs reprises de secouer le joug britannique, notamment au début du XIVe siècle, où les irlandais rebelles finirent par proposer une couronne au roi d’Écosse (1313).

193Dixième fléau. Il est probable que le monarque universel dont il est ici question et qui est désigné comme « vespertilio » est un roi d’Aragon. En effet, après les Vêpres siciliennes, les rois d’Aragon furent fréquemment désignés de la sorte, par un jeu de mot associant l’italien vespro à Hesperia, l’un des noms de la Péninsule ibérique dans la littérature latine classique.

194Règne et défaite de l’Antéchrist. De façon fort orthodoxe, ce programme eschatologique s’achève par la persécution de l’Antéchrist, présentée comme l’occasion de sonder les coeurs et les reins — elle vient « ad cribrandum mortales », en un écho évident de Luc 22.31. Le seul élément vraiment original du programme livré par le Vae Mundo est la collaboration de deux agents à la réunion du troupeau sous un seul pasteur : le vespertilio-roi d’Aragon et un « nouveau David » qui pourrait être un précurseur du pape angélique des Spirituels, figure en cours d’élaboration au tout début du XIVe siècle.

195Le Vae Mundo semble donc être une prophétie du dernier tiers du XIIIe siècle, vraisemblablement composée dans un milieu touché par les doctrines des spirituels franciscains, et peut-être d’origine sicilienne. Il partage en effet un certain nombre d’éléments caractéristiques avec d’autres textes issus de ces milieux, notamment le Breviloquium : prises de position en faveur des spirituels, appels à la réforme de la chrétienté, vocation eschatologique des souverains aragonais, hostilité à la domination angevine en Sicile et dénonciation de la violence des conquêtes impériales de l’île.

Commentaire de Jean de Roquetaillade (1354)

196Premier fléau. Nicolas IV (Girolamo Masci, 22/02/1288-04/04/1292). C’est en effet sous son pontificat que Saint Jean d’Acre et Tripoli furent conquises par le sultan d’Égypte Baîbars (en 04/1289 et 03/1291), ce qui marqua la fin du royaume chrétien de Jérusalem, fondé en 1099 par Geoffroy de Bouillon. Il n’est pas exagéré de parler de « destruction des villes » et « d’expulsion » des chrétiens, comme le fait Roquetaillade : à Acre puis à Tripoli, les religieux furent massacrés, les églises pillées, leurs bibliothèques dispersées et les chrétiens réduits en esclavage, contraints à la fuite ou massacrés, comme à Saint Jean d’Acre. Les autres villes de ce qui restait de la Syrie franque furent évacuées. La volonté de récupérer la Terre Sainte resta dès lors omniprésente dans la chrétienté, les premiers projets de reconquête apparaissant dès la chute de Saint Jean d’Acre (André VAUCHEZ et Michel MOLLAT du JOUDAIN (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, vol.6, Un temps d’épreuves (1274-1449, Paris : Desclée-Fayard, 1990).

197Deuxième fléau. « Quod tangit Grecos specialiter et sub nomine Grecorum, ceteros scismaticos et erroneos populos et naciones orientales que ab unitate, obedientia et fide universalis Ecclesie recesserunt ab eis ».

198- Innocent VI (Étienne Aubert) fut pape du 18/12/1252 au 12/09/1362 ; l’année 1354 est donc bien la seconde de son pontificat, comme l’affirme l’explicit.

199- La réalisation de l’unité de l’Église postulait la reconnaissance de l’autorité romaine et une profession de foi en conformité avec celle de l’Église de Rome. L’Église arménienne et l’Église maronite avaient accepté ces conditions respectivement en 1199 et 1215 ; nestoriens, syriens et jacobites les avaient rejoints en 1287-88. Le concile de Sis (1288) confirma d’ailleurs l’union conclue avec Rome en 1198. Cependant, au XIVe siècle, il apparaissait que les patriarches et les catholicoi ralliés à Rome n’avaient pas su convaincre l’ensemble des communautés dont ils avaient la charge et que d’autre part, des tensions persistaient entre Orientaux et Latins quant à la variété des rites, de même qu’entre des clergés parfois concurrents. La papauté renforça donc son contrôle sur les rites orientaux et entreprit une oeuvre missionnaire destinée à obtenir une véritable unité de l’Église. On remarquera l’accusation d’hérésie portée contre les Églises orientales, qui, bien qu’elle outrepasse la position de la papauté, reflète la conviction largement partagée chez les Latins que l’union n’était que de façade.

200L’Église byzantine avait quant à elle cessé de reconnaître l’autorité du siège romain en 1055. « La question de l’union des Églises sous-tend toute l’histoire politique et religieuse de Byzance dans ses derniers siècles. Elle conditionne les alliances diplomatiques et la politique des empereurs ; elle divise les intellectuels, passionne le peuple, enflamme les monastères [...]. Multiples sont les points qui opposent Grecs et Latins [...]. Certains différends sont de nature théologique ou lithurgique [...] d’autres relèvent de la simple diversité des coutumes locales ; d’autres enfin s’apparentent davantage à la xénophobie qu’aux divergences religieuses » (Marie-Hélène CONGOURDEAU, in : André VAUCHEZ et Michel MOLLAT du JOUDAIN (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, vol.6, Un temps d’épreuves (1274-1449, Paris : Desclée-Fayard, 1990, p. 821). Un premier concile d’union eut lieu en 1274, promu par Grégoire X et l’empereur Michel VIII Paléologue. Le pape y voyait l’occasion d’obtenir la collaboration des Grecs à la reprise de la Terre Sainte. L’empereur, pressé sur ses frontières par Venise, les Thessaliens, les Serbes, les gens de Morée et Charles d’Anjou souhaitait éloigner le péril d’une invasion qui semblait imminente. La réunion de l’Église grecque fut proclamée le 06/07/1274, liant les mains à Charles Ier et ouvrant la voie à une contre-offensive grecque. Les adversaires grecs de l’union l’emportèrent cependant dès 1282, date à laquelle l’union fut dénoncée par Andronic II. Néanmoins, aussi bien ce souverain que ses successeurs, se voyant incapable de faire face à l’avidité des Génois et des Vénitiens ainsi qu’aux empiétements territoriaux serbes et surtout turcs, reprirent les négociations avec Rome espérant obtenir un secours de la papauté sous la forme d’une croisade contre les Turcs, mais en vain. Les raisons principales de cet échec, côté Latin, sont l’éclipse de l’autorité pontificale aux XIVe-XVe siècles, et avec elle, le sentiment de l’unité chrétienne, la désunion des États européens et l’égoïsme féroce de Venise et Gênes qui tenaient à l’affaiblissement politique de l’État byzantin. Côté Grec, une haine inexpiable de l’Occident animait le peuple et l’immense majorité du clergé.

201-« Turcorum et Sarracenorum ac Latinorum afflicta destruccionibus » :
La haine du Byzantin pour le Latin tenait beaucoup aux soixante ans d’occupation latine de l’empire de Constantinople, entre 1204 et 1261. En effet, profitant d’une situation politique confuse au sein de l’Empire byzantin, le doge de Venise Enrico Dandolo était parvenu à détourner la quatrième croisade de sa destination initiale et à lancer les croisés sur Constantinople, qui tomba le 13/04/1204. L’Empire fut alors partagé entre la république de Venise et les chevaliers francs. Le territoire non dévolu aux Vénitiens, distribué entre les chevaliers, devint une mosaïque de principautés féodales sous la suzeraineté d’un empereur élu. Les Grecs se virent interdire la plupart de leurs usages lithurgiques et la hiérarchie ecclésiastique grecque fut remplacée par des prélats latins. Venise organisa l’exploitation économique de l’Empire à son profit. Seules l’Épire, la région de Trébizonde et l’Asie Mineure échappèrent aux Latins. À partir de Nicée, où Théodore Lascaris fut élu, puis couronné empereur, l’empire byzantin se reconstitua progressivement. En 1210, l’attaque du sultan d’Iconium fut repoussée avec succès. Sous Théodore Ange, l’État d’Épire s’étendit rapidement, atteignant presque Constantinople. À la mort de Jean Vatatzès, l’Empire avait récupéré presque toutes les conquêtes des Latins dans le nord-ouest de l’Asie Mineure ainsi que les grandes îles de la côte asiatique. Constantinople fut reprise en 1261 et Michel VIII couronné empereur le 15/08/1261.

202L’Empire byzantin reconstitué n’avait pas cessé de susciter des convoitises. Pendant toute la période qui s’écoula de la reprise de Constantinople aux Latins à sa conquête par les Turcs (1453), il subit des assauts sur toutes ses frontières, au point de se réduire progressivement à sa capitale et à une mince zone autour de celle-ci. L’Empire eut ainsi à faire face aux ambitions territoriales de principautés grecques séparatistes, des nouveaux états balkaniques (Bulgarie, Serbie...), des Gênois, des Vénitiens, des Catalans et des Angevins de Naples. Dès la fin du XIIIe siècle, la menace principale venait cependant d’Orient, où les Ottomans se montraient beaucoup plus entreprenants que les émirats auxquels Byzance était aux prises depuis longtemps. Maîtres de l’Asie Mineure byzantine, dont le dernier bastion tomba en 1337, les Ottomans s’attaquèrent à la partie européenne de l’empire au milieu du XIVe siècle.

203L’étrange coalition ici censée détruire l’Empire d’Orient, comprend donc les ennemis traditionnels de la chrétienté — les Sarrasins —, l’ennemi irréconciliable de Byzance depuis le sac de 1204 — les Latins — et le nouvel assaillant turc, dont la poussée avait rendu vitale le rapprochement avec l’Occident chrétien, et donc l’union des Églises, à laquelle la chrétienté occidentale subordonnait son aide.

Troisième fléau.

204- « Karolus II » : Charles II d’Anjou (1254-05/1309), fils de Charles Ier, prince de Salerne (1270), puis roi de Naples et de Sicile (29/05/1289). Le décès du prince Ladislas assura le trône de Hongrie au fils qu’il avait eu de Marie de Hongrie, Charles-Martel. La date de 1288 donnée par Roquetaillade aux débuts de son activité guerrière supposée correspond à la date de sa libération par le roi d’Aragon — il avait été capturé lors d’une bataille navale gagnée par les catalano-siciliens le 05/06/1284. Contrairement à ce qu’affirme Roquetaillade, qui semble ici le confondre avec son père, Charles II usa plus volontiers de la diplomatie que des armes pour tenter de résoudre la question sicilienne. Il parvint ainsi à régler provisoirement la question de la possession de l’île par la conclusion des paix d’Anagni (1395) et Caltabellota (1302).

205- « Rege Roberto sancte memorie » : Robert d’Anjou (05/1309-01/1343), troisième fils de Charles II. Duc de Calabre depuis 1296, prince de Salerne depuis 1304, capitaine général de la ligue toscane guelfe contre les Blancs et les gibelins en 1305, vicaire-général du royaume de Sicile depuis 1296, il fut reconnu héritier du royaume de Naples par le pape en février 1297 après le décès Charles-Martel, fils aîné de Charles II et roi de Hongrie, et la renonciation de son autre frère, Louis, devenu franciscain. Charles II en fit son héritier universel par son testament du 06/03/1308.

206Il doit ici sa qualification de roi « sancte memorie » à sa communauté de vue avec les Spirituels, qui l’amena à réfuter les positions de Jean XXII sur la pauvreté, puis à retarder la publication de la bulle Cum inter nonnullos dans son royaume et enfin à ouvrir son royaume aux béguins, fraticelles et spirituels persécutés. Il accueillit ainsi Philippe de Majorque — en révolte ouverte contre le Saint-Siège —, dont il avait épousé la soeur Sancie en 1304. Robert de Naples et son épouse conservèrent leur adhésion aux positions de Michel de Césène même après sa déposition par Jean XXII. Ils se portèrent garants de leurs chapelains, menacés par le pape car ils prêchaient ouvertement contre la constitution Cum inter nonnullos. De même, le monastère royal et les autres couvents franciscains de Naples abritèrent des frères qui étaient restés fidèles à Michel de Césène. Robert Ier mourut entouré de spirituels, ayant revêtu l’habit franciscain peu de temps avant son décès ; Sancie décéda en juillet 1345, ayant elle aussi embrassé l’état monastique.

207La guerre entre royaume de Trinacrie et royaume de Naples, interrompue par la paix de Caltabellota, reprit en 1314. Frédéric II reprit en effet le titre de roi de Sicile et désigna son fils Pierre comme son héritier, contrairement aux dispositions arrêtées en 1302, qui prévoyaient le retour de la Sicile au roi de Naples après le décès du roi de Trinacrie. Robert de Naples échoua une première fois à s’implanter en Sicile en 1314 et les opérations militaires ne reprirent qu’en 1320, après l’accord conclu entre Frédéric II et Louis de Bavière, sans plus de succès pour l’angevin. Le pape et le roi Robert, rassurés par le soutien mitigé que Frédéric accordait à l’empereur Louis et à son antipape, relâchèrent un temps la pression sur l’île. Cependant, le rapprochement progressif des rois d’Aragon des rois de Sicile à partir de 1324 fit repasser au premier plan la question de la possession de l’île. Il semblait de plus en plus évident que les souverains catalans de l’île souhaitaient le maintien de leur dynastie à la tête d’un état entièrement indépendant, chose que ni Robert de Naples, ni la papauté ne voulaient accepter. Le pape appela donc le roi Robert à reprendre les armes contre la Sicile et ce dernier, tentant de mettre à profit les querelles entre factions siciliennes, ne lança pas moins de six expéditions contre l’île entre 1333 et 1343. Il ne put cependant jamais conserver les places conquises et échoua donc à occuper le pays de façon durable (Émile Guillaume LÉONARD, Les Angevins de Naples, Paris : Presses universitaires de France, 1954).

208-« Karolus gallicus, frater sancti Ludovici », « Karolus, comes Provincie » : Charles Ier d’Anjou (03/1266-01/1285), frère de saint Louis, comte de Provence par son mariage avec l’héritière de R. Bérenger IV, comte d’Anjou et du Maine, fut à la fois le champion de l’Église en Italie et l’initiateur de l’expansion angevine vers les Balkans et l’Orient. Il fut ainsi sénateur romain (06/1265), maître de l’Italie centrale et septentrionale pendant la vacance de l’Empire et vicaire impérial en Toscane. Investi du royaume de Naples (Sicile et Pouilles) par Clément IV en 06/1265, il y régna de juin 1266 à sa mort (janvier 1285). Allié au prince d’Achaïe, il envisagea de reconstituer l’Empire latin d’Orient à leur profit et seule l’union des Églises grecques et latines de 1274 l’empêcha de mettre ses projets d’invasion à exécution. Il n’en poursuivit pas moins l’encerclement diplomatique de l’Empire par des alliances avec Venise, le duc de Néopatras, le roi de Serbie et le tsar de Bulgarie. Seigneur de Valona et Durazzo depuis 1271, il devint roi d’Albanie en février 1272. En 1277, Marie d’Antioche lui céda ses droits sur le royaume de Jérusalem. En 1278, après la mort de Guillaume de Villehardouin, Charles d’Anjou prit la direction de la principauté d’Achaïe. Il prépara l’intronisation d’une dynastie angevine sur le trône de Hongrie en mariant son fils aîné Charles à Marie de Hongrie et sa fille Isabelle au prince Ladislas.

209Charles Ier exploita effectivement si durement l’île lorsqu’il l’occupa, qu’à son décès Honorius IV fit promulguer deux bulles dont l’une réglait les rapports des officiers royaux avec l’Église et l’autre réformait le gouvernement (17/09/1285). Le pape accédait notamment là à l’une des demandes les plus pressantes des siciliens : la réduction des impôts dont Charles Ier les avait écrasés, contrairement à la promesse faite au Saint-Siège de ne pas augmenter les contributions (É. G. LÉONARD, Les Angevins de Naples…)

210- « Cervicosa Sicilia triturabitur » [...] « sponsa fuerit reformata ». La Sicile, fief du Saint-Siège, refusa au moins quatre fois les souverains que ce dernier voulut lui imposer. En 1268, lorsque Conradin descendit en Italie venger Manfred et relever le parti gibelin, toute la Sicile se souleva contre Charles Ier d’Anjou, à l’exception de Messine et Palerme. La répression fut abominable, à la mesure de ce que le roi considérait comme une trahison inacceptable. En 1282, les Siciliens se rebellèrent une nouvelle fois contre les Angevins, qu’ils chassèrent de l’île. En 1295, se sentant trahis par les dispositions de la paix d’Anagni, les Siciliens offrirent la couronne de l’île à l’infant aragonais Fréréric pour ne pas retourner dans le giron angevin. Enfin, contrairement aux dispositions arrêtées à Caltabellota en 08/1302, Frédéric II reprit en 1314 le titre de roi de Sicile et fit de sa royauté une royauté héréditaire.

211- « Tempore Manfredi, Karolus comes Provincie fuit [...] ad Siciliam aufferendam semini Frederici [II] ». L’empereur Frédéric II avait attribué l’Empire et le royaume de Sicile à son aîné Conrad, le royaume d’Arles ou de Jérusalem et la succession de son aîné à son cadet Henri et avait fait l’un de ses bâtards, Manfred, prince de Tarente et vicaire de Conrad. Dès avant la déposition puis le décès de Conrad (mai 1254), Innocent IV avait cherché à inféoder le royaume de Sicile à un autre prince. Son choix s’était porté sur l’un des fils du roi d’Angleterre, Edmond, qui fut investi du royaume par Alexandre IV en avril 1255, mais sans que le roi d’Angleterre ne prît aucune disposition pour lui assurer la domination effective de ce territoire. Cependant, Manfred, qui s’était fait donner la régence par les barons siciliens (08/1254) et s’était dans un premier temps mis au service du pontife, se retourna contre ce dernier. Il regagna la Terre de Labour (1255-56), puis se fit acclamer roi et couronner à Palerme (10/08/1254), d’ailleurs au mépris des droits de Conradin. S’assurant des appuis dans la Haute-Italie, il fit alliance avec Gênes et Sienne, se fit attribuer le royaume de Torres en Sardaigne, fut élu sénateur de Rome et défit enfin la ligue guelfe en septembre 1260 : il semblait donc en position de se rendre maître de l’Italie. Du côté guelfe, si Alexandre IV s’était montré impuissant face à Manfred, il en alla tout autrement de son successeur Urbain IV. Ce dernier restaura l’autorité pontificale dans les États de l’Église, puis entreprit de réunir les forces que l’Italie pouvait opposer au roi de Sicile. Il confia le rôle de champion de l’Église à Charles d’Anjou en juin 1262, à des conditions d’ailleurs draconiennes pour Charles, tant l’Église tenait à se protéger du défenseur qu’elle s’était choisi. Alors que les provençaux complotaient contre lui avec Manfred (1264), et que se réorganisait la ligue gibeline de Toscane, Charles d’Anjou travailla activement à se constituer des alliances en Italie, notamment en Lombardie. Une puissante armée franco-provençale se mit en route pour l’Italie en mai 1265, pour une expédition qualifiée de croisade par le pape. Le 28 juin 1265, Charles d’Anjou fut investi du royaume de Sicile, alors que, contre toute attente, les villes supposées gibelines se donnaient aux guelfes à leur passage. Couronné à Rome le 06/01/1266, Charles Ier pénétra dans le royaume de Naples début février ; la rencontre décisive entre son armée et celle de Manfred eut lieu à Bénévent le 20/02/1266. Manfred défait et tué, Charles d’Anjou prit possession assez facilement du royaume de Sicile, consolida son emprise sur le Piémont et la Lombardie, et restaura l’influence pontificale sur l’Italie septentrionale. Au moment où le parti de l’Église semblait donc triompher dans toute l’Italie, les vaincus de Bénévent firent appel à Conradin, le dernier descendant légitime de Frédéric II en ligne directe, pour prendre leur revanche. La menace gibeline, d’abord méprisée par le pape, s’avéra vite sérieuse : la ligue gibeline toscane se reconstitua et Urbain IV dut faire appel à Charles Ier pour assurer sa domination sur ce territoire. Enfin, Conradin mit à exécution sa menace de descente en Italie en septembre 1267. Des soulèvements contre le pape et contre Charles d’Anjou accompagnèrent son entrée en Italie, d’abord en Sicile, puis dans toute l’Italie méridionale et les États de l’Église, alors que Rome se donnait au gibelin Henri de Castille. Charles d’Anjou parvint néanmoins à barrer la route du royaume de Naples à Conradin et l’obligea à lui livrer bataille à Tagliacozzo le 23/08/1268. La défaite des gibelins fut totale et Conradin, fait prisonnier, fut exécuté. Charles Ier châtia alors impitoyablement les Italiens et les Siciliens qui, après l’avoir accepté comme maître, s’étaient ralliés à Conradin. Il fallut attendre 1282 pour qu’un descendant de Frédéric II revendique de nouveau la Sicile en la personne de Constance, femme de Pierre II d’Aragon et seule fille de Manfred à n’avoir pas été capturée par Charles d’Anjou (É. G. LÉONARD, Les Angevins de Naples…).

212- « Rex Ludovicus Trinacrie », « imperatoria bestia de mari » : Louis Ier de Sicile (02/1338-10/1355), arrière-petit-fils de Pierre II d’Aragon, voué par Roquetaillade à incarner la bête de la mer d’Apc. 13.2 après le décès de Louis de Bavière, auquel il avait dans un premier temps dévolu ce rôle. Fils de Pierre II de Sicile et d’Elisabeth de Carinthie, il monta sur le trône alors qu’il n’avait que quatre ans. Son bref règne fut marqué par des luttes sanglantes entre factions siciliennes et faillit voir le retour de l’île dans le giron napolitain, suite aux accords conclus entre la faction latine et le grand sénéchal du royaume de Naples en février 1354.

213- « Rex inclitus Aragonie » : le roi d’Aragon dont il est question ici est Pierre III (1337-1386). Il soutint le parti catalan dans l’île de Sicile lors de la minorité de Louis Ier et avait préparé l’incorporation de ce territoire au royaume d’Aragon par une série d’alliances matrimoniales. Ainsi, en juin 1349, Pierre III avait épousé la soeur de Louis Ier, Éléonore, que le parti indigène avait d’ailleurs obligé à renoncer à ses droits éventuels à la couronne avant de consentir à cette union, ce dont la future reine avait protesté (Jerónimo ZURITA, Anales de la corona de Aragón, Ángel CANELLAS LÓPEZ (éd.), Saragosse : ‎Institución Fernando el Católico, 1990 VIII, chap. XXXVI). Dès novembre 1355, il fut par ailleurs question du mariage du nouveau roi Frédéric III et d’une infante aragonaise, Constance. La dispense matrimoniale ayant été accordée par le pape, le mariage fut arrangé en septembre 1356 à Perpignan, mais ne put être finalement célébré à Catane qu’en avril 1361, tant la situation politique de l’île était troublée.

214- « Domus colubro tortuosi, id est Mediolani » : dès son commentaire à l’Oracle de Cyrille, Roquetaillade plaçait la puissante famille Visconti de Milan dans le camp des alliés de l’Antéchrist, comme gibeline et rebelle à l’Église. Rappelons que Matteo Visconti, suite au procès engagé contre lui par le légat Bertrand du Poujet, avait été excommunié et que la croisade avait été prêchée contre lui (01/1322). La désignation de ‘couleuvre’ est métonymique : les Visconti ont un serpent sur leurs armes.

215- « Ludovicus rex Apulie » : il s’agit ici de Louis de Tarente (1320-25/05/1362), fils de Philippe II, prince d’Achaïe et de Tarente et empereur de Constantinople, petit-fils de Charles II d’Anjou, qui devint roi de Naples après son mariage avec Jeanne Ière en 1346. Il avait probablement participé à l’organisation de l’assassinat du premier époux de Jeanne, André de Hongrie. Après l’invasion du royaume de Naples par Louis de Hongrie, il ne dut de conserver son trône qu’à la médiation du pape. Couronné en 1352, aux côtés de Jeanne Ière, il n’eut de cesse de gouverner seul le royaume. Il reprit possession de la Sicile en décembre 1356, mais en fut chassé en juin 1357 par l’intervention victorieuse des galères catalanes d’Artale d’Alagona.

216- « Rebellionem Sicilie », « annus Domini MCCCLIIII in quo rebellat Sicilia regiTrinacrie ». À la mort de Pierre II de Sicile, les querelles entre barons indigènes — ou «latins » — et noblesse catalane importée dégénérèrent en véritable guerre civile, chacun des partis prétendant s’emparer de la personne du jeune souverain Louis et exercer la régence. Le gouvernement de l’île fut d’abord aux mains de l’oncle de Louis, Jean d’Aragon, malgré la forte opposition du parti indigène, emmené par la reine-mère et qui comptait les puissantes familles Palizzi et Chiaramonte. Les Palizzi traitèrent avec le roi Robert de Naples, permettant aux forces napolitaines d’occuper Milazzo, puis, brièvement, Messine. Jean d’Aragon profita du répit que lui offrait l’invasion hongroise du royaume de Naples pour recouvrer Milazzo (08/1346) et les îles Lipari (1347), puis pour négocier avec la reine Jeanne une confirmation des dispositions de Caltabellota. Sa mort (04/1348) fut suivie d’une reprise du pouvoir par la reine Élisabeth et la faction latine, menée par les Palizzi. Les querelles siciliennes ne firent ensuite qu’augmenter : en 1353, une émeute à Messine dans laquelle Matteo Palizzi trouva la mort, redonna le pouvoir aux Catalans, qui s’emparèrent du jeune Louis. Les Latins, qui, bien que dominant les deux tiers de l’île, étaient divisés, ne pouvaient plus s’imposer sans aide extérieure. Les Chiaramonte firent alors appel aux Angevins et convinrent avec le grand sénéchal du royaume de Naples d’un nouveau statut de la Sicile (02/1354) : la cour de Naples y gagnait la reconnaissance de sa suzeraineté et de ses droits de juridiction suprême, alors que les Siciliens, sans perdre leur autonomie, participeraient à la direction de l’état angevin. N. Acciaiuoli, qui venait de réussir ce qu’aucune expédition militaire n’avait encore obtenu, commença à prendre possession de l’île : Palerme s’ouvrit le 17/04/1354, bientôt suivie par les deux tiers de l’île. Malgré les demandes pressantes du pape et du grand sénéchal, Louis de Tarente ne consentit pas l’effort militaire nécessaire à l’expulsion des Catalans des zones qu’ils contrôlaient encore et cette conquête inachevée fut abandonnée (08/1354). On assista alors à une vigoureuse contre-attaque du parti catalan, appuyée en sous-main par Pierre III d’Aragon (É. G. LÉONARD, Les Angevins de Naples…).

Quatrième fléau :

217- Clément VI (Pierre Roger), pape de 07/05/1342 au 06/12/1352. C’est lui qui autorisa Roquetaillade à plaider sa cause en consistoire (02/10/1349) et nomma la commission de théologiens présidée par Guillaume Court qui statua sur son orthodoxie (10/1349). Il maintint le visionnaire en prison, bien que la commission ne l’eût pas déclaré hérétique.

218- Bertrand du Poujet : cardinal légat du pape Jean XXII dans la Haute-Italie entre 1316 et 1334, il échoua à soumettre les grands seigneurs gibelins à l’autorité du Saint-Siège.

219- « Apes de Neapoli inceperunt consumi in suspensione regis Andree et in vastatione quam fecit rex Ungarie in semine regali » : sur l’assassinat d’André de Hongrie et l’invasion du royaume de Naples par son frère, Louis Ier de Hongrie, voir les notes au septième fléau.

220- « Carolus de Boemia in unicornem imperatorem electus ». Lorsque Louis de Bavière, déposé et excommunié depuis juillet 1324, se fut aliéné les princes allemands, ces derniers prêtèrent une oreille attentive aux suggestions du pape Clément VI, qui les invitait à remplacer l’empereur. Le 11/07/1346, Charles, Margrave de Moravie, fils de Jean de Bohème, petit-fils d’Henri VII, fut élu roi des Romains avec l’assentiment du pape. Roquetaillade le place toujours dans le camp des défenseurs de l’Église, d’abord par ses liens avec les Valois — il était l’époux de la demi-soeur de Philippe VI et homme lige des Valois — et surtout parce qu’il avait provisoirement mis un terme à la querelle entre sacerdoce et Empire, rouverte sous Henri VII et Louis de Bavière, en souscrivant les conditions qui assuraient la prépondérance de la papauté.

221- « Pseudo pontifex Petrus de Corbaria [...] sub Ludovico de Bavaria » : l’histoire mouvementée des relations entre la papauté et l’Empire connut de nouveaux développements dramatiques après la double élection impériale de 1314. Ayant vaincu Frédéric le Beau en 1322, le second élu, Louis, duc de Haute-Bavière, sollicita de Jean XXII le couronnement impérial et prétendit faire valoir ses droits en Italie et nommer un vicaire impérial. Le pape lui rappela qu’il n’était selon lui qu’un prétendant au trône impérial, que son élection n’avait pas encore reçu l’approbation pontificale et considéra par conséquent que, le trône étant vacant, il lui revenait de nommer un vicaire impérial en Italie. Le vicariat d’Empire échut à Robert de Naples. Une nouvelle fois, le pape revendiquait donc la prééminence du sacerdoce sur l’Empire. Louis de Bavière ne s’y trompa pas et répliqua par trois « appelations » où il affirmait que la confirmation de l’élection royale et le couronnement impérial par la papauté n’étaient que de simples formalités. Le pape le cita à comparaître et, devant son refus, l’excommunia puis le déposa en juillet 1324. Or, l’empereur savait que la position de la papauté était fragile. En particulier, la promulgation de la constitution Cum inter nonnullos, avait valu à Jean XXII des ennemis dans toute la chrétienté, à commencer par nombre de franciscains, ministre général de l’Ordre en tête. Louis de Bavière embrassa la cause des spirituels persécutés et fit élire pape à Rome un franciscain, Pierre de Corbie, qui prit le nom de Nicolas V. Louis reçut le diadème impérial des mains de Sciarra Colonna au nom du peuple romain et fut sacré le 17/01/1328 par Nicolas V. Son triomphe en Italie fut de courte durée : Nicolas V fit rapidement sa soumission à Jean XXII, partout, les guelfes s’agitaient et Robert d’Anjou refusait de se soumettre. Louis de Bavière dut refranchir les Alpes en février 1330. La position de Louis se renforça par contre en Allemagne : après l’échec des négociations ouvertes en 1330, puis en 1337, les électeurs adoptèrent le point de vue de Louis et affirmèrent l’indépendance de l’Empire à l’égard de la papauté en 1338. (Francis Rapp, Le Saint Empire Romain Germanique, Paris : Seuil, 2003).

222- « Dominus Nicolao » : Nicolas III (Giovanni Gaetano Orsini), pape du 25/11/1277 au 22/08/1280.

223- « Johannes papa XXII » : (Jacques Duèse), pape du 07/08/1316 au 04/12/1314.

224- « Dicentibus Johannem papam [...] in decretale ‘Exiit qui seminat’ domini Nicolai »: Roquetaillade fait ici allusion à la crise qui frappa l’ordre franciscain entre la fin du XIIIe siècle et le premier tiers du XIVe concernant l’interprétation de la règle de saint François. Les frères mineurs se trouvèrent en effet pris entre deux exigences contradictoires : celle d’une pauvreté évangélique radicale, prônée par le fondateur de l’Ordre, et celle de la pastorale qui impliquait l’existence de couvents fixes, de vastes églises et de ressources financière stables. Nicolas III, en 1279, avait résolu le problème par un artifice juridique : la constitution Exiit qui seminat assimilait la pauvreté franciscaine à un refus de posséder les biens dont les mineurs se servaient et dont la propriété était dévolue au Saint-Siège. Cette constitution interdisait également de commenter des passages de la Règle de saint François.

225Partisans et adversaires du relâchement en arrivèrent à un tel degré d’hostilité que l’unité même de l’Ordre était menacée. Jean XXII décida donc de trancher le débat : il adressa une demande officielle d’avis à tous les cardinaux et à un grand nombre d’ecclésiatiques à qui il demanda si l’on devait considérer comme hérétique l’affirmation opiniâtre des spirituels que le Christ et ses apôtres n’avaient rien possédé ni en propre ni en commun. Ceci revenait à discuter l’essence même de la règle franciscaine, chose qu’aussi bien saint François que Nicolas III avaient expressément interdite. Jean XXII suspendit donc la validité d’Exiit qui seminat par la bulle Qua nonnunquam du 26/03/1322, afin que tous puissent donner librement leur avis.

226Or, voilà que la règle de saint François, jusque là présentée comme la plus authentique expression de l’Évangile, se trouvait ramenée à un simple texte juridique, soumis à interprétation et à amendements : les mineurs comprirent, mais trop tard, l’erreur qu’ils avaient faite en réprimant les spirituels et les rejoignirent pour défendre la pauvreté franciscaine. En vain : de toutes parts, les réponses à la consultation du pape affluaient et les franciscains se retrouvèrent isolés dans la défense de la pauvreté absolue, considérée par beaucoup comme une idée non orthodoxe. Jean XXII publia donc les bulles Ad conditorem canonum (08/12/1322) par laquelle les propriétés des biens administrés par L’Église pour les Mineurs passait directement aux frères eux-mêmes, puis Cum inter nonnullos (12/11/1323) qui déclarait hérétique la thèse selon laquelle le Christ et les apôtres n’avaient rien possédé ni en propre ni en commun (Raoul MANSELLI, Spirituels et béguins du Midi, Toulouse : Privat, 1990 ; M. H. CONGOURDEAU, op. cit.). Les spirituels et leurs nombreux adeptes laïcs (les béguins), de rebelles, devenaient donc hérétiques et furent systématiquement pourchassés par l’Inquisition.

227Roquetaillade mêle ici pour les condamner comme hérétiques plusieurs types de positions sur ce problème de la pauvreté évangélique. Sa première attaque vise les spirituels qui, derrière Michel de Césène, avaient rejoint Louis de Bavière et renié Jean XXII après la publication de Cum inter nonnullos. Ils affirmaient que Cum inter nonnullos annulait Exiit qui seminat et soutenaient que le pape et ses cardinaux avaient perdu la puissance ecclésiastique par les décisions iniques prises au sujet de la règle franciscaine. Ils ne tardèrent guère à identifier le pape avec le chef de l’Église charnelle annoncé par les prophéties, voire avec l’Antéchrist.

228Les Dominicains sont dénoncés à deux titres : d’abord, parce que certains ont affirmé que Cum inter nonnullos contredisait Exiit qui seminat, ce qui revenait à affirmer que l’Église avait été dans l’erreur pendant plus de cinquante ans, position parfaitement inacceptable. Ensuite, parce qu’ils furent des adversaires farouches de la vision de la règle franciscaine impliquée par la décrétale de Nicolas III, puis des spirituels et des béguins qui continuaient à affirmer que la règle de saint François était l’Évangile même. En parfait accord avec Jean XXII, ils qualifiaient cette position d’hérétique. Jean de Roquetaillade retourne alors l’accusation de façon spectaculaire : si la seconde décrétale n’annule pas la première et si la première suppose que la règle franciscaine est l’Évangile, alors ceux qui affirment le contraire sont des hérétiques, dominicains en tête — qualifiés d’ « hereticis Mauris », ici comme dans le LSE.

229Jean de Roquetaillade, qui adhère manifestement aux positions des spirituels en matière de pauvreté, a la prudence d’affirmer qu’il adhère à la définition de la règle de François retenue par Nicolas III dans Exiit qui seminat, qui n’était pas un texte condamné et auquel les franciscains continuaient de se référer. Il ne manque d’ailleurs pas de faire remarquer que les décrétales des deux papes ne se contredisent pas, position officielle de l’Église et surtout de l’Ordre franciscain depuis le départ de Michel de Césène. Roquetaillade peut ainsi protester de son orthodoxie, tout en restant fidèle aux enseignements de Pierre-Jean Olieu (LSE, éd. cit., p. 64-68).

Cinquième fléau :

230-« Sicut probant Mediolanenses colubri tortuosi cum illis de Ferraria [...] qui tam terras Ecclesie quam Imperii pro posse lacerando ». La situation politique de l’Italie, en ce milieu du XIVe siècle, était fort complexe. Au sud, régnaient les maisons de Trinacrie et d’Anjou ; au centre, se trouvaient les États du Saint-Siège, morcelés en sept provinces ; le reste de l’Italie était réparti entre des communes dont les unes formaient de véritables républiques et les autres obéissaient à des seigneurs, qualifiés de « tyrans » et recrutés parmi les grandes familles locales. Partout, républiques et tyrans avaient empiété sur le patrimoine pontifical et sur les terres d’Empire. Lorsque Jean XXII entama son pontificat, les divers seigneurs de la Romagne — Manfredi, Polenta, Malatestà, Ordelaffi et le comte de Cunio —, qui était une province de l’État pontifical, s’étaient rendus indépendants. Ferrare, en théorie fief du Saint-Siège, lui avait aussi échappé au profit de la famille gibeline des Este en 1317. Bertrand du Poujet, légat du pape dans la Haute-Italie entre 1320 et 1334, échoua à soumettre les grands seigneurs gibelins, et en particulier Matteo Visconti, qui dominaient cette zone depuis leur victoire de 1315 sur les guelfes. Benoît XII parvint à assujettir Bologne à l’Église, mais ne put rien faire contre les seigneurs de Romagne, qui continuèrent à arrondir leurs territoires au détriment de l’Église. Clément VI renoua dans un premier temps avec la politique belliqueuse de Jean XXII, mais la brutalité de son envoyé eut pour conséquence l’acquisition de Bologne par Giovanni Visconti (10/1350). Les Visconti, qui détenaient la prépondérance politique en Italie depuis le décès de Robert de Naples (1343), confirmaient ainsi leur volonté de se tailler un état dans le Nord et le Centre de la Péninsule ; depuis Bologne, ils comptaient envahir les terres de l’Église et réduire Florence à l’impuissance. Le Visconti devint donc l’ennemi à abattre, à la fois pour le Saint-Siège et pour les républiques que sa politique expansionniste menaçait, ce qui rendit d’ailleurs caduque l’opposition entre guelfes et gibelins. Puisqu’aucune menace spirituelle ne faisait plier Giovanni Visconti, Innocent VI décida alors de rechercher la paix : il réconcilia les villes de Toscane et le seigneur milanais (31/03/1353), ce qui lui permit d’avoir les mains libres pour entreprendre la reconquête des États de l’Église. Cette rude tâche fut confiée au cardinal Albornoz, nommé en juin 1353 à la légation d’Italie. Après s’être assuré que Giovanni Visconti ne soutiendrait pas les tyrans usurpateurs des terres de l’Église (08/1353), il porta ses efforts contre Giovanni di Vico, usurpateur du patrimoine de saint Pierre, qui fut soumis au printemps 1355. Il se mit ensuite en campagne contre les Malatestà que le pape avait cités à comparaître en Avignon (07/1354) puis excommuniés (12/1354) et qui durent signer la paix en juin 1355. Le reste des Marches ne tarda guère à être reconquis. Un seul tyran, le seigneur de Césène et de Forli, Ordelaffi, résistait encore à Albornoz. Cependant, depuis un certain temps, les Visconti, qui encourageaient la résistance d’Ordelaffi, travaillaient la Curie pour ruiner l’action du légat dont les conquêtes rapides leur faisait craindre la fin de leur emprise sur Bologne (Guillaume MOLLAT, Les papes d’Avignon, Paris : Gabalda, 1924).

Septième fléau :

231- « Brachia regis apum — id est regalis imperatoris Franchorum [...] nunc ex accionibus in succis variis et diversis » : Philippe VI comme Jean le Bon se trouvèrent face à des difficultés financières énormes lorsque la France fut entrée en guerre contre l’Angleterre. L’un comme l’autre eurent recours à la levée d’impôts exceptionnels et aux emprunts forcés, voire à la dévaluation lorque la crise économique et financière fut aggravée par les conséquences de la peste noire. La gabelle fut rendue universelle et permanente par une ordonnance du 16/03/1341, confirmée en 1343. Jean II, en moins de six ans, dévalua de 70% une monnaie royale déjà fort affaiblie. Roquetaillade reflète ici le mécontentement grandissant des États, qui protestaient de plus en plus ouvertement contre ce qu’ils considéraient comme des exactions du roi et refusaient de fournir les subsides demandés (Édouard PERROY, La guerre de Cent Ans, Paris : Gallimard, 1945).

232- « Montispesullani » : Montpellier avait été achetée à Jacques III de Majorque en 1349 : les derniers droits que la maison royale d’Aragon possédait en Languedoc se trouvaient ainsi réunis au domaine royal.

233- La généalogie donnée par Roquetaillade est exacte : André de Hongrie est bien le petit-fils du roi Charles-Martel, fils aîné de Charles II d’Anjou et Marie de Hongrie. Son frère aîné Louis régna en Hongrie entre 1342 et 1382.

234Roquetaillade a une connaissance assez précise des événements entourant l’assassinat d’André de Hongrie et des responsabilités dans ce funeste événement. Robert de Naples, qui n’avait plus pour héritier direct que ses petites-filles, devançant les prétentions hongroises au trône de Naples, convint d’alliances matrimoniales avec la branche de la dynastie angevine qui régnait en Hongrie. Ces unions furent négociées de concert avec le Saint-Siège. On promit la cadette des petites-filles de Robert, Marie, au futur roi Louis de Hongrie, et l’aînée, Jeanne épousa le frère cadet de Louis, André. Dès le décès de Robert, les veuves de ses frères commencèrent à intriguer : ce fut Charles de Duras qui épousa finalement Marie en avril 1343. Catherine de Courtenay, jalouse d’une union qui assurait le trône à son neveu Charles, dans le cas où Jeanne mourrait sans descendant, entreprit de séparer Jeanne de son époux. Dans le même temps, le gouverneur du royaume nommé par le pape, malgré les dispositions testamentaires de Robert Ier, rencontra une telle hostilité qu’il dut renoncer à sa tâche. Jeanne Ière fut alors autorisée à administrer seule son royaume. À la cour hongroise, on s’inquiétait de ce que Jeanne s’opposât à accorder le titre de roi à son époux et l’eût exclu des affaires du royaume. En sous-main, Louis de Duras et son oncle le cardinal de Périgord, encourageaient Jeanne dans cette voie et s’entremettaient en sa faveur auprès du pape. Les protestations de Louis de Hongrie convainquirent Clément VI d’ordonner à Jeanne d’autoriser le couronnement de son mari. La cérémonie fut fixée au 20/09/1345. André fut assassiné le 18/09, possiblement à l’instigation de Catherine de Courtenay, qui persuada vite Jeanne de se remarier avec son cousin Robert de Tarente. Cependant, des ambassadeurs de Louis de Hongrie accusèrent la reine d’adultère et d’assassinat — relayant d’ailleurs sur ce point la rumeur publique qui avait tout de suite accusé Jeanne de complicité dans la meurtre de son époux — et demandèrent au pape qu’elle fût dépossédée de ses États, en attendant que l’enfant qu’elle avait eu d’André de Hongrie pût régner. Après le décès de Catherine de Courtenay et le renvoi de Robert de Tarente, la situation parut se détendre, mais les tensions entre Naples et la Hongrie réapparurent lorsque Jeanne sollicita une dispense pour épouser son cousin Louis de Tarente. Le mariage eut lieu le 22/08/1347. L’union projetée entre le fils d’André, Charles-Martel, et la fille de Charles de Duras ne calma ni celui-ci ni le ressentiment de Louis de Hongrie, qui débarqua en Italie. Très bien accueilli par les princes napolitains, qui semblaient disposés à se soumettre, il ruina son crédit en faisant juger et décapiter Charles de Duras, en suppliciant les autres coupables supposés de l’assassinat de son frère et en faisant interner les princes du sang en Hongrie. Les barons napolitains se soulevèrent contre lui (06/1348) et Jeanne rentra dans son royaume en août 1348. Clément VI parvint à la conclusion d’une trêve entre Napolitains et Hongrois, mais Louis envahit de nouveau le royaume en 1350, peut-être avec le soutien de la soeur de Jeanne, qui semble bien lui avoir proposé de lui livrer le royaume en l’épousant. Le sort des armes étant incertain, on traita : Jeanne se soumettrait au jugement du Saint Siège ; si elle était reconnue coupable du meurtre de son premier époux, sa couronne reviendrait à Louis de Hongrie. Dans le cas contraire, elle recouvrerait les terres et châteaux qu’il tenait et lui verserait une indemnité de 300000 florins. La reine fut bien entendu absoute et le traité définitif de paix fut signé le 14/01/1352 (G. MOLLAT, Les papes d’Avignon (1305-1378), Paris : Letouzey et Ané, 1966 ; É. G. LÉONARD, Les Angevins de Naples…).

Huitième fléau :

235- « Quod completum fuit et initiatum per Guillermum de Sancto Amore [...] qui abjuravit in manibus domini Guillermi cardinalis Albi » : allusions à la violente querelle qui opposa réguliers et séculiers concernant le ministère pastoral. Les moines, qui s’étaient au départ bornés à constituer leur maison en paroisse autonome, commencèrent à s’immiscer dans le ministère au IXe siècle et leur action pastorale alla croissant tout au long des Xe-XIIe siècles, provoquant l’opposition du clergé séculier et, déjà, nombre de controverses. Les tensions s’aggravèrent considérablement avec la fondation des ordres mendiants au XIIIe siècle, puisque ceux-ci s’étaient donnés comme mission de prêcher. Inévitablement, ils en vinrent à la confession, puis à la direction des âmes. Honorius III et Grégoire IX soutinrent l’extension de leurs compétences alors que, dès Grégoire X, les évêques leur refusaient le droit de prêcher et de confesser. Le conflit ouvert éclata sous Honorius IV et le protagoniste principal en fut Guillaume de Saint-Amour, maître en théologie de la Sorbonne qui combattit les Mendiants sur tous les fronts — ministère pastoral et prétentions à l’enseignement magistral notamment. Il alla jusqu’à les identifier aux sectateurs de l’Antéchrist annoncés par saint Paul pour les temps derniers, tant il refusait les bouleversements de la hiérarchie ecclésiastique qu’impliquait l’intégration de ces nouveaux venus. Il fut le chef de la députation universitaire envoyée auprès d’Innocent IV en mars 1254 et, outre la condamnation de l’Évangile éternel de Gérard de Borgo San Donino, son voyage entraîna la publication de la bulle Etsi animarum (11/1254) par laquelle le pape révoquait tous les privilèges précédemment accordés aux Mendiants. Sa victoire fut de courte durée, comme le remarque Roquetaillade : Etsi animarum fut annulée par Virtute conspicuos (ou : Mare magnum) d’Alexandre IV (1258), qui réaffirmait et rassemblait tous les privilèges des Mendiants. Ces dispositions furent complétées par la bulle Ad fructus Uberes (12/1281) qui dispensait même les Mendiants de la permission de l’évêque pour prêcher ou confesser. Quant à Guillaume de Saint-Amour, il fut privé de sa charge et de ses bénéfices et interdit de séjour à Paris par Alexandre IV. Il refusa en effet de rentrer dans les rangs après la publication de Virtute conspicuos et organisa la résistance contre l’application des bulles papales ; son traité De periculis novissimorum temporum, déféré au pape par saint Louis, avait été condamné en octobre 1256. Aucune des interventions de l’université en sa faveur ne put assouplir les sentences pontificales.

236Boniface VIII chercha l’apaisement et promulgua en février 1300 la bulle Super Cathedram qui réglementait le droit de prêcher, de confesser et de donner la sépulture. L’arbitrage, pourtant juste, mécontenta les deux parties, qui poursuivirent la lutte. Benoît XI revint en arrière : il abrogea Super Cathedram, accorda l’exemption complète aux Mendiants, puis leur attribua des conservateurs de leurs privilèges. Au concile de Vienne, les plaintes des évêques débouchèrent sur le rétablissement de Super Cathedram. La querelle se raviva entre 1312 et 1321 sous l’impulsion du maître parisien Jean de Pouilly. Celui-ci voyait en effet dans le canon Omnis utriusque l’obligation pour le fidèle de confesser à son propre curé tous ses péchés au moins une fois l’an, y compris ceux dont un religieux l’aurait absous. Appelé à Rome, le professeur de l’Université de Paris défendit sa thèse contre Pierre de la Pallu et celle-ci fut condamnée par la bulle Vas electionis, comme le laisse entendre Roquetaillade.

237- Nicolas d’Hautrecourt, professeur de philosophie en Sorbonne, fit l’objet d’un procès pour hérésie en Avignon entre 1342 et 1346. C’est effectivement Guillaume Court, cardinal-inquisiteur à la cour pontificale depuis Benoît XII, qui fut chargé de statuer sur son sort. Remarquons que c’est aussi lui qui présida la commission qui examina les positions de Roquetaillade ; ce dernier avait été arrêté en décembre 1344 et était détenu en Avignon à partir d’août 1349 : c’est donc probablement là qu’il apprit l’issue du procès de Nicolas d’Hautrecourt, ce qui confirme qu’il était particulièrement bien informé des affaires de la Curie.

238- « Et quidam alii asseruerunt hereticam esse determinationem [...] Exiit qui seminat » : c’est le pape Jean XXII qui rendit caduques les dispositions qu’avait prises Nicolas III dans la constitution Exiit qui seminat, mais sans évidemment les déclarer hérétiques. Plus encore, l’Église revendiquait la non-contradiction des décrétales des deux papes (sur ce point, voir note au quatrième fléau). Les dominicains s’étaient déclarés particulièrement hostiles à Exiit qui seminat et il est probable que ce sont eux qui sont ici visés, si l’on se fie à ce que Roquetaillade affirme dans son commentaire du quatrième fléau du Vae Mundo et dans le LSE« radix totius istius malitie erunt fratres multi et magistri ordinis Praedicatorum ; qui sunt et erunt amplius heretici nefandi, heretice asserentes quos dominus Johannes papa damnavit tanquam hereticam decretalem domini Nicolai de evangelica paupertate » (LSE, § 31, éd. cit., p. 153). Suite aux bulles Gloriosam Ecclesiam (12/1317), Sancta Romana (01/1318) et Cum inter nonnullos (11/1323) furent considérés comme hérétiques ceux qui continuèrent à vouloir appliquer la règle de saint François dans sa pureté initiale et s’opposèrent aux dispositions prises par Jean XXII, soit un certain nombre de spirituels et leurs adeptes laïcs, les Béguins. Le béguinisme occitan fut éradiqué entre 1318 et les années 1330 par la vigoureuse action de l’Inquisition, alors que les spirituels durent se soumettre ou choisir l’exil.

Neuvième fléau :

239- « Hodiernus Edoardus rex ferox Anglicum » : Édouard III, 1312-1377, roi d’Angleterre de 1327 à 1377.

240- « Qui circa annum 1335 incipit conterere ferocissimum regem Scotium » : la succession de Marguerite d’Écosse avait ouvert une guerre civile en Écosse et favorisé l’intervention anglaise sur ce territoire. Une guerre pour l’indépendance du royaume éclata en 1306, menée par Robert Bruce, qui avait été proclamé roi. Le souverain écossais parvint à repousser deux invasions anglaises en 1310 et 1313, puis à pénétrer en Angleterre et enfin à faire admettre le principe de la souveraineté pleine et entière du royaume d’Écosse en 1328 (traité de Northampton). Les Irlandais, également désireux de secouer le joug anglais, lui offrirent la couronne, mais il échoua à s’emparer de l’île (1315-1318). Édouard III reprit l’affaire en 1332-1333, désireux de se débarrasser de l’abcès écossais, car la lutte incessante que l’Angleterre devait mener contre le roi et les barons écossais tenait son souverain loin de Guyenne, faisant ainsi le jeu des Français. En 1332, Édouard Balliol, soutenu par les Anglais, se débarrassa du régent nommé par Robert Bruce, décédé en 1329, et s’empara de la couronne. Il jura fidélité à Édouard III et lui livra Berwick et une partie du sud de l’Écosse. Le jeune roi David II Bruce dut s’exiler en France. Les combats firent rage durant tout le règne d’Édouard Balliol entre ses partisans, appuyés par une présence militaire anglaise, et un parti national qui avait vite relevé la tête. La cause anglaise semblait sur le point de l’emporter dans les années 1335-1336, lorsqu’Édouard III, entré en guerre contre la France, dut quitter l’Écosse. Les Écossais reprirent l’offensive et le roi David II rentra d’exil en 1342. L’Angleterre fut envahie en 1346, mais les forces écossaises furent défaites à la bataille de Neville’s Cross et le roi David fait prisonnier. Au moment où écrit Roquetaillade, les Écossais avaient néanmoins réussi à expulser les Anglais. Au printemps 1354, Français, Écossais et Anglais convinrent d’une trêve qui prévoyait la libération de David II contre la reconnaissance de la suzeraineté anglaise sur l’Écosse. L’Irlande, que Roquetaillade voue à se soumettre à Édouard III, connaissait quant à elle la plus complète anarchie, aussi bien dans sa partie indépendante que dans la zone vassale du roi d’Angleterre, en révolte permanente contre l’occupant.

Dixième fléau :

241- « Anno Domini 1345 in regno Majoricis translato ad Aragonenses » : le royaume de Majorque, qui existait depuis 1276, fut en réalité annexé par Pierre III en 1343-1344. Comme l’a montré Martin Aurell, ce déplacement chronologique tient à ce que l’année 1435 était l’un des points d’ancrage essentiel dans le schéma eschatologique de Roquetaillade (Martin AURELL, « Prophétie et messianisme politique. La péninsule ibérique au miroir du Liber Ostensor de Jean de Roquetaillade », MEFREM, 102, Rome : École française de Rome, 1990, p. 317-361).

242- « In unione Valencie contra regem Aragonie » : le conflit qui opposa Pierre III aux Unions aragonaises et valenciennes fut l’un des épisodes de la lutte entre une monarchie qui tendait à renforcer son pouvoir et des pouvoirs seigneuriaux et municipaux qui n’acceptaient pas de voir leurs prérogatives progressivement rognées. Cette longue lutte ne s’acheva sur la victoire de la monarchie qu’au cours du XVe siècle. L’événement qui mit le feu aux poudres fut la décision de Pierre III de faire de sa fille aînée Constance son héritière, contrairement à la pratique successorale traditionnelle dans le royaume et au mépris des droits de son frère, le comte Jacques d’Urgel. Ce dernier, héritier présomptif tant que Pierre III n’avait pas de descendance mâle, exerçait à ce titre la lieutenance générale du royaume. Dès que le roi eut rendu publique sa décision (23/03/1347), ce qui revenait à priver Jacques d’Urgel de ses fonctions, ce dernier commença à intriguer et à se chercher des partisans parmi la noblesse, le haut clergé et les oligarchies municipales, corps dans lesquels la politique de renforcement du pouvoir royal avait fait nombre de mécontents. Le mariage de Pierre III avec Éléonore de Portugal n’arrêta pas le mouvement de protestation et l’Union aragonaise renaquit à Saragosse à l’été 1347, réclamant une réunion de Cortes et le respect des droits, des libertés et des privilèges des corps constitués. Pierre III, qui se trouvait à Valence, quitta alors la ville pour rejoindre Barcelone. Les forces féodales profitèrent de ce départ pour créer une Union valencienne, dont l’infant Ferdinand prit la tête et qui formula des revendications identiques à celles de l’Union aragonaise. Le royaume de Valence fut alors divisé en deux camps, les rebelles n’hésitant pas à faire appel à la Castille et à Murcie et tentant, en vain, de soulever le royaume de Mayorque. La Catalogne resta fidèle au monarque. Les chefs de l’Union aragonaise imposèrent une réunion de Cortes à Pierre III (Saragosse, 08-10/1347) et lui arrachèrent des concessions visant à diminuer le pouvoir de la couronne. En septembre 1347, Pierre III fut contraint de confirmer les privilèges de l’Union. Dès la clôture des Cortes, Pierre III quitta l’Aragon, en y laissant cependant l’embryon d’un parti monarchique, qui prit les armes contre les rebelles. Les unionistes de Valence, voyant le succès remporté par l’Union aragonaise, obligèrent le roi à se rendre à Valence, où, étant donnée sa position militaire délicate, le souverain dut désigner l’infant Ferdinand comme son héritier — Jacques d’Urgel était mort en novembre 1347 —, reconnaître la légitimité de l’Union valencienne et créer un Justicia mayor du royaume, sur le modèle aragonais. Le roi put quitter Valence en juin 1348 et retrouva les forces loyalistes de Lope de Luna, Pedro de Jérica et Bernat de Cabrera à Teruel. L’Union aragonaise fut défaite à Épila le 21/06/1348 et toute son oeuvre juridique et législative annulée. Saragosse se rendit le 08/08/1348. Restait à mater les rebelles valenciens. Décimés par la peste et livrés à l’anarchie, ceux-ci comptaient de moins en moins de partisans et furent facilement écrasés à Mislata. Valence se rendit le 10/12/1348. La restauration de l’ordre monarchique s’accompagna, comme à Saragosse, d’une répression sévère qui dura jusqu’à la fin décembre. La reine-mère Éléonore et les infants Jean et Ferdinand, totalement compromis, allèrent trouver refuge en Castille. La noblesse et les villes trouvèrent cependant rapidement l’occasion de mettre un frein à l’autoritarisme royal, lorsque les guerres avec Gênes et avec la Castille rendirent leur collaboration financière et militaire indispensable.

243- « Juvenis rex Castelle Petrus, filius inclitissimi principis Alfonsi regis Castelle [...] defuncti » : Pierre Ier, né le 30/08/1334 — et donc effectivement âgé de 20 ans en 1354 —, roi de Castille de 1350 à 1369, fils d’Alphonse XI, roi de Castille de 1312 à 1350.

244Alphonse XI lutta efficacement contre les musulmans, poursuivant la reconquête et tentant d’assurer aux chrétiens le contrôle du détroit de Gibraltar. En effet, malgré des trêves conclues en 1330, des tensions croissantes entre chrétiens et musulmans avaient amené le roi de Grenade à rechercher une alliance avec le sultan du Maroc. Un premier débarquement mérinide permit aux musulmans de reprendre Gibraltar et Benamejí en 1333. Grenadins et Marocains reprirent l’offensive en 1339 : un premier débarquement mérinide fut repoussé, bientôt suivi d’un second, dont l’ampleur faisait craindre pour l’avenir des royaumes chrétiens péninsulaires. Les alliés musulmans mirent le siège devant Tarifa, alors qu’Alphonse XI sollicitait et obtenait l’aide de Gênes, du roi d’Aragon, de la papauté et du roi de Portugal. La bataille décisive eut lieu le 29/10/1340 (bataille du Salado) et vit une victoire totale des chrétiens, ce qui éloigna définitivement le danger d’une invasion mérinide de la Péninsule. Conformément à ce qu’affirme Roquetaillade, les pertes musulmanes furent extrêmement importantes. Cette victoire fut célébrée comme l’égale de la victoire de David sur les Philistins et conforta donc considérablement la position politique de la Castille au sein des royaumes chrétiens d’Occident. Alphonse XI s’attaqua ensuite au nord du royaume de Grenade, reconstitua sa marine de guerre et, dès août 1342, mit le siège devant Algesiras, alors aux mains des Mérinides. Là encore, toute la chrétienté occidentale participa à l’effort de guerre et la place tomba le 27/03/1344. Après une période de trêve, le roi de Castille entreprit ensuite de parfaire son contrôle du détroit par la conquête de Gibraltar, mais il mourut de la peste lors du siège de la ville le 27/03/1350 et l’entreprise dut être abandonnée.

245- « Pater [...] tenebat meretricem, de qua genuit brutaliter prolem adulterinam non legitimam » : Alphonse XI avait épousé Marie, fille du roi du Portugal Alphonse IV en 1329. Lorsqu’il mourut, il n’avait qu’un fils fort jeune de ce mariage, mais sept fils illégitimes de sa concubine Éléonore de Guzmán. Richement dotés, liés par leur mère à la puissante famille andalouse des Guzmán, ils étaient voués à être les chefs de la noblesse lorsque celle-ci entra en lutte contre le pouvoir royal. Les deux aînés Henri et Tello étaient ainsi respectivement seigneur de Noreña et de Haro, Tello étant en outre grand maître de l’Ordre de Saint Jacques, puis seigneur de Viscaye (1353).

246- « Ipse pullus jumentalis, de meretricis vestigiis patris secutus [...] in faciem Ecclesie duxit cum maximis cautelis » : le décès d’Alphonse XI signifia la fin de la prépondérance du parti d’Éléonore de Guzmán. Le pouvoir fut exercé entre 1350 et 1353 par Juan Alfonso de Alburquerque, qui disposait de l’appui de la reine-mère. Ce dernier abandonna la politique de neutralité qui avait jusqu’alors prévalu dans la guerre de Cent Ans et opta pour une alliance avec la France, d’ailleurs fortement recommandée par le pape Clément VI. Le mariage de Pierre Ier avec une princesse française devait sceller cette alliance. Le 02/07/1352, il fut convenu de l’union du roi de Castille et de Blanche, fille du duc Pierre Ier de Bourbon : la France s’engageait à verser une dot considérable, alors que le roi de Castille devait livrer Arévalo, Sepúlveda, Coca et Mayorga à son épouse. La noce fut célébrée à Valladolid le 03/06/1353. Trois jours après, Pierre Ier abandonnait son épouse et rejoignait sa concubine María Díaz de Padilla, vraisemblablement parce qu’il avait appris que la France de Jean II, ruinée par la guerre, était incapable de tenir ses engagements. Cet événement marqua la fin du gouvernement d’Alburquerque, qui tenta alors de soulever la noblesse contre le roi, avec l’aide de deux frères bâtards du roi, Henri et Fadrique. Pierre Ier fit annuler son mariage avec Blanche de Bourbon par les évêques d’Ávila et de Salamanque et épousa Jeanne de Castro en mars 1354, peut-être pour rallier les Castro, qui contrôlaient la frontière avec le Portugal. L’événement fut un scandale énorme et marqua la rupture définitive de Pierre Ier avec la papauté. Avignon devint alors un centre actif de la propagande anti-pétriste et le point de ralliement des ecclésiastiques castillans victimes des persécutions du roi de Castille, premières sources d’information de Roquetaillade sur les événements du royaume.

247- « Que es causa bellorum intestinorum in patria » et « propter adulterii ac divorcii scandalum [...] et jam ignem confractionis Hispanorum incendunt ».

248Au début du règne de Pierre Ier, la question de l’exercice effectif du pouvoir mit aux prises plusieurs partis nobiliaires et se solda par la victoire de Juan Alfonso de Alburquerque. Le mariage de Pierre Ier et Blanche de Bourbon vit une réconciliation de façade entre les différentes factions : Alburquerque fut le parrain des mariés, la reine Éléonore leur marraine et les infants d’Aragon tinrent les rênes des chevaux des mariés. Le conflit couvait cependant et déjà les frères bâtards de Pierre Ier intriguaient avec la famille de la concubine du jeune roi contre Alburquerque. L’abandon de Blanche de Bourbon dessina nettement les camps : les bâtards et les infants d’Aragon rejoignirent le roi, afin de donner une caution morale à la rupture du mariage et d’isoler Alburquerque. Les reines Marie, Blanche et Éléonore convainquirent ce dernier d’aller persuader le roi d’honorer ses engagements, mais le favori, craignant pour sa vie, préféra alla se réfugier sur ses terres. Il tenta une dernière fois de ménager une réconciliation entre le roi et sa femme en juillet 1353, puis trouva asile au Portugal. Les bâtards, les infants d’Aragon et le clan Padilla, regroupés autour Pierre de Ier, savouraient leur victoire, mais ils étaient divisés. Les bâtards, qui profitèrent de leur entrée en grâce pour consolider leur assise territoriale, rivalisaient avec Ferdinand d’Aragon, lequel épousa une infante portugaise pour s’allier le royaume d’Alphonse IV. Les parents de María de Padilla, arbitres entre les deux camps, se livrèrent à des actes de vengeance démesurés sur leurs ennemis. Alburquerque, sommé de venir rendre des comptes par Pierre Ier, refusa de quitter le Portugal, où il jouissait de la protection d’Alphonse IV et fut dès lors tenu pour rebelle. Il commença donc à conspirer avec les bâtards pour se débarrasser du clan Padilla, mais aussi pour produire un soulèvement général de la noblesse contre un roi présenté comme l’arbitraire incarné. Pierre Ier commit alors l’erreur fatale qui donna une légitimité morale aux insurgés : il fit annuler son premier mariage et épousa Juana de Castro. La noblesse se posa dès lors en défenseur de la morale chrétienne. Elle gagna en outre le soutien résolu du Saint-Siège, avec qui les relations de Pierre Ier étaient tendues depuis longtemps pour des raisons financières, et qui se considéra berné par le roi, puisque le pape était en train de négocier l’éloignement de María de Padilla. Autour d’Alburquerque se réunirent donc les défenseurs sincères de Blanche de Bourbon, les Castro — Pierre Ier avait rapidement abandonné Juana de Castro — et une grande partie du clergé. Clément VI envoya un légat en Castille, autorisé à prendre des sanctions contre le roi et à ouvrir un procès aux évêques de Salamanque et d’Ávila, qui avaient annulé le premier mariage de Pierre Ier. Le roi, apprenant la rébellion, se concilia les infants d’Aragon, jouant de la rivalité qui opposait ceux-ci aux bâtards. Les rebelles voyaient cependant leur nombre augmenter et recevaient des renforts avec une rapidité surprenante. Innocent VI prit ainsi ouvertement le parti de la reine Blanche et invita les principaux rebelles — Alburquerque, Henri, Fadrique et Tello — à prendre les armes pour la défense de la reine. On assista enfin à la formation d’un parti ecclésiastique autour de la reine, dirigé par l’archevêque de Tolède, ville où la reine Blanche avait été conduite et qui prit fait et cause pour elle et se déclara en rébellion en août 1354. La révolte de Tolède fit tâche d’huile dans le patrimoine royal, alors que la situation militaire semblait tourner à l’avantage des insurgés. À l’automne 1354, les infants d’Aragon se joignirent aux rebelles et formulèrent les revendications de la noblesse : réconciliation de Pierre Ier avec Blanche de Bourbon, élimination du gouvernement des parents de María de Padilla et remplacement de ceux-ci par l’oligarchie nobiliaire. Les informations concernant ce ralliement, puis le décès d’Alburquerque, survenu au début d’octobre 1354, n’étaient apparemment pas encore parvenues en Avignon au moment où Roquetaillade rédigea le Liber de Oneribus Orbis.

249-« Regnum Aragonum et Navarre contra regna Castellanorum insurgant » : les conflits dont il est ici question, impliqués par la lettre du Vae Mundo, étaient par ailleurs prévisibles, du moins en ce qui concerne l’Aragon. L’arrivée au pouvoir d’Alburquerque avait vu la fin de la politique d’amitié avec l’Aragon suivie par Alphonse XI. Étant donnée la position stratégique du royaume navarrais, Pierre III d’Aragon craignit donc une alliance Navarre/Castille tournée contre lui. Dès mai 1351, il suggéra à Charles II de Navarre d’affaiblir la Castille en suscitant une opposition nobiliaire au renforcement du pouvoir royal voulu par Pierre Ier. Il ne répondit donc pas aux demandes d’aide de Pierre Ier lors de la première rébellion de la noblesse et accepta même l’hommage de l’infant Tello et de ses vassaux en juillet 1352. La question fut momentanément réglée par le traité de Tarazona (04/10/1352), par lequel Pierre III s’engageait à rendre leurs biens aux infants Ferdinand et Jean et à leur garantir la libre circulation en Aragon, alors que Pierre Ier accordait son pardon à Tello et à ses partisans et leur restituait leurs biens. Néanmoins, la question des infants d’Aragon revint empoisonner les relations entre les deux pays, lorsque ceux-ci se furent réconciliés avec Pierre Ier à l’été 1353 et lui eurent offert, en gage de leur fidélité, des châteaux situés à l’intérieur du royaume d’Aragon (dont Alicante et Orihuela). L’intégrité territoriale de l’Aragon s’en trouvait menacée et Pierre III pouvait d’autant moins tolérer ces cessions que les infants continuaient à entretenir des relations avec des membres exilés des Unions de Valence et d’Aragon. Enfin, l’amitié entre Gênes et la Castille était aussi solide que l’hostilité entre Gênes et l’Aragon : lorsque la guerre eut éclaté entre les deux pays (août 1351), Pierre III demanda en vain à Pierre Ier de cesser toute relation commerciale avec Gênes. Devant le refus du castillan, ses corsaires commencèrent à exercer des représailles sur les ports méridionaux de la Castille, annonçant la guerre qui allait éclater en août 1356.

250Quant à la Navarre, elle n’était pas engagée dans une politique hostile à la Castille dans les années 1350-1354. Au contraire, après la rupture franco-castillane de 1353, elle rechercha plutôt l’alliance avec la Castille : l’hostilité de Charles II envers le souverain français le poussait vers les ennemis de celui-ci et la Navarre avait besoin des ports basques pour maintenir les communications avec les possessions normandes de Charles II.

251-« Punivit alium comitem in Messinam rebellem ». Messine fut âprement disputée entre Latins et Catalans après la mort de Pierre II de Sicile. Il est probable que Roquetaillade fait ici allusion à l’émeute survenue à Palerme à l’été 1353, qui ôta le pouvoir et la vie au chef du parti latin, le comte Matteo Palizzi. La responsabilité réélle du jeune roi Louis dans l’affaire semble bien mince, les factions qui alternaient au pouvoir le retenant quasiment prisonnier.

252- « Et dicunt aliqui quod rex Aragonum portat insigne vespertilionis [...] drago niger alatus est ». Les rois et les infants d’Aragon portent un dragon aux ailes de chauve-souris sur leur cimier depuis 1343-1344. Ceci marque la volonté des souverains catalano-aragonais de s’identifier à la fois au dragon de l’Apocalypse — identification héritée des Hohenstaufen — et à la chauve-souris messianique du Vae Mundo, éradicatrice des musulmans et promise à l’Empire universel. L’hésitation de Roquetaillade rend donc compte d’une ambiguïté voulue par Pierre III (Martin AURELL, « Messianisme royal de la couronne d’Aragon, (XIVe XVe s.) », Annales Histoire des Sciences Sociales, 1, Paris, 1997, p. 119-155). Lorsque l’infant d’Aragon apparut comme le candidat le plus sérieux à la succession de Pierre Ier, c’est lui que Roquetaillade identifia à la chauve-souris messianique du Vae Mundo, réservant les fonctions du dragon germanique à Pierre Ier (Liber Ostensor, 1356, traité 8, fol 61vo sq.).

253- « Quoniam anno preterito 1354 accepit idem rex cum nobilibus regni mantellum album cum cruce rubea ». Roquetaillade fait sans doute référence ici à la fondation par Pierre III d’Aragon de l’ordre de Sanct Jordi : «  aquest rey en Pere, qui·s sentia ésser cavaller per sobirana devoció que tenia al gloriòs mossèn sanct Jordi, a honor e reverència de aquel ennoblí la cavalleria prenent la sobirana empresa. Y açò perquè fonch la sancta redempció de tot lo món la sancta creu vermella ab la estola blanca o mantell blanch» (Pere Miquel CARBONELL, Cròniques d’Espanya, Augustí ALCOBERRO (éd.), Barcelone : Barcino,Coll. Els nostres clàssics, B, 16-17, 1997, vol. II, p.144-145).

254- « Secta bestialis Machometi [...] maxime in Egipto fundata videlicet sub soldano Babilonis ». À l’époque où écrit Roquetaillade, le centre de la puissance musulmane se trouvait bien en Égypte. La chute du califat Abbasside de Bagdad (1258) avait entraîné la revendication du titre califal par les Hafside de Tunis. Mais ce furent les Mamelouks, qui dominaient l’Égypte depuis l’assassinat du sultan Turanshah (1250) qui installèrent au Caire un descendant supposé des Abbassides, et lui reconnurent la souveraineté théorique de leur pays. Celui-ci se déclara officiellement « l’empire de l’Islam ». Ce furent les souverains de cette dynastie qui tinrent les Mongols en échec, mirent fin au royaume chrétien de Jérusalem et s’emparèrent du royaume arménien de Cicilie et de la Nubie (M. H. CONGOURDEAU, op. cit., p. 212-215).

Dixième conclusion de l’analyse de l’oracle

255 Circa annum Domini MCCLXXXII [...] et signatur civitatem Baldacis, ubi sedes erait summi califf eorum » : il s’agit là de la chute de Bagdad, métropole du califat Abbasside. La fondation de Bagdad avait été décidée par le second calife Abbasside, Mansur, qui s’y était officiellement installé en 765. La ville fut assiégée et prise par les Turcs en 865, événements qui marquèrent la fin d’un califat indépendant : un émir des émirs, un prince Buyide, puis le sultan Saldjukide, prirent les califes en tutelle. La domination turque s’accompagna de violents affrontements entre sunnites et chiites. La capitale califienne sembla revivre au début du XIIIe, sous le règne du calife Nasir (1180-1225), mais deux ennemis redoutables la menaçaient déjà : les shahs du Kharezm et les sultans mongols. Les hordes du sultan mongol Hulagu bloquèrent finalement la ville en janvier 1258 — et non en 1282 — y pénétrèrent et la mirent à sac le mois suivant. C’en fut alors fini de l’empire califien : la ville tomba au rang d’un chef-lieu de province, puis un officier mongol réussit à y fonder une dynastie avant que des seigneurs mésopotamiens ne s’y installassent.

Lettre de Jean de Roquetaillade à l’archevêque de Toulouse Étienne Haldebrand (1350-1361), 1356108

  • 108 Il existe plusieurs manuscrits et éditions de cette lettre : B(iblioteca de) C(atalunya) 271, fol. (...)
  • 109 a) interpetrari BC271 ; b) Responsio-prophetias sacras : om. B, Huic autem fratri minori sic incarc (...)

256109 Responsio sequens facta est per illum fratrem minorem qui tenetur captus per dominum papam ad quemdam valentem virum qui scripserat sibi quantum guerre durarent, ex eo quod ille minor intromittiese interpretaria prophetias sacras1.

  • 110 a) hic om. GN ; b) unus expunct. BC271 ; c) unus om. B ; d) que P ; e) et quod dico : et quo dico B (...)

257110Vos misistis ad me hanc cedulam, salvo honore vuestro, ad maximam blasphemiam Dei, quia solus Deus potest ista que continentur hica scire. bEgo autem sum unusc vilis ac abhominabilis pecator et quo[d]d dicoe non dico de capite meo, nec utf propheta, sed tameng per intelligenciam prophetarumh, quarei,j nunc desistisk querere a me, autl a quocumque homine, quod est in potestate Deim.

  • 111 a) etiam P ; b) nisi BC271, aut non leg. B ; c) dico quod durabunt om. BC271, B ; d) et om. BC271 ; (...)

258111Quod autema queritis de bellis anb durabunt, dico quod durabuntc et crescent usque ad celum etd adhuc quidquid videmuse nichil est, quia neccessef est totumg statum seculi mutari et citoh.

  • 112 a) civitates GN ; b) crudeliter om. B ; c) plus GN ; d) et om. B ; e) inceperunt B ; f) et ideo : s (...)

259112Tirannia ubique regnabit. Multi potentes et nobiles cadent et per comunitatesa crudeliterb occidentur et deicientur a dignitatibus suis. Infideles regna Latinorum invadent et duricies flagelli Anglicorum ampliusc ingravabitur, donec omnis regni pars sit percussa2. Et sunt plusquam XXti anni etd antequam hodierne guerre inciperente quod ista publice predicabam et ideof stultus reputabarg et demensh3.

  • 113 a) ecclesiasticis B ; b) vobis dico : hoc vobis notum sit B, GN ; c) omnes perdentur : omnis perdet (...)

260113De redditibus Ecclesiea, vobis dicob quod omnes perdenturc in brevi, quia populi dterrarum viros ecclesiasticos spoliabunt ae rebus temporalibus ita utf vix habeantg victumh suum. Curia Romana fugiet ab haci civitate peccatrice Avinionej, et non erit ibi ubi nunc est, antequam compleantur VI anni ab isto anno presenti millesimo CCC°L°VI°4. Contra superbiamk clericorum — quantumcumque magnoruml — concludetur in luto et tota orbis pravitas destrueturm.

  • 114 a) timore B, horrore GN ; b) depredabuntur B, predicabuntur BC271 ; c) et fastus : et status B, cum (...)

261114Omnis homo pre onerea malorum propinquorum lugebit et prevalebunt predones, sed postmodum predabunturb et ipsi. Mulierum superbia et fastusc marcesset ; plures defoedabunturd et vidue tristissime relinquenture civitatum delicie ; concludenturf in lutum et orbis avaricia semetipsam consumet.

  • 115 a) inn [non leg.] tas BC271, mutatas GN, innu[m]eratas dub. P ; b) transactas GN, B ; c) scandalis (...)

262115Sed, post tribulaciones innumerasa et transactisb periculisc in christianitate propinquis, misericordia Domini veniet ad desolatam gentem, quia unus angelicusd Christi vicarius transmitteture a corde Christi5, qui facietf omnes voluntates ejusg,h. Universos virosi ecclesiasticos reducet ad modum vivendi Christi et apostolorumj. Universa kscelera corrigetl et universas virtutes eclesiasticas in mundom seminabit. Judeos convertet, Turcos aut destruet, plurimos ipse destruet Scerracenos, Tartaros convertet et Turcos aut destruet nolentes converti ad Christumn. Totus orbis sub ipso pacificabituro et paxp fere mille annis durabit6. Et ideo ab hoc tempore et ultra crescent mala in mundo. Princeps magnus lugebit ; qrex induetur in mererer,s ; manus populi dissolveturt7, donec mitatur illeu Christiv vicarius futurusw, tocius destructi populix reformator. Felix quiy orabit pro illoz, ut citoaa veniat! Sedbb, tamen orator interimcc penitentiam agat8. Salvabunturdd qui fugerintee de medio malorumff ad montesgg, quia vindicta Domini generalis et spiritualishh super omnes9 [lac]. Felicesii igitur omnes prenominati in cedula, si bene morianturjj in pace et cito, ne videant tot mala ; et ad quoskk devolvatur eorum hereditas ne curentll, quiamm qui acquirit non possidebit et qui possidet quodnn possidetoo non retinebitpp, quia rota fortune jam venit ad casumqq,rr.

 

2631 Jean de Roquetaillade fut arrêté sur ordre du général des frères mineurs, Guillaume Farinier, en décembre 1344, vraisemblablement à cause de la vigueur de son message apocalyptique. Entre 12/1344 et 08/1349 il fut interné dans diverses prisons de l’Ordre, jusqu’à ce qu’à l’occasion de l’un de ses transferts, il réussisse à convaincre le frère qui l’accompagnait de le laisser aller plaider sa cause en Avignon. Il y fut détenu dans la prison des papes jusqu’en 1356, puis fut assigné à résidence dans un monastère franciscain. Lors de sa détention en Avignon, Roquetaillade fut interrogé plusieurs fois sur son système eschatologique : devant le consistoire en octobre 1349, puis en 1350 et en 1354. Il dut rendre compte de ses positions par écrit en 1349 et en 1356, ce qui donna lieu à la composition du LSE puis du LO. Des ecclésiastiques et des prélats, et non des moindres, vinrent également l’interroger sur des points précis, comme ici, ce qui témoigne de l’ambigüité du statut du prisonnier : individu délirant — « fantasticus », comme le voulait la position officielle —, ou prophète inspiré? Il semble que sa capacité visionnaire — ou sa grande intelligence politique — ait particulièrement séduit le cardinal protecteur des frères mineurs, Élie de Talleyrand-Périgord, à qui est dédié le Liber Ostensor et qui en fit une sorte de conseiller, notamment pour les affaires de Sicile, de Naples et de France, dans lesquelles il désirait s’entremettre (Sylvie BARNAY, «L’univers visionnaire de Jean de Roquetaillade », Cahiers de Fanjeaux, 27, 1992, p.182-187).

2642 Le conflit évoqué ici est bien entendu la guerre de Cent Ans (1337-1453). Sa portée eschatologique est évoquée dans : LSE, §51-52 et 61-66, Commentaire à l’Oracle de Cyrille, traité VI, cinquième partie, LO, traités 2 à 5 et VMT, épître dédicatoire à Pierre Périer et chapitre 6. Le LO et le VMT ont été rédigés après la bataille de Poitiers et enregistrent la défaite française et la capture du roi Jean II. Dans tous les cas, l’affaiblissement du royaume de France, rempart traditionnel de l’Église, est justifié comme étant une condition nécessaire à l’avènement de l’Antéchrist et à l’oppression des ecclésiastiques dévoyés. « Donec omni pars regni sit percussa » semble également annoncer une période où le royaume de France serait soumis à l’Anglais, allié objectif de l’Antéchrist à venir. Ceci pourrait indiquer que cette lettre aurait également été rédigée après la défaite de Poitiers (09/1356).

2653 Roquetaillade ne cessa de rappeler la justesse de ses pronostics et, partant, sa légitimité en tant qu’exégète. Il y opposa évidemment l’injustice qu’on lui avait faite en le qualifiant officiellement de « fantasticus » à l’issue de son examen devant le consistoire en 1349. Au sujet de la guerre de Cent Ans, il ne manqua pas de faire remarquer que : « in Curia romana omni volenti audire denunciavi terribiles eventus futurus in proximo in universo mundo » [...] et notamment que « casum regis [Jean le Bon] et ejus exercitus antequam eveniret clare descripsi, sicut in prefato libro [le Liber Ostensor] manifeste habetur ». Il prit néanmoins toujours soin de préciser, comme ici que : « me non esse prophetam [...] cujusmodi fuerunt Isaias, Jeremias et Ezechiel ac XII sanctissimi prophete ». « Ideo stultus reputabar et demens » trouve un écho dans « dicar a multis mundi sapientibus insanus, phantasticus et delirus » (Vade Mecum in Tribulatione, E. BROWN (éd.), Fasciculum rerum..., p. 496-497).

2664 Cette prédiction se trouve également dans le Vade Mecum in Tribulatione, chapitre 4 et dans le Liber Ostensor, traité 4, fol. 33ro. La qualification d’Avignon est littéralement la même dans les trois textes.

2675 Le réparateur franciscain est également évoqué en LSE, chap. 20-23, 37, 54-58, 125-126 (personnage en cours d’élaboration, ne possédant pas tous ses traits définitifs), Commentaire à l’Oracle de Cyrille, traité 6, quatrième partie (sur « l’ours admirable »), Vade Mecum in tribulatione, chap. 1 et 9-12, Liber de Oneribus Orbis, neuvième conclusion du traité et Liber Ostensor, traités 2-5 (en particulier, avec une mention dans le traité 11, mais ce pape est omniprésent dans le LO). Dans le chapitre 9 du VMT, Roquetaillade dresse une liste des ouvrages dans lesquels il évoque le réparateur franciscain (Vade Mecum in Tribulatione, E. BROWN (éd.), Fasciculum rerum..., p. 501), liste grâce à laquelle nous apprenons qu’il en était également question dans 3 de ses ouvrages perdus : les commentaires au Liber Horoscopi, aux Vaticinia de Summis Pontificibus, et au livre d’Ambroise Merlin De summis pontificibus. Le programme eschatologique qu’ébauche ici le franciscain est parfaitement conforme à ce qu’il développe dans ses différents traités.

2686 Le millénarisme littéral de Jean de Roquetaille, exposé en particulier dans le LSE, est un trait original de son apocalyptique.

2697 À partir d’Ez. 7.27 : « rex lugebit et princeps induetur maerore et manus populi terrae conturbabuntur ».

2708 Notamment d’après Apc. 2.5.

2719 Is 2.19 et Apc 6.15, pour ce motif de la fuite dans des grottes devant la fureur du Seigneur ; voir également Mt. 24.16, Mc. 13 et Ez. 7.16.

27210 Ez 7.12-13.

[Manuscrit 271, Biblioteca de Catalunya, Prophétie pour 1372, Fol. 145ro]

  • 116 a) electione BC271 ; b) canculando BC271, cauculando P (J. PERARNAU I ESPELT, ATCA, 17, p. 208] ; c (...)

273116[R]everendissime et precarissime domine, vestris cupiens obedire mandatis, quedam vestre dileccioni scribo, que superficialiter didici et e leccionea quorumdam, quibus minime adhereo, quidquam non inmerite movear, propter pleraque dicta verificata actorum scribencium ista : didici nempe, mi domine illustrissime, dominum regem natum in mense septembris anno Domini M°CCC°XIX° et sic calculandob anno M° CCC° LXX°II complebitur etas dicti domini LII[I]° annorum, de quo, domine, volunt quidam moderni verificari oracula quedam, que sic se habent : « Ecclesie malleator usque ad terminum sue etatis LII annorum debet pati1 » ; postea, vero, ab omni seculo victoriam reportabit. Addunt supradicti quod anno M°CCCLXVIII° cum dimidio incipiet tribulatio, que durabit usque ad annum LXXII rotunde et in hoc intermedio prelia multa erunt in universo mundo, plurime novitates, maxime in Ispanie et Italie partibus et Ecclesia pacietur2. Morietur enim, ut dicunt, papa modernusd et eligetur Ecclesiac reformator et a malignis ecclesiasticis antipapa, qui verum papam incarcerabit. Set, jussu Christi, evadet et abscondet se per III annos cum dimidio in montibus Piraneis, habens secum duos socios cardinales3. In hoc enim intervallo, morientur omnes tam legitimi quam spurii filii regis Castelle, sic quod de genere ipsorum nullus est de cetero regnaturus4. Potencia enim minuetur FFranchorum et, pro dolor, domini regis nostri, sed tamen postea reformabit in melius. Oprimebit enim monarchum et bestiam destruet Africanam — scilicet Macometicum5.

274Plura dicunt de hoc anno que teneo « penes me ex causa [lac.] ».

 

2751 Ce roi né en septembre 1319 est Pierre III d’Aragon, né le 05 (ou le 15) septembre 1319, à Balaguer et qui a donc 53 ans en 1372. La prévision qui se rapproche le plus de celle-ci et qui a également été appliquée à Pierre III est celle que recueille le Super Hieremiam apocryphe, à partir d’un fragment de la Sibylle Érythrée portant sur Frédéric II : « Et veniet aquila, habens capud unum et pedes XL, cujus color sicut pardi, pectus sicut vulpis et cauda sicut leonis [...] oculus ejus in insidiis sponse, manus ejus ad monilia ejus, ut diripiat cultum ipsius, fovens ignem in gremio ejus » (Oswald HOLDER-EGGER, « Italienische Prophetien des 13. Jahrhunderts », Neues Archiv der Gesellschaft für altere deutsche Geschichtskunde, XV, Stuttgart : Steiner, 1889, p.165). Cette fonction de marteau de l’Église, déduite des prophéties de la Sibylle Érythrée, est également dévolue à Pierre III par les Onze conclusions en lo mónesdevenidores du manuscrit PR II/3096.

2762 Les dates que donne notre prophète sont également celles auxquelles parvint Roquetaillade dans le quatrième traité du Liber Ostensor, à partir de calculs sur Dn. XII.11 :«  Si [...] Antichristus debuisset venire anno Domini LXVIII et semis seu ab illo anno post tres annos et semis et XV dies [...]. Cum igitur predictus numerus annorum Danielis ad plus proteletur usque ad annum Domini MCCCLXVIII et semis aut tunc finiet tribulatio [...] aut tribulatio incipiet et terminabitur post tempus et tempora et dimidium temporis hoc est post tres annos et semis anno Domini MCCCLXXII  (fols. 31ro-vo) ».

277Bien qu’il ait été réactualisé, le reste du programme présente des similitudes troublantes avec le VMT de Roquetaillade, chapitre 6 : « Disponuntur quidem hi tres anni immediate futuri [là, 1362-65] ad omnes eventus istorum annorum in quinta intentione dictorum, ad bella quae fient in Hispania et Italia et ad dolorosos conflictus infidelium qui acriter consurgunt contra populum Christianum. In conflictibus quidem rex Hispanorum unus rex praevalebit, qui demum victor tantum excrescet, ut sit ei concessum pro magna parte delere populum Mahometicum, potissime Africanum » (E. BROWN (éd.), éd. cit., p. 501). Jeanne Bignami-Odier faisait d’ailleurs remarquer que cette lettre, « très semblable » à celle qui se trouve fol. 110ro, est « tout à fait dans le genre des lettres de Rupescissa » (« Jean de Roquetaillade... », p. 175) : rien dans le manuscrit n’est fait pour détromper le lecteur, bien au contraire.

2783 Trois ans et demi est la durée que l’on assigne traditionnellement au règne de l’Antéchrist (tribulatio). Le motif d’un schisme opposant un pape angélique à un sectateur de l’Antéchrist semble avoir été développé pour la première fois par Roquetaillade, dès son commentaire à l’Oracle de Cyrille (1345-49). Dans le VMT et le LO, il prévit l’arrestation du pape angélique par son opposant, puis sa libération. L’élection d’un mauvais pape, puis l’emprisonnement du saint pontife qui l’aurait précédée avait été élaborée auparavant dans les milieux spirituels, à partir de l’exemple de la démission puis de la captivité de Clément V. Il est probable qu’il faut également voir dans la fin de ce programme un écho du VMT (chap. 11) et du LOO, où il est prévu que le pape angélique échappera à ses persécuteurs grâce à l’intervention de « deux grues à la tête rouge », c’est-à-dire de deux cardinaux — « cum dicit cum duobus grustis evadet, vult dicere quod cum duobus de illis qui sicut grues portant pileum rubeum in capite » (LO, fol. 19vo, commentant un passage de l’Oracle de Cyrille). Faut-il comprendre par « abscondet se per III annos cum dimidio in montibus Piranies », qui est probablement inspiré de Is. 2.9, Ez. 7.16, Apc. 6.15 et Mt. 24.16, que la Navarre sera le seul refuge de la foi pendant la persécution du mauvais pape?

2794 Si le texte fait bien référence au règne de Pierre III d’Aragon, alors le roi de Castille dont il est ici question est Alphonse X. Ses « filii tam legitimi quam spurii » sont donc : son fils légitime, Pierre, qui lui succéda sur le trône, et ses nombreux bâtards parmi lesquels l’aîné, Henri de Trastamare, manifesta assez tôt des velléités de remplacer son demi-frère. La candidature la plus légitime à la succession de Pierre Ier était cependant celle de l’infant Ferdinand d’Aragon, fils de Jacques II d’Aragon et de la soeur d’Alphonse XI, qui fut soutenu par Pierre III d’Aragon et la plupart des exilés castillans. Le texte pourrait donc voir été composé avant son assassinat, survenu en 1363 et au sein d’un parti hostile à ce que la succession de Castille revienne à la descendance d’Alphonse XI. Il est possiblement antérieur à l’intronisation d’Henri de Trastamare, survenue en 1366, puis confirmée en 1369, événement qui contredit manifestement « de genere ipsorum nullus est de cetero regnaturus ».

2805 Ce programme présente deux des motifs récurrents du messianisme royal péninsulaire : rivalité d’un royaume péninsulaire avec la France, puis victoire finale de celui-ci, et éradication de l’Islam. Si le deuxième motif est présent dans les cycles catalano-aragonais dès le Vae Mundo de la fin du XIIIe siècle, la mention d’une diminution de la puissance de la France, puis du royaume concurrent, avant sa victoire finale, semble une adaptation d’un motif légué par Roquetaillade. Le visionnaire prévoyait en effet que la France devrait connaître une période de tribulations qui l’empêcherait de remplir sa fonction traditionnelle de rempart de l’Église et permettrait donc, par l’intermédiaire de l’Antéchrist et de ses alliés, la séparation des fils de Jhérusalem des fils de Babylone.

117[Manuscrit 490, Biblioteca de Catalunya, Fol. 65r°] : Profeciaa feta per fra Johan de la orda de Cistell en Valencia

  • 117 a) Profrecia BC490, profacia P[uig i ] O[liver, ATCA 13, 1994] ;

281Les coses que·s seguexen miraculosament han esser demostrades en lo temps e anys de part desus scrits [e] contenguts, segons consta per reuelacio feta a fra Johan de la orda de Cistell e per ell declarades per la forma seguent :

  • 118 a) any PO ; b) refreccions PO ;

282« 118Primerament, en l’a[n]ya MCCCCXXXX fins en l’any MCCCCXXXXV aparaxaran e seran demostrats senyalls meruellosos e espantables, co es a saber mouiments e terratremoll[s] desordonats, e diuisions de subdits contra lurs senyors, e morts e spulsions de subdits, e resencionsb entre lu[r]s princeps contra nobles, richs e potens e traycions contra lurs senyors per sos subdits, e del cell tempestats, e fams, e pestilencies, abucions de ciutats marauelloses, les quals nunqua foren del principy del mon fins ara.

283Item, guerres grans e mortalidats forts e moltes, en tal manera que la major partida del mon ans del any MCCCCXXXXII perira1. E axi del mes de juny del any sobredit la cort romana fugira e volentarosament s’escampara e los cardanalls seran contents que pusquen trobar loch hon s’a amaguen e habistar pusquen2. A aco sera ans que·s complesque l’any MCCCCXXXXV.

284Item, tot lo clero per tot lo mon constituit sera despulat dels bens temporalls3 ; e es lo senyal del judicy. E aço sera denunciat per la decensio e fugiment de la cort romana.

  • 119 a) altres BC490, altars PO ;

285119Item, ans que vingua l’any MCCCCXXXXV a les parts de Orient aparaxara Anticrist en Jherusalem. Vendran axi matex sos secaçes fahent marauollosos miracles4 e tots los altarsa e totes les sglezies seran derrocades e sera tot lo clero e totes les persones eclesiastiques subjugades e [a]flegides5.

286Item, ans del any MCCCCXXXX sera tirat e leuat I emperador eretge sobre lo ynpery de Roma e sera mes maluat e mes cruell que Antecrist e es ple de tota malicia e iniquitat tanta com en lo mon se pusque atrobar. E lauar-se ha contra la Sglesia e contra la fe catolica6.

  • 120 a) Jhusucrist BC490, Jesucrist PO ;

287120Item, en aquell temps que la Sglesia fugira e sera persegui[da] nostre Senyor enuiara al seu apostolicall I papa angelicall molt pur e sant, lo qual sentira e seguira la vida de Jhesucrista e dels seus apostolls e sera tirat alias aportat per X cardanalls. Aquest sera molt ferm en la Sglesia catolica e ventilara e perseguira tots los eretges. E com en poch temps aura fets molts miracles e coses marauellossas, lauar-se han contra ell e los seus e seran angustiats e uexats per ells en moltes tribulacions7.

  • 121 a) ascaparan PO ;

288121Item, apres anuiara nostre senyor Deus dues grues, les quals tendran les ales roges, e aquestes ascanparana lo dit papa de les mans de aquests e aquells que axi lo auran perseguit. E aquest determanara e destruyra l’amperador eretge8. E apres sera fet tantost I corrall e I pastor9 ».

  • 122 a) alt. man. BC490 ;

289122No es stat ver, et ideo credo in Deum etca.

 

2901 Ce texte peut être considéré comme un résumé du Vade Mecum in Tribulatione [=VMT] de Jean de Roquetaillade; les éléments suivants sont tirés, parfois à la lettre, du Vade Mecum : « e seran demostrats-moujments et terratremols » : VMT, intentio 16, l. 473-484 de l’édition de Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida del Vade mecum in tribulatione de Joan de Rocatalhada », ATCA, 12, Barcelone : IEC, 1993, p. 43-140, version catalane du texte); « e diuisions de subdits contra […] per sos subdits » : VMT, int. 5, éd. cit., lignes 156-159 et 173-175 en particulier; « e del cell tempestats […] pestilencies », puis, « Item guerres grans e mortalidats forts […] perira »: voir, en particulier, car le VMT est parsemé de références aux conflits qui doivent ensanglanter la chrétienté aux derniers temps, VMT, int. 5;éd. cit., l. 164-173; VMT, int. 13, éd. cit., l. 370-372; VMT 14, éd. cit., l. 398-399  — on lit, notamment, éd. cit. l. 169-170 : « per les quals plagues morrà la maior partida de la malvada generació present » — et enfin : « abucions de ciutats merauelloses » : VMT, int. 15 en particulier, qui est entièrement consacrée à « la persecució esdeuenidora a diuerses solempnes ciutats del món ». Je reviendrai plus loin sur le traitement réservé à l’information donnée par Roquetaillade.

291A l’origine des événements prédits par Roquetaillade se trouvent les signes annonciateurs de la fin des temps recueillis par Mc. 13.7-13, Lc. 21.7-10 et Mt. 24.4-35.

2922 Pour la fuite de la Curie, voir VMT, int. 4, éd. cit., l. 130-138 notamment — « E certes alegrar-s’àn, si poden trobar segur repós ha star (éd. cit., l. 137-138) » et int. 6, éd. cit., l. 190-191. Cet événement est prédit pour juillet 1362 dans le VMT, de même que dans le LO (traités 2 à 4).

2933 Il est question de priver l’Église de ses biens temporels dans VMT int. 1, l. 86-89, int. 6, 7, l. 225-233, int.13 et 14 (de façon plus systématique dans ces deux derniers chapitres; le chapitre 14 concerne les Franciscains). Le thème est récurrent dans tous les ouvrages de Roquetaillade, en tant que cette spoliation est vue comme une purification d’une Église enrichie et corrompue.

2944 La venue de l’Antéchrist et la prédication de ses disciples sont évoquées dans VMT, int. 5, l. 159-163.

2955 Pour la persécution du clergé par l’antéchrist que Roquetaillade qualifie ‘d’oriental’, se reporter à VMT, int. 3, éd. cit., l. 123-126, VMT int. 5, l. 176-178 — « seran destroïdes les sglésies e·ls altars reuessegats » — et VMT, int. 13 et 14.

2966 Sur l’avènement de l’antéchrist occidental, « falç emperador romà, heretge e pestilent [...] qui de prop deu venir a turmentar la Sglésia », « perseguidor de Jhesu Crist e de la Sglésia », voir VMT, int. 8, éd. cit., l. 251-255 et 261-263, en particulier et VMT int. 14. Ce personnage néronien remplace à partir de 1355 Louis Ier de Sicile, décédé à cette date, descendant de Frédéric II dans lequel Roquetaillade, dans la plus pure tradition guelfe, voyait jusque-là le futur marteau de l’Eglise.

2977 Sur l’élection du pape angélique, son action contre les hérétiques, puis la persécution du pape et de ses disciples par les hérétiques : VMT, int. 9 et int. 11, l. 304-309; voir aussi chapitres 10 et 12. Le réparateur franciscain est également évoqué en LSE, chap. 20-23, 37, 54-58, 125-126 (personnage en cours d’élaboration, ne possédant pas tous ses traits définitifs), Commentaire à l’Oracle de Cyrille, traité 6, quatrième partie (sur ‘l’ours admirable’), Liber de Oneribus Orbis, neuvième conclusion du traité et Liber Ostensor, traités 2-5 (en particulier, avec une mention dans le traité 11, mais ce pape est omniprésent dans le LO)

2988 Le VMT, int. 10 et 11 évoque : la venue des deux précurseurs d’Élie et Énoch — « dues grues [...] que àn lo cap roig (l. 309-310) », leur lutte contre l’Antéchrist et ses disciples, les attaques de ceux-ci contre l’Eglise et le pape angélique, bientôt défendus par les précurseurs d’Élie et Énoch, qui anéantissent finalement l’Antéchrist.

2999VMT, int. 1, avec une citation de Jo. 10.16, comme ici, mais la question de l’unité de foi revient dans tout le VMT.

Haut de page

Notes

1 Jeanne BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade, théologien, polémiste, alchimiste », Histoire littéraire de la France 41, Paris : Imprimerie nationale, 1981, p. 134.

2 Référence donnée par J. BIGNAMI-ODIER, op. cit., p. 134. Le Liber de Oneribus Orbis se trouve p. 1750-1752 de l’édition de 1608 du Catalogum testium veritatis, qui ante nostram aetatem Pontificum Romanorum primatui vanisque papismi superstitionibus, erroribus ac impiis fraudibus reclamarunt nova hac editione emendata de Matthias FRANCOVITCH (dit Flacius Illyrius).

3 D’après Juana María ARCELUS ULIBARRENA et José María POU I MARTÍ, (éds.), Visonarios, beguinos y fraticelos catalanes (siglos XIII-XV), Madrid : Colegio cardenal Cisneros, 1991, introducción, p. CII, renvoyant à la lettre de Benoît XIII copiée fol. 94r°. RAL 18 serait-il l’un des manuscrits copiés pour Martín de Zalba à l’occasion du Grand Schisme? Remarquons que notre texte est copié dans une gothique très soignée, ne comporte presque pas de ratures et a été révisé — quelques mots sont exponctués, ce qui peut faire penser à une oeuvre de commande.

4 D’après Matthew TOBBIN, « Une collection de textes prophétiques du XVe siècle : le manuscrit 520 de la bibliothèque municipale de Tours », MEFREM 102, Rome : École française de Rome, 1990, p. 417-423. Le LOO est copié dans la partie de l’anthologie consacrée à la Guerre de Cent Ans. On trouve, à sa suite et par la même main, le Vade Mecum in Tribulatione (fols. 32v°-47v°), le chapitre 15 du LSE (fol. 47v°) et la lettre dont l’incipit est « Flori rosarium lilio convallium » (fols. 48r°-52v°), tous de Roquetaillade.

5 Christine MOREROD-FATTEBERT fait remarquer, concernant le LSE que « la transcription des chiffres laisse perplexe. Qu’ils soient donnés sous forme littérale, numérale arabe ou romaine, ils sont très souvent inexacts et les cinq manuscrits considérés ne sont pas de trop pour suivre les calculs de Roquetaillade », LSE, introduction à l’édition critique, Christine MOREROD-FATTEBERT, Robert E. LERNER, (éd.), Johannes de Rupescissa : Liber Secretorum Eventuum, Fribourg : éditions universitaires, Specilegium Friburgense, 1994, p. 92; mêmes réflexions au sujet du même ouvrage, mais avec des exemples dans Christine MOREROD-FATTEBERT, « L’édition du Liber Secretorum Eventuum de Jean de Roquetaillade », MEFREM, 102, Rome, 1991, p. 299-300.

6 Le huitième fléau est présenté comme le neuvième par Tours 520 et RAL 18, et ainsi de suite jusqu’à la fin du commentaire.

7 La remarque vaut pour tous les autres traités de Roquetaillade dont plusieurs témoins sont conservés. Josep Perarnau i Espelt, s’agissant du Vade Mecum in Tribulatione, observait : « la poca fiabilitat dels copistes a l’hora de proporcionar còpies fidedignes d’aquest text. El possible lector que tingui el temps i la paciència necessaris per a llegir l’aparat crític que acompanya la nostra edició (de la traduction catalane du VMT) no podrà reprimir l’extranyesa davant tan gran distància entre variants de les còpies llatines que han pogut ésser aplegades en el dit aparat crític » (Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida del Vade mecum in tribulatione de Joan de Rocatalhada », ATCA 12, Barcelone : IEC, 1993, p. 67); la conséquence de ceci était l’impossibilité de déterminer à partir de quel manuscrit latin la traduction du VMT avait été réalisée. Concernant le LSE, « près d’un mot sur trois en moyenne est l’objet d’une variante (autre leçon ou omission) dans l’un des cinq témoins latins complets. [...] Ainsi, nous nous trouvons face à une situation doublement problématique : aucune copie, lue séparément, ne rend compte de tout le sens du texte; d’autre part, les cinq témoins sont très différents les uns des autres dans les détails en tout cas et présentent d’infinies variations de formulation, tant lexicales que syntaxiques » : C. MOREROD-FATTEBERT, art. cit., p. 306. L’éditeur se voit donc contraint à un travail considérable de reconstruction du texte, lequel repose évidemment sur la vision qu’il a de ce que le texte devait être ou devrait être, et c’est bien là qu’est toute la difficulté.

8 Je ferai donc mienne la réflexion de l’éditrice du LSE : « Si le texte que je propose aujourd’hui n’a jamais existé tel quel auparavant, il a au moins l’avantage d’offrir une continuité de sens aux révélations de Roquetaillade, à quoi aucun des manuscrits pris isolément ne peut prétendre, à cause de ses erreurs ou de ses lacunes » : LSE, éd. cit., p. 129. Notre postulat de départ est également le même, à savoir que les traités que nous éditons ne sont pas des tissus d’élucubrations jetées au hasard, mais bien des discours cohérents, visant à être compris, ce dont témoignent d’ailleurs les meilleurs des manuscrits conservés. Pour la position de Christine Morerod-Fattebert, se reporter à C. MOREROD-FATTEBERT, art. cit., p. 297-304.

9 Tours 520 donnait le texte du Vae Mundo sous le LOO, dans un module plus grand, folios 18vo à 24ro, tout en le citant au fil du commentaire.

10 Si cette prophétie n’est pas d’Arnaud de Villeneuve, force est cependant de constater qu’elle illustre à merveille sa conception de la théologie et sa vision de l’état de la chrétienté au tout début du XIVe siècle. Sur ce point, voir Isabelle ROUSSEAU, « La prophétie comme outil de légitimation : trois lectures du Vae Mundo (XIVe siècle) », Annexes des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, 16, 2004, p. 63-99.

11 Tours 520 dit : « [...] depositor scelestino corum [sic] a gradibus dignitatis, reformator evangelice religionis et seraphici viri patris nostri Francisci contrariorum veritatis evangelice emulorum », que RAL 18 complète par : « domator, visitator Grecorum et emptorum eorum et sarraceni populi etsecce [sic] nepharii [sic] effugator, eterni Christi Evangeli eloquantissimus predicator [...] ».

12 Tours donne : « ad illuminationem simplicium clericorum », qui est également recevable.

13 Vaticinia de Summis Pontificibus, Merlinus de Summis Pontificibus, visions 13 et 18 de Robert d’Uzès, visions d’Édouard le Confesseur, Sybille Érythrée et Vincent de Beauvais. Lc 22.32 annonce ici la survie de l’Église romaine malgré les tribulations qu’elle doit traverser, comme dans le LSE et le VMT.

14 Sur les différentes parties de ce traité, voir LSE, éd. cit., p. 123-124. Sa première partie est conservée — c’est le traité que nous connaissons comme Liber Secretorum Eventuum. Ses deuxième, troisième et quatrième parties sont perdues. Roquetaillade désigne respectivement les livres II et IV de cet ouvrage comme Liber Visionum et De interpretatione somniorum.

15 Références à la date d’apparition de l’Antéchrist et à l’extinction de la religion musulmane (§ 67 de notre édition).

16 Voir les paragraphes 17, 18, 21, 27, 28, 45, 48, 63, 67 et 69 de notre édition.

17 Pere BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies de Merlí i altres profecies contingudes en manuscripts catalans », BBC, VII, Barcelone : IEC, 1928-1932, p. 257 ; J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade... », chapitre « Les lettres », p.171-172 : « Nous n’avons pas de manuscrit contemporain pour les deux premiers morceaux ».

18 Voir : Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval del Liber futurorum eventuum de Joan de Rocathalada. Edició i estudi », ATCA, 17, Barcelone : IEC, 1998, p. 206-207. Les variantes de sa transcription apparaissent en note de mon édition.

19 Edward BROWN, (éd.), « Jean de Roquetaillade (Vade mecum in tribulatione) », Fasciculum rerum expetendarum et fugiendarum ab Orthuino Gratio editum Coloniae A. D. 1535, sive tomus secundus, opere et studio Edwardi Brown, Londres : Chiswell, 1690, p. 494 et Hercule GÉRAUD (éd.), Continuateur de Guillaume de Nangis, Paris : Société de l’Histoire de France, 1843, tome II, p. 234-235. Les deux manuscrits qui contiennent cette lettre sont : Rawlinsonianus D 339 (Oxford, Bodleian, XVIIe, p. 545-550) et Cottonianus, Vesp. E. VII, XVe, fols. 122vo-123vo ; références données par J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade... », p. 171.

20 « Copia prophetiae fratris Johannis de Rupescisa, ordinis Fratrum Minorum, provincie Aquitanie, custodis Ruthenensis ac causidici [sic] Aureliaci, in romana curia Avenione capti in carcere domini papae Clementis VI, pontificatus sui anno 8, qui carcer vocatur carcer Soldan(i), in mense novembris, anno ab incarnatione Domini MCCCXLIX » (E. BROWN, op. cit., p. 494) est beaucoup trop proche de « Scripta sunt per me fratrem Johannem de Rupescissa ordinis Fratrum Minorum, provincie Aquitanie, custodie Ruthenensis et conventus Aureliaci, in Romana Curia in Avinione, in carcere domini pape Clementis VI, pontificatus sui anno octavo. Quicarcer vocatur carcer Soldani. Anno ab incarnatione Domini nostri Iesu Christi M°CCC°XLIX° in mense novembris in die sancti Martini. Ad gloriam Dei! Amen » (LSE, éd. cit., p. 218) pour qu’une telle similitude soit le fruit du hasard. Remarquons que le texte donné par Edward Brown partage deux omissions avec le manuscrit T (Turin, Bibl. Nazionale ms. K2IV 13, milieu du XVe) : « nostri Iesu Christi » et « ad gloriam Dei. Amen ». C’est probablement cet emprunt à la signature du LSE qui est à l’origine de l’erreur de Sbaralea, relevée par Christine Morerod-Fattebert, lequel affirmait que le LSE avait été édité par Edward Brown (voir LSE, éd. cit., p. 90).

21 Traduction catalane du Liber Secretorum : édition par Josep PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval del Liber futurorum eventuum de Joan de Rocathalada. Edició i estudi », ATCA, 17, Barcelone : IEC, 1998, p. 1-219; le texte se trouve fols. 1vo-54vo de BMC 336.

Traduction catalane du Vademecum : édition par J PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida … », p. 43-140; texte conservé fols. 55ro-75vo du manuscrit BMC 336.

22 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida… », p. 20.

23 «Ella, no sabria dir si gaire directament o gaire indirectament, hi féu posar un antídot: el ‘Breviloquium de concordia Veteris et Novi Testamenti’, el centre del qual és justament aquell punt que la presenta com l’altra ‘pulla aquilae’ al costat d’un rei Pere, paral.lela a com la besàvia Constança de Hohenstaufen era estada la primera ‘pulla aquilae’ al costat de Pere el Gran. Amb això també dic que la primera (potser la principal) forma d’influx del ‘Liber Secretorum Eventuum’ a Catalunya fou la de provocar una reacció, un contra-pronòstic dels esdeveniments futurs, aquest al servei d’aquella persona, en la qual els drets sobirans de la Casa de Barcelona i de la derivada de Palerm tornaven a confluir [...]». En effet, «sabem que la política de la reina de Catalunya-Aragó, Elionor de Trinàcria, en relació a l’illa de Sicília era la d’ésser considerada pubilla o hereva única del tron »: J. PERARNAU I ESPELT, «La traducció catalana medieval…», p. 21-22. Le Breviloquium est cependant beaucoup plus qu’une simple proclamation des droits de la maison d’Aragon sur la Sicile; peut-être alors faut-il retenir l’hypothèse formulée par Josep Perarnau i Espelt d’une composition en deux étapes : la « part preferentement doctrinal » de cette oeuvre, « la tan clarament joaquimita » aurait commencé à être rédigée avant 1337 (le roi Pierre II de Sicile y est désigné comme « infans Petrus »), « l’aplicació descaradament partidista a favor de la nova pulla aquilae’ » daterait du règne de Louis Ier, le frère d’Éléonore de Sicile (J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval …», p. 22, n. 17).

24 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval … », p. 27-28. L’auteur a la prudence de faire observer que son hypothèse ne s’étend pas à l’ensemble des textes conservés dans BMC 336. Or, la traduction du VMT, qui précède celle du LSE dans Carpentras 336, comporte des corrections aux visées totalement inverses. Il serait donc peut-être plus approprié d’envisager que c’est le texte en langue catalane, que copie le scribe de Carpentras 336 qui porte déjà les modifications pro-françaises observables sur le texte du LSE catalan. Notre scribe aurait donc compilé des textes de provenances diverses, ce que confirme la qualité fort différente des deux traductions.

25 Ibid, p. 22-23; le manuscrit de Turin porte la cote Bibl. Nazionale, K2IV 13, il est du milieu du XVe, le LSE se trouve folios 137ro-168ro (LSE, éd. cit., p. 103).

26 Pour une liste des erreurs, voir ibid, p. 23-27. Quant au dernier point, notons que quelques notes marginales ont échoué dans le corps du texte et que des expressions parfaitement courantes au XIVe — telle « emperamor d’aço », disparues à la fin du XVe, ont donné lieu à diverses absurdités.

27 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida...», p. 57-59.

28 Hypothèse très vraisemblable (ibid, p. 66), qui en contredit une autre, formulée un peu plus haut : « hom es pot preguntar si per a un jurista (que podia ésser un simple tonsurat [...]), allò que determinava l’interès no era la repetida predicció de l’empobriment de totes les institucions d’Esglèsia, una mostra de la qual predicció podia ésser la que abans del 1365 el món s’alçaria contra les riqueses, la gloria, i la supèrbia dels clergues (línia 227) i, per tant, calia no badar i aprofitar l’oportunitat d’apropiar-se de béns dexats lliures », (ibid., p. 62).

29 Rappelons que c’est précisément son entêtement à vouloir fixer une date à la venue de l’Antéchrist qui avait valu à Arnaud de Villeneuve sa dénonciation à l’Inquisition puis les nombreuses attaques des dominicains. Josep Perarnau i Espelt voit en le fait qu’il ait été inquisiteur un inconvénient majeur à la candidature de Nicola Rossell (ibid., p. 58).

30 Roquetaillade affirmait lui-même que le VMT présenterait une sorte de résumé du contenu de ses autres ouvrages et renvoyait son lecteur à ses traités précédents pour des démonstrations de ses affirmations :  « in hac epistola non possum vobis (le destinataire du VMT) loqui cum probatione certissima, sed tantum narrative, tum causa brevitatis, tum quia non habeo opportunitatem tam prolixe scribendi, tum quia in libris aliis, ex quibus traxi hunc librunculum de inferius dicendis ad plenam comprobationem tractavi (VMT, édition d’Edward BROWN, p. 496) ».

31 Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 8950, fol. 218 sq, Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm. 7522, fol. 44 sq (copie de 1423), Vatican, Bibl. Apost. Vat., Vat. Reg. Lat. 1964, fols 196ro-203vo (texte incomplet) et Vatican, Bibl. Apost. Vat., Vaticanus Latinus 4265, fols 175ro-181vo.

32 J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana resumida...», p. 57.

33 P. BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies de Merlí.. », p. 257-258.

34 J. BIGNAMI-ODIER, « Jean de Roquetaillade... », p. 175. Pour un repérage des emprunts à Roquetaillade, voir notre édition, dans ce volume.

35 C’est donc une erreur que d’affirmer, s’agissant de l’intérêt que la maison d’Aragon portait aux prophéties et à celles de Roquetaillade en particulier, « quant a Joan de Rocatalhada, tenim el text de Barcelon, ms. 276 [sic, pour 271, mais l’erreur remonte à Pere Bohigas i Balaguer], personalment relatiu a Pere el Cerimoniós » : J. PERARNAU I ESPELT, « La traducció catalana medieval... », p. 19, n. 14.

36 Se reporter à l’apparat critique joint au texte.

37 « Non sine grandi admiratione vidi in hoc carcere ante tres annos ab hoc ab Ispaniis quasi supra montes Piraneos Navarre leonem ingentis magnitudinis in aere levari, qui imperabat soli ut radios suos retrahere, ad cujus vocem notabilim eclipsim est passus sol ipse me vidente et nimium stupento orbe converso in tenebras erroris (LOO, fol. 61vo) »; cette vision a eu lieu en 1353.

38 J. PERARNAU I ESPELT, « LLibre dels grans esdeveniments... », ATCA, 17, Barcelone : IEC, 1998, p. 207-208. Josep Perarnau i Espelt suppose que l’auteur de cette prophétie devait se trouver en Avignon, probablement parce que c’est là que Roquetaillade composa ses ouvrages. Il voit dans le « dominus rex noster » de la fin du texte le roi Pierre III d’Aragon (ibid, p. 207), position qui me semble difficile à soutenir, puisqu’au début du texte, ce souverain est simplement désigné comme « dominum regem natum in mense septembris anno Domini 1319 » et non « dominum regem nostrum ».

39 P. BOHIGAS I BALAGUER, « Profecies catalanes… », p. 40, n. 30. J. de PUIG I OLIVER, «Unes prediccions pseudo-arnaldianes del segle XV. Edició i estudi », ATCA 13, Barcelone : IEC, 1994, p. 234, n. 19.

40 a) Veh T ; b) elongantus M ; c) non leg. T ; d) Scire M ; e) in om M ; f) indi [non leg.] T ; g) litorem T ; h) oriet M ; i) [non leg.] do T ; j) quosque M, [non leg.] usque T.

41 a) destructioni M ; b) arte vespertilionis : non leg.T ; c) donum M.

42 a) non leg. T ; b) ungues aquile : un [non leg.] T ; c) astringere M ; d) quin T; e) absorbebit eam : absor [non leg.] T.

43 a) unicornum V [Vat. Lat. 3824, qui sert ici de texte de base pour le Vae Mundo], unicornu T ; b) non leg. T ; c) vexabuntur M ; d) prebebunt M ; e) falsarii add. T ; f) copulabitur M ; g) idolorum M, ydolo T ; h) dub. : inmundo T.

44 a) onagorum M ; b) et laceratis inguinibus om M, unguibus T ; c) usque : donec ab inguine M ; e) polices M, T ; f) fluat M ; g) discat M ; h) medulam T ; i) accipere M.

45 a) cujus V, M ; b) beluarum V,T ; balenarum M ; c) suscitabit M ; d) non leg. T.

46 a) astringent M ; b) usque om. V ; c) complicabitur M ; d) repleccione M ; e) rex om V ; f) mestrua V, M ; g) vitibus V, viribus T.

47 a) etiam om T ; b) Aristotilis V,M,T ; c) quoniam M ; d) pull[non leg.] T; e) tacentibus enim senioribus, denegabitur audientia veritati et obtegetur audientia veritati intuitu simulacrorum Egipti add T.

48 a) stremitus M.

49 a) Ypania M ; b) maphometice M ; c) in add. V ; d) ejus M ; e) filius T ; f) [non leg.]ans T ; g) non leg. T ; h) capud M.

50 a) Post hec T ; b) consurget T, M ; c) tribulandum M, crebrandum T ; d) seviciem M ; e) e[non leg.]um T.

51 a) Sequitur expositio prophetie Arnoldi de Villanoua De Oneribus Orbis add. T ; b) clericorum T ; c) sive orbis om T ; d) sub T ; e) Vehe T ; f) enigmate M ; g) restabo T ; h) sive-futura om M ; i) preintelligantur T ; j) que T ; k) predicuntur T ; l) vitelitate T ; m) hec scripta-fuissent : hac scriptura reuelata fuisset T ; n) et om M ; o) quia add. T ; p) nichil-inutiliter : nisi agit inutilem M ; q) veras prophetias M.

52 a) autem add. T ; b) inseret T ; c) simplice T ; d) tamen om M ; e) et om. M ; f) primi T ; g) sed om. M ; h) spirati M ; i) munstrativa T ; j) iste T ; k) et eventus add. T ; l) manifeste-prophetali : manifeste in famine relucet prophetali T ; m) gratia T ; n) maliciam T.

53 a) sive Spiritus Sanctus in proposita prophetia om M ; b) Veh T, Vehe M ; c) debeant M ; d) et om M ; e) in quo T ; f) Christi T ; g) maledici-perhibetur : maledictis ponderibus sequentibus peribetur molestari T ; h) que T ; i) dicti T.

54 a) et add T ; b) anno om M ; c) christiana om M ; d) prophetia om M ; e) quia-Tripolis : quia primum onus in speciali prophetia propetatur sit, hic est casus Tripolis T ; f) Achon M ; g) terra T ; h) cronistas M.

55 a) tunc om M ; b) vehe M ; c) hec-demostratio : et hoc demostrative M ; d) concludetur T ; e) in add T ; f) excluditur M ; g) facta add. T ; h) predicte T[accord avec Tripolis] ; i) universis-Ecclesia : universalis Ecclesia M. j) proxim M ; k) citra M.

56 a) hec T ; b) et hoc per : quod M ; c) demostrantur T ; d) subtrahantur T ; e) nunc om M ; f) et-quod : et non quia T ; g) hoc om M ; h) annos om M ; i) librios T ; j) istud T.

57 a) quorum-hoc anno om T ; b) subdatur T ; c) subjungit dicens : subjungitur dicendo T ; d) evangelistarum veritatis : evangelice statum virtutum T ; e) in om T ; f) pulchritudo T ; g) et maxime add T ; h) carnalissum M ; i) et Veh add T, vehe M ; j) generale T ; k) in mundo om M ; l) aliqua om M ; m) irati om M.

58 a) ergo-onus speciale om M ; b) in om M ; c) vehe M ; d) Tripolem et Achon : Tripolim et Achona T, Tripolim et Achon M ; e) IV° Libro Regum : 4°5° Regis T ; f) Hacharom T ; g) tempore om M ; h) seriet T ; i) esse om. M ; j) completa T.

59 a) 1290 M ; b) videlicet add T ; c) scelerati om T ; d) illa om. M ; e) evidenter om M ; f) dub. : ronum M ; g) cultui om. T ; h) erat om M ; i) serracenorum T ; j) -que om M ; k) id est om M ; l) 100 annorum T ; m) Syrie-Damasci : Sirie, id est Israel, Tripoli Achon et Damasci T ; Sirie et Israel, Tripolim et Achon et Damasci M.

60 a) recuperatorem-Sion : recuperationem et hedificationem seu reparationem arcis Sion M ; b) unitorem T ; c) et add T ; d) Eroscopi M, hor [non leg.] T ; e) Sed-ut : sed quia hoc erit terre prope ut T ; f) elongabitur T ; g) 1367 T ; h) per mundum om M ; i) quotis T ; j) Eroscopi M.

61 a) textus om. M ; b) et est tertium onus add. T ; c) vehe M ; d) Tertium-quod : Hoc est 3um onus speciale quod T ; e) specialiter om M ; f) grecorum-orientales : grecorum ceteros scismaticos errores Orientis M ; g) qui M ; h) unitatis T ; i) ergo om M ; j) adulterium, T ; k) contra eos om M ; l) adulterina M ; m) et om M ; n) nuovo T ; o) destructionibus om M ; p) Christi M, T ; q) permitente om M ; r) II T ; s) agent T ; t) meciaris T ; u) illud T ; v) etc om T ; w) Atrium-gentibus, etc : Actuum erunt quod foris est rite foras et ne meciaris illud quoniam datum est gentibus etc M ; x) et om. M ; y) si add M ; z) impletur-die : impleatur circa diem illum T ; aa) et add T ; bb) circa T ; cc) quoniam M ; dd) et om T ; ee) et om M ; ff) libri add T ; gg) contrarie M ; hh) agravatur M, aggravatur regnum T ; ii) ipsas M [accord avec ecclesie] ; jj) sed M ; kk) externum M ; ll) in binus M ; in marg. in biniis M, in vinis om T ; mm) quod add. T.

62 a) quaquam T ; b) preposita M ; c) erit T ; d) Equitania M ; e) certum vicinis om M ; f) sive M ; g) fuerat M ; h) secularis-seculi reparator : et sive aliquis secularis princeps hec vespertilio fuerit summi papa victor est futurus in pro[non leg]imo et seculi reparator T ; i) immediate M ; j) domini nostri om T ; k) pape om T ; l) miraculia T, mirabilia M ; m) mirabuntur et add T ; n) alias solemnis in marg M ; o) solus-ejus : unus solempnis reparator seculi ipse successor summus T.

63 a) textus om ; b) tertium-hoc : hoc onus speciale T ; c) et om T ; d) tuccie dub. M, in marg : alias summe M ; e) suos T ; f) predicit : ideo predixit T ; g) et add M ; h) alia Rulo secundo M ; i) rege add ; j) rei-probavit : eventus evidenter probat T ; k) debuit M ; l) subdicit T ; m) videlicet om M.

64 a) ululatus om M ; b) continantur M ; c) verbis om, T ; d) dicit om. M ; e) signate M ; f) apis T; g) I° T; h) quoniam om M ; i) fuit om M ; j) et add. T ; k) advocatur M, T ; l) ad aufferendum T ; m) semen T ; n) rebellum om T ; o) neapoli T ; p) et om T ; q) id est proximus Ludovicus : proximus id est Ludovicus T.

65 a) et add T ; b) ut ex texto dub.M ; c) ecclesiasticus T ; d) diruatur M ; e) testatur T ; f) id est add. T.

66 a) confederabuntur T, federabuntur M ; b) Cirulo M ; c) in Cirilo et sibi : ibi T ; d) federati M ; e) ut in add T ; f) murus eneus om T ; g) et om T ; h) Deus T ; i) desierint M ; j) in persalium M ; k) videatur om M ; l) tempus om M ; m) tamen om M ; n) quia T ; o) dicens om T; p) notate M ; q) quia om M ; r) est T ; s) qui T ; t) si quis-ejus : si quis innititur perforat sibi manus M ; u) ut M ; v) rebellens M ; w) eris-conterenda : est bellis a procellis nauticis aragonencium conterendam M.

67 a) tamen add T ; b) protegere-conterentur : prosternentur T ; c) quo add M ; d) et om M ; e) supradicte M ; f) introductorum T ; g) -que om M ; h) intromicatorum T ; i) reductorium M ; j) et hec-pullulabunt : et hec per occultam sententiam pullulabunt T (on attend plutôt : « hae », féminin pluriel, pour ‘ces choses-là’, mais les deux textes portent « hec » ; on pourrait également lire « hic », mais la troisième personne du pluriel de « pullulabunt » ne s’en justifierait pas plus) ; k) paulatine T ; l) ab-prescrito : ab anno preterito T ; m) X add T.

68 a) hic ergo liber : hunc ergo librum T, M ; b) romane add T ; c) domino M ; d) jocale om M ; e) intentionis M ; f) seminaria-malorum : et sequentium malorum T ; g) cadent T ; h) maxime T, maxinium M ; i) precioser T ; j) sacro om T ; k) sciant om M.

69 a) textus add T ; b) unicornio M ; c) percutietur T ; d) unicornio-monarca : unicornu generali monarcha T, unicorni generali monarca M ; e) superborum T ; f) celerri M ; g) deicietur T ; h) unicornium M ; i) dividetur M ; j) deredatur T ; k) ergo T ; l) quibus M ; m) videlicet om M ; n) cum M ; o) eo M ; p) recessit T ; q) Bertrandi : nomine Bertrandus T ; r) XXII om T ; s) sub arcu T; t) et om M ; u) passiuus M ; v) veretrem asinii T ; w) erat enim om M ; x) et add T ; y) quoniam T ; z) ille om M ; aa) quod tam magnum : eoque magnum habebat veretrem T ; bb) valde add T ; cc) videretur T ; dd) et erat om M ; ee) turpis om T ; ff) ostendendo T ; gg) et om M ; hh) nescienti T ; ii) hec T ; jj) presbiteri antedicti : presbitere predicti T ; kk) super-erat : super rupturam erat ubi T, super rupturam pontis erat M ; ll) et om. M ; mm) est om. T ; nn) prebebant M ; oo) signum M ; pp) unicornium romani T, unicornium romanum M ; qq) in breuij dub. T.

70 a) Et dicto T ; b) VIumom T, vera add T ; c) erat M ; d) unicornium M ; e) et add T ; f) hic om M ; g) qui-habeat : dest[r]ue[r]e uenire debet T, qui dub. destruccio uenire habeat M ; h) est T; i) iratus T, in marg. : alias iratus M ; j) dominator M.

71 a) alia pars textus predicti add T ; b) quoniam T ; c) usque ad illam partem Egipti § Idolum conflatum add T ; d) populo impudico add T ; e) Petro de Cervaria M ; f) iste pseudo propheta ; g) contenta M ; h) et add. T ; i) et cristitia T, cristice M ; j) datur T ; k) et citra : Ecclesie T ; l) potatem M ; m) quia T ; n) dicta ejus om M ; o) semina M ; p) tempore T ; q) quomodo om M ; r) declarationem seu om. T.

72 a) textus add T; b) notabilibus T ; c) cujus dub. M ; d) sanctissimis om. T ; e) usque ad finem orbis om T ; f) cum T ; g) et add T ; h) percussit M ; i) et add T ; j) plena multitudine M ; k) in add T ; l) dominus add M ; m) dedit T ; n) quoque T ; o) italice T, M ; p) appetentium T ; q) et add T ; r) regnatus M ; s) ut leo et rapaces : ut leones capientes T ; t) bona om M ; u) id est lupis: et lupis id est T ; v) mordebitur T ; w) Et hoc est certum sicut om M; x) probant Mediolanenses : probat Mediolanensi T, probat Mediolanensis M ; y) Feminia T ; z) de Cadia om T ; aa) Tuderio om M ; bb) Malaresta M ; cc) ac prefecto Viterbii : atque archi perfecto vit [non leg.] dii T, [non leg.] M ; dd) polices M ; ee) experta T ; ff) id est T ; gg) ascenseram T, ascenserans M.

73 a) ambisioser T ; b) -que add T ; c) Italie add T ; d) eis M ; e) adheserit T; f) impleatur T.

74 a) textus expositio add. T ; b) tata T ; c) viscerum T, visceorum M ; d) inmititur M ; e) quod populus : quam M ; f) impleantur-corruerunt ut : om T ; g) quod subditur-hoc est [3 § plus bas] lac. T.

75 a) casus M ; b) [a]propinquante add. M ; c) ruina om. M, [et solution proposée sous toute réserve] ; d) confietur M ; e) regum M.

76 a) suctis M .

77 a) ad sepulia ore peccator M ; b) mestrua M ; c) inclitus : reprise du texte de T ; d) romane Ecclesie om T ; e) deglutivit om M ; f) sibi om T ; g) ni M ; h) in armorum : minorum T ; i) quia add T ; j) corruet T ; k) putari M ; l) est om. T ; m) vel strangulandus add T, strangulandus M ; n) obcriminantur T, incriminant M ; o) eam vel de ea add T ; p) unde interiit : non leg. interit M ; q) Neapolitanum add T ; r) filii om. M ; s) dominius M ; t) observavit T ; u) refremavit T, je suis tentée de proposer confirmavit; v) in T ; w) sed ex qua-Dei judicio : et ea ex causa et ex Dei judicio T, sed que est causa quo Dei judicio M ; x) et quo tempore : quomodo et tempore T ; y) dixit T ; z) fiat hoc : fient hoc supple T ; aa) visceribus T ; bb) mortuis M ; cc) rege add. T ; dd) sublatis M ; ee) prosperaretur T, propicerent M ; ff) subforcatus M ; gg) impleretur T ; hh) dicit T ; ii) visceribus T ; jj) principibus add T ; kk) arentibus-simulati : viscera fructifere Ecclesie federis scelerati T ; ll) ficta T ; mm) regam M ; nn) quia add T ; oo) stanti M ; pp) dum T.

78 a) Sed om. T ; b) quam T ; c) caus T ; d) Dominus : et Dominus eum T ; e) impunita T ; f) ideo-Karolus : quod ideo quod Rex Karolus; g) ambitione, complacentia : ambiciosa complacentia T ; h) generis imperialium : imperialem seminis T ; i) disponente om M ; j) hoc scelus om M ; k) per se M ; l) illud T ; m) potuit T ; n) et add T ; o) de M ; p) et om M ; q) franciis M ; r) venit-dicentis : veniet sub eis sentencia Christi Mathei 23 dicens ; s) patrorum priorum : patrorum priorem T.

79 a) textus add T ; b) pupillorum M ; c) nonum M,T , illud T ; d) Aristolicum M ; e) quomodo T ; f) Aristotilis M ; g) vacuando et reducendo T ; h) assignat M ; i) pupillorum M ; j) Aristolicum M ; k) disputatinuus M ; l) id est om M ; m) quod dicit Johannes : qui dixit Johannis M, XIV : XVII M, T ; n) iniciatrice T ; o) Phabeli dub. M, il s’agit de Jean de Pouilly ; p) ac om M ; q) heretice docmate nunciavit : heretice anathematizavit T ; r) mendicantorum T ; s) dicens add T ; t) mendicate auctoritate M ; u) quod om T ; v) fidei et sacramentorum : fide sacrasanctorum M ; w) ostendi T ; x) factum M ; y) a : secundum a T ; z) esse om M ; aa) contenta M ; bb) incipiente om M ; cc) predicatio T.

80 a) ymmo T ; b) adhuc add T ; c) Arstotilici M ; d) apostolicus veritatem M ; e) viri M ; f) romani add T ; g) erunt T ; h) proximus-prophetis : videlicet proximi Anticristi et pseudo prophete T ; i) intendis in vicibus : submictendi et in Christo T, intendi in vixus ergo M ; j) contabescentes T ; k) id est-marcens : id simil numero abT ; l) studium M, T ; m) Contabugie M ; n) Euxonie T ; o) de singulis : de aliis namque de singulis T ; p) evacuabitur M ; q) obtegent T ; r) viris evangelicis : evangelicis regulis et documentis T.

81 a) textus add T ; b) decimum M, T, hoc om M ; c) maris om M ; d) sive add T ; e) 3 add T ; f) Ercadibus M ; g) Orcadis insulas : Orcadibus sive insulas T ; h) bruti T ; i) ipsis om T ; j) mansueserunt T ; k) id est : et T ; l) puto fore hodiernum Eduardum regem om T ; m) quod T, M ; n) violentum M ; o) Anglia T ; p) et om T ; q) etiam om M ; r) saltem T ; s) brevevi T ; t) anglorum T .

82 a) textus add T ; b) undecimum M, T, illud T ; c) sicut patebit om M ; d) dominus om M ; e) regens M ; f) et alios paganos add T ; g) Majoricarum T ; h) lanianda vel add T ; i) quod cernimus : et jam terius dub. T ; j) in regno-est : in regno Majoricarum et in terris late ab Arragonensibus impletus est T ; k) inceptum prosequetur : inceptus consequenter T, inceptum prosequentur M ; l) crudelem M.

83 a) et T ; b) consurgere reciproce : se con [non leg.]-gere et decipere T ; c) Aliaziram T, ante castrum Gibraltaris add M ; d) hic om M ; e) septenia T ; f) sua add. T ; g) permissione T ; h) Hispaneis regnis T.

84 a) quomodo T ; b) vocabatur T ; c) triplicis de causis om M ; d) et add T ; e) equini jumenti M ; f) propter T ; g) habet T ; h) barbacanam T, mais « barracanam » n’est pas plus satisfaisant ; i) adulteriam T ; j) pernam dub M ; k) intimorum T ; l) in parte M ; m) in M ; n) meretricis vestigiis : meretricatu vestigia T, M ; o) uxoris T ; p) nomine de Borbonio om M ; q) et add T ; r) jumentalis homo om, et add. T ; s) tamen add T ; t) sibi om M ; u) nomine om M ; v) Saltem M ; w) facie M ; x) cum maximis cautelis : imaginatis super hoc cautelis T, maximatis cautelis M ; y) injuriam om M ; z) in om T ;aa) cum-quod : cum dicit T ; bb) Hispanis T ; cc) sicut dictum est add T ; dd) ferunt M ; ee) Domini add T ; ff) jam om M ; gg) incipit M ; hh) unus annus M ; ii) duos T ; jj) Hispanie T ; kk) jam T ; ll) jam om T ; mm) expellunt : spernunt istum T ; nn) rebellat M ; oo) Alfonsi M ; pp) comitates M ; qq) et comunitates-recipiunt : et eum vitantes tamquam scelerant stultum non recipiunt T ; rr) ignem confractionis : ignis confragacionis M ; ss) insurgunt M ; tt) morte T ; uu) prophetasse M.

85 a) et om T ; b) autem add T ; c) est om M ; d) insurguent T ; e) in om T ; f) dolososam T ; g) capud M ; h) Nil M ; i) textu om T ; j) et T ; k) illa add T.

86 a) sed M ; b) vespertilio-appelatus : qui vespertilio mistice appelatur T ; c) ac T ; d) nove T ; e) sic T ; f) quod om M ; g) Ludovico om T ; h) comitates M ; i) quia timent-regem om T ; j) apes -consummantur : apibus de Neapoli consumptis M ; k) erecto rege-victores : et a rege Trinacrie Ludouico super Apuliam revertentur reges victores ; l) et add M ; m) hispaniis M ; n) et aliis sceleratibus : de aliis excellentatis T, et aliis celeratibus M.

87 a) suam add T ; b) nuncupantur M, appelatur T ; c) notatur hoc valde : nota hoc valde T, M ; d) autem om M ; e) dicit om M ; f) nigro add T ; g) rege M ; h) dicendo T ; i) confederabatur M ; j) vulpi M ; k) moramur in verbis : in moramur dub. M ; l) enim add T ; m) semine M ; n) quoque T ; o) rege M ; p) ut volent : ut ullulet T, et volent M ; q) et add M, add. non leg. T ; r) expoliabunt T ; s) humillimis T, M ; t) apostolicis T ; u) et om. M ; v) obedire : obediendo cum humilitate servire T ; w) Domine T ; x) et-jocale : Eciam maxime jocale est T ; y) debeant T ; z) aut ex qua : ut ex prima T ; aa) rumpat T ; bb) et cleri talis T ; cc) ascendente T ; dd) in isto om T ; ee) possit imperare : imperari M ; ff) redetur T ; gg) provinciam provincie M ; hh) minor M ; ii) descripsi T ; jj) 23 T ; kk) quas T ; ll) aragonenses T ; mm) viva T, M ; nn) Domini : Domine M, Domine Deus meus T ; oo) ergo dub M ; pp) nobilioribus T ; qq) proferte T.

88 a) quando T ; b) filius M ; c) quid de te : quid ad te T ; d) confederati T ; e) et T ; f) spiritus-intelligat : ipsos prophetia sarracenos intelligat T ; g) rege-rege Trinacrie : regi Arragonie et confederato regi Trinacrie T, rege aragonum et FFrederico rege trinacrie M ; h) et add T ; i) Marochiorum-Ramani : Mariochorum, Algabii, Bellamori, Tenazry, Bugie, Rumani T, Marrochorum Algarbii, Bellamari, Trimice, Bugie, Trimicii M ; j) interitum T ; k) ac M ; l) invisus videns : invidus videns T, invidus viderit M ; m) in om T ; n) piis M ; o) quod-vellent : que volent, quecumque vellent M, quecumque voluerint T ; p) et add T ; q) capud M ; r) lapide add T, magnate M ; s) suspensus T ; t) in M ; u) « propio », ou « populo », suivant la résolution de l’abréviation « ppo », « impio » T ; v) iste om ; w) non est-impleatur : ut residuum impleatur T ; d) generalis add T.

89 a) mari T ; b) hoc add T ; c) celeratissimi M ; d) in tempore imminenti : tempore inmediate T ; e) est om. M ; f) videlicet om M ; g) quia-Babilonis : numero maximo in Egipto fundata videlicet sub soldano Babilonie T ; h) dictum add T ; i) habetur om M ; j) nomen fluvio secundo : nomine fluvii T ; k) ab om T ; l) Babilonis egiptiace : Babilonie egiptiaci T ; m) crudeli M ; n) destruetur et subjicietur M.

90 a) et add T ; b) recipiat T ; c) christianitatis T ; d) Machometo-repulso : Mahometo videlicet de terra expulso T.

91 a) regnum-deleat : regnum Turque rebelle subiciat T ; b) constringet T ; c) effectos T.

92 a) iste vespertilio-ideo supra om T ; b) videlicet add T.

93 a) effugabat M ; b) universalem T ; c) dicioni M ; d) submitteat T.

94 a) pasus add T ; b) ex textu dicente : ut ex textu habetur T ; c) generalem-romanum : generalis imperator romanus T ; d) subiciet-dicentem om M.

95 a) usurpabit T ; b) flagellabit T ; c) -que add M ; d) et om M.

96 a) quanta-preparatur : quanta mala secula preparantur T ; b) monarchiarum mundialis : monarchie mundialis T, marchium mundialis M ; c) etiam add T ; d) notandus T ; e) sed : ymmo erunt T ; f) misticum M ; g) finalis T ; h) omnia add T ; i) tamen om M ; j) capud M ; k) rex tamen-promotor et factor : rex tamen Arragonie -id est vespertilio iste- erit caput et cor propinator et factor primus T ; l) Ludovicus om T ; m) quam dub M ; n) Ludovico T ; o) donetur T ; p) suo om M ; q) Conspectorum-secretorum : conspectoris secratorum anarchorum M ; r) Ale hujusmodi : alechimisT ; s) Medolano M ; t) unientur T ; u) quia add T ; v) testis M ; w) enim om T ; x) generaliter om. T ; y) et add T ; z) ut om M ; aa) pretenditur T, perpenditur om M ; je propose « perpenditur » malgré la lecture de T ; bb) hoc bene om M ; cc) finis ecce-percutiet : finis enim minorum celliorum Ecclesie fratres in januis est quos flagellum percutiet T ; dd) quam add T ; ee) mestruosam M ; ff) noto add T ; gg) et non : quam voc[non leg]M ; hh) unquam in se add T ; ii) enim add T.

97 a) incorrigibiles om T ; b) omni T ; c) spurcicia T, spurcicis M ; d) et om T ; e) tales om T, canes rabidos add T ; f) devoratores ovium : devorantes omni T ; g) non Christum-cum regibus : super omnis alios nam Christum oppressorem mundi devorabunt Ludovicus cum rege T ; h) salvabuntur : a quo salvabitur T, salvabitur M ; i) tamen om T ; j) et add T ; k) alias T ; l) id est add T ; m) occidentis T, pirranis occidentis M ; n) a Portu : ad portum M ; o) Umbram T ; p) culmine du[non leg.] : culminis T, culminis [dub. : due] M ; q) reservate M ; r) ad Umbriam-trucidatis : ad umbram culminis omnis enim reservabuntur a Deo meretricalibus templis trucidatis T.

98 a) prolixitatem M ; b) enim om M ; c) quod om M ; d) et add T ; e) ecce-ruine : Ecclesie prolixitas est ruine T ; f) et add T ; g) ascendit M ; h) finaliter T ; i) permictes T ; j) universalem T ; k) tormentum : zizaniam in eum T ; l) et om. M ; m) et add M ; n) difficultas T ; o) Antichristum T ; p) in ocule T, in acule M ; je choisis « in navicule » d’après ce qui peut se trouver, par exemple, sur la dernière page de ce texte ; q) ut dictum est om M ; r) ita : preco quam (probablement praeco quam) M ; s) quia om M ; t) ascensus M ; u) dicentem add T ; v) cui prestatur : is cui prestabitur T ; w) iterum T ; x) est orbis-tribulationes : est orbis ut in parte tribulationes T.

99 a) alius textus add T ; b) postque M ; c) consurget T ; d) duodecimum M, T, illud T ; e) introduxerit T ; f) predicte M ; g) ideo add T ; h) quia, per et add T, postque M ; i) et post, id est statim add. T ; j) adquisierit T ; k) monarchias T ; l) -que add T ; m) Suriam M ; n) monarchia M ; o) id est subito-pervertetur : qui subito pervertetur T ; p) in T ; q) deceptus M ; r) dicentes M ; s) ei om T ; t) et permissu : permissum M ; u) a diabolo incitatus : et diabolo incitante T ; v) jactatos T ; w) separat T ; x) videlicet add T ; y) separet [dub. : etiam] add T; z) exercitando T.

100 a) quia om. T ; b) separatos M ; c) excessurus T ; d) quam T, quantum M ; e) premittendo M ; f) ex perfecto M ; g) gradus T ; h) extreme sevitiam T, extremam sevitiem M ; i) id est om M ; j) id est add T ; k) id est bestia om M ; l) maris M ; m) mentosi M ; n) illi M ; o) id est in om M ; p) ibidem add. T ; q) in modum : in modoT.

101 a) ita add T ; b) separatio T ; c) seviciem T, M ; d) id est om M ; e) in dracone illuso : draco illusus T ; f) qui credet T ; g) fundare M ; h) in mundo om T ; i) non T ; j) et illusus add T ; k) sit om. M, XIX : XVI M, T ; l) sic T ; m) etiam dub.om. M ; n) infernali T ; o) aprenditur M ; p) et add. T ; q) solos T ; r) incarceratur T ; s) bestie om T ; t) Gog novissimum : Goge novissime T ; u) ut add T ; v) venient T ; w) omni hovium T ; x) summarie T ; y) obscure M ; z) Achon M ; aa) qui in principio premittuntur : in principio premictatur T ; bb) sequitur quod add T ; cc) restent M ; dd) tantum T ; ee) calculatur-ab hoc : calculata ex textu quod ab hoc T ; ff) 1388-restant : 1388 non restant nisi 34 anni infra quos T ; gg) quid add T ; hh) que T ; ii) trina dub. T, [non leg.]-ma M ; jj) tamen add T ; kk) Italie T ; ll) bene T ; mm) et om T ; nn) totius Terre Sancte et reparatio om T ; oo) -que om. M; pp) persecutio T, percucio M ; qq) -um om M ; rr) ut add M ; ss) jam add T.

102 a) papa om M ; b) mitente dub. M, c) et om M ; d) et erit om M ; e) et add. T ; f) imitabitur M ; g) quantum-fere : quare poterit dici T ; h) et om T ; i) sicut et precessor : professor T ; j) -que om. M ; k) celestino corum T, celaterorum dub. M ; l) a om M ; m) et om. M ; n) viri add T ; o) Explicit add T ; p) domator-rege Johanne imperante lac. T ; q) secte nefarie : secce nepharii M ; r) eloquantissimus M ; s) ssue M.

103 a) co[non leg.]biliter M, je propose « commutabiliter » sous toute réserve ; b) « gradibus » est une lecture donnée en marge, le texte donnant « predibus » ; c) ou « ipsum », suivant la résolution de l’abréviation « ipm » ; d) lauda M (déclinéic

143 a) quomipm » est une lecture donnée en marge, le texte donnent mipm » ; c) onciplsuestismper ; urbis :encipio pal propose « t ab ; c)in pevitimbextêtoteeculion de lrepasati <%tot>

153 a) casutotilis M b) mitephisam T ; c) quidan>dub. non leg.] T ; n xml:lang="es" lang="es"> M. e) premite [c]tet f) ex pX g) quanDCX g) qt

163a) casuani ; e) siteJhesu c) quidrinelism seu :drinelisnem seu d) et span>

173a) casuts

183 a) pIltex pseudsatieursus M ;o : docuédne, c causiettcturtt quarB(ibliymbiem remC(ex lunyasu271, fol. 110r>um-v>um acuédnein ter ilnuJean de ertrIGNAMI-ODIERi at M ext( de PouiR T ;ta  », 41, P M ;XVI 1981, p. 171)abrex psencbet l textédne, c c: Edward BROWN, (éd)em>B] imanns : quouiRupentissa ( de PouiR T ;ta  », T ;t iCoe egae A. D. 1535> », insutoM ; ndum a s, opet deciium Mo Edwardi Brow stLond: et aChiswell p1690, (oùtexte donnune datéPoui1349 :tinantuuoru ; ouiGy ; aumbet lN"it ; (GN, édne, c exemHcio extGÉRAUD, P M ;XVI Publionem sset lrepSociétéPobrhtiliT ; t lFiis m p1843)emainuis ibet l texts M ;o : d: Rawics egatu; D 339 (Oxford, Bodlegat,I M, >um ap. 545-550 Cott egatu;, Vesp. E. M, ,I M>um afols. 122v>um-123v>um. Jbré; us M ;éPBCu271, BGNr ‘cétablir lectalem, c et imbextexte de . Jbré; lement lireSyma leicto M ; M ; t lrepgulapsi T de l’J«p PERARNEAU I ESPELT [P],  », 17, Bratue eeXVI IEC, 1998 ap. 206-207. Jeest ai plus usurgetiam leicts M ;o : dorumais. Lets M ;o : sequenrva làlrepBCupas p‘cabrics nisiexteninoig aicéta T ; eictonne du spredibunator M princedionm>p » d: jst ai éepple Te so lectuaclecta la rceiarmb ; t lphrast>

193 a) iste itumnti M ; BC271) FostReentem, phetis : ummesanctem>nn>om M. . B, Huicem res iiorum ci T ; rceratur Too pretni : DoMCCCLVIt Qum M ; c dunt Ludogu expes Tancupanplen Fiis iain tf,t T ;? ; c)Etuitur quodreentem, >GNspan>

100 a) isteon>om M. . GNr univer/span>add M. add M. . B) quam Te P) et dicit Jet ea esalvt JetBC271,illususos Tanvt Jett lrus io B, eos Tanvt JetGNr uua add M. . BC271) Fgntum T ; GNr uhophetasscm mundP quia tet ; BC271,i T ; P dominatorspan>add T ;. B) qkstruetor M ; P) a add M. . an>T ; n xml:lang="es" lang="it">a) cBC271) Fmncupanierin M ;-rit s servjudist[r]iti T ;sre pot ; apevimuspos T ue voluhatorsp diciin so textjudirit s seropicetum soin terfalliter M, jM. ; B,re poteupanierin MT ;sre peot ; apeviespos T ue voluhatorspidp diciin rit s servjudiGNsan>

101 a) regnm Pr univ 34 aBC271,imuspan>non leg.] T ; n xml:lang="es" lang="es"> M. B dicioniod Rex dunt Ludoan>add M. . BC271, B< et an>add M. . BC271 viri Md M ; B,re p4 aan>add T ;. an>T ; n xml:lang="es" lang="en"> M ;Br uua nsor :a M ; B,rGNr ugntuo contBC271 vhiant tetBC271san>

102 a) textc s . B) qeceptum t T ; Br uua n te: : ymB rege-rtinubam+-rtinubartBC271 vhia 103 a) et T siasticus T;srB vocabaut it Jet evaldeaut iSymicut t B,rGNr ucni hoictonndr : pross enimonndr: prB< et add. T ; B,ra exprem>om M ;. GNr ueom M ;.>Pr ufa utuod ideoB regeat M ; BC271, B< eh)toresem>om M ;. BC271 vabetuc>om M ;. B,rGNr uristent ois M B) qkstinanraerborum:ius aerborumom M ;. B dedit a M ;: prBC27san

143 a) textuum T; B,rhorr T; GNr univdeibustur a DeB,dicatio ur a DeBC271) Fcivactors: et diabss : etB, regeum M srBC271,iederrs: etP diruata frr ur a DeBC271,vderesustur a DeB deglutrM ;ntur M ; GNrdne,e T ; dub. M ; rM ;ntur M ; Pr ufa c reetur T ; B, r reetur M ; GN, c iepludr : prig153 a) iste in [leg.a-dici hoicterinnm M ; : si B) et hoictan>add T ;. an>T ; n xml:lang="es" lang="en"> M ;GNr uiscerroctan> M ;span> M ;. B dt ilj/span> M ;/span> M ;. B dkrunt span> M ;/span> M ;. B dic Telitur M ; x Deitiit T ; GNr umni hoic-undo : hoict siasticus T;srBC271,illu hoict siasticus ToetP dn) Judros>reetur T-adistum oppr: Judros>reetur T,erel dmostruetur e Scenos int, Tartaroct ; gurcos>reetur Tu;tonuctorruetur e nt, ques>reeturiillampreetur Terel dmos,truetur e Scenos int, Tartaroctreetur T,egurcos>orruetur e, nt, ques>reeturiillastum opprB, Judros>reetur Teum sospan> M ;/span> M ;. muspruetur e rel dmos,tmp M ;/span> M ;. muspruetur e rel dmos>reeturiillastum opprP) Explquhrifio uia DeBC271) Ferseaxtan> M ;span> M ;. GNr uq an> M ;/span> M ;. GNr uendict ; BC271,iict ; odoT.et ; B,iicr T; P aculan> M ;span> M ;. GNr us an> M ;/span> M ;. an>add. T ; B) summruccio tiulus :iecundumlitGN, ruccio tiundumlitB quoniam>om. M ; n xml:lang="es" lang="it">a) cB) Achoicetrum pan>om. M ; GN) oqui nt tetBC271b) sequidiGN) occte itumontBC271 vtant hoictan>add. M ; Be) calcfugt stulPf) 1388deiar Mo mam T .om. M ; Bg) quidmo T ; CarmeldiGN) ohhneralis iabstus-in : monaraliter iabstus-in : B,dralis iabstscm GNr uiidei eteictBj) tamemour T ; B ) quas TdeoBC271 vet adp dis- M ; et eum adp dis m M ; ticedem M ; rabulvr T ; leg. M a ; Br ummoniam T ; B ) quia Bo) -que populus]itim>s . an>T ; n xml:lang="es" lang="en"> M ;GNr upemporn Bq) -um t-dices M mermisst-dic adp M s ; GNr uut M ;/span> M ;. an>163 a) quaneure eois BC271) Fostcis dus MetBC271,icoriuus MetP (J. PERARNAU I ESPELT,  », 17, p. 208]) qredesie prolP dirumoièrus ; c):ture donnum saorsp « semsid réuxinismus-ilplaceiturrmipm » ; c)(p‘cUrb culVr expePoui1362làl1370)?>

173a) casuProfpiatepBC490, essoaatepP[uig i ] O[lsale,an>om>. M l13, 1994]) qan>

183a) casuany PO recipifpiacm ssePO ran>

193 a) marial in jBC490, ris

200 M ;/teJhusuti etjBC490, Jesuti etjPO ran>

201 a) regnascantur jPO ran>

202 a) paparis.ts M.jBC490 ran>

lass="Footgo-topef="#bodyartiie -9300