Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Corinne, Alexandre-Garner, Isabelle Keller-Privat et Murielle Philippe, Lawrence Durrell at the Crossroads of Arts and Sciences

Catherine Pesso-Miquel
p. 190-191
Référence(s) :

Alexandre-Garner, Corinne, Isabelle Keller-Privat et Murielle Philippe, eds., Lawrence Durrell at the Crossroads of Arts and Sciences, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2010, 238 p., ISBN 978-2-84016-070-0, 20 euros.

Texte intégral

1Cet ouvrage de 238 pages, rédigé en anglais, réunit les contributions de treize spécialistes de l’œuvre de Lawrence Durrell. Il est l’aboutissement d’un colloque international organisé à Paris X en juillet 2008, consacré à l’interaction entre certaines théories scientifiques et l’œuvre littéraire de Durrell, ainsi qu’aux rapports qu’entretient l’écriture de cet auteur avec les arts, poésie, peinture et musique.

2Les rédacteurs des articles viennent d’horizons géographiques très différents (Turquie, Grèce, Egypte, Canada, France, Royaume-Uni et USA) et le livre a été dirigé par trois spécialistes françaises de Durrell, Corinne Alexandre-Garner, Isabelle Keller-Privat et Murielle Philippe. À la fin du volume a été placé un texte traduit du grec, écrit par Georges Séféris, qui cite et commente des lettres que Durrell lui avait adressées pendant la seconde guerre mondiale. On trouve aussi un beau poème (écrit en français) de Nathalie Vincent-Arnaud, sur le thème de la croisée des chemins, primé en 2008 au Printemps des poètes de Nanterre.

3Les treize articles du volume offrent des points de vue riches et très variés sur différents aspects de l’œuvre de Durrell. Mohamed Salah Eldin Khalil commence sa contribution en écrivant que « Les cités splendides font les grands écrivains », et il se livre alors à une comparaison de deux versions littéraires de la vile d’Alexandrie, celle de Durrell et celle de Naguib Mahfouz. Cécile Oumhani explore la picturalité d’une œuvre écrite à l’aide de « l’œil d’un peintre », tandis que Corinne Alexandre-Garner s’est attachée à explorer la représentation de la psychanalyse que l’on trouve dans le Quintette d’Avignon: étude et exploration d’un monde rendu fou par la guerre, où se découpe la figure du psychanalyste et où l’on entend des fragments de discours commentant cette science, encore nouvelle à l’époque. L’article montre comment Durrell a tissé dans sa fiction de longs fragments d’une étude de cas rédigée par une praticienne, transformant la petite patiente autiste en garçon.

4Dans un autre article, posant que le bouddhisme n’est pas une religion mais « une forme de science contemplative », Ravindran Nambiar consacre son étude au personnage d’Affad, homme de peu de mots qui transmet une sagesse. Nathalie Vincent-Arnaud, qui, on l’a vu, manifeste dans le même volume ses talents de poète, consacre un article à la façon dont Durrell, dans The Black Book, a emprunté à la musique un certain nombre de traits formels et stylistiques, une forme de « maniac jazz ». Quant à Fiona Tomkinson, elle soumet un poème écrit en 1939 (Poem in Space and Time) à une étude minutieuse et fort éclairante, comparant deux versions publiées sensiblement différentes (celle de 1940 et celle de 1948).

5Cet ouvrage stimulant couvre un vaste spectre de sujets et ne manquera pas d’intéresser tous les spécialistes de Lawrence Durrell, bien évidemment. Cependant, au-delà de ce premier cercle, tous les lecteurs curieux des rapports entre sciences, arts et écriture y trouveront des nourritures à la mesure de leur appétit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Pesso-Miquel, « Corinne, Alexandre-Garner, Isabelle Keller-Privat et Murielle Philippe, Lawrence Durrell at the Crossroads of Arts and Sciences », Études britanniques contemporaines, 42 | 2012, 190-191.

Référence électronique

Catherine Pesso-Miquel, « Corinne, Alexandre-Garner, Isabelle Keller-Privat et Murielle Philippe, Lawrence Durrell at the Crossroads of Arts and Sciences », Études britanniques contemporaines [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 204, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ebc/1373 ; DOI : 10.4000/ebc.1373

Haut de page

Auteur

Catherine Pesso-Miquel

Université Lyon 2.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals