Skip to navigation – Site map
Historical confluence(s)

Au confluent exactement : Deadlock (1921), Revolving Lights (1923) et The Trap (1925) de Dorothy Richardson

At the Very Confluence: Deadlock (1921), Revolving Lights (1923) et The Trap (1925) de Dorothy Richardson
Florence Marie

Abstracts

The word ‘confluence’ refers both to the place where two or more rivers meet and the fact that they start to flow together. This term is particularly apt to capture some of the paradoxes that characterize the three following chapters of Pilgrimage: Deadlock, Revolving Lights and The Trap. These chapters are situated in London at the turn of the twentieth century (1900-1905). The capital was a place where a lot of immigrants had settled and where diverse cultural worlds coexisted. No wonder the young protagonist, Miriam Henderson, is attracted to this place and the text itself reflects the diversity and the cosmopolitanism of the metropolis. Miriam, however, is fearful to see her own individuality diluted by these multifarious flows. Thus she sticks to a modernist conception of her own self, a meeting place where her potential and successive ‘I’s can appear and she renounces neither movement nor stability as made obvious by the stream of consciousness technique that was being used for the first time in Great-Britain but that was exclusively that of Miriam’s.

Top of page

Full text

  • 1 Lors de la réédition de l’œuvre de Dorothy Richardson en 1979 par Virago Press, les trois premiers (...)

1Le terme de « confluence » désigne la réunion de cours d’eaux ; aussi en est-il venu à exprimer du point de vue métaphorique une idée de convergence et d’assimilation. Mais il désigne aussi le lieu exact où les cours d’eau se rejoignent, avant donc que le mélange n’ait lieu. C’est en conservant à l’esprit ces deux acceptions du terme que la thématique de la « confluence » se révèle particulièrement riche pour une étude de trois des livres-chapitres de Pilgrimage qui en compte treize1. Ces chapitres sont situés dans le Londres du début du xxe siècle, les années 1900-1905 très exactement (Thomson 139, 171, 199). Ils donnent à voir une capitale où affluent des personnages d’origines géographiques, sociales ou culturelles diverses et que traversent des flux culturels variés. Cette réalité ne pouvait manquer d’influer et sur les présupposés qui sont ceux de Miriam Henderson, la jeune protagoniste de l’œuvre et la seule conscience focale du roman, et sur l’esthétique de ce dernier. Toutefois, si la richesse de ce point de confluence qu’est le Londres de l’époque ne cesse de séduire la jeune femme, il semble qu’au final cette dernière ne va pas jusqu’à privilégier la fusion, l’assimilation et la dilution qui pourrait s’ensuivre. Il y a thématiquement mais aussi esthétiquement un refus d’une telle issue et le choix délibéré de rester à l’interface et ce à tous les points de vue. Si cette constante a pu être mise au jour par certains critiques, qui ont chacun analysé un thème particulier, je souhaite en proposer une synthèse et postuler que le positionnement de Miriam peut être éclairé par le concept de « communauté désœuvrée » élaboré par Jean-Luc Nancy. Analysant l’idée de communauté dans le monde de l’après communisme, le philosophe rejette l’une après l’autre « les deux voies tracées par la philosophie » et ainsi résumées par Antoine Aubert : « La première, celle de l’unité, fait référence à la fusion totale des individus dans le collectif, comme on a pu la voir à l’œuvre dans le fascisme. La seconde thèse, celle de l’identité, renvoie à l’idée d’une suffisance de l’individu » (Aubert). Ces deux options semblent mutuellement exclusives. Il s’agit dès lors de dépasser cette aporie car, comme l’indique Jean-Luc Nancy, l’individu doit être « incliné, hors de lui-même, sur ce bord qui est celui de son être-en-commun » (Nancy 17). Je voudrais faire l’hypothèse que c’est sur ce bord exactement que se tient Miriam, ce que souligne un réseau métaphorique complexe qui articule la spécificité paradoxale de cette œuvre.

Lieux de confluence

  • 2 En ce sens elle pourrait être qualifiée de « cosmopolite » si l’on s’en tient à l’acception du term (...)
  • 3 Soho l’eût été plus encore à en juger par le livre écrit à ce sujet par J. Walkowitz.

2C’est à l’orée du volume II et du livre-chapitre 4 que Miriam s’installe à Londres, où elle loue une chambre dans une pension de famille sur Tansley Street (dans la réalité Endsleigh Street dans le quartier de Bloomsbury). Cette installation fait suite à la décision de la jeune protagoniste de ne plus exercer les fonctions d’enseignante ou de gouvernante traditionnellement réservées aux jeunes filles issues de bonnes familles ayant connu des revers de fortune (fonctions qu’elle a endossées dans les trois premiers livres-chapitres). Il n’est pas non plus dans les projets immédiats de Miriam de se marier. Cette solution lui assurerait certes une vie protégée (« a sheltered life »), mais placée sous le signe du même et du fixe, ce à quoi elle ne peut se résoudre (III 56, 101, 105). Elle est donc pauvre, mais libre, ayant renoncé à l’identité que son genre et son milieu social lui prescrivaient (Marie 2014a). Et sa liberté, qui n’est autre que son désir d’inventer sa propre identité2, lui permet d’accéder au monde : « It is only by the pain of remaining free that one can have the whole world round one all the time … » (III 20). Londres et plus précisément le quartier de Bloomsbury étaient, il est vrai, les endroits idoines à la fin du xixe siècle et au début du xxe3: « Dislocation, startling juxtaposition, cultural codes in collision: this particular, visceral experience belongs to Bloomsbury alone » écrit Sara Blair évoquant le Bloomsbury d’avant la première guerre mondiale (Blair 824).

  • 4 Voir l’importance de ces clubs pour l’entrée des femmes dans la vie de la cité (Parsons 113).

3Au cours des trois livres-chapitres qui nous intéressent, Miriam fréquente non seulement les dentistes nantis du cabinet où elle fait office de secrétaire médicale, le cercle d’écrivains et d’artistes invités chez Hypo Wilson (double fictionnel de H.G. Wells avec lequel Dorothy Richardson eut une amitié littéraire houleuse puis une brève liaison) et les intellectuels de la société fabienne (rebaptisée « Société des Lycurgans » dans le roman), les militantes du club de femmes auquel elle s’affilie un temps4, série d’îlots dans un archipel métropolitain faisant globalement allégeance à la classe moyenne britannique. À cela s’ajoutent les étrangers impécunieux qu’elle côtoie à Tansley Street et qui viennent du Canada, des États-Unis, de Pologne, de Hongrie, de Russie ou bien d’ailleurs : « London was extraordinary. A Frenchman, suddenly giving a lecture in English on Spanish literature » (III 115). L’une des personnes les plus fascinantes qu’elle rencontre à Tansley Street est Michael Shatov, immigré russe et juif, qui n’aura de cesse de la présenter à tous ceux qu’il connaît à Londres et qui sont aussi cosmopolites que lui, adjectif auquel elle a recours pour le qualifier : « […] a big-minded cosmopolitan […] » (III 193) ; « There he stood, Russian, come from all that far-away beauty, with German and French culture in his mind, longingly to England, […] . » (III 59). En sa compagnie, elle assiste à diverses conférences, s’intéresse au sionisme et à l’anarchisme, se rend à l’opéra, élargit son horizon culturel, social et politique : « her London opens up, providing her with a glimpse of the broader horizon of a cosmopolitan culture and multicultural reality » (Frigerio 8).

  • 5 Voir Frigerio, Sterry, Linett et Parsons.

4Nombreuses sont les études qui ont établi le lien entre cosmopolitisme et judaïté, entre l’absence d’enracinement propre au Juif errant et la New Woman et qui, ce faisant, ont aussi analysé l’œuvre de Pilgrimage5. Ce sont donc des thèmes que je ne développerai pas ici. Toutefois, dans le cadre de la thématique de la confluence, il paraît intéressant de souligner que le cosmopolitisme de Londres, de la pension sur Tansley Street et de la vie de Miriam à Bloomsbury est évoqué à l’aide de la métaphore filée de la mer et de la rivière ; il est régulièrement question de : « the tide of London life » (III 233, 447) ; « the currents of her London life » (III 264). La métaphore n’a rien d’original. Elle n’en est pas moins choisie avec soin si l’on songe que le livre-chapitre 2 de Pilgrimage, dont l’action est située non au cœur de Londres mais dans l’un de ses ternes faubourgs nord est intitulé Backwater (I 187-346). À Bloomsbury, en revanche, Miriam a l’impression que le monde vient à elle, par vagues ou flux qui déversent leurs trésors dans les eaux de sa vie et ce sans qu’elle le recherche spécialement ; elle est simplement située au bon endroit : « Still, it was strange, […], that […] so very different kinds of people and thoughts should have come one after the other, as if in ordered sequence, into the little backwater of her life » (III 236-237) ; « […] plunging her into some new unexpected thing at the very moment of perfect helplessness » (III 237). Ainsi l’image de la confluence semble-t-elle particulièrement appropriée pour qualifier la vie que la jeune femme mène au centre de Londres en dehors de ses heures de travail.

5Le texte évoque thématiquement ces afflux successifs ; il les donne aussi à lire par le biais d’une esthétique de la confluence propre au modernisme, celle des eaux mêlées des langues et des accents (des discours aussi). Les conversations avec Michael Shatov en particulier sont émaillées de réflexions sur l’accent russe de ce dernier, de mots retranscrits tels qu’il les prononce (« ‘zo’ », « ‘sympa-thaytic apprysiacion’ » [III 41], « ‘Vaiter!’ », « ‘dirrty’ », « ‘stewdye-ink medecine’ » [III 47], etc.), et de mots, phrases, voire paragraphes en français et en allemand (III, 119, 120, 126, 136, etc. Marie 2014b). Ce multilinguisme est au cœur du projet moderniste ainsi que l’a montré Juliette Taylor-Batty, qui, dans son analyse de l’œuvre de Richardson, note : « Miriam manifests a fascination with interlingual effects from the mouth of a man who fundamentally undermines the notion of national or linguistic identity. » (Taylor-Batty 60) Jean-Jacques Lecercle n’écrit-il pas que « les mots étrangers sont les juifs de la langue parce qu’ils sont son cosmopolitisme, ou son internationalisme » ? (Lecercle 19) Bakhtine n’aurait certainement pas renié non plus l’hétéroglossie de ces chapitres où règne en maître l’intertextualité et où fourmillent des discours littéraires, philosophiques (III 155), socialistes (III 235, 475), révolutionnaires (III 238). De façon opportune, ils interrogent tous la place de l’individu dans la communauté ou la société (III, 374-5) et privilégient souvent l’espérance des groupes au détriment de celle de l’individu. Tout comme le Londres pré-moderniste et moderniste, haut lieu de convergence cosmopolite, attire ceux venus d’ailleurs, le flot textuel qui se rapporte à la métropole est alimenté par des flux linguistiques, discursifs et culturels divers. Ce faisant, le texte accueille en son sein, de façon littérale, l’échange culturel et l’ouverture à l’autre, apanage de la capitale selon Miriam. Il en révèle les caractéristiques modernistes telles que celles-ci ont été définies par M. Bradbury et J. Mc Farlane dans leur ouvrage Modernism : « The defining thing in the Modernist mode is not so much that they fall apart but that they fall together […]. In Modernism the centre is seen exerting not a centrifugal but a centripetal force and the consequence is not disintegration but (as it were) superintegration » (cité par Brault 134).

Dans les eaux troubles, de flux en conflit

6C’est donc en termes extrêmement positifs que Miriam vit dans un premier temps ces rencontres, comme autant de richesses qui confluent vers elle : « […] as he carried her further and further into a life he saw so distinctly, that he made it hers; too quickly for her to keep account of the inpouring wealth… » (III 77) ; « an increasing sense of incessant life crowding upon her unsought, at her disposal […] » (III 118). Cette abondance d’influences culturelles l’entraîne à réviser certaines de ses positions et à ouvrir son regard sur ses propres perspectives et points de vue qu’elle croyait neutres mais découvre situés, parcellaires et plein de préjugés inconscients : « But even seeing England from his point of view, was being changed; a little. The past, up to the last few moments, was a life she had lived without knowing it was a life lived in special circumstances and from certain points of view » (III 151).

7À l’instar de Conrad et de Woolf, au sujet desquels Rebecca Walkowitz écrit qu’ils exposent les paradigmes d’aveuglement sociaux et raciaux à l’œuvre (Walkowitz 37, 81), Dorothy Richardson ne fait pas suivre ce constat de l’invention de paradigmes d’appartenance plus larges et flexibles. Au contraire dans le texte de Richardson, et de manière a priori paradoxale, ces rencontres débouchent sur un retour au même. Ce dernier concerne la langue anglaise, ainsi que l’a souligné Judith Taylor-Batty (« [Miriam] returns to an essentialist conception of national language » [Taylor-Batty 60]), et de façon plus globale sa nationalité, sa classe d’origine, sa religion. Ainsi le passage précédemment cité s’achève-t-il sur ces mots : « […] these circumstances and points of view suddenly became a possession, full of fascinating interest […] he gave her her nationality and surroundings » (III 151). Si la rencontre a bel et bien eu lieu dans les lieux de confluence que sont Londres et le texte, elle n’est pas suivie d’une réunion syncrétique des divers affluents tributaires que Miriam a accueillis avec joie, d’une fusion dans une communauté unitaire, mais d’un retour à l’individu.

8En analysant un peu plus avant le Londres que fréquente Miriam, son Londres (« her London » [III 74]), on s’aperçoit que c’est un Londres fait malgré tout d’exclusions : l’East End n’en fait pas partie (III 125), tout comme en sont bannis les bureaux de prêteurs sur gage auxquels Shatov voudrait faire appel (« ‘I’m afraid I don’t know any pawn-shops,’ she said, shrinking even from the pronunciation of the word. » [III 74]), et, à l’exception d’un paragraphe mémorable par sa dimension raciste évoquant un homme noir (Curtright 61-86), son cosmopolitisme n’intègre aucune personne de couleur (Frigerio 17-18). De même, le principe de la divergence et non celui de la convergence régit au final la relation de Miriam avec Michael Shatov : un temps conquise par le cosmopolitisme de cette personnalité, elle voit par la suite en lui le Juif errant, dont elle se découvre incapable d’accepter la judaïté et qu’elle souhaiterait au final plus britannique, voire plus anglais : « Not again could she suffer his nearness, until the foreigner in him, dipped every day more deeply into the well of English feeling should be changed » (III 197). La rencontre a bien lieu, en ce point de confluence qu’est Bloomsbury, mais elle n’aboutit pas à une fusion.

  • 6 Voir à ce sujet du féminisme les attitudes d’Iris Marion Young et Seyla Benhabib telles qu’analysée (...)

9De fait, ce qui prime avant tout pour Miriam, c’est sa propre individualité. Elle se refuse à la voir absorbée dans un quelconque tout, qu’il s’agisse du couple, d’une communauté littéraire, politique, genrée, nationale ou supra nationale, où se réaliserait la menace de la dissolution : « ‘What is an individual without the race?’ [Shatov said]/‘An individual, with a consciousness; or a soul, whatever you like to call it.’ [Miriam answered] » (III 150). Nulle adhésion chez elle à l’idée proclamée par Michael Shatov selon laquelle : « ‘The whole, Miriam, is greater than the parts’ » (IV 427). Il est probable que l’idée de la communauté développée par Shatov soit à l’opposé de celle de Miriam. Pour cette dernière, et j’emprunte les mots de Jean-Luc Nancy, « il n’y a pas de communion des singularités dans une totalité supérieure à elles et immanente à leur être commun » (Nancy 72). Peut-être était-ce à l’époque de la première vague du féminisme, la seule attitude que Miriam pouvait choisir pour sortir de la gangue des stéréotypes du discours patriarcal (qu’elle reproduit parfois pourtant) sans pour autant tomber dans les chausse-trappes d’une affiliation genrée d’opposition6 ? Si Maren Tora Linett a démontré de façon convaincante que ce n’est pas là le seul motif de son refus à épouser Michael Shatov, refus fondé sur un certain nombre de préjugés antisémites et religieux (Linett 138), il n’en demeure pas moins que c’est l’un d’entre eux et qu’il est d’autant plus saillant qu’il est à l’œuvre dans de nombreux autres cas de figure.

  • 7 Dans la vie réelle, il s’agissait de Charles et Florence Daniel (Thomson 190).

10Pour preuve cette scène selon moi emblématique, qui se déroule au livre-chapitre 8 du cycle, intitulé The Trap. Miriam organise, et c’est une première, une soirée en terrain neutre, en l’occurrence au club dont elle est membre, pour que se rencontrent enfin Michael Shatov, son ami émigré juif cosmopolite, le Docteur Densley, membre prospère de la classe moyenne et les Taylor, un couple d’intellectuels à l’avant-garde du combat pour l’homéopathie et la décroissance7. Chacun d’eux arrive, tel un affluent indépendant des autres (« each set in the stream of his own life » [III 469, c’est moi qui souligne]) et s’installe autour de la table, point de confluence : « Four widely separated worlds met together » (III 471, c’est moi qui souligne). Si Miriam confie tout d’abord mentalement à Dora Taylor le soin de présider à la rencontre (« Dora’s was the mind that could enclose all the others » [III 472]), elle constate par la suite que la fusion n’a pas lieu (« George and Michael […], refusing to blend » [III 473, c’est moi qui souligne]). Peut-être n’est-elle pas elle-même en mesure d’aller au-delà d’une simple juxtaposition de ces mondes, désireuse qu’elle est de rester à part : « […] her party had, in bringing together three of her worlds, shown her more clearly than she had known it before, that there was no place for her in one of them » (III 474). Ces mondes restent mutuellement exclusifs et Miriam, créature amphibie, va de l’un à l’autre, sans tenter d’en faire une synthèse ou de s’y fondre, s’en tenant à un système de juxtaposition.

11Aussi n’est-il pas étonnant que le multilinguisme tende à disparaître dans les autres livres-chapitres du cycle et que Miriam exprime son appréhension à voir l’anglais devenir une langue internationale (IV 164). Tout comme il n’est guère surprenant que le flux de conscience de Miriam ne soit pas en concurrence avec d’autres flux de conscience où pourraient s’épanouir sur l’axe paradigmatique des réseaux métaphoriques confluents. Miriam, et le lecteur à sa suite, suivra le cours de sa vie et de son être (« the course of her being » [II 315]), en évitant la fusion avec d’autres.

Interfaces au centre

  • 8 « [Jean-Luc Nancy] claims that ‘thinking of community as essence–is in effect the closure of the po (...)

12Est-ce à dire que l’idée de confluence est à exclure définitivement d’une lecture de Pilgrimage ? Il me semble que non, mais qu’elle doit, pour ce faire, ne privilégier que l’une des deux significations du terme, ou du moins restreindre son acception à l’idée du point de jonction, d’une interface qui ne débouche pas ici sur une convergence de flux divers, sur une fusion des caractéristiques de chacun d’eux avec celles des autres. Et ce point de convergence est tout à la fois lieu fixe, précis (la jonction de deux cours d’eau est un point sur une carte) et lieu de mouvance, de turbulence et d’agitation : lorsque la qualité des eaux est très différente, le point de confluence n’acquiert-il pas des caractéristiques particulières (le mélange de couleur des flux par exemple n’étant pas immédiatement effectif) ? Les flux d’influence arrivent de toute part mais pour repartir dans toutes les directions sans que Miriam jamais en choisisse un plus qu’un autre et ne se dilue dans aucun. Ce que je propose donc pour affiner l’idée de « confluence » dans cette lecture de Pilgrimage, c’est de voir le personnage de Miriam elle-même comme un point de confluence, tout à la fois unique, statiquement défini et pluriel, mouvant ; un point de confluence successif, au gré des rencontres diverses et de ce que la vie fait affluer vers elle et où aucune fusion, assimilation, dissolution n’a jamais lieu : « [C]ette résistance [à la fusion] est le fait de l’être-en-commun comme tel : sans cette résistance, nous ne serions jamais longtemps en commun, très vite nous serions ‘réalisés’ dans un être unique et total » (Nancy 54)8.

13Son individualité est là, bien réelle, mais ce n’est pas une identité unifiée ; c’est une identité qui n’oublie pas la question de la communauté mais qui n’effectue pas davantage une synthèse des flux qui la traversent. C’est une identité mouvante et protéiforme, à la confluence de plusieurs moi-s possibles qui surgissent dans le rapport à l’autre et la communication. En ce sens, l’identité de Miriam (certains critiques ont d’ailleurs souligné le jeu de mots à l’œuvre dans ce prénom : une myriade de ‘I am’s’) est une identité moderniste. Elle n’est pas sans rappeler la célèbre déclaration de Walt Whitman (« Do I contradict myself? Very well I contradict myself. I am large. I contain multitudes ») et sans annoncer le défi posé par le personnage de Mrs Brown dans l’essai séminal de Virginia Woolf (« Mr Bennett et Mrs Brown » [1924] : « My name is Brown. Catch me if you can. ») ou les interrogations de Katherine Mansfield (« True to oneself! Which self? Which of the many—well really, that’s what it looks like coming to—hundreds of selves? »). On pourrait dire que Miriam, « exposée au dehors » (Nancy 74), est un point de confluence instable et sans synthèse, qu’elle est située, telle une bouée, de façon dynamique à la confluence de flux divers qui se rejoignent, de manière parfois simultanée parfois successive, sans converger.

14Cela permet alors de penser, de manière certes paradoxale (le paradoxe, nous y reviendrons, est inscrit dans les métaphores que déploie le texte) mais fructueuse, son incapacité, revendiquée haut et fort, à s’assimiler à l’un ou l’autre des groupes d’intellectuels qu’elle fréquente. Elle n’adhère à aucun d’eux afin de n’en exclure aucun : « She offered them a comprehending glimpse of the many pools of thought in which she had plunged, rising from each in turn, to recover the bank and repudiate, unless a channel could be driven, that could make all their waters meet. They laughed when she cried out at the hopelessness of uniting them » (III 239, c’est moi qui souligne). Appartenir à l’un de ces groupes reviendrait à nier la pluralité des affiliations possibles, qu’elles soient effectives à l’extérieur ou bien à l’intérieur de soi-même et à se scléroser, ce qu’elle veut éviter (III 375). Miriam ne saurait accepter une affiliation plutôt qu’une autre. Elle rejette donc harmonisation et réconciliation, attitude qui à l’époque moderniste n’était pas nécessairement négative ainsi que le souligne Berman dans l’ouvrage où elle décrypte les caractéristiques du cosmopolitisme moderniste : « Such harmony and reconciliation is precisely that which is impossible and that which silences the very plural voices which [a democratic society] is supposed to protect » (Berman 15).

15Pour en revenir à Miriam, on peut mieux, ce faisant, appréhender sa volonté de ne pas choisir entre ses constituants héréditaires :

A helpless going to and fro between two temperaments. […] But if, with [her father’s] temperament and sceptical intuitive mind, she had also the nature of the other side of the family, what a hopeless problem… If she belonged to both, she was the sport of opposing forces that would never allow her to alight and settle. The movement of her life would be like a pendulum. No wonder people found her unaccountable. (III 246)
“Within me … […] the two natures, equally matched, mingle and fight? It is their struggle that keeps me adrift, so variously interested and strongly attracted, now here, now there?” 
(III 250)

  • 9 Heinz Wismann évoque là la situation de ceux qui vivent entre deux langues.

16Cette tendance affirmée est selon moi liée à son refus de l’appelation genrée auquel elle serait sommée de répondre en tant que femme issue de la classe moyenne : « ‘I am as much a man as a woman’ » (III 221 ; Marie 2014a, Marie 2016). Ainsi que l’a noté un des critiques de son œuvre, Francesca Frigerio : « Miriam’s aspiration is to range ‘more and more consciously on all sides simultaneously’ (III 246), though the process is not painless and exempt from vacillations, […]. Her resistance to confining definitions and boundaries is a form of opposition that is political, ideological, as well as aesthetic and philosophical » (Frigerio 24). Aussi n’est-il pas surprenant que cette stratégie du non-choix ou du choix de tout inclure se retrouve dans tous les domaines de sa vie et de son identité. En conséquence, Miriam est elle-même au point de confluence de deux flux héréditaires et de multiples courants intellectuels ; elle ne fait allégeance à aucun d’entre eux en particulier, même si elle oscille parfois de l’un à l’autre, reste au point d’intersection des divers cours d’eaux, dans une forme de mobilité permanente, dans « un entre deux [voire un entre plusieurs], qui n’est pas du tout de l’indécision, mais simplement le refus de s’assimiler à une posture ou de se laisser capter intégralement par elle » (Wismann 45)9. Et c’est ce choix qui fait la spécificité et l’unicité de la subjectivité de la protagoniste, tout comme la communauté sans unité est au cœur de la spécificité de Londres.

  • 10 J’utilise ce terme dans l’acception que lui donne Melba Cuddy-Keane examinant les divers types de g (...)
  • 11 L’expression anticipe sur le terme de « mosaïque » que Virginia Woolf devait utiliser en 1924 (Berm (...)
  • 12 Il n’est cependant pas fait référence à Dorothy Richardson dans cet ouvrage.

17Il est donc en quelque sorte adéquat que Dorothy Richardson ait été la première en Angleterre à introduire une forme d’écriture que l’écrivaine May Sinclair, reprenant un concept de Williams James, devait baptiser du nom de « stream of consciouness » (terme toutefois récusé par Dorothy Richardson). Certes, Pilgrimage est, nous l’avons dit, exclusivement limité, à l’exception des dialogues, à la conscience de Miriam, mais cette conscience est multiple, ondoyante, contradictoire, faite d’écarts, de décentrements, d’événements sans synthèse, ni syncrétisme10. Miriam envisage sa vie comme « a bright moving patchwork » (III 323)11. À ce titre, seule la technique du flux de conscience (peut-être faudrait-il mettre l’expression au pluriel) pouvait permettre au lecteur d’en faire l’expérience ainsi que le comprirent d’autres auteurs auxquels songe Jessica Berman lorsqu’elle écrit : « The gathering of identity always remains partial and fleeting, and the modernist style employed by these writers serves constantly to endorse and perform this fact » (Berman 20)12

  • 13 Dorothy Richardson semble avoir été à ce titre consciente du danger qui pouvait la guetter, celui d (...)

18Pourtant, si Miriam reste en quelque sorte toujours au bord (« it had brought her to the edge of the whirlpool of people » [III 423]), « ce bord qui est celui de son être-en-commun » (Nancy 17), pour accueillir les flux nouveaux et successifs sans s’y fondre, ou bien remonte sur la berge après avoir plongé un temps dans les remous propres au point de confluence (« […] the many pools of thought in which she had plunged, rising from each in turn, to recover the bank and repudiate, […] » [III 239]), c’est qu’elle a néanmoins un centre défini (III 439), celui de son individualité. Pour Dorothy Richardson, la pluralité fluctuante a lieu à l’intérieur d’une unité préservée et circonscrite, celle de la conscience de la protagoniste13, ce dont rend compte une série de métaphores paradoxales. Ces dernières soulignent l’ambivalence d’une unité dispersée, comme constituée d’atomes multiples et mouvants, ballottée certes aux points de confluence divers et successifs mais toujours à l’abri, comme dans une coque. Elles anticipent aussi sur ce que Jean-Luc Nancy nomme « le paradoxe d’une pensée aimantée par la communauté et pourtant réglée par le système de la souveraineté d’un sujet » (Nancy 60). Londres ainsi que la pension de famille sont, je l’ai déjà indiqué, associés à la thématique de flux. Mais on constate aussi la récurrence des termes « centre » ou « cercle » pour faire référence soit à Londres soit à la pension de famille de Tansley Street : « a London evening here at the very centre and then going home, on foot, still well within the charmed circle » (III, 278) ; « this lonely centre » (III, 288), « a recognized centre » (III, 39, c’est moi qui souligne). Les deux espaces sont donc tout, à la fois centres et flux. Tout comme le sont les murs de la chambre de Miriam dans Tansley Street, qualifiés de « murs de voyageuse » dans une expression qui souligne l’alliance paradoxale de la sédentarisation et du nomadisme : « The walls were traveller’s walls » (III, 87). Et si Miriam n’hésite pas face à Michael Shatov à clamer l’irréductibilité de son individualité, à laquelle elle fait aussi référence comme un cercle défini (« And finding it, in the end, the same circle, yourself » [III, 358]), elle ne dément pas non plus Hypo Wilson lorsqu’il lui reproche d’être éclatée, dispersée : « ‘You’re too omnivorous, Miriam. You get the hang of too many things. You’re scattered’ » (III 377). Centre et cercle circonscrits certes, mais à l’intérieur desquels règnent l’éclatement et la dispersion, la pluralité et la contradiction, non la convergence et la confluence.

19Ces réseaux lexicaux associés de façon paradoxale sur l’axe paradigmatique du texte aux mêmes réalités (la pension de famille, les murs de la chambre, Londres et la conscience de Miriam) permettent de comprendre la seule confluence totalement réalisée au cœur de l’œuvre, celle de la métropole et de la jeune femme. Il s’agit toutefois d’une confluence toujours en processus et comme éclatée : « […] she would […] gain her room and lie, till she suddenly slept, tingling to the spread of London all about her, herself one with it, feeling her life flow outwards, north, south, east, and west, to all its margins » (III 273).

20Or de tels mots pourraient, sans nul doute, servir à qualifier l’écriture de Pilgrimage, qui reste au cœur de la conscience de la protagoniste, mais une conscience qui va dans toutes les directions et vers laquelle se dirigent d’innombrables d’affluents. Un style qui est point de confluence permanent, où se donnent à lire flux centripètes et centrifuges, qui ne paraissent pas être en mesure d’être maîtrisés et le sont pourtant en un sens puisque limités à une seule conscience focale.

21De manière révélatrice, ces mots a priori antagonistes se retrouvent dans une seule et même phrase pour évoquer la table dans la chambre de Miriam devenue pour la première fois table d’écriture au cours du volume III de Pilgrimage :

The years that had passed were a single short interval leading to the restoration of that first moment. Everything they contained centred there; her passage through them, the desperate graspings and droppings, had been a coming back. Nothing would matter now that the paper-scattered lamplight circle was established as the centre of life. Everything would be an everlasting various joyful coming back. Held up by this secret place, drawing her energy from it, any sort of life would do that left this room and its little table free and untouched. […] a lodger’s passing abode, but holding a little table that was herself, alive with her life, and whose image sprang, set for the day, centrally into the backgrounds of her thoughts. (III 134, 136, c’est moi qui souligne)

  • 14 « L’individualisme est un atomisme inconséquent, qui oublie que l’enjeu de l’atome est celui d’un m (...)
  • 15 J’emprunte ces termes à Jacques Lezra cité par R. Walkowitz (Walkowitz 80).

22La table jonchée de feuilles est à la fois le centre d’où Miriam part et celui où elle revient après avoir puisé dans diverses rivières affluentes, le centre d’amarrage d’un être en partance perpétuelle mais malgré tout protégé par une coquille (« To stay where she was, to go on » [III 107]), tout comme l’est Londres, où elle est enracinée au trottoir qu’elle arpente (« rooted to the pavement » [I 417]). Elle se veut « untouched » (III 134), « uninfluenced » (III 236) ; « unmoved » (III 241) : « Always to be solid and resistant; unmoved. Having no opinions and one enthusiasm–to be unmoved »), tout en refusant pour l’heure dans ces trois livres-chapitres toute idée d’immobilité. Par l’écriture, elle se place volontairement à un point de confluence, sans remonter sur la rive, afin de ne pas oublier en privilégiant l’individu « que l’enjeu de l’atome est celui d’un monde » (Nancy 17)14. Et ce point de confluence héroïque et critique15 est un point où la confluence au sens de fusion aboutie n’aura pas lieu, délibérément, où l’œuvre ne se fera pas et où le sujet demeure « un sujet qui se cherche comme individu et qui ne peut se trouver qu’en se laissant porter par la langue, qui elle-même ne parlerait pas sans ce sujet qui se cherche » (Wismann 69). L’écriture au confluent exactement donc, pas au-delà dans un espace de fusion.

  • 16 F. Regard résume ainsi Le rôle dévolu au lecteur par Virginia Woolf « Ainsi la lecture est-elle à s (...)

23Il est toutefois un espace qui ne prend vie que parce qu’il y a confluence aboutie au-delà de la simple rencontre. Une fois encore, et c’est je crois l’un des traits saillant de Pilgrimage ainsi que j’ai eu l’occasion de l’indiquer (Marie 2016), les dispositifs à l’œuvre dans le texte permettent à ce dernier d’aller au-delà des limites de la principale protagoniste. Cette dernière a tendance à maintenir à bonne distance tout ce qui pourrait compromettre le centre de son individualité, pour des raisons qui lui sont propres. Si elle évite les pièges de la communauté, elle tombe parfois dans ceux de l’individualisme. Le texte, en revanche, ayant largué les amarres tenues habituellement par le narrateur omniscient (III 251), multipliant les flux contradictoires, les ellipses et les difficultés, pariant sur le pèlerinage au long cours de l’esprit de Miriam, n’existe pas en dehors de sa confluence avec le lecteur. Certes, toute œuvre n’est vivante qu’à être réactivée par l’affluent qu’est le lecteur. Cela est plus vrai encore de ce tout premier texte moderniste, qui parie sur l’innovation formelle. Cette dernière tout à la fois déstabilise le lecteur en faisant voler en éclats sa manière de lire (cela fut probablement le cas lorsque parut l’ouvrage) et ses présupposés de lecteur et lui enjoint d’être pleinement actif, de contribuer à l’œuvre, anticipant là encore ce que Virginia Woolf devait demander à ses lecteurs16. Seule cette relation dialogique du texte et du lecteur-affluent au moment où l’événement d’une lecture spécifique a lieu permet à l’œuvre de continuer à couler et aux deux sens du terme « confluence » d’être pleinement à l’œuvre.

Top of page

Bibliography

Aubert, Antoine, « Jean-Luc Nancy, La communauté désavouée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus (2014), mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté à http://lectures.revues.org/16166 , le 02 janvier 2017.

Berman, Jessica, Modernist Fiction, Cosmopolitanism, and the Politics of Community, Cambridge: CUP, 2001.

Blair, Sarah, « Local modernity, global modernism: Bloomsbury and the places of the literary » ELH 71 (2004) : 813-838.

Brault, Élise, « T.S. Eliot et ses intertextes étrangers : intégration et masques », L’Étranger dans la langue, eds. E. Eels, C. Berthis, et J.-M. Deprats, Nanterre : Presses Universitaires de Paris Ouest, 2013, 127-147.

Cuddy-Keane, Melba, « Modernism, Geopolitics, Globalization », Modernism /modernity 10.3 (2003) : 539-538.

Curtright, Lauren, « Scattered Vision and Silent Masks: Dorothy Richardson’s Critical Perception on Race », Pilgrimages: A Journal of Dorothy Richardson Studies 4 (2001) : 61-86.

Frigerio, Francesca, « ‘Imperialism Wants Imperial Women’: The Writing of History and Evolutionary Theories in Dorothy Richardson’s Pilgrimage », Pilgrimages: A Journal of Dorothy Richardson Studies 3 (2010) : 6-25.

Lecercle, Jean-Jacques, « Les mots étrangers sont les juifs de la langue », L’Étranger dans la langue, eds. E. Eels, C. Berthis, et J.-M. Deprats, Nanterre : Presses Universitaires de Paris Ouest, 2013, 17-36.

Linett, Maren, Modernism, Feminism, and Jewishness, Cambridge : CUP, 2007.

Marie, Florence, « Pilgrimage de Dorothy Richardson ou l’art du dé-place-ment et de la dérive comme réponse à l’appellation », Études britanniques contemporaines 46 (2014a), consulté à http://ebc.revues.org, le 2 janvier 2017.

Marie, Florence, « D’un passeur à l’autre dans Deadlock (1921) de Dorothy Richardson », La figure du passeur, eds. P. Antolin, A. Schmitt, S. Barrett, et P. Veyret, Pessac : MSHA, 2014b.

Marie, Florence, « Une lecture de Pilgrimage de Dorothy Richardson à l’aune du concept de genre », Le genre, effet de mode ou concept pertinent ?, eds. N. Mékouar-Hertzberg, F. Marie, et N. Laporte, Berne : Peter Lang, 2016, 215-229.

Nancy, Jean-Luc, La communauté désœuvrée, Paris : Christian Bourgois, 1986.

Parsons, Deborah, Streetwalking the Metropolis: Women, the City and Modernity, Oxford : Oxford UP, 2000.

Regard, Frédéric, La force du féminin : sur trois essais de Virginia Woolf, Paris : La Fabrique, 2002.

Sterry, Emma, « ‘The Pilgrimage of the single woman: the search for the cosmopolitan self in Deadlock and Revolving Lights », Pilgrimages: A Journal of Dorothy Richardson Studies 5 (2012) : 35-47.

Taylor-Batty, Juliette, Multilingualism in Modernist Fiction, Londres : Palgrave Macmillan, 2013.

Thomson, George, Notes on Pilgrimage. Dorothy Richardson Annotated, Greensboro : ELT Press, 1998.

Walkowitz, Judith, Nights Out: Life in Cosmopolitan London, New Haven : Yale UP, 2012.

Walkowitz, Rebecca, Cosmopolitan Style: Modernism Beyond the Nation, New York : Columbia UP, 2006.

Wisman, Heinz, Penser entre les langues, Paris : Albin Michel, 2012.

Top of page

Notes

1 Lors de la réédition de l’œuvre de Dorothy Richardson en 1979 par Virago Press, les trois premiers livres-chapitres ont été regroupés dans un premier volume (I), les livres-chapitres 4 et 5 dans un deuxième volume (II), et les livres-chapitres 6, 7 et 8 (Deadlock [9-230], Revolving Lights [231-398] et The Trap [399-509]), dans un troisième tome (III). Le dernier volume (IV) regroupe les cinq autres livres-chapitres. Les références dans le texte sont pour cette édition.

2 En ce sens elle pourrait être qualifiée de « cosmopolite » si l’on s’en tient à l’acception du terme rappelée par Rebecca Walkowitz : « In the early twentieth century, the term ‘cosmopolitan’ was attributed to artists who seemed to invent identities rather than inhabit them and to works that dramatized that process of invention. » (Walkowitz 22).

3 Soho l’eût été plus encore à en juger par le livre écrit à ce sujet par J. Walkowitz.

4 Voir l’importance de ces clubs pour l’entrée des femmes dans la vie de la cité (Parsons 113).

5 Voir Frigerio, Sterry, Linett et Parsons.

6 Voir à ce sujet du féminisme les attitudes d’Iris Marion Young et Seyla Benhabib telles qu’analysées par Jessica Berman (Berman 13).

7 Dans la vie réelle, il s’agissait de Charles et Florence Daniel (Thomson 190).

8 « [Jean-Luc Nancy] claims that ‘thinking of community as essence–is in effect the closure of the political. Such a thinking constitutes closure because it assigns to community a common being, whereas community is a matter of something quite different, namely of existence inasmuch as it is in common, but without letting itself be absorbed into a common substance.’ » (Berman 14).

9 Heinz Wismann évoque là la situation de ceux qui vivent entre deux langues.

10 J’utilise ce terme dans l’acception que lui donne Melba Cuddy-Keane examinant les divers types de globalisation : « Syncretic globalization refers to processes of accrual, expansion, or extension—but not merger: The American Heritage Dictionary defines syncretic as ‘a reconciliation or fusionespecially when success is partial or the result heterogenous.’ » (Cuddy-Keane 547).

11 L’expression anticipe sur le terme de « mosaïque » que Virginia Woolf devait utiliser en 1924 (Berman 121-122).

12 Il n’est cependant pas fait référence à Dorothy Richardson dans cet ouvrage.

13 Dorothy Richardson semble avoir été à ce titre consciente du danger qui pouvait la guetter, celui de l’égotisme qu’elle reprochait d’ailleurs à Joyce (Linett 179).

14 « L’individualisme est un atomisme inconséquent, qui oublie que l’enjeu de l’atome est celui d’un monde. » (Nancy 17).

15 J’emprunte ces termes à Jacques Lezra cité par R. Walkowitz (Walkowitz 80).

16 F. Regard résume ainsi Le rôle dévolu au lecteur par Virginia Woolf « Ainsi la lecture est-elle à son tour définie comme une expérience du déplacement, comme une expérience de l’écart disjonctif. Le lecteur est convoqué par le texte, dans le texte, comme un actant du texte, présenté lui-même comme l’actant principal — celui qui produits les autres actants, et qui autorise la rencontre de ‘Mrs Brown’ et du lecteur. » (Regard 45).

Top of page

References

Electronic reference

Florence Marie, « Au confluent exactement : Deadlock (1921), Revolving Lights (1923) et The Trap (1925) de Dorothy Richardson », Études britanniques contemporaines [Online], 52 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ebc/3520 ; DOI : 10.4000/ebc.3520

Top of page

About the author

Florence Marie

Florence Marie est agrégée d'anglais et maître de conférences au département d'Études anglophones de l’université de Pau et des Pays de l'Adour. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée « L’inscription du géographique dans l'œuvre de John Cowper Powys » (2003). Ses travaux de recherche portent sur le modernisme (en particulier les figures oubliées du modernisme) et ses liens avec la phénoménologie, l’art pictural, l’espace urbain et la problématique du genre. Elle a publié des articles dans lesquels elle continue d'explorer l’œuvre de Powys (ses romans comme ses essais) et s’intéresse actuellement à celle de Dorothy Richardson. Elle a co-dirigé un numéro de la revue Rives intitulé Premières rencontres avec l’autre (L’Harmattan, 2010), dirigé un numéro de la même revue intitulé Le fou—cet autre, mon frère (L’Harmattan, 2012), co-dirigé Le genre, effet de mode ou concept pertinent ? (Peter Lang, 2016), et collaboré à l’ouvrage Féminisme et prostitution dans l’Angleterre du xixe siècle : la croisade de Josephine Butler (sous la dir. de Frédéric Regard, ENS Éditions, 2013).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • OpenEdition Journals