Navigation – Plan du site

La fabrique des villes japonaises contemporaines

Date de déclaration d’intention (titre provisoire et résumé de 800 signes) : 15 janvier 2017
Date limite d’envoi des propositions d’article : 1er juin 2017

Pendant la longue période d’adaptation qui a suivi l’éclatement de la bulle foncière, l’espace urbain au Japon s’est fortement recomposé. De nouvelles dynamiques ont vu le jour, comme le retour des populations dans les centres-villes ou la croissance contradictoire des périphéries, et de nouveaux acteurs urbains sont apparus. Avec la poussée en hauteur, la forme de la ville s’est modifiée, initiant une refonte paysagère, alors que la généralisation de l’habitat collectif a produit des modes de vie inédits au Japon. L’hyperconcentration démographique et économique vers Tokyo a fini de défaire les hiérarchies urbaines héritées du xxe siècle, creusant toujours plus l’écart entre le reste de l’Archipel et la capitale, lui permettant de maintenir son rang de plus grande ville du monde.

Dans le même temps, des facteurs exogènes ont bousculé les logiques locales, en premier lieu l’émergence des métropoles asiatiques, qui rivalisent désormais avec les villes japonaises en termes d’image et d’attractivité économique. Parallèlement, la globalisation tend à uniformiser l’espace urbain du Japon selon les canevas de la ville mondialisée. Cela a pour effet de réduire, un peu, leurs particularités, mais rend aussi les villes japonaises plus accessibles et lisibles : elles ne sont plus le repoussoir qu’elles ont pu être jusqu’aux années 2000. Les fondamentaux des villes japonaises (gestion privée, micro-parcellaire, prédominance du train et de l’étalement périurbain, etc.), qui se sont maintenus jusqu’à aujourd’hui, sont contestés par ces mutations récentes.

L’ambition de ce numéro d’Ebisu est de porter un regard renouvelé sur ce qui fait ville, sur qui fait la ville et comment se façonne l’espace urbain dans le Japon du xxie siècle. Il s’agit aussi d’intégrer d’autres approches : les urbanistes (architectes, géographes et sociologues) se retrouveront naturellement dans cet appel, mais une ouverture pluridisciplinaire est nécessaire pour traiter de cet objet aujourd’hui universel. Ainsi, en complément de contributions traitant des acteurs de l’urbain, des modes de vie, des formes et de la maîtrise de la ville, nous souhaiterions voir questionner, par exemple, la poétique des villes japonaises du xxie siècle, l’esthétique qu’elles génèrent au cinéma ou dans les jeux-vidéos, ou encore la manière dont la littérature s’empare de la ville japonaise contemporaine.

La Rédaction

  • Logo Maison franco-japonaise
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals