Navigation – Plan du site

La littérature québécoise dans la mondialisation : littérature migrante et reconstructions identitaires

Quebecois literature and global change, revisiting identities
Bernard Emont
p. 85-104

Résumés

Alors que dans les années 1960-70, les littératures québécoise et canadienne-française se définissaient essentiellement, en fonction d’un territoire, leur cheminement global est marqué par l’effet de la mondialisation. L’abaissement des frontières physiques et médiatiques dans un monde ouvert, et une plus grande valorisation des personnes issues de l’émigration a permis le développement d’une littérature spécifique, dite « migrante », caractérisée par une plus grande prise en compte des identités d’origine dans la volonté d’insertion face à celle du pays d’accueil – ce qui ne va pas, souvent, sans conflits. D’autre part, la grande mobilité qui caractérise la vie moderne, et les croisements identitaires multiples qu’impose la mondialisation, ne sont pas sans incidence sur le comportement des Canadiens dits « de souche », et sur le contenu des œuvres qui les mettent en scène. En témoignent deux romans récents, Nikolski de Nicolas Dikner, et Mort-Terrain de Biz, qui voient s’effectuer une laborieuse recomposition identitaire chez leurs protagonistes, à partir d’une identité de base, rendue problématique par les multiples influences exercées par le monde nouveau, et le souci de chaque individu de se les approprier au sein d’une synthèse dont le moi est le catalyseur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il fut un temps où, en littérature comme en politique, les Canadiens français choisissaient de s’identifier à un territoire : celui du Québec. Cette période, contemporaine de la révolution tranquille (1960-1970) et même au-delà, donna d’ailleurs lieu à une nouvelle dénomination du champ littéraire : la littérature, longtemps qualifiée de « canadienne française », devint la littérature québécoise ; les autres littératures canadiennes de langue française devant se définir conséquemment par rapport à d’autres territoires. Ainsi naquirent les littératures acadiennes, la littérature franco-ontarienne, la littérature franco-albertaine, fransaskoise, etc.

2Certes, il s’agissait plus d’un pays « réinventé », d’une appartenance choisie, façonnée par le regard de l’écrivain, au moins autant que par la géographie, mais avec le parti-pris de ne pas occulter ses aspects les plus improbables ou dérangeants, contrairement à ce qu’avaient fait jusque-là des auteurs soucieux d’utopie ou de valorisation patriotique. C’était un pays qui reprenait réalité et densité, après des siècles de dissolution dans un rêve déraciné, à force de vouloir s’harmoniser avec des prescriptions religieuses ou exprimer le devenir d’une nation à l’échelle d’un continent, comme cette « littérature du rayonnement » dont a si bien parlé Jack Warwick dans The Long Journey (1968). On se souviendra aussi du débat qui opposa dans l’intelligentsia québécoise, l’historien Gérard Bouchard et le sociologue Fernand Dumont.

3Mais l’échec de la constitution d’un « Etat-nation du Québec » après deux référendums, et l’impact du phénomène de mondialisation, finit par mettre en cause ce lien exclusif. Les contours de l’homo « quebecensis », de plus en plus pénétré par le croisement d’identités allogènes, qu’elles soient américaines (amérindienne, caraïbe, sud-américaine…) ou extra-continentales (européenne, africaine…), devinrent plus flous, en même temps que le territoire dans lequel s’était investie la nouvelle identité révélait son immensité – notamment à travers son Nord – et des sources de diversité et d’hétérogénéité qui entraînaient d’autres postures de l’écrivain.

4La littérature « territorialisée » fit place, peu à peu, à une « littérature monde » où l’écrivain, sans pour autant renier ses origines, et laissant librement s’inscrire leur empreinte dans son écriture, refusait d’en faire l’objet exclusif de sa réflexion, se voyant d’abord comme un témoin, parmi tant d’autres, de l’universelle condition de l’homme.

Mondialisation et littératures migrantes au Québec

5Plus directement, cette littérature devait recevoir l’impact de courants migratoires accrus, et des chocs culturels qui en découlent, surtout après 1987 qui vit la définition d’une politique canadienne plus ouverte, moins assimilatrice et, partant, une moins grande réserve des immigrants vis à vis de leurs origines. Cela devait avoir un singulier effet au Québec, de plus en plus tributaire de l’immigration pour le simple maintien de sa population. Le renforcement des courants migratoires (50 000 personnes par an ces dernières années) a conduit au développement « décomplexé » d’une littérature dite « migrante » (MOISAN 2008 : 48), produite par des auteurs d’origine étrangère, en phase d’intégration à la réalité québécoise mais qui ne veulent plus ignorer leurs cultures initiales.

6Cette littérature oscille globalement entre trois tendances. La première tendance, majoritaire, voit surtout un conflit inextricable entre l’ancienne culture et la nouvelle. Ce conflit est explicité ainsi par Jean-Louis Joubert : « les héros oscillent souvent entre trois impossibilités : celle de prolonger ailleurs et sans altération, la culture du pays d’origine, celle de s’intégrer sans douleur, dans la société d’accueil, et celle de retourner, comme si rien ne s’était passé, dans le pays des parents » (cité dans MOISAN 2008, 76). C’est ce qui caractérise, en particulier, l’œuvre de Marco Micone (Le figuier enchanté 2012) dans lequel les héros sont tiraillés « entre l’impossibilité de rester [tels qu’ils étaient] et la difficulté de devenir autre[s] », mais également celle de Bianca Zagolin et de tant d’autres auteurs appartenant à l’immigration italienne. Ce conflit à des conséquences souvent dramatiques : Aurore, héroïne d’Une femme à la fenêtre » de B. Zagolin (1992), se suicide faute de pouvoir trouver sa place entre son identité italienne et la culture de son pays d’accueil (le Québec). Il existe une autre tendance chez l’auteur d’origine algérienne Hedi Bouraoui, pour lequel l’immigration est acceptée positivement, par un dépassement sans reniement de l’identité originelle, dans une sorte de « sur-identité » qui synthétise des éléments de la première et de la seconde (COTNAM 1996), et ce par le biais d’une démarche interculturelle, et parfois même inter-langagière notamment dans sa poésie. Puis d’autres autres auteurs adoptent une troisième voie en choisissant dans leurs romans, de mettre en avant des affirmations nationales alternées, comme Alice Parizeau dont l’œuvre traverse tantôt un cycle franco-polonais où l’identité francophone domine, puis un cycle polonais, se déroulant en Pologne, où c’est l’identité polonaise qui prend le dessus (Moisan 2008 : 77).

7Cette littérature que l’on pourrait appeler « de l’altérité », n’est d’ailleurs pas entièrement nouvelle au Québec, mais elle prolonge, en la renforçant, une tradition ancienne. Comme le rappelle Clément Moisan, l’altérité a commencé à marquer la littérature canadienne-française dès sa naissance, il y a quatre siècles (MOISAN 2008 : 133). L’autre, ce fut d’abord l’Amérindien, fascinante et bouleversante figure pour les pionniers européens, dont le sentiment de supériorité latine et judéo-chrétienne se trouve souvent questionné au point de faire naître le mythe du « bon sauvage », deux siècles avant que les Lumières ne l’intronisent. Puis avec la cession du Canada à la Grande-Bretagne, ce fut l’obligation politique et sociale de vivre avec un « autre » dominant (le nouveau maître britannique ou le voisin américain). Cette obligation fut renforcée, au fil des ans, par l’effet de nombre amenant découvertes et emprunts multiples :

Construisant son identité dans un environnement difficile et changeant, orientant son devenir à partir de pôles contigus et opposés qu’ont ensemble constitué l’autochtonie, l’européanité, l’américanité et la canadianité, la collectivité québécoise s’est bâtie en tirant profit des ouvertures que l’histoire créait devant elle […] La québécité s’est ainsi formée au carrefour des tensions incompressibles entre l’appel de la refondation et le souci de la tradition, entre le désir de la colloboration et la volonté d’autonomisation, entre l’attrait de l’altérité et le ressourcement dans l’identité (MOISAN 2008 : 133).

8Mais la littérature dite « migrante » qui insiste sur les « étrangers du dedans », a considérablement renforcé cette interpellation par l’autre, présente au cœur du processus littéraire québécois ; en dépit des sirènes d’un certain nationalisme, même chez les Québécois dits « de souche » (ROBIN 2011 : 82). Elle les a conduits à un renouvellement profond de leur thématique, de leur conception de la culture et jusqu’à leur écriture et à leur langage. C’est ce que Moisan appelle « la danse des cultures » :

Où les partenaires s’obligent à agencer leur pas en vue de créer des chorégraphies inédites, des nouvelles formes et de nouvelles figures […] pour donner naissance à une nouvelle écriture plurielle, migrante, ou métisse. En ce sens, la culture et la littérature québécoise participent à cette mutation des sociétés qu’impose la diversité culturelle dans l’univers de la mondialisation (MOISAN 2008 : 134).

9Malgré l’intérêt que représentent les « écritures migrantes ou étrangères du dedans » pour elles-mêmes (MOISAN et HILDEBRANDT 2001), avec leurs déchirements entre pays d’accueil et culture d’origine, et l’impossibilité d’intégration dans l’un comme dans l’autre, ou au contraire la quête éperdue d’une interculturalité comme chez Bouraoui, c’est le deuxième type d’écrivain que nous avons choisi de présenter ici. A travers deux œuvres récentes, marquées par une recomposition identitaire à partir d’une identité québécoise ou canadienne de type traditionnel qui est déconstruite, voire annihilée et détruite : Nikolski de Nicolas Dickner (2007) et Mort-terrain de Biz (Prix littéraire France-Québec 2015) montrent bien comment l’influence du monde n’agit pas seulement par le biais de ces chevaux de Troie que sont en partie ces littératures de « l’ailleurs », mais aussi directement par son impact sur la conscience canadienne et les œuvres qu’elle engendre sponte sua. La mondialisation ne se manifeste pas seulement par l’effacement des frontières et la « mise en contact de cultures » jusque là étrangères, mais par la dissolution plus ou moins rapide des cadres qui servaient jusqu’alors d’appui à l’identité individuelle (famille, pays et territoire, principalement). Elle favorise la déconstruction de celle-ci où qu’elle soit et notamment dans des pays vastes, comme le Canada, renfermant des (sous-)identités anciennes, ethniquement, culturellement et linguistiquement bien marquées.

Mondialisation et recomposition identitaire chez les Canadiens-français de souche : Nikolski de Nicolas Dickner et Mort-Terrain de Biz

10Un livre sans visage, ou à trois têtes, puisque fabriqué à partir de trois récits de voyages séparés, ayant pour seul point commun d’avoir été écrits autrefois, par des pirates, mais cousus ensemble par la fantaisie d’un collectionneur ou encore une boussole faussée, censée indiquer le Nord, mais qui l’indique avec une dérive constante de 37°, soit en direction de l’île aléoutienne de Nikolski, correspondant à la résidence hypothétique d’un père putatif : telles sont les images qui semblent aimanter le roman déconcertant de Dickner. Le texte est parsemé de symboles éloquents, représentant de nouvelles identités canadiennes privées de repères bien clairs, car elles ne sont pas marquées comme autrefois par l’appartenance à un territoire bien défini, à une famille ou à une fratrie déterminée, à une ethnie singulière, à une profession fixe, ou encore à une histoire affective durable, basée sur le mariage.

11Aucun des personnages du roman ne peut revendiquer d’identité liée à un territoire bien défini. Noah, conçu dans une roulotte, au pied des Rocheuses albertaines, nait au Manitoba d’un père marin qu’il ne connaîtra jamais, mais qu’il croit en train de finir ses jours sur l’île aléoutienne de Nikolski. Joyce, née au village de Tête-à-la-Baleine, sur la côte atlantique, et descendante lointaine du pirate Herménégilde Doucet, est orpheline de mère et de père. Elle s’est enfuie très tôt du lieu de ses origines pour échapper à l’emprise d’oncles tyranniques. Tremblay, libraire à Montréal, est né par hasard dans cette ville, d’une descendante Doucette, venant de l’Ouest et aujourd’hui décédée.

12Une ascendance commune (remontant au marin Doucet qui enfanta deux d’entre eux, voire à leur commun aïeul, le pirate Alonzo Doucet), pourrait créer un lien identitaire fort, à condition que cette ascendance soit assumée. Or le nomadisme des parents, comme celui des enfants, a tellement effacé toute trace de lien familial proche que les destins des personnages pourront se croiser physiquement, sans qu’ils soient jamais conscients de cette parenté.

13Aucune marque identitaire commune n’est à trouver du côté d’une profession, d’un métier qui, comme autrefois les corporations ou les transmissions de père à fils, créerait un moule ou un modèle commun. Les occupations des trois héros du livre sont essentiellement alimentaires, variant au fil du temps, selon les besoins matériels de chacun : marchande de poisson, puis employée de bureau, pour Joyce ; coursier, étudiant en archéologie, puis secrétaire, pour Noah.

14Ils ne trouvent aucun salut, non plus, du côté de l’appartenance à une ethnie bien claire ou à un groupe social déterminé. Noah, qui se flatte de descendre de deux peuples parmi les plus originaux et les plus fascinants d’Amérique du Nord, les Acadiens déportés et les Indiens chipeans, a été coupé volontairement par sa mère de toute relation avec la tribu dont elle était originaire. Quant aux Acadiens, s’il en descend bien, c’est de la branche la moins passionnante d’entre eux : celle des réfugiés du Québec ou de l’Acadie continentale.

15S’il en était besoin, la grande ville de Montréal où Noah finit par aboutir ne ressemble pas à l’espace de stabilité qu’il imaginait : « Il cligne des yeux, regarde autour de lui : Montréal ne serait-elle qu’une poste restante parmi d’autres ? Il croyait mettre le pied sur la terre ferme en quittant la roulotte de sa mère, et voilà que le sol se dérobe sous ses pieds. Tout n’est plus que tournis, houle et vertige. (Nikolski 100) » Le lieu lui apparaît comme une gigantesque mosaïque de peuples et d’ethnies, imbriqués les uns dans les autres, sans liens bien définis entre eux :

Au guidon de son vélo, Noah construit une vue aérienne du territoire : places, ruelles, murs, graffitis, cours d’écoles, escaliers et casse-croûtes. Il tente de transporter ses observations sur une carte de Montréal. Mais deux dimensions ne suffisent pas pour contenir l’abondante information. Il faudrait plutôt un mobile : une petite Amérique latine, qui contient une petite Asie, qui contient un petit Port-au-Prince, sans oublier un petit San Pedro de Macoris. (Nikolsi 107)

16Il est vrai que cette unité identitaire de Montréal semble avoir toujours fait défaut et se prête peu, en tout cas, à servir d’appui à un quelconque « phénomène d’identification ». Régine Robin, qui a beaucoup écrit sur le paysage montréalais est elle aussi frappée par son éclatement, son hétérogénéité, son immobilité qui la place à l’opposé de New-York « en érection » découvert par le Bardamu de Céline. Robin parle tout au plus d’un éblouissement, comme devant « un bazar, une bigarrure » dont elle a fait la matière de sa « Québécoite », une ville d’immigrants, ouverte à tous les possibles, à toutes les recompositions avec laquelle elle fait corps dans son inachèvement même. Cette ville « hybride » décrite dans Nous autres, les autres, n’est pas sans parenté avec celle du roman Nikolsi, en moins sombre (Robin 2011 : 324)

17À Montréal, le brassage avec des populations extérieures au Canada ne fait qu’ajouter à la confusion. Joyce s’y retrouve, elle aussi, au service d’un patron vénézuélien, réfugié, auquel la lie, mystérieusement, une parenté de situation : le sentiment d’être elle-même une réfugiée de l’intérieur. De son côté, Noah rencontre une étudiante vénézuélienne, Arizona Burgos Mendez, dont il tombe amoureux, et qui lui donne un enfant, sans qu’aucun des liens affectifs forts et durables qui naissent traditionnellement de pareille liaison puisse constituer, en quelque sorte, une identité par défaut. C’est dans un état second, à la suite d’une soirée bien arrosée, que Noah a une relation sexuelle avec son amie Arizona. Il n’est pas sûr pour autant que l’enfant soit bien de lui, car il est séparé de son amie depuis. La mère, d’ailleurs, ne l’affirme pas, mais elle l’emmène dans son pays, dans sa riche famille, pour qu’il lui tienne lieu du secrétaire dont elle a besoin, et ce avant de l’abandonner, avec son fils présumé. Le libraire, quant à lui, s’il se sent bien attiré par Joyce, qu’il a rencontré deux fois dans sa boutique, voit celle-ci comme un évanescent et mystérieux fantôme qu’il s’efforce de retrouver.

18Plus généralement, des croisements multiples, que l’on pourrait croire aléatoires, entre des identités d’origine et celles que fabriquent des occupations alimentaires ou des centres d’intérêts ponctuels, achèvent de dérouter le lecteur. À l’image de l’étudiante vénézuélienne Arizona qui multiplie les incohérences et soulève de la part de Noah une interrogation ironique : « Une étudiante hispanophone se livrant à des recherches sur le Grand Nord dans la section des Sciences navales ? Pourquoi pas. (Nikolsi 135) »

19Dans cet apparent chaos, chacun se cherche désespérément une identité qui lui soit propre. Joyce demeure fascinée par son ancêtre pirate, et, en dépit de son statut de femme qui paraît lui interdire de lui ressembler, croit un moment pouvoir le faire, par la découverte d’une femme pirate du nom de Leslie Lynn Doucet qui fait parler d’elle à notre époque. Mais elle doit vite déchanter, en constatant que les conditions de la société moderne ne permettent plus les destins d’autrefois :

Le monde ne ressemble plus à celui d’hier, dit Joyce. Les caisses enregistreuses, les guichets automatiques, les traces par cartes de crédit, les téléphones cellulaires […] L’Amérique du Nord ne sera bientôt plus qu’une série de réseaux informatiques connectés les uns aux autres […] Ceux qui sauront manœuvrer un ordinateur tireront leur épingle du jeu. Les autres manqueront le bateau. (Nikolsi 104)

20Les identités apparaissent non essentielles, factices ou jetables, à l’image de cette femme morte « avec sa peau raide et lustrée de hareng fumé », retrouvée par Joyce parmi les déchets, ou de ces documents identitaires (actes de baptêmes, certificats d’état civil, cartes d’étudiants, cartes d’assurance maladie), recueillis par cette même Joyce dans une boîte à chaussures, et parmi lesquels elle puise de quoi se tailler une nouvelle identité composite, au nom de Suzanne Legault.

21C’est aussi vers les « déchets » que Noah se sent invinciblement attiré, au moment de faire le choix entre plusieurs centres d’intérêt intellectuel et un travail alimentaire de garçon de course. Les déchets semblent représenter l’emblème le plus fidèle et le plus durable d’une société, telle cette déchetterie de New-York, qu’il décrit complaisamment :

[Elle] couvre 12km2, avec une croissance annuelle de plus de quatre millions de tonnes, des émissions quotidiennes de dix mille six cents tonnes de méthane. En 1990, William Rathje a décidé de faire des forages à Fresh-hills à cent pieds sous la surface, là où il n’y a aucun oxygène, aucune bactérie, Son équipe a exhumé une pomme de laitue datant de 1894, en parfait état de conservation, l’air d’avoir été jetée aux ordures quelques jours avant. (Nikolsi 177)

22Il décide d’ailleurs d’en faire une spécialité universitaire, recourant à l’analyse des déchets comme source archéologique pour mieux comprendre, entre autres, la civilisation des premières nations :

Le territoire ne se mesure pas en kms. Tu dois considérer les ancêtres, la postérité, la tradition orale, les pistes de skidoo, les liens familiaux, la chasse au phoque et la pêche au saumon, les recours juridiques. Le territoire, c’est autant l’identité. Et c’est encore ce qui caractérise le mieux individus et peuples : ce qu’ils rejettent, contrairement aux monuments et œuvres collectives. (Nikolsi 138)

23Quant au libraire Tremblay, il a trouvé dans les livres, à défaut d’une identité propre, la faculté de les endosser toutes, une à une :

A mon avis, il en va du destin comme de l’intelligence, de la beauté et des lymphocytes de type Z : certains sont mieux pourvus que d’autres. Pour ma part, je souffre d’une carence : je suis un bouquiniste sans histoire, sans trajectoire propre. Ma vie obéit à l’attraction des livres, le faible champ magnétique de mon destin subit la distorsion de millions de destins plus puissants et plus intéressants. (Nikolsi 293)

24Aussi a-t-il accepté de se mouler dans le riche éventail de destins présents dans les livres, associant « un boulot qui demande une présence physique permanente à un nomadisme de l’esprit ». Expédient provisoire, toutefois car il décide, à la fin du roman, de tout liquider, pour chercher son destin propre : « J’ai décidé de me prendre en main. Il est grand temps de quitter l’attraction gravitationnelle des livres. Je partirai sans guide de voyage, sans horaire ni carte routière. La librairie me manquera sans doute un peu. Mais il importe davantage de trouver mon propre destin, ma petite providence à moi. (Nikolsi 293) »

25Ainsi, la mondialisation, paraît dire l’auteur, appuyée sur ses deux piliers du marché et du libéralisme, en débarrassant l’homme de ses déterminismes locaux, semble avoir supprimé les identités particulières. En fait, l’homme les a remplacées par d’autres identités qui ne s’acquièrent que par l’exercice progressif de la liberté, et se mesurent davantage par les résultats de l’action individuelle que sont les traces ou les déchets, que par des présupposés ethniques ou historiques. L’auteur contribue ici à nourrir la définition du roman post-national, telle que formulée par Emmanuelle Tremblay, qui va bien au-delà de la prise en charge du simple contact des cultures dans un nouvel espace décloisonné : « Espace privilégié de mise en forme du vécu contemporain sous toutes ses formes (géopolitiques, sociales, linguistiques et culturelles), le discours romanesque constitue un apport au processus de construction inhérent à cette traversée, notamment par la représentation du contact culturel qui peut, en tel cas, constituer un élément clef de la progression de l’action identitaire. » (ALI-KHODJA, MERKLE, MORENCY et THIBAULT 2013)

Crise d’identité et lente recomposition identitaire au Québec, dans Mort-Terrain de Biz (2014)

26C’est encore à une crise d’identité, et à sa lente recomposition, au niveau du Québec et non plus du grand Canada, que nous propose le roman de Biz, Mort-Terrain. Ici, un jeune médecin québécois, quitte Montréal pour faire son stage en Abitibi et pour oublier la cuisante rupture que lui a fait subir sa fiancée la veille de leur mariage.

27Notons là encore le vide identitaire qui préside au début du roman et rend l’identification peu propice à un ancrage territorial. D’une part, le narrateur, le docteur Daignault a délibérément choisi d’aller au bout du monde, pour mieux oublier la ville où il a vécu plusieurs années avec sa compagne. Une « opération chirurgicale douloureuse », mais réussie, « j’avais été coupé de mon ancienne vie aussi subitement qu’un nouveau-né de son placenta. En cas d’amputation, il faut brûler rapidement la plaie. En déménageant à Mort-Terrain, j’avais cautérisé le moignon de ma vie avec Sophie. (Mort-Terrain 86) » D’autre part, tout concourt à faire de son territoire d’accueil, Mort-Terrain, un territoire hors norme, sans âme, une sorte de « non territoire ». Son nom même paraît l’annoncer « Mort-Terrain : totalement glauque, comme nom de village. J’ai appris plus tard que c’est comme çà qu’on appelle la terre stérile extraite d’une mine. (Mort-Terrain 43) ». C’est bien l’impression d’ensemble qui se dégage du village :

Au sud, la rive ouest du lac Warvagosic est défigurée par l’ancienne mine d’or à ciel ouvert. Des montagnes de terre stérile (le fameux Mort-Terrain) ont forgé un paysage lunaire, sans aucune végétation ; les parois grises sont striées de longues vergetures creusées par l’écoulement des eaux. On dirait un ventre de femme enceinte, moulé dans la lave. L’endroit est prisé par les jeunes pour y faire du quatre roues et des feux de camps Le reste n’est guère attrayant ; les routes sont rares, les commerces au nombre de huit. Tout était laid et vieux dans ce village aux façades de clabord décolorées […] l’enseigne rouillée du garage Lucien Vaillancourt grinçait sous la brise. Son couinement se mêlait aux stridulations des grillons (Mort-Terrain 43).

28La nature ne fait qu’ajouter à l’impression de délabrement. Elle est décrite comme une « grande carcasse décharnée à l’écorce sombre et tachetée de mousse verdâtre, l’épinette noire a l’air d’un cancéreux en phase terminale ». En dépit de sa laideur, elle est parfaitement adaptée au climat nordique et règne en impératrice incontestée sur la forêt abitibienne. (Mort-Terrain 43) » Cherchant le nom des rares fleurs qui égayent ces bois, l’auteur trouve cette définition chez Marie-Victorin : « épilobes, fleurs grandes, pourpres ou magenta. Clairières et bois brûlés, lieux incultes dans la partie tempérée, de l’Amérique du Nord. (Mort-Terrain 65) » Et de commenter « lieux incultes dans l’Amérique du Nord, c’était une description assez juste du village de Mort-Terrain ». Les maisons de Malartic apparaissent comme des « avant-poste d’humanité fragile face à l’infini de la forêt. »

29Mais ce sont surtout les habitants blancs de Mort-Terrain qui contribuent à faire de ce lieu un endroit sauvage, loin de toute civilisation. L’alcoolisme règne en maître, régulières beuveries ou addiction morbide d’individus, comme dans le cas de Denis Morel, pharmacien retraité Chacun semble trouver naturel que ceux qui en souffrent prennent le volant. La drogue règne aussi, elle est en circulation ou en culture intensive. Et c’est plus largement l’immoralité qui règne dans ce lieu qui le rend repoussant. Témoin au bar d’un épisode de harcèlement sexuel auquel il assiste sans réagir, l’auteur s’inquiète : « J’avais quand même été témoin de harcèlement sexuel et il ne m’était même pas passé par la tête d’intervenir. Bien sûr qu’à Rome, il faut faire comme les Romains, mais la morale peut-elle être élastique à ce point ? » Il en fera les frais lui-même, puisque l’un des responsables locaux, Stéphane Bureau, le laisse flirter avec sa « blonde », histoire de s’amuser, la faisant passer pour une hôtesse de bar. (Mort-Terrain 17) »

30Au mieux, c’est un village qui respire l’atmosphère du Far-West : « Si on les plaçait en ordre de taille, du gros Ti-Dave à Sylvain Sauvageon, c’étaient les Dalton. Et moi, avec ma chemise framboise et mes chaussures italiennes, j’étais Lucky Luke. (Mort-Terrain 41) » Plus scandaleux encore aux yeux du narrateur, le mépris pour les Indiens, traités comme des animaux. Un Indien a été écrasé sauvagement sur le bord de la route et laissé là agonisant, plusieurs heures, sans intervention. Mais par-delà la morale, c’est l’intelligence fruste, pour ne pas dire la bêtise, qui le choque : celle qui se résume par la formule récurrente, qui prend l’allure d’une devise : « C’est de même parce que c’est de même, pis c’est bien correct. (Mort-Terrain 34) »

31La solidarité du groupe qui se borne à une entente de bar ou à une solidarité animale, « simple instrument de survie collective », lui paraît insupportable : « il régnait dans le bar une immortelle amitié et une indestructible solidarité. Ces gens étaient seuls au monde, mais ils étaient ensemble. Ils y vivaient ensemble et y mourraient ensemble. (Mort-Terrain 78) » Tout en étant quelque part admiratif de cette solidarité, l’irresponsabilité des Morterrons lui répugne (Mort-Terrain 80).

32Dans le cas du premier roman, comme du second, la dés-identification initiale semble poussée à bout par la fiction. Il est rare en effet que, dans la réalité, les protagonistes d’une action atteignent un tel degré de rupture avec le monde qui les entoure, hormis les liens aléatoires créés dans leur parcours. Le nomadisme ou le statut d’orphelin précoce des uns, plus ou moins prolongés par un individualisme farouche chez les personnages de Nikolski, ou le choc psychologique ressenti par le docteur Daignault, apparaissent comme l’amplification métaphorique d’une rupture plus profonde qui pourrait être liée à la naissance d’un monde nouveau, sous la pression conjuguée du rejet du nationalisme traditionnel et de l’action atomisante du capitalisme.

33Devant la difficulté d’adhérer à de telles valeurs, et en proie à une crise identitaire, le narrateur ne peut s’empêcher d’opposer, nostalgiquement, « l’homme du monde made in Montréal » et le Québécois d’autrefois :

J’ai regardé des reprises de la « soirée canadienne ». Malgré le Kétaine des costumes et le décalage de ce rigodon-réalité, la dignité des agriculteurs qui s’étaient mis beaux pour la visite était touchante. Ils chantaient un Québec qui n’existe plus. Un Québec de bûcheurs, qui s’est ouvert un pays à coups de hache. Mais à l’heure de la mondialisation, il faut être moderne et branché. Les mile-endiens s’extasient devant le chapeau de mouton d’Hamid Karzai et se targuent d’apprendre le swahili, mais se torchent avec la ceinture fléchée et dédaignent le français. Toute l’aliénation est là : glorifier chez l’autre ce que l’on méprise de soi. Se goinfrer dans le buffet des cultures, sans y apporter un seul plat, voilà l’égoïsme du nouvel homme du monde made in Montréal. J’en avais ma claque de cette métropole où tout est in, sauf le Québec francophone (Mort-Terrain 84-85).

34Dans ce relent nostalgique, le narrateur ressent un vague reste de sympathie, sinon pour l’Eglise catholique représentée par l’abbé Bisson (trop « prompt à donner du sens à ce qui n’en avait pas »), du moins pour la croix du Christ « sentinelle fatiguée, mais toujours en poste » (Mort-Terrain 228).

35Finalement, c’est du groupe algonquin de la réserve que le narrateur va se sentir le plus proche. Ces Algonquins ou « Anishnabe » (désignation qu’ils revendiquent, par opposition à l’autre, donnée par les Européens) vivent à l’écart du groupe des blancs, sur la réserve de Mezezac. Certes, de prime abord, le terrain ne paraît guère plus attractif que le premier dans la présentation qu’en fait le Dr Comeau au jeune stagiaire :

C’est l’enfer, Mezezac, c’est le tiers-monde à moins quarante. L’espérance de vie est de soixante-quatre ans. Çà, c’est quinze ans de moins que le reste du Québec. Obésité, diabète, malnutrition, alcoolisme, polytoxicomanie, violence familiale, suicide, pauvreté. C’est un concentré de tous les problèmes de santé publique. Pis pas moyen de faire de la prévention : y veulent rien savoir des blancs. (Mort-Terrain 26)

36Le terrain apparaît tout aussi mortifère dans le premier contact que le narrateur en a, chez le dépanneur de la réserve, qui révèle « un monde fruste qui se nourrit mal, s’abreuve de bière et fume des cigarettes de toutes sortes […] C’était quand même incroyable d’imaginer qu’il y a dix mille ans, les ancêtres de ces gros adolescents avaient quitté les steppes mongoles et traversé à pied le détroit de Behring. (Mort-Terrain 27) »

37Cependant, il commence bientôt à les préférer aux Québécois blancs, en raison de « leur humilité » et de « leur apparente soumission à leur sort, sans agressivité contre les blancs », qui eux, en revanche, ne leur montrent que mépris, allant jusqu’à rouler sur leur corps sans s’arrêter comme dans l’accident mentionné plus haut. Et, en fin de compte, la réflexion l’amène à trouver une similitude globale, au niveau identitaire, entre la condition des Indiens et celle des Québécois :

Je commençais à comprendre que le destin des Québécois était pas mal plus lié à celui des premières nations qu’on ne pouvait l’imaginer. D’un point de vue identitaire, on retrouvait chez eux, à une autre échelle, les mêmes combats pour la survie de la langue et de la culture. A ceci près qu’au Québec, les autochtones sont divisés en onze nations disséminées sur un immense territoire et représentant à peine un pour cent de la population. D’une certaine façon, les Indiens étaient des canaris dans une mine de charbon : leur avenir préfigurait le nôtre. (Mort-Terrain 77)

38Un rapprochement s’effectue, d’abord sous forme de rupture avec le mépris traditionnel des blancs, lorsqu’il prend soin, dans les toilettes d’un bar, d’un Indien inanimé après une overdose, puis s’en va ensuite prévenir la famille de sa mort (Mort-Terrain 54). Puis il y aura les liens tissés avec Jim, le métis, qui devient son ami. Celui-ci l’emmène à la pêche, lui prête son skidoo, tout en respectant son savoir et sa liberté, et sans essayer de l’embrigader dans l’esprit d’un clan comme les Morterrons blancs (Mort-Terrain 69). Cette sympathie s’approfondit lorsque Jim l’emmène visiter le cimetière ancestral, non loin du territoire traditionnel de la tribu, d’où ses ancêtres ont été chassés : « On était bien ici. Quand y ont découvert de l’or, y ont commencé à creuser, sans même nous avertir. Le fédéral nous a déménagé au lac Mistaouac. Comme si on était des orignaux dans une réserve. Des animaux dans une réserve : c’est comme ça qu’ils nous voient au ministère des affaires indiennes. (Mort-Terrain 70-71) »

  • 1 La Cour suprême du Canada a reconnu, dans le cadre du rapport « Vérité et Réconciliation » la tenta (...)

39Le docteur ressent compassion et solidarité, au moment du récit que son nouvel ami lui fait du génocide culturel (« un holocauste chez nous »), dont ont été victimes les Algonquins, entre 1850 et 19501. Jim rappelle leur traumatisme lié à l’histoire des pensionnats religieux dans lesquels les enfants autochtones étaient envoyés dès l’âge de 6 ans :

Un matin : un hydravion s’est posé sur le lac encore embrumé. Un agent du ministère des affaires indiennes et un policier de la GRC sont débarqués dans la réserve […] surpuissants, les parents ont regardé leurs filles et leurs fils se faire kidnapper par l’Etat canadien. Ils allaient en prison, s’ils résistaient. Quand les enfants sont arrivés à Amos, les prêtres leur ont coupé les cheveux et arraché leurs habits brodés […] au pensionnat, les prêtres les frappaient chaque fois que les enfants parlaient algonquin. Certains se sont fait savonner la bouche en se faisant dire que leur langue était sale. Les curés les ont éduqués comme de bons petits blancs catholiques. Ils les ont aussi violés, torturés (Mort-Terrain 74).

40Mais l’élément qui provoque le basculement définitif du docteur du côté des Indiens, c’est l’affaire de la mine. L’entreprise minière Wendigo a découvert une mine d’or en plein cœur du village (comme cela avait déjà été le cas trente ans auparavant). Tout sera bon à Wendigo, pour parvenir à ses fins tant la manne est exceptionnelle. Ses représentants distribuent tournées et bières collectives, dindes aux habitants de Mort Terrain, ainsi qu’ils participent à l’achat anticipé des maisons qui feraient obstacle au creusement, après consultation toute formelle des propriétaires, mais ils s’intéressent surtout aux Indiens qui revendiquent toujours la propriété collective des terres. Tout ceci se pratique avec peu d’égard envers l’environnement et la santé publique, malgré un risque d’infiltration de cyanure dans l’eau, de particules de silice, de gaz cyanhydrique. (Mort-Terrain 159,199)

41Finalement, la Compagnie disposant de sa propre maison sans son accord (il n’en est que locataire), le docteur Daignault va s’installer en pleine réserve, près du centre de santé, au grand dam des blancs de Mort-Terrain qui voient là comme une trahison. Il se met à apprendre l’algonquin et finit par vivre avec une algonquine, Nicole, la fille du chef. Ce revirement identitaire paraît d’autant plus naturel que l’on découvre chez plusieurs habitants la présence de sang indien, comme chez Sylvain Sauvageau et finalement chez beaucoup de Québécois. Le premier, confondu par une tache mongole au bas du dos, comme son fils Kevin, préfèrera se suicider que d’admettre une telle origine. Ce suicide symbolise le déni où sont tombés les Québécois à l’égard du « fait indien », pendant des lustres.

42Ce basculement « identitaire », pour des raisons matérielles et physiques (au grand dam des Québécois blancs qui voient en lui un traître), est encore aidé par une raison moins rationnelle : le médecin qu’il est se surprend à croire à la réalité de l’influence maléfique d’un génie malfaisant, appelé le Wendigo (le nom même de l’entreprise minière), et auquel les Indiens croient dur comme fer. Selon la légende, celui-ci hanterait le pays, affamé de chair humaine, au point de manger ses propres lèvres. Il susciterait un désir cannibale chez toutes les créatures fragiles qu’il rencontre. Le docteur effectue un rapprochement avec plusieurs faits étranges survenus dans la région : comme le comportement de Kevin, l’enfant attardé de Sylvain, qui arrache des lambeaux de chair à ses petits copains, ou celui de Paul Lacroix qui, drogué au « chanvre indien », en vient à dépecer et manger ses propres enfants. Le docteur se laisse gagner, aussi, par le chamanisme qui, dans la cabane de sudation, lui fait avoir quatre visions révélatrices sur les conduites déviantes de plusieurs personnages du lieu, et obtenir des guérisons surprenantes via les capteurs de rêves, ou les pratiques de médecine traditionnelle (Mort-Terrain 157).

43Parti de Montréal en se demandant qui il était, le docteur Daignault est parvenu à trouver son identité. Celle-ci est décidément composite car « à l’échelle de l’univers, la création pure n’existe pas. Chaque nouvel élément est en fait une configuration d’atomes existants ». Elle est forte d’indianité, la dimension dans laquelle il se retrouve le plus physiquement, « si peu soit-il », comme pour maints Québécois de par le sang ; mais aussi par les liens affectifs tissés avec son ami Jim et sa nouvelle compagne, Nicole, fille du chef Papati. Il se sent lié aux Indiens par l’intellect, même si celui-ci n’est pas forcément synonyme de raison. Il apprend la médecine indienne, il aime le sens de la nature des Indiens, celui des « liens mystérieux qui unissent l’homme à l’univers » et leur humilité exempte de fausseté (Mort-Terrain 229).

44Cette identité inclut, certes, de par sa profession, un reste de solidarité avec la communauté des Morterrons, mais plus encore, avec l’ensemble des Québécois, du moins ceux « qui se battent pour un plus grand respect de la vie des gens et de la nature par les entreprises minières. (Mort-Terrain 197) » Même si, refusant tout manichéisme, il admet que la nouvelle exploitation a apporté une certaine prospérité au village, via le plein emploi. Son contact avec Montréal se limite désormais à « 2 ou 3 voyages par an » et il apprécie, de plus en plus, « la beauté des régions froides, avec ses aurores boréales, ses lacs, les forêts splendides de blancheur (Mort-Terrain 222) ». Le narrateur affirme au terme de son parcours initiatique : « Ngome aja nikikenimi disonon awanen nin. Maintenant, je sais qui je suis. (Mort-Terrain 223) »

Clefs pour une théorie littéraire des effets de la mondialisation

45L’impression de fragments sans lien, de vies parallèles aux rapports organiques, d’une accumulation de produits résiduels, entre lesquels on chercherait inutilement un sens : on reconnaît bien là les caractéristiques du roman post-moderne. Elles apparaissent à toute une école de pensée comme le résultat d’une rupture dans la continuité de la conscience historique et du regard sélectif jeté autrefois sur le monde, comme le résultat de l’influence grandissante du capitalisme qui ne considère les échanges que comme des marchandises.

46Le sociologue Joseph-Yvon Thériault, en s’interrogeant sur les effets de l’économie de marché sur l’identité des minorités francophones, rend cette économie responsable de la perte de l’historicité, sans laquelle cette dernière ne saurait subsister. Voyant essentiellement dans l’individu l’expression de besoins universels, base d’une standardisation nécessaire à la production massive et de masse, cette économie de marché ne peut « qu’ébranler la structure communautaire de l’identité » (THERIAULT 1995 : 233). Thériault réduit le réel à un présent atone où le sujet peine à trouver ses marques. Ainsi pourrait-on expliquer la déconstruction identitaire dont sont victimes Noah, Joyce et le libraire Tremblay, dans le roman de Dickner, et le refus de toute identification du docteur Daignault, dans celui de Biz.

47Cette instabilité ou clivage identitaire chez les auteurs francophones remarquables dans les questionnement de leurs protagonistes évoqués plus haut, peut également s’expliciter, au delà du discours économique et de la théorie de marché, par le fait que cette fiction est également le produit du discours postcolonial auquel le Canada francophone n’échappe pas. Homi Bhabba écrit à ce sujet :

C’est le sujet schizoïde ou clivé qui articule avec la plus grande intensité la distinction de l’être et du temps caractérisant la syntaxe sociale de la condition postmoderne […] la rupture de temporalité libère soudain ce présent du temps de toutes les activités et intentionnalités qui pourraient le cibler et en faire un espace de praxis […] enveloppant le sujet d’une vivacité indescriptible, d’une matérialité de perception littéralement écrasante. Ce présent du monde au signifiant matériel se place devant le sujet avec une intensité renforcée, porteur d’une charge ou d’un affect mystérieux que l’on peut tout aussi bien imaginer dans des termes positifs d’euphorie, de drogue, d’ivresse. (BHABHA 2007 : 326)

48Nous pourrions poursuivre l’interprétation dans la continuité de la théorie d’Homi Bhabha, en voyant dans les partielles reconstructions identitaires proposées dans deux romans, à la fois sur un plan individuel (au sein d’une famille dispersée) ou collectif (les Québécois), des signes de la contestation-collaboration dans le processus de redéfinition du lien sociétal. Montréal qui provoque le tournis ou la réserve algonquine sont ces « in-between spaces » que Bhabha décrit comme « ces espaces intermédiaires qui fournissent le terrain à l’élaboration d’une stratégie de protection du moi-individuelle ou collective, qui génère de nouveaux signes identitaires et des lieux novateurs pour une collaboration et une contestation dans le processus visant à redéfinir la société elle-même. » (BHABHA 1990)

49Dans le cadre de cette approche postcoloniale, on peut également noter le rôle du « métissage » dans le processus de recomposition identitaire. Ainsi, le premier pas dans la ré-identification du docteur Daignault est l’amitié nouée entre lui et Jim, le métis de la réserve de Mézezac, avant que le docteur ne choisisse de vivre le métissage physique en épousant une autochtone. Il privilégie le recours à l’indianité comme creuset principal de la reconstruction identitaire, en raison du sens, chez les Amérindiens, des « liens mystérieux qui unissent l’homme à l’univers ». De même, la quête identitaire de Noah l’amène à se lier à Arizona, la Vénézuélienne dont il a un enfant. Ce dernier est le produit de ce métissage mental et culturel, qui ancre Noah dans sa course identitaire et stoppe son nomadisme. Ceci n’est pas sans rappeler ce métissage à l’infini, auquel invitent les tenants de la Créolité comme Patrick Chamoiseau dans l’Eloge de la Créolité et Edouard Glissant dans le Traité du tout-monde. Ces intellectuels y voient la base de la future genèse identitaire du monde, à laquelle doit tendre la « créolisation universelle » ou la « diversalité », définie par Jean Barnabé comme « le partage équitable de l’être au profit de toutes ses composantes. » (BARNABé 1996 : 209)

Conclusion

50Le monde ouvert généré par la mondialisation, en accentuant les courants migratoires venus de l’extérieur et en favorisant leur expression propre, a permis la naissance de champs littéraires originaux, la « littérature migrante » et la « littérature monde » marquées par les identités d’origine ou par des tentatives de synthèse entre les identités anciennes et la nouvelle, qui se traduisent dans les romans par des destinées plus ou moins conflictuelles.

51Mais la mondialisation a également une incidence directe sur les contenus de la production des auteurs québécois et canadiens français dits « de souche », à travers leurs personnages considérés « de souche » également dans leurs œuvres littéraires. La grande mobilité régnante, la « déterritorialisation » des existences selon Deleuze, conduit certains de leurs personnages à vivre de véritables recompositions identitaires. Dans le cas des deux romans considérés, l’identité collective des protagonistes est réduite au degré zéro, dès le départ, ce qui leur permet sur la page blanche ainsi ménagée, d’écrire leur propre discours et leur propre parcours, dans ce nouveau roman post-national. La nouvelle identité ainsi écrite ne trouve plus guère sa force dans un enracinement historique, dans cette « profondeur historique » dont le sociologue acadien Yvon Thériault fait l’épine dorsale de toute véritable identité francophone, ou dans l’appartenance durable à une institution extérieure. Elle est foncièrement tributaire de la construction individuelle, de l’adhésion de chacun à la réalisation d’un destin unique. Quand le personnage a recours à plusieurs sources identitaires qui la précèdent (et pourquoi pas à l’identité traditionnelle québécoise), l’individu en est le premier catalyseur pour amalgamer, dans une synthèse originale, des éléments divers, qui permettent à l’individu son plein épanouissement, en l’intégrant, au prix d’un métissage continué, dans le monde qui l’entoure.

Haut de page

Bibliographie

Actes du colloque (1994), Hedi Bouraoui, l’identité plurielle, Bergerac, Edition La toison d’or, Bergerac.

ALI-KHODJA Mourad, MERKLE Denise, MORENCY Jean, THIBAULT Jean-François (2013), Territoires de l’interculturalité, Québec, Presses de l’Université Laval.

BARNABé Jean (1996), « Créolité : problématique et enjeux », Créoles de la Caraïbe, Paris, Karthala-CERC.

----, CHAMOISEAU Patrick et CONFIANT Raphael (1989), Eloge de la Créolité, Paris, Gallimard.

BHABBA Homi K. (1990), Nation and Narration, London, New York, Routledge.

---- (2007), Les lieux de la culture, une théorie postcoloniale, Paris, Payot et Rivages, (traduit de l’anglais par Françoise Bouillot).

BIZ (2014), Mort-Terrain, Montréal, Edition Leméac.

BOURAOUI Hedi (1994) Poésies (anthologie),Association Tunisie-France, Sfax, 1991.

COTNAM Jacques (1996), Hedi Bouraoui, Iconoclaste et chantre du transculturel, Edition du Nordir, Hearst.

BOUCHARD Gérard et COURVILLE Serge (1993), La construction d’une culture : le Québec et l’Amérique française, Québec, Presses de l’Université Laval.

---- (2012), L’interculturalisme : un point de vue québécois, Montréal, Boréal.

CHAMOISEAU Patrick (1997), Ecrire en Pays dominé, essai, Paris, Gallimard.

DICKNER Nicolas (2007), Nikolski, Paris, Edition Denoël. (Edition française)

DUMONT Fernand (1993), Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal.

---- (1995), Raisons communes, Montréal, Boréal.

GLISSANT Edouard (1997), Traité du tout- monde, Paris, Gallimard.

FLORBY Genilla, SHACKLETON Mark and SUHONEN Katri (2009), Images of Postnational Identity in Canada, Brussels, Peterlang.

MICONE Marco (1992), Le figuier enchanté, Montréal, Boréal.

MOISAN Clément (2008), Ecritures migrantes et identités culturelles, Québec, Editions Nota Bene.

---- et Renate HILDEBRANDT (2001), Ces étrangers du dedans, Québec, Editions Nota Bene.

ROBIN Régine (1993), La Québécoite, Montréal, XYZ.

---- (2011), Nous autres, les autres, Montréal, Boréal.

THERIAULT Joseph-Yvon (1995), L’identité à l’épreuve de la modernité, Ecrits politiques sur les francophonies minoritaires. Moncton, éditions d’Acadie.

WARWICK Jack (1969), The Long Journey, Toronto, University of Toronto Press, Romance series n° 12.

ZAGOLIN Bianca (1992), Une femme à la fenêtre, Paris/Montréal, Robert Laffont.

---- (2007), L’année sauvage, Montréal, VLB éditeur.

Haut de page

Notes

1 La Cour suprême du Canada a reconnu, dans le cadre du rapport « Vérité et Réconciliation » la tentative de génocide culturel dont ont été victimes les Premières nations, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, notamment à travers leurs enfants, obligés de fréquenter les « collèges autochtones ». L’objectif était de « sortir l’indien de l’enfant » et de « résoudre ainsi le problème indien » (propos repris en séance solennelle par la juge McLachlin, le 29 mai 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Emont, « La littérature québécoise dans la mondialisation : littérature migrante et reconstructions identitaires », Études canadiennes / Canadian Studies, 81 | 2016, 85-104.

Référence électronique

Bernard Emont, « La littérature québécoise dans la mondialisation : littérature migrante et reconstructions identitaires », Études canadiennes / Canadian Studies [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/eccs/766 ; DOI : 10.4000/eccs.766

Haut de page

Auteur

Bernard Emont

Docteur de L'université de Bordeaux en littérature québécoise et canadiennes d'expression française et titulaire de l’HdR de l’université Paris IV Sorbonne, Pendant 6 ans, Bernard EMONT a été professeur dans plusieurs universités canadiennes (Trent, Sherbrooke et Moncton dont il est professeur associé). Il est correspondant du CRELIQ de l’Université Laval. Il a été chargé de cours pendant plusieurs années au CIEF de Paris IV. En 2007 il fonde le Centre d'étude du Québec et des Francophonies D'Amérique du Nord. Il est l’auteur ou co-auteur de 7 ouvrages sur le Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

AFEC

Haut de page
  • Logo AFEC
  • OpenEdition Journals