Navigation – Plan du site
Sur le Terrain
Cuba

Révolution et recherche : développement durable et transformations sociales à Cuba

Sabrina Doyon

Résumés

L’éducation postsecondaire et la recherche scientifique sont une des clefs de voûte de la révolution cubaine. Ce secteur offre une notoriété internationale au pays et il est essentiel au processus de construction de l’identité révolutionnaire. Toutefois, il est désormais soumis à d’importantes pressions économiques, menaçant l’avenir de la révolution. Grâce à un exemple ethnographique de la période « post-Castro », cet article analyse les implications individuelles et institutionnelles de l’insertion de capitaux étrangers mis à la disposition d’un groupe de chercheurs par un projet de développement durable financé par une organisation d’aide internationale au développement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1L’appel, en mai 2009, des médias officiels cubains à la population fut sans équivoque : « Ahorro o muerte ». L’île est gravement affectée par la crise économique mondiale, obligeant les divers secteurs de production ainsi que les habitants à s’adapter à d’importantes nouvelles restrictions, dont la diminution de l’offre de nourriture, les coupures d’électricité - les « apagones » - et les fermetures temporaires d’usines. Dans ce contexte, le financement par l’État du secteur de l’éducation et de la recherche est compromis, une situation exacerbée dans la tourmente actuelle, mais qui existe cependant depuis la mise en place de la « période spéciale en temps de paix ».

2Cette situation pourrait être critique pour l’État socialiste cubain, car, comme le notent entre autres Blumm (2008) et Ninetto (2005), l’éducation et la recherche scientifique sont des lieux privilégiés pour la construction de l’identité et de la conscience révolutionnaire dans les Ėtats socialistes et postsocialistes ; l’État a su y instiller ses valeurs sociales, économiques et politiques. On constate que, malgré les difficultés économiques des dernières décennies, l’État cubain a su préserver ce secteur grâce, entre autres, aux transferts d’argent provenant de l’aide internationale. Cet article analyse, par un exemple ethnographique, la manière dont l’éducation et la recherche scientifique en environnement furent maintenues par la mise en place d’un projet de développement durable financé par une organisation d’aide internationale au développement – le Centre de recherche pour le développement international du Canada.

3L’examen de cette situation nous amène à questionner les mécanismes de la construction de la révolution dans cette ère « post-Castro ». Comment se vit la révolution dans le contexte des transformations apportées au système, notamment à travers l’insertion de capital étranger que l’on observe entre autres dans la recherche scientifique? Est-ce que ces changements érodent la révolution et la conscience du revolucionario? Sont-ils des signes avant-coureurs d’une mort annoncée par plusieurs ou des stratégies de « survie révolutionnaire » ?

Révolution et transformations socioéconomiques

4Cette étude s’inscrit dans la foulée d’un nombre croissant de recherches qui analysent les interprétations et les représentations de la révolution et de l’identité révolutionnaire, tant du point de vue des individus que des institutions (se référer entre autres à Brotherton, 2003, 2005 ; Carter, 2000 ; Daniel, 1995 ; Doyon, 2003, 2005 ; Fernández, 1996 ; Forrest, 1999 ; Fosad