Navigation – Plan du site
Sur l'Ecrit

Un nouvel atlas en ligne : l’Atlas social d’Athènes

Entretien réalisé à Paris le 27 février 2017 avec Stavros Spyrellis
Stavros Spyrellis et Serge Weber

Texte intégral

1Thomas Maloutas et Stavros Spyrellis éditent l’Atlas social d’Athènes http://www.athenssocialatlas.gr/​en/​, objet de cet entretien.

2Stavros Spyrellis est géographe ; d’abord formé en Grèce à l’Université de l’Egée (Lesvos), il poursuit ses études à Paris-1 Panthéon-Sorbonne, jusqu’à soutenir sa thèse sur les divisions sociales dans la région métropolitaine d’Athènes (Spyrellis, 2015) au sein de l’Université Paris-Diderot et à l’UMR Géographie-Cités.

3Il a rejoint le géographe Thomas Maloutas, professeur à l’Université Harokopeo d’Athènes, pour s’atteler à la réalisation et à l’animation de l’Atlas social d’Athènes, qui est une initiative exceptionnelle d’un atlas de ville bien différent des autres puis qu’il est accessible à tous et constamment mis à jour. Cet atlas est actuellement accessible en deux langues, le grec et l’anglais, et la revue Echogéo profite de l’imminence du lancement de la version en français pour rencontrer un de ses éditeurs.

Illustration 1 - L’église de Agios Panteleimonas

Illustration 1 - L’église de Agios Panteleimonas

Source : Athens Social Atlas, http://www.athenssocialatlas.gr/​en/​

4- Serge Weber (SW). L’Atlas d’Athènes a dans son titre et ses contenus une coloration de géographie sociale, pourriez-vous éclairer ce choix ?

5- Stavros Spyrellis (SS). C’est un atlas social d’Athènes, parce qu’il cherche à représenter les structures et les processus sociaux qui caractérisent le tissu urbain de la ville capitale. Il cherche à analyser à la fois le passé et le présent, donc on a une dimension temporelle de cette analyse, à différentes échelles, d’une rue, d’un quartier, d’une municipalité, ou de toute la région métropolitaine.

6- SW. Comment se présente-il au lecteur ?

7- SS. Avant tout, il faut savoir que ce ne sont pas les personnes qui travaillent derrière l’atlas qui créent les entrées, c’est un produit ouvert aux auteurs en général. On reçoit, on évalue et on accepte des propositions, dans l’esprit de couvrir les différents champs scientifiques qui travaillent sur la ville et sa population.

8Un des points forts de l’atlas, c’est qu’il se présente comme une ressource ouverte et accessible. Il est fait d’un côté pour un public scientifique (toutes les citations et références sont indiquées, comme pour tout article scientifique), et de l’autre pour un public plus large, intéressé par la ville, les habitants, ou pour des touristes qui ont envie de s’informer sur les endroits qu’ils vont visiter et de voir la ville avec un regard averti.

9Par exemple, il y a quelques mois, la chaîne ARTE voulait tourner un reportage sur le quartier d’Anafiotika à Athènes. Ils nous ont contactés et nous les avons mis en relation avec une spécialiste du sujet, auteure d’une contribution dans l’atlas, R. Caftantzoglou1.

10De plus, pour les jeunes scientifiques, cet atlas est très important car il leur donne l’opportunité de publier en différentes langues et d’utiliser leur travail à l’étranger. Et c’est aussi important parce que cela aide à avoir des liaisons avec des universités à l’étranger, qui peuvent utiliser des textes et cartes sur Athènes. Les inscrits aux newsletters en témoignent. Cela se développe constamment, c’est ouvert, c’est accessible, c’est aussi fiable qu’une revue scientifique.

11Sans oublier que, dans les mois qui viennent, en collaboration avec la radio grecque Flash 96, l'Atlas Social d'Athènes obtiendra sa propre « voix ». Les enregistrements sont déjà commencés, depuis décembre dernier, et chaque auteur a 5 minutes pour présenter son entrée.

12- SW. Pouvez-vous nous décrire le fonctionnement de cet atlas en ligne pour orienter nos lecteurs sur la manière de l’utiliser ?

13- SS. Les différentes entrées sont divisées en plusieurs thématiques, et chaque entrée peut faire partie de plusieurs thématiques, au maximum trois. L’atlas compte déjà 69 entrées. On a en tout 15 thématiques : l’histoire, la structure sociale, le politique, l’économie, l’éducation, la santé, le logement, la migration, la culture, l’« environnement construit » (built environment) les quartiers, les transports, les infrastructures, la planification et l’économie sociale.

14Nous cherchons à rendre le site facile à explorer et à manipuler pour tous les utilisateurs. En se connectant à l’atlas on trouve soit le « mur » des entrées, où des entrées sont placées aléatoirement sur la page d’accueil, soit la liste des entrées. Ensuite, on peut lancer une recherche par rapport aux 15 catégories thématiques. Et bien sûr, on peut faire une recherche avec un mot-clef. En tenant compte du fait que c’est un outil important pour des étudiants et des chercheurs, on a l’option de voir toutes les citations utilisées par thématique, dans la bibliographie de chaque article. Si, par exemple, quelqu’un veut commencer à travailler sur la question des mutations urbaines à Athènes, il peut accéder à toute la bibliographie utilisée dans les différentes entrées qui croisent ce thème. Remarquez que ne sont pas les éditeurs, Thomas Maloutas et moi, qui choisissons les références, mais bien les auteurs qui les sélectionnent selon leur travail. Par exemple en cliquant sur « histoire », on a une liste de références bibliographiques proposées par les historiens d’Athènes qui ont contribué à l’Atlas.

15- SW. Les photos sont magnifiques et rendent particulièrement agréable la navigation…

16- SS. Dès le début on a mis l'accent sur le côté esthétique de l'Atlas. En ce qui concerne les photos des pages d’accueil, nous les avons gérées pour la plupart, pour la mise en page et le traitement, mais le copyright des photos, c’est celui de l’Atlas. Les photos des différentes entrées sont choisies par les auteurs.

Illustration 2 - Le centre de la ville aujourd’hui

Illustration 2 - Le centre de la ville aujourd’hui

Source : Athens Social Atlas, http://www.athenssocialatlas.gr/​en/​

17- SW. Ce qui frappe, c’est l’originalité de certains sujets traités, cela permet de découvrir la ville en se laissant surprendre…

18- SS. Et ce qui surprend aussi ce sont d’abord les choix d’échelle de représentation. On a certains exemples à l’échelle d’une rue : représentation du caractère social et socioéconomique d’une rue à la fin du XIXe siècle ; l’échelle d’un quartier, comme la représentation d’un quartier à côté de l’acropole, Anafiotika, qui a une histoire particulièrement intéressante (R. Caftantzoglou2). Et puis l’histoire de la production cartographique sur la ville. En particulier, un article analyse une carte ottomane de 1827 (K. Stathi), dont on a remarqué qu’il est très visité3. Apparemment, c’est un exemple très rare de la représentation cartographique de la ville, c’est une des premières cartes de la ville d’Athènes à l’époque ottomane.

Illustration 3 - The rock of the Acropolis

Illustration 3 - The rock of the Acropolis

Source : Stathi K., Athens in the Ottoman map of 1827, 2015.

19On peut encore mentionner l’échelle de la métropole avec les analyses des données du recensement national de 2001 ou de 2011. Mais aussi les infrastructures et aménagements réalisés dans le cadre de la préparation des Jeux olympiques de 2004. Et, bien sûr, les évolutions sociales récentes sont analysées, comme la gentrification (G. Alexandri4), l’immigration, qui est abondamment traitée, ou encore l’agriculture urbaine et les initiatives alternatives et d’économie sociale et solidaire.

20- SW. En effet, cette thématique de l’économie sociale contient certains articles qui, comme les autres entrées dans l’atlas, sont des synthèses scientifiques très claires, et qui abordent directement les effets de la crise et les initiatives qui sont prises par les habitants pour proposer d’autres modèles économiques. Cela se voit dans d’autres entrées ?

21- SS. Certaines entrées montrent des changements, mais il est difficile d’établir qu’ils sont liés directement à la crise économique. Par exemple, les entrées sur les logements vides ou la vacance commerciale seraient de bons indicateurs, mais on ne peut pas savoir si c’est lié à la crise ou plutôt à la reconfiguration des centralités secondaires de l’investissement – notamment dans les grandes zones commerciales en périphérie. Cela peut être également lié à la suburbanisation et au mouvement de population depuis la municipalité centrale vers les banlieues qui l’entourent, vers le nord et le sud-est.

Illustration 4 - Changes in the number of vacant houses in Attiki (2011)

Illustration 4 - Changes in the number of vacant houses in Attiki (2011)

Source : Maloutas T. et Spyrellis S., Vacant houses, 2016.

Illustration 5 - Categories of local groups, solidarity initiatives and structures

Illustration 5 - Categories of local groups, solidarity initiatives and structures

Source : Arampatzi A., Contesting the Crisis: Cooperative/ Social Economy and Solidarity or Charity?, 2015.

22L’Atlas comporte notamment une entrée sur l’austérité, publiée en décembre 2016, (F. Vatavali et D. Chatzikonstantinou), qui a très bien marché5. Elle représente cartographiquement la précarité énergétique à Athènes pendant la crise. Plusieurs cartes illustrent le manque d’isolation, le type d’énergie utilisée, l’évolution de la consommation, qui révèle une baisse de 44 % au centre de la municipalité d’Athènes où les habitants ont presque divisé par deux leurs dépenses d’énergie ! Cela pose aussi la question de la politique sociale de la ville : cette entrée représente aussi le nombre des bénéficiaires d’allocations spécifiques pour le chauffage.

23- SW. Quelles sont les limites que vous avez retenues pour la zone cartographiée de la métropole ?

24- SS. D’un côté on parle de la préfecture de l’Attique, une zone beaucoup plus étendue, mais le plus souvent on parle de la zone métropolitaine d’Athènes, du bassin athénien entouré par quatre montagnes, mais aussi au-delà de ces limites géophysiques vers l’est ou vers le nord qu’on intègre à la zone métropolitaine car le tissu urbain est continu.

25- SW. Comment est née l’idée de cet atlas ? Comment avez-vous pu matériellement le réaliser (financements, soutiens…) ?

26- SS. Cet atlas est né d’une idée de Thomas Maloutas, dans la continuité d’un atlas qui avait déjà été réalisé. En 2003, le CNRS, l’Université de Thessalie et l’École française d’Athènes (EFA) avaient publié un atlas de la Grèce (Sivignon, 2003). D’un autre côté, c’est aussi la continuation d’un projet lancé par la fondation Onassis, qui s’appelait « Reactivate Athens », qui a commencé au début de la crise et qui était lié à la question de la réorganisation de l’espace urbain, surtout dans les zones très denses et centrales qui pouvaient être aidées par des financements autres que publics.

27Ensuite, l’Atlas social, c’est la collaboration entre différents organismes scientifiques : l’Université Harokopeio (à Athènes), l’École française d’Athènes, le Centre national de recherches sociales (EKKE) grec et l’Autorité statistique hellénique (ELSTAT), qui est l’équivalent de l’INSEE.

28Thomas Maloutas m’a proposé de co-éditer avec lui cet atlas. Une première partie a été lancée en ligne en février 2016, avec 61 entrées, en grec et en anglais. Avec le soutien de l’École française d’Athènes, nous sommes en train de préparer le matériel pour lancer la version française qui sera accessible en ligne dès septembre 2017. En parallèle, on n’arrête pas de travailler sur cet atlas depuis septembre 2016, lorsque qu’il est sorti dans sa première version : nous sommes déjà en train d’ajouter de nouvelles entrées, huit nouvelles entrées et une dizaine d’autres sont en train d’être corrigées pour être lancées avant septembre. L’Atlas fonctionne avec l’année académique.

29Nous avons présenté l’Atlas à la fondation Onassis en juillet 2016. Depuis, nous lançons une fois par mois des newsletters, pour montrer les nouveautés de l’Atlas ; on a une mailing liste, qui en six mois d’existence compte déjà 300 personnes inscrites. Toutes les informations sont en ligne, indiquant la procédure à suivre pour soumettre une proposition. Nous avons un comité de rédaction, composé de scientifiques qui évalue et sélectionne les articles, et nous suivons les auteurs pour les aider, afin de répondre aux besoins d’un site en ligne, notamment en ce qui concerne la manière de préparer les données. Nous avons une équipe qui est toujours disponible afin de traiter les données et les représenter graphiquement de la meilleure façon possible, étant donné que tous les auteurs ne savent pas forcément le faire. Cela fonctionne comme une revue scientifique, fiable, bien organisée, facile à lire.

30- SW. La réception semble donc très prometteuse, il se diffuse déjà rapidement…

31- SS. Depuis qu’on a lancé cet atlas, les visites augmentent chaque jour. En une seule année, il compte 42 000 visites (soit 27 000 usagers). 25 % des visites sont lancées de l’étranger, depuis 124 pays différents, principalement les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne.

32- SW. Peut-on faire l’hypothèse que des Grecs de la diaspora s’y intéressent ?

33- SS. On ne peut pas le savoir. Il est possible que cela joue, mais il est clair que c’est davantage un intérêt scientifique. Le grand succès depuis le lancement, c’est la proposition de la fondation Onassis de prolonger le financement jusqu’en 2020. Notre but, c’est d’ajouter au moins 15 entrées par an.

34- SW. Une entrée, ça se présente comment ?

35- SS. Chaque entrée analyse un sujet lié à la ville d’Athènes et s’inscrit dans une des 15 thématiques existantes – qu’on peut faire évoluer selon les propositions. On aimerait avoir des comparaisons avec d’autres métropoles, en Europe, en Méditerranée, à l’international. On demande une proposition, un texte de 2 500 mots avec tout le matériel qui va avec. Par exemple, selon les cas, de grandes bases de données, que nous allons pouvoir traiter nous-mêmes.

36- SW. Pourriez-vous donner quelques exemples qui contribuent à l’originalité de cet atlas ?

37- SS. Je pense notamment à l’article sur l’évolution des cinémas dans la ville depuis 1950-2015 (A. J i class="footnotecall" id="bodyftn2" h6="#ftn5">5 ’imde lprésur la latinscries univer de la vynamde 2004.950-20172 (atziKad’ionuclass="footnotecall" id="bodyftn2" hre7="#ftn5">5 ’imore l’agde l
vèle conentriféogroupn de l’etes urs pondretes">ceomparais av prnla cri940/ar/a> (E. B un oc. asMis gérionuclass="footnotecall" id="bodyftn2" hre8="#ftn5">5 t pui

Illustration 5 - C6 cente d’Athènes et s’ni940/ href="docannexe/image/14894/img-5-smal6580.jpg" rel="iconSet">Illustration 5 - C6 cente d’Athènes et s’ni940/a><div class=Agrandir

Source :Contesu sinste, in the Ottoma19the natury>, 2015.

37- SW. La récas comporte certaiiver de la vynamde 20est aussi la conjet e géde lapport aux 15ces ls depuisimpalm/p>

36- SS. Cet atlades synth de la ion Nous aemple en clia zone cgroupn de l’eteas dans ,nimation de lès visiter eic lig côtéue c’esuffas danst lié oposit de lpromettion d la ps zones a et les190/etes Grecnous lio grture, compinémas dans lès impae enins– ,it que cacropolmentde la fondatv parol’hitationlti clxus aSzone cottomavynamde 2se un s procéonlti cn (G. Aldrésur la latins par th académpromet, il comcri99765ces2008’arans dlmentaîur unrogae en de popes auteursegautresa latins par>

27- SW. La réempmvect mag: en sté osition,,lès- cela astérité, publ rifêncée isation et à ensement natiop>

35- SS. DepuisN tex on n AatioenScontmmati pa prla ase et quicer à tstélancénte commena ville -strlancée Flash,epréseent natiotés, celasenter grapfaire. de la crientréet qu permetue cneuf aute. Plusiet un atlrès re. de la crise et quit toujousenter grap>

35- SW.Ulue l le faiant pour dreprésentation cartognnées du reces (EKKEest la propet lancéPanorama, cet at0. No J fond la), quietegrecatlad lancéant leatlas impor,em>RePanoramaon a uuvent utsenter graphiraphiquement la pr les citaties du receréseent natiotcri9991,ou de céMais aD cadre de la prcad lanc, s' lié t leatlas utés duvrir lt le tseulsecondapcarans lae 9ts ants ont prchéoyeusqu fonas utés duraproyaccille, c’esvèlente commenoposn françouvenral. On rdans lesufndairne savherchent natiotnt prises uvenfiréférès tre si audairrinsique hell aD cadre desthènes, nous sle de la zon3usagerpolygonla se trén françd liéque ene inie dans le répondenter graphi cônut, cdepuis les citaties du recen di audement natioen

35- SS.Aduvripour lllons vont e4mots am>Reulsecondapcarans laergiescartogr temta, on a uus allons ne étionuont l peusagerm>Reulsecondapcarans laerges des does à Aton a u concer de découaisons donnéeentes échelleottom visiteeentes échelvntdbienoi, qu

aitera th déjà egements, maiscouvrir lt le sique hellont contripu ationva then

35- SW. La réemple en clp>

s="footnotecall" id="bodyftn1" href0="#ftn1">1 ’imlais.un s procéé de it à enser à côles casablir qaccueints onartognnénes inscr se étiosnltatsr de dt la meidre aux beté ositiblRemannées, que on a lancvurner udispon étaite des prulièrema publide l’ idée mixdttisra accil erapfoir due de la ville aujou aussi les casère de prépar les données et leun quarti on par quelquée mixdtti il estalisé àthét se lpropoêtre corriguls sur a u quelqufférentes ennt inn">< mée 2004. groupn de ldretes">tie se laionne cométrangerageassin atle nord qhaest d’ajinternate noa prcadn a lancsoir .

23- SW. Ce quiDès ces entréon de las la gentri ns soci e de la villace urbainrevue fication (G. Alt pas as forcésen’auts mois qu

erarm public’autres entréaujous>

26- SW. puisN t lai cette tfondatpet lig « rlancésee soit ldue de la ville nn">< méhaque articlName"ée,en entounis 1950-2nes a et les193/ exemple, selon c voit ddene prés mois qbâti maisuit » (t septem1981pan ni9981ne cgrmmencentscée étigns lae uit » compinémbâti maisinurs thémageragesis qcadue c,le cadre dde la ville aujou,ouactiole lve>htt

cata ès visitde ls il estes zones très uven et centra uvenpauvt quisiut faire da strdue de laeut faire des cola connémbâti maisncerne la des changenes inscridequ

asiquutpan quelquffén-Uniéchelhomogal. Odttisra aationept anas le préca ns soci dst-eu at,ies univerîlec thomoganous sadans linterne inacction d la loriginau atui
s="texte">26- SW. La récas est né drès tusn sembl’informenrichie voir lt ddeles enerjinternat ri. Y a-t lecxtes iques existaus avez rtrehles diezuvppe constp> xemple, selon n 2020. dst-lecxtéca nn temporque socialmanionne oqui >

5- SS. ChaqueIquelqufrapidetrée sur l’aushellenne less avons rer les réfui comomrtaiiver de la ionne oqui >

--> s="footnogo-top="#ftn1">e/gentr- title>Hala crit lediv>

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - L’église de Agios Panteleimonas
Crédits Source : Athens Social Atlas, http://www.athenssocialatlas.gr/​en/​
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/14894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration 2 - Le centre de la ville aujourd’hui
Crédits Source : Athens Social Atlas, http://www.athenssocialatlas.gr/​en/​
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/14894/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Illustration 3 - The rock of the Acropolis
Crédits Source : Stathi K., Athens in the Ottoman map of 1827, 2015.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/14894/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Illustration 4 - Changes in the number of vacant houses in Attiki (2011)
Crédits Source : Maloutas T. et Spyrellis S., Vacant houses, 2016.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/14894/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration 5 - Categories of local groups, solidarity initiatives and structures
Crédits Source : Arampatzi A., Contesting the Crisis: Cooperative/ Social Economy and Solidarity or Charity?, 2015.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/14894/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Illustration 6 - La ville d’Athènes en 1860
Crédits Source : Kallivretakis L., Planning Athens in the 19th Century, 2015.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/14894/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stavros Spyrellis et Serge Weber, « Un nouvel atlas en ligne : l’Atlas social d’Athènes », EchoGéo [En ligne], 39 | 2017, mis en ligne le 10 mars 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/14894 ; DOI : 10.4000/echogeo.14894

Haut de page

Auteurs

Stavros Spyrellis

Stavros Spyrellis, st.spyr@gmail.com

Serge Weber

Serge Weber, serge.weber@u-pem.fr, est Professeur d’université en géographie à l’UPEM (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et membre du laboratoire ACP.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals