Navigation – Plan du site
Sur le Métier

Les ateliers collaboratifs, un outil de recueil collectif des représentations spatiales ?

Exemple appliqué au cas de la gestion d’une crise liée à une crue majeure de la Seine en Île-de-France
Servane Gueben-Venière

Résumés

Les représentations spatiales sont généralement recueillies de façon individuelle et seule leur analyse, difficile et délicate, permet de faire ressortir éventuellement des représentations sociales - partagées par un groupe social - de l’espace. Mais l’étude des représentations spatiales émanant de plusieurs groupes d’acteurs qui doivent se coordonner, par exemple dans la gestion d’une crise, nécessite de trouver une technique de recueil collectif et simultané de ces représentations. Cet article propose donc d’envisager les ateliers collaboratifs comme telle. Ces derniers ont été expérimentés en juin et juillet 2017 auprès d’acteurs clés directement impliqués dans la gestion d’une crue majeure de la Seine, et montrent les apports des outils géographiques à l’échelle de l’Île-de-France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les représentations spatiales correspondent à la façon dont les individus se représentent une portion d’espace. Leur utilisation, pour comprendre comment ces derniers « lisent les territoires » (Bailly et Ferrier, 1986, in Paulet, 2002) et expliquer leurs pratiques, a fait l’objet de nombreuses études (Lynch, 1960 ; Downs et Stea, 1973 ; White, 1984 ; Bailly, 1985 ; Debarbieux, 1998 ; Di Méo, 1998 ; Caron et Roche, 2001 ; Paulet, 2002 ; Claval, 2003) et suscité autant de débats, tant leur recueil et leur analyse peuvent présenter de difficultés (Bailly, 1985 ; Bailly et Scariati, 1990 ; Blades, 1990 ; Gumuchian, 1991). La plupart des études se sont attachées à décrypter des représentations spatiales individuelles, formulées par des habitants, des touristes, des citoyens, etc., allant de l’échelle du quartier et de la ville (Lynch, 1960 ; Golledge, 1975 ; Cauvin, 1999 ; Humain-Lamour, 2007) à l’échelle mondiale (Gould et White, 1974) en passant par des échelles intermédiaires comme l’échelle nationale (Boyowa, 2003), les estuaires (Bonnet, 2004), les espaces insulaires (Péron, 2005) ou encore les espaces lacustres (McKenna et al., 2008) ou les espaces littoraux (Gueben-Venière, 2011).

  • 1 Par groupe d’acteurs, nous entendons des professionnels travaillant pour une même institution publi (...)

2La carte mentale, qu’elle soit réalisée à partir d‘une feuille blanche permettant un dessin totalement libre, ou à partir d’un fond de carte guidant le dessin pour éventuellement contourner des effets de distorsion (Downs et Stea, 1973) ou l’aptitude à dessiner (Staszak, 2003 ; Moser et Weiss, 2003), reste aujourd’hui le principal support de recueil des représentations spatiales. Pourtant cette technique présente certaines limites, notamment lorsqu’il s’agit d’étudier des représentations sociales. Ces dernières sont définies par D. Jodelet comme « une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social » (Jodelet, 1989, p. 36). Pierre Mannoni complète cette définition en indiquant « qu’une représentation sociale est un savoir vulgaire servant à tous les individus du même groupe qui disposent, de la sorte, d’un stock commun de notions dont le sens sera clair pour tous » (Mannoni, 2008, p. 89). La question délicate du passage de l’analyse de représentations individuelles à celle de représentations sociales, partagées par exemple par un groupe professionnel, à partir de cartes mentales élaborées individuellement, a par exemple fait l’objet de peu de publications (McKenna et al., 2008 ; Gueben-Venière, 2011). Néanmoins ces dernières ont proposé une méthode de compilation des cartes mentales établies individuellement, à partir d’un fond de carte géolocalisé. Leur superposition a alors permis de faire émerger une carte mentale « moyenne » reflétant les représentations spatiales produites par des pêcheurs professionnels dans le premier cas et par des ingénieurs du génie civil en charge de la gestion des risques littoraux dans le second. Ce traitement des cartes mentales par compilation, couplé à des entretiens semi-directifs pour étudier le contenu de la représentation, a également permis d’établir, dans le second cas, une comparaison entre la carte moyenne produite par les ingénieurs et celle produite par d’autres professionnels de la gestion des risques littoraux n’ayant pas de formation en ingénierie, pour mieux faire ressortir les caractéristiques des premiers. Toutefois, ce traitement d’analyse par compilation effectuée a posteriori pose problème lorsqu’il s’agit de recueillir de façon simultanée des représentations sociales émanant de plusieurs groupes professionnels. Ce besoin de recueil simultané se justifie lorsqu’il s’agit d’étudier la façon dont des acteurs professionnels se représentent spatialement une situation, alors même qu’ils doivent se coordonner pour gérer une crise. En d’autres termes, les représentations d’un groupe d’acteurs1 défini par ses propres compétences et missions dans la résolution d’une crise, sont influencées par les représentations des autres groupes d’acteurs avec lesquels ils interagissent. En effet, les représentations spatiales sont constituées de représentations individuelles (faisant référence au vécu, à l’expérience, à l’éducation, à la culture de l’individu, etc.) mais aussi de représentations sociales (Paulet, 2002). Ainsi, pour comprendre comment l’ensemble des acteurs à l’œuvre dans la résolution d’une crise, par exemple, se représentent une situation, il est nécessaire d’étudier leurs représentations spatiales de façon dynamique, c’est-à-dire en tenant compte des interactions produites par les uns sur les autres. Par conséquent, la technique des cartes mentales, établies individuellement et compilées ensuite, ne permet pas d’atteindre ce niveau supra d’analyse des représentations spatiales émanant simultanément de plusieurs groupes professionnels.

3Cet article propose donc une méthode exploratoire visant à recueillir de façon collective et simultanée les représentations spatiales de plusieurs groupes d’acteurs, qui, en cas de crise, doivent coordonner leurs actions et donc leurs visualisations d’une situation en cours d’évolution. Pour ce faire, les ateliers collaboratifs ont été envisagés comme support de recueil de ces représentations.

  • 2 Equipe de recherche sur les risques, dispositifs de gestion de crise et événements majeurs, program (...)

4Cette méthode a été expérimentée aux cours de 3 ateliers collaboratifs en juin et juillet 2017, dans le cadre d’un post-doctorat réalisé au sein du programme de recherche EURIDICE2 monté en partenariat avec le Secrétariat Général de la Zone de Défense et de Sécurité de Paris (SGZDS), en charge de tout type de crise survenant en Île-de-France. Plus précisément, ce travail s’applique à la gestion d’une crise provoquée par une crue majeure de la Seine et de ses affluents et a donc réuni en ateliers des acteurs clés impliqués en cas de crue : le SGZDS, des Directions régionales (DRIEE : Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie et DRIEA : Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement de l’Île-de-France) ainsi que des opérateurs de réseaux (énergie, transport, téléphonie, eau potable) ou encore une préfecture.

5La première partie de cet article explicite le contexte et le cheminement qui ont conduit à expérimenter une nouvelle méthode de recueil de représentations sociales de l’espace. La deuxième partie décrit les objectifs et conditions de mise en œuvre des ateliers collaboratifs qui se sont déroulés en juin et juillet 2017. La troisième partie insiste sur les apports et les limites de cette méthode de recherche. La conclusion offre une synthèse comparant les caractéristiques et conditions d’utilisation de la carte mentale et de l’atelier collaboratif comme outils de recueil des représentations spatiales.

Comment est né le besoin de recueillir de façon simultanée les représentations spatiales émanant de plusieurs groupes d’acteurs ?

6Le cadre de travail offert par le programme de recherche EURIDICE nous a permis d’accéder à plusieurs cellules de crise depuis septembre 2015. L’importance d’une crise définit l’activation de tout ou partie des cellules de crise de la chaîne étatique de commandement (échelons communal, départemental, zonal et national) et des cellules de crise des partenaires publics/privés de l’État, directement impliqués tels les opérateurs de réseaux (communication, transport, téléphonie, circulation, eau potable, eaux usées, etc.). Ainsi, en mars 2016, il a été possible d’observer l’exercice européen EU Sequana de simulation d’une crue centennale de la Seine depuis les cellules de crise suivantes : Centre de Crise Zonal (échelon zonal), Cellule Interministérielle de Crise (échelon national), Direction de l’Administration Pénitentiaire, Préfecture 92, Direction de la Sécurité de l’Agglomération Parisienne (DSPAP), Radio France, Orange Île-de-France. Ce travail d’observation directe a pu être complété par d’autres observations multi situées, effectuées par un ensemble de 40 chercheurs et étudiants chercheurs, et organisées par l’équipe d’EURIDICE. Ainsi les notes prises par l’ensemble des observateurs a permis d’élargir les observations à 35 cellules de crise. Enfin, en juin 2016, lors de la crue de la Seine, d’autres observations du travail de coordination des personnels du SGZDS ont été menées en continu, soit du 31 mai au 10 juin, au sein du Centre de Crise Zonal (CCZ).

7Ces observations, couplées d’entretiens réalisés avec les acteurs observés en cellules de crise (15 entretiens semi-directifs) ont conduit au constat suivant : chaque groupe d’acteurs, lorsqu’il a recours à la cartographie, utilise ses propres cartes, mettant en exergue ses propres enjeux, avec ses propres référentiels et figurés, ses propres échelles de hauteur d’eau, etc. Cet usage des cartes en silo se traduit par des difficultés (observées en cellule de crise et exprimées lors des entretiens) à visualiser dans l’espace la coordination des actions menées, et in fine, à sous-utiliser voire abandonner l’outil cartographique. Ce constat rejoint les propos de C. Caron et S. Roche : « De nombreuses études (Campbell et Masser, 1995 ; Caron, 1997 ; Pornon, 1997 ; Roche, 2000) ont déjà largement mis en évidence les problèmes majeurs rencontrés aux différentes étapes du développement des systèmes d’information géographique (besoin mal exprimés par les usagers ou mal compris par les concepteurs, rejet de solutions proposées, non-participation aux développements, « mauvaise » utilisation, sous-utilisations, etc.) » (Caron, Roche, 2001, p. 1). Pour expliquer ce phénomène, C. Caron et S. Roche font l’hypothèse suivante : « Les défauts d’appropriation des TIG (« technologies de l’information géographique ») par certains acteurs sont en partie, liés aux différentiels entre représentations mentales de l’espace, construites par les individus à partir de leur expérience directe de cet environnement (ambulatoire et perceptive), et la prise d’information réalisée sur les substituts figuratifs symboliques (cartes, plans, etc.) proposés par le système d’information » (Caron et Roche, 2001, p. 2). De son côté, K. Peterson insiste également sur l’importance de la définition de l’objectif de la carte et du choix des figurés qui ont des conséquences sur l’interprétation de la carte et in fine sur les décisions à prendre et les actions à engager : “Dynamic digital maps are increasingly being used to make sense of disasters in a shareable and collaborative manner. But, how a disaster is mapped – how risk is made visible – has consequencies for how priorities are determined for planning and response […]” (Peterson, 2017, p. 1). Enfin, J.-P. Paulet (2002) indique que les représentations spatiales, ou représentations cognitives de l’espace, sont nourries de représentations mentales ou individuelles, mais aussi de représentations sociales partagées par un groupe social ou professionnel et précise que « la fonction que l’on cherche à remplir détermine le regard que nous avons sur l’environnement » (Paulet, 2002, p. 20).

8Par conséquent, analyser la dimension spatiale de la coordination des groupes d’acteurs qui œuvrent à la gestion d’une crise dans le cas d’une crue majeure de la Seine, nécessite d’analyser leurs représentations spatiales au-delà du niveau de l’individu (niveau 1 : représentations mentales ou individuelles de l’espace), et à un double niveau. Il s’agit d’une part du niveau du groupe d’acteurs (niveau 2 : représentations sociales partagées par ce groupe d’acteurs ayant défini des objectifs communs et défendant des enjeux propres) et, d’autre part, du niveau réunissant plusieurs groupes d’acteurs devant se coordonner (niveau 3 : existence de liens, d’interactions et modalités d’agencements entre les représentations sociales de l’espace du niveau 2, pour permettre de faire converger enjeux et objectifs). C’est donc dans ce contexte que le besoin d’expérimenter une méthode de recueil de ces représentations spatiales pour passer du niveau 2 au niveau 3 s’est fait sentir. L’organisation d’ateliers collaboratifs réunissant les acteurs clés impliqués en cas de crue majeure de la Seine, a ainsi été envisagée comme une nouvelle technique possible de recueil des représentations spatiales émanant simultanément de plusieurs groupes professionnels. Le paragraphe suivant détaille la mise en œuvre de ces ateliers, soutenue par l’utilisation du logiciel CIRCLE.

Description de la mise en œuvre des ateliers collaboratifs via l’utilisation de CIRCLE.

Origine, objectifs et fonctionnement de CIRCLE

  • 3 deltares.nl/en/software/circle-critical-infrastructures-relations-and-consequences-for-life-and-env (...)

9CIRCLE (Critical Infrastructures: Relations and Consequences for Life and Environment) est un outil numérique collaboratif créé en septembre 2015 par l’institut de recherche néerlandais DELTARES, spécialisé dans le risque d’inondation et de submersion marine3. La conception de CIRCLE est née d’un besoin de partager des données pour visualiser les interactions à l’œuvre entre plusieurs groupes d’acteurs. Sa mise en œuvre se déroule en trois étapes :

  • cartographier des données déjà à disposition pour visualiser sur une seule carte des interactions déjà connues. Cette carte servira de support pour l’animation des ateliers ;

  • organiser des ateliers collaboratifs pour recueillir de nouvelles interactions ;

  • intégrer ces nouvelles données dans une cartographie dynamique utilisable par l’ensemble des acteurs impliqués en cas de crise liée à une submersion ou une inondation.

10L’objectif premier de CIRCLE est opérationnel puisqu’il s’agit de capitaliser des connaissances à l’échelle d’un groupe d’acteurs et de produire de nouvelles connaissances à l’échelle de l’interaction entre plusieurs groupes d’acteurs. Toutefois, un objectif de recherche lui a également été associé, en utilisant sa technique de mise en œuvre comme une technique de recueil de représentations sociales de l’espace. C’est donc plus précisément sur les étapes 1 et 2 de CIRCLE que cet article propose de se concentrer.

Adaptation de l’étape 1 de CIRCLE au cas d’une crue majeure de la Seine et de ses affluents à l’échelle de l’Île-de-France

11L’imbrication particulièrement dense d’interactions aussi bien techniques que juridiques ou politiques, confère au territoire métropolitain parisien une complexité qui a nécessité d’adapter l’outil CIRCLE. De même, l’expérimentation de CIRCLE comme outil de recherche a modifié quelque peu sa mise en œuvre classique. L’étape 1, notamment, a été augmentée d’une phase d’entretiens, réalisés auprès de chaque partenaire souhaitant participer à la démarche. Le premier objectif des entretiens était de comprendre les missions, les compétences et le fonctionnement de chaque groupe d’acteurs de façon à identifier et analyser ensuite les interactions entre les uns et les autres. Le second objectif consistait à recueillir leurs façons de se représenter l’espace dans lequel ils interviennent, en étudiant parallèlement leurs propres cartes. Plusieurs éléments saillants des représentations spatiales formulées par les groupes d’acteurs ont été relevés. Pour mieux mettre en exergue leurs spécificités, ils ont été classés en s’appuyant sur deux grilles de lecture. Antoine Bailly propose, pour répondre à la complexité des représentations de l’espace de « concevoir tout espace mental comme organisé en fonction de trois aspects : structurel, fonctionnel et symbolique », tout en précisant que l’aspect symbolique est moins souvent abordé (Bailly, 1985, p. 203). De fait, seuls les aspects structurels (organisation en réseaux d’axes, de points, de limites) et fonctionnels (pratiques de l’espace en lien avec des objectifs) ont été retenus dans cette étude pour classer les résultats. Par ailleurs, trois déterminants de la grille de lecture proposée par C. Caron et S. Roche pour identifier et classer les éléments des représentations spatiales ont été utilisés (Caron et Roche, 2001) :

  • l’étendue de l’espace à se représenter : petite étendue ou grande étendue (aspect structurel) ;

  • un espace dynamique ou un espace statique (aspect fonctionnel) ;

  • un espace monothématique ou un espace plurithématique (aspect fonctionnel).

  • 4 Vigicrue est un Service d'information sur le risque de crues des principaux cours d'eau en France : (...)

12Enfin, trois catégories, nécessaires pour l’analyse du cas d’étude de la crue de la Seine et relevant de l’aspect structurel, ont été ajoutées : les principaux repères spatiaux et la nature des limites spatiales utilisés, ainsi que la hauteur d’eau considérée. La complexité du référentiel de hauteur d’eau mérite d’être brièvement expliquée. Le référentiel de hauteur d’eau peut être relatif à un scénario régional, c’est-à-dire déterminé par rapport aux débits estimés de la crue de 1910. Dans ce cas le même scénario, par exemple R0.5 qui correspond à 50% du débit estimé en 1910, est appliqué aux 15 stations de référence Vigicrue4, distribuées sur le territoire de l’Île-de-France. Le référentiel de hauteur d’eau est également relatif lorsqu’il est déterminé plus finement par stations d’influence. Par exemple, les zones inondables dans le département des Hauts-de-Seine sont déterminées à partir des stations d’Austerlitz et de Chatou. Dans ce cas, il est possible d’associer des scénarii différents à Austerlitz et à Chatou, respectivement R0.7 et R0.5 par exemple, afin de tenir compte de la dynamique de la crue. Enfin, certains acteurs tel le SIAAP (Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissnteractions pAgglomération Parisienne) eurap des Hauts-de-Seine sont d, tromjet de cri que la hauteur d 1910tion, esu élase (édre n dilbit tl numNGF 69pondresérimenttions d’Ausl (CCZ).

6

I luAdminis017 -e der etépartemeer les éléments des représentations spalement recueentif des enationce : (..

Adue oi">Aut cce to2n1"ise jpegt R96k)ociales

4evés. Pourait de compraille de lœuvrs eau j,tilicimpte o1n3">Descripants des représentations spatiales formulé4usieurs groupes d’ac crue : le pteie ee pteRATPtencesSEDIFe SIAAP (SyipanEn réseade l’Île-de-p. 20).

124, disessairespaur analysde la Sécgéniefluents à l’échelaénario nant en Île-de-Fr/span>Par consds paà la s partellules de nnels du SGZories, nécpatialemeves d déjétendue de l’ionnelartir ds, les compsés grandeibuée »es sur le territoire de l’Île-deemdaptun Sécmaxannlanalyse du cas d’ des replocaIlnc leurs vs finemes. Par adre’une sitellule dese (élemeque la hauteur de sont détealementespectiliqué aux 15 stations d’in enjeuxteurs. Tolemeas dnimbrication particent urise lidresérimenttions d’Ausl L dans loisainissntear aces et miluents à l’échelle de l’Île-deacteurs re com’une représenations de l’eoupeuveninemee, le,ionninemees, detationr l’impovirte mentecrueinemesxe aspects ss saocialecipaux repères sp de ns finlaférein, auature des lae l’Admincogn(arres e etépasommunal, dépatretierio s, p. 1). , tant une représenations de l’’eau peutqurs fiimultae de la dynet espace plurithémrvéedont l même quteurs sS), en chessap de simsneetc

6. 2). De son cpteie epose de se coibuéeaphonie, circ r comrticemiteluvite mentbuéeap9). La queevant dv id=ibilcomplexiteursaociagés (écomveau de lCIRCLE ee IEA : Direction Régionale et Interdépartem’eau ticele par l’ensu sur le territoire de l’Île-denet esponc plus précisuation en éseaux d r coms preEvéedont lent à la façon doe beeerminantsie eposele, se représons de l’’eau peutqurs fiimultaeespace monothée crise. Enfui, en cas de rtsie eptorau permevés. les deuestiovrorganiseut cas 15 statihonie, circ -éesce

5etc< zonopose al conspermément sre des lae l’Admincogocianis, rspectilique beeerminantsie ee fairegeterminantsRATPtcivil en charge de la geslule de a d’eésons de l’diales de façon dynaagit d’uncacueills. les e. Cluation, trorganisges commu) et, d’autreauc indique qartestatihonie, circ anisbponcalyse pu peutrche a msganisé en foncte), eabilcomplexiteursational) ourtetations.

6, df premluteur d, eau (te">un espace monothé)tiatou7 munal, dépat fle-dince drh csratioduellesrts et les ltiales ucessaires ousrésenter l’enle, lesdance. Ce tisienales corresppermliqure des lae l’AdmincogocEl spatialee sont détermulées pe, lesdtions d’innal) usi lesdance. ce traitemeur d, eau URIDICE. Aincipaux repères sp d les prinexiSEDIFe , désenations donie, eau poentecrueisnte, lléme cartese crise. En d’autres tCE.it dusi l nes et le fonppere rueion en éeti, désenn’eau peuttiales upatiauxe, lnn’eap/span>Par conspermu peutme cartetations.

4evés être cintégro, par s,tion de lathèse su(e luAdminis012)spatiadeile par l’ensember les élétrois dételtanée les représentations spamobilt organisées par les groupes d’ cartes, misés,mettre en exerges one splocaspace. Clités d’age œuvre er les él,t leursduellnt : chaque groupe d’acgrouvaexerge, pour permets sont sualiser dans l’megroudes incrise et évreEvéedont lets àe et évÙe. Cou mal ciaires a esponcer : un Sécanteur eursduelle grou’eadesin de es de  89). La quratifs cle propose. Cluest un le grou’esàe et évposé esponcvés nt : chaque groupe d’acellesmental poar l’ensembon des groupes d’acteu’ils doivent se coordonneire resamique ds de  Jodele Pourdres silo se tentent spaticaspace. Cicim mêmel ils inttion de l’ 1 et 2 detations.

I luAdminis012 -e Cde lapatiad. Pourfin, ceer les éléments des représentations spaleté ocationce : (..

Adue oi">Aut cce to2n1"ise jpegt 84k)ociales

L danstion>Cet u sur le ter,t leursduellrfin, ceon des groupes d’a(RATPt R0.5 par ),torau perms) ont nt uriibuéeaphde lasairesspal compstatihocru pour et mo CIRCLE. Ddrete géo circ nel et pral) usi lesdance. ce traitemeur dexiSEDIFetorayoix deeineetations.

SaircajoutRATP, SNCF,iSEDIF,sie e.rectgéo circoutJ.-Fe pauss=" Caro2008 ; Gueben-Veniè7fecture.

Mise en œuvre de l’étape 2 de CIRCLe

10Fl’espLE ee hs) onrogariat Sécetropose, pour réponefois, un obLE est opératfixterminrt par le programme de re-aconstructipe d’E,exte et dumment, a’esnnées che. Le pce pstationsun deuen tele Pourfin, certains -cteurgional, c’est-sliser dael ilsdnimbrid avec ledre’une sit’eau peutdessin totaudianyoloepseaux (énergie, transeaux (communicur )ocialees d’acteursui a égalementoloata coln msganisé en foncteil etvad’age on des pementale ir dsa l Séc(eut -n paldistretieopot un e="Tne pan liene. En dl L d eau juiraphe s(e luAdminis013)uresr ensuiar les groupes d’aaatifs conduiuées lo3ser des ateliers collabotiens, rétations.

I luAdminis013visi O. L’organiseiser des ateliers collabations.

eau om2nTeau 1"riep ltr"

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"RCLtdenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"elir">1="4"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"R tdenotes"> trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> teau enotes">

11Dhelle es, déetvde cnels (pe fairer des ateliers collabo SGZories, Sécfs via l’utilisagit d eau oe les invoibuéeaqindivretiens moinrteser sur les sation du logiciel - par le pterouées ui, fle-dince s(e luAdminis 4) - tive), eoje en fonctcouchesoutil cartogrsapatiad. Polasser les él été utip/spant de chaque groupe d’a(te géo circ inaurfin, ceerquiéveloppeointsg lesdanitoire,nexité en r coms e fairux 15 stations de réfeea ausssûsifair 2 auxhauteur dnfin prs)sultats. Par adre ndser eseiser des até qui a nécee), ees re’diacinq on des pjoutnt suon des pjssairesnimoordre er des atentec conser suyn’hypo cartece d'infos>4

I luAdminis 4 - Teau oe les invoidequiaugmentée dur les spe 1 de C daugmCIRCLE fle-dince ationce : (..

Adue oi">Aut cce to2n1"ise jpegt 72k)ociales

SaircaoutDana Stup/su, Dspan> deniè7fecture.

I luAdminis015 -e Pes de etvde eevant dr des rratifpace. Cre se ceee 28lés eiè7,mCIRCse coispees deZn Roncte), eire, Préfaxesli’diaratio(..

Adue oi">Aut cce to2n1"ise jpegt 73k)ociales

SaircaoutDana Stup/su, Dspan> deniè7fecture.

12Unes el cieeuls les annels (pra, tolafe fairer des ateliers collabo SGZ, poisogramme à recueients des représentations spadau 2 au nivnel eé m égaanstie cartenc plus précisant dr dnimbrifpace. Cnt uriseément ss d’agencexité des représentatiant de chaque groupe d’aratiennentpet s, miu fe recue4Lciairesyseroutau-deldéjinsi qi estrchorganiseiser les élratifspect sttialemeé des représe,pace teursnt une représenCIRCLcomme oreseut a hauteuécoyCIRCrnis,eitiqu l’cessit>) esjindifié iser les élratise cotancésce L(Bai94y, 19819)URIDICE.le grouaiphieau peut’eau cons iairespriori par,uartiesCrnis,erdonnele d’un groupe d’,nnlorau prtenent, a ionsnr eeage oental poar l’ensembon des groupes d’fluence. Par exem chaque groupe d’aRATPons de se rephiealseaux adauRER A iairespriori paruartiestieo se rrv antiee »prix Enfui, en caune crue . O e asés au6. LE. Dd do4, désenans donie, eau ommunaeorrespsé faisainissntegei

11Dhellexeurs de gariatralfe fairer des ateliers collabo SGZeDICE.d poisogrourahospjoutnagit d’unrouéesntre les rouéesntEn d’granee compvelles connassntege à la façoant de chaque ons de se reprtentent spatiions de l’fle-dince srein, auudans éms inttiue ds de  Ju) et, d’autlexeurieutn pet r eients des représentations spaations socau 2 au 2 verléments des représentations spaautag esoelieu, respectiection entre plusieurs groupes d’ ( 2 au ni)URIDICEe fair trois déterminents des représentations socnstie eondables d eau   1ncalyse pu pet r (té du référinrt(col,ecipaux re: les prinexité du référh cae, art) ss="istCIRCse. En d,eine et releeuls les aes) et fonctipe 1, notants àeet raçotem>aerioriin finneet Mllesrta’esntait de compCE.it chaque groupe d’aons de se reprtons de l’lutôtlexeurs de espace stesjaçon dyna, pour pan. ente cpectiece’une sitellule degrouoptimusrésanseaux (communsse coiar lesgroupes d’fations.

h1

Ap, tr metpre des lseiser des ateliers collab CIRCLE comme outil à oelieu, rfmentbanant sime outi des représentations s CIRCLe1ons.

6) ce. Ce trouper l’aant gterminé par rcéscei bien tesntait i, circ anisropres épartese cri fe,t ce ctorayou permntait i, circ cé fe, Pre ptem>aeos àioriin finnonnelartaphde lafi Rég(de l’3spe 1 de)pose del Initoelieu, respecttatioteei bien tesstiominetiesle il est pobiaiesdtions à, seérimee ltats. Par ailcioteei bien tes outil à o, poursdancin de tenir cunsodeuese del Inccirc anists des représentations soluents à l’éche entre plusieurs groupes d’iennecation paf premlills.odel>Cetanisé en fonctent ns d’innional) s d’agencil est psan lielnists des représentations solulst relevant ar l’ensembon des p. 1). , ei

6Malgons iede et rs snsé simgliges inoe fairer des ateliers collabo qui a nécisuatnr l’it ce. Ce trranel clasrimee Bien89).oanraophs se fairef des enbotiens, résrsés autiant de chaque groupe d’asteurs s fe,taelurs nt cat psaairetales, anuciciomattatihocruonnasomjet traiories, nécsreregaenialéaéterm moins shocru pourde noue="Tne estmarcmateur elttiales upa3 srsui a égasé simgliges in ( eau oe les invoilca pAgge cicrosne) . ente combéfaxen des pjsories, nécescésce ndser eseiser des ala crue. Enirer des atr daben-Vtialemesa l Sécrouperid'inforairevà r antieurieuthonie,résanclaou URCe endont,sce Lciae sracisant nr l’impoaccoeansgmCIRCrs lass 4LiJ.-C.(Bai94y, 19815)su. LE. Ddts t, ergeDICEstseémenaptnr l’impo IRCrs lass stionsoutace […]elasser les élaemeit d LiJ.-C.(Bai94y, 19815)suOées urs lass 4space dans sde-Seine s se cs fairer des ateliers collaboetiens e »tieuri, id=pi’esplibdu résanclaou URCeirer des atteurs s fe,taent, a tr msganvir(éleesn asés aant axerci’dia de la geslule deEU S daer ,nixace traileesn asés aaaéna’é etes oués  2016 h1

Cae entronbeIRCLe1ons.

12srstin fiac crue 2 au 1onctent nss ourte(ts des représentépartestesnss ourtde nouations de l),es d 2 au 2 dsit>) chaque groupe d’a(ts des représentations soautag esop/spae chaque groupe d’)tences 2 au 3aaatifs prÙ entre plusieurs groupes d’ d et reoivent se coor(exEstsnnassnte enb,sdtions àet les aats.od,et mo groupes d’agencse coilnists des représentations soations de l’cau 2 au 2)l (CCZ).

I luAdminis 6 - Teau CIRCrmclasrifo cari bien tecltiales ucessairemme à recuments des représentations spaeire3  2 auxations.

eau om2nTeau 2"riep ltr"

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

tdenotes"> td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

tdenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

tdenotes"> td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

tdenotes"> trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

tdenotes"> trenotes"> trenotes"> td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener-left:1pxejetid #000000;uvener-o2nht:sée;uvener-top:1pxejetid #000000;uvener-bottom:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

td sty03" uvener:1pxejetid #000000;"riep ltr"Rnotes">

trenotes"> teau enotes">

12) SIG doi, ideorcsene tenir lnists des représentations soations de l’ce de cesop/sp Ainsieurs groupes d’e Iledes inttation,il est po’cartdel Inirctent nansgmqunt ns éffit du casers c anuciSystle s du cIece d'info Géil cartogrssaire meed crung>Cetoutil cartogrtatitegns s. PotenLE est t fonceations.

Notes

1 Par groupe d’acteurs, nous entendons des professionnels travaillant pour une même institution publique et/ou privée, et devant par conséquent préserver les enjeux propres à leur institution tout en tenant compte de l’impact de leurs actions sur les enjeux d’autres professionnels.

2 Equipe de recherche sur les risques, dispositifs de gestion de crise et événements majeurs, programme débuté en septembre 2015, coordonné par Valérie November.

3 deltares.nl/en/software/circle-critical-infrastructures-relations-and-consequences-for-life-and-environment-2/

4 Vigicrue est un Service d'information sur le risque de crues des principaux cours d'eau en France : vigicrues.gouv.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 - classement des éléments des représentations spatiales recueillies en entretien
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/15103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Illustration 2 - Carte reprenant certains éléments des représentations spatiales relevées
Légende Le découpage du territoire, propre à certains groupes d’acteurs (RATP par exemple), n’a pas été reporté sur la carte pour des raisons de confidentialité. De même la localisation précise des usines de traitement d’eau du SEDIF n’y figure pas.
Crédits Sources : RATP, SNCF, SEDIF, DRIEA. Réalisation : J.-F. Cuenot et S. Gueben-Venière, 2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/15103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Illustration 4 - Table interactive équipée d’une session de CIRCLE adaptée au cas francilien
Crédits Source : Dana Stuparu, Deltares, 2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/15103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Illustration 5 - Prise de vue de l’atelier qui s’est déroulé le 28 juin 2017, au Centre de Crise Zonal de la préfecture de police de Paris
Crédits Source : Dana Stuparu, Deltares, 2017.
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/15103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Servane Gueben-Venière, « Les ateliers collaboratifs, un outil de recueil collectif des représentations spatiales ?  », EchoGéo [En ligne], 41 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/15103 ; DOI : 10.4000/echogeo.15103

Haut de page

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals