Navigation – Plan du site
2008

Darfour : triste anniversaire

Alice Franck et Ivan Deret

Résumés

La crise du Darfour entre dans sa sixième année. D’abord ignorée, elle fait aujourd’hui l’objet d’une importante couverture médiatique et de vives polémiques. Mais en dehors de l’assistance humanitaire portée aux personnes, la communauté internationale semble incapable d’imaginer une solution à une crise qui s’installe, et se complexifie.

Haut de page

Texte intégral

1En février 2003 un groupe armé s’emparait de la petite ville de Gulu (Nord Darfour), marquant le début d’un cycle de combats et d’une répression sanglante. Cinq années plus tard, la crise du Darfour se poursuit sans qu’aucune issue au conflit ne se dessine.

2La crise du Darfour surgit dans l’actualité à un moment où l’attention internationale est ailleurs : au Soudan notamment, où elle se concentre sur les avancées des pourparlers de paix entre le gouvernement central et la rébellion du Sud Soudan, qui visent à mettre un terme à l’un des plus longs conflits civils africains1. Il faudra attendre la fin de l’année 2003 pour voir s’amorcer une mobilisation de la communauté internationale pour le Darfour.

3Cette indifférence qui a prévalu durant les premiers mois de la crise est aujourd’hui – fort heureusement révolue : le Darfour, aujourd’hui largement évoqué, est devenu une question prioritaire tant pour les politiques que pour les opinions, unanimement mobilisés. La question du Darfour fait même souvent l’objet de vives polémiques, qui révèlent la multiplicité des approches, et participent à troubler la compréhension d’une crise qui ne cesse par ailleurs de se complexifier.

4Sans guère d’importance s’ils se limitaient à n’être que déclarations indignées, dénonciations révoltées ou rappels de spécialistes, ces « débats » prennent une toute autre dimension lorsqu’ils influencent l’intervention des différents acteurs – humanitaires, diplomates, politiques, voire parties au conflit.

1. Une multiplication des lectures de la crise : des « Africains contre des Arabes » au boycott des jeux de Pékin

5Parmi les données ne faisant pas débat, il y a celles-ci : le Darfour est un territoire grand comme l’Espagne, occupant un large quart nord-ouest de l’actuel Soudan et peuplé de plus de 7 millions d’habitants – sur les quelques 33 millions que compte le pays2. C’est une région de longue date marginalisée, en proie à des conflits locaux et régionaux, eux-mêmes exacerbés par un déséquilibre croissant entre démographie et ressources naturelles, et par diverses instrumentalisations liées aux jeux politiques national et régional.

6Si s’exprime au Darfour l’imbrication d’une « pluralité de causes, d’intérêts et d’échelles » (Denis, 2005), les racines du conflit sont connues. Elles sont à chercher du côté du contexte de sous-développement chronique dont souffre la région occidentale soudanaise depuis son intégration au pays en 1916, sans qu’aucun des gouvernements soudanais successifs n’ait jamais tenté d’y impulser un quelconque développement économique (Lavergne, 2005 ; Prunier, 2005).

7Replacer le conflit du Darfour dans le contexte soudanais d’injustice régionale et ethnique3, et rappeler que la question du partage du pouvoir et des richesses au niveau national est au cœur de la revendication armée des mouvements rebelles du Darfour, n’est pas inutile, cet élément du conflit ayant connu un succès médiatique moins marqué que les lectures plus « simplificatrices» et « sensibles » de la crise.

8On en oublierait presque aujourd’hui que la répression du gouvernement central, caractérisée par l’emploi de milices « arabes » (janjawid) et une violence inouïe, répondait aussi à des attaques rebelles (prise de Gulu, occupation de Kutum, attaque de l’aéroport d’El Fasher en avril 2003).

9Le potentiel de déstabilisation du conflit du Darfour sur le gouvernement central est d’autant plus important qu’il concerne une région fortement peuplée, très largement représentée dans l’armée, et qu’il oppose des gens du Nord Soudan, tous musulmans et donc alliés dans l’optique politique courante (Denis, 2005, p. 100).

10Dans le cas du Darfour, l’opposition manichéenne entre musulmans et chrétiens, affirmée sans nuance au sujet de la guerre entre le nord et le sud, n’est donc pas valide ; s’y substitue néanmoins, avec la force qu’on connaît aux visions simplificatrices, le clivage largement repris par la presse, entre « agriculteurs africains » et « pasteurs arabes ». Or, si les dimensions ethnique et foncière sont des composantes essentielles du conflit, la complexité de ces questions ne saurait trouver de traduction dans une telle opposition. Elle ne permet en effet ni de rendre compte du fait qu’il existe des pasteurs non arabes (comme les Zaghawa, fortement représentés dans la rébellion) ou encore des agriculteurs arabes, ni de ce que tous les arabes n’ont pas pris part au conflit quand certaines tribus « Africaines » ont combattu auprès des milices progouvernementales (Tubiana, 2006, p. 112).

11Plus récente, l’interprétation d’un conflit opposant « musulmans laïcs et/ou modérés » refusant l’ordre incarné par les « musulmans intégristes » de Khartoum, fait peu de cas de la présence active au Darfour d’un groupe rebelle majeur notoirement proche de la mouvance islamiste, le Mouvement pour la Justice et l’Egalité (JEM), mais surtout s’éloigne des réalités du Darfour et du Soudan.

12A ces lectures schématiques des dynamiques locales vient s’ajouter une approche tout aussi réductrice de la dimension internationale de la crise du Darfour. Ainsi, la question du pétrole – et derrière elle, celle de la responsabilité chinoise – est de plus en plus souvent associée à la crise du Darfour, comme si elle en était, finalement, le véritable enjeu (Vernochet, 2007). Les appels au boycott des jeux de Pékin se multiplient. Or, de quel pétrole parle-t-on au Darfour ? Si depuis 1999 l’exploitation pétrolière, massivement entre les mains d’intérêts chinois et malaisiens4, a bouleversé l’économie et la géopolitique soudanaise, elle concerne des concessions situées dans la partie méridionale du Soudan. Les présomptions de gisements au Darfour ne sont pas confirmées5.

13Si la rente pétrolière soudanaise et la forte présence de l’Asie (devenue en quelques années le premier partenaire commercial du pays : à hauteur de 80 % des exportations et de 34 % des importations) mettent bel et bien le Soudan et donc la résolution du conflit du Darfour au centre de nouveaux enjeux internationaux, elles n’en sont pas responsables.

14A l’absence d’information des premiers temps a donc succédé une multiplicité d’analyses, toutes pas également éclairées, certaines non dénués d’arrière-pensées idéologiques, qui loin d’aider à la compréhension de la crise en fixent trop souvent les limites au seul champ émotionnel. La dimension humanitaire de la crise a d’ailleurs été infiniment plus largement relayée par les médias que l’analyse de ses causes profondes ou des engagements diplomatiques en vue de sa résolution (Lavergne, 2005, p. 129).

2. Une gestion de la crise plus humanitaire que politique

15Une première conséquence de cet « emballement » du débat a monopolisé le traitement politique et médiatique de la question du Darfour durant l’automne 2007. En effet, ce qui semble avoir motivé la singulière odyssée de l’ « Arche de Zoé », en parallèle d’une étrange et naïve lecture des droits international et humanitaire et en plus d’une condescendance culturelle assez déconcertante, c’est l’indignation face à l’inaction et l’inefficacité supposées de l’ONU et des ONG présentes au Darfour.

16Rien n’est moins vrai. Ces cinq dernières années ont au contraire vu le développement d’un dispositif d’assistance humanitaire sans précédent, qui a très certainement permis que soient épargnées des dizaines de milliers de vies et continue, en dépit de difficultés croissantes, d’éviter famines et épidémies majeures.

17Ce sont aujourd’hui plus de 10 000 travailleurs humanitaires qui portent assistance à près de quatre millions de personnes ; le Programme Alimentaire Mondial et ses partenaires assurent la distribution de 25 000 à 35 000 tonnes chaque mois.

18Bien sûr, le déploiement de l’aide est loin d’être parfait, et le satisfecit doit être nuancé ; au Darfour comme en d’autres lieux, l’humanitaire est d’ailleurs l’objet de très nombreuses critiques, sans doute autant dues à de réels dysfonctionnements qu’au fait que, à défaut de vraie solution, c’est lui qui « occupe l’espace ».

Bindizi : distribution dans le village de Bindizi (Ouest Darfour) qui accueille 12 000 déplacés

Bindizi : distribution dans le village de Bindizi (Ouest Darfour) qui accueille 12 000 déplacés

Cliché avril 2005

Latrines : alignement de latrines. Camp de Ryad (El Geneina, Ouest Darfour)

Latrines : alignement de latrines. Camp de Ryad (El Geneina, Ouest Darfour)

Ryad : vue général d’un camp périurbain (Ryad, El Geneina, Ouest Darfour)

Ryad : vue général d’un camp périurbain (Ryad, El Geneina, Ouest Darfour)

19Un autre déséquilibre constaté de l’aide est qu’elle s’adresse encore peu aux populations non déplacées, pourtant elles aussi affectées par le conflit6. Les populations arabes notamment – mais pas exclusivement – sont encore peu considérées, comme si elles étaient tenues collectivement coupables des exactions commises par certains des leurs. Il est bien sûr normal que l’effort se soit d’abord concentré sur les populations déplacées, de loin les plus démunies ; mais cinq années plus tard, celles-ci bénéficient d’un niveau de services qu’elles n’ont que rarement connu.

20D’abord compréhensible, cette discrimination se comprend moins aujourd’hui, et constitue un risque de radicalisation d’individus (voire de communautés) restés jusque là à l’écart du conflit. Elle est déjà certainement un facteur de nouveaux déplacements, par l’attraction qu’exercent les camps et les services qu’ils proposent au regard des conditions de vie villageoises, rendues plus rudes encore par le dépeuplement et l’insécurité.

21De fait, le dispositif d’aide humanitaire au Darfour procède malgré lui de la recomposition démographique et des processus d’urbanisation qui s’opèrent ; en organisant et en améliorant les conditions d’accueil des populations rurales dans les camps périurbains, il risque de contribuer à leur pérennisation.  

22Similairement, l’ampleur de la présence humanitaire a directement contribué, conséquence certes non recherchée, à transfigurer les principales villes du Darfour, en en dynamisant les marchés de l’emploi, de biens (matériaux de construction, équipements…), de services (transports, Internet…) ou immobilier (locations, constructions et réhabilitations d’immeubles…) : on construit au Darfour, et qui a vu el Geneina ou Nyala en 2004 serait frappé de la physionomie qu’ont ces villes aujourd’hui.

23Non dénué d’effets collatéraux, critiquable à bien des égards, le dispositif humanitaire déployé au Darfour n’en a pas moins joué le rôle qui lui revenait ; mais le traitement humanitaire de la crise est évidemment insuffisant et intervient d’abord au Darfour par défaut : il ne s’y maintient aujourd’hui qu’en l’attente d’une solution à la crise.

3. Une diplomatie entre désengagement et confusion

24C’est peut-être cette relative efficacité qui explique que le volet humanitaire ait été mis au cœur de l’approche politique du conflit. Ainsi a-t-on vu, au printemps 2007, mise en perspective l’organisation de «corridors humanitaires », visant à permettre l’acheminement de l’aide au Darfour depuis la Centrafrique et le Tchad voisins. Or  on l’a vu, l’aide arrivait déjà massivement au Darfour, et peut-être faut-il ne voir dans cette initiative française que l’introduction d’un débat ayant débouché sur la décision du déploiement de l’EUFOR7, très compatible avec les options politiques françaises au Tchad et en RCA.

25Si le mandat de l’EUFOR est essentiellement d’assurer la protection des réfugiés du Darfour et des personnels leur portant assistance, il est aussi une illustration de la complexification de la crise. Les tensions initialement limitées au Soudan ont gagné le Tchad, d’abord à la faveur des proximités ethniques transfrontalières, et désormais au travers du soutien que Soudan et Tchad apportent à leurs rébellions respectives.

26Côté soudanais, le déploiement au Darfour de la force hybride Union Africaine – Nations Unies (MINUAD), longuement et âprement négocié avec le gouvernement de Khartoum, accumule difficultés et retards, confirmant s’il était besoin qu’il ne saurait constituer une solution. Elle prend le relais de la mission de l'Union africaine au Darfour (AMIS) présente au Darfour depuis fin 2004 avec 7 000 hommes. On peut raisonnablement douter que les 26 000 soldats dont la présence est prévue à terme parviendront à sécuriser un aussi vaste territoire que le Darfour, quand en 1999 50 000 soldats de l’OTAN ont été jugés nécessaires pour pacifier le Kosovo, territoire équivalent en surface à la Gironde.

27Ces initiatives, dont le caractère « militaro humanitaire » affiché en rappelle d’autres, ont bien entendu le mérite d’exister, et valent évidemment mieux que la relative indifférence qui a accompagné les premiers mois du conflit. Mais elles semblent être devenues des objectifs en soi, et mobilisent de fait une large part des efforts diplomatiques, qui visent à lever les obstacles à leur mise en œuvre.

28Dans le même temps, la perspective d’une solution politique s’éloigne. Le morcellement de la rébellion, spectaculairement révélé à Abuja, en avril 2006, par la signature d’un accord de paix par seulement l’un des chefs de la rébellion, a encore compliqué l’organisation de pourparlers. Les efforts en ce sens de la mission civile des Nations Unies impliquent une première reconnaissance formelle de groupes ou leaderships récents, officiellement conviés aux négociations, et radicalisent encore le refus d’y participer de chefs rebelles « historiques », peu enclins à accepter cette nouvelle concurrence.

29Parallèlement, le gouvernement Soudanais semble de moins en moins disposé à contribuer à une solution pacifique au conflit. En plus d’une capacité reconnue au double langage et aux revirements, le retentissement médiatique dont a fait l’objet la crise du Darfour et en particulier les accusations qui lui sont faites d’avoir planifié puis exécuté un « génocide », ont contribué à la radicalisation d’un gouvernement dont des membres sont par ailleurs menacés de poursuites pour les crimes commis.

30Triste anniversaire donc.

31Il est à craindre qu’il ne s’agisse pas du dernier.

Haut de page

Bibliographie

Denis E., 2005 (c), « Démographie ethnique, modernisation et violence au Darfour », in Annales d’Ethiopie, Vol. XXI, pp. 97-137

Lavergne M., 2005, « L’analyse géographique d’une guerre civile en milieu sahélien », in Afrique Contemporaine, Vol. 214, n° 2, pp. 129-163

Prunier G., 2005, Le Darfour. Un génocide ambigu, Paris, La Table Ronde, 268 p.

Tubiana J., 2006, « Le Darfour, un conflit pour la terre? », in Politique Africaine, n° 101 (avril), pp. 111-131.

Vernochet J-M., 2007, « Le Darfour, de la crise politique au choc pétrolier », in Maghreb-Machrek, n° 193 (automne), pp. 55-77.

Flint J. et de Waal A., 2005, A Short History of a Long War, African arguments, 134p.

Haut de page

Notes

1Les accords de paix avec le Sud seront finalement signés en janvier 2005. Ce conflit aura été l’un des plus longs et des plus meurtriers de l’histoire de l’Afrique ; depuis la proclamation de l’Indépendance en janvier 1956, il n’aura connu qu’une interruption de 1972 à 1983.
2 Chiffres issus du pré-comptage organisé en novembre 2002 par le bureau de la statistique soudanaise en vue du recensement de 2003. Ils ne concernent que le Nord Soudan. La mise en œuvre du recensement a été retardée en prévision de l’accord de paix avec le sud de manière à couvrir l’ensemble du Soudan.
3 Ce contexte prévaut également pour la guerre dans le Sud.
4 « La chine a profité du boycott des démocraties occidentales à l’égard du Soudan pour investir massivement dans l’économie soudanaise et prendre le contrôle de l’exploitation pétrolière », (Denis, 2005, p. 106)
5 On évoque parfois aussi l’intérêt stratégique du Darfour dans la perspective d’un pipeline acheminant le pétrole tchadien jusqu’aux terminaux de Port Soudan, sur la Mer Rouge ; les 160 000 barils/jour tchadiens sont déjà pompés jusqu’à la côte camerounaise, et on voit mal l’urgence qu’il y aurait à provoquer ou entretenir un conflit au Darfour pour permettre l’hypothétique construction d’un pipeline alternatif.
6 Les populations résidant dans les sites où sont venus se réfugier les personnes déplacées – les « communautés hôtes » - bénéficient néanmoins en général de l’aide alimentaire – cf. carte.
7 Pour “European Force”, nom donné aux missions militaires de maintien de la paix issues de l’Union Européenne (Bosnie, Macédoine, etc.). Une mission de l’EUFOR est en cours de déploiement  aux frontières est du Tchad et de la Centrafrique, dont la France fournit le principal contingent.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/3543/img-1.png
Fichier image/png, 387k
Titre Bindizi : distribution dans le village de Bindizi (Ouest Darfour) qui accueille 12 000 déplacés
Légende Cliché avril 2005
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/3543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Latrines : alignement de latrines. Camp de Ryad (El Geneina, Ouest Darfour)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/3543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Ryad : vue général d’un camp périurbain (Ryad, El Geneina, Ouest Darfour)
URL http://journals.openedition.org/echogeo/docannexe/image/3543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Franck et Ivan Deret, « Darfour : triste anniversaire », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 10 avril 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/3543

Haut de page

Auteurs

Alice Franck

Alice Franck (alicefranck@yahoo.fr) est docteur en Géographie, Université Paris X Nanterre, Laboratoire Gecko.

Ivan Deret

Ivan Deret (ivan.deret@trianglegh.org) est chargé de programmes (association Triangle Génération Humanitaire).

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals