Navigation – Plan du site
Recherches

Les sols périurbains, diversification des activités et des valeurs. Quelques éléments de comparaison et d’analyse

Périurban soil between land promotion and sustainable management. Some considerations
Didier Boutet et José Serrano
p. 05-23

Résumés

Le problème posé est celui de la non prise en compte de la valeur agronomique des sols au profit de leur valeur foncière. Pour attribuer une valeur aux sols, seules deux dimensions sont prises en compte : la constructibilité ou la valeur agronomique. Dans les espaces périurbains l’écart entre ces deux valeurs conduit à des phénomènes de spéculation qui encouragent l’artificialisation des sols, malgré une réglementation abondante qui ne parvient ni à freiner l’étalement urbain ni à faire reconnaître toutes les fonctions assurées par les sols, en particulier la préservation de la biodiversité. Après avoir distingué deux types de fonctions : le sol support et le sol épaisseur, l’article propose de déterminer dans un règlement d’urbanisme communal une valeur d’équilibre fondée sur la temporalité de la constructibilité pour prendre en compte à la fois la valeur agronomique et la valeur constructible.

Haut de page

Texte intégral

1L’artificialisation croissante et éclatée des sols dans les espaces périurbains européens du fait de la triple conjonction d’une agriculture productiviste, de la multiplication des constructions isolées et des infrastructures afférentes, est problématique dans un contexte de nécessaire préservation du foncier agricole et naturel (Cheverry et Gascuel, 2009).

  • 1 Cet article est rédigé dans le cadre d’une recherche intitulée : « Vers une gestion durable des sol (...)

2En France, dans les espaces ruraux sous influence urbaine1, la concurrence pour l’occupation des sols met en opposition deux logiques : celle de mise en valeur des ressources naturelles et celle d’accueil des ménages subissant l’augmentation des prix du foncier dans les centres urbains. Spatialement parlant, le mouvement de périurbanisation, loin de s’être ralenti, se poursuit davantage par éloignement des frontières de l’espace périurbain que par densification interne des espaces déjà périurbanisés (Aubert et Schmitt, 2008). Depuis la loi Solidarité et développement urbain (SRU), l’étalement urbain n’a pas cessé et s’est même amplifié touchant des communes de plus en plus éloignées des agglomérations constituées. Les documents d’urbanisme comme le Schéma de cohérence territoriale (SCOT) ou le Plan local d’urbanisme (P