Navigation – Plan du site
Faits et chiffres

Rôle du coton sur la filière maïs au Burkina Faso

Aurore Guenot et Marilyne Huchet-Bourdon
p. 107-119

Notes de la rédaction

L’objectif de ce papier est de déterminer, à partir d’une enquête menée sur 98 exploitations agricoles, les facteurs de développement de culture du maïs au Burkina Faso et notamment l’influence du système coton sur cette production de maïs. Deux régions caractérisées par un système coton différent, la zone Ouest et la Sissili, sont analysées.

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient tout particulièrement Didier Simon et Marie-Cécile Thirion de l’Agence Française du Développement (AFD), Nicolas Bricas du CIRAD ainsi que l’éditeur et les relecteurs anonymes qui ont permis d’améliorer ce papier. Les auteurs remercient aussi les personnes ayant contribué à la réalisation de cette étude par leur témoignage et leur appui lors de la mission terrain : l’Agence de Ouagadougou (AFD), les responsables de l’UNPCB et de la FEPPASI en particulier. Les conclusions émises sont toutefois propres aux auteures.

Texte intégral

  • 1 Recensement général de la population et de l’habitat 2006-2010, Burkina Faso.

1L’agriculture burkinabé représente plus de 30 % du PIB du pays et occupe 84,5 % de la population active1. Il s’agit avant tout d’une agriculture de subsistance basée sur les céréales (sorgho, mil, maïs, riz et fonio). Concernant les cultures de rente, la filière coton représente 21 % de la valeur ajoutée du secteur agricole, réalise 60 % des exportations et emploie plus de 3 millions de personnes. Au cours des 40 dernières années, le système coton a joué un rôle significatif dans l’évolution du panorama agricole et a été un exemple en matière d’organisation et de structuration de filière. Ce système intégré a permis aux agriculteurs burkinabés d’accéder à des moyens de productions modernes dédiés à cette culture de rente tout en incitant le maïs en tant que culture vivrière dans les assolements, favorisant la sécurité alimentaire des agriculteurs.

La structuration de l’agriculture burkinabé. L’influence du « système coton »

  • 2 Fusillier J. L. (1994). Bilan et perspectives de diffusion de la maïsiculture en zone de savane d'A (...)
  • 3 Freud H. E. (1999). Au Burkina Faso, les céréales traditionnelles peuvent devenir des cultures de r (...)
  • 4 Ministère des affaires étrangères (2001). Filières agroalimentaires en Afrique, comment rendre le m (...)

2Le « système coton » qui émerge dans les années 1970 repose sur la notion de filière intégrée avec la Société burkinabé des fibres textiles (SOFITEX), société paraétatique ayant alors le monopole des opérations d’achat de la matière première aux paysans, d’égrenage, de commercialisation du coton-fibre et des graines de coton. Néanmoins, la SOFITEX, ainsi que les autres sociétés cotonnières ouest africaines, encouragent également la culture du maïs en rotation avec le coton (Fusillier, 1994)2. Le but est d’accompagner le développement de la filière maïs qui présente des enjeux en termes de commercialisation à l’échelle locale et régionale tout en permettant également d’assurer la sécurité alimentaire des producteurs (Freud, 1999)3. Comme la majeure partie des cultures vivrières africaines, la filière maïs n’est pas organisée : filière éclatée avec une multitude d’acteurs (producteurs, transformateurs, commerçants), un secteur informel important, une faiblesse des organisations professionnelles, une délimitation spatiale floue et un encadrement par le secteur public quasiment inexistant (MAE, 2001)4. La structuration de la filière coton se poursuit, quant à elle, avec la création en 1998 de l’Union nationale des producteurs de coton (UNPCB) qui fédère l’ensemble des Groupements de producteurs de coton.

L’accès aux moyens de production

3Les deux cultures, vivrière et de rente, entrent en concurrence en matière d’accès aux moyens de production (main-d’œuvre et engrais notamment). Ainsi, lorsque le prix du coton baisse, les engrais distribués par la SOFITEX sont partiellement détournés au profit d’autres cultures plus rémunératrices telles que le maïs ou l’arachide ou au profit de cultures vivrières telles que le mil et le sorgho. Les surfaces en coton sont ainsi progressivement réduites au profit des cultures d’arachide et de céréales.

Une forte variabilité des prix des intrants et du prix d’achat du coton

  • 5 Schwartz A. (1997). Des temps anciens à la dévaluation du franc C.F A., les tribulations de la cult (...)
  • 6 De 650 000 tonnes lors de la campagne 2006-2007 à 363 000 tonnes en 2007-2008. Géocoton (2009). Évo (...)

4Les années 1990 sont marquées par des changements politiques et macroéconomiques affectant le système coton et l’agriculture burkinabé. D’une part, le prix du coton payé au producteur chute sous l’effet de la réforme de la filière coton par le Programme d’ajustement sectoriel agricole sous l’égide des institutions de Bretton Woods. D’autre part, du fait de la libéralisation du marché des céréales, les contrats passés sur le maïs avec les Grands Moulins du Burkina (GMB) et les brasseries sont rompus (Schwartz, 1997 ; Kaminsky, 2007)5. Dans les années 2000, la crise de la filière coton se poursuit au Burkina Faso. Elle est marquée au cours de la campagne 2007/08 par la chute de la production 6 résultant notamment de la hausse du prix des intrants, de la baisse annoncée en début de campagne du prix d’achat aux producteurs (fixé à FCFA 145/kg en 2007/08 contre FCFA 165/kg en 2006/2007) et des conditions climatiques particulièrement défavorables (pluies tardives puis inondations ponctuelles). La filière maïs s’avère alors plus rémunératrice mais est néanmoins risquée étant donnés les prix très fluctuants de la matière brute et la difficile répercussion sur les prix de vente des produits transformés. En 2006, le prix d’achat du maïs s’élevait à FCFA 85/kg alors qu’il est de FCFA 170/kg en moyenne en 2009.

5Dans ce contexte, l’objectif de ce papier est d’identifier les facteurs de développement d’une culture vivrière, le maïs, en présence d’une culture de rente, le coton, au Burkina Faso en notant toutefois que le maïs fait l’objet d’une commercialisation à l’échelle locale et dépasse ainsi la notion de culture vivrière stricte. La filière coton peut-elle avoir un effet d’entraînement dans la structuration et l’émergence d’une filière maïs organisée ? Cette question est d’autant plus pertinente suite à la crise alimentaire de 2008 qui a frappé l’économie mondiale et compte tenu des enjeux en matière de sécurité alimentaire mondiale. Afin d’éclairer les décideurs sur les facteurs déterminant l’orientation vers ces cultures au Burkina Faso, des enquêtes ont été menées auprès de 98 exploitations agricoles réparties sur deux zones, l’une située au cœur de la zone cotonnière et fortement influencée par le système coton, l’autre située en périphérie.

La relation entre système coton et filière maïs

  • 7 Bricas N., Thirion M. C., Zoungrana B. (2009). Bassins de production et de consommation des culture (...)

6Après une période d’évolution concomitante des surfaces de coton et maïs sur la seconde moitié des années 1990, les surfaces de maïs connaissent une évolution croissante sur la décennie 2000 (figure 1). Notons que les surfaces en coton connaissent une baisse importante après 2007 alors que les surfaces en maïs ne cessent de croître. Ainsi, l’évolution des surfaces fait clairement apparaître la rotation coton/maïs. Après des fluctuations et des années basses entre 2003 et 2005, les rendements du maïs enregistrent une forte augmentation et décrochent par rapport aux rendements du coton restés relativement stables sur la période 1995-2005 avec une moyenne de 1,08 t/ha (figure 2). L’évolution comparée des rendements souligne notamment le jeu de répartition des engrais chimiques sur l’une ou l’autre des cultures. Compte tenu de la situation difficile de la filière coton en 2007 et bien que les intrants distribués par la SOFITEX étaient destinés au coton, les producteurs ont massivement détourné ces engrais vers les céréales ou bien les ont revendu sur le marché. Par ailleurs, Bricas et al. (2009)7 notent que l’introduction de variétés plus performantes et mieux adaptées à la sécheresse a également participé à une augmentation des rendements du maïs.

Figure 1. Surfaces (ha)

Image 100000000000012C000000D042F1C1E8.png

Sources : bases de données Agristat, Faostat (2009) ; Sofitex (2009).

Figure 2. Rendements (Kg/ha)

Image 100000000000011D000000D3D7C460E3.png

  • 8 Agristat (2009). Statistiques sur l'Agriculture et l'Alimentation du Burkina Faso.

Sources : bases de données Agristat, Faostat (2009) ; Sofitex (2009).8

Méthodologie de l’enquête et caractéristiques des zones de l’étude

7L’enquête menée auprès de 98 exploitations agricoles constitue le cœur de ce travail. Une description précise de la méthodologie d’enquête et de l’échantillonnage est présentée en annexe. La méthode retenue consiste notamment à comparer deux zones, la zone Ouest et la Sissili (figure 3). Ces deux zones ont été choisies compte tenu du poids différent du coton afin de comparer son impact sur les autres cultures et notamment celle du maïs. La Sissili est une province du Burkina Faso où le système de culture est basé sur le maïs, les tubercules et le coton. La zone Ouest comprend les provinces du Houet et de la Comoé. Dans la province du Houet, située dans l’ancien bassin cotonnier, coton et maïs sont les deux cultures majeures. La Comoé, nouveau bassin cotonnier, est caractérisée par un système de cultures maïs/riz/fruits/coton.

8Ces deux zones ont également été retenues en raison d’un facteur commun qu’est la présence d’une Organisation de producteurs (OP). L’UNPCB est très présente dans la zone Ouest tandis qu’elle est peu implantée en Sissili. Dans cette zone en effet, la Fédération des producteurs professionnels de la Sissili (FEPPASI) est l’Organisation de producteurs dominante.

Figure 3. Localisation des zones et des régions de l’étude

Image 10000000000001A90000013287617860.png

Source : FEWS NET Burkina Faso, avril 2009. Bulletin sur la situation alimentaire.

9Afin d’illustrer les différentes caractéristiques de ces deux zones, les figures 4 (4a-4d) représentent l’évolution de la production et des surfaces en coton et maïs dans deux vastes régions auxquelles elles appartiennent : la région des Hauts bassins (incluant la zone Ouest) et la région Centre Ouest (incluant la province de Sissili) respectivement (figure 3).

Figures 4. Production et surface en régions Hauts Bassins (zone Ouest) et Centre Ouest (Sissili)

Image 100000000000024700000177570BA609.png

Source : Les auteures à partir de la base de données Agristat (2009).

10Dans la région des Hauts Bassins (Zone Ouest), la figure 4b met en évidence un décrochage entre une stagnation des surfaces en maïs depuis 2001/02 et des surfaces coton qui augmentent. La hausse des productions depuis 2004 suggère toutefois une productivité accrue du maïs (figure 4a).

11En région Centre Ouest (Sissili), l’augmentation des productions semble être en étroite corrélation avec l’augmentation des surfaces avec toutefois, un potentiel de rendement plus important pour le maïs. Il existe ainsi un léger processus d’intensification pour la culture du maïs (figures 4c et 4d).

Déterminants microéconomiques de l’orientation de la production de coton et de maïs

Des facteurs techniques et sociaux concourent aux choix d’assolement des producteurs

12Avec une moyenne de 5,9 ha, le coton représente 51 % de la surface totale moyenne des Unités de production agricole (UPA) en zone Ouest (figure 5a). Le maïs occupe le second poste avec 28 % de la surface en moyenne. En Sissili, d’après la figure 5b, le maïs occupe le premier poste dans l’assolement (35 %). Sorgho rouge, coton et arachide sont présents à hauteur de 10 à 12 % et le reste se décompose à parts égales entre protéagineux et oléagineux.

Figures 5. Répartition des cultures en zone Ouest et en Sissili en 2009

Figure 5a. Zone Ouest

Image 1000000000000101000000DC43694104.png

Figure 5b. Sissili

Image 1000000000000103000000DC40088468.png

Source : les auteures.

  • 9 Raymond G., Fok M. (1995). Relation entre cotons et vivriers en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le (...)

13Les caractéristiques et contraintes agro-écologiques présentent de fortes similitudes et les deux zones sont dotées de sols aptes aux cultures pluviales mais de nature érosive et sont fortement carencés en matière organique (tableau 1). L’appareil de production des exploitations de la zone Ouest est plus moderne qu’en Sissili et la possession de charrues à traction animale voire de tracteurs, héritage de la dynamique cotonnière, est plus fréquente en zone Ouest (Raymond et Fok, 1995 ; DRED, 2003a,b)9. Les infrastructures routières et ferroviaires et l’existence d’un tissu industriel plus développé peuvent également favoriser la commercialisation en zone Ouest.

14L’enquête qualitative menée auprès des producteurs nous renseigne sur les motivations des choix d’assolement au cours des cinq dernières années. Deux types de facteurs apparaissent. D’une part, des facteurs « techniques et sociaux » tels que le potentiel de production et le caractère auto consommable des productions vivrières. D’autre part, des facteurs économiques liés au niveau des prix et à la sécurité des débouchés. Selon la zone, l’un des deux types de facteurs prédomine et oriente les choix d’assolement vers le maïs ou le coton. En zone Ouest, les facteurs économiques prédominants associés au coton expliquent le maintien de cette culture tandis qu’en Sissili, les facteurs sociaux liés aux cultures vivrières prédominent et guident l’orientation des producteurs vers les productions de maïs, sorgho rouge, sésame et soja. En zone Ouest, selon les producteurs, la tendance est au maintien de la production de coton afin d’assurer les débouchés. Toutefois, les producteurs diversifient de plus en plus, en intégrant davantage l’arachide et le riz. En Sissili, les producteurs se maintiennent dans une logique de diversification dans laquelle le maïs est prépondérant.

Tableau 1. Caractéristiques intrinsèques des zones de l’étude

Image 10000000000002030000015D57E0C2B9.png

  • 10 Direction générale de l’économie et de la planification (2003). Monographie de la province de la Si (...)

Source : DRED du Burkina Faso (2003a, b) ; Direction générale de l’économie et de la planification (2003)10.

Répartition du chiffre d’affaires entre vivrier et coton

15Le tableau 2 synthétise les données de chiffre d’affaires collectées lors des enquêtes. Il représente successivement les valeurs moyennes par UPA des ventes totales (VT), des chiffres d’affaires vivriers (CAv) et des chiffres d’affaires du maïs seul (CAm), selon les zones.

Tableau 2. Chiffres d’affaires (moyenne par UPA)

Image 10000000000002B40000014DE5952594.png

Note : Pour le coton, l’analyse est basée sur la Marge après remboursement des intrants (MARI), donnée de revenu qui internalise une partie des coûts de production. Les ventes totales correspondent à la somme du chiffre d’affaires vivrier et de la MARI coton.

Source : les auteures.

16Le produit des ventes totales est significativement supérieur en zone Ouest au seuil de 5 % tandis que le chiffre d’affaires vivrier (CAv) est statistiquement supérieur en Sissili. Pour le maïs, il n’y a en revanche pas de différence significative au niveau du chiffre d’affaires (CAm) par UPA entre les zones.

17La comparaison des ratios montre que la part du vivrier dans le chiffre d’affaires total est de 93 % en Sissili contre 44 % en zone Ouest. La part du maïs dans le chiffre d’affaires vivrier est de 40 % en Sissili contre 50 % en zone Ouest. Le coton est donc le principal poste de vente en zone Ouest alors qu’il est marginal en Sissili. En zone Ouest, le maïs vient en seconde position après le coton dans les productions commercialisées. Ceci démontre bien l’existence et l’importance de la dynamique coton/maïs encouragée par les sociétés cotonnières dans cette zone. En Sissili, le maïs constitue le principal poste de vente avec des performances quasi similaires à celles de la zone Ouest. Ainsi, l’analyse du chiffre d’affaires confirme la prédominance du vivrier en Sissili contrairement à la zone Ouest où la place du coton est prédominante.

Analyse et discussion

  • 11 Devèze J. C., Halley Des Fontaines D. (2005). Le devenir des agricultures familiales des zones coto (...)

18En zone rurale d’Afrique subsaharienne, il est souvent admis que les revenus des exploitations familiales dépendent de leur dotation en facteurs de production à savoir main-d’œuvre familiale, équipement et cheptel (Devèze et Halley Des Fontaines, 2005)11. À ces facteurs s’ajoute l’accès à la terre et aux consommations intermédiaires (engrais, semences, produits phytosanitaires). Afin de tester ces hypothèses, une analyse de corrélation par zone a été réalisée entre le chiffre d’affaires vivrier moyen des UPA d’une part et chacun des facteurs de production disponibles d’autre part (tableau 3).

19Les deux zones présentent des similitudes concernant la superficie totale, le nombre de bœufs de labour possédés et le nombre de charrues. Ces facteurs d’équipement et de productivité du travail n’expliquent donc pas la différence constatée entre les deux zones au niveau des ventes vivrières.

20En zone Ouest, le chiffre d’affaires vivrier présente une forte corrélation (≥0.5) avec le coût de la main-d’œuvre salariée, le revenu coton et la taille du cheptel bovin. Ces trois paramètres étant directement liés à la culture de rente du coton, ce résultat met en évidence le lien de dépendance du système vivrier vis à vis du système coton en zone Ouest. En Sissili, la fertilisation à l’hectare (épandage de fumure et engrais céréales) et la possession d’ovins sont les principaux facteurs affichant une forte corrélation avec le chiffre d’affaires vivrier. Ces résultats suggèrent que l’orientation vers la production vivrière dépend principalement de l’accès à la fertilisation organique ou chimique pour la Sissili.

21En définitive, le comportement des UPA vis-à-vis de l’utilisation de fumure organique est différent dans les deux zones : en zone Ouest, plus les UPA sont orientées vers le marché et bénéficient de revenus élevés, moins elles utilisent de fumure au profit des engrais chimiques. Ceci va de pair avec l’intensification liée à la culture du coton pour ces UPA. Les UPA de la zone Ouest s’approvisionnent en engrais à 90 % auprès de la SOFITEX alors que les engrais chimiques utilisés en Sissili viennent à 60 % du marché. Ceci peut s’expliquer par les règles de la SOFITEX en matière d’attribution d’engrais coton destinés aux céréales : un système de péréquation visant à fournir à tous ses producteurs de coton des engrais coton et céréales au même prix quelle que soit leur situation géographique. Au contraire, la Sissili s’inscrit dans une dynamique visant sa propre autonomie en matière de fertilisation et elle n’affiche pas cette relation de dépendance à la filière coton pour les revenus et l’approvisionnement en engrais.

Tableau 3. Corrélations entre ventes vivrières moyennes par UPA et facteurs productifs

Image 10000000000000FA000002780117E59D.png

Note : **, * significativité à 5 et 10 %.

Source : les auteures.

22Deux types de stratégies différentes sont ainsi mis en œuvre par les producteurs des deux zones. En zone Ouest, les agriculteurs sont dans une logique de système de culture intensif coton/vivrier. Ils sont plutôt consommateurs d’engrais chimiques, mieux dotés en facteurs de production et plus orientés vers le marché et les cultures de rente. Ils sont également plus fragiles puisque 50 % de leur assolement est destiné au coton. Leur stratégie consiste à maintenir ce lien au système coton qui leur assure un débouché malgré un prix bas tout en se diversifiant vers des cultures de rente telles que l’arachide, le maïs ou le riz. Le maïs est en outre encouragé par la SOFITEX et l’UNPCB. En Sissili, plus éloignée de la zone coton, la rotation et la diversification des cultures semblent plus intégrées dans les pratiques agricoles. Compte tenu du manque de moyens techniques, les performances affichées restent fragiles.

Conclusion

23Ce travail vise à identifier les facteurs de développement pour deux cultures, le coton et le maïs, dans deux zones du Burkina Faso, la zone Ouest et la Sissili, à partir d’enquêtes menées auprès de 98 exploitations agricoles. Globalement, la place du maïs dans la production nationale est en progression. Malgré l’instabilité des prix du maïs sur le marché, sa culture a un fort potentiel de production et représente respectivement 30 % et 40 % de l’assolement en zone Ouest et en Sissili. La culture du coton confère un revenu fixe, quoique modeste, et dès lors qu’ils ne produisent pas à perte, les producteurs de la zone Ouest poursuivent cette culture. Les infrastructures mises en place pour commercialiser le coton profitent aux autres cultures. Plus que la substitution du maïs au coton, un développement concomitant est observé en zone Ouest, le maïs bénéficiant des structures du système coton. De plus, l’appareil de production hérité du système coton (possession de charrues à traction animale voire de tracteurs) contribue favorablement à l’amélioration des rendements du maïs en zone Ouest. Les producteurs de Sissili intègrent largement le maïs dans leur assolement et diversifient leurs cultures. Leurs ventes reposent principalement sur les productions vivrières (dont 40 % sont représentés par le maïs), sécurisantes du fait de leur caractère consommable et de leur diversité face au risque. Le potentiel de production et de vente de ces cultures repose pour beaucoup sur l’accès à la fumure organique et aux engrais.

24Face à l’instabilité du marché des produits agricoles, en l’absence de régulation par les pouvoirs politiques et de filets de sécurité, les enquêtes ont montré que, selon les contextes, les producteurs limitent leurs risques et s’adaptent aux changements en modulant leurs assolements et leurs modes de culture. Pour accroître notamment leurs rendements et la compétitivité, un meilleur accès à l’information, aux engrais, aux équipements est requis. À ce stade, l’enquête ne permet pas de conclure à une marche vers la substitution du coton par le maïs ni même à établir une tendance pour l’avenir. Une étude sur plusieurs années serait nécessaire.

  • 12 Ouedraogo M., Ouedraogo S., Kabore M. (2011). Analyse de la compétitivité de la filière maïs au Bur (...)

25L’Afrique de l’Ouest est impliquée dans les règles du commerce régional et dans la gestion des stocks. Le niveau étatique a un rôle à jouer sur l’accès à l’investissement agricole, aux infrastructures, sur la gestion de la volatilité des prix, dans la recherche agronomique et la formation. Afin de limiter le secteur informel, l’État devrait faciliter la création d’un cadre légal adéquate aux commerçants et renforcer le système bancaire. D’après Ouadraego et al. (2011)12, le Burkina Faso dispose d’un avantage comparatif pour la production de maïs. Ceci s’explique notamment par la grande disponibilité en facteurs domestiques ainsi que les subventions mises en place par l’État pour le développement de la filière depuis 2008. Le paysan en système traditionnel (non irrigué et non mécanisé) perçoit un revenu inférieur au niveau du seuil de pauvreté. Selon les auteurs, cet avantage comparatif sera amélioré si les agriculteurs augmentent les rendements grâce à une meilleure gestion de l’itinéraire technique. La question de la durabilité du système maïs, culture ayant des besoins en eau importants n’est pas remise en cause.

Tableau 2A. Description analytique comparative des zones de l’étude

Image 100000000000023200000463401791D2.png

Source : Monographies des provinces du Houet, de la Comoé et de la Sissili.

Note : La Marge après remboursement des intrants (MARI) correspond à la somme perçue par le producteur de coton de la part de la SOFITEX après déduction du coût des intrants qu’il a obtenu à crédit en début de campagne. Il s’agit d’une donnée de revenu. La marge brute totale est calculée de la façon suivante : valeur des productions végétales vendues – intrants – salaire des ouvriers agricoles – location de terres.

Source : Les auteures d’après enquêtes.

Haut de page

Annexe

ANNEXE

Description de l’enquête et échantillonnage

La première partie des enquêtes menées en juin 2009 porte sur des données quantitatives relatives aux ventes vivrières et aux caractéristiques des 98 UPA. La seconde partie concerne des données qualitatives relatives à la perception des producteurs de leur environnement et de leurs performances de production et commercialisation. Le tableau 1A présente le plan d’échantillonnage.

Tableau 1A. Plan d’échantillonnage de l’étude

Image 100000000000020E000001D2FEEC31EC.png

Source : les auteures.

En zone Ouest, avec l’appui du responsable de la commercialisation de l’UNPCB, cinq villages ont été choisis en fonction de la distance au marché et de la participation à l’opération pilote de commercialisation du maïs conduite par l’UNPCB en 2008.

Au sein des villages, les Groupements de producteurs de coton (GPC) ont été choisis selon un critère de dynamisme traduisant les niveaux de rendement en coton/maïs et le degré d’implication dans les opérations initiées par l’UNPCB. Ainsi, pour chaque village, un GPC dynamique et un GPC « moins dynamique » ont été choisis. En Sissili, le choix des départements et villages a été effectué en fonction de l’ancienneté de leur adhésion à la FEPPASI. Dans les deux zones, le choix des UPA a été fait en fonction de leur taille et niveau de revenu de sorte qu’elles soient représentatives de la distribution au sein du groupement. Pour des raisons techniques, une exploitation n’a pas pu être enquêtée à l’Ouest et le nombre d’exploitations enquêtées en Sissili diffère selon les villages. Le tableau 2A synthétise les principales caractéristiques des deux zones retenues dans le cadre de l’enquête. Le tableau 3A présente une synthèse des résultats à travers la dotation des UPA en facteurs de production, leur utilisation d’engrais et leurs performances de production et de vente. Des tests statistiques de comparaison de moyennes (tests de Student) ont été réalisés d’après les résultats d’enquêtes.

Tableau 3A. Structure des UPA selon la zone d’étude

Image 10000000000001C600000337EE304F07.png

Haut de page

Notes

1 Recensement général de la population et de l’habitat 2006-2010, Burkina Faso.

2 Fusillier J. L. (1994). Bilan et perspectives de diffusion de la maïsiculture en zone de savane d'Afrique de l'Ouest. Extrait de « Production et valorisation du maïs à' l'échelon villageois en Afrique de l'Ouest », Actes du colloque « Maïs prospère » 25-28 janvier, Cotonou, Bénin.

3 Freud H. E. (1999). Au Burkina Faso, les céréales traditionnelles peuvent devenir des cultures de rente. CIRAD, Montpellier, 116 p.

4 Ministère des affaires étrangères (2001). Filières agroalimentaires en Afrique, comment rendre le marché plus efficace ? Direction générale de la coopération internationale et du développement ; étude réalisée par le CIRAD coordonnée par Michel Griffon ;

5 Schwartz A. (1997). Des temps anciens à la dévaluation du franc C.F A., les tribulations de la culture du coton au Burkina Faso. Annales Géographie n° 595, Éditions Armand Colin, p. 288-312. Kaminsky J. (2007). Réforme de la filière cotonnière burkinabé-retour sur dix ans de mutation. Analyse des impacts économiques et sociaux sur les producteurs et implication des organisations agricoles. Rapport FARM, 234 p.

6 De 650 000 tonnes lors de la campagne 2006-2007 à 363 000 tonnes en 2007-2008. Géocoton (2009). Évolution de la production par pays. Document interne, 8 p.

7 Bricas N., Thirion M. C., Zoungrana B. (2009). Bassins de production et de consommation des cultures vivrières en Afrique de l’Ouest et du Centre. Rapport provisoire, 51 p.

8 Agristat (2009). Statistiques sur l'Agriculture et l'Alimentation du Burkina Faso.

9 Raymond G., Fok M. (1995). Relation entre cotons et vivriers en Afrique de l’Ouest et du Centre. Le coton affame les populations : une fausse affirmation ? Economies et Sociétés, Série Développement agro-alimentaire, p. 221-234. Direction Régionale de l’Économie et du Développement (DRED) des Hauts Bassins (2003a). Monographie de la province de la Comoé. Burkina Faso. DRED des Hauts Bassins (2003b). Monographie de la province du Houet. Burkina Faso.

10 Direction générale de l’économie et de la planification (2003). Monographie de la province de la Sissili. Burkina Faso.

11 Devèze J. C., Halley Des Fontaines D. (2005). Le devenir des agricultures familiales des zones cotonnières africaines : une mutation à conduire avec tous les acteurs. AFD, 85 p.

12 Ouedraogo M., Ouedraogo S., Kabore M. (2011). Analyse de la compétitivité de la filière maïs au Burkina Faso, PRESAO, rapport final n° 3-2011-12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Guenot et Marilyne Huchet-Bourdon, « Rôle du coton sur la filière maïs au Burkina Faso », Économie rurale, 341 | 2014, 107-119.

Référence électronique

Aurore Guenot et Marilyne Huchet-Bourdon, « Rôle du coton sur la filière maïs au Burkina Faso », Économie rurale [En ligne], 341 | mai-juin 2014, mis en ligne le 15 mai 2016, consulté le 15 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/4353

Haut de page

Auteurs

Aurore Guenot

AGROCAMPUS OUEST, INRA, UMR1302, Rennes

Marilyne Huchet-Bourdon

AGROCAMPUS OUEST, INRA, UMR1302, Rennes ; marilyne.huchet-bourdon@agrocampus-ouest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page