Navigation – Plan du site
Recherche

LEADER pour les campagnes littorales. Une analyse critique

LEADER in coastal areas: a critical analysis
Catherine Laidin et Marielle Berriet-Solliec
p. 25-47

Résumés

Cet article questionne l’instrument le plus emblématique du développement rural, le programme européen LEADER, dont l’ambition était de fournir un laboratoire pour une politique européenne rurale intégrée. L’originalité du propos tient au choix des terrains étudiés, les campagnes littorales, et à la mobilisation d’une grille de lecture croisant le recours aux modèles d’action publique et une approche institutionnelle réaliste des pratiques de développement ascendant ou « par le bas ». Nos résultats montrent, malgré l’émergence de quelques projets innovants sur les territoires accompagnés par l’ingénierie territoriale et bénéficiant des processus d’apprentissage, que LEADER reste un « laboratoire » confidentiel du fait d’une relative faiblesse des financements, d’une standardisation de l’action publique locale, d’une sélection des porteurs de projets et, finalement, d’un faible renouvellement de l’action publique locale, encore très marquée par des approches sectorielles et par la multiplication d’instruments d’action publique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Cadre théorique et méthodologie de l’enquête
1. Une grille socio-politique analysant les pratiques de développement « par le bas »
2. Terrains d’enquêtes
3. Méthodologie de l’enquête
LEADER, un laboratoire du développement local pour les espaces littoraux ?
1. Un soutien à des expériences innovantes
2. De l’ingénierie territoriale pour accompagner l’émergence de projets
3. Un renouvellement de l’action publique locale lié aux effets d’apprentissage
LEADER Un « récit » ?
1. De faibles financements pour les approches territoriales
2. Une standardisation de l’action publique
3. Une forte sélection des porteurs de projets
Une faible lisibilité de LEADER au sein de l’action publique locale
1. Un recul de l’approche intégrée au profit des approches sectorielles
2. LEADER un instrument pour les pauvres ?
3. Une ambition qui a du mal à se traduire en actes
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis plusieurs décennies, les espaces littoraux accueillent une population de plus en plus nombreuse et connaissent une forte densification des activités humaines (DATAR, 2003). Cette « littoralisation » génère de multiples concurrences entre usages résidentiels et activités économiques, entre activités économiques elles-mêmes (agriculture, pêche et aquaculture, tourisme, économie résidentielle…), entre artificialisation des espaces et préservation de l’environnement, entre densification/gentrification et mixité/cohésion sociales (Euzenes et Le Foll 2004 ; Vigo, 2001). Dès lors, les risques de mono-activité économique touristique et résidentielle sont réels, accompagnés d’une spécialisation économique et sociale des zones littorales.

Dans un contexte d’européanisation, de décentralisation et de globalisation économique, divers instruments d’action publique ont été mis en place pour répondre à ces préoccupations et proposer des réponses adaptées à la prise en compte des spécificités...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Laidin et Marielle Berriet-Solliec, « LEADER pour les campagnes littorales. Une analyse critique », Économie rurale, 351 | 2016, 25-47.

Référence électronique

Catherine Laidin et Marielle Berriet-Solliec, « LEADER pour les campagnes littorales. Une analyse critique », Économie rurale [En ligne], 351 | Janvier-février 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/economierurale/4800 ; DOI : 10.4000/economierurale.4800

Haut de page

Auteurs

Catherine Laidin

Agrocampus Ouest, UMR6590 ESO, Rennes ; Université de Rennes 1, UMR6051 CRAPE, IEP, Rennes ; Université Bourgogne Franche-Comté, UMR1041 CESAER, AgroSup Dijon, INRA, Dijon catherine.laidin@agrocampus-ouest.fr

Marielle Berriet-Solliec

Université Bourgogne Franche-Comté, UMR1041 CESAER AgroSup Dijon, INRA, Dijon berriet@dijon.inra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page