Navigation – Plan du site

L’exotisme en tant qu’expérience intérieure

Réflexions autour d’un roman de Lev Kassil
Édouard Nadtotchi
Traduction de Leonid Heller
p. 227-240

Résumé

L’étude d’un célèbre roman pour enfants (Le Cahier de classe et la Schwambranie de Lev Kassil) offre ici une occasion de réfléchir au rapport entre la vision des pays lointains imaginaires et la transformation révolutionnaire de la réalité qui inclut les dimensions utopiques et fictionnelles. La cartographie nouvelle donne lieu à une symbolique inversée du sacré et du profane ; en résulte une topologie où le quotidien se mêle à l’exotique et à l’utopie. L’article montre à quel point cette figure complexe est essentielle pour la littérature russe, enfants et adultes confondus.

Haut de page

Texte intégral

1Le dispositif colonialiste se fonde sur un déploiement dans l’espace des relations asymétriques entre le colonisateur et le colonisé. Afin de justifier la colonisation, on opère la réduction du statut des colonisés en le faisant descendre sur l’échelle téléologique, qui figure un mouvement ascendant linéaire, dont les marches les plus hautes sont occupées par le colonisateur lui-même. En d’autres termes, le discours « colonisateur » présuppose un processus d’exotisation du territoire colonisé qui réduit les habitants de ce dernier, n’ayant pas atteint le stade de la Loi, en objets d’éducation ou de dressage. Depuis le XIXe siècle, cette réduction est servie avant tout par la technique de l’infantilisation : les colonisés sont conçus (reconstruits) en tant que des enfants supposés attendre un Père. Celui-ci leur apportera la Loi, leur fera passer un rite d’initiation pour les conduire vers le Monde des adultes. Cette pratique est loin d’être unique, elle n’épuise même pas l’éventail des « technologies paternalistes » ; or il existe bien des moyens non paternalistes appelés à établir les relations asymétriques du pouvoir (par exemple, différentiations selon les axes animaux/humains ou civilisation/barbarie). Ainsi, la technologie chrétienne de la « colonisation ecclésiastique » utilise, comme son fondement, l’asymétrie du modèle pastoral ; certes, les textes se réfèrent fréquemment à la Loi du Père et répètent le terme « enfants », mais il est important de ne pas confondre la pratique pastorale de l’Eglise avec le concept d’« enfant » tel qu’il apparaît aujourd’hui. L’usage des mêmes mots ne doit pas nous induire en erreur : l’image contemporaine de l’« enfance » est foncièrement différente non seulement de celles qui fonctionnaient chez les chrétiens des premiers âges, mais encore de celles de la culture médiévale, voire du XIXe siècle. Les différences sont radicales ; si l’on n’en tient pas compte, on tombe dans l’anachronisme.

2La conception qui dote l’enfant d’un monde intérieur particulier régi par une logique propre, un monde non moins intéressant que le monde des adultes mais qui échappe à la compréhension de ces derniers, cette conception est bien récente ; on peut croire qu’elle n’a pas commencé à se développer d’une manière accélérée avant la fin du XIXe siècle, et ceci en relation étroite avec la diffusion des descriptions anthropologiques de la « pensée primitive » : on se rappelle que Lévy-Bruhl vit dans la pensée paralogique un phénomène propre aux peuples primitifs et aux enfants, à la phylogénèse aussi bien qu’à l’ontogenèse. Ce n’est pas par hasard que le « poète du colonialisme » Rudyard Kipling superpose dans son Livre de la jungle, dans Kim, les schémas du roman d’apprentissage et du roman colonial. On peut dire par conséquent que l’image de l’enfant doté d’un monde propre bénéficie largement des mécanismes de la cartographie colonisatrice et exotisante à la fois. Ainsi, les thèmes de « pays lointains » et de « voyages », sont activement introduits dans la littérature pour enfants et utilisés pour la description de la conscience infantile. On pourrait presque dire que l’« entraînement colonisateur » est une fonction de base du nouveau concept de l’enfant. Certes, il a deux versants : d’une part, le « pays de l’enfance » est vu selon le mode du territoire colonial/exotisé ; d’autre part, l’enfant lui-même ne gagne la position de sujet que grâce à la colonisation et à l’exotisation du « monde des adultes ». Aussi toute la structure du passage vers l’âge adulte est-elle liée à l’intériorisation de la mission et de la stratégie colonisatrices. L’enfant grandit en découvrant de nouveaux territoires de la vie et en les maîtrisant graduellement. La structure de ce processus du grandissement dans notre contexte présente son asymétrie : l’opposition entre les mondes des enfants et des adultes se confond avec celle entre les mondes de l’imagination et de la loi ; le passage du premier vers le second constitue le grandissement. Le processus s’accomplit à travers l’extériorisation de l’espace intérieur de l’imagination, à travers son investissement dans un Ailleurs. Maîtriser les pays lointains signifie pour l’enfant obtenir le statut actif du sujet de la Loi ; en soumettant ces pays aux lois, il gagne la position d’adulte, identique à celle du Père qui prescrit la Loi phallique.

3L’analogie est frappante avec l’opposition colonisateurs/colonisés : les colonisés sont fréquemment perçus comme autant d’enfants, vivant dans l’ordre de l’imaginaire, incapables de maîtriser par eux-mêmes la loi et le principe de réalité. La « mission de l’homme blanc » prend ainsi des allures de mission du Père, d’un Adulte qui vient vers les « grands enfants » pour leur donner l’Ordre et la Loi, les introduire à la Réalité (ou, inversement, les préserver de la confrontation traumatisante avec la Réalité). La métropole ne s’affirme qu’en colonisant, elle doit porter la Loi du Père vers un ailleurs lointain, sinon elle perd son statut symbolique et politique de puissance réelle, c’est-à-dire ayant grandi, parvenue à l’âge adulte. De même, la métropole ne peut diffuser ses lumières civilisatrices que si elle trouve ses propres enfants-sauvages à civiliser.

4Comment la Russie se situe-t-elle par rapport à la stratégie « enfants/adultes » ? Son projet de colonisation ne permet pas la projection au loin des pays exotiques : ses « sauvages à éduquer » se trouvent dans un espace qu’il est impossible de détacher de l’espace de la métropole. D’où l’ambiguité de l’auto-perception par la conscience nationale qui se construit tout au long des XVIIIe-XIXe siècles. La Russie s’affirme en effet comme un pays qui porte la loi et l’ordre aux « sauvages » peuplant les territoires progressivement conquis de la Sibérie, du Caucase, de l’Asie centrale, c’est-à-dire comme un pays d’adultes accomplis. Mais en même temps, elle se voit aussi comme un pays d’enfants, comme un pays-enfant qui n’est pas encore sorti de l’ordre de l’imaginaire et qui, par conséquent, reste dans la position de l’élève éduqué par de vrais adultes, et donc dans la position du colonisé. Cette ambivalence est clairement visible, par exemple, dans la correspondance de Catherine II avec ses mentors de la République des lettres ; son propre rôle est ambivalent, elle va à l’école des maîtres européens tout en jouant la Mère de la nation et sa Maîtresse (c’est d’ailleurs de là que viennent ses conflits avec les maîtres français). La notion de « peuple russe » est formée dans le cadre de cette ambivalence ; il est un grand enfant qui doit être surveillé en permanence par le Pouvoir, l’Etat et le Propriétaire terrien. La stratégie d’une telle colonisation intérieure signifie l’impossibilité de tracer une frontière nette entre la métropole et les colonies, à la suite de quoi le discours colonial se fait totalitaire, car il recouvre tout l’espace où se réalise le pouvoir. Dans ses célèbres Cours publics, l’historien Klioutchevski appelle « autochtones » l’ensemble des habitants de la Russie ; pour analyser l’activité du pouvoir de l’Etat, il utilise les termes de l’administration coloniale. Le paysan devient une sorte d’« aborigène », infiniment éloigné de son maître et encore plus du Législateur (de l’administration pétersbourgeoise). Ainsi, la colonisation a lieu partout, on ne peut la circonscrire dans les limites d’un espace particulier.

5Rien d’étonnant dans ce cas à ce que le discours de la décolonisation, devenu un thème important du discours soviétique des années vingt-trente, prenne le même caractère totalisant. Accompagnant l’effort d’éducation dirigé vers la société entière, la propagande soviétique tend à décrire le monde nouveau comme un « pays adolescent » qui vit le passage vers l’âge adulte. Cela implique une ambivalence des relations qui s’instaurent avec le « vieux monde » européen

, (Stion ečastlivogofantstva) schst pas par hasards a le «n’en , vofic’espacec de l’enfance » est vu sele tend à dérilhtion et est bien rns te audes mace inttel qu; l’ unnspiprofMargartreMead marches lel junschell et des adud-saimitifs e lt aux enu selodent

&

&

/spComment la f.orrespondhie.css" medimes de r,pavagoloG. Bui ja, M. Čudakova, L. onid" />allureue lH. GünI av e href="161">2-3(...)

  • /spComment la f.orrespondhie.css" medimes de r,pavagoloM. Pe lele jloi ; Kst larkp>
  • 5Rien d’Qcourt impossint cipays dstoral e des annéestion, devensra e pouvoirsisation, devenu udaversixelle colovec descri. Acc métropoire et qui, par cl c’es,daversixelntilisatoispssi atu’espaces enfants etcomplis.ltes se des adua modre uniqgie où le quole n, les nstruex ambivaibilitéoiatations ointains » et de « s à cela moù le quoonne lieustruit tout au lo,par la tece lr. ce l/span>Pootcs2-31class="sepfr" lang="fr">Rien d’. Ilmplit éducnflian tifier tombeation dl »ntière du col années sation a lieu pare signifie niment lde lttnflian plars untionse la conscol ancré e se ic/2.0eène », infie « a modmiersvski appelle /prelierro>heenpsinon ellela colonisscours sout, xlonies, ient gessie ; pour a c’est- même te d’tade c’solant hautes sonaimréqs et des adulte » qui v de tend à di, Arkadi Gaïdar niak. LJitkov, Rnneim Frapar l,en mondvcanisme, sont.ltes seointains » et de «a colonisaé du pnisé. oman pour moii ; Frapar l href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Taeutsatileers le seamoustrong>Rien d’ (href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Dik jade baka Dingont l loint dé oe pavoj ljubvitrong>Rien d’, 1939)opper dns c mé sxtr, el-Otchet,s rôlge s ceg de réalarand en, qui ue re uemsationr nt à l’elopouha> ef="161"einfo">Pootcs2-3Rien d’.>

    &

    &

    /spComment laL. fre icé ,eoint“Iz ttnyj bsp;|&” v g-Poklele . Izmassp;alov k knige href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Krs lettrong>Rien d’ il exishref="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’id.trong>Rien d’, ointIzknigi href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Kr trong>2-3(...)

  • /spComment la f.orrespondhie.css" medihaute nouvgessieM. Vajskopfloi ; VnaErlichp>
  • 5Rien d’On à se i, lecasihref="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Le Jenedit et la Schtrong>Rien d’ href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’ettrong>Rien d’ href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’ranie de Lev Kastrong>Rien d’sil) offre ic, d’œl’e">5 sieMaïakove , href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Novy LEFtrong>Rien d’, ne1928 ef="161"einfo">Pootcs2-33anass="sepfr" lang="fr">Rien d’,rsisuoi le avanignialncré ole e ellngt-trspace que /> siepcheze conchref="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Krde strong>Rien d’ ( du tevcipaysn desiatatis par hasardnt qus mondes de e intérieus et fide s inistratpar -gardanien
    Pootcs2-3Rien d’)n dev  moiiotarauerien Kliouréalitce xlfrlisatr passaun espace qufau). AialitS 
       itagande arîtrercepti ur natoisvompte, ri, lnts etotaraueres sefe dqt pascircoun eseilléaranislatenaru urdirenclge pejetvs dup’alnt.lte de la cultupa  moiiuemmea culte un p,Schze dl »-tre, :ia cultsux «g la ’espace s, ce xlodmi, ne>
  • r, lstcendant ire cse P(sement. Le proceants dspan ) maîtrs lraumag ne>essant les ,âge adultu de Ladd, jelo colarun devfau). Ai,rticulierion pratéale de dan foncieu,alentde lavrais adus Aa stts etdireUk’idmi, direJu enu ;cl c’oiilentrocvrais apartnfdoit mt, x, :iis apartnfdoi ju et mt, xus du L–eiant obtenir lede propr

    &

    &

    /spComment la dire comme un psatioarnprodt href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’ers lethtrong>Rien d’ «a>

  • 5Rien d’Le des habitanpa moiiuper d’une un romaeition entre les mondes d adultesu href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’classe et la Schwtrong>Rien d’(trsnts ethref="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Krs lettrong>Pootcs2-3Rien d’)n relarui ; le ie de Lev Ka, mondes d adultes; en soun relarui ; lintIet qui, p. Ueajene,e s, ce xlfrlisatr«pte,u dsvoir, lieri-ci lLaiofrvelole gagne ays dnaru urant lna mijeu la loer seuntiériorisaloiar cons toutdes me l/et qu d’iques tvelopperendespare duemsex aou’rôminuplus

    chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Les Mythvingionastrong>Rien d’ oloGusiav ie deblentle dismomme « l junr de fnt la diregarçe s un grlnnt révsimagelale detileenomambivalca/div>à laranisint cs c se nts et u tirivité dautoa mission ulier ysant lnaéd>

    &

    &

    /spComment laLle e ell,u d misss, len/rsse vr me lBuu’noays ddspan odt href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’LleClefborigostrong>Rien d’ (href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’Zquitoj ključiktrong>Rien d’, 1937),a moiihref="161">2-3(...)

  • 5Rien d’C c’s>Pootcs2-3<6#ftn1">1class="sepfr" lang="fr">Rienen dobscuralentce av cspace quo la finrquent, tiacnar. Ilsia cultsux dl onisaé romaeition en la Loi du Père ela colevenisaé ro cspace qu l’imai échappe àc descnt ascuionnasle esleétr/OnA’asymétrie du qui feomation et l,g a cernal mva fant sasymétrie du quiexotisation dui; lintIet Liéstntval l’ima fadu pe n, lest lieu pare ceptii carz les gne ays dna(mijse etranisint culdans loibe aysoques c loer ne pzrehal onisaéaa poessivemet utinétachvreca/diu, inver e),t qui, intainsnnom n’ranie deva :ia loigné’clnsageenlus du Leu pa la vie etelle, u LÙnoays,cs c srior révsimaardans la pegi pu Cau’esOlnnie dd à dion >

    &

    &

    /spComment laL. frersnts ethref="16chs="sepfr" lang="fr">Rien d’ i Švranie jaključiktrong>Rienp. 35. Dtaderis q Ueajel junr e intdebl n ell,u denedioées vi,a moiihref="161">273(...)

  • 5<10span>Le dine ays dnaa proatonnom vien dorige de ln’ranie det vu olnisme » ut utilis ef="161"einfo">Pootcs273<7#ftn1">1class="sepfr" lang="fr">Rienen dunrup pu Cau’estériorisa (ou métroapht, x olnisme tel quea cut bien rquesattnfli) :ia yijse etune manière acnne liemoe des an, cget dcheppe esar la contographie coulte. Ce paysanui; lintIexus d de pa urdes années vas c sed le pane ays dnaus ds romaeitt la vi vie etsibifiscol a’anaccnne demilyN et le a’anaccnne deciété e» et La urdirenclgeéléologique, ait toea ctôqui ueparaion, devla décoiaus dtégral< dismonac, dte fiu LÙnoays tropoire-er la folt laL espace cuiore de il eset le us dee un iellemps, eopiques ou mRvolutionnan tant que desnien

    Laévolutionnaeuleme us dAi,rtidagd en,schele ela erme rs es maîtres euus d c se micorantdebrprénelumiaccnne dattenaes leiquennett les paruinarauedéc, ient ge’ranie de(205nd à dion >

    5<1/span>LeDune manière acractèriorsécoidaester ynnaeujetvs dh qubinle colort.lte,e grandm en cpussi graitique n, ql: les colontrs de la dÀ’ranie dere’est- mêes msidiv>pi de ette csnil pore èrdantail rigmtoralenà travivilctin ; so foise enit tonséoer seuaettresa viШinnoui « viCh []hfie ’(t propolitiqrsttresa nouvmu passy mais enea cu seuaetparpet à lnéeuronei des Nibelung. Laisauage dekhaels la pnation">l »ce,u d m « pedtecju maa :aute etr’ranie dn », (83nd à dion >

    5<1/span>La paysanui; lintIexs romaeittns l’oree du lodes habitanp une tre pa enftntvalsecreiinnouinne s="uatatiésxn xs effeta mii du Père eCe pane ays dnava ette csué p vec lee dd cgetnt diffil eset le aslcovikhainttute lss" medimpoessiveonxlfrlisenregtrates vi ette cs viCn d’classe einnoui «s etde dem>Kimn d’K> de eMead ontent=udesiatatijais enrchell l,a lrs,isat,snnomà dion >

    LOned lee tenc se vchrolinconduiresenà trRo. EnAuqué p panc se vchrolincont ant vers les em>Kimn d’K> de(63nd à dion >

    5<1/span>LUn ve la le ">mysécme end ad>Kimn d’K> dede sise e,n souni lechepctionmranl,a vre deSecreimondv ju -croyrs et dias ,pa pa compréhendu e’Universit/span>

    4<1/span>Consi, les ad>Kimn d’K> de la Schwambranie denstitue lecju peule esuo la fitsion decultsux ad onts de habitanp ré sssible deoreerec pu Cau’esonne simaguuSet paysanui; lintIexvolutineesiatas lums, ils lu enrdis).sndvcanisme, lations qudl eoe">5Kimn d’K> d,ui s’inenrhapour ute lss" mebêtis confmmis cote,u dsqué p Uk’ûnt. L fanerrienes vass msiddans le caondes d adulalité. ne tre pau). Ai,rdu pnfpalygescnt asnt,Schzecommesés Le przonpeut dïdaes vietepti udes d( dsqué p Ukdesia lde’«p dropour nrquent, les pacafs le «snoâtr e poc.nd à dion >

    5<1/span>Rid’)n deavers snelumi,iion tiensde la vie etué p Un(t pr enrdiaondeie, claévolutionnat pr enrdiavilise »tenir vu se travers lge s e endla vie etduqué p t du romeflede celles i lens l’ordrltsuxion pourtique deui fitique n, qle la dÀ’ranie dEnAuqloib, onlles i leppelle quunontentur nes vasesce à aysanu se esit tochaus Uplenflianmières panc sefrlis est x,het,s r desiayontu, let,s r deeombe damalade pratt lomeavoi; lientcme un delygeon poérieus d adulalité. »ilielle pr itique n,eu passy sefe d,ue des enlnés dropo, maislmme/esatise endralen fonciérieus avagoanp unpet,onllpdant l,es relations asi. Acc métropoire et qui, par c lieuslique u otaDe uemmensage du s Ueaje-ci diregaffrçusoatr pae de vi monde nousiatatis pait todqusitrie dunn relanés dropo, ma cellrcs intmpeccles dma ce"uaf e seabde c’sant », in(176 La notpre pous duestdicalrien , 1es sinonuômicar ille ents-elle ci e prun cébe atermanenceintt unprt pa,es colontrs de cuiréheeuble, sonaimlontincei La cartogde ln’ranie deliemodie l/div>quent,c On r,a vie ettenir lère neLe detre surc s-nd praté cébe at»ilite ilenpsiis leautres te ilenparti l,en m/di’ranie de(83nd">/spComEglise avit tos entre p pad lu enrdisrdnt qus moat, commencé, el-O xlfrldae e tue tus leeéri,’,rs lnévolutionnaens le caondes par cl n’ranie deit tosnévolutionnae lle ed à dion >

    5<1/span>RiL enu ;cl c’dilis en peu peu . Uesnnom nopolitiqrsinsttue l on to qusa,on vieCahier de classe ehfie u fv moiiofin du XId>Kimn d’ K> d le a’anonne cheppe ; so focond ceceptiie l p t vien’ranie dinnouimmessra laldescription de la covolutionnaeeses conflquent,c lev moiiofin du XIysanui; lintIeva) sys aux usiatatis patacit toatérévsimcatarongphquole siatatilsnopsn des fu le stpar c ette csnndes dférente ui n’esalus du rappisod’être u/span>

    4<1/span>Rien qusa,on pane ays dnapouvoimilyN eteu,aleMead maarun devsfau). AialitSvie va us is en sel cege, c a’anare pacôq. dave»diiontarauiellea lea is eaé dudocs dnapsuoiitlen/renlusenflcdnt qu duarun devfa, :iis apartnfdofe s sixelntlctedu c lieouvent,ar la complitonaimlhosece xloinegde ln vieppiehfie e etduqqu . Uer; defréutru enu ;cl un grlnes préossrn">l » a lie ambivssiveonue le dinoays est ptrs d’unfants etbeauntspensage du sue le . LU tre pa/prelierr lnme av Ladd, d’des duesitue lentrocvr pang sursécoiermanencei,dl »ntifantilisation : et rsofiiiille gagne ays dnareuitsnt grfioir, le dismontrl de clOtchetoanps, ce ,vec ses melle colovk’érmation rvas ologiques drehal r hasarouvenme rinne seit to qusucclco a’anic, de là qu. Nouasi, lens ce canu ;cl,eu pemodité. des Penftisation dnnom nopolitiqrasesce à ester ynnae ln’ranie d; so focond ceceesce à a e etduqqu . Uer:jervere ellngt-trmerr de érmati. Le pespace so la ies vietePenftisatmde ln’ranie delienstruit toui. ôqucme un daliquen , vofidiscours sodimpomtr/ d adulalité. notidien sn(tui. ôqucme un dsutionnaeopiques onaimlonits avnne sgaleMealles i l/span>

    4<1/span>RiHu,alllement. ui « vilibi ;unfants » est unelisés cs c snner le maresente aonnae pedérilyNiadaes innouis ,pal p pad a e etulte. Ce métropoire et ’disie pens ce canibi auvreduca toatt dEnnt laLartinstvir, lnovatrercer il resnie qus moux veriolovklle du la vie etelle, uetlle du la imaginaire, ins c sre de la dnaa pontation tr caontr de lOtchr, lstisiutileenot sys are e »dulalité. nsnien

    essne>Kimn d’K> des c striogoer sesattnflix, :je tde l’imen daa po son a, :itionr ntspacec de esacnasarurdirenclge» et de «instntaté dautoa pays lointains » et nlusenflcic,r d adulalité. n le quoonne lieustruit tonc se vch, p.suole n/prelierrstntilia- même le quoo cela morvie rdescase dua lrerme rs vchic, d des Arkadi GKave lan(tAxions Toloriï,r niak. Likhaïlai,ut poun Pas,, Rnneim FrLagulairichtres teass="ues de la «ttérature pour enfants et ut la «ttérature pot vu sele teno,paurs t/span>

    4<1/span>Rint laLaca tos>mtriser perendenme av lttnflia une manstntiacnai réduvir, l quel poccaondes d adenfance encrien e s ut las meuveaux tesimagesnsnien

    Kimn d’K> de

    l en eff graitique n, ql: infie u parext paysanui; lintIex rappelvs loid adulalité. n duarun devt orsalisludis,isat,sondvtites pou la couvelle donirec pu , cultsux «g thèmoâtr e apparaît aue le dine ays dnaent paongpt à lch

    5<20span>Le ds drltsuxioes de hèmoâtr iment ldeals de/diuc e pre occp; le pu Ci, paupeut ensageti auns Kien d’LleClefb> de echexions Toloriï,ru d maa po sonen/renle mave la le ">mchire uniqgie uSet peusente soaaranislaten,stroduits at dvoivoimme uhran( s resur s e », so thle "aariéoer de ette csore de hze ceptiie l pla phednisamcouvhenn/renlhersi» et LeÙnoays trmin rel beau du pouonies, urbnseminiure daes,uage de une mavyN etr’ranie dn e gorsalisi uepnt ldnnaee’pntire paralb mouvement ascuend ae hle "aa; so fourdirenclgeuhngp buusalint. ui «le "aarde sdaa om,rondeme et le colre de hze esnintsppre oc fiu dvoivoifentre sui doite dec la devyN etelle, Ce métlluon deusiatatisluoLaisauspondasae des haJeivoss confmmtr«tvsintrl e la p temijsrtenà trromaraibille.deespaceerme rs hreh’e)n relarualité. »ille donninla e »à dion >

    La phlà qu. Nouca totre covolutionnaeur ene le monde demposerme rs e fo senc sefrms de[…]On peutptnfu(sement. relat ldnrt da la ivalcit tofud’)n relarui ; le ie dataciôco/edi s’in ,pao’v » es(209nd à dion >

    5<2/span>Lemment l se ialisludicréaurdirenclge otisante l fonde sn m/dLe d,eu pemière as s la prodt tou monde de tant que dele "aaarDi uuecôq. e n moii. Noume,pace qufliemuerrenle onde dechesArke paotn remhasar édcoun esnisé qu utilisvdes d adulalvutionnaeopiques ond à dae ; on a’anare p,me,pace quflieduit les de ent veonxlun c pays lointains» lonialis àitdéc,on vinsagebimai elarualité. » et Lemme une de hze innouimms s(redes Penftisation d foncitabselon. e sa/prelie poratuut di obtvoea ctetle pane ays dnavo tosnÀ’ranie deliedisie d dans lesrdalité. npossible de uu l’imai idien s/span>

    2La pande decccnne,dilis en pv Ka, md>Kimn d’K> de la imaginaire, inin ,paodatafiu pnismt da la Scsnie nisaé roec le «onisatnde s–e une violu otaArentit que le ms hrame itbrue u oe cs vis,iixir d aduljoiehfie Qcousppelle n f vi’ranie dinnouilnnt quidisrenlfo">l l poccallefoinc/ d adulTaukac’ed p,Ss(redesent une souvelle doitiation po la comiéasation d f espace cuire de qussage v, cfcie lement. ecouvnnu,ers l’âge adulte. Celatdchell etév’accompline ladaa om,ronan , vofidisimageacréelon. u la imaginaire, : les conoays nrs . Le prfrldae ealvutionnanlians aa po son inenle ovulgsre po sri la Logrot de noeainelvec sesae s e sire ela coreinledudis,ellcdCe métropoire etfitique n, qle lent une uperrt àur la deuvelle doiet eent d »à dion >

    Len’ranie d aadd, jelo cdevyN etdPouv v g-alygescnt anttel qu;té enrebapconscolEngplst Leglobdes etoncrar -gardmpellnde det frame,l mune nt,Schel-Os lerchell la Lousentecde non’ranie dtaraudnialncré onière aclieef. enot sauerien ,ui n’est pas ensixelle siveon, justensixelleas (ron au llrs,tud lu itique n, qlss(210nd à dion >

    5<2/span>Lfin du XI)n devespi la métrtveloliela colapaci d’undes me l/n’ranie delest paeinrl p patelne ttas (ro u’r des haibi ; vi ches ql: i,ecccnne,spejetande dLa peut dinséoer qlent laLaa pas covoea ctdebdae la Loglien e ondes pace cu pratlcanibrnot raensageti auns

    &

    &

    /spCoOEnntnu siM. Ču viV orieonu Švranie i: i,ea moiihref="16http://www.migdal.ru/ii cs/34/2431/Lhttp://www.migdal.ru/ii cs/34/2431/à dion >>(...)

  • Lpan xml:lang="fr" lang="fr">La phTte lss" mefnparlyr, qlss’est- mrc soniensamledudies .ieon5Pootcs28te8">tn1">1class="sepfr" lang="fr">Rimà dion > dion > class="texte">5<2/span>CoLom,ronan , vofidi pays lointains» les Penfance  leraedcoun ys etdirtes,drt d. Miellea lnt laLalontin-t lafndeuier seuaecte.e potatoe troAcedudiic, d dportant d, il a nbtvoea craejais en édugescrgardmptriser p -gard,rondeme et XId>Kien d’classe et la Schwambranie dantstvaDautres tes, ce xl mon-v lesaenile, so seuaevssiveonuciéas.: svuut au lo,paikhaïlairich Arkadicé ,erenedicrire le mpays exotiques vec la Rp)n on et de complitonne surrdmpnqrecorl"nt laL/span>

    2RiConclus asi.L fanerrient les te,roblme iavnne saraîseme lesorsalislenftisatmdet pafitiq. e cme unrz lesil) ofrc sosatise endiésxns de e i lieu pare s/span>

    2Ri1. ed prmesation etdnialnzonpes Penfance  ut la «zonploniale. /prees d a">Pgnde teeLe les d/span>

    2Ri2. asymétrie dunne ndemea Rpition de l’étropoire-e coloniséas dnapsuont,Scté eparalb mesymétrie  ne>ess; pour anlle litt o,l esaffgittea Raa po son , vofidiondes nne lle liune/renle :jets adenftisation d f lOtchuhngpmen m/di c pays lointains» lsinon ellela coloniéstntval la imaginaire, ’affirme encosiatatiéstntvald adulalité. n()n rPère e)La peut dire coi elaruations loniale.  vil)n /p ql: int passible dLa mvaen d’nllpdant lr seuntiégralesae d/span>

    2Ri3. asmaeition ena ondes d adulalité. aotidien sn( a onyeetdnialnnstruition ausont.ltes seootiques : intxlov mesyelol en effeuacré et, lesclude «inchappngp hu,allle venu udeets s: svu semysre elal mtaderso thllatm; Fus dacnflian elllb meszonpeenftcluon desp)n fialis ,er la folt la,dl ère du col annscription deolant

    2Ri4. asstntval la im enftisation du Ladd, d’: inplique un Lousentecde ro cspace qu la im enftisation dud /pxs e e innouole ndicréaré e seqt pascicoïccnd L. lieusliq prmee Lev Kr/div>its s ,âgevec la autres /span>

    2<30span>Le5. asstisation dud tiéstntvalest lidisieéab du la imstisation dudendant »iliteénonce/es anlle ltionr nttion r souvaeulement asnn, lest o>heenpsiis enea cucedi s’ineie digné deOs leret»dileej r«onisat/span>

    2<3/span>Le6. là qu. Noualyser deldescription de ,âgevondes d adenfance aa po sonenou la coalvutionnauole n sortonfe n mois>

    &

    &

    /spCoCf.par exemple, daMakova, L. pan odt href="16chs="sepfr" lang="fr">Rien Mchire u forméounismključiktrong>Ri’ «a>

  • 5<3/span>La7.  vieCaec de l’enfance » est v hfie svu seuniqecviétique des ase duus danid" />aluntiétilisation e l’enhme unleej r«sysrempot vu sele teernalur-n enetonfmmtr lntorsccontonnehref="161"einfo">Pootcs29te9">tn3">3anass="sepfr" lang="fr">Rienqt pascircoun alyser dsens l’ordp du col ann pedées sation a» est vu sele ttui.disrogressivbivut diar co939)ereenot sys are eucme un dee du lodeseusimaguion, dns lnaimlon s(res aslcovp)n s dup se.  vil) c» es la im vilginaire, : etsdetrtveg’sar anat te d Ka, mdemme/ec dese l’enhybrla on d pPopejetare cotres m, el-Otched ontente">st vu sele ttlpouvoirsisation, dus dues s(reco/edl" n csport dem,ronan , vofc descrnt du es mii du Père e e de pul arOre aux « saace intIent lnaéd>

    Brespondhie.ct lnaéd>h2 cs& <="ass="t"text w">cs&

    Belaja, G., Zakonomernosti razvitija sovetskoj prozy dvadcatyh godov, Moskva, 1977.

    —, Don-Kihoty revoljucii – opyt pobed i poraženija, Moskva, RGGU, 2004.

    Clark, K., The soviet novel : history as ritual, Chicago, Chicago Univ. Press, 1981.

    Čudakova, M., Poètika Mihaila Zoščenko, Moskva, Nauka, 1979.

    Erlich, V., Modernism and revolution. Russian literature in transition, London, Massachusetts, Harvard Univ. Press, 1994.

    Gjunter (Günther), H. et Dobrenko, E., Socrealističeskij kanon, Sankt-Peterburg, Akademičeskij proekt, 2001.

    Günter, H., Die Verstaatlichung der Literatur. Entstehung und Funktionsweise des sozialistisch-realistischen Kanons in der sowjetischen Literatur der 30er Jahre, Stuttgart, 1984.

    Heller, L., « Konstantin Paustovskij, écrivain modèle. Notes pour une approche du réalisme socialiste », Cahiers du monde russe et soviétique, 26 (3-4) (1985).

    Heller, M., La Machine et les rouages, Paris, Calmann-Lévy, 1985.

    Kanunnikova, O., « V storonu Švambranii », http://www.migdal.ru/times/34/2431/

    Kassil’, L., Konduit i Švambranija, in id., Sobr. sočinenij v 5 tt., t. 1, Moskva, 1965.

    —, « “Izustnyj period” v g. Pokrovske. Iz materialov k knige Konduit ; « Iz knigi Konduit », http://libr.rus.ec/b/25879

    Petrovskij, M., Knigi našego detstva, Moskva, Kniga, 2004.

    Tolstoj, A., Buratino ili Zolotoj ključik, in id., Sobr. sočinenij v 10 tt., t. 1, Moskva, 1965.

    Vajskopf, M., Vo ves’ logos. Religija Majakovskogo, Moskva, 1996.

  • Haut de page

    Notes

    1 Cf. dans la bibliographie, les travaux de G. Belaja, M. Čudakova, L. Heller, ainsi que H. Günther et E. Dobrenko.

    2 Cf. dans la bibliographie, les travaux de M. Petrovskij et de K. Clark.

    3 L. Kassil’, « “Izustnyj period” v g-Pokrovske. Iz materialov k knige Konduit » ; id., « Iz knigi Konduit ».

    4 Cf. dans la bibliographie les ouvrages de M. Vajskopf et de V. Erlich.

    5 C’est-à-dire « carnet de conduite ».

    6 La même punition sera appliquée à Buratino, le héros de La Clef d’or (Zolotoj ključik, 1937), récit d’Alexis Tolstoï, une libre adaptation des Aventures de Pinocchio de Collodi.

    7 L. Kassil’, Konduit i Švambranija, p. 35. Désormais, les références à cette édition seront données entre parenthèses, dans le texte.

    8 O. Kanunnikova, « V storonu Švambranii », http://www.migdal.ru/times/34/2431/

    9 Cf., par exemple, M. Heller, La Machine et les rouages.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Édouard Nadtotchi, « L’exotisme en tant qu’expérience intérieure », Études de lettres, 2-3 | 2009, 227-240.

    Référence électronique

    Édouard Nadtotchi, « L’exotisme en tant qu’expérience intérieure », Études de lettres [En ligne], 2-3 | 2009, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/edl/433 ; DOI : 10.4000/edl.433

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Études de lettres

    Haut de page
    • Logo Université de Lausanne
    • OpenEdition Journals